Issuu on Google+

Chronique Jacques Perret

politique

Les sept péchés capitaux

75 pages – 14 euros

Les lecteurs de droite n’ont sûrement pas oublié Jacques Perret, romancier à succès, auteur notamment du « Caporal épinglé » ou de « Bande à part »… Et assez modérément bolchevique (à une époque où, pour faire carrière dans la littérature, la carte du parti stalinien donnait un appréciable coup de pouce…). Nos amis des éditions Via Romana viennent de rééditer sept chroniques, à la fois drôles et sérieuses, de Perret sur les péchés capitaux. À lire sur notre blog <www.observatoireparlement.org> un article sur la dernière rumeur politique : l’arrivée de Borloo à Matignon, après un échec de la majorité aux régionales…

n début de semaine, entre deux médailles olympiques françaises, les médias ne bruissaient que de la courageuse abnégation d’un chercheur montpelliérain, un dénommé François Bonhomme, biologiste au CNRS, qui venait de refuser une prime de 15 000 euros – prime complétant la médaille d’argent du CNRS qu’il avait reçue en 1996. Ne connaissant pas M. Bonhomme, je n’ai aucune raison de penser qu’il agisse ainsi pour des motifs partisans – lui-même s’en défend d’ailleurs dans sa lettre à la direction du CNRS. Et je m’associe bien volontiers à l’admiration médiatique qui entoure son geste : il n’est pas si fréquent de voir quelqu’un renoncer à un avantage personnel mérité pour améliorer l’organisation de la société qui l’entoure (il parle d’utiliser ces primes pour améliorer le recrutement). Malgré tout, cette nouvelle me met mal à l’aise. Et il me semble qu’il y a quelque chose d’assez malsain dans l’enthousiasme journalistique.

E

!

ABONNEZ-VOUS

Bulletin d’abonnement

8

<gdethieulloy@les4verites.com> Guillaume de Thieulloy, 36 ans

Il faut en finir avec l’égalitarisme !

Via Romana

À commander auprès de notre service abonnements (+ 4,50 € de port)

Guillaume de Thieulloy

Lecteurs occasionnels abonnez-vous ! Lecteurs déjà abonnés abonnez vos amis! n OUI, je souhaite m’abonner pour 6 mois (soit 25 numéros) à la revue « Les 4 Vérités hebdo » au prix de 30 € TTC (TVA à 2,10 % incluse) par chèque joint NOM ...............................Prénom ............................ Adresse ................................................................... Code Postal .....................Ville ................................. Téléphone ...............................................................

Signature :

4VÉRITÉS

LES

BON À RETOURNER

La publication anti bourrage de crâne

HEBDO

Les 4 Vérités Hebdo — Service abonnements 18 à 24, quai de la Marne — 75164 Paris Cedex 19 Par notre intermédiaire, vous pouvez recevoir des propositions commerciales, politiques ou associatives. Si vous ne le souhaitez pas, cochez cette case : r

LES 4 VÉRITÉS HEBDO N° 729 VENDREDI 19 FÉVRIER 2010

Tous les médias retiennent en effet que le geste de Bonhomme est, selon sa propre expression, une manière de protester contre « la politique de différenciation salariale qui est en train de se mettre en place dans la recherche publique française ». Je passe rapidement sur le côté souvent partisan de cet éloge : l’actuelle majorité ayant mis en place un système de prime au mérite dans la fonction publique, les journalistes – qui, dans leur écrasante majorité, sont de gauche ou d’extrême-gauche – jubilent à l’idée de « torpiller » ce nouveau dispositif. Personnellement, je ne vois pas bien comment on pourrait éviter cette « politique de différenciation salariale ». Il faut d’ailleurs beaucoup de naïveté ou de mauvaise foi pour ignorer qu’elle existe déjà dans la recherche publique française. Croiton qu’il soit si facile de gravir les échelons si l’on a le malheur de déplaire aux instances officielles ? Ou, tout simplement, si les recherches que l’on mène sont trop « originales » pour être appréciées des commissions compétentes. Je songe ici à l’exemple de l’un de mes amis, historien de talent, et directeur de recherches au CNRS, qui, parce qu’il a d’autres centres d’intérêt que l’histoire moderne (et peut-être aussi parce qu’il n’est pas aussi politiquement correct qu’on pourrait le souhaiter…), a connu quelques déboires dans son avancement. Je ne vois pas en tout cas ce qu’il y aurait de choquant à encourager les chercheurs qui travaillent. Il est vrai que c’est une forme de révolution, mais est-elle si préjudiciable à la corporation ? À ce propos, je ne résiste pas au plaisir de vous livrer le souvenir d’une conversation avec un autre ami, naguère collaborateur au cabinet d’un ministre de la Recherche. Ce ministre avait eu l’idée saugrenue de chercher à savoir ce que faisaient les

salariés du ministère et avait découvert que, pour quelques centaines de chercheurs, on était dans l’incapacité totale de dire sur quoi ils travaillaient. On ignorait jusqu’à leur tête. Les seules indications les concernant dont disposait le ministère étaient… leurs coordonnées bancaires pour le virement mensuel ! Je n’ignore évidemment pas que ce comportement n’est pas généralisé. Mais, encore une fois, pourquoi les bons devraient-ils payer pour ces nuisibles ? Mais, surtout, ce qui me gêne dans cette histoire, c’est un travers si typiquement « France post-révolutionnaire » que je ne peux m’empêcher de voir cette histoire comme emblématique de l’une des causes profondes de notre décadence. Ce travers, c’est l’égalitarisme. On connaît les ravages de l’égalitarisme en matière économique : à force de vouloir à toute force redistribuer tout l’argent des « riches », on finit par n’avoir plus de « riches », c’est-àdire plus d’investissements, donc plus d’entreprises, donc plus d’emplois… Qui sera le plus pénalisé par cette absurde politique ? Évidemment les pauvres ! Nous voyons ici une autre forme de cet égalitarisme. En apparence, plutôt sympathique ; en réalité, tout aussi mortifère. C’est cet égalitarisme-là qui envoie tous nos cerveaux de l’autre côté de l’Atlantique, où ils sont payés à la mesure de leur talent. J’ajoute que cet égalitarisme, dans l’état actuel de mondialisation avancée, s’exerce à l’échelle de la planète : nous chassons nos riches et nos cerveaux et nous faisons venir des pauvres et des personnes sans qualification, que nous enrichissons de nos allocations diverses. C’est peut-être très beau et très généreux. Mais c’est surtout suicidaire ! Il est grand temps que les Français comprennent que l’égalitarisme, c’est le nivellement par le bas ! n

