Issuu on Google+

                 

 

QU’EST‐CE QUE L’IDENTITÉ  RÉPUBLICAINE ?                          ÉLÉMENTS DE RÉFLEXION PROPOSÉS AUX  

RENCONTRES DE L’IDENTITÉ RÉPUBLICAINE    (Paris ‐ 16 avril 2011)   

Par   

Jean‐Michel BAYLET   et   Jean‐François HORY 


2


QU’EST‐CE QUE L’IDENTITÉ RÉPUBLICAINE ? 

  INTRODUCTION 

Page 5 

 

Identité, nationalité, élever le débat 

Page 5 

  I – PRÉCISER LES NOTIONS DE BASE 

Page 13 

 

• • • •

Qu’est‐ce d’abord que l’identité ?  « Le choc des civilisations »  Une conception précieuse et singulière de la nationalité  Réhabiliter la nation 

  II – HISTOIRE ET PATRIMOINE : UNE MÉMOIRE TOUJOURS RÉALIMENTÉE 

Page 13  Page 15  Page 18  Page 20  Page 23 

 

• • • • •

Une histoire singulière exceptionnelle  Les grands mythes nationaux  Une histoire vivante  Une langue et mille parlers  Quelques autres éléments du patrimoine 

Page 23  Page 25  Page 27  Page 29  Page 31 

  III – LA RÉPUBLIQUE A L’ÉPREUVE DE L’IMMIGRATION 

Page 35 

 

• • • •

La tradition française de l’accueil  Spécificités de l’immigration récente  Une culture aux racines diverses  Contre le communautarisme 

Page 36  Page 37  Page 40  Page 41 

  IV – UNE LAÏCITÉ AU SERVICE DE LA DEVISE RÉPUBLICAINE 

Page 45 

 

• • • •

La Laïcité française  Qu’en est‐il de notre « identité chrétienne » ?  Islam et laïcité  Liberté, égalité, fraternité sous l’éclairage laïque 

  V – UNE IDENTITÉ AUX MANIFESTATIONS MULTIPLES 

Page 46  Page 48  Page 50  Page 54  Page 59 

 

• • • •

Les solidarités locales  Une nation républicaine toujours actuelle  La maison commune européenne  La France, Nation citoyenne du monde 

  CONCLUSION PROVISOIRE 

Page 60  Page 62  Page 65  Page 67  Page 71 

 

 

Que la France se ressaisisse ! 

Page 71 

3


4


INTRODUCTION      IDENTITÉ, NATIONALITÉ, ÉLEVER LE DÉBAT            A  l’heure  d’une  construction  européenne  encore  insuffisante,  au  fil  d’une  mondialisation  chaque  jour  plus  menaçante  pour  les  équilibres  sociaux,  alors  qu’émergent  de  nouvelles  puissances  économiques  hier  insoupçonnées,  tandis  que  d’importants  mouvements  de  démocratisation  ébranlent  les  dictatures  les  mieux  établies  et  laissent  présager  de  vastes  flux  migratoires,  au  moment  où  la  planète  s’interroge  sur  son  avenir  environnemental,  toutes  ces  questions  cumulées  amènent  notre  pays  à  réfléchir  légitimement à sa place dans l’Europe et dans le monde et donc à son identité collective.    Pour  nous,  cette  réflexion  n’est  pas  par  elle‐même  négative.  Par  le  passé,  dans  de  nombreuses  séquences  de  son  Histoire  marquées  par  des  changements  importants,  la  France a eu à se poser la question des éléments constitutifs de son identité. Ce grand débat  – jamais achevé puisque, si la France elle‐même voulait, contre le meilleur de ses traditions,  s’enfermer  dans  une  définition  héritée  du  passé,  elle  ne  pourrait  empêcher  le  monde  d’évoluer – a presque toujours été fécond et il a permis à notre pays, souvent divisé par des  clivages quelquefois artificiels ou meurtri par des conflits extérieurs, de retrouver son unité  autour  de  valeurs  structurantes  et  positives.  Pour  ne  prendre  qu’un  exemple,  les  divisions  très  polémiques  autour  des  églises  et  de  l’Etat  ont  abouti,  grâce  au  principe  législatif  de  séparation,  à  un  consensus  unanime,  même  s’il  fut  douloureusement  acquis  et  s’il  reste  fragile après un siècle d’usage, autour de la laïcité républicaine.    Le débat national sur l’identité est donc, répétons‐le, légitime et utile.    Il  ne  garde  cependant  ses  qualités  que  lorsqu’il  est  conduit  de  façon  honnête,  positive et sur la base des principes essentiels qui sont au fondement de notre République.  L’identité  collective  ne  peut  ni  ne  doit  être  manipulée  ou  instrumentalisée  à  des  fins  de  division et d’exclusion. Le beau et grand projet républicain de la France, lui non plus jamais  achevé, est rassembleur. Pour la méthode, il est fait de tolérance, de dialogue, d’ouverture.  Pour le fond, il tend à souder toujours plus la communauté nationale certes autour de ce qui  la singularise mais aussi autour des apports qui, au fil des siècles, l’ont enrichie et viendront  encore l’enrichir. La République, telle que la France la conçoit et telle qu’elle l’a, pour bonne  partie, inventée, est la figure même de la fraternité. Elle est la fidélité en action aux principes  de  la  Déclaration  des  Droits  de  l’Homme.  Elle  est  la  grande  aventure  collective  où  sont   

5


garanties la liberté des individus et les libertés publiques, la justice c’est‐à‐dire l’égalité en  droits,  ainsi  que  la  croyance  dans  le  progrès.  La  démocratie  est  un  état  tandis  que  la  République  est  un  mouvement.  Cette  République‐là,  la  nôtre,  celle  à  laquelle  les  radicaux  sont  si  fortement  attachés,  ne  se  laisse  pas  enfermer  dans  une  définition  sommaire  et  cadenassée.      *      Notre  vision  d’une  République  ouverte  et  progressiste  était  la  première  et  la  meilleure  raison  des  radicaux  pour  ne  pas  participer  au  débat  que  le  Président  de  la  République et sa majorité ont cru devoir ouvrir, à l’automne 2009, sur l’identité nationale.    L’action  de  l’actuel  président  dans  ses  précédentes  responsabilités  gouvernementales  commandait  la  plus  grande  circonspection  tant  il  avait  semblé  confondre,  sans  aucun  résultat  probant,  l’autoritarisme,  l’idéologie  sécuritaire  ou  les  rodomontades à visées électorales avec le simple principe de respect de l’autorité légitime  qui  n’exige  ni  déclarations  martiales  ni  réprobation  de  catégories  entières  de  notre  population.    Lors  de  la  campagne  présidentielle  de  2007,  Nicolas  Sarkozy  avait  renforcé  les  inquiétudes  des  républicains  en  empruntant  à  l’extrême  droite  des  pans  entiers  de  son  argumentation  et  de  sa  rhétorique  d’exclusion.  Les  exclamations  du  type  « La  France  on  l’aime ou on la quitte » venaient tout droit du Front National tandis que les incantations à  une France rurale passéiste sans rapport aucun avec les réalités actuelles du monde paysan  évoquaient irrésistiblement le pétainisme ou la nostalgie qui peut en survivre.    Dans  l’exercice  de  ses  fonctions,  le  Président  de  la  République  allait  continuer  un  véritable  travail  de  sape  idéologique  contre  les  valeurs  républicaines  qui  semblaient  hors  d’atteinte  des  débats  partisans.  Dès  juillet  2007,  à  Dakar,  entre  une  visite  à  Mouammar  Kadhafi et une autre à Omar Bongo, il prononçait le discours stupéfiant et infantilisant où il  regrettait  que  l’Homme  africain  ne  soit  pas  encore  entré  dans  l’Histoire.  Au  cœur  d’une  université fourmilière de talents, au pays de Blaise Diagne, de Léopold Senghor et d’Abdou  Diouf,  le  premier  des  Français  –  par  la  fonction  au  moins  –  venait  administrer  à  l’Afrique  entière des leçons paternalistes de progressisme. C’était tout à la fois abjurer l’universalisme  républicain et oublier trois siècles et demi d’une difficile histoire commune.    Cinq mois plus tard, à Latran cette fois, Nicolas Sarkozy donnait sa version étonnante  d’une  laïcité  « ouverte »  et  « positive »  mais  totalement  régressive  dans  la  réalité.  En  reconnaissant une sorte de « dette » collective de la France à l’égard de l’Eglise catholique, 

 

6


en soumettant dans l’imagerie nationale la figure de l’instituteur à celle du curé, le Président  de  la  République  s’écartait  très  gravement  de  son  devoir  impératif  de  gardien  de  la  neutralité de l’Etat. Cette conception d’une laïcité « ouverte » aux influences religieuses et  même respectueuse des plus fortes d’entre elles devait être plusieurs fois réitérée.    C’est cependant à l’automne 2009, et notamment par un discours tenu à La Chapelle‐ en‐Vercors en hommage aux maquis de la Résistance, que Nicolas Sarkozy allait apporter la  plus  forte  caution  au  très  fameux  débat  sur  « l’identité  nationale »  lancé  par  un  ministre  transfuge  du  Parti  socialiste  –  ce  dernier  point  étant  anecdotique  –  avec  pour  prétexte  d’aider  la  France  à  se  définir.  Les  nombreux  amalgames  contenus  dans  le  discours  présidentiel  montraient  déjà  que  l’hommage  à  la  résistance  n’était  qu’une  occasion  de  désigner  de  prétendus  ennemis  extérieurs  à  la  vindicte  d’une  communauté  nationale  apeurée.  Aurait‐il  été  de  bonne  foi,  le  Président  de  la  République  posait  une  question  qui  montrait au moins son erreur : « Qui sommes‐nous à la fin ? » Pour les Radicaux la longue et  complexe  définition  de  l’identité  républicaine  n’a  précisément  pas  de  fin.  Décidément  ce  débat n’était pas fait pour nous.      *      Mais le président n’était pas de bonne foi.    A  quelques  mois  des  élections  régionales,  l’objectif  de  ce  grand  déballage  sur  l’identité nationale était double et parfaitement visible.    Il  s’agissait  d’abord  de  priver  l’extrême‐droite  d’une  partie  importante  de  ses  arguments de campagne en lançant des surenchères sur les thèmes de la sécurité et de la  lutte contre l’immigration. Les résultats électoraux ont clairement montré que ce calcul était  faux  puisqu’il  passait  par  la  légitimation  des  discours  extrémistes.  Le  Front  National  que  Nicolas  Sarkozy  croyait  avoir  définitivement  réduit  en  2007  s’est  renforcé  dans  toutes  les  régions où il a pu se maintenir et a trouvé dans cet épisode un souffle nouveau qui pourrait  lui permettre de peser à nouveau très lourdement sur l’élection présidentielle.    L’autre  visée  était  à  peine  plus  subtile.  Tablant  sur  la  traditionnelle  timidité  de  la  gauche quant aux questions de sécurité et de régulation de l’immigration, la droite espérait  la voir affaiblie par le débat sur l’identité nationale et donc perdante sur le front électoral.  Même  si  la  timidité  de  la  gauche  est  une  réalité  et  qu’il  faudra  bien  pour  elle  sortir  de  l’alternance  irrationnelle  entre  l’angélisme  humaniste  et  les  accès  de  prurit  sécuritaire,  le  calcul  a,  là  aussi,  échoué.  La  gauche  a  même  renforcé  ses  positions  dans  les  régions  métropolitaines et utilement préparé les échéances électorales. 

 

7


C’est que, sitôt lancée, la vaste discussion sur l’identité nationale n’avait pas manqué  de  dégénérer  vers  les  risques  que  nous  avions  alors  dénoncés.  Tenons  pour  négligeable  le  choix  franchement  caporaliste  –  ce  serait  faire  insulte  à  la  Révolution  de  le  qualifier  de  « jacobin » – d’organiser ce débat dans les préfectures et les sous‐préfectures comme si la  France  entière  était  convoquée  à  un  contrôle  d’identité.  Mais  surtout  les  différents  débordements  constatés  dans  cette  phase  de  défoulement  national  ont  montré  que  les  segments les plus réactionnaires de la droite qui se dit républicaine avaient interprété le  grand  débat  national  comme  une  autorisation  délivrée  au  racisme,  à  la  xénophobie  et  à  l’islamophobie de se donner libre cours. De déballage en débondage, le gouvernement était  obligé de constater l’échec de ses calculs micro‐politiques et de mettre piteusement fin au  débat avant même les élections régionales.    Les radicaux et la gauche avaient eu raison de ne pas participer à cette mascarade.      *      Après un épisode aussi calamiteux, nous étions tous en droit de penser que la droite  avait  renoncé  à  la  tentation  d’agiter,  à  des  fins  électorales,  ces  chiffons  rouges  qui  exacerbent la colère, la peur et les divisions du corps social.    Il n’en est rien.    Au plus mal dans les enquêtes d’opinion, balloté par des erreurs accumulées dans le  champ diplomatique où il espérait lancer sa reconquête politique, encouragé et accompagné  par une UMP passée sous la férule très droitière de M. Copé, privé des avantages escomptés  d’une  ouverture  essentiellement  cosmétique,  M.  Sarkozy  retourne  à  ses  vieux  démons.  Il  ordonne  à  son  parti  d’ouvrir  un  nouveau  débat.  Sur  la  laïcité  en  précisant  qu’il  s’agira  de  vérifier la compatibilité de l’Islam et des règles laïques. En même temps, il somme l’UMP de  dresser après lui l’acte de décès du multiculturalisme dans notre pays.    Tous  les  ingrédients  sont  à  nouveau  réunis  pour  obtenir  des  antagonismes  artificiels parmi nos concitoyens, pour condamner plutôt que guérir, pour ostraciser plutôt  que  dialoguer.  Les  thèmes  retenus  sont  si  manifestement  explosifs  que  nombre  de  personnalités  de  droite  s’inquiètent  des  développements  potentiels  de  ces  débats  programmés  pour  les  prochaines  semaines.  La  très  démocrate  chrétienne  Christine  Boutin  elle‐même est obligée de rappeler que les observations directement reprises des discours de  Marine Le Pen sur les prières publiques musulmanes (dans une seule rue, toujours la même) 

 

8


posent la question des lieux de culte et que la laïcité française s’accommode très bien des  processions catholiques traditionnelles.    Nous reviendrons en détail sur les questions – pas toutes dénuées de fondement –  que  M.  Sarkozy  veut  ainsi  livrer  à  la  délibération  publique  et,  si  possible,  à  l’approbation  sondagière. Mais il faut relever dès ici que l’un et l’autre des thèmes retenus est formulé en  des termes qui sont autant d’erreurs de fond. La laïcité ne peut être définie, sauf à en renier  l’essentiel, par rapport à une seule religion. Lorsque M. Fillon parle à l’Assemblée Nationale  et  la  main  sur  le  cœur  de  nos  « concitoyens  d’origine  musulmane »  il  commet  plus  qu’un  simple  lapsus,  il  s’écarte  des  fondements  de  la  laïcité.  Une  République  authentiquement  laïque  ne  se  préoccupe  pas  plus  d’une  prétendue  origine  religieuse  des  citoyens  que  du  dénombrement,  assez  aléatoire  au  demeurant,  des  adeptes  d’une  confession  ou  d’une  autre.    De  la  même  façon,  quand  M.  Sarkozy  emboîte  avec  opportunisme  les  critiques  adressées  par  les  gouvernements  allemand,  néerlandais  et  anglais  au  modèle  très  anglo‐ saxon du multiculturalisme, il procède volontairement à un amalgame entre la composante  multiculturelle  de  notre  identité  collective  et  la  résignation  aux  communautarismes  qui  tentent de se dissimuler derrière le vocable fourre‐tout de « multiculturalisme ». Fermement  attachés à la diversité culturelle qui a fait, continue à faire et fera encore l’identité de notre  pays,  les  radicaux  sont  farouchement  opposés  à  toutes  les  formes  de  communautarisme  qui sont autant d’échecs pour le grand projet républicain.      *      A  ce  stade,  nous  n’entendons  pas  entrer  dans  le  détail  des  querelles  souvent  très  obscures  qui  se  coalisent  autour  de  ces  différentes  notions.  L’exemple  des  interminables  débats entre les tenants de l’assimilation (qui serait une sorte d’injonction) et l’intégration  (conçue comme une invitation) nous paraissent assez stériles dans la mesure où, aux yeux  mêmes des vrais spécialistes (démographes, sociologues, éducateurs) les moyens de l’une et  de l’autre sont souvent les mêmes dans les domaines de l’urbanisme ou de l’instruction.    Notre  propos  sera  donc  au  long  de  ce  cahier  de  donner  aux  débats  qui  agitent  la  classe  politique  mais  intéressent  également  l’opinion  publique  une  base  plus  solide  que  celles de la spéculation électorale à court terme et du déni des valeurs républicaines.    La  France  n’est  pas  la  Suisse.  On  ne  peut,  chez  nous,  livrer  par  referendum  des  minorités  au  jugement  sans  nuances  d’une  majorité.  Notre  pays  s’est  construit  par  l’agrégation  des  apports  extérieurs,  par  une  histoire  coloniale  spécifique,  par  de  terribles 

 

9


épreuves  traversées  dans  la  fraternité  et  par  l’invention  incessante  des  règles  garantissant  l’exercice libre de la volonté d’un avenir commun. Refermer la France, c’est tourner le dos à  la plus grande et la meilleure idée de la France.    Voilà pourquoi nous entendons développer, plus comme un rappel que comme une  innovation,  les  principes  qui  font  notre  identité  collective  sans  toutefois  renoncer  à  la  mesurer à l’aune de la dernière modernité et de la plus récente actualité.    Nous  rappellerons  donc  d’abord  ce  que  sont  dans  la  conception  classique  française  l’identité,  l’universalité  et  la  nationalité  (I)  Nous  proposerons  ensuite  une  vision  orientée  vers l’avenir de notre mémoire, de notre patrimoine, de notre culture qui ne sont pas des  objets  de  musée  (II).  Nous  essaierons  de  voir  également  quels  sont  les  liens  entre  l’immigration,  le  multiculturalisme  et  le  communautarisme  (III).  Ceci  nous  amènera  bien  naturellement à souligner que l’efficacité des principes de liberté, d’égalité et de fraternité  est  garantie  par  la  règle  centrale  de  laïcité  (IV).  Enfin,  sans  évidemment  clore  tous  ces  débats,  nous  montrerons  que  l’identité  collective  de  notre  pays  est  faite  de  mille  engagements, aux niveaux locaux, dans le cadre national, dans la construction européenne  et dans une mondialisation à éclairer (V).    En résumé, nous proposons de remplacer la problématique de l’identité nationale,  trop  propice  aux  dérives  de  toute  nature,  par  celle  de  l’identité  républicaine,  plus  vaste,  plus ouverte et plus conforme au génie spécifique et à la mission singulière de notre pays.    Pour  mener  ce  débat,  sans  l’épuiser  une  fois  de  plus,  nous  avons  une  méthode  de  travail et un objectif politique.     La méthode est, comme toujours, celle des radicaux ; elle est faite de tolérance, de  dialogue et d’ouverture. C’est pourquoi ce cahier « Qu’est‐ce que l’identité républicaine ? »  sera  adressé  à  tous  les  radicaux  de  gauche  naturellement  mais  aussi  à  toutes  les  personnalités de droite et de gauche qui ont manifesté un intérêt sincère pour ces sujets et  une connaissance expérimentée des fondements de notre pensée politique. La République  ne peut que gagner à l’échange entre tous les vrais républicains. Et les certitudes, fussent‐ elles radicales, ne perdront rien à être repassées au crible cartésien de la raison discursive et  du doute méthodique.    Si  nos  différents  interlocuteurs  en  conviennent,  nous  nous  retrouverons  pour  échanger par‐dessus ou au‐delà des barrières que les mécanismes électoraux – qu’il ne s’agit  pas  ici  de  remettre  en  cause  –  ont  dressé  entre  les  républicains  de  toutes  origines.  « Les  rencontres  de  l’identité  républicaine »  permettront  à  la  fois  d’approfondir  collectivement  les  éléments  constitutifs  du  socle  commun  et  d’en  vérifier  l’actualité ;  elles  permettront 

 

10


aussi  à  chaque  participant  d’exprimer  très  librement  ses  différences  et  sa  singularité.  L’identité collective n’est pas l’uniformité des pensées individuelles.    Nous espérons que ce vaste échange sera riche de conclusions communes. Sans nous  attarder  aux  nuances,  aux  sensibilités  particulières,  aux  détails  qui  dissimulent  l’essentiel,  nous entreprendrons ensuite l’élaboration d’un  pacte de l’identité républicaine exprimant  les principes et les valeurs de tous les participants. C’est notre objectif politique. Sans rien  renier de leurs engagements politiques, ni de leurs alliances électorales, les formations et les  personnalités  qui  accepteraient  de  façon  transversale,  transpartisane  pourrait‐on  dire,  de  souscrire  au  pacte  de  l’identité  républicaine  auraient  ensuite  la  possibilité  de  placer  ce  document au cœur du débat de l’élection présidentielle et d’obtenir une clarification de la  position  des  différents  candidats  sur  les  principes  constitutifs  du  pacte.  Les  signataires  resteraient,  répétons‐le,  libres  de  leurs  choix  respectifs  mais  le  grand  débat  politique  pourrait se fixer sur des lignes fortes.    Le  projet  est  ambitieux,  dira‐t‐on.  Il  nous  semble  que  l’identité,  la  Nation,  la  République  ne  sont  pas  des  sujets  indignes  d’intérêt.  Nous  croyons  seulement  que  ces  thèmes  essentiels  méritent  d’être  considérés  d’assez  haut  et  d’échapper  aux  minuscules  querelles du quotidien à quoi nos concitoyens résument trop souvent une vie politique qui  ne s’honore pas toujours.    Pour nous le défi était d’élever le débat. Voici notre très modeste contribution à cet  effort.  Elle  est  élaborée  avec  l’humble  fierté  de  qui  serait  amené  à  écrire  au  pied  d’une  allégorie de la République. 

 

11


12


I      PRÉCISER LES NOTIONS DE BASE            Avant  de  préciser  ce  que  peut  être  l’identité  collective  d’une  Nation  comme  la  France,  il  est  évidemment  nécessaire  de  s’entendre  sur  le  sens  réel  de  mots  si  souvent  employés qu’ils apparaissent comme abstraits, vides de signification concrète et quotidienne  et, pour le dire ainsi, comme des figures imposées des discours publics.    Et  cependant,  les  mots  identité,  universalité,  nationalité  et  Nation  sont  lourds  de  sens. Ils peuvent d’ailleurs tous en avoir plusieurs et alimenter ainsi des ambiguïtés et des  incompréhensions.    Pour  comprendre  ce  qu’apportent  ces  mots  si  riches  à  la  définition  de  l’identité  républicaine  française,  il  faut  donc  en  proposer  une  définition  qui  apparaîtra  à  beaucoup  comme une évidence. Nous pourrions emprunter à Raoul Vaneigem le beau titre « Banalités  de base » mais nous ne refusons pas le reproche implicite qu’il comporte tant il nous semble  que  dans  un  effort  de  construction  d’une  maison  commune,  il  est  essentiel  de  se  mettre  d’accord sur les matériaux qui en forment les fondations.      QU’EST‐CE D’ABORD QUE L’IDENTITÉ ?        La lourde polysémie du mot « identité » n’est qu’apparente.      D’une part, l’identité est essentielle, philosophique pourrait‐on dire. Elle signale à  l’attention publique l’individu dans sa singularité, cet individu que l’étymologie nous aide à  regarder  comme  unique  et  indivisible.  L’identité  dans  cette  acception,  est  le  total  des  critères  significatifs  identifiant  un  individu  au  sein  d’une  foule.  De  là  découlent  la  carte  d’identité,  par  exemple,  ou  a  contrario  les  contrôles  d’identité.  Ainsi  conçue,  l’identité  est  regardée par chaque individu comme la preuve de sa singularité et, plus curieusement, de sa  liberté. C’est l’ego ratifié par la société. A bien y regarder, la vérité serait plutôt inverse. Dans  notre pays, la succession (la continuité) des registres paroissiaux pour l’Ancien Régime et des  décrets  révolutionnaires  sur  l’immutabilité  patronymique  s’organise  autour  d’objectifs  de  police  (conscription,  fiscalité,  etc.)  et  non  autour  d’une  volonté  d’émancipation  des  individus. Il n’empêche, beaucoup de citoyens estiment que la connaissance par le pouvoir  (ou, pour le dire plus explicitement, par l’Etat) de toutes leurs caractéristiques individuelles  serait une reconnaissance de leur identité irréductible. Soit.   

 

13


D’autre part, l’identité est sociale. Elle secrète l’identique. Au lieu de désigner la  personnalité  singulière,  elle  vient  nommer  une  sorte  de  normalité  moutonnière.  « Uniforme », chéri des militaires, est un mot qui souligne plus que d’autres cette aspiration  à la ressemblance, au rabotage de toute aspérité. On pourrait convoquer ici mille exemples.  Depuis  deux  siècles  environ,  dans  notre  pays,  les  discours  incantatoires  sur  « l’unité  nationale » sont toujours ceux que la droite adresse à la gauche pour la sommer d’abjurer,  au  nom  de  l’uniformité,  ses  convictions  relatives  à  un  désordre  fécond  au  profit  d’une  identité  régénératrice.  Qu’il  s’agisse  de  s’unir  contre  le  roi  de  Prusse,  contre  la  reine  de  Madagascar  ou  contre  la  Commission  européenne,  l’objurgation  dissimulée  est  toujours  la  même :  soyez  identiques  et  faites  front  commun.  Ce  qui  signifie,  proprio  motu,  n’avoir  qu’une seule tête et donc qu’un seul esprit. Cette vision de l’identité assimilée à l’uniformité  est également respectable mais tout également discutable que la précédente. Soit.      A ce stade, il n’est pas encore indispensable de mobiliser Rousseau et son Contrat  social pour démontrer que ces deux caricatures, celle de l’Unique et celle de l’uniforme, ne  sont que les deux faces de la même erreur. La plus simple observation empirique, dépourvue  de  toute  vanité  sociologique,  conduite  à  l’étal  d’un  marché,  à  l’écoute  d’une  délibération  municipale ou – qu’on nous pardonne – au comptoir d’un bistrot, révèlera cette évidence :  l’individu  n’est  parfaitement  heureux  que  lorsqu’il  se  distingue  en  même  temps  qu’il  se  conforme.  Ce  double  besoin  qui  est,  pour  le  coup,  proprement  identitaire  n’est  en  rien  constitutif d’une contradiction interne. Il sera évoqué plus loin. Mais nous pouvons dire, sans  aucun  mépris  et  avec  le  seul  souci  d’illustrer  notre  propos,  qu’à  ce  stade  l’individualisme  humain  s’exprime  à  la  manière  d’un  documentaire  animalier.  Le  paon  a  besoin  de  se  singulariser tandis que le gnou éprouve la nécessité de ressembler aux autres, ceux‐là même  que nous appelons ses semblables.        Il  nous  paraît  donc  établi  que  le  double  sens  du  mot  « identité »  n’est  qu’un  trompe‐l’œil et que la réflexion politique ne trouvera aucune matière dans cette ambiguïté.  Acceptons, pour commencer, que ce mot signifie tout et son contraire sans qu’on puisse rien  en  déduire.  Selon  notre  postulat,  ce  substantif  ne  vaut  rien  s’il  n’est  éclairé  par  l’adjectif  idoine.       C’est  un  exercice  rhétorique  des  plus  faciles  et  des  plus  souvent  pratiqués  que  d’opposer  l’individu  à  la  communauté,  le  général  au  particulier,  l’homme  à  la  société,  la  minuscule au Majuscule et, à la fin pour ne parler que de notre époque, la France au monde  entier. Cette opposition a‐t‐elle un sens ? Entendez un sens politique. Aucun.        L’identité renvoie l’individu à ce qu’il est tandis que l’universalité lui propose ce  qu’il peut. L’une et l’autre coexistent et se complètent.        Sans  même  invoquer  « nos  ancêtres  les  Gaulois »,  chacun  peut  voir  que  l’identitarisme  est  constitutif  pour  tous  les  individus  mais  aussi  agrégatif  pour  chaque  société.  Non  que  celle‐ci  soit  la  simple  addition  de  ceux‐là  mais  parce  que  le  sentiment,  l’exercice quotidien et l’expression politique de cette fameuse identité sont vitaux pour l’une  et pour les autres.   

