Page 1


Mon parcours 

Des rencontres pour aller... 5 années d’étude aux beaux-arts de Bourges, et une envie de professionnalisation se fait ressentir. Je décide de partir à Lyon, loin du cocon, pour découvrir une vie culturelle plus foisonnante. Je découvre les nombreux lieux d’expositions, les librairies toujours plus riches en éditeurs, les opéras... J’y reste le temps de mes études pour un BTS en communication visuelle.

salon du livre se St-Etienne, projet de fin d’étude. - création typographique de l’alphabet. - création typographique des nombres. - édition d’un livret/programme - création des affiches du festival - déclinaisons graphiques du visuel: marque page, sac...

FÊTE DU LIVRE DE ST-ÉTIENNE

Extrait : Raymond Queneau Morale élémentaire, 1975

Raymond Queneau Morale élémentaire, 1975


Le service civique :

2 - le service civique

1 - le bénévolat

L’année se termine et je décide de poursuivre mon bénévolat aux mille univers pour me former à la typographie. Je rencontre des typographes en activité qui m’enseignent quelques gestes. Je restaure des presses et imprime mon premier livre. Différents projets, affiches, documents sont imprimés et nous cherchons alors un moyen pour poursuivre l’apprentissage de la typographie dans l’atelier.

On me propose alors un service civique qui me permet d’apporter un appui aux activités culturelles organisées par l’association. Ma mission contribuera à mettre en place un réseau de bénévoles. Cette démarche permet à l’association de mobiliser davantage les bénévoles et de créer un lien inter-générationnel entre les bénévoles retraités du monde du livre et les ateliers pédagogiques menés avec les écoles et les collèges. Lors de cette mission, j’incite l’association à faire partie de l’AEPM (Association Européenne des Musées de l’imprimerie) pour ainsi partager le savoir-faire et participer aux réunions organisées par celle-ci. Nous développons le réseau et je pars faire des petites cessions de travail chez les uns, chez les autres. L’année de volontariat se clôture par l’inauguration de l’atelier: je suis amenée à présenter mes actions et la nouvelle réorganisation de celui-ci. Les casses typographiques ont été réaménagées par famille, des kakémonos explicatifs ont été crées, (exemples ci-contre).

Carton d’invitation Innauguration des mille univers, 2013

kakémonos des différentes familles typographiques Innauguration des mille univers, 2013


Les obstacles :

Transmission difficile...

Le savoir-faire est difficilement transmis. Le matériel et les associations sont rares. L’apprentissage est fastidieux, il faut aller à la rencontre «des anciens»  : cela implique des déplacements aux quatre coins de la France et un certain budget. Le métier n’est plus enseigné, ni transmis, le matériel jeté.

Il y a les presses, ces inconnues

Je découvre en pratiquant, apprends des travaux qui me sont confiés, essaie, casse, me lance. Je suis seule face à ces presses que je ne connais pas, mais j’ai un travail à faire. Chaque presse est différente, chaque presse à son format propre, sa mécanique, son rythme. L’encrage est parfois manuel, parfois automatique. Parfois c’est le corps entier qui est mis à contribution lorsque nous devons composer, corriger, imposer et caler en machine pour ensuite imprimer à la force des coups de pédales que nous engageons sur cette mécanique. Le métier est physique, précis, minutieux. Il engage le rythme de la vie, de la pensée vers l’écrit.

Minerve / pedalette format d’impression : Les jardins typographiques, 2014

les papiers,

Presse Landreau / pedalette format d’impression : Les jardins typographiques, 2014

Et puis il y a aussi le papier et ce moment où l’on découvre pour la première fois le texte imprimé sur surface blanche ou de couleur.

C’est un peu comme la photographie ou enfin l’image se révèle à vos yeux. Ce papier que l’on choisit pour mettre en valeur un texte, des images, une transparence. Cette matière lourde aussi que l’on coupe selon la fibre du papier.


