Issuu on Google+

Chronique Christian Turpin

politique

Le réveil national et les présidentielles de 2012-2017

102 pages – 12 €

Ce petit livre est troublant. Partant de l’hypothèse d’une histoire cyclique, l’auteur annonce un réveil national en 2012 ou, plus vraisemblablement, en 2017. Ce réveil national pourrait, bien sûr, être le fait du Front national, mais il pourrait tout aussi bien venir d’une gauche hostile à la mondialisation et redevenue patriote. Nous ne saurons que plus tard si ces « prophéties » sont sérieuses, mais, d’ores et déjà, il est intéressant, pour comprendre notre société, de se pencher avec Christian Turpin sur ces comparaisons historiques et l’association surprenante entre les actuels partis politiques français et certains régimes de l’Antiquité…

O

n est bien obligé de juger les hommes politiques sur ce qu’ils disent, même si l’on sait qu’ils ne disent pas toujours ce qu’ils feront, et ne font pas souvent ce

qu’ils disent. Et même s’il arrive que les devins aient raison ! Ceux qui savaient que le général De Gaulle abandonnerait l’Algérie… Ou que Sarkozy augmenterait les impôts… Mais, d’une façon générale, les hommes politiques s’efforcent de tenir leurs promesses. On a pu calculer que François Mitterrand avait mis en œuvre 80 % de ses 110 propositions de 1981. Et l’Institut Thomas More, avec son 9e baromètre, crédite Nicolas Sarkozy d’une réalisation à 50 % de ses promesses. C’est la raison pour laquelle il faut noter soigneusement tout ce qu’ils promettent, sur le chapitre des réformes, des changements, ou bien des objectifs. Y compris des objectifs aussi incertains que ceux portant sur l’emploi, les prix, la croissance, les grands équilibres…

!

ABONNEZ-VOUS

Bulletin d’abonnement

8

<www.dumait.fr> Alain Dumait 68 ans

Une campagne sans candidat de droite…

Kapsos Éditions À commander auprès de notre service abonnements (+ 4 € de port)

Alain Dumait

Lecteurs occasionnels abonnez-vous ! Lecteurs déjà abonnés abonnez vos amis! n OUI, je souhaite m’abonner pour 6 mois (soit 25 numéros) à la revue « Les 4 Vérités hebdo » au prix de 30 € TTC (TVA à 2,10 % incluse) par chèque joint NOM ...............................Prénom ............................ Adresse ................................................................... Code Postal .....................Ville ................................. Téléphone ...............................................................

Signature :

4VÉRITÉS

LES

BON À RETOURNER

La publication anti bourrage de crâne

HEBDO

Les 4 Vérités Hebdo — Service abonnements 18 à 24, quai de la Marne — 75164 Paris Cedex 19 Par notre intermédiaire, vous pouvez recevoir des propositions commerciales, politiques ou associatives. Si vous ne le souhaitez pas, cochez cette case : r

LES 4 VÉRITÉS HEBDO N° 834 VENDREDI 23 MARS 2012

Sur ce critère – leurs déclarations, leurs engagements –, on voudrait tout d’abord classer l’ensemble des candidats sélectionnés sur l’axe droite/gauche. Et là, stupeur ! aucun candidat ne se réclame de la droite. Strictement aucun ! En 2007, Nicolas Sarkozy s’était luimême présenté comme un candidat « de droite ». En 2012, ce n’est plus le cas. Je ne me souviens plus si, en 2007, Jean-Marie Le Pen se disait « de droite ». Mais personne n’en pouvait douter. Tandis qu’avec sa fille Marine, on peut non seulement s’interroger, mais aussi remarquer que ses références sont de plus en plus souvent « à gauche », voire très « à gauche » (Cf. « Pour que Vive le France », 256 pages, 15 €, Grancher Éditions). On ne s’étonnera pas que François Bayrou ne se dise jamais de droite. Mais on est surpris que Nicolas Dupont-Aignan, au nom de son gaullisme souverainiste, refuse lui aussi cette étiquette. Ce serait pourtant une façon intelligente de se distinguer… Je sais qu’il est de bon ton, dans les médias dominants, de nier ce clivage droite-gauche. Ce qui ne les empêchera pas, dès le lendemain du 22 avril, de considérer qu’il y aura un candidat « de gauche » et un candidat « de droite », distinction qui sera immédiatement endossée, si ce n’est par le candidat dit « de droite », en tout cas par ses électeurs. Car, de tout temps, les électeurs, au moment crucial de voter, savent très bien se situer sur cette échelle droite-gauche. Comment expliquer qu’aucun candidat ne cherche à parler ouvertement à cette fraction de l’opinion qui représente pourtant entre 50 et 55 % du corps électoral ? Je propose l’explication suivante : comme les journalistes sont euxmêmes très « à gauche », les candidats, pour se concilier leurs bonnes

Reproduction intégrale vivement conseillée avec mention d’origine

grâces, préfèrent apparaître comme faisant partie du même monde intellectuel. Qui partage une forme ou une autre de détestation de « la droite ». Bien sûr, au-delà de ce constat nominal, on peut se demander si les thèmes abordés et les propositions faites sont plutôt « de droite » ou « de gauche ». Mais, si l’on veut « retraiter » le positionnement de chaque candidat sur cet axe droite-gauche, il faut faire très attention, car la plupart des thèmes politiques ont été tour à tour « de droite » ou « de gauche ». C’est vrai de la préférence nationale (longtemps magnifiée par la gauche, comme le montre Pierre Milloz dans son dernier ouvrage, « Le cosmopolitisme ou la France », 236 pages, 24 €, éditions Godefroy de Bouillon). C’est vrai du libre-échange (valeur « de gauche », jusqu’à la première guerre mondiale). Ou de la défense de l’environnement, plutôt « à droite », avant que les verts-pastèques ne s’en emparent. Quant au critère de la liberté individuelle, pour entreprendre ou simplement s’exprimer, pour important qu’il soit, il ne saurait être accaparé par un camp ou par l’autre. D’autres proposent d’apprécier les discours politiques sur une échelle conservatisme-révolution. Ce qui reviendrait à mettre « à droite » toutes les forces du conservatisme social, syndicats compris… Le plus simple et le plus honnête, selon moi, reste donc de considérer comme « de droite » ceux qui se disent tels. Si bien que, dans cette campagne de premier tour, tout se passe comme si nous n’avions que des candidats « de gauche » ou « d’extrême gauche » et aucun « de droite ». Ce qui laisse fort perplexe une grande partie d’entre nous. Au point d’envisager de s’abstenir, ou de voter blanc, le 22 avril 2012… n