 

14


L’identité enracine. Elle entretient un rapport étroit avec le terroir, les origines,  les  traditions,  les  religions,  une  vision  de  la  culture  et  in  fine  avec  l’ordre.  L’identité  perpétue. Ce qui a été sera. Dans ses définitions les plus quotidiennes et les plus anodines,  l’identité  est  aussi  faite  de  paysages,  de  généalogies  ininterrompues,  d’usages  gastronomiques,  de  mémoire  partagée.  L’identité  est  une  sorte  d’hypermnésie  et  elle  est  bien  ramassée  dans  la  formule  prêtée  à  Barrès  :  la  Nation  est  la  possession  immémoriale  d’un  antique  cimetière  commun.  Ainsi  définie,  l’identité  qu’on  devine  source  de  chauvinisme,  de  nationalisme  et,  s’il  est  besoin,  de  bellicisme,  n’est  pas  une  notion  engageante.  Et  pourtant  elle  existe.  Il  nous  faudra  en  tenir  compte  car  il  serait  insensé  de  croire  que  les  hommes  et  leurs  sociétés  peuvent  avoir  une  imagination  s’ils  n’ont  pas  de  mémoire. Avant de la qualifier, il faut donc s’adosser à l’identité.        L’universalité  bouscule.  L’ordre  du monde.  Les  certitudes  les  mieux  établies.  Le  partage  figé  des  territoires.  Les  barrières  des  langues,  des  religions,  et  même  des  civilisations.  Elle  dérange  toutes  les  idées  reçues,  lesquelles  ne  sont  qu’une  somme  de  préjugés  mais  peuvent  être  aussi  la  transmission  d’un  legs  culturel  essentiel,  la  mémoire  partagée. L’universalité est ouverture, échange, voyage, communication. Elle est fondée sur  un  autre  postulat  [qui  est  au  fond  le  nôtre],  celui  de  l’unité  fondamentale  de  la  condition  humaine. Tandis que l’identité se présentait comme un rappel à l’ordre, l’universalité est un  appel  au  désordre,  une  soif  de  changement.  Est‐il  possible  de  dire,  sans  aucun  souci  de  caricature,  qu’Isabelle  la  Catholique  fut  la  même  souveraine  qui  soutint  sans  aucun  état  d’âme le travail de l’Inquisition en même temps qu’elle envoyait un Génois –autant dire un  pouilleux – conquérir les Indes par la voie de l’Ouest et mettre ainsi le monde à l’envers ? En  chaque homme il existe un souci d’identité et une envie d’universalité. Cette dualité est tout  également  constitutive  des  groupements  que  des  hommes  qui  les  ont  inventés.  Tout  également. Il nous faudra donc tenir compte de la double aspiration à l’identité qui arrange  et à l’universalité qui dérange pour proposer une définition moderne de l’une et de l’autre.        Quand on fait tourner à vitesse forcée les couleurs de l’arc‐en‐ciel, on obtient le  blanc. Mais le blanc, qui n’est pas une couleur, peut‐il se définir si l’on ne se prend pas de  passion  pour  le  noir ?  Voyons  maintenant  le  noir  et  blanc,  soit  encore  la  caricature  du  monde.      « LE CHOC DES CIVILISATIONS »        Nous aurions pu choisir ici comme intertitre, « Identité vs Universalité ».      L’état  des  relations  internationales  tel  qu’il  se  donne  à  voir  depuis  la  séquence  1989‐1991 (c.à.d. depuis l’effondrement du mur de Berlin jusqu’au faire‐part meurtrier de B.  Eltsine concernant l’URSS) nous autoriserait cette facilité.      11  septembre  2001.  Voici,  accessoirement,  le  triomphe  de  la  communication  universelle instantanée. Mieux que le mariage ou la mort de Lady Diana, le monde entier a  vu  le  deuxième  avion.  Un  premier  avion  vient  de  s’écraser  dans  l’une  des  tours  du  World  Trade Center. Personne ne s’arrête alors à l’intitulé pourtant ouvertement impérialiste de ce 

 

15


centre  commercial.  Il  faut  dénombrer  les  victimes.  Les  victimes  sont  déjà  innombrables.  Alors  surgit  le  deuxième  avion.  Qui  s’écrase  dans  la  deuxième  tour.  Il  ne  s’agit  plus  d’inventorier les victimes. Bien sûr pas en fonction de leur identité. Pas même à raison de  leur nationalité puisqu’elles sont presque toutes américaines. La vraie question est alors de  définir  l’événement  stupéfiant  qui  vient  de  se  produire  et  que  la  planète  entière  a  vu.  Vraiment vu.      La première réaction vient de Gaza. On y voit des gamins affublés du koffieh de  feu,  Yasser  Arafat  danser  de  façon  symbolique  sur  les  tombes  américaines  pas  encore  creusées.  De  leur  côté,  les  journalistes  occidentaux  s’interrogent  sur  la  une  de  leurs  quotidiens : « Déclaration de guerre », « C’est la guerre ! », « La Guerre ? » ou « La guerre »  sans point d’interrogation ou d’exclamation.      Quelles qu’aient été les réponses circonstancielles de la presse à cet événement  monumental,  il  allait  engendrer  une  vision  stratégique  nouvelle,  une  sorte  de  théorie  politique  du  monde  moderne.  Il  est  revenu  à  Samuel  Huntington  de  la  formuler  dans  l’intitulé du « choc des civilisations ».      Là  encore,  il  faut  résumer  au  risque  de  simplifier.  Depuis  la  civilisation  grecque  opposée  aux  barbares  et  l’ordre romain  contrecarrant  mille  désordres  à  ses  marches,  le  monde  s’est  habitué,  sous  l’aiguillon  de  ses  penseurs  politiques,  à  se  regarder  comme  le  résultat de forces inverses, comme un point d’équilibre entre des visions contradictoires. Il  s’est  habitué  aussi  à  ce  que  les  meilleurs  l’emportent.  Pour  Athènes,  la  philosophie  devait  triompher  de  l’animalité  et  les  Perses  devaient  être  renvoyés  à  leur  veulerie.  Philippe  et  Alexandre de Macédoine n’avaient pas d’autre projet que de passer du côté des Grecs qui  les  méprisaient.  Byzance,  héritière  de  Rome,  appelait  encore  son  ministère  des  affaires  étrangères « bureau des barbares ». Il serait lassant de multiplier les exemples redessinant le  chemin qui nous a tous amenés, par mille propositions manichéennes de la vision du monde,  jusqu’au XXème siècle qui allait être celui de Prométhée.      Hitler s’est suicidé et la bombe atomique a été expérimentée bien après que les  futurs vainqueurs eurent tracé, à Téhéran et Yalta, le plus cynique partage du monde qu’on  ait  pu  imaginer.  Cependant,  le  procès  de  Nuremberg  apportait  à  la  fois  un  nouvel  ordre  moral et une nouvelle conception du droit. Dans l’angle juridique, toujours le plus étroit, il  était établi que « la raison du plus fort est toujours la meilleure » et qu’une victoire militaire  confère  donc  une  sorte  de  pouvoir  normatif.  La  norme  peut  être  morale  aussi  –  c’est  un  enseignement plus important que celui qu’ont recueilli les juristes – et la situation d’après  1945  est  totalement  inédite :  le  Bien,  la  vérité  majuscule,  la  morale  à  vocation  universelle  n’ont  plus  d’ennemi.  Leur  règne  est  établi  sans  contredit,  ce  que  notre  monde  n’a  jamais  vécu.      Mais il faut absolument que le bien ait un mal. A quoi le reconnaître sans cette  opposition,  par  ailleurs  fondation  de  toutes  les  religions,  c’est‐à‐dire  de  toutes  les  visions  globalisantes de notre univers ? Chacun va donc inventer l’autre. Les frontières du vrai et du  faux,  du  mal  et  du  bien,  de  la  civilisation  et  de  la  barbarie,  mais  aussi  des  populations  soumises  à  l’un  ou  l’autre  diktat  vont  donc  être  abandonnées  aux  efforts  de  délimitation  conduits par Staline et par les successeurs de Roosevelt et de Churchill. Tel est le monde que 

 

16


vont figer le général Mac Arthur (du Japon à la Corée) et le sénateur McCarthy. Il aura fait –  bonne  ou  mauvaise  figure  –  mine  de  modèle  pendant  quarante  années,  longues  comme  quarante siècles.      Quand  M.  Gorbatchev  reprend,  entre  les  mains  épuisées  des  Khroutchev,  Kossyguine  ou  Brejnev,  la  responsabilité  de  cette  vision  d’une  société  politique  en  noir  et  blanc, son intelligence reçoit les chocs concomitants de deux vérités d’ordres différents : la  vie  politique  est  peut‐être  plus  complexe  que  celle  dont  la  guerre  froide  nous  a  fait  les  héritiers ; par ailleurs, il n’a plus les moyens d’assumer les frais de ce théâtre politique. Car la  réalité des années 1985‐1990 est là : depuis deux décennies au moins, Russes et Américains  font semblant, de Cuba à Kaboul, de s’opposer, comme ces costauds de bistrot qui se défient  au bras de fer et qui se refusent à pousser tellement l’un a besoin de l’autre pour exister.  L’aveu des Russes, exprimé d’abord en Pologne sous l’impulsion du catholicisme puis dans  toute l’Europe de l’Est et jusqu’au sein de l’Empire soviétique, constituait en lui‐même un si  terrible  aboutissement  qu’un  « philosophe »  américain,  Francis  Fukuyama,  –  disons  « sociophilosophe » si le mot existe – pouvait alors diagnostiquer « la fin de l’Histoire ». Le  monde était enfin unifié. Démocratie politique et libéralisme économique devaient régner  indéfiniment en abreuvant la planète de leurs bienfaits conjugués.      C’est  sur  ce  salmigondis  de  politique  et  d’économie  jeté  sur  un  brasier  à  peine  refroidi que Samuel Huntington allait déverser une autre vision de l’ordre futur. L’ordre, le  vrai,  ne  peut  résulter,  comme  aurait  dit  Héraclite  d’Ephèse  que  de  l’harmonie  de  forces  opposées, « ainsi de l’arc et de la lyre ». Si tutélaire, si bienveillante que soit Wall Street, une  rue ne peut, à elle seule, être la géographie universelle. Même au marché souverain, il faut – et  c’est  même  la  condition  essentielle  de  sa  souveraineté  –  un  adversaire.  Les  tours  de  Manhattan tombent à pic, si l’on ose dire. On a tenté de crucifier la morale universelle, c’est  une preuve de l’existence du démon. [Ceux qui croient que nous exagérons pourront relire  sous  cet  éclairage  tous  les  discours  de  G.W.  Bush.]  Et  Huntington  de  construire  un  nouvel  ennemi irréductible. Nous nous étions chamaillés sans rime ni raison autour de la frontière  entre libre entreprise et collectivisation ; c’était une querelle sans objet puisque les Russes  eux‐mêmes  avaient  déjà  accepté  de  replacer  la  collectivité  au  service  de  la  liberté.  Mais  l’essentiel n’est plus là. D’un côté du monde, on croit à l’autonomie du sujet, à l’égalité des  droits (il faudra revenir à ce pluriel), aux formes démocratiques du pouvoir politique et au  libéralisme  comme  aux  Tables  de  la  Loi.  De  l’autre  côté,  chez  nos  adversaires,  on  croit  au  primat  de  la  collectivité  sur  l’individu,  aux  inégalités  ontologiques,  aux  pouvoirs  politiques  acquis par la force et, c’est l’essentiel, à l’autarcie économique pourvoyeuse d’identité.    En  vérité,  cette  vision  terriblement  simpliste  n’est  qu’une  grossière  caricature.  L’universalisme  s’est  dévoyé  en  individualisme  forcené,  en  matérialisme  sans  règles,  en  marché souverain ; il est devenu, si l’on ose dire une sorte de liberté universelle de choisir  entre  Pepsi  et  Coca  dans  la  grande  vitrine  que  l’Amérique  a  mise  en  place  dans  le  monde  entier  avec  les  deux  leviers  de  sa  langue  impériale  et  de  sa  monnaie  longtemps  omnipotente. Face à ce modèle d’une insigne pauvreté, l’identitarisme, lui, s’est fourvoyé  en ethnicisme, en tribalisme et en religiosité. Le monde était sommé de prendre parti pour  G. W. Bush ou pour Ben Laden.   

 

17


Si nous ne pouvons bien sûr empêcher la planète entière de céder aux séductions de  l’une ou de l’autre de ces figures caricaturales, nous pouvons au moins éviter d’importer –  comme on a failli le faire dans le débat avorté sur l’identité nationale – ce grotesque face‐à‐ face dans notre culture politique qui est, grâces en soient rendues aux Lumières, d’une autre  altitude et d’une autre qualité.    Pour  nous,  répétons‐le,  il  n’y  a  pas  lieu  d’opposer  l’identité  à  l’universalité.  De  même  qu’un  individu  a  besoin  de  racines,  de  sécurité,  de  repli  sur  soi  et  simultanément  envie  d’ouverture  et  d’échanges,  les  sociétés  éprouvent  cette  double  pulsion  qui  les  équilibre.  Parler  comme  l’a  fait  M.  Longuet  à  propos  de  la  présidence  de  la  HALDE  d’un  « corps  social  français  traditionnel »,  et  par  là  même  valorisé,  pousse  au  déséquilibre.  Réclamer des droits spécifiques pour une communauté dans l’espace public est également  une rupture de l’équilibre social. Il s’agit en outre de graves méconnaissances de ce qu’est,  en France, la notion de nationalité.      UNE CONCEPTION PRÉCIEUSE ET SINGULIÈRE DE LA NATIONALITÉ      Dans un discours sécuritaire particulièrement remarqué et tenu à Grenoble pendant  l’été  2010  à  la  faveur  d’un  fait  divers,  Nicolas  Sarkozy  a  menacé  de  déchéance  de  leur  nationalité  les  délinquants  et  criminels  ayant  commis  des  actes  particulièrement  violents  alors  qu’ils  avaient  été  naturalisés  français.  Quelques  jours  plus  tard,  son  ministre  de  l’Intérieur  a  cru  devoir  ajouter,  de  façon  à  mieux  orienter  encore  la  réprobation  publique,  aux cas de déchéance déjà évoqués par le Président de la République d’autres délits qui, par  leur  nature,  ne  peuvent guère  être  imputés  qu’à  des  Français  issus  de  l’immigration  et  de  confession musulmane.    MM. Sarkozy et Hortefeux ont ainsi franchi en les méprisant d’assez solides barrières  juridiques.  La  première  tient  à  ce  que  la  loi  française  ne  prévoit  la  déchéance  de  la  nationalité que pour une liste très restrictive d’actes spécialement graves et qu’elle ignore, à  ce  propos,  toute  distinction  entre  les  Français  de  souche  ou  les  Français  ayant  acquis  la  nationalité.  Le  deuxième  garde‐fou  juridique  a  été  voulu  par  Nicolas  Sarkozy  lui‐même  lorsqu’il a institué le contrôle juridictionnel a posteriori de la constitutionnalité des lois ; nul  doute en effet qu’une condamnation assortie de semblable déchéance aboutirait à constater  que la loi instituant cette peine est contraire aux principes généraux de notre droit.    Depuis que cette funeste idée a été avancée, nous avons eu la satisfaction de la voir  défaite  au  Sénat  par  la  coalition  républicaine  de  la  gauche  et  des  centristes,  puis  à  l’Assemblée  Nationale,  avant  même  tout  débat,  grâce  à  la  ferme  opposition  des  députés  radicaux valoisiens, de ceux du Nouveau Centre, de ceux du Modem et de quelques grandes  voix de l’UMP. Ce recul forcé d’une initiative préjudiciable à nos valeurs est une excellente  chose.    Car la transgression commise par le Président de la République n’est pas seulement  juridique,  elle  touche  à  un  élément  essentiel  de  l’identité  républicaine,  c’est‐à‐dire  la  conception française de la nationalité. Elle mérite un court rappel en quelques exemples. 

 

18


Le  24  août  1792,  Thomas  Paine,  qui  est  anglais  et  deviendra  américain,  est  fait  citoyen français par décret pour services rendus à la Révolution. Seize jours plus tard, le 9  septembre, il est élu député à la Convention.    Le 20 septembre de la même année, un général vénézuélien, Francisco de Miranda,  participe  au  sein  de  l’armée  de  Dumouriez  à  la  bataille  de  Valmy.  Seules  ses  amitiés  girondines  l’écarteront  du  double  privilège  de  la  naturalisation  et  de  l’élection  mais  lui  épargneront  les  tracasseries  judiciaires  qui  devaient  être  infligées  à  Paine,  le  philosophe  humaniste.    On sait qu’après le désastre de 1870 et le siège de Paris, Léon Gambetta, né à Cahors  de parents Italiens, fut élu député dans de nombreux départements. On sait moins que, lors  du  même  scrutin,  Garibaldi  fut  également  élu  dans  plusieurs  circonscriptions  où  il  avait  contribué à limiter les effets de la défaite. Ce natif du pays Niçois (rattaché à la France dix  ans plus tôt) qui se considérait comme un Italien ne voulant pas abjurer son irrédentisme, les  autorités de la république ne validèrent pas son élection ; il ne souhaitait d’ailleurs pas lui‐ même siéger à la Chambre.    Ces  trois  exemples  montrent  assez  bien  ce  qu’est  la  conception  française  de  la  nationalité  telle  qu’elle  s’est  forgée  certes  au  cours  des  siècles  mais  surtout  dans  les  épreuves décisives qu’a traversées la République. La nationalité ne doit rien au sang (Dans  ses  « Mémoires  interrompus »  François  Mitterrand  parle  de  l’occupation  allemande  en  soulignant  « Nous  n’étions  pas  fait  pour  cela  (…),  l’expression  d’une  supériorité  inventée,  tirée  de  l’obscure  aventure  du  sang »).  Elle  ne  doit  pas  plus  au  territoire  d’origine  et  l’Histoire  aide  à  retracer  depuis  les  invasions,  les  guerres,  les  annexions  et  les  vagues  successives  d’immigration  tous  les  grands  mouvements  qui  ont  constitué  une  identité  collective formée à partir de tous les horizons. Cette conception de notre nationalité ne doit  rien non plus à la religion depuis que la République s’est laïcisée. Elle ne dépend pas même  de  la  langue  même  si  celle‐ci,  élément  à  la  fois  du  patrimoine  et  de  la  culture,  est  un  puissant facteur d’intégration, comme nous le redirons de façon plus détaillée.    L’exemple  de  Garibaldi  montre  bien  que  la  nationalité  française,  c’est  la  traduction  juridique d’une liberté simple, celle qui tient à la volonté d’un avenir commun.    Le XIXème et le XXème siècles européens ont été marqués de façon souvent violente  par  l’opposition  entre  cette  conception  de  la  nationalité  adossée  à  la  liberté  et  la  conception  allemande  qui  enferme  l’individu  dans  une  prison  de  contraintes  puisque  la  nationalité dépend alors des critères objectifs du sang, de la race, du territoire, de la langue  et de la religion. A cette vision qu’on appelle romantique et que Fichte a énoncée dans ses  « Discours à la nation allemande », nous avons opposé la vision classique et subjective d’une  nationalité  voulue,  désirée,  qui  fait  l’honneur  de  la  France  et  historiquement  de  la  gauche  française.    La  nationalité  des  Français,  quelles  que  soient  leur  origine,  leur  couleur,  leur  religion, n’est pas à la merci de l’arbitraire du pouvoir, des caprices de l’Etat ou des calculs  électoraux de tel ou tel. Si elle a été acquise, elle n’en est pas plus fragile car elle n’est, par 

 

19


définition,  révocable  que  par  la  volonté  de  celui  qui  la  détient.  C’est  cette  composante  essentielle  de  l’identité  républicaine  que  Nicolas  Sarkozy  a  oubliée  dans  son  discours  de  Grenoble ;  il  l’a  oubliée  parce  qu’il  pense,  peut‐être  même  de  bonne  foi,  que  la  droite  est  dépositaire exclusive de la Nation.      RÉHABILITER LA NATION      En  2007,  Ségolène  Royal  soutenait,  à  juste  titre,  que  la  gauche  ne  devait  pas  abandonner la Nation aux nationalistes. Il est vrai que le culte de la Nation peut facilement  dégénérer en chauvinisme, en xénophobie, voire en bellicisme. Et si la nation française est la  plus  vieille  des  nations  européennes,  l’attachement  légitime  qu’on  lui  porte  deviendra  illégitime si le patriotisme exalté (on peut voir, à cet égard aussi, les excès contenus dans le  discours  de  Nicolas  Sarkozy  à  la  Chapelle‐en‐Vercors)  n’est  qu’un  prétexte  à  désigner  l’étranger  comme  un  ennemi.  Il  est  donc  juste  que  la  gauche  qui a,  au  fil  des  républiques,  restitué  la  Nation  au  peuple  alors  qu’elle  était  jusque‐là  soumise  à  la  transcendance  religieuse  illustrée  par  la  cérémonie  du  sacre,  que  cette  gauche‐là  se  réapproprie  l’idée  nationale.    Malheureusement,  la  gauche  entretient  avec  la  Nation  des  relations  complexes.  D’une  part,  les  partis  socialistes  et  communistes  ainsi  que  les  groupes  gauchistes  ont  longtemps entretenu le mythe de l’internationalisme ouvrier avec lequel l’URSS elle‐même  avait pris de grandes libertés en 1917 avec la paix séparée de Brest‐Litovsk ou en 1939 avec  le  pacte  Ribbentrop‐Molotov.  Ce  mythe  subsiste  cependant  jusqu’à  nos  jours  comme  une moraine  de  la  glaciation  communiste.  D’autre  part,  une  fraction  non  négligeable  de  la  gauche ‐ et les radicaux sont nombreux dans ce camp ‐ s’est nourrie à l’inspiration girondine.  Elle tend à confondre la Nation, collectivité abstraite et fusionnelle, avec l’Etat qui n’en est  que le cadre juridique contraignant. Il est juste de dire que la tradition centralisatrice de ce  pays – qu’on qualifie à tort de jacobine puisqu’elle va du sacre d’Hugues Capet à la création  de  l’ENA  en  passant  notamment  par  Richelieu,  Colbert  ou  Napoléon  –  opère  elle‐même  la  confusion entre la Nation et l’Etat.    La  gauche  n’a  pourtant  pas  à  rougir  devant  la  Nation.  Dans  les  épreuves  les  plus  difficiles, celles des soldats de l’An II, de Ledru‐Rollin, de Gambetta, de Clemenceau, de Jean  Moulin,  la  gauche  s’est  toujours  levée  pour  défendre  la  Nation  en  danger.  On  nous  pardonnera de citer encore les « Mémoires interrompus » de François Mitterrand : « Notre  génération aura fait cent détours avant de comprendre que la France était une personne ».    Nous  pensons  après  lui  que  la  Nation  demeure  le  point  le  plus  important  dans  l’agrégation  de  la  société  française.  Il  ne  s’agit  pas  de  sous‐estimer  les  autres  niveaux  de  solidarité  vécue  (v.  infra  V)  qui  constituent,  avec  elle,  l’identité  républicaine  mais  nous  affirmons que l’idée nationale demeure le concept pertinent pour identifier nos concitoyens  et que l’échelon national est celui de la communauté la plus intensément ressentie, même  si  cette  identification  et  ces  émotions  opèrent  désormais  dans  un  champ  essentiellement  symbolique (hymne, drapeau, fête nationale, reconnaissance cocardière pour le dire ainsi).   

 

20


Certes  nous  savons  que  « le  culte  du  national  est  un  nationalisme »  comme  l’écrit  l’historien Vincent Duclert (Libération 6/11/2009). Nous n’oublions pas comment, lorsqu’elle  est  dévoyée,  l’idée  de  nation  peut  faire  couler  le  sang  et  autoriser  le  totalitarisme,  le  colonialisme, les génocides ethniques et religieux ; Mario Vargas Llosa qui parle de la nation  comme  de  « l’exemple  privilégié  d’une  imagination  maligne »,  le  dit  mieux  que  nous  ne  saurions le dire.    Tout  cela  peut  être  vrai  mais  il  restera  qu’en  France  et  fans  la  plupart  des  pays  (y  compris ceux‐là même où la Nation est de création récente et parfois artificielle) la plupart  des citoyens se reconnaissent dans la Nation regardée comme une vaste communauté, une  « personne », c’est vrai, mais une grande personne, plus grande que la somme des individus  qui  la  composent,  riche  d’une  vaste  mémoire  qui  les  nourrit  et  surtout  de  grands  projets  d’avenir auxquels ils adhèrent.    Nous  n’hésitons  pas  à  dire,  spécialement  pour  la  France,  que  la  Nation  reste  pourvoyeuse  d’identité  même  si  nous  pensons  que  la  République  est  bien  plus  que  le  simple constat d’un fait national évident.    Il faudrait bien sûr tout citer de la magnifique conférence donnée en 1882 par Ernest  Renan pour répondre à la question : qu’est‐ce qu’une nation ? Nous n’en extrairons que la  phrase la plus célèbre : « L’existence d’une nation est un plébiscite de tous les jours comme  l’existence  de  l’individu  est  une  affirmation  perpétuelle  de  la  vie ».  Cette  phrase  a  été  souvent  reprise  car  elle  résume  tout  à  la  fois  la  conception  française  subjective  de  la  nationalité  que  nous  avons  résumé  plus  haut  et  la  légitimité  d’une  nation  dans  cette  conception : c’est d’abord un vaste projet commun.    Pour  leur  part,  les  radicaux  n’entretiennent  pas  le  culte  de  la  Nation ;  ils  sollicitent  seulement qu’on la respecte car c’est encore dans ce cadre que l’avenir commun se dessine  par priorité.    Avant d’évoquer les projets d’avenir proposés à l’identité républicaine de notre pays,  il  nous  faut  cependant,  comme  dans  l’inventaire  des  moyens  mobilisés  pour  un  voyage,  rappeler ce que nous apportent notre mémoire et notre patrimoine. 

 

21


22


II      HISTOIRE ET PATRIMOINE : UNE MÉMOIRE TOUJOURS  RÉALIMENTÉE   

          Les  arguments  les  plus  souvent  mobilisés  par  les  défenseurs  d’une  vision  de  l’identité nationale fermée, figée, restrictive, exclusive se trouvent dans le champ historique  et dans le domaine patrimonial délimité en bonne partie par l’Histoire. Pour devenir Français  ou pour vivre en France tout simplement, il faudrait tout accepter, sans aucune discussion,  de ce grand roman national, de ce magnifique récit collectif qui est notre histoire commune  et définitivement dépassée. De la même façon, le patrimoine de la France, qu’il s’agisse tout  simplement  de  nos  paysages,  de  nos  terroirs,  de  notre  architecture, de  nos  beaux‐arts,  de  « notre »  religion,  voire  de  notre  gastronomie,  tout  cela  serait,  de  surcroit,  menacé  par  l’irruption de populations venues d’autres horizons.      Cette  approche  est  fausse.  L’Histoire  n’est  pas  une  nostalgie.  Elle  n’est  pas  seulement  faite  de  mémoire.  Elle  est  vivante  et  constamment  réécrite.  Elle  s’écrira  dans  l’avenir  aussi.  Elle  peut,  dans  tous  les  cas,  être  lue  de  diverses  manières.  Le  patrimoine  français n’est pas non plus un musée. A l’opposé d’une succession de droit privé, il n’est pas  à  diviser  entre  des  héritiers  n’ayant  que  la  légitimité  de  leur  ascendance.  Il  est  une  sorte  d’indivision donnée à la Nation à charge pour elle d’en augmenter constamment la valeur. Et  de fait, notre patrimoine, si vaste et si magnifique qu’il force l’admiration de ceux qui nous  visitent (la France demeure la première destination touristique du monde et le tourisme est,  avant l’agriculture, le premier pourvoyeur en crédit de notre balance commerciale), ne cesse  de s’enrichir à la mesure de l’élargissement de notre communauté.      Si  l’on  veut  faire  vivre  l’identité  républicaine,  il est  donc  grand  temps  de  laisser  respirer  l’histoire  collective  et  de  regarder  notre  patrimoine  comme  un  espace  de  liberté  plutôt  que  de  le  voir  en  jardin  clos  et  protégé  du  vent  du  large.  Dans  cette  conception  tournée vers l’avenir, il n’est pas pour autant interdit d’éprouver, comme tous les Français et  quelles  que  soient  leurs  origines,  une  forte  fierté  devant  les  grandeurs  indiscutables  de  l’histoire de ce pays.      UNE HISTOIRE SINGULIÈRE EXCEPTIONNELLE        Pour  le  meilleur  et  le  pire,  la  géographie  française  a  prédisposé  de  très  longue  date notre territoire actuel à être un lieu de rencontres, d’échanges, d’ouverture mais aussi  de conflits et de guerres.     

