Issuu on Google+

Chronique Georges Archier

politique

L’avenir des Français dans l’épopée de l’humanité

Guillaume de Thieulloy

<gdethieulloy@les4verites.com> Guillaume de Thieulloy, 36 ans

Les ingrédients de la crise sont toujours là !

Bénévent

91 pages – 12 euros À commander auprès de notre service abonnements (+ 4 € de port)

Le docteur Georges Archier nous propose un petit livre passionnant centré autour de deux idées essentielles : 1) Il faut en finir avec l’idéologie de « lutte des classes ». Entrepreneurs et salariés sont embarqués dans la même galère, si j’ose dire, et leur opposition nuit aux deux catégories… et au pays. 2) Il faut restaurer une saine subsidiarité. Officiellement, l’Union européenne est fondée sur cette subsidiarité, mais c’est en réalité une subsidiarité à l’envers où l’échelon supérieur abandonne aux échelons inférieurs ce qu’il ne veut pas faire. Un livre aussi passionnant que concis et facile à lire.

epuis plusieurs mois, les commentateurs sont euphoriques : la crise est terminée ; les politiques de « relance » engagées par la plupart des gouvernements des pays développés ont fait merveille. De fait, les bourses remontent à grande vitesse. Ainsi le CAC 40, qui se situait autour de 2 500 points en mars dernier (soit son plus bas niveau depuis mars 2003), est remonté à plus de 4 000 points. J’aimerais croire, moi aussi, que la crise est derrière nous. Mais, pour être franc, je n’y parviens pas. Rien n’a changé depuis un an ou deux : tous les éléments d’une nouvelle explosion restent présents. En un sens, la situation est même devenue pire encore avec l’accroissement vertigineux des dettes publiques. Plus que jamais, le système économique actuel est un capitalisme fondé sur l’endettement, et non un capitalisme fondé sur l’épargne. Moins que jamais, il n’a d’avenir solide et durable.

D

ABONNEZ-VOUS

Bulletin d’abonnement

8

Lecteurs occasionnels abonnez-vous ! Lecteurs déjà abonnés abonnez vos amis!

n OUI, je souhaite m’abonner pour 6 mois (soit 25 numéros) à la revue « Les 4 Vérités hebdo » au prix de 30 € TTC (TVA à 2,10 % incluse) par chèque joint

-

NOM ...............................Prénom ............................

Adresse ................................................................... Code Postal .....................Ville .................................

Téléphone ...............................................................

Signature :

4VÉRITÉS

LES

BON À RETOURNER

La publication anti bourrage de crâne

HEBDO

Les 4 Vérités Hebdo — Service abonnements 18 à 24, quai de la Marne — 75164 Paris Cedex 19 Par notre intermédiaire, vous pouvez recevoir des propositions commerciales, politiques ou associatives. Si vous ne le souhaitez pas, cochez cette case : r

LES 4 VÉRITÉS HEBDO N° 724 VENDREDI 15 JANVIER 2010

On le sait, le détonateur de la crise économique « passée » a été constitué par des produits dérivés liés à des dettes hautement spéculatives. Notamment, les fameux crédits subprimes, c’est-à-dire des crédits immobiliers plus rémunérateurs que les prêts classiques pour les organismes financiers qui les proposaient – pour la raison, à la fois simple et effarante, que les débiteurs n’étaient pas solvables et payaient donc des intérêts plus importants que les autres ! Grâce aux prodigieux progrès de l’ingénierie financière, ces prêts plus rémunérateurs (et d’autres produits aussi dangereux à long terme) sont devenus les « sous-jacents » de produits dérivés, rapidement côtés en bourse. Et se sont ainsi répandus dans toute l’économie mondiale : les épargnants français les plus paisibles ne sont pas assurés de ne pas en avoir dans telle ou telle sicav… On a transformé subrepticement, et sans demander leur avis, des épargnants en véritables spéculateurs ! Certes, me dira-t-on, tout ceci est bien regrettable, et même à bien des égards profondément immoral, mais c’est du passé. Voire. On estimait en 2007 les transactions annuelles sur les seuls produits dérivés OTC (over the counter, c’est-à-dire négociés de gré à gré, par opposition à ceux qui s’échangent sur les marchés réglementés) à quelque 600 000 milliards de dollars (contre 28 000 en 1997…). Et on a parlé d’une dépression de ce marché de l’ordre de 50 % au plus fort de la crise. Ce qui laisse ce marché à quelque 300 000 milliards de dollars par an. À supposer même que nous soyons tombés à 100 000 milliards de dollars, ce marché représenterait tout de même encore deux fois le PIB mondial ! Au demeurant, le changement de mentalité semble difficile. Qu’il s’agisse de l’entourage d’Obama ou de celui de McCain, les économistes les

plus brillants qui entouraient les deux hommes avaient lutté pour « libéraliser » (au sens paradoxal de « déresponsabiliser ») les produits dérivés. On connaît le rôle de Greespan et compagnie en ce domaine, pour l’équipe démocrate. On sait moins (ce que rappelaient récemment nos confrères de « Rivarol » dans un passionnant article sur Brooksley Born) que Phil Gramm, sénateur et conseiller de McCain, a obtenu la tête de Brooksley Born, parce que cet ancien membre de la commission sur les échanges de contrats à terme avait eu le front de s’interroger sur ce capitalisme spéculant sur du vent. Fait significatif, le libertarien Ron Paul fut l’un des seuls à s’opposer en 2000 à l’acte de modernisation (là aussi au sens de déresponsabilisation) des contrats à terme… Le problème, ce n’est évidemment pas que certains veuillent prendre des risques et gagner des sommes considérables très vite. Le problème, c’est que ces « preneurs de risques » se sont garantis sur notre dos, sans rien nous demander : ils encaissent les plus-values, les contribuables paient les moins-values. Et le problème subsidiaire, c’est que plus personne n’est en mesure de dire où se situent les risques. On peut seulement estimer le désastre : aucune des trois premières banques françaises (Société générale, Crédit agricole, BNP) ne respecte le ratio prudentiel classique selon lequel les dettes totales ne doivent pas excéder 12,5 fois les fonds propres. Le FMI, quant à lui, estime qu’il reste autour de 3 000 milliards de dollars d’actifs financiers toxiques cachés dans les comptes des banques. Et l’OCDE estimait à l’automne que la dette publique des 30 pays les plus développés va atteindre 100 % de leur richesse produite… Décidément, sur de telles bases, je ne vois pas comment la crise pourrait être derrière nous ! n

