Page 26

# 26

Walter Van Beirendonck et création de Richard Quinn © Aad Hoogendoorn

méconnus, se retrouve aujourd’hui au cœur d’une ville-monde où se mêlent 174 nationalités.

houette, à créer une atmosphère et des personnages uniques grâce aux masques et au maquillage.

Pourquoi avez-vous choisi la thématique des masques ? Walter Van Beirendonck : Ils me fascinent depuis mes premières collections. Les populations du monde entier les utilisent comme un instrument de transformation de l’identité. Qu’ils servent de déguisement aux enfants ou soient associés, plus récemment, au terrorisme, ces accessoires sont partout, et donc captivants.

Comment avez-vous sélectionné les pièces? AVD : Les 125 masques issus du Wereldmuseum proviennent majoritairement d’Afrique, d’Océanie et d’Amérique. Ils ont une grande force évocatrice. Walter a complété cette collection avec une superbe sélection de créations européennes, d'œuvres d’art ou d'accessoires portés par des artistes comme Björk ou Kylie Minogue.

AVD : Dans son travail de styliste, Walter parvient d'ailleurs à métamorphoser un look ou une sil-

WVB : J’ai essayé d'édifier un dialogue entre plusieurs disciplines : les artefacts ethniques côtoient des

Profile for LM magazine

LM magazine 134 novembre 2017  

Art et Culture - Hauts-de-France et Belgique - Lille et Bruxelles

LM magazine 134 novembre 2017  

Art et Culture - Hauts-de-France et Belgique - Lille et Bruxelles

Profile for letsmotiv
Advertisement