Issuu on Google+

Chronique

politique

Pierre Baudouin

Julien Prévotaux Un européisme nazi F.-X. de Guibert

273 pages – 23 € À commander auprès de notre service abonnements (+ 5,50 € de port)

La vulgate journalistique affirme que l’Union européenne a été une réaction au nationalisme du IIIe Reich. Et si, en réalité, « l’idée européenne » avait été également une idée national-socialiste ? C’est cet axe, un peu provocateur (même si quelques historiens l’avaient déjà suivi au cours des dernières années), que suit l’historien Julien Prévotaux, à propos du fameux Groupe Collaboration d’Alphonse de Châteaubriant. Une piste particulièrement féconde… À lire sur notre blog <www.observatoireparlement.org> un article sur un possible remaniement ministériel au début de l’été.

<pbaudouin@les4verites.com>

La contre-attaque d’Eric Woerth dans l’affaire Bettencourt a semaine dernière a été riche en rebondissements dans « l’affaire Woerth ». La contreattaque, en particulier, a été d’une vigueur à laquelle j’avoue que je ne m’attendais pas. L’essentiel de cette riposte a résidé dans le traitement des déclarations de l’ex-comptable de Mme Bettencourt. Le jour même des révélations de Médiapart (du trotskiste Edwy Plenel), beaucoup d’observateurs avaient noté que les déclarations médiatiques différaient des déclarations à la justice. Mais Nicolas Sarkozy et Éric Woerth ont marqué un incontestable point en obtenant que la comptable déclare que le journaliste avait mal retranscrit ses déclarations. Un rebondissement (par exemple, la production de l’enregistrement de la conversation) est toujours possible, mais, en attendant, la situation a changé du tout au tout : de présumés concussionnaires, Nicolas Sarkozy et Éric Woerth sont devenus des victimes de l’acharnement médiatique et politique…

L

!

ABONNEZ-VOUS

Bulletin d’abonnement

8

Lecteurs occasionnels abonnez-vous ! Lecteurs déjà abonnés abonnez vos amis! n OUI, je souhaite m’abonner pour 6 mois (soit 25 numéros) à la revue « Les 4 Vérités hebdo » au prix de 30 € TTC (TVA à 2,10 % incluse) par chèque joint NOM ...............................Prénom ............................ Adresse ................................................................... Code Postal .....................Ville ................................. Téléphone ...............................................................

Signature :

4VÉRITÉS

LES

BON À RETOURNER

La publication anti bourrage de crâne

HEBDO

Les 4 Vérités Hebdo — Service abonnements 18 à 24, quai de la Marne — 75164 Paris Cedex 19 Par notre intermédiaire, vous pouvez recevoir des propositions commerciales, politiques ou associatives. Si vous ne le souhaitez pas, cochez cette case : r

LES 4 VÉRITÉS HEBDO N° 750 VENDREDI 16 JUILLET 2010

De façon presque simultanée, l’Inspection générale des finances a rendu son rapport. Résultat : Éric Woerth n’est pas intervenu dans le dossier de Liliane Bettencourt. Voilà qui écarte la piste d’un « renvoi d’ascenseur » où le ministre du Budget aurait couvert une opération d’évasion fiscale pour remercier une grande donatrice de la campagne présidentielle. Cependant, les médias sont ici bien complaisants. Ce qui aurait été surprenant aurait été de retrouver une trace écrite d’intervention d’Éric Woerth dans le dossier Bettencourt. Des directives données en contravention avec la loi ont peu de chances d’être transmises par écrit et suivant la voie hiérarchique. De façon générale, je vois mal comment on pourrait clore ce dossier qui empoisonne la vie politique depuis des semaines. Je ne vois pas comment on pourrait trouver des preuves probantes d’opérations par définition occultes. Sauf à supposer que les gestionnaires de la fortune de Mme Bettencourt et ceux de la campagne de M. Sarkozy soient des incompétents notoires qui auraient laissé traîner des traces de leurs activités frauduleuses ! Troisième moment (toujours à peu près simultané) de la contre-attaque : la réaction de François Baroin, nouveau ministre du Budget aux questions du groupe PS. Il a nettement accusé les socialistes de mettre en péril la démocratie et de « faire le jeu du FN ». Manifestement, l’accusation a porté. D’ailleurs, le ton des attaques socialistes est devenu moins virulent en fin de semaine. Mais il faut dire que cette contre-attaque est extrêmement périlleuse pour un ministre de droite. Ne serait-ce que parce que cela éloigne d’autant la pourtant souhaitable entente à droite. Mais aussi parce qu’il serait temps d’arrêter « d’argumenter » en permanence en référence à ces années 30, supposées être la quintessence de l’horreur. Il faut tout de même beau-

coup d’ignorance – ou de zèle pour la propagande – pour faire de Médiapart le successeur de « Je suis partout » ou du FN celui du PPF ! Et, d’ailleurs, quand cela serait, cela ne suffirait pas à disqualifier leur parole. À moins, bien sûr, que le « dogme démocratique » n’impose de croire que rien de vrai ne peut sortir des supposés « anti-démocrates » ! À vrai dire, il me semble que la véritable raison de la mise en veilleuse des accusations socialistes tient aux récentes enquêtes d’opinion – qui ne sont pas une contre-attaque de l’exécutif, mais qui participent à l’enterrement de l’affaire Woerth. Début juillet, en effet, 64 % des Français estimaient que leur classe politique était corrompue (29 % seulement l’estimaient « plutôt honnête »). Toutes tendances confondues. Par conséquent, le PS a fort peu à gagner à l’entretien de ce climat de « révélations » en cascades. La véritable question est de savoir si ce climat laissera une place à une entente à droite pour 2012. Je vois mal en effet comment les électeurs du FN, déjà largement déçus de l’inaction sarkozyste, pourraient voter à nouveau pour une majorité sortante, dont la presse et l’opposition auront repeint la silhouette en parangon de corruption… Pourtant, jamais cette entente à droite n’a été plus nécessaire. Un autre sondage vient d’être rendu public : 71 % des Français jugent leur pays en déclin, même si 79 % d’entre eux estiment que notre pays dispose de nombreux atouts. Ce déclin me semble bien réel. Il me semble cependant assez facile d’en sortir : il suffit d’en avoir la volonté politique et de ne pas craindre d’annoncer « du sang, de la sueur et des larmes », au lieu du lénifiant discours démagogique que nous subissons depuis des années ! Mais cela suppose un gouvernement de combat et nous en sommes loin… n

