Issuu on Google+

ISSN 0151-2439

VÉRITÉS 4

VENDREDI 12 NOVEMBRE 2010

N° 766

LES

La publication anti bourrage de crâne

HEBDO

ÉDITORIAL n Jean Rouxel Non, la gauche n’a pas gagné la bataille de l’opinion ! l est de bon ton, ces derniers jours, de dire que, sur les retraites, Nicolas Sarkozy et sa majorité ont perdu la bataille de l’opinion. C’est bien possible. Le niveau de désinformation économique des Français par leur prétendue « Éducation nationale » atteint des sommets et l’on peut imaginer que beaucoup ne soient pas capables de tirer les conséquences de l’accroissement de l’espérance de vie et de la baisse du nombre de cotisants. Mais, je dois dire que, si j’étais de gauche, je n’invoquerais pas trop cet argument, qui me semble un peu périlleux. Car, en matière de « victoire à la Pyrrhus », les syndicats font, à mon avis, encore plus fort que le gouvernement. Certes, ils ont obtenu des « améliorations » significatives du texte. Mais à quel prix ? L’unité syndicale a du plomb dans l’aile, c’est le moins que l’on puisse dire. Il est, d’ores et déjà, clair que la CFDT souhaite sortir au plus vite de cette unité et de la question des retraites (la négociation proposée sur l’emploi des jeunes étant manifestement un prétexte pour clore le dossier des retraites). Et le torchon brûle entre les dirigeants de la CGT et de FO qui s’accusent mutuellement d’être responsables de la fin du mouvement…

I Dessin de MIÈGE

4VÉRITÉS

LES

La publication anti bourrage de crâne

HEBDO

LES 4 VÉRITÉS 2010 © Publication hebdomadaire (CPPAP N° 1114, I 82 712) Tél. : 01 46 88 09 78 < redaction@les4verites.com > < http://www.les4verites.com >

(webmaster : <webmasteur4v@les4verites.com>)

Siège : 25, rue des Bas 92 600 Asnières – (GT Éditions SARL) Abonnements : 4 Vérités-DIP 18 à 24, quai de la Marne 75 164 Paris Cedex 19 01 44 84 85 48 (Dominique <dominique.varenguin@dipinfo.fr>) ou http://www.les4verites.com Directeur de la publication : Guillaume de Thieulloy Responsable éditorial : Alain Dumait Rédaction : Jean Rouxel (rédacteur en chef) Le numéro 1,20€ Abonnement 50 numéros 60€ TTC Abonnement de soutien à partir de 100€ Personnes morales (entreprises ou administrations) : 200€, TVA à 2,10 % en sus Imprimerie : Delcambre, Pantin (93) Également disponible en format numérique (nous consulter) Fichiers déclarés à la CNIL (N° 672024) Exemplaire gratuit sur simple demande écrite

Par ailleurs, alors que les médias prétendaient avec aplomb que 70 % des Français soutenaient les grévistes et les bloqueurs (je ne sais pas pour vous mais, en deux mois, je n’en ai pas rencontré un seul de ces « 70 % de Français » !), dès que la pénurie d’essence s’est fait sentir, la prétendue « popularité » du mouvement a dégringolé en flèche. Quant aux partis de gauche, ils commencent à s’empoigner sur la question de savoir s’il faudra ou non rouvrir le dossier des retraites à la prochaine alternance électorale ! Bref, la « bataille de l’opinion » n’a sans doute pas été gagnée par le gouvernement (qui a raté une belle occasion de montrer que la liberté était à droite, en instaurant la retraite par points et la liberté de partir quand on souhaite et aussi que la justice était à droite, en supprimant les régimes spéciaux). Mais elle n’a certainement pas été gagnée non plus par la gauche. Cerise sur le gâteau, on apprenait lundi matin que deux dirigeants CGT du port du Havre étaient condamnés à de la prison avec sursis et 35 000 euros d’amende pour avoir détourné 63 000 euros en notes de frais injustifiées. Ce qui nous donne une petite idée de la sublime abnégation et du sens de l’intérêt général de ceux qui ont prétendu se battre pour nous ! n

«

»

Un ministère qu’on soutient est un ministère qui tombe. Talleyrand

SOMMAIRE

2Â 3Â 4 5 6Â 7Â 8

Obama paie ses erreurs économiques par Bernard Trémeau

Chiffres Significatifs Nous pouvons réussir le coup des Tea parties !

par Guillaume de Thieulloy

Divers faits Votre opinion nous intéresse Le courrier des lecteurs

Nos élus, complices de l’islamisation

par Claude Daniel

La laïcité française en péril

par Jean Lançon

Communication

Obama peut-il gagner en 2012 ? par Guy Millière

Sic

La chronique politique

d’Alain Dumait

Faites connaître autour de vous

LES 4 VÉRITÉS HEBDO ! Si vous pensez que cette publication anti-bourrage de crâne peut intéresser un de vos proches, indiquez-nous ses coordonnées. Nous nous ferons un plaisir de lui adresser, gratuitement les 4 prochains numéros.


Chiffres Significatifs

CRÉDIT > L’encours du crédit bancaire aux entreprises françaises atteignait 769,4 milliards d’euros en mars dernier. C’était moins qu’en 2008 (781,6 milliards), mais beaucoup plus qu’en 2000 (507,3 milliards)… FRANCOPHONIE > On compte environ 220 millions de francophones dans le monde, soit 20 millions de plus qu’en 2007. CAMBRIOLAGE > Entre juillet 2008 et juillet 2009, les forces de l’ordre ont relevé 320 173 cambriolages, dont 12,8 % seulement ont été élucidés ! CENTENAIRES > La France comptait au 1er janvier environ 15 000 centenaires, soit 13 fois plus qu’au 1er janvier 1960, et près de 13 fois moins qu’au 1er janvier 2060 (où leur nombre devrait dépasser, selon les prévisions de l’INSEE, les 200 000)… SANTÉ > En moyenne, les Français dépensent chaque année 112 euros chez les généralistes et 177 euros chez les spécialistes. LOGEMENT > 285 000 ménages en France sont locataires de leur résidence principale et propriétaires d’un autre logement mis en location. OPCVM > L’encours des Organisme de Placement Collectif en Valeurs Mobilières (OPCVM) de droit français atteignait, en mars dernier, 1 377,8 milliards d’euros ! MORTALITÉ > La mortalité infantile, qui ne baissait plus en France depuis 2005 (mais qui a tout de même été divisée par 3 en 30 ans !), a légèrement augmenté en 2009, pour atteindre 3,7 pour mille. La France, qui, en matière de mortalité infantile, était le cinquième pays européen en 1999, n’est plus désormais que le quatorzième…

