Issuu on Google+

le courrier des élus Groupe Europe Ecologie Les Verts au Conseil Régional

Abbaye aux Dames. Place Reine Mathilde. 14000 Caen. Collaborateurs du groupe : Julien Hermilly : j.hermilly@crbn.fr : 06-76-71-59-27 Antoine Astruc : a.astruc@crbn.fr

Edito

Clara Osadtchy,

Présidente du groupe Le climat national est actuellement tendu. Entre la surmédiatisation d’une montée de l’extrême droite qui ne peut être niée et les grandes difficultés à écrire un budget qui permette plus de justice sociale et de transition écologique, le ton est à la morosité et au sentiment d’impuissance. Pourtant, dans les territoires, les collectivités et leurs élus agissent chaque instant pour le quotidien des citoyens. En Basse-Normandie, la Région, au travers de sa politique de formation et d’emploi, engage tous les moyens pour lutter contre cette réalité qui oppose des parcours de vie, des métiers et les offres d’un marché du travail en perpétuel mouvement. Les élus s’engagent pour porter des positions, sur la fiscalité écologique, sur notre position face à un voisin paradis fiscal à proximité de nos côtes, sur les leviers à actionner pour montrer tout le potentiel en emplois et en développement local de la transition énergétique, comme l’une des réponses à la crise. Et parce que nous croyons que c’est dans cette action de terrain que nous pouvons faire bouger les lignes, les élus écologistes du conseil régional continuent d’agir avec détermination : développement de l’économie sociale et solidaire, travail sur les circuits courts et l’alimentation durable, soutien aux territoires en transition énergétique, culture pour tous, coopération internationale. Il ne s’agit pas simplement de marqueurs mais bien d’avancées pour une société durable.

Retrouvez-nous en ligne !

f t

Élu-es-Europe-Ecologie-Les-Verts-duConseil-Régional-de-Basse-Normandie

@eluseelvcrbn

c lesvertsdebassenormandie

#8

octobre 2013

Mobilisation pour l’emploi 3 questions à Yanic Soubien Vice-président du conseil régional de Basse Normandie en charge de la formation tout au long de la vie et de l’emploi. Il a présenté lors de l’Assemblée Plénière du 27 septembre 2013 plusieurs actions en faveur de l’emploi.

Le jeudi 03 octobre était organisé à Caen la première conférence régionale pour l’emploi, quel en a été l’objectif ? Fin juin, j’ai représenté l’Association des Régions de France à la Conférence sociale nationale. De retour, j’ai proposé de décliner en région ce rendezvous de démocratie sociale pour mobiliser tous les acteurs de l’emploi et de la formation : État, Pôle Emploi, syndicats, patronat, prescripteurs et opérateurs de formation, etc. Ce large partenariat est en effet devenu indispensable pour mettre en œuvre la politique de l’emploi dans notre région. Le fait que l’on ait fait salle comble ce jeudi 3 octobre est donc d’ores et déjà une vraie réussite.

La Basse-Normandie compte plus de 100 000 chômeurs, soit 10 % de la population active. Que peut faire le conseil régional à ce sujet ? La Région se mobilise fortement avec ses propres objectifs et moyens. Depuis plusieurs années, nous avons créé des politiques de dialogue dans les territoires pour mieux mettre en concordance les besoins et les offres. C’est en effet au plus près des territoires que l’on peut au mieux assurer l’adéquation entre les demandeurs d’emplois et les offres d’emploi et de formation. La région Basse-Normandie a été la première à s’investir dans ce dialogue permanent et la mise en place d’une démocratie sociale au maillage fin. De plus, nous avons refondu une nouvelle politique de formation avec de nouveaux outils, dans le cadre du Service Public Régional de Formation. La Région est aujourd’hui renforcée et légitimée dans son rôle pour accompagner par la formation les politiques de l’emploi.

Quelles actions sont actuellement menées pour agir au plus vite en faveur de l’emploi des bas-normands ? Le conseil régional, en partenariat avec l’État et les partenaires sociaux, a lancé le plan « 700 offres de formation pour l’emploi », élaboré ces derniers mois et dont l’objectif est de proposer 700 formations adaptées aux emplois non pourvus de notre région. Cela s’inscrit d’ailleurs dans la feuille de route de la conférence sociale nationale. Elle s’engage dans le dispositif emplois d’avenir à plusieurs niveaux : en soutenant les associations qui embauchent des emplois d’avenir, en accompagnant par la formation et l’accès à la qualification les salariés et en recrutant directement des emplois d’avenir à la Région. Enfin, sur le long terme, l’investissement de la Région dans les secteurs d’avenirs tels que les énergies marines renouvelables devrait favoriser considérablement la création d’emplois.

sur elus-bassenormandie.eelv.fr communiqué de presse + vidéo de Yanic Soubien


également à l’ordre du jour de la plénière du 27 septembre : Gestion des fonds européens : Les Régions pourront

gérer plusieurs fonds européens d’ici 2014. La Région élabore donc actuellement le «programme opérationnel» qui définit les actions prioritaires de la Région financées avec ces fonds. Révision de l’Agenda 21 : l’Agenda 21 de la Région, daté de 2008 a été revu. Cette nouvelle version se veut plus opérationnelle : moins d’actions mais mieux ciblées, notamment sur la transition énergétique.

