Issuu on Google+

Chronique

politique

Charles-Henri d’Elloy

Godefroy de Bouillon

169 pages – 17,50 € <les4verites-diffusion.fr> ou auprès du service abonnements (+ 5 € de port)

Ce petit livre est un festival de chroniques politiquement incorrectes. À la fois drôles et sérieuses, ces chroniques (qui furent d’abord déclamées sur Radio Courtoisie) dénoncent avec talent les modes et les ridicules du jour. D’une défense du vieux slogan « La France aux Français », à une apologie de Louis XIV, en passant par des commentaires « décalés » sur l’affaire Strauss-Kahn, il y en a pour tous les goûts. À condition d’être de droite et (ce qui va souvent ensemble) d’aimer s’amuser des vaniteux et des ligues de vertu qui prétendent nous gouverner…

uand j’écrivais dans le n° 878 qu’un printemps français était désormais possible, j’ignorais que cela viendrait si vite. Pourtant, nous sommes, selon toute vraisemblance, à la veille d’un bouleversement politique majeur. J’ignore encore à quoi il va ressembler et, surtout, ce qui viendra après. J’avoue que cela ne laisse pas de m’inquiéter. Mais, je me dis aussi que tout vaut mieux que cette lente agonie de notre pauvre pays. Ce qui est certain, c’est qu’un mouvement puissant, qui vient du plus profond du peuple français, est lancé et que les mots d’ordre ne l’arrêteront plus. De quoi s’agit-il ? Du changement de nature de la mobilisation contre le projet de loi Taubira. La manifestation du 24 mars n’avait rien à voir avec les manifestations précédentes. Cette manifestation n’était plus seulement une manifestation contre un projet de loi « sociétal », mais aussi contre un système de gouvernement autocratique.

Q

!

ABONNEZ-VOUS

Bulletin d’abonnement

8

<gdethieulloy@les4verites.com> Guillaume de Thieulloy, 39 ans

Et maintenant, le printemps français !

Chroniques radioactives

À commander sur notre site

Guillaume de Thieulloy

Lecteurs occasionnels abonnez-vous ! Lecteurs déjà abonnés abonnez vos amis! n OUI, je souhaite m’abonner pour 6 mois (soit 25 numéros) à la revue « Les 4 Vérités hebdo » au prix de 30 € TTC (TVA à 2,10 % incluse) par chèque joint NOM ...............................Prénom ............................ Adresse ................................................................... Code Postal .....................Ville ................................. Téléphone ...............................................................

Signature :

4VÉRITÉS

LES

BON À RETOURNER

La publication anti bourrage de crâne

HEBDO

Les 4 Vérités Hebdo — Service abonnements 18 à 24, quai de la Marne — 75164 Paris Cedex 19 Par notre intermédiaire, vous pouvez recevoir des propositions commerciales, politiques ou associatives. Si vous ne le souhaitez pas, cochez cette case : r

LES 4 VÉRITÉS HEBDO N° 885 VENDREDI 29 MARS 2013

Les slogans étaient beaucoup plus politiques que le 13 janvier. Et ce qui m’a le plus frappé, c’est que les manifestants autour de moi ne se préoccupaient absolument plus de savoir s’il était ou non possible d’obtenir le retrait du projet Taubira. Ils étaient déjà passés à autre chose. L’exaspération était à son comble. Et la question du mariage n’était plus le seul moteur de la mobilisation. Plus exactement, la question du mariage a, comme d’un seul coup, dessillé les yeux de nos compatriotes, sur la propagande médiatique et sur le mépris des gouvernants à l’égard du peuple qu’ils sont censés représenter. Un rouleau compresseur s’est lancé et il ne s’arrêtera pas. Le plus étonnant est qu’il ne s’arrête même pas aux appels des organisateurs du mouvement. Pendant toute la manifestation, les appels au calme se sont multipliés (à tel point que cela devenait singulièrement agaçant!). Et, pourtant, des milliers de manifestants se sont retrouvés sur les Champs-Élysées interdits. Contrairement à ce que prétend Manuel Valls (qui va jusqu’à parler de « factieux » – et, pourquoi pas de « tentative de coup d’État », pendant qu’on y est !), ce n’étaient nullement des extrémistes. C’était, au contraire, ce que Gabrielle Cluzel a joliment appelé la « France bien élevée ». Cette France bien élevée a été gazée et matraquée par les CRS. Mais elle est restée stoïque, considérant manifestement qu’elle était chez elle sur les Champs-Élysées. Il faut prendre la mesure de ce profond changement. Encore une fois, j’ignore où cela nous mène. Mais nous pouvons d’ores et déjà décrire ce que nous voyons – et que ne semblent pas remarquer ni les médias, ni le gouvernement. D’abord, ce mouvement de fond est extraordinairement puissant : c’est un tour de force de réunir plus d’un million de personnes en quelques semaines, malgré tous les obstacles

opposés par le pouvoir. Je rappelle que 72 heures avant la manifestation, nous ignorions où elle aurait lieu. Il n’y a eu quasiment aucun dérapage, mais le moins que l’on puisse dire, c’est que le ministère de l’Intérieur n’y est pour rien, puisqu’il a tout fait pour que ça se passe mal, allant même jusqu’à annoncer une manifestation de 100 000 personnes – et donc, j’imagine, à prévoir un dispositif en conséquence ! Ensuite, contrairement aux apparences, ce mouvement n’a pas de chef. Il n’est incarné par aucun parti. Il n’est pas non plus incarné par les porteparole de la Manif pour tous, puisque leurs appels au calme n’ont nullement « calmé » les manifestants dont l’exaspération et la détermination étaient palpables. Cette absence de chef est évidemment une faiblesse. C’est aussi une force, puisque cela signifie que personne n’a le pouvoir de stopper ce mouvement. Je note, encore une fois, le rôle d’internet dans cette mobilisation : nos amis de Nouvelles de France, du Salon beige et quelques autres ont fait un excellent travail pour briser le mur du silence de la grosse presse – et pour montrer les vraies images des prétendus « débordements ». Enfin, c’est un mouvement politique. En particulier, il est remarquable que dans l’avenue Foch où la sonorisation de la manifestation ne parvenait pas, les manifestants ne criaient pas seulement: « Taubira, ta loi, on n’en veut pas! » Ils criaient aussi, et bien davantage: « Hollande, démission! » En réalité, même la démission de François Hollande ne suffirait plus à faire rentrer ce rouleau compresseur au garage. C’est le « système » que les manifestants veulent abattre, cette espèce d’oligarchie libertaire qui bâillonne le peuple et prétend parler pour lui. Je ne pensais pas voir de mes yeux un tel mouvement. Mais je crois profondément qu’il est une chance magnifique pour la France ! n

