Page 21

Michel Leiris et Carl Einstein

et inventive, ces deux hommes séparés par l’âge et la culture d’origine, mais que des passions communes (l’écriture, l’art, la modernité, le primitivisme, l’Afrique…) mirent au premier plan intellectuel d’une époque riche en découvertes de toutes sortes. Personnalités dotées d’une même curiosité intellectuelle pour des domaines multiples, des pratiques d’avant-garde déconcertantes pour leurs contemporains mais permettant des approches nouvelles. Michel Leiris, à la différence de Georges Bataille, ne sortit pas de l’univers de Carl Einstein avec la disparition de Documents. Les deux hommes gardèrent estime et souvenir réciproques. Einstein dans ses rares lettres d’Espagne à Kahnweiler (été 1938) demande des nouvelles de Louise et Michel Leiris ainsi que du « milieu » parisien. Les Leiris aideront Lyda Guevrekian, l’épouse de Carl Einstein, à quitter le camp de réfugiés de Juillac (Corrèze) pour regagner Paris en février 1939. Ils hébergeront d’ailleurs un temps les Einstein. En novembre 1968, Kahnweiler a fait placer une plaque sur la tombe, restée longtemps anonyme, de Carl Einstein5 au cimetière de Boeil-Bézing (Pyrénées orientales). Le texte est le fruit de sa collaboration avec Michel Leiris (lettre du 14 novembre 1968 de Kahnweiler à la fille de C. Einstein).

5 Pour plus de détails cf. Meffre : Carl Einstein(1885-1940). Itinéraires d’une pensée moderne.

Cahiers Leiris n°2  

Editions les Cahiers Dépot légal : aout 2009 ISBN : 978-2-9534806-0-3 16,5x24 cm 368 pages 35 euros

Cahiers Leiris n°2  

Editions les Cahiers Dépot légal : aout 2009 ISBN : 978-2-9534806-0-3 16,5x24 cm 368 pages 35 euros

Advertisement