Issuu on Google+

4VH 621

24/12/07

14:00

Page 8

Chronique

politique

Éditions Grasset et Fasquelle

216 pages - 19,90 € L’Iran aura-t-il la bombe ? Thérèse Delpech, chercheur au Centre d’études et de recherches internationales (CERIFNSP) montre que l’Iran veut devenir la puissance majeure du MoyenOrient au XXIe siècle. Les radicaux au pouvoir à Téhéran déploient leurs menées séditieuses du Liban au Caucase, de l’Irak à l’Asie centrale. Et ils assignent un rôle majeur à l’arme nucléaire. La mollesse des réactions occidentales finira par entraîner des conséquences dramatiques : le dénouement de la crise nucléaire iranienne influencera beaucoup les rapports de forces et les relations nucléaires du XXIe.

N

ous sommes nombreux, parmi les électeurs de Nicolas Sarkozy, à avoir espéré qu’il serait à la France ce que Margaret Thatcher a été pour la GrandeBretagne : l’homme du changement et de la rupture, celui qui remettait notre pays sur les rails d’une croissance plus forte. La seule chose qui compte, en tout cas en période de paix, et qui soit de la responsabilité du politique, pour les citoyens que nous sommes, pour nous, nos enfants et nos petits-enfants, c’est la prospérité économique. Le Président se veut pragmatique. Pourquoi pas ? Il se réserve d’être tantôt libéral et tantôt interventionniste. C’est déjà mieux que d’être 100 % étatiste… (comme ses trois prédécesseurs). Cette disposition d’esprit devrait l’inciter à s’inspirer de ce qui a bien fonctionné ailleurs. Or, les résultats de cette méthode, dite encore « benchmarking », sont fort simples : la productivité des facteurs de production (capital et travail) étant plus forte dans le secteur privé

ABONNEZ-VOUS

Bulletin d’abonnement

8

<alaindumait@mac.com> Alain Dumait, 63 ans

Nicolas Sarkozy ne sera pas notre Margaret Thatcher !

Thérèse Delpech Le grand perturbateur : Réflexions sur la question iranienne

Alain Dumait

Lecteurs occasionnels abonnez-vous ! Lecteurs déjà abonnés abonnez vos amis! ■ OUI, je souhaite m’abonner pour 6 mois (soit 25 numéros) à la revue « Les 4 Vérités hebdo » au prix de 30 € TTC (TVA à 2,10 % incluse) par chèque joint NOM ...............................Prénom ............................

-

Adresse ...................................................................

Code Postal .....................Ville ................................. Téléphone ...............................................................

Signature :

4VÉRITÉS

LES

BON À RETOURNER

La publication anti bourrage de crâne

HEBDO

Les 4 Vérités Hebdo — Service abonnements 18 à 24, quai de la Marne — 75164 Paris Cedex 19

LES 4 VÉRITÉS HEBDO N° 621 VENDREDI 28 DÉCEMBRE 2007

que dans le secteur public, il faut réduire la part de la sphère publique par rapport à celle de la sphère privée. Donc il faut diminuer la part des dépenses publiques dans le produit intérieur brut, qui, chez nous, en s’établissant à 54 %, est l’une des plus élevées du monde ! Une vingtaine de pays industriels occidentaux, sans compter les dragons asiatiques, témoignent qu’une telle réduction de la sphère publique produit des résultats étonnants en termes de croissance, dans un délai rapide, souvent de deux à trois ans. L’Italie, l’Espagne et l’Allemagne, plus récemment, ont su mener à bien les réformes nécessaires touchant en particulier au droit du travail. Mais Margaret Thatcher reste le symbole du redressement d’un pays dont l’économie était plombée par son secteur public et ses syndicats plus enclins aux sabotages qu’à la cogestion. Le site de réflexion politique « Polemia » (http://www.polemia.com/edito.php?id=1566), animé par Jean-Yves Le Gallou, dresse un tableau très instructif de tout ce qui sépare et souvent oppose, à 28 ans d’écart, la « Dame de fer » et notre président hyperactif. - origines : elle vient d’un milieu modeste ; lui a toujours vécu entre Neuilly, Passy et Monceau… ; - études : Oxford pour elle, et modeste faculté de droit de Nanterre pour lui… ; - convictions : elles sont profondes et précises chez elle et approximatives chez lui… ; - maîtres à penser : les meilleurs auteurs libéraux et même contrerévolutionnaires d’un côté, de vagues références littéraires de l’autre… ; - influence religieuse : forte et protestante chez l’une, vague et catholique chez l’autre… ; - détermination : inflexibilité d’un côté, souci constant du compromis de l’autre… ;

- syndicats : hostilité v/convivialité… ; - médias : domination v/ séduction… ; - rapport avec le temps : patiente/pressé… ; argent : décomplexée et austère/décomplexé et ostentatoire… ; - changement : « traiter à fond un sujet pour ne pas avoir à y revenir »/mesures cosmétiques… ; - plume : Sir Keith Joseph (ami d’Hayek et de Popper, éminence grise du thatchérisme)/Henri Guaino (médiocre économiste keynésien, adepte attardé de la planification)… Point le plus important : le projet politique. Margaret en avait un, très clair. Nicolas en a-t-il un ? On peut parfois en douter… Sauf à vouloir entraîner nos syndicats révolutionnaires sur la voie du réformisme (en échange d’une promesse de financement public massif). Nicolas Sarkozy laissera-t-il, ou non, la France, dans quatre ans et demi, dans une meilleure position de compétitivité ? Ses réformes vont globalement dans le bon sens. Mais elles sont toujours « à la marge ». Parce qu’il veut avancer avec les syndicats, sans les affronter. Avec la haute fonction publique, en la flattant. Le monde évolue de plus en plus vite. Nos compétiteurs gagnent du terrain. La France recule, selon tous les classements internationaux. Dans les étroites limites du consensus, et malgré les feuilles de route sans cesse renouvelées, et médiatisées quotidiennement, le changement sera-t-il assez rapide et significatif ? C’est la question principale. La réponse est incertaine. Les électeurs font toujours confiance au Président. La gauche, minée par une ouverture diabolique, n’est pas crédible. Mais qu’une crise économique et financière, d’origine externe, se développe en 2008 et on devine que les vieux démons dirigistes ressortiraient du placard de notre idéologie française ringarde. ■

