Issuu on Google+

4VH 500

13/06/05

17:02

Page 8

Chronique

politique

Alain Mathieu amath@noos.fr

Villepin: Un discours de fonctionnaire

L

e discours de politique générale que Dominique de Villepin a prononcé le 8 juin à l’Assemblée Nationale est celui qu’on pouvait attendre d’un homme qui a été fonctionnaire toute sa vie, et n’a jamais connu d’entreprise. Convaincu que « notre nation s’est construite autour de l’État », il attend de celui-ci la solution au problème du chômage. Des « pôles de compétitivité » financés par l’État, des « grands chantiers routiers et ferroviaires », des dépenses supplémentaires (4,5 Mds en 2006) permettant à l’État d’avantager les bas salaires, des réductions d’impôts supplémentaires pour les HLM, le renforcement du rôle des sous-préfets, l’incitation donnée aux fonctionnaires d’aider les entreprises « en les conseillant », toutes ces mesures ne font confiance qu’à l’État pour résoudre le problème.

ABONNEZ-VOUS

Bulletin d’abonnement

8

Lecteurs occasionnels abonnez-vous ! Lecteurs déjà abonnés abonnez vos amis ! ■ OUI, je souhaite m’abonner pour 6 mois (soit 24 numéros) à la revue «Les 4 Vérités hebdo» au prix de 27€ TTC (TVA à 2,10%incluse) par chèque joint NOM ...............................Prénom ............................

-

Adresse ...................................................................

Code Postal .....................Ville ................................. Téléphone ...............................................................

Signature :

4VÉRITÉS

LES

BON À RETOURNER

La publication anti bourrage de crâne

HEBDO

Les 4 vérités Hebdo - Service abonnements 18 à 24, quai de la Marne - 75164 Paris cedex 19

LES 4 VÉRITÉS HEBDO N°500 VENDREDI 17 JUIN 2005

Le chômage des plus de 50 ans doit être résolu par leur embauche dans la fonction publique, de même que celui des jeunes, dont les embauches par l’État vont être multipliées par cinq. Les jeunes sans qualification et sans emploi seront embauchés par les Armées. Le chiffre cité à ce sujet par Dominique de Villepin est surprenant : « 60.000 jeunes sortent chaque année du système scolaire sans emploi et sans qualification ». N’a-t-il pas lu la « lettre à ceux qui aiment l’école » de son ancien collègue Luc Ferry, qui les évalue à 158.000 ? La modeste réforme des statuts des 900 corps de la fonction publique proposée par Renaud Dutreil, comme l’ambition de Jean-Pierre Raffarin de ne remplacer qu’un fonctionnaire sur deux partant à la retraite, sont abandonnées. Dominique de Villepin est là pour protéger de toute évolution notre fonction publique, crispée sur ses effectifs et ses privilèges. Cet immobilisme au profit des fonctionnaires est la réalité qui se cache derrière la défense du « modèle social français ». Alors que tous nos concurrents s’adaptent, notre pays devra encore traîner l’énorme boulet de nos excessives dépenses publiques, et nos entreprises seront incapables d’exploiter les formidables opportunités qu’offre la libération des échanges, dont profite le monde entier. Dominique de Villepin va jusqu’à louer deux fois le « dévouement sans réserve » de nos fonctionnaires et de nos enseignants, ignorant sans doute que nos profs du secondaire ont une obligation de présence hebdomadaire à l’école qui est la moitié de celle de nos voisins. Il veut maintenir tous les services publics de proximité, même dans les communes qui se dépeuplent, pendant que nos

voisins évoluent, par exemple en confiant des services postaux à des commerçants. Dominique de Villepin sait bien que, pour réduire le chômage, il ne peut pas compter sur les grandes entreprises, puisque la plupart d’entre elles, y compris les publiques, fuient à tire d’aile un pays qui préfère les fonctionnaires aux entrepreneurs. Il sait que seules les PME ou les TPE très petites entreprises, moins de 10 salariés- peuvent, dans le secteur privé, accroître l’emploi. Aussi a-t-il prévu pour les TPE des simplifications de formalités de versement des salaires (« chèque-emploi »), quelques exonérations de charges (entre 10 et 20 salariés), et sa grande innovation, le « contrat nouvelle embauche », contrat dans lequel la période d’essai est portée à deux ans. Mais comment a-t-il pu s’imaginer que ce contrat aurait une réelle influence sur l’embauche ? Actuellement les TPE utilisent un contrat à durée déterminée, suivi pour la même personne par un contrat d’intérim, puis à nouveau un CDD, puis un intérim, etc, et obtiennent ainsi, peut-être pas en toute légalité, mais par tolérance de l’inspection du travail, le même résultat qu’avec le « contrat nouvelle embauche » : pouvoir se séparer d’un collaborateur si les commandes baissent. Par rapport à cette situation, le « contrat nouvelle embauche » ne présentera pas d’avantage, et un grave inconvénient : il faudra verser au salarié licencié une indemnité de préavis, proportionnelle à la durée de travail effectuée, alors que cela n’est pas actuellement exigé. Il faut vraiment mal connaître l’économie réelle pour avoir imaginé une mesure aussi peu efficace contre le chômage. ■

Reproduction intégrale vivement conseillée avec mention d’origine


4VH 500

13/06/05

17:02

Page 1

ISSN 0151-2439

VENDREDI 17 JUIN 2005

N°500

VÉRITÉS 4

LES

La publication anti bourrage de crâne

ÉDITORIAL

HEBDO

Jean Rouxel

Le rejet de la Constitution amènera l’euro à disparaître! es marchés financiers disent souvent des choses qui ne se trouvent écrites nulle part ailleurs. Cependant, il est difficile d’interpréter ce qu’ils disent, sous la forme sibylline de hausse ou de baisse des objets ou matières dont ils assurent la cotation permanente. Pourtant, le lundi 30 mai, les observateurs ne s’y sont pas trompés : la faiblesse de l’euro s’expliquait non seulement par des considérations contingentes mais également par une nouvelle défiance à l’égard de la monnaie européenne. Dans la foulée, on vit même, en particulier en Italie, des déclarations donnant à penser que les jours de l’euro étaient d’ores et déjà comptés. Les avantages attendus de la monnaie unique ont bien eu lieu, et tous les ressortissants des pays qui en ont adopté l’usage ont pu les constater : l’euro a diminué les coûts de conversion et de transaction des anciennes monnaies nationales. D’autre part – et c’est sans doute plus important – en facilitant les comparaisons et la transparence, il a accéléré les restructurations économiques et en particulier industrielles. On peut donc dire qu’il a agi comme un élément d’adaptation des entreprises aux nécessités de la mondialisation. Mais les inconvénients, eux aussi