2

Économie Économie Bernard Trémeau

Les échecs économiques d’Obama et Sarkozy

L

e 21 mars 2010, lors d’élections régionales faites à mi-mandat, les Français ont voté contre Nicolas Sarkozy. Seules deux régions sont restées à la majorité actuelle. Le 2 novembre 2010, lors d’élections législatives à mi-mandat, les Américains ont voté contre Barack Obama et, maintenant, les Républicains sont largement majoritaires à la Chambre des représentants. De plus, de nombreux électeurs démocrates ont voté pour les candidats soutenus par le mouvement Tea party aux USA, comme de nombreux électeurs communistes votent pour Marine Le Pen en France. Le glissement à « droite » est évident des 2 côtés. La France et les USA ont encore en commun deux réalités économiques. Le chômage touche dans les 2 pays 10 % de la population. Le déficit de la balance commerciale depuis la crise du mois d’août 2008 s’y dégrade chaque mois un peu plus. Les deux pays ne savent pas gérer la mondialisation des échanges économiques. L’industrie automobile illustre bien cette réalité. Aux USA, Detroit, capitale de Général Motors, est une ville sinistrée comptant 40 % de chômeurs. En France, Renault fait construire les pièces de ses voitures en Roumanie et Peugeot en République tchèque. On ne fait plus que les assemblages à Boulogne ou à Sochaux et le chômage y augmente. Ces 2 gouvernements n’ont pas su trouver le remède efficace

LES 4 VÉRITÉS HEBDO N° 766 VENDREDI 12 NOVEMBRE 2010

contre le chômage. Il est normal qu’à mi-mandat les électeurs sanctionnent leurs gouvernements incapables de trouver un bon remède. Notons une différence très importante entre les comportements américains et français, différence que m’a fait remarquer mon ami Jean-Pierre Chevallier. Tandis que les Américains font confiance aux nouveaux élus pour résoudre leurs problèmes et ne perturbent pas la vie quotidienne du pays, les Français, au contraire, n’hésitent pas à enfermer leurs patrons, à faire des grèves générales, à manifester dans les rues ou à perturber la vie du pays par des grèves ciblées. En France, des troubles sociaux (le fameux « vote de la rue ») peuvent contraindre un gouvernement élu démocratiquement pour 5 ans à modifier totalement son comportement. Barack Obama et Nicolas Sarkozy ont donc tous les 2 déçu leurs électeurs à mi-mandat, à cause du chômage essentiellement. Une première tentation s’offre alors aux responsables politiques. Fermer les frontières aux produits étrangers. Avant la mondialisation, les produits étrangers n’envahissaient pas le pays. En fermant les frontières par des barrières douanières, ils cesseront de concurrencer les entreprises nationales. C’est l’erreur catastrophique qu’ont commise les responsables politiques américains en 1929. Les produits moins coûteux venant de l’étranger sont devenus aussi chers que les produits nationaux. Le pouvoir d’achat a donc

<tremeau.bernard@ wanadoo.fr>

baissé dans le pays qui importait les produits étrangers. Les consommateurs consomment moins. La pauvreté et le chômage augmentent. Si nous appliquions actuellement un tel remède en France, nous payerions nos chemises ou nos fruits deux fois plus cher et nous mettrions en plus au chômage les producteurs de chemises chinois ou les paysans portugais. Une deuxième tentation vient aussi à l’idée des gouvernements : aider les entreprises nationales mises en concurrence. En leur achetant par exemple des avions à un prix très élevé pour équiper l’armée française. Ou en donnant de l’argent aux cultivateurs français. En fait, la mondialisation et les progrès techniques augmentent de façon très rapide nos niveaux de vie, mais nous obligent parfois à changer plusieurs fois de métier. Un gouvernement doit laisser les entreprises soumises à la concurrence évoluer, disparaître ou augmenter. Mais il doit aider provisoirement tous ceux dont la vie est perturbée par ces changements. n

Patrick Sébastien Au cours de son émission du vendredi 5 novembre, ce bonimenteur a fait un jeu de mots en inventant le « cocktail Roumain » : 1 car de Roms, 1 car de CRS, ajoutant que les étrangers tiraient la France vers le haut. Si Patrick Sébastien ouvrait les yeux, il verrait que le niveau de la France n’a jamais été aussi bas que depuis qu’elle est submergée par des étrangers. Charles Vernerey <charlesvernerey@hotmail.fr>

Reproduction intégrale vivement conseillée avec mention d’origine


Guillaume de Thieulloy <gdethieulloy@ les4verites.com>

C

e numéro des « 4 Vérités » revient naturellement sur la large victoire des Républicains aux élections américaines de mi-mandat. À mon sens, la principale révélation du scrutin tient à l’essor des Tea parties, dont nous reparlerons au cours des prochains mois. Tous les commentateurs, ou presque (à l’exception notable d’Alain Dumait qui a publié un article sur un « tea party à la française », que l’on peut lire sur son site ou sur celui des « 4 Vérités »), se sont empressés de dire que ce mouvement serait impensable en France. Je n’en suis pas du tout convaincu. Malgré des résistances fortes – qui viennent de l’extrême gauche, du centre bayrouiste et du FN –, notre vie politique, marquée à la fois par le scrutin majoritaire et par le quinquennat, tend à devenir de plus en plus bipartisane. Or, c’est précisément le bipartisme qui est la condition nécessaire d’un mouvement comme les Tea parties. Les deux « partis de gouvernement » (démocrates et républicains aux ÉtatsUnis, UMP et PS en France) deviennent de plus en plus des « attrape-tout » et perdent donc inévitablement toute identité idéologique. Ils ont inévitablement tendance à gouverner au centre. Et rien ne ressemble davantage au centre-droit que le centre-gauche ! Ce vide idéologique ouvre un boulevard à des mouvements qui ne souhaitent pas se constituer en partis, mais souhaitent imposer leurs idées à l’ensemble de la classe politique.