Reproduction intégrale vivement conseillée avec mention d’origine


ISSN 0151-2439

VÉRITÉS 4

VENDREDI 29 MARS 2013

N° 885

LES

La publication anti bourrage de crâne

ÉDITORIAL Non à l’anti-France et vive la liberté ! n récent sondage BVA pour iTélé indique que 86 % des Français seraient favorables à un renforcement de la loi sur le voile et proposeraient l’interdiction de tout signe d’appartenance politique ou religieuse dans les écoles et les crèches, qu’elles soient de droit public ou de droit privé. Voilà où mène le laxisme des dernières décennies en matière d’immigration. Voilà où mène l’islamophilie des pouvoirs publics. Car, je le dis tout net, ce sondage n’est pas une bonne nouvelle. Sur la base de telles indications, je ne serais nullement surpris que les libertés publiques (déjà fort limitées en France) soient encore amoindries. Pour ce qui me concerne, je serais bien davantage favorable à ce que chacun fasse ce que bon lui semble. Car je conteste formellement que l’État ait le pouvoir de nous imposer d’autres limites que celles relatives à l’ordre public, en matière d’affichage de nos opinions politiques ou religieuses. Seulement, voilà, les Français en ont plus qu’assez de cette islamophilie des pouvoirs publics. Et ils ne font pas dans la dentelle. Ce sont tous les signes d’appartenance politique et religieux qui sont visés. Pas seulement le voile islamique.

U

Dessin de MIÈGE

4VÉRITÉS

LES

La publication anti bourrage de crâne

HEBDO

LES 4 VÉRITÉS 2013 © Publication hebdomadaire (CPPAP N° 1114, I 82 712) Tél. : 01 46 88 09 78 <redaction@les4verites.com> <http://www.les4verites.com>

(webmaster : <webmasteur4v@les4verites.com>)

Siège : 25, rue des Bas 92 600 Asnières – (GT Éditions SARL) Abonnements : 4 Vérités-DIP 18 à 24, quai de la Marne 75 164 Paris Cedex 19 01 44 84 85 48 (Dominique <dominique.varenguin@dipinfo.fr>) ou http://www.les4verites.com Directeur de la publication : Guillaume de Thieulloy Conseiller éditorial : Alain Dumait Rédaction : Jean Rouxel (rédacteur en chef) Le numéro 1,20€ Abonnement 50 numéros 60€ TTC Abonnement de soutien à partir de 100€ Personnes morales (entreprises ou administrations) : 200€, TVA à 2,10 % en sus Imprimerie : Delcambre, Pantin (93) Également disponible en format numérique (nous consulter) Fichiers déclarés à la CNIL (N° 672024) Exemplaire gratuit sur simple demande écrite

n

HEBDO

Jean Rouxel

Il y a fort à parier d’ailleurs que les sondeurs n’ont guère encouragé à faire les distinctions nécessaires. Et, en toute hypothèse, la quasi totalité de la caste médiatique n’imagine pas de prohiber les symboles islamiques sans prohiber toute autre sorte de symboles. C’est bien là que le bât blesse. Car nos appartenances politiques et religieuses ne sont pas toutes équivalentes. Nous sommes chez nous. Alors que l’islam n’est pas chez lui en France. En d’autres termes, si nous étions suffisamment fermes contre l’anti-France, nous ne serions pas « obligés » de limiter les libertés des Français. Oui, nous avons le droit à une « discrimination positive » profrançaise et pro-chrétienne. Quant à moi, je ne me résous décidément pas à être muselé chez moi, simplement parce que les politiciens n’osent pas mettre des barrières aux provocations de l’islam conquérant. Et je me résous encore moins facilement à la préférence étrangère qui est trop souvent la règle chez nous. Nous avons le droit d’être attachés à nos traditions. Cela n’est agressif pour personne. D’ailleurs, pour autant que je sache, nul n’est obligé de venir chez nous si nos coutumes le choquent… n

«

Il existe des guerres justes. Mais le propre des guerres justes est de ne pas le demeurer longtemps. Georges Henein

»

SOMMAIRE

2Â 3Â 4 5 6Â 7Â 8

Chypre, l’Union européenne et nous par Bernard Trémeau

Chiffres Significatifs

Manuel Valls ne résout rien en Corse !

par Gaël Nofri

Divers faits Votre opinion nous intéresse Le courrier des lecteurs

La France ne protège plus les Français

par Christian Lambert

Phobies climatiques et gaspillages

par Guy Millière

Communication

Les Chypriotes crèvent de l’État-providence ! par Jacques Ernewein

Sic

La chronique politique

de Guillaume de Thieulloy

Abonnez-vous et faites abonner vos amis à notre lettre d’informations gratuite et hebdomadaire. Rendez-vous sur notre site internet : < www.les4verites.com >


Chiffres Significatifs

TOURISME > 29 millions de touristes ont visité Paris en 2012. POLOGNE > La Pologne va consacrer 33,6 milliards d’euros à sa défense d’ici 10 ans.

Économie Économie Chypre : Troïka, go home !

PLACEBO > 97 % des médecins britanniques reconnaissent avoir prescrit au moins une fois un placebo à leurs patients. DASSAULT > Le chiffre d’affaires de Dassault Aviation s’est élevé à 3,9 milliards d’euros en 2012, soit une hausse de 19,2 % : l’avionneur a notamment enregistré 37 commandes de Falcon (contre 30 en 2011) et en a livré 45 (contre 35 en 2011). CHÔMAGE > En janvier, le chômage a augmenté de 1,4 %. Ce qui signifie une hausse du nombre des demandeurs d’emploi de 43 900. AUTOLIB > Fin 2012, après un an d’exploitation, 67 000 personnes étaient abonnées à Autolib, le service de location de voitures électriques de la ville de Paris. TATOUAGE > On estime qu’environ 10 % des Français arborent au moins un tatouage. HERMÈS > En 2012, la société Hermès, spécialisée dans le luxe, a réalisé un bénéfice net de 740 millions d’euros, en hausse de 24,5 %. JEUX > 80 % des personnes qui jouent en ligne se fixent un budget. Celui-ci est inférieur à 50 euros par mois pour 50 % d’entre elles, entre 50 et 500 euros par mois pour 42 % d’entre elles, et supérieur à 500 euros pour 8 %. CHYPRE > Le PIB de Chypre s’élève à 17 milliards d’euros… et la dette publique à près de 15,5 milliards !