ISSN 0151-2439

VÉRITÉS 4

VENDREDI 23 MARS 2012

N° 834

LES

La publication anti bourrage de crâne

HEBDO

ÉDITORIAL n Jean Rouxel Jean-Luc Mélenchon et la gauche fanatique e l’avis général, Jean-Luc Mélenchon, talentueux tribun de la gauche la plus fanatique, mène actuellement une excellente campagne. Signe de l’enthousiasme qu’il soulève, le héraut des « damnés de la terre » (qui, quant à lui, n’est pas vraiment au SMIC !) a réuni plusieurs dizaines de milliers de sympathisants à la Bastille, pour commémorer la Commune et prêcher l’avènement de la VIe République. Curieusement, il n’y a pas eu, pour ce rassemblement, les classiques batailles de chiffres. Les organisateurs ont annoncé 120 000 personnes. Et des journalistes ont déclaré, contre tout bon sens, qu’il n’y avait aucun représentant de la Préfecture de police et que l’on ne savait donc pas si ces chiffres étaient réels ou non. À mon humble avis, les chiffres devaient être beaucoup plus faibles. Mais Nicolas Sarkozy étant allié objectif de Mélenchon contre Hollande, a voulu favoriser le premier. Si l’on se contentait d’observer la technique électorale, on ne pourrait qu’applaudir l’artiste. Mais, il est effarant qu’en 2012, plus de vingt ans après la chute de l’empire soviétique, la France compte encore un Parti ouvertement communiste crédité de 10 % des intentions de vote et de dizaines de milliers de sympathisants.

D

Dessin de MIÈGE

4VÉRITÉS

LES

La publication anti bourrage de crâne

HEBDO

LES 4 VÉRITÉS 2012 © Publication hebdomadaire (CPPAP N° 1114, I 82 712) Tél. : 01 46 88 09 78 <redaction@les4verites.com> <http://www.les4verites.com>

(webmaster : <webmasteur4v@les4verites.com>)

Siège : 25, rue des Bas 92 600 Asnières – (GT Éditions SARL) Abonnements : 4 Vérités-DIP 18 à 24, quai de la Marne 75 164 Paris Cedex 19 01 44 84 85 48 (Dominique <dominique.varenguin@dipinfo.fr>) ou http://www.les4verites.com Directeur de la publication : Guillaume de Thieulloy Conseiller éditorial : Alain Dumait Rédaction : Jean Rouxel (rédacteur en chef) Le numéro 1,20€ Abonnement 50 numéros 60€ TTC Abonnement de soutien à partir de 100€ Personnes morales (entreprises ou administrations) : 200€, TVA à 2,10 % en sus Imprimerie : Delcambre, Pantin (93) Également disponible en format numérique (nous consulter) Fichiers déclarés à la CNIL (N° 672024) Exemplaire gratuit sur simple demande écrite

Naguère, Jospin se félicitait d’avoir des ministres communistes, faisant mine de ne pas voir le problème. Manifestement, Hollande n’y voit pas davantage d’inconvénients. Eh bien, « camarades », je vais vous éclairer : un parti qui s’enorgueillit d’adhérer à une idéologie qui a causé plus de 100 millions d’assassinats est-il vraiment un parti « comme les autres » ? Vous qui passez vos journées à vous interroger doctement sur ce sujet, à propos du FN, qui, que je sache, ne se raccroche à aucune doctrine totalitaire, pourriez peut-être réfléchir à cet aspect des choses. À ce propos, il est intéressant de noter que les intentions de vote pour Mélenchon ont explosé dès qu’il a commencé à s’en prendre à Marine Le Pen, au lieu de s’en prendre à Hollande… En tout cas, la présence si forte d’un important parti marxisteléniniste dans la vie politique française tire tous les partis vers la barbarie: Marine Le Pen cite Marx avec approbation, Hollande s’apprête à gouverner avec des ministres communistes, et Sarkozy jette de l’huile sur le feu révolutionnaire, préférant, pour des raisons de pure tactique électoraliste, un fanatique à un socialdémocrate. C’est la France, et d’abord les plus modestes des Français, qui paient le prix fort de cette absurdité! n

«

N’attends pas que les événements arrivent comme tu le souhaites. Décide de vouloir ce qui arrive et tu seras heureux. Épictète

»

SOMMAIRE

2Â 3Â 4 5 6Â 7Â 8

Sarkozy, Hollande et la dette publique par Gilbert Capy

Chiffres Significatifs

Pourquoi je ne voterai pas Sarkozy

par Guy Millière

Divers faits Votre opinion nous intéresse Le courrier des lecteurs

Il ne faut pas légaliser le mariage gay !

par Jean Tevilo

Démagogie et égalitarisme

par Serge Douplitsky

Communication

Le modèle allemand pour sortir de la crise par Bernard Trémeau

Sic

La chronique politique

d’Alain Dumait

Abonnez-vous et faites abonner vos amis à notre lettre d’informations gratuite et hebdomadaire. Rendez-vous sur notre site internet : < www.les4verites.com >


Chiffres Significatifs

ALLEMAGNE > 7,8 millions de salariés allemands (soit 23,1 % des salariés) ont touché un salaire inférieur à 9,15 euros bruts de l’heure en 2010. Parmi eux, 1,4 million ont même touché un salaire inférieur à 5 euros bruts de l’heure. AVORTEMENT > 36 % des étudiantes françaises ont déjà eu recours à la « pilule du lendemain » et 2 % à un avortement chirurgical. VACANCES > En 2011, les Français sont plus partis en vacances qu’en 2010 : +2,7 % pour les vacances en France et +7,1 % pour les vacances à l’étranger. GRIPPE > Entre le 1er janvier et le 15 mars, 4,5 millions de personnes ont consulté un médecin pour la grippe en France métropolitaine. EAU > En moyenne, un foyer français habitant un appartement de 120 m2 consomme 150 litres d’eau par jour, ce qui correspond à une facture mensuelle de l’ordre de 36 euros (le mètre cube est facturé en moyenne 3,62 euros). TVA > La Cour des comptes estime que la fraude à la TVA coûte à l’État autour de 10 milliards d’euros par an. Ce qui représente un détournement de l’ordre de 7 % des recettes de la TVA (132 milliards). DÉFICIT > Le déficit commercial de la France pour 2011 s’est finalement élevé à 70,1 milliards (et non 69,6 milliards, comme le disaient les premières estimations de février 2012). ÉLECTIONS > En 2011, 4,5 millions de Français se sont inscrits sur les listes électorales (contre 4,8 millions en 2006), parmi lesquels 850000 jeunes majeurs ont été inscrits d’office, sans démarche de leur part.

