Page 1

1


ETABLISSEMENT SCOLAIRE GEORGES LEVEN C’est double plaisir de

tromper le trompeur….

sixièmes B sous la responsabilité de leur professeur de français Madame Nathalie Marciano vous offrent le fruit de leur travail Les

d’écriture : Des fables de notre temps pour tous les temps et l’occasion de découvrir les talents de chacun….A lire sans modération. Les sixièmes B Galith Allali, Maxime Amsellem, Jérémy Bensimon, Yona Bitton, Laura Boutboul, Naomie Chicheportiche, Ben Cohen, Eyal Cohen, Yoan Gabison, Kléa Garzon, Emma Geismar, Elon Hakoun, Eden Journo, Rémi Lorch, Laura Mamane, David Melka, Jonas Ohayon, Lenny Policcino, Solal Scémama, David Serfati, Romy Smadja, Noam Szwarc, Ilana Temstet, Ethan Trojman, Meggy Vacrate, Angie Vayssière, Yonni Vayssière, Anaëlle Zana, Salomé Zenou Et leur professeur : Nathalie Marciano Et un grand merci à Yoav Slusarensky et Jeanine Levy pour la création de la maquette.

2


3


Le chien et l’araignée C’est  double  plaisir  de  tromper  le  trompeur,              

                   Nous  l’  allons  le  montrer  tout  à  l’heure.                                                   Un  jeune  chien  s’amusait  en  plein  air,     Quand  une  chétive  araignée  sortit  de  terre. Le  molosse  avare,  curieux  et  maladroit,                               Pensant  qu’il  avait  tous  les  droits,                           S’empara  de  la  jeune  et  minuscule  créature,   L’écrasa  sauvagement  sans  demi-­‐mesure  ! Le  chenapan,  sans  pitié  ni  rancœur,   Rentra  tranquillement  dans  sa  magnifique  demeure,         Alors  que  l’araignée  souffrait  de  douleurs  !... C’est  rapidement  que  s’en  remet  l’insecte  invertébré, Avec  seulement  une  patte  légèrement  blessée. Le  temps  passa,  la  mauvaise  saison  arriva, Le  chiot,  qui  se  prenait  pour  un  roi  ! Ne  sortit  guère  à  cause  de  la  neige  et  du  froid. C’est  alors  que  l’araignée  aux  mille  ruses,  eût  une  merveilleuse  idée  ! Pendant  que  l’agresseur,  dans  son  logis  s’amuse, Elle  tisserait  une  immense  et  large  toile, Qui  lui  sera,  je  le  pense…,  d’une  grande  utilité   Pour  piéger  le  terrible  canidé. L’hiver  passa,  le  printemps  ressurgit, Ramenant  avec  lui  le  mammifère  domestique, Qui  fût,  je  le  jure  !  On  ne  peut  plus  surpris,           De  voir  l’arachnide  toujours  en  vie  !   C’est  alors  qu’il  lui  dit  :                                                                                                 «  Ne  t’ai-­‐je  point  tuée  vilaine  araignée  !   Seulement  un  de  mes  membres  tu  as  blessée  !  » Répondit  la  créature  affligée.     la  créature  intelligente  se  mit  à  courir  rapidement, Son  rival,  le  sot  !  La  suivit  aussitôt Sans  se  soucier  qu’elle  se  vengerait  sûrement, Apponte  directement  dans  ses  filets  d’argent. C’est  ainsi  que  le  chien  honteux  et  confus, Jura,  mais  un  peu  tard  qu’on  ne  l’y  prendrait  plus  !    