Reproduction intégrale vivement conseillée avec mention d’origine


ISSN 0151-2439

VÉRITÉS 4

VENDREDI 16 JUILLET 2010

N° 750

LES

La publication anti bourrage de crâne

HEBDO

ÉDITORIAL n Jean Rouxel Les électeurs de droite face à leurs représentants imanche 11 juillet, l’UMP Jean-Frédéric Poisson a été battu par la candidate écologiste lors d’une législative partielle à Rambouillet. Le moins que l’on puisse dire, c’est que ce n’est pas une bonne nouvelle ! Même si le discours de JeanFrédéric Poisson ne me semblait pas suffisamment « droitier », celui d’Anny Poursinoff contient à peu près tout ce que nous combattons dans ces colonnes. Malheureusement, cette défaite ne me semble pas surprenante : Poisson est l’archétype de ce député authentiquement de droite qui, pour complaire au parti qui l’a fait élire, a mis de « l’eau dans son vin »… dans des proportions telles que le vin a pris le goût de l’eau ! Jean-Frédéric Poisson, représentant éminent de la tendance catholique au sein de l’UMP, s’était par exemple opposé à la libéralisation du travail dominical. Peu importe ici le bien-fondé de cette position. Ce qui compte, c’est que Poisson a finalement décidé de se ranger à l’avis du parti, favorable à cette libéralisation. Comment ses électeurs n’auraient-ils pas pris ce ralliement pour une trahison ? Depuis des décennies, les électeurs de droite sont trahis par leurs représentants. Quand donc ces derniers comprendront-ils que, tôt ou tard, cela doit se payer au plan électoral ?

D

Dessin de MIÈGE

4VÉRITÉS

LES

La publication anti bourrage de crâne

HEBDO

LES 4 VÉRITÉS 2010 © Publication hebdomadaire (CPPAP N° 1109, I 82 712) Tél. : 06 26 99 56 89 (port. G. de Thieulloy) < redaction@les4verites.com > < http://www.les4verites.com >

(webmaster : <webmasteur4v@les4verites.com>)

Siège : 25, rue des Bas 92 600 Asnières – (GT Éditions SARL) Abonnements : 4 Vérités-DIP 18 à 24, quai de la Marne 75 164 Paris Cedex 19 01 44 84 85 48 (Dominique <dominique.varenguin@dipinfo.fr>) ou http://www.les4verites.com Directeur de la publication : Guillaume de Thieulloy Responsable éditorial : Alain Dumait Rédaction : Jean Rouxel (rédacteur en chef) Le numéro 1,20€ Abonnement 50 numéros 60€ TTC Abonnement de soutien à partir de 100€ Personnes morales (entreprises ou administrations) : 200€, TVA à 2,10 % en sus Imprimerie : Delcambre, Pantin (93) Également disponible en format numérique (nous consulter) Fichiers déclarés à la CNIL (N° 672024) Exemplaire gratuit sur simple demande écrite

Pour bien nous faire comprendre qu’il s’agit d’une mauvaise nouvelle, le président du groupe radical de gauche à la région Ilede-France a déclaré qu’il s’agissait d’une « condamnation de la politique liberticide et ultralibérale mise en œuvre par le gouvernement Fillon ». Je dis bien : liberticide et ultralibérale ! Cette élection montre aussi le poids des minorités convaincues dans une élection. Ce qui a fait défaut à Jean-Frédéric Poisson, c’est précisément les électeurs les plus proches de lui. Le système électoral actuel est certes un système de masse. Mais, au sein ou en dehors des « partis de gouvernement », un discours clair de personnes convaincues peut motiver ou démotiver quelques centaines d’électeurs et, ainsi, faire la différence. Cet avertissement, qui ne changera évidemment pas l’équilibre à l’Assemblée nationale, pourrait donc être utile à la droite si celle-ci en déduisait qu’elle doit impérativement tenir ses engagements électoraux. Dans l’état actuel du rapport de forces en France, la gauche ne peut pas gagner. En revanche, la droite peut parfaitement perdre : il suffit pour cela qu’elle ne parvienne pas à convaincre ses électeurs qu’elle a fait ce qu’ils souhaitaient. Qui peut dire que ce danger n’existe pas ? n

«

»

L’adulte ne croit pas au père Noël. Il vote… Pierre Desproges

SOMMAIRE

2Â 3Â 4 5 6Â 7Â 8

L’euro et l’inflation française par Bernard Trémeau

Chiffres Significatifs Retraites : la réformette

Entretien avec P.-E. du Cray

Divers faits Votre opinion nous intéresse Le courrier des lecteurs

L’équipe de France et l’échec de la diversité

par Christian Lambert

France : triste naufrage

par Guy Millière

Communication

Le cynisme de la politique américaine par Bernard Guérin

Sic

La chronique politique

de Pierre Baudouin

Abonnez-vous et faites abonner vos amis à notre lettre d’informations gratuite et hebdomadaire. Rendez-vous sur notre site internet : <www.les4verites.com>


Chiffres Significatifs

HEURES SUP > Entre le dernier trimestre 2009 et le premier trimestre 2010, le nombre d’heures supplémentaires enregistrées par les sociétés d’au moins 10 salariés a reculé de 7,8 % pour se stabiliser à 9,6 heures par salarié et par an. MARÉE NOIRE > À la date du 5 juillet, le groupe pétrolier anglais British Petroleum avait déjà dépensé 3,1 milliards de dollars dans le cadre de sa lutte contre la marée noire dans le golfe du Mexique ! DÉCHETS > En 2007, la France a produit 541 kg de déchets municipaux par habitant, dont 36 % ont été incinérés, 34 % stockés, 16 % recyclés et 14 % compostés ! DÉTENU > L’âge moyen des personnes détenues dans les prisons françaises s’élève à 34,2 ans. SERVICE > Depuis 2005, 390 000 emplois ont été créés en France dans le domaine des services à la personne. PROPRIÉTAIRE > 88 % des Français ayant accédé pour la première fois à la propriété au cours des cinq dernières années étaient des fils de propriétaires. TRAVAIL > Au total, les Français ont travaillé 33,98 milliards d’heures en 2009. INTERNAT > En France, 70 établissements scolaires environ accueillent les enfants en internat dès le primaire. PHARMACIE > La vente de médicaments remboursables dans les pharmacies de ville a crû moins vite (1,1 %) en 2008 qu’en 2007 (3,6 %). SÉCU > En 30 ans, la part des dépenses d’assurancemaladie consacrées à l’hôpital public est passée de 41 % à 34 %.