L Dessin de MIÈGE

4VÉRITÉS

LES

La publication anti bourrage de crâne

HEBDO

LES 4 VÉRITÉS 2005 © Publication hebdomadaire (CPPAP N°0208 I 82712) Tél.: 01 56 81 00 30 Fax : 01 40 46 00 27 < 4verites@wanadoo.fr > < http./www.les4verites.com > (webmaster : Aléric Brei-Lefebvre) Siège social : 65, rue Claude Bernard 75005 Paris - SARL de presse Abonnements : 4 Vérités-DIP 18 à 24, quai de la Marne 75164 Paris Cedex 19 01 44 84 85 48 (Djamila) ou http://www.les4verites.com Directeur-gérant responsable de la publication : Alain Dumait Rédaction : Jean Rouxel (rédacteur en chef) Guillaume de Thieulloy Pierre Baudouin Le numéro 1,14€ Abonnement 48 numéros 54€ TTC Abonnement de soutien à partir de 100€ Personnes morales (entreprises ou administrations) : 200€, TVA à 2,10 % en sus Imprimerie : Delcambre, Pantin (93) Fichiers déclarés à la CNIL (N°672024) Exemplaire gratuit sur simple demande écrite

annoncés par un certain nombre d’économistes (comme, en France, Jean-Jacques Rosa), se sont également avérés prémonitoires. En supprimant la nécessité d’ajustements immédiats aux décisions de politique économique des États, sous la forme d’une modification des taux d’intérêt, des taux de change, ou d’une réorientation des finances publiques, l’euro a agi comme une drogue anti-douleur. Et plusieurs pays, dont la France, en tête, ne se sont pas privés de prendre des décisions dont ils n’avaient pas à payer le prix financier grâce à l’euro. Ainsi, avec les 35 heures. Au total, l’euro a plutôt éteint que stimulé l’esprit de réforme. Il a été considéré par ses bénéficiaires comme un filet protecteur même si, dans l’économie globale d’aujourd’hui, ce ne peut être qu’une illusion. Tous les effets négatifs de l’euro ne peuvent entraîner à coup sûr sa disparition prochaine. Par contre, l’échec du Traité constitutionnel a toutes les chances d’obtenir ce résultat. Car on n’a jamais vu qu’une union monétaire puisse s’établir et se maintenir en dehors d’un processus d’unification politique. L’euro, même nocif, pouvait être conforté par l’union politique. La défaite de celle-ci le condamne, sans doute, à brève échéance. ■

«

Pour la plupart des hommes, se corriger consiste à changer de défauts… Voltaire

»

SOMMAIRE

2

La croissance pour sortir de la crise par Bernard Trémeau

➥ Chiffres Significatifs

3➥ 4 6➥ 7➥ 8

Déclin de la France par Christian Lambert

Divers faits Votre opinion nous intéresse Le courrier des lecteurs

Europe: tirer d’un mal un bien par Pierre Lance

Communication

Le néo-conservatisme est un humanisme! par Guy Millière

Sic

La chronique politique d’Alain Mathieu

Faîtes connaître autour de vous

LES 4 VÉRITÉS HEBDO. Si vous pensez que cette publication antibourrage de crâne est susceptible d’intéresser tel ou tel de vos amis, parents ou relations, indiquez-nous leurs coordonnées. Nous nous ferons un plaisir de leur adresser, gratuitement les 4 prochains numéros.


Chiffres Significatifs

4VH 500

13/06/05

17:02

Page 2

DÉFICIT ❯ Le déficit budgétaire de l’État a atteint 42,25 milliards d’euros fin avril, largement au-dessus des 39,6 milliards d’avril 2004 !

Économie Économie

Bernard Trémeau

BAC ❯ 634 168 candidats (dont 329 833 pour le bac général) passent les épreuves du baccalauréat en 2005, corrigés par 129 441 examinateurs… CONSEIL ❯ En 2003, le salaire moyen des personnes commençant une carrière dans le conseil était de 37 500 euros. Dans la moitié des cas, ce salaire comportait une part variable (à hauteur de 16% en moyenne). CONSOMMATION ❯ Les prix à la consommation ont augmenté de 0,2% en avril par rapport à mars et de 1,8% sur douze mois. STAR WARS ❯ Dans les firmes américaines, le coût de l’absentéisme lié à la sortie du dernier épisode de « Star Wars » a été estimé à 627 millions de dollars ! ORDINATEUR ❯ 53% des Français ont accès à un ordinateur à leur domicile ; 48% des actifs en utilisent un sur leur lieu de travail. IMPÔT ❯ 3,7 millions de déclarations de revenus ont été faites par internet en 2005, contre 1,2 million en 2004, 600 000 en 2003 et 120 000 en 2002… SUBVENTION ❯ Les subventions européennes aux régions françaises se sont élevées à seize milliards d’euros pour la période 2000-2006. INTERNET ❯ La France comptait 6,5 millions d’abonnés à une connexion internet haut débit à la fin de l’année 2004. CAC 40 ❯ Douze entreprises du CAC 40 ont actuellement un PDG de plus de soixante ans…