Il y a les plis à prévoir l’imposition du texte et l’allure que celui-ci prendra dans le format. Se projeter en faisant un polichinelle, comprendre et prévoir les réactions du papier face à l’encre, à la température ambiante de l’atelier. S’imaginer les « blancs tournants », cet équilibre du blanc laissé et de la présence du texte noir sur la page. Calculer les temps d’impressions, de sèche, de nettoyage de presse pour chaque couleur, le repiquage d’une seconde ou troisième couleur. Déterminer la quantité d’encre, différente d’un petit corps à un gros corps, miser ou imprimer en deux fois. Et puis les contraintes techniques et mécaniques liées à la presse utilisée. La régler, la graisser, démonter, remplacer et remonter les pièces cassées. Appeler les copains pour des tuyaux, pour des conseils, faire fonctionner le réseau. La mécanique fait

Clé de serrage d’une composition Les jardins typographiques, 2014

partie de cette activité. Connaître les mécanismes, les roulements, le sens de fonctionnement de chaque pièce, comprendre l’interaction de l’une sur l’autre, comme l’horlogerie, c’est aussi cela la typographie. C’est une relation intime et poussée que l’on a avec la mécanique de sa presse. L’activité n’est pas facile, les obstacles sont nombreux et de toutes natures (techniques ou mécanique, caractères manquant lors de la composition d’un texte, matériels difficilement trouvables et réparables... ). Les temps de fabrication d’un livre sont longs et onéreux. Le savoir-faire secret. Il faut savoir prendre le temps.

serrage d’une composition afin de maintenir la composition dans le châssis à la verticale. Les jardins typographiques, 2014

Restauration :

l’imposition, l’encrage,

/// presse minerve restauration ///


/// serrages de composition nettoyés ///

S’installer à son compte

L'envol

Trois années au mille univers. Puis une quatrième année qui s’oriente vers l’envie de voler de mes propre ailes. Une envie de construire une entreprise qui rassemblera mes trois passions : l’édition, le graphisme, l’impression. Les jardins typographiques naissent !

/// caractère typo en vrac redistribution en casse (voir modèle ci-contre) ///


J’aménage, dans un premier temps, dans différents quartiers, trois garages dans la ville de Châ-teauroux. Je travaille ainsi sans eau ni électricité, dans le froid. Mais la question du statut se pose. Dans quel cadre puis-je exercer mon activité ? Je rencontre la BGE, qui m’aiguille et me propose des formations. Nous évoquons les différents statuts fiscaux et sociaux. Il est temps de s’immatriculer. Mais je ne suis pas prête. Comment savoir si son activité est viable ? Comment ne pas prendre trop de risque lorsque l’on démarre ? Je suis alors orienté vers le Ples (Pôle local d’économie solidaire). Voilà deux ans qu’il m’accompagne dans le dévellopement de mon entreprise.

Mon projet :

S’installer, mais comment ?

Deux structures bien différentes un point commun

Les jardins typographiques, est un atelier créé en deux parties bien distinctes : – une maison d’édition, orientée vers la création de livres d’artistes, de rencontre entre un plasticien, un musicien … un auteur et l’éditeur-imprimeur. (sous forme associative)

des cartes de visites, des faire-part : j’aime mettre en scène du texte, des images ! J’aime travailler avec des clients très différents, qu’ils soient issus de la culture, de l’art, de l’industrie… J’aborde et conçois des projets où la forme est au service de l’idée. Ces réalisations se partagent entre des commandes institutionnelles, culturelles, des particuliers et des projets autoproduits. Je leur propose une impression typographique/letterpress sur des beaux papiers, ou les aiguille sur une impression numérique/offset réalisée localement.

– un atelier de créations graphiques et un atelier d’inpression typographique/ letterpress (sous forme d’entreprise) Un point commun : la typographie au plomb et cet amour des beaux papiers !

L’entreprise répond à des commandes J’accompagne mes clients dans la conception et la réalisation sur mesure de tous leurs documents de communication. Je conçois des identités visuelles, dessine des caractères, des affiches, des dépliants,

La typographie et le letterpress permettent de donner à une création unique un caractère singulier. L’impression se fait en creux ou en relief et attire irrémédiablement vos doigts vos yeux !

impression en débossage (en creux)


L’association part à la rencontre d’auteurs, d’illustrateurs...

