Issuu on Google+

Le RavĂŠlien

Mai - Juin 2013


Sommaire Histoire de société: L’histoire de La Bd Culture du monde: Interview de Eduardo Mendoza Voyage: Le Japon Cinéma: SinCity

3 5 6 8

Les milles et une nuits

9

The Grandmaster

10

Horoscope: Horoscope de fin d’année Sciences: Brèves scientifiques Jeux-Vidéos: L’Histoire du jeux Partie 2 Jeux: La BD en jeux Feuilleton: Chroniques Insulaires - Chapitre3 partie 1 Vie du lycée: Brèves lycéennes

Edito

« Bon, bah voilà. ». C'est ce qui m'a traversé l'esprit en tout premier lieu lorsque je me suis rendu compte que j'avais rédigé mon dernier éditorial pour le Ravélien. En effet, le numéro que vous tenez dans vos petites mains est le dernier à bénéficier de ma collaboration. Ne soyez pas triste pour autant ! Je vais quand même vous introduire à ce dernier numéro de cette année scolaire 2012-2013 avec mon énergie habituelle. Vous vous en doutiez sûrement en voyant la couverture, mais je vous le confirme : ce numéro a pour thématique la bande dessinée, ou neuvième art. Pourquoi ? Parce que, la BD, c'est...eh bien...c'est cool. Alors certes, ceux d'entre nous qui passent un affreux examen national dont le nom tient en un anagramme des trois premières lettres de l'alphabet me diront : « pas le temps de lire des BD, j'ai des textes à réviser (L) / des formules à mettre dans ma calculette(S) / des statistiques à connaître par cœur (ES) / des crayons de couleur à tailler (Premières)/ r1 a Fèr lol pa le bac cet ané mdr

11 12 13 15 16 19

(Secondes). » Il n’empêche que, à tous points de vue, la BD demeure un EXCELLENT moyen de faire une pause entre deux fiches, et peut de plus vous filer des anecdotes à sortir dans vos copies (ou en soirée si vous aimez vous la jouer). Bon, certaines anecdotes et références sont plus reconnues que d'autres (j'ai personnellement cité Pokémon dans ma copie de bac de français), donc lisez de préférence Persepolis, Valse avec Bachir ou Les Philosophes en BD, ce sera autrement plus utile que le tome 65 de Naruto. Bref, au lieu de troller, je ferais mieux de vous souhaiter une bonne lecture, et de vous remercier, une dernière fois, d'avoir pris le temps de me lire.

Le Marquis 2


-Histoire de sociétéL’histoire de La Bd Par Loreleï

I-Historique Les origines de la bande dessinée peuvent remonter à Lascaux, aux fresques égyptiennes ou à la tapisserie de Bayeux. On peut également citer comme précurseur de la bande dessinée le peintre Hokusai, japonais, qui en 1814 présente certaines pages de ses croquis dans des cases accompagnées de légendes. Celles-ci prennent le nom de Manga «image maladroite» (de man : imprécision, légèreté et ga : esquisse, illustration), terme qui désignera plus tard la bande dessinée japonaise. L’Imagerie d’Epinal invente quant à elle, dès la fin du XVIIIè siècle, des vignettes représentant des sujets populaires, des images pieuses, des comptines, des passages de l’histoire de France et autres. Mais la première BD véritable est celle de Rodolphe Topffer au début du 19è siècle. Ce dernier a conscience de la nouveauté de son œuvre et la définira ainsi : « [Elle] est d'une nature mixte et se compose d'une série de dessins au trait, chacun de ces dessins est accompagné d'une ou deux lignes de texte. Le dessin sans ce texte n'aurait qu'une signification obscure ; le texte sans le dessin ne signifierait rien. » Voici un extrait de l’œuvre de Topffer.

Morris et lui-même (deux éditeurs). Morris aurait proposé d’appeler la BD le huitième art, mais Lacassin aurait préféré neuvième art en référence à la télévision. Mais les noms pour désigner la BD sont très nombreux et diffèrent d’un pays à l’autre : comics aux USA du fait que les premières BD étaient toutes comiques, historieta (=petite histoire) en Espagne, fumetti à cause des bulles en Italie. Le dessinateur Christophe, français, découvre et utilise dans les années 1890 de nombreux cadrages avant le cinéma (plans américains et moyens, le panoramique, la plongée...). Le pays où la BD connait son plus grand succès sont les États-Unis surtout à partir de 1896 grâce à la presse. The Yellow Kid est la première série BD avec un héros publiée et c’est aussi la première dans laquelle les bulles apparaissent. Voici le héros de cette BD. La BD américaine va surtout se développer dans les Comic Books, des petits magazines, alors que la BD européenne va se concentrer sur la jeunesse et paraître dans des magazines pour enfants. De ce fait lorsque la BD américaine arrive en France dans les années 1930 elle balaye les productions françaises plus naïves et enfantines. La BD américaine est vive et pleine d’action. En 1929 arrive Tintin sur les marchés. Cette BD connaîtra un succès international. Avec celle-ci, Hergé son auteur va révolutionner a bande-dessinée européenne. Les deux éléments nouveaux les plus importants sont la construction d’une intrigue de bout en bout d’un numéro à l’autre et la documentation. En effet Hergé va rencontrer un étudiant chinois qui va l’amener à approfondir ses recherches sur les milieux et pays dans lesquels il place ses intrigues et personnages.

Le terme bande dessinée apparait dans les années 1940 aux États-Unis, où la bande dessinée se présentait sous la forme d’une bande contenant de nombreux gags. Le terme «9ème art» viendrait selon Lacassin de 3


Avec le krach de 1929 les Américains rêvent de super-héros. C’est ainsi qu’apparaissent Superman (en 1938), Batman, Captain Marvel, Wonder Woman et d’autres encore. Mais des héros plus humain font également jour d’abord aux USA puis en Europe tels Mickey Mouse (en 1932), Tarzan, Popeye... En 1967 Hugo Pratt, un français, publie le premier numéro de la série Corto Maltese. Il a inventé une nouvelle sorte de BD: la BDroman. Il est donc le précurseur du graphic novel, BD qui prennent une dimension littéraire. Ces BD n'ont plus le format habituel de 44 pages, les histoires se rallongent. Quelques années plus tard (années 1970), Robert Crumb développera un sous-genre du graphic novel, la BD autobiographique. Il est aussi un auteur important du comics underground (BD influencée par les mouvements hippies). C’est ensuite au tour d’Art Spiegelman avec la BD Maus de développer la BD dans un but historique. Sa BD relate l’histoire de sa famille durant la seconde guerre mondiale et l’holocauste. A cette époque, la BD française connaît un succès mondial et s'exporte beaucoup.

