Issuu on Google+

01-02


édi-

TO

Couverture : Emmanuel Chrétien

Hormis quelques agendas culturels et un groupe de presse quotidienne régionale, les habitants de la région ne disposent que de peu de médias indépendants qui livrent une information différente et alternative. C’est à partir de ce constat qu’une équipe de graphistes, illustrateurs, photographes et rédacteurs se mobilisent et créent en mars 2003 l’association Omnicube avec un but : l’édition d’un nouveau magazine gratuit, Le Réservoir. Aucun “journaliste” dans nos rangs, juste des bénévoles qui ont plus de motivation qu’une maîtrise absolue du sujet traité. Notre souhait est de rendre compte à notre façon d’une culture du graphisme et de l’image, de la musique ainsi que de l’activisme associatif en France. C’est pourquoi un artiste comme Alexöne du 9ème Concept ou des associations militantes comme la Fanzinothèque de Poitiers ou la Surfrider Foundation trouvent leur place dans notre sommaire.

Il en est de même pour la production. Les tâches sont reparties au sein de l’équipe de manière à ce que chacun participe selon ses compétences. L’heure est à la décentralisation. Le fonctionnement du Réservoir l’est et notre organisation repose avant tout sur la confiance. Nous affranchir de logiques commerciales et financières sont des priorités à l’émulation et la créativité, vitales à notre action. Mais les derniers mois nous ont prouvé combien il était difficile dans ses conditions de mener à bien un projet comme celui-ci que seules la patience et la détermination nous ont permis de mener à bien. Aujourd’hui Le Réservoir voit le jour avec ce premier numéro. Si vous désirez contribuer à notre effort de guerre, vous êtes les bienvenus. Peace. Théo & Clément


sommaire 6

>

9

10 > 25 26 > 27 28 > 29 30 >

l’invité

Alexöne

la galerie

Le Pétrole

Surfrider

Alerte Noire

lieu

La Fanzinothèque

sélection CD

PHOTO FRANCOIS BERTHON©

Le Réservoir©2003 #01 septembre octobre novembre 2003

PRESIDENT DU RESERVOIR : Cédric Neige contact@lereservoir.net DIRECTEUR DE LA PUBLICATION : Clément Renaud clement@lereservoir.net REDACTEUR EN CHEF : Théophile Pillault theo@lereservoir.net WEBMASTER : Samuel Labaute webmaster@lereservoir.net REDACTEURS : Thomas Bréchot - Christina Rodrigues - Philippe Duret - Théophile Pillault - Clément Renaud - Kévin Turpeau CONCEPTION GRAPHIQUE : Stève Ankilbeau - Frédéric Chailleux - Emmanuel Chrétien - Fabien Gorge - Samuel Labaute - Cédric Neige - Sébastien Picaud - Ca rine Raimbault - Guillaume Rousseaux Cyril Touleron - Kévin Turpeau - PHOTOGRAPHES : Alexöne - Emmanuel Chrétien - Florent Neige - Cédric Neige - Cyril Touleron NOUS REMERCIONS : Alexöne - Philippe Bocard - Didier Bourguoin Jean Breillat - Romain Chauvineau - Crédit Agricole - Stéphane Frachet - Carl Huguenin - Le Neuvième Concept - L’Oreille - Céline Noulin - Nicolas Perceval - Hedwidge Pfister - Tina Poulizac IMPRESSION : Graphival (37) 2 000 exemplaires - Le Réservoir©2003 - France - Toute reproduction des textes et images publiés dans Le Réservoir nécessite l’accord préalable des auteurs. Le Réservoir© est une publication de l’association Omnicube (loi 1901) - 41, rue Voltaire 37700 Tours - Tél. 06 16 33 61 74 - contact@lereservoir.net - www.lereservoir.net - Dépot légal sept.2003. Numéro ISSN en cours.


Interview

TU AS SUIVI UNE FORMATION SCOLAIRE, UN APPRENTISSAGE EN PARTICULIER ? Non, pas de formation particulière : le seul apprentissage que j’ai reçu à été de me faire virer du lycée, cela m’a permis de me mettre à fond dans la peinture, d’être ainsi attentif à tout, et ce, sans contrainte aucune... je cherche à être ouvert au maximum de disciplines mais mes sources "s'originent" résolument dans le graf. FUCK LA THÉORIE DONC, TOUT DANS LA PRATIQUE ?!

