Issuu on Google+

4VH 601

16/07/07

17:14

Page 8

Chronique

politique

Rachid Kaci, Yves Kerhuon

Qui se cache derrière les moustaches de José Bové ? Éditions des Syrtes*

165 pages – 16 euros *Éditions des Syrtes 74, rue de Sèvres 75007 Paris

Rachid Kaci, fondateur du courant de la Droite libre à l’UMP, et Yves Kerhuon, journaliste indépendant, dissèquent la véritable personnalité de José Bové. Ce personnage, qui s’est fait connaître du grand public en saccageant un McDonald’s et en fauchant des champs OGM, est « emblématique de l’altermondialisme, ultime utopie accouchée sur les ruines sanglantes des idéologies marxistes. » Les auteurs s’interrogent sur les soutiens de son activité ainsi que sur la tolérance judiciaire que lui témoigne l’État, si décrié par lui.

ABONNEZ-VOUS

<arturduplessis@les4verites.com> Laurent Artur du Plessis, 55 ans

Les islamistes s’empareront de l’arsenal atomique pakistanais

L

a semaine dernière, l’armée a conquis la Mosquée rouge, au cœur d’Islamabad faisant 86 morts, dont 75 islamistes. C’était devenu une forteresse islamiste, avec la complicité du service de renseignements, l’Inter-Services Intelligence (ISI). Sa madrassa [école coranique] de 4 000 étudiants se réclamait de l’école de pensée sunnite déobandie, matrice d’un nouveau radicalisme néo-fondamentaliste dans le souscontinent indien. Ses disciples troublaient l’ordre public. La constitution du Pakistan [« Pays des purs »] privilégie la charia. Toute minorité musulmane importante et unifiée, ayant une large autonomie juridique, culturelle et religieuse, est virtuellement sécessionniste. Le musulman rejette « l’autorité impie ». Dès 1940, les élites musulmanes indiennes voulurent un État musulman. Le Pakistan est né, en 1947, de cet irrédentisme religieux. Le général Pervez Musharraf, arrivé au pouvoir par un coup d’État en 1999, n’a pu secouer la tutelle des

Bulletin d’abonnement

8

Laurent Artur du Plessis

Lecteurs occasionnels abonnez-vous ! Lecteurs déjà abonnés abonnez vos amis! ■ OUI, je souhaite m’abonner pour 6 mois (soit 25 numéros) à la revue « Les 4 Vérités hebdo » au prix de 30 € TTC (TVA à 2,10 % incluse) par chèque joint NOM ...............................Prénom ............................

-

Adresse ...................................................................

Code Postal .....................Ville ................................. Téléphone ...............................................................

Signature :

4VÉRITÉS

LES

BON À RETOURNER

La publication anti bourrage de crâne

HEBDO

Les 4 Vérités Hebdo — Service abonnements 18 à 24, quai de la Marne — 75164 Paris Cedex 19

LES 4 VÉRITÉS HEBDO N° 601 VENDREDI 20 JUILLET 2007

partis religieux. Ces inconditionnels de la charia punissent de mort le blasphème - dont les chiites, les chrétiens et les femmes sont régulièrement accusés - et l’adultère, et maintiennent les mariages forcés. L’intégrisme islamiste irrigue les masses, l’État - police, services secrets, armée, administration - et la politique étrangère. Musharraf soutint les talibans en Afghanistan pour étendre l’influence pakistanaise. Après leur chute, les combattants d’Al Qaïda se sont ex-filtrés, dans le Nord-Ouest pakistanais, qu’ils contrôlent. Lors de l’attaque américaine en Afghanistan, Musharraf, sur pression de Bush, a lâché les talibans - que les États-Unis avaient soutenus eux aussi - et pourchassé Al-Qaida. D’où son surnom : « Busharraf ». Après la reddition de la Mosquée rouge, il a proclamé : « L’extrémisme et le terrorisme seront mis en échec dans chaque recoin du pays. Les madrassas [écoles coraniques] qui enseignent la violence ne seront pas tolérées ». C’est une rodomontade. Le Pakistan est la base arrière de deux des plus importantes organisations islamistes du monde. La première, le Tabligh, pro-taliban, envoie des prédicateurs fanatiques jusque dans nos banlieues recruter des volontaires pour le djihad en Afghanistan. L’autre, indo-pakistanaise, est le Jama’at-i-islami. Les écrits de son fondateur, Aboulal’a Al-Mawdoudi, ont influencé le théoricien des Frères musulmans, Sayyed Qutb, qui inspire bien des réseaux terroristes. Les partis religieux empêchent Musharraf de contrôler l’enregistrement et le financement des madrassas : ils ne tolèrent aucune immixtion gouvernementale dans ce Saint des Saints de l’intégrisme. Mais tous les gouvernements pakistanais les ont utilisées. Islamabad aida les talibans à prendre le pouvoir en Afghanistan pour influencer, à travers lui, l’Asie centrale. Les madrassas y contribuè-

rent en formant les talibans afghans - comme des milliers d’étrangers venus du monde entier - avec l’appui de l’ISI et l’argent saoudien. Les madrassas fournirent des djihadistes à la guérilla cachemirie contre l’Inde. Le prosélytisme islamiste a servi la politique étrangère pakistanaise. Après la chute de la Mosquée rouge, une coalition de six partis religieux approuva l’appel de 13 000 écoles coraniques à manifester. Al Qaïda et les talibans afghans ont exhorté à des attentats contre des objectifs gouvernementaux pakistanais. Samedi dernier, un attentat suicide contre un convoi militaire dans le Waziristan du Nord, à la frontière de l’Afghanistan, a tué 24 militaires et blessé 29 autres. « Le massacre du Lal Masjid [Mosquée rouge] va conduire à une révolution islamique au Pakistan », a lancé Liaqat Baluch, chef de file d’une coalition de partis islamistes, le Muttahida Majlis e Amal (MMA). L’attaque d’une mosquée est, pour un musulman, un acte d’impiété impardonnable. Musharraf, lâché par les partis musulmans, est isolé. Un attentat de plus pourrait lui coûter la vie… La société civile, qui se développe, a manifesté en faveur de l’ex-président de la Cour suprême, Mohamad Chaudry, limogé en mars par Musharraf pour l’empêcher de contester juridiquement les prochaines présidentielles et législatives, fin 2007-début 2008. L’exilée Benazir Butto, ex-chef de gouvernement, est l’une des figures de proue du courant progressiste, qui pourrait arriver au pouvoir. Mais il en serait chassé par les islamistes, en rapide ascension, au Pakistan comme ailleurs… Arrivés au pouvoir, ils contrôleront l’arsenal nucléaire pakistanais, dont la chaîne de commandement a toujours été opaque : l’industrie nucléaire a été édifiée à toute vitesse, à l’écart de la vie civile, avec des financements saoudiens. ■