Aujourd'hui, Jochen Gerner et Glen Baxter, deux artistes contemporains, ont chacun inventé une « nouvelle BD », des formes d'expérimentations. Ainsi, Gerner, membre de l'OuBaPo, c'est à dire ouvroir de bandedessinée potentielle, fait des formes des signes. Baxter se rapproche d'une BD absurde et associe des textes à des images sans qu'il n'y ait de rapport entre les deux.

Hana Attori, BD de 2008 par Tony Valente aux éditions Soleil Levant ( Branche de Soleil éditions). Tome 1: Les irréductibles ninja

http://www.manga-sanctuary.com http://www.goscinny.net

Mais depuis 2005 on assiste une « mangalisation » de la production française de BD et la France serait à présent le deuxième marché mondial de mangas après le Japon.

Dans les années 1930 la condition d'auteur de BD est déjà régulée en Europe. Ainsi les auteurs sont propriétaires de leurs personnages. À la fin d'un contrat avec un éditeur ils redeviennent libres de faire ce que bon leur semble. Les planches appartiennent également aux auteurs. À l'inverse les auteurs américains de super-héros ne sont pas souvent propriétaires ni de leurs personnages, ni de leurs planches. Ils sont payés avec des forfaits et ne touchent pas les profits de leurs œuvres, de leurs rééditions et leurs produits dérivés. Si l'éditeur n'est pas satisfait, il peut engager un autre dessinateur. D'autre part les albums de « luxe » grand format, cartonnés sont peu utilisés là-bas, contrairement en Europe. À cette époque le scénariste n'est pas reconnu. L'éditeur Dupuis disait d'ailleurs « Si un dessinateur veut s'offrir un scénariste, c'est son problème, pas le mien. ». Ainsi il ne payait que le dessinateur, c'était ensuite à ce dernier de partager son salaire avec son scénariste. Goscinny, Charlier et Uderzo décident de mettre un terme à cette situation. Ils prépa-

rent donc une charte sur les droits d'auteurs et les conditions de travail à présenter aux éditeurs. Mais un dessinateur les dénonce et ils ne pourront plus travailler. Après plusieurs années de petits métiers, ceux-ci réussissent à monter leur propre journal. Goscinny pousse les dessinateurs à avoir une mentalité propre et à l'assumer. Ainsi contrairement aux journaux Spirou ou Tintin, qui invitent les lecteurs à noter les BD, sachant que les moins bien notés pouvaient être exclus du journal, Goscinny pense que c'est au rédacteur en chef de décider des BD qu'il veut présenter dans son journal.

4

Sources: http://ybocquel.free.fr http://fluctuat.premiere.fr/Diaporamas/Une-histoire-de-la-BD-en-images-3158960

II-LA condition des artistes


-Culture du mondeInterview d’Eduardo Mendoza au Salon du Livre par les élèves de Bachibac Par POSADAS Marie-Claire, ALVES Lidy, SANCHEZ Léa , AGETE BOGALHO Arianne

Entrevista con Eduardo MENDOZA

Interview avec E.Mendoza

Hoy en el salon del libro tuvimos la oportunidad de entrevistar el autor espanol Eduardo Mendoza. Mendoza nacio el 11 de Abril de 1943 en Barcelona. Durante su juventud vivio el periodo del franquismo que tuvo repercusiones en sus obras ya que se basea mucho sobre la sociedad espanola.En 1975 decide de marcharse de Barcelona para vivir en Nueva yorke , y de alla maneja su carrera entre Espana y los Estados Unidos. Sus obras son de genero policiacas , durante la entrevista afirmo que el "hecho de escribir no fue una elección pero si una vocacion". Escribio una saga policiaca que tuvo mucho succeso , El misterio de la cripta embrujada que empezo en 1979 . Cogio 30 anos para escribir los tres libros ya que el ultimo salio en 2012 El enredo de la bolsa y la vida. Fuera de la costumbre del genero policiaco , Mendoza redacto en 1991 Sin noticias de Gurb publicada por entregas en el diario EL Pais. Esta novela relata la búsqueda de un extraterrestre , Gurb, perdido tras adoptar la apariencia de Marta Sanchez, en la ciudad de Barcelona. Lo importante del libro es la vision del autor frente a una sociedad espanola y del cotidiano del ser humano urbano mostrandonos la verdadera cara de estos. Se puede ver que en casi todas sus obras el autor nos da una vision explicita de la sociedad y critica de manera objetiva lo que sucede de nuestros dias.

5

Aujourd’hui au le Salon du livre, nous avons eu l’opportunité d’interviewer l’auteur Eduardo Mendoza. Mendoza est né le 11 avril 1943 a Barcelone. Durant sa jeunesse, il a vécu la période du franquisme ce qui a eu un impact sur ses œuvres vu qu’il s’appuie beaucoup sur la société espagnole. En 1975, il décide de partir aux États-Unis d’où il gère sa carrière entre l’Espagne et les États-Unis. Ses œuvres sont du type policier. Durant l’interview il affirma que «le fait d’écrire ne fut pas un choix mais une vocation» Il écrivit une saga policière qui eu beaucoup de succès: Le mystère de la crypte hantée qui a commencé en 1979. Il prit 30 ans pour écrire les trois premiers tomes vu que le dernier n’est sorti qu’en 2013: L'enchevêtrement du sac et de la vie. A part ce genre littéraire, Mendoza rédigea un feuilleton dans le journal El Pais: Sans nouvelles de Gurd. Ce roman raconte la recherche de Gurb, un extraterrestre perdu après avoir pris l’apparence de Marta Sanchez, dans la ville de Barcelone. Le point de départ du livre est la vision de l'auteur devant la société espagnole et la vie quotidienne de l'homme urbain qui nous montre le vrai visage de ces derniers. Vous pouvez voir que dans presque toutes ses œuvres l'auteur donne une vision explicite de la société et objectivement critique de ce qui se passe de nos jours.


