Issuu on Google+

Toute

l’actualité

cinéma

belge du

et + si affinités

#1 du 18 mai 2012

e-magazine quotidien

22mai


CARTE BLANCHE Pierrette Baillot Brussels Film Office 2011 : LE CINEMA BELGE GARDE 2011 un terrain plus que fertile LA PECHE ET LE BRUSSELS FILM grâce à une année cinéma belge OFFICE S’OFFRE UN RELOOKING exceptionnelle. COMPLET

Pour sa sixième année d’existence, le bureau d’accueil des tournages en Région Bruxelloise a fait peau neuve. Changement de nom, nouvelle équipe, nouveaux locaux, nouveau logo, nouveaux partenaires…

Le Gamin au vélo, Rundskop, les Géants… pour ne citer qu’eux, ont attiré l’intérêt des médias tout en renforçant les tournages dans la Capitale de l’Europe. De Cannes à Los Angeles, la sensibilité et l’audace de notre cinéma font mouche.

Intégré à VisitBrussels, (Cinéma et tourisme font bon ménage) le Brussels Film Office partage ses bureaux avec Bruxellimage, dans le prestigieux bâtiment du BIP, rue Royale.

La Belgique conserve son leadership en matière de coproductions, la France restant son premier partenaire avec 39 films en 2011, dont 14 majoritaires.

En vrac : Cloclo, les Tribulations d’une caissière, Il était une fois une fois, Plan de table… tournés en tout ou en partie à Bruxelles, les longs-métrages aiment notre ville. Identité linguistique, proximité géographique, qualité des professionnels du secteur, fonds d’aide régionaux et Tax shelter, Les actions promotionnelles et richesse des décors bruxellois, la communication ont trouvé en Sous le label « Cinéma made in Brussels », les 2 entités travaillent en synergie afin de renforcer l’image du cinéma bruxellois, structurer l’offre, consolider le nombre des tournages à Bruxelles et en attirer de plus en plus.


CARTE BLANCHE Pierrette Baillot Brussels Film Office gastronomie, efficacité et hospi- beer in Brusselss» peut être postalité… Une foule d’atouts que nos sible ! voisins apprécient ! Terminons cette Carte Blanche Nos objectifs 2012 : la consoli- par un mot sur l’immense émodation des nouvelles conquêtes tion ressentie lors d’une interview initiées en 2010 et 2011 et l’ou- « face to face » de vingt minutes verture vers l’Allemagne et les avec Sir Michael Caine. Etats-Unis. Les Pays-Bas et l’Angleterre, courtisés ces deux dernières Il était de passage à Bruxelles années, sollicitent de plus en pour le tournage de « Mister plus nos services pour les épau- Morgan last love », adaptation ler sur des tournages de docu- du roman « La douche assassine mentaires et émissions télévisées. » de Françoise Dorner. ConfortaLa dernière Berlinale nous a ou- blement installés dans une suite vert des portes vers nos cousins prestigieuse de l’Hôtel Amigo, « germains » et nous comptons nous avons évoqué quelques bien profiter de cette opportunité. anecdotes du début de sa carrière, son admiration pour son Si 2011 a également vu Monsieur ami Peter O’Toole, sa tendresse Spielberg fouler le tapis rouge pour ses petits-enfants … Quelle bruxellois et Aaron Eckhart jouer sagesse chez ce Grand Monles espions traqués place Poe- sieur, quel privilège d’avoir renlaert, nous sommes sûrs que Mat- contré une icône du cinéma, douthias Schoenaerts fera le reste blé d’un parfait Gentleman ! de l’effet bœuf pour convaincre Woody Allen qu’un «Let’s share a Pierrette Baillot

