Issuu on Google+

Chronique Jacques Crétineau-Joly

politique

Trident

501 pages – 29 € <les4verites-diffusion.fr> ou auprès du service abonnements (+ 6 € de port)

Le deuxième volume de la fameuse « Histoire de la Vendée militaire » de Jacques Crétineau-Joly vient d’être réédité par les éditions du Trident. Ce volume nous entraîne de la Terreur au Concordat. C’est-à-dire du génocide des colonnes infernales à la pacification. Une période particulièrement éprouvante pour la Vendée, puisqu’après la guerre civile, commence pour cette malheureuse province la Terreur ellemême et l’extermination systématique. Rappel : le premier volume est toujours en vente (également pour 29 euros). Offre spéciale : les deux volumes ensemble pour 59,50 euros port compris.

epuis des décennies, nous savons que le « pays légal » a bien peu à voir avec le « pays réel ». Et, à peu près une fois par génération, le pays réel, qui passe son temps à avaler des couleuvres, se lève pour dire non aux dérives. Ce fut le cas en 1968, quand la France travailleuse est descendue dans la rue pour dire non à la « chienlit ». Ce fut le cas en 1984, quand la France catholique est descendue dans la rue pour défendre la liberté scolaire. Et ce fut le cas le 13 janvier dernier, quand la France du bon sens est descendue dans la rue pour dire non au mariage et à l’adoption par des couples homosexuels – c’est-à-dire, en définitive, pour dire non aux bobos et aux pseudo-valeurs de mai 1968. Le succès est inespéré. Avant l’été, je pensais que cette loi passerait comme une lettre à la poste. Début septembre, quand il fut question de descendre dans la rue, j’avais applaudi. Mais, dans mon esprit, il s’agissait d’un baroud d’honneur.

D

!

ABONNEZ-VOUS

Bulletin d’abonnement

8

<gdethieulloy@les4verites.com> Guillaume de Thieulloy, 39 ans

13 janvier : la révolte du pays réel

Histoire de la Vendée militaire

À commander sur notre site

Guillaume de Thieulloy

Lecteurs occasionnels abonnez-vous ! Lecteurs déjà abonnés abonnez vos amis! n OUI, je souhaite m’abonner pour 6 mois (soit 25 numéros) à la revue « Les 4 Vérités hebdo » au prix de 30 € TTC (TVA à 2,10 % incluse) par chèque joint NOM ...............................Prénom ............................ Adresse ................................................................... Code Postal .....................Ville ................................. Téléphone ...............................................................

Signature :

4VÉRITÉS

LES

BON À RETOURNER

La publication anti bourrage de crâne

HEBDO

Les 4 Vérités Hebdo — Service abonnements 18 à 24, quai de la Marne — 75164 Paris Cedex 19 Par notre intermédiaire, vous pouvez recevoir des propositions commerciales, politiques ou associatives. Si vous ne le souhaitez pas, cochez cette case : r

LES 4 VÉRITÉS HEBDO N° 876 VENDREDI 18 JANVIER 2013

Jamais, je n’aurais parié sur une telle mobilisation en si peu de temps. Mobilisation plus impressionnante, à certains égards, que celle de 1984, qui avait mis près de deux ans à germer. À l’ère d’internet, la résistance du pays réel peut s’exprimer pratiquement à égalité avec la « tyrannie médiatique » (le mot est de Jean-Yves Le Gallou, animateur de Polémia). Il va sans dire (mais cela va mieux en le disant) que s’opposer au prétendu «mariage pour tous» n’a rien à voir avec une opposition aux personnes homosexuelles. Ni même nécessairement à l’homosexualité. Je préfère le dire ainsi que d’affirmer que je ne suis pas « homophobe ». Car ce terme d’homophobie est précisément une arme de la tyrannie médiatique. Mme Bertinotti, ministre de la Famille (sic !), a ainsi pu déclarer que s’opposer à l’adoption d’enfants par des couples homosexuels relevait de l’homophobie… Nous étions près d’un million donc. Et le gouvernement fait la sourde oreille (alors que le président a reçu en 24 heures l’inter-LGBT représentant quelques centaines de personnes…). Pourtant, la victoire est à portée de main. À deux conditions: maintenir la pression et ne pas se diviser. Ne pas diviser, cela implique de ne parler que du point sur lequel tout le monde est d’accord, à savoir le retrait du projet de loi. La principale porteparole, « Frigide Barjot », serait bien avisée de s’en souvenir. Celle-ci est, d’ailleurs, culturellement beaucoup plus proche des bobos de la tyrannie médiatique que des manifestants du pays réel – ce qui a pu représenter un énorme avantage, puisqu’il fut très difficile à la caste médiatique de la « diaboliser », mais peut dorénavant constituer un handicap majeur. Maintenir la pression est sans doute le plus difficile. Après l’effort considérable fourni pour la réussite de la manifestation du 13 janvier, il est rude de se remettre au travail.

Mais c’est indispensable. Et, encore une fois, internet nous aide puissamment. Dès dimanche soir, une revendication de référendum, adaptée à cette nouvelle étape du combat, a été lancée : laissez-nous-voter.org. Il faut absolument la soutenir de toutes nos forces. Le gouvernement ne pourra pas nous refuser indéfiniment le débat populaire. À ce propos, il faut noter une chose : depuis plusieurs semaines, la seule justification théorique (je dis bien : la seule ; il n’est plus question d’arguments plus ou moins solides, mais seulement de cette espèce de mantra pseudo-démocratique) au passage en force du gouvernement tient en une phrase : les Français ont choisi François Hollande. Eh bien, c’est faux ! Même si c’était vrai, cela ne donnerait pas à François Hollande la légitimité de faire le « changement de civilisation » dont ont parlé ses ministres. Mais c’est faux. D’abord parce que c’est bien davantage contre Nicolas Sarkozy que pour François Hollande que les Français ont voté. Ensuite, rien ne permet de supposer que, dans le programme du candidat Hollande, ce point ait particulièrement motivé les électeurs. Enfin, et surtout, François Hollande est le seul président de la Ve République à avoir été choisi, même au 2e tour, par une minorité de votants (je ne parle même pas des inscrits) : 48,2 % des votants. Cela ne signifie pas qu’il ne soit pas légalement président de la république. Mais cela signifie que ce pseudo-argument de la légitimité électorale ne tient pas ! La seule issue possible, pour François Hollande, c’est l’appel au peuple. Faute de quoi, la vraisemblable victoire du PS au parlement se paiera tellement cher (car il peut compter sur nous : cette immense lame de fond populaire ne retombera pas !) que François Hollande regrettera d’avoir gagné… n

