Issuu on Google+

4VH 615

12/11/07

16:44

Page 8

Chronique

politique

Christophe Jaffrelots

Le Pakistan

Éditions Fayard

503 pages – 26,10 € L’état d’urgence instauré par le président Musharraf a mis le Pakistan au premier plan de l’actualité. L’auteur étudie tous les aspects de l’histoire de ce pays de 160 millions d’habitants doté d’un arsenal atomique. Le Pakistan (« le pays des purs ») est né d’une partition avec l’Inde, dont les musulmans émigrèrent massivement pour créer un État. L’islamisme le plus extrémiste s’y épanouit, enseigné par des milliers d’écoles coraniques : une bombe à retardement. C’est Islamabad qui, en Afghanistan, tira les ficelles du régime des talibans, ceux-ci étant de l’ethnie pathans, majoritaire au Pakistan.

ABONNEZ-VOUS

<arturduplessis@les4verites.com> Laurent Artur du Plessis, 55 ans

Arche de Zoë: l’humanitaro-gauchisme en crise

L

’Arche de Zoë a montré l’humanitaire sous son aspect le plus caricatural. Ses animateurs gauchistes prétendaient sauver de la mort, en essayant de les faire sortir du Tchad, 103 enfants de 1 à 10 ans qu’ils présentaient comme des orphelins du Darfour, bien que 91 eussent au moins un parent et que leurs vies ne fussent pas menacées. Ils les destinaient à des familles d’accueil françaises ayant payé. Pour faire croire à une évacuation sanitaire, ils les harnachèrent de bandages tachés de mercurochrome. Non francophones, ces enfants sont pour la plupart issus du Tchad où on parle 169 langues, les autres du Soudan, qui en pratique 200. L’Arche de Zoë - alias Children Rescue - allait brutalement déraciner ces petits Africains, sans dire à leurs proches qu’elle comptait les emmener en France. Le président de l’association, Éric Breteau, et ses comparses croyaient le monde assez indifférent au Darfour. C’était ignorer la présence là-bas de 13 000 « travailleurs huma-

Bulletin d’abonnement

8

Laurent Artur du Plessis

Lecteurs occasionnels abonnez-vous ! Lecteurs déjà abonnés abonnez vos amis! ■ OUI, je souhaite m’abonner pour 6 mois (soit 25 numéros) à la revue « Les 4 Vérités hebdo » au prix de 30 € TTC (TVA à 2,10 % incluse) par chèque joint NOM ...............................Prénom ............................

-

Adresse ...................................................................

Code Postal .....................Ville ................................. Téléphone ...............................................................

Signature :

4VÉRITÉS

LES

BON À RETOURNER

La publication anti bourrage de crâne

HEBDO

Les 4 Vérités Hebdo — Service abonnements 18 à 24, quai de la Marne — 75164 Paris Cedex 19

LES 4 VÉRITÉS HEBDO N° 615 VENDREDI 16 NOVEMBRE 2007

nitaires » (dont 1 500 expatriés), de six agences de l’ONU, d’une centaine d’ONG, de la Croix Rouge Internationale, et d’une force de l’Organisation de l’unité africaine (OUA). L’Arche de Zoë agissant sous l’empire de l’émotivité, a perturbé les projets français dans la région. En 1986, Paris a déployé au Tchad le dispositif « Épervier » - 1 200 soldats, plusieurs hélicoptères, 6 Mirage F1 – qui a permis au président tchadien Idriss Déby de déjouer deux coups d’État, le dernier, au printemps 2006, ayant été armé par le Soudan. La France prépare une force francoeuropéenne au Tchad, l’Eufor – 3 000 hommes, dont 1 500 Français – pour mieux y protéger les 200 000 réfugiés soudanais et 170 000 déplacés tchadiens contre les incursions des janjawis (milices islamiques soudanaises). Elle fomente l’envoi au Darfour, en 2008, d’une « Force hybride » ONU/OUA de 26 000 hommes. Le Soudan est stratégique, car riche en pétrole. La présence chinoise y est forte. Bien que Déby doive à la France son arrivée au pouvoir en 1990, il utilise l’Arche de Zoë pour affaiblir le projet Eufor. Il n’apprécierait pas une présence militaire étrangère renforcée sur son sol, qui entraverait la corruption. Le 4 novembre, Nicolas Sarkozy dut aller à N’Djamena discuter « de chef à chef » avec lui, ramenant les trois journalistes français et quatre hôtesses de l’air espagnoles inculpés. Le 9 novembre, trois autres Espagnols et un Belge ont été libérés. Les six Français de l’Arche de Zoë le seront sans doute aussi, non sans contreparties politiques. Très médiatisée en Afrique, cette affaire y a intensifié le ressentiment anti-Blanc. Une fois de plus, l’humanitaire a oblitéré le Politique. N’importe qui peut, sans compétence particulière, monter une association humanitaire relevant de la loi de 1901 sur la liberté d’association. D’où l’existence de ce que le « French

Doctor » et ministre des Affaires étrangères Bernard Kouchner luimême a surnommé « l’Arche des zozos ». L’humanitaire utilise aussi le régime juridique de la fondation, beaucoup plus contraignant que celui de l’association. La fondation reconnue d’utilité publique permet de récolter de l’argent privé pour le mettre à la disposition d’une cause publique. Cette reconnaissance d’utilité publique résulte d’un décret du ministre de l’Intérieur après avis favorable du Conseil d’État : l’État français s’assure du caractère d’intérêt général du but statutaire de la fondation. Elle peut alors recevoir subventions publiques ou privées, dons et legs, faire appel à la générosité publique, organiser des manifestations et vendre des produits liés à son objet. Mais certaines fondations mettent leurs finances au service d’associations. Exemple : la Fondation de France, reconnue d’utilité publique, n’intervient pas directement auprès des particuliers, mais subventionne des associations locales qui ont ainsi accès à la manne publique. Le secteur humanitaire, qui brasse beaucoup d’argent, retentit de scandales tels celui de l’Association pour la recherche sur le cancer (ARC) : seulement 27 % des sommes collectées étaient affectées à la recherche. Les frais de fonctionnement de beaucoup d’ONG absorbent la majeure partie de leur budget. Sarkozy veut réformer le financement des associations, comme celui des partis politiques et des syndicats. Il y a de quoi faire. La manne publique, combinée à la médiatisation, attire le tout venant vers les métiers de l’humanitaire. Et les énormes déductions fiscales dont celui-ci bénéficie n’incitent pas les donateurs français à être plus généreux que ceux des pays anglo-saxons. Elle est en crise, cette France de l’humanitaire symbolisée par un Kouchner issu de l’extrême gauche… ■

