Issuu on Google+

542

2/05/06

16:57

Page 8

Chronique

politique

Pierre Baudouin pierre.baudouin@les4verites.com Pierre Baudouin, 33 ans

Affaire Clearstream : la politique sordide Dans sa collection «Bibliothèque classique de la liberté», Alain Laurent vient de publier «Écrits politiques» de Thomas Jefferson, dont plusieurs sont pour la première fois traduits en français. Il s’agit d’une trentaine de textes souvent assez courts, qui sont presque toujours des modèles de discours ou de lettres, dans le style limpide du premier des Pères fondateurs de la démocratie américaine… Thomas Jefferson

Écrits politiques Les Belles Lettres

L

e sommet de l’État vacille pour cause «d’affaire Clearstream». De quoi s’agit-il ? On se souvient que, depuis des années, les juges enquêtent sur des ventes de frégates à Taïwan. Or, depuis l’été 2004, la presse fait état de blanchiment de commission occultes sur des comptes de la société Clearstream. Cleastream est une société luxembourgeoise, au fonctionnement de laquelle s’est intéressé au début des années 2000 un journaliste de «Libération», Denis Robert. C’est une chambre de compensation, c’est-à-dire une sorte de banque des banques : quand une banque négocie des actions, au lieu de s’adresser directement à la société dont ces actions constituent le capital, elle s’adresse à Clearstream, qui fait ainsi l’intermédiaire entre vendeurs et acheteurs. Mais si ce type de société facilite la «fluidité» des marchés boursiers, il

236 pages – 21 euros

ABONNEZ-VOUS

Bulletin d’abonnement

8

Lecteurs occasionnels abonnez-vous ! Lecteurs déjà abonnés abonnez vos amis! ■ OUI, je souhaite m’abonner pour 6 mois (soit 24 numéros) à la revue « Les 4 Vérités hebdo » au prix de 27 € TTC (TVA à 2,10 % incluse) par chèque joint NOM ...............................Prénom ............................

-

Adresse ...................................................................

Code Postal .....................Ville ................................. Téléphone ...............................................................

Signature :

BON À RETOURNER

Les 4 vérités Hebdo — Service abonnements 18 à 24, quai de la Marne — 75164 Paris cedex 19

93, LES 4 VÉRITÉS HEBDO N° 542 VENDREDI 5 MAI 2006

facilite aussi, selon Denis Robert, la corruption. Car le journaliste prétend avoir la preuve que des particuliers détiennent des comptes dans cette société. On voit immédiatement l’intérêt de ces comptes : il devient possible à n’importe qui de blanchir de l’argent en le noyant dans la masse des opérations boursières mondiales. Ceci constitue la première affaire Clearstream. Est-elle sérieuse ou non ? Ce qui est sûr, c’est que la justice n’a rien prouvé. J’ajoute qu’il me semble bien compliqué de travailler ainsi, quand il est si simple de s’offrir une banque dans un paradis fiscal, et surtout bancaire, et que, par conséquent, à supposer que cette première affaire Clearstream soit fondée, elle ne doit représenter qu’une petite partie de la corruption internationale…

Sarkozy et Villepin Survient là-dessus la deuxième «affaire Clearstream», celle dont les médias nous parlent depuis quelques semaines. Cette deuxième affaire a l’avantage de camoufler la première. Elle a aussi, et surtout, pour les médias l’avantage de concerner la politique : Nicolas Sarkozy, ainsi que quelques autres hommes politiques (Strauss-Kahn, Chevènement, Madelin, Patrick Gaubert, notamment), est accusé d’avoir été titulaire de comptes chez Clearstream, autant dire d’avoir blanchi de l’argent pour son propre compte… Cette accusation repose sur une dénonciation anonyme. Car les lettres anonymes, malgré leurs relents d’Occupation, restent monnaie courante en France, notamment dans les dossiers fiscaux et politico-financiers. En tout cas, la justice

française continue d’en faire grand cas, ce qui ne contribue certainement à assainir le détestable climat de la Ve République finissante ! Naturellement, très rapidement, il s’est avéré que cette information était «bidonnée». D’ailleurs, on imagine mal Nicolas Paul Stéphane Sarkozy de Nagy-Bocsa se cacher sous des pseudonymes aussi transparents que Paul de Nagy ou Stéphane Bocsa. Même ses adversaires s’accordent à dire que Nicolas Sarkozy n’est pas un imbécile… Moyennant quoi, le ministre des Affaires étrangères à la fin 2003, Dominique de Villepin, a commandité une enquête des services spéciaux sur cette affaire, tandis que le ministre de l’Intérieur, Nicolas Sarkozy, n’en était pas même averti. Pourquoi le ministre des Affaires étrangères ? Mystère. Toujours estil que l’enquête blanchit Sarkozy, toujours sans qu’il en soit averti. Et que, par conséquent, il revient place Beauvau passablement énervé, exigeant des explications. Nous en sommes là, sachant que le chef du gouvernement n’est pas en bonne posture. Que peut-il, dès lors, se passer ? Soit rien (c’est-àdire un discret accord à l’amiable entre Sarkozy et Villepin). Soit une démission de Sarkozy. Soit une démission de Villepin. Pour ces deux démissions, force est de constater que les intéressés ont déjà beaucoup attendu et qu’on ne voit pas bien ce qui pourrait aujourd’hui les décider. Mais la colère gronde au groupe UMP et les députés ne feront plus de cadeau à Villepin… En tout cas, l’affaire Clearstream nous offre, sur le vif, une tranche de la vie politique française. Et ce n’est pas joli à voir ! ■

Reproduction intégrale vivement conseillée avec mention d’origine


542

2/05/06

16:57

Page 1

ISSN 0151-2439

VÉRITÉS 4

om

VENDREDI 5 MAI 2006

N° 542

LES

La publication anti bourrage de crâne

ÉDITORIAL

HEBDO

«

Jean Rouxel

Immigration : Sarkozy prépare 2007 a semaine politique devrait être marquée, en particulier, par la discussion à l’Assemblée du projet de loi défendu par Nicolas Sarkozy sur l’immigration. Ce projet de loi vise à mettre en place une «immigration choisie», c’est-à-dire à permettre au Parlement de décider chaque année de quotas d’immigrants, en fonction des besoins en maind’œuvre du pays. Par ailleurs, diverses dispositions visent à «durcir» les conditions du regroupement familial (désormais accessible aux seuls immigrés bénéficiant au moins du Smic) et de l’accession à la nationalité française. Sur le fond du dossier, on serait tenté de dire que tout cela va de soi, que ces dispositions relèvent du simple bon sens. Reste en suspens la question de la «faisabilité». Actuellement, près de la moitié de notre immigration est illégale. On voit mal comment cette immigration clandestine serait touchée par le projet Sarkozy. Et si nous ne sommes pas capables d’appliquer les lois en vigueur en luttant contre l’immigration clandestine, comment serions-nous capables d’appliquer des lois plus strictes ? Mais l’essentiel sur l’immigration est probablement hors du texte lui-même. Il réside dans le rapport de forces politique.