Reproduction intégrale vivement conseillée avec mention d’origine


ISSN 0151-2439

VÉRITÉS 4

VENDREDI 18 JANVIER 2013

N° 876

LES

La publication anti bourrage de crâne

ÉDITORIAL Mali : intervention à hauts risques a France intervient militairement, depuis le 10 janvier, au Mali, dont le Nord est désormais sous la coupe de bandes d’islamistes radicaux. Cette intervention se fait à la demande du gouvernement malien et de l’Union africaine et de l’ONU. Cette intervention dans une ancienne colonie française montre cependant que le « cordon ombilical » nous reliant à nos excolonies n’est toujours pas coupé. Ce qui pourrait être une chance de rayonnement pour la France, mais qui n’est désormais pratiquement plus qu’un boulet (la Françafrique continuant à exhaler les odeurs sulfureuses de la corruption et nous apportant ces dizaines de milliers de migrants inassimilables qui font que Montreuil est présentée par ses habitants comme la « deuxième ville malienne après Bamako »…). Et, surtout, l’intervention au Mali est la suite logique de l’intervention en Libye. J’étais opposé à l’intervention en Libye, qui me paraissait extrêmement dangereuse. Comme il était prévisible (et prévu !), la chute de Kadhafi n’a pas été principalement la chute d’un dictateur, effectivement peu recommandable, mais la désagrégation d’un pays et la mainmise de l’islamisme le plus radical sur cette zone.

L

Dessin de MIÈGE

4VÉRITÉS

LES

La publication anti bourrage de crâne

HEBDO

LES 4 VÉRITÉS 2013 © Publication hebdomadaire (CPPAP N° 1114, I 82 712) Tél. : 01 46 88 09 78 <redaction@les4verites.com> <http://www.les4verites.com>

(webmaster : <webmasteur4v@les4verites.com>)

Siège : 25, rue des Bas 92 600 Asnières – (GT Éditions SARL) Abonnements : 4 Vérités-DIP 18 à 24, quai de la Marne 75 164 Paris Cedex 19 01 44 84 85 48 (Dominique <dominique.varenguin@dipinfo.fr>) ou http://www.les4verites.com Directeur de la publication : Guillaume de Thieulloy Conseiller éditorial : Alain Dumait Rédaction : Jean Rouxel (rédacteur en chef) Le numéro 1,20€ Abonnement 50 numéros 60€ TTC Abonnement de soutien à partir de 100€ Personnes morales (entreprises ou administrations) : 200€, TVA à 2,10 % en sus Imprimerie : Delcambre, Pantin (93) Également disponible en format numérique (nous consulter) Fichiers déclarés à la CNIL (N° 672024) Exemplaire gratuit sur simple demande écrite

n

HEBDO

Jean Rouxel

Notre intervention en Libye a permis la mise en circulation de milliers d’armes dans une région où les frontières n’existent pratiquement que sur le papier. À certains égards, c’est une bonne nouvelle de s’attaquer enfin à ces bandes de fanatiques – au lieu de les considérer, comme naguère, comme de sympathiques démocrates persécutés par Kadhafi ! Et, naturellement, je suis de tout cœur derrière l’armée française. Mais je ne peux pas m’empêcher de penser que nos soldats vont, à nouveau, se sacrifier pour des intérêts sans grand rapport avec ceux de la France. Et, surtout, je n’arrive toujours pas à comprendre comment on peut bombarder des islamistes radicaux à des milliers de kilomètres, tout en cédant à toutes leurs demandes chez nous. Comme naguère avec le communisme, le combat n’est que partiellement militaire ; il est tout autant politique et culturel. Or, François Hollande, qui doit sa présence à la tête du pays au vote musulman, ne cesse de favoriser l’islam – y compris radical, puisque bien des mosquées sont proches des Frères musulmans… Il serait bien plus conforme à l’intérêt national de s’abstenir d’intervention directe au Mali et de freiner la progression de l’islam radical en France ! n

«

»

Le doute n’est pas au-dessous du savoir, mais au-dessus. Alain

SOMMAIRE

2Â 3Â 4 5 6Â 7Â 8

Non aux allocations, vive l’impôt négatif ! par Bernard Trémeau

Chiffres Significatifs

Le gouvernement et ses mensonges

par Albert Bonnenfant

Divers faits Votre opinion nous intéresse Le courrier des lecteurs

Le président du pouvoir d’achat en baisse

par Christian Lambert

La gauche contre la famille

par Guy Millière

Communication

Sortir de l’euro. Et après ? par Jean-Pierre Delmau

Sic

La chronique politique

de Guillaume de Thieulloy

Abonnez-vous et faites abonner vos amis à notre lettre d’informations gratuite et hebdomadaire. Rendez-vous sur notre site internet : < www.les4verites.com >


Chiffres Significatifs

FAILLITE > En octobre, la France a enregistré 5 334 cas de défaillances d’entreprises, un chiffre en hausse de 4,8 % par rapport à septembre.

Économie Économie

NOTRE-DAME > 14 millions de personnes visitent chaque année la cathédrale Notre-Dame de Paris, qui fête cette année ses 850 ans. CHINE > Le Global de Chengdu (en Chine) devrait être achevé courant 2013. Il sera le plus grand bâtiment du monde : 100 mètres de haut, 500 sur 400 mètres de côté, 1,7 million de mètres carrés. USA > 9 Etats américains ont pratiqué la peine de mort en 2012. NOËL > Les Français ont dépensé 45 milliards d’euros sur internet en 2012, dont 9 milliards à l’occasion des fêtes de Noël. AMAZON > En 2011, lors de sa plus grosse journée, le centre logistique français d’Amazon a traité 420 000 colis. Soit l’équivalent d’un camion toutes les 7 minutes. RELIGION > La moyenne d’âge des musulmans dans le monde est de 23 ans, contre 30 ans pour les chrétiens. GASTRO > Durant les deux premières semaines de janvier, 479 000 personnes ont consulté un médecin pour une gastro-entérite. APPLE > 40 milliards d’applications ont été téléchargées sur Apple Store depuis le lancement de cette boutique virtuelle en 2008. DOMESTIQUE > 52 millions de personnes sont recensées comme travailleurs domestiques dans le monde, mais ce chiffre pourrait être doublé pour tenir compte des travailleurs non déclarés.