Reproduction intégrale vivement conseillée avec mention d’origine


VÉRITÉS 4

N° 724 VENDREDI 15 JANVIER 2010

>

ISSN 0151-2439

LES

La publication anti bourrage de crâne

HEBDO

ÉDITORIAL n Jean Rouxel Copé-Dalila : un débat surréaliste sur la burqa epuis que le député communiste André Gérin s’en est saisi, la burqa fait couler beaucoup d’encre. Dernier épisode, le débat organisé par Thierry Ardisson, le 9 janvier, entre Jean-François Copé, « patron » des députés UMP (dont notre blog <www.observatoire-parlement.org> a maintes fois évoqué l’intérêt pour le sujet de la burqa) et une jeune femme, Dalila, âgée de 22 ans et recouverte d’un voile intégral. De ce débat, je retiens plusieurs éléments qui me semblent fondamentaux pour la question de la place de l’islam chez nous. 1) La jeune femme, française, est issue de l’immigration, née d’un père algérien qui ne l’a pas reconnue. Elle a été élevée dans l’athéisme, assorti de quelques éléments de culture musulmane. C’est elle qui a choisi à 17 ans de porter le voile intégral. Ceci corrobore une idée générale : le danger de l’islam radical concerne paradoxalement beaucoup plus les 2e ou 3e générations que les immigrés proprement dits. Comme beaucoup de déracinés, cette jeune fille s’est radicalisée (l’étymologie est extrêmement parlante ici). Le problème de l’intégration n’est donc pas derrière nous, mais devant. 2) Dalila met en cause l’interprétation du Coran par Boubakeur, le recteur de la mosquée de Paris. C’est là un des principaux problè-

D Dessin de MIÈGE

4VÉRITÉS

LES

La publication anti bourrage de crâne

HEBDO

LES 4 VÉRITÉS 2010 © Publication hebdomadaire (CPPAP N° 1109, I 82 712) Tél. : 06 26 99 56 89 (port. G. de Thieulloy) < redaction@les4verites.com > < http://www.les4verites.com >

(webmaster: <webmasteur4v@les4verites.com>)

Siège : 25, rue des Bas 92600 Asnières – (GT Éditions SARL) Abonnements : 4 Vérités-DIP 18 à 24, quai de la Marne 75164 Paris Cedex 19 01 44 84 85 48 (Dominique <dominique.varenguin@dipinfo.fr>) ou http://www.les4verites.com Directeur de la publication : Guillaume de Thieulloy Responsable éditorial : Alain Dumait Rédaction : Jean Rouxel (rédacteur en chef) Le numéro 1,20€ Abonnement 50 numéros 60€ TTC Abonnement de soutien à partir de 100€ Personnes morales (entreprises ou administrations) : 200€, TVA à 2,10 % en sus Imprimerie : Delcambre, Pantin (93) Également disponible en format numérique (nous consulter) Fichiers déclarés à la CNIL (N° 672024) Exemplaire gratuit sur simple demande écrite

mes de l’islam: son absence de hiérarchie. Quand bien même l’islam « officiel » parviendrait à s’habituer à notre mode de vie occidental, le point de vue d’une jeune fille sans expérience n’a pas moins de poids que celui des plus grands savants. 3) Copé a très astucieusement placé le débat non pas sur l’islam, mais sur deux points : la sécurité (en rappelant malicieusement au passage que le voile intégral est interdit à La Mecque) et le respect de la femme. Il est clair que sa position est ici inexpugnable. 4) En revanche, il faut dire que ce débat met le spectateur extrêmement mal à l’aise. D’abord, parce que la supériorité de Copé y éclate presque outrancièrement, non pas seulement parce qu’il a l’habitude des médias, mais aussi parce qu’il est visible, que son sourire est visible, au contraire de son « interlocutrice » invisible. Mais aussi sur le fond : tout se passe comme si, pour Copé comme pour toute la classe politique, il n’y avait aucune différence entre les différentes communautés. Pourtant, il y en a une, de taille : l’islam est un nouveau venu qui doit s’adapter à nos mœurs. Ce n’est pas seulement une question de sécurité ou de respect des lois républicaines, mais d’abord une question d’identité nationale. n

«

»

Il ne faut pas attendre d’être parfait pour commencer quelque chose de bien. Abbé Pierre

SOMMAIRE

2å 3å 4 5 6å 7å 8

Non à la taxation des bonus des banquiers ! par Bernard Trémeau

Chiffres Significatifs En finir avec le regroupement familial ! par Alain Potrat

Divers faits Votre opinion nous intéresse Le courrier des lecteurs

Roselyne Bachelot n’est pas devin ! par Henri Giraud

Gramscisme de Sarko et contribuables par Alain Dumait

Communication

Barack Hussein Obama et l’islam par Guy Millière

Sic

La chronique politique de Guillaume de Thieulloy

Abonnez-vous et faites abonner vos amis à notre lettre d’informations gratuite et hebdomadaire. rendez-vous sur notre site internet : <www.les4verites.com


Chiffres Significatifs

DÉFICIT > Sur les neuf premiers mois de 2009, les recettes du budget général de l’État se sont élevées à 169,7 milliards d’euros contre 221,6 sur la même période de 2008. Dans le même temps, les dépenses sont passées de 255,9 milliards sur les neuf premiers mois de 2008 à 263,9 milliards en 2009 ! AUTO-ENTREPRISE > Entre début janvier et fin novembre, 291 921 demandes d’auto-entrepreneuriat ont été déposées. CHÔMAGE > En octobre dernier, le nombre d’inscrits au chômage a augmenté de 52 400 pour atteindre 2,6 millions. AVION > On estime que les sociétés de transport aérien vont perdre plus de 5,5 milliards de dollars en 2010. NOËL > En moyenne, les Américains ont dépensé 723 dollars pour leurs cadeaux de Noël cette année. CHINE > La croissance chinoise s’est élevée à 14,6 % en moyenne annuelle à la fin de l’été ! PSYCHIATRIE > On estime qu’en France, chaque année, 72 000 personnes sont internées contre leur gré dans un établissement psychiatrique ! EXONÉRATION > Les exonérations de cotisations sociales pour les entreprises et les particuliers se sont élevées à 30,7 milliards d’euros en 2008, soit 13 % de plus qu’en 2007. JAPON > En octobre, les réserves de change du Japon ont franchi un nouveau record : 1 057 milliards de dollars. L’archipel nippon devient ainsi la deuxième plus importante réserve mondiale de change, derrière la Chine (2 200 milliards de dollars) !

