Page 1


Honoré de BALZAC Simone de BEAUVOIR Gaston CHAISSAC

René CHAR Théophile GAUTIER Jules et Edmond de GONCOURT Joris-Karl HUŸSMANS Tristan TZARA - Henri MATISSE Paul VERLAINE

Auto-entreprise Numéro de Siret : 509 755 831 00021


1

Honoré de BALZAC

4500 €

Les cent contes drolatiques Paris, Gosselin puis Werdet, 1832, 1833, 1837. 3 volumes, 130 x 210 mm, 396, 416 et 369 pp. Maroquin chocolat, dos à nerfs orné de caissons aux quadrules filets, plats encadrés de ces même filets, toutes tranches dorées. Couvertures conservées, manque le second plat de couverture du tome III. Reliure signée Chambolle-Duru.

EDITIONS ORIGINALES. Très rare réunion des trois dixains formant l'ensemble des Contes Drolatiques, l'incendie de décembre 1835 ayant détruit une grande partie du stock : "L'incendie de la rue du Pot-de-Fer m'a consumé les 160 premières pages imprimées à mes frais du troisième dixain et 500 volumes des premiers et deuxièmes dixains [...]" (Lettre de Balzac à Mme Hanska). "La couverture du tome III sur papier jaune est datée de 1838. Le tome I à été réimprimé la même année, par le même éditeur en 382 p. Le tome III, le plus difficile à rencontrer, a été remis en vente en 1839 sous le titre Berthe la Repentie. Il est extrêmement difficile de rencontrer ces trois volumes en reliures uniformes d'époque ou en reliures modernes avec leurs couvertures." (Clouzot) Exemplaires grands de marges, dont le tome I est bien en premier tirage, complets des couvertures et parfaitement établis par Chambolle-Duru. Très rare et très recherché selon Clouzot ; un des romantiques les plus rares pour Carteret.

(Vicaires I, 189 ; Clouzot 13; Carteret, I, 63)


2

Simone de BEAUVOIR

1000 €

La Longue marche Paris, Gallimard, 1957. 134 x 208 mm, 484 pp. Plein maroquin havane, dos à nerfs à encadrements, encadrement intérieur orné de filets dorés, filet doré sur les coupes, tête dorée, couvertures et dos conservés. Reliure signée Ad. Lavaux. Reliure legèrement passée.

EDITION ORIGINALE. UN DES 56 EXEMPLAIRES NUMEROTES sur vélin pur-fil Lafuma-Navarre, seul tirage en grand papier. En 1955, Sartre et Beauvoir sont conviés en Chine par le gouvernement chinois pour un séjour de deux mois. C'est au retour de ce voyage, que Beauvoir rédige cet essai sur la Chine :

" Ce livre n'est pas un reportage : le reporter explore un présent stable, dont les éléments plus ou moins contingents se servent réciproquement de clés. En Chine, aujourd'hui rien n'est contingent ; chaque chose tire son sens de l'avenir qui leur est commun à toutes; le présent se définit par le passé qu'il dépasse et les nouveautés qu'il annonce : on le dénaturerait si on le considérait comme arrêté" (Prière d'insérer).


3

Gaston CHAISSAC

1800 €

Lettre autographe signée au peintre Jules Lefranc 1 feuillet d'ephémeride, 118 x 255 mm, encre noire.

Lettre autographe signée adressée au peintre naïf vendéen Jules Lefranc (adresse et tampon postal du 30 octobre 1945 au dos).

"Cher Monsieur, je fais actuellement une série de dessins à la plume assez extraordinaires et j'ai presque l'intention de les envoyer à Paris. Les dessins à la plume ça n'est pas des peintures et je ne les considères pas comme des peintures. Je n'ai jamais refusé de vendre des dessins à la plume. De faire des dessins à la plume c'est une bonne mise en train avant de peindre. Vous connaissez peut-être Mr Chillard ? Il m'a envoyé un si beau dessin que je lui en ai adressé illico un . Vous avez dû recevoir un dessin pas très intéressant mais j'ai tout de même préféré le couper avec les ciseaux pour ne pas l'abimer en le pliant. S'il vous intéresse vous pouvez le coler [sic] sur quelque chose. J'ai peint quelque chose en 1942 avec du gargil et de la gouache. J'ai quelques gouaches figuratives faites d'après des cartes postales. Je crois qu'elles vous intéresseraient. Je vous envoie avec cette lettre une lettre que m'a adressé un collectionneur. J'aimerai beaucoup voir vos tableaux, votre ange gardien en a de la chance lui, il les voit vos tableaux, tous ceux que vous faites. Quand j'etais druide sur le Mont Beuvray…mais si je me lance sur ce sujet ça ne va pas en finir. Amitiés G. Chaissac, le peint pierres. P.S.j'ai peint sur des pierres."


4

René CHAR

1200 €

Le Marteau sans Maître Paris, Editions surréalistes, 1934. 140 x 199 mm, 142 pp. Reliure Revorim, plats de polyuréthane moulés, le premier est orné d'une pièce de box brun, dos lisse en box rouge, titre en noir, couvertures et dos conservés. Reliure signée Jean de Gonet n° 76/200.

Edition collective en partie originale, tirage courant après 20 ex. sur Hollande ornés d'une pointe sèche de Kandinsky. L'exemplaire est enrichi de la bande annonce, du prière d'insérer rédigé par Tristan Tzara et d'une photographie originale, repésentant René Char, annotée aux dos par l'auteur : L'Isle juin 37.