2

Économie Économie Bernard Trémeau

Parité fixe et monnaie unique

P

lusieurs de mes lecteurs m’ont demandé des précisions au sujet d’une parité fixe liant deux monnaies. Soit les gouvernements décident de conserver leurs monnaies. Ainsi une parité fixe a lié le franc et le mark de 1945 à 1999. Soit les gouvernements décident le créer une monnaie commune (l’euro) et une parité fixe lie alors le mark et le franc à l’euro. Depuis 1945, une parité fixe a pratiquement toujours lié le mark et le franc. Un traité d’union monétaire a été passé entre la France et l’Allemagne et les gouvernements des deux pays décident par exemple que, pour l’avenir, un mark vaudra 3 francs. Les consommateurs allemands et français disposent ainsi d’un marché commun. Mais les prix augmentent plus rapidement en France qu’en Allemagne. Les prix des produits allemands restent pratiquement stables, alors que les prix des produits français augmentent de 3 % tous les ans. Les consommateurs français achètent donc de plus en plus de produits allemands. La balance commerciale française devient de plus en plus négative. C’est bien sûr l’inverse pour la balance allemande. Le chômage apparaît en France. Au bout de trois ans en général, parfois moins, les gouvernements se réunissent. Ils conservent exactement le même traité et décident uniquement de modifier les parités liant les deux monnaies. Une dévaluation de 10 % du franc rendra tous les produits provenant d’Allemagne 10 % plus cher au

LES 4 VÉRITÉS HEBDO N° 750 VENDREDI 16 JUILLET 2010

consommateur français. C’est une « dévaluation compétitive » qui rééquilibre immédiatement les échanges. En 1998, les gouvernements français et allemand ont décidé de remplacer la parité fixe liant leurs deux monnaies par une monnaie unique, l’euro. Le 31 décembre 1998, à Bruxelles, ils ont dû se réunir une dernière fois pour décider de la parité fixe qui allait lier le franc et le mark à l’euro le jour du lancement. Les parités retenues ont été de 1,95583 mark pour un euro et 6,55957 francs pour un euro. Ce qui donne donc une parité fixe de 3,35 francs pour 1 mark. Depuis 1998, cette parité n’a pas été modifiée. Tout serait pour le mieux dans le meilleur des mondes monétaires européens, si l’inflation française était depuis 1999 restée identique à l’inflation allemande… Malheureusement, syndicats et gouvernements français unissent leurs efforts pour que l’inflation française reste supérieure à l’inflation allemande de

<tremeau.bernard@ wanadoo.fr>

près de 3 % par an. Les prix deviennent chaque jour un peu plus élevés en France qu’en Allemagne. Comme au bon vieux temps de la parité fixe, les Français achètent de plus en plus les produits allemands, qui sont de moins en moins cher. Le lait produit en Allemagne est vendu bien moins cher que le lait français. Le déficit de notre balance commerciale apparu dès 2002 devient un gouffre auquel correspond bien sûr l’excédent de la balance allemande. Il faut donc changer la parité fixe liant le franc et le mark à travers l’euro. On peut décider de le faire en supprimant l’euro et en revenant au mark et au franc. C’est un véritable tsunami politicoadministratif. Insupportable. On peut aussi conserver l’euro, ne pas modifier la parité liant le mark à l’euro, mais modifier uniquement la parité liant le franc à l’euro. On réalise ainsi une « dévaluation compétitive » du franc sans changer une autre ligne du traité créant l’euro. n

L’utopie pacifiste Penser qu’on peut supprimer la violence, la délinquance et les guerres en éradiquant les armes par nature, relève d’une idéologie simpliste contredite en permanence par les faits. Plus on a accru les interdictions sur les armes privées, plus les agressions aux personnes ont proliféré. Les crimes et les délits ont été multipliés par cinq depuis 1950, alors que, dans le même temps, le niveau de vie a plus que triplé. Avec l’invasion-immigration, les dangers d’occupation de notre pays par une puissance étrangère sont aujourd’hui plus que réels. Allons-nous désarmer les pays judéo-chrétiens quand les pays musulmans s’arment de plus en plus ? Voulons-nous que nos églises désertées soient transformées en mosquées et que l’islam conquérant s’empare du pouvoir en nous imposant la charia par la force ? Jean-Paul Viala – Paris (75) Reproduction intégrale vivement conseillée avec mention d’origine


Entretien avec Pierre-Edouard du Cray Directeur des études de l’association Sauvegarde Retraites

Vous pensez que la réforme des retraites annoncée par Éric Woerth ne résoudra rien durablement, pouvezvous nous dire pourquoi ? C’est tout simplement inscrit dans le projet du gouvernement ! La réforme proposée consiste, en effet, à tenter de rétablir l’équilibre financier des régimes de retraite pour 2018. Or, toutes les projections démographiques et financières montrent que c’est après 2020 que le système sera le plus dur à financer, puisque le nombre de retraités ne va cesser de croître, pendant encore trois à quatre décennies, pour un nombre de cotisants relativement stable. Par ailleurs, vu les mesures envisagées, même l’objectif 2018 ne pourra pas être atteint puisque, pour parvenir à l’équilibre, le gouvernement table sur un taux de chômage peu réaliste de 6,5 % et sur un abondement de l’État d’au moins 15 milliards d’euros par an. Une somme qu’il n’a évidemment pas et qu’il sera contraint d’emprunter… Il faut être lucide : des mesures vont être adoptées en septembre, mais il ne s’agira pas de la « mère des réformes ». Les syndicats se focalisent sur le départ à 62 ans. Selon vous, il s’agit de l’arbre qui cache la forêt, pouvez-vous préciser ? Poser le problème de la retraite ainsi – « Pour ou contre la retraite à 60 ans ? » – est très démagogique. Alors que le système est au bord de l’implosion, beaucoup ergotent pour savoir s’il faut, ou non, travailler un ou deux ans de plus. C’est dérisoire.