ÖNE

ALEX

l’invité

Fan de Larcenet, Bobby Lapointe et Tex Avery, à 27 ans Alexöne rhabille les murs de Paris, Hambourg ou Bruxelles à grands coups de papiers-peints. Portrait dans les locaux du 9ème Concept à Vincennes, d’un allumé du pinceau à colle. QU’EST-CE QUE LE 9 CONCEPT ET INTÉGRÉ CE COLLECTIF ? ÈME

COMMENT AS-TU

Le 9ème est composé d’une douzaine d'illustrateurs, rappeurs, ou tagueurs, soit autant d’individualités différentes. En fait, c’est la diversité qui fait la force du groupe. Le 9ème Concept fédère tatoueurs, collectionneurs de jouets ou peintres tribal... Pour ma part, je suis arrivé en 2000 au sein du collectif à l’occasion de l’exposition itinérante « Welcome on board », une manifestation nationale orientée glisse avec des démos, du graf, des perfs artistiques autour de la planche de skate. DANS UNE PLUS LARGE MESURE COMMENT S’EST FAIT TA

RENCONTRE AVEC LE MONDE DU GRAFFITI ET DE LA PEINTURE ?

Le Graf c’est pas dur : tu sors dans la rue, tu tags un mur, et t’es dedans. L’intérêt de cette discipline rési-

de dans le fait qu’elle rapproche les gens. Le fait de pratiquer le graffiti dans la rue est propice aux rencontres. Chronologiquement, j’ai découvert le graffiti, qui m’a ensuite conduit au graphisme. Ce n’est que bien plus tard que j’ai découvert l’illustration. Aujourd’hui mon activité tient dans toutes ces disciplines à la fois : j’essaie d’être le plus ouvert pour ne pas m’enfermer dans une discipline en particulier. Bien sûr à différentes périodes de ma vie et selon les gens, j’ai été catalogué en tant que tagueur, dessinateur, illustrateur, infographiste, plombier ou rien du tout…du moment que je peux peindre à l’aise et rencontrer un maximum de gens ! C’est là que réside l’intérêt d’être free-lance, ce statut t’affranchit de toutes contraintes et conditions liées au travail et te laisse une marge de manœuvre large, essentielle pour être créatif.

En tant que fan des Clash, je revendique le Do It Yourself spirit ! Je considère que l’apprentissage de bases techniques (typographie etc ...) te rend uniquement enclin à mieux exploiter ton potentiel créatif. La seule formation que j’ai suivie sérieusement à été une année aux Gobelins , section graphisme, où je me suis rendu compte que le graphisme justement, ne s’apprenait pas, mais se travaillait au quotidien. Les rencontres, les événements, ton histoire de vie viennent enrichir l’imaginaire, où je puise toute mon inspiration. Bon allez j’avoue, la télé m’influence beaucoup (rires) ! L’UNIVERS GRAPHIQUE QUE TU EXPRIMES EST TRÈS RICHE. VAS-TU PUISER TON INSPIRATION, TES INFLUENCES ?

En tant qu’ancien Skater (ok je me suis arrêté au Ollie et No Comply mais je remonterai un jour sur une planche, parole !), j’ai toujours été fasciné par les décos de planches. La vague Skate est arrivée d’un bloc en France et toute cette nouvelle tendance graphique m’a fasciné. Bien sûr des graphistes comme Carson ou Broddy ont également influencé mon travail. Je mets également en scène des animaux dessinés dans un style naïf, mais à y regarder de plus près les situations dans lesquelles je place mes personnages relèvent plus de l’ironie que de la naïveté. Dessiner des animaux n’est qu’un détournement : c’est aux comportements humains que je m’attaque. TU APPARTIENS PLUS À L’ÉCOLE DISNEY OU TEX AVERY ? Bien sûr comme tous les mômes j’ai suivi de près les aventures de Blanche Neige & Co mais je suis beaucoup plus sensible à l’univers déjanté des cartoons : inconsciemment, ils ont énormément influencé mon travail. Les épisodes de Tex Avery ont longtemps tourné en boucle dans mon magnétoscope : je me retrouve beaucoup plus dans cet humour caustique ! À cette recette, tu peux également rajouter les vieux Menez, de Funès et toute la clique à Bourvil : c’est vraiment un régal !