Reproduction intégrale vivement conseillée avec mention d’origine


VÉRITÉS 4

N° 729 VENDREDI 19 FÉVRIER 2010

>

ISSN 0151-2439

LES

La publication anti bourrage de crâne

HEBDO

ÉDITORIAL n Jean Rouxel Réforme des retraites : Vive la liberté ! undi dernier commençait un « sommet social » à l’Élysée, avec un ordre du jour chargé : la réforme des retraites, la question des chômeurs en fin de droit, le chômage en général, et même la question de la redistribution des revenus… Sur la forme, j’avoue que ce « sommet social » me laisse perplexe. Droite et gauche ne cessent de nous dire à quel point elles tiennent à la libre discussion des « partenaires sociaux » entre eux. Mais, dès qu’il est question d’une réforme importante, c’est à l’Élysée que les choses se décident. Dont acte, mais c’est en tout cas une curieuse conception de la subsidiarité, de la liberté et de la responsabilité. De façon générale, cette histoire de « paritarisme à la française » a quelque chose de terriblement malsain. Des syndicats d’employés ou de patrons, qui ne représentent personne, sont censés négocier au nom de tous… et ils ne le font que quand l’État leur dit de le faire. Conclusion : personne n’est responsable des décisions qui sortent de ces cénacles ! Mais revenons au fond du dossier et, plus particulièrement, à la réforme des retraites. Je remarque d’abord que la réforme Fillon de 2004, qui était censée avoir sauvé les retraites, ne l’a fait que durant 6 ans !

L

Dessin de MIÈGE

4VÉRITÉS

LES

La publication anti bourrage de crâne

HEBDO

LES 4 VÉRITÉS 2010 © Publication hebdomadaire (CPPAP N° 1109, I 82 712) Tél. : 06 26 99 56 89 (port. G. de Thieulloy) < redaction@les4verites.com > < http://www.les4verites.com >

(webmaster : <webmasteur4v@les4verites.com>)

Siège : 25, rue des Bas 92 600 Asnières – (GT Éditions SARL) Abonnements : 4 Vérités-DIP 18 à 24, quai de la Marne 75 164 Paris Cedex 19 01 44 84 85 48 (Dominique <dominique.varenguin@dipinfo.fr>) ou http://www.les4verites.com Directeur de la publication : Guillaume de Thieulloy Responsable éditorial : Alain Dumait Rédaction : Jean Rouxel (rédacteur en chef) Le numéro 1,20€ Abonnement 50 numéros 60€ TTC Abonnement de soutien à partir de 100€ Personnes morales (entreprises ou administrations) : 200€, TVA à 2,10 % en sus Imprimerie : Delcambre, Pantin (93) Également disponible en format numérique (nous consulter) Fichiers déclarés à la CNIL (N° 672024) Exemplaire gratuit sur simple demande écrite

Ce que personne ne semble vouloir regarder en face, c’est que le problème est essentiellement démographique. Sans enfants et avec une espérance de vie qui croît chaque année, nous ne pourrons plus assurer les mêmes prestations que naguère. D’autant que les rares jeunes Français sont de moins en moins employés dans le secteur productif! Si l’on veut vraiment réformer les retraites, il faut cesser de se donner des tabous arbitraires. Il faut pouvoir réfléchir à l’abandon de cette prétendue représentation paritaire ; il faut pouvoir réfléchir à l’abandon de cette répartition parfaitement déresponsabilisante. Pourquoi, en particulier, ne pas autoriser les fonds de pension, que se sont octroyés les élus et les fonctionnaires, aux autres Français ? Au sein même de la répartition, il faut reconnecter le montant des cotisations avec celui des pensions et insuffler un peu de liberté : si quelqu’un veut partir à 55 ans, pas de problème, mais sa pension sera diminuée d’autant ; et si quelqu’un veut rester jusqu’à 70 ans, pas davantage de problème et sa pension sera majorée d’autant. En tout cas, sans liberté et sans responsabilité, la prochaine réforme ne sera qu’un cautère sur une jambe de bois, qui ne tiendra pas davantage que celle de 2004 ! n

«

»

Le discours politique est destiné à donner aux mensonges l'accent de la vérité. George Orwell

SOMMAIRE

2Â 3Â 4 5 6Â 7Â 8

L’euro va-t-il disparaître ? par Bernard Trémeau

Chiffres Significatifs Cohn-Bendit et ses erreurs

par Jean-Gilles Malliarakis

Divers faits Votre opinion nous intéresse Le courrier des lecteurs

Désastreuse politique sociale

par Christian Lambert

Éloge d’Edmund Burke

par Bernard Martoïa

Communication

Il faut bombarder l’Iran ! par Guy Millière

Sic

La chronique politique

de Guillaume de Thieulloy

Abonnez-vous et faites abonner vos amis à notre lettre d’informations gratuite et hebdomadaire. Rendez-vous sur notre site internet : <www.les4verites.com>


Chiffres Significatifs

DÉFICIT > Entre novembre 2008 et octobre 2009, le déficit commercial cumulé de la France a atteint 41,8 milliards d’euros, dont 4,4 milliards pour le seul mois d’octobre ! RECLASSEMENT > Fin octobre, le nombre de bénéficiaires d’une convention de reclassement personnalisée atteignait 69 100 (en hausse de 139,1 % sur un an) et le nombre de bénéficiaires d’un contrat de transition professionnelle atteignait 11 700 (en hausse de 963,6 %)… SUICIDES > En 2009, on a recensé 122 suicides dans les prisons françaises, contre 115 en 2008. C’est le taux de suicide en détention le plus élevé d’Europe (18,1 suicides sur 10 000 détenus). SARKOZY > La rémunération mensuelle nette de Nicolas Sarkozy s’est élevée à 19 508,21 euros en 2009. VACANCE > En 2005, 2 102 357 logements privés ont été vacants en France métropolitaine, dont 909 526 au titre de la vacance « frictionnelle » (moins d’un an de vacance), 498 703 au titre de la vacance « en voie de durcissement » (de un à deux ans), et 694 128 au titre de la vacance « structurelle » (trois ans et plus). EMPLOI > Alors qu’elles stagnaient à quelque 220 000 au début de l’année 2009, les offres du Pôle emploi ont fortement remonté, pour atteindre 256 700 en octobre. AGRICULTEUR > Le revenu des agriculteurs français a chuté de 34 % en 2009, pour s’effondrer à 14 500 euros de revenu moyen annuel ! PÉTROLE > Entre le pic de l’été 2008 et la fin 2009, les importations françaises d’hydrocarbures ont reculé de 47 % !