Brussels Film Office


FOCUS

Le Brussels Film Festival

Le Brussels Film Festival vous in- Et cette année, nous fêterons vite à découvrir le cinéma euro- en plus les 10 ans du Festival péen dans toute sa diversité et à Flagey lors d’une soirée qui sa splendeur.  Nous avons envie s’annonce mémorable le 9 juin de témoigner de sa richesse et prochain.  Tout ça à des prix très vous faire partager nos coups de démocratiques. cœur, découvertes, rencontres, passions, frissons, peurs et rires.  Plus d’infos ? A travers notre compétition euwww.brff.be ropéenne dotée de nombreux info@brff.be prix prestigieux, des avant-pre02/762 08 98 mières exceptionnelles, des courts métrages, des projections en plein air gratuites, vous passerez des moments inoubliables, vous rencontrerez les stars du grand écran, vous pourrez assister à des débats, conférences, masterclass, concerts, DJ sets…Bref, nous 10 vous proposons le remède contre la morosité ambiante à l’orée de l’été, histoire de déjà poser un pied du côté des vacances.  Car le cinéma européen est tout sauf ennuyeux.  Flagey Bozar Golden Iris award

08> 16-06-2012

brusselsfilmfestival.be


Š Ledroit-Perrin


PORTRAIT Tania Garbarski

La belle participé au festival pour Man van Staal en 1999 mais elle s’y est également rendue plusieurs fois à titre privé. L’occasion de découvrir Cannes sous un autre angle... Tania, tu as joué dans Man van la scène et c’est donc beaucoup Staal, film en néerlandais. Com- mieux. ment s’est passé le tournage ? Tu t’es donc rendue à Cannes Vincent Bal, le réalisateur, cher- pour ce film. C’était la première chait une Mexicaine parlant fla- fois pour toi ? mand pour le rôle principal mais il n’en trouvait pas. Il m’a alors Oui. J’avais l’impression d’être à contactée, parce que j’avais le l’intérieur de ma télé. Je découvrais physique qui correspondait, mais en vrai tout ce que je voyais sur je ne parlais ni néerlandais ni es- Canal+. D’un autre côté, ce qui pagnol ! J’ai donc eu un coach m’a impressionnée, c’est ce grand néerlandophone originaire du brouhaha : beaucoup de monde, beaucoup de films. On est quand Mexique. même dans un grand marché où C’est un peu comme Anne tout le monde crie pour que l’on Coesens pour Illégal qui ne par- regarde son film. lait pas non plus russe à la base et qui a utilisé la phonétique pour Tu y es retournée par après à titre privé ? son interprétation ? Exactement. J’ai trouvé ça très Oui, j’y suis allée parce que j’étais agréable car on est totalement invitée par Wallimage et pour la débarrassé de tous les a-priori Fête des Belges. Je m’y suis égalede la langue que l’on connaît, de ment rendue pour rencontrer un la manière dont on doit appuyer réalisateur et pour faire une monsur certains mots. Comme on n’a tée des marches à l’occasion de pas de repère, on joue sur ce que la présentation de L’enfant des l’on croit être l’émotion juste de frères Dardenne. Cette fois-là, j’avais vraiment vécu Cannes


PORTRAIT Tania Garbarski

comme ce que l’on peut voir dans les magazines. J’étais dans une suite où on m’a maquillée, coiffée, c’était très sympa même si c’est toujours mieux quand on y va pour un film à soi. Tu as des anecdotes à nous faire partager ? Ce qui était très amusant, c’est que nous sommes allés visiter les Hots d’Or juste à côté. On peut donc dire que j’ai vu l’envers du décor, à 10km de là, où ils se la jouent Festival de Cannes à eux. C’était très drôle. Une autre chose amusante, c’est que j’ai le souvenir d’avoir terminé une nuit à l’hôtel Martinez, avec plein de copains, pour une soirée complètement décadente avec l’un au piano et l’autre aux cuisines. On a mangé des gros hamburgers avec des frites à 5h du matin, seuls, dans la salle à manger de cet hôtel de luxe. C’était surréaliste.