2

C

hypre est une île de la Méditerranée proche de la Turquie. Sa surface est de presque 10 000 km2 et elle compte un peu plus d’un million d’habitants, dont 20 % de Turcs (au nord) et 80 % de Grecs. Une véritable guerre civile oppose les deux communautés. Ancienne colonie britannique, Chypre acquiert son indépendance le 16 août 1960. Trois armées la contrôlent encore : 4 000 soldats anglais installés dans deux bases militaires, l’armée grecque au sud, et la puissante armée turque au nord. Chypre est une démocratie qui élit au suffrage universel, tous les 5 ans, son président et un parlement de 59 membres. Le 1er mai 2004, la République de Chypre entre dans l’Union européenne. Le 10 juillet 2007, Chypre devient un nouveau membre de la zone euro, et abandonne sa monnaie la livre chypriote pour adopter l’euro. Il est décidé qu’un euro vaut « irrévocablement » 0,58 livre chypriote. Les Chypriotes adoptent alors une politique fiscale très proche de celle de l’Angleterre, leur ancienne métropole. Ils n’imposent par exemple leurs entreprises que de 10 %. Ce qui pousse bien évidemment de très nombreuses entreprises européennes à avoir leur siège social à Nicosie pour payer moins d’impôts, tout en conservant leurs usines en Allemagne ou en France. Les banques tout particulièrement. Les banques chypriotes ont dans leurs caisses 68 milliards d’euros en dépôt.

LES 4 VÉRITÉS HEBDO N° 885 VENDREDI 29 MARS 2013

Par ailleurs, le climat très agréable et les ports bien aménagés ouverts sur la Méditerranée attirent de nombreux Russes faisant partie de la nomenklatura. Une véritable colonie de Russes s’est installée à Chypre. Ils ont été massivement suivis par les banques russes qui interviennent dans le commerce entre la Russie et la zone euro. Mais le gouvernement chypriote vit bien au-dessus de ses moyens et les prix augmentent à Chypre plus rapidement qu’à Berlin. Chypre importe deux fois plus qu’elle n’exporte. Le chômage est passé en 3 ans de 4 à à 12 %. La dette publique atteint 60 % du PIB. En décembre 2012, le gouvernement chypriote demande une aide de 17 milliards d’euros à l’Union européenne. Intervient alors la fameuse troïka : la Commission européenne, la Banque centrale européenne et le Fonds monétaire international. Des hauts fonctionnaires européens débarquent à Chypre. Après avoir étudié la situation chypriote, ils veulent bien que l’Europe (l’Allemagne et la France en particulier) prête les 17 milliards demandés. Mais ils demandent, en échange, que Chypre fasse un énorme effort pour rééquilibrer ses comptes. Il faut réduire les salaires, le nombre des fonctionnaires, les allocations. Il faut augmenter les impôts. Cerise sur le gâteau, il faut prendre tous les ans 10 % de l’argent déposé dans les banques chypriotes. Ce qui va obliger les Russes à débourser des milliards d’euros. Ces folles mesures imposées

Bernard Trémeau <tremeau.bernard @wanadoo.fr>

aux Chypriotes par une équipe de hauts fonctionnaires venus de l’étranger ont immédiatement déclenché de nombreuses réactions. D’une part, de grandes manifestations dans les rues de Nicosie où l’on pouvait lire : « Troïka go home ! » Et, d’autre part, une réaction violente du gouvernement russe qui voit ses banques obligées de payer des milliards d’euros. Le gouvernement chypriote a alors soumis à son parlement les propositions des technocrates étrangers. Le parlement les a immédiatement repoussées à l’unanimité. Une telle réaction du peuple et du parlement chypriotes était prévisible. La sortie de la zone euro accompagnée d’une dévaluation devient la seule issue possible pour Chypre, mais aussi pour tous les pays de l’Europe du sud. Avec l’expérience grecque, les responsables européens connaissent parfaitement le coût du maintien dans l’Europe d’un pays qui vit au-dessus de ses moyens sans dévaluer. Les entreprises grecques ne sont pas miraculeusement redevenues compétitives… Certains observateurs se demandent si l’Allemagne ne fait pas un test en obligeant à dévaluer Chypre. Si la dévaluation s’avère trop douloureuse, il ne sera pas trop difficile d’aider ce tout petit pays à surmonter ses problèmes. Tous les pays de l'Europe du sud sont pratiquement dans la même situation que la Grèce… Et la France tout particulièrement ! n

Reproduction intégrale vivement conseillée avec mention d’origine


Gaël Nofri <www.gaelnofri.com>

L

a République a ses traditions. Quel que soit le Président en place, on sait qu’il défilera le 14 juillet ; le Premier ministre fera, lui, une déclaration de politique générale ; les députés, chaque mardi, pousseront des cris de vierges effarouchées au cœur d’un hémicycle étonnamment plein, dans l’espoir que les caméras s’arrêtent sur eux… Mais il est une autre tradition non écrite qui anime nos institutions : chaque ministre de l’Intérieur se doit de déclarer, sur un ton énergique, qu’il entend s’attaquer au « problème corse ». Pour nous, vulgum pecus, noninitiés aux mystères de la langue des « sachants » parisiens, cela semble témoigner d’une volonté de mettre un terme aux maux qui gangrènent l’île : chômage, faillite du système éducatif, immigration incontrôlée, surendettement, drogue et alcool, crise de l’agriculture, vieillissement de la population… sans oublier le premier fléau de l’île, la violence. Non, décidément non, il n’est pas question de cela, ici. Le fameux « problème corse », c’est une hydre, un monstre, un mythe : c’est la question sans cesse posée de l’avenir de l’île, c’est l’enjeu de réformes institutionnelles jamais réglées. Chaque ministre a donc son plan pour la Corse et Manuel Valls ne fait pas exception : à peine arrivé aux affaires, il s’est empressé de nommer une « commission Chaubon ». Après le « plan Poniatowski », le « statut Joxe », les « accords Matignon » et la tentative de « réorganisation

