Page 1

eNaction N° 4 | 2016

Découvrez un acteur de transformation Parrainez les acteurs de transformation Une nouvelle maison, et …

Spécial Parrainage


EDITORIAL Couverture : Le docteur Indra Napit prend soin d’un patient affecté par la lèpre

Chère lectrice, cher lecteur, Nous ne le réalisons peut-être pas, mais c’est un privilège d’avoir un « chez soi ». Je ne parle pas du fait d’être propriétaire mais de pouvoir rentrer à la maison après le travail, après un ­séjour à l’hôpital, un voyage. Retrouver un en­droit où l’on se sente bien, en sécurité. Ceci n’est malheureusement pas une réalité pour des millions de personnes à travers le monde. Je pense aux victimes de cambriolages qui se sont senties violées dans leur intimité ou les victimes de catastrophes naturelles qui ont tout perdu.

Evoquons aussi les réfugiés, en effet selon ­Filippo Grandi, haut-commissaire de l’ONU : « chaque minute, 24 personnes sont obligées de quitter leur maison » et se retrouvent sur les routes ou dans des camps de fortune. Mais n’oublions pas les personnes tellement pauvres qu’elles n’ont pas les moyens d’avoir un endroit pour se reposer, ni les personnes affectées par la lèpre qui sont rejetées loin de chez elles. Pour nous qui avons largement le nécessaire, soyons enrichis par le soutien que nous ­apportons aux plus démunis. « Donner aux pauvres revient à prêter au ­Seigneur, il récompensera cette générosité. » Proverbes 19.17 Anne-Claude Jonah

Un « chez soi » ce n’est pas simplement un toit et quatre murs plus ou moins solides, c’est un environnement propice pour avoir les moyens de mener une vie dans la dignité, entouré de sa famille et d’amis. Ci-dessus la nouvelle maison de Nain (voir page 9).

2


ACTEUR DE TRANSFORMATION

Le docteur Indra Napit opère une main déformée.

Docteur Indra Napit, chirurgien et acteur de transformation Le docteur Indra Napit travaille à l’hôpital Anandaban – à une quinzaine de kilomètres de la capitale ­ Katmandou. Il est un des seuls chirurgiens qui mette ses compétences au service des personnes ­affectées par la lèpre. « En arrivant ici, je me suis rendu compte que Dieu m’appelait à travailler pour les malades de la lèpre. » « Il y a peu de médecins qui sont intéressés à faire face à la lèpre. Avant d’y être confronté, vous ne pouvez pas comprendre cette maladie. Moi-même, avant mon engagement à Mission

Lèpre, je savais peu de choses sur cette maladie. Ce n’est que lorsque j’ai commencé à traiter des patients que j’ai compris les problèmes. Tout ce que j’ai appris sur la lèpre, les conditions de vie des personnes affectées par la lèpre, tout m’a donné envie de continuer dans cette voie. » Il opère régulièrement des mains déformées afin qu’elles retrouvent leur fonctionnalité. Après la récupération, le patient est à nouveau capable d’ouvrir sa main et de se saisir d’objets. De simples opérations, financées par des dons versés à Mission Lèpre, entraînent de grands ­changements dans la vie de personnes au Népal.

www.missionlepre.ch

3


La route des plaines du Népal ou des villages de montagne isolés jusqu’à une clinique ou l’hôpital Anandaban spécialisés en matière de lèpre est longue. Souvent les personnes affectées par la lèpre arrivent alors que la lèpre a déjà fait des ravages. « Il y a plusieurs raisons à cela : d’une part le ­niveau de vie des familles qui ne permet pas de chercher de l’aide médicale rapidement. Pourtant les médicaments sont disponibles aux ­urgences ou dans des cliniques mobiles des hôpitaux. Mais c’est aussi parce qu’une personne affectée par la lèpre ne ressent plus la douleur. Ceci est souvent la raison principale pour laquelle ils ne viennent pas se faire soigner. Comme ils ne ­ressentent pas la douleur, ils pensent que ce n’est pas grave et qu’ils vont guérir. »

4

« Lorsque les patients contractent la lèpre, ils sont désespérés et impuissants. De plus, ils sont stigmatisés et bannis de leur communauté à cause de la maladie et des dif­ formités qu’elle a engendrées. Par exemple, les ­personnes affectées par la lèpre ne peuvent plus participer aux activités sociales dans les villages et souvent elles ne sont pas invitées à des événements spéciaux. » « Quand nous pouvons corriger leurs difformités par une opération, les patients sont très heureux du résultat. » Ils ne porteront plus les marques visibles de la lèpre et pourront mieux se débrouiller dans la vie de tous les jours.