Reproduction intégrale vivement conseillée avec mention d’origine


4VH 615

12/11/07

16:44

Page 1

ISSN 0151-2439

VÉRITÉS 4

VENDREDI 16 NOVEMBRE 2007

N° 615

LES

La publication anti bourrage de crâne

HEBDO

ÉDITORIAL ■ Jean Rouxel L’issue du 3e tour social dira la vraie nature de Sarkozy ur la réforme des régimes spéciaux, le gouvernement, avant même d’engager l’épreuve de force, a fait beaucoup de concessions. Peut-être beaucoup trop (en particulier sur les « bonifications », permettant de valider des années non travaillées…). Car l’équité voudrait non seulement que les durées de cotisations soient harmonisées, mais aussi que le niveau des pensions soit fonction, peu ou prou, des cotisations effectivement versées. Or, la caractéristique commune de tous ces régimes spéciaux – à commencer par celui des parlementaires – est que les bénéficiaires récupèrent les cotisations qu’ils ont versées en un temps record, quand les rameurs du régime général sont certains de ne jamais les retrouver. Les syndicats, CGT en tête, ont cru que Xavier Bertrand irait plus loin encore. En lâchant en particulier sur les « décotes », qui réduisent le montant des pensions pour cause d’année manquante. C’est 10 % par année dans le régime général. Et déjà beaucoup moins dans chacun des régimes spéciaux… Une fois de plus, l’affrontement prend la forme d’une grève générale. Les syndicats, cadres CGC et conducteurs de trains exceptés, ont été surpris de constater la forte motivation de leur base. C’est elle qui a voulu y

S Dessin de MIÈGE

4VÉRITÉS

LES

La publication anti bourrage de crâne

HEBDO

LES 4 VÉRITÉS 2007 © Publication hebdomadaire (CPPAP N° 0208 I 82 712) Tél. : 01 56 81 00 30 Fax : 01 40 46 00 27 < 4verites@wanadoo.fr > < http./www.les4verites.com > (webmaster : Aléric Brei-Lefebvre) Siège social : 65, rue Claude Bernard 75005 Paris – (EEC, Sarl de presse) Abonnements : 4 Vérités-DIP 18 à 24, quai de la Marne 75164 Paris Cedex 19 01 44 84 85 48 (Dominique <dominique.varenguin@dipinfo.fr>) ou http://www.les4verites.com Directeur-gérant : Alexandre Imbert Responsable éditorial : Alain Dumait Rédaction : Jean Rouxel (rédacteur en chef), Laurent Artur du Plessis Le numéro 1,20€ Abonnement 50 numéros 60€ TTC Abonnement de soutien à partir de 100€ Personnes morales (entreprises ou administrations) : 200€, TVA à 2,10 % en sus Imprimerie : Delcambre, Pantin (93) Également disponible en format numérique (nous consulter) Fichiers déclarés à la CNIL (N° 672024) Exemplaire gratuit sur simple demande écrite

ajouter la dimension « pouvoir d’achat », thème qui revient à prendre au mot, sur l’un de ses thèmes de campagne, le président Sarkozy. Celui-ci a sans doute pensé qu’il « baratinerait » les syndicalistes comme il sait si bien faire avec les politiques. C’était oublier que la CGT n’existe que par son pouvoir de blocage encore presque intact. Plutôt que de déjeuner avec François Chérèque, avant de prendre l’apéritif avec Bernard Thibault, il aurait mieux fait de suivre les conseils de Philippe de Villiers, et de faire adopter, avant toute autre chose, par ordonnances, un ensemble de dispositions remettant les syndicats à leur juste place (Suppression de la loi de 1945 sur l’exclusivité syndicale. Obligation de votes à bulletins secrets pour toute décision d’action revendicative…). Au lieu de quoi on a eu droit au vote d’une loi sur le service minimum qui n’est qu’une petite souris. Le Premier ministre a adopté une posture de fermeté. Les preneurs d’otage ne veulent pas abandonner leurs privilèges. Le président de la République croit au pourrissement rapide du mouvement. Parce qu’il compte sur le soutien de l’opinion. Mais déjà les médias jouent contre lui. Et les banlieusards ne sont pas tous adeptes d’épuisantes marches à pieds. ■

«

La science de gouverner est toute dans l’art de dorer les pilules. Adolphe Thiers

»

SOMMAIRE

2➥ 3➥ 4 5 6➥ 7

L’hyper-imposition à la française par Bernard Trémeau

Chiffres Significatifs

Écologie et productivité sont compatibles par Pierre Barrucand

Divers faits Votre opinion nous intéresse Le courrier des lecteurs

Aujourd’hui, l’égoïsme triomphe par Pierre Lassieur

Prochaine disparition de la Belgique ? par Pierre Lance

Communication

Sarkozy : la réconciliation franco-américaine par Guy Millière

➥ Sic

8

La chronique politique de Laurent Artur du Plessis

Café philo de droite en présence de Yves-Marie Adeline sur le thème « Faut-il des élus royalistes ? »

Jeudi 27 novembre à 19h Café « Clovis » 33, rue Berger - 75001 Paris <cafephilodedroite.blogspot.com>


Chiffres Significatifs

4VH 615

12/11/07

16:44

Page 2

RACKET > Selon le ministère de l’Intérieur, en dix ans, le nombre d’élèves rackettés a augmenté de 77 %. CUMUL > 87 % des parlementaires français détiennent plus d’un mandat électoral. FAILLITES > En France, les faillites d’entreprises sont en hausse de 8 % sur les douze derniers mois. OISIVETÉ > 70 % des juifs orthodoxes et 50 % des femmes de cette communauté, en Israël, ne travaillent pas. PS > 40 000 des 250 000 militants socialistes ayant adhéré au PS par Internet au tarif spécial provisoire de 20 euros ont disparu depuis la défaite électorale de Ségolène Royal. PORC > La Chine abrite la moitié de la population porcine mondiale. En 1990, un Chinois en mangeait 20 kg par an contre 39,6 kg aujourd’hui. BIOCARBURANTS > Aux États-Unis, 20 % de la production de maïs est consacrée à la fabrication d’éthanol. ESPIONNAGE > En GrandeBretagne, plus de 2 000 personnes soupçonnées d’être des agents des services secrets russes sont sous surveillance du MI5, le service de contre-espionnage britannique. INFLATION > En Russie, le prix du pain a augmenté de 20 % cette année. NUCLÉAIRE > Selon un récent rapport de l’AIEA, 2 000 centrifugeuses d’enrichissement de l’uranium sont en activité en Iran, 650 attendent d’être testées. Ahmadinejad dit en avoir 3 000 en fonctionnement : de quoi fabriquer une bombe atomique.