Avatar-design par Hinafura

-Voyage-

LE JAPON Par A.-B

Bonjour lecteur! Je délaisse ma rubrique habituelle de critique pour une rubriquévasion vers le bout du monde. J’ai visité ce pays il y a quelques mois maintenant et j’en rêve encore. Ce pays (pour ceux qui n’ont pas le titre) c’est:

LE JAPON

En pleine rue à Matsumoto...

ses enseignes brillent et vantent les produits par dizaines. Bien évidement, la ville ne se résume pas à ça mais je dois faire une sélection et on part sans transition vers Kyoto, la ville aux 10.000 sanctuaires. Cité culturelle par excellence, Kyoto concentre la plupart des grands temples et sanctuaires comme le Pavillon d’Or, le Sanjūsangendo (essayez de le prononcer vte pour le fun) ou le Fushimi-Inari Taisha, immense sanctuaire dédié au dieu-renard Inari connu pour ses allées de torii (portails rouges). On trouve facilement des restaurants agréables et typique où on mange des okonomiyaki, sortes de bouses de nouilles délicieuses ( si, si) et autres ramen (nouilles plongée dans un bouillon). Je tiens à préciser que contre toute idée reçu, les sushi ne

Je vais commencer mon périple dans la fourmillante Tokyo. Le plus frappant dans cette ville c’est bien évidement le gigantisme de ses infrastructures (c’est graaaaaand). Les quartiers de Shiodome, de Shinjuku et d’Akihabara possèdent les plus grandes tours, qui touchent presque les nuages. La vie est très rythmée et des métros entiers de salarymen (hommes d’entreprise) sont brassés chaque jour dans les veines de la ville qu’est son métro (radicalement différent du RER parisien). A Shibuya mais aussi à Akihabara, d’immen-

Poissons vendu au marché de Tsukiji à Tokyo

Akihabara, la ville « électrique» de Tokyo 6


nuels, on fait pas les malins à Paris). Ces région offrent des paysages dignes du seigneur des anneaux, voir même plus. Bien sur le Japon c’est aussi les mangas, les maids, les escalators, toutes ces choses qui nous sont inconnues ou très étrangères. Le Japon c’est une culture différente, une langue différente, aller, pour le rire: Ohayo gozaimasu: Bonjour Arigato: merci Sayonara: au revoir Watashi wa M.Dupont desu: je m’appelle M.Dupont Aiskaleta: escalator Voilà pour le tour d’horizon des principaux endroits du Japon. Je n’ai bien sur pas put tout dire mais je pense que le meilleur moyen pour compléter cet article c’est d’y aller vous-même. Pour ceux qui auraient peur des radiations de Fukushima, je suis revenu en un seul morceau (et sans morceau en plus non plus). Je peux vous dire aussi que le pays, la culture, la vie, l’air les chats les escalators du Japon valent qu’on prenne le risque. Je vous incite donc à aller voir ce pays un jour, que vous aimiez les mangas, les sushi, les bars ou les escalators! Hein? Pourquoi les escalators? Ah oui, vous savez pas, ...ils parlent ;)

sont pas le plat japonais le plus classique, ils valent cher( puisque de très bonne qualité) et sont donc un met de luxe! Partons plus vers le sud, vers Hiroshima, la tristement célèbre. Rien au monde ne peut expliquer ce qu’on ressent là-bas, vous ne rirez plus à l’humour noir concernant le 6 août 1945, 8h15. La bombe a explosé à 400m au-dessus du sol et n’a fonctionné qu’à 10% environ. Pourtant, nous descendons toujours vers le O-Torii (grand torii) de Miyajima (ci-dessus) dont la spécialité est l’huître frit. Bien moins connues, les Alpes japonaises occupent tout le nord du pays. En hiver, on peut voir se dessiner les routes entre des murailles de neige de plusieurs mètres de haut (ouais, avec nos 2cm an-

Le Japon, berçeau de nombreux jeux-vidéos, comme Zelda, Mario, Asura’s Warth...

Les Torii du Fushimi-Inari-Taisha: une invitation au voyage... 7


Cinéma

Sin city : Un univers entre la BD et le film Comment réussir à rendre une atmosphère aussi terrible et mystérieuse que l’univers de Sin City ? Ce mélange entre dessin, animation et réel est frappant, les contrastes entre la lumière et l’ombre sont étonnants, la surexposition, certains détails colorés ou qui se colorent pour briller ou faire ressortir la volupté, le scintillement des yeux ou la clarté des cheveux évoquant un ange contrastent avec la noirceur de ce film. Tandis que le dessinateur Franck Miller ne croyait même pas au film, dès lors qu’il a vu le résultat, il a lui -même était impressionné par le travail de Robert Rodriguez : réalisateur, directeur de photographie et monteur de ce film grandiose. Cette œuvre est une œuvre frappante qui dessine la plus grande corruption du pouvoir comme la plus grande criminalité, la folie ou souligne l’amour ou l’affranchissement des prostitués qui règnent sur leur propre quartier et qui ont leurs propres lois. Ce monde noir réaffirme nos valeurs, nos désirs et nos peurs enfouies en nousmêmes. tantôt la représentation de la violence est accentuée par la couleur du sang, tantôt toute l’image et les personnages sont comme « surexposés », comme ils le seraient dans une Bande-dessinée. Ainsi la suggestion de la violence et de l’atrocité des actes notamment lorsque les loups mangent le plus atroce des criminels qui est en plus d’être sadique et sans pitié est anthropophage. Les lunettes de ce même criminel qui brillent nous