Avis négatif sur le futur pôle métropolitain de l’Estuaire de la Seine : Présenté comme outil de coo-

pération autour de l’estuaire de la Seine, la Région a émis un avis négatif (comme le conseil général du Calvados et la Région Haute-Normandie) au vu du flou du projet et du déséquilibre

Emplois d’avenirs

La Région s’engage

Réponse urgente au chômage des jeunes, les emplois d’avenir prennent doucement mais sûrement leur envol. Le principe est simple : l’État finance une grande partie du salaire et des charges au profit des collectivités et du secteur non marchand. Le conseil régional prend sa part et a décidé d’embaucher 50 jeunes en emplois d’avenir, offrant ainsi de vraies perspectives d’insertion professionnelle. De plus, le conseil régional a créé une aide à destination des associations, couvrant une partie du salaire des emplois d’avenir qui reste à la charge de la structure. Cela entre dans l’objectif que la Région s’est donné d’aboutir à la signature de 1700 emplois d’avenir sur son territoire d’ici la fin de l’année. De plus, la Région va communiquer sur l’autre dispositif d’Etat - le contrat de génération - pour que cette politique puisse aussi rencontrer son public.

Relocalisation de l’économie

Solex roule pour Saint-Lô

C’est assez rare pour être souligné : une entreprise française relocalise une partie de sa production en France, qui plus est à Saint-Lô. L’entreprise Easybike, qui construit les Solex électriques, a annoncé le retour de plusieurs emplois dans la Manche. Au delà du symbole, cette annonce montre que la relocalisation peut faire partie intégrante d’une stratégie d’entreprise. Nous pouvons d’autant plus nous en réjouir que cela concerne le secteur des mobilités actives, en plein essor, qui crée donc des emplois en Basse-Normandie.

Vélo région

Les vélos ont leurs maisons

Clara Osadtchy, qui suit les dossiers de mobilité au conseil régional, était à l’inauguration de la Maison du vélo de Caen début septembre. Première ouverture d’une maison du vélo dans notre région qui sera bientôt suivie par celle de Bayeux : elles feront de la Basse-Normandie la première région de France à disposer de deux maisons du vélo sur son territoire, portées par des associations œuvrant dans le champ de l’économie sociale et solidaire. Toutes les deux ont bénéficié du soutien de la Région dans le cadre de sa politique “Vélo-région” qui accompagne notamment les collectivités pour développer des politiques cyclables.

entre les deux rives. A ce jour, la plupart des intercommunalités concernées ont rejeté le projet. Approbation du SRCAE : Le Schéma Régional Climat Air Energie définit les priorités et les actions en ce qui concerne le changement climatique, la qualité de l’air et la transition énergétique. Le volet éolien n’a pas été encore voté, mis en révision par le Préfet suite à l’opposition de la Région qui protestait contre son manque d’ambition et des zones d’exclusions éoliennes trop importantes. Nouveau chèque agricole : Ce dispositif de soutien mis en place par François Dufour en 2010 est élargi au financement de conseils pour les installations de jeunes exploitants.

Énergies Marines Renouvelables

Une ambition (enfin) partagée

Lundi 30 septembre, le Président de la République François Hollande était à Cherbourg pour lancer officiellement l’appel à manifestation d’intérêt sur les fermes hydroliennes, dont une devrait être implantée au raz Blanchard, au large de la Hague. Cette visite est l’un des signes de l’intérêt croissant pour les Énergies Marines Renouvelables (EMR). Jérôme Virlouvet et Marine Lemasson ont participé à la table ronde organisée en présence du Président de la République. Celui-ci a appelé la Basse Normandie à «relever le défi des EMR « et a rappelé que le potentiel des hydroliennes dépasserait dès 2020 la production de trois centrales nucléaires ! Pour les élus écologistes, il est préférable de voir le Président de la République lancer le chantier des hydroliennes plutôt que le voir inaugurer l’EPR ! S’il peut rester des points précis à regarder de près, le discours général et les actions concrètes comme cet investissement public de 30 millions d’euros montrent le détournement progressif de la France de l’énergie nucléaire, encore chérie il y a quelques années. C’est un vrai espoir pour la construction d’un mix énergétique durable qui permettra à notre pays - et notre région - de sortir un jour du nucléaire et d’engager la transition énergétique.

C’est arrivé près de chez nous

Jersey paradis fiscal !

Fin août, la France a actualisé sa liste des territoires non coopératifs en matière fiscale. Elle y a introduit Jersey. Cela ne fut pas une surprise : cette petite île est le premier exportateur de fruits exotiques du monde et compte 200 banques pour 95000 habitants ! Pourtant, l’inscription d’un partenaire de la Région (économique, touristique, culturel..) comme paradis fiscal ne peut pas passer inaperçu. Les élus écologistes ont demandé au conseil régional non seulement la plus grande prudence dans ses relations avec l’île, mais également qu’il agisse auprès du gouvernement de Jersey - représenté en France à Caen – pour qu’il s’engage à plus de transparence sur les activités de cette ile anglo-normande.

Prochaine assemblée plénière les 14 et 15 novembre


Courrier des élus N°8