                Angie  VAYSSIERE                                                                                                                                            Naomie  CHICHEPORTICHE

4


5


L’AIGLE ET LA GIRAFE Une innocente girafe paissait, dans la somptueuse brousse. Un aigle terrifiant l’épiait. ! L’animal au long cou, ayant la frousse demanda au volatile : « Que me voulez vous en ce jour très doux ?  -Je ne cherche qu’à me nourrir et tu es le repas qui me correspond » La girafe se dissimule alors dans la frondaison pour éviter que cela ne tourne d’une mauvaise façon ! Mais le vorace l’ayant repéré, s’approche pour l’exécuter, sans aucun procès. L’herbivore l’implore pour la dernière fois : « Epargnez-moi, aigle adroit et matois -Comment peux-tu me réclamer cela ? j’ai le regret de t’annoncer que ta demande te sera refusée car rien ne fera renoncer au désir de te dévorer -Rien ?! reprit la girafe apeurée » Elle tente alors de l’amadouer car la paix devait régner ! Elle chantonna alors : « Sir aigle, vous êtes grand et sans doute majestueux, votre beauté éblouie mes yeux » L’aigle se sentit honoré et crut voir le monde à ses pieds. Flatté et heureux d’être complimenté il en oublia que c’était une proie qu’il devait attaquer. Le prédateur malfaisant s’envola laissant là sa victime, glacée d’effroi !!! Le mammifère encore sous le choc repartit dans la foret remerciant les dieux de n’avoir point atteint le gésier de cet aigle affamé C’est alors que l’animal au long cou se mit à rire de sa peur, car c’est DOUBLE PLAISIR DE TROMPER LE TROMPEUR !...

YONNI ET JEREMY 6


L’ANE ET LE RENARD Un renard très malin voulait transporter des pierres pour construire une maison en pleine forêt. Ne voulant pas faire d’efforts, il simule d’avoir trouvé un trésor. Il amasse les pierres dans des gros sacs et crie au bonheur d’avoir trouvé de l’or en vrac. L’âne qui passait par là, alléché par l’or, proposa son aide contre quelques pièces d’or. Le renard satisfait, chargea sur l’âne les sacs de pierres et s’allongea sur son dos, buvant une chope de bière. L’âne croulant sous ce poids, marche presque à genoux fait glisser son chargement et se rend compte que ces pierres loin d’être de l’or, sont de simples cailloux. Fou de rage, comprenant la supercherie, l’âne laisse tomber le renard dans un cours d’eau, presque sans vie. Voyant passer un marchand, il décide alors de tendre un piège à son tour. Convaincant le marchand que son chargement est en or, il lui vend à prix d’or les pierres qu’il porte sur son dos Quel culot ! Voilà notre renard dans l’eau, sans pierre ni or et notre âne, riche et vengé. C’est double plaisir de tromper le trompeur. Meggy VACRATE

7


L'HOMME et le CHIEN Un homme, fermier Aimant et attentionné, Détestant les chiens tout autant Que les ours malfaisants Vit un jour sa vie basculée. Son fils vint lui faire une demande Tout aussi contrariante que déplaisante : '' Papa peux-tu m'acheter un chien ? Ou bien je te quitte et je deviens marin!!!'' ! Le fermier dépité, accepta la demande Avec une arrière pensée : empoisonner l'animal aux longs poils Le chien malin et futé Comprit cela dès qu 'il fut arrivé. Et lui aussi prépara un plan Pour exterminer le fermier

!

Le jour fatal arriva lorsque le chien Entendit la voix de son maître : ''Ça y est ! je vais lui donner à manger et Rapidement l'empoisonner ! ''. !

La nuit arriva et le chien rusé Prépara à son tour la potion Pour le saouler de verres de bières.