2

Le plan Villepin va dans le bon sens e premier ministre a annoncé les mesures qu’il compte prendre pour lutter contre le chômage. Nous en retiendrons d’abord deux que l’on pourrait qualifier de libérales. – Créer un nouveau contrat d’embauche valable uniquement pour les entreprises de moins de dix salariés (elles sont plus d’un million en France). Le contrat dure deux ans au maximum et, pendant cette période, les frais de licenciement sont pratiquement supprimés... – Supprimer les charges sociales de ceux qui sont embauchés au SMIC. Ce qui réduira de façon importante le coût du SMIC pour l’entreprise, en augmentant les impôts des Français… Ces deux mesures tiennent enfin compte de la réalité économique. Ce sont, en effet, les employeurs qui créent les emplois et ce sont les employeurs qui payent les charges sociales. Dans une économie rongée par le chômage, donc avec une clientèle potentielle qui se réduit, les employeurs de petites entreprises n’ont pas les moyens financiers de payer des indemnités de licenciement élevées ou des charges sociales. Grâce à ces deux mesures, ils hésiteront moins à embaucher. Le Premier ministre nous a aussi annoncé l’ouverture de grands travaux d’équipement pour la France. On se croirait revenu aux USA il y a 80 ans, du temps de Roosevelt et de son New Deal… Comme les caisses de la France sont plus que vides, le financement de ces travaux sera réalisé par la vente d’une partie

L

LES 4 VÉRITÉS HEBDO N°500 VENDREDI 17 JUIN 2005

du patrimoine national. Cette magnifique mesure keynesienne crée des emplois, c’est évident. Mais les capitaux privés qui achètent des entreprises nationalisées n’investissent plus dans des entreprises privées. Les emplois créés ici seront compensés par les emplois perdus là. Avec le transit par les caisses de l’État, le bilan risque d’être négatif… Un grand absent dans le plan de lutte contre le chômage que présente notre Premier ministre est la reprise… Sans reprise, quelles que soient les mesures décidées, le chômage augmente.

Sans reprise, pas de baisse du chômage! Sans augmentation du pouvoir d’achat de la population, pas d’augmentation possible du nombre des clients d’une petite entreprise. Sans nouveaux clients, pas de désir d’embauche. Il faut qu’une augmentation du pouvoir d’achat de la population accompagne les mesures prises. Villepin a eu la sagesse de ne pas proposer, comme Hollande, une augmentation des salaires (un nouveau Grenelle même, selon le premier secrétaire du parti socialiste). Une augmentation des salaires n’augmente pas d’un centime le pouvoir d’achat global d’un pays. Ce que perçoivent les salariés en plus, les entreprises l’ont en moins. La demande augmente, alors que les capacités de l’offre diminuent. La situation devient inflationniste et la France étant dans la zone euro,

tremeau.bernard@wanadoo.fr

une dévaluation compétitive n’est plus possible. De plus, avec les chaussettes chinoises ou les transporteurs routiers polonais qui envahissent déjà le marché français, une augmentation des salaires en France mettrait immédiatement au chômage des centaines de milliers de Français. L’augmentation de salaire serait aujourd’hui une catastrophe sur le plan économique et social. La seule façon d’augmenter le pouvoir d’achat d’une population est de mettre sur le marché de la monnaie nouvelle dont la valeur n’est pas détruite par l’inflation. Et, aujourd’hui, ce n’est plus la France qui décide de sa création monétaire, mais c’est la Banque Centrale Européenne (la BCE). Sous l’influence de son ministre des Finances, notre Premier ministre n’a pas commis la même erreur que les responsables allemands ou italiens. Il n’a pas demandé à la BCE de créer plus de monnaie, car dans les circonstances actuelles, l’inflation détruirait sa valeur. Bravo! Sans reprise économique, le plan de notre Premier ministre ne peut pas réussir. Pour obtenir une reprise, il doit dans un premier temps et volontairement supprimer toutes les contraintes inflationnistes qui pèsent sur notre économie. Il peut alors, dans un deuxième temps, demander à la BCE de créer plus de monnaie : l’inflation ne détruira plus sa valeur. La reprise suivra. Dominique de Villepin a de la volonté, il en faut beaucoup pour réaliser un tel plan… ■

Reproduction intégrale vivement conseillée avec mention d’origine


13/06/05

17:02

Page 3

Politique Politique

Christian Lambert Ancien ambassadeur de France

e référendum du 29 mai a donné lieu à des milliers de pages de commentaires mais le fond des choses n’a pas été dit. Il n’était pas dans la ligne du politiquement correct. Ce que les Français souhaitent, en effet, dans leur majorité, c’est un régime de type soviétique mais sans ses contraintes. Tout le monde étant fonctionnaire, il n’y aurait plus de chômeurs, plus un seul, mais contrairement à ce qui se passait en URSS, les Français dans leur ensemble, entendent conserver le droit de grève pour en user et en abuser, deux mois de congé par an, plus les congés de maladie généralement bien ciblés, plus les 35 heures de travail hebdomadaire que l’on pourrait ramener à 30, plus la retraite à 50 ans, plus les soins et les médicaments gratuits, plus des subventions de toute nature… C’est ce qu’on appelle « le modèle social français que le monde entier nous envie », les intangibles acquis sociaux. Sans doute, quelques esprits chagrins penseront et diront qu’un tel système parfaitement absurde – les observateurs étrangers parlent de « délirium français » – suppose des crédits considérables, d’autant plus difficile à trouver que les finances publiques sont en faillite. Qu’à cela ne tienne. Il n’y a qu’à faire payer les riches, qui, au demeurant, sont tous suspects. Il faut prendre l’argent là où il est. L’ennui est que ce modèle va d’échec en échec. Il engendre les promesses jamais tenues, les espérances toujours déçues et finalement la ruine.

L

La décadence française continue… Le modèle anglo-saxon lui, fonctionne bien, et en GrandeBretagne et aux USA et en Extrême-Orient. Il honore et récompense celui qui s’est enrichi par son travail, son savoirfaire, son talent. L’idéal de tous n’est pas le nivellement par le bas par la revendication permanente jusqu’à la menace insurrectionnelle, mais l’ascension sociale. La devise est celle de Guizot, il y a bien longtemps : « Enrichissez-vous ». La France officielle n’en veut pas et en particulier le premier des Français qui, s’adaptant à la mentalité générale, ne manque jamais une occasion de vilipender le « détestable modèle anglo-saxon ». Le Medef, les États-Unis, le libéralisme – qui, on le notera, tend à remplacer le mot fascisme dans le vocabulaire socialocommuniste et parfois celui de la droite parlementaire –, voilà l’ennemi. Imaginons cependant que se lève enfin en France un homme d’État compétent, décidé à gouverner dans l’intérêt des Français, imaginons à l’Élysée une Margaret Thatcher avec sa lucidité et son courage. Eh bien, nous aurions la grève générale pour commencer puis, sans doute, la guerre civile aggravée d’anarchie par les « agissements » de millions d’immigrés déjà sur notre sol, et qui provoquent peu à peu la dissolution de l’identité de la France, mais dont la seule critique – je le relève en passant – a valu au Président du Conseil Général des Pyrénées orientales, pourtant socialiste, d’être poursuivi. Il avait osé dire que nombreux étaient les immigrés à venir