2

Économie Économie Mensonge socialistes sur la dette publique

H

ollande attribue à Sarkozy toute la responsabilité de l’augmentation de la

dette. L’IFRAP, fondation qui étudie depuis 1985 l’efficacité des politiques publiques, a détaillé cette augmentation.

L’accroissement de la dette de la France pendant la législature 2007-2012 s’établit à 510 milliards d’euros. En voici le détail, selon l’IFRAP : 1) Le déficit structurel cumulé sur 5 ans résultant d’un budget en déficit chronique depuis 1974 sur la base d’une redistri-

Pôle Emploi Je m’occupe d’une entreprise de réinsertion par l’économique dans le domaine logistique. Fin janvier, nous avons eu besoin de 3 chauffeurs livreurs et nous avons communiqué l’offre d’emploi au Pôle Emploi. Nous avons reçu 24 CV, parmi lesquels il y avait 6 personnes sans permis ; 6 Assediciens (ce que je nomme ainsi, ce sont des personnes qui travaillent 5-6 mois, puis s’arrêtent 18 mois, payés alors par l’Assedic) ; un était mécanicien-soudeur depuis 24 ans ; un avait 19 ans d’expérience en électricité et électroménager ; un avait passé 10 ans en tant que chef d’atelier et 8 ans gérant de SARL ; un était agent de sécurité depuis 8 ans ; un était maçon depuis 22 ans ; un ne parlait pas le français ; un autre était parti 16 ans au Maroc, avant de revenir en France ; un était peintre en bâtiment depuis 5 ans et c’était son premier travail ; un était spécialiste des télécommunications ; un, après un CAP et un Bac Pro en électrotechnique, avait exercé 4 métiers différents ; un avait été usineur-monteur, avant de travailler dans la restauration… Il n’y avait aucune femme. Par ailleurs, d’après leurs noms, 20 étaient probablement issus de l’immigration récente. Nous en avons convoqué quatre, trois se sont présentés au rendez-vous, et nous en avons embauché un. Cet échantillon me conduit à quelques réflexions : 1) Il serait souhaitable de trouver un système qui pénalise progressivement les Assediciens. 2) La quasi-totalité des postulants n’avait pas dépassé le niveau de 3e, faute d’apprentissage. 3) Pourquoi tant de personnes veulent-elles changer aussi souvent de travail au cours de leur vie active ? 4) Pourquoi vouloir changer, quand on a une pratique d’au moins 10 ans dans un domaine ? 5) Les employés de Pôle Emploi sont débordés, mais une aide informatique leur permettrait de mieux suivre les chômeurs dont ils ont la charge. 6) Les conseillers de Pôle Emploi avaient trouvé pour presque tous les candidats des compétences en logistique, parfois jusqu’à « Assure le premier niveau d’entretien du véhicule » ! 7) Les métiers deviennent de plus en plus techniques (même celui de chauffeur-livreur) et une formation pourrait remettre en selle certains chômeurs qui n’ont pas pu suivre ces évolutions. Jean-Paul Baron <jeanpaul.baron@gmail.com>

LES 4 VÉRITÉS HEBDO N° 834 VENDREDI 23 MARS 2012

Gilbert Capy <cpy.gbt@cegetel.net>

bution de revenus mise en place par les socialistes : 298 Mds. 2) Le déficit imputable à la crise, représentant notamment une chute brutale des recettes de TVA, est de 212 Mds. 3) Le déficit cumulé dû à la réduction des recettes par le gouvernement en 2007 est de 17,6 Mds. Il a été compensé par une augmentation de recettes en fin de mandat de 40 Mds, soit un solde positif de 22,4 Mds. Cela montre le mensonge éhonté et grotesque des socialistes, qui passent sous silence que la politique débridée de redistribution qu’ils ont eux-mêmes mise en place représente 58 % de l’augmentation de la dette. La part due à la crise représentant 42 %. L’action imputable au gouvernement, destinée à favoriser le développement de l’activité économique (travailler plus pour gagner plus), ne représente que 3,5 % du déficit. Ce dernier a été compensé par des recettes en fin de mandat, ramenant à un solde positif de 1,9 %, qui, intégré en diminution au déficit chronique, le ramène à 60 % de l’augmentation intrinsèque de la dette et non plus 58 %. Voilà comment on caviarde la réalité pour redonner le pouvoir à ceux qui sont responsables directement de 60 % d’augmentation de la dette publique pendant le dernier mandat présidentiel de 5 ans ! n

Immigration « Non, l’immigration n’est pas un droit ! » Alain Juppé

Reproduction intégrale vivement conseillée avec mention d’origine


Guy Millière < mguymilliere@aol.com >

L’honneur perdu du Président Sarkozy

C

n’ai pas entendue dans la bouche du Président sortant. Je ne voterai pas François Hollande. Je ne voterai pas Marine Le Pen, car le Front National ne s’est pas débarrassé d’anciens oripeaux et se situe économiquement aujourd’hui à la hauteur du Front de gauche, ce qui est tomber bien bas. Je sais que François Bayrou n’a aucune chance. Je ne voterai pas Nicolas Sarkozy. Je ne pourrai le faire en raison de son bilan. Ni en raison de ses thèmes de campagne. Si le mot « opportuniste » n’existait pas en langue française, il faudrait l’inventer pour Nicolas Sarkozy. Il avait promis, en entrant en campagne, une proposition par jour. Sur ce plan, il ne déçoit pas. Il fait véritablement feu de tout bois. Après avoir foulé aux pieds le référendum sur le traité constitutionnel européen, il parle désormais de la nécessité impérative de recourir au référendum, sur deux ou trois sujets de son choix. Tout en se faisant le chantre du « pacte fiscal » voulu par l’Allemagne et en se proclamant adepte fervent d’un renforcement de l’absolutisme technocratique de l’Union européenne, il se promet de défaire un volet de l’Union européenne dont il soulignait la validité voici quelques semaines encore, les accords de Schengen. Tout en dénonçant les hausses d’impôts voulues par les socialistes, il promet de créer un impôt minimum sur les entreprises, de créer une TVA sociale, dont Alain Madelin a magistralement démontré l’inanité, et, pour couronner le tout, affirme