2

C’est l’impôt négatif qu’il nous faut !

L

a France est actuellement dans une situation économique très grave. L’État prend aux Français plus de la moitié de leurs revenus (56 %), pour, ensuite, les redistribuer à qui bon lui semble, créant ainsi de très nombreuses inégalités. Par ailleurs, les responsables de la France, qu’ils soient politiques, médiatiques, économiques ou syndicaux, sont persuadés que le riche doit donner à l’État une part plus importante de ses revenus. L’impôt sur le revenu doit, par exemple, être progressif. Pour eux, l’idéal serait que finalement tout le monde gagne la même somme, le paresseux comme le travailleur. Cette vision égalitariste ne correspond pas à la réalité humaine : nous sommes tous différents. Enfin, le vilain patron qui fume des gros cigares dans son bureau ne peut qu’exploiter le pauvre salarié qui se fatigue dans le bruit infernal de son atelier. On impose donc en France beaucoup plus qu’ailleurs et les riches, et les entreprises. Or, la France a choisi de vivre dans un Marché commun européen, ouvert lui-même aux produits bien moins coûteux fabriqués à l’étranger. Les conséquences de ce curieux comportement des responsables français sont faciles à deviner. D’abord, nos entreprises ne sont plus compétitives et, tous les ans, 30 000 d’entre elles disparaissent, créant ainsi un véritable vide industriel dans certaines régions.

LES 4 VÉRITÉS HEBDO N° 876 VENDREDI 18 JANVIER 2013

Ensuite, les riches quittent la France. Depuis des années, tous les mois, plus de 1 000 d’entre eux vont s’installer fiscalement à l’étranger où ils sont moins imposés, tout en conservant leur nationalité française. Ils le font en toute légalité. Ils doivent cependant vivre en France plus de 180 jours par an. Ce Français « riche » peut ainsi avoir son appartement dans un beau quartier de Paris. Mais sa banque et une partie importante de ses dépenses se situent à Genève ou au Luxembourg. La fiscalité française l’oblige à dépenser une bonne partie de son argent à l’étranger. Ce qui diminue d’autant les revenus de tous ceux qui lui fourniraient en France ce qu’il désire Enfin, pour beaucoup de responsables de la France, les charges sociales, payées par les entreprises, sont bien préférables à la TVA sociale, payée par les consommateurs. Or, la TVA impose les produits venant de l’étranger, alors que les charges sociales n’imposent que les produits fabriqués en France. Et la TVA permet de livrer « hors taxe » à l’étranger tout ce qui est fabriqué en France. La TVA est finalement une façon de rétablir les droits de douane… La fiscalité actuelle ne peut plus durer. Il faut donc une véritable révolution fiscale. L’impôt négatif, cheval de bataille des « monétaristes », semble de loin la meilleure solution. Le principe de l’impôt négatif est simple. Dans un pays aussi riche que la France, il est impensable de laisser quelqu’un mourir de faim ou de froid.

Bernard Trémeau <tremeau.bernard @wanadoo.fr>

Il faut donc que l’État donne à tous les individus, qu’ils soient riches ou pauvres, l’argent dont ils ont besoin pour se nourrir et se loger correctement. Cette allocation peut être différente selon l’âge ou le lieu d’habitation. On peut retenir d’autres critères pour en déterminer la valeur, comme la présence d’une infirmité définitive. Rien n’empêche un gouvernement d’augmenter ou de diminuer une allocation, particulière, en fonction de l’orientation qu’il veut donner à la vie des Français. On peut, par exemple, si on désire doter la France de plus d’enfants, augmenter l’allocation versée aux enfants… Bien évidemment, seule la TVA alimentera l’impôt négatif. Et toutes les autres allocations et tout le fantastique système fiscal que nous subissons deviendront inutiles. Il faudra brûler des milliers de pages du Journal officiel… Le principe de l’impôt négatif est simple. Sa mise en pratique est simple. Il permet de réaliser, sans contrôle des revenus, toutes les politiques sociales désirables, tout en rendant les entreprises françaises et la France enfin compétitives. Il aidera autant les riches que les pauvres, ce qui choquera certainement tous ceux qui souhaitent que tous les revenus soient identiques. Mais la France deviendra un merveilleux paradis fiscal qui va attirer beaucoup de riches. Plus on avance dans la science économique, plus l’impôt négatif semble la solution rationnelle de nos problèmes. n

Reproduction intégrale vivement conseillée avec mention d’origine


Albert Bonnenfant <albert-bonnenfant @orange.fr>

C

onvaincu que les Français ne comprennent pas la teneur générale de sa politique, le Premier ministre publie une tribune dans « Le Monde » : il y raconte un conte merveilleux où les mesures décidées par le gouvernement sortent le pays de la crise et renouvellent le modèle social sur la base de l'égalité et de la solidarité sans cependant décrire concrètement ce renouveau. Mais les Français restent lucides ; ils savent que l'État-providence, né de l'après-guerre et enrichi pendant les trente glorieuses, n'a survécu que grâce à l'endettement et qu'en conséquence, la résorption des déficits, l'adaptation à la mondialisation et le maintien d'un État protecteur nécessitent de la croissance que ne garantissent nullement les décisions gouvernementales. La réindustrialisation et la compétitivité des entreprises ne sont pas pour demain. Le pouvoir d'achat est obéré par la fiscalité. Le prix de l'énergie augmente et la transition énergétique va accroître le phénomène. La crise