La réforme des retraites et ses visées électorales En réalité, le système de retraite français est confronté à deux grandes difficultés. La première, c’est l’allongement de la durée de vie. À ce point de vue, le recul de l’âge de la retraite devrait apporter un vrai bol d’oxygène aux gestionnaires. La seconde, c’est l’arrivée massive des papy-boomers à la retraite. Or, bien que son impact financier soit considérable, cette problématique demeure largement occultée. En définitive, vous estimez que cette réforme est une réforme électoraliste. Cette accusation n’est-elle pas un peu radicale ? Le problème des retraites est avant tout économique. Or, plutôt que de se comporter en gestionnaires, nos politiques ont une fâcheuse tendance à détourner cet enjeu à des fins électoralistes. C’est très net au parti socialiste, Martine Aubry n’a aucune mesure sérieuse à proposer et se tient en embuscade, prête à profiter du moindre faux pas de la majorité. Cette attitude irresponsable conforte le gouvernement dans l’idée de prendre le moins de risques possibles. Résultat, la réforme se fera a minima avec, à la clé, des dispositions électoralistes. C’est le cas, par exemple, de la décision de ne pas toucher aux régimes spéciaux des entreprises publiques ou, encore, de « faire payer les riches » en augmentant le taux marginal de l’impôt sur le revenu d’un point, de 40 % à 41 %… Enfin, l’idée de siphonner le fonds de réserve des retraites pour combler les déficits des prochaines années est choquante. À la base, ce

Reproduction intégrale vivement conseillée avec mention d’origine

fonds, en capitalisation, est censé n’intervenir qu’après 2020. Malheureusement, nos gouvernants ne résistent pas à l’idée de s’en servir dès maintenant. Cela va maintenir l’illusion, au cours des deux ou trois prochaines années, que le problème des retraites est quasiment résolu. En vue des présidentielles de 2012, cet artifice peut s’avérer précieux ! Les Français attendent que les politiques se mettent au service des retraites, mais c’est exactement l’inverse qui se produit. En l’occurrence, on se sert de l’argent des retraites, celui du fonds de réserve, à des fins politiques. Quels seraient les principes d’une réforme juste et durable selon vous ? On a beaucoup trop attendu, il n’y a donc pas de recette miracle et les mesures que nous serons contraints de prendre, dans les années à venir, vont forcément faire mal. Pour autant, certains de nos voisins, comme l’Allemagne ou la Suède, ont réalisé des réformes plus ambitieuses que les nôtres. Elles leur permettent d’entrevoir le bout du tunnel. Au-delà des aspects techniques – régimes par annuité ou par point et retraite en répartition ou en capitalisation –, ces réformes ont un point commun : moins de dirigisme technocratique et plus de responsabilité individuelle. L’idée, à terme, est celle d’une retraite à la carte. Non seulement nous pouvons nous inspirer de ces exemples étrangers mais nous pouvons faire beaucoup mieux. Tout n’est qu’une question de volonté et de courage politique. n

INCARCÉRATION > La France compte 140,9 personnes incarcérées pour 100 000 habitants, loin devant le Portugal (50,8), l’Espagne (98,3) ou la Grèce (101,2), mais aussi loin derrière l’Écosse (810), la Suisse (597,9) ou l’Irlande du Nord (341,5)… BEAUTÉ > L’hebdomadaire « Minute » nous rapporte le cas regrettable d’une jeune femme trop belle pour travailler : Debrahlee Lorenzana a en effet été débarquée par son employeur, Citigroup, « en raison de ses formes qui nuisaient trop à la concentration de ses collègues de bureau » ! AFGHANISTAN > On estime à quelque 1 000 milliards de dollars la valeur des gisements de minerais (fer, cuivre, cobalt, or…) encore inexploités en Afghanistan. RÉMUNÉRATION > En 2009, 22 367 personnes détenues dans les prisons françaises ont exercé une activité rémunérée. Ensemble, elles ont travaillé 1 523 617 journées pour une rémunération de 31 873 120 euros bruts. COMPOSTAGE > On évalue à 800 environ le nombre d’installations de compostage des déchets en France. Celles-ci transforment chaque année quelque 6 millions de tonnes de déchets en 1,8 million de tonnes de compost. BIOMÉTRIQUE > La France est le pays du monde où un passeport biométrique coûte le plus cher : 86 euros, contre 77,5 au Royaume-Uni, 47 aux États-Unis, et même 20 en Espagne !

LES 4 VÉRITÉS HEBDO N° 750 VENDREDI 16 JUILLET 2010

3

Divers faits

Politique Politique

OSÉO > Depuis octobre 2009, Oséo, ancienne Banque des PME, a accordé plus de 800 millions d’euros de prêts pour le renforcement des fonds propres des PME françaises.


Votre opinion nous intéresse Incohérence

«O

n peut remarquer que les affaires qui agitent l’actualité ont pour origine les révélations « d’employés » humiliés. Un chef de cabinet viré sans ménagement décrit à la presse la consommation de cigares, par son ministre, aux frais du contribuable ; un majordome, licencié à la demande d’un ami de sa patronne, enregistre et divulgue les conversations privées ; une comptable remerciée parle de financement en argent liquide d’hommes politiques. Quand, par l’argent ou la position sociale, on détient une parcelle d’autorité sur les autres, on se doit de traiter ses subordonnés avec considération et, si on n’est pas capable de le faire par humanisme naturel, tout démontre qu’on doit au moins le faire par intérêt…

»

Albert Bonnenfant <albert-bonnenfant@orange.fr>

Redonner confiance

«

algré ce courant médiatico-politique de démolition orchestrée contre l’équipe au pouvoir, il faudrait remettre du bon sens dans les esprits déboussolés et redonner de la confiance, car tout n’est pas aussi pourri qu’on voudrait nous le faire croire dans notre système politique.