L Dessin de MIÈGE

LES 4 VÉRITÉS 2006 © Publication hebdomadaire (CPPAP N° 0208 I 82 712) Tél. : 01 56 81 00 30 Fax : 01 40 46 00 27 < 4verites@wanadoo.fr > < http./www.les4verites.com > (webmaster : Aléric Brei-Lefebvre) Siège social : 65, rue Claude Bernard 75005 Paris — SARL de presse Abonnements : 4 Vérités-DIP 18 à 24, quai de la Marne 75164 Paris Cedex 19 01 44 84 85 48 (Dominique) ou http://www.les4verites.com Directeur-gérant responsable de la publication : Alain Dumait Rédaction : Jean Rouxel (rédacteur en chef) Guillaume de Thieulloy Pierre Baudouin Le numéro 1,14€ Abonnement 48 numéros 54€ TTC Abonnement de soutien à partir de 100€ Personnes morales (entreprises ou administrations) : 200€, TVA à 2,10 % en sus Imprimerie : Delcambre, Pantin (93) Fichiers déclarés à la CNIL (N° 672024) Exemplaire gratuit sur simple demande écrite

Manifestement, l’un des enjeux de cette discussion était de conforter le clivage droite-gauche, à l’approche des échéances de 2007 et, en particulier, de fédérer derrière le gouvernement et le chef de l’UMP le plus grand nombre possible d’électeurs de droite. De ce point de vue, l’opération a toute chance de se révéler un succès… sauf si les heurts au sommet de l’État au sujet des barbouzeries de l’affaire Clearstream rendent le message inaudible (voir p. 8) ! A contrario, la gauche risque également de se trouver mise en difficulté. Elle ne peut, en effet, plus être aussi unilatéralement immigrationniste qu’elle le fut naguère ; elle a enfin compris que l’une des raisons majeures de sa perte d’audience dans les classes populaires tenait à son discours irresponsable en la matière… En revanche, le dernier enjeu du texte, le clin d’œil appuyé aux électeurs du Front national, risque fort de s’avérer un échec, et sans doute même de favoriser Jean-Marie Le Pen. En effet, sur l’immigration, le FN bénéficie d’une sérieuse longueur d’avance sur tous les partis. Le fait que l’ensemble des partis se mette enfin à parler d’immigration ne peut plus lui faire perdre son avance, mais seulement son côté sulfureux ! ■

Ce qu’on nomme culture consiste, pour une partie des intellectuels, à persécuter l’autre partie… Jean-François Revel

»

SOMMAIRE

2

Il nous faut une croissance de 3 %!

par Bernard Tremeau

➥ Chiffres Significatifs

3➥ 4 6➥ 7➥ 8

Plaidoyer pour Bob Denard par Philippe Sadot

Divers faits Votre opinion nous intéresse Le courrier des lecteurs

Iran: sauver la paix mondiale par Gabriel Lévy

Communication

Contre l’écologie par Guy Millière

Sic

La chronique politique de Pierre Baudouin

Tirage de ce numéro : 18 000 exemplaires Diffusion : 17 566 exemplaires Abonnés payants : 17 112 ex.

Bienvenue à tous les nouveaux abonnés !


Chiffres Significatifs

542

2/05/06

16:57

Page 2

SCOLAIRE ❯ 59,9 % des jeunes de 15 à 24 ans sont encore scolarisés…

Économie Économie

DISQUE ❯ En 2005, pour la troisième année consécutive, les ventes de disques ont baissé de 8 % en France. CONSOMMATION ❯ Les dépenses de consommation des ménages ont diminué de 0,6 % en mars. STAGE ❯ La France compte 800 000 stagiaires chaque année. CHINE ❯ En 2005, les échanges commerciaux entre la Chine et l’Afrique ont atteint 37 milliards de dollars, trois fois plus qu’en 2000 ! CANCER ❯ 800 000 personnes vivent avec le cancer en France. 150 000 personnes en meurent chaque année. NICKEL ❯ Le nickel a atteint son cours le plus élevé depuis 1979, à 20000 dollars la tonne. ÉNERGIE ❯ La facture énergétique de la France a crû de 34,7 % en 2005 ; elle s’établit désormais à 38,26 milliards d’euros, soit 2,26 % du PIB. DÉLINQUANCE ❯ La délinquance à Paris a fortement augmenté (+ 5,2 %) en mars, avec 23 376 faits déclarés… VIN ❯ La consommation moyenne de vin par les Français est actuellement de 55,4 litres par an, contre plus de cent litres en 1960… GÉNÉRALISTE ❯ En moyenne, les consultations chez les médecins généralistes libéraux durent seize minutes. MÉDICAMENT ❯ Le marché mondial du médicament a progressé de 7 % en 2005, pour atteindre 600 milliards de dollars ! PÉTROLE ❯ Le pétrole a atteint un nouveau record à 74,42 dollars le baril, le 20 avril…

2

Bernard Tremeau

Baisser les impôts pour une croissance durable eule une croissance supérieure à 3 % permettra au chômage français de baisser véritablement. Pour obtenir une telle croissance, les CNE ou les CPE peuvent favoriser l’embauche et réduire le chômage. Mais ils peuvent aussi favoriser le licenciement et alors le chômage augmente. Ces réformes introduisant plus de souplesse dans le marché du travail sont bonnes, mais elles ne sont que superficielles. Elles ne touchent pas au fond du comportement économique : produire plus pour gagner plus. La CGT, provisoirement regonflée par les manifestations anti-CPE, vient d’achever son congrès. Elle réaffirme urbi et orbi son idéologie marxiste en consacrant à nouveau la lutte des classes moteur de son action. Nous revenons à 150 ans en arrière, au temps de la machine à vapeur, alors que 70 % de notre économie se situe maintenant dans la prestation des services, et que le marché a atteint une taille mondiale. Par ailleurs, la CGT ne propose qu’une seule mesure pour relancer l’économie : augmenter les salaires. Une telle mesure augmentant la demande tout en réduisant les capacités de l’offre ne peut être qu’inflationniste. Or, avec l’euro, on ne peut plus dévaluer le franc pour rendre les entreprises françaises compétitives. Ce que propose la CGT ne peut qu’accentuer la non-compétitivité de nos entreprises, donc notre chômage et mener l’économie française à la catastrophe.