Le prétendu « problème corse » Sarkozy », voici donc une énième solution miracle. Une fois encore, on va donc tout changer pour que rien ne change. On va modifier l’appellation des élus locaux, leur mode d’élection… transférer de nouvelles compétences. Et prier, dévotement, pour que les choses n’empirent pas trop. Évidemment, nos gouvernants savent bien que cet exercice ne réglera rien. Mais, après tout, si les ministres d’aujourd’hui réglaient les problèmes de toujours, à quoi serviraient les ministres de demain? C’est là qu’il convient d’aborder une autre particularité de notre République : elle ne s’aime pas et a une propension naturelle aux comportements autodestructeurs. Les exemples ne manquent pas : la nation qui s’abandonne entre les griffes de l’Union européenne, allant jusqu’à lui demander de lui imposer règlements, normes et, le cas échéant, sanctions. On pourrait aussi citer la création quasi-frénétique de « hautes autorités indépendantes », entités créées par l’État afin d’être indépendantes de lui-même. Comme si l’État se méfiait de lui-même…

L’affaire n’est, hélas, pas différente en Corse. L’État délègue, de façon régulière et constante, compétences et pouvoirs aux élus locaux avec une sorte de joie morbide. Bien sûr, on ne vous dira pas : « La République se tire ! » Mais c’est pourtant ce qu’il faut comprendre. Oui, il y a des problèmes en Corse, comme partout sur le territoire national, à des degrés divers. À côté des vraies difficultés, il est probable qu’il existe un « problème corse ». Mais il est aussi probable que celui-ci ne soit pas là où on le croit : c’est sans doute le renoncement de l’État à être actif. C’est peut-être le refus des gouvernements successifs d’écouter la voix des Corses. C’est probablement cette succession ridicule de statuts venus renforcer une classe politique locale étrangère au bien public, à bout de souffle et malade de ses vices. Ce ne sont pas les barons locaux, confiscateurs de la démocratie véritable, qui aideront l’île à sortir de cette spirale. Ce sont les Corses qui sauveront la Corse, et eux seuls. n

Propagande médiatique Ayant participé à la manifestation du 24 mars, j’ai regardé ce qu’en disait iTélé dans la soirée. Tout le reportage était axé sur des « débordements » à proximité de l’Arc de Triomphe, en omettant de parler de l’ampleur, du caractère paisible et déterminé de la manifestation, ou encore des nombreuses personnes qui sont intervenues à la tribune. Il ne faut pas s’étonner qu’un tel comportement des médias, s’alignant servilement sur celui du gouvernement, finisse par énerver les citoyens qui cherchent à freiner les délires de ceux qui se croient les gardiens du « sens de l’histoire » et veulent faire évoluer la société vers Le Meilleur des Mondes ou 1984 (en supposant que ces références leur disent quelque chose). J’accorderai désormais encore moins de crédit à iTélé que par le passé ! Jean-Baptiste Jourdain – Villers-Cotterêts (02)

Reproduction intégrale vivement conseillée avec mention d’origine

ISLAM > 55 % de la population pensent que les musulmans forment une communauté à part dans la société française. SNCF > En 2010, les vols de cuivre subis par la SNCF ont entraîné 35 millions d’euros de pertes… et 350 000 minutes de retard. MARIAGE > Seuls 17 % des moins de 25 ans considèrent le mariage comme une institution dépassée. IRM > En moyenne, un Français doit attendre 32 jours pour passer un examen d’imagerie par résonance magnétique (IRM). NUCLÉAIRE > Selon la société Tepco, exploitant la centrale nucléaire de Fukushima, la panne que les systèmes de refroidissement de la centrale ont connue mi-mars serait due à la présence d’un rat qui aurait fait disjoncter les circuits électriques. Reste à savoir ce que l’animal faisait dans les parages… FAMILLE > À l’encontre de ce que laissent entendre les abondantes études sur la dégradation de la famille, l’INSEE rappelle que 75 % des enfants de moins de 18 ans vivent avec leurs deux parents. FORTUNE > 58 % des Français estiment qu’il est toujours possible de faire fortune en France. VACANCES > 40 millions de Français envisagent de partir en vacances à l’été prochain, contre 43 millions en 2012.

LES 4 VÉRITÉS HEBDO N° 885 VENDREDI 29 MARS 2013

3

Divers faits

Politique Politique

TAXE > Après l’échec de sa taxation à 75 % sur les hauts revenus, le gouvernement a consulté le Conseil d’État… qui considère qu’à 66 %, cette taxe ne serait pas confiscatoire. Comme quoi la justice protège bien notre propriété !


Votre opinion nous intéresse

«

» Courrier des lecteurs Nous écrire, c’est courir le risque d’être publié…

19 mars

Innocence

«

n a beau rappeler hypocritement que « bien sûr, il y a présomption d’innocence, mais… », rien n’y fait. Comment une mise en examen en est-elle venue insidieusement à impliquer une présomption de culpabilité ? De simples soupçons suffisent désormais à vous jeter en pâture à ce qu’on appelle à tort l’opinion publique, et qui n’est rien d’autre que l’arène médiatique. Un ministre du Budget qui masquerait un compte en Suisse et un ancien Président de la République qui abuserait de la faiblesse d’une vieille dame riche sont évidemment des cibles de choix dans cette arène. Nous sommes friands de scandales, surtout lorsqu’ils touchent des puissants. Un juge d’instruction peut mettre de côté ses opinions personnelles et il peut se laisser influencer par elles. Notre justice est une justice humaine avec ses faiblesses. La médiatisation excessive de ces scandales, réels ou imaginaires, est une menace pour nos libertés. Le droit d’informer et d’être informés doit trouver sa limite naturelle dans le droit de chacun à une véritable présomption d’innocence.