2

Économie Économie

Bernard Trémeau <tremeau.bernard@wanadoo.fr>

Les banquiers sont des voleurs !

C

ette semaine, les médias nous ont démontré par A + B que les banquiers étaient tous des voleurs, qu’il était donc normal que les gouvernements les punissent et qu’une imposition supplémentaire et particulière d’une partie de leurs bénéfices, les bonus, était une excellente chose. De nombreux gouvernements à court d’argent se sont précipités dans la brèche ainsi ouverte. Les banquiers ont une très mauvaise réputation. Pour une raison toute simple. Quand ils mettent de l’argent à notre disposition pour acheter une voiture, nous possédons immédiatement notre voiture et nous remboursons ensuite, mois après mois, notre emprunt. Mais une fois le contrat terminé, nous avons donné au banquier bien plus d’argent que ce que valait la voiture neuve : nous avons en effet payé des intérêts en plus. Tandis que la voiture que nous possédons vaut bien moins cher : c’est une voiture d’occasion. Pour rédiger le contrat d’emprunt que nous avons passé, notre banquier a travaillé moins d’une heure. Ensuite, sans rien faire, il met tous les mois de l’argent dans ses poches. C’est l’argent qui travaille à sa place. Il gagne de l’argent sans rien faire. Comme le meunier qui dort, tandis que le vent fait tourner son moulin Pendant des siècles, la religion catholique a condamné le prêt à intérêt. Ce qui a parfois mis en difficulté les rois de France. Par contre, les religions protestantes ne l’ont pas fait. Les rois d’Angleterre ont ainsi pu emprunter

LES 4 VÉRITÉS HEBDO N° 724 VENDREDI 15 JANVIER 2010

de l’argent pour disposer, avant les rois de France, de biens jugés utiles au royaume. La religion juive n’a pas été opposée à la perception d’un intérêt. Les Juifs ont ainsi eu en France le quasi-monopole des prêts avec intérêt. Heureux prêteurs ! Puis, avec la Révolution, le prêt à intérêt est devenu légal en France. Le gouvernement révolutionnaire a donc emprunté sans retenue, avec les assignats. Les désordres économiques qu’il a ainsi déclenchés font que les Français n’ont pratiquement pas hésité à donner le pouvoir à un général corse appelé Napoléon Bonaparte… Pratiquement tout le monde semble très satisfait d’avoir vu notre gouvernement imposer les fameux bonus. Il punissait ainsi en leur nom les vilains banquiers. Il y a certainement des banquiers voleurs et malhonnêtes. Mais, comme pour les médecins, les salariés ou les députés, leur proportion ne dépasse probablement pas 10 %. Dans une économie mondialisée comme la nôtre, les pays qui imposeront davantage leurs banquiers les chasseront. Les banquiers suisses, ou surtout les banquiers par Internet, auront bien plus de clients. Il y a certainement des banquiers qui ont su gagner honnêtement beaucoup d’argent du fait de la crise. Mais ceux qui en ont souffert sont bien plus nombreux. Malheureusement, depuis 1970, le mal qui introduit le chômage dans notre pays a pour nous une cause évidente. C’est l’imposition des entreprises. Car plus on impose les entreprises, plus les prix de ce qu’elles vendent aug-

mentent. Pour lutter contre cette inflation par les coûts, la banque centrale n’a qu’un moyen à sa disposition : rendre le crédit plus coûteux pour réduire la demande de crédit, donc le niveau de vie des consommateurs. Ils achèteront moins de voitures. D’autant plus que la prime à la casse va être fortement réduite en 2010. Que l’entreprise soit celle du boulanger qui fabrique le pain, du constructeur qui nous vend à crédit une voiture ou du banquier qui nous prête de l’argent, toute augmentation de ses impôts est automatiquement reportée sur le prix de ce que nous achetons. À moins que la concurrence étrangère ne s’y oppose et ne les pousse à délocaliser. Imposer plus les banques françaises dans le dessein apparent de les punir apparaît donc comme une grave erreur. Cela appauvrit finalement le peuple et augmente le chômage. Mais, en France, on préfère l’enfer fiscal au paradis fiscal… Car on est persuadé que c’est vraiment les vilains banquiers qui vont payer… n

Débat public L’émission « C à dire » nous apprend que le ministre de l’Immigration, ayant appris qu’une conseillère régionale y était invitée, a annulé sa participation à un débat sur l’identité nationale organisé par le préfet du Nord. L’élue étant Marine Le Pen, on peut en conclure aisément que les défenseurs de la nation française sont interdits de parole… Numa Vial <http://numa.vial.perso.sfr.fr/>

Reproduction intégrale vivement conseillée avec mention d’origine


Alain Potrat <alain.potrat17@orange.fr>

Regroupement familial et déclin français ous avions, il n’y a pas encore si longtemps un beau pays, petit par sa superficie mais grand par son histoire, un État propre, riche, prospère, où il faisait bon vivre, qui faisait partie des « grands ». Notre position dans le monde était forte, reconnue et respectée, que ce soit dans les domaines économique, militaire, intellectuel, culturel, et la France rayonnait. Nos usines tournaient à plein régime et le monde du travail recensait peu de chômeurs. Quelques immigrés venus d’Afrique du Nord (non pas chargés de chaînes mais de leur plein gré…) participaient au développement et à la richesse du pays, leurs gains étant le plus souvent envoyés « au pays » où vivait le reste de la famille. Cette formule était globalement satisfaisante puisque chacun y trouvait son compte et aurait pu perdurer si un « grain de sable » n’était venu enrayer cette belle mécanique. Ce grain de sable, que nous appellerons VGE par discrétion, élu Président de la République française en 1974, a estimé un beau jour, pour des motifs qui restent à expliquer, mais qui de toute façon sont inexplicables, qu’il serait souhaitable que ces « malheureux » immigrés puissent avoir auprès d’eux dans cet enfer occidental, femmes et enfants. Cette idée lumineuse devait très rapidement s’avérer lourde de conséquences. Elle devait signifier pour le pays une colonisation, aggravée par la politique suicidaire du droit du sol, chaque nouveau-né issu de