23


Au‐delà des attaches partisanes qui lient les uns aux autres, tous les républicains  de  bonne  foi  peuvent  se  reconnaitre  dans  la  présentation  épique  de  notre  saga  nationale  telle  qu’elle  a  été  faite  par  Dominique  de  Villepin,  en  février  2003,  devant  le  Conseil  de  sécurité  de  l’ONU.  Il  s’agissait  alors  de  refuser  une  guerre  en  invoquant  la  mémoire  d’un  pays qui l’avait trop connue. Peu avant, lorsque l’Europe n’avait que quinze Etats‐membre, la  France avait été en guerre, en un temps ou un autre, avec tous ses partenaires à l’exception  presque exotique du Danemark.      Que  de  sang  versé  pour  la  défense  d’un  territoire  qui  n’était  pas  encore  celui  d’une nation ! C’est le glaive de César qui unit par la force les cent nations celtes ou galates.  C’est la barrière des Pyrénées qui arrête les Wisigoths pour en faire les pères de l’Occitanie.  C’est le hasard du partage de Verdun qui crée trois états là où n’était qu’un empire. C’est la  violence des Capétiens qui fait progresser la France à la mesure de la mutilation des identités  régionales. C’est le rêve de gloire de la Bourgogne qui incendie Liège, la cité ardente. C’est la  Saint‐Barthélemy et un siècle plus tard l’édit de Fontainebleau qui dressent face‐à‐face des  catégories  qui  s’identifiaient  par  leur  religion  et  non  par  une  nation  commune.  C’est  à  un  siècle d’intervalle, la vision impériale de Louis XIV et celle de Napoléon qui tentent d’étendre  un territoire national encore incertain à une bonne partie de l’Europe. C’est par trois fois en  70  ans,  la  fureur  allemande  qui  se  déverse  par  nos  frontières  grandes  ouvertes.  C’est  la  certitude du bien‐fondé de la colonisation qui annexe à la France une part considérable de la  planète. Que de violences et que de haines !      Et  pourtant  de  ces  terribles  épreuves,  la  France  est  sortie  telle  que  nous  la  connaissons  après  mille  annexions  et  amputations.  C’est  peut‐être,  comme  le  livre  une  tradition  assez  romantique,  que  notre  pays  possédait,  avant  la  lettre,  une  sorte  de  génie  national qui allait dessiner notre territoire malgré toutes ces vicissitudes ; si cette vision est  vraie, il faut en déduire que la nation française continuera à s’ouvrir et à se modeler. C’est  sans  doute  aussi  que  notre  pays  s’est  trouvé  au  point  de  rencontre  du  monde  latin  et  du  monde  saxon.  C’est  également  que  les  cours  capricieux  de  cinq  fleuves  nous  ont  mis  en  contact avec la Méditerranée, avec le monde ibérique, avec les étendues atlantiques, avec la  Grande‐Bretagne,  avec  l’Allemagne.  C’est  certainement  que  l’immensité  de  nos  frontières  maritimes  prédisposait  nos  navigateurs  et  nos  marchands  à  être  des  découvreurs  de  mondes.  C’est  surtout  que  nos  visiteurs  qu’ils  soient  venus  pour  notre  prospérité  ou  pour  notre malheur se trouvaient tellement bien dans un pays aussi riche de traditions diverses  qu’ils y sont restés pour y faire souche.      Mais  la  grande  singularité,  l’exception  française,  c’est  le  mouvement  des  Lumières  et  la  Révolution.  Les  philosophes  français  du  XVIIIème  siècle,  et  au  premier  rang  Montesquieu, Rousseau, Voltaire et Diderot, ont donné un cours nouveau à l’Histoire. Ils ont  soustrait  l’individu  au  carcan  des  systèmes  religieux,  autocratiques,  corporatifs  qui  étouffaient la liberté. Ils ont inventé le progrès en substituant les destins choisis à la fatalité  subie.  Et  ils  ont  donné  des  règles  démocratiques  à  leur  vision  du  monde.  Celle‐ci  a  directement inspiré la déclaration d’indépendance américaine de 1776.      Elle a aussi et surtout permis d’écrire la Déclaration des droits de l’Homme et du  Citoyen  de  1789  et  de  dicter  la  devise  qui  serait  celle  de  la  République.  Liberté,  égalité,  fraternité,  n’étaient  plus  des  incantations  ou  de  vagues  slogans  insurrectionnels ;  ces  trois 

 

24


mots devenaient des évidences proposées par la France à tous les peuples dont beaucoup  les recevraient comme de précieuses injonctions.      Comme il devait y avoir un primat de la philosophie allemande au XIXème siècle ou  un prestige particulier des littératures française et russe, on peut dire, sans aucune forme de  chauvinisme, que la pensée politique française du XVIIIème siècle a éclairé le monde. Nous  ne dressons pas ce constat pour en tirer une quelconque vanité mais pour qu’un passé aussi  glorieux et une pensée aussi tolérante forment pour la France d’aujourd’hui des obligations  impératives.      Il  importe  toutefois  de  préciser  ici  que  l’Histoire,  comme  toutes  les  grandes  œuvres humaines, nait également de l’imagination des hommes et pas seulement de réalités  objectivement incontestables. Ce que l’on appelle l’Histoire n’est peut‐être que la somme  des victoires remportées par la politique sur la géographie, c’est‐à‐dire par la volonté sur  l’évidence.      LES GRANDS MYTHES NATIONAUX        Pour  parler  de  l’Histoire,  nous  avons  employé  à  dessein  l’expression  de  « grand  roman national ». Nous entendons cette expression dans sa double signification : d’une part,  les  nations  n’assurent  leur  cohésion  que  si  elles  sont  capables  de  transmettre  le  récit  de  leurs aventures collectives passées ; d’autre part, cette transmission n’est possible que si elle  est portée par une capacité d’oubli (qui est aux sociétés ce que la prescription pénale est aux  individus)  et  un  véritable  pouvoir romanesque  d’enjoliver  les  événements  ordinaires  pour  leur conférer une dimension épique.      Il y a dans cette question un problème qui doit être abordé en tout premier lieu :  la  mémoire  d’une  communauté  est  toujours  différente  de  la  somme  des  souvenirs  des  individus qui la composent.      C’est  le  sens  même  des  grands  mythes  que  mobilise,  consomme  et  dépasse  la  pensée  politique.  Nul  besoin  de  convoquer  M.  Eliade  pour  exposer  ce  qu’est  un  grand  mythe, au sens moderne du terme. Toutes les sociétés éprouvent le besoin de dépasser leur  quotidien  et  la  somme  des  histoires  individuelles.  Elles  écrivent  de  grandes  et  belles  histoires,  accessibles  par  plusieurs  niveaux  de  lecture.  Elles  comportent  leur  part  de  malentendus  et  d’ambiguïtés,  mais  rassemblent  finalement,  dans  une  fonction  quasi‐ totémique et autour d’une question presque toujours clivante à son origine, la communauté  nationale.      Des exemples ? Prenons‐en quelques‐uns sur une période de l’ordre d’un siècle.  Quels  ont  été  les  grands  mythes  républicains  entre  1870  et  1980 ?  Le  premier  combat  de  cette  période,  fruit  de  très  forts  antagonismes,  fut  mené  pour  la  forme  républicaine  de  l’Etat. Il y fallut presque trente années. Cette question est‐elle aujourd’hui encore en débat ?  Le frontispice de toutes les mairies de France nous renvoie la réponse : notre République est  – et sans doute à l’excès – de ce marbre où vont se graver les grandes histoires collectives. 

 

25


Mais dans le temps où la République s’installait, les républicains imaginaient l’école gratuite  et  obligatoire,  la  liberté  de  la  presse,  la  liberté  d’association  et  celle  des  syndicats,  ou  la  séparation des églises et de l’Etat.      Immédiatement ensuite, la communauté française fut mobilisée, c’était la célèbre  « ligne bleue des Vosges », dans le combat pour l’intégrité territoriale. On connaît la suite.  Alsace  et  Moselle  reconquises,  le  mythe  de  la  frontière  sacrée  était  rétabli  dans  la  conscience  collective.  A  l’heure  de  l’intensification  de  la  coopération  franco‐allemande,  moteur  de  la  construction  européenne  et  du  travail  transfrontalier, cette  question fait‐elle  encore débat ?      Passée  la  première  guerre  mondiale,  la  France,  forte  de  ses  vieilles  conquêtes  mais  surtout  de  celles  de  la  fin  du  XIXème  siècle  (A.O.F.,  A.E.F.,  Madagascar,  Indochine)  se  lançait dans l’aventure coloniale marquée plus que tout autre projet collectif par l’ambiguïté  évoquée  ci‐dessus.  La  France  se  donnait  pour  mission  de  répandre  la  civilisation  sur  son  « empire »  et  le  faisait  effectivement  par  la  santé  publique,  l’éducation,  les  grandes  infrastructures, mais sans trop d’égards pour les civilisations préexistantes et sans non plus  solliciter  l’avis  des  intéressés.  Cinquante  ans  après  Bandoeng  et  la  grande  vague  des  indépendances, ce mythe n’est plus un sujet de débat sauf pour quelques doloristes mais la  France  peut  constater  qu’une  bonne  partie  des  migrations  qu’elle  reçoit  n’est  que  la  conséquence  logique  de  sa  politique  coloniale.  Une  autre  page  de  cette  histoire  est  donc  encore à écrire.      Le  mythe  peut‐être  le  plus  vivace  et  qui  survit  encore,  au  moins  de  façon  commémorative  puisque,  dans  le  champ  politique,  il  a  été  en  quelque  sorte  enterré,  en  1974,  par  l’élection  de  M.  Giscard  d’Estaing,  fut  celui  de  la  France  héroïque  et  résistante.  Chacun connaît la réalité historique : une infime minorité de collaborateurs actifs, une autre  minorité  de  résistants  authentiques  et  une  majorité  de  Français  subissant  le  malheur  des  temps. Mais des hommes et des partis, peu ou prou engagés dans la Résistance, l’ayant faite  plus  ou  moins  tôt,  ont  écrit  cette  belle  et  grande  histoire  que  les  Français  aiment  encore  entendre et se raconter. Ce n’est donc pas du tout par hasard que M. Sarkozy, soucieux de  réanimer  le  mythe,  est  allé  tenir  son  discours  sur  « l’identité  nationale »  à  la  Chapelle‐en‐ Vercors,  haut  lieu  de  la  Résistance,  le  12  novembre  2009 ;  il  s’agissait  pour  lui,  de  façon  caricaturale, d’exalter ce qui serait le cœur de la France et que menaceraient des ennemis  venus de l’étranger.      Plus près de nous encore, une génération entière de citoyennes et de citoyens de  gauche  s’est  engagée  aux  côtés  de  François  Mitterrand  pour  « changer  la  vie ».  Tous  croyaient‐ils vraiment qu’ils allaient changer la vie ou que du seul fait de l’élection de 1981,  la France allait passer, comme le dirait Jack Lang, de la nuit à la lumière ? Évidemment non.  Mais il y avait là un véritable horizon militant, mobilisateur et pourvoyeur de ces rêves qui,  par la force d’une volonté politique collective, finissent par s’inscrire dans la réalité. Sans la  puissance  de  ce  mythe  d’une  vie  entière  à  changer,  la  France  aurait‐elle,  en  1981,  aboli  la  peine  de  mort  alors  qu’une  majorité  de  Français  étaient  hostiles  à  cette  abolition  mais  avaient mandaté François Mitterrand pour y procéder ?   

 

26


On voit dans ces différents exemples que les grands mythes républicains exercent  une fonction puissamment agrégative. Il importe peu de pouvoir vérifier si les grands récits  collectifs  sont  factuellement  tout  à  fait  exacts.  Mais  il  importe  de  savoir  si,  tels  qu’ils  sont  proposés  à  l’ensemble  de  la  collectivité,  ils  peuvent  être  lus  par  tous  ses  membres  et  les  associer en une sorte de grande geste nationale.      Il  est  malheureusement  patent  que  la  vie  politique  française  actuelle  est  en  panne,  en  manque  de  grands  mythes.  Peut‐être  faut‐il  voir  dans  cette  panne  l’une  des  raisons de l’engouement français – qui s’est bien sûr manifesté ailleurs – lors de l’élection de  Barack Obama avec ses slogans volontaristes qui faisaient revivre le mythe américain de la  Nouvelle Frontière. On ne peut certes pas regretter les conflits armés qui furent à l’origine  de  tant  d’histoires  épiques  dans  la  mémoire  collective  française.  Mais  on  est  obligé  de  constater  que  l’inventaire  permanent  des  contraintes  et  des  raisons  de  ne  pas  faire  a  annihilé  la  volonté  politique  et  préparé  le  gouvernement  des  comptables  placés  sous  la  férule  des  conjoncturistes  et  sondeurs  d’opinion.  A  suivre  un  tel  exemple,  Helmut  Kohl  aurait‐il réalisé la réunification allemande ? Les peuples arabes se seraient‐ils révoltés ?      Il  ne  sert  donc  à  rien  de  pétrifier  la  mémoire  collective  dans  une  sorte  de  conservatoire  ou  même  de  sanctuaire.  On  ne  peut  penser  l’identité  républicaine  qu’en  proposant  à  la  Nation  de  vastes  et  beaux  projets  qui  ne  se  développeront  plus  nécessairement dans le cadre territorial national.      UNE HISTOIRE VIVANTE        « On refait l’histoire ». C’est sous ce titre qu’un magazine évoquait récemment à  la  signature  de  François‐Guillaume  Lorrain  la  diversité  et  l’évolution  de  quelques‐unes  des  plus grandes figures de notre histoire (Le Point, 12/08/2010). Elles continuent à évoluer car  l’Histoire ne cesse d’être réécrite, même dans ses aspects qui paraissent les plus irréfutables  dans un temps donné. Nous y reviendrons car c’est une erreur dans la rhétorique identitaire  de  la  droite  de  soutenir  que  notre  Histoire  collective  se  donne  en  partage  à  ceux  qui  voudraient bien y adhérer sans réserve. L’histoire de l’esclavage à Gorée n’est évidemment  pas  la  même  pour  une  famille  d’armateurs  bordelais  ou  rochelais,  pour  un  intellectuel  antillais  ou  pour  un  homme  politique  sénégalais ;  ce  sont  pourtant  trois  récits,  également  vrais et faux, livrés par des mémoires collectives vivantes.      On nous pardonnera d’avoir simplifié à l’extrême l’exemple de l’esclavage. Nous  aurions pu en mobiliser beaucoup d’autres.      L’Histoire, telle qu’elle fut longtemps enseignée aux écoliers, était une imagerie  d’Epinal, un kaléidoscope de vues instantanées sur des aventures individuelles. De la bataille  d’Alésia  à  la  libération  de  Paris,  défilaient  ainsi  Clovis  sur  son  pavois,  Jeanne  d’Arc  sur  la  route  de  Domrémy  à  Vaucouleurs,  Richelieu  au  siège  de  la  Rochelle,  Bonaparte  au  pont  d’Arcole, Savorgnan de Brazza en Afrique équatoriale, Joffre et les taxis de la Marne, etc. On  n’en  finirait  pas  d’énumérer  les  épisodes  marquant  cette  conception  de  l’Histoire 

 

27


évènementielle, glorieuse et faite par des individus dressés pour refuser la fatalité, dire non  à l’inéluctable.      Par  la  suite,  la  discipline  historique  a  été  dominée  par  une  autre  conception.  L’Histoire  aurait  été  déterminée  par  des  causes  purement  objectives.  Ainsi  le  Moyen‐Age  s’évaluait‐il au cours du blé dans le Limousin pendant le XIIème siècle. La peste noire devenait  affaire de lutte des classes, de même que, plus tard, l’épopée révolutionnaire ne servait que  l’émergence de la bourgeoisie. A notre époque, le conflit du Moyen‐Orient ne résulterait que  du problème de partage de l’eau potable. Cette conception – qui a vécu, au moins dans ses  excès – transformait l’Histoire en une addition d’évidences géographiques et économiques.  Elle n’était pas plus exacte que la précédente, et beaucoup moins séduisante.      Car  ces  deux  visions  de  l’Histoire  sont  partiellement  vraies  mais  globalement  fausses dans la mesure où elles enferment toutes deux le passé dans une lecture figée. Nous  emprunterons à un romancier de droite, J. Laurent, une formule apparemment paradoxale :  contrairement à une idée reçue, « c’est le passé qui est imprévisible ». Par les résurgences  du souvenir, par les modifications de la mémoire, par les diverses exploitations politiques,  l’Histoire ne cesse d’évoluer. En veut‐on quelques preuves ?      Nous avons évoqué deux grandes figures de la geste héroïque française, Jeanne  d’Arc et Napoléon.  Pour la première, les curieux d’Histoire pourront consulter les manuels  scolaires du XIXème pour constater qu’en un siècle la présentation de la bergère inspirée et  martyre  n’a  cessé  d’évoluer  et  que  c’est  seulement  dans  la  période  récente  que  ce  personnage a été définitivement sécularisé malgré les tentatives de confiscation menées par  l’extrême  droite.  Quant  à  Napoléon,  la  France  finit  à  peine  de  célébrer  dans  l’admiration  recueillie l’inventeur du Code civil et le vainqueur d’Austerlitz que déjà nombre d’historiens  le  présentent  comme  l’un  des  pires  bouchers  que  l’Europe  ait  connus.  Le  cadavre  bouge  encore.      Si les histoires qu’on croyait définitivement écrites s’éclairent encore et toujours  de  lectures  nouvelles  on  peut  prévoir  sans  grand  risque  qu’elles  continueront  à  évoluer.  L’Histoire de France n’est donc pas une sorte de trésor enfermé et que les seuls Français de  souche seraient autorisés à voir et à toucher, littéralement à manipuler.      Tous  les  individus,  tous  les  groupes,  toutes  les  collectivités  qui  composent  et  composeront  l’ensemble  républicain  doivent  avoir  accès  à  ce  trésor  et  obtenir  la  permission d’en restituer l’image qu’ils en ont. Un exemple montrera, pour ponctuer ce récit  jamais  achevé,  comment  une  immigration  parfaitement  réussie  par  l’intégration  peut  cependant sécréter des lectures différentes selon les angles de vue existant simultanément.  Si  l’on  parle  de  la  Pologne,  la  plupart  des  Français  pensent  à  cette  arrivée  importante  de  travailleurs fixés dans les années 30 autour des grands bassins miniers. On parlait alors des  « Polaks »  qu’on  disait  arriérés,  sauvages  et  ombrageux.  Quand  on  évoque  la  même  immigration  dans  le  Nord‐Pas‐de‐Calais,  le  regard  est  déjà  différent.  Les  Français  de  plus  vieille souche notent que la communauté polonaise est riche de traditions très vivantes et  d’une  forte  solidarité ;  on  dit  encore,  à  juste  titre,  que  cette  solidarité  a  généré  bien  des  pouvoirs  politiques  locaux ;  on  cite  aussi,  avec  pour  le  coup  une  vraie  fierté  nationale,  quelques  très  grands  noms  du  sport  français.  Le  Polak  est  devenu  Kopa.  Si,  à  la  fin,  on 

 

28


interroge  les  Français  venus  de  Pologne  sur  les  relations  entre  leur  pays  et  la  France,  la  réponse  est  tout  autre.  Ils  rappellent  volontiers  que  les  rois  Jagellon  de  Pologne  et  de  Lituanie sont venus sauver l’Europe assiégée à Vienne des invasions turques. Ils parlent aussi  du  mariage  de  Louis  XV  et  du  duché  de  Lorraine  dévolu  à  leur  roi.  Ils  ont  leurs  propres  images de l’épopée napoléonienne et peuvent évoquer aussi bien le maréchal Poniatowski  que les régiments embarqués dans la guerre en Haïti.      Il  est  bien  que,  dans  l’histoire  nationale  d’un  pays,  chaque  composante  de  la  collectivité  républicaine  puisse  ainsi  proposer  d’elle‐même  l’image  la  plus  flatteuse.  La  stricte vérité historique n’y trouvera pas toujours son compte mais la cohésion sociale s’en  trouvera renforcée. Nul ne peut empêcher cette vie permanente qui caractérise l’Histoire.  Si les momies délivrées de leurs sarcophages continuent à délivrer presque chaque jour des  enseignements nouveaux, chacun peut bien en déduire que l’aventure collective vécue hier  et  aujourd’hui  continuera  demain  à  s’élargir  dans  son  récit  historique  pour  que  la  nation  française continue à accueillir dans sa mémoire vivante les récits particuliers de toutes ses  composantes.      UNE LANGUE ET MILLE PARLERS        Au  tout  premier  rang  des  éléments  de  patrimoine  que  nous  a  confiés  cette  Histoire vivante figure la langue française.      On peut bien sûr aimer Villon et Rabelais mais noter que la superposition quasi‐ totale d’un territoire et d’une langue n’est qu’un phénomène assez récent et, pour tout dire,  assez artificiel aussi.      En  simplifiant,  on  peut  dire  que  l’affaire  remonte  à  Condorcet  guère  avant  puisque  le  français,  s’il  était  parlé  à  la  cour  de  Berlin  ou  à  celle  de  Saint‐Petersbourg,  s’il  irriguait  grâce  aux  œuvres  des  grands  philosophes  déjà  cités  toute  la  pensée  politique  européenne, n’était pratiqué dans notre pays que dans quelques régions (Val de Loire, Ile‐ de‐France) et par les catégories sociales les plus aisées. Pour le reste, on parlait autant de  dialectes  qu’il  y  avait  de  provinces.  Ce  rappel  n’est  opéré  que  pour  désavouer  ceux  qui  prétendent  aujourd’hui  juger  la  nationalité  à  la  pratique  de  la  langue.  La  nation  française  existait bien avant l’établissement d’une suprématie de la langue française.      Condorcet  déclara  donc  la  guerre  aux  patois.  Pour  ce  brillant  avocat  de  l’instruction  publique,  il  ne  s’agissait  pas  d’humilier  les  patoisants,  de  les  désigner  comme  des  inférieurs.  Le  défi  était  celui  de  l’unification  de  la  Nation,  de  la  République  encore  en  gestation  contre  les  convulsions  des  pouvoirs  agonisants,  contre  les  excès  des  anciens  parlements provinciaux contre les prisons des corporations qui formaient aussi des barrières  lexicales. Bref, il fallait favoriser tous les éléments unificateurs contre les forces centrifuges.      Ce  travail  fut  conduit,  il  est  vrai,  sans  trop  de  ménagements.  Il  fut  poursuivi  pendant un siècle et demi par tous les dépositaires successifs de la tradition centralisatrice  française notamment par Napoléon Ier dont chacun sait qu’il parlait très mal notre langue 

 

29


avant  de  nourrir  le  projet  de  l’imposer  à  toute  l’Europe…  Aussi  longtemps  que  l’unité  nationale  fut  menacée  dans  sa  dimension  territoriale,  soit  jusqu’à  la  fin  de  la  2e  guerre  mondiale,  la  langue  française  joua  le  rôle  ambigu  de  l’indispensable  outil  d’échange  et  de  corset  imposé  à  la  diversité.  Toute  l’Occitanie  souffrait  de  cette  uniformité,  et  avec  elle  la  Bretagne, la Savoie, le pays niçois et bien d’autres encore. Ces régions souffraient de se voir  imposer  une  seule  langue  à  l’heure  même  où  les  immigrés  venus  d’Italie,  de  Pologne,  d’Espagne,  du  Portugal  interdisaient  à  leurs  enfants  de  s’exprimer  dans  la  langue  de  leur  pays d’origine, belle illustration du caractère subjectif, volontariste de notre nationalité.      Ces  temps  sont  révolus.  Les  dangers  extérieurs  faisant  la  place  aux  idées  nouvelles  de  coopération  européenne,  en  même  temps  que  commençait  la  véritable  scolarisation  de  masse,  il  devint  tout  à  fait  courant  d’apprendre  et  de  pratiquer  par  les  échanges  internationaux  une  ou  plusieurs  langues  étrangères.  Les  spécialistes  de  la  pédagogie peuvent constater que les individus les plus agiles dans ces langues étaient aussi  ceux qui utilisaient le mieux la langue française. Simultanément et bien avant les débuts de  la  décentralisation  juridique,  les  fiertés  régionales  longtemps  bridées  relevaient  la  tête.  Souvent animés par des zélateurs sincères, les mouvements régionalistes allaient réhabiliter  leur héritage linguistique. C’était autrefois une hérésie très répréhensible que de pratiquer  le  breton,  l’alsacien  ou  l’un  des  parlers  d’oc.  On  peut  aujourd’hui  en  faire  l’option  au  baccalauréat  et  il  ne  semble  pas  que  la  langue  française  en  ait  souffert.  Le  Sénat  de  la  République a décidé par un amendement récent, d’aménager la loi Toubon consacrée à la  sauvegarde  de  notre  langue  pour  autoriser  le  double  affichage  des  noms  de  bourgades  et  des noms de rue en français et en langue locale, ce qui était, il y a peu de temps encore, un  sujet disons explosif dans les deux départements corses.      Pendant tout ce long cheminement de la langue, l’outre‐mer français n’a jamais  cessé  d’organiser  la  cohabitation  entre  la  langue  de  la  métropole  et  les  langues  locales  qu’elles  soient  créoles,  mahoraises,  polynésiennes  ou  calédoniennes.  Là  encore,  l’exemple  d’intellectuels  aussi  considérables  qu’Aimé  Césaire  ou  Edouard  Glissant  montre  assez  bien  que  cette  cohabitation,  loin  d’être  un  danger  pour  l’un  ou  l’autre  parler,  est  une  véritable  source d’enrichissement pour l’une et l’autre. Car les langues créoles mais aussi les parlers  francophones  québécois,  africains,  belges  ou  suisses,  ne  cessent  de  féconder  la  langue  initiale à l’image d’affluents venant abonder un courant. L’extraordinaire inventivité lexicale  et  même  syntaxique  de  la  littérature  francophone  d’Afrique  centrale  est  une  parfaite  illustration de ces apports et de leur importance.      Au reste, la langue vit aussi de l’intérieur. Seules les langues mortes peuvent être  éternellement  figées.  Les  beaux  esprits  pourront  toujours  regretter  qu’on  ne  parle  plus  comme  à  la  cour  de  Louis  XIV,  rien  n’y  fera.  Lorsqu’un  ministre  –  c’était  René  Haby  –  s’autorise à supprimer l’imparfait du subjonctif, pourquoi un rappeur, un émetteur de SMS  ne pourrait‐il pas prendre ses libertés avec la langue ? A l’heure où l’anglais basique envahit  le  monde  grâce  à  la  « world  music »  et  Internet,  pourquoi  les  jeunes  Français  seraient‐ils  privés du plaisir d’inventer leur propre façon de pianoter sur leur langue ? Si l’on veut bien  prendre garde au syndrome de Babel qui se rencontre lorsque le langage des groupes ou des  bandes ne sert plus à communiquer mais à exclure, la langue française elle‐même autorise  toutes ces libertés qui la font vivre.   

