Issuu on Google+

BIMESTRIEL - avril / mai 2011

N°172

le journal des

PETITS RIENS LES PETITS RIENS asbl - RPM 407.139.088 - 101 rue Américaine, 1050 Bruxelles - tél 02 537 30 26

> EDITO

Soyons bénévoles

@

L’an passé, c’était l’année européenne de la lutte contre la pauvreté. Cette année 2011 est celle du volontariat. La succession dans le temps de ces deux thèmes n’est pas l’effet du hasard. Si les actions sociales que nous développons en faveur des personnes démunies ou précarisées, seraient impossibles sans vos dons en argent, il est également vrai que, sans les bénévoles qui travaillent dans nos associations, nos objectifs en matière de lutte contre la pauvreté et la précarité ne seraient pas atteints. Savezvous qu’aux « Petits Riens » plus de 200 bénévoles participent quotidiennement à nos activités. Cela représente rien moins que soixante équivalents temps plein. Inutile de dire que nous ne pourrions supporter le financement de soixante emplois supplémentaires. Nous tenons donc à remercier chaleureusement tous les volontaires qui consacrent, avec régularité, leur temps et leurs compétences à la réalisation de nos objectifs. En plus, le travail bénévole suscite une grande satisfaction pour ceux et celles qui l’accomplissent puisqu’il donne un surplus de sens à leurs vies. Les donateurs et les bénévoles constituent donc deux piliers indispensables. A toutes et tous un tout grand merci.

« Si nous souhaitons réellement rendre le monde meilleur et plus sûr, nous avons plus que jamais besoin de bénévoles » a déclaré M. Kofi Annan. C’est dans cet esprit que trois Européens sur dix consacrent leur temps libre et leurs compétences à aider des personnes dans le besoin et à soutenir leur communauté. Dans le but de mettre ces efforts en lumière, et d’inciter plus de citoyens à s’engager à leur tour, la Commission européenne a déclaré 2011 « Année européenne du volontariat ». Il existe de nombreuses définitions et traditions en matière de volontariat. Le point commun de toutes ces activités est que chaque fois que des personnes s’associent pour s’entraider ou aider

d’autres dans le besoin, cela profite à la fois à la société dans son ensemble et aux bénévoles eux-mêmes. Les initiatives citoyennes et l’ancrage local sont les caractéristiques principales du volontariat, qui permet d’acquérir des connaissances, de mettre ses compétences à profit, et d’élargir son réseau social. Ceci qui peut déboucher sur des perspectives d’emploi nouvelles ou meilleures, et favoriser le développement personnel. Le développement d’espaces de gratuité et des relations plus solidaires sont le moteur d’une société plus juste. Souvent, sans s’en rendre compte, le quotidien de tout un chacun est influencé par l’engagement, souvent discret voir anonyme, de ces volontaires.

Philippe De Keyser Président

Editeur responsable: J. Coppens - 101 rue Américaine, 1050 Bruxelles - Nederlandse tekst op aanvrag