2

Économie Économie

Bernard Trémeau < tremeau.bernard@wanadoo.fr >

Prélèvements obligatoires : La France, 3e en Europe ous avons presque la meilleure équipe de rugby du monde, mais nous avons perdu et nous en sommes tous très tristes. Notre défaite a failli être un deuil national. J’ai même cru à un moment qu’on allait mettre tous les drapeaux de la France en berne. Selon une récente étude des services financiers de l’OCDE, étude portant sur les trente pays les plus développés du monde, nous sommes presque les champions du prélèvement obligatoire. La Suède arrive en tête avec 50,7 % des revenus confisqués par l’État, le Danemark suit avec 49 % et la France arrive bonne troisième avec 44,5 %. D’autres études confirment et même accentuent ce beau score de la France. La moyenne de l’OCDE se situe à 36,2 %, soit plus de 8 points en-dessous de la France, l’Allemagne étant à 35,7 % et les USA à 28,2 %. Malheureusement, l’étude de l’OCDE ne détaille pas la part de la fiscalité touchant les entreprises et celle touchant les consommateurs. Cette répartition de la fiscalité est essentielle. Car, tandis que la fiscalité touchant les entreprises (charges sociales, impôts sur les salaires…) est responsable d’une inflation par les coûts, la fiscalité touchant les consommateurs (CSG, TVA,...) diminue la demande, donc s’oppose à l’inflation. Or, plus l’inflation est importante, plus la banque centrale doit réduire la quantité de monnaie qu’elle met à notre disposition, donc réduire notre pouvoir d’achat. Selon d’autres

N

LES 4 VÉRITÉS HEBDO N° 615 VENDREDI 16 NOVEMBRE 2007

sources, la France passe largement devant la Suède et le Danemark pour l’imposition des entreprises. Un deuxième point, tout aussi important, doit être souligné : c’est l’évolution divergente des prélèvements obligatoires. Depuis que les frontières s’ouvrent aux échanges entre les nations, tous les pays développés diminuent leurs prélèvements obligatoires, à commencer par la Suède et le Danemark. Seule la France les augmente régulièrement, que ses gouvernements soient de « droite » ou de « gauche ». Les impositions et les contraintes économiques pesant sur les entreprises françaises augmentent tous les ans et elles sont aujourd’hui, les plus fortes du monde. Tous ceux qui pensent que l’État répartit mieux les richesses que le marché peuvent se réjouir. Et ils se réjouissent, donnant même notre pays en exemple au reste du monde. Malheureusement, pas un seul pays ne veut nous imiter… « L’Europe Sociale » n’est pas pour demain. Mais plus la France creuse son écart avec l’Allemagne, les USA ou la Slovaquie, plus le nombre des entreprises françaises mises sur la touche augmente. Elles n’ont plus les moyens financiers dont elles ont besoin pour augmenter les salaires ou pour investir. Elles disparaissent ou délocalisent, mais délocaliser coûte très cher. L’hyper-imposition des entreprises les pousse à fuir la France. L’hyper-imposition des individus les pousse tout autant

à fuir. Il vaut mieux être chercheur aux USA qu’au CNRS, imposé en Suisse plutôt qu’en France. Plus d’un million de jeunes diplômés dynamiques ont fui le pays. Beaucoup espèrent y revenir, si on cesse de les matraquer fiscalement. Tandis que l’hyper-imposition à la française nous appauvrit tous en chassant entreprises et entrepreneurs, les revenus individuels provenant de l’État sont de plus en plus importants dans nos budgets : santé et éducation « gratuites », retraites, allocations de chômage, RMI, logement social,... Un bon RMI, avec au besoin un peu de travail au noir, est finalement préférable au travail qui risque de moins rapporter… Nous sommes les champions des prélèvements obligatoires. C’est sûr. Nous devenons les champions de l’inflation par les coûts, donc du chômage. C’est tout aussi sûr. ■

Terrorisme Mohammad Sarwar, député travailliste de la circonscription de Glasgow Govan depuis 1997 - le premier député musulman de Grande-Bretagne - se retirera avant les prochaines élections, parce que des islamistes ont menacé de le tuer, lui et ses enfants. Pourtant, lors de son élection, il avait refusé de faire serment d’allégeance à la Reine, et l’a fait sur le Coran, placé dans un étui de peur qu’il ne soit touché par quelqu’un qui ne soit pas de confession musulmane.

Reproduction intégrale vivement conseillée avec mention d’origine


12/11/07

16:44

Page 3

Environnement Environnement

Pierre Barrucand

Maître de recherches honoraire au CNRS

>

L

a dégradation de la Nature par les activités humaines est très ancienne ; il y a plus de 2 000 ans, le Liban souffrait déjà de déforestation. La prise de conscience de ce phénomène dans les temps modernes a commencé aux États-Unis, ce qui a entraîné la création du parc national de Yellowstone en 1872, puis, plus tard, de beaucoup d’autres. Les pays européens n’ont suivi cet exemple que bien plus tard, surtout la France, toujours extrêmement timide sur les problèmes écologiques. Il fallut attendre le président Pompidou, lui-même assez peu sensible à ces sujets, pour que soit créé le ministère de l’Environnement ! Or, il s’agit là de questions sérieuses, voire dramatiques : réchauffement de la planète, dégradation des terres arables par l’agriculture intensive, pollution des eaux… À cela s’ajoute la raréfaction du pétrole et de l’uranium radioactif. Toutes choses obscurcies par les sottes campagnes antinucléaires. Une des raisons de cette crise a été, tout au long des cinquante dernières années, de multiples et fort coûteux gaspillages. Tout s’est passé comme si on avait adopté les idées de l’économiste J.-B. Say pour qui les ressources naturelles étaient inépuisables. Ces gaspillages sont dus, certes, à l’inconscience des dirigeants, mais aussi à un snobisme qui touche toutes les catégories sociales. Comme celui des voitures puissantes et rapides, symboles de richesse, de force et de virilité. Ou bien, suivant, hélas, un modèle américain, celui de la multiplication