Nucléaire « Il y a 3 voies menant à la fermeture d’une centrale : que l’autorité de contrôle le décide (ce n’est pas le cas pour Fessenheim); que l’exploitant, c’est-à-dire EDF, se retire (je ne crois pas que ce soit d’actualité); enfin que l’exécutif fasse voter une loi en ce sens. Mais qui organiserait un débat parlementaire pour la fermeture d’une centrale? C’est ridicule… » Christian Bataille, dép. PS

Le gouvernement marchand d’illusions du logement ne sera pas résolue par la loi Duflot qui organise plutôt la pénurie. L'État est incapable de se réformer pour être plus efficace…

La gauche a été élue sur la fiction des riches payant les dettes du pays, le gouvernement continue à nous vendre des illusions ! n

Union civile Une majorité de notables UMP, mais malheureusement pas tous et donc sans la nécessaire publicité, propose la seule avancée valable pour tous, à savoir une nouvelle forme d’union complémentaire, sans restriction de sexe et avec cependant tous les avantages du mariage classique. Mais sans la destruction obligatoire de ce mariage classique, auquel nombre d’entre nous restent encore très attachés. On peut, en effet, croire encore aux vertus traditionnelles, bien que « ringardes » pour certains, d’une famille classique avec un père et une mère, plutôt que deux parents a-sexués, sans être pour autant homophobes, ni même refuser aux minoritaires les mêmes commodités pratiques qu’à la majorité. Cette solution offrirait une véritable liberté de choix à chaque couple, selon leurs convictions propres, en dehors de toute obligation politique ou confessionnelle. Claude Hamel – <hamel.claude@9business.fr>

Manifestation du 13 janvier J’ai participé en son temps à la grande marche pour l’école libre, lorsqu’un Savary, ministre de la même veine que Peillon (lui, sous l’égide d’un président qui singe Mitterrand sans en avoir ni les talents, ni l’expérience politique) voulait rendre muette cette école libre. Alors qu’il suffit de lire les manuels scolaires actuels pour constater que l’école de la république ne se prive pas, elle, d’endoctriner quotidiennement nos enfants, non dans leur intérêt, mais dans celui d’une politique qui vise à rien moins que « du passé, faire table rase », comme le chantaient encore les communistes il n’y a pas si longtemps. Le communisme est mort, mais le marxisme imprègne encore bien des esprits – y compris à droite quelquefois ! Je n’ai pas participé à ce rassemblement par impossibilité physique. J’en suis désolé, mais je veux joindre ma voix à tous ceux qui ont participé à ce rassemblement massif du 13 janvier. Ce sont nos enfants qui sont visés, qu’on veut couper de leurs racines familiales, de leurs traditions ancestrales, de l’histoire souvent glorieuse de notre pays, en lui substituant un sentiment de honte et de repentance. Je précise qu’en 1984, j’ai participé avec mon écharpe de maire et que j’ai eu l’heureuse surprise d’avoir à mes côtés nombre d’habitants de ma ville militant à gauche, mais qui, en l’occurrence, pensaient à leurs enfants et non à la politique. Je ne doute pas qu’il y en ait eu aussi cette fois. C’est nécessaire pour faire reculer le gouvernement sur ce projet destiné en fait à briser la cellule élémentaire de toute société : la famille. René Crignola – Neuilly sur Seine (92)

Reproduction intégrale vivement conseillée avec mention d’origine

DJIHAD > Une mère a été jugée en décembre dernier à Avignon par le tribunal correctionnel pour avoir envoyé son fils de 3 ans à l’école avec un T-shirt portant ce message : « Je suis une bombe, Djihad, né le 11 septembre ». SYNDICAT > Un responsable de la Fédération nationale des chauffeurs routiers a été exclu de son syndicat pour avoir vanté le projet politique du Front national. EPCI > 150 élus de petites communes, opposés à la communauté d’agglomération de Roanne, constituée par fusion le 1er janvier, envisagent de remettre leur démission au préfet pour protester contre cette nouvelle communauté d’agglomération. LOGEMENT > 40 000 nuitées sont financées chaque jour par les contribuables en Ilede-France, pour l’hébergement d’urgence, pour un montant de 470 millions d’euros. SARKOZY > 67 % des sympathisants de l’UMP souhaitent que Nicolas Sarkozy soit le candidat de leur mouvement en 2017. CFCM > Le 8 janvier, JeanFrançois Copé a été reçu par Mohamed Moussaoui, président du Conseil français du culte musulman, à qui il a exprimé ses « regrets » à propos de la polémique déclenchée par sa fameuse phrase sur le « pain au chocolat ». En échange, le CFCM (qui sort ainsi vainqueur de la confrontation, puisqu’il a réussi à imposer l’interdiction de toute critique de pratiques, hélas, non exceptionnelles en période de ramadan) a retiré sa plainte.

LES 4 VÉRITÉS HEBDO N° 876 VENDREDI 18 JANVIER 2013

3

Divers faits

Politique Politique

RÉFÉRENDUM > 69 % des Français sont favorables à l’organisation d’un référendum sur le mariage dit « pour tous ».


Votre opinion nous intéresse

«

» Courrier des lecteurs Nous écrire, c’est courir le risque d’être publié…

Anti-terrorisme

Combien ça coûte ?

«

ombien coûtent par an : l’Élysée + les ministères + l’Assemblée nationale + le Sénat + le Conseil Constitutionnel + les conseils généraux + les conseils régionaux + les mairies + les innombrables comités Théodule créés pour recaser les professionnels de la politique ? Ce coût comporte notamment les salaires, les charges sociales, les loyers, les déplacements (y compris dans les pays ensoleillés), les voitures, les frais d’hôtel et restaurant… Puisqu’il faut faire des économies, pourquoi ne pas remplacer la ruineuse démocratie indirecte par le système des Suisses, traditionnellement économes ?

C

»

Jean-Paul Faucounau <jpfaucounau@yahoo.fr>

1984-2013

«

n 1984, suite aux défilés pour défendre l’école libre, François Mitterrand a eu l’intelligence de renoncer à son projet et cela ne l’a pas empêché d’être réélu. Seuls les imbéciles ne changent pas d’avis. François Hollande n’étant pas un imbécile, pourrait revenir sur son projet de « mariage pour tous » et cesser de diviser les Français sur ce sujet.