2

Économie Économie

Bernard Trémeau <tremeau.bernard@wanadoo.fr>

Une folle semaine pour l’économie

M

ardi 9 février 2010 : Joseph Stiglitz annonce la fin du monde. Prix Nobel d’économie très écouté par Nicolas Sarkozy, Joseph Stiglitz a sorti un livre intitulé en américain « Chute libre ». Il y annonce que l’économie mondiale est actuellement dans la même situation qu’une tuile qui a été arrachée du toit par la tempête. Elle tombe en chute libre depuis la dernière crise et va éclater dans quelques instants en mille morceaux en arrivant sur le sol. Quand on est prix Nobel d’économie, écrire un bouquin qui raconte la réalité et indique que la reprise a déjà bien démarré depuis octobre 2009 aux USA, ne procure pas beaucoup de lecteurs. Annoncer, par contre, la brutale « fin du monde » économique et la décrire avec d’excellents détails attirera des milliers, voire des millions de lecteurs. On lit encore très souvent l’Apocalypse écrite par saint Jean voici presque 2 000 ans… Mercredi 10 février : brutale spéculation contre l’euro. Tous les pays de la vieille Europe dépensent plus qu’ils ne gagnent. Ils empruntent donc de l’argent en émettant des obligations d’État. Certains pays sont « sages » comme l’Allemagne et respectent pratiquement la signature qu’ils ont donnée au traité de Maastricht. Quand un problème survient, gouvernement, patrons et syndicats s’assoient à une même table et trouvent une solution. Mais d’autres pays, méditerranéens, comme la Grèce, le Portugal ou la France

LES 4 VÉRITÉS HEBDO N° 729 VENDREDI 19 FÉVRIER 2010

n’ont pas cette sagesse. Ils dépensent beaucoup plus qu’ils ne gagnent. Et, pour être réélus, leurs responsables n’hésitent pas à offrir aux électeurs toujours plus que leur concurrent : médecine gratuite, retraite à 60 ans, semaine de 40 heures, voire « droit au logement » pour les parents. École gratuite, voire droit à l’ordinateur pour les enfants. L’État paye. En plus, tous ceux qui nous offrent ces services « gratuits » sont des fonctionnaires ayant un « statut » solide comme du béton. Ils sont assurés de ne pas perdre leur emploi et de voir leurs salaires augmenter régulièrement avec l’ancienneté. Ils exigent d’abord en permanence des embauches supplémentaires pour avoir moins de travail au quotidien. Certains d’entre eux n’hésitent pas à utiliser la violence pour obtenir encore plus. Ils se mettent en grève, défilent dans les rues, séquestrent leur patron, menacent d’incendier leur usine, voire attaquent les CRS. De ce fait, les prix grimpent bien plus rapidement en Grèce qu’en Allemagne. La balance commerciale grecque est de plus en plus négative. Les investisseurs fuient, ce qui aggrave le mal. Et, le 10 février, ceux qui ont beaucoup d’argent à prêter ont pensé que cette situation ne pouvait plus durer. Donc que la Grèce allait être obligée de quitter l’euro pour dévaluer et ainsi rendre à nouveau ses entreprises compétitives. Ils ont alors massivement vendu les obligations grecques qu’ils détenaient et acheté à la place des obligations allemandes ou américaines. Les prix des obligations indiquent que les mar-

chés pensent qu’une dévaluation de 30 % de la drachme par rapport au mark serait nécessaire – de même qu’une dévaluation de 12 % pour le franc… Jeudi 11 février, 17 heures : Angela Merkel et Nicolas Sarkozy s’opposent à la fin de l’euro. Allemagne et France pensent qu’il faut sauver l’union monétaire liant entre eux les pays européens. Le FMI qui proposait d’aider la Grèce est renvoyé à Washington. Et la France et l’Allemagne ont décidé de prêter de l’argent à la Grèce, puisque les marchés financiers ne voulaient plus le faire. Ces prêts vont lui permettre de payer ses fonctionnaires, sa nombreuse armée en particulier. Mais ils ne changent rien au problème de fond : les prix sont en Grèce actuellement supérieurs de 30 % aux prix allemands. Il faudra donc dévaluer, rapidement, d’une façon ou d’une autre. Pour le futur, on parle d’imposer à tous les pays d’Europe la même « gouvernance fiscale ». Une seule petite question : les Français devront-ils adopter la TVA sociale allemande ? Ou les Allemands adopter les charges sociales françaises ? n

Démocratie « La démocratie n’est plus qu’une façade derrière laquelle agissent constamment des mafias de toutes sortes, poursuivant des objectifs qui, s’ils étaient réellement connus, seraient rejetés par la presque totalité du peuple français ! » Maurice Allais, prix Nobel d’économie

Reproduction intégrale vivement conseillée avec mention d’origine


Jean-Gilles Malliarakis <www.insolent.fr>

L’impertinence usée de Cohn-Bendit n provocateur de talent, Cohn-Bendit sait échapper à l’indifférence. Qu’on le déteste ou qu’on l’admire, ses interventions ne passent pas inaperçues. Et, de manière non moins générale, cela tient plus à la forme qu’au fond. Ainsi, dans l’enceinte du parlement européen, il intervenait le 9 février pour redire tout le mal qu’il pense du président de la commission de Bruxelles. La reconduction de ce dernier jusqu'en 2014, malgré l'indéniable médiocrité du premier mandat, correspond au désir de l'Europe des États de disposer d'une Commission faible. Mais le propos de notre insubmersible agitateur transrhénan ne visait pas cette dimension maintenue par les traités en vigueur. Le vrai but de son discours tendait à mettre en difficulté le groupe socialiste. Grâce à l'alliance de ce dernier avec le parti « populaire » européen, le peu charismatique Barroso s’est trouvé reconduit dans ses fonctions par 488 voix pour, 137 contre et 72 abstentions. Plusieurs fois interrompu par Martin Schulz, patron du groupe socialiste, il finira par lui répondre l’argument le plus imparable, et le plus conforme à leur conception commune de la courtoisie : « Ta gueule ! » Aux yeux de Cohn-Bendit, le système pèche par son hypocrisie, son consensus mou et sa nullité. Sur un tel terrain, comment ne pas éprouver la tentation de converger, même avec le chef de file d’Europe Écologie ? Relevons en revanche trois erreurs de jugement. La première, factuelle mais non