e titre a déjà été utilisé, je le sais. Et il a été utilisé par des gens de gauche. Je le reprends à mon compte, car il me semble traduire ce qui se joue dans cette campagne électorale. J’ai déjà eu l’occasion de l’écrire : le bilan de Nicolas Sarkozy est essentiellement nul. Je le déplore, mais c’est ainsi. Il n’a quasiment rien fait pour restaurer la liberté économique. Il n’a pas allégé les prélèvements obligatoires. Il n’a pas réformé l’État-providence en redonnant un rôle, même minime, au marché et à la concurrence : il a pratiqué différentes formes de replâtrages destinés à durer, au mieux, quelques années. Il a cédé à diverses lubies écologistes. Confronté à des émeutes dans des banlieues islamisées, il a expulsé des Roms, façon pusillanime, xénophobe, et lamentable, de détourner les regards. Il n’a pas inversé la courbe du déclin. En politique étrangère, il s’est mis tout à la fois à la remorque de Barack Obama et à celle d’Angela Merkel, tout en poursuivant la politique arabe de la France et en faisant de l’armée française les troupes supplétives d’al Qaïda en Libye. Présenté comme « ami d’Israël », il a poussé le zèle jusqu’à voter l’admission d’un État palestinien à l’UNESCO. On me dit que, s’il est élu, François Hollande fera pire, et, quand je regarde qui s’avance derrière François Hollande, je le crois volontiers – tout en constatant, car je suis honnête, que j’ai entendu François Hollande parler plusieurs fois d’esprit d’entreprise, expression que je

Reproduction intégrale vivement conseillée avec mention d’origine

vouloir faire payer les Français aux taux fiscaux français où qu’ils soient établis sur la planète, ce qui impliquerait de renégocier un minimum de 150 conventions fiscales. Reprenant des idées protectionnistes au programme du FN, il les habille d’un vêtement européen et va chercher, en guise de justification, une loi américaine datant de la présidence Franklin Roosevelt, en 1933, ce qui montre qu’il regarde vers le futur ! Pour séduire les électeurs de Marine, il lance un débat sur le hallal, qui se transforme en débat sur le kasher. Avec des accents dignes de Bonaparte durant la campagne d’Égypte, il promet de « forcer » les Israéliens et les Palestiniens à faire la paix. Partout où une usine ferme, il vient proposer des milliards, comme un pompier volant. Le « Wall Street Journal », outré par cette agitation multidirectionnelle et par les relents douteux qu’elle porte, a, voici peu, consacré à ce sujet un article intitulé « Nicolas Le Pen ». Ce qui est désobligeant pour la famille Le Pen. Pour ma part, j’ai parlé, ailleurs, de tendances poutiniennes. Je suis et je reste libéral, conservateur au sens lockéen du terme, et je ne peux que faire état de ma consternation. n

Islam modéré! « La charia doit être introduite très progressivement en Égypte : il faudra attendre au moins cinq ans avant que ne commence la loi pour couper les mains des voleurs. » Yusuf al-Qaradawi, chef spirituel des Frères musulmans

VENDÉE > Le Puy du Fou, créé en 1978 par Philippe de Villiers pour retracer l’histoire de la Vendée, a été le premier parc d’attractions français à recevoir le Thea Classic Award (récompensant le plus beau parc d’attractions du monde), samedi 17 mars, à Los Angeles. BUDGET > En moyenne, les Français qui pensent partir en vacances en 2012 prévoient d’y consacrer un budget de 2 300 euros. DOUANES > Les services des douanes ont saisi près de trois tonnes de stupéfiants en Ile-de-France, au cours de l’année 2011, pour une valeur globale de 43 millions d’euros. Dans le même temps, ils ont aussi placé sous séquestre 21,6 millions d’euros d’argent sale. Enfin, ils ont saisi, toujours dans la région capitale, 2,5 millions d’objets contrefaits. APPLE > La société informatique Apple est valorisée autour de 470 milliards de dollars, soit presque autant que Microsoft et IBM réunis. OUVERTURE > 80 % des Français souhaitent que le nouveau président intègre au gouvernement des personnes n’appartenant pas à sa formation politique. Ce chiffre s’élève même à 91 % des sympathisants UMP. INCONTINENCE > On estime que 3 millions de Français sont concernés par l’incontinence urinaire. ABSTENTION > 29 % des Français déclarent ne pas vouloir voter au premier tour des présidentielles.

LES 4 VÉRITÉS HEBDO N° 834 VENDREDI 23 MARS 2012

3

Divers faits

Politique Politique

RADAR > Le radar le plus « productif » de France en 2011 a été un radar situé sur l’A41, entre Annecy et Genève. En moyenne, il a « flashé » 462 véhicules par jour.


Votre opinion nous intéresse

«

» Courrier des lecteurs Nous écrire, c’est courir le risque d’être publié…

Riches (2)

Mensonges

«

rançois Hollande ment quand il prétend réduire les déficits. Son hypothèse de croissance (plus de 2 %) est irréaliste et c’est pour cela qu’il veut renégocier le traité européen. Il ment quand il affirme vouloir réduire la part du nucléaire à 50 %, alors qu’il ne fermera qu’un seul réacteur sur la vingtaine prévue dans l’accord avec les Verts. Il ment quand il annonce réduire l’immigration clandestine, alors que la gauche a toujours régularisé les clandestins. Il ment en proposant de réformer l’État pour réduire les déficits, car il veut procéder par décentralisation, ce qui ne diminue pas le poids de l’administration. Il ment en niant être pour l’euthanasie. Il ment quand il refuse de dire qu’il aurait des ministres communistes. Plus l’échéance approche, plus les masques tombent.