Le docteur Napit avec une patiente reconnaissante


Un patient (tout à droite sur la photo) atteint de lèpre, dont le pied a été traité, retourne dans son village de montagne accompagné du docteur Indra Napit et de quelques membres de son équipe.

Le chirurgien n’accompagne pas ses patients seulement pour s’assurer qu’ils sont capables de bien marcher. La présence du médecin ­signifie davantage : le patient affecté par la lèpre n’est plus contagieux. C’est un signe clair contre l’exclusion et la stigmatisation d ­ ’anciens malades de la lèpre.

Sans traitement chirurgical, l’homme serait perdu dans son village de montagne. Mais maintenant, il peut à nouveau subvenir aux besoins de sa famille. Le parrainage d’acteurs de transformation n’aide pas seulement le patient mais sauve toute une famille. Le personnel d’Anandaban, tel le docteur ­Indra Napit, s’engage totalement auprès des personnes affectées par la lèpre. Ce travail est possible grâce au soutien de ­donateurs comme vous. Vos dons et votre parrainage permettent à ces acteurs de transformation de se concentrer sur la lutte contre les causes et les conséquences de la lèpre.

Si vous souhaitez découvrir le travail du docteur Napit en images (film de 15 minutes), n’hésitez pas à commander le DVD au prix de CHF 10.– (port inclus). Ce DVD contient aussi un autre film plus court sur le travail au Népal. Commande par téléphone au 021 / 801 50 81, par courriel à info@missionlepre.ch ou en renvoyant le talon ci-dessous à Mission Lèpre | Route de Denges 38 | 1027 Lonay

Prénom | Nom

Rue | Numéro

NPA | Lieu

Merci de me faire parvenir

DVD

www.missionlepre.ch

5


PARRAINAGE

Parrainer les acteurs de transformation Votre parrainage permet aux membres du personnel de prendre soin des personnes affectées par la lèpre sans avoir à se soucier de subvenir à leurs besoins et à ceux de leur famille. Sarita Bogati, infirmière était de service à l’hôpital Anandaban au moment du tremblement de terre. Elle savait que sa famille pouvait être en danger mais elle s’est d’abord occupée d’aider les pa­ tients à s’abriter sous leur lit. Plus tard comme elle se précipitait hors de l’hôpital, elle vit les murs de sa maison ­s’écrouler. « J’étais folle d’inquiétude, mes deux enfants et mon mari étaient à l’intérieur » dit-elle. Sarita et sa famille

6

En arrivant sur place, elle a appelé. Après ce qui semblait une éternité son mari et ses enfants ont émergé des ruines. Ils étaient sains et saufs, ils s’étaient réfugiés au sous-sol. La famille a été relogée le temps que leur maison soit reconstruite. Vos dons vont redonner­ « un chez soi » à la famille de Sarita. « Je ne trouve pas les mots pour exprimer toute ma gratitude pour votre soutien. C’est tellement grandiose de savoir que des gens sont prêts à nous aider. » « Je me demande souvent si vous, les donateurs, vous avez conscience de la différence que vous faites. Du fait de votre générosité nous sommes en mesure de poursuivre ­notre travail qui consiste à soigner les personnes affectées par la lèpre en dépit des circonstances. »


Votre acte transforme des vies !

«

A vous qui au fil des mois, vous engagez à parrainer nos acteurs de transformation: De tout cœur merci d’avoir contribué à prendre soin des personnes affectées par la lèpre et à les aider à retrouver une place au sein de leur communauté.

Chaque fois que j’ai eu l’occasion de me rendre sur le terrain, j’étais profondément touché par l’engagement de nos colla­ borateurs, entourant les malades avec un grand profession­ nalisme mais aussi avec beaucoup de compas­sion. La sérénité sur les visages des patients témoignait elle-même des bons soins attentionnés qu’ils recevaient. Nos collaborateurs ont besoin de nous pour poursuivre leur magnifique tâche auprès des plus démunis. Eric Chollet

»

A vous qui souhaitez parrainer nos acteurs de transformation: Merci de nous en informer par téléphone au 021 / 801 50 81, par courriel à info@missionlepre.ch ou en nous faisant parvenir le coupon rempli à : Mission Lèpre | Route de Denges 38 | 1027 Lonay. De tout cœur merci de soutenir l’engagement du personnel soignant de l’hôpital Anandaban au Népal.

Je souhaite parrainer un acteur de transformation avec

CHF (dès 20 CHF par mois)

Nous vous ferons parvenir par courrier postal les bulletins de versement ou les informations pour un ordre permanent. Le parrainage peut être annulé à tout moment.