S

LES 4 VÉRITÉS HEBDO N° 542 VENDREDI 5 MAI 2006

De nombreux pays étaient, comme la France d’aujourd’hui, englués dans le socialo-égalitarisme. Leur PIB ne progressait plus et leur chômage augmentait. C’est normal, puisque le socialo-égalitarisme repose sur une vision fausse du comportement humain. Il croit qu’en prenant aux riches (les entreprises et les capitalistes, dont les entreprises ont besoin pour financer leurs investissements) et en le distribuant aux pauvres (ceux qui ne gagnent rien ou peu), on crée une société plus juste. En fait, un tel comportement pénalise ceux qui fabriquent des richesses, donc ralentit la croissance. Il met alors au chômage des millions d’individus, et crée une véritable nouvelle classe sociale : les exclus du monde du travail. Il crée une nouvelle cause d’inégalité encore plus douloureuse que les causes naturelles. Il habitue aussi toute une partie de la population à tendre la main et à exiger de plus en plus de l’État. Pour satisfaire de tels électeurs, il faut augmenter les impôts. L’économie stagne un peu plus. C’est malheureusement ce qu’a fait notre gouvernement en 2005. Pour retrouver la croissance, il faut au contraire réduire les impôts. Entreprises et salariés se trouvent alors récompensés de leur action. Plus ils produisent de richesses achetées par les autres, plus ils gagnent de l’argent. Actuellement, l’État français prend plus de 40 % des revenus des salariés pour les redistribuer. Les salariés voient de moins en moins le rapport entre les richesses qu’ils mettent sur le marché et leurs reve-

< tremeau.bernard@wanadoo.fr >

nus. Les entreprises ne disposent plus de l’argent dont elles ont besoin pour investir dans la recherche et le développement. Rappelons que seuls les investissements de productivité permettent une véritable augmentation des salaires… Il y a trente ans, pratiquement tous les pays développés du monde appliquaient la politique économique socialo-égalitariste que la France continue à appliquer. Stagnation et chômage tuaient l’économie. Margaret Thatcher a pris le pouvoir en Angleterre le 3 mai 1975. Elle ne sortait pas de l’ENA. Elle était avocate de formation. Elle avait en tête une nouvelle vision de l’économie. Elle a appliqué à l’économie anglaise ses idées pleines de bon sens. Elle a rencontré une très force résistance des syndicats anglais et le pays a subi de très longues grèves, dans les charbonnages en particulier. Margaret a tenu bon. Aujourd’hui tous les pays qui ont copié ce qui se passait en Angleterre ont retrouvé croissance et plein emploi en baissant leurs impôts… Entre une droite molle, une gauche démagogique, des syndicats retrouvant la lutte des classes, et une population totalement désinformée, la France n’est pas sortie de l’ornière… ■

Immigration «Je souhaite un débat serein sur l’immigration, éloigné des thèses de l’extrême droite, qui assimile tout étranger à un délinquant, et de celles de l’extrême gauche pour laquelle parler d’immigration équivaut de la xénophobie…» Nicolas Sarkozy

Reproduction intégrale vivement conseillée avec mention d’origine


2/05/06

16:57

Page 3

Défense Défense

Philippe Sadot >

< philippe.sadot@voila.fr >

e 15 mars dernier, s’achevait le procès de Bob Denard et de 26 autres personnes, poursuivies pour « association de malfaiteurs en vue de la préparation d’un crime ». En l’occurrence, l’arrestation et la séquestration de Saïd Mohamed Djohar, président de l’ex-République des Comores, lors d’une tentative de coup d’État à l’automne 1995, baptisée opération « Eskazi » (du nom d’un vent chaud qui souffle sur les Comores). Ce procès repose la question du mercenariat et son rôle passé et présent dans les politiques extérieures de certains États. Depuis le 3 avril 2003, le Parlement français catégorise le mercenaire comme un criminel passible de cinq ans de prison et d’une amende de 75 000 euros, peines aggravées pour les organisateurs du recrutement (sept ans d’emprisonnement et 100 000 euros d’amende). Est dorénavant étiqueté mercenaire tout individu « spécialement recruté pour combattre dans un conflit armé », non-ressortissant d’un État partie à ce conflit ni membre de ses forces armées, qui « prend ou tente de prendre une part directe aux hostilités […] en vue d’obtenir un avantage personnel ». Cette définition protège les Légionnaires, intégrés à l’armée française. Contrairement à la convention adoptée par l’ONU, le 4 décembre 1989, la loi française exclut également de son champ d’application les conseillers militaires et les techniciens recrutés dans le cadre d’accords de coopération ou de contrats industriels, qui n’ont pas vocation à combattre.

L

Bob Denard : le dernier des condottiere Bob Denard, de son vrai nom Robert Bourgeaud, est le dernier représentant de ces « chiens de guerre » des années post-coloniales qui se qualifiaient euxmêmes « d‘affreux », tout comme les Français Trinquier ou Faulques, les Belges et Britanniques Schrame ou O’Hare. Ils ont écumé tous les conflits dans lesquels les puissances occidentales agissaient en sous-main contre la pénétration soviétique : Katanga, Biafra pour l’Afrique, Yémen pour le Moyen-Orient… La plupart d’entre eux étaient des anciens militaires qui craignaient que les décolonisations des années 1960 n’ouvrent la porte à la soviétisation de l’Afrique, selon le mot de Lénine : « La révolution mondiale passe par l’Afrique ». Souvent mandatés par les gouvernements pour agir clandestinement avec les services secrets, parfois abandonnés par ces derniers, mais toujours animés d’un idéal qui, financièrement, leur rapportait assez peu quoiqu’en pense le grand public. Or, avec la fin de la Guerre froide et la restructuration de nombreuses armées occidentales (carrière courte, mises à la retraite anticipée,…), beaucoup d’ex-militaires, souvent de qualité, se sont retrouvés sur la touche et vite récupérés par les Sociétés Militaires Privées (SMP) fournissant un service à un gouvernement lors d’un conflit armé. Ce service peut aussi bien être technique (construction et surveillance des installations, entraînement des troupes ou encore ravitaillement en vivres et matériel) qu’humain (interrogateurs, conseillers tactiques ou