F

»

Albert Bonnenfant <albert-bonnenfant@orange.fr>

Riches (1)

«L

e PS n’a pas encore compris que les « riches », qu’il hait, sont pour la plupart des chefs d’entreprise qui prennent des risques et développent l’emploi !

»

«

roposant l’instauration d’un taux d’imposition confiscatoire pour les « riches », M. Hollande admet que la mesure ne rapportera pas un centime à la France. Pour le PS, il importe peu d’être riche ; il faut surtout que les autres ne le soient pas…

P

»

François Le Vert <annelevert2@wanadoo.fr>

Décentralisation

«N

icolas Sarkozy n’a pas osé supprimer les départements, qui constituent un rouage de trop dans notre très complexe et onéreuse organisation administrative. Pour y remédier partiellement, il a opté pour une voie moyenne consistant à fondre conseillers régionaux et généraux en conseillers territoriaux, avec une économie de postes qui lui a valu bien des inimitiés. La gauche prévoit évidemment d’annuler cette réforme, afin de rétablir tous ces postes de conseillers et de « résoudre » ce grave problème d’enchevêtrement des compétences locales par un nouvel échelon de coordination ! Il est, hélas, évident que la popularité de nos dirigeants dépend essentiellement du nombre de postes créés.

»

Charles-Bernard de Préval Dijon (21)

Référendum suisse

Immigration

«

e thème de l’immigration est indéniablement l’un des points forts de la campagne. À gauche, la réponse est toujours la même, à savoir que le robinet restera grand ouvert et que son débit sera même augmenté avec la régularisation « au cas par cas » des clandestins. Pour l’UMP, le quota d’entrées devrait être plafonné à 100 000. François Bayrou estime qu’il n’y a dans notre pays que 3,5 millions d’étrangers et que l’immigration n’est donc pas un problème ! Quant à Marine Le Pen, elle prévoit de ramener à 10 000 le nombre d’étrangers acceptés annuellement sur le territoire au lieu des 200 000 actuellement recensés par le ministère de l’Intérieur. Par contre, personne ne semble avoir été tenté par une autre option, qui consisterait à proposer un moratoire de cinq ans, un gel total de cette immigration légale, le temps de « digérer » les millions de candidats à l’exil qui ont rejoint la France depuis de trop nombreuses années et qui, pour beaucoup d’entre eux, n’ont pas encore franchi le seuil d’une intégration réussie. Au terme de ce moratoire, il sera facile de déterminer si ce coup de frein a été bénéfique ou si cette politique rigoureuse a mis la France en péril.

L

»

Claude Hamel <hamel.claude@9business.fr>

Alain Potrat <alain.potrat@gmail.com>

Les rêves de croissance de François Hollande rançois Hollande veut renégocier le traité sur la stabilité, la coordination et la gouvernance (TSCG) pour y ajouter un volet sur la croissance. Le problème, c’est que la croissance ne se décrète pas. Surtout pas dans le cadre d’un accord entre 26 pays, déjà bien difficile à respecter. Cela ne veut pas dire que l’Union européenne ne devrait pas lancer de grands projets destinés à

F

4

LES 4 VÉRITÉS HEBDO N° 834 VENDREDI 23 MARS 2012

créer des emplois. Mais on ne construit pas sur du sable et il faut d’abord s’assurer que les fondations sont solides. Si la crise que nous traversons nous a appris quelque chose, c’est bien cela ! n Roger Saint-Pierre La Rochelle (17)

«

e 12 mars dernier, nous apprenions que la Suisse venait de refuser, par référendum, une proposition de loi visant à faire passer de 4 à 6 semaines la durée légale des congés annuels. Le résultat du vote est sans appel : 67 % des votants ont refusé cette proposition pourtant séduisante, rejetée par tous les cantons. Curieusement, les médias français ont peu parlé de ce référendum. L’influence du patronat suisse dans ce résultat, et celle de l’image négative d’un pays voisin, la France, arc-bouté sur ses acquis sociaux ont certes pesé. Mais, surtout, les Suisses font passer la valeur du travail et la prospérité de leur pays avant leurs propres loisirs. Cela peut sembler d’autant plus étonnant que le niveau de vie de la Suisse est l’un des plus élevés du monde et qu’il semblerait donc assez naturel que la plus grande partie de sa population privilégie les loisirs. Devinez le résultat d’un tel référendum en France… Quelles que soient la gravité de la crise actuelle et la dégradation de notre pouvoir d’achat, le « oui » l’emporterait largement. Doit-on voir là l’influence de nos politiques et de nos syndicats ? Dans une certaine mesure sans doute. Je pense, toutefois, que les causes réelles d’une telle distorsion de comportement avec nos amis suisses sont davantage de nature culturelle – sans même parler de patriotisme, terme socialement incorrect chez nous. En clair, les uns privilégient la richesse et la prospérité nationale, tandis que les autres donnent la préférence à la détente à titre individuel en voulant ignorer le déclin économique de leur pays.

L

»

Jacques Ringler <ringler.jacques@neuf.fr>

Reproduction intégrale vivement conseillée avec mention d’origine


Non au mariage gay ! ertains sympathisants de la cause homosexuelle ne tolèrent pas que l’on puisse porter un jugement sur les orientations sexuelles, ce qui empêche toute réflexion sur le mariage gay et l’homoparentalité. Pourtant, l’union d’un homme et d’une femme est substantiellement différente de l’union entre deux hommes ou entre deux femmes. On ne peut donc donner un même nom, ni, surtout, un même statut juridique, à ces deux types d’unions, sauf à considérer que l’homme est identique à la femme. L’homosexualité est le rejet de l’altérité sexuelle, à l’inverse de l’hétérosexualité. Ce sont donc deux comportements incompatibles, les traiter différemment n’est pas discriminatoire. Le mariage n’a pas été créé pour permettre au législateur de remettre en cause la liberté individuelle en se préoccupant de sexualité récréative, homo ou hétéro, ni pour s’occuper d’amour. Le maire n’a d’ailleurs pas à demander aux futurs époux s’ils s’aiment ou non. Il ne leur demande pas non plus leur orientation sexuelle. Cette dernière, quelle qu’elle soit, ne confère aucun droit. À la base de la vie, se trouve la différenciation sexuelle. Aucune relation ne contribue

C

Si Hollande était élu

«I

maginons le candidat du PS élu, le 6 mai prochain. Le Président serait aussi celui des Verts ayatollahs, des Rouges révolutionnaires, des moux-Modem, et de milliers de Français biberonnés à l’antisarkozysme médiatique depuis 2007. Ce caléidoscope républicain turbulent soutiendrait un gouvernement conduit par Martine Aubry, pendant que le Président pantouflerait à l’Élysée, dans le style IVe République, pour lequel il est formaté. La France serait alors entièrement recouverte d’un linceul fuchsia, de l’Élysée aux territoires, en passant par les deux assemblées. Plus aucun contre-pouvoir ! Les petites affaires entre amis pourraient reprendre de plus belle. Parfois, il me vient l’idée saugrenue que ce scénario devrait se réaliser. Ce serait le meilleur moyen de vacciner définitivement la France contre cet égalitarisme endémique qui la ronge ! Mais à quel prix ?