Reproduction intégrale vivement conseillée avec mention d’origine


4VH 601

16/07/07

17:14

Page 1

ISSN 0151-2439

VÉRITÉS 4

m>

VENDREDI 20 JUILLET 2007

N° 601

LES

La publication anti bourrage de crâne

ÉDITORIAL

HEBDO

En domestiquant les éléphants, Sarkozy aide le PS à se rénover ’est avec jubilation que Nicolas Sarkozy pratique l’enlèvement des Sabines : les caciques du PS. Il a nommé six ministres ou secrétaires d’État de gauche. Ainsi, il a attribué l’important ministère des Affaires étrangères au sémillant Bernard Kouchner. Il a redonné vie à Dominique Strauss-Kahn, exministre de l’Économie et des Finances débouté de la campagne présidentielle, en en faisant le candidat de la France à la tête du FMI. Il a réanimé un autre éléphant, l’ex-ministre de la Culture Jack Lang, en lui proposant de participer à une commission sur la réforme des institutions, ce que ce dernier ne refusera sans doute pas. Il a confié à l’ancien ministre des Affaires étrangères Hubert Védrine, la direction d’une mission d’étude sur la mondialisation. Des députés UMP récriminent. Frustrés des postes confiés à des socialistes, ils reprochent à Sarkozy une ouverture à gauche pour laquelle il leur semble qu’il n’a pas été élu. Au PS aussi, l’émoi est grand. Strauss-Kahn, Lang et Fabius quittent le Bureau national. Celui-ci a prévenu que toute personnalité qui choisira de participer à une commission le fera à titre personnel, et sera suspendue des instances du Parti. Certains socialistes résistent.

C

Dessin de MIÈGE

4VÉRITÉS

LES

La publication anti bourrage de crâne

HEBDO

LES 4 VÉRITÉS 2007 © Publication hebdomadaire (CPPAP N° 0208 I 82 712) Tél. : 01 56 81 00 30 Fax : 01 40 46 00 27 < 4verites@wanadoo.fr > < http./www.les4verites.com > (webmaster : Aléric Brei-Lefebvre) Siège social : 65, rue Claude Bernard 75005 Paris – (EEC, Sarl de presse) Abonnements : 4 Vérités-DIP 18 à 24, quai de la Marne 75164 Paris Cedex 19 01 44 84 85 48 (Dominique <dominique.varenguin@dipinfo.fr>) ou http://www.les4verites.com Directeur-gérant : Alexandre Imbert Responsable éditorial : Alain Dumait Rédaction : Jean Rouxel (rédacteur en chef), Laurent Artur du Plessis Le numéro 1,20€ Abonnement 50 numéros 60€ TTC Abonnement de soutien à partir de 100€ Personnes morales (entreprises ou administrations) : 200€, TVA à 2,10 % en sus Imprimerie : Delcambre, Pantin (93) Également disponible en format numérique (nous consulter) Fichiers déclarés à la CNIL (N° 672024) Exemplaire gratuit sur simple demande écrite

«

Laissez croire au peuple qu’il gouverne et gouvernez-le.

Jean Rouxel

Sarkozy sollicita en vain Manuel Valls, député d’Évry : aux fastes du pouvoir, il préfère les chemins caillouteux, mais prometteurs, des luttes internes au PS, dont il brigue officieusement la direction. En offrant des postes prestigieux à des éléphants désespérés par la perspective d’une longue traversée du désert, Sarkozy les discrédite aux yeux des militants socialistes qui se sentent abandonnés, et aussi des électeurs. En les ramenant à la lumière du pouvoir, il les grille politiquement. Cela ouvre les hautes sphères du parti à de nouveaux talents jusque-là masqués par les éléphants qui occupaient l’avant-scène depuis les années soixante-dix. La sclérose menace tout parti, comme toute institution. À cela, un remède souverain : la rotation des élites. Plus que jamais, la politique est un spectacle. L’apparition de nouveaux visages ravivera l’intérêt du public. En siphonnant la génération des dirigeants socialistes « inventée » par Mitterrand, Sarkozy rend service aux jeunes loups du PS. En obligeant celui-ci à se doter d’une nouvelle équipe dirigeante, il le revigore. Il fait comme ces agriculteurs qui incendient une prairie pour qu’elle reverdisse mieux. Pourtant, Sarkozy ne veut pas la résurrection du PS, mais son agonie… ■

William Penn

»

SOMMAIRE

2

La France doit s’inspirer de l’exemple argentin par Bernard Trémeau

➥ Chiffres Significatifs

3➥ 4 6➥

Le choc des civilisations est manifeste par Pierre Lassieur

Divers faits Votre opinion nous intéresse Le courrier des lecteurs

Les folies de Khadafi par Pierre Lance

7➥ 8

Communication

Vu de l’Ouest américain par Guy Millière

Sic

La chronique politique de Laurent Artur du Plessis

Faites connaître autour de vous

LES 4 VÉRITÉS HEBDO.

Si vous pensez que cette publication anti-bourrage de crâne est susceptible d’intéresser tel ou tel de vos amis, parents ou relations, indiquez-nous leurs coordonnées. Nous nous ferons un plaisir de leur adresser,

gratuitement les 4 prochains numéros.


Chiffres Significatifs

4VH 601

16/07/07

17:14

Page 2

TERRORISME > Le territoire iranien recèle 17 camps d’entraînement de ressortissants étrangers recrutés par Téhéran pour fomenter des troubles dans les pays musulmans. EMBARGO > Quatrième producteur de brut, l’Iran pourrait voir sa production diminuer chaque année de 5 % à cause de la baisse des investissements étrangers résultant de l’embargo. RATTRAPAGE > Début 2007, le produit intérieur brut (PIB) de la Russie a rattrapé son niveau de 1990. Après la dépression des années 1990, le pays a connu six années de croissance à 6 % par an en moyenne. CONTRASTE > La France est désormais le premier pays de la zone euro en termes de dépenses publiques : 53,2 % du PIB, devant la Finlande. DIFFÉRENCE > L’excédent commercial allemand a atteint en mai 17,5 milliards € et le déficit commercial français 5,7 milliards €. INFLATION > Le prix des matières premières s’emballe. Ainsi, le cuivre est 70 % plus cher qu’il y a 2 ans ; en 2006, le zinc a grimpé de 123 % et le nickel de 160 %. SUCCÈS > Il s’est vendu, dans le monde, 100 millions de Kalachnikov, ce fusil d’assaut inventé par le Russe qui lui a donné son nom. VIDÉOSURVEILLANCE > À Paris, il y a 330 caméras de surveillance en surface, et 30 000 en sous-sol. PÉTROLE > L’Afrique de l’Ouest fournit 15 % des importations de pétrole américaines. Ça pourrait être 25 % si la violence dans cette région était jugulée. C’est pourquoi les ÉtatsUnis y déploient des troupes.