Reproduction intégrale vivement conseillée avec mention d’origine

stratégiques, gardes du corps ou même de troupes participant aux combats). Contrairement à nos condottieres, les SMP américaines pèsent plus de cent milliards de dollars par an et cela augmente chaque année. Le Department of Defense (DoD) prévoit de privatiser d’ici 2006 237 000 postes dans la logistique et le soutien. Cela fera certainement autant d’emplois de créés, du moins en partie, aux États-Unis. Les Anglosaxons dominent ce marché florissant qui permet encore aux gouvernements de les utiliser à moindres coûts. Ainsi en Irak, leurs employés constituent le deuxième contingent engagé (15 000 hommes), devant l’armée britannique. Or, avec la loi de 2003, ces organismes sont passibles de justice s’ils agissent dans un conflit où leur pays n’est pas engagé : ainsi une société française ne pourra pas agir si nos intérêts ne peuvent être défendus ouvertement, laissant donc ce marché florissant largement ouvert à la concurrence étrangère ! Or, la valeur de ces « gens de guerre » se répercute sur plusieurs domaines : économique avec achat de matériels ultraperfectionné ; diplomatique, derrière ces SMP, l’État pouvant agir sur les groupes ou États en jeu… Et, comme l’affirmait en 2004, le Général Bentegeat (CEMA) : « Cette question [des SMP] est assez délicate et évolue très vite. La plupart sont des sociétés qui ont pignon sur rue, qui sont contrôlables, contrôlées et qui peuvent rendre des services que les armées ne peuvent pas rendre pour des raisons diverses… » ■

MARIAGES BLANCS ❯ Le nombre de cartes de séjour délivrées à la suite du mariage d’un Français et d’un étranger non communautaire est passé de 15 000 à 50 000 de 1997 à 2004… JUSTICE ❯ Chaque année, les procureurs sont saisis de plus de cinq millions de dossiers. 70 % sont classés sans suite et seulement 5 % sont transférés à un juge d’instruction. COLLECTIVITÉS ❯ Les dépenses d’investissement des collectivités territoriales ont augmenté de 6,3 % en 2005 (après une hausse de 8,6 % en 2004), pour atteindre 46,2 milliards d’euros. De leur côté, les dépenses de fonctionnement ont augmenté de 4,5 % (après une hausse de 11,1 % en 2004) pour atteindre 117,4 milliards d’euros… FOOT ❯ Zinedine Zidane n’est plus le joueur de football le mieux payé du monde : ses revenus ont diminué de 30 % en 2005, pour s’établir à 18 millions d’euros. Il est désormais dépassé par Ronaldinho, dont les revenus ont, eux, augmenté de 130 % en 2005, pour atteindre 23 millions d’euros ! DGA ❯ En 2005, la Délégation générale de l’armement a géré 116 milliards d’euros de programmes et a passé dix milliards d’euros de commandes… HOMOPARENTAL ❯ Près de 12 500 maires ont adhéré au collectif des Maires pour l’enfance, qui s’oppose à l’adoption d’enfants par des couples homosexuels. MÉDECINS ❯ Le pouvoir d’achat des médecins omnipraticiens libéraux est passé de 94231 euros en 1983 à 120188 en 2004 (en euros constants 2004), soit une hausse de 27,5 % en vingt ans…

LES 4 VÉRITÉS HEBDO N° 542 VENDREDI 5 MAI 2006

3

Divers faits

542


542

2/05/06

16:57

Page 4

Votre opinion nous intéresse Casseurs payeurs

«P

ourquoi les dégâts causés dans les Collèges, Lycées et Universités devraient-ils être payés par les seuls établissements sur leurs propres budgets, comme le dit l’ineffable Ministre de Robien ? Pourquoi ne ferait-on pas payer directement ceux qui sont pleinement concernés : les élèves et les étudiants, et leurs familles (pour les mineurs), sous forme d’un impôt « casseur-payeur » créé pour l’occasion ? Ce ne serait que justice élémentaire ! Mais je ne m’illusionne pas sur le manque de courage de ce soi-disant Gouvernement qui ne gouverne plus rien, ou presque !

»

Philippe Hartemann Martel (46)

Psychiatrie

«

n déséquilibré vient de tuer au couteau un passant à Tarare (69). En 1990, il avait déjà tué deux personnes, mais avait été déclaré irresponsable par les psychiatres et relâché. Ce crime

U

«

» Courrier des lecteurs Nous écrire, c’est courir le risque être publié…

prouve une nouvelle fois l’incompétence criante des psychiatres et leur dangerosité pour la société. Ici ils relâchent un dangereux criminel qu’ils sont bien incapables de guérir ; là, à Outreau, ils contribuent à faire mettre en prison des innocents en donnant du crédit aux témoignages de la principale accusatrice et de ses enfants…

»

Aline Adam Paris (75)

Elle battrait tout opposant, y compris le champion actuel de la droite Nicolas Sarkozy. Méfions-nous des sondages quels qu’ils soient. N’avaient-ils pas prédit la victoire de Balladur, la présence de Lionel Jospin au second tour, l’écrasante défaite de Bush, la victoire du oui au référendum sur la constitution européenne, la défaite d’Angela Merkel, l’écrasante victoire de Prodi sur Berlusconi qui, finalement, ne cède que pour quelque 28 000 voix sur 38 millions de bulletins ?…

»

Sondages

«O

n assiste en ce moment à un matraquage médiatique concernant Ségolène Royal. Ce battage rappelle le conditionnement de l’opinion publique pour l’imposition d’un tube audio-visuel. On voit et entend Ségolène Royal et son sourire partout. D’idées de gouvernance, redressement du pays, point. Parallèlement à cette mise en scène, les sondeurs sondent les sondés. Ceux-ci placent la présidente de la Région PoitouCharente en tête des sondages.