Prénom | Nom

Rue | Numéro

NPA | Lieu

Numéro de téléphone

Courriel

www.missionlepre.ch

7


INDe

Une nouvelle maison, et la vie reprend Exclusion sociale en raison de stigmatisation à cause de la lèpre et d’une maison délabrée ; manque de sécurité … La liste des préoccupations d’Anara Devi, 47 ans était sans fin. Victime de la lèpre ! Durant une campagne de dépistage de M ­ ission Lèpre, Anara apprenait qu’elle avait la lèpre. Elle fut traitée mais des années plus tard elle a développé des réactions lépreuses et a dû se rendre quatre fois à l’hôpital de Mission Lèpre à Naini pour des complications. Dans son village de Barsaita en Uttar Pradesh (nord de l’Inde), la stigmatisation envers les personnes affectées par la lèpre était tellement enracinée que les personnes évitaient tout contact avec elle, son mari et leurs trois filles. Petit à petit la misère s’est installée ! Anara ne pouvait pas récolter grand-chose de sa petite parcelle de terrain. Elle a commencé l’élevage de chèvres mais la vente de lait était difficile. Son mari, travailleur journalier, ne pouvait que peu contribuer à la survie de la famille. De plus, ils vivaient dans une hutte de fortune aux murs de terre. Au fil du temps, les pluies torrentielles et les violents orages ont fragilisé leur maison. Ils ne pouvaient même plus y ­dormir ! Les serpents et les chiens errants étaient une menace constante.

Mais tout a changé ! Grâce au programme d’amélioration des conditions de vie développé par l’hôpital Naini, ils ont une vraie maison avec des murs de briques et un toit. Pour Anara, cette maison n’est pas qu’un abri contre les intempéries et les dangers. Depuis que la famille a emménagé, les villageois ont ­changé de comportement à leur égard. La famille a retrouvé un statut social, ce qui a amené beaucoup de changements dans leur vie. Récemment, leur fille aînée s’est mariée à un jeune homme qui a un bon salaire. Les deux ­autres ont reçu des demandes en mariage de jeunes hommes de bonnes familles. « Nous n’avions jamais rêvé vivre dans une telle maison, mais Mission Lèpre l’a rendu possi­ ble. Presque toutes mes préoccupations ont disparu. Les gens nous respectent » dit Anara avec reconnaissance.

Anara Devi entourée de deux de ses filles avec des enfants des voisins – scène inimaginable il y a quelques temps encore.

8


Népal

Nain et ses fils entourés d’Ashok Adhikari, membre du comité de Mission Lèpre et de Shovakhar Kandel, directeur (à droite).

Une nouvelle maison, et les sourires illuminent à nouveau les visages Les gens de la communauté sont très heureux que nous ayons aidé une des familles les plus démunies. Ils reconnaissent que Nain n’aurait jamais pu construire une nouvelle maison – synonyme de sécurité et d’environnement propice aux études pour les enfants.

Nain remercie les donateurs qui ont ­contribué à la construction de sa maison : « Ma vie a changé, avec mes fils nous pouvons vivre une vie dans la dignité. »

www.missionlepre.ch

9


NÉPAL

Lok, Dorothy et leurs trois enfants

Lok Thapa, membre du comité de Mission Lèpre Népal, en visite en Suisse a raconté son témoignage poignant «Lépreux un jour, lépreux toujours», c’est sans fatalisme que Lok prononce ces mots. Ses doigts sont déformés, il boitille et son nez est affaissé. Mais le cœur de cet homme de 56 ans bat pour les personnes affectées par la lèpre. Il est l’un d’entre eux.

10

«J’avais 9 ans quand la lèpre fut diagnostiquée. Mes mains étaient engourdies et mes pieds en partie insensibles. J’ai rejoint ma maman, elle aussi atteinte. Nous devions vivre en dehors du village. Personne n’avait le droit de nous visiter.» Quelques années plus tard, un homme de passage au village a parlé d’un hôpital où on traite la