journal172.indd 8

20/04/2011 16:11:29


INTERVIEW

GAETANE CONVENT

COORDINATRICE DE LA PLATE-FORME FRANCOPHONE DU VOLONTARIAT Qu’entend-t-on aujourd’hui par un « volontaire » ? Un volontaire, c’est une personne qui est prête à s’engager gratuitement afin de rendre le monde meilleur… Un volontaire = un bénévole ? Oui, c’est la même chose, le premier est le terme juridique, l’autre est le terme usuel. La loi sur le volontariat nous dit que « Le volontariat est une activité ayant un caractère non contraignant au profit d’autres individus ou de la collectivité qui, de manière non rétribuée, est effectuée dans un cadre plus ou moins formel par une personne physique. » Voici quelques chiffres éclairants, en Europe, près de 100 millions de personnes pratiquent une activité volontaire ! En Belgique, ils sont plus d’1.500.000 personnes, soit 17% de la population belge. Et en CFWB, il n’y a pas un recensement systématique, mais on estime entre 650 et 700.000 volontaires de tout âge, de tous les métiers, de tous horizons qui offrent en moyenne 7h/semaine ! Deux groupes d’âges se dégagent plus particulièrement, les jeunes entre 16 et 25 ans et les + de 40 ans. Aujourd’hui le groupe de volontaires le plus important sont les aînés, au point que le profil type d’un volontaire est une femme de 55 ans ! Important d’investir dans la jeunesse car 1er source de motivation plus tard pour s’engager à nouveau ! En souvenir du bon temps ! … D’après vous, quelles motivations peuvent pousser une personne à faire du « volontariat » ? Le volontariat produit de l’humain, de la solidarité interpersonnelle et intergénérationnelle. Des solidarités locales nécessaires au moment où les solidarités institutionnelles sont malmenées. Le volontariat apporte énormément pour les personnes qui le pratiquent en termes de plaisir, de rencontre, de reconnaissance, de construction de sa propre identité et, selon certaines études, de gain de 5 ans de vie en bonne santé en plus... Le volontaire s’engage pour autrui, pour le plaisir d’avoir un merci, un sourire, pour faire des rencontres, pour apprendre, bref pour évoluer sur son chemin de citoyen… Le volontariat met le doigt sur des nouveaux besoins humains et inégalités et tente d’y apporter une réponse. Il est source d’innovation sociale, de lien social, de justice sociale. Une réponse aux maux de notre société. Une réponse partielle à la pauvreté grandissante notamment à l’égard des personnes seules, isolées qui se retrouvent vite en marge de la société, une réponse face au repli sur soi voire identitaire, une réponse face à l’exclusion sociale engendrée par la privation et la marchandisation de biens et services, et enfin une réponse à l’assistanat par la prise d’initiative, la prise de responsabilité, le goût du risque, l’expérimentation de la démocratie participative, autant de dimensions qui participent à développer l’autonomie et l’esprit entrepreneurial auprès des citoyens et dont notre société a bien besoin. Quels genres de profils de « volontaires » existent en Belgique ? Animateur dans un mouvement de jeunesse ou une école de devoirs pour enfants, administrateur dans une crèche, un centre culturel, une école de l’enseignement libre, formateur ou entraîneur dans un club sportif, accompagnateur d’un séjour pour personnes porteuses d’un handicap, militant de base dans

journal172.indd 5

une ONG, organisation environnementale ou mouvement d’aînés, membre d’une commission consultative communale, visiteurs de malades ou détenus, accompagnateur en maison de repos ou hôpital, chauffeur de taxi social… Autant de profils différents, de possibilités enrichissantes. Si on devait essayer d’y voir un peu plus clair sur la manière dont tout cela s’organise et se structure, nous pourrions dire qu’aujourd’hui il y a quatre profils de volontaires : ● le volontariat d’animation, ● le volontariat de service, ● le volontariat de militance ● et le volontariat de gestion, ce dernier visant le plus souvent à créer les conditions favorables pour que se développe et s’exprime au mieux les trois autres. 2011 est l’Année européenne du volontariat, qu’espérezvous de cette année ? Nos enjeux se déclinent sous différents axes, les voici : La philosophie et approche générale de notre action : sociopolitique s’articule autour de 3 grands dossiers : ● La mise en œuvre de la Charte Associative aux niveaux des entités fédérées ● Le renforcement de la démocratie participative et de la réaffirmation de l’action sociale collective ● Le renforcement des espaces de gratuité dans notre société où tout se monnaie et face à la marchandisation de biens et services à la population Plus particulièrement, nos enjeux autour de l’accessibilité au volontariat sont ● La levée des freins pour l’engagement volontaire des allocataires sociaux et des étrangers; ● Et pour les actifs, l’instauration d’un congé citoyenneté ; Nos enjeux autour du soutien au volontariat sont: ● Le renforcement du volontariat de gestion (CA, AG, PO) moteur de la dynamique associative ● De mettre l’accent en particulier sur le recrutement et soutien à l’engagement des volontaires, en particulier en matière de formation. ● De valorisation de l’expérience acquise comme volontaire dans son parcours de vie ● La valorisation de l’engagement citoyen volontaire associatif au sein des médias du service publique (en termes de reconnaissance et valorisation mais plus encore en termes de contre-pouvoir) Et pour finir, nos enjeux liés à l’organisation du soutien: ● Résultat en matière de structuration du soutien au volontariat. Le développement d’une structure de soutien au volontariat, qui soit décentralisée et proche des citoyens, des associations et des pouvoirs publics locaux ou provinciaux ● Création d’un observatoire de la vie associative et du volontariat au plan fédéral.