Pourquoi ne pas importer les Tea parties ? C’est ce qui s’est passé avec les Tea parties. Il est peu probable que ce mouvement ait les moyens (ni la volonté) de devenir un tiers parti. En revanche, je ne serais pas surpris qu’il soit en mesure, au cours des années à venir, de barrer la route à des candidats trop éloignés de sa plate-forme de gouvernement. Or, cette capacité de « veto » est à la portée des associations libérales et conservatrices françaises (Contribuables Associés, Sauvegarde retraites, Avenir de la culture, SOS éducation…). Chacune de ses associations, à elle seule, pourrait sans doute faire battre deux ou trois candi-

dats aux élections législatives. Si ces associations s’accordaient, il est évident qu’elles auraient un poids politique considérable : elles seraient capables de représenter plusieurs centaines de milliers d’électeurs, et surtout un noyau homogène d’électeurs, capable de forcer les candidats de droite à se « droitiser » et de faire hésiter les candidats de gauche avant d’émettre des propositions démagogiques. C’est ce qu’ont fait les Tea parties lors des élections et, plus encore, lors des primaires. Rien ne s’oppose à ce que nous en fassions autant… n

Nos élus et leur carrière Beaucoup de nos concitoyens se posent des questions sur la compétence et le dévouement à l’intérêt collectif des dirigeants politiques et des élus. Ils regrettent aussi que trop de ces responsables considèrent la politique comme une carrière que l’on doit occuper sans limitation de durée. En fait, on peut se demander si le dévouement à l’intérêt collectif n’est pas inversement proportionnel à la durée d’occupation du poste, car celui qui veut durer doit consacrer plus d’énergie à se faire réélire qu’à assurer la mission qui lui a été confiée, en particulier dans les périodes de réformes qui mécontentent toujours ceux qu’elles touchent. Comment mettre un terme à cette situation néfaste pour notre pays ? Il n’est pas nécessaire d’élaborer des règles complexes et trop souvent détournées, comme l’interdiction du cumul des mandats. Il suffirait d’étendre à tous les postes électifs la règle retenue pour la présidence de la république : interdiction constitutionnelle d’effectuer plus de deux mandats. On éviterait ainsi les élus « à vie » qui finissent par se scléroser et ne s’intéressent plus qu’à eux-mêmes. Un autre aspect tout aussi important pour l’efficacité de nos dirigeants est leur formation trop souvent technocratique. Comment ne pas constater que cela conduit à éloigner les dirigeants des citoyens et à produire des décisions d’une complexité inutile et nuisible ? Nos dirigeants sont en général très intelligents et bardés de diplômes, mais le bon sens leur serait beaucoup plus utile ainsi qu’une formation sur le terrain qui s’acquiert par le passage dans une entreprise où seul le résultat compte. Il faudrait aussi supprimer la règle, non écrite mais systématiquement appliquée, du « point de chute » pour ceux qui sont évincés de leur poste, règle qui s’apparente au parachute doré très décrié des patrons du CAC 40. André Tillier – Arcachon (33)

Reproduction intégrale vivement conseillée avec mention d’origine

OBÉSITÉ > Environ 145 000 candidats au recrutement dans l’armée américaine ont échoué aux examens en raison de leur poids trop important en 2008. 70 % de plus qu’en 1995 ! INTERPELLATION > Lors de la manifestation du 26 octobre, les forces de l’ordre ont interpellé 2554 jeunes, dont 1759 ont été placés en garde à vue et 360 déférés à la justice! CHINE > Pour le recensement décennal de sa population (estimée à plus de 1,3 milliard d’habitants), le gouvernement chinois va déployer pas moins de 6 millions d’agents pendant un mois ! RSA > 5 635 jeunes âgés de 18 à 24 ans ont déposé une demande de revenu de solidarité active, entre le jour où ce revenu a été élargi aux moins de 25 ans (le 1er septembre) et le 10 octobre. SÉCU > En 2009, la Sécurité sociale a remboursé 8 milliards d’euros pour des consultations médicales de ville (correspondant à 240 millions de consultations chez des généralistes et 90 millions de consultations chez des spécialistes) ! TRACFIN > En 2008, l’organisme français de lutte contre l’argent sale, Tracfin, a reçu 14 500 déclarations de soupçons, dont 79 % en provenance des banques.

LES 4 VÉRITÉS HEBDO N° 766 VENDREDI 12 NOVEMBRE 2010

3

Divers faits

Politique Politique

CONCURRENCE > La plus lourde sanction donnée en France pour entrave à la concurrence concernait un cartel de 11 entreprises de sidérurgie condamnées en décembre 2008 à 575,4 millions d’euros, suivie de l’amende donnée à plusieurs opérateurs de téléphonie mobile en novembre 2005 (534 millions), et de l’amende donnée à plusieurs acteurs du secteur bancaire en septembre 2010 (389,4 millions)…


Votre opinion nous intéresse

«

» Courrier des lecteurs Nous écrire, c’est courir le risque d’être publié…

Je voterai Gollnisch

Égalité

«

es parlementaires socialistes ont saisi le Conseil constitutionnel, en faisant valoir que la loi sur les retraites portait atteinte au principe d’égalité des citoyens. Ce serait amusant de voir le Conseil leur donner raison : pour restaurer ce principe d’égalité, il serait donc obligatoire d’aligner les régimes spéciaux de retraite (fonctionnaires, SNCF, EDF-GDF, parlementaires…) sur le régime commun. Je ne suis pas certain que cela plairait aux électeurs habituels du PS !

L

»

Jacques Dupont <jacquesfdupont@gmail.com>

Cannabis

«U

ne majorité de Californiens a donc eu le bon sens de rejeter la légalisation du cannabis. Les effets néfastes du cannabis sur le cerveau ne sont plus à prouver. Mais quand je vois que ce débat est sans cesse remis sur le tapis dans différents pays, je me dis qu’il doit surtout y avoir un énorme enjeu économique caché pour encourager ainsi la banalisation de cette drogue au détriment évident de la santé publique.