Environnement et énergie : des suggestions de piscines privées, ou de la climatisation des voitures, inutile et dispendieuse. Le snobisme a souvent entraîné la disparition de techniques efficaces, mais jugées obsolètes. Ainsi, en agriculture, le cheval ! Le tracteur, coûteux, fragile, polluant, parut la solution de beaucoup de problèmes. Et devint signe de richesse et de modernité. Or, les paysans sont devenus très sensibles à celle-ci, contrairement aux « gens des villes » souvent nostalgiques du « bon vieux temps ». Au Québec, j’ai visité une ferme qui, en France, paraîtrait idéale, presque un modèle inaccessible. Aucun tracteur, seulement des chevaux ! Bien sûr, dans certains cas le tracteur est indispensable, par exemple quand on refuse tout animal de ferme, tout élevage, activité récente et non traditionnelle. Encore qu’on voie aussi se développer une « agriculture sans labour » qui semble prometteuse. En tout cas, pour qui possède quelques vaches, le coût de l’entretien d’un cheval est insignifiant. Convient-il même de revenir à la traction bovine ? Une méthode vieille de dix mille ans, apparue dès la naissance de l’élevage ! La question mérite d’être posée, mais pas aux maniaques de l’industrialisation. Les vaches devenues stériles pourraient aussi être utilisées avant d’être « réformées ». Dans un domaine différent, quand apparut la navigation transatlantique par bateaux à vapeur, les navires à voile, dits clippers, rivalisaient avec eux pour la vitesse et le confort. Certes, il serait absurde de revenir à la marine à voile. Mais on

Reproduction intégrale vivement conseillée avec mention d’origine

peut envisager des bateaux mixtes utilisant le moteur pour certaines manœuvres ou par mer trop calme, et la formidable énergie des vents quand il y en a. La chose serait déjà utilisée, ou, en tout cas étudiée, au Japon et en Russie. Georges Claude (1870-1960) fut un remarquable inventeur, à la manière d’Edison. Il eut l’idée d’utiliser l’énorme énergie engendrée par les échanges entre eaux chaudes et eaux froides, superficielles et profondes, ce qui suppose des équipements lourds et complexes. L’expérience fut tentée sur les cotes du Gabon peu avant la guerre 1939-1945. La technologie d’alors était insuffisante, les mouvements marins trop puissants et les installations se brisèrent. Pendant la guerre, Claude tomba dans une collaboration forcenée et extravagante, ce qui contribua à l’oubli de ses idées scientifiques… Jadis, il n’était peut-être pas possible d’exploiter les gisements pétroliers sous-marins mais aujourd’hui ce sont pratiques courantes. L’idée d’utiliser la force des marées a été réalisée dans l’estuaire de la Rance (après un projet sans suite pour l’Aber Vrac’h). Quoique les résultats aient été intéressants, il s’en est suivi des phénomènes d’envasement fâcheux, mais la technologie était sans doute insuffisamment étudiée et l’idée de G. Claude semble bien différente. Il est remarquable que le réchauffement climatique soit survenu en même temps qu’une sensibilisation plus grande à la biodiversité, aux problèmes énergétiques et pétroliers. ■

MULTIRÉCIDIVISTE > L’individu qui agressa Marine Le Pen à HéninBeaumont dans le Pas-deCalais en septembre dernier kidnappa pendant plusieurs heures, en bande organisée, une Héninoise de 20 ans dans la nuit du 31 octobre au 1er novembre. Violentée et blessée, la victime a porté plainte contre le multirécidiviste, qu’elle a formellement identifié. MUNICIPALES > Hervé Morin, ministre de la Défense et président du Nouveau Centre, soutiendra Yves Urieta, maire socialiste sortant de Pau, même si François Bayrou – pour lequel Morin avait fait campagne au 1er tour de la présidentielle - s’y présente aux prochaines municipales. AVERSION > Rama Yade et Rachida Dati se détestent au point de ne plus se saluer. NOSTALGIE > Ex-n° 2 du KGB et auteur de livres à succès en Bulgarie - pays membre l’UE le général russe Bobkov a été récemment accueilli en grande pompe à Sofia. SURVEILLANCE > Les Britanniques ont mis au point un blouson GPS permettant aux parents de localiser à 4 mètres près leur enfant, en consultant la carte du quartier vu du ciel transmise sur Internet via Google. ISLAM > Proton, constructeur automobile malaisien, songe à produire, en collaboration avec l’Iran et la Turquie, une voiture « islamique » équipée d’une boussole pour repérer la direction de La Mecque. AL-QAIDA > Jonathan Evans, chef du MI5 (le service de renseignement britannique) a annoncé qu’Al Qaïda forme des enfants et des adolescents pour perpétrer des attentats en Grande-Bretagne.

LES 4 VÉRITÉS HEBDO N° 615 VENDREDI 16 NOVEMBRE 2007

3

Divers faits

4VH 615


4VH 615

12/11/07

16:44

Page 4

Votre opinion nous intéresse Utopies

«

trange que ce droit opposable au logement. Nous voyons des gens aux revenus modestes se plaindre de ne pouvoir s’offrir plus de 50 mètres carrés dans la capitale ; des immigrés s’affliger de ne pouvoir loger rue de la Bourse autrement que sous une tente. Habiter en banlieue leur serait une contrainte épouvantable. Pourtant des centaines de milliers de Franciliens s’en accommodent. Cette déconnexion avec la réalité a quelque chose de pathétique. Certaines associations se plaisent à flatter les utopies. Je n’y vois aucun inconvénient. Jusqu’au moment où on me demande de payer. Le droit

É

«

» Courrier des lecteurs Nous écrire, c’est courir le risque d’être publié…

au logement est surtout opposable aux citoyens qui règlent la note. Et auxquels on ne demande jamais leur avis.

»

Yves Legadec <ylegadec@yahoo.fr>

Faillite

«

otre Premier ministre nous a clairement annoncé que notre État était pratiquement en faillite. Pour une fois qu’un politicien dit la vérité, nous devons le croire. Or, quand une entreprise est dans cette situation, la première chose consiste à tenter

N

de faire des économies. Le fait de déplacer le Conseil des ministres à Strasbourg, en Corse - avec 20 unités de CRS - ou comme envisagé à la Martinique, tout comme de délocaliser un ministère à Lyon pour un temps, ne relève pas d’un grand sens de l’économie ! Par ailleurs, l’annonce de l’augmentation du salaire du chef de l’État de 140 %, en une période de conflits sociaux, aura un effet déplorable, même si en fin de compte cela n’aura pas grande influence sur le budget de l’État.

