Page 98

chroniques |

98

¡ No pintamos nada ! texte ¬ Porfirio Rubirosa photo ¬ DR

Premier roman de Nicolas Espitalier, plume sportive du journal Sud Ouest distinguée et récompensée (un prix de la fondation Varenne en 2007), Salamanque, œuvre en mode polyphonique, est un éloge mélancolique, très souvent nocturne, de la jeunesse dans le labyrinthe ocre de la vénérable cité castillane. On pourrait sans trop se tromper déceler ici une espèce de portrait en creux de l’auteur qui, une fois ses humanités accomplies, a séjourné en Espagne. On pourrait tout aussi bien lire un chant quelque peu nostalgique d’un trentenaire à l’heure des premiers bilans. Néanmoins, il n’est pas interdit de se plonger, comme on s’enivre, sans retenue et avec gourmandise, dans cette histoire chorale parfumée à la pression et aux pintxos. Soit le parcours de Guillaume/ Guillermo, petit « franchute » négligeant peu à peu ses études au profit d’une belle gloire dans le monde de la nuit. Autour de lui, dans les arcanes de la ville universitaire aux huit siècles, une poignée de destins se croisent : Demetrios, ❥

SALAMANQUE Nicolas Espitalier Éditions confluences

Ulysse immobile, Camacho, limonadier vénal, Svend, statisticien obsessionnel de sa propre existence et Susana, rebelle suicidaire à fleur de peau. Initiation. Des vies aimantées par la même force irrésistible : cette tentation hédoniste propre à la prime jeunesse. Les lois de l’attraction en version espagnole, où tous les verbes se conjuguent à la fête. Autant de portraits pour saisir les vertiges et les pulsions, les nuits sans fin, les amours chiennes, le deuil de la frivolité et de l’innocence. Une histoire d’initiation dans un décor tragique, car, au bout du compte, nul n’est dupe des trahisons, de ses renoncements, ni de la fuite du temps. « Garde, ô ma Salamanque, en toi mon souvenir. » /

Profile for LM magazine

let'smotiv bordeaux n°07  

let'smotiv bordeaux n°07 - mars 2010

let'smotiv bordeaux n°07  

let'smotiv bordeaux n°07 - mars 2010

Profile for letsmotiv