Issuu on Google+

#2

Oct/Nov 2012

Droit de cité La lettre d’information des

élus écologistes au Conseil Municipal de Caen

ÉDITO

DANS CE NUMÉRO

w Déchets

RUDY L’ORPHELIN

Président du groupe des élus Europe Écologie Les Verts, Maire-adjoint en charge de l’environnement, du développement durable et des déplacements

Notre environnement, c’est notre santé ! Alors que le gouvernement cherche des solutions pour assurer l’équilibre des comptes de l’assurance-maladie, notre CHU croule sous les dettes et se voit refuser par la plupart des banques les avances de trésorerie nécessaires à son bon fonctionnement. De quoi est victime notre hôpital ? Victime d’erreurs de gestion du passé ? Sans doute. Victime de la crise ? Assurément. Mais victime aussi de réformes successives qui, en plus d’avoir favorisé les établissements privés, ont tout bonnement sacrifié les politiques de prévention. Au-delà de la situation particulière du CHU, n’est-il pas temps de repenser notre système de santé pour s’attaquer enfin aux causes des maladies modernes ? En la matière, nous savons que la dégradation de notre environnement (qualité de

l’air, qualité de l’eau, alimentation etc.) a des conséquences directes sur notre santé. En guise d’exemple emprunté à l’actualité, on pourra citer l’étude du professeur Séralini chercheur à l’Université de Caen (voir en page 3). Cette expérience qui tend à démontrer la toxicité du maïs OGM NK603 - qu’il ait été ou non traité aux pesticides - nous rappelle à quel point notre bonne santé dépend de nos façons de vivre, de produire et de consommer. Notre Municipalité, souvent sous l’impulsion du groupe des élus écologistes, a fait le choix d’agir : notre action a permis de réduire de 80% l’utilisation des pesticides et notre objectif est de stopper leur usage d’ici 2014. L’Agenda 21 de la Ville prévoit d’atteindre 70% de produits locaux labellisés (bio notamment) dans la

Nos poubelles débordent, l’environnement trinque.

w OGM : le débat relancé

Un chercheur de l’Université de Caen alerte sur les conséquences des OGM dans nos assiettes.

w Logement

Un chantier d’isolation de 730 logements à la Folie-Couvrechef.

w Transports

Bus de nuit, « tourne-à-droite », doubles sens cyclables : toutes les nouveautés de la rentrée.

w La place du stationnement

Retour sur les mesures mises en oeuvre depuis un an. restauration collective d’ici 2016. Un programme de reconquête de la qualité de l’eau potable est engagé, programme qui permet aux agriculteurs présents sur les aires de captages de bénéficier d’aides majorées s’ils choisissent de se convertir à l’agriculture biologique. « Mieux vaut prévenir que guérir » dit un adage populaire. Voilà ce qui doit guider les politiques en matière de santé, voilà ce qui devrait être inscrit au fronton de chacun de nos hôpitaux.

Le chiffre : 10 % d’économies sur l’éclairage 940 000. En kWh, ce sont les économies d’énergie attendues en 2012 suite à la mise en place de 225 horloges astronomiques sur le parc d’éclairage public de la ville. Ce dispositif permet de réduire les temps d’allumage (près de 2h par jour) sans pour autant nuire au confort de chacun ; un investissement de 70 000 € qui devrait être amorti en moins de deux ans par une économie de 40 000 € sur la facture d’électricité.


L’INTERVIEW

« Nous pouvons produire moins de déchets » Chaque habitant produit en moyenne 370 kg de déchets par an. Des pistes existent pour réduire cette production et mieux la valoriser. Tour d’horizon avec Françis Joly, Vice-président du SYVEDAC. entretien avec FRANCIS JOLY

Conseiller municipal de Caen, Viceprésident du Syndicat pour l’élimination et valorisation des déchets de l’agglomération caennaise (SYVEDAC)

Aujourd’hui, comment sont gérées nos poubelles à Caen ? Depuis 2003, c’est l’agglomération Caen-la-Mer qui gère nos déchets. Elle collecte directement ou via des entreprises privées les ordures ménagères, les recyclables, les gros objets et les autres déchets (« verts », électroniques, huiles, etc.). La plupart sont acheminés au Syvedac. Ce syndicat qui regroupe 93 communes est chargé de valoriser (chauffage urbain, tri) ou d’éliminer ces déchets. Ce modèle est-il satisfaisant écologiquement ? Non, nous produisons trop de déchets - 370 kg par an et par personne - et cela continue d’augmenter. Il faut limiter le poids de nos poubelles et amé-