 

30


Dans  les  débats  récents  sur  l’identité  nationale,  comme  dans l’amorce  de  ceux  qui  s’annoncent,  il  s’est  trouvé  des  censeurs  (pas  toujours  orfèvres  du  français  le  mieux  ciselé)  pour  subordonner  l’acquisition  de  la  nationalité  et  même  le  droit  au  séjour  des  étrangers à la maîtrise de la langue vérifiée par examen. Il est remarquable que nul parmi les  caporaux  de  notre  langue  n’ait  proposé  un  financement  public  pour  l’alphabétisation  des  adultes  d’origine  étrangère.  A  les  suivre,  nous  aurions  vite,  comme  le notait  drôlement  un  intellectuel, une « carte d’identité à points ». (François Sureau, Avocat et écrivain, Libération  21/02/2011)      Ces empêcheurs de parler en rond font fausse route. La littérature qu’il nous faut  maintenant  évoquer,  fournit  de  très  beaux  exemples,  de  Kundera  à  Makine,  d’une  vérité  simple et lumineuse : une langue vivante est une invitation et non une injonction.      QUELQUES AUTRES ÉLÉMENTS DU PATRIMOINE        Il n’est évidemment pas question d’inventorier ici comme autant de briques d’un  mur  national  tous  les  éléments  patrimoniaux  qui  constituent  une  identité  française  spécifique mais d’isoler quelques‐uns d’entre eux pour illustrer le fait que notre patrimoine  sert d’abord à échanger et pas à se renfermer.      Revenons  donc  à  la  littérature  qui  est  le  domaine  où  se  laisse  le  mieux  voir  la  double fonction de la langue : recevoir et émettre. Les plus grands écrivains français ont été  traduits dans la plupart des langues du monde. C’est ce kaléidoscope linguistique qui leur a  donné  un  écho  que  leurs  œuvres  n’auraient  jamais  rencontré  si  elles  étaient  restées  confinées dans les limites de la francophonie. Il existe aujourd’hui un courant très important  de  philosophie  française  aux  Etats‐Unis.  On  sait  moins  qu’Alexandre  Dumas  est  un  des  auteurs  les  plus  lus  dans  le  monde  et  que  son  œuvre  le  doit  au  fait  que  les  autorités  de  l’URSS avaient estimé, à tort ou à raison, c’est une autre histoire, qu’Edmond Dantès était un  héros  socialiste  typique.  De  là  résulte  que  le  déploiement  de  la  renommée  littéraire  de  Dumas doit aujourd’hui plus au russe qu’au français.      A  l’inverse,  la  langue  française  peut  servir  de  premier  réceptacle  à  des  œuvres  enfermées dans des limites linguistiques trop étroites. L’exemple le plus saisissant est peut‐ être  celui  de  l’Albanais  Ismail  Kadaré  qui  a  créé  dans  une  langue  confidentielle,  et  mystérieuse même pour les linguistes, avant que la traduction en français le fasse accéder à  une notoriété mondiale. Même si cet auteur est francophile et francophone, ce miracle ne  se serait pas accompli sans le truchement de ses traductions vers le français.      Sans agiter le fanion d’un quelconque chauvinisme littéraire, il nous faut rappeler  que  de  sa  création  en  1901  jusqu’en  1964,  le  prix  Nobel  de  littérature  a  couronné  onze  auteurs français et que depuis cette dernière date nos auteurs n’ont été distingués que deux  fois.  Ce  reflux  correspond  certes  à  l’émergence  de  nouveaux  pays,  voire  de  continents  entiers, dans la littérature mondiale, mais il traduit aussi la perte relative d’influence de la  langue  française.  Cette  disparition  n’est  pas  inéluctable  comme  le  montre  la  ferme  résistance des latino‐américain à l’impérialisme de la langue anglaise. Il est simplement plus 

 

31


urgent  de  revitaliser,  par  une  politique  appropriée,  les  réseaux  de  la  francophonie  que  de  donner des leçons de français comminatoires.      On pourrait faire bien sûr les mêmes observations pour la musique classique ou  moderne  et  pour  tous  les  beaux‐arts.  Qui  peut  soutenir  que  le  Belge  Jacques  Brel  ou  le  Canadien Robert Charlebois n’ont pas à leur manière contribué à forger notre identité ? Qui  n’a  été  ému  en  découvrant,  à  Saint‐Pétersbourg,  l’extraordinaire  collection  d’impressionnistes  français  exposée  au  musée  de  l’Ermitage ?  Ou  par  le  retentissement  international de l’œuvre de JM Basquiat, français et espagnol par ses origines haïtiennes et  portoricaines  mais  américain  par  le  merveilleux  hasard  du  droit  du  sol ?  A  multiplier  les  exemples  on  retrouverait  toujours  la  même  évidence :  le  patrimoine  d’une  nation  ne  doit  pas être l’objet d’une possession jalouse mais la matière des échanges les plus ouverts.      On  pardonnera  sans  doute  à  des  radicaux  de  ne  pas  négliger  une  composante  essentielle  de  notre  patrimoine,  à  savoir  la  gastronomie.  Sans  énumérer  les  milliers  de  spécialités qui font la fierté nationale et parfois l’orgueil d’un seul village, il faut s’arrêter à  un système très important, celui des appellations d’origine contrôlée. Associant étroitement  un produit naturel, un terroir et un savoir‐faire parfois millénaire, le mécanisme français des  AOC  paraît  illustratif  de  cette  « terre  qui  ne  ment  pas »  chère  au  maréchal  Pétain  et,  désormais, au Président de la République. C’est faux. D’abord parce que la France a réussi,  avec  quelques  alliés,  à  faire  transposer  ce  mécanisme  dans  le  droit  européen  contre  les  tenants  du  libéralisme  à  tout  crin.  Ensuite  et  surtout  parce  que  nos  AOC,  synonymes  d’authenticité,  de  qualité  et  de  traçabilité  sont  la  meilleure  garantie  de  nos  exportations  dans le monde. C’est, dans ce domaine, en signant de son identité que la France accède à  l’universalité.      On ne peut, par ailleurs, traiter de ces questions sans évoquer notre patrimoine  architectural qui est considérable. Là encore, il faudrait tout citer depuis les vestiges gallo‐ romains (autant dire franco‐italiens), les forteresses médiévales nées de l’esprit guerrier, les  châteaux  de  la  Loire  où  Léonard  de  Vinci  s’en  vint  travailler  et  mourir,  les  formidables  mutations  de  la  ville  de  Paris  jusqu’au  triomphe  orgueilleux  de  nos  grands  bâtisseurs  industriels.  Qu’on  le  doive  aux  conflits  militaires  ou  à  l’inégalité  sociale,  il  n’est  guère  de  bourgade française qui ne soit dotée d’un château remarquable. Plus près de nous, Gustave  Eiffel  a  planté  ses  magnifiques  réalisations  de  la  Hongrie  jusqu’au  Portugal,  mais  aussi  des  Philippines  ou  de  l’Indonésie  jusqu’en  Afrique  et  au  Chili.  Et  ce  n’est  sans  doute  pas  un  hasard si la statue de la liberté, symbole précieux pour le monde, a été édifiée par ses soins  et ceux d’un autre Français, Frédéric Bartholdi.      Le  patrimoine  architectural  d’un  seul  département  français  ne  peut  jamais  être  enfermé dans un seul ouvrage, dans un seul film. C’est plus qu’une richesse, une profusion  qui nous vaut des milliers de visiteurs. Il est juste, et important dans le cadre de ce cahier, de  faire  une  place  particulière  à  l’architecture  religieuse.  Cathédrales,  églises,  modestes  chapelles,  abbayes,  monastères,  ils  sont  innombrables  ces  témoignages  d’une  ferveur  religieuse qui appartient aujourd’hui à tous, même à ceux qui n’ont pas de religion. Quel que  soit le culte, les monuments religieux prouvent toujours et dans le monde entier, qu’avant  de  libérer  sa  conscience  l’homme  a  répondu  à  ses  propres  questions  métaphysiques  en  tâchant  de  s’élever  en  direction  du  ciel  au‐dessus  de  sa  condition.  Les  grands  réseaux 

 

32


européens  d’abbayes  bénédictines,  qu’elles  soient  inspirées  par  Cluny  ou  par  Cîteaux,  montrent aussi que, bien avant l’affermissement ou même la création des Etats, les grands  ordres monastiques détenaient avec le Vatican la réalité du pouvoir temporel. Elles prouvent  enfin qu’un système social injuste était, au nom du ciel, peu économe du travail et parfois de  la vie du peuple qu’il s’agisse des pyramides, des moais ou des cathédrales.      Il  reste  que  ces  édifices  magnifiques  existent  et  qu’ils  appartiennent  à  tous,  croyants  ou  non‐croyants,  Français  ou  étrangers.  Et  s’ils  incitent  incontestablement  à  la  méditation et à la réflexion, cette inspiration est également offerte aux agnostiques et aux  athées  tant  il  est  vrai  que  la  spiritualité  n’a  pas  besoin  de  la  foi.  Il  est  donc  parfaitement  abusif  –  et  nous  y  reviendrons  –  d’aller,  comme  a  décidé  de  le  faire  Nicolas  Sarkozy,  de  Vézelay au Puy‐en‐Velay pour déduire de ces merveilles architecturales la conclusion hâtive  que l’identité française serait essentiellement chrétienne. Ces monuments appartiennent à  la République et ils contribuent, à leur juste part, à son identité. 

 

33


34


III      LA RÉPUBLIQUE À L’ÉPREUVE DE L’IMMIGRATION              L’évocation du patrimoine d’origine religieuse nous amène naturellement à aborder  ici  les  questions  liées  aux  migrations  pour  traiter  ensuite  (infra  IV)  de  la  laïcité  et  de  ses  relations étroites avec les autres valeurs républicaines.      D’une  façon  générale,  les  phénomènes  migratoires  sont,  dans  le  monde,  une  des  caractéristiques de notre époque et l’on peut dire que ce mouvement des peuples, s’il pose  de  très  réelles  questions,  constitue  globalement  une  forme  de  l’émancipation  moderne.  Dans  un  passé  pas  très  ancien,  les  hasards  de  la  naissance  suffisaient  à  enfermer  à  vie  les  individus  dans  des  cadres  géographiques,  sociaux  et  culturels  extrêmement  contraignants.  Dans  notre  pays  lui‐même,  l’exaltation  des  racines  souvent  rurales  d’une  société  sans  mobilité  n’est  qu’un  discours  que  les  individus  ont  désavoué  lors  de  l’exode  vers  les  villes  dicté parfois par les nécessités du travail mais aussi par un véritable attrait de la vie urbaine.  La  publicité  ne  cesse  d’exalter,  aux  prétextes  les  plus  futiles,  cette  nostalgie  d’un  âge  d’or  définitivement révolu.    Quoi qu’il en résulte par ailleurs en termes d’équilibres sociaux, la liberté désormais  donnée  aux  hommes  de  sortir  de  leurs  cadres  d’origine  doit  être  regardée  comme  un  progrès. Du reste, les nantis des pays développés, et parfois ceux qui sont les plus prompts à  dénoncer  les  migrations,  s’offrent  désormais  les  charmes  d’un  tourisme  planétaire  qui  est  trop  souvent  une  sorte  de  prédation,  voire  une  déambulation  obscène,  même  s’il  apporte  des avantages économiques aux pays qui l’accueillent. Certains villages de l’Ardèche ou du  Lot sont aujourd’hui la propriété du tourisme hollandais ou britannique sans que les hérauts  de l’identité nationale ni les pourfendeurs de l’immigration s’en émeuvent.      Ce  droit  nouveau  des  peuples  à  la  mobilité  constitue  un  fait  positif  et  des  pays  entiers, tels que les pétromonarchies du Golfe, s’écrouleraient s’ils étaient subitement privés  de la main d’œuvre étrangère quelquefois plus importante en nombre que leur population  de nationaux.      Pour autant, l’ampleur des phénomènes migratoires pose des questions délicates, la  principale étant que les flux les plus importants sont liés à l’inégalité entre les nations : on va  du Mexique vers les Etats‐Unis, du Bangladesh ou des Philippines vers les pays arabes riches,  ou  encore  de  l’Afrique  vers  les  pays  d’Europe  les  plus  développés.  A  l’intérieur  de  l’Union  européenne elle‐même, les déplacements s’orientent de l’est vers l’ouest par une sorte de  magnétisme émis par notre prospérité. Sans tomber dans les fantasmes d’invasion exprimés  dans « Le camp des saints » par Jean Raspail, auteur très proche de l’extrême‐droite, il faut  bien  convenir,  si  l’on  refuse  la  vision  égoïste  d’une  Europe  fortifiée,  cadenassée  et  par  là‐

 

35


même  affaiblie,  que  les  phénomènes  migratoires  ne  peuvent  pas  être  traités  qu’avec  des  bons  sentiments.  Une  régulation  est  sans  doute  nécessaire,  voire  indispensable.  Nous  n’avons ni les moyens ni les pouvoirs de la concevoir pour d’autres pays mais nous avons le  devoir d’exposer la situation française et d’avancer quelques solutions aux problèmes posés.       LA TRADITION FRANÇAISE DE L’ACCUEIL        Nous avons déjà souligné que, par ses attraits naturels et par sa géographie, la France  avait été de longue date ouverte à des mouvements de population plus ou moins pacifiques.  Le  fait  n’est  pas  récent.  Il  serait  inutile  de  chercher  aujourd’hui  les  traces  des  invasions  barbares dans l’ADN de la trop française identité nationale. Le très beau livre de Pierre Pelot  « C’est  ainsi  que  les  hommes  vivent »,  chronique  des  affrontements  meurtriers  entre  des  bandes de mercenaires et de pillards dans les Hautes Vosges, alors même que la Renaissance  commence à s’épanouir entre la France et l’Italie, montre que, dans ce pays, aux confins de  la Comté espagnole, du royaume de France et des petits Etats allemands, rien n’était moins  certain  que  la  nationalité  des  personnes  ainsi  ballottées  si  ce  n’est  leurs  ralliements  très  fluctuants  à  tel  ou  tel  des  éternels  belligérants.  (Pour  les  Balkans,  Ivo  Andrič  a  tracé  un  tableau comparable et embrassant plusieurs siècles dans « Le Pont sur la Drina »).      Heureusement, les habitudes des peuples se sont policées, au moins dans l’intervalle  des guerres. Pour la période récente, l’immigration vers la France a d’abord résulté d’une  sorte d’appel d’air démographique et économique. Les grands mouvements de population  de  l’Italie  vers  la  France  se  sont  produits  dans  les  premières  décennies  de  la  IIIème  République.  Affaiblie  par  la  guerre  de  1870  puis  un  peu  plus  dépeuplée  par  l’appel  de  ses  nouvelles colonies, la France manquait de bras alors même que la culture du progrès par la  science  et  la  technique,  démontrée  lors  de  l’exposition  universelle  de  1889,  y  était  extrêmement  brillante.  Un  peu  comme  en  météorologie,  les  basses  pressions  attirent  l’air  plus comprimé. L’Italie pauvre envoyait alors ses maçons désœuvrés vers la France. Celle‐ci  manquait aussi de futurs conscrits pour reconquérir, c’était l’obsession du moment, l’Alsace  et  la  Lorraine.  C’est  la  raison  précise  pour  laquelle  le  droit  du  sol  fut  alors  définitivement  fixé : un enfant d’immigré devenait français, s’il était né en France.      Il  a  déjà  été  indiqué  que  la  deuxième  grande  vague  migratoire  nous  est  venue  de  Pologne pour des raisons économiques comparables mais aussi par le fait intégré dans leur  culture que les Polonais avaient de bonnes et anciennes raisons de se méfier de la Russie ou  de l’Allemagne et donc de ne pas s’y transporter.      En  1939,  la  défaite  des  républicains  espagnols  a  provoqué  une  vague  migratoire  contrainte. La France était un refuge même si la IIIème République expirante et plus encore le  régime  de  Vichy  n’ont  pas  toujours  réservé  l’accueil  le  plus  fraternel  à  ces  réfugiés.  C’est  cependant l’honneur des régions de notre Midi républicain que d’avoir reçu les Espagnols en  voisins placés par le malheur des temps dans un état de nécessité. Le pli était pris, pour ainsi  dire,  et  l’immigration  venue  d’Espagne  allait  se  poursuivre  presque  jusqu’à  la  fin  du  franquisme. Aspirée par le besoin de main‐d’œuvre du secteur du bâtiment et des travaux  publics,  l’immigration  partie  du  Portugal  devait  prendre  les  mêmes  chemins,  et  pour  les 

 

36


mêmes  raisons,  celles  de  la  survie  d’une  dictature  maintenant  cette  ancienne  très  grande  nation à l’écart de l’Europe et dans un sous‐développement relatif.      Les  nombreux  procès  faits  à  la  IVème  République  à  des  motifs  d’inégale  valeur  ne  peuvent  dissimuler  une  réalité :  pendant  cette  courte  période,  jamais  les  progrès  économiques  et  sociaux  de  la  France  n’ont  été  aussi  rapides.  C’était  l’époque  de  la  reconstruction  du  pays  et  la  main‐d’œuvre  étrangère  était  la  bienvenue.  (L’Allemagne  a  connu, avec un léger décalage, la même implantation de communautés venues de Turquie).      Aujourd’hui, les apôtres de la fraternité à géométrie variable se félicitent volontiers  de  la  parfaite  intégration  des  populations  venues  d’Italie,  de  Pologne,  d’Espagne  ou  du  Portugal.  Ils  l’expliquent  par  la  double  raison  que  ces  immigrants  étaient  d’origine  européenne  –  entendons  qu’ils  étaient  blancs  –  et  de  religion  catholique.  Cette  thèse  méconnaît trois faits bien réels. D’abord la cohabitation avec les Français dits de souche n’a  pas  toujours  été  idyllique  et  les communautés  nouvellement  arrivées ont  souvent  servi  de  boucs  émissaires  aux  peurs  sociales.  Ensuite,  la  pseudo‐unité  formée  autour  de  la  religion  est  totalement  imaginaire ;  il  n’y  a  pas  grand‐chose  de  commun  entre  la  conception  distendue  et  indisciplinée  que  les  Français  ont  du  catholicisme  et  la  quasi‐unanimité  mystique  des  Polonais.  Fort  heureusement,  Français  et  immigrés  se  sont  plus  souvent  rencontrés  au  travail,  dans  les  clubs  sportifs,  voire  dans  les  bistrots  que  dans  les  églises.  Enfin et surtout, c’est la configuration du paysage français qui a changé. Jusqu’au triomphe  de  l’urbanisme  opérationnel  des  années  60‐75,  la  France  vivait  dans  un  autre  équilibre  territorial entre ses campagnes, ses petites villes et ses métropoles. L’immigration se fixait  de façon diffuse dans ce maillage ancien. Ensuite, la concentration de 85% de la population  dans les villes a produit sur la nouvelle immigration un phénomène de magnétisme urbain  alors  même  que  nos  grandes  cités  par  leurs  inégalités  affichées  (foncier,  infrastructures,  logement, services publics, etc) poussaient à la création de ghettos « offerts » aux immigrés.       SPÉCIFICITÉS DE L’IMMIGRATION RÉCENTE      Dans les années 1960‐2010, l’immigration vers la France s’est modifiée aussi bien en  volume que pour ce qui concerne les pays d’origine.    De 1960 à 1975, la demande de main d’œuvre de l’économie française ne cesse de  s’accroître. Dans le secteur du BTP, les anciens arrivés venus de l’Europe du Sud ont souvent  créé  leurs  propres  entreprises  et  leurs  enfants,  intégrés  par  l’école  républicaine,  s’investissent dans tous les domaines économiques. Cependant, le besoin de bras est accru,  avec  l’élévation  générale  des  niveaux  de  vie,  dans  l’industrie,  en  particulier  dans  l’automobile. Dans le même temps, l’essor des économies du sud‐européen tarit les sources  traditionnelles  de  main‐d’œuvre  et  la  France  doit  accueillir  des  travailleurs  nouveaux.  Ce  besoin est très important, au moins jusqu’aux chocs pétroliers et aux premières tentatives  de régulation de l’administration Giscard (circulaire Stoléru).    Très  naturellement,  les  flux  migratoires  vont  s’organiser  depuis  les  anciennes  colonies françaises vers l’ancienne métropole. L’immigration venue du Maghreb est certes 

 

37


déjà  ancienne,  notamment  dans  la  région  marseillaise  et  pour  les  besoins  de  l’activité  portuaire et de l’industrie pétrolière. Cette première vague de migrants maghrébins, encore  imprégnée  de  valeurs  communes  mises  à  l’épreuve  des  deux  guerres  mondiales  est  relativement vite et bien intégrée ; des noms comme ceux de Mouloudji, d’Alain Mimoun, de  Kader Firoud en témoignent.    Mais  la  nouvelle  immigration  massive  en  provenance  du  Maghreb  et  de  l’Afrique  sahélienne est, nous l’avons dit, plus importante en volume et elle présente des caractères  spécifiques facilitant l’intégration pour certains et la compliquant pour d’autres.    Les  circuits  de  l’ancienne  colonisation  étant  inversés,  il  faut  dire  tout  d’abord  que  l’immigration  venue  des  ex‐colonies  comporte  en  elle‐même  une  sorte  de  légitimité  historique.  Nul  n’a  souvenir  du  fait  que  la  France  impériale  avait,  d’une  façon  ou  d’une  autre, sollicité l’avis des peuples qu’elle colonisait. Il y a donc une sorte de juste retour des  choses  dans  l’immigration  venue  de  ces  pays  autrefois  soumis.  On  pourra  constater,  par  similitude,  qu’il  existe  à  Bruxelles  une  sorte  d’enclave  zaïroise,  le  quartier  de  Matongué  d’une extraordinaire vitalité.    Relevons  ensuite  que  la  France  et  les  pays  de  la  nouvelle  immigration  ont,  quoi  qu’en  pensent  l’une  et  les  autres,  une  histoire  commune.  Il  s’agit  certes  d’une  histoire  coloniale  mais  l’Histoire  est  tragique  par  nature  et  souvent  violente.  Il  nous  semble,  à  cet  égard, qu’il ne sert à rien d’inculper le passé comme si les générations présentes devaient  être  écrasées  sous  la  culpabilité  (ce  que  Pascal  Bruckner  appelle  « le  sanglot  de  l’homme  blanc »)  de  même  qu’il  est  inutile,  souvent  inexact  et,  dans  tous  les  cas,  contre‐productif  d’exalter « les bienfaits de la colonisation ». L’Histoire est écrite ; on pourra, nous l’avons dit,  en modifier la lecture mais on ne l’effacera pas. Les troupes africaines de la France et de son  empire  colonial  se  partageaient  en  spahis  et  en  tirailleurs  sénégalais.  La  réalité  était  plus  complexe mais aujourd’hui une autre vérité s’impose : par les épreuves que l’Histoire leur a  imposées,  la  France  est  plus  proche  du  Maroc  ou  du  Sénégal  qu’elle  ne  peut  l’être  de  la  Finlande ou de la Bulgarie dont les nationaux, s’ils résident chez nous, sont admis à voter aux  élections locales.    Il  convient  de  rappeler  aussi  que,  contrairement  à  l’Angleterre,  la  France  s’était  assigné  une  double  mission  de  civilisation  et  d’intégration  des  peuples  coloniaux.  Si  arrogant  que  puisse  paraître  aujourd’hui  l’énoncé  d’un  tel  projet  qui  dissimulait  bien  des  intérêts économiques et beaucoup d’inégalités sociales derrière la rhétorique humaniste, il  en reste au moins un acquis : la France et les pays d’Afrique émancipés ont une langue en  partage ce qui n’était pas le cas des précédentes vagues d’immigration. L’intégration devrait  s’en trouver facilitée… la capacité revendicative également.      Tous ces facteurs d’intégration ne peuvent dissimuler une réalité commune aux pays  africains  pourvoyeurs  de  migrants :  par  la  colonisation,  ils  ont  été  humiliés,  meurtris  et  parfois  niés  dans  leur  dignité  ou  leur  simple  humanité.  Cette  réalité  toujours  vive  est  spécialement douloureuse pour l’Algérie jamais véritablement soumise et qui a connu une  guerre ouverte et sanglante de huit années contre la France. Les plaies de cet affrontement  terrible ne sont pas encore cicatrisées et il est puéril de se draper de façon indignée dans les  couleurs  tricolores  lorsqu’à  la  faveur  d’un  simple  match  de  football,  les  jeunes  d’origine 

 

38


algérienne sifflent notre hymne national. Si la décolonisation a été moins douloureuse pour  les autres jeunes nations, le roi du Maroc n’a sans doute pas oublié l’humiliante captivité de  son  grand‐père  à  Madagascar  tandis  que  tous  les  autres  pays  savent  qu’ils  doivent  moins  leur indépendance à quelque volonté émancipatrice française qu’à la pression de l’Histoire  qui  cheminait  depuis  le  retour  à  la  souveraineté  de  l’Inde  et  la  conférence  de  Bandoeng  jusqu’aux résolutions de l’ONU sur la décolonisation.      Autre trait caractéristique commun à tous les pays africains décolonisés et contraire  au discours officiel de la colonisation, ces nouveaux Etats ont été abandonnés à un grave  sous‐développement et, faute d’une large formation de leurs futures élites, à des pouvoirs  souvent  dictatoriaux  qui  faisaient  obstacle  au  développement  même  dans  les  nouveaux  Etats  les  plus  riches.  Les  cas  du  Gabon  et  du  Congo  pour  la  France  ou  de  la  RDC  pour  la  Belgique  sont  à  cet  égard  très  révélateurs.  Dès  1960,  l’Afrique  fraîchement  indépendante  était déjà potentiellement exportatrice de main d’œuvre localement inutilisée.      Il ne faut par ailleurs pas dissimuler au nom d’un angélisme de gauche parfaitement  inopérant que les nouveaux migrants ont importé en France des références culturelles qui  font  obstacle  à  leur  intégration.  Pour  l’essentiel,  l’immigration  récente  provient  des  trois  pays  du  Maghreb,  du  Mali  et  du  Sénégal.  Si  ces  pays  ont  l’islam  en  commun  (la  minorité  chrétienne du Sénégal étant toutefois significative), ce n’est pas, comme on l’entend et nous  y  reviendrons,  leur  religion  qui  forme  cet  obstacle  sauf  lorsqu’il  est  caricaturé  par  certains  extrémistes.  Mais  le  sociologue  Hugues  Lagrange,  peu  suspect  de  racisme  ou  d’islamophobie, a montré dans une étude consacrée à l’immigration sub‐sahelienne et à ses  deuxième et troisième générations que, dans ce segment de la population, la survalorisation  des figures d’autorité virile et la dépréciation de l’autorité maternelle produisaient des effets  mécaniques  de  déscolarisation  et,  dans  certains  cas,  d’entrée  en  délinquance.  Comme  le  note  H.  Lagrange  dans  le  titre  de  son  ouvrage,  l’ignorance  de  cette  réalité  constitue  un  « déni des cultures ».      Ceci nous amène à présenter une observation dont nous n’ignorons pas qu’elle peut  faire  l’objet  d’une  lecture  polémique,  surtout  si  le  lecteur  est  de  mauvaise  foi :  notre  conception  de  l’universalisme  et  des  Droits  de  l’Homme  ne  peut  aboutir,  au  nom  de  la  tolérance, à un relativisme culturel qui constitue par rapport à l’idéal républicain le début  de  tous  les  abandons.  Nous  avons  vu  plus  haut,  à  propos  d’Isabelle  la  Catholique,  que  chacun, historien ou simple citoyen, était autorisé à comparer et juger les civilisations dans  la  profondeur  du  champ  historique.  Nous  estimons  que  cette  liberté  doit  être  ouverte  aujourd’hui à tous les républicains. Si, par l’immigration ou d’autres voies qui peuvent être  celles de la propagande que porte parfois la communication universelle instantanée (v. pour  un exemple, l’église de scientologie), une communauté tente de faire vivre et prospérer dans  notre  pays des  valeurs ouvertement  contraires aux  principes  hérités  des  Lumières et  de  la  Révolution,  les  républicains  ont  le  devoir  de  s’y  opposer  avec  la  dernière  fermeté  mais  également  de  proposer  concrètement  des  voies  d’intégration  valorisant  les  individus  originaires de l’immigration.      C’est  assez  dire  que  nous  sommes  extrêmement  circonspects  devant  la  notion  très  ambiguë  de  multiculturalisme  et  résolument  hostiles  à  toute  forme  de  communautarisme  inscrite dans la loi.  