»

Promesses

«P

armi beaucoup d’autres slogans désabusés, les manifestants de Mai 68 en avaient lancé un qui paraît d’une triste actualité : « Élections, piège à cons ». À entendre les deux principaux candidats, cela semble toujours vrai. D’un côté, François Hollande promet de multiplier les embauches d’enseignants, policiers, magistrats sans augmenter les impôts sauf, plaisanterie, la création d’une tranche à 75 % pour les revenus de plus d’un million d’euros par an ! De l’autre côté, croyant séduire les électeurs du FN, Nicolas Sarkozy promet, comme la dernière fois, d’introduire une dose de proportionnelle aux élections législatives, ce qui ne l’engage à rien puisqu’en juin 2017, il a la certitude qu’il ne sera pas candidat ! Comme le disait, à peu près, Chirac, avec son cynisme serein, les promesses n’engagent que les imbéciles qui les reçoivent…

»

Jean-Marie Pichard

Henri Gizardin <target2007.typepad.fr/hgizardin>

au bien commun autant que l’union entre un homme et une femme. La loi reflète cette réalité en consacrant par le mariage l’alliance d’un homme et d’une femme. Malgré le chantage à l’homophobie, le législateur n’a pas à modifier le mariage, d’autant plus qu’avec le mariage, le plus souvent, un tiers est concerné : l’enfant. Le législateur propose un cadre au couple, afin de l’aider à se stabiliser et protéger ainsi l’enfant né ou à naître. S’il est exact que des homosexuels peuvent avoir la charge d’enfants, la demande de reconnaissance juridique de l’homoparentalité comme une forme de paternité apparaît inintelligible, l’enfant ayant un étatcivil et donc un régime juridique clair. Si l’on autorise l’adoption d’un enfant par deux hommes ou deux femmes, on ne voit pas pourquoi l’on refuserait un cadre juridique à 2 hommes et 3 femmes qui souhaiteraient élever un enfant ensemble. Ce serait la destruction de la cellule familiale sur laquelle repose une grande partie du pacte social des sociétés durables. Une fraction du lobby homosexuel souhaiterait assimiler le couple avec enfant et une paire d’homosexuels élevant un enfant. Les demandes d’accès au mariage

<jeanmarie.pichard@orange.fr>

Reproduction intégrale vivement conseillée avec mention d’origine

et à l’adoption peuvent, de ce fait, apparaître comme destinées à faire oublier le caractère spécifique de l’homosexualité. L’enfant deviendrait alors un moyen mis au service d’une cause qui n’est pas la sienne. Cette instrumentalisation de l’enfant au profit des parents adoptifs pose un sérieux problème éthique. Quant à l’adoption par un célibataire, elle existe de manière traditionnelle pour que des enfants puissent être adoptés par un membre célibataire de sa propre famille. Le principe en a été, depuis, dévoyé. Avec le mariage, la société reconnaît juridiquement l’union d’un homme et d’une femme, car cette union est vitale pour assurer son avenir. La loi n’a pas à entériner toutes les situations de fait découlant du comportement de tel ou tel individu, sauf à créer une règle par situation, ce qui entraînerait la disparition de la notion même de droit. L’homosexualité a toujours existé. Elle est admise comme une liberté individuelle, mais ne peut entraîner une modification de la législation sur le mariage. n Jean Tevilo

<georges83111@hotmail.fr>

Crise et élections

Mélenchon

«J

e me méfie de ces tribuns qui savent si bien haranguer les foules que celles-ci semblent gagnées par une sorte d’euphorie hypnotique, complètement déconnectée de la réalité. J’ai attentivement écouté et observé Jean-Luc Mélenchon : il a manifestement ce talent de galvaniser « les masses », de leur faire croire à l’avènement d’un « grand soir » prochain. L’Histoire ne nous a-t-elle pas déjà enseigné à quoi mène ce type de romantisme révolutionnaire ? Après François Hollande se glissant dans la peau de François Mitterrand, voici Mélenchon qui se prend pour Jaurés ou Lénine. Les sondages semblent indiquer que le populisme et la démagogie paient. Le meilleur moyen de ne pas céder aux sirènes du populisme de droite ou de gauche est de ne pas se laisser bercer par les beaux discours et de s’en tenir aux réalités !

»

Ariane Gauvain Paris (75)

«S

’il figure au deuxième tour, Nicolas Sarkozy ne retrouvera pas les voix des électeurs FN. Pour être sûr de l’emporter, il pourrait prendre l’engagement de refuser toute participation de l’UMP à des fronts « républicains » aux législatives et réserver 4 ministères à des personnalités issues du FN. Mais ne rêvons pas. Ce qui est à craindre, c’est qu’il utilise une crise internationale déclenchée sur commande. Le débat artificiel qui lasse les Français passerait alors au second plan. L’électeur se dirait : « Allons Marine, allons François, dans les moments graves que nous traversons, un peu de décence, vous ne voyez donc pas que vous dérangez Nicolas pendant qu’il sauve la planète ? » N’oublions ni l’enracinement néoconservateur de Sarkozy, ni le rôle que ce courant de pensée attribue aux crises dans la conquête du pouvoir.