»

Joseph Ponset <joseph.ponset@wanadoo.fr>

C’est la faute à Sarko ! e 6 novembre 2007, deux copains sont au comptoir au café du coin. L’un d’eux dit à l’autre : - Dis donc, t’as vu, Sarko va à Washington. - Mais non, il va au Guilvinec. - Je te dis qu’il va à Washington faire un discours devant le Congrès ! - Et moi je te dis qu’il va au Guilvinec discuter avec les pêcheurs ! Le ton monte… - Arrête de dire des conneries, je viens d’entendre à Europe 1 qu’il partait à Washington ! - C’est toi qui dit des conneries, je viens d’entendre à RTL qu’il partait au Guilvinec ! - Eh bien ta RTL, c’est une radio de ringards. Y sont pas dans l’coup. Sarko va à Washington ! - C’est Europe 1 qu’est une radio de « has been ». Y z’ont un métro de retard. Sarko va au Guilvinec ! Le ton monte encore… - Eh, ça fait 30 ans que j’écoute Europe 1, c’est la meilleure des radios et y n’disent pas n’importe quoi. Du moment qu’y z-ont dit que Sarko allait à Washington, c’est qu’il va à Washington ! - Et moi ça fait 35 ans que j’écoute RTL et c’est des gars sérieux. S’ils disent que Sarko va au Guilvinec, c’est qu’il va au Guilvinec, quoi qu’en disent les tocards qui écoutent Europe 1… - Dis donc, tocard toi-même. Y a que les décatis qui écoutent RTL… Bref, les deux gars s’énervent de plus en plus et ça finit par une grosse bagarre. Le patron du café et deux autres clients essaient de les séparer, mais rien à faire ! Ils se tapent dessus à coups de chai-

L

4

LES 4 VÉRITÉS HEBDO N° 615 VENDREDI 16 NOVEMBRE 2007

se et s’abîment sérieusement. Il faut appeler Police-Secours qui les amène à l’hôpital. Ils se retrouvent sur deux lits dans la même chambre, plutôt amochés. Après les pansements, l’infirmière en chef passe les voir. - Alors, vous n’avez pas honte, des hommes de votre âge ? Vous êtes calmés j’espère. Les deux types bougonnent. - Bon, reposez-vous. Est-ce que je vous mets la radio ? - Surtout pas Europe 1 ! crie le premier. - Surtout pas RTL ! hurle le second. - Oh, vous n’allez pas recommencer ! Bon, je vous mets France-Infos. - D’accord. Elle allume la radio, et l’on entend : « Le Président Sarkozy s’est envolé pour Washington après avoir fait une courte étape au Guilvinec pour parler aux pêcheurs en grève. » Les deux gars se regardent : - Tu crois qu’on n’est pas des vrais cons ? - Mais non, c’est Sarko qui se prend pour une fusée. Il va nous faire tourner en bourriques ! - Ou alors il s’agite pour oublier Cécilia. - Tiens au fait, tu connais la dernière ? Il paraît qu’il va se remarier avec Ségolène. - Sans blague ? - Remarque, ça irait bien dans son programme : après la rupture… l’ouverture ! ■ Pierre Lance

<pierre.lance@wanadoo.fr>

Clandestins

«

es Espagnols les appellent cayucos ou pateras, nous des pirogues : ces embarcations de pêche déversent maintenant dans l’indifférence générale leur cargaison quotidienne de clandestins subsahariens aux Canaries… Sur la côte africaine (merci Google Earth !) à quelques encablures de l’archipel espagnol, on découvre un village (26° 07’ 25’’ N, 14° 29’ 57’’ O) où, contrairement à ce que l’on observe ailleurs, les pirogues sont agglutinées comme si elles attendaient de prendre la mer l’une après l’autre et non toutes en même temps comme cela se fait habituellement pour la pêche. Peut-être s’agit-il d’embarcations pour touristes subsahariens désireux d’aller passer des vacances aux Canaries…

L

»

Christian d’Orso <chrdorso@modulonet.fr>

Essence

«”

Nous n’avons aucun moyen de baisser les prix” vient de déclarer l’entourage de Christine Lagarde à propos de l’envolée des prix à la pompe. Cette affirmation mérite une mise au point. Primo, l’État empoche 70 % de taxes sur un litre de carburant. Secundo, rappelons que le gouvernement Raffarin a supprimé la TIPP flottante qui permettait pourtant d’amortir les fluctuations du prix du baril. Enfin, l’État applique de façon inique une TVA sur la TIPP, une taxe sur une taxe, ce qui représente 10 % du prix TTC. Supprimons cette double taxe, rétablissons la TIPP flottante et comme par miracle les prix baisseront de 20 %.

»

Jacques Guillemain <jacques.guillemain@wanadoo.fr>

Reproduction intégrale vivement conseillée avec mention d’origine


4VH 615

12/11/07

16:44

Page 5

Cécilia : une héroïne du XXIe siècle propos du divorce présidentiel, un Suédois a déclaré qu’il y a quelques années, le Premier ministre de son pays avait divorcé étant en fonction, sans que cela provoque aucun remous. Puisque le même événement se produit en France, a-t-il ajouté, c’est peut-être simplement que celle-ci devient une nation moderne. Qu’est-ce, toutefois, que la modernité ? Aucun doute que le sens du devoir ait beaucoup diminué au cours du siècle dernier. Durant les années 1950 et 1960, Mme Coty, puis Tante Yvonne, ont présenté au monde l’image de mères de famille françaises dignes et respectables. Elles étaient déjà un peu archaïques. Plus près de nous, Bernadette Chirac, plus engagée, a supporté avec abnégation les frasques de son mari, ce qui lui a valu estime et popularité. Celle qui nous intéresse aujourd’hui est d’un tout autre genre. Elle ne poursuit, semble-til, que son bon plaisir. Est-elle invitée chez le président des États-Unis, elle se trouve diplomatiquement atteinte d’une angine à laquelle personne ne croit, alors que, si elle avait véritablement été atteinte d’une angine, le devoir aurait consisté à se rendre néanmoins à l’invitation. Quand, le 6 mai, elle n’a pas voté, non seulement elle a fait un affront à son mari, mais elle a montré son mépris pour l’obligation civique de voter. Dernier exemple : lorsqu’elle rencontre un homme qui lui plaît, elle le suit, elle n’en a rien à cirer, comme aurait dit Édith Cresson. Dieu sait que la pudeur était encore une valeur bien cotée, il n’y a pas si longtemps.