N

l’immigration devenant de facto Français à part entière, même si ses parents préfèrent s’exprimer en berbère… Depuis lors, nous assistons impuissants (car sans volonté de contrer le phénomène) à une régression accélérée de nos acquis dans tous les domaines, à la disparition progressive de nos valeurs républicaines, au développement d’une immigration incontrôlée et d’une insécurité grandissante. Cette population d’origine étrangère ne souhaite pas se fondre dans le moule, mais au contraire affirmer sa présence par la force, imposer son mode de vie, sa culture et sa religion à ce pays qui lui a ouvert ses portes. Notre paradis d’hier est donc devenu un pays conquis, tirant un trait sur son glorieux passé pour devenir un nouvel État cos-

mopolite où s’installe une guerre multiethnique. Et bientôt la guerre civile et religieuse prônée par un Islamisme radical et sectaire contre les infidèles occidentaux… Bravo Valéry ! Votre court passage à la plus haute fonction laissera des traces, hélas indélébiles. Ce que des millions de patriotes ont construit pendant des siècles aura été anéanti en moins de vingt ans, sous votre règne et celui de ceux qui vous ont succédé, dont votre fils spirituel qui fut l’un de vos plus zélé ministres et que, toujours par souci de discrétion, nous appellerons JC. Qui sait ce que l’histoire retiendra de vous, mais il serait surprenant que vous puissiez siéger dans les manuels scolaires à la même place que Charles Martel qui, lui, avait su servir la France ! n

Philippe Seguin C’est avec une grande tristesse que j’ai appris le décès de Philippe Seguin, Premier Président de la Cour des Comptes, ancien Président de l’Assemblée Nationale, ancien ministre. Avec Philippe Seguin, la France perd un éminent serviteur. Soucieux jusqu’à en être parfois ombrageux, il a incarné la vision politique d’une France qui veut conserver la maîtrise de son destin. National sans être nationaliste, il a défendu ses convictions au cours de sa vie politique et parlementaire, et dans la fonction éminente de Premier Président de la cour des comptes. Les combats qu’il a menés, de manière visible avec Maastricht, la présidentielle de 1995 qui a vu l’élection de Jacques Chirac à laquelle il avait donné un souffle particulier, et de manière moins visible avec son action à la cour des comptes, resteront comme les apports de cet homme d’une très grande hauteur de vue et d’imagination. L’estime de Philippe Seguin m’a été précieuse. C’est lui qui m’a proposé pour siéger au Conseil de la politique monétaire ; c’est grâce à lui que nous avons pu faire progresser et clarifier les idées sur l’Europe, en particulier comme Président du RPR et organisateur d’une convention sur la construction européenne, à laquelle j’avais pris une certaine part. Jean-Pierre Gérard Vice Président de Debout la République Président du club des n° 1 mondiaux de l’union européenne

Reproduction intégrale vivement conseillée avec mention d’origine

TURQUIE > Un récent sondage montre que 59 % des Turcs estiment que les non musulmans ne devraient pas disposer de la liberté de se réunir publiquement pour débattre de leurs idées ou les exposer ! BARBIE > La poupée Barbie, qui a récemment fêté ses 50 ans, a au cours de cette longue existence « exercé » 108 métiers et a utilisé une garde-robe d’un milliard de vêtements différents ! TÉLÉCOM > Le nouveau dispositif permettant à tout salarié de plus de 57 ans de travailler à mi-temps en étant payé à 80 % devrait être adopté par 6 000 personnes et coûter 700 millions d’euros au cours des trois années qui viennent… AVORTEMENT > Dans l’Union européenne, en 2007, on a enregistré plus d’1,2 million d’avortements, soit un avortement toutes les 25 secondes ! MÉTISSAGE > La part des enfants nés de deux parents étrangers, qui s’est élevée à 6,9 % en 2008, a peu évolué en dix ans, par rapport à 1998 (6,6 %). La part des enfants nés de couples mixtes est en revanche passée de 8 % à 12,7 % RADAR > En 2008, le radar fixe le plus répressif a été celui qui se trouve sur l’A8 aux Adrets-de-l’Estérel (Var) : il a « flashé » en moyenne 547 véhicules par jour, nettement plus que la moyenne nationale (21 véhicules par jour et par radar).

LES 4 VÉRITÉS HEBDO N° 724 VENDREDI 15 JANVIER 2010

3

Divers faits

Politique Politique

LYSSENKO > Cette année, le prix Lyssenko, décerné par le Club de l’Horloge présidé par Henry de Lesquen, a « récompensé » l’économiste marxiste et freudien Bernard Maris pour son livre : « Capitalisme et pulsion de mort »


Votre opinion nous intéresse

«

» Courrier des lecteurs Nous écrire, c’est courir le risque d’être publié…

Art contemporain

Obama (2)

Scientologie

Spéléologues

’art contemporain est un art de destruction et de provocation financé par l’État, a déclaré Christine Sourgins, historienne de l’art. Pour la Fiac 2009 Frédéric Mitterand a fait acheter par l’État 400 000 euros d’œuvres d’art « contempourien »…

e « Daily Mail » a fait sa une sur une information passée sous silence en France. Le groupe « American for Freedom of Information » a révélé qu’Obama avait postulé pour une bourse de la Fulbright Foundation, pour laquelle il avait dû présenter un certificat de nationalité non-américaine. Un argument pour son inéligibilité…

e souhaite réagir à la lettre de Roger Saint-Pierre sur la Scientologie (n° 715). La Scientologie est reconnue comme une religion authentique dans 28 pays. En Espagne, les services fiscaux viennent de l’exempter de TVA, reconnaissant qu’elle œuvre dans l’intérêt général. En France, son procès a été fait dans les médias au mépris de la présomption d’innocence. Sur les mêmes faits, le parquet avait requis, deux ans plus tôt, un non-lieu. Les deux plaignants avaient été intégralement remboursés, comme l’exige un règlement interne. Il y a des milliers de scientologues français qui sont satisfaits mais qu’on n’interroge jamais. Quant aux campagnes d’intérêt général financées par les scientologues, lutte contre l’illettrisme, les dangers de la drogue, promotion de la déclaration universelle des droits de l’homme : silence dans les médias !

