Page 115

1981. Le Fleuve Noir cherche de nouvelles plumes, histoire de coller à une époque en pleine crise. Débarque Joël Houssin. Bim ! Le polar français se prend une balle perdue. Fini les flics en imper gris et les héros proprets qui gagnent toujours à la fin. Place au Dobermann. Yann Lepentrec, son gang de barges et le sanguinaire commissaire Cristini imposent le premier pulp français. Sans morale et avec beaucoup de violence. 30 ans plus tard, les éditions Ring rééditent l’intégrale de ses romans. Rencontre avec un écrivain « enragé ». Comment est né le Dobermann ? J’écrivais des romans de science-fiction à l’époque et on m’a commandé un polar. C’était un « one-shot ». Puis l’éditeur m’a dit : « ton héros n’est pas mort, pourquoi t’en sortirais pas deux autres ? ». Résultat, j’en ai publié 19 en quatre ans... Comment peut-on le présenter ? C’est un voyou à l’ancienne. Il ne respecte que ses propres codes, mais c’est surtout un type très armé. Du coup, ça tourne toujours au duel avec les flics. Dobermann, c’est un western urbain. Les grands voyous comme lui n’existent plus. Aujourd’hui, ils ont fait l’ENA.

Joël Houssin, 61 ans, a écrit une soixantaine de romans (polars et SF) entre 1975 et 1990. Son dernier livre, Loco, a été publié en 2012 (Ed. Ring). Il est également scénariste pour le cinéma (Ma vie est un enfer, de et avec Josiane Balasko) et la télévision (Navarro, Commissaire Moulin, etc.).

Le Dobermann est né en période de crise. Est-ce la raison pour laquelle il est si actuel ? Oui, c’est un anonymous avec des armes (rires). Ce n’était d’ailleurs pas facile de le défendre. Son profil laissait une impression étrange. Certains le considéraient comme un héros d’extrême-droite. Alors qu’il est plutôt du genre « rebelle »… Bien sûr. Mais il n’est vraiment pas politiquement correct. Il n’a pas de règles. Je me sentais très libre quand j’écrivais. Le Dobermann a fonctionné comme une catharsis pour beaucoup. Il est libre, ne baisse pas la tête... Oui, et il a été vite interdit en « centrale » (ndlr : le livre fut interdit en prison sur décision judiciaire). Les bouquins circulaient sous le manteau. >>>

Profile for LM magazine

LM magazine 101 novembre 2014 france belgique issuu  

LM magazine, Cultures et tendances urbaines, France, Belgique, Lille, Bruxelles

LM magazine 101 novembre 2014 france belgique issuu  

LM magazine, Cultures et tendances urbaines, France, Belgique, Lille, Bruxelles

Profile for letsmotiv
Advertisement