À

Traité européen

«A

insi le PS est favorable à un référendum sur le traité européen mais il va quand même dire oui au vote parlementaire sur le sujet. Les socialistes, empêtrés dans leurs contradictions, n’avaient pas la tâche facile. Certes, un référendum aurait été pain béni pour eux, car cela aurait sans aucun doute retardé la mise en place d’autres réformes gouvernementales. Nicolas Sarkozy, qui s’est beaucoup impliqué dans la rédaction de ce nouveau texte, aurait dû prendre le temps de le défendre. Or, pour notre président, c’est le temps qui manque le plus. On peut seulement souhaiter que sa décision de ne pas recourir au référendum ne va pas créer de précédent. Sur un grand nombre de réformes rejetées par une minorité, le référendum pourrait être la solution lui permettant de démontrer

Mitterrand, toute dissolue que fût sa vie, cacha autant qu’il put ses écarts de conduite. Notre héroïne, elle, ne s’en soucie aucunement, bien qu’elle déclare aimer l’obscurité et détester une carrière publique. Sans s’offusquer de la contradiction, elle donne deux interviews et, dans l’une des deux, cette femme de cinquante ans rappelle tout de go que, deux ans avant, elle est tombée amoureuse (ce qui l’a amenée à tromper son époux légitime et à l’abandonner durant des mois). Un journaliste généralement crédible affirme qu’à dix-sept ans elle avait déjà fait une fugue de six mois avec le fils du patron du Fouquet’s (le Fouquet’s !). En effet, elle choisit systématiquement des hommes qui ont de l’argent et, si possible, de la notoriété. Les yeux presque fermés, l’air absent, elle donne l’impression de marcher au radar vers un but situé dans le brouillard. Elle vous dirait qu’elle navigue en permanence dans un état second qu’on n’en serait pas étonné. Je connais de nombreuses femmes du même genre. Je les ai rencontrées dans des romans du dernier demi-siècle qui ont bénéficié de la considération des élites littéraires. Les auteurs de ces romans ont-ils trop bien rendu les couleurs de l’époque, ou est-ce la société qui a imité les héros et les héroïnes de leurs ouvrages ? Il est évident qu’un roman mettant en scène une jeune fille vertueuse prête à se marier pour la vie et pour l’éternité et à distribuer aux pauvres d’importantes fractions de sa petite fortune, n’aurait aucune chance de franchir le bar-

que les Français sont favorables au changement. En fait, je pense que les syndicats en sont persuadés et que la simple menace d’un référendum devrait suffire à les faire reculer.

»

Pierre Rochelais La Rochelle (17)

Déclin

«

our les “sabreurs” de Bercy, notre pays est en faillite. Pour y remédier, il faut réduire d’une manière drastique le nombre des fonctionnaires tout en modernisant la fonction publique pour la rendre plus efficace. Trop d’impôts tue l’impôt. Les propositions de notre haute administration ne sont jamais suivies d’effets car nos politiques achètent les voix des électeurs à coups de dépenses publiques. Une partie de l’opinion

P

Reproduction intégrale vivement conseillée avec mention d’origine

rage des prix littéraires, ni celui des critiques, ni même celui des éditeurs. En revanche, s’il existait un prix Goncourt des personnages en chair et en os, notre héroïne exprésidentielle serait sûre de l’obtenir, peutêtre même à l’unanimité. Il faudrait une dose de non-sens et de néant dont elle semble pourvue. Elle est née et a passé toute sa vie dans un milieu riche (son père était fourreur place Beauvau ; décidément, certaines adresses la poursuivent). Elle a fait ses études à l’Institut de l’Assomption dont les religieuses ne paraissent pas être parvenues à lui enseigner la chasteté. Elle est cultivée. Dans quelle mesure a-t-elle été influencée par la littérature romanesque moderne qui, depuis 1950 environ, s’est largement inspirée de Flaubert et de Maupassant ? Il faut dire aussi que sa mère aurait abandonné son père durant deux ans. Quoi qu’il en soit, victime des gènes ou de l’ambiance générale, de ses ovaires ou des héritiers du courant réaliste et pessimiste de la littérature, elle ignore la joie formidable de celui qui a le sentiment d’avoir accompli son devoir, envers et contre tout. ■ Pierre Lassieur

Pierre Lassieur signera son dernier livre, « L’Arrivée de la Turquie » (Éditions Grancher, 15 euros) à la librairie Duquesne Diffusion, 27 avenue Duquesne, 75007 Paris, le samedi 17 novembre de 15 h à 18 h.

continue à croire que c’est l’État qui fabrique l’argent et qu’il “est riche”. Rien ne semble changer, ou très peu, car les médias continuent à soutenir tous les conservatismes pour faire de l’audimat, à l’instar de nos politiciens démagogues. Ainsi le budget de 2008 a été établi en déficit, comme depuis plus de trente ans. Le dépôt de bilan approche. Au lieu de sauver notre modèle social, nous perdrons tout dans la débâcle.

»

Jean-Marc Schuller Paris (75)

Méritocratie

«J

ean-Marie Colombani, chantre de la bien-pensance socialisante et du politiquement correct keynésien, quitte le quotidien “Le Monde” après l’avoir

quasiment mis en faillite. Pour le voir partir, les actionnaires lui ont consenti une indemnité de licenciement royale de 950 000 euros ! Cette dernière n’étant pas payée par nos impôts, mais par les lecteurs du journal, le citoyen n’a rien à dire. A contrario, sa nomination à la tête de France Télévision en remplacement de Patrick de Carolis serait profondément choquante. Les téléspectateurs en ont déjà rasle-bol de l’orientation très collectiviste des chaînes du groupe, avec un fort parti pris en faveur de toutes les grèves du public qui nous empoisonnent et plombent nos finances. Ajouter de l’eau au moulin par la promotion au poste de Président d’un indésirable du privé, serait une provocation.