E

»

«

e me suis élevé dans le passé, contre les interventions militaires pour combattre le terrorisme qui dépend plus d’une action de police que de l’Armée. La lutte antiterroriste suppose un renseignement opérationnel et, dans le cas qui nous intéresse aujourd’hui, dépend exclusivement des Maliens. J’applaudis la destruction des milices islamistes armées qui font régner la terreur et privent la population de liberté au nom de Dieu (Allah). La limite de la liberté, c’est quand elle empiète sur la liberté des autres et au Mali, c’est manifestement le cas. Dominique de Villepin a exprimé publiquement ses doutes sur la capacité de la France à détruire le terrorisme. Je partage son avis. Pour éradiquer le terrorisme, il faut des lois d’exception comme pour la guerre. La République et les socialistes ne me semblent pas suffisamment armés pour ce type de combat. « On » a perdu l’Indochine, le Maroc, la Tunisie… et l’Afrique ? Les gouvernements que nous entretenons en Afrique sont-ils fiables ? Dans quelle mesure sont-ils le reflet des populations qu’ils sont censés représentés ? Et, corollairement, comment combattre efficacement le terrorisme si la population vient en aide aux terroristes ?

J

»

Charles-Bernard de Préval Dijon (21)

Gérard Gaudin <ghagerard@hotmail.fr>

Mali (2)

Mali (1)

«

otre nouveau président s’avère donc, comme son prédécesseur, être un va-t-en guerre. Après le Kosovo et l’Afghanistan, c’est donc le Mali qui va devenir le nouveau bourbier où notre armée va s’enliser. Il était pourtant convenu que, si intervention militaire il devait y avoir, celleci serait menée par une armée composée uniquement de soldats africains, sous l’égide de l’ONU, afin qu’elle ne soit pas considérée comme une ingérence occidentale. François Hollande a décidé d’entraîner notre pays dans cette nouvelle aventure, sans concertation avec les partenaires européens, mais avec la bénédiction de l’UMP. Si la réelle motivation du président est la lutte contre l’intégrisme islamiste, comment se fait-il que nos troupes ne soient pas déployées sur le territoire national qui compte plus de 2000 mosquées, c’est-àdire autant de casernes ? À moins, bien sûr, que la raison réelle ne soit tout autre et que l’objectif ne soit de faire diversion ! En tout cas, François Hollande doit avoir des problèmes de surdité sélective, car s’il a entendu parfaitement l’appel à l’aide du président malien, il reste sourd aux appels de ses concitoyens qui subissent la même menace islamiste en France !

N

»

Alain Potrat <alain.potrat@gmail.com>

Mariage : il faut un référendum ! tymologiquement, démocratie signifie que le pouvoir appartient au peuple. La légitimité des socialistes à gouverner, est totale, puisqu'ils ont été élus démocratiquement. Je ne partage pas leurs idées dans les domaines économiques et social, mais je m'incline. Par contre, en ce qui concerne le mariage pour tous, qui est une question fondamentale pour la

É

4

LES 4 VÉRITÉS HEBDO N° 876 VENDREDI 18 JANVIER 2013

société, je reproche aux socialistes de confisquer aux citoyens le droit absolu de décider eux-mêmes dans un domaine qui touche au devenir des enfants. La seule option démocratique sur cette décision, est un référendum. n André Tillier Arcachon (33)

«

e désert malien n’est pas comparable aux montagnes afghanes, où les troupes occidentales se sont enlisées depuis 12 ans. Mais, surtout, il semble que les Occidentaux, et plus particulièrement les européens, n’aient cette fois pas droit à l’erreur. Ce nouveau front contre le terrorisme islamique est un enjeu majeur pour la sécurité du Maghreb, du Sahel, et donc de l’Europe. Il convient donc de mettre tout en œuvre pour éradiquer l’AQMI et les groupes islamistes qui lui sont liés. J’ai entendu avec satisfaction François Hollande qualifier les islamistes maliens de « terroristes ». Souhaitons qu’il fasse le même constat envers ceux qui propagent ces idées dans nos quartiers et dans nos prisons et qu’il en tire les conséquences au lieu d’accorder chaque jour de nouveaux avantages à tous ceux qui profitent de la générosité de la France pour avancer inéluctablement leurs pions.

L

»

Pierre Roger La Rochelle (17)

Mariage gay

«

l eût été très simple aux homosexuels candidats au mariage d’aller en Espagne ou Belgique, où les sites ne manquent pas et d’y faire un somptueux voyage de noces, évitant ainsi de dilapider nos maigres ressources. Mais, notre gouvernement, franc comme un âne qui recule et têtu comme une mule, tient bon. Peut-être parviendra-t-il à rassembler le peuple français – mais seulement dans l’opposition à ses réformes !

I

»

Jean-Claude Allin <allinjl@dbmail.com>

Reproduction intégrale vivement conseillée avec mention d’origine


Pouvoir d’achat et repentance l’occasion de la nouvelle année, le camarade-président nous a présenté sa meilleure baisse du pouvoir d’achat. Tout augmente, les impôts (plus de 20 milliards d’euros supplémentaires de prélèvements obligatoires), le gaz, l’électricité, les transports, une longue liste que la presse du 2 janvier a rapporté sur des pages entières – soulignant, de surcroît, que la politique socialiste contribue à créer 50 000 nouveaux chômeurs par mois, soit en un an 600 000 nouveaux chômeurs et en quatre ans de socialisme 2.4 millions qui s’ajouteraient aux 3 millions qui, déjà, sont sur le tapis. C’est ce que François Hollande appelle « réenchanter la vie » ! Si l’on considère que l’inflation n’est pas de 2 %, comme le publie une administration aux ordres, mais plutôt de 5 %, la ponction sur la masse salariale globale pourrait être de quelque 15 milliards d’euros que les ménages n’auront pas, ce qui, évidemment, fera baisser la consommation et diminuera les recettes fiscales. Telle est la politique spoliatrice et stupide d’un gouvernement démagogique prisonnier d’une idéologie léniniste archaïque. De plus, il est probable que ces dispositions sont contraires à la constitution. Les Français s’en rendent compte désormais. Hollande a 80 % de l’opinion contre lui, plus précisément 70 % carrément contre et 10 %, des jeunes surtout, qui ne savent même pas, lorsqu’on leur parle de Hollande, de quel politicien il s’agit. Aussi bien n’est-il pas étonnant que plusieurs personnalités dans le monde, et au plus haut niveau de l’État, se moquent ostensiblement du président français, le dernier en date étant le camarade Poutine, président de la Russie, qui vient de faire à la France un affront à résonance mon-

À

Peuple de gauche

«L

a réaction du chef de l’État à la grande manifestation du 13 janvier montre, une fois de plus, qu’il n’agit pas, contrairement à ce qu’il dit, en président du peuple de France, mais seulement comme celui du peuple de gauche. Et l’on n’est même pas certain que ce dernier approuve toutes ses décisions ! Croit-il remonter dans les sondages en agissant ainsi, ou bien, seulement, cherche-t-il à occuper l’opposition pour qu’elle ne manifeste pas devant de la triste situation de l’économie et l’inefficacité des solutions qu’il adopte ?