Reproduction intégrale vivement conseillée avec mention d’origine

chez nous pour percevoir le RMI. C’est pourtant une évidence. Bref, le scrutin du 29 mai a révélé que s’est constitué, dans notre pays encore très fortement influencé par le marxisme, un mélange tellement détonant qu’il est désormais des notabilités européennes au plus haut niveau qui souhaiteraient voir la France, ferment de désordres et de contradictions, sortir de l’Union européenne. Qu’elle poursuive seule, murmurent-ils, avec son rêve dérisoire de grandeur et ses idées fausses, son inexorable décadence. J’ajoute qu’au plan de la politique étrangère, la probable arrivée au pouvoir en Allemagne dans quelques mois de la CDUCSU pourra conduire – une fois le chancelier Schröder remercié – à un axe WashingtonLondres-Berlin-Varsovie sous le signe du libéralisme. Paris sera complètement isolé. La conclusion sévère et juste, je l’emprunterai à l’essayiste Nicolas Baverez qui, dans « Le Monde » du 5 juin, écrit : « Le référendum, enfant de la peur et du désespoir, dresse l’acte de décès de la France gaulliste, corrompue par François Mitterrand, puis ruinée par Jacques Chirac. Une nation en état de quasiguerre civile, une société laminée par le chômage, une économie déclassée, une classe politique déconsidérée, une Constitution démembrée, une position internationale marginalisée – tout particulièrement en Europe : il ne reste plus rien de l’entreprise de redressement engagée en 1958… ». ■

ÉDUCATION ❯ La direction de l’évaluation du ministère de l’Éducation nationale a envoyé un questionnaire pour sonder l’opinion d’environ 15 000 élèves, qui doivent donner leur avis sur des affirmations comme : « Certains disent qu’il faut aider les pauvres de France plutôt qu’aider ceux du bout du monde », « Il y a des personnes qui pensent que les hommes sont plus ou moins intelligents selon la race à laquelle ils appartiennent », « Certains pensent que les femmes doivent obéir aux hommes », « Certains disent qu’il n’y a que les Blancs qui peuvent être français »… INTERNET ❯ 76% des cadres, mais seulement 27% des ouvriers, ont accès à internet à leur domicile. NÉGOCIATION ❯ L’IMD, école de commerce de Lausanne, mène chaque année une enquête sur la compétitivité. Pour la qualité des relations du travail (« hostiles ou constructives ? »), la France se trouve 57e sur 60 pays étudiés, derrière tous les autres pays développés. Pour les relations entre employés et employeurs (« conflictuelles ou coopératives ? »), la France obtient la 99e place sur 102 pays étudiés. Les seuls pays à arriver derrière le nôtre sont le Venezuela, le Nigeria et Trinidad… CANNABIS ❯ Un consommateur « fréquent » de cannabis (c’est-à-dire une personne qui fume au moins vingt « joints » par mois) sur cinq estime difficile de se passer de cette drogue pendant une journée… RETRAITE ❯ Alors que plus de la moitié des personnes nées avant 1960 avaient commencé à cotiser pour la retraite avant 18 ans, seuls 30% des hommes et 18% des femmes nés après 1970 sont dans ce cas.

LES 4 VÉRITÉS HEBDO N°500 VENDREDI 17 JUIN 2005

3

Divers faits

4VH 500


4VH 500

13/06/05

17:02

Page 4

Votre opinion nous intéresse Teknival

«L

es résultats des autopsies effectuées sur les personnes décédées lors du récent Teknival de la Marne sont maintenant connus et la consommation de stupéfiants est une fois de plus mise en cause. Il faut ajouter à ces drames humains les dégâts et interventions annexes qui ont engendré plusieurs centaines de milliers d’euros de frais à la charge du contribuable. Pourra-t-on longtemps accepter que l’État cautionne plus ou moins ce genre de manifestations qui pro-

«

» Courrier des lecteurs Nous écrire, c’est courir le risque être publié…

fitent avant tout à des dealers peu scrupuleux? L’argent dépensé serait plus utile s’il servait à financer efficacement et durablement la prévention de la toxicomanie.

»

Rémy Gigos Bessoncourt (90)

Visas touristiques

«

ans préjuger de la culpabilité du « Père François », actuellement jugé en France pour agression sexuelle présumée sur de jeunes Sénégalais, je

S

Révolution des mœurs S

suis plutôt réservé quant aux buts non avoués de ces témoignages « spontanés » émanant de jeunes gens venus tout spécialement de leur pays nous conter leurs « mésaventures »… Il est probable, en effet, que le procès de Mickael Jackson ait donné des idées à des petits malins, et je suis prêt à parier que des accusations identiques vont se multiplier dans les prochains jours. Les « coupables » potentiels étant facilement désignés vu le nombre de missionnaires européens dépêchés un peu partout en Afrique depuis

»