06-07


02

03

01

FAN DE B.D ? Ouais bien sûr ! Je consomme quantité de Bandes Dessinées américaines notamment, mais encore une fois ce qui m’a amené au 9ème art, c’est indéniablement l’aspect graphique d’une planche. Les bandes dessinées où chaque page est une illustration à part entière, avec un maximum de disciplines fusionnées (photo-

montage, papiers collés etc.) Le coté narratif des choses ne m’a jamais attiré . C’est la raison pour laquelle je suis toujours resté loin des scenarii d'Héroïc Fantasy & Co : ce n’est peut-être pas un hasard ? Les productions de l’association Cornélius m’influencent beaucoup. Toute la B.D. d’auteur issue de la micro-édition indépendante, j’adore. Le trait de Larcenet très simple, frais et proche du mien m’a ouvert

à une nouvelle tendance dans le 9ème art, j’en viens à acheter des B.D. dont le dessin ne m’attire pas forcément de prime abord : c’est plutôt positif. Propos recueillis par Clément, Cédric et Théo... www.9eme.net www.alexone.net

01 < à Donf - 2002 < NY Jaune - 2001 03 < L’épicier - 2003 04 < Pokimonde - 2002 05 < Popeck - 2002 06 < Alex - 2002 02

04

05

06

08-09


galer i e le pétrole

L

’image a aujourd’hui envahi notre quotidien. Pubs, marques, graffs, ont recouvert les murs de nos cités, nos vêtements, nos meubles et même nos corps. Noyés au beau milieu de ce foisonnement visuel incontrolable, nous avons tenté de lui donner une place dans un contexte autre. L’idée originale a été de se rassembler, pour choisir un thème afin de pouvoir le décliner selon les envies et les expériences de chacun. Graphistes, peintres, illustrateurs, lassés de «l’image produit» se réunissent ici pour laisser libre cours à leur créativité. Pour laisser l’image parler. Dans ce numéro zéro, le thème choisi a été « le pétrole ». Objet de convoitise millénaire, il a lui aussi envahi notre quotidien. Stylos, vêtements, emballages, véhicules, ses utilisations multiples ont fait de lui une matière indispensable. Malheureusement, il tend à devenir rare et cher car les stocks s’amenuisent. On estime aujourd’hui que la pénurie totale se produira dans 42 ans. Une échéance à court terme qui attise l’ambition des plus puissants, comme on a pu le voir très récemment encore. L’histoire se répète en effet, même lorsqu’il s’agit de faits prévisibles comme la pollution en mer due au naufrage de rafiots hors d’usage qui pourtant fonctionnent encore. Mais trêves de mots, laissez votre rétine vous guider aux fils des feuillets qui suivent. Bon voyage ! 10-11


01

02

03

04

05

01 02 03 04 03

fredéric chailleux < 100% out < www.wonderfueldezign.fr.st olivier villaeys < l’huître emmanuel rhény < prestige kéno < pantonetal muriel mignet < sans titre 12-13


01

02

01 02 03 01 02

emmanuel chrétien < hell < www.manolo-images.com emmanuel chrétien < super hell < www.manolo-images.com emmanuel chrétien < tout doit disparaître < www.manolo-images.com carine raimbault < shell-fire mambo < i love america < www.mambo.vu 14-15


02 01

03 04

01 01 02 03 04

emmanuel chrétien < hell < www.manolo-images.com frédéric chailleux < 100% out < www.wonderfueldezign.fr.st frédéric chailleux < new < www.wonderfueldezign.fr.st alexandre st-pol < non sens mambo < sans titre < www.mambo.vu 16-17


01

02

01 02 03 01 02

emmanuel chrétien < hell < www.manolo-images.com emmanuel chrétien < super hell < www.manolo-images.com emmanuel chrétien < tout doit disparaître < www.manolo-images.com olivia darmony < gastronomie de prestige cyril touleron < demain au menu ? 18-19


01

02

01 02 03 01 02

emmanuel chrétien < hell < www.manolo-images.com emmanuel chrétien < super hell < www.manolo-images.com emmanuel chrétien < tout doit disparaître < www.manolo-images.com samuel labaute < petrol offshore < www.37fr.com stève ankilbeau < bombe à retardement 20-21


01

02

03

04

05

01 02 03 04 05

emmanuel chrétien < hell < www.manolo-images.com sébastien picaud < à la pêche aux moules maud benardeau < stop au massacre kévin turpeau < bombe < http://massifdesign.9online.fr emmanuel chrétien < tout doit disparaitre < www.manolo-images.com 22-22


01

02

01 02 03 01 02

emmanuel chrétien < hell < www.manolo-images.com emmanuel chrétien < super hell < www.manolo-images.com emmanuel chrétien < tout doit disparaître < www.manolo-images.com cédric neige < capote d’échappement < www.eleven-studio.com olo mardetout < prestige surf festival 24-25


ALERTE NOIRE !