 

39


UNE CULTURE AUX RACINES DIVERSES      On nous autorisera sans doute à revenir aux « Mémoires interrompus » de François  Mitterrand  qui  écrivait,  dans  ses  souvenirs  de  prisonnier  de  guerre  évadé,  cette  belle  phrase : « Mon amitié pour mon pays (était) l’attache ignorée toute‐puissante, libre de peur  et  de  déchirement  qui  n’a  besoin,  pour  se  révéler,  que  de  la  facilité  de  nouvelles  rencontres ».      Dans  cette  vision  de  notre  communauté  nationale  et  comme  le  note  le  philosophe  Jean‐Claude  Monod,  « La  France  n’est  pas  une  souche  mais  un  projet,  pas  une  race  mais  l’adhésion à des valeurs d’égalité, de fraternité, à la laïcité et aux droits de l’homme ». Cette  simple adhésion constitue une sorte de passeport républicain : chacun est libre d’apporter sa  singularité individuelle et son originalité culturelle au projet commun.      Qu’on  nous  comprenne  bien,  la  culture  républicaine  n’est  pas  un  tronc  identitaire  sur  lequel  seraient  hâtivement  greffées  des  branches  rapportées  comme  autant  d’ajouts  disparates irréductibles à la croissance d’un bel arbre culturel tendant toujours vers le haut  et vers le mieux. Notre identité culturelle plonge au contraire ses racines dans les cultures  les plus diverses, elle se nourrit de cette diversité et s’épanouit plus encore lorsque d’autres  apports  viennent  accroître  sa  richesse,  non  comme  des  greffons  mais  comme  un  terreau  supplémentaire.  Un  seul  et  simple  exemple  suffira  à  désavouer  Nicolas  Sarkozy  lorsqu’il  insiste,  à  des  fins  électorales  mais  aussi  par  croyance  personnelle,  sur  le  primat  actuel  de  notre identité chrétienne collective : chaque Français, fût‐il catholique fervent, utilise mille  fois plus souvent les chiffres apportés par les Arabes que les prières proposées par le clergé  (v. infra IV).      Nous  avons  vu,  en  évoquant  l’histoire  de  notre  pays,  qu’au  fil  des  siècles  la  France  avait  reçu  les  influences  culturelles  les  plus  diverses.  Ce  mouvement  d’intégration  permanente ne s’arrêtera jamais, comme le montre par exemple l’incorporation massive de  vocables  anglais  dans  la  langue  quotidiennement  parlée.  Quoi  qu’en  pensent  les  puristes  d’une  langue  française  en  armure,  cet  échange  correspond  au  mouvement  de  la  vie  elle‐ même. La simple consultation d’un dictionnaire d’étymologie suffit à prouver qu’au delà du  fonds  commun  aux  langues  romanes,  le  français  a  assimilé  de  nombreux  autres  apports,  qu’ils soient alémaniques ou arabes.      Plus  généralement,  il  est  du  destin  d’un  pays  qui  veut  croire  encore  à  son  rayonnement  malgré  son  affaiblissement  international  relatif  de  recevoir  en  retour,  comme un écho, l’influence des peuples qu’il a voulu éclairer.      Il  y  a,  plus  qu’un  paradoxe  politique,  une  simple  erreur  logique  pour  les  dirigeants  français  qui  prétendent  aujourd’hui  redonner  à  notre  pays  une  voix  audible  et  même  dominante dans le concert international à s’effrayer simultanément ‐ ou à tenter d’effrayer  les citoyens – dès que le monde qui nous entoure montre sa mobilité. Dominique Jamet, peu  suspect de gauchisme, ne dit rien d’autre lorsqu’il écrit : « Au secours, immigrants à bâbord !  Gare  devant,  islamistes  à  tribord !  Sommes‐nous  à  ce  point  dégénérés  que  le  vent  de  la 

 

40


liberté nous semble si redoutable » (à propos des révolutions arabes, dans divers quotidiens  régionaux du 5.3.2011).       Par sa géographie et ses plus grandes traditions, la France est le réceptacle de mille  courants  culturels  qui  ne  cessent  de  modeler  notre  identité  en  devenir.  Il  serait  facile  et  presque fastidieux de montrer à quel point la France s’est ouverte au métissage dans tous  les domaines. Langue et littérature, nous l’avons dit, mais encore musique, cinéma et tout ce  qui  contribue  à  un  art  de  vivre.  Evoquant  le  patrimoine,  nous  avons,  radicalisme  oblige,  souligné la richesse de la gastronomie française, émanation de nos terroirs et de nos climats.  En  retour,  la  France  accessible  pour  le  monde  entier  a  intégré  dans  sa  vie  quotidienne  les  contributions  les  plus  exotiques.  Nos  villes,  même  si  elles  sont  de  taille  modeste,  voient  s’ouvrir  des  restaurants  japonais,  vietnamiens  ou  mexicains.  Il  ne  semble  pas  que  la  façon  qu’a notre pays de manger ‐ cette « frivolité » de si haute culture qu’elle a été inscrite par  l’UNESCO au patrimoine de l’humanité – en ait été altérée. Et il nous plaît de noter que le  couscous  des  repas  familiaux  et  les  merguez  des  barbecues  estivaux  ont  été  introduits  simultanément  par  les  immigrants  maghrébins  et  par  les  pieds‐noirs  ayant  quitté,  racines  arrachées, leur Algérie native.      Cette France à la culture métissée, bigarrée, nous l’aimons. La France n’est jamais si  belle que lorsqu’elle se donne en partage et reconnaît par là même que les racines de son  identité sont trop multiples pour que notre culture se laisse enfermer dans un conservatoire  réfrigéré.      Pour autant, nous n’adhérons pas aux mots d’ordre du multiculturalisme. Le terme  serait acceptable s’il renvoyait précisément à la diversité des influences culturelles anciennes  et à l’ouverture de notre pays à des apports nouveaux. Mais il est d’un usage dangereux. Les  défenseurs du multiculturalisme sont en effet très souvent des zélateurs de la juxtaposition  des communautés.      Le projet républicain est un brassage permanent. Il est le contraire d’un quadrillage  territorial et culturel par des communautés affranchies des devoirs civiques et oublieuses de  l’avenir commun qui fonde le pacte français.      CONTRE LE COMMUNAUTARISME        Désormais, le multiculturalisme et le communautarisme recouvrent, dans le langage  politique  au  moins,  une  seule  réalité,  celle  de  pays  ayant  toléré  que  les  communautés,  qu’elles  soient  locales  ou  nourries  par  l’immigration,  se  barricadent  et  viennent  même  à  exiger  que  la  loi  commune  leur  réserve  des  droits  particuliers.  Ce  mode  d’organisation  est  celui des Anglo‐saxons de façon générale et se laisse voir mieux qu’ailleurs dans la législation  canadienne. On en a un autre exemple lorsqu’aux Etats‐Unis une tribu indienne, dotée d’un  territoire propre et certainement frustrée par l’histoire de ce pays, expulse comme des corps  étrangers les non‐Indiens qui veulent vivre chez elle et même ceux qui sont mariés avec un  Indien.   

 

41


Une  société  ainsi  conçue  comme  un  parcellaire  cadastral  où  les  droits  et  devoirs  seraient  différents  d’un  canton  à  l’autre  et  où  la  loi  ne  serait  plus  que  la  traduction  du  pouvoir  des  groupes  ne  peut  fonctionner  dès  lors  qu’elle  est  confrontée  à  des  pressions  migratoires  fortes.  C’est  ce  constat  qu’ont  dressé  récemment  les  dirigeants  allemands,  néerlandais et britanniques. Leur modèle est en échec car il n’est pas fondé sur un vouloir‐ vivre  ensemble  mais  sur  une  règle  de  cohabitation  réduite  au  minimum  et  qu’on  pourrait  dénommer « soft apartheid ».      Cependant, le Président de la République française a bien tort d’emboîter le pas des  éditorialistes du Figaro Magazine qui saluent le constat d’échec du modèle communautariste  comme un rappel à l’évidence. Selon l’un et les autres, une nation serait menacée dans son  identité par l’afflux de personnes dotées d’une autre race, d’une autre langue et d’une autre  religion.  Ce  qui  est  peut  être  vrai  pour  la  Grande‐Bretagne  dont  la  monarchie  accepte  l’existence  de  micro‐républiques  closes  indiennes,  pakistanaises,  sri‐lankaises  ou  ghanéennes ne saurait être appliqué à la France dont la tradition est totalement différente.      Que  le  Figaro  Magazine  et  Madame  le  Pen  se  rassurent,  la  France  et  sa  culture  ne  sont menacées d’aucune forme de submersion. Qu’elle soit gouvernée par la gauche ou par  la droite, elle applique, au‐delà des différences de discours une politique assez constante de  régulation des flux migratoires. Au demeurant et contre les anathèmes construits avec des  fantasmes pour exploiter le désarroi social qui a bien d’autres causes, nul étranger n’a envie  de venir en France s’il n’est assuré d’y trouver, par le travail et par le respect de sa propre  identité, une vie digne de ce nom.      Il est juste cependant de reconnaître que le communautarisme tente toujours de se  frayer un chemin pour dépasser les règles républicaines. Cette réalité qu’on peut observer  notamment dans nos banlieues, signale plus l’échec de nos politiques de mixité sociale dans  le logement, d’intégration par l’école républicaine et d’égal accès aux services publics qu’une  volonté des communautés immigrées de faire en somme « France à part ». De plus, quand la  solidarité  nationale  s’efface,  chacun  et  chacune  recherchent  de  nouvelles  solidarités  pour  faire  face  à  l’avenir.  Les  tableaux  vivants  et  multicolores  qu’offrent  à  Paris  le  marché  du  métro Château Rouge ou à Marseille la sortie de la mosquée le vendredi à la porte d’Aix sont  à nos yeux des preuves de la capacité d’accueil d’un pays sûr de lui en ce qu’il est fort dans  sa  tradition  républicaine.  En  revanche,  lorsque  tous  les  Africains  de  la  région  parisienne  appellent  les  quartiers  nord  de  Montreuil  « Bamako  sous  Bois »,  lorsque  les  Chinois  dénomment « Chinatown » le 13ème arrondissement de Paris, ils nous disent que nous avons  laissé se constituer des ghettos et donné une sorte d’autorisation tacite à l’édiction de règles  qui leur seraient propres.      L’esprit  communautaire,  souvent  très  fort  dans  les  milieux  de  l’immigration,  est  un  atout  lorsqu’il  est  synonyme  de  solidarité.  A  l’inverse,  le  communautarisme  deviendra  la  pente  naturelle  et  dangereuse  qu’emprunteront  les  immigrés  mais  aussi  tous  les  groupes  sociaux  qui doutent  de l’intégration  républicaine  si  la République  elle‐même  ne  se  montre  pas fidèle à ses principes et en particulier si elle ne garantit pas l’égalité en droits.      Dans  toutes  les  générations  précédentes,  la  France  a  démontré  que  son  modèle  d’intégration  permettait  à  toutes  les  composantes  du  pays  de  se  rapprocher  tout  en 

 

42


obtenant  le  respect  de  leurs  singularités.  A  rechercher  constamment  des  ennemis  extérieurs  ou  « infiltrés »  pour  tenter  de  rassembler  les  Français  autour  des  réflexes  de  la  peur et du rejet, on aboutirait à alimenter en retour la tendance communautariste assortie  des  médiocres  défouloirs  que  sont,  pour  les  individus,  la  transgression  sociale  et,  pour  les  groupes, la révolte dont on sent le souffle dans les émeutes urbaines.      Il faut relire « Salammbô » de G. Flaubert qui commence, chacun le sait, par le festin  des mercenaires à Mégara dans les faubourgs de Carthage. Le repas offert par Hamilcar n’est  qu’une  maigre  compensation  puisque  la  ville  phénicienne  qui  a  appelé  des  étrangers  pour  réaliser  le  travail,  militaire  en  l’occurrence,  qu’elle  ne  voulait  pas  faire  se  refuse  après  la  guerre à payer ses soldats. La rébellion des mercenaires sera finalement matée mais on sait  aussi qu’à la fin des guerres puniques Carthage sera détruite et que même ses ruines seront  plus  tard  renversées  par  les  Vandales.  Si  l’on  veut  bien  aujourd’hui  considérer  la  région  parisienne, regarder la réalité de ses banlieues hors les quartiers chics de l’ouest, mesurer la  réprobation  et  les  inégalités  que  subissent  leurs  habitants,  on  verra  clairement  la  ressemblance avec Mégara où campaient les étrangers désœuvrés et non payés. On pourra  en  tirer  la  conclusion  que  les  civilisations  bâties  sur  l’ouverture,  l’échange  (à  Carthage,  la  navigation et le commerce) qui croient se sauver en se repliant sur leurs intérêts égoïstes ne  font que programmer leur ruine.      En  conclusion  toute  provisoire  de  ces  développements  sur  l’identité  républicaine  confrontée  à  l’importante  question  de  l’immigration,  nous  estimons  que  celle‐ci  doit  bien  évidemment être régulée à la mesure de notre capacité d’accueil mais que la plus grande  urgence est celle de la remise en marche des moteurs de l’intégration républicaine et donc  du travail politique à conduire pour donner un sens concret aux valeurs de liberté, d’égalité  et de fraternité. 

 

43


44


IV      UNE LAÏCITÉ AU SERVICE DE LA DEVISE RÉPUBLICAINE              Il est désormais banal de faire le constat que la devise républicaine n’est pas toujours  respectée par la France dans sa vie quotidienne. De fait chacun peut voir que si la Révolution  a inventé, pour résumer le projet républicain, le beau triptyque liberté‐égalité‐fraternité, ces  valeurs ne se retrouvent pas toujours dans les rapports entre les pouvoirs et les individus ou  leurs groupements, pas plus que dans les relations que les groupes sociaux entretiennent.      C’est  pourtant  le  combat  pour  la  liberté  qui  a  placé  la  France  aux  avant‐postes  du  mouvement  d’émancipation  dans  une  Europe  alors  dominée  par  des  monarchies  plus  ou  moins  éclairées  mais  toujours  autocratiques.  Aujourd’hui  encore,  la  permanence  des  surenchères  sécuritaires  ne  cesse  de  menacer  les  libertés  individuelles  et  publiques.  Nous  verrons que la lutte pour la liberté n’est jamais achevée et que l’évolution des sociétés elles‐ mêmes ouvre à cet égard de nouveaux terrains pour le militantisme.      Quant à l’égalité, les radicaux ne la voient pas comme une uniformité des situations  mais comme l’équité dans les droits et les chances. C’est pourquoi ils préfèrent à une notion  parfois  ambiguë  le  concept  de  justice  qui  désigne  clairement  l’objectif  de  renforcement  permanent  de  la  cohésion  sociale  dans  un  ensemble  républicain  où  chacun  trouverait  à  la  fois la récompense de son mérite et le réconfort de la solidarité.      C’est  à  l’évidence  la  valeur  de  fraternité  qui  est  aujourd’hui  la  plus  manifestement  menacée  par  les  faux  débats  sur  une  identité  nationale  peureuse,  sur  une  immigration  considérée comme une pathologie sociale ou sur la compatibilité plus ou moins grande entre  les religions et le projet républicain qui leur est pourtant étranger.      Plus  d’un  siècle  après  la  Révolution,  la  République  s’est  en  effet  enrichie  d’un  principe  vertébral,  la  règle  laïque.  C’est  désormais  ce  principe  qui  éclaire  notre  devise  nationale, qui lui donne tout son sens et impose des devoirs à notre communauté et à ses  diverses  représentations  juridiques.  Or  la  laïcité  est  aujourd’hui  menacée.  Il  convient  donc  de faire un bref rappel du principe et une analyse des attaques qu’il subit.     

 

45


LA LAÏCITÉ FRANÇAISE        Sous  l’influence  des  Jacobins,  la  Révolution  Française,  bien  que  faite  notamment  contre  le  pouvoir  du  clergé,  s’était  orientée  vers  une  sorte  de  déisme  théoriquement  rassembleur,  le  culte  de  l’être  suprême.  Ce  mouvement  qui  revenait  à  subordonner  les  individus à peine émancipés à une nouvelle forme de transcendance, parfaitement abstraite  au demeurant, n’a guère prospéré.      Napoléon a mis fin à cette dérive vers une sorte de paganisme d’Etat en renouvelant  les  relations  privilégiées  de  la  France  et  du  Vatican  par  l’établissement  du  concordat.  Ce  régime, qui inscrivait dans notre droit, un primat autrefois purement factuel, de la religion  catholique  romaine  a  duré  un  siècle.  Il  dure  encore  en  Alsace‐Moselle  même  si  ses  effets  sont tempérés par la force relativement importante des religions protestante et juive.      La Restauration, bien sûr, mais la Monarchie de Juillet et le Second Empire n’ont fait  qu’aggraver le système concordataire par la multiplication des contrats passés entre l’Etat et  les  congrégations.  A  ses  débuts,  la  IIIème  République  elle‐même  a  quelquefois  favorisé  la  religion catholique, notamment en l’associant, à des prétextes civilisateurs, à ses entreprises  coloniales.      Il  est  revenu  aux  radicaux  –  et  pour  notre  part,  nous  sommes  très  fiers  de  cette  ascendance politique – de poser par la loi de 1905 la règle de séparation des églises et de  l’Etat,  le  principe  de  liberté  des  consciences  et  des  cultes  ainsi  que  l’impératif  de  stricte  délimitation entre la sphère publique totalement neutre et la sphère privée abandonnée à la  liberté des individus. La loi de 1905 était devenue d’une grande urgence politique puisque  les  congrégations  religieuses  prétendaient  détourner  à  leur  profit  la  loi  de  1901  sur  les  associations,  texte  de  grande  liberté  totalement  étranger  à  toute  préoccupation  confessionnelle.      Après  quelques  années  de  disputes  locales  entre  les  élus  qui  entendaient  faire  respecter la nouvelle règle législative et le clergé qui s’y opposait, la loi de 1905 est devenue  la règle admise de façon quasi unanime pour la séparation des pouvoirs publics et de toutes  les  manifestations  des  choix  confessionnels.  Du  reste,  en  dehors  de  quelques  querelles  durables  mais  anecdotiques  sur  les  sonneries  de  cloches,  les  vifs  débats  des  premières  années portaient pour l’essentiel sur la propriété des lieux de culte catholiques dévolue par  la  loi  à  l’Etat  ou  aux  collectivités  locales  à  l’excellent  motif  que  leur  édification  avait  été  payée par les recettes de l’impôt ou par l’effort contraint des citoyens. Il arrive cependant  que  les  meilleures  lois  produisent  des  effets  éloignés  des  intentions  fondatrices.  En  l’occurrence,  la  volonté  des  radicaux  de  1905  était  clairement  confiscatoire.  Mais  l’éloignement progressif des catholiques par rapport à l’ancienne religion officielle nationale  devait  produire  une  conséquence  inattendue :  l’insuffisance  des  revenus  propres  des  conseils de fabrique allait amener l’Etat et les communes à financer par l’impôt l’entretien  ou  la  restauration  des  édifices  religieux,  ce  qui  nous  autorise  à  critiquer  sévèrement  les  récentes  déclarations  du  Président  de  la  République  associant  le  prestige  de  notre  patrimoine  architectural  religieux  à  l’importance  de  notre  prétendue  identité  chrétienne  collective. 

 

46


Revenons cependant à la définition de la laïcité française telle quelle apparaît après  ce rappel historique.      La laïcité républicaine  n’est pas une idéologie anti‐religieuse, une sorte de dogme  dirigé contre la liberté de conscience. Tout au contraire, elle est la garantie de cette liberté.  En protégeant l’exercice libre des cultes et en n’en favorisant aucun, la loi de la République  protège non pas les religions mais le libre choix de chaque individu. Imaginons comme un  contraste théorique la situation qui serait aujourd’hui celle de notre pays s’il était toujours,  après des flux migratoires inchangés, lié de façon exclusive au Vatican. C’est pour le coup,  réfléchissons‐y, qu’il serait nécessaire d’inventer de nouvelles règles juridiques, notamment  pour régler les rapports entre l’islam et les pouvoirs publics. Ce n’est pas nécessaire et nous  ne voyons nul besoin d’ouvrir ou de moderniser notre laïcité.      Non que la laïcité républicaine soit un dogme. Elle en est l’inverse exact. Venue des  Lumières et de l’esprit de tolérance voltairien, elle a été portée par l’influence philosophique  et  scientifique,  très  forte  à  la  fin  du  XIXème  siècle,  du  rationalisme,  du  positivisme  et  du  scientisme. Elle n’a donc rien à voir avec une quelconque vérité républicaine révélée. Elle est  certes  essentiellement  différente  des  pensées  religieuses  car  elle  est  fille  de  la  raison,  laquelle  s’applique  à  douter.  La  foi  se  doit  d’être  aveugle  et  simple ;  c’est,  dit‐on,  celle  du  charbonnier.  La  pensée  laïque,  qui  n’est  pas  à  mettre  sur  le  même  plan  que  les  pensées  religieuses,  mesure,  s’interroge  et  laisse  l’individu  faire,  face  aux  questions  métaphysiques  irréductibles à la raison, les choix qui lui apportent les réponses les plus rassurantes.      Si  elle  protège  ce  libre  choix,  la  laïcité  interdit  cependant  que  les  options  confessionnelles  pèsent  sur  la  délibération  publique.  Elle  n’est  pas,  répétons‐le,  anti‐ religieuse  mais  elle  est  délibérément  anti‐cléricale.  Elle  s’érige  en  rempart  de  neutralité  absolue contre les influences des religions sur les institutions publiques et, en premier lieu,  sur  l’école  républicaine  puisque  cette  école  est  précisément  le  creuset  où  se  forge  la  liberté de conscience et où se fait l’intégration républicaine.      Pour  autant,  les  radicaux  ne  sont  pas  absolument  hostiles  à  l’existence  d’un  enseignement privé. C’est le vieux débat entre Clemenceau et Jaurès. Nous comprenons que  certains  parents  veuillent  offrir  plusieurs  chances  à  leurs  enfants.  Mais  notre  position  est  simple : l’argent public ne doit jamais aller à l’école privée puisqu’il appartient à tous. Pour  nous, la seule école libre est celle de la République.      La laïcité n’est pas non plus une sorte de trébuchet où se pèseraient les différentes  influences  religieuses,  charge  à  la  loi  d’en  dégager  la  résultante  et  de  définir  ainsi  les  différentes  règles  de  la  vie  publique  comme  le  plus  petit  dénominateur  commun  des  croyances privées. Une telle conception peut orienter les modèles sociaux communautaires  mais ne saurait être le repère, devenu par nature fluctuant, de notre identité républicaine.  Dans l’espace public, la laïcité est souveraine ; les choix privés lui sont indifférents dès lors  que leurs manifestations ou leurs conditions d’exercice ne troublent pas l’ordre républicain.      C’est pourquoi une république laïque n’a pas à se préoccuper du recensement et du  classement  des  religions  selon  le  nombre  de  leurs  adeptes  ou  leur  degré  de  tolérance.  Au 

 

47


reste, la tolérance, qui est la méthode du dialogue républicain, est étrangère par définition  aux religions, que leur expression soit modérée ou intégriste, ce qui est un autre problème.  Les  grandes  religions  du  livre  affirment  leur  vocation  à  l’universalité.  Leur  nature  et  leur  projet  fondateur  débouchent  donc  en  toute  logique  sur  le  prosélytisme  qui  s’est  souvent  opéré, au moins dans le passé, par le fer et par le sang. Quant au classement des religions  sur  une  échelle  numérique  des  croyances  les  plus  répandues,  c’est  une  statistique  qui  échappe manifestement aux devoirs de la République.      Nous avons dit que le principe laïque érigeait un rempart de neutralité. Cette règle ne  signifie pas que la neutralité de l’Etat serait passive et limitée au respect d’un armistice déjà  ancien  comme  s’il  était  archivé.  Elle  est  active.  L’école,  pour  reprendre  cet  exemple,  doit  être  protégée  bien  sûr  des  empiètements  confessionnels  mais  également  des  influences  économiques et partisanes. Elle est le bien commun car elle est la matrice plus que séculaire  de notre identité. Il s’ensuit que l’argent n’a pas sa place comme facteur discriminant au sein  de l’école ‐ et la marchandisation en cours des universités publiques doit être combattue –  pas  plus  que  la  propagande  politique  ne  peut  y  être  admise.  Et  lorsque  la  société  est  agressée dans son attachement aux Droits de l’Homme par des pratiques sectaires, elle doit  réagir en les combattant énergiquement.      Il  nous  est  facile,  à  ce  stade,  d’adopter  le  mot  d’ordre  que  le  député  UMP  Laurent  Hénart proposait récemment : « Tout le principe de laïcité, rien que le principe de laïcité. Et  sans  épithète.  Arrêtons  de  parler  de  nouvelle  laïcité,  de  laïcité  revisitée  ou  active »  (entretien avec Libération, le 5 mars 2011). Nous souscrivons également à la proposition de  François Baroin de rassembler en un code de la laïcité la loi de 1905, à la condition qu’elle  reste inchangée, et tous les autres textes traitant de ce sujet.      Pour notre part, nous proposons un résumé simple : la loi doit respecter la foi et la  foi ne doit pas dicter la loi.      QU’EN EST‐IL DE NOTRE « IDENTITÉ CHRÉTIENNE » ?        A chaque station de son chemin de croix, à chaque étape qu’il fait et qu’il fera sur les  chemins de Saint Jacques de Compostelle, le chef de l’Etat, théoriquement garant de notre  laïcité  constitutive  et  constitutionnelle,  ne  manque  pas  une  occasion  de  parler  de  notre  identité  chrétienne  et  d’inscrire  dans  sa  comptabilité  de  la  Nation  française  la  dette  que  nous  aurions  à  l’égard  de  la  chrétienté  (qu’il  prononce  d’ailleurs  bizarrement  « chrétienneté »).       Soyons brutaux, cette identité chrétienne est une foutaise. Evidemment, nul ne peut  soutenir sérieusement que notre mémoire n’a pas enregistré un fort apport judéo‐chrétien  pas  plus  que  nous  ne  pouvons  prétendre  renier  nos  racines  grecques  et  romaines.  Mais  si  Nicolas  Sarkozy  fait  demain  le  tour  de  France  des  châteaux‐forts,  devra‐t‐il  faire  en  même  temps l’éloge de la féodalité ?   