20/04/2011 16:11:32

Fo su Pe H

L’o un p ch en st

L’e em d es


PORTRAITS DE VOLONTAIRES Claude, bénévole depuis 5 ans

Frédérique, bénévole depuis 4 mois

Qu’est-ce que tu fais chez les Petits Riens ?

Qu’est-ce que tu fais chez les Petits Riens ?

Je gère l’épicerie sociale, depuis 2007. C’est un magasin pas tout à fait comme les autres puisqu’il propose des produits de première nécessité moins chers qu’ailleurs. L’épicerie sociale est ouverte à toute personne défavorisée qui bénéficie d’un accompagnement de notre Centre d’Accueil Social Abbé Froidure (CASAF) et lui permet de faire ses courses à petit prix, le temps de reprendre pied.

Je travaille à la librairie un jour par semaine. Je m’occupe de mettre les livres en rayon, conseiller les gens, et tenir la caisse. Il y a beaucoup de gens qui demandent conseil, comme les mamans à la recherche d’un livre adapté pour leur enfant, ou des personnes qui veulent faire des cadeaux. Dans ce travail, il y a plus de contact avec les clients que ce que je pensais. Et quand ils hésitent, il y a toujours moyen de dire « la bonne phrase au bon moment », de donner le petit coup de pouce qui les fera acheter quelque chose.

Ayant travaillé de longues années dans une grande surface, j’assure la gestion des stocks de l’épicerie sociale, c’està-dire le fait d’aller chercher les marchandises, achalander le magasin, organiser l’écoulement des produits. J’assure aussi l’accueil des clients, que je connais tous. Pourquoi t’es-tu engagé comme bénévole ? Grâce à l’accueil que j’ai reçu chez les Petits Riens il y a quelques années, lorsque j’étais à la rue, j’ai pu sauver mon travail, que j’allais perdre. En 2006 j’ai été prépensionné à mi-temps. Le projet d’épicerie sociale était dans les cartons et j’ai décidé d’y adhérer. J’ai participé à sa mise en place de A à Z. Désormais pensionné, j’y consacre encore plus de temps. Au départ je voulais remercier les Petits Riens, et au fil du temps cette motivation première s’est muée en envie d’aider les personnes qui en ont besoin. Je suis ravi de la réussite de ce projet, auquel j’ai beaucoup contribué.

Pourquoi t’es-tu engagé comme bénévole ? Il y a plusieurs raisons. Tout d’abord j’avais envie, étant à la retraite, d’avoir des contacts avec des gens, de travailler avec eux. Ensuite, c’est un plaisir pour moi que d’être au milieu de livres. Et enfin, j’avais de l’intérêt pour le concept d’économie sociale développé chez les Petits Riens, et pour le fait que c’est un projet qui fonctionne. C’est-à-dire que comme bénévole, on attend de la part de l’endroit auprès duquel on s’engage une certaine efficacité, et ici, bien que ce ne soient pas des professionnels qui sont au travail, ça marche, parce que l’encadrement est professionnel. Pour moi, c’est un travail très satisfaisant, et qui m’apporte beaucoup de choses différentes. J’ai toujours eu le rêve d’ouvrir une librairie, il se réalise à présent un jour toutes les semaines.

Si vous désirez rejoindre les Petits Riens en tant que volontaire, contactez Sophie Motte à l’adresse : sophiemotte@petitsriens.be ou au 0496/275.109.

SOLID’ AIRE …UN HABITAT ALTERNATIF Forts de plusieurs initiatives d’habitats « alternatifs » sur Bruxelles et suite à des demandes régulières d’aller vivre ailleurs qu’en ville, les Petits Riens sont sur le point d’ouvrir en collaboration avec Habitat et Humanisme un Habitat Solidaire à Hautrage à un jet de pierre de Mons. L’objectif de ce lieu est de proposer à quatre personnes de partager un logement. Les raisons sont nombreuses : rompre la solitude en partageant le quotidien, réduire les coûts tant du loyer que des charges, mener des activités dans un cadre rural … C’est y développer en quelque sorte un environnement propice à la convivialité et à la stabilité. L’exode de provinciaux vers Bruxelles dans l’espoir d’y trouver un emploi laisse parfois bien des personnes déçues de la réalité, amères de ne pas trouver l’eldorado au rendez-vous… Ces hommes ont essayé parce qu’ils avaient peut-être tout perdu ou/et espéré s’en