près plusieurs journées d’angoisse, des spéléologues surpris par la montée des eaux dans un siphon à 700 mètres sous terre ont été sauvés par la mobilisation durant plusieurs jours de nombreux sauveteurs bénévoles et professionnels. On ne peut que se réjouir de cette fin heureuse. Tel n’est pas toujours le cas lors des sauvetages imposés par les auteurs défiant la nature pour assouvir leur passion qui, lorsque celle-ci tourne en catastrophe, impose ipso facto le déclenchement d’importants secours matériels et humains. Les premiers coûtent cher à la communauté c’est-à-dire aux contribuables, les seconds parfois la vie à des secouristes innocents. Ces engagements passionnels volontaires de quelques uns qui coûtent cher à la société et mettent en danger la vie d’autrui ne devraient-ils pas être davantage réglementés ?

«

L

»

Jacques Costagliola

«

L

»

<jcostagliola@free.fr>

Jean-Benard de Runz <jbderunz@wanadoo.fr>

Obama (1)

«J

e partage vos convictions concernant l’évolution catastrophique de la France, mais, compte tenu de ce jugement, je suis choqué des critiques actuelles d’Obama dans les « 4 Vérités ». Les Américains et les Anglais ont gagné la guerre en 1945 et je n’oublie pas leur courage. Nous sommes mal placés pour critiquer les États étrangers, vu la chienlit qui règne actuellement en France.

»

Francophonie

«

e suis consterné de lire sous la plume de J. de Guénin (n° 722) : « la loi liberticide d’un certain Toubon ». Faudrait-il laisser aux Français la liberté de mépriser et massacrer leur langue ? Ma réponse, qui serait celle de tout défenseur de notre langue, est fermement : NON, et je me félicite de l’existence de la loi Toubon.

J

»

Pierre Daneels Vaucresson (92)

«

Henri Estour <henriestourmonf@orange.fr>

J

»

«

A

»

André Le Lan

Aline Adam

Chatou (78)

Paris (75)

Copenhague

«

e considère Alain Sanders comme l’un des cinéma américain. meilleurs journalistes de la presse indépendan- Sous forme de « who’s who » très ludique, Alain Sanders nous brosse des portraits te. Engagé politiquement, volontiers attachants de ces « troubadours » du polémiste, il n’en a pas moins su garAlain Sanders Nouveau monde, car le « singing cowder une âme d’enfant… L’émerveilleboy » est devenu une institution. Il est ment chez lui n’est jamais très loin et, Le who’s who des la dernière incarnation d’un idéal chose rare, il sait le faire partager. cowboys chantants américain : le cowboy bagarreur, simL’Amérique profonde, le Grand Sud, ple et travailleur, en tant que héros n’ont plus de secret pour lui. À mille Atelier Fol’Fer moral. D’ailleurs, Sanders nous le raplieues de la sénile Obamania régnante. pelle : « Après tout, seuls les sales Dans son dernier ouvrage, Alain Sanders nous fait (re)vivre la belle 165 pages – 18 euros types ne chantent pas !» On est préveÀ commander auprès de nus… n épopée des cow-boys chantants (sin- notre service abonnements ging cowboys) qui ont marqué, des (+ 5 € de port) David Miège années 1930 aux années 1950, le <davidmiege@free.fr> monde de la chanson « westernienne » et du grand

J

4

LES 4 VÉRITÉS HEBDO N° 724 VENDREDI 15 JANVIER 2010

ean Jouzel, climatologue et glaciologue, vice-président du GIEC, certes très affecté par le manque de résultat de la conférence de Copenhague, se console néanmoins à bon compte : »Il y a tout de même un point positif: les sceptiques n’ont pas réussi à se faire entendre. » Là, c’est plus que le « bout de l’oreille » que montrent les totalitaires écolos. Ce sont au moins les deux oreilles et la queue, plus les pieds fourchus: ce qui compte pour ces gens-là, c’est d’empêcher de s’exprimer quiconque n’est pas d’accord avec eux.

J

Lu pour vous : Le who’s who des cowboys chantants

»

Marie Merlin St-Zacharie (83)

Reproduction intégrale vivement conseillée avec mention d’origine


Un autre regard sur la grippe H1N1 a polémique a du bon, car on peut faire feu de tout bois sans avoir à justifier les arguments. Cependant, j’aurais attendu des 4 Vérités un article plus pondéré et mieux argumenté que l’éditorial de Jean Rouxel sur la lutte anti-grippale (n° 723). La panique qui a saisi l’OMS suite aux chiffres mexicains (laquelle a oublié de tenir compte de la volubilité de ce pays qui confond souvent « conte » et « compte ») a beaucoup impressionné les différents gouvernements et particulièrement le nôtre. L’absurdité du principe de précaution, tel qu’il est interprété en France actuellement, sans pondérer risques et bénéfices, trouve ici son plein épanouissement. Que n’a-t-on pas entendu lors de l’épidémie de chikungunya en 2005 dans l’île de la

L

Réunion ? Le souvenir du sort fait à Laurent Fabius depuis le sang contaminé a dû hanter nos gouvernants. Quant aux interrogations de M. Rouxel au sujet de la dangerosité éventuelle du vaccin et corrélativement au sujet de son efficacité, il me semble qu’elles relèvent plus du Café du Commerce – je veux dire de la Toile – que de l’information réelle. Les réticences du corps médical vis-à-vis de la vaccination sont un exemple pitoyable de pseudo-compétence dont les médias se repaissent avec délice. Pourquoi ne donne-t-on pas la parole à des spécialistes compétents et pédagogues ? J’ai assisté à deux conférences (le Figaro et Arts et Métiers) sur cette question en décembre 2009. Les professeurs Flahaut et

Suisse

Pieds-noirs

Psychanalyse

e voudrais, avec un peu de retard, préciser ceci au sujet de la démocratie suisse. Les Suisses ont deux possibilités d’intervention spontanée: l’initiative populaire et le référendum facultatif. Ces droits existent à l’échelon des communes, des cantons et de la Confédération. À l’échelon fédéral, l’initiative populaire, proposant une modification de la Constitution, doit recueillir 100000 signatures dans un délai de 18 mois. Le référendum facultatif, portant sur les lois votées par les Chambres fédérales ou les traités internationaux, doit recueillir 50000 signatures dans un délai de 100 jours. Par ailleurs, les révisions de la Constitution voulues par les autorités fédérales sont obligatoirement soumises à référendum.