André Le Lan Chatou (78)

Progressistes

«A

vant même que soit présenté par Nicolas Sarkozy son projet de (fausses) restrictions à la loi sur le regroupement familial, les évêques, les pasteurs et leurs comparses progressistes ont adressé au ministre de l’Intérieur leurs réserves. Ces «idiots utiles » de l’immigration, confondant charité chrétienne et

crétinisme font état de quelques cas exceptionnels, pour les transformer en règles qui interdiraient toute expulsion et tout refus d’accueil. Sans même se soucier de toutes les misères engendrées par ces regroupements familiaux incontrôlés parce qu’incontrôlables (comme tout ce qui touche à l’immigration). Une situation explosive dont ces soi-disant chrétiens se moquent comme de leur première communion. Ils ne songent véritablement qu’à se donner bonne conscience. Mais, ces ministres «chrétiens » ont un point commun avec les ministres de droite comme de gauche : il leur est plus facile de pérorer sur les misères exotiques pour apitoyer les gogos et leur faire oublier leurs propres misères, que de résoudre les véritables problèmes du ministère dont ils sont chargés. Les premiers auront à rendre des comptes à Dieu. Fasse le Ciel que les seconds soient amenés très prochainement à en rendre au Peuple !

»

Jean-Claude Lahitte < cjclahitte@wanadoo.fr >

Vers un nouveau 21 avril…

Écolos

’étonnant et lâche abandon du Premier ministre par MM. Chirac et Sarkozy, au moment où il lui aurait été bien utile de compter sur une droite « rassemblée » (terme à la mode !) me sidère… Il n’était en effet plus temps de tergiverser pour savoir si le CPE était ou non bien né, mais plutôt de faire front (national ?) commun pour enfin montrer et démontrer à cette France du « bordel ambiant » qu’il y avait un pilote dans l’avion et que ce pilote ne mollirait pas devant la dictature de la rue… Hé bien non !… Au nom de la maintenant triste et habituelle « paix sociale », cette nouvelle reculade démontre la félonie de nos dirigeants qui ne pensent décidément qu’à 2007 ! Pauvre France, pauvres politicards combinards qui ne pensent qu’à leur carrière, sans voir qu’ils scient la branche sur laquelle ils sont entrain de roucouler… Et si M. de Villepin sort assurément affaibli de cette mascarade, M. Chirac a perdu, lui, et son honneur et sa crédibilité. Le petit Nicolas, quant à lui,

es écolos s’excitent à propos des ours. Une brebis a été dévorée à dix mètres d’un village, il y a peu. Faudra-t-il la mort d’un enfant pour évaluer le fantasme écolo ? Les ours sont-ils en voie de disparition ? Le transfert d’une zone sauvage dans une zone touristique offre-t-il un avantage pour sa survie ? Pourquoi avoir largué deux femelles au lieu d’un couple ? Pourquoi ne pas réintroduire le rat et le virus de la variole dans Paris, où ils se font rares ?…

L

4

LES 4 VÉRITÉS HEBDO N° 542 VENDREDI 5 MAI 2006

s’est montré aussi fourbe que calculateur… Un commentateur à la télévision s’interrogeait hier pour savoir si nous n’allions pas vers un nouveau 2002… L’électorat de 2007 ne sera, en effet, pas plus ni moins idiot que celui de 2002 et saura punir ceux qui se sont montrés couards et fourbes… Il penchera, me semble-t-il, plus encore qu’en 2002, vers un vote sanction à l’encontre de ces faux-culs et choisira peut-être à pile ou face : Soit une présidente, pour son charme ; soit un octogénaire un peu usé, pour des idées dérangeantes certes, mais qui se sont révélées pertinentes. Quel qu’il (elle) soit, notre nouveau président(e) devra prendre des mesures draconiennes : c’est le prix à payer pour se relever après tant d’années de mollesse suicidaire. ■ CdO

«

L

»

Jacques Costagliola < jcostagliola@free.fr >

Par courriel Reproduction intégrale vivement conseillée avec mention d’origine


542

2/05/06

16:57

Page 5

Déclaration universelle des droits des nations Préambule Le monde moderne se caractérise par une population dépassant les six milliards d’individus, par une mondialisation économique et un développement des moyens de transport favorisant les échanges commerciaux et les déplacements de personnes sur toute la planète. Le progrès et l’instantanéité des moyens d’information collectifs et des communications individuelles apportent à chaque habitant de la Terre un spectacle du monde lui permettant d’effectuer des comparaisons immédiates entre son style de vie et celui des peuples d’autres continents. Ces comparaisons, quoique souvent illusoires ou idéalisées, engendrent inéluctablement des mouvements de population de grande ampleur, car chacun, où qu’il soit né, est naturellement porté à rechercher le meilleur niveau de vie possible, sans considération de frontières. Cette situation provoque des migrations de plus en plus importantes de personnes de toutes origines en direction des pays les plus développés. Si ces migrations échappaient à toute canalisation, il s’ensuivrait nécessairement un chaos socio-politique général préjudiciable à tous les humains, susceptible de déstabiliser les nations et d’engendrer partout des guerres civiles. Les signes avertisseurs d’un tel danger apparaissent déjà en de nombreux pays. Aussi paraît-il nécessaire aujourd’hui de formuler, à l’instar des déclarations des droits de l’homme qui ont jusqu’ici prévalu, et qu’il ne saurait être question de remettre en cause, une déclaration des droits des nations permettant à chacune d’entre elles de préserver sa culture et son identité ainsi que l’appartenance historique de ses citoyens. Pour ces motifs, les États signataires de la présente Déclaration choisissent d’appliquer les règles suivantes de nationalité et de citoyenneté, dans le respect du droit de libre circulation des personnes.

Principes fondateurs Article Premier — Chaque nation souveraine a été fondée par un peuple spécifique qui en a conduit au fil des temps le développement économique, linguistique et culturel en fonction des principes éthiques, sociaux et politiques qu’il s’est choisis, qu’il a fait évoluer selon son génie propre, et dont il a le droit d’assurer la préservation et la pérennité contre toute influence extérieure qu’il jugerait incompatible avec eux. La notion d’indépendance nationale politique chère à tous les peuples doit désormais s’étendre à tous les domaines de la vie collective. Article 2 — Chaque État souverain ayant en charge la protection à tous égards de la nation qu’il représente et du peuple qui la constitue, est en droit d’édicter les lois qu’il juge nécessaires à la préservation de l’identité nationale historique et de tous les aspects de cette identité auxquels la majorité de ses citoyens est attachée, sans que ces lois puissent porter atteinte aux droits individuels. Article 3 — Chaque État souverain est en droit, selon des critères dont il est seul juge, d’accorder, de refuser ou de retirer la nationalité ou la citoyenneté du pays à tout étranger qui la sollicite ou qui prétendrait l’avoir acquise, car

Reproduction intégrale vivement conseillée avec mention d’origine

chaque nation est en droit de préserver son équilibre ethnologique et culturel et de rejeter à son gré toute menace de colonialisme, sous quelque forme qu’il se présente.