»

Edmond Rosa

«

n ne peut prétendre gouverner qu’en rassemblant et en s’entourant de gens compétents et Marine Le Pen est directement responsable, depuis 1998, d’exclusions et de départs nombreux. L’affiche avec la beurette, le discours de Valmy, les odes à la République et à la déesse laïcité, le soutien à la loi Veil et au Pacs, la tentative de séduction des allogènes, le sabotage de l’union patriotique, c’est à elle qu’on le doit en tant que directrice stratégique de la campagne de son père en 2007. Face à cela, il y a un candidat qui a plus de qualités pour diriger et élargir la famille nationale, car, comme le dit Bruno Gollnisch, « il y a une place pour une grande formation nationale, et une seule ». Avec Gollnisch, nous avons une chance historique, sans doute la dernière à vue humaine, de rassembler et de dynamiser la droite nationale. Ne la manquons pas. Car, d’évidence, ce n’est pas d’une présidentielle, où les dés sont pipés, que viendra le salut de la France. C’est lors d’événements d’une exceptionnelle gravité que les nationalistes, s’ils sont rassemblés, formés et décidés, pourront, Dieu aidant, changer le cours des choses.

O

»

Martial Bernardon

Paris (75)

Coullons (45)

Colis piégés

Syndicats

«

armi les scandales (grèves, blocages…) dénoncés à l’occasion du débat sur les retraites, un semble passer presque inaperçu, qui mériterait pourtant d’être mis en évidence. Il s’agit du monopole quasi absolu des négociations accordé aux syndicats dits « représentatifs » (8 % des salariés) par les pouvoirs publics. Où sont les artisans, les commerçants, les professions libérales, les retraités (25 % de la population) ? Ce scandale est majeur car, comme beaucoup d’autres, je n’ai pas donné mandat de me représenter aux deux marionnettes médiatiques. Je les conteste absolument. Pourtant, ce sont eux qui paradent en permanence sur le perron de l’Élysée, de Matignon et tous les jours dans les médias, quand ce n’est pas violemment dans la rue qu’ils ont annexée. Le « débat » est donc parfaitement invalide à mon sens. Les dés sont pipés. Les « partenaires sociaux » (qui ne sont ni partenaires, ni sociaux) ont outrepassé leur maigre mandat et acquis une représentativité illicite grâce à la complicité des médias et au manque de courage des interlocuteurs officiels. Cette situation doit cesser !

P

»

P. Galan <piergalan06@aol.com>

Violences anti-chrétiennes ur le site du ministère de l’Intérieur mis à jour au 3 novembre 2010, on constate que, pour les neuf premiers mois de l’année 2010, 485 cimetières et lieux de culte ont été dégradés. Parmi ceux-ci, 410, soit 85 %, concernent des sites chrétiens. Or, dans les médias, on n’entend parler que d’islamophobie et d’antisémitisme, qui concernent seulement 15 % des exactions. Pourquoi cette démesure ? Récemment, le ministère de l’Intérieur et l’organe représentatif des musulmans en France ont signé

S

4

LES 4 VÉRITÉS HEBDO N° 766 VENDREDI 12 NOVEMBRE 2010

une convention pour « mieux suivre » l’évolution des actes ou menaces antimusulmans. On pense que, ipso facto, il sera prévu de suivre parallèlement l’évolution de la majorité des délits antichrétiens ? Car, que l’on soit croyant ou non, le christianisme est le fondement de notre identité nationale et de notre civilisation. À cet égard, il ne peut être occulté. n

«

’ai l’impression qu’Al Qaida menace et revendique à tour de bras, simplement pour retrouver une actualité qui l’avait quelque peu oubliée ces temps derniers. Tout colis suspect découvert quelque part dans le monde est immédiatement revendiqué par les équipes de Ben Laden. C’est peut-être un moyen économique pour Al Qaïda de faire parler d’elle, mais c’est une arme à double tranchant : certaines découvertes semblent si peu professionnelles que cela met en doute le savoir-faire actuel des artificiers du groupe islamiste. D’un autre côté, il ne faudrait pas que cet amateurisme apparent nous incite à baisser notre garde.

J

»

Roger Saint-Pierre La Rochelle (17)

Villepin

«

our Dominique de Villepin, « Nicolas Sarkozy est un des problèmes de la France ». Notre ancien Premier ministre fait décidément pitié à étaler sans arrêt sa rancoeur de mauvais perdant. Quand on se souvient de sa façon de gérer les émeutes de 2005, qu’il eut le culot de qualifier de « simples mouvements sociaux », on mesure la maîtrise de ce monsieur dans les situations extrêmes. Et en reculant devant la rue, alors que le Parlement, émanation du peuple, venait de voter le CPE, Villepin a prouvé que son courage politique avait ses limites. Son maigre bilan ne l’autorise pas à donner des leçons. Il ne fait que diviser son camp (si toutefois il en a encore un) et desservir son pays.

P

»

Jacques Guillemain

André Le Lan Chatou (78)

Versailles (78)

Reproduction intégrale vivement conseillée avec mention d’origine


La trahison des maires es principes de la république française et les valeurs humanistes de nos sociétés sont de plus en plus ouvertement bafoués et ce, quelle tristesse, avec le consentement bienveillant, pour ne pas dire la lâcheté, de certains de nos édiles. Un exemple : la viande et autres produits hallal. On apprend ainsi que de nombreux abattoirs ne pratiquent plus que ce type d’abattage. De cette façon, nous pourrions consommer, sans le savoir, de la viande hallal, c’està-dire obtenue avec égorgement de bêtes conscientes – procédé qui va à l’encontre de

L

Crime économique

«A

u paradis soviétique, sous l’impulsion du si gentil petit père des Peuples, les dirigeants soucieux du bonheur des moujiks avaient inventé la notion de crime économique. Ce vocable comprenait les gaspillages, les sabotages, les malfaçons et tous autres méfaits susceptibles de réduire la production et d’entraver l’abondance à laquelle chaque « Kamarade » avait droit ! Toute entrave, toute faute, donnait droit à un séjour dans un club de vacances appelé goulag et aussi à un séjour beaucoup plus long, là-haut, au moyen d’une balle dans la nuque. Da ! Cette notion de crime économique nous échappe et nous empêche de nous demander si les égalitaristes de tous poils, inventeurs de taxes de tous ordres, ne devraient pas faire l’objet de sanctions pour crime contre les contribuables. Une véritable réforme consisterait à interdire en France tout nouveau prélèvement fiscal, seules étant autorisées la réduction des dépenses de l’État et des collectivités territoriales – et, bien entendu, la suppression d’impôts. À l’image de nos « Kamarades » soviétiques, instituons le « pilori de carton » pour tous ces réducteurs de l’offre et buvons à la santé de ceux qui auront compris que les impôts sont des heures de travail prélevées sur la pitance de ceux qui « bossent », qui innovent, qui créent des richesses !