»

Jean-Marc Schoenfelder Paris (75)

LES 4 VÉRITÉS HEBDO N° 615 VENDREDI 16 NOVEMBRE 2007

5


Communication

4VH 615

12/11/07

16:44

Page 6

TF1 > TF1 lance sa plus grosse production audiovisuelle depuis sa privatisation, il y a 20 ans : un feuilleton de 180 épisodes, avec un budget de 28 millions d’euros, à l’antenne en septembre 2008. FRANCE 2 > Béatrice Shönberg avait abandonné la présentation du JT à cause de son mari, JeanLouis Borloo, ministre d’État. Elle s’était vu confier la présentation du magazine mensuel « Les 100 qui font bouger la France ». Le 9 octobre, le premier numéro, consacré à l’école, n’a fait que 10,7 % d’audience… FRANCE 5 > Le 27 octobre, recevant Rachida Dati dans son émission « Chez FOG » sur France 5, Franz-Olivier Giesbert la questionna sur les démêlés de ses deux frères avec la justice. La séquence a été coupée au montage. CBS > Dimanche 27 octobre, à 19 heures heure locale, l’émission de CBS « Sixty Minutes » a attiré 13 millions de téléspectateurs (2 millions de plus que la moyenne) avec un reportage sur Nicolas Sarkozy. Tout le week-end, la chaîne avait annoncé le programme en montrant le clash intervenu lors de l’interview de Sarkozy par Lesley Stahl. « LA TRIBUNE » > Alain Weill, patron du groupe NextRadioTV (RMC, BFM, BFM TV, groupe Tests), repreneur du quotidien « La Tribune », annonce une nouvelle formule pour le deuxième trimestre 2008. Il se dit prêt à investir 40 millions d’euros pour relancer le journal. Il se donne trois ans pour réussir. « BUNTE » > La presse étrangère se passionne pour la vie privée de Sarkozy. La semaine dernière, « Bunte » - le Paris Match allemand - lui prêtait une aventure avec une journaliste française.

6

Étranger Étranger Pierre Lance

La Belgique existe-t-elle ?

«

Les récentes élections belges ont montré une progression et un durcissement des positions nationalistes wallonnes et nationalistes flamandes. Les responsables belges continueront-ils de nier l’évidence et de s’entêter à croire que la Belgique “existe” ? Je l’ai dit et je le répète : la Belgique n’existe pas. Il existe une patrie flamande et une patrie wallonne, qui seront tôt ou tard indépendantes, tôt dans la sagesse et la lucidité ou tard dans la violence et dans le sang, mais qui le seront inéluctablement. » J’écrivais cela en octobre 1971 dans la revue « L’Hespéride » (dont les principaux articles sont dans mon livre « L’Avenir des Gaulois »). Aujourd’hui, 36 ans plus tard, l’interminable querelle linguistique belge revient sur le devant de la scène, empêchant depuis plus de 150 jours la formation d’un gouvernement. Le temps passe vite, mais l’Histoire est longue. La Belgique n’a survécu en tant qu’État unitaire que grâce à la lente et cahotante construction de l’Europe, dans laquelle les politiciens belges se sont impliqués, précisément parce qu’elle leur semblait une planche de salut pour la Belgique toujours menacée d’explosion. Bruxelles étant devenue la capitale de l’Europe en gestation, cela seul a prolongé l’existence de la Belgique. La Belgique est un État artificiel, fabriqué de toutes pièces en 1830. Après la chute de Napoléon, le Congrès de Vienne de 1815 avait rattaché les pays

LES 4 VÉRITÉS HEBDO N° 615 VENDREDI 16 NOVEMBRE 2007

<pierre.lance@wanadoo.fr> Site Internet : http://assoc.wanadoo.fr/lerenouvelle/pub

belges au royaume des PaysBas, sur lesquels régnait Guillaume d’Orange. Grave erreur qui amalgait la Wallonie catholique et francophone à un ensemble néerlandais protestant. Cela ne pouvait pas tenir. Une révolution éclate à Bruxelles le 23 septembre 1830. Elle est conduite par les bourgeois et les libéraux francophones contre le pouvoir orangiste, accusé d’une oppression à la fois religieuse et linguistique sur les élites belges, principalement francophones. L’indépendance est proclamée le 4 octobre 1830 par le gouvernement provisoire et un Congrès national est élu le 3 novembre par un collège électoral de 30 000 électeurs seulement (en majorité francophones), soit à peine plus de 1/100 de la population adulte. Ce Congrès promulgue une Constitution le 7 février 1831 et choisit le français comme unique langue officielle, nouvelle erreur qui marginalise la population flamande majoritaire. Les ferments de la discorde sont dès lors réunis. Depuis, la Belgique survit. En 1830, il fallait créer une République indépendante de Wallonie et laisser les Flamands dans le royaume hollandais, dont ils partageaient la langue et la culture. Et c’est encore ce qu’il faudrait faire aujourd’hui. C’est étrange comme les hommes répugnent toujours à la partition, qui est pourtant la solution idéale à tous les conflits ethniques porteurs de guerres civiles. On s’entête à vouloir ficeler ensemble des peuples différents, alors que le

« chacun chez soi et maître chez lui » est la source naturelle de la paix et de l’entente entre les nations. (Je me suis toujours demandé pourquoi les PiedsNoirs ne s’étaient pas regroupés pour constituer au Maghreb une République autonome. Il paraît que Charles de Gaulle était favorable à cette idée.) L’Afrique est déchirée par des guerres tribales parce que ses États et leurs frontières sont artificiels car issus de la colonisation et coupent des ethnies en morceaux rattachés n’importe comment à d’autres morceaux d’autres ethnies. On dirait un puzzle dont les pièces auraient été découpées par un géographe dément et ne pourraient jamais s’emboîter correctement. Quant à la Belgique (tout comme d’ailleurs l’Irlande du Nord), elle ne parviendra jamais à trouver une paix civile solide si elle n’est pas capable de tirer les conséquences d’une réalité incontournable : elle est composée de deux peuples différents de culture et de tempérament, mais qui peuvent très bien être amis, à la condition de n’être pas collés de force l’un à l’autre comme des frères siamois. Les Flamands sont des Germains et les Wallons sont des Gaulois. (On devrait d’ailleurs les appeler des Gallons, comme nous disons Prince de Galles pour Prince of Wales et Guillaume pour William). Des Germains et des Gaulois peuvent très bien fraterniser, mais certainement pas vivre ensemble, comme trois millénaires de conflits gallo-germaniques le prouvent abondamment. ■