gantesques barreaux de la celévitent d’ailleurs de croiser son re- lule de prison qui ressemble gard, on ne peut alors pas savoir plus à une cage qu’à autre choq u e l l e s se, sont mises en valeurs grâce sont ses aux ombres et à la lumière et p e n s é e s accentuent l’emprisonnement ou ses de l’une des rares personnes réactions, « innocentes » : Hartigan, accuj u s q u ’ a u sé du viol de la jeune fille Nanm o m e n t cy qu’il a en réalité sauvé d’un où on le pédophile protégé par le gouvoit enfin vernement. Nancy décide de lui mort et là écrire régulièrement pour lui on voit tenir indirectement compagnie. son re- Lorsque Hartigan sort de prigard presque cynique, son, les omrépugnant, et presque bres effraient souriant tandis qu’il se presque plus « Ma Walkyrie exulte à mes fait déchiqueter. On que la prison cotés, emplie de la joie ressent presque la vendont il sort, à sanguinaire qu’elle éprouve à geance qui ne mène à croire que le rien du tout. Le côté tuer, et moi aussi » monde extétortueux de la ville girieur est presgantesque et son côté que plus danfantastique mais sombre, ses rues gereux et sa question sur ce désertes accentuent cet effet mysté- qu’est devenue Nancy le hante. rieux et glauque, sinistre de Sin City. Beaucoup d’autres intrigues se Les hauts bâtiments et les impasses développent et s’entremêlent ressemblant à des trous de souris avec des personnages plus ou sont remarquablement bien utilisées moins innocents et, littéralepour faire ressortir des personnages ment plus ou moins colorés. tels que Miho qui surgit de n’importe où et détruit quiconque. Les gi-

8


Les milles et une nuits de Marjane Satrapi « Yekiboud, yekinaboud, Il tin est présent. Dans les films de y avait quelqu’un, il n’y Marjane Satrapi, la mort n’est pas avait personne » Ainsi com- simplement abordée de façon sinistre mais aussi mencent les de manière à ce contes persans l’histoire mais aussi le « Les 10 intellects, les 8 cieux, que continue à flotles 6 versants des cieux, film « Poulet ter et à ne pas Les 7 planètes, les 9 firmaments, aux prunes » être sombre. tout ça fait ces deux lignes, de Marjane Satrapi. Son uni- Avec les 5 sens, les 4 éléments, D’autres sujets comme l’amour vers est un les 5 esprits, Dieu monde mêlé au Dans les 3 mondes n’en fit pas 1 et le hasard dessin comme autant que toi ma jolie » sont fortement liés dans l’œuau c in éma . Rubayat de Khayam vre de Marjane Dans chacun de Satrapi. Un seul ses films avec regard peut suffire, Vincent Paronnaud, l’enchantement comme le hasard ou le ou le son des tadestin de la vie flottent autour lons ou la paire de de nous. La fumée est un des jambes qui se desplus beaux moyens pour se sine et qui nous perdre dans le souvenir, il en amène à voir un est ainsi pour « Persépolis » et visage radieux. Le pour « Poulet aux prunes » maître violoniste dans lequel un personnage ex- prononce une paplique que la fumée est la nour- role sibylline qui riture de l’âme. Entre l’histoire résume assez bien autobiographique de Marjane les hasards de la Satrapi et les histoires qui ont vie qu’il faut saisir ou les regrets qui bercé son enfance comme l’his- restent « La vie est un soupir toire de son oncle, de sa justice dont il faut s’emparer » et « elle dans son jugement et de son sera dans chaque note que tu jouecourage, comme son idéalisation de l’amour et le moment douloureux du suicide. D’ailleurs, la mort est un sujet qui fascine autant les poètes comme Farid Al Din-Attar que Marjane Satrapi. Lorsqu’on décide de mourir, on meurt ! Ceci est la genèse du film « Poulet aux prunes » : peut-on empêcher la mort de venir chercher un de nos proches ? L’ange de la mort et son sourire, ses cigarettes portant la lettre A et s’allumant toutes seules, le des9

ras désormais », parlant de l’être aimé perdu. La citation du poète Khayam rajoutée ici montre bien ce même sentiment éprouvé dans les films de Marjane Satrapi par rapport à l’amour : on peut tenter de tout compter, de tout expliquer, mais rien n’est plus fort que le sentiment suprême de la rencontre de l’être cher. Les dessins jouant sur les contrastes noirs et blancs, l’animation de ces images légère et flottante, ces vagues se retrouvant sur la couette avec les signes de mie de pain, tout flotte autour de nous. Tels nos souvenirs pouvant défiler lorsqu’on décide de mourir, les ombres dans la photo, les couleurs, ces fleurs et cette neige nous transportant légèrement, au fond la vie et son enchantement et tout comme ses désillusions transparaissent dans tous les films de Marjane Satrapi.


The Grandmaster Il s’agit d’un film sur le Kung-fu mais pas seulement, cette œuvre est bien plus profonde que cela. L’univers des maîtres de Kung-Fu et leur sagesse est mise en avant parallèlement avec la place des femmes dans la société et dans ce monde. C e n’est pas tant juste la doctrine de c e s maîtres en arts martiaux mais l’atmosphère de ces combats durant les différentes années, la fatigue des grands maîtres, l’art du combat qui devient une chorégraphie impressionnante et qui rapproche les corps, un art qui se rapproche de la nature, un art qui émousse les sens, tout cela est rendu dans le film. Tout cet art est remarquablement bien filmé avec l’atmosphère mystérieuse de certains lieux avec de la fumée, des paysages enneigés, les bordels avec leur nombreux escaliers qui deviennent presque une arène pour ces guerriers. Le film suit l’histoire de plusieurs grands maîtres de Kung-Fu, Boasen, le maître ayant rapproché les plus grandes formes de Kung-Fu, Ma San qui sera son successeur, Gong Er la fille de Boasen, la Lame et Ip-Man. Ip-Man est le représentant des maïtres du Sud tandis que les autres sont ceux du Nord. Les deux