Reproduction intégrale vivement conseillée avec mention d’origine


4VH 621

24/12/07

14:00

Page 1

ISSN 0151-2439

VÉRITÉS 4

VENDREDI 28 DÉCEMBRE 2007

N° 621

LES

La publication anti bourrage de crâne

HEBDO

ÉDITORIAL ■ Jean Rouxel Élargissement de Schengen : encore plus de clandestins

«

Dessin de MIÈGE

4VÉRITÉS

LES

La publication anti bourrage de crâne

HEBDO

LES 4 VÉRITÉS 2007 © Publication hebdomadaire (CPPAP N° 0208 I 82 712) Tél. : 01 56 81 00 30 Fax : 01 40 46 00 27 < 4verites@wanadoo.fr > < http./www.les4verites.com > (webmaster : Aléric Brei-Lefebvre) Siège social : 65, rue Claude Bernard 75005 Paris – (EEC, Sarl de presse) Abonnements : 4 Vérités-DIP 18 à 24, quai de la Marne 75164 Paris Cedex 19 01 44 84 85 48 (Dominique <dominique.varenguin@dipinfo.fr>) ou http://www.les4verites.com Directeur-gérant : Alexandre Imbert Responsable éditorial : Alain Dumait Rédaction : Jean Rouxel (rédacteur en chef), Laurent Artur du Plessis Le numéro 1,20€ Abonnement 50 numéros 60€ TTC Abonnement de soutien à partir de 100€ Personnes morales (entreprises ou administrations) : 200€, TVA à 2,10 % en sus Imprimerie : Delcambre, Pantin (93) Également disponible en format numérique (nous consulter) Fichiers déclarés à la CNIL (N° 672024) Exemplaire gratuit sur simple demande écrite

Moment authentiquement historique », s’exclama Angela Merkel, le 21 décembrer dernier, pour saluer l’élargissement de l’espace Schengen - institué en 1985 par la France, l’Allemagne et le Benelux - aux anciens pays communistes intégrés à l’Union européenne en 2004 : l’Estonie, la Lettonie, la Lituanie, la Hongrie, la Pologne, la Slovaquie, la Slovénie, la République tchèque. Ceux-ci ont levé les contrôles terrestres et maritimes avec leurs voisins de l’UE. Et l’île de Malte, comprise elle aussi dans cet élargissement, a supprimé les formalités pour les ferries à destination de l’Europe. Quelque 400 millions d’Européens partagent désormais le même espace de libre circulation. Le Premier ministre slovaque, Robert Fico, s’est réjoui de ce que l’on peut maintenant « voyager sur 4 000 km de Tallinn en Estonie à Lisbonne au Portugal, sans aucun contrôle frontalier ». Les peuples d’Europe orientale, naguère prisonniers du Rideau de fer, ont vu en cet événement l’ultime étape de son démantèlement. Ce sont nos cousins, nous comprenons leur enthousiasme. Mais Schengen ayant aggravé l’insécurité et l’immigration clandestine en Europe, ce nouvel élargissement ne fera qu’empi-

rer la situation. Même s’il a été précédé par des préparatifs administratifs et policiers intenses : mise en commun du fichier informatique SIS de données sur les criminels, mise sur pied de patrouilles conjointes entre pays voisins, sécurisation des 9 000 km de nouvelles frontières. Bruxelles a pourvu la Slovaquie, maillon faible du front est-européen, en high-tech de lutte anti-immigration. Cela ne rassure pas les populations locales. Celles d’Allemagne de l’Est s’équipent de grilles, de fils de fer barbelés et de systèmes d’alarme. Le village autrichien de Deutschkreutz, proche de la frontière hongroise, a recruté une société de sécurité privée pour patrouiller dans ses rues. La police slovaque prévoit un déferlement de criminels issus de la forte minorité turque vivant en Autriche, et de l’exYougoslavie. Le chef de la police allemande estime que cet élargissement arrive « trop tôt ». Le décloisonnement instauré par l’espace Schengen a ouvert un boulevard aux pègres et aux mafias ainsi qu’aux immigrés clandestins. L’UE devient plus encore ce que Jean-Marie Le Pen décrit comme une « grosse méduse molle, tout à fait incapable de défendre des frontières extérieures alors qu’elle nous a demandé de supprimer nos frontières intérieures. » ■

«

Les grands esprits ne sont pas au gouvernement, si c’était le cas, ils seraient embauchés par les entreprises. Ronald Reagan

»

SOMMAIRE

2

Valérie Pécresse ne fait pas mieux que ses prédécesseurs par Philippe Fretté

➥ Chiffres Significatifs

3➥ 4 6➥

Kadhafi est venu chez nous en maître par Christian Lambert

Divers faits Votre opinion nous intéresse Le courrier des lecteurs

Prévisions et prophéties par Pierre Lance

7➥ 8

Communication

Les USA ne sont pas en déclin par Guy Millière

Sic

La chronique politique d’Alain Dumait

Notre journal paraîtra normalement la semaine prochaine, avec un numéro daté du 4 janvier 2008. À noter : notre engagement porte sur un service de 50 numéros par an.

Bonne année à tous !


Chiffres Significatifs

4VH 621

24/12/07

14:00

Page 2

MUNICIPALES > Jacques Peyrat, maire sortant de Nice, réunit 29,4 % seulement des intentions de vote et son rival, le secrétaire d’État Christian Estrosi, 47,9 %. RECORD > Jean-David Levitte, conseiller diplomatique de Nicolas Sarkozy, a été élu à l’Académie de sciences morales et politiques avec 28 voix sur 33. IRAN > 64% des Américains pensent que la publication du rapport du Renseignement américain sur le nucléaire iranien a compromis leur sécurité. EURABIA > Kadhafi dit qu’il y a 50 millions de musulmans en Europe, qui passeront à 150 millions avec l’intégration de la Turquie, de l’Albanie et de la Bosnie. AFGHANISTAN > En févriermars prochains, 15 chars Leclerc quitteront la France pour l’Afghanistan, où ils combattront les talibans. BOOM > En Chine, le nombre des milliardaires en dollars est passé de 15 à 106 en 2007. ANTICHRISTIANISME > Au Kosovo, plus de 150 églises et couvents ont été détruits par les musulmans depuis 1999, date à laquelle il a été placé sous tutelle de l’OTAN et de l’ONU. DÉSERTIFICATION > La désertification progresse de 1 000 km2 par an en Chine, dont le désert occupe 25 % du territoire. VENTE > Hervé Morin, ministre de la Défense et président du Nouveau centre, a vendu son cheval Literato pour 5 millions d’euros à des émirs de Dubai. IRAN > 50 % des importations iraniennes proviennent d’Europe.