Modalités Article 4 — Les règles générales d’application ci-après définies ne sont pas immédiatement contraignantes à l’égard des États signataires. Les États qui ont adopté les principes fondateurs de la présente Déclaration demeurent libres d’en appliquer les modalités quand il leur conviendra, en fonction de leur situation particulière et de son évolution ainsi que de l’évolution mondiale. Ils s’engagent néanmoins à ne pas prendre de dispositions nouvelles qui leur seraient contraires et à légiférer dès que possible selon les principes énumérés aux articles 1, 2 et 3 ci-dessus énoncés. Article 5 — Toute nation appartenant à une union, fédération ou confédération d’États est en droit de s’opposer à l’installation sur son territoire d’étrangers n’appartenant pas à l’un ou l’autre des États associés. Elle est en droit de légiférer sur ce sujet en toute indépendance et aucune disposition fédérale ou confédérale à l’égard des étrangers ne peut lui être opposée. Article 6 — Le "droit du sol" n’existe pas. En quelque lieu qu’il naisse, un enfant ne peut être automatiquement déclaré membre de la communauté nationale dans laquelle il se trouve. Il est censé appartenir à la nation dont ses parents sont citoyens. Dans le cas où les parents ne sont pas de même nationalité, il leur appartient de décider d’un commun accord à la nationalité duquel des deux parents l’enfant sera rattaché. S’il ne peut y avoir accord, l’enfant sera déclaré de la nationalité de sa mère. Article 7 — A l’âge de sa majorité légale, l’enfant de parents étrangers en situation régulière qui aura grandi dans le pays d’accueil pourra en demander la nationalité. Il sera alors réputé dans une situation identique à celle d’un adulte étranger faisant la même demande et il sera soumis aux mêmes obligations. Il bénéficiera toutefois du droit de terminer ses études dans le pays d’accueil puis d’une période de trois années pour la recherche d’un travail régulier nécessaire à l’acquisition de la nationalité, faute de quoi il ne pourrait l’obtenir. Article 8 — Toute personne demandant la nationalité d’un pays dont elle n’est pas originaire devra passer un examen scolaire permettant de prouver qu’elle en parle, lit et écrit la langue nationale de manière suffisamment satisfaisante pour être comprise de tous les nationaux. Elle devra également prouver, au cours de cet examen, qu’elle connaît les grandes lignes de son Histoire et les grands principes de sa Constitution. Article 9 — Toute personne demandant la nationalité d’un pays dont elle n’est pas originaire devra prêter serment d’en respecter la Constitution et les lois. Elle devra s’engager solennellement à ce que cette Constitution et ces lois priment dans son esprit sur toute autre considération morale ou culturelle. Elle devra donc s’engager solennellement à renoncer à toute croyance, coutume ou tradition de son pays d’origine qui se trouverait en contradiction avec la Constitution et les lois de la nation dont elle veut devenir membre. Elle devra s’en-

gager en outre à ne pas afficher son origine de manière ostentatoire par des vêtements particuliers ou autres signes distinctifs, sauf dans les circonstances exceptionnelles de cérémonies ou commémorations historiques. Article 10 — Toute personne demandant la nationalité d’un pays dont elle n’est pas originaire devra justifier d’une présence de dix années sur le territoire national dans les conditions les plus régulières de travail permanent et de satisfaction de ses obligations fiscales et sociales. Les périodes éventuelles de chômage ne pourront dépasser une année sans annuler les années d’emploi précédentes dans le décompte global. Article 11 — Toute personne d’origine étrangère reconnue coupable d’avoir menti ou fraudé au cours des probations prescrites aux articles 7, 8 et 9 sera immédiatement expulsée vers son pays d’origine et sera interdite de séjour à vie dans le pays d’accueil. Article 12 — Toute personne d’origine étrangère ayant acquis la nationalité du pays d’accueil dans les formes prescrites et qui se rendrait coupable d’un ou plusieurs crimes ou délits sera, aussitôt après son jugement, définitivement déchue de la nationalité acquise et extradée vers son pays d’origine où elle devra accomplir la peine prévue par sa condamnation, dans les conditions fixées à cet égard par des accords internationaux. Article 13 — Toute famille étrangère dont un ou plusieurs des enfants mineurs se seraient rendus coupables avec récidive d’un acte criminel ou délictueux sera expulsée du territoire national. Article 14 — Toute personne d’origine étrangère ne bénéficiant pas d’un contrat de travail dans le pays d’accueil ou bien d’une activité artisanale, commerciale ou industrielle en tant qu’entrepreneur qui soit suffisamment rémunératrice pour lui assurer les ressources minimales nécessaires, ne pourra séjourner plus de trois mois dans le pays d’accueil, à moins qu’elle puisse justifier de revenus suffisants et réguliers émanant de son pays d’origine. Article 15 — L’adoption d’enfants étrangers appartenant à des communautés lointaines et très différentes ethniquement et culturellement de la nation des parents adopteurs ne pourra être autorisée. En premier lieu dans l’intérêt même de ces enfants, que nul n’a le droit de déraciner par force de leur milieu originel, au risque de les exposer à des traumatismes psychologiques pouvant porter atteinte à leur équilibre et à leurs capacités d’adaptation au milieu environnant lorsqu’ils atteindront l’âge adulte. En second lieu pour la préservation de l’équilibre ethnologique de la nation d’accueil, qui pourrait être compromis à terme par suite d’une "immigration des berceaux". Chaque État sera en droit de limiter les possibilités d’adoption aux nations ayant avec lui des frontières communes ou appartenant à la même confédération. Texte proposé à la Communauté internationale par Pierre Lance, écrivain français, le 27 avril 2006. (Les suggestions et commentaires de nos lecteurs seront les bienvenus. Les adresser à pierre.lance@wanadoo.fr)