A part cela, je trouve que ce n’est pas l’endroit idéal pour voir des films car je trouve qu’il y a trop de choses qui se passent autour pour que l’on soit vraiment concentrés. Quand j’y suis allée la première fois, j’étais tellement excitée de voir plein de stars autour de moi que je me décrochais la nuque en permanence pour espérer voir tout ce petit monde. C’était complètement fou. Cela dit, j’ai eu l’occasion de voir quelques films, dont L’enfant avec l’équipe du long-métrage, et cette émotion qu’ils peuvent avoir juste avant la présentation, elle est palpable pour les autres spectateurs de la salle aussi. C’est donc gai de vivre cette expérience avec eux, de se demander comment le public va réagir pour la première fois à la vision de leur oeuvre.


e-Magazine iPad Retrouvez toute l’actualité du cinéma belge du 65ème Festival de Cannes dans Cinemma sur votre iPad !

ww

w .m

ist er

em m

a.c om


JURY

Diane Kruger

Très grosse carrière déjà pour cette Allemande âgée de 35 ans. Elle a donné la réplique aux plus grands noms du cinéma tels que Brad Pitt (Troie, Inglorious basterds), Nicolas Cage (Benjamin Gates et le Trésor des Templiers) ou encore Edouard Baer (Les Brigades du Tigre). Elle cotoiera cette année Jean-Paul Gaultier qui fait également partie des membres du jury avec qui elle partage un intérêt commun : le mannequinat. Diane fut, en effet, repérée très rapidement par l’agence Elite ce qui l’amena a s’installer à Paris et à apprendre le français. Grâce à ce bagage linguistique, elle peut aujourd’hui se permettre de doubler ses films en français, à l’instar de Jodie Foster. Cannes ne sera pas une découverte pour Diane Kruger puisqu’elle a déjà eu la chance de se voir confier le rôle de maîtresse de cérémonie en 2007 et de faire partie de la compétition en 2009 pour le film Inglorious Basterds de Quentin Tarantino. Divorcée de Guillaume Canet, la belle vit actuellement des jours heureux au bras de l’acteur canadien Joshua Jackson.


Visionner la bande annonce


Sélection officielle Killing them Softly Lorsqu’une partie de poker illégale est braquée, c’est tout le monde des bas-fonds de la pègre qui est menacé. Les caïds de la Mafia font appel à Jackie Cogan pour trouver les coupables. Mais entre des commanditaires indécis, des escrocs à la petite semaine, des assassins fatigués et ceux qui ont fomenté le coup, Cogan va avoir du mal à garder le contrôle d’une situation qui dégénère… C’est Brad Pitt qui sera la tête d’affiche pour ce thriller d’Andrew Dominik. Grand habitué du brouhaha cannois, le compagnon d’Angelina Jolie franchira la porte du Palais de Festival pour la sixième fois. On avait en effet déjà pu l’y apercevoir pour Babel, Inglorious Basterds, Troie, The Tree of Life et Ocean’s 13.

Réalisateur : Andrew Dominik Avec : Brad Pitt, Sam Rockwell, Richard Jenkins Type : Thriller Durée : 100 min. Production : 2012 – Etats-Unis Sortie en salle : 3 octobre 2012


Visionner la bande annonce


Sélection officielle The Angels’ Share A Glasgow, Robbie, tout jeune père de famille, est constamment rattrapé par son passé de délinquant. Il croise la route de Rhino, Albert et la jeune Mo lorsque, comme eux, il échappe de justesse à la prison mais écope d’une peine de travaux d’intérêts généraux. Henri, l’éducateur qu’on leur a assigné, devient alors leur nouveau mentor en les initiant secrètement… à l’art du whisky ! De distilleries en séances de dégustation huppées, Robbie se découvre un réel talent de dégustateur, bientôt capable d’identifier les cuvées les plus exceptionnelles, les plus chères. Avec ses trois compères, Robbie va-t-il se contenter de transformer ce don en arnaque - une étape de plus dans sa vie de petits délits et de violence ? Ou en avenir nouveau, plein de promesses ? Seuls les anges le savent…

Réalisateur : Avec : Type : Durée : Production : Sortie en salle :

Ken Loach Roger Allam, John Henshaw, Daniel Portman Comédie dramatique 97 min. 2012 – Grand-Bretagne, France, Belgique 27 juin 2012


LE CINÉMA BELGE FRANCOPHONE ET LE FESTIVAL DE CANNES : UNE HISTOIRE D’AMOUR !