La création de livre est un travail réalisé conjointement avec les acteurs du livre que sont les auteurs, les plasticiens et l’éditeurimprimeur. Ces livres sont entièrement réalisés à la main sur des papiers appropriés aux techniques employées. Les allers-retours sont primordiaux, pour se projeter dans la création des livres ou de tous autres projets. La maison d’édition publi des livres à compte d’éditeur (le livre est alors sélectionné par un comité de lecture). Cela signifie : > être responsable des ouvrages que l’on publie. > être responsable de la mise en forme graphique et du suivi de fabrication de l’ouvrage. > travailler à compte d’éditeur c’est inscrire le livre dans une collection, un catalogue. > s’engager à promouvoir les ouvrages auprès des librairies et du public.

Projet pédagogique Les jardins typographiques, 2016

Les salons du livre

Les objectifs

Les Jardins typographiques participent à

Faire perdurer l’atelier typographique dans un seul lieu. Il faut développer : › des commandes grâce à l’acquisition de presses automatiques performantes. › la clientèle › les projets pédagogiques › les ateliers de découvertes pour le public › le démarchage › des projets autoproduits (livres, carnets, calendriers...)

de nombreux salons du livre comme celui organisé par Chapitre Nature dans l’Indre, ou Livres en fête à Mers-sur Indre...

Le public, les scolaires

Je reçois du public et des scolaires pour des initiations afin de promouvoir les savoir-faire traditionnels. Je présente les étapes de fabrication d’un livre, je leur présente différents papiers, différentes techniques d’impression. Des stages d’initiations à la linogravure sont envisagés. Pour moi, le lien inter-générationnel est primordial : les anciens transmettent aux plus jeunes, échangent et valorisent le travail manuel. C’est un lieu de transmission entre professionnel et « débutant », ou l’échange des procédés et des époques se confrontent et sont essentielles l’une à l’autre. Comprendre hier pour mieux appréhender aujourd’hui est matériel et palpable pour les générations futures. Je souhaite faire vivre et créer des vocations auprès des futures générations pour animer ce patrimoine culturel et social.

Quelle place dans ce secteur d’activité?

Le métier de graphiste est en plein essor et de nombreuses entreprises ou indépendants s’installent. Il faut toujours aller plus vite, et produire, la concurrence est rude. Alors comment se démarque-t-on lorsque l’on aime pratiquer un métier manuel ? À contre-pied de cette surproduction, je prends le temps pour construire un projet, pour écouter la clientèle, je suis disponible. La typographie est pratiquée par un petit nombre de personnes passionnées d’artisanat d’art et d’édition. C’est un métier multiple en voie de disparition : typographe compositeur, correcteur, imprimeur, façonneur... À l’heure du numérique et de la dématérialisation, la demande est croissante : on assiste à un retour du produit de qualité et de proximité, on retrouve le sens du toucher, la valeur de l’imprimé, le produit réalisé sur mesure.

Loin des relations impersonnelles inhérentes aux grosses structures, les jardins typographiques proposent un échange constructif et sans intermédiaire. Ce métier artisanal présente des milliers de possibilités et offre à ses clients, ses auteurs, des choix de papiers (couleurs, grammages, textures…), des encres, des formats multiples. La typographie peut être couplée à des techniques d’impressions contemporaines (avec des vernis sélectifs, des impressions pailletées...) et l’enrichir par des finitions particulières (embossage, débossage). Les deux ne s’opposent pas l’un à l’autre, ils se complètent. Je souhaite developper mon atelier dans cette transversalité.


Les perspectives d’évolution de ce projet sont intimement liées à l’implantation de notre matériel dans un atelier, outil essentiel pour favoriser l’accueil du public et le développement des projets culturels et artistiques. Nous souhaitons, dans un premier temps peréniser ce lieu et éspérons accueuillir des plasticiens, des auteurs en résidences par la suite.

un projet de vie, un travail

L’installation dans cet atelier a été une seconde étape pour réaliser des commandes qui nécessitent plus de précisions. Je souhaite rapidement pouvoir assurer les charges de ce lieu pour ainsi dégager un bénéfice, indispensable au fonctionnement de l’entreprise. J’aspire au fur et à mesure pouvoir me verser un salaire fixe et développer ainsi ma carrière professionnelle, un projet de vie !