2

Économie Économie

Bernard Trémeau

< tremeau.bernard@wanadoo.fr >

Comment l’Argentine a renoué avec la croissance e courrier de Jean-Marc Mercier aux « 4 Vérités » (N° 600) me pousse à revenir sur la situation économique actuelle de la France. Le mal dont souffre l’économie française en 2007 est le même que celui dont souffrait l’économie argentine en 1999. Le 26 mars 1991, quatre pays sud-américains - Brésil, Argentine, Paraguay, Uruguay - créent un Marché commun (le Mercosur) avec une parité fixe liant leurs 4 monnaies. Le dollar américain est choisi par les Argentins comme monnaie de référence. Un peso argentin vaudra « toujours » un dollar. Parité « gravée dans la constitution » argentine… Pendant cinq ans, tout va bien : c’est le miracle argentin. La croissance du PIB frôle les 10 % par an. Les capitaux étrangers affluent. Mais les salaires et les charges augmentent bien plus rapidement en Argentine qu’aux USA. Les prix de tout ce qui est fabriqué en Argentine deviennent progressivement plus élevés que les prix de ce qui est fabriqué aux USA, ou au Brésil. Les Argentins se mettent à acheter de plus en plus de produits américains, mexicains ou brésiliens. Les importations grimpent rapidement. Les entreprises argentines exportent de plus en plus difficilement leurs produits (le blé ou la viande en particulier). Dans les échanges du Mercosur qui augmentent, la part des produits argentins diminue. Dès 1994 apparaît un déficit dans la balance commerciale argentine et ce déficit s’aggravera tous les ans.

L

LES 4 VÉRITÉS HEBDO N° 601 VENDREDI 20 JUILLET 2007

En 1995 le Mexique qui avait aussi une parité fixe avec le dollar dévalue sa monnaie. Le Brésil en fait autant en 1998. Les produits étrangers envahissent l’Argentine, le peso continuant toujours à valoir un dollar. Les entreprises argentines ayant de moins en moins de clients n’ont plus assez de fonds propres pour investir et comme leurs bénéfices s’amenuisent, les capitaux étrangers fuient l’Argentine, préférant s’investir au Mexique ou au Brésil. Une importante chute des investissements argentins marque l’année 1999. Enfin, les rentrées fiscales s’amenuisent et les dépenses sociales augmentent : le déficit budgétaire devient un gouffre sans fonds. Chômage, précarité et pauvreté envahissent le pays. Quand en 2000 le chômage atteint 20 %, des troubles sociaux se développent, comme au Mexique en 1995, en Thaïlande en 1997 ou au Brésil en 1998 : grèves dans les entreprises qui licencient, grèves générales dans certaines villes ou dans certains États brésiliens, manifestations de rues de plus en plus violentes, pillage de magasins, émeutes anti-police. (En France, le chômage des « jeunes » dans les banlieues atteint 24 %). L’armée argentine est intervenue en décembre 2001 : bilan 28 morts. Enfin, le 26 décembre 2001, les financiers décident d’échanger leurs dollars contre des pesos. La crise monétaire argentine s’achève, comme toutes les autres crises, par une brutale spéculation. Le cours du peso est devenu flottant. 3 pesos valent un dollar. Avec cette nou-

velle parité, l’économie argentine redémarre au galop, retrouvant dès 2003 une croissance de 10 %. Le 31 décembre 1999, la France abandonne le franc et décide d’avoir une monnaie commune avec 11 pays européens. L’euro valait alors théoriquement 6,55957 francs. Mais, depuis, les coûts de production augmentent bien plus rapidement en France qu’en Allemagne. En 2007, la situation des entreprises françaises correspond exactement à celle des entreprises argentines en 1999. Elles ne sont plus compétitives. Il faut donc modifier d’urgence la parité franc-euro choisie pour l’Éternité en 1999. La solution économiquement logique serait la dévaluation du franc. Il faudrait donc sortir de l’euro, rétablir le franc en restant dans le Marché commun, et laisser le Marché déterminer la parité franc-euro. On pourrait alors annoncer sans erreur une forte reprise pour 2008. Une telle solution permettrait de consolider le Marché Commun, car elle éviterait pour le futur de nouvelles crises. Une autre solution est « politiquement correcte », tout en étant monétairement logique. Rester dans l’euro, et remplacer les prélèvements effectués sur les entreprises par des prélèvements sur la consommation. (la fameuse TVA sociale). La « dévaluation » ainsi opérée, sera-t-elle suffisante ? De plus, pour éviter toute nouvelle crise, les coûts de production français devront impérativement ne plus dépasser les coûts allemands. Les Français en seront-ils capables ? ■

Reproduction intégrale vivement conseillée avec mention d’origine


16/07/07

17:14

Page 3

Civilisation Civilisation

Pierre Lassieur

Le choc des civilisations est inévitable

>

J

acques Chirac avait coutume de nier le choc des civilisations et plaidait pour un mélange des cultures. Sans doute était-il atteint d’un trouble de la vision. En effet, le choc des civilisations est là, nous y sommes en plein. Il est même possible qu’il se soit illustré récemment au plus haut niveau de l’UMP. Mme le ministre (musulmane) de la Justice n’a-telle pas sèchement rappelé à l’ordre le secrétaire général délégué du parti, Patrick Devedjian (demi-Arménien), après qu’en privé, il avait dit de Mme Comparini : « cette salope » ? Mme Rachida Dati n’aurait-elle pas dû penser que, vu leurs origines respectives, le silence eût été préférable dans une affaire qui ne la concernait nullement ? Les querelles de l’Orient se seraient-elles introduites jusque dans nos sphères dirigeantes ? Dans l’affirmative, cela resterait au plus du domaine de la psychologie et, sans doute, de l’inconscient… Quoi qu’il en soit, le choc des civilisations est patent lorsqu’il s’agit des terroristes islamistes (À noter qu’en langage politiquement correct, on peut dire tout le mal qu’on veut des islamistes, alors qu’il est interdit de dire du mal des musulmans. Pourtant, le gros Robert, éd. 1966, se référant à l’Encyclopédie, écrit : « Islamisme, religion de l’islam, musulmane ». À noter aussi que politiques et journalistes conventionnels parlent de la lutte contre le terrorisme, mais jamais contre le terrorisme islamique. Quelle pudeur ! À moins que ce ne soit l’aveu qu’il n’existe gère d’autre terrorisme