2

Éducation Éducation

Philippe Fretté <philedgar@infonie.fr>

Valérie Pécresse brade, elle aussi, l’Université ouvelle reculade gouvernementale : Valérie Pécresse et ses alliés du ministère de l’Éducation nationale, au lieu de s’attaquer au dysfonctionnement des lycées, s’apprêtent à baisser le niveau des examens dans le Supérieur en fixant des « quotas » de réussite. Après la baisse des exigences au baccalauréat - malgré des programmes faussement ambitieux conçus pour faire illusion il ne fallait pas s’étonner des échecs en première et deuxième année d’université, qui en sont la conséquence directe. Au nom de l’idéologie égalitariste, le système éducatif français - l’un des plus coûteux et des moins performants du monde - continue à mettre en échec chaque année des milliers de jeunes, en les poussant vers des filières « miroirs aux alouettes » ou « intello-tendance » conduisant au chômage. Mais la démocratisation sous le sceau de l’intellectualisme français ne s’arrête pas là ! Cet intellectualisme prétentieux, aux relents marxistes, caricature des années 68, a toujours pour mot d’ordre : « pas d’école au service des patrons ». Mais en 68, régnait le plein-emploi, contrairement à aujourd’hui. Les « Trente Glorieuses » sont passées depuis longtemps ! M. Sarkozy, qui promettait de mettre fin en trois semaines à l’idéologie soixante-huitarde, en devient, avec son fan-club, le premier promoteur ! Nouvelle trahison de la classe politique… mais en France, on en a l’habitude ! Il n’est pas étonnant qu’il n’y ait

N

LES 4 VÉRITÉS HEBDO N° 621 VENDREDI 28 DÉCEMBRE 2007

plus guère d’enthousiasme chez les enseignants pour aller travailler dans le premier cycle universitaire, obligé de se consacrer à des remises à niveau permanentes, tant les problèmes de méthodes de travail et de prérequis restent patents pour la plupart des nouveaux bacheliers. Mais Mme Pécresse n’en a que faire : plutôt que de s’attaquer aux problèmes de fond, on va à nouveau accélérer par décret les passages, peu importe le niveau et les aptitudes des étudiants. Voilà qui relèvera sûrement le niveau de l’enseignement supérieur ! Techniquement, ce ne sera pas trop difficile car l’on sait déjà faire : il suffira d’inventer des épreuves « bidon » pour relever les notes, de quoi donner un peu de travail aux nombreux chargés de mission réservistes que compte l’Éducation nationale… Et dans ce domaine, les spécialistes des sciences de l’Éducation re-

gorgent d’idée ! À quand les vraies réformes, à commencer par celle du baccalauréat, dont on attend une simplification, afin de ne plus bloquer tout le système éducatif pendant plus d’un mois ? À quand la réforme des programmes du secondaire, à quand la fin du collège et du lycée pseudo-uniques, à quand la fin des activités gadgets ? On ne peut que déplorer le manque de courage politique de nos élus. Sans doute pensent-ils que le statut quo vaut finalement mieux que la loi de la rue qui, dans ce pays, finit toujours par avoir le dernier mot. Après tout, les politiques ne font que passer, alors la gestion à court terme leur convient très bien. Et s’il y a des dysfonctionnements, c’est toujours de la faute des autres, des prédécesseurs, même si ceux-ci ne sont finalement jamais officiellement désavoués. Solidarité de caste oblige ! ■

Écouté pour vous : Chants des soldats du Tsar l’écrivain, chercheur Âme orientale, intelAnatoly Livry en Sorbonne – ligence occidentale, et traducteur de religion empruntée en Grèce, c’est ainsi Chants des Soldats Maurras – Anatoly Livry, dont chaque qu’on peut caractéridu Tsar ser l’esprit russe, qui (CD + Livret illustré) publication est la source d’un scans’exprime de façon dale universitaire ou virile dans ces 22 chants militaires. France-Productions* médiatique. Environ trois siècles CD : 1 h 09 + Livret de l’histoire militaire 48 pages - 22 euros *39 rue du Chercheeuro-asiatique se Midi - 75006 Paris. trouvent dans le Tél. : 01 42 51 30 45 disque compact hors du comwww.france-productions.fr mun publié par « France<commandefr@free.fr> Productions ». Les chants militaires sont présentés, analysés Anatoly Livry et traduits en français dans un <anatolivry2@yahoo.fr> ouvrage de 48 pages par Reproduction intégrale vivement conseillée avec mention d’origine


24/12/07

14:00

Page 3

International International

Christian Lambert

Ancien Ambassadeur de France

L

a visite d’État en France du Colonel Mu’ammar al Kadhafi constitue un modèle de gaffe diplomatique. Il faut remonter à la visite à Paris en 1969 de Bokassa, l’Empereur Maréchal à vie de l’Empire Centrafricain, pour trouver une telle somme d’erreurs et de ridicules. Bokassa, tyran alcoolique qui crevait lui-même les yeux de ses adversaires et les découpait en morceaux, fut reçu solennellement à l’Élysée par le Général de Gaulle qui pourtant le jugeait comme un abruti (sic) mais que Foccard avait su lui imposer. « Il faut le recevoir, mon Général, c’est un bon soldat de la France libre ». On a vu comment a fini ce bouffon sanguinaire qui, à la fin de son « règne d’empereur », était d’ailleurs protégé par Kadhafi ! Il reste que Kadhafi, c’est autre chose, en plus grand et en plus important. Il faut savoir – ce qui n’a pas été dit dans la presse – que son comportement à Paris s’inscrit dans une logique très claire. Le Calife est venu visiter sa nouvelle colonie, la future Républica Francaoui qui déjà compte plus de 6 millions de musulmans et qui, dans quelques décennies, en aura 25 millions. Il était donc tout à fait logique que l’envoyé d’Allah (khalifa rasl Allah) plante sa tente de Bédouin dans les jardins de l’Élysée, débarque avec sa protection personnelle d’amazones, et une suite de 500 personnes dont quelquesunes pourraient bien rester en France avec leurs précieux visas. Il était logique qu’il donne des ordres de toute nature, y compris ceux relatifs à son couscous aux légumes.

