Page 32

D’après les Nations-Unies, on compte 214 millions de migrants légaux sur la planète, environ 3% de la population mondiale. Comment peut-on apprécier ces chiffres ? On recense exactement 232 millions de migrants dans les derniers rapports. Il est vrai qu’on assiste à une explosion du nombre de réfugiés dans le monde (60 millions), de demandeurs d’asile, d’exilés politiques... Des gens qui circulent dans une semi-légalité, et donc une grande précarité. En même temps, au regard des 7 milliards d’individus dans le monde, ce n’est pas colossal. En remettant les choses en perspective, à la fin du xixe siècle, au moment de la révolution industrielle, 5% de la population était en situation de migration. Pour la plupart des Européens, à cause de la colonisation, du commerce, etc.

« La gestion militaire des flux migratoires ne dissuade personne, mais oblige les migrants à prendre plus de risques »

On ne vit donc pas une situation inédite... Non. Pas du tout. Auparavant, il était question de migrants en provenance du nord qui allaient vers le sud alors qu’aujourd’hui, on assiste à une migration du sud vers le nord. Donc les pays du nord sont inquiets. Aujourd’hui, la migration est beaucoup plus diversifiée.

Que pensez-vous de la course au renforcement des frontières ? C’est un immense gâchis humain et financier. De nombreux exilés sont prêts à réaliser des projets forts, ont des choses à apporter. Tout l’argent investi dans les barrages pourrait servir à l’insertion des nouveaux venus. La gestion militaire des flux migratoires est une erreur. Cela ne dissuade personne, mais oblige les migrants à prendre plus de risques. Est-il vrai qu’avant 1914, on pouvait parcourir le monde sans papier ? Oui. Les passeports ont été introduits très tardivement. Et les frontières étaient ouvertes pour la plupart des gens. Que se passerait-il si l’on ouvrait toutes les frontières ? Je propose d’abord de multiplier les espaces de libre circulation régionaux. Si l’on accordait à plus de monde le droit de séjourner légalement en tant que touriste, étudiant ou travailleur, on aurait moins de demandeurs d’asile. La désespérance qui conduit à se tourner vers des passeurs

Profile for LM magazine

Lm magazine 110 septembre 2015  

Let'smotiv - LM magazine, Nord de France et Belgique, Cultures et tendances urbaines, Sorties Lille et Bruxelles

Lm magazine 110 septembre 2015  

Let'smotiv - LM magazine, Nord de France et Belgique, Cultures et tendances urbaines, Sorties Lille et Bruxelles

Profile for letsmotiv
Advertisement