que celui-là). On est obligé de reconnaître que le Coran n’incite à l’indulgence ni envers les juifs et les chrétiens – « Que Dieu les anéantisse ! » (IX, 30) – ni envers ceux qu’il appelle les incrédules et les hypocrites. – « Tuez-les tous partout où vous les trouverez ! Nous vous donnons tout pouvoir sur eux » – (IV, 91). Des générations de musulmans ayant appris dans les écoles coraniques et continuant d’apprendre par cœur le Coran en dodelinant du chef, il ne faut pas s’étonner que certains passent à l’acte. Durant des siècles, les peuples européens, c’est-à-dire chrétiens, occupés à former les nations, se sont fait la guerre et ne se sont guère souciés du commandement de Jésus : « Tu aimeras ton prochain comme toi-même ». De nombreux individus oui, les États non. Les carnages des deux guerres mondiales les ont enfin incités à la sagesse. L’influence du christianisme et celle des philosophes du XVIIIe siècle, combinés, ont beaucoup transformé les mentalités. Au contraire, les peuples islamiques sont restés figés dans une pensée médiévale qui les a empêchés de s’adapter à la société moderne. L’amertume causée par cette inadaptation et les échecs économiques qu’elle a provoqués sont l’une des causes du terrorisme. Or, la lutte contre celui-ci est inégale, l’offensive ayant toujours l’avantage de choisir le point d’attaque. Autres infériorités : 1) Nous sommes ligotés par le respect des droits de l’homme, alors que nos adversaires n’ont aucun scrupule et pous-

Reproduction intégrale vivement conseillée avec mention d’origine

sent ce manque de scrupules jusqu’au mépris de leur propre vie. 2) Nous traitons les effets et non les causes. La police et l’espionnage sont seuls chargés de résoudre le problème, quasiment comme s’il s’agissait de détecter et de poursuivre de quelconques criminels. L’islam est révéré, au point que JeanPaul II avait commis l’erreur de déclarer : « Je respecte l’islam » et bon nombre de nos maires, dont le surprenant secrétaire d’État Bockel, subventionnent la construction de mosquées. Nier l’évidence, nier que le choc des civilisations soit la cause profonde du terrorisme, contribue à nous désarmer moralement et à livrer l’Europe à l’islamisme. C’est Munich tous les jours. ■

Citation « Il n’y a plus guère que dans l’obtuse cervelle des foules et dans l’étroite pensée de quelques fanatiques que puisse encore persister l’idée que des changements sociaux importants se font à coups de décrets. Le seul rôle utile des institutions est de donner une sanction légale aux changements que les mœurs et l’opinion ont fini par accepter. Elles suivent ces changements mais ne les précèdent pas. Ce n’est pas avec des institutions qu’on modifie le caractère et la pensée des hommes. Ce n’est pas avec elles qu’on rend un peuple religieux ou sceptique, qu’on lui apprend à se conduire lui-même au lieu de demander sans cesse à l’État de lui forger des chaînes ». Gustave Le Bon

TINTIN > En Angleterre, « Tintin au Congo » a été retiré des rayons Enfants en librairie, parce que jugé raciste. UE > Le commissaire européen à la Justice, Franco Frattini, a dit que l’Union européenne est hostile à tout recours au meurtre dans le cadre de la lutte antiterroriste. REVERS > Aux municipales, les experts électoraux de l’UMP craignent la perte de deux grandes villes Bordeaux et Toulouse - et d’une partie de la trentaine de villes de plus de 30 000 habitants remportées en 2001 sur la gauche. SURPRISE > Sarkozy songe à nommer la ministre de l’Économie et des Finances, Christine Lagarde, au poste de Premier ministre, avant les municipales. 2012 > Visant la présidentielle de 2012, François Hollande se soucie de son apparence. II compte maigrir, et porter des lentilles de contact. RECONVERSION > L’exministre de la Santé Philippe Douste-Blazy va lancer un fonds d’investissement spécialisé dans la santé. AUTOCRITIQUE > Ségolène Royal publiera l’autocritique de sa campagne présidentielle à la rentrée. SÉCURITÉ > Le Parlement russe va voter une loi - dont Poutine est l’instigateur permettant aux grands groupes russes de lever des armées privées pour assurer la sécurité de leurs personnels et de leurs équipements. DOLLAR > La compagnie pétrolière publique iranienne National Iranian Oil a demandé à ses clients japonais de payer leur pétrole en yens, et non plus en dollars.

LES 4 VÉRITÉS HEBDO N° 601 VENDREDI 20 JUILLET 2007

3

Divers faits

4VH 601


4VH 601

16/07/07

17:14

Page 4

Votre opinion nous intéresse

«

» Courrier des lecteurs Nous écrire, c’est courir le risque d’être publié…

Service minimum

Agir ou critiquer

Hyperactivité

Berbères

ourquoi les syndicats refusent-ils qu’on puisse remplacer un employé en grève par un non-gréviste, si ce n’est pour assurer avec un minimum de grévistes un maximum de nuisance ? Pourquoi refuser que soit précisée, noir sur blanc, dans le projet de loi, la règle du non-paiement des jours de grève ? Parce que dans la réalité, les syndicats finissent systématiquement par obtenir le payement des jours de grèves, mais chut ! Pourquoi s’opposer au vote à bulletin secret après 8 jours de grève ? Afin que les non-grévistes ne puissent s’affranchir de la “pression amicale” de leurs collègues syndicalistes ?

es réactions contradictoires des instances dirigeantes du PS à l’égard de ceux qui accepteraient une mission de la part de Nicolas Sarkozy révèlent la crise sans précédent que traverse ce parti. On se dit “fier” du choix de Dominique Strauss-Kahn pour diriger le FMI et on menace Jack Lang d’excommunication s’il accepte de siéger dans une commission de réflexion sur les Institutions ; sans parler des “traîtres”… Ces politiciens sont plus préoccupés par leurs querelles internes que par le bien commun. L’appartenance à un parti d’opposition ne devrait pas être un obstacle à l’action au service de son pays.