E

fortuite, tient à son analyse de ce que l’on appelle la crise grecque. Son information déraille quand il croit expliquer la situation financière de ce pays par l’affectation de 4,3 % de son PIB à la défense nationale. Il ne prend évidemment pas garde que cette réalité dure depuis fort longtemps. Elle existait déjà quand, au milieu des années 2000, on se trouvait en présence du plus fort taux de croissance de la zone euro. Et, bien entendu, il trouve un euphémisme fort significatif pour en qualifier l’origine : il s’agirait selon lui de « la rivalité avec la Turquie dans l’affaire de Chypre »… La réalité, les chiffres et les dates démentent entièrement ce propos. Comme partout ailleurs, les finances athéniennes sont plombées par la disproportion de la fonction publique civile et des dépenses sociales par rapport aux ressources de l’économie. Un tel constat dérange les commentateurs agréés. Il s’applique en effet à la France. On pourrait y remarquer aussi la structure de l’endettement officiel. Celui de Paris ne prend en compte ni les caisses de retraites du secteur privé, ni même les pensions futures que le trésor public devra verser aux fonctionnaires… Le second cafouillage de CohnBendit nous surprend d’autant plus qu’il vient d’un homme dont la rémunération mensuelle, non négligeable (plus de 7 000 euros nets d’impôts, sans compter les avantages), tient à son mandat d’eurodéputé. Il semble confondre l’Europe et ce qu’on nomme, depuis le traité marchandé à Maastricht en

Reproduction intégrale vivement conseillée avec mention d’origine

1991, l’Union européenne. Et, plus encore, tel un vulgaire « populiste », il assimile cette dernière au fonctionnement de ses institutions. Or, la « nullité » qu’il leur attribue résulte aussi de l’indifférence et de l’ignorance. Le scrutin de juin 2009 avait donné une majorité de centre droit. L’investiture date de février 2010. Observons qu'entre les deux dates il s’est écoulé un espace de temps considérable : plus de 200 jours, le temps d’aboutir deux fois à Waterloo ! Enfin, dernière erreur et sans doute la plus grave : Daniel Cohn-Bendit sous-estime, en bien comme en mal, l’importance centrale du couple francoallemand. Là se situe le moteur de l’Europe, depuis la déclaration de Robert Schuman en mai 1950, depuis les rencontres historiques entre le général De Gaulle et le chancelier Adenauer (1958-1962), etc. Paradoxalement, de la part d’un homme qui connaît aussi bien les deux pays, on préférerait l’entendre réaffirmer cette réalité et cette nécessité. Son registre d’imprécateur s’use comme celui d’un garçon, certes mal élevé, mais qui, comme tout le monde, prend de l’âge : on aimerait dès lors le voir gagner en sagesse et en pertinence, ce qu’il pourrait perdre en impertinence. La formulation de ce dernier vœu pourrait bien hélas, se révéler inopérante ! n

Droit de vote « Le droit de vote s’acquiert avec la nationalité et non avec le fait de payer des impôts. » François Baroin, député-maire de Troyes

DROGUE > Au cours des 30 dernières années, les forces armées mexicaines ont perdu 626 hommes dans la lutte contre les narco-trafiquants, dont 126 depuis l’entrée en fonction du président Calderon (en 2006). IMMIGRATION > Notre confrère « Rivarol » signale un « fait divers » dont les « grands médias » ne se sont pas empressés de parler : un barbare a été condamné à 20 ans de prison pour avoir arraché les yeux de son épouse qui, lasse de ses brutalités, refusait de se soumettre au devoir conjugal. Peut-être l’explication du mutisme des médias s’explique-t-il par le fait que l’homme était un immigré marocain, depuis interdit de séjour chez nous… FINLANDE > La Finlande est le pays d’Europe le plus « psychiatrisé » : 30 psychiatres pour 100 000 habitants. À l’inverse, l’Albanie est celui qui compte le moins de psychiatres (3 pour 100 000)… SERPENT > Dans le monde, 20 000 personnes meurent chaque année des suites d’une morsure de serpent. EMPLOI > Au troisième trimestre de l’année 2009, 1,02 million d’emplois ont été détruits dans l’Union européenne, dont 712 000 dans la zone euro ! SUEZ > Sur les dix premiers mois de 2009, le canal de Suez a rapporté à l’Égypte 3 milliards de dollars. Soit 25 % de moins que sur la même période de 2008 !

LES 4 VÉRITÉS HEBDO N° 729 VENDREDI 19 FÉVRIER 2010

3

Divers faits

Politique Politique

VILLEPINISTES > Selon Marie-Anne Montchamp, ancien ministre et proche de Dominique de Villepin, 127 députés sur les 327 que compte le groupe UMP seraient susceptibles de « lâcher » Nicolas Sarkozy… et peut-être de se rallier à la candidature de l’ancien Premier ministre.


Votre opinion nous intéresse Impôts locaux

«

e cheval de bataille enfourché par l’UMP pour les régionales, les impôts locaux, est une arme à double tranchant. Les Français considèrent leurs élus locaux comme des remparts contre le pouvoir central qu’ils jugent trop autoritaire. Les budgets locaux font partie de ces remparts contre la « casse des services publics » claironnée par les médias. Les voir gérés par la gauche ne peut que les rassurer car ils espèrent que seuls les plus riches paieront les augmentations…

L

»

Roger Saint-Pierre La Rochelle (17)

Réchauffement

«U

ne hirondelle ne fait pas le printemps et un hiver particulièrement froid ne prouve pas de façon définitive que la thèse du réchauffement soit à écarter. Néanmoins, les médias ne devraient-ils pas donner la parole aux scientifiques réputés qui affirment que les hommes ne jouent qu'un rôle marginal dans les changements climatiques et estiment

«

» Courrier des lecteurs Nous écrire, c’est courir le risque d’être publié…

plus probable que nous entrerons prochainement dans une mini-ère glaciaire plutôt que dans une période semi-tropicale ? Pour ces climatologues, ce sont des phénomènes solaires et non les émanations gazeuses d’origine humaines qui déterminent le climat. Les enjeux sont considérables. Cependant, les quelques articles que j’ai pu lire dans la presse sur ce sujet sont d’une grande timidité et penchent plutôt du côté des « réchauffologues ». Il est ironique que les hommes politiques au plus haut niveau se soient réunis à Copenhague, il y a quelques semaines, à grands frais et en répandant énormément de CO2 dans leurs déplacements, pour discuter du réchauffement climatique sans résultats concrets et dans un froid glacial. Je ne peux pas m’empêcher de penser que des considérations politiques, des intérêts industriels et des contraintes financières obligent ceux qui ont pourtant le devoir d’informer le public à pratiquer une sorte d’autocensure.