»

Jean-Luc Escoffier Lyon (69)

LES 4 VÉRITÉS HEBDO N° 834 VENDREDI 23 MARS 2012

5


Communication

M6 > En 2011, M6 a réalisé 1,4 milliard d’euros de chiffre d’affaires. CANAL+ > Le programme « Bref », inséré dans « Le Grand Journal » de Canal+, compte 2 millions d’« amis » sur Facebook et 190 000 « followers » sur Twitter. NRJ > En 2011, le groupe NRJ, dirigé par Jean-Paul Baudecroux (et constitué par la station de radio éponyme et trois chaînes de télévision : NRJ12, NRJ Paris et NRJ Hits) a réalisé un chiffre d’affaires de 377,5 millions d’euros (en hausse de 9,9 %) et un résultat de 45,6 millions d’euros (en hausse de 41,2 %). NEXTRADIOTV > Le groupe NextRadioTV, dirigé par Alain Weill et contenant principalement les stations de radio BFM et RMC, ainsi que la chaîne télévisée d’information continue BFM TV, a réalisé en 2011 un chiffre d’affaires de 158,4 millions d’euros (en hausse de 14 %), pour un résultat net de 11,3 millions d’euros (en hausse de 48 %). ÉQUIPE > En 2011, le quotidien sportif « L’Équipe » a connu une diffusion France payée de 285 386 exemplaires (en baisse de 5,5 %). QUOTIDIENS > D’ici la fin de l’année 2012, 20 % des 1 400 quotidiens américains devraient avoir mis en place un site internet partiellement payant. BRITANNICA > La dernière édition papier de l’encyclopédie Britannica sera celle de 2010 (le groupe a décidé récemment de se consacrer à son offre numérique). Cette dernière édition comptait 32 volumes, pesait 58 kg, et coûtait 1 400 dollars. Ella a été vendue à 8 000 exemplaires. Un chiffre à comparer à 500 000 abonnés au site internet de la célèbre encyclopédie.

6

Société Société Serge Douplitzky

Non à l’égalitarisme, oui aux talents personnels !

T

ous nos candidats à la présidence promettent, pour régler le chaos qui nous guette, encore plus d’égalité, encore plus de mesures d’aides sociales, alors qu’à l’évidence, l’État-providence se meurt. Voulons-nous vraiment renouveler l’expérience communiste, avec son cortège de misère sous des gouvernements tortionnaires? Le monde change. Pourquoi rester coincé dans un passé doctrinaire révolu ? La vie, à ses débuts, n’a pas cherché l’égalité, mais la diversité en faisant éclore des millions de niches différentes. Plus grave, les conditions d’exis-

Réponse à B. B. (n° 831)

tence de l’humanité ont considérablement changé, au point de devenir une menace pour elle-même (et non pour la nature qui saura bien toute seule se débarrasser d’elle à son choix !). Dès lors, est-il sage d’envisager une répartition égale des ressources qui entraînerait une augmentation de consommation insoutenable à l’échelle de la planète ? Peut-on continuer à promettre, à partir d’un système d’éducation de moins en moins élitiste, des postes élevés à tout le monde? À quoi bon faire des efforts, économiser, et penser à ses enfants ? Jusqu’où doit aller notre solidarité ? Jusqu’à se vider de nous-

On peut ne pas être d’accord avec le programme de Marine Le Pen. Quant à parler de haine à l’égard de M. Sarkozy, il faut raison garder. Que reprochez-vous à Mme Le Pen ? De dire bien haut ce que bon nombre de Français pensent sans pouvoir être entendus ? Il me semble qu’elle utilise les mêmes armes que les autres candidats. Elle ne dénigre pas la fonction, elle critique le bilan de Nicolas Sarkozy et dispose de bon nombre d’arguments à l’encontre du quinquennat de celui qui s’est fait le chantre de l’Europe mondialiste et du « saint Euro ». Ce n’est pas à la fin d’un quinquennat que l’on se décide à tenir des promesses oubliées après l’élection de 2007. Pour ce qui me concerne, il est hors de question que je donne ma voix à quelqu’un qui a triché en 2007 pour s’attribuer les votes des Français de la droite qualifiée d’« extrême » à cause de son nationalisme. Quant aux réformes engagées (bien insuffisantes à mon goût), il est vrai qu’elles peuvent paraître nombreuses, si on les compare à la période 1981-2006, qui a vu l’action destructrice de l’idéologie socialiste. Je ne critiquerai pas votre plaidoyer contre la Gauche : j’en suis convaincu, puisque j’ai voté en 2007 contre le socialisme ; mais je conteste votre propension à croire que la « majorité silencieuse » est pro-sarkozyste. Je suis au regret de vous dire que je suis un imbécile de droite, car je ne changerai pas d’avis et je vous précise qu’il y a à gauche autant d’imbéciles qui, eux non plus, ne changeront pas d’avis. La démocratie, c’est cela aussi ! Il appartient aux candidats de convaincre les électeurs… Jacques Uliani <jacques.uliani@libertysurf.fr>

LES 4 VÉRITÉS HEBDO N° 834 VENDREDI 23 MARS 2012

<serge.douplitzky @orange.fr>

mêmes pour les autres, même s’ils vivent en purs parasites ou en fous délirants ? Enfin, qui peut croire que nos gouvernants, assoiffés de pouvoirs, aidés par des armées de bureaucrates, sont à même de régler, à notre place, toutes nos difficultés ? Au lieu d’inciter les citoyens à demander toujours plus d’aides à l’État et aux autres, ne seraitil pas plus approprié de les inviter, comme le faisait Kennedy, à se demander ce qu’ils pourraient faire eux-mêmes pour le pays et pour les autres ? Plutôt que de prôner toujours une égalité inaccessible ne serait-il pas préférable d’encourager les hommes à se dépasser et à exprimer leurs talents dans des œuvres concrètes, si modestes soient-elles ? n

Campagne Les médias répètent à l’envi que les Français sont las de cette ennuyeuse campagne. Mais à qui la faute ? Quand les commentateurs interrogent un des candidats majeurs, ils ne peuvent s’empêcher de consacrer un temps non négligeable à des questions mille fois ressassées ! Pour l’un, c’est le Fouquet’s, le yatch de Bolloré, ou le « Casse toi, pauv’con ». Pour une autre, il est question des diatribes outrancières de son père ou d’un tour de piste en Autriche ! C’est de cela que les Français sont las : l’incompétence des journalistes, auxquels leurs penchants évidents à gauche ôtent toute objectivité ! Jean-Paul Pfiffelmann <j-p-pf@wanadoo.fr>