»

diale en accordant devant les caméras la nationalité russe à Gérard Depardieu, lequel Gérard Depardieu appelle François Hollande, président de la république française, le « porcelet » - ce qui est assez ressemblant, il est vrai, mais, j’en conviens, pas du tout convenable. Je rappelle en passant que le camarade Poutine, ex-officier du KGB (la Gestapo), a été fait grand-croix de la Légion d’honneur par le camarade Chirac, fidèle au temps de sa jeunesse où, jeune militant communiste, il distribuait l’Humanité sur les trottoirs du quartier latin. On sait également que le Premier ministre britannique et le ministre des Affaires étrangères belge ont fait des déclarations fort peu francophiles disant en substance : « Braves Français, vous êtes spoliés de vos biens par un gouvernement dont tout le monde sait qu’il est incompétent et dangereux. Venez vous réfugier chez nous. Vous serez bien traités. » Tout cela au sein d’une organisation que l’on appelle l’Union européenne qui garantit la libre circulation des personnes, des biens et des capitaux, une organisation dont la France ne respecte ni la lettre, ni l’esprit. Bref, au train où vont les choses, notre pays est menacé de devenir un pays d’immigrés, de chômeurs et de vieux, survivants dans une culture de la médiocrité comme l’a dit Jean d’Ormesson, de l’Académie française dans le Figaro du 31 décembre 2012. Et, pour finir de démolir l’industrie française, déjà mal en point, le gouvernement socialiste s’apprête à imposer dans les conseils d’administration des grandes entreprises des comités ouvriers. N’oublions pas la lutte des classes! C’est ce qu’on appelle « améliorer la

«C

e livre devrait tomber bientôt dans le domaine public. J’ai eu l’occasion de le lire dans sa version complète, prohibée par l’auteur pendant l’Occupation. J’y ai retrouvé une grande partie de l’argumentation du Front de gauche et du programme économique du FN, bleu Marine (sans l’amalgame criminel assimilant les Juifs à la finance apatride ou au communisme international). Ce livre ne devrait-il pas figurer au programme pour montrer aux jeunes générations où conduit un certain populisme, toujours vivant ? Et, paradoxalement, chez les doctrinaires de l’Éducation nationale !

<chesser.boris@neuf.fr>

Reproduction intégrale vivement conseillée avec mention d’origine

Christian Lambert

Mariage

Mein Kampf

Boris Chesser

compétitivité » et « redresser les entreprises de façon productive ». L’apparatchik Hollande s’est distingué aussi dans un autre domaine. S’étant rendu en grande pompe en Algérie, le seul pays dont il a une certaine connaissance, il a, en des termes violents, condamné la colonisation française. Or, le camarade Hollande n’ignore pas que, lorsque la France a entrepris la colonisation de l’Algérie, en 1830, cette région était peuplée de tribus arabes et berbères qui s’entre-tuaient sous la domination théorique d’un empire ottoman décadent. L’Algérie en était aux premiers siècles de l’Hégire et l’une de ses activités favorites était de lancer des opérations sur mer et sur les rivages du Sud de l’Europe pour piller et rapporter des esclaves, des femmes surtout pour les harems des sultans du moment. Le plus regrettable dans l’équipée de François Hollande en Algérie est qu’il a cru bon de faire l’apologie des communistes de nationalité française qui ont apporté leur aide au FLN, dont la militante communiste Germaine Tillon. C’est, à ma connaissance, la première fois dans l’histoire de France qu’un président de la république en exercice fait l’éloge de traîtres qui ont contribué à faire tuer des militaires français, des traîtres qui ont aidé un mouvement qui a fait égorger et décapiter les moines français de Tibéhirine et qui a montré ce qu’il savait faire en torturant, mutilant et massacrant les Algériens favorables à la France. Monsieur le Président, franchement, bravo pour tout ! n

»

J.-M. Schuller Paris (75)

FN

«C

hacun peut avoir l’orientation sexuelle qu’il veut. Il peut choisir d’avoir des enfants ou non. L’institution civile du mariage avait pour objectif de favoriser la natalité. Elle n’était pas une simple union entre des personnes qui s’aiment. Si le gouvernement légalise le mariage gay, il change radicalement la finalité sociale de l’institution. M. Hollande ne s’est jamais marié. Il n’a pas à décider seul d’un tel changement. Il doit consulter le peuple. Pourquoi donc ne pas le proposer quand les sondages vont dans son sens ? Un référendum mettrait tout le monde d’accord.

»

Jean-Paul Viala Paris (75)

«J

e souscris à l’analyse de Roland Dubois à propos de la stagnation du FN (n° 875). Chaque année, des dizaines de milliers de nostalgiques du franc meurent de vieillesse, tandis qu’arrivent environ 700 000 nouveaux électeurs, quasiment nés avec l’euro. En outre, le programme dirigiste du FN déroute les électeurs de droite, à un moment où l’UMP ose, pour la première fois, des slogans comme la « droite décomplexée ». Si le FN ne met pas un bon coup de barre à tribord en matière économique et sociale, ses déboires électoraux vont se succéder.