ERNEST ET CÉLESTINE STÉPHANE AUBIER, VINCENT PATAR ET BENJAMIN RENNER PROD: LA PARTI PRODUCTION / SALES: STUDIOCANAL

LA TÊTE LA PREMIÈRE HEADFIRST

AMÉLIE VAN ELMBT PROD / SALES: MEDIA INTERNATIONAL

WBIMAGES.BE

L’ESTATE DI GIACOMO ALESSANDRO COMODIN PROD / SALES: LES FILMS NUS


À PERDRE LA RAISON OUR CHILDREN

JOACHIM LAFOSSE PROD: VERSUS PRODUCTION / SALES: LES FILMS DU LOSANGE

HORS LES MURS BEYOND THE WALLS

DAVID LAMBERT PROD: FRAKAS PRODUCTIONS / SALES: FILMS BOUTIQUE

DE ROUILLE ET D’OS RUST AND BONE

JACQUES AUDIARD CO-PROD: LES FILMS DU FLEUVE SALES: CELLULOID DREAMS

LES CHEVAUX DE DIEU HORSES OF GOD

NABIL AYOUCH CO-PROD: YC ALIGATOR /SALES: WILD BUNCH

UNE DIVISION DE


Visionner la bande annonce


autour du festival Le Grand Soir Casting très belge pour ce long-métrage du tandem Délépine-Kervern puisque, outre Benoît Poelvoorde, les Festivaliers auront le plaisir de retrouver Bouli Lanners et Yolande Moreau. Albert Dupontel et Brigitte Fontaine complètent la tête d’affiche pour une comédie qui s’annonce haute en couleur. Jugez-en plutôt : Les Bonzini tiennent le restaurant ‘la Pataterie’ dans une zone commerciale. Leur fils ainé, Not, est le plus vieux punk à chien d’Europe. Son frère, Jean Pierre, est vendeur dans un magasin de literie.Quand Jean Pierre est licencié, les 2 frères se retrouvent. Le Grand Soir, c’est l’histoire d’une famille qui décide de faire la révolution... à sa manière.

Réalisation : Avec : Type : Durée : Production : Sortie en salle :

Benoît Délépine, Gustave Kervern Benoît Poelvoorde, Albert Dupontel, Bouli Lanners Comédie 92 min. 2011 – France, Belgique 13 juin 2012


autour du festival A Perdre la Raison Retour d’Emilie Dequenne à Cannes avec ce film de notre compatriote Joachim Lafosse. L’histoire retrace l’affaire Geneviève Lhermitte : la rencontre du futur couple et les problèmes financiers qui mèneront à l’issue tragique. A l’écran, on retrouve également Niels Arestrup et Tahar Rahim qui s’étaient déjà donné la réplique dans Un prophète. Ce film très attendu permet au réalisateur de revenir sur la Croisette. En 2008, il s’y était rendu pour Elève libre qui avait été présenté à la Quinzaine des Réalisateurs, faisant déjà fait grand bruit. Cette année, c’est dans la section Un Certain Regard que A perdre la raison sera en compétition.