O

»

«

e 18 mars 1962, à Évian, trois ministres français, après d’interminables négociations avec quatre terroristes, ont signé des « Déclarations d’intention ». Ce texte, n’ayant pas été signé entre deux États, ne peut en aucun cas être considéré comme des « accords ». L’expression « cessez-le-feu » ne figurait pas dans le texte de ces « déclarations d’intention ». Il apparaît donc clairement que les locutions « Accords d’Évian », « Cessez-le-feu » et « Fin de la guerre », qui sont apparues quelques jours plus tard, n’ont été utilisées que dans un but de désinformation. On ne devrait donc plus utiliser ces expressions. Les élus locaux devraient faire disparaître les plaques étalant sur les voies publiques ces assertions mensongères. Et, pourtant, le gouvernement a demandé aux directeurs d’établissements publics, particulièrement aux maires, de pavoiser le 19 mars 2023. À ma connaissance, seul le maire de Perpignan, non seulement s’est refusé à injurier toutes les victimes survenues en Algérie après cette date honteuse, mais encore a mis, ce jour-là, le drapeau français en berne…

L

»

Maxime Daubenton Cambrai (59)

Guerre

Racisme

Antoine Esposito <esposito.antoine@wanadoo.fr>

«

l est intéressant de souligner comment les médias nous présentent les dernières statistiques sur le racisme ! Ces dernières montrent une nette augmentation des racismes anti-juif et antimusulman, nous dit-on, mais on omet de nous dire qui sont les auteurs de ces manifestations racistes en recrudescence. L’ineffable Pujadas prend même son air le plus affecté pour nous dire que ces statistiques sont inquiétantes ! Par contre, pas un mot, ni une pointe d’inquiétude pour le racisme antifrançais ou anti-blanc qui se développe à la vitesse grand V, sans qu’aucun média daigne seulement le constater ! Mais comment s’étonner d’une telle attitude médiatique dans un pays où on nous annonce avec ferveur le début et la fin du ramadan sans dire un seul mot du carême et où on organise des marches blanches médiatisées lors de la mort, certes regrettable et sans doute évitable, de petits délinquants, mais où on n’organise rien quand il s’agit de policiers, pères de famille, qui se font massacrer ? Quand va donc cesser cette forme de désinformation dont nous sommes les victimes quotidiennes ?

I

l est trop facile de prendre l’argent dans la poche des Français pour le distribuer sans compter ! Il est trop facile de piller la propriété issue du travail pour la redistribuer à ceux qui sont dans la nécessité. Ce n’est pas le besoin qui donne un droit ; c’est l’effort qui donne des droits. L’assistance ne peut mener qu’aux plus vils sentiments de la part de tous (sauf du seul vrai profiteur : l’élu qui « redistribue ») : de celui qui donne par contrainte et de celui qui reçoit…

4

LES 4 VÉRITÉS HEBDO N° 885 VENDREDI 29 MARS 2013

»

Alain Potrat <alain.potrat@gmail.com>

»

Jean-Paul Pfiffelmann <j-p-pf@wanadoo.fr>

Sortons les profiteurs !

I

«

a cote de popularité de François Hollande n’a cessé de décroître depuis son élection : les 55 % d’opinions favorables recueillies au lendemain du 6 mai sont désormais ramenées à 35 %. Cette descente vertigineuse a connu un léger tassement, momentané mais réel, avec l’engagement de notre armée au Mali. Conclusion : il suffit de déclarer une guerre pour voir sa cote de popularité s’améliorer. Dans ces conditions, si notre président souhaite revivre la liesse du grand soir, il lui suffit d’engager les hostilités sur d’autres théâtres d’opérations, en décrétant la mobilisation générale contre… le chômage, la vie chère, l’insécurité, l’islamisation colonisatrice, l’ingérence bruxelloise, la dette… Mais, pour cela, il est nécessaire de mener un premier combat : mettre hors d’état de nuire l’idéologie socialo-communiste qui règne en maître chez nous et cette guerre-là n’est, hélas, pas gagnée d’avance. Surtout si l’on refuse de la mener !

L

Il est temps de diminuer le nombre de ces parasites qui sont parvenus à faire croire à leur haute valeur morale. Ils ne pensent qu’à enlever leurs droits aux travailleurs et à maintenir dans la précarité ceux qui sont dans le besoin. Donnons-nous les moyens de retrouver notre dynamisme économique en réformant cette pseudo-démocratie ! n Pierre-André Chapelle <pachapelle@hotmail.fr>

Droit du sang et GPA

«

hristiane Taubira a décidé d’accorder la nationalité française aux enfants nés par GPA à l’étranger. Elle reconnaît donc le droit du sang. Il faudra bien, un jour, choisir entre le droit du sol qui est la norme en France et la logique de la circulaire Taubira. Mais peut-être François Hollande et elle-même songent-ils à réduire ainsi le nombre de régularisations d’immigrés !

C

»

Jean-Paul Baron <jeanpaul.baron@gmail.com>

Reproduction intégrale vivement conseillée avec mention d’origine


La France impuissante. L’Italie en folie. ne famille française avec des enfants en bas âge a été enlevée au NordCameroun par des islamistes de la branche nigériane d’Al Qaïda au Maghreb islamique (AQMI). Ces otages, dont des enfants, sont soumis à un régime qui confine au crime contre l’humanité. Les conditions de détention sont abominables, avec le climat, le logement dans des gourbis, l’alimentation innommable, l’absence d’eau potable… De plus, le groupe aurait été divisé. Les mauvais traitements sont probables. Que fait la France, dont le premier devoir est de protéger ses citoyens et, en premier lieu, ceux qui sont victimes de traitements proches de la torture ? Pratiquement rien. Parce qu’elle ne peut rien faire. Comment délivrer ces malheureux, qui s’ajoutent aux autres, dispersés sur des territoires immenses peuplés de musulmans. Sont-ils encore en vie ? L’un d’entre eux aurait été exécuté, a déclaré le 19 mars une agence de presse mauritanienne proche des islamistes. Des tentatives ont été faites. Des millions d’euros ont été versés pour leur libération, sans résultat. Des opérations militaires de commando ont été montées. Elles ont toutes échoué avec mort d’hommes, comme dernièrement en Somalie. Ce qui est plus choquant encore dans ces tragédies, c’est la complicité objective des musulmans de France. Ils sont autour de 8 millions sur notre sol, avec des organisations représentatives qui ont pignon sur rue – c’est le moins que l’on puisse dire. Ménagées, honorées, et financièrement aidées par les pouvoirs publics, ces organisations sont-elles intervenues auprès des « frères » africains pour obtenir la délivrance des Français détenus dans les conditions que je viens d’évoquer ? Pas à ma connaissance. Pas une seule protestation