LES 4 VÉRITÉS HEBDO N° 542 VENDREDI 5 MAI 2006

5


Communication

542

2/05/06

16:57

Page 6

FOOT ❯ Eurosport et France Télévisions ont acquis ensemble les droits télévisés de la coupe de France de football pour la période 20062010 au prix de 14,15 millions d’euros par saison. SIDA ❯ Le Sidaction, que plusieurs chaînes présentaient le 1er avril, a rapporté 6,86 millions d’euros de promesses de dons, soit une progression de 1,9 million… HUMA ❯ « L’Humanité » lance un hebdomadaire « L’Humanité dimanche » qui vise une vente de 100 000 exemplaires, pour un équilibre financier autour de 80000. Ce lancement devrait coûter environ trois millions d’euros. MAGAZINES ❯ Les jeunes lisent plus de magazines que la moyenne nationale : 8,4, contre 7,3 pour l’ensemble de la population. Les jeunes femmes lisent encore plus, avec 8,9 magazines… FEMME ACTUELLE ❯ La nouvelle formule de « Femme actuelle » est un succès. Non seulement le titre a enrayé sa chute, mais il a progressé de 0,7 % en 2005, pour atteindre 7,37 millions de lecteurs ! TÉLÉ 7 JOURS ❯ En cinq ans, « Télé 7 Jours » a perdu 650000 lecteurs. Le magazine garde tout de même 1,7 million de fidèles… PLAY BOY ❯ Le magazine érotique est diffusé à quelque trois millions d’exemplaires. ENTREVUE ❯ Le magazine masculin « Entrevue » a plus que doublé le nombre de ses lecteurs en six ans, pour atteindre cinq millions ! INA ❯ L’Institut national de l’audiovisuel a mis en ligne sur son site 100 000 programmes télévisés, représentant quelque 10 000 heures. En principe, 5000 nouvelles heures devraient s’ajouter chaque année…

6

International International Gabriel Lévy

Iran : ultimatum… avant les concessions eux qui ont manifesté depuis trois ans leur angoisse pendant les négociations interminables de la « troïka » (France, Allemagne, Grande Bretagne) avec l’Iran ne le faisaient pas sans raison. Pendant que des Européens crédules lui servaient d’écran, l’Iran gagnait du temps. Elle avoue, et l’ONU le confirme, qu’elle a maintenant la possibilité de fabriquer une bombe thermonucléaire. Nombreux sont ceux – les plus vieux sans doute – pour estimer que « l’histoire repasse les plats », que le président iranien a calqué avec succès son comportement sur celui des dirigeants allemands des années trente, qu’au bout du compte un Munich nous attend et qu’il ouvrira l’ère des concessions, probablement vaines. Nombreux sont ceux qui rappelaient, comme nous, « qu’il avait fallu moins de quatre ans pour que, l’Allemagne ayant obtenu de la Société des Nations en décembre 1932 « le principe de l’égalité des droits en matière d’armement », trois bataillons pénètrent dans la zone démilitarisée de Rhénanie ; six ans pour occuper l’Autriche et la Tchécoslovaquie ; et sept ans pour déclencher la plus horrible des guerres… Encore n’avaitelle pas d’armes thermonucléaires ! » Nombreux sont ceux qui rappelaient le comportement « diplomatique » de l’Allemagne dans les années 1936, 1937 et 1938, lorsqu’elle engrangeait ses gains à chacune des négociations, sachant que, quoi qu’il en

C

LES 4 VÉRITÉS HEBDO N° 542 VENDREDI 5 MAI 2006

soit, elle irait aux conquêtes pour en obtenir plus. « Les démocraties n’oseront pas s’opposer à nous » disait Hitler. Les hommes sont-ils aveugles, oublieux, pusillanimes ? Croient-ils que finalement le pire n’est jamais obligatoire, qu’ils ont eu raison de clamer hier « plutôt rouges que morts » ; que François Mitterrand se trompait en proclamant que « les pacifistes sont à l’Ouest et les euromissiles sont à l’Est » ; que la théorie de Plekhanof *(version ancienne de celle de Mitterrand) est obsolète ; qu’il suffira de crier dans * Théorie selon laquelle « entre deux peuples inégalement socialisés, la grève mettrait la nation la plus socialisée à la merci de celle qui l’est moins » (Voir «Les Thibault», tome III, «L’été 1914»). Remplacer «socialisé» par «pacifique»…

les rues comme Jaurès « Guerre à la Guerre » ; que nous sommes à l’abri de la dissémination des armes nucléaires qu’un petit groupe de terroristes pourra utiliser ? C’est hélas vrai : les « démocraties n’oseront (même) pas » affronter les milliers de manifestants qui, pour s’opposer au moindre sursaut de leurs dirigeants, défileront dans nos villes et entonneront les habituels couplets anti-américains. Si de tels défilés n’avaient pas conforté Saddam Hussein dans son refus des contrôles, la guerre n’aurait probablement pas eu lieu. La problématique est la même aujourd’hui. En définitive, le pire nous attend si l’Occident ne montre pas sa détermination et sa solidarité. Espérons que l’un et l’autre suffiront à détourner le déluge. Mieux vaut une situation à régler qu’une catastrophe à subir… ■

Référendum

Il y aurait une bonne manière d’échapper : – à l’arbitraire des « lois légales » ; – à la chienlit manipulée de la rue étoffée de sa piétaille « jeune » (ou moins jeune mais toujours minoritaire si les médias n’en gonflaient l’importance) ; – en somme à une anarchie devenue institutionnelle ; C’est le référendum d’initiative populaire (à ne pas confondre avec celui de De Gaulle). La formule a fait ses preuves. Capable de bloquer des mesures controversées, ou d’imposer des débats sur des sujets que les acteurs politiques préfèrent laisser dans l’ombre, elle a démontré sa valeur en de nombreux pays. Personne ne semble l’avoir évoqué chez nous au sortir de ces semaines de crise, et pour cause ! Que deviendraient nos chefs syndicalistes, nos (fausses) autorités politiques et nos minorités braillardes si le peuple véritable disposait d’un tel moyen d’exister ? F. Schelstraete Bedoin (84)

Reproduction intégrale vivement conseillée avec mention d’origine


2/05/06

16:57

Page 7

Politique Politique Guy Millière

Écologistes ? Non : communistes !