Réalisation : Joachim Lafosse Avec : Emilie Dequenne, Niels Arestrup, Tahar Rahim Type : Drame Durée : 114 min. Production : 2010 – Belgique Sortie en salle : 30 mai 2012


Visionner la vidĂŠo


en direct Lundi 21 mai 2012 Bouli Lanners Le comédien-réalisateur Bouli Lanners est descendu à Cannes pour faire la promotion de deux films : De Rouille et d’os de Jacques Audiard et Le Grand Soir de Benoît Délépine et Gustave Kervern. En 2011, la pression était forte car il était venu présenter son troisième long-métrage, Les Géants, pour lequel il reçu deux prix à la Quinzaine des réalisateurs. Bien plus décontracté en tant qu’acteur, Bouli nous accorde une entrevue en toute amitié où il revient sur le tournage des deux films cannois et nous offre une douce leçon de cinéma !


un grand moment Vous n’avez encore rien vu Avec VOUS N’AVEZ ENCORE RIEN VU, Alain Resnais compose une oeuvre cinématographique troublante. Il y met en scène une nouvelle rencontre syncrétique entre la dramaturgie théâtrale et le médium cinématographique qui semble voyager à travers sa propre filmographie tout en chantant l’intemporalité de la tragi-comédie. Film-testament.

Lorsque les répliques prennent place, les comédiens-spectateurs sont peu à peu imprégnés des mots qui ont été les leurs. Ils hésitent. Ils murmurent. Ils redécouvrent le texte et l’émotion que transcendent les mots. Des sentiments universels dont l’écho mythologique est indéniable – celui-ci est d’ailleurs déjà mis en place par le générique d’ouverture. Peu à peu la contagion s’opère et la mise en scène prend place.

« Quand ils eurent passé le pont, les fantômes vinrent à leur rencontre » VOUS N’AVEZ ENCORE RIEN VU a pour décor initial une maison en A la base du scénario que le réa- carton-pâte qui devient peu à peu lisateur immortalise, il y a la fusion un plateau de cinéma qui ne cesse en un texte original de l’adaptation de se moduler. Les protagonistes du de deux pièces de Jean Anouilh : film deviennent les étranges fan« Eurydice » et « Cher Antoine ». tômes d���un théâtre magique qui se Dans VOUS N’AVEZ ENCORE transforme en gare ou en chambre RIEN VU Antoine devient l’auteur d’hôtel, qui s’habille ou s’accessoid’« Eurydice » et, à sa mort, convie rise, et qui semble disparaître au les comédiens qui ont interprétés profit des interactions. ses personnages à un drôle de jeu : regarder la captation des répé- L’espace se transforme tandis que titions de la pièce par une jeune les comédiens voyagent au-delà de lui et du temps. L’artificialité est troupe. totale. Plus qu’être palpable, la mise La distribution des rôles a été évo- en scène est marquée. Alain Resnais quée. Le casting, composé de nom- semble composer son film devant breux comédiens qui ont déjà colla- nos yeux – en faisant preuve d’une boré avec Alain Resnais, présente maîtrise totale dont il semble se l’intérêt d’établir une confondante jouer par le biais de l’exagération impression de mise en abyme. Tous –, et la justesse du texte fait mouche – ou presque – interprètent leur tout en stimulant l’imaginaire. propre rôle. Plusieurs générations n’en font alors qu’une.


Pierre Arditi et Sabine Azéma renouvellent leurs amours. Et en campant Orphée et Eurydice, ne subliment-ils pas à nos yeux la cinématographie d’Alain Resnais au sein de laquelle, de film en film, ils ont été les acteurs de la pluralité amoureuse ; au sein de laquelle ils sont devenu l’archétype de l’amour-total à l’instar des figures mythologiques. Orphée et Eyrydice n’ont pas d’âge – comme Pierre Arditti et Sabine Azéma dans SMOKING et dans NO SMOKING. Ils n’ont pas de visage non plus. Et pour rendre commune la force de la tragédie, les distributions se confrontent avant

de se confondre. De la prime rencontre, par écran interposé, entre les comédiens-amis d’Antoine et les nouveaux comédiens naît une sublime interaction. Mais VOUS N’AVEZ ENCORE RIEN VU s’impose aussi comme troublant. Antoine, personnage d’Anouilh est devenu dramaturge et metteur en scène, dès lors comment ne pas confondre à notre tour Antoine et le réalisateur qui, comme son protagoniste, a le sens de la mise en scène et apprécie les coups de théâtre ?