»

Robert Charvet

toutes les règles mises en pratique d’année en année dans nos abattoirs français pour atténuer au maximum la souffrance des bêtes. Évolution hélas typique de notre société, l’entreprise Quick n’hésite pas multiplier des restaurants uniquement hallal. Pauvre France ! Autre exemple : les piscines avec périodes réservées aux femmes musulmanes. Ces personnes se baignent tout habillées sans même avoir besoin de passer sous la douche. Encore une décision qui va à l’encontre des

Psychiatrie

Poker

«L

e poker professionnel commence à sortir des tripots, pour devenir un sujet d’actualité. Étrange société, avec sa passion de l’argent que la bourse ne satisfait plus. Que le loto et sa flopée de jeux de grattage et de tirage ne comblent plus. Nous sommes si désespérés d’être récompensés de nos efforts que la tentation grandit de s’adonner aux activités rapportant de l’argent sans qu’il soit nécessaire de produire (tout juste bon pour les Chinois, la production). Comme les traders, ces joueurs de poker font de l’argent à partir de rien. Est-ce un exemple ? Autre question : peut-on encore publier un avis mitigé contre le poker, compte tenu de la manne publicitaire qu’il représente pour les médias ? Hugo Bourday <hugo.bourday@gmail.com>

ean-Marie Bockel veut psychiatriser l’enfance et détecter la délinquance chez des gamins de 3 ans ! En établissant qu’un enfant a des « troubles du comportement », vous établissez déjà un diagnostic. Qui dit diagnostic, dit forcément traitement et, à terme, médicaments psycho-actifs. Les laboratoires en seront ravis. Les jeunes « patients » moins, compte tenu des effets secondaires de ces produits. Vous avez transformé des attitudes d’enfant, toujours excessives, en une maladie mentale. Vous avez donc psychiatrisé l’enfance. Cette atteinte portée aux enfants doit être dénoncée avec force.

»

Philippe Verdier

«

es plus pessimistes diront que la crise n’est pas terminée. C’est en partie vrai. Les plus optimistes diront qu’elle est derrière nous. Si nous prenons un peu de recul, cette crise aura au moins eu le mérite, pour beaucoup, de les faire réfléchir sur leurs droits et de lutter « contre » et, pour les autres, de parler de leurs devoirs et de lutter « pour ». N’attendons pas tout de l’État. Se prendre en charge est beaucoup plus exaltant !

L

»

Charles- Bernard de Préval

Reproduction intégrale vivement conseillée avec mention d’origine

<pverdier1@yahoo.fr>

Giscard

«

e septennat de Valéry Giscard d’Estaing a été le plus social de la Ve République, que certaines réformes aient été voulues ou subies. Bien entendu, les socialistes n’en ont eu nulle reconnaissance et VGE y a perdu suffisamment d’électeurs de droite pour échouer à l’élection de 1981. Il est incontestable cependant que le septennat de Valéry Giscard d’Estaing appartient aux « trente glorieuses » et qu’avec 1981, commencent les « trente piteuses », dont on a actuellement le plus grand mal à sortir !

L

Crise

Dijon (21)

Claude Daniel

Par courriel

Protectionnisme

«J

»

Sartrouville (78)

normes appliquées pour tous les autres utilisateurs des piscines. Cette pratique se généralise notamment dans plusieurs villes de Belgique… Je considère que nos maires de France qui mettent en place ce système ségrégationniste dans leur piscine municipale et qui acceptent l’implantation de Quick uniquement hallal font preuve d’une discrimination coupable et devraient être traduits en justice ! n

»

Alain Soury-Lavergne <alainsl@laposte.net>

«O

n ne saurait trop recommander la (re) lecture de l’ouvrage de Maurice Allais « Erreurs et Impasses de la Construction européenne » paru en août 1992, qui annonce en 80 pages et avec 15 ans d’avance notre situation économique inextricable. Parlant de « la nécessaire protection du Marché commun », il conclut : « Pour les pays européens, on avance, non sans raison, que la libéralisation des échanges risquerait d’amener la disparition d’industries entières […] et qu’une spécialisation aussi poussée peut présenter de grands dangers si la stabilité politique du monde extérieur n’est pas assurée… En fait, on doit considérer comme réellement dangereuse une libéralisation totale des échanges avec les pays extérieurs à la CEE où les conditions de la production, et tout particulièrement les coûts de main-d’œuvre, sont entièrement différentes, et où ces conditions se modifient avec le temps… Il est de l’intérêt de toute association régionale de se protéger vis-à-vis des autres […] La règle majeure à suivre par la Communauté européenne ne doit pas être le libre-échangisme vis-à-vis de l’extérieur, mais la préférence communautaire […] La politique libre-échangiste de l’administration de Bruxelles est fondamentalement nocive, et il convient d’y mettre un terme. » Si nos « élites » politiques « écrivent » beaucoup, il semble qu’elles lisent peu…

»