 

48


Le Président de la République oublie que la Révolution française s’est faite contre  les  privilèges  de  l’aristocratie  et  du  clergé  avant  même  d’être  braquée  en  1792  contre  le  principe monarchique et de substituer, en 1793, le peuple souverain au monarque souverain  déjà  privé  de  royaume.  C’est  que  les  révolutionnaires,  les  représentants  du  Tiers‐Etat  n’avaient  pas  du  clergé  la  vision  idyllique  aujourd’hui  proposée  par  M.  Sarkozy  qui  voit  encore  de  nos  jours  un  rôle  plus  important  pour  le  curé  que  pour  l’instituteur  dans  l’instruction morale. Le peuple français supportait depuis des siècles la dîme, l’accaparement  des terres, le pouvoir séculier bien réel des évêques et des abbés ainsi que tout l’arbitraire  ecclésiastique qui se donne libre carrière dès qu’il peut s’exprimer sans contredit. Pendant  tous ces siècles, le pouvoir de l’église catholique s’est bâti contre les libertés et même par  l’asservissement des individus.      Il  importe  peu  que  le  message  initial  d’une  religion  soit  un  message  de  liberté,  de  tolérance et de fraternité. A cet égard, on peut juger à la même aune l’ancien testament, les  évangiles  et  le  coran.  Quelle  que  soit  l’intention  fondatrice,  souvent  louable  dans  son  expression mais parfaitement critiquable en ce qu’elle exige la soumission à l’autorité divine,  cette  intention  disparaît  lorsqu’elle  est  confisquée  par  les  clergés  qui  ne  manquent  jamais  d’échanger  aux  individus  leur  liberté  souvent  difficile  à  assumer  contre  la  prise  en  charge,  qui  est  d’essence  totalitaire,  de  leurs  responsabilités  avec  en  viatique  des  promesses  pour  l’au‐delà.  Ceux  qui  douteraient  de  la  réalité  de  ce  processus  de  confiscation  reliront  avec  profit  « Les  frères  Karamazov »de  Dostoïevski  et  particulièrement  le  chapitre  intitulé  «   Le  grand Inquisiteur ». Quand une religion avance un projet « libérateur », elle se dote toujours  d’un clergé qui se nourrit de la disparition des libertés.      Décidément non, nous n’éprouvons pas, pour notre part, le sentiment d’une dette à  l’égard de la chrétienté ni celui d’avoir été modelé par une quelconque identité chrétienne  même si, une fois de plus, nous savons prendre la mesure de cet apport dans notre histoire  et dans notre patrimoine.      Il s’agit, en vérité, d’un apport sédimenté. Des spécialistes autoproclamés nous disent  que  60%  des  Français  se  présenteraient  comme  catholiques.  Soit.  Mais  de  quoi  s’agit‐il  vraiment ?  Sommes‐nous  autorisés  à  soutenir,  d’une  façon  qui  n’est  qu’apparemment  paradoxale,  qu’une  religion  peut  se  séculariser  et  passer  en  quelque  sorte  d’un  principe  transcendantal à une série de comportements culturels ? Certes la moraine est bien visible  de ce que nous appelons la glaciation chrétienne. Les jours de fêtes initialement catholiques  sont  intégrés  à  notre  calendrier  et  chacun,  fût‐il  parfaitement  athée,  en  profite  sans  états  d’âme. La liste des prénoms « officiels » ne cesse de nous renvoyer aux évangiles mais leur  usage s’opère sans aucune conscience de ce lien. Combien de Jean‐Baptiste ont‐ils été libres‐ penseurs ? Allons plus loin. Lorsqu’un Français se dit catholique, il signifie dans la très grande  majorité des cas, qu’il a été baptisé, souvent marié à l’église et que, le moment venu, il sera  enterré  avec  la  bénédiction  d’un  prêtre.  Entend‐il  afficher  par  là  son  appartenance  à  une  communauté de croyants de plus en plus réduite ? Aucunement. Il veut dire que sa famille et  lui‐même  observent  un  certain  nombre  de  rites  d’agrégation  sociale  devenus  avant  tout  culturels.      D’ailleurs,  la  plupart  des  Français  ainsi  décomptés  comme  des  catholiques  condamnent  avec  la  dernière  énergie  la  rigueur  rétrograde  avec  laquelle  la  propagande 

 

49


vaticane refuse toujours la contraception, le droit à l’avortement ou la lutte contre��le sida.  Est‐on  catholique  lorsqu’on  n’observe  pas  avec  respect  le  dogme  de  l’infaillibilité  pontificale ?      Monsieur  Sarkozy  fait  tort  à  notre  République  lorsqu’il  va  s’agenouiller  devant  le  pape en sa qualité de chanoine de Latran. Il outrepasse ses droits lorsqu’il fait approuver par  décret  le  pouvoir  du  Vatican  d’admettre  ou  de  refuser  la  validation  de  nos  diplômes,  y  compris  ceux  que  délivrent  les  universités  catholiques  où  l’on  est  souvent  très  critique  à  l’égard de Rome.      Le Président de la République nous fait du tort et il fait fausse route.      Il  est  bien  certain  en  effet  qu’au‐delà  de  ses  croyances  personnelles,  qui  sont  parfaitement  respectables  mais  n’ont  pas  à  porter  leur  ombre  sur  son  discours  public,  l’objectif véritable de M. Sarkozy lorsqu’il encense, si l’on ose dire, notre identité chrétienne  est bien de désigner a contrario des non‐chrétiens comme des ennemis d’une communauté  nationale  ainsi  réduite  à  son  expression  la  plus  pauvre.  Les  critiques  des  membres  de  la  majorité  contre  le  « cosmopolitisme »  attribué  à  D.  Strauss‐Kahn  ne  sont  que  le  mauvais  masque  derrière  lequel  on  se  cache  pour  réanimer  l’antisémitisme  toujours  latent.  Et  lorsque le nouveau ministre des affaires européennes signe une tribune de presse intitulée  « Assumons l’Europe des clochers ! » (6 février 2011, le Figaro), il ne dit pas autre chose que  nos voisins suisses avec leur extravagante votation contre les minarets.      ISLAM ET LAÏCITÉ        Dans son entreprise de reconquête d’un électorat désabusé et lassé de l’absence de  réponses aux véritables interrogations sociales, la majorité de l’UMP, pressée en ce sens par  le  Président  de  la  République,  a  décidé  de  relancer  le  débat  qu’on  croyait  abandonné  sur  l’identité nationale et de le faire porter plus précisément sur la question de la compatibilité  de  l’islam  et  de  la  laïcité.  Cette  nouvelle  discussion  intervenant  peu  après  les  débats  parlementaires  sur  l’immigration  et  les  dispositions  relatives  à  la  déchéance  de  la  nationalité,  l’ennemi  est  clairement  désigné :  l’immigration  équivaudrait  à  l’importation  d’islamistes, voire de terroristes et criminels de droits communs.      En agissant ainsi, la droite, qui prétend de surcroît défendre la laïcité républicaine, ne  fait que se placer dans la course au racisme et à l’islamophobie lancée par Madame Le Pen,  devenue  elle  aussi,  avec  la  ferveur  des  nouveaux  convertis,  avocate  de  la  laïcité.  Avant  même l’ouverture de ce nouveau débat, la sanction de l’opinion ne s’est pas fait attendre. A  courir  derrière  Madame  Le  Pen,  on  se  retrouve  en  effet…  derrière  elle.  Pour  l’heure,  il  ne  s’agit encore que de sondages d’opinion dans la perspective de l’élection présidentielle mais  il  est  d’ores  et  déjà  patent  que  le  chef  de  l’Etat  et  sa  majorité  (dont  certaines  figures  éminentes  renâclent  devant  cette  émulation  malsaine)  font  courir  un  grave  danger  à  la  démocratie en tentant de focaliser la préparation de cette élection capitale sur des sujets de  division  alors  que  leur  responsabilité,  au  moins  pour  ce  qui  concerne  le  Président,  est  de  rassembler. 

 

50


A  ce  stade,  les  voix  dominantes  de  l’UMP  s’expriment  pour  se  poser,  à  partir  des  singularités prêtées à l’islam et dont certaines sont bien réelles, une question apparemment  candide : l’islam est‐il soluble dans notre laïcité ? Pour leur part, les radicaux ne veulent rien  dissoudre  des  religions  dès  lors  qu’elles  respectent  la  loi  républicaine.  L’objectif  du  dispositif laïque n’est pas de raboter les différences, mais au contraire de les protéger dans  un corps social à la cohérence accrue par ce respect lui‐même.    Rien  ne  permet  aujourd’hui  de  dire  que  l’islam  poserait  un  problème  global  d’incompatibilité  avec  la  laïcité.  Ceci  ne  nous  empêche  pas  de  remarquer  que  la  religion  musulmane présente des particularités qui sont autant de difficultés dans l’application des  règles laïques. Pour être réelles, ces difficultés ne sont pas insurmontables.    La première tient au fait que l’islam ignore la distinction entre le profane et le sacré  et  donc  la  délimitation  qui  en  résulte  entre  l’espace  public  et  la  sphère  privée.  Les  principaux supports de la théologie islamique, coran et commentaires, mêlent d’ailleurs les  prescriptions religieuses et les règles juridiques. Il y a là une difficulté sérieuse que des Etats  musulmans ont réussi à résoudre. La Turquie d’Atatürk (ainsi que celle des actuels dirigeants  islamistes dits  « modérés ») et la Tunisie de Bourguiba ont imposé la séparation du religieux  et  du  juridique  et  ont  livré  leur  version  de  ce  que  pourraient  être  des  nations  à  la  fois  musulmanes et laïques. Il est nécessaire pour nous de faire ce que Abdenour Bidar appelle  « une pédagogie de la laïcité » (Le Monde 22.12.2010) en montrant aux musulmans qu’elle  est  au  cœur  de  notre  progrès  social  et  qu’elle  n’est  donc  pas  négociable,  faute  de  quoi,  comme  le  souligne  le  même  auteur,  fondamentalistes  d’un  côté  et  xénophobes  de  l’autre  seraient  autorisés  à  tester  en  permanence  par  des  provocations  la  résistance  du  principe  laïque s’il leur apparaissait trop élastique.    La deuxième difficulté importante réside dans l’absence d’organisation hiérarchique  de la religion musulmane. L’Etat, habitué à la centralisation et la stricte hiérarchie par une  pratique séculaire, a rodé des méthodes de dialogue avec les cultes organisés comme lui sur  un mode vertical. Il n’en est pas ainsi pour l’Islam sauf dans de rares pays – le Maroc en est  un – où l’autorité temporelle se confond avec l’autorité spirituelle. Or le dialogue entre les  pouvoirs publics et les autorités religieuses est absolument nécessaire, notamment pour que  soit convenablement garantie la liberté du culte. Jusque là, les tentatives de mise en place  d’institutions  représentatives  des  musulmans  (ce  qu’on  désigne  de  la  curieuse  formule  « Islam  de  France »)  ont  échoué  soit  qu’elles  aient  été  investies  par  des  fondamentalistes,  soit  qu’elles  aient  été  manipulées  par  des  Etats  étrangers  instrumentalisant  leurs  communautés de migrants, soit encore qu’elles aient été mises en échec de l’extérieur par  des groupes, tels les salafistes, qui leur dénient tout droit en vertu d’un prétendu défaut de  rigorisme. Il y a bien là un véritable problème pour la République qui sera peut‐être obligée  de renoncer à ses propres habitudes centralisatrices. On peut en effet concevoir que, dans le  strict respect de la loi de 1905 et dans le cadre d’instructions ou d’indications données par le  ministre  de  l’intérieur  et  des  cultes,  les  préfets  et  les  maires  soient  autorisés  à  discuter  localement,  avec  des  responsables  locaux  qui  seraient  les  imams  des  mosquées,  des  questions pratiques relatives à l’exercice du culte musulman. Un tel dispositif n’empêcherait  nullement  l’Etat  de  conserver  l’instance  consultative  que  serait  un  Conseil  national  authentiquement représentatif. 

 

51


La troisième difficulté, sans doute la plus délicate à surmonter, est à rechercher dans  ce  que  Rama  Yade  appelle  de  façon  très  parlante  « l’assignation  à  résidence  religieuse ».  Nous entendons dire qu’il y aurait dans ce pays six millions de musulmans. On exprime ainsi  une autre réalité statistique : les immigrés venus de pays musulmans et leurs descendants  seraient six millions, ce qui est, sous une lecture laïque, une tout autre réalité. Dans les pays  d’islam, on ne saurait échapper à sa condition religieuse, hors les très rares cas d’apostasie.  Celui qui naît dans la communauté musulmane, l’umma, y reste attaché quelles que soient  ses  convictions  et  sa  pratique  quotidienne.  Mais  cette  vision  du  monde  est  totalement  contraire  au  principe  d’autonomie  du  sujet  qui  est,  dans  la  conception  universaliste,  le  premier des droits de l’homme. Elle n’est du reste pas toujours conforme à la volonté des  intéressés,  spécialement  des  jeunes  et  plus  particulièrement  encore  des  jeunes  filles,  qui  regardent l’installation dans un pays laïque et moderne comme une occasion de s’émanciper  de  règles  communautaires  très  contraignantes.  La  juxtaposition  des  deux  systèmes  de  pensée, l’un universaliste et l’autre communautariste, ne manque pas de générer, toujours  plus  précisément  dans  la  jeunesse,  une  sorte  de  crise  d’identité.  Aux  règles  souvent  très  contraignantes de leur famille ou de leur communauté, les jeunes gens concernés opposent  leurs  droits  individuels.  Mais  lorsque  la  République  les  rappelle  à  leurs  devoirs,  ils  ne  manquent pas de rappeler les manquements à la devise républicaine et de se draper dans  une  identité  collective  qu’ils  estiment  bafouée.  Pour  dire  le  vrai,  il  n’y  a  pas  de  solution  simple  à  ce  problème  très  général.  On  ne  peut  espérer  offrir  aux  intéressés  le  choix  d’un  destin  voulu  qu’au  prix  d’un  très  vigoureux  effort  d’intégration,  notamment  par  la  compensation  des  handicaps  scolaires,  par  la  dévolution  de  responsabilités  sociales  aux  jeunes  femmes  musulmanes,  par  l’arrêt  de  la  ségrégation  de  fait  que  produit  le  logement  prétendument  social,  bref  par  une  politique  d’égalité  effective  devant  le  service  public,  égalité  qui  suppose,  quoi  qu’il  nous  en  coûte,  des  politiques  volontaristes  pour  rétablir  l’équité dans les chances de chacun.    Dès lors qu’on a repéré ces grandes difficultés, sans aucune intention de brimer ou  d’humilier  une  communauté,  les  autres  questions  aujourd’hui  agitées  comme  des  chiffons  rouges  devant  l’électorat  conservateur  nous  paraissent  justiciables  de  solutions  simples  et  pratiques.    Faut‐il accorder des financements publics pour la construction des lieux de culte ? A  priori  non  car  il  ne  nous  semble  pas,  même  si  l’on  montre  mille  fois  la  rue  Myrrha  à  la  télévision,  que  l’insuffisance  de  mosquées  soit  réelle.  Ceci  posé,  l’inventaire  des  lieux  de  cultes et des besoins éventuels peut être conduit selon la procédure décentralisée que nous  avons proposée. S’il apparaît une insuffisance d’édifices religieux réelle, nous devrons nous  rappeler  d’une  part  que  l’argent  public  sert  quotidiennement  à  l’entretien  des  lieux  d’exercice des autres cultes pour les raisons historiques rappelées plus haut et, d’autre part,  qu’il  existe  mille  façons  juridiques  d’accompagner  la  construction  d’un  lieu  de  culte  sans  déroger à la loi de 1905.    Doit‐on  autoriser  la  construction  de  minarets ?  Oui,  bien  sûr,  dès  lors  qu’elle  est  conforme aux documents d’urbanisme. La première mosquée française n’a pas été comme  on  le  croit  celle  de  Paris  mais  celle  de  Saint‐Denis‐de‐la‐Réunion  qui  comporte  un  minaret  sans  que  nul,  chrétien,  tamoul  ou  agnostique,  n’en  prenne  ombrage.  Le  rythme  des  cinq 

 

52


prières quotidiennes nous parait en revanche interdire les appels des muezzins car il y aurait  là  un  véritable  risque  d’envahissement  de  l’espace  public  par  une  manifestation  de  nature  privée. De toutes les manières un Etat laïque n’a pas à imposer des règles architecturales à  des bâtiments religieux.    Y  a‐t‐il  lieu  précisément  d’autoriser  les  prières  publiques ?  Selon  nous,  leur  généralisation doit être proscrite mais il nous semble que le problème est très circonscrit.  Nous avons évoqué la situation du XVIIIème arrondissement de Paris qui choque surtout ceux  qui  ont  envie  de  trouver  prétexte  à  s’offusquer.  Le  fait,  véritablement  préoccupant  car  il  constitue une image de ce que nous avons appelé la mosaïque communautaire, bien réel est  que l’est de cet arrondissement est presque exclusivement peuplé de populations immigrées  ou  issues  de  l’immigration.  Il  appartient  donc  aux  autorités  municipales  concernées  de  vérifier  si  l’usage  privatif  d’une  voie  publique  constitue  un  véritable  trouble  à  l’ordre  républicain (nous l’avons dit, C. Boutin elle‐même a rappelé qu’on ne faisait pas autant de  ramdam,  si  l’on  nous  permet,  à  propos  des  très  nombreuses  processions  catholiques  traditionnelles) et d’étudier si, dans le cadre de la loi, il est possible d’apporter une réponse  positive  au  besoin  d’un  lieu  de  culte  approprié.  Dans  les  très  grandes  entreprises  (par  exemple Renault à Flins) ou dans les aéroports, la question a été résolue sans fracas par de  simples règlements d’entreprises ou aménagements de locaux.    Peut‐on  tolérer  que,  dans  les  mosquées,  le  prêche  soit  donné  en  arabe ?  Evidemment  oui,  n’en  déplaise  à M.  Copé  qui  ne  pense  pas  à  vérifier  le  contenu  latin  des  messes  traditionalistes.  Dès  lors  que  les  manifestations  religieuses  se  déroulent  dans  des  lieux  clos,  elles  ont  un  caractère  privé  dont  seules  les  menaces  avérées  à  l’ordre  public  permettraient  aux  maires,  ou  à  défaut  aux  préfets,  de  les  limiter  dans  le  cadre  de  leur  pouvoir de police.    Est‐il  nécessaire  de  prévoir  des  secteurs  ou  des  menus  spécifiquement  halal  dans  les cantines scolaires ? Non. Même si les grandes compagnies aériennes – Air France parmi  les  premières  –  ont  fait  à  leur  clientèle  fortunée  la  bonne  manière  de  garantir  leur  repas  « sans viande de porc », il nous semble qu’une trop grande tolérance sur ce point aboutirait  à  un  incessant  déferlement  de  revendications,  végétariens  ou  végétaliens  n’étant  pas  les  derniers  à  se  joindre  dans  cette  hypothèse  aux  parents  musulmans,  juifs,  catholiques  ou  témoins  de  Jéhovah.  Si  elle  est  heureusement  assez  généralisée,  la  restauration  scolaire  n’appartient pas à l’impératif public de scolarisation. Certaines écoles ou certains élèves sont  de  fait  privés  de  toute  cantine.  Les  parents  qui  en  auraient  la  possibilité  sont  donc  libres  d’organiser  eux‐mêmes  les  repas  de  leurs  enfants ;  les  autres  peuvent  compléter  le  menu  scolaire par des plats apportés par leurs enfants. Du reste, le coran quand il n’est pas lu par  des  intégristes,  autorise  mille  dérogations  aux  règles  religieuses  pour  le  malade,  pour  le  voyageur, pour les petits enfants qui ne sont tenus, ni à l’obligation du jeûne du ramadan ni,  lorsqu’elles  sont  impossibles,  aux  cinq  prières.  Il  arrive  que  les  religions  fassent  preuve  de  raison.    La  règle  générale  de  mixité  des  équipements  sportifs  publics  et  particulièrement  des piscines doit‐elle être maintenue ? Oui, absolument oui. Toute exception organisée par  les  pouvoirs  publics  locaux  équivaut  là  encore  à  une  assignation  à  résidence  forcée  des  jeunes filles musulmanes qui n’auraient plus que le choix d’être « putes » ou soumises. 

 

53


Devra‐t‐on accéder aux exigences des femmes musulmanes – mais plus souvent de  leurs  maris,  pères  ou  frères  –  de  voir  les  soins  hospitaliers  que  leur  santé  réclame  exclusivement pratiqués par des femmes ? Il n’en est pas  question. Quelles que soient la  compétence  et  la  compréhension  des  femmes  médecins,  le  fait  de  céder  sur  ce  point  équivaudrait à donner une prime à l’obscurantisme, comme si le corps médical consentait au  rigorisme des sectes qui refusent vaccinations et transfusions. Si chacun et chacune est libre  de choisir son médecin au quotidien, on ne peut pas accepter une attitude discriminatoire  en situation d’urgence et surtout pas à l’hôpital public.        LIBERTÉ, ÉGALITÉ, FRATERNITÉ SOUS L’ÉCLAIRAGE LAÏQUE      Notre laïcité apparaît, à ce stade, comme une exigence républicaine. Allons plus loin :  nous  estimons  que  c’est  elle  qui  depuis  un  siècle  a  donné  une  signification  plus  forte  à  la  devise de la République.    Elle sert évidemment la liberté des choix de conscience, nous l’avons dit. Elle la sert  doublement puisque les religions bénéficient de la double protection des lois de 1901 et de  1905 :  la  loi  de  séparation  protège  directement  la  liberté  des  cultes  alors  même  que  les  associations  d’inspiration  religieuse  bénéficient,  dans  la  limite  du  droit  commun,  de  la  grande loi de 1901. La laïcité est encore une protection pour la liberté d’enseignement. Quoi  que nous en pensions par ailleurs, et nous n’y sommes guère favorables dans le principe, les  dispositions  de  la  loi  Falloux  ou  le  système  du  contrat  d’association  au  service  public  éducatif,  deux  mécanismes  qui  profitent  à  l’enseignement  religieux,  peuvent  être  étendus  demain à tous les établissements musulmans.    Nous  avons  vu  aussi  que  lorsque  les  immigrés  ou  leurs  enfants  sont  désignés  à  la  vindicte publique, quand on les range avec violence sous le vocable « racaille », c’est encore  la laïcité qui vient au secours de la liberté et qui doit inspirer tous ceux qui militent contre  les  surenchères  sécuritaires  dictées  par  le  racisme  et  par  la  xénophobie.  Ce  combat  n’est  jamais  terminé.  La  liberté,  notre  bien  le  plus  précieux,  doit  être  toujours  défendue  et  toujours étendue.    Mais  les  libertés  les  plus  modernes  sont  également  protégées  par  la  laïcité,  notamment dans le domaine de la bioéthique. Rappelons‐le, la laïcité républicaine est une  pensée de l’émancipation individuelle ; elle est fondée sur l’autonomie du sujet soustrait à  toutes  les  formes  d’autorité  qui  ne  seraient  pas  d’essence  républicaine.  Le  philosophe  Michel Onfray, athée et militant laïque, a montré dans son ouvrage « Fééries anatomiques »  à quel point le principe laïque s’opposait à la pensée chrétienne en autorisant des progrès de  société sur le droit à l’avortement, sur la contraception, sur le génie génétique, la sélection  des embryons, la transgénèse, le clonage à but thérapeutique ou encore le droit de mourir  dans  la  dignité  (voir  sa  tribune  dans  Le  Monde  du  7.03.2011).  On  voit  par  ces  nombreux  exemples que la laïcité est synonyme de libération.   

 

54


Le  deuxième  terme  de  notre  devise  nationale,  l’égalité,  est  sans  doute  celui  que  l’exigence laïque éclaire de la lumière la plus forte. Et nous sommes contraints de dire que,  pour ce qui concerne le principe de justice, la République est bien loin de se conformer à  ses  devoirs.  Nous  ne  sommes  évidemment  pas  défenseurs  d’une  égalité  des  situations  individuelles,  de  cet  égalitarisme  qui  suppose,  l’Histoire  l’a  démontré,  nivellement,  collectivisme et, à la fin, totalitarisme. Pour les radicaux l’égalité est celle des droits et des  chances  et  c’est  pourquoi  ils  estiment  que  le  moteur  du  progrès  n’est  pas  la  lutte  des  classes mais la mobilité sociale fondée sur le mérite.    Ceci  posé,  il  reste  que,  dans  le  grand  chantier  de  luttes  contre  les  inégalités,  la  République est en échec. Elle accuse, nous l’avons vu, toute une partie du corps social d’être  tentée  par  une  recherche  d’identité  du  côté  des  pratiques  religieuses  extrémistes  alors  même  qu’elle  pousse  à  cette  marginalisation  et  à  ce  découpage  communautariste  en  refusant  de  créer  ou  de  recréer  les  conditions  de  l’égalité.  Le  choix  d’un  urbanisme  concentrationnaire fondé sur le tout locatif (les pauvres n’auraient pas les moyens d’accéder  à  la  propriété)  a  rejeté  des  pans  entiers  de  notre  population,  nationaux  et  immigrés  confondus dans les marges d’une société où ils ne se reconnaissent plus. Contre ce véritable  chancre  social,  les  innombrables  annonces  sur  une  véritable  politique  des  banlieues  (logement donc mais aussi et peut‐être surtout égalité devant les services publics) n’ont été  suivies  d’aucun  effet  et  les  derniers  remaniements  ministériels  semblent  même  présager  d’un abandon total des projets de réhabilitations des banlieues. Le calcul est clair et se laisse  bien voir dans les politiques fiscales : les habitants des quartiers en difficulté sont au pire des  opposants  irréductibles,  au  mieux  des  abstentionnistes  que  le  mépris  de  l’Etat  a  découragés ;  il  est  donc  infiniment  plus  payant  de  flatter  les  beaux  quartiers  et  de  concentrer le discours public sur la reconquête des classes moyennes. C’est une fois de plus  la politique de la division qui l’emporte contre l’impératif de rassemblement.    Le domaine le plus préoccupant lorsque l’on fait le constat de la désertion de l’Etat  dans  le  combat  pour  l’égalité  reste  toutefois  celui  de  l’école  puisque  c’est  précisément  là  que  se mesure  la  capacité  de  la  République  à  se  régénérer  et  à  s’enrichir  en  permanence.  D’innombrables  auteurs  dont  le  talentueux  François  Bégaudeau  avec  son  livre  « Entre  les  murs » ont montré que ce chantier était immense mais que le combat pour l’école publique  n’était  pas  perdu  d’avance.  Même  si  nous  avons  quelques  réserves  quant  à  la  dénomination,  nous  estimons  indispensable  une  politique  volontariste  de  correction  des  inégalités.  Il  ne  s’agit  au  demeurant  pas  d’adopter  la  conception  américaine  de  droits  supérieurs  pour  combler  un  handicap ;  nous  voulons  rétablir  l’égalité  des  chances.  Un  exemple simple l’illustre ; il est fondé sur la comparaison entre les établissements de grand  prestige tels que Louis le Grand ou Henri IV et n’importe quel collège ou lycée de banlieue. Si  l’on développe dans cette comparaison les rapprochements strictement budgétaires portant  sur  le  coût  du  foncier,  sur  la  valeur  des  constructions  et  de  leurs  équipements  ou  sur  la  rémunération  des  professeurs  (concentration  d’agrégés  d’un  côté,  affectation  massive  de  débutants  ou  de  remplaçants  dans  l’autre),  la  disproportion  financière  apparaitra  pour  ce  qu’elle  est,  une  intolérable  inégalité.  Nous  pensons,  dans  ce  cas,  que  la  politique  d’autonomie tellement vantée par ailleurs et notamment pour les universités, doit aboutir à  l’allocation  aux  différents  établissements  de  crédits  rétablissant  une  équité  simple  et  impérative :  chaque  élève  doit  bénéficier,  dans  un  niveau  scolaire  donné,  de  la  même  contribution en argent public. Dans le même esprit, il nous apparaît que le renchérissement 

 

55


du coût des études universitaires, spécialement dans les filières dites « professionnalisées »  en  ce  qu’elles  sont  d’ores  et  déjà  ouvertes  à  l’appétit  des  entreprises,  est  extrêmement  discriminant pour les populations défavorisées, pour les jeunes orientés vers des formations  dépourvues de débouchés. C’est aussi dans le rétablissement de l’égalité universitaire que la  République  sera  jugée.  Nous  sommes  par  ailleurs  favorables  à  l’expérience,  apparemment  heureuse, des internats d’excellence et à leur généralisation ; nous approuvons également,  avec certes des réticences de principe que le pragmatisme oblige à oublier, les procédures  d’admission sur dossier dans les grandes écoles républicaines.    L’exigence laïque ne serait pas satisfaite si nous venions à oublier une autre inégalité,  plus vaste encore. La laïcité interdit à la République de distinguer les citoyens en fonction de  leur religion ou de leur race mais également à raison de leur sexe. Or l’inégalité de fait entre  les  hommes  et  les  femmes  demeure  l’un  des  plus  graves  échecs  de  notre  pays ;  il  se  laisse voir par la faiblesse des effectifs féminins dans la représentation politique. Là encore,  les laïques de stricte observance nourrissaient quelques réserves à propos de l’introduction  de  quotas.  Force  est  cependant  de  constater  qu’à  moins  d’une  improbable  révolution  culturelle, le mécanisme des quotas féminins est à court terme le seul efficace et doit être  étendu à d’autres secteurs de la vie sociale tels que l’encadrement des entreprises publiques  ou  la  composition  des  conseils  d’administration  des  entreprises  privées.  Il  n’y  a  pas  de  miracles à attendre d’une prise de conscience spontanée dans un domaine où nous héritons  d’un sexisme plurimillénaire.    La  fraternité  républicaine  est  mise,  elle  aussi,  au  défi  de  la  laïcité.  Elle  signifie  tolérance  à  la  différence,  ouverture  à  l’autre.  Qu’en  est‐il  dans  la  réalité  vécue  par  nos  concitoyens ?    Les  médias  nous  proposent  jusqu’à  la  saturation  le  spectacle  caricatural  d’un  pays  frileux,  replié,  peureux  et  volontiers  porté  à  désigner  des  boucs  émissaires  porteurs  de  toutes ces inquiétudes. La France ressemble‐t‐elle vraiment à ce portrait ?    Sont‐ils  racistes  ou  xénophobes  ces  Français  qui  font  état  régulièrement  de  leurs  préférences :  leur  personnalité  favorite ?  Yannick  Noah ;  leur  sportif  préféré ?  Zinedine  Zidane ;  le  présentateur  le  plus  intéressant ?  Harry  Roselmack ;  l’animateur  le  plus  doué ?  Nagui.  Où  sont  donc  passés  le  chauvinisme  petit  blanc  et  le  racisme  supposé  de  nos  concitoyens ?    Si l’on veut bien ne pas s’arrêter au cas, intéressant mais marginal, des footballeurs  d’origine africaine, des sprinteuses guadeloupéennes ou des rappeurs d’origine maghrébine,  on  peut  faire  le  constat  que  la  France  sait  être  un  pays  de  haute  fraternité.  Elle  est  belle,  cette  France  qui  donne  à  l’Antillais  Félix  Eboué  l’occasion  d’enraciner  la  résistance  dans  le  dispositif  colonial  Pétainiste.  Elle  est  belle,  cette  nation  qui  confie  au  Guyanais  Gaston  Monnerville  la  présidence  du  Sénat.  Elle  est  belle,  cette  République  qui  se  reconnaît  dans  l’actrice  Isabelle  Adjani,  qu’elle  incarne  la  reine  Margot  ou  qu’elle  porte  la  lutte  contre  le  sexisme et l’intégrisme en exigeant une « journée nationale de la jupe ». Elle est belle, cette  opinion publique nationale qui porte Rama Yade au pinacle des sondages. Non, la France ne  ressemble pas à sa caricature.   