»

Michel Kopp Orthevielle (40)

Abstention

Retraite

«

a réforme des retraites mobilise tout le microcosme. Les marxistes montent au créneau pour toucher plus en travaillant moins. Il y a pourtant une solution simple, malgré la consigne de ne pas toucher au très soviétique système par répartition. La répartition n'exclut pas la liberté et la responsabilité. Il suffit d'individualiser les cotisations et les prestations en supprimant les déficits. Un ordinateur est capable en quelques secondes de donner le montant de la prestation correspondante aux cotisations payées: à 50 ans, on touche 400 euros, à 60, 600, à 65, 900, à 68, 1200… Laissons donc le choix à chacun. Je ne suis pas hostile au principe de surcote due à la pénibilité. Il serait souhaitable que tous les régimes spéciaux soient inclus dans ce système, avec comme principe immuable: « A cotisations égales, prestations égales. » Y compris celui des parlementaires qui veulent régenter la retraite des autres sans toucher à leur régime…

L

»

Jean-Claude Lambert <jean.claude.lambert.3@cegetel.net>

L’euro sauvé par le bon docteur Strauss-Kahn ! ous apprenons donc que la Grèce est entrée dans l’Eurogroupe par la petite porte, celle des bricoleurs de comptes étatiques et du travail au noir (pardon la HALDE, je reprends une expression encore en usage, avant protestation du CRAN !). L’Europe s’est élargie au gré des ardeurs et activismes technocratiques sans que l’opinion et le soutien des peuples soient requis. À l’instar de la faillite de Lehman Brothers, qui a précipité le monde dans un tsunami économique au nez d’experts aveugles, voici que l’UE doit sauver le vilain petit canard hellène proche de la noyade, après l’avoir abondamment gavé de ses subsides sans en surveiller le bon usage ! La farce continue avec l’Allemagne et la France qui conduisent le sauvetage en apportant leur caution

N

4

LES 4 VÉRITÉS HEBDO N° 729 VENDREDI 19 FÉVRIER 2010

(garantie probablement par leur trapézisme budgétaire ?). Le FMI est sollicité pour contrôler les promesses faites devant ses pairs par le chef du gouvernement grec – ce qui démontre à l’évidence que la commission de Bruxelles n’a ni la capacité ni l’autorité pour exercer ce contrôle ! L’euro sera donc sauvé par le Docteur StraussKahn. Pendant ce temps, la France pourra se concentrer sur le dernier rapport de la Cour des Comptes et balayer hardiment devant sa porte avant que ce praticien des pathologies de la déficience budgétaire ne vienne se pencher sur son propre cas… n Henri Gizardin Sète (34)

«

70 ans, j’ai toujours honoré mon droit de vote, mais aujourd’hui, j’ai décidé de m’abstenir. Pourquoi ? Parce que la politique est devenue une mascarade. Élection après élection, les candidats à la représentation nationale, régionale, cantonale ou communale, non seulement ne tiennent pas leurs promesses mais font rigoureusement le contraire. Trois catégories (plus une) sont à considérer. 1) Les élus qui voudraient bien changer les choses, mais qui, empêtrés dans leurs contradictions, votent des lois ineptes par obéissance au chef et au parti. Ce sont les idiots utiles des partis, droite et gauche confondues. 2) Ceux qui, comme JeanPierre Brard, voudraient imposer leur vision du bonheur universel à la Staline au peuple français sans tenir compte des aspirations de celui-ci, ou ceux qui, comme JeanRené Lecerf, veulent remettre dans la nature le maximum de criminels dans le but de vider les prisons. Ce sont des ennemis de notre société et de notre civilisation. 3) Ceux qui sont candidats pour recueillir exclusivement les privilèges octroyés aux élus et qui sont prêts à voter n’importe quoi à condition d’être réélus. Ce sont des parasites. 4) Une quatrième catégorie est en attente : des gens honnêtes qui connaissent notre histoire, qui savent que notre civilisation s’est forgée pendant vingt siècles sur la base de principes judéo-chrétiens et non islamistes. Mais le système a verrouillé l’accès aux élections pour ces candidats qui ne seront jamais élus. Que je vote ou non, les résultats sont les mêmes. À quoi bon perdre mon temps ?

À

»

Gérard Wattier <gerwatt@orange.fr>

Reproduction intégrale vivement conseillée avec mention d’origine


Habitat et immigration : une situation lamentable et inacceptable ans un F4, déclaré insalubre par la mairie de Clichy-sous-Bois, en Seine-St-Denis, au 9e étage sans ascenseur, vivent quatre familles, deux maliennes, une mauritanienne, une cap-verdienne, une par chambre. Dans la première, la maman n’est pas là. Elle est à la maternité. À son retour, dans deux jours, ils seront cinq dans une douzaine de mètres carrés. Il faudra faire de la place pour le bébé entre le frigidaire, l’armoire et le seul lit où dorment parents et enfants. Le tarif : 450 euros par chambre et par mois. Voilà ce que demande le propriétaire, M. M’Bodj, un, marchand de sommeil. Le champion de ces marchands de sommeil est un Martiniquais… » – dont « Le Monde » en date du 31 janvier (p. 14), d’où sont extraites ces lignes, donne le nom. Les services municipaux ont vu apparaître depuis 6 mois de nouveaux marchands de sommeil. Un certain Abdullah Sane a acquis 9 logements en quelques mois. Hippolyte Koyo a fait mieux. Il en a acheté 18… Les allocations logement sont versées directement au propriétaire ! L’eau des toits s’infiltre du 10e au 5e étages. « Quand il pleut, il pleut chez moi, raconte une mère dont les 4 grands enfants cohabitent dans la même chambre. » Ainsi en est-il dans la majorité des logements des banlieues des grandes villes de France. Les ascenseurs sont en panne. Personne ne contrôle le travail des sociétés de nettoyage. Ne parlons donc pas de propreté. L’état des sanitaires est déplorable, comme l’hygiène de façon générale. La sécurité inexistante. Les Français qui restent dans ces quartiers ne pouvant faire autrement, faute de moyens, vivent dans un cauchemar permanent. On peut généraliser, dans un pays, la France, où vivent 8 millions d’habitants dont 1 million d’enfants au-dessous du seuil de