Une triste farce diplomatique Alors on nous dit au plus haut niveau : « Oui bien sûr, c’est un cirque mais ce cirque nous vaudra des contrats mirobolants pour 10 milliards d’euros » ! C’est faux. Le cirque, on l’a eu mais pas les contrats. En fait de pactole futur, la plupart des négociations commerciales espérées n’ont même pas commencé. Seule Areva a passé un contrat de 300 millions d’euros et rien ne donne l’assurance que l’on ira beaucoup plus loin sauf peut-être pour des armes de guerre. En cette affaire, Sarkozy s’est fait forcer la main par un « imprévisible bouffon », écrit « Le Monde » du 15 décembre. D’autres pays ont fait beaucoup plus en Libye sans se livrer à pareille comédie. Non seulement cette visite nous a donc valu humiliation et ridicule, mais en plus des couacs dans un gouvernement qui se révèle sans cohésion. Les déclarations tonitruantes de Rama Yade, secrétaire d’État d’origine sénégalaise aux Affaires étrangères et aux droits de l’homme, ont été inspirées en haut lieu pour « équilibrer » les choses. Mais Rama a outrepassé les conseils et s’est laissée aller à pousser le bouchon un peu loin. De même, était-il tout à fait incorrect et contre-productif de poser en public au colonel Kadhafi des questions provocantes. Dès lors qu’il était l’invité officiel de la France, il fallait respecter les usages. Il n’a pas manqué de le souligner : « Ou vous m’invitez et vous jouez le jeu, ou alors vous ne m’invitez pas. Lorsque vous êtes venu chez moi, en juillet, je vous ai tous bien reçu, y compris votre ministre des Affaires étran-

Reproduction intégrale vivement conseillée avec mention d’origine

gères », qui a tenu un rôle très ambigu devant les caméras, à tel point que l’on est en droit de se demander si il est au gouvernement ou en dehors. Bref, tout ceci laisse une impression d’improvisation et de confusion au sein d’un gouvernement-spectacle qui va à hue et à dia. « Un ministre, ça ferme sa gueule ou ça démissionne » disait Chevènement. Bien sûr pas de démission, la place est bonne ! Ce qui est aussi piquant dans cette affaire grotesque, c’est de constater que la « Patrie des droits de l’homme » comme on aime à nous le rappeler dix fois par jour, adore recevoir et honorer les pires tortionnaires du moment : Bokassa déjà cité, Fidel Castro, les leaders soviétiques, champion des camps de concentration genre Auschwitz et des assassinats politiques, et aujourd’hui, le guide de la Grande Jamahiriya Libyenne Populaire et Socialiste qui, je le rappelle en passant, a fait incendier l’Ambassade de France à Tripoli en 1980. Ce n’est pas fini pour autant. Si j’en crois la parole officielle, tout cela va croître et embellir dans la future Union Méditerranéenne de rêve que le président de la République compte créer, et à laquelle, au demeurant, s’opposent tous les chefs d’État de l’Union Européenne. Mais le guide libyen, l’émir des croyants (Amir al-Mu’minin) lui est très favorable : « Avec l’Union méditerranéenne, a-t-il déclaré, nous aurons un jour sur les deux rives de la Méditerranée, une seule religion et une seule langue ». Devinez lesquelles ? L’islam et l’arabe. ■

FANATISME > En France, les mosquées utilisent de plus en plus des brouilleurs - importés de Dubaï - pour empêcher les policiers d’enregistrer les prêches par téléphones portables. AUTORITÉ > Thèse de « L’autorité en France » (Plon) de Manuel Walls, député PS de l’Essonne, à paraître en janvier : l’autorité est la base de la philosophie et de la politique progressistes. TOLLÉ > Bernard Kouchner a provoqué un tollé à l’UMP en disant qu’une réélection de Bertrand Delanoë à la mairie de Paris ne lui déplairait pas. RALLIEMENTS > JeanMarie Bockel a rallié à son parti Gauche moderne Georges-Marc Benamou, conseiller de Sarkozy, et Olivier Poivre d’Arvor, frère de PPDA. RÉPRESSION > La police iranienne interpelle désormais les passantes chaussées de bottes, jugées sensuelles et provocantes. COMMERCE > Nicolas Sarkozy fera une visite officielle à Riyad à la mi-janvier, pour y vendre sous-marins, Rafale et frégates. DHIMMITUDE > Jacques Chirac, lors d’une visite privée au Mali, a déclaré ne pas être choqué par les propos de Kadhafi sur les droits de l’homme en France. EXISTER > Sur la suggestion de son ami le sénateur Aymeri de Montesquiou, François Fillon ira au Kazakhstan à la mi-janvier, pour y conclure des contrats sur le pétrole et l’uranium. MUSIQUE > Des chercheurs ont démontré que l’apprentissage de la musique améliore le développement cérébral des jeunes enfants.

LES 4 VÉRITÉS HEBDO N° 621 VENDREDI 28 DÉCEMBRE 2007

3

Divers faits

4VH 621


4VH 621

24/12/07

14:00

Page 4

Votre opinion nous intéresse

«

» Courrier des lecteurs Nous écrire, c’est courir le risque d’être publié…

Terrorisme

Mauvaise foi

Don Quichotte

e chef d’État libyen comprend les attentats commis par les faibles, exploités par les Grands qui contrôlent le monde grâce au Conseil de Sécurité de l’ONU. Quid des attentats dans des pays comme l’Algérie ou le Liban ? Ou bien l’Irak, où ils visent non pas la coalition, mais les locaux ? Les actions violentes du Hamas contre le Fatah en Palestine ? Kadhafi justifie le terrorisme menaçant tous les pays sans exception. Même la Libye, en finançant certains groupes, n’est pas à l’abri. Elle ne peut en effet les financer tous ; ni même les connaître tous.

vec 10 milliards de contrats engrangés suite à la visite de Kadhafi, je ne me sens ni “humilié”, ni “écœuré” contrairement à certains modèles de vertu du PS. Je ne sais pas si Nicolas Sarkozy bafoue les droits de l’homme, comme le prétendent ses détracteurs, mais je sais que ce ne sont pas nos professeurs de morale de gauche qui ont sorti les otages bulgares des geôles libyennes. L’opposition use d’arguments fallacieux pour tenter désespérément de déstabiliser un adversaire soutenu par l’opinion, sur lequel elle n’a aucune prise.

ceux qui s’indignent de voir les forces de police évacuer les gens manipulés par les pourfendeurs de moulins à vent, je demande : “Quelle serait votre réaction si les tentes étaient installées dans votre jardin ou dans l’entrée de votre immeuble ?” Est-ce rendre service aux SDF que de les mettre dans la rue quand il fait le plus froid au lieu de les inciter à accepter l’abri des structures en dur disponibles ? À sans cesse jouer sur l’émotion et la compassion médiatisées, les protecteurs des sans-abri leur rendent un mauvais service tout en encourageant un système permettant à qui viole la loi d’obtenir des solutions à des problèmes que d’autres espèrent depuis des années en la respectant.