héritiers du vieux Boasen : Gong pauvreté qu’ont pu subir les grands Er et Ma san détiennent chacun maîtres pendant la guerre, l’occupadeux arts différents du Kung-fu tion japonaise. Et ce qui est remarquaenseignés par leur maître. Ils vont ble dans ce film, ce sont les images et tous indirectement se rencontrer les sensations éprouvées lors de ces ou combattre d’autres bandes. Ip- combats intenses, utilisant aussi les Man sera reconnu par le maître forces de la nature, les combats sous Boasen la pluie, le sang tombant dans la pluie, q u i la neige et sa légèreté utilisée pendant s ’ a - les combats, la fumée colorée dans la vouera gare. L’attente avant les combats, étonné l’emploi de l’espace, le mouvement de sa d’un train derrière les combats, et s a g e s - cette chorégraphie sont incroyables e . ment rendus. De plus, on retrouve G o n g l’univers de Wong Kar Wai avec le Er en hasard des rencontres, des regrets qui temps que fille du maître appren- donnent un sens à la vie comme Gong dra une partie des Er l’expliquera, Le si64 mains, un art lence et la parole, les qu’elle est la seule à non-dits, les relations « Il me disait que j’aurai pu détenir avec le maîcomplexes entre les exceller en tout, car je suis tre. Ip-Man et Gong personnes sont prévouée corps et âme à ma Er se rapprochent sentes. Ce film est une pendant leurs com- passion. Plus qu’une technique il œuvre entremêlant bats, et seront tou- m’a enseigné un code d’honneur. l’art du Kung-Fu, la jours attirés l’un par beauté des images, la l’autre autant pour vie, la nature, l’attente. leur art que pour leur personne. Ce film ajoute une touche différente Ma San tuera son propre maître à de couleur et tantôt de noirceur aux la suite de leur discussion sur cer- films précédents de Won Kar Wai. taines vérités de la vie. La lutte pour l’honneur sera alors décisive entre Gong Er et Ma San sauf que Gong Er est une femme et elle devra lutter contre la société traditionnelle. Ce film retrace les luttes pour l’honneur mais aussi la 10


-HoroscopeHoroscope de fin d’année Par Lord Inateur

Vous voulez absolument mettre à mal le système de refroidissement de votre frigo... Trouvez une activité sereine pour canaliser votre énergie.

Comme on dit, un verre sale, des verseaux. Il faut voir positif, c'est bientôt la fin de l'année.

Adorateur de musique, vos écouteurs devraient se démêler entre le 27 et le 28, entre minuit et deux.

Vous avez un poil dans la main... Un gros poil, en cette période mouvementée, ça doit être gênant, non ?

Concernant votre carrière : vous avez un penchant pour la justice

Les plus: Vous avez de l'argent à jeter par les fenêtres. Les moins: Vous n'avez pas de fenêtre.

Non, pas de mauvaise blague, ce serait trop facile. Vous partirez sous les tropiques cette année !

Vous entendez la voie ambigüe d'un cœur qui au zéphyr préfère les jattes de kiwi. Réfléchissez-y...

Vous êtes en S ? Attention à vos calculatrices, elles pourraient très vite se retourner contre vous, faites face. Pour les autres, si tout va bien, Ryan Gosling (pour ces demoiselles) et Eva Green (pour ces messieurs) devraient vous rendre visite aux alentours du 41 du mois de mai.

Ne vous en faites pas ! Findus ne vous veut aucun mal, il a décidé de laisser en paix les taureaux, pour cette fois-ci...

Mangez plus de légumes ! Vous avez oublié la couleurs des pois ! Pour rappel, les petits pois sont rouges !

Votre esprit est vide. La meilleure chose à faire est de le remplir. C'est tout.

11


-SciencesQuelques brèves scientifiques Par Melody

Le Sahara, un désert pas comme les autres Le Sahara, le plus grand désert chaud de la planète. Il y a plus de 6000 ans, il était une immense savane tropicale, où, animaux et plantes trouvaient leurs bonheurs. Cependant, à cause d'un changement climatique, dont l’absence des pluies, cette zone verdâtre fut couverte par le sable et devint ce qu'on

connaît aujourd'hui. Petite surprise néanmoins, depuis le réchauffement climatique, certaines zones du désert se reverdissent. Alors, le Sahara ne serait il pas en train de nous avertir de quelque chose?

La renaissance des dinosaures? Jack Horner, célèbre paléontologue pense faire renaître ces animaux dont nous rêvons depuis tout petit: les dinosaures. Pour cela, il va rajeunir les cellules de ces grands animaux préhistoriques vivant, il y a 65 millions d'années. Il se base sur les poulets et les oiseaux qui, sont les descendants des dinosaures, ainsi qu'a leurs ADN commun. Ce projet gigantesque se nommera:

«Pouletausaure» Les scientifiques sont proche du but! Ils savent déjà créer des poulets avec des dents, il ne leurs manquent plus que la queue et les membres supérieurs. Ils sont sûrs que dans peut de temps nous ferrons renaître les dinosaures ainsi que d'autres espèces disparues. Alors il ne faut plus que s'armer de patience pour voir les premiers... tyrannosaures!

De l'eau ancienne d'un milliard d'années Dans une mine, profonde de 2,4km à Timmins, au Canada a été découvert une poche d'eau. Les premières analyses faites, évoluent que cette eau serait âgée de 1,5 milliard ou 2,6 milliard d'années. C'est-à-dire, que cette poche d'eau, nous ramène à une période très ancienne de l'histoire de notre planète: le précambrien. Cette période est pour tout historien, scientifique importante, voire primordiale. En effet c'est à cette époque que les premiers invertébrés sont apparus!

Les analyses révèlent aussi que cette eau contient des éléments chimiques en abondance comme l’hydrogène ou le méthane. Ainsi que des éléments atomiques comme l’hélium (gaz rare). Ces éléments sont essentiels à la vie notamment en l'absence de lumière, de soleil. Des études sont encore en cours et nous permettrons d'apprendre comment certaines espèces vivent en isolement comme les microbes. Mais surtout, grâce à cette eau nous en saurons plus sur l'origine de la vie, de sont développement.

Au mois de juin... Pour les passionnés d'astrologie a ne pas rater ce mois-ci: La visibilité de Mercure le 15 juin à 22h34 De Venus, Mars , Saturne Uranus et Neptune le 20 juin entre 20h et minuit. Alors à vos jumelles!

12


-Jeux-VidéosL’Histoire du Jeu - Partie 2 Par Lord Inateur Cette deuxième partie, si vous avez bien suivi, va parler de la troisième génération de console, qui commence après le crash de 1983 de l’industrie vidéo ludique. Les consoles, toujours plus puissante, reviennent sur le marché vers 1985, et là commence une guerre sans répit, entre les deux grands de l’époque : SEGA en bleu (gris foncé), et Nintendo en rouge (gris moins foncé, ca ne vous rappel rien, vraiment ?). La firme Atari continue de développer ses consoles, sans grand succès.

VS Mario Bros. Les deux machines fonctionnent avec des systèmes 8 bits. Les deux machines sont en fin de carrière en 1990, quand sortent leur descendante, la Super NES et la Mega Drive, les consoles de quatrième génération. Ces machines sont toujours plus puissantes (c’est le principe en même temps…) et fonctionnent avec des systèmes 16 bits (ça fait beaucoup de bits !)