’il est un homme dont la doctrine a eu de l’in- pornographique. À lire son rapport, une personne fluence sur la vie des Occidentaux de la fin du qui, à quinze ans, n’aurait pas “tout essayé” en ce XXe siècle et qui demeure un parfait inconnu, c’est domaine était à la limite de l’anormalité – ou, du bien Alfred Kinsey. moins, faisait partie d’une minorité. Tout au plus se souvient-on de son célèOr, le docteur Reisman a découvert Susan Brinkman bre “rapport” sur la sexualité humaine, que ces statistiques n’avaient pas été qui date de 1948. Par ce rapport et les compilées par un statisticien – l’équiKinsey le corrupteur livres qui suivirent, Kinsey fut véritablepe de “recherche” de Kinsey n’en ment le père de la “révolution sexuelcontenant aucun! – mais surtout les le”. personnes interviewées étaient, dans Mais ce père des soixante-huitards une proportion démesurée, des délinreste curieusement un parfait inconnu, Éd. de L’Homme nouveau quants sexuels et des prostituées. Ce quand bien même il serait impossible n’est certainement pas la meilleure de trouver un programme d’éducation façon d’obtenir une idée précise des 108 pages – 15 euros sexuelle qui ne repose pas sur sa doctripratiques sexuelles de la population! ne! Plus grave encore, sur la base de ce À l’occasion de la sortie d’un film magnifiant ce rapport Kinsey, le code pénal américain a été modigrand “libérateur”, les éditions de L’Homme nou- fié, pour ne pas criminaliser ce que la “majorité de veau ont eu l’excellente idée de traduire une bro- la population” était censée pratiquer en cachette… chure de Susan Brinkmann, intitulée “Kinsey le cor- Ces révélations de Judith Reisman – qui fut conduirupteur”. te à s’interroger sur la révolution des mœurs, On y découvre que ce grand “humaniste” était éga- lorsque sa fille de onze ans fut violée par un de ses lement un fervent eugéniste, un antisémite et un camarades de treize ans… – n’ont pas été contesantichrétien notoire, le tout “couronné” d’une tées par les tenants de la sexologie kinseyienne… fâcheuse tendance à la pédomanie. Autant dire que qui gardent pourtant le monopole de l’éducation nous sommes loin du saint de vitrail! sexuelle dans toutes les écoles de l’Occident! Mais, surtout, cette brochure nous apprend com- Cette brochure effarante est, par conséquent, à ment ont été acquis les matériaux documentaires conseiller d’urgence à tous les éducateurs et à tous nécessaires à la publication de son rapport. C’est au les parents. Accessoirement, elle est un bon exemdocteur Judith Reisman que l’on doit cette effaran- ple des mensonges frelatés sur lesquels repose la te découverte: Kinsey, pour “prouver” que les domination culturelle de l’extrême gauche! ■ notions de dépravation et de déviance sexuelle étaient absurdes, avait donné des statistiques Guillaume de Thieulloy extravagantes sur le nombre de violeurs, sur les < g.dethieulloy@les4verites.com > pratiques zoophiles, ou sur l’utilisation de matériel

4

LES 4 VÉRITÉS HEBDO N°500 VENDREDI 17 JUIN 2005

de nombreuses années… Il est par ailleurs plus commode de voyager à bord d’un Airbus muni d’un visa « Schengen», sésame ouvrant la porte de l’Europe, que de se glisser subrepticement dans son train d’atterrissage… Aussi, j’invite notre bouillant ministre de l’Intérieur à veiller tout particulièrement à ce que TOUS ces jeunes gens regagnent leur pays à l’issue du procès. Il suffit, en effet, de demander à nos consulats sur place de coopérer en vérifiant le retour effectif de chacun (les demandes de visa comportent leurs adresses), à l’issue des trois mois de validité de leurs visas « touristiques »… CdO Par courriel

Sarkozy

«

ette fois-ci le masque de Sarkozy est tombé. En acceptant d’entrer au gouvernement, celui-ci a achevé de se discréditer aux yeux de l’opinion. Au lieu de s’opposer à Chirac avec vigueur pour obliger celui-ci à se soumettre à défaut de se démettre, Nicolas Sarkozy n’a pas su résister aux charmes d’un portefeuille ministériel et de ses prébendes... prouvant ainsi que sa démission du gouvernement pour mieux présider l’UMP n’était que du cinéma. Mais pouvait-il en être autrement quand on a été un bébé CHIRAC depuis bientôt 30 ans ? En tous cas, je m’en souviendrai lors des prochaines élections…

C

»

Éric Mainardi Par courriel

Tout va très bien!

«

J

ean François Copé vient de déclarer: “Il y a trois

Reproduction intégrale vivement conseillée avec mention d’origine


4VH 500

13/06/05

17:02

Page 5

L’échec programmé de Villepin i le flamboyant Premier ministre français connaît bien son Bonaparte pour se donner cent jours pour réussir, il n’a probablement rien lu du trente-cinquième président des États-Unis (1961-1963). Kennedy prononça cette phrase lors de son arrivée à la Maison Blanche en janvier 1961. Son élection avait suscité dans le pays un énorme espoir qu’il ne pouvait décevoir. Il eut l’honnêteté de dire qu’il ne fallait pas attendre de miracles de son administration. Il connaissait les obstacles au congrès, les préjugés des blancs à l’encontre des noirs et aussi ses ennemis irréductibles qui se recrutaient aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur du pays, pour la jouer modeste. La pire chose en politique est de ne pas tenir ses promesses. C’est la raison essentielle du non français au référendum sur le Traité constitutionnel européen. Le peuple français qui a été entretenu depuis trop longtemps dans l’ignorance et l’illusion par ses élites, se révolte aujourd’hui. Soyez heureux, monsieur de Villepin, soyez heureux tant que vous le puissiez ! Vous êtes arrivé à Matignon, c’est le temps des roses pour vous, le temps des illusions. Ne laissez personne vous empêcher de sourire. Bonaparte, Keynes, Colbert et les Jacobins sont vos maîtres à penser. Nous en sommes heureux pour vous. Des visions présidentielles flottent devant vos yeux. Nous vous souhaitons un graduel et gentil réveil. Vous n’êtes pas du fer avec lequel on forge des Reagan et des Thatcher mais plutôt du caoutchouc avec lequel on tord votre maître à l’Élysée.

S

moteurs dans la croissance: l’investissement, la consommation et les exportations”. Et il a précisé que, dans ces trois domaines, le gouvernement avait depuis trois ans “pris un certain nombre de mesures qui lui ont permis d’avoir un taux de croissance plutôt supérieur à la moyenne de la zone euro”. “Les baisses d’impôt ont permis d’améliorer le pouvoir d’achat, la consommation se tient tout à fait convenablement, l’investissement a été très largement relancé.” Franchement de quoi se plaint-on? Avec des ministres aussi performants et des résultats aussi flatteurs que-le-monde-entier-nousenvie, on se demande pourquoi tant de crétins et de grincheux ont voté “non”!