D

Conseil économique

«

e comité Théodule que constitue le conseil économique social et environnemental s’est adjoint l’aide des Verts-pastèque (verts dehors, rouges dedans), afin de finaliser son objectif de destruction de l’économie française. On pouvait y trouver quelques patrons soigneusement choisis pour leur « bien-pensance ». Leur nombre va diminuer pour laisser la place à ceux qui veulent apprendre aux petits oiseaux à siffler – qui vont pouvoir profiter des fabuleuses retraites du CESE…

L

»

pauvreté et où 3,5 millions personnes sont mal logées avec 500 000 logements que les pouvoirs publics qualifient « d’indignes ». 250 000 enfants survivent dans des conditions totalement contraires aux droits de l’homme, dont la France est la « patrie lumineuse » comme le proclame la voix officielle. Ces enfants vivent tout simplement dans des conditions contraires à la dignité humaine. Il en résulte le saturnisme, lié à la présence de plomb, des pathologies respiratoires, des infections dermatologiques… Il va sans dire que, dans de telles conditions, les enfants et les adolescents ne peuvent être éduqués. 200 000 d’entre eux sortent chaque année du système scolaire sans aucun diplôme et, ce faisant, ils ne peuvent qu’aggraver le chômage, l’insécurité et le trafic de drogue. Ce n’est pas tout. Selon une étude de l’agence nationale de lutte contre l’illettrisme, 4.5 millions de personnes auraient des difficultés pour lire et écrire… au Congo? Non, en France, soit 9 % de la population ayant été scolarisée. 15 % des chômeurs (3 millions) seraient en situation d’illettrisme. C’est là une situation désastreuse aggravée par la dislocation de la société due notamment à l’augmentation des séparations et des divorces. Les familles dites « monoparentales » sont de plus en plus nombreuses, quelque 2 millions aujourd’hui. Mieux encore, mais cela est logique, de nombreux enfants sont abandonnés à la rue. Ils seraient 5 000 sur le sol de France, presque tous issus de l’immigration. Des petits Maghrébins tentent désormais la traversée vers l’Espagne puis la France dès 8 ans. Dans la région parisienne les services sociaux ont détecté des Afghans âgés de 12 ans qui traînent dans les rues. Des petites filles Roms (tsiganes) âgées de 9 ans sont utilisées par des gangs de cambrioleurs… Or, et c’est là où je veux en venir, la France

De Gaulle (1)

«

e suis scandalisé par l’article de Guy Millière dans le n° 727. Que les événements qui se sont déroulés à Haïti aient donné lieu à des propos anti-américains absurdes, c’est une évidence. Mais le général de Gaulle n’est pas responsable de cette attitude. Qu’il ait commis des erreurs, nul ne peut le nier. Cela étant, c’est à lui que les hommes de ma génération doivent d’avoir gardé l’espoir pendant l’occupation et c’est grâce à lui que nous avons été admis, après 1944, parmi les grandes puissances.

La Crau (83)

Reproduction intégrale vivement conseillée avec mention d’origine

Christian Lambert

De Gaulle (2)

J

Robert Heid

dépense quelque 600 milliards d’euros par an – 598.1 milliards en 2008 (chiffre officiel INSEE) - pour la protection sociale. Quand on connaît le résultat de cette prodigalité, les bras vous en tombent. Depuis plus de 30 ans, des dizaines de milliards d’euros ont été engloutis notamment dans la fameuse « politique de la ville » confiée à une administration aussi lourde que compliquée, dirigée par des ministres qui tous allaient résoudre le problème à la condition qu’on y « mette le paquet » (de milliards) dont le sémillant Bernard Tapie choisi par Mitterrand en raison de sa « compétence ». « Nanard va vous montrer ce qu’il sait faire » On a vu en effet que savait faire Nanard !… comme on voit chaque jour ce que savent faire ses successeurs. Tous les six mois depuis des décennies, on entend que tout ceci va être prochainement radicalement amélioré. La délinquance sera maîtrisée ; les kärchers vont entrer en action ; la paupérisation va être remplacée par un bien-être général… Litanie de balivernes. On sait bien que chaque année entrent en France, légalement ou non, quelque 300 000 nouveaux immigrés dont 90 % sont sans qualification et, de plus, 70 % sont musulmans, et ce ne sont pas les bavardages sur l’identité nationale qui vont nous sortir de l’ornière où la France est enlisée. Alors, Messieurs, s’il vous plaît, arrêtez vos annonces, vos âneries et vos mensonges. Acceptez la vérité simple : votre politique extrêmement coûteuse, incohérente, impuissante et mensongère interdit toute amélioration dans un système où la démocratie est devenue synonyme de démagogie et de désordre. C’est à la ruine et à la guerre civile que vous nous conduisez. Chaque jour en apporte la preuve. n

»

Philippe Boulin Paris (75)

Écologie

«

ravo à Guy Millière pour son article courageux du n° 727. Mon père, blessé à Verdun, était un « fan » de Pétain qui avait battu les Allemands, tout en économisant les vies humaines. Quant à De Gaulle, en 1940, il est parti à l’abri et a poussé au développement de la résistance en France. Beaucoup sont morts pour lui. Et il a abandonné l’Algérie, ainsi qu’un million de pieds-noirs et autant de harkis, sans contrepartie, alors que nous avions gagné contre le FLN.

B

»

Jean Coufignal Mouflanquin (47)

«

u cours d’un voyage en Amérique du Sud, le hasard nous a permis de rencontrer d’anciens « révolutionnaires » qui étaient venus en France comme « exilés politiques ». Ils nous ont avoué que la révolution telle qu’ils l’entendaient dans les années 1970-80 n’était plus réaliste… et qu’ils s’étaient tous reconvertis dans le « combat écologiste ». Ce combat plus « doux » ne poursuit-il pas les mêmes objectifs : un État dirigiste supprimant petit à petit les libertés ?