es médias crient à l’hyperactivité parce que le président de la République n’est pas passif. Mais n’a-t-il pas été élu sur un programme, et des objectifs à atteindre en cinq ans ? Ce sera ardu. La sélection à l’université, la décentralisation de la gestion des enseignants du second degré, la réhabilitation de l’apprentissage et le CPE, n’étaient pas de mauvaises réformes. Et pourtant, M. Devaquet a dû démissionner, M. Allègre également, M. Fillon a été congédié et M. de Villepin a vu sa cote de popularité s’effondrer. Ce qui est difficile n’est pas de proposer de bonnes solutions, mais de les mettre en œuvre.

e fort de Douaumont a été repris par un bataillon qui comprenait 90 % de Berbères. Les Berbères ont toujours été de farouches guerriers, façonnés par plus de mille ans de lutte, notamment la lutte contre l’envahisseur arabe. Les premiers témoignages rupestres de notre peuple (au Tassili) remontent à plus de 10 000 ans. Quant aux témoignages scripturaires, ils précèdent de 700 ans ceux de nos envahisseurs arabes. La Berbérie, berceau intellectuel de l’Occident chrétien, comprenait déjà 70 évêchés alors que la Gaule n’en comptait qu’un seul à Lyon (Lugdunum) ; elle a fourni de nombreux saints et papes à l’Église. Lorsque M. Bouteflika reproche à M. Sarkozy les 132 années d’occupation de la France, il tente de masquer aussi bien les 1 400 années d’occupation arabe de nos terres ancestrales et plurimillénaires que l’éradication de notre culture chrétienne, et la misère intellectuelle et matérielle dans laquelle nos peuples ont été plongés pour plus de mille ans, pour ne pas avoir pu davantage résister à la submersion et à la subversion culturelle.

«

P

»

«

L

»

Gabriel Louvois <Gabriellouvois@aol.com>

«

L

»

Maxime Daubenton

Jean-Marc Schuller

<maxime.daubenton@gmail.com>

Paris (75)

Il aurait fallu supprimer carrément l’ISF n amendement adopté par l’Assemblée nationale vient de porter de 20 à 30 % l’abattement sur la valeur estimée de la résidence principale pour l’ISF. Cette mesurette est mieux que rien, mais ne changera pas grand-chose. Par exemple, sur une résidence principale estimée 300 000 euros, elle fera passer la valeur taxable de 240 000 euros à 210 000 euros, soit une réduction de 30 000 euros. À cela s’ajoute une autre mesurette : le bouclier fiscal à 50 %, qui provoque les glapissements furibonds du PS (du moins ce qu’il en reste après l’ouverture à gauche), alors que dans la réalité ça sera pratiquement sans effet. Explication : l’administration fiscale, prompte à trouver des mesures de rétorsion pour annihiler des réformes qui ne lui plaisent pas comme celle-ci, a estimé que la demande de remboursement par un contribuable du trop-perçu au titre du bouclier fiscal à 60 % (en vigueur jusqu’à présent) est « une réclamation contentieuse » qui expose le requérant à une vérification approfondie de sa situation… Autrement dit, s’il est en défaut par ailleurs, sa réclamation bien que parfaitement légale - risque de lui coûter bien plus cher, au final, que ce qu’il aura récupéré. Résultat : 98 % des bénéficiaires potentiels s’abs-

U

4

LES 4 VÉRITÉS HEBDO N° 601 VENDREDI 20 JUILLET 2007

tiennent par précaution, seuls 2 % des 93 000 assujettis ont demandé à bénéficier du bouclier à 60 %. Combien demanderont alors à bénéficier du bouclier à 50 % ? Le président Sarkozy - qui décide seul de tout - ne peut-il décider que cette réclamation n’est pas contentieuse, mais parfaitement régulière, et ne doit pas donner lieu à des mesures de représailles ? Il fallait avoir le courage de supprimer complètement et définitivement l’ISF. Les circonstances étaient, et sont encore, favorables pour cela. En Suède, le nouveau gouvernement de centre-droit, placé dans la même situation en avril 2007, a eu le courage d’abolir cet impôt stupide et scélérat en justifiant sa décision par la nécessité économique de faire revenir en Suède capitaux expatriés et emplois. Sans se soucier des vociférations de sa gauche fiscalement intégriste mais économiquement débile et de ses ayatollahs hurleurs. Pourquoi le président Sarkozy se montret-il plus peureux que le gouvernement suédois, alors qu’il a tous les pouvoirs et qu’il avait proclamé la « rupture » avec le chiraquisme ? ■

«

L

»

Une Berbère anonyme <courriel>

Bouclier fiscal

«

i la CSG et la CRDS restent en dehors du bouclier fiscal, celui-ci passera de fait à 61 %. Et nous retomberons dans les errements fiscaux antérieurs. L’État doit devenir plus efficace, faire mieux avec moins de moyens.

S »

Philippe Verdier P. Martins

<pverdier1@yahoo.fr>

<martin.jpol@wanadoo.fr> Reproduction intégrale vivement conseillée avec mention d’origine


4VH 601

16/07/07

17:14

Page 5

La classe politique doit renouer avec l’éthique du service public a première de toutes les réformes, quelles que soient l’importance et l’urgence des autres, concerne le carriérisme, et la rente de situation qui en découle, de la classe politique. La fonction publique, indispensable au service des citoyens, est sur une pente dangereuse pour la santé du pays. « L’esprit du secteur public au service des citoyens », si cher à Paul Delouvrier, grand serviteur de l’État à l’éthique irréprochable, se distend au fil des ans, des grèves, des revendications, des émeutes, et des rentes de situation, toutes programmées sur commande syndicale avec la bénédiction d’une classe politique désabusée qui y trouverait aussi « son intérêt ». La raison d’être, prioritaire, du haut fonctionnaire, comme celle de tout salarié de la fonction publique, est centrée aujourd’hui, non pas sur l’esprit de service au pays et au citoyen comme ce fut longtemps le cas, mais sur la défense de son salaire et de son statut vidé de toute responsabilité personnelle, les titulaires voyant dans leurs missions une