M

«

» Courrier des lecteurs Nous écrire, c’est courir le risque d’être publié…

Car enfin, au nom de quoi dénigret-on maintenant ceux qui ont eu le courage d’appliquer un programme pour lequel ils ont été élus et, pour l’essentiel, y sont parvenus. La France profonde n’est pas celle reflétée par les sondages d’opinion, simple instrument servant à alimenter les polémiques souvent stériles, parfois nuisibles. La psychologie des foules est le facteur-clé de l’art de gouverner. Il faut en tenir compte pour l’utiliser dans le sens positif qui devrait polariser l’opinion afin de converger ensemble vers des objectifs communs. Au contraire, il ne sert à rien de saper l’autorité des hommes politiques démocratiquement élus pour un mandat dont la durée ne doit pas être gaspillée en vaines aspirations à s’emparer du pouvoir aux prochaines élections. Au nom des vieilles lunes socialistes que, mieux que quiconque, Gustave Le Bon avait su dénoncer, on voudrait voir renaître ce que les expériences précédentes avaient si bien démontré : la ruine des États. Et de clamer : « Au secours Mitterrand, ils sont devenus fous ! » À défaut de programme, sachons au moins comment diviser pour mieux régner…

»

Robert May

Tous pourris !

Triche

«J

e suis très choqué que l’Uruguay ait pu gagner sa place en demi-finale du Mondial de football contre le Ghana malgré, ou plus exactement grâce à, un geste manifeste et délibéré d’antijeu (le dernier défenseur qui arrête volontairement de la main le ballon rentrant dans le filet). Après la « main de Dieu » du demi-dieu Maradona, celle non moins divine de Thierry Henry, et après beaucoup d’autres gestes similaires non sanctionnés, cette injustice supplémentaire enseigne à nos jeunes que « tricher fait partie du jeu » et que la fin justifie les moyens, même les plus malhonnêtes. C’est une grave responsabilité que prennent les joueurs qui se rendent coupables de tels gestes. Et c’est une grave responsabilité que prend la FIFA en ne sanctionnant pas plus durement encore les coupables pour les persuader que ce jeu-là n’en vaut pas la chandelle. Et qu’on ne me dise pas que « c’est ça le foot ». Non, ce n’est pas cela le foot ! La perte du sens de l’honneur et de l’éthique, voilà ce qui détruit non seulement le sport mais aussi, de manière bien plus générale, l’ensemble des relations et activités humaines.

»

Maxime Daubenton

<robertmay@free.fr>

Cambrai (59)

La liberté de la presse n’est pas sans limite ! ’importe quel groupe ou individu un peu en vue, peut désormais se retrouver du jour au lendemain au centre de polémiques insensées, faire les gros titres de tous les journaux, être l’objet d’accusations faites sans le moindre commencement de preuve. Certains journalistes, à la recherche permanente du scoop et de la polémique, se prennent et veulent nous prendre pour des procureurs. J’ai eu la curiosité de regarder sur internet la Charte des devoirs professionnels des journalistes français dont voici quelques extraits : « Un journa-

N

4

LES 4 VÉRITÉS HEBDO N° 750 VENDREDI 16 JUILLET 2010

liste digne de ce nom tient la calomnie, les accusations sans preuves pour les plus graves fautes professionnelles. » Plus loin : « Il ne confond pas son rôle avec celui d’un policier. » La liberté de la presse est quelque chose de formidable, mais elle a trop souvent bon dos. La liberté d’informer n’a jamais été la liberté d’accuser sans preuve. n Edmond Rosa Paris (75)

«E

n évoquant les scandales réels ou présumés du gouvernement, Martine Aubry fait preuve d’une belle dose de stupidité, à moins qu’elle ne soit atteinte de la maladie décrite par feu Alois Alzheimer. En effet, elle semble avoir oublié tous les scandales de la funeste ère socialiste, allant des écoutes téléphoniques de l’Élysée à l’étrange suicide d’un Premier ministre, ou les troubles histoires de fiston Mitterrand en Afrique… Mme Aubry pense prêcher pour sa paroisse. Mais la réaction de la majorité des Français consiste à dire – peut-être avec raison – que TOUS les politiciens, de la pseudo-droite actuelle à la « gauche caviar », sont des « pourris ». Finalement, comme me le disait un de mes amis communistes, qui connaissait parfaitement mes propres opinions : « Les seuls hommes politiques honnêtes sont à l’extrême droite ou à l’extrême gauche. » Et il ajoutait, blasé, que c’était peut-être parce qu’ils n’avaient jamais exercé le pouvoir !

»

Joseph Ponset <joseph.ponset@wanadoo.fr>

Sarkozy

«

e suis émerveillé de ce qu’à chaque fois que les socialistes tirent un fil (pas propre), ils trouvent systématiquement à l’autre bout… Nicolas Sarkozy ! Ou bien le Président s’occupe de tout en France avec une remarquable incompétence, sans la moindre prudence et en faisant exprès de semer les indices derrière lui, ou bien les socialistes ont une chance extraordinaire…

J

»

François Le Vert <annelevert2@wanadoo.fr>

Reproduction intégrale vivement conseillée avec mention d’origine


L’équipe de France de football, c’est la France d’aujourd’hui ! l est tout à fait extraordinaire que cette fameuse équipe de football, « l’équipe de France », dont on continue de tant parler, après qu’elle eut montré ce qu’elle savait faire, a fait en sorte qu’en France, le bleu soit noir. Si, un jour, l’équipe de France de football est composée de Chinois – pourquoi pas ? Ils sont déjà un million en France –, le bleu sera jaune. Dans cette affaire, qui aurait dû rester dans le domaine du sport, les limites stratosphériques de la stupidité ont été dépassées. Était-il nécessaire pour gagner cette compétition d’engager de jeunes noirs incapables de prononcer deux phrases cohérentes, comme l’ont dit notamment Luc Ferry et Jacques Julliard, anciens normaliens de la rue d’Ulm, lors de leur dialogue sur LCI le 25 juin ? Des footballeurs que Roselyne Bachelot, ministre des Sports, qualifie devant l’Assemblée nationale de « gamins apeurés » plus ou moins dirigés par des petits « caïds », incapables sauf pour négocier des primes de match et des nuitées en hôtel de luxe écrit un lecteur du « Monde » (le 27 juin p. 14). Pour sa part, le « Figaro magazine » écrit le 26 juin : « C’est entendu, ils furent lamentables. Joueurs nuls, entraîneur désastreux, fédération calamiteuse… Une aventure qui s’achève dans le ridicule. » Des joueurs en équipe qui, en fait d’équipe, s’entre-déchiraient en rivalité ethnique et religieuse, 4 joueurs se revendiquant musulmans, sans parler, bien sûr, du racisme fondé sur la couleur, sous-jacent en permanence. Eh bien, malgré ce palmarès, ces joueurs que

