Page 53

Will Butler Policy (Merge Records / Differ-Ant)

Vous appréciez l'énergie d'Arcade Fire mais goûtez moins ses concepts maximalistes ? L'album de Will – derrière ses claviers et basse, le plus discret des frères Butler – est fait pour vous ! S’y retrouve, dégraissée, l'essence des morceaux les plus traditionnellement rock du groupe. Plus clubs que gros stades, Policy se nourrit à l'arborescence punk – les racines garage, les branches ska, les ramifications new-wave – et sait aussi tamiser la lumière (Finish What I Started). Le chic final naïf Witness aurait presque pu figurer sur la BO d'American Graffiti car c'est avec gourmandise que Will se sert au festin du rock U.S. En huit titres la richesse de sa palette éclate. Et on accorde toute notre confiance à un homme qui nous dit (sur What I Want) connaître une super recette de macaroni au poney. Rémi Boiteux

Clarence Clarity No Now (Bella Union / PIAS Cooperative)

Pourquoi faire simple lorsqu'on peut tout compliquer ? C'est ce que l'on se dit, réjoui, en découvrant cette vingtaine de morceaux. Le Londonien tord le R&B, lui insuffle un soupçon de drill&bass, sature les guitares, ramollit les claviers, déstructure les rythmes et glisse des breaks impromptus. Franchement, on sort lessivé de l'écoute de ce disque où le trop-plein règne en maître. Lessivé, mais (plutôt) convaincu par le talent de cet héritier de Prince à composer des hits. En fait, l'Anglais reprend les choses là où Pharrell Williams les avait laissées avec N.E.R.D. et The Neptunes – une palanquée de tubes mainstream mais vicelards. Espérons simplement que jamais Clarence ne se balade attifé comme cette andouille de Pharrell, justement. Thibaut Allemand

Blackmail Dur Au Mal (Yuk-Fü)

En 2012, Blackmail publiait Bones, premier essai à l'os et (trop peu) remarqué conjuguant les sons extasiés de l'acid-house, la noirceur de Suicide et l'hédonisme sans lendemain de Primal Scream. Des derniers, ne reste plus grand-chose. Armé d'un clavier Korg MS-10, d'une Roland TR-808 et de quelques percussions, le trio français se coltine sa langue maternelle et dessine des morceaux aux contours flous, où les refrains sont quasiment absents et le chant, plutôt rare. La bande dépeint en noir (et parfois, en anthracite) son quotidien. Tout, ici, est inspiré par la zone, le vide, l'attente, le RER et les tours. Pourtant, on ne s'ennuie pas une seconde à l'écoute de ses ritournelles malades pour des dancefloors au papier de verre. Thibaut Allemand

Profile for LM magazine

Lm magazine 105 france belgique mars 2015  

LM magazine, let'smotiv. Culture et tendances urbaines France et Belgique. Sorties à Lille et Bruxelles.

Lm magazine 105 france belgique mars 2015  

LM magazine, let'smotiv. Culture et tendances urbaines France et Belgique. Sorties à Lille et Bruxelles.

Profile for letsmotiv
Advertisement