Jean-Pierre Delmau <jean-pierre.delmau@wanadoo.fr>

LES 4 VÉRITÉS HEBDO N° 766 VENDREDI 12 NOVEMBRE 2010

5


Communication

TF1 > Répondant au député PS Arnaud Montebourg, qui avait qualifié la première chaîne de « télé fric » et de « télé poubelle », l’accusant même d’être « délinquante par rapport à ses obligations réglementaires », Nonce Paolini, PDG de TF1, a précisé sur le site du « Figaro » : « Depuis sa privatisation, TF1 a investi plus de 5 milliards d’euros dans la création française et 650 millions d’euros dans le cinéma français. En quinze ans, plus de 2 milliards d’euros de taxes ont été acquittés. » ORANGE > La chaîne Orange Sport, propriété de l’opérateur de téléphonie Orange, compte 320 000 abonnés. RATTRAPAGE > La télévision dite « replay » (en français, télévision « de rattrapage ») consiste à regarder sur internet ce que l’on n’a pas vu directement à la télévision. Cette pratique se développe rapidement : cet été, alors que 16 millions de personnes enregistraient sur magnétoscope les programmes qu’elles avaient manqués, 11 millions de personnes pratiquaient cette télévision « de rattrapage ». SKYROCK > Le Conseil d’État a validé l’amende de 200 000 euros infligée à la station Skyrock. Celle-ci avait diffusé une discussion sur la fellation à une heure de grande écoute (21 h 05), en violation de la règle interdisant la diffusion de programmes susceptibles de heurter la sensibilité des auditeurs de moins de 16 ans entre 6 heures du matin et 22 h 30. NUMÉRIQUE > La principale plate-forme française de diffusion d’ouvrages numériques est la Fnac, qui présente 40 000 ouvrages numériques, suivie par L’Harmattan (22 000) et Numilog (21 000).

6

Société Société Cessons de collaborer avec l’islam !

J

e n’ai pas souvenir que depuis 1789, ni a fortiori depuis l’instauration en 1905 de la loi sur la laïcité, quelque responsable catholique que ce soit, à quelque niveau que ce soit, ait demandé à l’État d’interdire la vente de viande le vendredi, traditionnellement jour d’abstinence dans la religion chrétienne. J’ai souvenir, en revanche, de séances de conseils municipaux auxquelles j’ai assisté, où, bien embarrassé, le maire expliquait que, l’église du village datant d’avant 1905, il était possible à la commune de participer à la réfection de sa toiture, mais qu’il lui était strictement interdit de participer à la reconstruction de tout ce qui est à l’intérieur (c’était suite aux inondations de 1999 dans le Sud de la France). Et le maire de bien préciser que si la construction de l’église avait daté d’après 1905, la commune n’aurait en aucun cas pu participer à quelque réaménagement que ce soit. Jusqu’à un passé relativement récent, les personnes vivant en France en ont accepté le fonctionnement politique, social, et culturel, ceci incluant son histoire, fondée en très grande partie sur les valeurs judéo-chrétiennes. Chrétiens, protestants, juifs, bouddhistes, athées, vivent en France sans haine à l’égard de l’autre, et respectant la pensée de chacun. Nos curés, lorsqu’ils célèbrent des mariages, précisent que, même si toute l’assistance ne partage pas la même foi, le bonheur des mariés est partagé par tous en ces instants.

LES 4 VÉRITÉS HEBDO N° 766 VENDREDI 12 NOVEMBRE 2010

Hélas, comme plus personne ne l’ignore désormais, exceptés ceux qui, à des fins électorales, l’occultent volontairement, des organisations appartenant à une religion, une seule, en l’occurrence l’Islam, ont décidé de mettre à mal cette laïcité. C’est ainsi qu’au cours des dernières décennies, elles ont obtenu des pouvoirs politiques : – La construction de mosquées aux frais du contribuable ; – L’aménagement des menus des cantines scolaires ; – Les horaires de piscines publiques réservées aux femmes ; – Et tant d’autres passedroits… Cela ne serait qu’un demi-problème, si l’Islam reconnaissait à tout un chacun le droit d’être catholique, juif, protestant, bouddhiste ou athée. Il n’en est rien. Ces organisations imposent l’Islam comme seule et unique religion légitime. Et malheur aux musulmans qui renient leur religion ! Ceci ne se passe pas seulement en Iran, en Syrie ou dans cette chère Turquie, futur pays européen, en pleine phase de réislamisation. Cela se passe aussi partout en Europe, plus particulièrement en France, pays des « droits de l’homme ». Que nous soyons catholiques, protestants, juifs, bouddhistes ou athées, nous avons une solution : aller spontanément à la rencontre de nos curés, de nos pasteurs, de nos rabbins, non pour entrer en religion si nous n’en avons pas le souhait, mais pour au moins reprendre pleine conscience de ce que sont les

Jean Lançon <jean_lancon@yahoo.fr>

valeurs de notre civilisation. Et leur demander de faire pression auprès des plus hautes instances de leur corps religieux, pour que la reconnaissance de l’Islam soit subordonnée à un principe de réciprocité : tu me tolères, je te tolère ; tu ne me tolères pas, je ne te tolère pas. Si cette action pouvait être menée de façon massive, nous reviendrions en France à une pratique saine de l’Islam, telle qu’elle était dans notre pays dans les années 60 : une pratique libre, en sphère privée, qui n’a jamais posé de problèmes de société et n’a jamais mis le feu aux banlieues. Que l’État cesse sur-le-champ de financer quelque nouvel établissement religieux que ce soit : c’est à chaque religion de s’autofinancer. Que l’État, propriétaire à 97 % de la chaîne de restauration Quick, cesse de priver des milliers de clients catholiques, protestants, juifs, bouddhistes ou athées, de leur repas, au nom du hallal. Que l’État en finisse avec la corruption (passive ?) par laquelle il transforme, jour après jour, un pays démocratique en une dictature théocratique. n

Villepin Il est de notoriété publique que, en 1981, M. Mitterrand a été élu grâce à l’appui, en sous-main, de M. Chirac. Pour 2012, il semble que le plus chiraquien des anciens Premiers ministres ait l’intention de rééditer ce forfait. Triste France ! M. Nonn <m.nonn@orange.fr>