U

Allocations

«60

% des Français seraient d’accord pour que l’on ampute les allocations familiales des familles « les plus riches ». Ce qui prouve qu’ils sont mal informés. Ils ignorent, apparemment, qu’il est inutile et même nocif de multiplier les mécanismes d’égalisation des revenus entre les plus productifs et les moins productifs, l’IR assurant cette égalisation, non seulement suffisamment, mais, selon les économistes du monde entier, plutôt à l’excès. Les allocations familiales, elles, sont destinées à réduire l’écart de niveau de vie, à revenu égal, entre les foyers chargés d’enfants et ceux qui n’en ont pas. Or, notamment pour finan-

n’a été élevée publiquement par l’un de ces 8 millions de musulmans installés en France. Tel est le constat qui s’impose dans un pays qui se proclame à toute occasion champion des droits de l’homme, mais qui n’est pas en mesure de faire respecter en dehors de la France, mais aussi en France même, les droits élémentaires de ses citoyens, hommes, femmes et enfants. Mais venons-en à l’Italie qui, empêtrée dans sa démocratie, va encore plus mal que la France. Voilà un pays qui fut au cœur de la civilisation occidentale et chrétienne, avant qu’elle ne devienne l’Italie qui, tout dernièrement, avait eu la chance d’être dirigée par Mario Monti. Ce n’était pas un politicien, mais un professeur, un homme sérieux et compétent. Il avait rapidement obtenu des résultats positifs. Il avait réalisé 90 milliards d’économies en 18 mois et l’Italie avait retrouvé une balance commerciale excédentaire. Mais les Italiens n’en voulaient pas, parce qu’il était sérieux Les trois quarts de nos « frères » transalpins et méditerranéens ont donc choisi le marxisme-léninisme et l’anarchie en la personne de Pier Bersani, un ex et récent communiste (mais, il est vrai, moins excité que Mélenchon), et de Beppe Grillo, un clown. Ainsi, les Italiens ont-ils clairement fait savoir ce qu’ils voulaient : être payés à ne rien faire, le « panem et circenses » de la décadence romaine, avec, parfaitement tolérées, la corruption et les mafias sicilienne et napolitaine. Et l’on voudrait qu’avec ça, l’Europe et ses 50 000 fonctionnaires aillent de l’avant, l’Europe qui ne tient encore debout que grâce à l’Allemagne, son sérieux, son travail, et son presque plein emploi – flanquée, hélas, de pays en voie de dislocation, l’Espagne, la Grèce, la Roumanie, la Bulgarie et leurs Tsiganes, au total 26,5 millions de chômeurs (davantage

cer les retraites, nous avons besoin qu’il y ait de nombreux enfants… Ils ignorent aussi que les parents en âge d’avoir des enfants donnant droit aux allocations familiales sont encore, le plus souvent, dans la première moitié de leur carrière et ont donc le plus souvent des revenus modestes. Aussi, de deux choses l’une : ou l’on limitera les réductions aux quelques familles dont les revenus sont réellement élevés et, dans ce cas, l’économie sera plus symbolique qu’effective ; ou bien l’on réduira les allocations de nombreuses familles.

Reproduction intégrale vivement conseillée avec mention d’origine

»

Marie Merlin Saint-Zacharie (83)

encore demain), au nombre desquels figurent des millions d’immigrés du Tiers monde, Arabes du Maghreb et du Moyen Orient, Turcs et Chinois de toute la Chine, sans oublier le projet toujours vivace d’intégrer dans l’Union européenne la Turquie et ses 75 millions de musulmans. Un mot, en passant, sur Chypre. Il y a peu, François Hollande s’est déclaré confiant et satisfait. « La crise de l’euro est derrière nous, a-t-il proclamé. » On voit ce qu’il en est à Chypre, dont la situation financière est telle que toute l’Europe de l’euro en est ébranlée et même la Russie et ses oligarques. Et la France dans ce désordre ? J’entends dire partout que les socialistes au pouvoir, qui donnent chaque jour le spectacle de leur nullité cacophonique, ne pourront pas tenir longtemps encore. En, cas d’élection, François Hollande n’obtiendrait pas, dit-on, 20 % des voix. Je ne suis pas sûr qu’il en soit ainsi. D’abord, constitutionnellement, les socialistes sont au pouvoir pour 4 ans encore. Quand on mesure ce qui a été fait depuis le mois de mai 2012, il y a lieu de se faire du souci. Ensuite, je ne serais pas surpris qu’en cas d’élection demain, on ait des résultats à l’italienne, c’est-à-dire une confirmation du marxisme-léninisme et une large approbation des promesses d’un clown, le nôtre, qui se place à la gauche de la gauche. Sans doute, le Front national obtiendrait-il quelques succès municipaux, mais ce ne serait pas décisif. Alors, plus que jamais, ce serait avec ces gens-là au pouvoir, la faillite financière, la banalisation du mal, la marchandisation de tout, la fraude généralisée, et la misère à partager. n Christian Lambert

Ancien Ambassadeur de France

Justice

«L

a mise en examen de notre ancien Président fait des vagues. Il y a eu des critiques sévères. La réponse de la magistrature a été un tonnerre de protestations : la justice est irréprochable. Ce que pense le petit peuple, dont je fais partie et qui a eu au cours de son existence à subir ou à connaître des décisions de justice hallucinantes, ne peut être conforme à la pensée des magistrats. J’ai licencié un salarié. Il m’assigne aux prud’hommes et il est condamné à me payer 12 000 francs ; il fait appel et je suis condamné à lui verser 12 000 euros (entre-temps la monnaie avait changé). Que, sur le fond, j’aie tort ou raison, où est la

justice irréprochable dans cette affaire ? Deux décisions aussi contradictoires ne sauraient être justes toutes les deux ! Si la justice demande d’être respectée, elle doit d’abord être respectable. Comme dans toutes communautés humaines, il y a des bons et des mauvais juges. Or, comme ils se prennent tous pour Dieu le Père, il n’est pas question de les contrôler. Quand on voit les sanctions qu’a subies le juge d’Outreau et mis des innocents en prison, on doit bien constater que même les juges des juges sont loin d’être respectables !