A l’heure où les eaux internationales accusent quotidiennement quantité de dégazages, marées noires et rejets de toutes sortes, certains s’impliquent dans la sensibilisation et l’information du public pour la protection des océans. Née en 1984 aux Etats-Unis, Surfrider Foundation est une association créée par des surfers californiens militant pour le respect des océans. Au travers d’actions de proximité, de programmes de sensibilisation, ils cherchent à responsabiliser petits et grands face au péril d’un patrimoine inestimable : le littoral.

PHOTO CEDRIC NEIGE©

Organiser des campagnes de nettoyage des plages, voilà comment le collectif Surfrider Foundation incite chacun à s’impliquer concrètement dans la protection de l’environnement. Mais ce ramassage des ordures, symbolique, cherche avant tout à provoquer la réaction d’un public trop souvent inerte face au problème des déchets et de leur recyclage. Mais l’association s’inquiète aussi de la qualité des eaux de littoral. En attribuant des « pavillons noirs », elle prévient de tous les types de pollution qu'ils soient visibles ou non. L’action n’est pas vaine puisque depuis, de nombreuses collectivités ont décidé d’entreprendre des travaux afin d’éviter cette mauvaise publicité, avec l’aménagement de stations d’épuration par exemple. Sans se limiter à des actions curatives, les équipes de surfers et amoureux de la mer essaient de traiter le problème en amont en développant des programmes éducatifs : fiches pédagogiques, vidéos, sensibilisation sur les bancs de la classe, etc. Et sur le terrain également,

puisque des spécialistes interviennent régulièrement afin de faire découvrir à nos chères têtes blondes l’écosystème d’une dune et leur apprendre à la préserver. Toutes ces actions menées sur le fond comme sur la forme ont permis de réels progrès dans la lutte pour l’environnement, même si elles ne remédient pas pour autant aux agressions déjà faites. Chapeau bas donc à tous ces jeunes surfers qui militent pour le respect de la nature et s’interrogent sur l’impact de notre société de consommation sur l’environnement. Philippe D.

Contact Surfrider Foundation Europe 120, avenue de Verdun 64200 Biarritz 05 59 23 54 99 surfrider-join@wanadoo.fr www.surfrider-europe.org

26-27


C

réée en 1989 sur proposition du conseil communal, la Fanzinothèque de Poitiers est un véritable lieu de villégiature pour celui qui, d'aventure, sentirait monter en lui la soif d'informations non viciées. “Un souffle d'air frais dans un univers TF1 productions”. Située au sein du Confort Moderne (la salle de concert poitevine), cette association recueille depuis de longues années les fanzines qui lui parviennent des quatre coins de la France. Avec plus de 20 000 volumes disponibles, elle est devenue aujourd'hui un véritable centre de ressources et de documentations.

La Fanzinothèque de Poitiers

FANZINES NOT'S DEAD ?

En quelle année ont splitté les Kannibal’s Stung ? Où est né le néo-death-indus-noisy ? Quelle est la marque de la guitare de Ivan Mc Dossen ? Les annales du fanzine détiennent sûrement les réponses à ces questions…

Fraîchement sorti des rotatives parisiennes ou enfanté en moins de deux heures dans la cave moite de mémé, le fanzine a la peau dure ! Bercé dès ses premiers pas par les riffs du ro ck n’ roll, il a toujours été le terreau du milieu underground. Qui ne l'a jamais surpris à traîner sur un comptoir ou au détour d'une salle de concert, prêt à secourir l'autochtone en manque de nouvelles fraîches ? Entraperçu ou feuilleté en vitesse entre deux verres de vin, qu'en est-il vraiment de cet outil, trop souvent considéré comme un sous-média par les profanes.

De plus, une base de données est désormais utilisable via Internet, inventoriant la majeure partie des articles disponibles (triés par sujets, années, genres musicaux, etc.) Trouver un renseignement devient donc un véritable jeu d'enfant dans une botte de foin.