Reproduction intégrale vivement conseillée avec mention d’origine


12/11/07

16:44

Page 7

International International Guy Millière <MGuymilliere@aol.com> Président de l’Institut Turgot <www.turgot.org>

près avoir émis des réserves profondes concernant la politique environnementale de Nicolas Sarkozy, je me dois de louer sa politique étrangère. La visite qu’il vient d’effectuer à Washington en constitue, à ce jour, le symbole le plus marquant. Dans le discours qu’il a prononcé devant le Congrès, dans les propos qu’il a tenu lors d’une conférence de presse commune avec George Bush, dans ses autres déclarations, Sarkozy a montré bien davantage qu’une amitié envers les États-Unis d’Amérique : une compréhension de ce qui fait l’âme américaine, et, surtout, une lucidité réelle vis-à-vis des enjeux du présent. Le message s’adressait au peuple américain et aussi au peuple français et, au-delà, au reste du monde. Sarkozy n’a pas simplement proclamé de l’amour pour l’Amérique, il a aussi mis des mots sur cet amour : opiniâtreté, possibilité pour chacun de recommencer sa vie, d’échouer et de recommencer jusqu’à ce que le succès puisse venir. Il a dit ce que nous devons tous à l’Amérique qui nous a sauvés trois fois au cours du XXe siècle, et il a prononcé un mot simple, qu’on n’entendait plus et qu’on pouvait désespérer d’entendre d’un dignitaire français : gratitude. Il a rappelé qu’il fut un temps où la gratitude avait fonctionné non pas de la France vers l’Amérique, mais en sens inverse, lorsque Lafayette était venu au nom de ses idéaux se battre au côté des insurgés et de George Washington. Et il a

A

La lucidité de Sarkozy en politique étrangère rappelé ainsi que les idéaux de droit et de liberté faisaient partie de notre patrimoine commun, quels qu’aient été les vicissitudes et les aléas de l’histoire. Il a souligné que la lutte essentielle de ce temps restait celle opposant la liberté au totalitarisme et au fanatisme, et que nous devions mener ensemble ce combat. La presse et le peuple américains retiendront que la page de l’odieuse arrogance chiracovillepinienne est tournée, que la France retrouve le sens de l’honneur et qu’en ces temps de guerre, l’Amérique n’est pas seule. En France, des grincements de dents se font entendre, qui devront laisser place peu à peu à une évidence : ce n’est pas seulement Chirac et Villepin qui sont jetés dans les oubliettes de l’histoire, c’est l’ensemble des rêves mégalomaniaques et des calculs cyniques incarnés par le gaullisme et par une haine de la liberté repeinte aux couleurs de l’« antiaméricanisme » où se rejoignaient extrême droite et extrême gauche. On entendra des mots bilieux et pleins de ressentiment : « alignement », par exemple. Et puis quand la bile et le ressentiment seront évacués, on commencera à déchiffrer ce que Sarkozy vient de faire : sortir la France d’obsessions archaïques et étriquées pour lui permettre de réintégrer le monde tel qu’il est : celui où les nationalismes obsessionnels de puissances déclinantes n’est plus de mise et où la survie et le dynamisme ne sont possibles qu’en ouvrant les bras aux synergies de la mondialisation.

Reproduction intégrale vivement conseillée avec mention d’origine

L’Europe verra que la France n’est plus la vieille Europe grincheuse, mais qu’elle est porteuse d’un renouveau où l’Europe travaillera avec et non contre l’Amérique. Dans le monde arabe, en Chine, en Russie, on discernera qu’un Occident uni peut constituer une force irrépressible, et on respectera davantage la France que lorsqu’elle jouait, indignement et de manière méprisable, la prostituée auprès de diverses dictatures. L’économie planétaire se recompose à grande vitesse. Sarkozy comprend que les États-Unis sont au cœur de cette recomposition : s’il laisse les utopies vertes aux utopistes, il pourra incarner l’ultime chance de la France de ne pas succomber. La guerre planétaire est en cours. Sarkozy comprend que, face au fanatisme islamiste, la France a plus à gagner, sur tous les plans, et d’abord sur le plan moral, en étant du côté de la liberté. C’est très bien. Quant à ceux qui disent hâtivement que Nicolas Sarkozy aurait dû attendre un « changement d’administration » à Washington, je leur dirai, en reprenant les mots de George Bush lui-même, que la place d’une présidence américaine dans l’histoire s’écrit lorsque le bruit et le tumulte de l’immédiat ont laissé place à la moyenne durée. Et j’ajouterai à leur intention que le remplacement de Bush par Hillary Clinton dans quinze mois est très loin d’être assuré. Je leur conseillerais, même, de s’intéresser bien davantage à la candidature de Rudy Giuliani. ■

«

DROITISATION Sarkozy a réussi là où j’avais échoué. J’avais dix ans d’avance. CHARLES MILLION

»

«

GAFFEUSE Il faut donner d’urgence à Christine Lagarde quelqu’un qui ait le sens politique et qui contrôle sa communication. NICOLAS SARKOZY

»

«

TERRAIN Rachida Dati n’a pas eu la chance d’être élue et n’a donc pas la perception de ce qu’est la vie d’un territoire. JÉRÔME BIGNON, DÉPUTÉ UMP D’ABBEVILLE

»

«

DÉSABUSÉ Le PS, je n’y crois plus guère, mais c’est trop tard pour que je change de boutique. MICHEL CHARASSE, SÉNATEUR PS

»

«

SUCCESSION Malgré les qualités exceptionnelles de Jean-Marie Le Pen, il n’est pas illégitime de penser à sa succession. BRUNO GOLLNISCH

»

«

BRAVACHE J’incarne tout ce que les hommes politiques ne sont pas : je suis femme, jeune, noire, musulmane. Je sais que le sens de l’Histoire n’est pas avec eux. RAMA YADE

»

«

CAVIAR BHL est l’incarnation de la gauche caviar. BRICE HORTEFEUX

»

«

CHOUCHOU Je suis le bon élève de Sarkozy, Xavier Bertrand est son chouchou. XAVIER DARCOS

»

«

GAZA Nous nous rapprochons d’une opération de grande envergure et de longue durée dans la bande de Gaza. EHOUD BARAK

»

«

MISE EN GARDE Une attaque nucléaire contre Israël entraînerait une Troisième Guerre mondiale. GEORGE W. BUSH

»

LES 4 VÉRITÉS HEBDO N° 615 VENDREDI 16 NOVEMBRE 2007

7

Sic

4VH 615


4v615