Reproduction intégrale vivement conseillée avec mention d’origine


Bernard Trémeau <tremeau.bernard @wanadoo.fr>

V

oici quelques chiffres permettant de comparer l’économie allemande à l’économie française. : PIB, chômage, balance commerciale et investissements. – Produit Intérieur Brut. Il mesure la richesse d’un pays. En Allemagne, avec la crise des subprimes, la croissance a reculé de 5,1 % en 2009. Mais sa reprise a été rapide : 3,7 % en 2010 et 3 % en 2011. En France, le recul n’a été que de 2,7 % en 2009, mais ensuite la reprise a été bien moins forte : 1,5 % en 2010 et pratiquement croissance nulle pour 2011. – Le chômage est une des mesures de la mauvaise gestion économique d’un pays. En Allemagne, le taux de chômage était de 8,2 % en 2009, de 7,7 % en 2010 et de 7,1 % en 2011. En France, le taux de chômage était de 9,1 % en 2009, de 9,6 % en 2010 et presque 10 % en 2011. – Balance commerciale. Elle mesure la compétitivité des entreprises d’un pays. Tandis que les excédents de la balance commerciale allemande augmentaient rapidement pendant ces deux dernières années, malgré la concurrence des entreprises européennes ou asiatiques, la balance commerciale française s’effondrait chaque mois un peu plus. En décembre 2011, l’excédent allemand atteignait 146,5 milliards d’euros pour les 11 premiers mois de l’année, alors que le déficit français atteignait 64,9 milliards d’euros. Deux records…

La France doit prendre exemple sur l’Allemagne – Les investissements. La croissance d’un PIB passe par l’investissement. Il faut des sous pour agrandir une usine ou pour financer du matériel nouveau permettant de produire plus à un moindre prix. Tandis que les capitaux internationaux fuient la France, où les investissements régressent, les investisseurs étrangers choisissent sans hésiter l’Allemagne, où les investissements ont augmenté de 8,3 % au cours de la même année. Or, c’est avec les investissements que l’on construit l’avenir économique d’un pays. Tels sont les chiffres, dans toute leur rigueur. La France et l’Allemagne vivent dans le même cadre économique, le Marché commun, avec une monnaie commune. L’Allemagne améliore pourtant, chaque année, ses performances, tandis que la France fait l’inverse. Ses entreprises sont de moins en moins compétitives. Elles disparaissent ou fuient leur pays, elles délocalisent. Or, les entrepreneurs et les ouvriers français ne sont pas moins astucieux que les entrepreneurs ou les ouvriers allemands. Au contraire, dans tous les domaines de haute technologie, les entreprises françaises caracolent en tête. Les coupables ne sont donc pas les entrepreneurs et leurs salariés. Ce sont les responsables politiques français, qu’ils soient de droite ou de gauche. Ils croient que, dans une économie mondialisée, avec suppression des barrières douanières, on

Reproduction intégrale vivement conseillée avec mention d’origine

peut continuer à imposer les entreprises nationales. En France, l’impôt sur les sociétés est de 36,1 %. Il est de 30,6 % en Allemagne. Le SMIC français augmente systématiquement tous les ans, plus rapidement que l’inflation. En Allemagne, patrons et syndicats discutent dans chaque entreprise de l’augmentation ou de la diminution du SMIC. En France, tous les étrangers qui viennent travailler sur le sol national doivent être payés au moins au SMIC français. En Allemagne, on embauche les Polonais au SMIC polonais, trois fois inférieur au SMIC français. Depuis 2002, les entreprises allemandes ne payent plus les charges sociales (assurance chômage, assurance-maladie et assurance retraite). Une TVA sociale les remplace. Et ce remplacement n’a pas diminué les revenus des salariés. Car la concurrence a contraint les entreprises allemandes à baisser leurs prix. En France, ce sont toujours les entreprises qui doivent payer les charges sociales. En Allemagne, la législation est simple. Quand une nouvelle loi sort, elle remplace la loi ancienne. En France, la législation est très compliquée. Quand une nouvelle loi sort, elle s’additionne aux lois précédentes. Des milliers de contraintes légales, souvent contradictoires, pèsent ainsi sur les entreprises… La solution est toute simple : le mauvais élève doit copier le premier de la classe. Mais, pour cela, il faut abandonner de nombreuses « certitudes ». Et c’est très difficile… n

»

«

IRAN Les Occidentaux disent que l’Iran esquive les négociations. C’est faux. Quelqu’un qui a le droit avec lui ne craint pas les négociations. MAHMOUD AHMADINEJAD,

»

PRÉSIDENT IRANIEN

«

VOTE UTILE Je n’aime pas le terme de « vote utile », car il n’y a pas de vote inutile. PIERRE MOSCOVICI, DÉPUTÉ PS

»

«

CRISE Face à la crise, notre pays a besoin d’audace et de conviction, pas de tergiversations ni de polémiques politiciennes. JEAN-CLAUDE GAUDIN, SÉNATEUR-MAIRE UMP DE MARSEILLE

»

«

MITTERRAND Mitterrand est aujourd’hui adulé, mais il a été l’homme le plus détesté de France. Ce qui laisse pas mal d’espoir pour beaucoup d’entre nous… LAURENT FABIUS, ANCIEN PREMIER MINISTRE

»

«

UMPS Non seulement l’UMP et le PS sont co-responsables du déclin de notre pays, mais leurs candidats n’arrivent plus à convaincre. MARIELLE DE SARNEZ, EURODÉPUTÉE MODEM

»

«

ESPOIR Nous sommes les seuls à redonner espoir. CLÉMENTINE AUTAIN, ÉLUE DU FRONT DE GAUCHE

»

«

DÉMOCRATIE La démocratie à la chinoise va continuer à progresser, en lien avec le développement du pays. WEN JIABAO, PREMIER MINISTRE CHINOIS

»

DROITE (?) NATIONALE J’ai autour de moi beaucoup d’anciens chevènementistes, d’anciens socialistes et d’anciens communistes patriotes. MARINE LE PEN

«

»

LES 4 VÉRITÉS HEBDO N° 834 VENDREDI 23 MARS 2012

7

Sic

International International

«

EMPLOI Ce qui est bon pour la planète est bon pour l’emploi. DENIS BAUPIN, ADJOINT VERT AU MAIRE DE PARIS


4vh834