Les deux consoles les plus populaires sont donc la NES (Nintendo Entertainment System, tout simplement) et la Master System de SEGA. La NES est le plus populaire, pourtant elle est moins performante, mais elle coûte à l’époque 100 dollars, contre 200 pour la Master System. La NES s’est vendue à plus 60 millions d’exemplaires (13 pour la Master System ) et son jeu le plus populaire est bien sur le plus célèbre des plombiers, Super

Tandis que la Mega Drive se veut plus futuriste, affichant fièrement ses 16 bits...

La Super NES opte pour un design arrondi et enfantin...

13


La cinquième génération est le début de l'ère 3D, dans laquelle nous baignons. Elle oppose désormais trois géants : Nintendo, SEGA, et le dernier qui nous vient tout droit des technologies de pointe pour l'armée de USA : Sony. Les consoles possèdent désormais 32 ou 64 bits (non ! On ne refait pas deux fois la même blague !) La PlaySation est la console la plus vendue, devant la Nintendo 64, elle même loin devant la Saturn, console qui signe la fin, la chute, le déclin de SEGA... La N64 aurait pu être première au classement, mais son défaut majeur est que Nintendo est conservé les cartouches, alors que les technologie actuelles permettaient d'utiliser le Disque Compacte ! Ce qui a provoqué la chute de SEGA, c'est le fait qu'il est manqué le passage à la 3D, les jeux étaient mauvais, moches, et incontrôlables... Tandis que Nintendo réussit avec brio (Mario Kart, Ocarina of Time, Mario 64, etc) , malgré le design plutôt, eh bien, comment dire.... étrange, de sa manette... Cette 5 è génération rentre un peu plus dans notre monde, tout le monde sait à peu près de quoi il est question, car nous sommes nés en même temps quasiment, nous générations des 95-96-97 (98 ? non vous êtes trop jeunes allez voir ailleurs !)

Les deux consoles sont au coude à coude, mais c'est SEGA qui mène la danse, avec des slogans tel que "Mega Drive does what Nintendon't" en Amérique, et en France le célèbre "SEGA, c'est plus fort que toi !" SEGA possède deux principaux arguments, l'un disant que Sonic est plus cool que Mario (qu'en pensez-vous ? Hérisson bleu contre Plombier moustachu ?), et que la Mega Drive est plus puissante technologiquement que la Super Nes, ce qui est vrai, mais uniquement sur des points très précis de la console. Par exemple, la Mega Drive offrait plus de FPS (Attention, ici, FPS=Frame Per Second, en gros, les mouvements de l'image à la seconde, plus il y en a, plus c'est fluide), mais la Super Nes était dotée de bien plus de couleurs que la Mega Drive. Nintendo à donc très vite contre attaqué, en sortant des jeux plus aboutis au point de vu du scénario, comme The Legend of Zelda : A Link to the Past, où l'utilisation d'une presque 3D, pour Mario Kart (en fait ce sont des plans en 2D superposés, qui donne un effet 3D) les deux grands continuent de se tirer dessus tel Pepsi et Coca (encore des rouges et des bleus ?? C'est pas bientôt fini oui ?) jusqu'en 1993... Cette année marque l'entrée de... La 3D ! La vraie comme on l'aime, mais surtout, a new challenger is coming : La PlayStation !

La Saturne de SEGA...

...La Mégadrive de Nintendo…

…Et la Playstation, première du nom! 14


-Jeux-

La BD en jeux

B

Par tout le monde

1

Mots Croisés

D

A 2

Verticaux: A:Le ninja le plus connu en France B:Le Héros roux de Soleil Editions, souvent de Troy C:Super héro, super pognon, en est à son 3e film D:Franquin l’a dit de Gaston E:Le copain de Fantasio, encore un roux...

C

3

E

4

Horizontaux: 1:Belle gauloise aimée par un (pas) gros gaulois 2:Grande maison du Comics américain 3:franco-belge, journaliste, a une houpette et un chien 4:Manga dont le héros est le pirate le plus débile du Japon 5:Prénom du réalisateur du Voyage de Chihiro

5

Le coup des 47 poings:

http://lepepereavelo.wordpress.com

Chibi par Natsuhime Yuran

Ça fait combien de temps que vous n’avez pas fait un petit jeu comme ça? 10, 15 ans? 20secondes? En tout cas vous connaissez les règles! Aller c’est partit! Pour chaque point relié: 1 baffe. Qui tiendra jusqu’au bout? (on est d’accord je déconne hein? Non parce que le 2nd degré se perd un peu ces tempsci…)

15


Avatar-design par Hina-

-FeuilletonChroniques Insulaires [Episode 3 Partie 1] Par A.-B Note de l’auteur Quelle assiduité! Si vous lisez cela c’est que vous appréciez ce que je fait et je vous en remercie de tout cœur. Je tient à affirmer le faite qu’écrire et participer au Ravélien m’a fait chaud au cœur et vous me retrouverez sans doute l’année prochaine, par-delà le bac/brevet et les vacances. Passons au concret, je rappelle le début de l’histoire: Liliane, a vu son village massacré par l’armée des elfes noirs, qui attaquent la région. Elle rencontre Lina, une autre Elfe de glace d’une nation rivale et Emile, jeune humain et paladin au sein de L’Ordre de Vulpa, l’armée des Hommes. Avec ce dernier, elle va avertir l’Ordre de l’attaque de Elfes noirs… Pour ce qui est du 9e art, j’ai de nouveau ajouté des images pour décrire plus ce que pourraient être les lieux de l’action...Bonne lecture, une fois de plus! A.B.