»

Michel Lacourt <milacourt@wanadoo.fr>

LES 4 VÉRITÉS HEBDO N° 876 VENDREDI 18 JANVIER 2013

5


Communication

TF1 > En 2012, TF1 a réalisé 23,3 % de part d’audience. SPORT > Le service des sports de France Télévisions est doté d’un budget de 200 millions d’euros. VIDÉOS > Le pôle digital de TF1 revendique 1,7 milliard de vidéos vues. TÉLÉ > En moyenne, les Français regardent la télévision 3 h 47 par jour. TÉLÉ-RÉALITÉ > Bien que les téléspectateurs assistent massivement aux programmes de télé-réalité (ainsi « L’Amour est dans le pré » a dépassé les 7 millions de téléspectateurs…), ils affirment, selon un récent sondage CSA, à 75 % que cette dernière est trop présente à la télévision. Dans ce cas, il y a une solution simple : éteindre son poste ! RADIO FRANCE > Le groupe public de radio dispose d’une dotation étatique de 588 millions d’euros (sur laquelle, malgré les contraintes budgétaires, le ministère de la Culture, tutelle de Radio France, n’a demandé au groupe que 5 millions d’euros d’économies). QUOTIDIENS > En novembre, les ventes numériques du « Monde » ont atteint 26 926 exemplaires, devant « Les Échos » (10 655), « Libération » (9 945) et « Le Figaro » (8 206). TÊTU > Le magazine « Têtu », titre phare de la presse communautariste gay, ne compte que 7 633 abonnés. PRESSTALIS > Le plan de restructuration de Presstalis (ex NMPP) devrait concerner la moitié des 2 500 collaborateurs du groupe. BBC > Le nouveau siège la BBC a nécessité un investissement d’1,1 milliard d’euros.

6

Société Société Guy Millière

« Mariage pour tous » : mort d’une civilisation

U

ne grande manifestation contre le mariage homosexuel, rebaptisé dans la novlangue orwellienne du PS, « mariage pour tous », vient d’avoir lieu le dimanche 13 janvier. Elle a été émaillée, comme c’était prévisible, de tentatives d’agression de la part de gens aussi tolérants et pluralistes que le ministre de l’Éducation Nationale, qu’il vaudrait mieux appeler aujourd’hui ministre de la Rééducation nationale. Je crains, hélas, que cette manifestation ne change rien. La gauche, toujours et partout, cherche à détruire les sociétés qu’elle gouverne, et à les traiter comme une glaise qu’elle tenterait de remodeler à sa guise. C’est ce que fait la gauche française. Toutes les gauches savent que, pour parvenir à leurs fins, il faut non seulement détraquer l’économie, mais aussi en finir avec la famille. La gauche française le sait aussi. Or, l’objectif du mariage homosexuel est là, précisément : en finir avec la famille, dissoudre ainsi les rôles de père et de mère, les différences entre les hommes et les femmes, les lignées généalogiques, les identités, jusqu’à obtenir une forme de table rase. L’objectif est de priver les êtres humains de repères fondateurs cruciaux, aux fins qu’ils soient à la merci des remodeleurs. La volonté d’en finir avec la famille est, en fait, au même titre que les façons de détraquer l’économie, omniprésente dans la pensée de gauche depuis longtemps.

LES 4 VÉRITÉS HEBDO N° 876 VENDREDI 18 JANVIER 2013

Les socialistes utopiques du XIXe siècle avaient déjà la famille pour cible primordiale. Marx et Engels ont gardé la cible. Lénine et ses multiples disciples tout au long du XXe siècle n’ont pas dérogé à la règle. La social-démocratie, qui n’est que la version douce et sans barbelés (mais avec neuroleptiques et écrans de télévision) du totalitarisme, ne déroge pas non plus. La gauche sait que les coups qu’elle a donnés à la famille ont déjà porté leurs fruits amers au cours des quarante dernières années, et le taux de divorces, de familles recomposées ou de « familles monoparentales », comme la banalisation de l’homosexualité en attestent. Elle pense que le moment est propice pour franchir un pas supplémentaire, et elle le franchit : pas seulement en France. Les gens de gauche pensent-ils qu’il peut en résulter des sociétés viables dans la durée ? Certains ont peut-être cette illusion, mais les plus lucides savent que non, et ceux-là sont imprégnés d’une haine, avouée ou inavouée, de la civilisation occidentale. Ils ne détestent pas seulement la famille. Ils détestent ce qui s’y rattache et en découle : l’héritage, le patrimoine, l’identité culturelle, l’initiative personnelle, l’indépendance par rapport à l’État. La détestation de l’esprit d’entreprise, du libre contrat, du marché, du capitalisme, en découle. Ils veulent un État omnipotent. Et, faute d’État omnipotent, ils préfèrent la destruction totale.

<mguymilliere@aol.com>

Ils savent que détruire la famille accélère la destruction totale. Les gens de gauche ne voient-ils pas la destruction qui avance et vient peu à peu dissoudre la civilisation occidentale ? Certains d’entre eux sont tellement abrutis par le dogme qu’ils sont aveugles, mais les plus lucides voient parfaitement. Non seulement ils acceptent la destruction, mais ils la veulent. Ludwig von Mises désignait cette volonté de détruire d’un mot : le « destructionnisme ». Il en analysait diverses facettes, dans son livre « Le socialisme ». Il ne pouvait en imaginer toutes les facettes. Depuis la publication du livre, la gauche dans le monde développé a beaucoup avancé. Elle ne recourt plus aux barbelés, non : les neuroleptiques et les écrans de télévision sont des moyens bien plus efficaces, le lavage de cerveau et l’essorage de neurones ne laissent pas de cicatrices ou de traces de sang. L’Europe entière est présentement enlisée dans la stagnation, l’endettement, une dénatalité accélérée, et nul de ceux qui gouvernent, tous imprégnés d’idées de gauche à divers degrés, ne propose d’issue viable. Comme si cela ne suffisait pas, ils en rajoutent. Le mariage homosexuel est l’un de ces rajouts. Les États-Unis, grâce à Barack Obama, sont en train de rejoindre l’Europe dans l’impasse au sein de laquelle gît celle-ci. Assistons-nous à la mort d’une civilisation ? J’aimerais penser le contraire. n