L

séminent l’intoxication mentale requise pour que les populations acceptent en baissant la tête et ne voient pas qu’on les conduit vers la mort prématurée. L’« aménagement des voies de circulation », comme ils disent, n’est pas fait pour diminuer les embouteillages et la pollution, ni pour épargner le temps de ceux qui subissent les uns et l’autre. Non ! le but de l’« aménagement » susdit est la « pureté de l’air ». La destruction des gains de productivité par les grèves, la rigidité des contrats de travail, les « avantages acquis », l’hypertrophie de la fonction publique, la réduction du temps de travail et autres inepties débouche sur une croissance quasi nulle, un chômage de masse et des déficits cataclysmiques, mais c’est pour la « qualité de la vie » et la « justice sociale », bien sûr. Pour bien intoxiquer les esprits, on peut ajouter diverses autres inquiétudes ineptes : on inscrit le « principe de précaution » dans la Constitution. Dès lors qu’il n’y a pas d’expérience sans risque, on devrait sans doute, cela ne saurait tarder, réclamer la fermeture de tous les centres de recherche scientifique du pays. Puisque vivre est une expérience qui, en général, finit par la mort, on devrait éviter à quiconque de subir ce risque : la dénatalité qui touche toute l’Europe montre que nous avançons dans la bonne direction sur ce plan. Même si on parvenait à zéro naissance chez les Européens de souche, il n’est pas du tout certain qu’on atteindrait un même objectif chez les memb-

Reproduction intégrale vivement conseillée avec mention d’origine

»

«

GAUCHE La gauche n’a rien à proposer, rien à dire, rien à défendre. Elle ne peut se nourrir que des erreurs de la droite ! NICOLAS SARKOZY

»

MGuymilliere@aol.com

ors d’une conversation avec un ami californien, j’ai employé par inadvertance le mot « écologistes ». « Non, communistes », m’a coupé mon ami. Et il a raison. Il faut toujours utiliser les mots adéquats si nous voulons éviter les pièges qui nous entourent. Ceux qui s’appellent pacifistes doivent être désignés comme ce qu’ils sont : des partisans de la terreur totalitaire. Les altermondialistes sont des partisans du collectivisme… Les « écologistes » ne sont pas des amis de l’environnement, mais des néo-communistes qui veulent détruire la liberté individuelle, l’esprit d’entreprise ou, plus simplement, ce qui a été le moteur de l’essor de la civilisation occidentale au fil des siècles : la création de richesse. Tous les économistes dignes de ce nom (je sais, ils sont rares en France) savent que l’avancée infinie vers l’optimum économique implique des gains de productivité, qui impliquent euxmêmes une diminution des coûts de transaction. Des taxes prohibitives sur les carburants à la création volontaire de l’asphyxie des grandes villes françaises qui, depuis l’expérience Delanoë, s’est répandue partout comme une immense coulée de lave, l’écologisme en ce pays s’est ingénié à augmenter les coûts de transaction. Leurs confrères gauchistes et socialistes font, en parallèle, eux, leur possible pour anéantir toute perspective de gains de productivité. Les uns et les autres, par médias interposés, dis-

«

LIBÉRALISME Les Français sont viscéralement opposés au libéralisme ! MICHEL ONFRAY, PHILOSOPHE

«

res des communautés musulmanes, mais rien n’est parfait, n’est-ce pas ? Partout dans le monde, les progrès de la génétique permettent d’envisager de soigner des maladies autrefois incurables, de créer des plantes poussant dans des conditions impensables voici quelques décennies, mais on a créé en France le sigle OGM en le diabolisant aussitôt. Mission accomplie : les recherches génétiques se mènent pour l’essentiel hors de France ! Au nom d’un réchauffement global pour partie imaginaire, pour partie dû à des causes non humaines, on s’ingénie à créer des entraves supplémentaires au développement en France et en Europe, où on n’avait pas besoin de cela pour glisser dans la spirale du déclin… On ne parlait plus, depuis une vingtaine d’années, des risques de pénurie de matières premières, mais avec la hausse du prix du baril de pétrole, l’accalmie est terminée. L’alarmisme se vend bien : Yves Cochet l’an dernier, Éric Laurent cette année. La réalité est différente, plus complexe : on ne manque pas de pétrole, il n’y a pas risque de pénurie d’énergie (j’y reviendrai), mais il y a bien longtemps que ce n’est plus en disant la vérité qu’on vend des livres. Il y a de surcroît une matière première surabondante en ce pays : l’imbécillité. Il faut bien écouler les surplus, quitte à mettre en vente des produits défectueux et dangereux pour la santé physique et mentale d’éventuels consommateurs… ■

SOCIAL-LIBÉRAL Il n’y a pas de synthèse possible entre l’anti-libéralisme et le social-libéralisme ! OLIVIER BESANCENOT

»

«

MÉDIAS Il ne faut jamais confondre popularité et élections ! JEAN-CLAUDE GAUDIN, SÉNATEUR-MAIRE DE MARSEILLE

»

«

MÉMOIRE On commémore tout et n’importe quoi. L’hystérie contemporaine du devoir de mémoire est devenue une négation du présent ! HENRI-PIERRE JEUDY, PHILOSOPHE

»

«

COURT TERME Le monde médiatique est caractérisé par son instabilité et sa vision à court terme : la vérité d’un jour est rarement celle du lendemain… DOMINIQUE STRAUSS-KAHN

»

«

PATIENCE Un mois après le CIP, Édouard Balladur était en haut des sondages, alors attendons ! JEAN-LOUIS DEBRÉ

»

«

IMMIGRATION La France n’a pas besoin d’immigration choisie, mais d’immigration zéro ! PHILIPPE DE VILLIERS

»

«

SOCIÉTÉ CIVILE La décision publique doit être accompagnée par les divers corps sociaux de la Nation et non plus seulement être imposée d’en haut… JACQUES DERMAGNE, PRÉSIDENT DU CONSEIL ÉCONOMIQUE ET SOCIAL

»

«

CLIVAGE Le Pen est la vraie droite ; je suis la vraie gauche. Le Nouvel Empire n’aime ni les uns, ni les autres… DIEUDONNÉ M’BALA M’BALA,

»

HUMORISTE

LES 4 VÉRITÉS HEBDO N° 542 VENDREDI 5 MAI 2006

7

Sic

542


4vh542