«L

»

Roger Saintpierre <roger.stpierre@wanadoo.fr>

«A

»

Jacques Guillemain <jacques.guillemain@wanadoo.fr>

«À

Le sort des SDF est affligeant, mais beaucoup refusent les hébergements d’urgence pour conserver ce à quoi ils tiennent le plus : la liberté de vivre sans avoir à respecter la contrainte de la cohabitation avec d’autres ! Le problème est insoluble si toute la misère du monde continue à se réfugier dans notre pays ! Avec les opérations type Don Quichotte, c’est l’injustice qui s’installe, c’est la désobéissance civique qui paie. Jamais aucun gouvernement n’a tant essayé de construire de logements. Mais encore faudrait-il qu’ils soient attribués à ceux qui les attendent depuis le plus longtemps, et non aux protégés de démagogues avides de se faire un nom !

»

René Crignola <rene.crignola@wanadoo.fr>

Valérie Pécresse perpétue les mauvaises pratiques e malheur de la sectorisation oblige mon fils à étudier à la faculté de Nanterre. Premiers cours vers la mi-octobre. Un mois plus tard, grève des transports, vite relayée par celle de quelques enseignants, puis par l’efficace blocage d’une poignée de gauchiste. Le procureur ou le directeur départemental de la police ont-ils pris les mesures élémentaires pour faire respecter la liberté d’enseigner, d’étudier, d’aller et venir ? Bien sûr que non. Mieux encore, le doyen, terré dans son bureau, proclame une “fermeture administrative” en attendant… En attendant quoi ? On n’en saura rien. Pour “la rupture avec les habitudes postsoixante-huitardes” annoncée par Sarkozy, c’est nous qui attendrons. Une information s’échappe quand même : les cours ne reprendront pas avant le 15 janvier ! Ainsi sur sept mois, de la date de son baccalauréat à janvier 2008, mon fils aura eu moins de vingt jours de cours… Mais pour les bulletins de salaires de tous ces fonctionnaires défaillants, il n’y aura pas d’interruption, et je travaillerai toujours au moins jusqu’au 15 août pour les financer (ils sont même en train de demander de l’augmentation !) J’ai eu la curiosité - un peu masochiste, je l’avoue - d’aller voir sur le site du ministère de l’Enseignement supérieur (www.recherche.gouv.fr), ce qu’on pensait de tout cela. Et bien on n’en pense absolument rien… Sur la page d’accueil, on

L

4

LES 4 VÉRITÉS HEBDO N° 621 VENDREDI 28 DÉCEMBRE 2007

trouve sept thèmes, avec six références à Valérie Pécresse, dont quatre avec photo ! Pécresse de face, Pécresse de trois quarts, Pécresse le menton dans la main…, mais rien sur les facs fermées. Certes la dame n’est pas désagréable à regarder, mais pour cela, il y a des journaux spécialisés avec pages centrales détachables. Je n’ai rien contre la féminisation des fonctions publiques, mais si c’est pour avoir des ministresses aussi ectoplasmiques que leurs prédécesseurs masculins, franchement, on ne voit pas le bénéfice… Humour involontaire, on apprend que “Valérie Pécresse a ouvert une rencontre internationale consacrée à l’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur.” Ils ne doivent pas regretter le voyage, nos hôtes étrangers ! Pour les parlottes et les fêtes le champagne à la main (c’est vous qui payez), la France ne craint décidément personne. Un peu plus loin, on apprend que “Valérie Pécresse a présenté son plan pluriannuel de réussite en licence pour diviser par deux le taux d’échec en première année à l’université.” Pluriannuel… elle y va fort ! Mais c’est vrai qu’au train où va la “fac Pécresse”, j’ai calculé qu’il faudrait à peu près quinze ans à mon fils pour avoir juste une licence… ■

Mairie de Paris

«

a campagne électorale pour la Mairie de Paris ne s’annonce pas passionnante. L’UMP ne semble pas croire à la victoire bien que la droite n’affiche pas les divisions qui l’ont perdue au dernier scrutin. L’enjeu est pourtant de taille : si Bertrand Delanoë l’emporte, il deviendra vraisemblablement premier secrétaire du PS. Il serait beaucoup plus dangereux à ce poste que Ségolène Royal. Pourtant, il est un argument de taille pour la conquête de Paris – que personne n’a osé utiliser – c’est l’alternance paritaire : après un hétéro, un homo et maintenant… place à une femme. Forte de ses nombreuses qualités, Françoise de Panafieu aurait une chance supplémentaire de l’emporter, avec cet argument.

L

»

Philippe Brouard Anonyme

<brouard.p@wanadoo.fr>

<courriel> Reproduction intégrale vivement conseillée avec mention d’origine


4VH 621

24/12/07

14:00

Page 5

Écouter les jeunes, sans pour autant leur obéir… es lycéennes italiennes se sont présentées à l’entrée de leur établissement vêtues d’une burka (vêtement dont sont affublées les femmes afghanes). Pourquoi fontelles ça, demandez-vous ? Parce que leur proviseur en a assez de la mode du pantalon taille basse faisant apparaître le string. Le motif du proviseur pour interdire cette tenue : elle est au-delà des limites de la décence en milieu scolaire. Le motif des lycéennes pour porter la burka : montrer à travers ce symbole fort qu’on leur interdit de porter des vêtements correspondant à leur personnalité. Ce look n’est pas le reflet de leur personnalité, c’est en (grande) partie une mode, et en partie l’expression exacerbée de l’attaque des hormones pubères… J’ai dans l’idée que dans quelques années, quand elles auront vieilli, elles se verront sur des photos de lycée et se diront qu’il y avait un peu de vrai dans l’opinion du proviseur. « Il faut que jeunesse se passe ! » : c’est-à-dire qu’il faut être indulgent face aux défauts de la jeunesse. On ne peut en effet lui reprocher ses frasques et ses excès dus à son inexpérience, certes, mais la tolérance a les limites de la Loi et du bon sens… ! Or, deux évènements ces dernières semaines sont révélateurs du degré zéro de l’Éducation face à nos jeunes : les émeutes de Villiers-le-Bel dans le Val d’Oise et les manifestations lycéennes et estudiantines un peu partout en France… Concernant les premiers évènements : c’est-