Reproduction intégrale vivement conseillée avec mention d’origine


Jean-Pierre Delmau <jean-pierre.delmau @wanadoo.fr>

L

’euro ne pourra pas durer, de plus en plus nombreux sont ceux qui le pressentent. Nombreux aussi ceux qui tentent d’imaginer la suite. Mais deux séries de facteurs échappent souvent à ces réflexions : les modalités concrètes, sousestimées, et les conséquences, exagérées. Sur les modalités concrètes, on relève rarement qu’aucun traité, même celui de Maastricht, ne prévoit de « sortie » de l’euro. Conséquence logique de l’affirmation imprudente que cette monnaie nouvelle était irréversible… Mais on peut toujours renégocier. En revanche, à moins de se mettre hors la loi et en conflit avec l’Europe entière, on ne peut le faire qu’avec tous les membres. Sinon, le sortant garderait ses obligations à l’égard des autres, et n’aurait plus voix au chapitre pour en négocier les conditions d’application. La principale négociation sera celle des taux de change de cette monnaie nationale avec les 16 autres, pour limiter les pertes des créanciers. Un tel accord à 17 ne s’obtient pas en huit jours. Ensuite, concrètement, le sortant devra distinguer sa monnaie nouvelle des autres. S’agissant des comptes, aucun changement (sauf pour les comptes entre pays, si la conversion n’a pas été faite). En outre, il devra y avoir, comme d’habitude, échange des billets et des pièces. Contrairement à ce qu’on lit souvent, bien organisé, c’est rapide : pour l’euro, environ 10 jours.

«

Modalités et suites de la fin de l’euro Last but not least, les préparatoires devront être d’une discrétion absolue pour éviter la spéculation. Sur les conséquences, ensuite, dont les données paraissent en partie échapper à nombre de commentateurs. Un principe, valable de tout temps, veut que les engagements financiers d’un pays à l’égard des autres se soldent dans sa monnaie. De nouvelles parités s’imposent aux deux parties. Si l’engagement est libellé dans la sienne, il est à l’abri des variations de change, mais il les supporte dans le cas inverse. De là, découlent deux conséquences. À l’intérieur du pays, rien ne change, comme cela s’est passé au moment de l’introduction de l’euro (à part l’application du taux de conversion, en France 6,55957). L’incidence instantanée réelle sur prix, salaires, charges sociales, impôts et taxes, soldes de comptes bancaires et d’épargne, etc. est nulle. Donc, pas de panique. À moyen terme, les prix intérieurs des produits d’importation monteront (si dévaluation) ou baisseront (si revalorisation). C’est ce qu’on a toujours vu lors des réajustements monétaires. Cette incidence sera, cette fois, évidemment plus forte, puisque ces réajustements ont été bloqués depuis 1998. En revanche, s’il y a forte hausse des prix à l’import, il y aura forte baisse à l’export. La demande étrangère augmentera, donc les commandes et, par suite, les embauches et les investissements. Il en résultera une hausse de la masse salariale et des rentrées

Reproduction intégrale vivement conseillée avec mention d’origine

»

fiscales, une baisse des indemnités de chômage, un rééquilibrage du commerce extérieur, une modernisation progressive de l’équipement industriel, et une baisse des besoins d’endettement. Ce sont les bases de la croissance de la production et du pouvoir d’achat. Comme d’habitude, lorsque, dans une dynamique, on change un paramètre important, tous les autres en sont influencés. Il est donc imprudent et naïf de raisonner comme s’ils devaient rester stables. On a raisonné ainsi avec l’euro : on a bloqué les parités sans s’inquiéter du reste, et au bout de 10 ans, on a bloqué l’économie… S’agissant des dettes et créances sur l’étranger, ces montants se modifieront en fonction des nouveaux taux de change. L’incidence globale dépendra des situations nettes de chaque pays, gardant à l’esprit que les créances des uns sont les dettes des autres. Il y aura des contrats gagnants et des contrats perdants. Dans le cas de la Grèce, les créanciers devront abandonner l’essentiel de leurs créances, accordées d’ailleurs dans l’intérêt de l’UE, et non de la Grèce. Cela ne changera rien: aujourd’hui, elle ne paie qu’avec des fonds européens perdus d’avance. Ainsi, d’une part, on sous-estime les modalités, qui doivent prendre en compte de sérieuses contraintes; d’autre part, les prédictions apocalyptiques souvent lues sont davantage fondées sur la peur de l’inconnu que sur un examen réfléchi. Or, la peur est mauvaise conseillère… n

PUBLIC La puissance publique ne doit pas empêcher ce qui est déjà possible, mais vérifier qu’aucun principe républicain n’est affecté quand un citoyen réalise ses désirs. CHRISTOPHE BARBIER, ÉDITORIALISTE

»

«

DROITE Être de droite, c’est aspirer à être toujours à la hauteur de cette œuvre de réformes qui a permis à la France de rester encore aujourd’hui ce pays si petit par la taille, mais si grand par l’histoire. JEAN-FRANÇOIS COPÉ

»

«

VIGILANCE Sur le pacte de compétitivité, je suis d’un enthousiasme modéré car il faut être vigilant, exigeant dans la mise en œuvre des principes. LAURENCE PARISOT, PRÉSIDENTE DU MEDEF

»

«

FRANCE FORTE Nous voulons une France forte, comme la France veut une Allemagne forte. ANGELA MERKEL,

»

CHANCELIÈRE ALLEMANDE

«

OPINION La seule question qui vaille, ce n’est pas l’état de l’opinion aujourd’hui, mais la situation de la France dans 5 ans. FRANÇOIS HOLLANDE

»

«

MERAH Mon frère est le fruit d’une éducation de haine, de racisme et d’antisémitisme. ABDELGHANI MERAH, FRÈRE DE MOHAMED MERAH

»

«

DÉPENSE Nous devons rompre avec cette habitude qui fait reposer l’action politique sur de la dépense supplémentaire. BRUNO LE MAIRE, DÉPUTÉ UMP

»

LES 4 VÉRITÉS HEBDO N° 876 VENDREDI 18 JANVIER 2013

7

Sic

International International

«

ISLAM Ce n’est pas stigmatiser la religion musulmane que de lui demander de faire un effort comparable à celui que l’on a demandé aux autres religions. FRANÇOIS FILLON


4vh-876