L'homme ivre et déboussolé Avala le repas qui ne lui était point destiné : Et mourut empoisonné Au final c'est double plaisir de tromper le trompeur ! ELON HAKOUN

DAVID SERFATI

8


La tortue  et  le  caméléon C’est  double  plaisir  de  tromper  le  trompeur Nous  l’allons  montrer  tout  à  l’heure   Sur  une  île  très  lointaine  se  reposait  un  caméléon  ; Dans  son  hamac,  il  sirotait  un  pe7t  cocktail  citron. Une  tortue  devenue  folle  de  rage, A  la  vue  du  rep7le  allongé,  tenant  son  breuvage se  mit  en  tête  de  lui  prendre  sa  place  .  Elle  prononça  avec  audace  : «  Pourquoi  cet  individu  pourrait  faire  bronzeIe   Avec  son  pe7t  cocktail,  sans  penser  à  ses  deIes  ?  »     L’animal  portant  sa  maison  sur  son  dos Vaillamment,  se  mit  en  route  aussitôt. C’est  alors  que  le  caméléon  se  dissimula   Dans  son  hamac,  où  paisiblement,  il  se  balança.   On  ne  put  le  voir.   La  tortue  arriva.   Ne  voyant  personne, Elle  prit  la  place  de  l’animal  sous  le  soleil  qui  rayonne. C’est  alors  que  le  cousin  du  lézard  allait  être  écrasé Par  la  tortue    qui  s’écriait  d’un  air  sa7sfait  : «Ho!  Que  c’est  bien,  moi  qui  voulait  tuer  ceIe  affreuse    pe7te  bête» Le  rep7le  entendit  ces  propos  malhonnêtes. Même  s’il  ne  pouvait  presque  plus  respirer, Le  caméléon  tout  écrasé Se  mit  en  colère  et  déguisa  sa  voix. Il  cria  : «  Tortue  pourquoi  as-­‐tu  volé  la  place  de  cet  animal  qui  se  reposait  ? Lui  qui  ne  t’avait  rien  fait   Si  tu  ne  pars  pas,  je  te  punirai  en  te  tuant  !  » A  ces  mots,  la  tortue  eut  tellement  peur Qu’elle  par7t  en  courant. Ilana  Temstet  et  Romy  Smadja

9


LE SINGE ET LES RENARDS Un singe nommé Balthazar, Se trouva pris par hasard Dans un sinistre tourbillon, Qui le mena devant une maison Remplie de renards rusés mais affamés. Le singe heureux d’être vivant sautait D’arbre en arbre et remerciait Tous les dieux de l’avoir protégé. Le chef s’approcha de lui pour l’amadouer. Le malin primate aimait les flatteries c’est là son moindre défaut. Et l’autre envisagea d’en faire son repas le tint à peu près ce propos : « Cher ami tu es leste et léger, tu es fatigué. Viens donc te reposer dans notre modeste maison Nous t’offrirons nourritures et boissons » Le singe s’introduisit alors dans ce repère de bandits. Inquiet il commença à comprendre qu’on en ferait qu’un radis. Il aperçut la clef sur la porte et s’en saisit. Grace à son agilité il se faufila ainsi A l’extérieur de cette immonde bâtisse Enfermant tous ses rusés pour qu’ils périssent. On entendit des cris, des gémissements, des hurlements Mais personne ne put les délivrer, car bien heureusement, Cette demeure était bien loin de tout être vivant. Ils moururent de soif et de faim. Le singe n’eut aucun regret de cette fin. COMME VOUS L’AVEZ BIEN COMPRIS CHER LECTEUR C’EST DOUBLE PLAISIR DE TROMPER LE TROMPEUR. JONAS OHAYON

10


11


LA CIGOGNE ET LA SOURIS Une souris sommeillait Au bord d'un ruisseau Lorsqu'un immense oiseau Vint se poser près d'elle. Le petit mammifère Est vraiment intrigué Par ce grand échassier Qui se donne des grands airs Impossible de dormir, La cigogne au long cou Le saisit d'un coup vif, Elle veut le voir souffrir. Mais si la souris est petite... Elle est ingénieuse, Nous allons Montrer toute à l'heure'. La queue de la souris Chatouille la hautaine Qui gigote et qui rit jusqu'à en perdre haleine La rageuse la coléreuse Lâche la souris . La petite mijoteuse Qui très vite réfléchit Se prend à la longue Patte du migrateur. Ses petites dents la grignotent Pendant de longues minutes. L'orgueilleuse bête puisée Abandonne la partie Tombe sans aucun appui, Et se fait très mal. On voit bien ici que C'est double plaisir de tromper la trompeur!