à-dire les émeutes qui ont suivi la mort accidentelle de deux apprentis lascars : en effet selon la police, il ne s’agissait pas d’une course-poursuite ; les deux jeunes circulaient « à vive allure », « non casqués », sur un « engin volé ». Ils ont percuté de plein fouet la voiture de police. Je me demande qu’elle eût été l’attitude de cette banlieue si une jeune maman d’origine « gauloise », qualificatif employé pour les Français de souche et blancs, avait été renversée avec son bébé… Émeutes, ratonnades, manifestations,… Sans doute…, rien. Car dans ces zones de nondroit, dans ces cités au ban de la société, l’ordre est aux mains de quelques caïds, la plupart d’origine étrangère, pour ne pas préciser maghrébine ou sub-saharienne, mais hélas Français dont l’appartenance n’est qu’administrative. Or manifester tant soit peu son indignation est le prélude à des insultes au mieux, à des agressions physiques au pire. Sous prétexte de leur jeune âge (une quinzaine d’années) et parce qu’ils sont socialement et ethniquement défavorisés selon eux, ils ne doivent pas être soumis aux principes républicains dont ils connaissent suffisamment les ficelles afin de jongler entre multiples larcins et commissariats… À situation exceptionnelle, solutions exceptionnelles !... Plus d’une cinquantaine de policiers blessés par armes à feu en une nuit, et en face… aucune perte ! À quoi servent donc les 9 mm des CRS et Gendarmes mobiles, à part les quelques rares

D

Universités

«A

u concours de gendarme - accessible aux titulaires du brevet des collèges les candidats avaient au minimum un bac S, une majorité un BTS ou un DUT, et une proportion relativement importante une licence, voire davantage. Même des ingénieurs en informatique s’y sont présentés ! Les concours de la fonction publique sont très attractifs. Mais les diplômés sont pléthore. Il est absurde de supprimer la sélection au niveau des premières années d’université et d’engager un nombre encore plus grand d’étudiants dans des études longues sans débouché correspondant. Ils seront en très grande majorité contraints d’accepter des métiers sous qualifiés dont les salaires ne compenseront pas le temps consacré aux études, ce qui rendra problématiques les retraites et l’exercice même de la fonction. Nous manquons de manuels, et d’éléments hautement compétents

dans la recherche scientifique et technologique. Un désastre bien français et très coûteux.

»

Jean-Marc Mercier

heures d’entraînements… ? Bien qu’en apparence aux antipodes des émeutes du Val d’Oise, la grogne de quelques étudiants et lycéens contre la Loi Pécresse n’en demeure pas moins similaire sur quelques points. Je ne reviendrai pas sur le bien fondé ou non de cette réforme des universités, mais sur la place accordée à ces mouvements. Bruno Julliard, 26 ans, quitte la présidence de l’Union Nationale des Étudiants de France (UNEF) d’obédience socialisante en déclarant «…passer des concours administratifs, devenir avocat ou juriste en entreprise. J’ai besoin de connaître la vraie vie… ». Oui Monsieur Julliard, vous avez raison, vous ne connaissez rien à la « vraie vie », tout comme ces jeunes autres membres de la Fédération Indépendante et Démocratique Lycéenne (FIDL) qui osent donner des leçons, demander des entretiens aux différents ministres, bloquer au mépris des principes démocratiques les établissements… Et le pire dans tout cela, est qu’on leur accorde audience avec tapis rouge, petits fours… et pour couronner le tout l’argent du contribuable (cf. dégradations…). Une société qui ignore sa jeunesse est sans doute condamnée à court terme, mais une société qui n’a plus de repères hiérarchiques et sociaux l’est tout autant… ■ Philippe Sadot

<philippe.sadot@voila.fr>

quand même ceux qui sont par hasard identifiés comme criminels reçoivent des peines beaucoup plus légères que ne le prévoit le code, on sème le crime.

»

<jeanmarcmercier@orange.fr>

Anne Merlin-Chazelas

Émeutes

<annelysdefrance@wanadoo.fr>

uand, sous prétexte de faire “du social”, on accorde aux délinquants des avantages - vacances payées par exemple - que l’on n’accorde pas à leurs voisins aussi déshérités qu’eux mais honnêtes, on sème la délinquance. Quand on acquitte tous les participants à une émeute où des crimes - incendies criminels, pillages, coups et blessures, tentatives de meurtre - ont été commis, sous prétexte qu’on ne peut savoir lequel des émeutiers a commis précisément tel crime alors qu’ils pourraient être condamnés pour association de malfaiteurs, complicité, non-assistance à personnes en danger - et

Glandouille

«

Q

Reproduction intégrale vivement conseillée avec mention d’origine

«

»

Lionel Mussy <liomussy@yahoo.fr>

adela Amara, qui prépare un plan “antiglandouille”, dit : “L’expression d’un ennui quotidien va souvent de paire avec une forte demande d’équipements sportifs”. Le boulot n’est-il pas le “plan anti-glandouille” par excellence ? Il manque 1 million de bras dans le bâtiment et l’hôtellerie-restauration. Des immigrés entrent chaque jour en France, la plupart trouvent du travail. On pourrait embaucher les “jeunes” dans la rénovation des immeubles dans lesquels ils habitent. Ou bien dans les associations humanitaires en Afrique. Ils y croi-

F

seraient des populations misérables, pour lesquelles la “glandouille” est un luxe de riches. D’autre part, les contribuables sont-ils disposés à payer les distractions de ces jeunes qui s’ennuient ?

Parti pris

«L

es médias ont pris l’habitude de contester les décisions de justice qui concernent ceux dont ils ont fait des héros. Ils le font subtilement. On montre furtivement Madame Érignac et on envoie une équipe de reportage dans le village de Colonna où il est aimé de tous, comme un brave enfant du pays dont le seul crime est d’adorer la Corse.