 

56


Nous  ne  sommes  pas  pour  autant  de  ceux  qui  condamnent  la  vision  nostalgique  proposée quotidiennement par le journal de TF1. De métiers disparus en résistances rurales  ou  en  révoltes  individuelles  contre  les  bureaucraties,  le  tableau  ainsi  dessiné  correspond  bien  à  la  mémoire  d’une  France  qui  aime  aussi  à  vivre  dans  ses  souvenirs.  Mais  face  à  l’urbanisation et aux défis de la modernité, cette peinture fonctionne en réalité comme ces  écomusées où les touristes viennent chercher la photo jaunie de leur passé collectif.    On peut avoir toutes les sympathies pour le boulanger en tournée dans la Creuse ou  pour le dernier sabotier de Savoie. On peut même attendre des pouvoirs publics des aides  au maintien des activités en milieu rural, puisque c’est là encore une des concrétisations du  principe  d’égalité.  Il  reste  que  la  vie  quotidienne  des  Français  est  désormais  organisée  de  façon  différente.  Elle  est  établie  dans  ce  milieu  urbain  où  la  prétendue  unité  nationale  comprise dans son sens restrictif est confrontée à chaque instant à l’altérité, à la différence  sociale ou religieuse.    D’ailleurs, ces  Français que  l’on  voudrait  prompts  à  l’ostracisme répondent,  chaque  fois qu’ils sont sollicités, que leur existence quotidienne dépend en bonne partie de l’activité  développée  par  les  populations  immigrées.  Celles‐ci  ne  se  laissent  pas  réduire  à  la  figure  désormais  bien  ancrée  dans  le  paysage  urbain  de  l’épicier  arabe.  Les  Français  savent  que  dans d’innombrables domaines (cueillettes agricoles, industrie automobile, services urbains,  etc.) ils dépendent de cette activité, sans même évoquer les effets chaque jour plus visibles  du métissage dont nous savons tous qu’il fait aujourd’hui la puissance d’un pays comme le  Brésil.    Enfin,  nous  ne  serions  pas  complets  sur  cette  question  de  la  fraternité  si  nous  oubliions de souligner que le racisme prêté aux Français serait, s’il était avéré, une insulte à  tous nos compatriotes d’outre‐mer qui illustrent, par leur engagement constant au service  du  pays  et  par  leur  attachement  sans  cesse  manifesté  à  la  nation  dont  ils  sont  l’un  des  multiples visages, le meilleur de la conception française de la nationalité.    C’est pourquoi nous est venue une sorte de colère quand nous avons vu que de très  médiocres spéculations électorales amenaient des responsables politiques éminents à lancer  des débats dont la peur et la haine deviennent inévitablement les moteurs. Que la droite, si  elle  est  républicaine,  abandonne  ces  thèmes  à  l’extrême  droite,  sinon  elle  récoltera  le  mauvais  grain  qu’elle  a  semé.  Elle  aura  surtout  compromis  la  vision  collective  élevée  et  exigeante de l’identité de notre République. 

 

57


58


V      UNE IDENTITÉ AUX MANIFESTATIONS MULTIPLES              Il n’était pas question pour nous de traiter ici la totalité des questions que posent les  notions constitutives de l’identité, les sujets liés à la mémoire collective ou au patrimoine,  les réflexions publiques sur les migrations ou encore les retentissements de l’idée laïque sur  les  valeurs  fondatrices  de  la  République.  Cependant,  le  survol  que  nous  en  avons  fait  montre, s’il en était besoin, que l’identité de notre pays est riche et complexe et ne se laisse  pas enfermer dans le strict corset d’une vision restrictive de la communauté nationale.      Avant de revenir aux différents étages où se manifeste l’identité républicaine, il nous  faut  rappeler  une  vérité  basique  souvent  perdue  de  vue  lorsqu’on  veut  faire  émerger  la  figure d’une identité compacte et essentiellement différente d’autres ensembles nationaux.  Cette  vérité  élémentaire  tient  en  un  constat :  si  séduisante  que  puisse  être  l’idée  assez  abstraite  d’une  Nation  homogène  et  soudée,  nul  ne  doit  oublier  que  l’ensemble  national  est  d’abord  composé  d’individus.  Quand  d’autres  philosophies  politiques  privilégient  la  collectivité  par  rapport  aux  hommes  et  aux  femmes  qui  en  font  la  réalité  charnelle,  le  radicalisme  s’est  toujours  présenté  comme  la  gauche  qui  défend  l’individu  libre,  responsable  et  solidaire.  Nulle  collectivité  n’a  la  légitimité  de  détruire  un  seul  individu.  C’était le sens même de l’abolition de l’esclavage puis de la peine de mort.      Nous  savons  ce  que  la  République  doit  à  l’invention  révolutionnaire  du  « peuple  souverain ».  Il  s’agissait  par  la  réanimation  du  principe  de  souveraineté  de  substituer  à  la  monarchie  une  force  juridique  supérieure  dans  sa  manifestation  collective  mais  similaire  dans son appellation. Cette vision du nouveau monde impliquait presque mécaniquement la  décapitation  de  l’ancien  monarque  afin  qu’advienne  le  règne  du  nouveau  souverain.  Tout  considéré,  et  même  si  nous  assumons  la  prise  en  charge  de  l’intégralité  de  l’héritage  révolutionnaire, il nous semble que la notion de peuple souverain est relativement pauvre  surtout  si  elle  est  comparée  aux  prescriptions  des  philosophes  des  Lumières.  Nous  n’oublions  pas  qu’au  frontispice  de  son  « Léviathan »,  Thomas  Hobbes  représentait  le  monstre  du  pouvoir  comme  une  immense  silhouette  dessinée  seulement  par  l’addition  uniforme  des  individus.  Nous  constatons  aussi  que  la  fiction  du  peuple  souverain  n’a  pu  devenir  opérationnelle  dans  le  champ  politique  que  par  les  mécanismes  de  la  démocratie  représentative dont chacun – même ceux qui la portent en estime, et nous sommes de ceux‐ là  –  peut  voir  aujourd’hui  les  limites  telles  qu’elles  sont  tracées  par  l’appel  de  nos  concitoyens  à  des  formes  de  démocratie  directe  et  participative  qui  leur  restitueraient  un  pouvoir permanent de contrôle des élus. Enfin, nous voyons fondamentalement que l’unité  irréductible de la condition humaine suppose que l’Homme, c’est‐à‐dire l’individu et non une  statue  désincarnée  de  l’humanité,  puisse  à  chaque  instant  faire  valoir  sa  liberté  contre  la 

 

59


puissance de la collectivité. Nous croyons avec le philosophe Alain que la démocratie n’est  pas le pouvoir de la majorité mais le règne du droit.      Cette conception, spécifique aux radicaux dans la gauche française, nous amène ici à  souligner le fait que l’identité républicaine passe avant tout par le respect de chaque identité  individuelle et que ce respect est par lui‐même la condition du maintien et de la solidité du  contrat social.      LES SOLIDARITÉS LOCALES        Nous avons déjà indiqué que l’identité républicaine n’était pas seulement nationale  mais que par l’histoire de nos paroisses devenues des communes, de nos départements, de  nos  provinces  devenues  régions,  l’identité  du  pays  était  constituée  aussi  de  milliers  d’identités locales, toutes singulières, toutes compatibles et même complémentaires.      Dans  les  années  70  (avec  notamment  la  loi  du  16  juillet  1971  sur  les  fusions  autoritaires  des  communes)  et  même  au  début  des  années  80  et  de  la  gauche  de  gouvernement, la mode était à la suppression des petites communes sous la suggestion des  théoriciens de la DATAR alors encore tout‐puissants. Le modèle proposé dans cette période  était  la  nouvelle  organisation  administrative  belge  où  l’on  avait,  d’un  coup  de  baguette  bureaucratique,  supprimé  80%  des  communes.  On  peut  voir  aujourd’hui  où  en  est  rendu  l’Etat belge, nous y reviendrons dans un instant.      A  cette  époque,  François  Mitterrand,  leader  de  l’opposition  puis  Président  de  la  République  opposait  à  cette  volonté  de  « modernisation »  une  résistance  farouche  que  beaucoup,  à  gauche  notamment,  jugeaient  passéiste.  La  simplicité  n’est  pas  toujours  un  simplisme et son raisonnement était simple : avec plus de 36. 000 communes, la France était  dotée  d’un  réseau  irremplaçable  de  quelque  550.000  élus  locaux  bénévoles  ou  quasi‐ bénévoles  qui  veillaient  dans  leurs  collectivités  parfois  minuscules,  à  renouer  le  lien  social  distendu  ou  déchiré  par  les  nouveaux  modes  de  vie,  par  la  disparition  progressive  des  services  publics  en  milieu  rural et, plus  généralement  par  la  désaffection  à  l’égard  du  bien  public. Les trente années écoulées depuis ces débats lui ont donné entièrement raison. Plus  que jamais, les communes sont, comme on l’a dit souvent, les écoles de la démocratie mais  aussi les collectivités de base de l’édifice républicain. Ne touchons pas à ce bien précieux. Les  communes  ont  su  organiser,  par  leurs  syndicats  ou  leurs  communautés,  le  regroupement  des  fonctions  mieux  assurées  à  un  niveau  supérieur.  Mais  pour  le  reste,  elles  demeurent,  grâce  pour  les  petites  d’entre  elles  aux  figures  associées  du  maire  et  de  l’instituteur‐ secrétaire  de  mairie,  le  niveau  où,  d’une  part,  chaque  individu  a  la  satisfaction  d’être  clairement  identifié  et  où,  d’autre  part,  chaque  citoyen  peut  présenter  aux  pouvoirs  ses  propres  revendications.  Les  communes  de  France  sont  une  richesse  magnifiquement  protéiforme.      En  1970  encore,  les  penseurs  de  l’aménagement  du  territoire  développaient  leurs  très  ambitieux  projets  de  villes  nouvelles  avec  un  argument  parfaitement  technocratique :  en  deçà  de  250.000  habitants,  une  ville  ne  « fonctionnait »  pas…  Auraient‐ils  consulté  leur 

 

60


grand‐mère  ou  le  maire  de  leur  village  d’origine  qu’ils  en  auraient  reçu  la  réponse  du  bon  sens : c’est plutôt au‐delà de 25.000 habitants qu’apparaissent les pathologies urbaines. Le  bon sens l’a emporté dans les faits et il a bien fallu à Cergy, à St Quentin, à Melun‐Sénart et  plus  encore  à  l’Isle  d’Abeau  réduire  la  voilure  qu’avaient  déployée  les  aménageurs‐ déménageurs.      Nous sommes tentés de dresser le même constat pour les départements si vivement  décriés dans les débats actuels sur la prétendue complexité excessive de notre organisation  territoriale. Nés du souci révolutionnaire et napoléonien d’une administration efficace par sa  déconcentration,  ils  ont  acquis  avec  la  loi  de  1871  et  les  lois  de  décentralisation  de  1982‐ 1983,  une  légitimité  politique  dépassant  l’ancien  cadre  juridique.  Quoi  que  pensent  les  populations  urbaines  d’un  découpage  cantonal  souvent  peu  visible,  le  canton,  circonscription  électorale  et  niveau  de  base  de  l’administration  d’Etat,  constitue,  bien  sûr  pour  le  monde  rural  mais  aussi  pour  les  départements  moins  massivement  urbanisés,  un  étage  fort  de  la  solidarité  républicaine.  Avant  les  abandons  récents  de  pans  entiers  de  l’administration  d’Etat,  le  canton  accueillait  le  subdivisionnaire  de  l’équipement,  la  poste  principale, la gare très souvent, la perception, le médecin, le pharmacien, le notaire, tous ces  services  et  métiers  de  proximité  indispensables  à  la  cohésion  sociale.  Quant  aux  départements  eux‐mêmes,  ils  demeurent  des  cadres  pertinents  quoi  qu’en  pensent  les  pseudo‐modernistes. Les Français sont attachés à leur identité départementale même dans  ses  manifestations  les  plus  anodines  et  même  dans  les  régions  les  plus  homogènes.  En  Savoie,  française  depuis  cent  cinquante  ans  seulement  et  où  siégeaient  ces  comtes  qui  allaient devenir rois de Piémont Sardaigne, on se juge encore différent selon qu’on est de la  Savoie proprement dite tournée vers l’Italie ou de la Haute‐Savoie ouverte sur la Suisse, et  dans les communes partagées entre la Savoie et l’Isère, ancien Dauphiné, les vieux savoyards  lorsqu’ils  traversent  un  simple  pont  disent  encore : « Je  vais  en  France ».  C’est  une  erreur  face à l’Histoire et au regard de la cohésion nationale de vouloir contraindre, comme l’a fait  la  majorité  ces  dernières  années,  à  la  disparition  de  départements  qui  ont  su,  eux  aussi,  inventer  des  coopérations  interdépartementales  et  même  transrégionales  chaque  fois  qu’une telle association était utile.      L’exemple de la réunion au niveau départemental des missions d’aide sociale montre  que ce secteur essentiel a gagné à être animé à une échelle territoriale où la connaissance  du terrain et les relations humaines sont capitales.      Un dernier argument, qui paraîtra peut‐être anecdotique, en faveur du département.  Même en milieu très urbanisé, le département contribue à l’identité. N’importe quel jeune  de Seine‐Saint‐Denis ou du Val d’Oise pourtant limitrophes pourra témoigner du fait que le  « 9.3 » ou le « 9.5 » sont des entités extrêmement différentes.      Si  elles  sont  de  création  plus  récente  dans  leur  configuration  politique  actuelle,  les  régions méritent les mêmes égards. Nous estimons certes que les grandes régions telles que  l’Ile‐de‐France, Rhône‐Alpes, PACA ou Midi‐Pyrénées ou les régions très homogènes comme  l’Alsace,  la  Bretagne  ou  la  Corse  sont  mieux  armées  notamment  pour  l’accès  direct,  peu  encouragé  par  l’Etat  français,  aux  instances  européennes.  Il  demeure  que  d’autres  régions  plus  petites  ou  apparemment  composites  sont  peuplées  de  citoyens  qui  vivent  de  façon  positive  leur  identité  régionale  souvent  issue  de  l’ancien  maillage  provincial.  Quand  les 

 

61


bureaux  parisiens  menacent  de  diviser  la  Picardie  entre  Nord‐Pas‐de‐Calais,  Champagne  Ardennes  et  Ile‐de‐France,  on  peut  assister  à  une  éruption  de  « patriotisme »  picard  très  farouche et très sympathique.      Aujourd’hui,  les  compétences  entre  les  différents  étages  de  la  construction  républicaine sont assez clairement réparties. Dans le seul domaine de l’instruction publique,  les  communes  avec  leurs  écoles,  les  départements  avec  leurs  collèges  et  les  régions  avec  leurs  lycées  ont  montré  qu’elles  étaient  mieux  à  même  que  l’Etat  d’assumer  cette  responsabilité essentielle, même si les impératifs d’égalité et de cohésion imposent que la  gestion  des  personnels  et  la  dévolution  des  diplômes  demeurent  dans  la  compétence  étatique.      La décentralisation devra toutefois être approfondie et une nouvelle approche de la  fiscalité devra être étudiée au profit des collectivités territoriales et au détriment de l’Etat  alors que nous avons assisté récemment à un mouvement inverse.      Plus  largement,  à  l’heure  où  plus  aucun  danger  extérieur  ni  aucune  force  locale  centrifuge  (pas  même  en  Corse,  quoi  qu’on  en  dise)  ne  menace  l’unité  nationale,  il  nous  paraît  vital  pour  l’identité  républicaine  que  l’Etat  laisse  respirer  les  libertés  locales  et  profite de la riche addition des identités singulières de nos collectivités.      UNE NATION RÉPUBLICAINE TOUJOURS ACTUELLE      Les débats sur l’identité nationale, s’ils sont dévoyés, ne peuvent pas déboucher sur la  conclusion que la Nation, cadre forgé par l’Histoire mais également ouvert sur l’avenir, serait  devenue sans intérêt collectif.    Nous observons que même les organisations internationales mondiales, la Société des  Nations,  voulue  par  le  radical  Léon  Bourgeois  et  l’Américain  Woodrow  Wilson,  ou  l’organisation des Nations‐Unies n’ont pas voulu renoncer à ce concept qui permet à leurs  membres de s’identifier de façon forte et qui place chaque Etat sur un pied d’égalité en ce  que la volonté de se représenter comme une nation est plus importante que les formes de  représentation politique empruntées par cette volonté. Quels que soient leurs régimes, les  nations  sont  égales,  en  théorie  du  moins,  dans  le  concert  international.  Il  serait  donc  sans  intérêt et même nocif pour la France de jeter en quelque sorte la Nation avec l’eau du bain  nationaliste.    Les  Français  sont  d’autant  plus  attachés  à  leur  idée  nationale  que  la  construction  européenne (v. infra) et la mondialisation (v. infra), si elles apportent de fortes espérances,  génèrent  de  réelles  inquiétudes.  Dans  ce  contexte,  la  Nation  apporte  un  ensemble  de  repères stables. Elle permet de surcroît de consolider en permanence la cohésion sociale par  les  comparaisons  identifiantes  qu’on  opère  avec  les  nations  voisines.  Pour  le  dire  simplement,  l’amitié  franco‐allemande  est  d’autant  plus  forte  que  la  France  est  plus  française  et  l’Allemagne  plus  allemande.  Dans  ces  comparaisons,  les  Français  aiment  à  se  reconnaître dans une image collective qu’ils jugent positive, même si ce jugement n’est pas 

 

62


dénué  de  chauvinisme  comme  le  signalent  les  appréciations  un  peu  différentes  de  nos  voisins.    La France est de surcroît un Etat mono‐national puisque la conception française de la  nationalité est intégrative et non exclusive. L’exemple, qu’il vienne de la grande querelle des  nationalités en Europe centrale au XIXème siècle ou du démembrement de l’Etat yougoslave  pluri‐national dans un passé récent, de la désagrégation des pays qui ne sont pas riches de  cette  identité  commune  renforce  naturellement  les  Français  dans  la  volonté  d’offrir  au  monde  l’image  d’une  Nation  soudée  et  forte.  A  nos  portes,  les  citoyens  belges,  dans  leur  majorité,  montrent,  au‐delà  des  querelles  qui  opposent  leurs  factions  politiques,  leur  attachement à un Etat et à une nationalité qui sont pourtant de fraîche extraction pour avoir  été  créés  par  des  puissances  extérieures  et  de  façon  artificielle  en  1830  seulement.  Dédaignant le débat linguistique, puissante résurgence des critères objectifs de nationalité,  les Belges souhaitent continuer d’appartenir à la même nation. Le pronostic est réservé.    Rapprochée de ces exemples, la France, plus ancienne nation du continent européen  est  bien  fondée  à  regarder  cette  ancienneté  et  cette  permanence  comme  de  puissants  atouts.    Pour avoir évoqué ci‐dessus l’importance des identités individuelles et des solidarités  locales, nous pensons cependant que la Nation est plus que l’addition de ses composantes.  Elle est, dans le temps, une longue mémoire historique, ainsi qu’un vaste projet d’avenir.  Dans l’espace, elle transcende les communautés qui se sont agglomérées pour la former et  se trouve, de ce fait identifiée à l’étranger comme une puissance plus considérable que ne le  serait la simple juxtaposition de collectivités non cimentées par l’idée nationale.    Bref,  à  nos  yeux,  lorsque  la  Nation  n’est  pas  érigée  en  statue  monolithique  commandant  le  respect,  lorsqu’elle  reste  une  forme  vivante  et  ouverte,  lorsqu’elle  n’alimente aucun nationalisme, aucun bellicisme dirigé contre les autres nations, lorsqu’elle  honore  ses  principes  et  qu’elle  tolère  les  différences,  lorsque  cette  nation‐là  demeure  républicaine, elle nous paraît susceptible d’assurer longtemps encore l’ancrage des individus  dans une belle vision de leur peuple.    La  Nation  ne  restera  cependant  un  concept  pertinent  et  fort  que  si  elle  assure  sa  cohésion par une solidarité active et par la justice sociale. Nous pensons qu’il est plus que  jamais  utile  d’actualiser  la  doctrine  radicale  solidariste  en  favorisant  le  mutualisme  et  le  capitalisme coopératif. La fiscalité devra également traduire cet objectif par une répartition  beaucoup  plus  juste  de  l’effort  civique  dans  la  lignée,  radicale  elle  aussi,  de  l’invention  de  l’impôt progressif sur le revenu à une époque, celle de Joseph Caillaux, où l’on ne parlait pas  de bouclier pour dissimuler les privilèges.    Une  question  importante  reste  également  posée.  Si  elle  demeure  effectivement  vivante, la Nation ne peut rester éternellement figée dans les formes autrefois mouvantes  que l’Histoire lui a données. Une des caractéristiques essentielles de la nationalité française  – beaucoup d’autres nations étant pareillement organisées – réside dans l’association totale  entre  la  nationalité  et  la  citoyenneté.  Nous  avons  pourtant  évoqué  le  cas  de  ces  grandes  figures  étrangères  venues  contribuer  à  l’Histoire  de  France  et  ayant  ainsi  gagné  leurs 

 

63


« galons »  de  citoyens  de  la  République.  Nous  aurions  pu,  à  l’inverse,  évoquer  la  période  coloniale où, jusqu’à la constitution de la IVème République et plus complètement jusqu’à la  loi‐cadre  dite  Deferre,  la  nationalité  n’était  pas  synonyme  d’entière  citoyenneté.  Le  mécanisme du double collège électoral a longtemps contribué à déformer la représentation  politique.  Au  Sénégal,  seules  les  cinq  anciennes  communes  colonisées  dès  le  XVIIème  siècle  connaissaient des droits civiques pleins. En Guyane aujourd’hui encore, les Amérindiens ne  bénéficient  pas  d’une  pleine  citoyenneté.  En  Alsace‐Moselle,  comme  à  Wallis‐et‐Futuna,  l’enseignement  est  pour  bonne  partie  placé  sous  l’autorité  des  églises.  En  Nouvelle‐ Calédonie comme à Mayotte, les lois civiles et les statuts personnels ne sont pas ceux de la  métropole.    Ces  exemples  ne  sont  mobilisés  que  pour  démontrer  à  quel  point  le  principe  fondamental d’une équation parfaite entre nationalité et citoyenneté a souffert et souffre  encore de très nombreuses exceptions. Nous en avons créé une autre, parfaitement logique  au demeurant, en donnant par traité et donc avec réciprocité le droit de vote aux élections  locales aux nationaux des Etats membres de l’Union Européenne résidant en France de façon  durable. Loin de nous l’idée de critiquer ce progrès évident ; il s’agit seulement de montrer  que  l’alliance  de  la  nationalité  et  de  la  citoyenneté  n’est  pas  en  airain.  L’exemple  des  citoyens  qui  possèdent  deux  nationalités,  voire  plus,  à  l’image  d’une  des  candidates  déclarées  à  l’élection  présidentielle,  démontre  également  qu’il  n’y  a  pas  entre  les  deux  notions de lien logique indépassable.    Il  est  temps,  nous  semble‐t‐il,  d’aller  plus  loin.  Sans  méconnaître  la  dimension  polémique de la question et l’exploitation que la mauvaise foi peut en faire, nous pensons  nécessaire et particulièrement utile en ces temps d’interrogation sur l’identité nationale, de  répondre de façon clairement positive à l’éternel problème du vote des étrangers résidant  durablement et bien sûr légalement dans notre pays. Alors que beaucoup de ces étrangers  ressentent  comme  la  preuve  d’une  hostilité  du  « corps  français  traditionnel »  (Gérard  Longuet  dixit)  ou  même  d’une  franche  agressivité  les  débats  sur  l’Islam,  sur  la  laïcité,  sur  l’identité  chrétienne,  il  y  aurait  là  un  signal  fort :  la  nation  française  reste  fidèle  à  l’idéal  républicain.  Nous  ne  sommes  pas  même  certains  que  le  droit  de  vote  des  étrangers,  Européens et autres, doive être dans l’avenir limité aux scrutins locaux. Le premier jalon de  la démocratie moderne a été posé en Angleterre lorsque le Parlement a reçu le pouvoir de  délivrer  des  autorisations  budgétaires.  Par  leurs  représentants,  les  électeurs  pouvaient  décider de la recette fiscale et de son affectation. Il nous semble donc que toute personne  acquittant des impôts même indirects doit être admise à voter pour ceux qui délibèrent sur  leur  utilisation.  Nous  n’avons,  par  cette  proposition,  aucun  souci  de  provocation,  mais  la  simple  volonté  d’enregistrer  une  évolution  de  la  notion  de  citoyenneté  et  d’ouvrir,  pour  l’avenir, un débat dont les termes devront bien sûr être longuement mûris.    En  montrant  qu’elle  est  toujours  capable  de  s’ouvrir  et  de  tolérer  l’altérité,  la  nation  française  renforcera  sa  légitimité.  Elle  l’affaiblira  chaque  fois  qu’elle  s’organisera  de  façon  défensive  en  se  cherchant  toujours,  à  l’extérieur  mais  aussi  à  l’intérieur,  de  nouveaux  ennemis.       