L

simple prestation à vie pour le maintien des avantages de leur fonction. La volonté du nouveau président de la République, mise en œuvre par François Fillon, de développer une culture du résultat dans l’Administration publique, doit, pour être viable, s’adosser sur une éthique personnelle et collective de la fonction, sous peine d’aggraver encore plus la corruption ambiante. Il faut admettre que les leaders politiques donnent souvent le sentiment de vivre leur carrière dans un cercle vicieux C.T.R (Cumul de fonctions, Train de vie, Réélection). Des milliards d’euros s’envolent en fumée aux frais du contribuable, et au profit exclusif du carriérisme assisté de la haute fonction publique. Du temps où il était ministre de l’Intérieur, M. Sarkozy comme d’autres ministres, n’a pas échappé aux tentations de cette « éthique » adoptée par la majorité de nos gouvernants ! Les avions du GLAM servent aussi à transporter les familles de « ces Messieurs, Dames » en vacances, ne faisant

par là qu’imiter le laisser-aller de l’ancien président de la République, si sympathique et chaleureux aux yeux des Français ! Comment promouvoir la culture du résultat et de l’équité sociale dans le secteur public, si les gouvernants et leurs compagnons donnent, par leurs comportements, une image de « profiteurs » par le cumul des mandats et des avantages concoctés, refusant d’appliquer à eux-mêmes ce qu’ils imposent, sans autre d’état d’âme, à l’ensemble des citoyens ? Notre nouveau Président commencera-t-il par nettoyer devant son portail à doubles battants : celui de la haute fonction publique, et celui des syndicats et des lobbies qui la contrôle, pour que cesse la ponte de la poule aux œufs d’or… qu’ils se sont fabriquée ? ■ Philippe Zeltner

<phizel@wanadoo.fr> Ancien Chargé de mission auprès de Paul Delouvrier

Saturnisme

Réforme

TVA

n énorme scandale, particulièrement ruineux, concerne des mesures prises ou à prendre pour combattre le saturnisme. Suivant les directives de Bruxelles, la France a promulgué une loi instituant certaines obligations. D’abord, lors de toute transaction immobilière, il faut une attestation spécifiant que le local en question ne présente aucun danger lié au plomb. Ensuite, et avant une date qui heureusement n’est pas encore fixée, il faudra remplacer toutes les canalisations d’eau en plomb. À quelques centaines d’euros par foyer, pour toute la France, cela pourrait se monter à 20 milliards d’euros ! Le saturnisme est une maladie non contagieuse et en voie de disparition. Comme elle est à déclaration obligatoire, la Société française de pédiatrie a enquêté sur le nombre de malades en France. Elle en a trouvé une centaine, 100 malades sur 50 millions d’habitants ! 20 milliards d’euros pour 100 malades atteints d’une maladie en voie de disparition ! Arrêtons l’application de cette loi.

armi les projets de Nicolas Sarkozy figure un texte passé inaperçu, mais important : obliger les fonctionnaires à démissionner quand ils sont élus pour un deuxième mandat. Les fonctionnaires, représentant 25 % de la population active taux nettement supérieur à celui des pays occidentaux - occupent plus de 50 % des sièges dans les assemblées élues, notamment au Parlement où sont votées les lois. Les fonctionnaires sont chargés de mettre en œuvre les décisions de leur employeur patron, l’État. Ils le font en général bien. Mais on ne peut pas être à la fois patron et employé. C’est la confusion des genres. En cas d’échec électoral, les fonctionnaires réintègrent immédiatement leur corps d’origine. Ils cumulent une retraite d’élu à celle de fonctionnaire. Toute personne du secteur privé ne peut évidemment pas se prévaloir de ces privilèges… Ce texte comblerait partiellement les inégalités entre les personnes des secteurs public et privé candidates à la vie politique.

a TVA, qu’elle soit sociale ou non, n’est pas un impôt progressif. Si les gens aisés achètent des bien onéreux, ils paieront plus de TVA. Ils rapporteront donc plus de subsides à l’État. Insuffisant pour certains : il faudrait encore que la TVA soit progressive. Qu’à un certain niveau de revenu, on ne paie plus 19,6 % mais 28 % par exemple. C’est ainsi que fonctionne notre impôt sur le revenu dit “progressif”. Cette progressivité est parfaitement odieuse car elle punit tous les créateurs de richesses. Pour prendre une image, disons que vous recevez un coup de bambou fiscal si vous produisez 100, trois coups si vous produisez 105 et dix coups si vous produisez 110. À la fin, vous ne produisez plus du tout ! Et les déficits se creusent, et la croissance ralentit. Puis les gens s’évadent du pays… car personne n’aime être matraqué !

«U

»

«P

»

Lucien Martin Paris (75)

Reproduction intégrale vivement conseillée avec mention d’origine

André Le Lan Chatou (78)

«L

»

Lionel Mussy <liomussy@yahoo.fr>

»

Jacques Guillemain Versailles (78)

UMPS

«

icolas Sarkozy nous parle d’ouverture à gauche, pour justifier le recrutement d’hommes politiques comme Hubert Védrine, Dominique Strauss-Kahn ou Jack Lang. Pourtant, il ne s’agit que de la nomination de personnalités du PS. Aucun représentant des mouvements de droite comme le FN ou le MPF n’est appelé. Aucune invitation n’est lancée en direction du PC ou des trotskistes. Il ne s’agit pas d’une ouverture, mais d’une alliance entre l’UMP et le PS.

N

»

Expulsions

«O

se croient autorisés à réclamer la suppression des expulsions d’étrangers avec les appareils de la compagnie. Ce Comité n’a pas vocation à s’opposer aux décisions de justice ou à la politique de lutte contre l’immigration clandestine voulue par le gouvernement. Le jour où ce Comité sera élu au suffrage universel et représentera une majorité du peuple français, il en sera peut-être autrement…