Atelier des jardins typographiques, 2016

Les �tapes � venir :

Les perspectives :

les perspectives

Accueillir et poursuivre la restauration de materiel

Nous lançons un financement participatifpour compléter notre atelier. Nous souhaitons dévelloper nos typographies tant du point de vue esthétiques et graphiques que du point de vue de la quantité. Nous pourrons ainsi être à l’aise dans la composition des pages. Nous aggrandirons également notre parc machine, avec des presses electrifiées. Nous sommes à la recherche d’une KSB pour imprimer des formats plus grand. L’ensemble de ces presses me permettront d’être plus performante en temps de production et de réaliser des opérations de façonnage jusqu’ici effectués à la main.

Les bénévoles

Le développement des bénévoles pour la partie éditoriale est aussi très importante. Ils pourront m’aider à tous les niveaux : transmission des savoir-faire, aides lors des assemblages de livres...

Préparation de l’imposition pour l’impression d’un livre en trois jours au salon du livre Chapitre Nature Les mille univers, 2014

/// linogravure réhaussée de couleurs /// --- Impression 35 exemplaires - 2015 - ---


Le site internet se professionnalise Les jardins typographiques, 2017

Un projet qui avance

Après l’installation de l’atelier dans un lieu unique je commence à réaliser des projets propres aux jardins typographiques : réaliser de carnets, de cartes de vœux, de calendriers de mes propres outils de communications par exemple.

Partenaires, partenariats envisagés

Les différents papetiers (Antalis, Malmenayde, Fédrigoni...) sont des acteurs du projet : ils valorisent notre savoir-faire auprès de leur clientèle et m’aiguillent sur les spécificités de chaque papier. J’échange de manière régulière avec le musée typographique de Bordeaux et l’AEPM. Ces professionnels «retraités» partagent leurs connaissances et leurs expériences en matière de conservation du matériel et des savoir-faire. Je poursuis le développement avec les écoles, les structures institutionnelles culturelles afin d’étendre les ateliers d’initiation à la typographie, la gravure.

Screenshot du site internet Les jardins typographiques, 2014

Des démarches ont été entreprises auprès de la région Centre, de la Drac et de Ciclic (Agence régionale du Centre pour le livre, l’image et la culture numérique).


Quelques r�alisations :

depuis mon entrée en couveuse...

/// faire-part de mariage ///

--- Impression des faire-part de mariage et des serviettes de table. - 2015 - ---


/// carte de visite/Nicolas Turon ///

--- Création graphique, impression typographique RV/noir - 2015 ---

/// Pacification, 200ex Marc-Albéric Lestage ///

/// carte de visite des éditions les jardins typographiques - 2017 -

--- Mise en page, création graphique, impression intérieur numérique, impression typographique pour la couverture. - 2015Façonnage, couture fait main. ---

///ci-dessous - Syan, EP - création graphique - 2015 -


/// Ci dessus,

Is / insonoriser Isabelle Seelig, poésie, 60 pages ///

/// Communications des jardins typographiques - 2017 ///

///Linogravures imprimées à 35 exemplaires réhaussées de couleurs ///


la presse ! depuis mon entrée en couveuse...

///Ci-contre Lauréate Talents des Cités dans la catégorie Émergence Différentes radios réalisées : RCF, émission quartier libre, 22 septembre 2015 Balistiq, émission Postface, 11 décembre 2015 ///

/// 12/05/2015La nouvelle République Sortie de Pacification ///


colophon

Ce livret est réalisé par Christelle Fort. Il est composé en calibri de corps 11 et argrémenté de photographies prises par mes soins aux mille univers ou dans l’atelier des jardins typographiques.

/// Présentations des jardins typographiques, Magazine Carré Barré, agence Com’bawa ///


Les jardins typographiques 1 place du souvenir franรงais 36130 Diors --Christelle Fort 06 86 18 25 55 --www.jardintypographique.fr

Presentation ljt  
Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you