PHOTO FLORENT NEIGE©

01-02

"Notre but est de permettre au public de considérer le patrimoine constitué par tous ces fanzines comme un réel support, une richesse culturelle exploitable", nous explique Didier Bourgoin, fanzinos de la première heure. Deux fois par ans, sort le R.P.P.M. (Répertoire de la Petite Presse Musicale) recensant tous les titres

musicaux archivés à la Fanzinothèque. Ce petit ouvrage offre un beau panorama de l'évolution de la presse musicale indépendante de ces vingt dernières années. Mais comme Le Monde sans Plantu, un fanzine ne se conçoit pas sans sa dose de dessins et de BD. On se rappelle encore de l'exposition Stripburek, un collectif de BD d'Europe de l'Est, venu à la Fanzinothèque exposer ses travaux. Ou encore de l'organisation des premières expos du Supermarché Ferraille, coqueluche des angoumois pendant le festival. En effet depuis 1999, la Fanzinothèque co-organise le Off du festival de BD d'Angoulême. Les plus chanceux d'entre vous auront sans doute pu voir le bus installé lors de la dernière édition. Face aux stands des grands éditeurs, on pouvait y lire en toute tranquillité les fanzines présents dans le festival (et bien d'autres). Un beau pied de nez au marchandising de Dargaud et Cie! Depuis peu, la BD a d'ailleurs aussi envahi l'Arsenal. L'Arsenal c'est une feuille de papier toute simple remplie d'infos, avec une sélection de dates de concerts et de festivals qui se déroulent dans un rayon de 200 bornes autour de Poitiers. Disponible dans tous les bons bars et bien pratique pour les soirées pluvieuses. Autant dire qu’entre deux expos et une pile de fanzines, on ne trouve pas le temps de s'ennuyer à la Fanzinothèque de Poitiers… Clément

28-29


SELECTION CD SATIRNINE

Void of value Burning Heart Au pays des Krisprolls on sait faire du Rock’n Roll. Depuis les Hellacopters, la scène suédoise est toujours aussi édifiante et ce ne sont pas les Satir nine qui dérogent à la règle. Formé à l’automne 1998, le combo exclusivement féminin flirte entre la rythmique pêchue des Hives et la Punk’n Roll Attitude des Distillers. Forte d’un premier album et d’une apparition remarquée sur le tribute aux Ramones (« The Song Ramones the Same » reprise de MAMA’S BOY). Les Satirnine sortent d’une éprouvante tournée européenne, aux coté des Randy, fatiguées oui, calmées : sûrement pas !

BRAD MEHLDAU

Largo Progression Brad Mehldau est un pianiste de jazz américain qui mérite qu’on s’attarde sur son cas car Largo est une oeuvre qui sort de l’ordinaire. On est ici face à un album expérimental. L’utilisation de la console de mixage et de différents instruments : flûte, percussions, cuivres, ainsi que les arrangements rappellent davantage le rock ou la pop. Certains morceaux sont totalement improvisés lors de l’enregistrement en studio. Cet album est une ouverture sur les possibilités offertes par le jazz, comme de reprendre « Paranoid Android » des Radiohead dans une version de neuf minutes.

HYPNOTIX

Bagua African Dance Records Si je vous demandais de me citer un pays qui se situe entre l’Inde, l’Angleterre et la Jamaïque ; vous penseriez à tout sauf à la République Tchèque. C’est parce que vous n’avez pas encore écouté le dernier album d’Hypnotix… Né des faubourgs de Prague, ce groupe à mi chemin entre World Music et Trip Hop donne une leçon en matière de métissage avec son nouvel album Bagua. Ils mélangent ici chants indiens, Reggae et samples électr oniques, recréant des ambiances uniques. Voilà donc l’occasion rêvée de s’intéresser à la scène musicale tchèque aujourd’hui quasi inconnue en France. www.hypnotix.cz

EZ3KIEL

Barb4ry Jarring Effects Inclassable, Ez3kiel oscille entre visuels épurés et break-core raffiné. La puissance flirte avec la mélancolie dans un univers onirique et inquiétant, toujours sombr e. Des fusions Hip Hop et des montées électroniques ainsi que des mélodies de piano ou de violons se cachent derrière cette magnifique pochette 100% carton. Ce second album hypnotise et transporte très loin. Plus homogène que Handle with care (parut en 2001) Barb4ry casse tous les rythmes et surprendra vos enceintes autant que vos oreilles. www.ez3kiel.com 38-39



Le Reservoir Mag #01 - Pétrole