A

»

Yves Vannier Rouen (76)

LES 4 VÉRITÉS HEBDO N° 729 VENDREDI 19 FÉVRIER 2010

5


Communication

M6 > En 2009, pour la première fois, le chiffre d’affaires des différentes diversifications du groupe M6 (617,1 millions d’euros) dépasse celui de la chaîne elle-même. Ce résultat est dû notamment aux droits audiovisuels (production du « Petit Nicolas », de « Twilight »…) et au succès du club de football des Girondins de Bordeaux (près de 110 millions d’euros de chiffre d’affaires)… TÉLÉVISION > 97,4 % des foyers français sont équipés d’au moins un téléviseur ; 46,4 % sont équipés d’au moins deux téléviseurs… MÉTRO > Après un bref passage dans le vert (4,1 millions d’euros de bénéfice net en 2008), le groupe suédois « Métro », spécialisé dans l’édition de journaux gratuits annonce une perte de 21,7 millions d’euros en 2009 pour 220,2 millions d’euros de chiffre d’affaires. En France, malgré un recul de la diffusion (660 000 exemplaires contre 736 782 l’année précédente), 2009 a été une année d’équilibre financier, pour un chiffre d’affaires de 35 millions d’euros (en baisse de 5 %). FOOT > « Le quotidien du foot », lancé par le groupe Entreprendre, a cessé sa parution en décembre : alors qu’il visait un point mort autour de 30 000 exemplaires vendus, il n’a pas réussi à dépasser les 15 ou 20 000 exemplaires. Il sera remplacé par « Foot Hebdo », qui vise une diffusion supérieure à 25 000 exemplaires chaque semaine. YOUTUBE > En octobre 2009, Youtube a dépassé le milliard de vidéos vues… par jour ! CINÉMA > Les salles de cinéma de l’Union européenne ont vendu 985 millions de billets en 2009 !

6

Culture Culture Bernard Martoïa

Nous allons crever de l’esprit des Lumières !

S

i le chancelier de l’Échiquier Frederic North (1732-1792) et les parlementaires anglais avaient suivi son conseil, les Américains ne se seraient pas révoltés et le Royaume-Uni n’aurait pas perdu sa plus précieuse colonie. Si l’Assemblée constituante l’avait écouté, la Terreur, la guerre totale et Napoléon auraient été épargnés au peuple français. Quel était l’esprit lumineux à prédire ces catastrophes et qui ne fut point écouté de ses contemporains ? Il s’agit d’Edmund Burke. Cet Irlandais devint député du parti Whig à la Chambre des Communes du Royaume-Uni. Il était un conservateur avant que ce terme n’apparaisse dans le vocabulaire politique. Il croyait à la tolérance religieuse mais supportait l’Église officielle anglicane. Ami de l’économiste Adam Smith, Burke défendait la liberté commerciale (le libre-échange ou le « mondialisme » pour reprendre la dialectique des socialistes). Il niait que le roi pût lever des taxes sans le consentement de ses sujets. Il croyait aussi que la civilisation dépendait de la perpétuation d’une aristocratie terrienne avec sa propre représentation politique. Il était un opposant farouche à la démocratie et au suffrage universel. À propos de l’Ancien Régime, il disait qu’il s’agissait d’un « despotisme plus d’apparence que fondé sur la réalité d’une situation » – d’où le titre de « bon » roi attribué à Louis XVI. Mais la bonté ne suffit pas pour rester roi et

LES 4 VÉRITÉS HEBDO N° 729 VENDREDI 19 FÉVRIER 2010

garder sa tête… Louis XVI avait non seulement le défaut d’être faible, mais aussi d’être irresponsable. Le 10 août 1792, il ordonna à sa vaillante garde suisse de déposer les armes et de se retirer. Le carnage sera à l’échelle de la haine de la populace. Bonaparte n’oublia pas la leçon. Le 5 octobre 1795, avec l’aide de Joachim Murat, capitaine d’artillerie, il fit tirer sur les partisans royalistes massés dans la rue Saint-Roch. Pour aggraver son cas, Burke contestait que la liberté pût être acquise par la révolution ou l’aventure intellectuelle des « lumières » chères à nos indécrottables Jacobins. Pour lui, la liberté était le produit de la tradition et de l’histoire, et ses avancées très lentes devaient être gravées dans le marbre par les institutions. George Walker Bush est célèbre pour sa marotte « I know better » (vous ne comprenez rien, mais moi je sais !) Il s’est embarqué gaiement dans l’aventure irakienne pour établir une démocratie ex nihilo. Rappelezvous son arrivée triomphale, le 3 mai 2003, à bord du porteavions Abraham Lincoln pour fêter la fin des hostilités en Irak. On connaît la suite ! À la différence d’un Théodore Roosevelt qui avalait un livre par jour en moyenne, même pendant sa présidence, Bush n’a pas lu Burke. Pas plus que son successeur à la Maison blanche qui persiste dans l’erreur en renforçant la présence militaire de l’OTAN en Afghanistan. Comment ces chefs d’État ontils pu croire qu’ils pouvaient

<www.droiteconservatrice.com>

fonder la démocratie dans un pays tribal et moyenâgeux ? Quand on est gouverné par des gens incultes et qui, de surcroît, sont mal conseillés, il faut s’attendre au pire. Je préférerais me tromper en prédisant le chaos avec le retrait de nos troupes en Irak ou en Afghanistan. Plutôt que de songer à gagner la guerre, les Occidentaux devraient s’interroger sur les modalités d’une retraite. Sur l’ordre de Brejnev, l’Afghanistan fut envahi par les troupes soviétiques le 24 décembre 1979. Mais les Soviétiques réalisèrent, le 15 février 1989, une bonne retraite après une guerre d’usure de dix ans. En revanche, les Américains s’enfuirent comme des rats après la prise de Saïgon, le 30 avril 1975. Au lieu d’exporter la guerre, nos dirigeants devraient s’intéresser à la défense de leur pays envahi par les barbares. C’est le scénario de la Rome décadente. « Faut-il interdire la lapidation des femmes ou des mécréants ? » Voilà de quoi l’on débattra, demain, face à un islam conquérant. Au lieu de protéger nos frontières gravement menacées par une véritable invasion, nous voulons assurer une paix impossible dans des pays qui ont toutes les raisons de nous mépriser et de nous rejeter. Non seulement l’esprit des lumières n’est pas exportable mais nous allons en crever ! Après tout, c’est le sort que l’on mérite en pratiquant la politique de l’autruche réinventée sous le vocable de « political correctness ». n

Reproduction intégrale vivement conseillée avec mention d’origine


«

Guy Millière <MGuymilliere@aol.com>

»

Ahmadinejad doit être arrêté…

CRISE Les crises à caractère industriel et périodique ne sont pas inhérentes au système du libre marché, mais, au contraire, elles trouvent leur source dans l’intervention de l’État en matière monétaire. CHARLES COQUELIN, ÉCONOMISTE… QUI ÉCRIVAIT CES LIGNES EN 1848 !