Reproduction intégrale vivement conseillée avec mention d’origine


Guy Millière <mguymilliere@aol.com>

C

omme cela était prévu, les démocrates ont perdu les élections de mi-mandat aux ÉtatsUnis, le 2 novembre dernier. Leur défaite est la plus importante subie par un parti politique dans une élection américaine depuis 1948. Une soixantaine de sièges à la Chambre des représentants ont changé de mains. Au Sénat, ce sont six à huit sièges seulement, mais un tiers des sièges, pas davantage, étaient soumis à renouvellement. Dans les postes de gouverneurs, ce sont dix sièges qui sont passés aux Républicains. Obama aura beau dire et beau faire, cette défaite est la sienne, et les dirigeants du parti démocrate le discernent très bien. Les représentants démocrates rescapés savent qu’ils devront repasser devant leurs électeurs en 2012 et, pour nombre d’entre eux, n’oublieront pas qu’ils ont dû leur survie politique à leur aptitude à prendre leurs distances envers la Maison Blanche. Les sénateurs démocrates soumis à réélection à la même date voient très bien ce qui s’est passé. Obama n’est pas tombé, mais il est très affaibli. Le seul espoir qui lui reste est de retrouver un peu de forces au cours des deux années qui commencent et, pour cela, de pousser les Républicains à la faute. Et nul ne peut douter qu’il essaiera. Le problème pour lui est que les Républicains voient clair dans ses intentions, et se donnent pour tâche prioritaire qu’il tombe tout à fait, et irrémédiablement.

La débâcle des démocrates Nous allons donc assister à une partie de bras de fer qui sera tout à la fois passionnante à suivre, et cruciale. Ce qui sera en jeu en effet, ce sera rien moins que l’avenir des États-Unis et celui du monde. Pour ce qui concerne les ÉtatsUnis, l’alternative est limpide : ou bien Obama l’emportera, et le pays sera entraîné vers un déclin difficilement remédiable, strié de violence, de pauvreté, de servitudes diverses, avec ici ou là des vestiges d’une splendeur passée. Ou bien Obama sera vaincu, et la reconstruction s’enclenchera, permettant aux États-Unis de renouer avec ce qu’ils sont depuis la fin du XIXe siècle au moins. Pour ce qui concerne le monde, l’alternative est tout aussi limpide : si Obama l’emporte, le monde sera régi par un conglomérat de dictatures et par les Nations Unies. Il sera plus violent, plus chaotique et nous fera entrer dans une ère de barbarie et d’instabilité. Si Obama est vaincu, les États-Unis retrouveront assez vite la position qui est la leur, là encore, depuis longtemps, celle de puissance hégémonique essentiellement bienveillante permettant les avancées de la liberté et de la prospérité et limitant la capacité d’action des forces du mal et de la destruction. Les Républicains et des millions de membres des « tea parties » savent ce que je viens d’écrire, et entendent sauver les ÉtatsUnis et le monde. Quelques extrémistes ressentimentaux aux États-Unis, dont Barack Obama et son entourage pro-

Reproduction intégrale vivement conseillée avec mention d’origine

»

che, veulent l’inverse, bien sûr. Entre les deux, il existe toute une masse de gens bercés d’illusions, intoxiqués mentalement par des discours débiles. Ailleurs sur la planète, les hommes libres entendent œuvrer eux aussi pour que les ÉtatsUnis et le monde soient sauvés. Diverses sortes d’extrémistes ressentimentaux veulent ce que veulent Obama et son entourage. Des millions de gens sont intoxiqués, souvent plus gravement qu’aux États-Unis. Force est de constater qu’en Europe, le nombre d’hommes libres est particulièrement faible, et le nombre d’extrémistes ressentimentaux particulièrement important, tout comme le nombre d’intoxiqués. Ce qui en dit long sur l’Europe. Dire en France ce que je viens de dire semble incongru. Mais il est tellement de choses qui deviennent impensables en France, tellement de choses qu’on ne peut plus dire… Il n’y a rien d’étonnant, en tout cas, à ce que les débats et les commentaires sur les résultats électoraux américains aient été, dans la nuit du 2 novembre et le lendemain, d’un tel niveau d’indigence intellectuelle. Des débats et des commentaires de ce genre existaient sans doute sous Brejnev à Moscou. Et il doit en exister en Corée du Nord sous Kim Jong Il. Tant que les Français accepteront de recevoir ce genre de propagande imprégnée de crétinisme et la prendront pour de l’information, aucun espoir de voir poindre une lueur de lucidité ne sera possible. n

«

DIVISIONS Les divisions ont été la cause de l'échec de la droite en 1981. Si la droite part divisée en 2012, elle court bien entendu les mêmes risques. Chacun doit en être conscient. BERNARD ACCOYER, PRÉSIDENT DE L’ASSEMBLÉE NATIONALE

»

«

SÉQUENCE Nicolas Sarkozy a décidé d’être dans une séquence catholique, comme il peut être dans une séquence agricole. Il utilise un geste de manière quasi publicitaire. LAURENT FABIUS, ANCIEN PREMIER MINISTRE

»

«

INTÉGRATION L'intégration doit passer par la langue. THOMAS DE MAIZIÈRE, MINISTRE DE L'INTÉRIEUR ALLEMAND

»

«

CANDIDAT Il n’y a pas de place à droite pour un candidat face à un président de la République sortant. FRANÇOIS BAROIN, MINISTRE DU BUDGET

»

«

NIQAB Je porte le niqab pour Dieu. Le porter pour toute autre raison serait trop dur. Personne ne me force à le porter et je ne comprends donc pas pourquoi la loi m’obligerait à l’enlever. SANDRINE MOULÈRES, FEMME DU POLYGAME LIES HEBBADJ

»

«

CROISSANCE Il n’y a pas de développement et de croissance sans consensus social. JEAN-LOUIS BORLOO, MINISTRE DE L’ECOLOGIE

»

LES 4 VÉRITÉS HEBDO N° 766 VENDREDI 12 NOVEMBRE 2010

7

Sic

International International

«

DÉLINQUANCE Ce que dit Zemmour est vrai. Quand je regarde le centre de jeunes détenus de Fleury-Mérogis, la plus grande prison de jeunes d’Europe, je constate que la proportion de jeunes des minorités visibles, Africains, Maghrébins, par rapport à ce qu’ils représentent dans la société française, est disproportionnée. Donc, il y a bien un problème! MALEK BOUTIH, ANCIEN DIRIGEANT DE SOS RACISME


Chronique Isabelle Facon

politique

Alain Dumait <www.dumait.fr> Alain Dumait 66 ans

Russie Les chemins de la puissance

Obama a aggravé la crise économique mondiale !