I

Présumés coupables

«D

eux secrétaires d’État viennent d’être « démissionnés ». Fort bien. D’autres le seront à la rentrée, si l’on en croit la presse. Quels seront alors les critères du choix des victimes ? Nous aimerions qu’ils relèvent des résultats de leur mission plutôt que de motifs futiles qui auraient fait la une des médias ! M. Balladur, considérant que tout ministre mis en cause par les médias devait démissionner, a donné du poids à la « présomption de culpabilité ». Cette obligation n’en est plus une, mais la possibilité de tenter de l’obtenir par tous les moyens en a été renforcée. Comme disait un président chinois : « Qu’importe que le chat soit noir ou gris ? L’important est qu’il attrape les souris !»

»

l’on s’accorde à considérer comme nuls gagnent 900 000 euros par mois, avec paraîtil des domiciliations fiscales à faire rêver… C’est que le sport professionnel est désormais une affaire d’argent, une entreprise comme Coca-Cola ou comme une écurie de course où l’on achète les pouliches, on les fait courir, on les revend. Et cela passionne 750 millions de spectateurs dans le monde, qui paient de leur poche pour avoir le bonheur indicible de voir des types venus du Congo, des Antilles et d’ailleurs, taper dans un ballon. Comme le football a donc un caractère très populaire, la politique politicienne et démocratique s’en est emparée pour tenter d’en tirer un profit électoraliste. L’équipe de France et le Mondial ont été officialisés. On a fait du « black, blanc, beur », avec discrimination positive, une idée française que « le monde entier nous envie ». Et c’est encore une chance que l’attaquant de l’équipe de France n’ait pas été un unijambiste recruté à Djibouti ou au Zimbabwe ! Je note en passant que l’équipe d’Espagne est espagnole ; l’équipe d’Allemagne est allemande et qu’elles gagnent – comme l’équipe hollandaise qui est hollandaise. Toujours est-il que le président de la République qui, a-t-on souligné, adore le football et, assure-t-on, est un grand sportif, s’en est mêlé : il a reçu un footballeur à l’Élysée dont le nom m’échappe, mais dont on me certifie que ses revenus pourraient être de 30 millions d’euros par an. Si cela est vérifié et continue à ce rythme, Mme Bettencourt

Libération fiscale

«L

es Français travailleront cette année pour l’État jusqu’au 28 juillet, jour de la libération fiscale. De plus, chaque enfant naît avec une dette de 25 000 euros. Arrêtons de financer les partis politiques, les associations et les syndicats avec nos impôts ! Qu’ils se débrouillent avec les cotisations de leurs adhérents ! Assez de cette logique socialiste que veulent nous imposer les médias ! L’introduction d’un peu plus de liberté et de responsabilité ne pourrait que favoriser notre économie, améliorer nos finances publiques et nous aider à sortir de la crise. Avec cette logique, tout le tintamarre au sujet de l’affaire Bettencourt et du financement de l’UMP n’existerait pas…

René Crignola Orry-la-Ville (60)

Reproduction intégrale vivement conseillée avec mention d’origine

»

Jean-Pierre Adam Metz (57)

sera bientôt comparativement une pauvresse ! La ministre des Sports et le président de la fédération française de football ont été auditionnés par la commission des Affaires sociales de l’Assemblée nationale. Une commission d’enquête parlementaire va être créée. Alors qu’avec un peu de décence et de bon sens, l’on n’aurait jamais dû faire de cette compétition sportive une affaire d’État, comme l’a reconnu publiquement, mais trop tard, la ministre elle-même. Notre gouvernement allant, sinon d’échec en échec, du moins de problème non résolu en problème non résolu, pourquoi s’est-il engagé à ce point dans cette aventure ? L’équipe de France de football, c’est la diversité. L’équipe de France gouvernementale, c’est aussi la diversité ! On voit ce que ça donne. Rachida, Fadela, Rama, ce sont nos footballeuses de la politique ! Quant à la diversité dans les « quartiers », les crimes y sont quasi quotidiens. Le dernier en date connu, révélé par la presse, a eu lieu le 26 juin aux Mureaux (Yvelines), où un certain Hadama, aidé par des copains tous originaires d’Afrique noire et connus des services de police, a tué un certain Mohamed devant la famille de ce dernier. Pour résumer cette chronique, je reprendrai un mot du général de Gaulle : « Dans ce pays, c’est partout la chienlit » et je peux vous assurer que ce n’est pas fini ! n Christian Lambert

Ancien Ambassadeur de France

Rilance ?

«L

a créativité de Mme Lagarde m’a fait sourire. C’est suffisamment rare de la part d’un ministre de l’Économie pour le signaler. Elle marche ainsi dans les pas de Ségolène Royal, grande spécialiste du néologisme sauf que, dans son cas, il est souvent involontaire ! Mais je ne suis ni ministre ni candidat à la présidentielle. Je me permets donc de faire une contre-proposition. Au lieu de « rilance » j’aurais utilisé « croistérité » Le mot aurait trois avantages. Comme « rilance », et comme « stagflation », désormais dans le dictionnaire, il associe deux concepts économiques. Mais la stagnation et l’inflation ne sont pas a priori irréconciliables, ce qui n’est pas le cas de la rigueur et de la relance qui sont toutes deux le reflet d’une volonté politique du gouvernement avec des mesures concrètes. Ne pas choisir entre les

deux apparaît comme un signe d’indécision et donc de faiblesse. « Croistérité » associe croissance et austérité. Croissance est plus positif que relance car une politique de relance, surtout teintée de rigueur, ne garantit absolument pas la croissance dont nous avons besoin. Austérité est également préférable à rigueur, car il implique une volonté nationale de réduire le train de vie de la France, à commencer par le haut, mais sans imposer à tous les Français une cure « rigoureuse » que certains ne pourront suivre. Enfin, dans l’association des deux mots, l’ordre choisi n’est pas anodin. La croissance doit être notre priorité car, sans elle, toute politique d’austérité, pourtant indispensable, serait vouée à l’échec.