»

e mélange de myopie et de légèreté avec lequel on traite en Europe le danger iranien ne me surprend pas. Il y avait ce type de mélange dans l’atmosphère en Europe en 1938 quand Adolf Hitler enclencha la conquête de l’espace vital de la « grande Allemagne » et annexa l’Autriche, puis les Sudètes. La nuit de cristal, les diatribes antisémites prononcées de tous côtés dans le Reich avaient provoqué peu d’émotions en France et ailleurs. La rencontre de Münich avait valu à Daladier et Chamberlain les acclamations de leurs peuples respectifs. L’état d’esprit européen aujourd’hui est quasiment le même. Lorsqu’on s’inquiète un peu, on parle de sanctions, et on prétend s’appuyer sur des décisions prises au Conseil de sécurité de l’ONU. On semble oublier que la Chine et la Russie y disposent d’un droit de veto. On semble penser que des sanctions seraient susceptibles, si elles étaient votées, de faire peur à un homme tel qu’Ahmadinejad. On veut faire croire que des sanctions pourraient être « efficaces ». Pour la galerie, des dignitaires européens sont prêts à taper avec leurs petits poings sur de petites tables. La vérité est que le seul dirigeant susceptible de faire peur à Ahmadinejad ne fait peur à personne et se donne pour tâche principale la destruction de son propre pays. Ce dirigeant veut tellement tendre la main à Ahmadinejad qu’il continuera à garder la main tendue, même si cela lui donne l’apparence d’un

L

clown ridicule et inquiétant. Et le clown en question n’est pas seul à adopter cette posture inepte ; toute l’administration placée sous ses ordres, de Robert Gates à Hillary Clinton, en fait autant. Daniel Pipes écrivait récemment que, si Obama voulait sauver sa présidence, il devrait agir et il lui conseillait de bombarder l’Iran. Je connais trop bien Daniel Pipes pour ne pas savoir qu’il sait parfaitement qu’Obama n’en fera rien et qu’il ira jusqu’au naufrage, quitte à perdre les élections de novembre 2010 et, ensuite, à ne pas être réélu. Obama va occuper les neuf ou dix mois qui lui restent pour se rendre aussi nuisible qu’il le peut. Il n’est pas, comme certains le disent, un « pragmatique », mais un homme imprégné d’un dogme, qui pense qu’il a une mission à accomplir. Il a, en cela, des points communs avec Ahmadinejad qui, lui aussi, est imprégné d’un dogme et pense avoir une mission. Il ne peut affronter de manière directe et brutale un homme qui a des points communs avec lui. Il ne pourrait s’y résoudre que si on l’obligeait et je doute qu’on puisse l’obliger. Il s’appuie sur une garde rapprochée très restreinte, qui sert d’écran entre lui et la réalité, et la garde rapprochée sait quels discours placer dans les téléprompteurs. Cela laissera la décision finale à Israël. Binyamin Netanyahu discerne parfaitement que, le moment venu, il sera confronté à un choix majeur, celui que peuvent faire les hommes d’État, et pas les dignitaires à petits

Reproduction intégrale vivement conseillée avec mention d’origine

poings et petites tables ou les clowns sinistres. Netanyahu fera tout pour faire comprendre à la Maison blanche ce qu’on ne veut pas y comprendre. Il expliquera, si ce n’est déjà fait, qu’Israël n’agira qu’en dernière extrémité mais que, le cas échéant, il y aura des répercussions très vastes qui toucheront tout le Proche-Orient et qui concerneront aussi les ÉtatsUnis. Il expliquera que, si Israël n’agit pas et si les États-Unis n’agissent pas non plus, émergera une situation de péril mortel pour tous les hommes aspirant encore à vivre libres sur cette terre. On commémorait voici peu la chute du camp d’extermination d’Auschwitz et le souvenir de la shoah. En Europe, où le Crime a eu lieu, je n’ai pas pu ne pas sentir une indifférence qui m’a semblé nauséabonde. La différence, soixante-cinq ans après, est que le peuple juif dispose d’un État, que cet État n’est pas désarmé, et que, lorsque ses dirigeants entendent des propos génocidaires, ils les prennent au sérieux. Si Israël doit frapper, il est vraisemblable que le Hezbollah, et sans doute le Hamas, seront actionnés par celui qui les téléguide. Il est vraisemblable que l’Iran tentera de bloquer le détroit d’Ormuz. Les États-Unis, à ce moment, ne pourront pas rester inertes. Des condamnations internationales suivront. Peu importera alors. Il n’y aura pas de seconde shoah. Et le disciple d’Hitler qu’on laisse délirer et broyer son propre peuple à Téhéran doit être arrêté. n

«

PROMESSES Pendant trop longtemps, les électeurs de la droite et du centre ont eu l’impression que les promesses ne valaient que pendant les campagnes. Aujourd’hui, nous faisons la démonstration que les engagements sont tenus… XAVIER BERTRAND, SECRÉTAIRE GÉNÉRAL DE L’UMP

»

«

MINARET À Évry, nous avons la seule cathédrale construite au XXe siècle, qui n’a pas de clocher, alors que la mosquée a son minaret. Et personne n’y trouve à redire ! MANUEL VALLS, DÉPUTÉ-MAIRE PS D’ÉVRY

»

«

INVESTISSEMENT La France investit beaucoup plus sur les vieux qu’elle n’investit sur les jeunes ! JÉRÔME SEYDOUX, PDG DE PATHÉ

»

«

IDENTITÉ Je suggère de poser cinq questions au président Sarkozy : 1) Doit-on confondre les vrais Français et les Français de papier ? 2) Les immigrés sont-ils une chance pour l’identité de la France ? 3) La religion musulmane estelle compatible avec l’identité de notre nation ? 4) L’installation massive de populations de race noire estelle compatible avec notre identité nationale ? 5) Est-il vraiment impossible d’inverser les flux migratoires ? HENRY DE LESQUEN, PRÉSIDENT DE RADIO COURTOISIE

»

LES 4 VÉRITÉS HEBDO N° 729 VENDREDI 19 FÉVRIER 2010

7

Sic

International International

«

SARKOZY Ce qui me gêne, c’est l’abandon, chaque jour plus évident, de toute pensée libérale par notre président. LUC FERRY, PHILOSOPHE


4vh-729