En Bref Quelle ville pour demain ? Le PLU voté en fin d’année

Le Plan Local d’Urbanisme (PLU) est le nouvel outil réglementaire de construction de la Ville. Il remplace le Plan d’Occupation des Sols (POS) et sera voté en fin d’année avant d’être soumis à enquête publique. Outil majeur d’aménagement de la ville, il comprend plusieurs volets dont le projet de ville et le Projet d’Aménagement et de Développement Durable (PADD) ; ces documents sont consultables sur www.caen.fr

Retrouvez les élus écologistes sur www.elus-caen.eelv.fr

Vidéos, compte-rendus des conseils municipaux, communiqués de presse : retrouvez toute l’actualité des élus Europe Ecologie Les Verts sur leur site Internet. Vous pouvez également les rencontrer à l’occasion de leurs permanences (voir agenda en page 4).

liorer les capacités de tri. La ville de Caen, l’agglomération Caen-la-Mer et le Syvedac s’y attèlent depuis 2008 au travers de la mise à disposition de composteurs, notamment. Mais une proportion importante de nos ordures reste non valorisée, notamment les restes alimentaires, qui représentent la majeure partie des déchets dits fermentescibles et qui pourraient être compostés ou transformés en gaz. Que faut-il faire pour limiter la quantité de déchets et en améliorer la valorisation ? Le déchet le moins polluant est celui qu’on ne produit pas ! Il est nécessaire tout d’abord de moins jeter, d’améliorer le tri et surtout de mieux valoriser pour n’incinérer au final que des déchets ultimes. L’enjeu premier est de réduire nos poubelles par la réutilisation, la réparation ou le recyclage. Mieux encore, plutôt que de gaspiller de l’énergie en brûlant nos déchets, nous pourrions en produire ! Il est en effet possible de collecter et de méthaniser une partie de nos déchets

fermentescibles, c’est-à-dire les faire fermenter pour qu’ils dégagent du méthane. Ce gaz, très proche du gaz de ville, pourrait ainsi nous permettre de nous chauffer, de nous éclairer ou de nous déplacer.

Une campagne de distribution gratuite de composteurs est actuellement en cours sur la ville de Caen. Plus d’informations sur www.caenlamer.fr

CÔTÉ QUARTIERS

730 logements rénovés à la Folie Ce chantier de réhabilitation qui vise près de 2 000 locataires démarre en octobre. À la clé, économies d’énergie et réduction de charges.

Action première du nouvel Agenda 21 de la Ville, la rénovation thermique de 730 logements sociaux à la FolieCouvrechef va bientôt démarrer. L’objectif est de réduire des deux tiers la consommation énergétique des logements en visant une certification BBC (Bâtiment Basse Consommation). Une fois les travaux d’isolation par l’exté-

rieur terminés, chaque ménage devrait économiser jusqu’à 300 € par an. « Aujourd’hui, le coût de l’énergie met sous pression des locataires qui sont obligés de dépenser beaucoup pour se chauffer. Devant ces coûts devenus insupportables, certains renoncent même à se chauffer » explique Annie Berger, Conseillère municipale écologiste de Caen et administratrice de Caen Habitat, l’office HLM qui gère ces logements. Le chantier qui doit durer 25 mois a été présenté lors du Conseil Municipal du 24 septembre. Son financement - 21 millions d’euros - est assuré par divers partenaires dont la Ville de Caen, l’Europe, le Conseil Régional de Basse-Normandie et l’ADEME.


L’ACTUALITÉ

OGM : Tous cobayes ?

Une étude conduite par Gilles-Eric Séralini, professeur à l’Université de Caen, relance le débat sur l’évaluation des biotechnologies.

L’étude qui porte sur un échantillon de 200 rats a mis en évidence une surmortalité inquiétante des animaux nourris au maïs génétiquement modifié NK603.

Le 19 septembre, le chercheur caennais Gilles-Eric Séralini a publié une nouvelle étude dont les conclusions tendent à démontrer les effets à long teme du maïs génétiquement modifié NK603 sur la santé. Le protocole mis en place avait permis de constituer quatre groupes de rats composés de mâles et de femelles : l’un des groupes était nourri au maïs NK603 sans herbicide, un groupe était abreuvé d’eau additionnée d’une très faible quantité d’herbicide, un troisième était nourri au maïs NK603 traité à l’herbicide, le dernier groupe étant le groupe témoin. Au final, les trois groupes ont présenté deux à trois fois plus de tu-

meurs diverses que le groupe témoin dans le même temps. Outre la confirmation de la toxicité des herbicides et des OGM traités - à laquelle nous nous attendions - cette étude met en évidence la toxicité d’un maïs génétiquement modifié en soi, traité ou non. Alors que la riposte de Monsanto et des grands semenciers ne s’est pas fait attendre, les écologistes ont réitéré leur demande d’interdiction d’importation des OGM en Europe et d’un moratoire européen sur les autorisations de mises en culture ainsi que d’un étiquetage plus exigeant sur les produits alimentaires contenant des OGM.