»

ou les jeunes de travailler dans un secteur en difficulté. Quel aveu d’impuissance de votre part! Comme pour toute la classe politique française, nous vous faisons entièrement confiance pour essayer tout ce qui ne marche pas. Pendant sa convalescence après une opération du dos, John Fitzgerald Kennedy écrivit en 1955 un livre intitulé “Profiles in Courage”. Le sénateur du Massachusetts avait choisi de brosser le portrait de huit d’hommes d’État américains qui s’étaient particulièrement distingués par leur courage et leur vertu dans l’épreuve. Ils avaient risqué leur carrière pour défendre ce qu’ils considéraient indispensable pour leur pays, même si cela leur valut parfois les pires ennuis. Prenons l’exemple de Cincinnatus Lamar (1825-1893). Cet ancien lieutenantcolonel du premier régiment des Confédérés fut nommé par le président Cleveland juge à la Cour Suprême. Cincinnatus Lamar se dépensa sans compter pour la réconciliation des Yankees et des Sudistes. Comme l’Amérique avait besoin d’un Cincinnatus durant la période de reconstruction, la France en a besoin d’un aujourd’hui pour se réconcilier avec le libéralisme. La droite française ne mérite pas plus que son sosie de gauche de gouverner ce pays. Tout est à reconstruire, sur une autre base que le jacobinisme éculé du Premier ministre! ■ Bernard Martoïa

< bernardmartoia@yahoo.fr >

Médicalisme

Propagande

e viens de lire l’article de Pierre Lance dans votre rubrique “religion” (voir n°499, page 6). Il met le doigt avec précision sur un des maux français; pas une fausse note dans cette analyse. Pour confirmer ce point de vue, je me souviens qu’il y a quarante ans, un ami médecin nouvellement installé me faisait part des surprises de son métier, me disant que sa clientèle, issue d’un centre médico-social, venait le consulter – les consultations étant gratuites – pour des problèmes familiaux, relationnels, ou autres, qui n’avaient rien avoir avec la médecine. Il concluait, comme Pierre Lance, que le médecin avait pris la place du curé…

a propagande faite par France 2, et surtout FR3, pour le non a été d’une efficacité remarquable. Ces chaînes défendaient avec outrance le oui au premier degré pour obtenir un effet boomerang, et militaient activement en faveur du non au second degré. Pour convaincre, elles utilisaient, dans les commentaires, de l’information, les méthodes de persuasion fondées sur l’amalgame et sur la généralisation de situations particulières. Les délocalisations étaient suggérées comme susceptibles de se produire massivement e n Europe.

«J

»

Jacques Guillemain Versailles (78)

Votre discours de politique générale à l’Assemblée Nationale s’est apparenté à un grand oral de votre chère école nationale d’administration (ENA). On y retrouve toutes les recettes que l’on vous a enseignées dans cette école que le monde entier vous envie, surtout les Africains. Nous ne doutons nullement de votre sincérité à résoudre le chômage, comme d’ailleurs tous vos collègues énarques qui vous ont précédé à Matignon. Vous vous distinguez des autres, non pas sur le diagnostic que vous portez sur l’économie, mais par votre impatience. Soyez patient! Votre échec se manifestera plus tôt que vous ne le pensez. Il est à craindre aussi que les Français ne se lassent plus vite de vous que de ce pauvre Raffarin que vous avez si souvent critiqué pour son inaction. C’est la juste sanction pour un homme aussi pressé que vous. Ne faisant pas partie de la cour, vous ne pouvez nous suspecter – nous libéraux – de flagornerie à votre égard. Nous craignons sincèrement que vous ne puissiez soigner ce pays ravagé par l’égalitarisme. La prédiction de Milton Friedman s’est réalisée : à vouloir toujours plus d’égalité, on a fini par n’avoir plus de liberté dans ce pays. Désespérés de trouver un remède miracle, vos courtisans du journal “Le Monde” vous ont suggéré de copier le modèle danois : un curieux mélange de flexibilité et de garantie d’un revenu indépendant d’une activité professionnelle. Vous vous y essayez timidement avec votre prime de mille euros pour inciter les chômeurs de longue durée à reprendre un emploi

André Rossi < rossiandre@wanadoo.fr >

Reproduction intégrale vivement conseillée avec mention d’origine

«L

Ensuite, elles généralisaient des situations particulières, comme celle des plombiers polonais. Elles mettaient en œuvre l’émotionnel, beaucoup plus persuasif que le rationnel. Face aux stratèges télévisuels du service public, le colonel Blau, chef du laboratoire de psychologie du Ministère de la guerre sous le IIIe Reich et auteur du manuel “Propaganda als Waffe”, serait aujourd’hui un enfant de chœur. Le résultat était dans les urnes, le 29 mai. La victoire du non a réjoui Tony Blair et les libéraux. Les 25 pays ne sont certainement pas prêts à se mettre d’accord sur une constitution commune moins libérale, surtout avec le déclin du modèle social franco-allemand et avec des nouveaux entrants sortis depuis peu de la chape du rideau de fer.

»

Jean-Marc Dinette Paris (75)

LES 4 VÉRITÉS HEBDO N°500 VENDREDI 17 JUIN 2005

5


Communication

4VH 500

13/06/05

17:02

Page 6

ARD ❯ La série policière allemande « Tatort » vient de présenter son 600e épisode sur la chaîne publique ARD. La série est actuellement suivie par 7,7 millions de téléspectateurs, soit 21,8% de parts d’audience ! FRANCE TÉLÉVISION ❯ Luc Douillard, militant d’ATTAC et candidat à la présidence de France Télévisions, veut faire de ce groupe « une télé cosmopolite et polyglotte, une télé impartiale et indépendante des pouvoirs, une télé artiste et ingénieuse »… TNT ❯ Plus de trois millions d’euros ont été investis sur les cinq nouvelles chaînes de la TNT en mai 2005, soit une hausse de 9,2% par rapport au mois précédent. FRANCE CULTURE ❯ David Kessler, ancien conseiller de Lionel Jospin, succédera à Laure Adler à la tête de France Culture en septembre prochain. EXPRESS ❯ « On n’arrive jamais à savoir ce que Dassault veut faire de ce groupe de presse. C’est d’ailleurs ce qu’on peut lui reprocher : il n’a pas de stratégie évidente pour ses journaux, pas de but, pas d’objectifs sauf de gagner de l’argent. » (Jacques Duquesne, président congédié du conseil de surveillance de « L’Express ») STAR WARS ❯ Le dernier épisode de « Star Wars » a reçu 4 481 587 spectateurs en treize jours d’exploitation en France. Malgré la forte chute de fréquentation au cours de la deuxième semaine (-59%), le film reste largement en tête du box-office, devant « Brice de Nice » (quatre millions d’entrée)… BLOG ❯ Le blog du juriste Étienne Chouard, qui avait publié un argumentaire pour le non au Traité constitutionnel européen, a enregistré quelque 700 000 visites durant la campagne référendaire.