n se demande de quel droit les représentants du Comité d’entreprise d’Air France

Stéphane Curet <stephane_curet@yahoo.fr>

LES 4 VÉRITÉS HEBDO N° 601 VENDREDI 20 JUILLET 2007

5


Communication

4VH 601

16/07/07

17:14

Page 6

TF1 ❯ Nonce Paolini, nouveau patron de TF1, veut accélérer le départ d’Étienne Mougeotte. Il lui reproche les mauvais débuts de « Secret Story », le « Loft » de TF1. Une dizaine de cadres sont remerciés ou en voie de l’être. « LE MONDE » ❯ Alain Minc et la société des rédacteurs du “Monde” sont convenus d’une médiation sur son maintien à la tête du conseil de surveillance du groupe. Reste à trouver un médiateur, un processus, un calendrier. « LIBÉRATION » ❯ Didier Pourquery, ex-directeur des rédactions de « Métro France », et ancien journaliste de « Libération », deviendra directeur délégué de la rédaction le 20 août. Pourquery travaillait jusqu’à présent sur le projet de quotidien populaire que l’éditeur allemand Axel Springer comptait lancer en France. « LES ÉCHOS » ❯ Le groupe Fimalac, présidé par Marc Ladreit de Lacharrière, offre 245 M € pour racheter « Les Échos » à Pearson, surenchérissant de 5 millions sur LVMH. Cette offre compte trois points forts : un bon prix, le maintien de l’emploi et la garantie de l’indépendance éditoriale. Ladreit de Lacharrière a été sollicité par la direction de la rédaction des « Échos ». Les journalistes ont approuvé l’offre de Fimalac lors d’un vote à bulletins secrets, par 190 voix « pour » et un vote blanc. Pearson ne rompt pas les négociations engagées avec LVMH, qui a l’exclusivité jusqu’à la fin octobre. Fimalac maintiendra son offre jusqu’au 31 décembre. SPRINGER ❯ Le groupe Springer, qui édite le quotidien populaire allemand « Bild », a renoncé à lancer son équivalent en France. La direction invoque la faiblesse du nombre de points de vente et la forte syndicalisation des ouvriers du Livre, et par « la loi sur la protection de la vie privée en France ».

6

International International Pierre Lance

Sauvons les infirmières bulgares! ul n’ignore que le Colonel Khadafi est un fou furieux qui multiplie depuis plus de trente ans les provocations en tout genre. Et nul ne doute de sa responsabilité dans les odieux attentats de Lockerbie (1988, explosion d’un Boeing de la Panam, 270 morts) et du Ténéré (1989, explosion d’un DC10 de l’UTA, 170 morts dont 65 Français). Dans les deux cas, il aurait fait agir ses services secrets à la demande de l’Iran, mais la culpabilité du commanditaire n’exclut pas celle de l’exécutant. Nous avons affaire à des États-voyous qui n’hésitent pas à faire massacrer des civils dans le seul but de représailles politiques. Actuellement, c’est l’affaire des infirmières bulgares qui met encore une fois la Libye au ban des Nations. L’innocence des accusées ne fait aucun doute, et ces pauvres femmes désespérées qui moisissent depuis huit années dans les prisons libyennes doivent se dire que l’Europe est décidément un consortium de lâches patentés. Comment l’Union européenne peut-elle tolérer que plusieurs de ses ressortissants soient injustement condamnés à mort par un tribunal fantoche aux ordres d’un potentat sans scrupules ? Comment un État d’à peine 7 millions d’habitants peut-il ainsi défier une Communauté de 450 millions d’âmes et prendre certains de ses citoyens en otages en toute impunité ? Cela dépasse l’entendement ! Nicolas Sarkozy a fait savoir, durant sa campagne électorale

N

LES 4 VÉRITÉS HEBDO N° 601 VENDREDI 20 JUILLET 2007

<pierre.lance@wanadoo.fr> Site Internet : http://assoc.wanadoo.fr/lerenouvelle/pub

elle-même, à quel point la situation des infirmières bulgares lui semblait inacceptable. On sait que le Président a voulu axer sa politique sur la notion de « rupture ». Mais à propos de rupture, il serait peut-être temps de rompre quelques lances sur le dos de Khadafi. Notre nouveau Président semble soucieux d’acquérir une stature européenne et on ne saurait le lui reprocher. Or, la Bulgarie est membre désormais de l’Union des 27, les Bulgares étant d’ailleurs des Européens depuis toujours, que je sache. Chargée d’une mission hautement symbolique, la Première Dame de France, Cécilia Sarkozy, est allée en Libye rendre visite aux infirmières et au médecin condamnés et s’est entretenue de cette affaire avec le Colonel Khadafi. Certes, l’épouse du Président n’a aucun rôle officiel dans la République, mais n’oublions pas que le Président peut charger qui il veut d’une mission diplomatique. Et nul doute que le tortueux Colonel aura mesuré l’importance de cette démarche pour le moins originale. Au moment où j’écris ces lignes, lundi 16 juillet à huit heures, on attend la réunion du Conseil supérieur des instances judiciaires libyennes qui doit statuer sur une « demande de clémence » déposée devant lui et dont on espère une « réponse favorable » pour le 23 juillet. Malgré son titre ronflant, il est évident que ce Conseil est aux ordres du tyran. D’autre part, on parle de sombres tractations financières qui pourraient abou-

tir à dédommager les familles des enfants victimes à hauteur d’un million de dollars par famille, ce qui devrait chiffrer le total à plus de 400 millions de dollars (438 enfants ont été contaminés, dont 56 sont décédés). Autrement dit, nous nous retrouvons devant une cynique demande de rançon, assortie de l’engagement signé par les condamnés de ne pas poursuivre la Libye en justice pour leurs huit années d’enfermement, ce qui révèle à quel point les Libyens sont peu sûrs de leur position devant la justice internationale. Quant à savoir quelle est l’origine de l’affaire, je ne vois pour ma part qu’une hypothèse crédible : les enfants ont sans doute été contaminés à la suite de dysfonctionnements hospitaliers ou en matière d’hygiène dont les autorités libyennes sont responsables, et le Colonel a cherché fébrilement des boucs émissaires étrangers afin de détourner la fureur des familles. Car il ne faut pas croire que Khadafi n’a pas d’opposition, même si il l’a réduite au silence. Il y a déjà eu des complots contre l’autocrate, notamment fomentés par des officiers de l’armée. Il faudrait tout de même réussir à débarrasser le monde de « chefs d’État » de cet acabit. Car payer des rançons n’a jamais été une bonne solution. ■

Sous-développement De 1970 à 2006, la part de l’Afrique dans les marchés mondiaux a diminué de 50 %, et sa dette multipliée par 20…

Reproduction intégrale vivement conseillée avec mention d’origine


16/07/07

17:14

Page 7

Société Société Guy Millière <MGuymilliere@aol.com> Président de l’Institut Turgot <www.turgot.org>