COHEN Ben & AMSELLEM Maxime

12


Le lion et la gazelle Un lion de zoo mince et affamé, N’en pouvait plus de manger surgelé. Ce naïf carnivore, Prépara un plan en or. Ainsi la victime de ce terrible et atroce criminel, Serait une belle et longue gazelle. Acharné il creuserait chaque jour Afin d’arriver dans la cage de velours. De son coté la douce gazelle entendit la rumeur Du terrible malheur Qui pourrait l’emporter. Le gibier eut cependant une idée. Il alla voir son voisin, Un féroce gorille qui avait toujours faim. La belle lui proposa : « Mon cher ami, veux-tu échanger de toit avec moi ; En retour tu auras un bon repas bien gras. » Il accepta avec joie. A l’autre bout du zoo le fauve était impatient A l’approche d’un repas succulent. L’animal courageux Prit son jeu au sérieux. Au fin fond du trou il entendit un cri; Pris de panique il tenta de faire machine arrière, Mais le terrible gorille qui l’entendit L’attrapa violement par la crinière. En voyant cela la gazelle conclut d’un ton rieur : C’est double plaisir de tromper le trompeur.

LENNY ET EYAL

13


La carpe et le chien Un chien très assoiffé, à la plage un matin Se promenait avec, tout son argent restant. Pour montrer et son avarice et ses moyens. Les biens du chien tombèrent dans l’océan. Une carpe passa, afin de le voler La carpe l’effraya, et le chien fut spolié. La carpe s’échappa. Il cria, énervé: « Méfie-toi compère carpe, je vais me venger ! » Le jeune carpillon répondit aussitôt : « Vous compère chien, que donc allez-vous faire ? » Les deux animaux, repartirent dos à dos. Le chien complota en secret, pour se venger. De retour sur les lieux, il chercha la carpe pour l’inviter. Il la trouve et lui propose d’aller souper La carpe pour piéger le chien dût accepter. Elle le remercia et ils allèrent diner. Le chien lui prépara, une charmante assiette. En servant la carpe, il fit tomber sa fourchette. Dans le plat du poisson, se trouvait une épice. Le molosse l’avait placé dans le maïs. Il vit son couvert à terre dans la poussière, Lorsqu’il se pencha pour ramasser le couvert. La carpe échangea son plat, sûre d’être piégé. Le chien reprit son plat et fut empoisonné. Le poisson savoura la fin de son diner Puis parla ainsi au chien empoisonné: « Trompeur trompé », comme on dit chez vous les farceurs « Double plaisir de tromper le trompeur ! »

Gabison Yoan Trojman Ethan

14


15


Le lion et le renard Un lion inactif dormait oisivement sur un rocher. C’est alors que maître renard malicieux, l’invita à dîner. Le roi des animaux accepta sans hésiter. En attendant l’arrivée du lion, l’animal espiègle plaça un piège près de son entrée, Un guet-apens de 3 mètres d’excavation. Le roi des animaux, essoufflé et fatigué, Fut heureux de frapper à son portillon. Le goupil lui ouvrit et s’exclama : « - Bonjour, comment vous portez-vous, mon cher camarade ?  -  Aussi bien qu’un lion qui vit dans la savane.  - Entrez, je vous prie ! s’exclama l’animal rusé. -  Je le ferai volontiers. Reprit le félin » Le petit prédateur ne cessa de l’observer. Le lion content d’être là, Le flatta et lui fit des compliments sur le repas : « Votre repas et d’un exquis remarquable … » Le renard ainsi complimenté, oublia son piège si bien préparé. Quand il fut temps de le raccompagner, Le fauve demanda alors à compère renard de sortir le premier. L’animal rusé, mais pas assez Tomba dans son propre piège. Le lion se mit à rire et dit : C’est double plaisir de tromper le trompeur ! Solal et Noam !