-Le mage au fond de la taverneLa charrue arrêtée, le linge humide encore entre les mains, la houe sur l’épaule, les regards méfiants des paysans suivaient la silhouette vêtue d’une cape bleue qui marchait aux cotés d’un homme en armure. Liliane souffla, énervée. Depuis qu’ils avaient rejoint la grande route, au pied des montagnes, Emile et elle étaient devenus l’occupation de tous les humains devant lesquels ils passaient. Plus tôt, bien avant le couché du soleil, ils avaient traversé un village et les portes et fenêtres s’étaient fermées sur leur passage. D’habitude, Liliane évitait les maisons mais le temps pressait désormais et il fallait prendre le chemin le plus court. L’Elfe ressentait un gène à faire fuir les enfants et murmurer les adultes. Elle se sentait comme un animal exhibé sur une place. La pierre était partie d’un coup. Liliane avait mis un genou à terre et plaqué sa main sur sa tempe, où avait frappé le projectile. La douleur la lançait vivement. Elle avait tourné la tête et n’avait vu qu’un enfant s’enfuyant entre deux maisons. Il avait du voir un instant sa peau bleue. Emile l’avait aidé à se relever et avait insisté pour voir sa blessure mais elle l’avait repoussé violement. Elle s’était détournée et le paladin l’avait regardé avec un air triste. Il l’avait cependant invité à continuer à avancer. Sans mot-dire, elle l’avait suivit. Cette main qui l’invitait à vivre ressemblait, pour elle, à une marche, la première. Le reste du voyage s’était fait dans le silence. Le soleil se couchait maintenant et les agriculteurs, les matrones et les enfants rentraient manger, mettant peu à peu fin au supplice de Liliane. Dans la pénombre, on voyait s’allumer, sur la ligne d’horizon, juste au-dessus des champs, de petites lumières, témoins des habitations éparpillées dans la grande plaine qui entourait la grande ville centrale. Des sons de cloches de bétail se répondaient de tout les cotés et des effluves de musc parvenaient par moment aux nez des deux voyageurs. Entrant dans un second village, Emile annonça : -Il va falloir trouver une auberge pour la nuit. Nous avons assez marché et, la nuit, des brigands de grand chemin errent sur ces routes. Une enseigne se balançait un peu plus loin, au-dessus de carreaux illuminés. Des échos en sortaient, des bruits d’assiettes, des railleries. On y lisait L’Hululoire, écrit en lettres pâteuses et surmonté d’un dessin de chouette noir de suie. -J’accepte, mais ne me forcez pas à retirer ma cape, je ne veux pas être lynchée par des ivrognes, prévint Liliane, d’une voix monocorde. Dès qu’ils passèrent le pas de la porte, une odeur de viande, de vin et de sueur les prit à la gorge. Eclairée par les torches d’un lustre, la pièce était enfumée et bondée. Chaque table était entourée par quatre ou cinq hommes, affalés, la main au verre, parfois hagards. Les sons, clairement audibles du dehors, étaient tonitruants. Liliane se réfugia bien vite dans un coin solitaire de la salle, laissant Emile se renseigner pour une chambre. Hormis la serveuse, qui valsait de table en table avec ses plats, la totalité des clients étaient des buveurs. Beaucoup de paysans, brutaux et forts, braillaient et se tapaient dans le dos en riant. Deux tables pourtant restaient plus calmes que les autres. Sous l’escalier 16


Dessin par Puyoakira

la table. Il sembla d’ailleurs à Liliane qu’il fit signe de trinquer à sa santé. Il ne dégageait ni ténèbres ni bêtise. Il était juste tranquille, mystérieux. Un bâton de bois noir et torsadé était appuyé contre un mur, à portée de main. Au milieu du tumulte, Emile, lui, n’en revenait pas : -Toutes vos chambres sont libres? -La plus part des clients sont là pour la soirée seulement, répondit l’aubergiste en rangeant des verres et des assiettes. A part le groupe de mercenaires, personne ne reste pour dormir. -Bien, alors je vous prends une chambre, avec deux lits, fit Emile avec un sourire poli et déposant quelques pièces sur le comptoir. L’autre les regarda avec un air de bœuf. Il compta les piécettes brillantes des yeux et releva la tête, avec un air cette fois faussement désolé : -C’est que les temps sont durs en ce moment et puis c’est la seule auberge avant Sinwen. Comprenez, jeune homme, que je voudrais bien accepter mais si je le faisais pour tous les clients, je devrai fermer boutique sous peu. Vous me rappeler moi-même, dans ma jeunesse… Toujours souriant et sans l’écouter, Emile ajouta une petite broche dorée au tas de pièces et posa son coude sur le comptoir en signe de défi, qu’il savait gagné d’avance. Le bijou étincela, un instant au milieu de l’argent des pièces. Il représentait une épée entourée de flammes plus brillantes finement ciselées, le tout monté en broche et dans un état magnifique. Le tavernier écarquilla les yeux et balbutia quelques mots d’excuse avant de dire enfin : -Quelqu’un tel que vous doit pouvoir se reposer dans le calme et le confort… -J’ai un compagnon, l’interrompit Emile qui ne l’écoutait pas plus et montrait la silhouette encapuchonnée de Liliane dernière lui. -Bien, voici la clé de notre plus grande chambre, avec deux lits bien sur, continua l’homme sur un ton mielleux mais ponctué de regrets, elle est évidement prête si vous êtes fatigués, vous pouvez vous y rendre mais sachez que j’ai là une bouteille de vin fin et… -Merci beaucoup, coupa pour la troisième fois Emile, récupérant clé, broche et pièces. Il tourna le dos et alla vers Liliane, laissant le patron aussi pauvre qu’il l’avait rencontré. L’elfe se sentit libérée d’un poids en le voyant revenir. Le paladin lui expliqua les tractations, omettant la broche et ils entreprirent de traverser la cohue pour rejoindre l’escalier. En partant, Liliane ne put se retenir de glisser un regard vers l’homme au capuchon. De nouveau celui-ci lui fit signe de boire à sa santé. Ils montèrent les marches rapidement et attinrent le premier étage. Le planché grinçant semblait pouvoir se rompre à chaque instant et la fumée de la salle était plus épaisse en haut, les coins du plafond suintaient presque un liquide jaune. Des portes s’ouvraient sur le coté et, à en juger d’après leur espacement, 17 une porte plus grande que les autres, forçant du les chambres devaient être minuscules. Tout au bout,