Réalisation : Alain Resnais Avec : Sabine Azéma, Pierre Arditti, Mathieu Amalric, Anne Consigny, Anny Duperey, Michel Piccoli, Lambert Wilson… Type : Comédie dramatique Durée : 115 min Production : F Comme Film – 2012 – France/Allemagne Distributeur : Cinéart Sortie en salle : Septembre

Nicolas Gilson


Le Palmarès évolutif

Or

d’ Palme

d Prix n a r G mise a l e Prix d ène en sc

R eke AMOUichaël Han quo de M e a x ne e interberg o r r a o G homas V e t t a T M Y de Hunt) de T I L REA (The EN T JAG neke a H l aë R Mich AMOU pour RE RIEN

VU

CO EN N’AVEZis S VOU n Resna i d’Ala dholm n i L s obia ry T u , J g r u terbe e Hunt) Prix d n i V s a Thom AGTEN (Th J IEBE pour L : E  S R rio a ADI n R é A c P uS ans a dans AMOU d l e Prix d s Riv Tie e e l t l e e r a nu Marg quo Emma e unt) a H x e e h (T rée la EN T Prix d ure interp AG ns J nant a d n meillen féminine kelse ouis Trintig k i M tatio s Mad quo Jean-L ex-ae AMOUR ns e la terpréa d d x i r P ure inculine e l l i e m n mas tatio


Visionner la vidĂŠo


Cannes vu par mister emma Laurence Anyways / Hors les Murs Cannes - 5ème jour : la météo est toujours sur les lèvres des festivaliers : va-t-il faire beau? Va-t-il pleuvoir? Veste ou t-shirt? Nous, on a choisi le t-shirt pour courir voir une panthère à la Villa Schweppes. Ensuite, nous nous sommes rendus à la conférence de presse du film de Xavier Dolan, Laurence Anyways, sur le stand de la SODEC. Arrivés avec plus d’1h de retard, le réalisateur et ses comédiens se sont prêtés avec beaucoup d’aisance aux questions des journalistes. Emma a choisi la charmante et talentueuse Suzanne Clément pour un petit entretien décoiffant (ben oui, le vent soufflait!). Après tout ça, nous aurons attendu 2h du matin pour écouter Rossy de Palma en DJ set à l’hôtel 3.14. Oui, oui, l’actrice espagnole passe des disques ou plutôt clique sur son MacBook. Et? Je dois bien avouer que Rossy sait mettre le feu au dancefloor. Décernons-lui le prix de la Meilleure Ambiance depuis le début du festival au 3.14.


Bernard Dobbele // SoirĂŠe des Magrittes // Sofitel


st i L y a l P My


Terrasse HP


album photo Au Festival de Cannes, il y a des stars, il y a un tapis rouge et des marches mais il y a aussi un marché où les professionnels venus du monde entier viennent vendre ou acheter des films. Le Palais des Festivals se transforme ainsi en un tour du monde des productions cinématographiques dont nous ne verrons jamais le résultat sur nos petits et grands écrans. Le Palais comporte aussi des salles de cinéma (celles qui se trouvent derrière les marches... là où se rendent donc toutes les stars qui les montent... enfin certaines car les autres sortent par la sortie des artistes...) et une salle de presse où photographes et journalistes peuvent travailler.


Excision


Marches du Film


Salle de Presse


Retrouvez le meilleur du cinéma belge et international sur UniversCiné.be

Le meilleur du cinéma à la demande Disponible sur Facebook Apps dès juin 2012

A founding member of


nos partenaires

Rédaction : Mister Emma, Axel Deroeck Vidéos : Mister Emma, Aurélie Serron, Yannick Gozo Illustration : Pink Syrup Un grand moment : Nicolas Gilson Photographies : Mister Emma Composition graphique : BusinessConsult, Stéphane Maréchal éditeur responsable : Les Délires Productions - Y. Gozo Questions et/ou réclamations : info@lesdelires.be


www.cinemma.be


Cinemma #5