Impressum lèpre. Il fallait compter huit jours de marche à travers les montagnes pour y arriver. Lok a dû laisser sa maman, trop faible pour un tel voyage. «J’étais accompagné de deux hommes affectés par la lèpre. Il faisait froid, nous devions mendier pour manger.» Les yeux de Lok se remplissent de larmes en repensant à cette période. Arrivé à l’hôpital, les médecins furent choqués de constater comment la lèpre avait déformé son corps. «Au début du traitement, je ne me sentais pas bien, mon visage a gonflé.» Après trois ans, Lok était guéri même si les conséquences persistent. «On m’a invité à aller à l’église, au début je n’ai presque rien compris mais petit à petit je suis venu à la foi et j’ai accepté Jésus comme Sauveur.» «Un jour, une missionnaire anglaise m’a envoyé à l’école, j’avais déjà 18 ans. Je suis même allé dans une école biblique. C’est là que j’ai rencontré ma femme Dorothy», dit Lok avec un grand sourire. «Son père était furieux, il ne voulait pas qu’elle épouse un lépreux ! Il la renierait. Mais en 1986, nous nous sommes mariés. Nous avons deux fils et une fille adoptive issue d’une famille touchée par la lèpre. Je suis pasteur et actif au sein d’organisations qui soutiennent les personnes affectées par la lèpre.» Le témoignage de Lok Thapa change peu à peu la vision de la lèpre au Népal. «Je suis à nouveau accepté dans mon village. Cela redonne de l’espoir aux personnes affectées par la lèpre. Dans les églises, elles ne sont plus discriminées. Les chrétiens suivent l’exemple de Jésus qui les ­aimait.»

La Mission Évangélique contre la lèpre est une organisation humanitaire chrétienne engagée dans l’élimination des causes et des conséquences de la lèpre. Elle a pour but la guérison et la réhabilitation des plus démunis. L'Association est exonérée d'impôt. Les dons peuvent être déduits du revenu imposable. Si les dons pour un projet spécifique dépassent ce qui est budgété, ils seront attribués à des projets similaires.

La Mission Évangélique contre la lèpre est certifiée par ZEWO depuis 1992.

Mission Évangélique contre la Lèpre Route de Denges 38 | 1027 Lonay Tél. 021 801 50 81 info@missionlepre.ch | www.missionlepre.ch CCP : 10-4835-5 IBAN : CH44 0900 0000 1000 4835 5 Bureau en Suisse allemande : Evangelische Lepra-Mission Bernstrasse 15a | 3360 Herzogenbuchsee Tel. 062 961 83 84 info@lepramission.ch | www.lepramission.ch Président : Jan Kuny, Aesch (BL)

En Action

Ce magazine d’information pour les membres et les donateurs paraît au moins 4 fois par an. Rédaction et Édition : Anne-Claude Jonah – Mission Évangélique contre la lèpre Mise en page : | Sonja Räss Impression : Jordi SA, Belp Photos : James Pender, Mission Lèpre Internationale ISSN 1422-6685

Copyright : © Mission Évangélique contre la lèpre

www.missionlepre.ch

11


JEU NO 3 | 2016

Mot de 7 lettres : Quand les feuilles se parent de belles couleurs R

S

U

J

E

R

B

M

E

T

P

E

S

E

E

N

C

A

R

O

T

T

E

S

N

E

C

M

A

O

U

S

N

O

S

S

I

O

M

O

U

S

M

D

A

H

L

I

A

S

I

E

L

G

E

E

R

O

P

R

U

N

E

S

H

T

E

R

C

R

O

H

O

U

E

U

E

T

E

L

I

T

H

B

U

R

M

O

U

T

N

R

M

O

O

R

O

O

X

O

M

M

T

A

A

U

P

U

N

I

U

T

I

N

E

E

S

I

R

N

S

G

N

I

O

C

O

Y

S

Y

S

E

G

N

A

D

N

E

V

O

N

C

R

I

S

O

N

O

V

E

M

B

R

E

E

H

N

N

C

O

U

R

G

E

G

U

O

R

C

Règle du jeu Après avoir biffé dans la grille, tous les noms qui se lisent horizontalement, verticalement, diagonalement (dans les deux sens) de la liste ci-contre, il ne restera que les lettres formant le mot caché. Vous pouvez nous faire parvenir votre réponse jusqu’au 28 octobre 2016 (voir adresse page 11).

12

BRUME BRUN CAROTTES CHOU CHRYSANTHEMES COINGS COURGE CYNORHODONS DAHLIAS HOUE JUS LEGUMES MOISSONS MOUT MURES NOISETTES NOIX NOVEMBRE OCTOBRE OIGNON POMMES POIRES PRUNES RAISIN RECOLTER ROUGE ROUX SEPTEMBRE VENDANGES

MERCI aux personnes qui ont envoyé la solution du jeu No 2/2016 : VACANCES. Nous aimerions tous/toutes vous faire gagner ! Mais voici les noms des cinq personnes choisies : Mme Nicole Chaillet, Puidoux-Gare M. et Mme Marius Dessibourg, Belfaux M. Pierre-André Gallay, Crassier Mme Tatiana Meier, Bex Mme Jocelyne Vergon, Porrentruy

Magazine En Action Nr 4 | Sept 2016  

Magazine En Action

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you