Arts Attack rempile pour 5 ans au Cargö Cinq ans après l’ouverture de la SMAC (Salle de Musiques ACtuelles) caennaise, la Ville a renouvelé sa confiance à Arts Attack, l’équipe originelle qui a su construire une véritable dynamique autour des musiciens régionaux. Selon Samia Chehab, Maire-adjointe déléguée à l’innovation culturelle : « Pour ce nouveau contrat, nous avons souhaité que le financement de la Ville se porte sur certaines missions essentielles :

l’accompagnement des groupes régionaux, l’action culturelle auprès de tous les publics et la valorisation du festival Nördik Impakt. Ce travail s’est fait en lien avec la Région Basse-Normandie et Pascale Cauchy sa Vice-présidente en charge de la culture. » L’enveloppe budgétaire augmentée à 550 000 € par an traduit un véritable choix politique municipal de soutien accru aux musiques actuelles.

Mobilité : les nouveautés de la rentrée Aller tout droit ou tourner à droite bien que le feu soit au rouge ? C’est désormais possible à Caen et seulement à vélo ! Dispositif mis en place sur une quinzaine de carrefours depuis début septembre, il permet aux cyclistes de réduire leurs temps de parcours, et ce en toute sécurité. Cette nouveauté s’accompagne de l’arrivée d’une vingtaine de doubles-sens cyclables supplémentaires et la réalisation d’une

piste cyclable boulevard Dunois. Notre réseau de bus se renforce également en cette rentrée avec l’arrivée d’une ligne de bus de nuit (Noctibus) en service les jeudis, vendredis et samedis et de 4 lignes de soirée (Flexo) en service les vendredis et samedis. Un engagement tenu et un succès immédiat à en juger par l’importante fréquentation des premières semaines (plus d’infos sur www.twisto.fr).

Instantané Santé : des actions en réponse aux priorités des Caennais Lors de l’élaboration du diagnostic Santé de la Ville, trois thèmes prioritaires ont été repérés par les habitants et les partenaires interrogés l’été dernier. Il s’agit de l’alimentation, du bien-être psychique et de l’accès aux soins. La Ville de Caen vient de clore son appel à projets auprès des associations et institutions pour soutenir les actions autour de la bonne santé qui tiendront compte de ces priorités.

Tarification progressive de l’eau : en vigueur à Caen depuis 2010 Une proposition de loi est en cours d’examen au Parlement pour la mise en place d’une progressivité des tarifs du gaz et de l’électricité. L’engagement de la nouvelle majorité nationale prévoit également la mise en place d’une tarification progressive de l’eau qui devrait être discutée prochainement. La ville de Caen n’a pas attendu : depuis 2010, ce système est en place. Autrement dit, ceux qui consomment plus d’eau payent proportionnellement plus cher que ceux qui consomment moins.

Une motion de soutien aux salariés d’Honeywell Annoncée en 2011, la fin de l’activité du site industriel d’Honeywell à Condésur-Noireau devrait être effective en juin 2013. Ce sont 223 emplois directs qui vont disparaître. Dans une motion présentée par la majorité et votée à l’unanimité, les élu(e)s de la ville de Caen ont tenu à dénoncer l’absence de désamiantage du site de Condé, dû par Honeywell, et qui expose aujourd’hui encore les salariés à l’amiante. Ils ont également tenu à faire part de leur soutien aux salariés et anciens salariés du site qui demandent la reconnaissance du statut de travailleurs de l’amiante.

Faire son miel à Caen, c’est désormais possible Dans le cadre de son programme biodiversité, la ville de Caen a engagé un partenariat avec l’Abeille Normande du Calvados (ANC) afin d’accompagner les particuliers ou associations qui souhaitent installer des ruches en ville. Une façon de protéger les espèces locales tout en sensibilisant le public sur l’importance de préserver la biodiversité.