»

Jean-Claude Lambert <jean.claude.lambert.3@cegetel.net>

LES 4 VÉRITÉS HEBDO N° 885 VENDREDI 29 MARS 2013

5


Communication

RTL2 > En janvier, la radio RTL2 a battu un record d’audience : 5 % d’audience cumulée, soit la meilleure audience depuis 1995, date de sa création. YOUTUBE > La plate-forme de partage de vidéos, propriété de Google (qui l’a achetée 1,3 milliard d’euros en 2006) a annoncé, le 20 mars, avoir franchi le cap du milliard de vidéos vues chaque mois. DAILYMOTION > On estime que la plate-forme de partage de vidéos Dailymotion, appartenant majoritairement à Orange, vaut autour de 300 millions de dollars. TWITTER > En 2013, Twitter devrait engranger autour de 250 millions de dollars de revenus publicitaires sur mobiles, contre 850 millions pour Facebook. Au total, l’avantage de Facebook est plus net encore : 4,3 milliards d’euros de revenus publicitaires en 2012 contre 1 milliard pour Twitter. ANTISÉMITISME > L’union des étudiants juifs de France réclame 38,5 millions d’euros à Twitter, qui a refusé de livrer à la justice française les auteurs de tweets antisémites. PAPE > Près de 2,2 millions de personnes sont abonnées au compte Twitter du Pape (@Pontifex), dont 200 000 se sont abonnées depuis l’élection du Pape François (parmi lesquels 100 000 nouveaux inscrits pour le seul compte en espagnol). FREE > Lancé en janvier 2012, le nouvel opérateur de téléphonie mobile Free a conquis 5,2 millions abonnés en un an. Soit 8 % de parts de marché. LIBRAIRIE > Internet représente désormais 12 % du chiffre d’affaires de la filière librairie en France.

6

Société Société Guy Millière

Le « changement climatique »

C

ela fait plus de quinze ans maintenant qu’il n’y a pas le moindre signe de réchauffement climatique, et les défenseurs de théories autrefois en vogue liant réchauffement global et augmentation de la quantité de dioxyde de carbone dans l’atmosphère se font désormais très rares. D’autant que, tandis que les signes, même minimes, de réchauffement disparaissaient, la quantité de CO2 dans l’atmosphère, elle, continuait à augmenter. Cette raréfaction ne signifie pas pour autant que les défenseurs en question ont pris leur retraite. Ils ont simplement cessé de parler de réchauffement global, et ont adopté le terme de « changement climatique ». Ce terme est bien plus commode, car il s’adapte à tout, le froid et le chaud, la pluie et la sécheresse… Ils parlent aussi beaucoup moins du CO2. Mais ils trouvent d’autres moyens de disséminer des phobies. Et ils continuent sur leur lancée. Au nom du « changement climatique » et des phobies qu’ils disséminent, les gaspillages continuent : on sème des éoliennes dans toute l’Europe et dans tout le monde développé – sans dire, bien sûr, que les éoliennes ne tournant pas de façon continue, elles ne peuvent exister sans l’existence d’autres centrales, thermiques le plus souvent, pour que la fourniture d’énergie ne connaisse pas de rupture. On parle de « transition énergétique » nécessaire et on dépense à cette fin des sommes fara-

LES 4 VÉRITÉS HEBDO N° 885 VENDREDI 29 MARS 2013

mineuses en subventions payées avec l’argent pris aux contribuables. On interdit et on réglemente. Tout en cassant la croissance et en asphyxiant les économies, et en créant donc un non-développement, on n’en parle pas moins de « développement durable ». On parle des coûts et des conséquences susceptibles de découler du « changement climatique », s’il n’était pas pris en compte, de la « transition énergétique », si elle n’était pas effectuée, et du développement, s’il n’était pas réorienté vers le « développement durable ». Mais on ne cite jamais les vrais coûts et les vraies conséquences. Les gaspillages sont précisément au cœur des vrais coûts et des vraies conséquences. Les éoliennes font partie des vrais coûts et des vraies conséquences. Les sommes faramineuses dépensées en subventions, les interdictions et les réglementations à l’infini, la création d’un non-développement font partie des vrais coûts et des vraies conséquences aussi. À cela, il faut ajouter les salaires et les honoraires versés à des gens qui vivent des vrais coûts et des vraies conséquences, aux dépens des consommateurs et des contribuables, et qui mènent donc une existence parasitaire et délétère ; les activités productrices de richesses potentielles qui ne peuvent voir le jour en raison du poids des vrais coûts et des vraies conséquences ; mais aussi les coûts et

<mguymilliere@aol.com>

les conséquences induits dans les régions les plus pauvres de la planète. Gaspiller, interdire, réglementer, créer du non-développement ici, dans le monde développé, est déjà désastreux, mais on n’évoque jamais les effets induits du désastre qui monte dans le monde développé pour le monde non développé ou en voie de développement. Quand on crée des pauvres supplémentaires en Europe ou en Amérique du Nord, on condamne à la misère absolue, voire à la mort, des millions de gens en Asie ou en Afrique. J’avais traduit et fait publier en France, au temps où je présidais l’Institut Turgot, un livre de Paul Driessen, spécialiste américain de la question, appelé « Peurs Vertes, morts noires ». En le relisant récemment, j’ai dû constater que, hélas, ce livre, plusieurs années après sa parution, n’avait rien perdu de son actualité, bien au contraire. Nombre de gens qui se disent écologistes détruisent la prospérité et la liberté dans les pays riches, ce qui est déjà scandaleux. Mais ils font bien davantage que détruire la prospérité et la liberté dans les pays pauvres. Et on peut et on doit le dire : dans les pays pauvres, ils tuent. Ils assassinent. Et ils n’ont ni remords ni scrupules. Et tous ceux qui, jour après jour, reprennent stupidement leurs propos ou y adhèrent de manière écervelée ne voient pas qu’ils se font complices de meurtres – en toute bonne conscience, naturellement ! n