journal172.indd 6

sortir en quittant leur région. En développant ce projet qui sera le leur, les Petits Riens veulent répondre plus adéquatement à ce type de situation. Nous mettons un cadre à leur disposition ; c’est à eux de construire, meubler, innover, réaliser et concrétiser leur rêve. Peu importe leur âge ou leur origine : ils veulent être des acteurs. Ils veulent être reconnus à leur juste valeur, pour ce qu’ils sont, en considérant leur passé comme une expérience bénéfique pour leur avenir. Ce ne sera pas simple au quotidien, c’est sûr, mais les amitiés sont souvent plus porteuses que tous les encadrements sociaux. Ils se trouvent un même but et ce sera à eux d’agir et de le réaliser. L’ouverture est programmée pour le début du printemps….moment où tout se met à revivre !

20/04/2011 16:11:32


le

Un Air de Famille Le Magasin des Petits Riens d’Ixelles gagne le deuxième prix de « Vitrine en fête » Ixelles est l’une des communes les plus commerçantes de la Région bruxelloise. Des quartiers comme la Porte de Namur, la chaussée de Wavre, l’avenue de la Toison d’Or ou la rue du Bailli comptent de nombreuses enseignes. Depuis 11 ans, une centaine d’entre elles participent à « Vitrines en fêtes ». « Le but de « Vitrines en fête » est de retrouver l’ambiance de Noël d’autrefois », explique Dominique Dufourny, Echevin du Commerce. « Nous voulons donner envie aux chalands de venir se balader dans nos quartiers. Chaque année, ce concours suscite de très belles vitrines ».

Odile Dayez, responsable du Magasin Central des Petits Riens, va jouer le 25 mai dans une pièce de Bacri & Jaoui au bénéfice de l’asbl Les Petits Riens. Le truculent « Un Air de Famille » se jouera à partir de 20h au Centre Lumen, situé au 32 chaussée de Boondael. Les préventes – de €8 au lieu de €10 - sont disponibles au comptoir du Magasin Central des Petits Riens ou en téléphonant au 02/541.13.86. Sur place les places seront mises en vente à €10 pour les adultes et €8 pour les étudiants. Un parking sera à disposition des spectateurs et le bar sera ouvert dès 19h30.

>E

ENCORE TROIS NOUVELLES BULLES !

Ixelles compte ainsi une quinzaine d’associations de commerçants qui rivalisent d’originalité pour mettre leurs vitrines en valeur. Celles-ci sont notées par un jury composé du Bourgmestre d’Ixelles, de conseillers communaux et de responsables du Service Commerce de la Commune.

Les Petits Riens continuent l’expansion de leur projet Peau Neuve, entamé fin 2008, avec le placement ce 1er Avril, de trois nouvelles bulles à vêtements sur la ville de Bruxelles. Entièrement relookées, ces trois nouvelles bulles ont été réalisées respectivement par Blanc-Bec et par le collectif Entrabendo.

Cette année l’asbl Les Petits Riens - via son magasin de la chaussée d’Ixelles - a remporté le deuxième prix pour le quartier « Flagey » !

Entrabendo, pour sa première participation a réalisé pour l’occasion deux containers sous le projet « The rubikrew ».

Blanc-Bec

Blanc-Bec n’en est pas à son coup d’essai, et lorsque l’on lui demande pourquoi répondre une seconde fois présent à l’appel des Petits Riens, il répond : « Pour soutenir le projet…tout simplement » !

Rappelons que le développement de cette action, outre la valeur créative, a pour objectif de répondre à la problématique qui se pose aux Petits Riens ainsi qu’aux communes : celle du graffiti sauvage et du vandalisme. Nous essayons aussi via ce projet de sensibiliser au problème que nous rencontrons de plus en plus, à savoir le rajeunissement de la population sans-abri.

Blanc-Bec

Entrabendo

LES PETITS RIENS ONT BESOIN DE VOUS : Déposez vos vêtements dans l’une de nos 850 bulles à textile aux quatre coins du pays. Faites un don en ligne. Appelez le 02/541.13.86 pour un enlèvement gratuit à domicile. Découvrez nos 17 magasins.

www.petitsriens.be Ce Journal est imprimé sur papier recyclé. Par souci écologique, vous pouvez opter pour un envoi électronique en écrivant à :

@

info@petitsriens.be journal172.indd 7

Editeur

20/04/2011 16:11:45


Journal des Petits Riens 172