«

«

«J

»

Mariette Paschoud <mariette@infomaniak.ch>

Erratum Un courrier du n° 723 faisait allusion à une note du ministère de l’Intérieur relative à la suppression des panneaux indiquant les radars. En réalité, comme l’annonce le site hoaxbuster.com, il s’agit d’un canular diffusé sur internet depuis novembre. Cependant, une circulaire ministérielle du 9 octobre, publiée par « Minute », affirme vouloir « créer un sentiment d’insécurité permanent pour les délinquants de la route »…

ans sa chronique du n° 721, Guillaume de Thieulloy évoque les immigrés polonais, espagnols et italiens. Il a oublié le cas des Européens d’Algérie. Cette population qui fut finalement « dépatriée » en 1962, après avoir abondamment versé sang et sueur pour une patrie qu’ils avaient aimé comme une mère et qui se révéla la pire des marâtres… et qui se trouve aujourd’hui hélas! punie de ses crimes par l’immigration-invasion en cours.

D

»

Henri Conegero Luçon (85)

Démographie

«

n 1939, la France était peuplée par 43 millions d’habitants. En 1945, la population avait baissé à 42 millions. Depuis, la natalité des femmes françaises est restée à peu de choses près identique. Or, le dernier recensement de l’INSEE indique que 64 millions d’individus résidaient en France en 2007. Le calcul est simple: il y a actuellement en France autour de 20 millions de personnes étrangères ou d’origine étrangère récente, pour la plupart venues du Maghreb. Voilà le triste bilan de la politique de Giscard et de 40 ans de laxisme!

E

Reproduction intégrale vivement conseillée avec mention d’origine

»

André Gillan St-Vallier (71)

Bach ont été clairs : le risque d’avoir un syndrome de Guillain-Barré (guérissant de luimême dans 85 % des cas) dû au vaccin est de 10 à 100 fois moindre que celui de décéder de cette grippe. Les adjuvants sont connus depuis plus de dix ans pour tous les vaccins : danger insignifiant. Je suis d’accord avec vous sur le fait que le Gouvernement en a trop fait. Mais, en épidémiologie comme en histoire, c’est plus facile après qu’avant de faire des prévisions et ici, en plus, il faut tenir compte du temps nécessaire à fabriquer le vaccin… n Henri Giraud

<henri.giraud@noos.fr>

Islam

e courrier de M. Verdier sur le psychanalyste de Carla Bruni (n° 716) est une diffamation et la preuve d’une ignorance complète de la psychanalyse (que je connais bien, pour ma part, en tant qu’ancien patient). En effet, cet article dénonce des faits contraires à l’éthique et surtout à la méthodologie de cet acte médical qui implique justement de ne prendre d’aucune manière position par rapport à ce que dit le patient: un bon psy est silencieux et à l’écoute. Dire que les praticiens de la psychanalyse deviennent le plus souvent, comme il est dit, de véritables gourous, est absolument faux et même invraisemblable. Bien sûr, comme dans tous les métiers, il y a des gens malhonnêtes ou incompétents. D’où l’importance du choix d’un bon praticien de cette discipline difficile. Ce choix est d’ailleurs souvent fait sur les conseils d’un médecin. Si M. Verdier a des renseignements précis confirmant ses dires sur ce psychanalyste particulier, il serait souhaitable qu’il les donne et ne jette pas l’opprobre sur l’ensemble d’une profession. En tout cas, les spécialistes de cette discipline avec lesquels j’ai travaillé n’ont eu en aucune façon le rôle de gourou, ni même celui de conseil. J’ai d’autres médecins pour ce dernier rôle!

L

»

Bernard Méline Paris (75)

«

e trouve que l’on parle trop en France de la question de l’islam, alors qu’il suffirait de traiter cette question en fonction des lois actuellement en vigueur. Ainsi, la question du voile serait réglée par la loi interdisant de se cacher le visage en public, sauf en période de carnaval. Ajoutons que l’on peut toujours abroger, modifier ou voter des lois, en fonction de l’intérêt de la France. Certes, il eût été plus sage, voici plus de 20 ans, d’écouter alors Le Pen nous mettant en garde et de prendre à temps les mesures nécessaires.

J

»

R. A. Chateauneuf (06)

Copenhague

«

rticle fictif paru dans un journal de Copenhague: Un pic de pollution a été enregistré à Copenhague, suite à l’arrivée massive des avions transportant les différentes délégations pour le sommet sur le réchauffement climatique. Le pollueur français n° 1, Nicolas Hulot, qui est allé propager des hydrocarbures dans des régions où personne avant lui ne s’était aventuré et Al Gore, grand représentant du « Green business » se sont félicités de cette nouvelle.