Reproduction intégrale vivement conseillée avec mention d’origine


Jacques Ernewein <jacques.ernewein @gmail.com>

D

epuis quelques jours, nos voisins chypriotes sont la cible privilégiée des technocrates bruxellois. L’Europe des États-providence sent la faillite imminente et, comme au moyen âge pour payer les rançons des barons qui jouaient à se faire la guerre pour « l’honneur » (en avaient-ils si peu qu’ils devaient le chercher à la pointe de leur lance ?), les États d’aujourd’hui rançonnent les « vilains » que nous sommes de toutes les manières possibles. Il y a quelques années, c’était les dévaluations, mais elles occasionnaient des effets pervers – collatéraux diront certains journalistes, avares de vrais mots et ayant souvent recours à des néologismes pour pallier leur culture défaillante. Mitterrand avait, lui, inventé l’emprunt obligatoire. Depuis, en passant par de nouvelles taxes et de nouveaux impôts toutes les années, nous en arrivons à une ponction ciblée sur ceux qui ont de l’argent. En effet, comment prendre à ceux qui n’ont rien, à ceux qui sont misérables en Europe pour des raisons très diverses : – Les taux de prélèvement les dissuadent d’essayer de s’enrichir ; – Les gouvernants de l’État-providence leur assurent des rentes, s’ils n’ont rien à eux. Ceci est vrai pour les anciens Européens, mais il y a aussi les nouveaux arrivés, attirés à grands renforts de subventions et de politique de la famille, ceux que l’on nomme parfois,

Chypre et la faillite des États-providence

»

«

FINANCE Pierre Moscovici a le comportement de quelqu’un qui ne pense plus en français, mais dans la langue de la finance internationale. JEAN-LUC MÉLENCHON

»

«

spécialement dans notre pays, « les chances pour la France » – qui sont ici à l’appel de l’assistance à laquelle ils ont « droit », pendant que les soldats français vont dans la plupart de leurs pays défendre leur liberté et leur dignité. À ceux-là, il n’y a rien à demander ; ils sont ici pour nous « aider »… Il faut donc refuser, comme le peuple de Chypre, cette nouvelle taxe européenne, au seul profit de nos technocrates, inventifs

dans ce seul domaine de la taxation (ces technocrates qui se mettent, par la loi, à l’abri des avanies dont ils nous accablent…). Les bonnes solutions de la propriété personnelle, jointe à la responsabilité individuelle, continuent à être rejetées avec force par les innombrables parasites qui veulent, malgré la faillite où ils nous entraînent, continuer à se servir dans nos poches. n

Variable d’ajustement? Les rumeurs les plus folles courent sur de possibles coupes drastiques dans le budget de la Défense. D’aucuns considèrent comme naturel que ce ministère participe comme les autres à la rigueur financière. Une telle évidence mérite réflexion. D’une part, parce que les armées sont en permanente restructuration depuis des décennies, notamment avec la dernière loi de programmation qui a supprimé 74 000 postes. D’autre part, et surtout, parce que les militaires se différencient des autres serviteurs de l’État par les missions vitales qui leur sont assignées, missions dans lesquelles la vie des soldats est engagée. Dès lors de deux choses l’une : ou le pouvoir considère que la France doit mener une politique étrangère digne de son rang et alors il doit préserver le ministère de la Défense ; ou il estime que le pays n’en a plus la capacité financière et il lui faut alors accepter de cantonner les militaires dans des actions de type « Vigipirate » et défilé du 14 juillet. Gouverner, c’est choisir. Albert Bonnenfant – <albert-bonnenfant@orange.fr>

Manif pour tous Au-delà de la ridicule bataille de chiffres que se livrent les organisateurs de la « manif pour tous » et la Préfecture de Police aux ordres du gouvernement, j’aimerais poser deux questions simples : 1) Pourquoi les journaux ne font-ils pas leur propre décompte indépendant du nombre de manifestants ? Au vu des images, compte tenu de la largeur de l’avenue de la Grande Armée et de la distance entre la Défense et la place Charles de Gaulle, il ne serait pas difficile d’évaluer, avec une marge d’erreur raisonnable, le nombre de manifestants. 2) L’UMP ayant officiellement soutenu la manif et ayant délégué plusieurs de ses ténors pour y participer, pourquoi ce parti ne s’engage-t-il pas fermement à supprimer la loi Taubira en cas d’alternance du pouvoir ? Le PS ne s’est pas gêné pour détricoter ce que la droite avait fait. Pierre Rochelais – La Rochelle (17)

Reproduction intégrale vivement conseillée avec mention d’origine

CENSURE La censure contre le gouvernement, ce sont les Français qui la votent chaque matin quand ils discutent. N. KOSCIUSKO-MORIZET, DÉP. UMP

»

«

FANATISME Si on ne parle pas, les minorités fanatiques qui ne représentent pas les musulmans vont occuper l’espace. HASSEN CHALGHOUMI, IMAM DE DRANCY

»

«

CRISE L’Irlande sort de la crise et ce qui a fait notre force, c’est tout d’abord l’acceptation de cette période par la population. Il faut expliquer que la vie recommencera après l’austérité. MICHAËL HIGGINS, PDT IRLANDAIS

»

«

CAPITALISME Nous n’avons pas su anticiper l’évolution du capitalisme de production, qui a généré l’expansion et le plein-emploi, vers l’actuel capitalisme de spéculation, générateur d’exclusion et de délocalisation. JEAN-CLAUDE CARLE, SÉNATEUR UMP DE HAUTE-SAVOIE

»

«

FISCALISME Sur la fiscalité, il ne faut pas en rajouter. Il y a des réductions de dépenses à faire dans toutes les administrations. HARLEM DÉSIR, PREMIER SECRÉTAIRE DU PS

»

«

AMALGAME Il faut arrêter les amalgames ou la stigmatisation : le mariage forcé, ça peut concerner des sociétés catholiques. NAJAT VALLAUD-BELKACEM, PORTE-PAROLE DU GOUVERNEMENT

»

LES 4 VÉRITÉS HEBDO N° 885 VENDREDI 29 MARS 2013

7

Sic

International International

«

NATIONAL L’intérêt national est en train de prendre le pas sur l’intérêt européen. FRANÇOIS HOLLANDE


4vh-885