»

Roger Saint-Pierre La Rochelle (17)

LES 4 VÉRITÉS HEBDO N° 750 VENDREDI 16 JUILLET 2010

5


Communication

FOOT > Les huitièmes de finale de la coupe du monde de « balle au pied » ont réuni en moyenne 7,6 millions de téléspectateurs sur TF1 (contre 7,5 millions, lors de la coupe du monde de 2006, malgré la présence des Bleus à ce stade de la compétition). À noter : TF1 avait choisi « d’investir » sur des pays comptant de fortes communautés en France, notamment l’Espagne, le Portugal et l’Algérie. C’est ainsi, par exemple, que le match Algérie-Angleterre, pourtant encore au stade des éliminatoires, a réuni 6 millions de téléspectateurs… FRANCE TÉLÉVISIONS > En 2009, le groupe France Télévisions a reçu 2,4 milliards d’euros de redevance audiovisuelle ! VIDÉO > La première plateforme de vidéo sur internet est actuellement le câbloopérateur américain Comcast, avec 380 millions de dollars de chiffre d’affaires, devant Apple (281,2 millions) et Time Warner (160,4 millions). Mais Apple progresse plus vite que ses concurrents : on estime qu’en 2012, Comcast restera n° 1 avec 398,9 millions de dollars de chiffre d’affaires, devant Apple (376,3 millions) et qu’en 2014, l’ordre sera inversé, Apple devenant leader mondial avec 470 millions de dollars devant Comcast (400 millions)… SÉNAT > Le site internet du sénat compte environ 600 000 pages ! TOUS À GAUCHE > Henri Guaino affirme que Nicolas Sarkozy n’est pas intervenu dans le dossier de rachat du « Monde »… avec un argument imparable : « Choisir entre le patron du Nouvel Observateur (Claude Perdriel) et le financier de Mme Royal (Pierre Bergé) n’aurait pas eu beaucoup d’intérêt ! »

6

Société Société Le lent naufrage de la France

V

oici quelques jours, l’ensemble de la France se lamentait sur le naufrage d’une équipe de football qui était, pourtant, à l’image de ce que devient le pays puisqu’on y trouvait des conflits de bandes, de l’islamisation, de l’incompétence aux positions de commandement et, même, une atmosphère de grève. Depuis, les gros titres des journaux ont changé, et pendant quelques jours, il n’a été question que de l’affaire Bettencourt, d’Éric Woerth, d’enveloppes mystérieuses. Je ne sais ce qui viendra ensuite. Ce que je sais est que, lorsque je titrais, voici quelques semaines, un article « décomposition française », je portais un diagnostic dont, et j’en suis triste, la pertinence ne cesse de se renforcer. L’élection de Nicolas Sarkozy a pu constituer un maigre espoir de rupture et de sursaut qui s’est trouvé très vite déçu et, trois années plus tard, le bilan est pire que nul : les zones de non-droit s’accroissent et la tolérance zéro ne s’applique qu’aux automobilistes, le chômage de longue durée et la pauvreté s’incrustent. Les déficits explosent. Plutôt que de relancer l’investissement, n’a été mis en place qu’un malingre « bouclier fiscal » qui ne relance rien. Après des discours incohérents mêlant fragments de socialisme et zestes d’écologisme, volontarisme industriel inadapté au XXIe siècle et comportements bonapartistes, voici venu le temps des rafistolages

LES 4 VÉRITÉS HEBDO N° 750 VENDREDI 16 JUILLET 2010

et des expédients, avec une réforme des retraites censée sauver le système par répartition et la nécessité affichée de freiner les dépenses publiques pour éviter une banqueroute qui se profile. La population est frappée d’un profond malaise, mais les alternatives à la médiocrité désordonnée, au pouvoir aujourd’hui, sont inexistantes. L’extrêmegauche léniniste et trotskyste n’est porteuse que de désordre et de destruction nihiliste. L’extrême-droite ne propose rien, sinon de la xénophobie, la reprise du discours « tous pourris », et un repli crispé sur une France qui n’existe plus depuis des décennies. Le parti socialiste reste fidèle à sa réputation de parti le plus stupide d’Europe : quand Martine Aubry ne se prosterne pas devant un imam pour récolter minablement des voix en adoptant la posture courbée du dhimmi, elle reprend des discours qui ont dû être innovants il y a un siècle et demi. StraussKahn est, au moins, un socialiste intelligent, mais, derrière lui, que de bêtise ! L’automne qui vient va apporter son cortège de grèves, d’immobilismes, de pétrifications. Dans le reste de l’Europe, ce n’est pas mieux. L’Allemagne, provisoirement, est gérée de façon plus saine, mais ne pourra échapper aux conséquences du vieillissement démographique. Le Royaume-Uni a un chancelier de l’Échiquier lucide sur la situation et qui tient le discours churchillien que Nicolas Sarkozy n’a pas su tenir en 2007, mais il

Guy Milliere <mguymilliere@aol.com>

appartient à une coalition hétéroclite sans ligne claire. Quelques pays vont un peu mieux au Nord, à l’Est. Les pays du Sud sont dans un état de délitement lent. Des réponses pourraient exister, mais il n’y a quasiment personne pour les porter, pas de grands médias pour les relayer, et les peuples européens sont fatigués. Le seul espoir de survie de l’Europe à moyen terme, et la seule possibilité pour elle d’échapper à un crépuscule barbare, seraient que les États-Unis se redressent. Plus que jamais, l’échéance électorale qui compte, celle vers laquelle tous les regards devraient être tournés, est celle du 2 novembre prochain. Ou bien les démocrates garderont la majorité dans les deux chambres du Congrès, et les dés seront jetés : le futur du monde pour les prochaines années se décidera entre Moscou, Pékin et Téhéran. Ou bien les démocrates perdront la majorité dans l’une ou les deux chambres et un espoir sera possible. L’information étant ce qu’elle est en France, on espérera unanimement qu’Obama et les démocrates puissent achever de saborder l’Amérique. L’amour de la réussite implique qu’on souhaite que le dynamisme survive. Le ressentiment et l’envie impliquent qu’on se suicide soimême et qu’on souhaite de façon perverse que ceux qui incarnent le dynamisme se suicident aussi. Le ressentiment et l’envie prédominent aujourd’hui en France et en Europe. n