A

»

Christian Roussey Dijon (21)

LES 4 VÉRITÉS HEBDO N° 724 VENDREDI 15 JANVIER 2010

5


Communication

AUDIENCE > Dimanche 10 janvier, TF1 a réalisé la première audience : 6,7 millions de téléspectateurs pour le film « Le Transporteur ». TF1 devance ainsi France 2 : 6,2 millions de téléspectateurs, pour « Les Choristes ». L’émission de M6, « Zone Interdite », se classe troisième (3,6 millions de téléspectateurs), devant la série « L’Inspecteur Barnaby » sur France 3 (3,2 millions de téléspectateurs). OUTRE-MER > En moyenne, entre septembre et décembre, les auditeurs guadeloupéens ont écouté la radio 4 h 30 par jour, devant les Martiniquais (4 h 21) et les Réunionnais (3 h 21). QUOTIDIENS > En 20 ans, la diffusion de la presse quotidienne française (nationale et régionale) est passée de 2,8 milliards à 2,4 milliards d’exemplaires ! PRESSE PAYANTE > La presse payante en France représente 85 % de la diffusion de la presse française et même 99 % pour les organes diffusés à plus d’un million d’exemplaires. Soit 4,7 milliards d’exemplaires par an ! GOOGLE > Sur les neuf premiers mois de 2009, Google, qui détient 67 % du marché mondial de la recherche en ligne, a réalisé 17 milliards de chiffre d’affaires pour un bénéfice net de 4,5 milliards ! POST > Le site internet d’information lepost.fr a reçu 2,8 millions de visiteurs uniques en octobre. Ce qui en fait l’un des plus lus de l’internet francophone. PARAMOUNT > En 2007, la grande firme cinématographique a réalisé un chiffre d’affaires de 13,5 milliards de dollars, dont 8,1 à la télévision et 5,4 au cinéma, pour un bénéfice net de 1,8 milliard de dollars.

6

Culture Culture Alain Dumait

Corruption des artistes avec nos impôts

J

eudi 7 janvier, présentant ses vœux au « monde de la culture », Nicolas Sarkozy a annoncé à ses interlocuteurs qu’il avait bien l’intention de mettre en œuvre sans tarder, dès cet été, l’une des propositions du « rapport Zelnick », à lui remis la veille. Ce rapport préconise la création d’une « carte musique », pour les « jeunes », permettant de télécharger sur Internet de la musique, en la payant, la carte d’une valeur de 200 euros étant vendue 100, et subventionnée à 50 % par les contribuables. L’idée étant de favoriser le téléchargement payant au détriment du téléchargement illégal. Pour permettre aux artistes et à leurs producteurs de se refaire une meilleure santé. À noter : M. Patrick Zelnick – qui avait à ses côtés M. Jacques Toubon – est par ailleurs le producteur de Carla Bruni Sarkozy… On connaissait les subventions aux produits de première nécessité, d’ailleurs toujours en vigueur dans certains pays sousdéveloppés. On savait que certaines subventions, en particulier dans le domaine culturel, ne profitaient pas toujours aux plus pauvres, telles les aides (massives) à la musique et aux spectacles d’opéra. Mais on n’était encore jamais allé si loin dans le subventionnement d’une catégorie professionnelle. Bien sûr, il faut tenir compte du fait qu’il ne s’agit pas de n’importe quelle catégorie professionnelle. Il ne s’agit pas de marins pêcheurs ou d’éleveurs laitiers.

LES 4 VÉRITÉS HEBDO N° 724 VENDREDI 15 JANVIER 2010

Nous sommes au cœur de la culture, citadelle du pouvoir des idées, coffre-fort du pouvoir politique de demain. Car, comme ses prédécesseurs, Sarkozy fait siennes les idées de Gramsci selon lesquelles le pouvoir politique se conquiert par l’investissement culturel. D’où le fil d’Ariane de la politique culturelle française, depuis André Malraux jusqu’à nos jours, en passant par Jack Lang (auquel le chef de l’État ne manque jamais de rendre un hommage appuyé). Mêmes les tickets-restaurant ou les chèques-vacances ne sont pas subventionnés à 50 % par les contribuables ! Heureusement, cette « carte musique » ne fonctionnera pas davantage que la loi HADOPI.

<www.dumait.fr>

Pour ceux qui payent pour télécharger, ce sera une aubaine. Pour les autres, même après subvention, la carte sera encore trop chère. Bien sûr qu’Internet pose un grave problème aux auteurs en général et aux musiciens en particulier. Mais ils n’ont pas d’autre solution que d’inventer pour vivre de nouveaux modèles économiques, qui d’ailleurs commencent à émerger. Prendre les contribuables en otage n’est pas la solution. Même avec la bénédiction du chef de l’État ! Celui-ci, tel un ayatollah, se fait le défenseur d’un droit d’auteur absolu. Il est probable que, par les temps qui courent, l’administration, la justice et la police ont mieux à faire… n

Identité nationale Les Cerbères du temple de la pensée unique remuent ciel et terre pour mettre fin au débat sur l’identité nationale qui, selon eux, ne fait que stigmatiser honteusement les minorités. Pour ces Fouquier-Tinville, qui jugent et condamnent tout réfractaire qui ose aborder les sujets qui fâchent, tous les moyens sont bons pour imposer leur dictature du politiquement correct, à commencer par la sempiternelle accusation de racisme. Au nom de la tolérance à sens unique il faut se résigner à tout accepter. Mais jusqu’où irons-nous dans le renoncement à nos valeurs ? Quand aurons-nous le courage de briser le carcan de cette mécanique totalitaire qui voudrait nous faire renier jusqu’à notre identité ? N’est-il pas temps de rappeler fermement à nos immigrés que notre laïcité et nos valeurs républicaines font partie de notre patrimoine culturel et ne sont pas négociables ? N’est-il pas temps de leur rappeler que nos ancêtres ont versé leur sang pour nous transmettre ce patrimoine en héritage et que nous entendons le défendre pour le léguer à nos descendants ? N’est-il pas temps de restaurer dans ce pays la liberté d’expression et d’opinion sans craindre les foudres du tribunal de la pensée ? À force de confondre acceptation de l’autre et renoncement à nos valeurs, à force de confondre droit à la différence et différence des droits, nous nous préparons des lendemains tragiques Jacques Guillemain – Versailles (78) Reproduction intégrale vivement conseillée avec mention d’origine