6

Société Société Reconstruire après le non es candidats au baccalauréat ont passé l’épreuve de philosophie. Si l’on apprenait la philosophie au lycée, cela se saurait. En fait, on y apprend les philosophes et c’est toujours ça. La philosophie, c’est autre chose. C’est d’abord une démarche personnelle pour la conduite de sa vie et chacun doit se forger la sienne. C’est ensuite une analyse du monde et de la société dans lesquels on vit, et des principes qui les régissent. À partir de là, chacun s’efforce d’établir un compromis adaptatif entre sa philosophie personnelle et celle qui régit le monde, ce qui est loin d’être facile. Les grands auteurs peuvent alors nous être utiles, car leurs œuvres sont émaillées de maximes, de réflexions et de sentences qui peuvent être des points de lumière dans l’épais brouillard de nos destinées. Ce n’est pas en vain que chaque première page de notre journal vous en propose une. Je voudrais aujourd’hui, au moment où s’assagissent peu à peu les passions soulevées par le récent référendum, vous faire part d’une petite recette de sérénité que je m’efforce d’appliquer depuis moult années. Il s’agit d’adopter, avant toute confrontation binaire ou alternative problématique, une attitude mentale positive nous préparant à tirer le meilleur de ce qui résultera, que ce soit ce que nous souhaitions ou ce que nous redoutions. Un peu comme l’histoire de la bouteille à moitié vide ou à moitié pleine, qu’il faut toujours voir à moitié pleine si l’on veut être constructif. Il ne s’agit pas de se dire que tout est égal. Si nous

L

LES 4 VÉRITÉS HEBDO N°500 VENDREDI 17 JUIN 2005

Pierre Lance pierre.lance@wanadoo.fr

avions une préférence, une forte conviction, nous l’avons défendue bec et ongles. Mais il convient d’être beau joueur et de ne jamais pleurnicher parce que le sort nous a été contraire. Il faut regarder la situation nouvelle en face et en tirer pour l’avenir le meilleur parti possible. Je prendrai pour exemple une situation dans un domaine tout différent de la politique, le domaine sentimental. Supposons: Une femme que j’aimais s’éloigne de moi. Vais-je m’effondrer en suppliant avec Jacques Brel : “Ne me quitte pas!” ? Non, je vais plutôt me remémorer ce proverbe soufi : “Quand le cœur pleure sur ce qu’il a perdu, l’esprit rit sur ce qu’il a trouvé.” Ou, mieux encore, ce superbe cri de Montherlant : “Vive qui m’abandonne ! Il me rend à moimême.” Ainsi, quoi qu’il arrive, je resterai droit dans mes bottes, attentif à saisir les nouvelles opportunités qu’engendre inévitablement l’évènement non souhaité qui cependant s’impose. Ainsi en est-il du résultat, à mes yeux calamiteux, du référendum français sur la Constitution européenne, aggravé par la réponse encore plus négative du peuple hollandais, le tout entraînant une prise de distance de Tony Blair au nom de la Grande-Bretagne. Chirac et Schröder s’efforcent de recoller les morceaux, mais ça ne va pas tout seul. De toute évidence, l’Europe a pris du plomb dans l’aile. Mais c’est ainsi : le suffrage universel a parlé; il convient d’en tirer la leçon. Efforçons-nous donc de dégager les éléments positifs de ce maëlstrom politique. D’abord, espérons-le, nos politiciens ont compris qu’il était stupide de présen-

ter aux électeurs un texte aussi pesant et alambiqué, qui ne pouvait qu’exciter la méfiance des citoyens. Si l’on veut une Constitution européenne, il faudra un texte clair, sobre et court, dégageant les grands principes et nous épargnant le dédale des codicilles soporifiques bons à noyer le poisson. De plus, ce texte devra être soumis au suffrage universel européen, toutes nations confondues. Il devra écarter explicitement les candidatures des États non européens, car l’Europe doit être européenne et rien d’autre. Comme je l’avais fait remarquer, deux articles de la Constitution proposée le disaient clairement, mais aucun politique partisan du “oui” n’a su les mettre en avant, ni expliquer aux électeurs que la signature du Premier ministre turc n’engageait que la Turquie et personne d’autre. Elle confirmait la candidature, mais n’impliquait en rien son acceptation. Plus d’un Français s’y est trompé, faute d’être éclairé sur l’aspect juridique de la question. En outre, il faudra que le Conseil européen entreprenne une démocratisation effective des structures confédérales et les rapproche des citoyens, dont beaucoup ont dit “non” parce qu’ils craignaient un pouvoir bruxellois trop technocratique et trop éloigné d’eux. Il faudra enfin que l’Europe ait un vrai Président élu au suffrage universel pour cinq ou sept ans, seul moyen qu’elle existe au niveau planétaire. Si toutes ces mesures sont prises, alors le coup d’arrêt marqué par le référendum français se révèlera finalement bénéfique. Mais il n’y a pas un jour à perdre. ■