»

Roger Laroche La Rochelle (17)

LES 4 VÉRITÉS HEBDO N° 621 VENDREDI 28 DÉCEMBRE 2007

5


Communication

4VH 621

24/12/07

14:00

Page 6

FRANCE 2 > François Guilbeau, patron de RFO, a été nommé directeur général de France 2 en remplacement de Philippe Baudillon. Patrick de Carolis, président de France Télévisions, a écarté Baudillon parce qu’il refusait son projet d’unifier les statuts des cinq sociétés du groupe pour faire des économies. Au dernier conseil d’administration, les représentants de l’État se sont abstenus de voter sur la nomination de Guilbeau. FRANCE 3 > Le conseil d’administration de France 3 a rejeté le projet de budget 2008 proposé par Patrick de Carolis : l’État ne veut pas financer la diffusion par satellite des programmes régionaux de la chaîne, soit 5,7 millions d’euros. M6 > Début 2008, M6 lancera un service unique de consultation de ses programmes sur ses écrans de téléphonie mobile, de télévision, d’Internet. DIRECT 8 > En 2007, la chaîne de télévision Direct 8 a dépensé 40 millions d’euros et n’a encaissé que 2 millions de recettes publicitaires. « LE FIGARO » > En 2007, « Le Figaro » aura perdu après investissements - une vingtaine de millions d’euros, à cause de la diminution des recettes publicitaires du « Figaro Magazine » et de « Madame Figaro ». « LE POINT » > Depuis sa naissance il y a près d’un an, le site Internet du Point <lepoint.fr> a enregistré une hausse de près de 90 % du nombre de visiteurs uniques. « VALEURS ACTUELLES » > Gérard Gachet, ancien directeur de rédaction de « Valeurs Actuelles », a été nommé porte-parole du ministère de l’Intérieur.

6

Idées Idées Pierre Lance

Le syndrome de Cassandre n voisin à qui je faisais lire notre N° 619, me fit la réflexion suivante : « Ce journal est très original et intéressant. Mais quel pessimisme ! À lire l’ensemble de vos rédacteurs, nous sommes foutus. Vous êtes tous des Cassandre ! » Il faut dire qu’il venait de terminer sa lecture sur les deux articles des pages 4 et 5 : « Prenons conscience que la France se suicide ! », et celui de Christian Lambert « L’inexorable suicide de l’Europe ». Et le fait est que cela sentait fortement les obsèques programmées. Mais je fis remarquer à ce critique, d’abord que ces deux textes n’énonçaient que des vérités ou presque, ensuite que la célèbre Cassandre n’avait fait que des prévisions justes, et qui s’étaient réalisées précisément parce qu’on ne l’avait pas écoutée. J’ai toujours été fasciné par la problématique de Cassandre, qui contient le plus cruel paradoxe des sociétés humaines. Songez donc : Cassandre prédit des malheurs. Si on la croit, on entreprend les réformes nécessaires. Du coup les malheurs ne se produisent pas et les imbéciles disent qu’elle s’est trompée. Si on ne la croit pas, on ne corrige rien et les malheurs annoncés se produisent. On reconnaît alors que ses prophéties étaient justes… mais il est trop tard ! Permettez-moi de vous remettre en mémoire l’histoire légendaire de la vraie Cassandre. Fille de Priam et d’Hécube, sa beauté faisait l’admiration de tous. Elle suscita l’amour du dieu Apollon

U

LES 4 VÉRITÉS HEBDO N° 621 VENDREDI 28 DÉCEMBRE 2007

<pierre.lance@wanadoo.fr> Site Internet : http://assoc.wanadoo.fr/lerenouvelle/pub

et obtint de lui le don de prophétie en échange de ses complaisances. Mais elle ne tint pas ses promesses et repoussa les avances de son olympien prétendant, qui se vengea de cet affront en décidant qu’elle conserverait le don de prophétie mais qu’on ne la croirait jamais. Durant le siège de la ville de Troie, elle ne cessa d’annoncer la ruine de la cité si l’on n’entamait pas des négociations de paix. Personne ne voulut la croire et l’on se moqua d’elle, les Troyens croyant leur ville imprenable. Après la chute de Troie, elle devint l’esclave d’Agamemnon et fut assassinée par Clytemnestre. Après sa mort, elle devint l’objet d’un culte et plusieurs temples lui furent dédiés. Son histoire, mi-historique, mifabuleuse, a marqué les esprits dans tout l’Occident et son nom est resté jusqu’à nos jours le symbole de ceux qui tentent d’avertir leurs semblables des malheurs qu’ils se préparent s’ils ne corrigent pas leurs comportements. On les accuse évidemment d’alarmisme et de pessimisme. Je m’inscrivis en faux contre cette interprétation en écrivant un jour : « Cassandre pécha par excès d’optimisme ; elle espérait être entendue des sourds. » Et je crois que c’est exactement l’état d’esprit qui est le nôtre dans ce journal, quelles que puissent être nos divergences de vue sur différents sujets. Nous avons tous ici en commun, rédacteurs ou bien lecteurs participant à notre courrier, la faiblesse, ou plutôt la force de

croire que nos compatriotes, et surtout nos politiciens, se réveilleront avant qu’il soit trop tard et se mobiliseront pour conjurer les dangers qui nous menacent et dont nous tentons de les avertir. Oui, contrairement aux apparences, nous sommes des optimistes ! Sinon, je vous le demande, pourquoi nous donner tant de mal à lancer nos alertes, si nous pensions qu’elles ne seront jamais écoutées ? Or, nos avertissements circulent de mieux en mieux, car le danger essentiel devient évident : l’invasion afro-asiatique déferle sur l’Europe. Le peuple français en est conscient dans ses profondeurs. Les autres peuples européens le sont tout autant. Reste à convaincre les hommes politiques de la gravité d’une menace dont ils semblent ne pas saisir la nature ni l’ampleur, à moins qu’ils ne soient effrayés par l’inepte accusation de « racisme », qui surgit dès qu’on fait mine de vouloir seulement préserver la spécificité européenne dont nous sommes légitimement fiers, et dont le monde entier a besoin. Oui, nous voulons rester optimistes. Pour ce qui me concerne, en tout cas, je le demeure inaltérablement. Parce que j’ai foi en la France, foi en l’homme européen et foi en notre civilisation, « la plus belle qu’ait engendré l’humanité », comme le dit si bien Christian Lambert. Et je souhaite à tous nos lecteurs et à la France elle-même une année 2008 constellée de bonnes surprises. ■