 

64


LA MAISON COMMUNE EUROPÉENNE      Le  projet  d’une  Europe  surplombant  ou  dépassant  les  nations  ou  les  Etats  est  ancien.  C’était  l’orientation  du  Saint‐Empire  et,  nous  l’avons  dit,  celle  des  grands  ordres  monastiques  transnationaux.  C’était  le  rêve  des  ducs  de  Bourgogne  et  de  Charles  Quint  avant d’être celui des Habsbourg. C’était la folie de l’Allemagne Hitlérienne.    Mais les Européens n’ont pas que de mauvais souvenirs communs. L’Europe existait  déjà lorsque s’établissaient, à la fin du Moyen Age, les réseaux de la connaissance diffusée  par les universités de Londres à Milan, de Madrid et Lisbonne jusqu’à Cracovie, en passant  toujours par Paris. Elle s’esquissait aussi dans les échanges philosophiques ou scientifiques  entre  Léonard  de  Vinci,  Erasme  ou  Copernic  et,  plus  tard,  Giordano  Bruno  et  Galilée ;  l’Europe pensait alors contre le cléricalisme. L’Europe s’inventait lorsque les découvertes des  Nouveaux Mondes se donnaient en partage à Sagres, à Venise, ou à Saint‐Dié‐des‐Vosges. Et  l’Europe allait rayonner de toutes ses forces retrouvées et de sa culture ouverte pendant la  Renaissance  alors  même  que  les  marchands  génois,  pisans,  anversois,  hollandais  ou  allemands avaient déjà tracé les chemins européens en inventant le commerce international  et le crédit.    Le dessein d’une Europe politique devait ensuite s’affaiblir durablement à la mesure  du  renforcement  des  Etats‐nations  plus  préoccupés  d’élargir  leurs  marches  par  des  conquêtes  territoriales  que  de  constituer  une  grande  communauté  des  peuples.  Les  égoïsmes  français,  anglais,  espagnols,  portugais,  puis  au  fil  de  l’effacement  de  ces  deux  derniers, autrichiens, russes et allemands faisaient et défaisaient leurs alliances sans aucun  autre souci que celui de leurs guerres incessantes.    La  parenthèse  révolutionnaire  française  allait  certes  relancer  l’idée  de  la  liberté  exportée,  proposée  aux  citoyens  européens.  Napoléon,  à  sa  manière  qui  consistait  plus  à  imposer qu’à proposer, a lui aussi concouru à faire vivre cette idée d’une Europe politique et  aujourd’hui  encore,  si  les  Espagnols  gardent  la  mémoire  des  horreurs  de  la  guerre  d’Espagne,  les  Napolitains  ou  les  Dalmates  conservent  le  souvenir  d’une  France  émancipatrice.    Il faudra cependant deux terribles guerres mondiales et probablement la ponctuation  de la seconde par la bombe atomique pour que ressurgisse le projet d’une Europe unifiée,  projet  puissamment  aidé  par  la  menace  que  la  mainmise  russe  sur  l’est  européen  faisait  peser sur tout le continent.    Les  temps  ne  voulaient  malheureusement  pas  d’une  construction  européenne  directement  politique  et  c’est  la  raison  de  l’échec  du  projet  de  CED,  auquel  il  est  juste  de  reconnaitre  que  les  radicaux  français  ont  contribué.  Ils  ont  aussi  la  fierté  qu’un  des  leurs,  Maurice Faure, ait signé pour la France le traité de Rome.    On peut valablement déplorer aujourd’hui qu’ait alors prévalu le projet d’un marché  commun devenu bien plus tard marché unique. Ce choix, qui était celui du pragmatisme, a 

 

65


durablement  ancré  le  projet  européen  sur  des  bases  où  l’économie,  le  libre‐échange  et  désormais  le  rigorisme  d’une  monnaie  unique  l’emportent  sur  la  politique  et  la  culture.  Même  la  politique  étrangère  de  l’Europe  est  invisible  et  inaudible  tandis  que  la  mutualisation des forces militaires n’en est qu’à ses balbutiements.    Les  radicaux  restent  résolument  fédéralistes.  Pour  autant,  ils  n’entendent  pas  tourner le dos à la Nation ainsi que nous l’avons dit. Ils savent en revanche que l’Europe ne  peut  accéder  à  l’existence  politique  qu’au  détriment  de  l’omnipotence  étatique.  Ils  relèvent  d’ailleurs  comme  un  double  paradoxe  le  fait,  que  dans  la  tradition  de  la  haute  fonction  publique  française,  la  conduite  des  deux  grands  mouvements,  celui  de  la  décentralisation et celui de la construction européenne où se dissout et s’évapore le pouvoir  de l’Etat, soit confiée à ceux qui forment le cœur même de l’appareil d’Etat.    L’Europe est devenue, à force de spécificité de ses institutions, de complexité de ses  réglementations,  étrangère  à  ses  citoyens  comme  l’a  montré,  dans  notre  pays,  le  referendum de 2005.    On ne remettra pas l’Europe sur des rails véritablement politiques si l’on ne repasse  pas  par  des  schémas  éprouvés :  états  généraux  des  peuples  européens,  assemblée  constituante représentative, établissement des règles classiques de séparation des pouvoirs  et  consécration  du  vote  majoritaire  simple.  Cet  effort  suppose  encore  que  la  prise  de  conscience d’une citoyenneté européenne soit facilitée, d’une part par la création d’impôts  directs  communautaires  et,  d’autre  part,  par  la  création  de  grands  services  publics  européens  (eau,  énergie,  transports  ferroviaires,  postes,  etc.)  alors  que  la  logique  de  libre  concurrence a fortement contribué au démantèlement des services publics nationaux.    Nombre de grandes questions ne peuvent à l’évidence plus être réglées dans le cadre  étatique.  L’Europe  fédérale  s’emparerait  de  ces  grands  sujets :  diplomatie  et  défense,  économie et monnaie (avec une latitude budgétaire c’est‐à‐dire un contrôle politique de la  BCE),  politiques  industrielles,  politique  agricole  générale,  fixation  progressiste  des  minima  sociaux et grands problèmes environnementaux. Pour le reste, tout le reste, l’Europe, si elle  veut être admise et comprise, a l’obligation de laisser aux Etats et à leurs collectivités locales  le  soin  de  régler  les  problèmes  au  plus  près  des  citoyens.  Nous  avons  plus  besoin  d’une  Europe  qui  impose  sa  voix  dans  les  discussions  internationales  ou  l’euro  dans  les  mécanismes  d’arbitrage  des  échanges  internationaux  que  d’une  Europe  anonyme  dont  les  bureaux  invisibles  et  par  là  irresponsables  (on  se  reportera  à  Alain  sur  ce  « pouvoir  des  bureaux »)  imposent  un  calibrage  des  fruits  et  légumes  ou  les  graisses  végétales  dans  le  chocolat.    L’Europe doit en un mot s’élever à sa dimension continentale et lui faire honneur. Elle  en  a  l’occasion.  Même  si  elle  suscite  de  nombreuses  controverses  l’idée  de  l’émission  d’eurobonds, ou pour simplifier de grands emprunts européens, nous paraît appropriée en  ce qu’elle applique le meilleur du keynésianisme et réhabilite la volonté politique contre les  arguments de la prétendue impossibilité économique.    La  France  et  son  identité  républicaine  ne  peuvent  toutefois  pas  se  contenter  d’un  sursaut  de  volonté  politique  si  l’Union  Européenne  demeure  gérée  en  application  d’un 

 

66


consensus minimal que l’on pourrait qualifier de « social‐démocrate‐chrétien ». Nous savons  évidemment  que  l’Europe  compte  un  certain  nombre  de  monarchies  et  que  certains  pays  d’Europe orientale ont de la démocratie une vision éloignée de la nôtre. Il ne s’agit donc pas  d’exporter de force la forme républicaine de l’Etat mais d’en proposer l’inspiration au niveau  européen.    Nous  ne  prendrons  qu’un  exemple  celui  de  la  laïcité,  qui  n’est  pour  nous  ni  une  marotte  ni  une  obsession  passéiste  mais  une  préoccupation  constante  pour  l’avenir.  On  entend  souvent  dire  que  la  laïcité  française  n’aurait  pas  d’équivalent  à  l’étranger,  qu’elle  serait incompréhensible et que le mot lui‐même serait impossible à traduire. Cela est faux.  Nombre d’Etats fonctionnent selon le principe laïque de séparation des églises et de l’Etat ;  c’est le cas, nous l’avons dit, de pays musulmans et l’on trouve des militants laïques jusque  dans  l’Etat  confessionnel  d’Israël  ou  dans  le  Liban  voisin  pourtant  organisé  sur  la  règle  d’équilibre du multiconfessionalisme avec tous ses excès (les chantres de l’identité nationale  catholique pourraient d’ailleurs s’interroger sur les alliances de circonstances passées entre  des  chrétiens  libanais  et  les  extrémistes  du  Hezbollah  en  application  du  système  multiconfessionnel).    Les  radicaux,  qui  avaient  constitué  leur  propre  groupe  au  Parlement  européen  de  1994  à  1999,  ont  démontré  par  la  création  d’un  intergroupe  laïque  fort  de  110  députés  venus de dix nations sur quinze et de cinq groupes sur huit que la laïcité n’est pas une idée  indifférente aux Européens. Cet effort ponctuel mérite d’être repris car il est certain que la  France  ne  trouverait  pas  son  compte  de  valeurs  dans  une  Union  Européenne  où  sa  singularité républicaine ne serait plus repérable.      LA FRANCE, NATION CITOYENNE DU MONDE      Depuis  son  humiliante  défaite  de  1940,  depuis  l’échec  de  l’expédition  de  Suez  en  1956,  depuis  les  indépendances  de  ses  « possessions »  entre  1958  et  1962,  la  France  a  dû  réviser  sa  vision  du  monde  passablement  autocentrée  et  réviser  à  la  baisse  ses  ambitions  internationales.  Ce  phénomène  d’affaiblissement  relatif  est  aujourd’hui  accéléré  par  l’émergence  de  nouvelles  puissances  fortes  de  leur  économie  et  de  leur  démographie.  Le  mythe  de  la  puissance  moyenne  à  vocation  mondiale  s’est  effondré.  Autant  dire  que  l’influence  française  dans  le  monde  a  été  revue  à  la  baisse,  au  moins  par  tous  nos  partenaires et les injonctions adressées par Nicolas Sarkozy à la communauté internationale  n’ont pour résultat que de souligner cette dévaluation.    Est‐ce  à  dire  que  la  France  devrait  se  résigner  à  la  disparition  totale  de  son  rayonnement  international ?  Nous  ne  le  pensons  pas.  La  France  a  été  historiquement  la  première nation à envoyer un message de liberté et d’universalisme au monde entier. Ce  fait  lui  donne  des  devoirs  mais  lui  confère  aussi  une  sorte  d’autorité  morale.  Elle  a  également  sauvegardé,  malgré  bien  des  accrocs,  le  lien  de  solidarité  particulière  qui  l’unissait aux pays de son empire colonial. Là également, il en résulte une double réalité de  devoirs  et  de  pouvoirs.  La  France  a  encore  donné  sa  langue  en  partage  à  de  nombreuses 

 

67


nations  et  il  y  a  dans  la  communauté  francophone  dont  les  membres  doivent  être  traités  avec égards, une légitimité internationale particulière.    Quand  elle  aura  opéré  la  mesure  exacte  de  ses  forces  et  faiblesses  et  qu’elle  aura  renoncé  aux  gesticulations  comminatoires  sur  la  scène  internationale,  la  France  devra  se  persuader que la réévaluation de son influence passe nécessairement par l’Europe. La mise  en commun des diplomaties européennes et des moyens militaires qui les concrétisent est  une  des  conditions  pour  que  l’Europe  et  les  nations  qui  la  composent  puissent  contrebalancer la puissance internationale des USA, de la Russie ou de la Chine. Dans l’actuel  débat sur l’immigration que suscitent les révolutions arabes, la France, pays méditerranéen,  devra peser pour faire adopter par l’Union Européenne une autre approche que celle d’une  fortification se défendant tant bien que mal par les barbacanes de Ceuta, de Lampedusa ou  d’Edirne.  A  Marseille,  fondée  par  les  Grecs,  en  Corse  longtemps  génoise,  dans  toute  la  Tunisie, amie de la France malgré la colonisation, on attend de notre pays autre chose que  des discours de rejet au sens littéral du terme. Il n’est bien sûr pas possible d’ouvrir grandes  les portes de l’Europe à une immigration que cette politique ne manquerait pas d’alimenter  au détriment des équilibres sociaux des pays d’origine et des pays d’accueil. Mais on est en  droit  d’attendre  de  la  France  qu’elle  tienne,  au  sein  de  l’Europe,  un  discours  fondé  sur  le  meilleur  de  ses  traditions  et  donc  qu’elle  rappelle  la  très  ancienne  solidarité  méditerranéenne, qu’elle milite en faveur de l’accueil transitoire des réfugiés à la recherche  de la liberté et qu’elle propose un vigoureux effort de développement susceptible de fixer  les candidats à la migration dans leurs pays respectifs.    Pour  parvenir  à  cet  objectif  dans  le  champ  européen,  la  France  doit  renoncer  au  bilatéralisme qui n’est qu’une survivance coloniale et accepter là encore la mutualisation –  qui  est  aussi  une  optimisation  –  des  moyens  d’aide  au  développement.  Ce  renoncement  s’applique évidemment, au‐delà de la vague d’émancipation des pays arabes, à l’ensemble  de la politique de coopération française. Il faut abandonner cette « Françafrique » toujours  décriée  et  toujours  renaissante.  Les  progrès  des  diplomaties  américaine  et  chinoise  en  Afrique  montrent  que  nous  n’y  avons  plus  d’autre  pré  carré  que  celui  des  petites  compromissions  avec  quelques  dictateurs.  Notre  aide  au  développement  serait  autrement  efficace  si  elle  était  mise  en  œuvre  dans  le  cadre  des  accords  de  Lomé  et  de  Cotonou  qui  lient l’Union Européenne aux pays des zones Afrique‐Caraïbe‐Pacifique.    Cette  mise  en  commun  de  nos  moyens  ne  ruinerait  pas  l’influence  de  la  France  puisque,  même  dans  un  cadre  multilatéral,  notre  pays  disposerait  encore  d’atouts  spécifiques.  La  francophonie  en  est  un,  nous  l’avons  dit ;  elle  doit  être  réactivée  et  alimentée  par  des  moyens  matériels  et  financiers  décuplés.  Que  penserait  aujourd’hui  le  plus parisien des écrivains égyptiens, Albert Cossery, s’il considérait notre promiscuité avec  le raïs Moubarak et notre frayeur de la submersion migratoire face au souffle de la liberté ?  La francophonie n’est pas le seul vecteur de notre influence dans ces domaines ; le prestige  culturel  de  la  France  reste  grand  malgré  des cafouillages  aussi  lamentables  que ceux  de la  grande agence qui devait regrouper nos services culturels ou de la chaîne France 24 si mal  engagée.  Mais  la  France  ne  doit  pas  non  plus  renoncer  à  faire  entendre  son  message  spécifiquement laïque dans le champ international. L’Histoire a tracé, grâce aux réseaux de  l’humanisme  philosophique  bien  des  liens  autour  de  la  laïcité,  spécialement  en  Amérique  latine  et  en  Afrique.  Inlassablement,  et  pour  le  coup  même  dans  l’isolement  au  sein  de 

 

68


l’Europe,  la  France  doit  continuer  à  porter  les  principes  de  laïcité  qui  forment  le  socle  de  solutions dont le monde, déchiré en maints endroits par des guerres confessionnelles, a le  plus urgent besoin.    La France dispose d’un autre atout, celui de sa vitalité démographique, la plus forte  en  Europe.  Elle  est,  de  ce  fait,  riche  d’une  force  inemployée,  celle  de  sa  jeunesse.  Il  nous  semble qu’au prix très fort d’une large amplification de l’actuel service civique, nombre de  jeunes  chômeurs  ou  même  de  grands  adolescents  en  déshérence  scolaire  pourraient  être  affectés, pour leur grand profit mais aussi au bénéfice des pays d’affectation, à des missions  de coopération. Pour notre pays, il sera toujours moins coûteux du point de vue budgétaire  et surtout du point de vue social de financer l’activité que de payer au prix fort l’inactivité.  Ainsi pourrait revivre cet esprit d’aventure qui avait porté depuis le XVIème siècle les Français  à  toutes  les  « fins »  du  monde,  un  esprit  dont  nous  déplorons  l’actuelle  anémie.  Ainsi  la  jeunesse  française  pourrait‐elle  aussi  comprendre  que  l’aide  au  développement,  bien  loin  d’être  compassion  ou  charité,  est  la  traduction  concrète  des  idéaux  d’humanisme,  d’universalisme, de solidarité et de fraternité.    Dans  tous  les  autres  grands  domaines  des  relations  internationales,  les  chantiers  ouverts  sont  évidemment  nombreux  et  complexes :  désarmement,  régulation  monétaire,  taxation  des  transactions  financières,  modernisation  des  organisations  internationales,  etc.  Répétons  que  la  France  ne  peut  y  peser  que  par  son  audience  forte  au  sein  de  l’Union  européenne.  La  présidence  tournante  du  G20  n’y  changera  rien :  seule,  la  France  est  impuissante.  Il  nous  apparaît  que,  parmi  ces  chantiers,  il  est  un  devoir  prioritaire  pour  l’Europe  et  donc  pour  notre  pays :  il  faut  d’urgence  remanier  l’Organisation  Mondiale  du  Commerce par la révision du Traité de Marrakech car ce sujet englobe tous les autres. Il est  indispensable  d’introduire  dans  les  règles  de  l’OMC  de  véritables  clauses  sociales  et  environnementales  et  d’imposer  à  tous  les  pays  exportateurs,  d’une  part,  le  respect,  au  moins dans les productions minières et industrielles, des droits de l’homme et, d’autre part,  un  système  de  mise  préalable  de  leurs  produits  sur  leur  marché  intérieur  de  façon  à  accélérer la démocratisation qui suit toujours la hausse du niveau de vie.    Il est bien sûr impossible de traiter ici de toutes les orientations qui s’offrent à une  France dont le désarroi et les peurs sociales pourraient, par l’alchimie politique des valeurs  de  la  République,  se  transformer  en  autant  de  forces.  Nous  avons  simplement  voulu  démontrer qu’à tous les étages allant de l’individu libre, responsable et solidaire jusqu’à la  scène  mondiale,  l’identité  républicaine  demeure  une  singularité  précieuse  et  forte  de  tous  les horizons où elle peut se manifester. Notre identité n’est ni rabougrie ni peureuse mais  elle peut devenir beaucoup plus rayonnante encore. 

 

69


70


CONCLUSION PROVISOIRE     

QUE LA FRANCE SE RESSAISISSE !          Au sens habituel, se ressaisir signifie que l’on retrouve son calme et son sang‐froid. Il  nous  semble  que  la  France  ‐  et  surtout  ceux  qui  parlent  en  son  nom  ‐  trouverait  bénéfice  aujourd’hui à revenir à un discours moins exalté et à des actions moins agressives tant dans  le  souci  d’assurer  la  cohésion  sociale  intérieure  que  dans  la  pratique  quotidienne  de  nos  relations  extérieures.  La  France  est  en  termes  métaphoriques  un  fleuve  large,  profond,  puissant  qui  vient  de  très  loin ;  ce  n’est  pas  un  ruisseau  épisodique  agité  par  des  sautes  d’humeur  comme  le  serait  un  torrent  et  tari  l’instant  d’après  par  le  moindre  caprice  du  temps. Du calme donc, tel était notre premier message.    Mais se ressaisir, c’est aussi se rassembler, mobiliser tous ses moyens et ses atouts.  La première responsabilité des dirigeants français doit être la mise en œuvre de toutes les  politiques  de  solidarité  qui  rassembleront  la  Nation  plutôt  que  d’inciter  par  des  discours  extrémistes  et  par  des  actes  discriminatoires  au  renforcement  de  divisions  déjà  trop  visibles.  Se  rassembler  signifie  encore  que  l’on  fait  appel  à  toutes  les  valeurs  qui  ont  contribué à l’édification de la République pour donner à celle‐ci son visage le plus ouvert, le  plus tolérant et son image la plus rayonnante. Empruntons à Jean‐Noël Jeanneney sa belle  formule, « l’avenir vient de loin », pour signifier que nous croyons aux forces de la mémoire  si  elles  nous  aident  à  prospecter  le  futur  et  à  peser  pour  le  rendre  meilleur  dans  le  mouvement sans fin du progrès et de la justice.    *    Notre  deuxième  souhait,  manifeste  dans  l’élaboration  de  notre  contribution,  était  d’opérer  un  déminage  idéologique  des  débats  en  cours  autour  de  l’immigration,  de  la  laïcité et de l’identité nationale. Nous avons clairement dit que nous étions attachés à l’idée  de Nation, que nous respections toutes les religions respectueuses de la loi commune et que  nous étions conscients du fait que l’immigration doit être régulée de façon responsable et  pragmatique  plutôt  que  par  des  postures  candides  où  la  générosité  du  discours  est  contredite  par  les  réalités  sociales.  Cela  devait  être  réaffirmé.  Il  reste  que  nous  avons  eu,  comme beaucoup de républicains, le sentiment que des concepts essentiels dans la longue  maturation  de  notre  République  –  identité,  nationalité,  citoyenneté,  laïcité  –  étaient  manipulés, vidés  de  leur  sens  ou  employés  à contre‐sens  avec  des  buts  peu  honorables.  A  marauder sur les terres de l’extrême‐droite en instrumentalisant et en déformant les valeurs  républicaines,  on  ne  fait  que  donner  un  consentement  inacceptable  des  plus  hautes  autorités  de  l’Etat  à  la  problématique  exposée  par  les  extrémistes  et  in  fine  aux  solutions 

 

71


que l’extrême droite propose. Un peu comme le disait Churchill de Chamberlain et Daladier,  en sacrifiant l’honneur pour avoir la paix, on est déshonoré et l’on récolte la guerre. C’est ce  qu’indiquent  les  enquêtes  d’opinion  parues  depuis  que  nous  avons  entrepris  ce  travail.  La  droite soi‐disant républicaine n’a rien à gagner en se jetant dans les marécages du racisme et  de l’islamophobie. La République, elle, a tout à perdre dans cette capitulation où de pauvres  masques prétendument républicains ne dissimulent pas le visage trouble, figure d’un futur  potentiellement proche, d’une droite réconciliée avec les extrémistes, ce qu’annoncent déjà  les discours de certains membres de l’UMP ou les pronostics d’un A. Minc qui voit l’alliance  Sarkozy‐Le Pen  comme  une  sorte  de  CDU‐CSU  à  la  française.  Si  tel  est  le  chemin  que  veut  emprunter la majorité de la droite, nous le déplorons tout en disant, somme toute, libre à  elle ! Mais nous ne tolérons pas que, pour justifier ce cheminement vers le pire, on utilise  dans une terrible distorsion les principes républicains qui nous sont les plus chers.    *    Notre troisième objectif était non pas de provoquer, nous n’avons pas cette vanité,  mais  d’accompagner  l’inévitable  sursaut  des  républicains.  Nous  avons  eu  la  joie  de  constater que des voix très éminentes de l’actuelle majorité avaient mis le Président de la  République  et  leur  propre  parti  en  garde  contre  les  dangers  de  dérive,  de  divisions  que  portaient  inévitablement  des  discours  et  des  projets  qui  sont  comme  un  souffle  sur  les  braises  jamais  totalement  éteintes  des  haines  nationales.  Et  nous  avons  eu  aussi  le  plaisir  d’enregistrer  le  fait  que  l’incantation  républicaine  avait  fait  reculer  de  façon  significative  ceux qui étaient engagés dans cette funeste voie. Le sursaut doit s’amplifier.    *    C’est pourquoi nous avons comme troisième objectif de réunir pour un vaste échange  tous  ceux  que  nous  regardons,  au‐delà  des  systèmes  d’alliances  et  du  mur  de  la  bipolarisation, comme d’authentiques républicains. Nous souhaitons dialoguer bien sûr car  notre vision de notre pays et de son identité n’est pas figée en une forme dogmatique. Nous  savons que beaucoup de sujets n’ont pas été évoqués dans ce cahier et que, même sur les  questions  traitées,  les  radicaux  ont  aussi  à  apprendre  de  tous  les  défenseurs  de  la  République.  Cependant,  cette  défense  n’est  pas  une  activité  de  club  ou  une  quelconque  halte commémorative. Nous espérons que les rencontres imaginées par les radicaux seront  suivies  d’effets  politiques.  Il  ne  s’agit  pas  de  constituer  une  sorte  de  front  ou  d’arc  républicain qui serait en tout état de cause prématuré. Il s’agit moins encore de bouleverser  les  alliances  existantes  à  l’issue  d’un  dialogue  sur  nos  valeurs  communes.  L’identité  républicaine  ne  saurait  être  prétexte  à  nous  dépouiller  de  nos  identités  politiques  respectives. Le véritable objectif est donc de parvenir à énoncer les termes – qui peuvent  être  rassemblés  autour  de  quelques  propositions  concrètes  et  susceptibles  de  produire  le  plus  large  consensus  –  d’un  véritable  pacte  républicain.  Si  cette  définition  minimale  de  notre  conception  de  la  République  peut  être  élaborée,  elle  pourra  ensuite  être  adressée,  sous  l’autorité  des  formations  politiques  participantes  mais  aussi  des  personnalités  ayant 

 

72


contribué à sa mise au point, à tous les partis qui concourent à l’élection présidentielle. Ce  ne  serait  pas  une  sommation  ou  une  injonction  et  chacun  des  destinataires  aurait  toute  liberté pour se prononcer sur les propositions du pacte républicain. Nous dirons, en toute  humilité, que ce pacte serait en quelque sorte l’ordre du jour de Valmy adapté à un temps  de paix sociale compromise.    *    Pour  organiser  les  échanges,  les  rencontres  et  pour  élaborer  le  pacte,  nous  avons  choisi de rassembler autour de l’identité républicaine. Cette formulation n’est peut être pas  la  meilleure  mais  elle  nous  a  paru  appropriée  en  ce  qu’elle  est  débarrassée  de  toutes  les  ambiguïtés qui encombrent d’autres notions. L’identité républicaine n’est pas un  état, une  photographie et pas plus un moment. C’est une exigence forte et vivante par laquelle notre  passé  trace  notre  chemin  futur.  Telle  qu’elle  est,  la  formule  sera  également  soumise  à  la  délibération  commune  lors  de  nos  rencontres  du  16  avril.  A  ce  stade,  elle  nous  a  paru  capable de rassembler les républicains.    Nous avons enfin à cœur de préciser ici que les nécessaires mises au point relatives à  l’identité  républicaine  ne  doivent  aveugler  personne  sur  l’intensité  et  l’acuité  des  problèmes sociaux du moment. Ce fut un des graves défauts fondateurs du pseudo‐débat  sur l’identité nationale que d’avoir été lancé avec le souci principal de faire diversion. Nous  voyons  au  contraire  que  la  réflexion  sur  l’identité  de  notre  République,  loin  d’être  pure  spéculation  philosophique,  est  le  nécessaire  préalable  à  des  réflexions  sur  les  politiques  à  mener  pour  renforcer  la  cohésion  sociale.  Chacun  de  nos  interlocuteurs  restera  libre  d’avancer ses propres solutions dans ce domaine même si notre accord sur la délimitation  du socle républicain s’avère solide.    Pour  leur  part,  les  radicaux,  quand  ils  auront  salué  les  Lumières,  la  Révolution  française,  les  combattants  de  juillet  1830,  la  République  de  1848,  la  Commune  ou  la  Résistance,  seront  d’autant  plus  persuadés  que  les  lourdes  interrogations  de  nos  concitoyens  sur  le  chômage,  le  pouvoir  d’achat,  le  logement,  la  santé,  l’éducation,  l’affaiblissement des autres services publics et l’évidente iniquité de notre système fiscal  sont les véritables priorités de tous les progressistes.    La  réflexion  sur  l’identité  républicaine  n’aura  donc  pas  été  une  pause  ou  une  évocation nostalgique. Elle fournira des arguments une fois de plus vérifiés pour reprendre  le chemin de la justice et du progrès.           

___________________________

 

73


74


75


13 rue Duroc  75007 PARIS  Tél. : 01.45.66.67.68  Fax : 01.45.66.47.93  prg@prg.com.fr           

 

76


Identité Républicaine