Dessin de Fujiwara Akina

poignet, Emile ouvrit la porte. Il s’écarta pour laisser passer Liliane en esquissant une cérémonieuse révérence. Liliane ne releva pas le geste familier et amusant et entra sans rien dire. Le paladin regretta presque sa plaisanterie devant la froideur, de moins en moins volontaire de l’elfe. Ils s’assirent face à face, chacun sur son matelas dur et rugueux. -Je voulais vous remercier de me laisser vous accompagner à Sinwen, confessa soudainement Liliane, sans vraiment savoir pourquoi elle devenait famillière. -C’est moi qui devrai vous remercier de cela, contesta Emile, surpris de cet accès de franchise, l’Ordre de Vulpa n’aurai jamais réagi. Nous œuvrerons pour deux causes différentes mais dans un même élan. Vous n’ignorez pas que le blason de l’Ordre doit être redoré. -Il a besoin de paladins comme vous, j’en suis convaincu, complimenta Liliane. Elle n’avait d’abord dit cette phrase que par courtoisie, mais elle se rendit compte que quelque chose lui faisait y croire vraiment. Une sorte d’aube commençait à poindre en elle, faisant retomber la tempête de son âme. -Quand j’ai commencé mon entrainement à l’Académie de l’Ordre, je pensais qu’être paladin était défendre la vie des autres, jusqu’au péril de la sienne, combattre pour la justice et la paix. Quand j’en parlais à mon mentor, il regardait le ciel d’un air mélancolique en soupirant. Emile tira son épée de son fourreau et contempla son reflet dans la lame. -Je la nettoie tous les jours, mais sans raison, elle n’a jamais ôté la vie. Le sang de Liliane ne fit qu’un tour. Elle bondit et plaqua le paladin sur son lit. Elle planta son regard dans le sien. -Je vous défends de vouloir semer la mort, hurla-t-elle, vous qui n’avez jamais rien perdu! Vous qui n’avez jamais vu vos amis mourir! Gardez votre épée pure, humain! Toute amitié l’avait quitté et un vent glacial soufflait de nouveau sur son cœur. Emile baissa les yeux. Liliane se redressa et s’emporta. Elle tira à son tour son épée et de mit en garde. D’un coup de pied elle fit glisser celle du paladin vers lui. Le vent envahit la pièce. L’elfe lâcha aussitôt son arme et s’écroula parterre. Les voix s’étaient aussitôt élevées et criaient leur douleur de leur voix difformes. Liliane, comme trois jours auparavant, se boucha les oreilles, les yeux écarquillés et tremblante. Son cœur lui faisait mal. Elle sentait des chaînes la serrer avec force. Emile se précipita vers elle. Il tenta en vain de la calmer. Soudain, une ombre se projeta sur lui. Le paladins se retourna et tendit la main vers son épée. L’homme encapuchonné sourit et fit se fermer la fenêtre d’un signe de tête. La porte claqua juste après, toujours par son intervention magique. Liliane sembla se calmer légèrement puis resta inconsciente. Emile la porta et l’allongea sur un des lits. Enfin il jeta un regard au mystérieux arrivant. Celui-ci souriait toujours. -Pas d’inquiétude, je suis un ami, rassura-t-il.

18


-Vie du lycée-

Brèves Lycéennes Ça s’est passé au lycée

Atelier de danse avec la danseuse Elodie Sicard Durant quatre séances au mois d’avril, les élèves de 2nde06 ont pu s’initier à la danse contemporaine. Une visite de la Cartoucherie et des lieux de répétition a été organisée en janvier; les lycéens y retourneront mi-juin pour assister à une soirée de spectacles.

Lilian Thuram au lycée ! Ce jeudi 7 Février, les élèves de 2nd, 1ère et Tle sport ont eu la chance de pouvoir assister à une conférence avec le célèbre joueur de foot Lilian Thuram au lycée. Après une brève introduction faite par le président de l'UNSS, organisateur de la rencontre, Lilian Thuram et la salle ont pu échanger leurs réflexions sur le thème des discriminations. Un message fort sort de cette rencontre : une bonne connaissance de l'Histoire de l'Humanité est un des seuls remparts face à l'augmentation des préjugés dans nos lycées et dans notre société !

Annonce Officielle

Courrier des Lecteurs

L’équipe d’escalade de l’AS du lycée (Samy, Igor, Patil et Juliette) revient du champion(En réaction au numéro précédent) nat de France d’escalade ! Ce fut trois journées éprouvantes Le bonheur pour les quatre grimpeur, ayant du se confronter à des adverIl est ressenti de deux façons différentes, saires beaucoup plus entrainés L'une « intérieure » à chacun pour l'état d'esprit, L'autre « extérieure » à partager pour aimer, et expérimentés. Ce fut néanl'environnement, le dialogue, l'ambiance, moins un événement exceples activités ou la spiritualité, tionnel rempli de sympathie et Ils sont les principaux effets du bonheur. de bonne humeur entre les dif« Poésie » férentes équipes respectives, avec de belles performances à A la bonne heure admirer. L’année prochaine, Non ce n'est pas un leurre tous sont motivés pour y rePrenons la ici comme nulle part ailleurs tourner ! Accorder les cœurs Motiver le temps est un moteur ( De Juliette, qui, au passage, à Avec nos envies de toutes les couleurs... reçu son diplôme de juge national ) 19


L’équipe du journal

Mais aussi...

Les rédacteurs:

Mme. Pointereau, Proviseure, directrice de publication Mme. Legueult, CPE Céline Mabilon, médiatrice culturelle Arcadi

A.B. (Feuilleton; Voyage) Clalla (Le coin BD) Loreleï Dubost (Culture) Ariane Labia-Guachon (Cinéma) Juliette Chilowicz (Vie du lycée) Melody Ferreiras-Perralta (Sciences)

Lord Inateur (Jeux-Vidéos)

Les Illustratrices: Margaux

Travelling– club Les prochaines séances, à 18h en salle de cinéma : Le 16 avril : Intelligence Artificelle de Spielberg Le 21 mai : Persépolis de M. Satrapi

Et vive la BD!

Et SURTOUT n’hésitez pas à nous contacter par mail sur: leravelien@hotmail.fr ou à postuler pour nous rejoindre. Si vous êtes intéressés, venez nous rendre visite le jeudi de 13h à 14h en salle 001 ou le vendredi de 13h à 14h également mais en salle 26 bis (2éme étage du bâtiment technologique).

Essayer, venir une fois ne vous engage à rien, venez, regardez, jugez et c’est tout!

Nous acceptons toutes les candidatures, n’hésitez pas! 20


Ravélien2013-06net