Reproduction intégrale vivement conseillée avec mention d’origine


24/12/07

14:00

Page 7

Prospective Prospective Guy Millière <MGuymilliere@aol.com> Président de l’Institut Turgot <www.turgot.org>

ans les années 1970, il était question d’une victoire inéluctable de l’Union Soviétique au terme de la guerre froide. Puis ce fut la litanie sur le Japon, puissance économique « dominante » du monde futur. On parla un temps du déclin inéluctable de la « puissance impériale » avec Paul Kennedy, thèse prolongée par le néo-communiste Emmanuel Todd dans un chef-d’œuvre de l’humour involontaire, à côté des œuvres de Marx et de Lénine. Il fut, pendant quelques mois, question de l’Europe, nouvelle superpuissance, et futur « pôle d’excellence » dans l’économie de la connaissance. Maintenant, l’exercice de fascination se tourne vers la Chine. Le dénominateur commun de toutes ces positions est qu’on y prédisait l’effondrement des États-Unis d’Amérique. Ceux-ci se sont aussi trouvés accusés, au fil du temps, de tout un ensemble de maux et de turpitudes décrits dans les nombreux livres consacrés, année après année, à cultiver l’antiaméricanisme. Pour la gauche, les États-Unis n’ont jamais été assez socialistes. Pour les antisémites, ils ont été et restent un pays trop juif. Pour les racistes ordinaires, en une lignée qui remonte au moins au temps de Paul Morand, il y a, outre-Atlantique, trop de Noirs et de métèques. Je passe sur les propos parlant de « marchandisation du monde » et sur les trépignements récurrents d’hurluberlus divers cherchant quel dictateur sanguinaire adorer : Hitler ou

D

«

ISLAMISATION L’Europe subit notre prosélytisme, tout comme l’Amérique. Elle a le choix de devenir musulmane ou de déclarer la guerre aux musulmans. MUHAMMAR KADHAFI

»

«

L’avenir de l’humanité s’élabore aux USA Staline, Ho Chi Minh ou Fidel Castro, Yasser Arafat ou Saddam Hussein. Je passe aussi sur le regard hautain de ceux qui traitaient Ronald Reagan de cowboy pendant que la France bénéficiait du génie de Mitterrand et qui, ces dernières années se sont reconvertis dans les insultes envers George W. Bush. Je porte sur tout cela un regard un peu lointain, et très ironique. Aujourd’hui comme hier, les diagnostics de déclin des États-Unis qui se font entendre sont, pour le moins, grandement anticipés. Le dollar fluctue et fluctuera, comme cela est arrivé mille fois déjà. Des ajustements boursiers se produiront. Une bulle financière se dégonflera comme d’autres se sont dégonflées. Il y aura des perdants, mais aussi beaucoup de gagnants, et ce que certains ont appelé l’odyssée américaine se poursuivra. Les États-Unis ne sont peut-être pas le pays le plus inventif du monde, mais ils ont, en deux siècles, révolutionné plusieurs fois l’économie planétaire. Ils sont en « chute libre », disent quelques arrogants, mais ils ont, au cours des trente dernières années, inventé le world wide web et la micro-informatique, le GPS et l’essentiel des innovations en matière de biotechnologies et de médecine de pointe. Voici dix ans seulement, une entreprise comme Google n’existait pas, et elle n’est qu’un exemple éclatant parmi des centaines d’autres. Les États-Unis ont, je l’ai noté récemment, mais je le note à nouveau, sauvé trois fois l’Europe de l’autodes-

Reproduction intégrale vivement conseillée avec mention d’origine

truction au cours du vingtième siècle et ils restent aujourd’hui quasiment tout ce qui protège l’Europe de l’alliance qui se dessine entre les nouveaux barbares où se mêlent islamistes, adeptes du néo-caudillisme à la Chavez, anciens du KGB mal reconvertis façon Poutine et dirigeants de la Chine néo-fasciste. Ils sont la puissance hégémonique, et, comme l’écrivait récemment l’essayiste Mark Steyn, on n’a pas vu dans l’histoire de l’humanité de puissance hégémonique aussi bienveillante et débonnaire. La position de puissance hégémonique suscite l’aigreur des adeptes du ressentiment et l’amitié de ceux qu’imprègne l’amour de la réussite. C’est très logique. Parce qu’ils sont une puissance planétaire où se retrouve l’humanité entière, ils sont un pays qui change, et non seulement il y a des juifs, des Noirs et des métis aux États-Unis, mais il y a de plus en plus d’Asiatiques et d’Hispaniques. Pour autant, le rêve américain reste là, intact, parce que c’est lui qui fait venir des centaines de milliers de nouveaux immigrants chaque année. Ne pas aimer les États-Unis, écrivait le grand historien Paul Johnson, c’est ne pas aimer l’humanité, car les États-Unis constituent un condensé des aspirations à la liberté de l’humanité entière. Ne pas comprendre les États-Unis, c’est ne pas comprendre le monde tel qu’il devient dès lors que les États-Unis restent, selon l’expression de Friedrich Hayek, la « civilisation inconnue » où s’élabore notre futur. ■

RUPTURE La rupture, cela implique d’accélérer en janvier en lançant un nouveau train de réformes encore plus rapidement. NICOLAS SARKOZY

»

«

CARICATURE Dans une démocratie, il faut accepter d’être caricaturé. Sur ce terrain-là, je suis gâté. BRICE HORTEFEUX

»

«

IMPRÉVU Quand on a peur de l’imprévu, on ne fait pas ministre. XAVIER BERTRAND, MINISTRE DU TRAVAIL

»

«

PROJET Il y aura besoin de beaucoup d’écolos à l’Hôtel de Ville, pour tenir la maison quand Delanoë sera à Solférino ! DENIS BAUPIN, ÉLU VERT DE LA MAIRIE DE PARIS

»

«

PROMESSE Faire garder son enfant deviendra un droit opposable. FRANÇOISE DE PANAFIEU

»

«

VICTOIRE Le transfert du maintien de l’ordre - dans le sud de l’Irak - des forces britanniques aux troupes irakiennes, montre que les insurgés prennent le dessus. ZAÏMAN AL ZAOUAHRI, N° 2 D’AL QAÏDA

»

«

RANCUNE Bayrou éprouve à mon égard une haine inextinguible, une haine de paysan qui s’est fait piquer une terre et qui ressasse. HERVÉ MORIN, MINISTRE DE LA DÉFENSE

»

«

CULTURE Les Américains ont tendance à confondre culture et divertissement. La culture, à moins de plusieurs siècles, ça n’existe pas ! MAURICE DRUON, ACADÉMICIEN

»

LES 4 VÉRITÉS HEBDO N° 621 VENDREDI 28 DÉCEMBRE 2007

7

Sic

4VH 621


4v621