16


17


TOUT ÇA  POUR  UNE  BALLE Un  chat  rusé  nommé  Archibal  vivait  dans  une  ferme. Le  félin  avait  une  balle  et  s’amusait  dans  l’herbe. Un  chien  joueur  appelé  Zeus  se  promenait  calmement. Soudain  il  vit  arriver  le  chat  blanc  marchant  timidement. De  partager  sa  balle,  Archibal  n’avait  nulle  envie. Il  souhaitait  jouer  car  c’était  son  jeu  favori. Constatant  l’égoïsme  de  son  ami,  le  canidé  eut  une  idée  : Il  devait  trouver  le  moyen  de  la  lui  subtiliser. Il  conEia  alors  son  idée  au  serpent  tout  ridé. Celui-­‐ci  savait  que  le  matou  pouvait  se  méEier. Le  reptile  attendit  que  le  cabot  eut  tourné  le  dos Et  s’empressa  de  raconter  le  complot  à  son  compagnon  le  chat  : «  Zeus  s’apprête  à  dérober  ton  jouet Car  à  s’amuser  seul,  il  est  déterminé  » Archibal  répondit  qu’il  était  bien  trop  malin. «  Je  ne  me  ferais  pas  attraper  par  ce  maudit  chien  » A  ce  moment  là,  Zeus  arrive  et  s’approche  du  chat. Ce  dernier,  plutôt  serein,  se  met  à  parler  tout  bas  : «  MéEie-­‐toi  mon  maître  est  là  qui,  s’il  te  voit  te  chassera  » Zeus  qui  craignait  les  humains,  s’enfuit  sans  avoir  obtenu  de  résultat. Archibal  fut  très  Eier  d’avoir  vaincu  sa  peur,   Car  c’est  double  plaisir  de  tromper  le  trompeur.

EMMA GEISMAR

18


Le Renard  et  le  Loup Des  loups  allaient  partir  chasser   Lorsqu’ils  aperçurent  un  renard  arriver. L’animal  qui  paraissait  affamé,    leur  demanda  : «  Compères,  puis-­‐je  me  joindre  à  vous    pour  votre  chasse  en  forêt  ?  » Ce  à  quoi  les  loups  répondirent  d’un  air  enchanté  : «  Volontiers,    félin  au  pelage  roux  !   Vous  serez  le  bienvenu  parmi  nous  ». Après  leur  chasse,  le  renard  fut  comblé  :   C’était  lui  qui  avait  le  mieux  chassé. Le  mâle  dominant,  furieux  et  se  sentant  rabaissé,   Se  dirigea  alors  vers  lui  d’un  pas  annoncé  et  le  chassa  sans  aucune  pitié Trahi  et  déshonoré,    le    carnassier  partit  tout  déboussolé. Il  se  précipita  pour  chasser  sans  être  trompé. Mais  sur  son  chemin,  il  rencontra  à  nouveau  son  agresseur Le  renard  lui  demanda  d  un  air  rieur  : «  Que  fais-­‐tu  ici  Mammifère  bavard  ?  » Le  loup    lui  répondit  d  un  air  hagard  :  «  Je  me  suis  perdu  en  poursuivant  un  bélier  !  » Mais  en  réalité  les  loups  du  clan    l’avaient  chassé  pour  son  acte  mauvais Le  loup  lui  demanda  le  chemin  pour  rejoindre  son  clan. Le  renard  lui  sourit  malicieusement, Et  pour  se  venger  lui  indiqua  une  direction  opposée. Le  loup  repartit  sans    savoir  où  il  se  dirigeait. Seul  face  à  son  désarroi,  il  admit  qu’il  ne  fallait  jamais  tromper Car  un  trompeur  peut  aussi  se  faire  tromper.

                               David  &  Rémi

19


20

C'est double plaisir de tromper le trompeur....  

C'est double plaisir de tromper le trompeur.... N'est ce pas Monsieur La Fontaine

Advertisement