Reproduction intégrale vivement conseillée avec mention d’origine


13/06/05

17:02

Page 7

Libéralisme Libéralisme Guy Millière

La refondation néo-conservatrice

E

naturels des êtres humains et des immenses avancées vers la prospérité rendues possibles par la liberté d’entreprendre et de commercer. Elles ont été préservées, défendues, revivifiées sans cesse par quelques hommes à qui je rends ici l’hommage qui leur est dû. Si des économistes et des penseurs du droit tels que Jacques Garello et Pascal Salin avaient été davantage écoutés ces dernières années, nous ne serions pas dans la situation de naufrage où nous sommes. Le moment est venu de les écouter bien davantage. Le moment est venu aussi de relire les maîtres : John Locke, Adam Smith, Friedrich Hayek, Karl Popper. Il faut aller plus loin aussi. Il faut voir que d’autres idées, se situant dans le prolongement fécond de tout cela, ont vu le jour ces dernières années : elles sont nées aux États-Unis d’Amérique, puissance suprême du monde occidental. Mais elles ne sont pas réservées aux ÉtatsUnis, et constituent un message pour le monde. Elles se sont développées dans le mouvement conservateur américain à partir des années 1950, puis dans le mouvement néo-conservateur. Je les ai placées au cœur de ma réflexion depuis mon livre « L’Amérique-monde » et elles seront au cœur encore de mon prochain livre « La révolution néo-conservatrice ». Un autre penseur en France les a placées au centre de sa réflexion : Yves Roucaute. Dans un livre magnifique publié l’an dernier, « La puissance de la liberté », Roucaute exposait la vision

Reproduction intégrale vivement conseillée avec mention d’origine

»

«

MGuymilliere@aol.com

n cette période de décomposition, où des hommes politiques à bout de souffle ressassent, comme des autistes, les mêmes idées stériles, les conditions se préparent où des choix devront se faire. Ou bien nous continuerons à glisser vers le vide et l’insignifiance, et les débris de ce qui fut la France seront dispersés au vent par des civilisations plus fermes, plus sûres d’elles, moins décadentes, ou bien nous prendrons le chemin du sursaut. Pour que cette seconde possibilité survienne, il faudra que se dégagent des chefs capables de s’élever au-dessus des médiocres combines d’appareil; il faudrait un Ronald Reagan, une Margaret Thatcher, un Winston Churchill, un George Bush ou, au moins, un Tony Blair. Nicolas Sarkozy est-il de cette étoffe ? Il m’arrive d’en douter. Je souhaite ardemment que le principal intéressé me montre que je me trompe. Il faudrait aussi que des idées cohérentes, précises, lucides, courageuses puissent être proposées. Ces idées existent. Si elles ne sont pas entendues aujourd’hui, elles ne le seront plus jamais; cela voudra dire qu’il est sans doute définitivement trop tard. Quelles sont ces idées ? Tout d’abord, celles du libéralisme classique. Elles sont la matrice de toutes les révolutions démocratiques sur la planète depuis la « glorious revolution » de 1688 au Royaume-Uni, la matrice aussi de la revendication planétaire du respect des droits

«

CONTINUITÉ Dominique de Villepin, sous-chef du oui, a constitué un gouvernement du oui, par le oui et pour le oui. Et on va continuer la même politique qui épuise la France ! PHILIPPE DE VILLIERS

néo-conservatrice de la liberté, expliquait pourquoi les ÉtatsUnis étaient devenus leur « navire amiral » et abordait le thème, crucial en ces temps de Quatrième guerre mondiale, de « guerre juste ». Dans un nouveau livre, aussi superbement écrit que le précédent, « Le néoconservatisme est un humanisme » (PUF, 152 p., 15 euros), il va plus loin et pose les bases philosophiques et éthiques d’un néo-conservatisme où il voit la matrice du sursaut nécessaire. Le livre vient à point. Je ne puis que recommander sa lecture et sa diffusion la plus large. Je ne puis que souhaiter qu’il tombe entre les mains d’hommes d’État enfin dignes de ce nom. Des choix devront se faire, disais-je: ou l’agonie, ou la refondation. Ceux qui liront Roucaute sauront pourquoi la refondation néo-conservatrice et libérale est nécessaire, pourquoi elle est salubre, pourquoi elle seule pourra, dans les années à venir, permettre de préserver la Civilisation, ce qui fait l’humanité en l’homme, ce qui fait que les trajectoires de la liberté et de la prospérité sont essentiellement liées, ce qui fait que seuls ceux qui savent encore distinguer le bien du mal sont à même de vivre dans la dignité, la droiture et la certitude des lendemains. La France restera-t-elle à l’écart de la refondation? Il m’arrive de le craindre. Je suis, comme Roucaute, Salin et Garello de ceux qui se battent et se battront pour que ce ne soit pas le cas. ■

PEUPLE Le 21 avril 2002, on nous a expliqué que l’électorat avait été inconséquent. Cette fois, les mêmes ne veulent pas reconnaître leurs erreurs et nous expliquent que le peuple s’est trompé, s’est laissé aller à ses mauvais penchants, ses peurs, sa xénophobie… HENRI EMMANUELLI

»

«

CORRUPTION Il y a, dans ce procès des marchés publics d’Ile-de-France, des chaises vides sur lesquelles on aurait pu mettre des étiquettes avec des noms, comme les prieDieu dans les églises. Ce sont d’ailleurs souvent ceux des paroissiens les plus illustres qui ne sont pas les plus assidus aux offices… HENRI GÉNIN, PROCUREUR

»

«

EMPLOI L’État va dépenser 4,5 milliards d’euros pour l’emploi. Ils auraient été mieux utilisés par les agents privés pour investir et consommer. L’État décide des mesures qui se voient. Ce qui ne se voit pas, ce sont les destructions d’emploi que ces prélèvements vont occasionner ! PASCAL SALIN, PROFESSEUR D’ÉCONOMIE À PARIS-DAUPHINE

»

«

CRISE La crise n’est pas née le 29 mai et le malaise est profond. Ce n’est pas un prurit électoral ! JEAN-CLAUDE MAILLY, SECRÉTAIRE GÉNÉRAL DE FORCE OUVRIÈRE

»

«

RÉFÉRENDUM C’est une bonne idée d’avoir choisi le référendum pour l’adoption de la Constitution. À condition de le gagner! VALÉRY GISCARD D’ESTAING

»

«

SYSTÈME Peut-on sortir du système avec ceux qui ont fait le système ? Je ne le crois pas. FRANÇOIS BAYROU

»

LES 4 VÉRITÉS HEBDO N°500 VENDREDI 17 JUIN 2005

7

Sic

4VH 500


4vh500