«

Guy Millière <MGuymilliere@aol.com>

arack Obama est-il musulman ? Selon les règles de l’islam, la réponse devrait être « oui », puisqu’il est né de père musulman. S’il ne l’est plus, c’est qu’il est, selon les règles de l’islam, coupable d’apostasie. Et s’il est un apostat devenu chrétien, ce n’est, de toute façon, pas très rassurant, puisque la seule Église qu’il ait fréquentée assidûment est la Trinity United Church of Christ où Jeremiah Wright délivrait des sermons férocement antisémites et antioccidentaux. Est-il toujours d’extrême-gauche ? Il l’a été, en tout cas, du temps de son adolescence à celui de son élection au Sénat des États-Unis, et cela a laissé des traces. A-t-il été élu de manière pleinement régulière ? On peut en douter si l’on prend en considération l’activisme frelaté d’organisations telles qu’ACORN pendant la campagne électorale, et le jour même du vote. Tout cela pourrait sembler appartenir au passé si, au cours de l’année qui vient de s’écouler, Obama n’avait fait entrer dans son administration des personnages peu recommandables, dont certains ont dû démissionner de manière précipitée lorsque des journalistes ont révélé qu’ils s’étaient revendiqués communistes à une date récente (Anthony Van Jones) ou qu’ils avaient de l’admiration pour Mao (Anita Dunn). Tout cela serait moins inquiétant si le Congrès ne s’était trouvé peuplé, au moment de l’élection d’Obama, d’hurluber-

B

»

Obama, compagnon de route du djihadisme lus sectaires et délirants tels Harry Reid et Nancy Pelosi : la synergie Obama-Reid-Pelosi a fait passer en moins d’un an des programmes de dépense publique qui relèvent de la volonté de détruire, conformément à la stratégie Cloward-Piven. Les ressorts de l’économie américaine ne sont pas cassés, mais détériorés et entravés : la sortie d’un cycle de récession se traduit en général par un retour fort à la croissance et par de nombreuses créations d’emploi, ce qui ne sera pas le cas cette année. Le pire pourrait être à venir : les coupes d’impôts décidées sous Bush vont disparaître dans quelques mois, les effets de pénurie découlant du programme de santé d’Obama n’ont pas encore pris effet. Les projets de taxe carbone ne sont plus à l’ordre du jour pour l’instant, mais il n’est pas certain qu’ils aient été rangés définitivement dans des placards clos. Tout cela ne serait qu’anecdotique si les dégâts internationaux provoqués par l’administration Obama n’étaient pas déjà aussi sérieux. De la Russie de Poutine et Medvedev à la Chine néo-communiste, du Venezuela de Hugo Chavez au Soudan d’Omar El Béchir, de la Syrie de Bachar El Assad à l’Iran d’Ahmadinejad, il n’est pas un régime sanguinaire sur terre auquel Obama n’ait envoyé un message d’apaisement et de soumission préventive. Tout cela pourrait être laissé de côté si Obama ne s’était pas conduit jusqu’à présent en compagnon de route du djihadisme.

Reproduction intégrale vivement conseillée avec mention d’origine

Suite à l’attentat de Fort Hood, Obama n’a pu se résoudre à dire que c’était un acte d’assassinat islamiste et a évoqué, pour qualifier le coupable, « un homme qui a craqué ». Après l’attentat raté de Detroit, il lui a fallu une semaine pour passer d’un discours grotesque évoquant un « passager » qui aurait « mis le feu » à ses vêtements à des propos parlant de guerre, et désignant l’ennemi comme al Qaida – et seulement al Qaida. Obama a renoncé à parler de « guerre contre le terrorisme ». Il ne parle jamais d’islam radical, et n’évoque l’islam luimême que pour en vanter les merveilles. Les concepteurs des attentats du onze septembre passeront devant un tribunal civil, bénéficieront de la présomption d’innocence, et pourront transformer leur procès en tribune de propagande. Celui qui voulait tuer trois cents personnes au-dessus de Detroit et qui n’a réussi qu’à se brûler les testicules a reçu immédiatement le droit de garder le silence et un avocat commis d’office. Les règles d’engagement données aux membres de l’armée, et mises en œuvre, font qu’un terroriste avéré a pu obtenir la comparution en cour martiale de trois Navy Seals accusés de l’avoir un peu brutalisé lors de son arrestation. Comme un nombre croissant d’Américains, j’attends avec impatience les élections de mimandat et, plus tard, la mise hors d’état de nuire de l’imposteur qui occupe présentement la Maison blanche. n

BESANCENOT Poser les questions en termes gauchedroite, c’est réducteur. Cela consiste finalement à dire que Besancenot est quelqu’un de bien, mais non ! Besancenot, s’il était au pouvoir, une personne sur trois serait en prison ! Tout ça montre bien que la gauche n’a pas ou n’a plus de culture démocratique ; elle est marquée par une empreinte stalinienne. MALEK BOUTIH, ANCIEN PRÉSIDENT DE SOS RACISME

»

«

INVESTISSEMENT Quand on parle de « banque d’investissement », on ment sur le mot « investissement ». Ces banques n’investissent rien du tout ! On devrait les appeler « banque de spéculation » ! HENRI LACHMANN, PDT DU CONS. DE SURVEILLANCE DE SCHNEIDER ELECTRIC

»

«

ISRAËL L’offensive sur Gaza a montré que l’armée israélienne n’a pas tiré les leçons de la guerre de 2006. Israël reste incapable de transformer sa puissance militaire en succès politique. NAÏM KASSEM, DIRIGEANT DU HEZBOLLAH

»

«

SARKOZY Sarkozy a compris qu’il pouvait avoir de bonnes relations avec Israël sans compromettre les intérêts de la France dans le monde arabe. BENJAMIN NÉTANYAHOU, PREMIER MINISTRE ISRAÉLIEN

»

«

HUMANISME Si on n’est pas capable de proposer un projet alternatif, qui mette l’homme au centre, au mieux, ils redemanderont une société dont l’État est le centre ; Au pire, ils écouteront ceux qui leur diront de mettre au centre la race, l’ethnie, ou Dieu… JEAN-FRANÇOIS KAHN, JOURNALISTE

»

LES 4 VÉRITÉS HEBDO N° 724 VENDREDI 15 JANVIER 2010

7

Sic

International International

«

CAPITALISME Le capitalisme, c’est un peu comme la démocratie : ce n’est pas parfait, mais on n’a rien trouvé de mieux. JÉRÔME SEYDOUX, PDG DE PATHÉ


4vh-724