Reproduction intégrale vivement conseillée avec mention d’origine


Bernard Guérin Bordeaux (33)

J

e viens de lire un livre, qui offre un excellent antidote à l’américanolâtrie souvent exprimée dans les colonnes des « 4 Vérités », notamment par Guy Millière. Le titre est on ne peut plus clair : « États-Unis. Une politique étrangère criminelle ». À vrai dire, ce livre est un peu trop unilatéralement à charge pour remplir son objectif. À en croire l’auteur, il n’y a jamais eu de guerre froide, faute d’expansionnisme soviétique (p. 185). D’ailleurs, il n’y a jamais eu la moindre menace soviétique sur l’Occident (p. 304). De la même façon, Pierre Jaquet nous « apprend » que « si la Maison Blanche menait une politique étrangère pacifique, les groupements extrémistes islamistes ne commettraient pas d’actes de violence contre les États-Unis » (p. 310). Selon moi, ce genre d’assertions ne tient pas la route. Il y a bien eu un expansionnisme soviétique. Il y a bien un expansionnisme islamiste. Et, à défaut de résistance, l’Occident n’a d’autre issue que la soumission. C’est assez dire, je pense, que je suis très loin d’être en accord avec l’auteur sur l’ensemble de son ouvrage – et même sur la thèse centrale : la politique étrangère des États-Unis est globalement criminelle. Cependant, il me semble indispensable de cibler ce qui est effectivement criminel ou inconscient dans cette politique étrangère. Je ne vois vraiment pas pourquoi il faudrait être inconditionnellement pro-américain ou

Un autre regard sur la politique américaine

»

«

inconditionnellement anti-amé- ment toutes les actions diploricain. Ne peut-on pas apprécier matiques ou militaires menées par les USA. Aucune tel volet de la politique Pierre Jaquet ne trouve grâce à ses américaine et récuser yeux. Mais, le lecteur tel autre ? Etats-Unis découvre ainsi une En ce qui me concerne, Une politique étrangère singulière complaij’applaudis à la policriminelle sance de l’établissetique de résistance au ment militaro-policommunisme. Mais je Alphée tique de Washingtrouve la politique 475 pages – 21,90 € face à l’islam aber- À commander auprès de ton à l’égard de rante : après avoir notre service abonnements méthodes plus que (+ 5,50 € de port) douteuses (allant créé de toutes pièjusqu’à la torture et ces, l’islam radical pour contrer l’URSS, notamment au massacre de masse de civils). en Afghanistan, les États-Unis En particulier, les effets de cerne parviennent pas à « gérer » taines armes (de l’agent orange ce nouvel ennemi… et l’atta- au napalm, en passant par les quent là où il n’est pas (comme bombes à sous-munitions ou en Irak), tout en le laissant en l’arme nucléaire) sont assez paix là où il a ses bases (comme effrayants… De quoi nuancer un peu le porau Pakistan)… Le livre au vitriol de Pierre trait exagérément flatteur qu’on Jaquet examine méthodique- lit parfois ici sur ce pays… n

La France gouvernée par la peur La France est gérée par nos politiciens de tous bords selon des réflexes de peur. Peur de dire avec précision aux Français, chiffres à l’appui, la gravité de la situation économique et sociale de notre pays par crainte de les réveiller de leur douce torpeur et par crainte de ne pas être réélus. Peur d’entamer une véritable réforme des régimes de retraite et peur de rappeler que le sacro-saint système par répartition n’est pas forcément le meilleur et que vouloir le défendre à tout prix pourrait relever de « mission impossible ». Des formes de solidarité sont parfaitement envisageables dans un système conjoint par capitalisation. Peur des syndicats, essentiellement représentatifs des fonctionnaires et autres privilégiés des régimes spéciaux, pour ne pas engager une véritable politique d’égalité entre système de retraites des fonctionnaires et régimes spéciaux et système du privé. Peur des banlieues, et recherche permanente d’apaisement, en acceptant l’islamisation progressive de notre société. Cette situation générale rappelle, toutes proportions gardées, celle qui prévalait en 1938 au moment de Munich : la peur de la guerre et la volonté de paix à n’importe quelles conditions entraînèrent France et Grande-Bretagne à céder devant les hitlériens. On sait, hélas, ce qu’il advint par la suite.

Reproduction intégrale vivement conseillée avec mention d’origine

Claude Daniel – <daniel.cl@aliceadsl.fr>

SARKOZY Les Français avaient cru élire en 2007 le président du volontarisme ; ils découvrent un simple phraseur. MARINE LE PEN

»

«

COURT TERME En Europe comme aux États-Unis, les politiques ne s’intéressent qu’au court terme, à ce qui les sépare de la prochaine élection. Il leur faut récupérer leurs investissements entre deux et cinq ans… CRAIG BARRETT, PRÉSIDENT D’INTEL

»

«

RÉVOLUTION En France, le lyrisme révolutionnaire a prévalu à propos de la guerre d’Espagne. Peut-être parce que, pour des raisons historiques, les Français ont le plus grand mal à séparer république et révolution… MICHEL DEL CASTILLO, ÉCRIVAIN

»

«

ISLAM Je suis fier d’être le président d’une grande région musulmane ! MICHEL VAUZELLE, PDT DE LA RÉGION PROVENCE ALPES CÔTE D’AZUR

»

«

EUROPE Installer une gouvernance européenne, c’est forcément accepter une certaine forme de partage de la souveraineté. Nous mettons les pieds sur une voie de plus grande intégration. BERNARD ACCOYER, PRÉSIDENT DE L’ASSEMBLÉE NATIONALE

»

«

AVORTEMENT L’IVG est présentée comme un mal nécessaire. Je ne m'associe pas à cette présentation négative…

»

ROSELYNE BACHELOT, MINISTRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS

LES 4 VÉRITÉS HEBDO N° 750 VENDREDI 16 JUILLET 2010

7

Sic

International International

«

EXEMPLE Nous, parlementaires, avons un devoir d’exemplarité. On ne peut pas réformer, dans un sens restrictif, les retraites de nos concitoyens sans donner l’exemple. Pourquoi ? Parce que les régimes de l’Assemblée et du Sénat sont les plus favorables de tous les régimes français. CHARLES DE COURSON, DÉPUTÉ NOUVEAU CENTRE


4vh-750