LE ZOOM

Stationner autrement pour bouger autrement Quelle place pour le stationnement dans notre ville ? Depuis septembre 2011, de nouvelles mesures ont été mises en oeuvre. Retour sur les objectifs d’une telle politique. Depuis un an, un nouveau plan de stationnement a été mis en place dans notre centre-ville. Objectifs : mieux partager l’espace public, renforcer l’attractivité du centre-ville et inciter le plus grand nombre à se tourner vers les transports en commun et les modes doux de déplacement. RECONQUÉRIR L’ESPACE PUBLIC Parkings souterrains sous-utilisés, nombre élevé de places en surface, manque de clarté dans la réglementation (tarification, durée de stationnement, places gratuites à l’intérieur du secteur payant) sont autant de raisons qui nous ont conduits à proposer de nouvelles mesures pour optimiser la gestion du stationnement plutôt que de donner suite au projet de parking sous les fossés Saint-Julien, imaginé par la précédente Municipalité. Au mois de novembre, la place SaintSauveur sera enfin rendue aux piétons, après une première phase de piétonisation, en 2009, des rues Ecuyère, SaintPierre et de Strasbourg. Depuis 2008, le vélo trouve peu à peu sa place et l’offre de transports en commun a été renforcée. « C’est l’ensemble de ces projets qui nous a conduits à adapter la politique de stationnement qui n’avait pas

Prenons date w Jeudi 8 novembre 2012 - 20H15 Réunion du groupe local EELV Pays de Caen Siège d’EELV - 25, rue Varignon à Caen w Jeudi 12 novembre 2012 - 17H30 Séance du Conseil Municipal - Hôtel de ville de Caen (salle des Gardes) w Samedi 17 novembre 2012 - 10H00/12H00 Permanence du groupe des élus écologistes Siège d’EELV - 25, rue Varignon à Caen w Vendredi 7 décembre 2012 - 18H00 Conseil Communautaire de Caen-la-Mer - ESAM Cours Caffarelli à Caen. w Octobre, Novembre, Décembre 2012 Les élus EELV organisent 8 réunions de compterendus de mandat dans les quartiers caennais. Toutes les dates sur www.elus-caen.eelv.fr

Près de 600 foyers bénéficient de la carte résident. Moins incités à déplacer leur véhicule de crainte d’être verbalisés, les habitants du centre peuvent opter plus facilement pour les transports en commun.

été revue depuis près d’une décennie » indique Rudy L’Orphelin, élu en charge du dossier. LE SUCCÈS DE LA CARTE RÉSIDENT La réduction de l’offre de stationnement liée à ces projets s’est ainsi accompagnée d’une extension de la zone payante. 800 places anciennement gratuites sont devenues payantes, les tarifs et durées ont été revus (voir ci-dessous). Le forfait résident a quant à lui été étendu à l’ensemble de la zone payante et son coût divisé par deux. Ce nouveau dispositif a largement trouvé son public puisqu’il

compte aujourd’hui près de 600 abonnés contre 30 sous l’ancienne formule. Ces différentes mesures marquent un tournant vers une politique de stationnement intégrée à nos politiques de déplacements afin de favoriser de réelles alternatives à la voiture individuelle, notamment pour les 15 000 salariés du centre-ville. La création de nouveaux parkings-relais, l’accompagnement des salariés dans le cadre des plans de mobilité comme le projet de ligne 2 de transport en commun en site propre doivent y contribuer pour un centre-ville attractif dans un environnement préservé.

Rappel des principales nouveautés Tarifs et durée. La zone hyper-centre (rouge) comporte 1 285 places. On y stationne pour une durée maximum de 1h15 (1,20 €/h). La zone périphérique (jaune) comporte 3 085 places. On y stationne pour 2h30 maximum (0,80 €/h). Le forfait résident. Chaque foyer peut souscrire une carte de résident moyennant 15 € par mois ou 150 € pour un engagement d’un an. Les habitants de la zone rouge peuvent y stationner grâce à un forfait supplémentaire de 2 euros par jour. Un forfait pour les artisans réparateurs a également vu le jour pour 250 € par an.

Les autres mesures. Le parking place de la République dispose désormais de barrières en entrée et en sortie, ce qui permet de payer la durée réelle stationnée. Les usagers du train peuvent bénéficier d’un tarif de stationnement attractif (6 € par jour) sur le parking de la rue d’Auge (50 places). Les parkings-relais. Une étude conduite par Caen-la-Mer a permis d’identifier les futurs parkings-relais et/ ou aires de covoiturage au sein de l’agglomération. Ces sites seront inscrits dans le Plan de Déplacements Urbains (PDU) en cours de révision.

Droit de cité est la lettre d’information du groupe des élus écologistes au Conseil Municipal de Caen. Imprimé par nos soins. Directeur de Publication : Rudy L’ORPHELIN. Ont participé à ce numéro : Pascale CAUCHY, Jean-Luc VÉRET, Annie BERGER, Samia CHEHAB, Françis JOLY, Colette GISSOT, Antoine ASTRUC Pour tout contact : Groupe Europe Ecologie Les Verts - 25, Rue Varignon 14000 CAEN. Site Internet : http://elus-caen.eelv.fr


Droit de CIté 2