éjournant dans l’Ouest américain depuis quelques semaines, j’ai repris contact avec la réalité française par le biais d’Internet. Il faut, je le pense, la distance pour comprendre. Vue de Los Angeles, la vie dans une grande ville de « l’Hexagone » ressemble à une plongée dans une oppressante folie. Les rues, déjà étroites, sont rendues plus étroites encore par des blocs de béton, des faux trottoirs, des files de bus matérialisées, des poteaux et des barrières métalliques. Les encombrements font partie du quotidien à toute heure de la journée. La rudesse, l’impolitesse et l’agressivité sont d’une effroyable banalité. La police a tous les droits, à commencer par celui de contrôler intempestivement les identités et de transformer tout innocent en coupable qui s’ignore. Au fil des nouvelles, on découvre la mise en circulation de vélos gratuits qui, dit un journaliste, font des « envieux », et qui sont sans doute très pratiques pour emmener des enfants à l’école un jour de pluie. Si on scrute les nouvelles politiques, cela devient ubuesque. Ce sont les autorités qui décident des dates des « soldes ». Abaisser les impôts à 50 % grâce à un « bouclier fiscal » est présenté comme une « injustice sociale » et comme un « cadeau fait aux riches ». L’autorisation de travailler la nuit ou le dimanche fait l’objet de débats polémiques. Et que dire en parallèle des programmes de télévision prévus pour juillet-août ! On pourrait croire que tous les

S

«

MUNICIPALES Les élections municipales ne seront pas une promenade de santé pour la majorité. NICOLAS SARKOZY

»

«

STRATÉGIE Je ne ferai pas un courant car je ne veux pas m’éléphantiser. SÉGOLÈNE ROYAL

»

Les Français victimes d’un enfermement Français sont censés mettre leur intelligence aux abonnés absents pour ne s’intéresser qu’aux concours de pétanque, à la musique débile et au pastis à prendre au camping du coin. J’ai regardé un journal télévisé de France 2 et l’actualité internationale était réduite à la portion congrue. Ce qu’on disait sur l’Irak, sur les États-Unis ou sur le Proche-Orient relevait d’un médiocre prêt-à-penser sans la moindre lueur d’analyse. C’est pour échapper à tout cela que je m’esquive de France de plus en plus souvent et que je prends mes dispositions pour que l’esquive soit définitive. Tout en discernant la différence qui sépare la vie que je mène outre-Atlantique de celle que je mène en France, je ne puis, aussi, qu’éprouver une forme de compassion pour ceux qui ne connaissent que la vie en France. Je pense à une affiche d’il y a vingt ans et qui disait à propos d’enfants qui avaient grandi sous Mitterrand : « ils n’ont connu que le socialisme ». Mais le socialisme règne toujours en ce qu’il a de plus lugubre. Il imprègne tout dans le pays, strictement tout. Et c’est pour cela que tout en vient à ressembler à une mort lente. Je parle de compassion : trouver normale la quotidienneté française et son atmosphère d’asphyxie médiocre ne fait pas échapper à l’asphyxie et à la médiocrité. On vit petitement, docilement. On s’aigrit. On vieillit de façon précoce. On apprend à renoncer. On finit par croire qu’on pense par soimême en répétant les âneries

Reproduction intégrale vivement conseillée avec mention d’origine

qu’on entend dix fois par jour. J’ai fait plusieurs fois le tour du monde. Je suis passé par l’Afrique subsaharienne, le Maghreb, l’Iran, la Russie et cent autres contrées désolées, et je sais qu’il y a pire que la France. Je sais aussi qu’il y a mieux. Je n’ignore pas que la plupart de ceux qui me lisent n’auront pas l’occasion de passer plusieurs mois par an du côté de Los Angeles. Je n’ignore pas que certains iront dans l’Ouest américain trop peu de temps pour se défaire de leurs stéréotypes et regarder autour d’eux. Ma seule ambition, en ces chroniques, ces dernières années, a été de dire à ceux qui me lisent que la vie, cela peut être autre chose et peut ressembler au grand large et aux bras ouverts, que la liberté, cela peut fonctionner ; que rendre le quotidien plus pénible n’est pas inéluctable ; que l’arbitraire n’est pas une fatalité ; que la libre entreprise et le libre choix peuvent rendre heureux ; et que, pour déchiffrer la planète, il vaut mieux éviter de lire « Le monde » et de regarder les chaînes de télévision françaises. Je ne prétends pas avoir réussi. Les courriers de lecteur qui me contredisent en citant Colombani, Plenel et autres auteurs rances dans le texte, et qui se désabonnent pour être sûrs de vivre l’esprit fermé, me montrent même mes échecs. J’ai fait ce que j’ai pu. Je souhaite du courage à Sarkozy. Le soleil se couche sur le sable de Venice Beach. Je vais prendre la freeway et partir dormir sous les palmiers d’Anaheim. ■

«

OUVERTURE Il y a des gens à l’UMP qui sont obtus. Ils sont en transes à la pensée que Strauss-Kahn pourrait être nommé au FMI. Mais qui peut avoir le FMI ? Copé ? Méhaignerie ? Ollier ? Ils font chier sur des postes auxquels, même en rêve, ils ne peuvent aspirer. FRANÇOIS FILLON

»

«

COPÉ La majorité n’a pas besoin d’un surveillant général. FRANÇOIS SAUVADET, DÉPUTÉ UMP DE LA CÔTE-D’OR

»

«

RIVALITÉ Françoise de Panafieu est incapable de rassembler sous son nom une majorité de Parisiens. PIERRE LELLOUCHE, DÉPUTÉ UMP

»

«

PRÉSIDENTIELLE Le moment venu, je me mettrai à mon compte. Mais avant d’ouvrir un grand restaurant, il faut apprendre le métier en cuisine pour ne pas se faire rouler par son chef. JEAN-FRANÇOIS COPÉ, PDT DU GROUPE UMP À L’ASSEMBLÉE NATIONALE

»

«

GRÂCE Une grâce collective ne doit pas être un outil de régulation des prisons, sinon où est la sanction ? RACHIDA DATI, MINISTRE DE LA JUSTICE

»

«

NUCLÉAIRE La décision iranienne d’autoriser à nouveau l’accès des installations nucléaires aux inspecteurs de l’AIEA est une ruse. AVIGDOR LIEBERMAN, MINISTRE ISRAÉLIEN DES AFFAIRES STRATÉGIQUES

»

«

TOTALITARISME Les extrémistes chiites et les extrémistes sunnites sont les deux faces d’une même menace totalitaire. GEORGE W. BUSH

»

LES 4 VÉRITÉS HEBDO N° 601 VENDREDI 20 JUILLET 2007

7

Sic

4VH 601


4v601