Artège

191 pages – 16,50 €

À commander auprès de notre service abonnements (+ 5 € de port)

Quoi que l’on pense du régime post-soviétique de Poutine et Medvedev (qui peut aller de l’admiration pour leur œuvre de reconstruction nationale au rejet de leurs origines idéologiques marxistesléninistes), il faut bien reconnaître que la Russie est redevenue une grande puissance. Le monde multipolaire qui naît sous nos yeux ne pourra éviter de tenir compte de cette réalité. Ce petit livre nous aide à comprendre la réalité géopolitique actuelle de ce gigantesque État-empire. À lire sur notre blog <www.observatoireparlement.org> un article la découverte du racisme anti-blanc par la Licra !

n découvrant les résultats – largement anticipés par les observateurs – des élections américaines de mi-mandat, on peut se poser la question de savoir pourquoi un président si brillamment élu il y a deux ans est devenu si nettement minoritaire dans l’opinion. Pourtant, le charisme exceptionnel de l’ex candidat démocrate demeure presque intact. Du point de vue de l’art de communiquer, c’est sans doute le meilleur politicien mondial actuel. Mais, aux États-Unis comme ailleurs, les électeurs jugent leurs gouvernants aux résultats. Plus les promesses sont généreuses, plus tôt on attend la récolte. Or, avec plus de 10 % de chômeurs, en moyenne, par rapport à la population active (et donc des poches avec des taux de chômage à 20, voire 30 %), la situation s’est nettement dégradée depuis deux ans. Les perspectives sont également sombres. Tout se passe comme si la ligne directrice de l’équipe d’Obama en matière

E

!

ABONNEZ-VOUS

Bulletin d’abonnement

8

Lecteurs occasionnels abonnez-vous ! Lecteurs déjà abonnés abonnez vos amis! n OUI, je souhaite m’abonner pour 6 mois (soit 25 numéros) à la revue « Les 4 Vérités hebdo » au prix de 30 € TTC (TVA à 2,10 % incluse) par chèque joint NOM ...............................Prénom ............................ Adresse ................................................................... Code Postal .....................Ville ................................. Téléphone ...............................................................

Signature :

4VÉRITÉS

LES

BON À RETOURNER

La publication anti bourrage de crâne

HEBDO

Les 4 Vérités Hebdo — Service abonnements 18 à 24, quai de la Marne — 75164 Paris Cedex 19 Par notre intermédiaire, vous pouvez recevoir des propositions commerciales, politiques ou associatives. Si vous ne le souhaitez pas, cochez cette case : r

LES 4 VÉRITÉS HEBDO N° 766 VENDREDI 12 NOVEMBRE 2010

économique était erronée. Cette ligne est 100 % d’essence keynésienne. On prétend soutenir la demande – et donc, s’imagine-t-on, la croissance – par une politique résolument laxiste aussi bien en matière de dépenses publiques, de déficit budgétaire que de création monétaire. L’activité paraît-elle insensible à ces stimuli massifs ? On double les doses d’euphorisants, avec la FED dans le rôle de fournisseur de drogues… Mais ce que l’on voit, au bout de deux ans de ce traitement, ce sont les dégâts plutôt que les signes de rétablissement. Toute augmentation du poids des dépenses publiques signifie une attrition de la sphère productive concurrentielle et efficace. Toute augmentation de la dette publique veut dire captation de l’épargne disponible et un fardeau accru pour les générations futures. Quant à la politique monétaire dite « facile » (easy), elle est tout bonnement catastrophique, aussi bien au plan interne qu’externe. Les taux d’intérêt quasiment nuls à court terme stimulent artificiellement les opérations financières spéculatives au détriment des investissements productifs, seuls créateurs d’emplois durables. Et la baisse du dollar, auquel le yuan chinois est toujours accroché, risque à tout moment de dégénérer en guerre des changes généralisée, avec le funeste protectionnisme en ligne de mire. On dira : « Obama est victime de la crise économique. » C’est oublier qu’un certain nombre de pays en souffrent moins que d’autres et même donnent l’impression parfois d’en profiter ! On pense au Canada, à l’Australie, au Brésil, à la Pologne, pour ne rien dire de la Chine ou de l’Inde. En somme, « la crise » ne frappe que la moitié du monde, celle qui précisément s’accroche aux solutions keynésiennes dépassées et constructivistes.

Comme toujours, s’agissant de phénomènes économiques, il faut soigneusement distinguer les effets et les causes. Ce n’est pas parce que la crise aurait détruit 30 millions d’emplois à travers le monde qu’il faut se mettre à subventionner davantage encore l’activité. Car la crise, loin d’être un spasme inhérent au système capitaliste (thèse des anticapitalistes), est le fruit d’un excès d’interventions sur différents plans qui vont de la politique du logement social (« subprimes ») à celle de la création monétaire (manipulations des taux d’intérêt) en passant par le déficit public érigé en système permanent. Avant d’être une destruction d’emplois, la crise est d’abord une destruction d’actifs, et donc d’épargne. La reconstitution de celle-ci, avec une pratique de taux d’intérêt plus « naturels » (non manipulés par les banques centrales), aurait dû être la priorité de tous les gouvernements sérieux. Obama ��� tout comme Sarkozy d’ailleurs –, de ce point de vue, n’a pas été « sérieux ». C’est ce que les électeurs américains lui ont dit ce mardi 2 novembre 2010. C’est aussi le sens profond du mouvement « tea party » : en économie comme ailleurs, il faut revenir au bon sens et aux valeurs qui ont fait leurs preuves. Pas aux élucubrations des économistes payés par les politiciens avec l’argent des contribuables ! n Notre pétition sur l’immigration est victime de son succès (dimanche dernier, nous avions dépassé les 7 500 signataires sur internet et les 3 200 sur papier). Il nous a fallu réimprimer d’urgence des pétitions pour ceux d’entre vous qui veulent faire signer leur entourage. Nous sommes à la fois désolés pour ce contre-temps… et ravis de sa cause ! Par ailleurs, n’oubliez pas de vous inscrire sur le site <stop-immigration.fr> pour être tenus au courant de nos actions. La rédaction n

Reproduction intégrale vivement conseillée avec mention d’origine


4vh-766