Très joli tirage, où l'on voit René Char, âgé de 30 ans, en compagnie de Georgette sa femme et de Irène Hamoir, poétesse et romancière belge, compagne de Louis Scutenaire. L'automne suivant René Char, qu'Irène Hamoir n'avait pas laissé insensible, vint à La Haye, où elle travaillait, pour la retrouver. Il visita avec elle les Pays-Bas. Bel exemplaire, d'un des recueils importants de l'auteur, qui marque sa prise de distance avec le Surréalisme.


5

Théophile GAUTIER

1200 €

La Peau de tigre Paris, Hyppolite Souverain, 1852. 3 volumes, 138 x 230 mm, 307, 307 et 312 pp. Demi veau beige, dos à nerfs orné de caissons et fleurons dorés, pièces de titre mosaïquées en cuir brun et chocolat, tête dorée, les couvertures conservées montées sur carton possèdent quelques manques. Reliure signée Pierson.

EDITION ORIGINALE. Notre exemplaire est enrichi d'un billet autographe signé de l'auteur :

" Reçu de Mr Michel Levy la somme de cinq cent francs pour un volume de Mlle Dafné de Monbriand suivi de deux nouvelles aux mêmes conditions que La Peau de tigre. Théophile Gautier le 4 juin 1866." Il s'agit probablement de la somme reçue pour les droits d'éditions, par Michel Levy, de la nouvelle Mademoiselle Dafné de Montbriand, parue dans la Revue du XIXe siècle en 1866. Gautier fait aussi référence aux droits de La Peau de tigre dont la seconde édition augmentée parue chez Michel Levy cette même année. Joli exemplaire agréablement relié au XIXème siècle par Pierson. Rare.


6

Jules et Edmond de GONCOURT

2500 €

Journal des Goncourt. Mémoires de la vie littéraire. Paris, Charpentier, 1887 - 1896. 9 volumes, 116 x 191 mm, 402, 340, 369, 373, 355, 356, 336, 300 et 428 pp. Reliure pleine percaline rouge, dos lisse orné d'une pièce de titre, fleuron et filets. Couvertures conservées. Reliures signées Durvand. EDITONS ORIGINALES et série complète sans mention de l'oeuvre emblématique des frères Goncourt. Chaque volume comporte un envoi autographe signé de Edmond de Goncourt à Frederic Masson.

Frédéric Masson (1847-1923) est un cousin par alliance des frères Goncourt. Républicain et fasciné par le Révolution dans ses jeunes années, il devient un bonapartiste militant après la défaite de 1870. En 1874, Edmond de Goncourt est témoin de son mariage avec Marguerite Cottin, fille d'Auguste Cottin qui lui ouvrira les portes des archives de la famille impériale. Historien-collectionneur, il est élu à l'Acadmie française le 18 juin 1903. Leur correspondance publiée dans les Cahiers Jules et Edmond de Goncourt éclaire la nature de leur relation. Edmond conseille le jeune homme et l'oriente vers la littérature. Frédéric Masson, bibliophile averti, renseigne Edmond sur sa bibliothèque, répond aux demandes d'informations des frères Goncourt et participe à la préparation des ouvrages historiques d'Edmond ainsi qu'à l'enrichissement de ses rééditions. Goncourt décrit, en 1870, dans le tome IV du Journal, le jeune Frédéric Masson âgé de 23 ans: "Ce soir, je rencontre le jeune Frédéric Masson, enterré dans sa capote de mobile. Lui, qui datait les lettres qu’il m’écrivait du collège, des brumaire et des messidor du calendrier républicain, je le trouve fort dégrisé de la république, des républicains, des soldats démocrates. Il se plaint que, lorsqu’il marchait avec Goubie en avant, ses frères n’emboîtaient point le pas. Et de sa mauvaise humeur contre le présent, un peu remonte à 89, et amène une baisse sensible de son lyrique enthousiasme d’autrefois pour la première république. Il est un symptôme. Je suis persuadé que beaucoup de jeunes gens ayant en eux-mêmes semblablement à Masson un grain d’exaltation révolutionnaire, sont en train de devenir des réactionnaires.". Bel exemplaire d'un proche de l’auteur. Très désirable en pleine percaline de l'époque.


7

Jorris-Karl HUŸSMANS

2000 €

Le Drageoir à épices Paris, Dentu, 1873. 105 x 167 mm, 155 pp. Maroquin brun janséniste, dos à nerfs, encadrement intérieur orné de filets dorés, tête dorée, courverture et dos conservés. Etui bordé à l'identique. Reliure signée H. Blanchière. Dos legèrement éclairci, couverture tachée.

RARE EDITION ORIGINALE enrichie d'une lettre autographe signée de l'auteur à Jean Lorrain au sujet de sa pièce Yanthis :

"Mon cher ami, Je ne suis pas un théatrier pour 2 sous ; avec cela, je suis réfractaire aux mirages de la scène et je vomis les affreuses hures qui peuplent les salles - mais j'aime les beaux vers et l'extrait d'Yanthis que donna l'Echo, m'a paru vraiment bien, trop bien pour figurer dans la glandée des foules. Mais tout ça c'est surérogatoire. Ce qui vaut mieux c'est que je vois dans les feuilles de ce matin, que la pièce a réussi. J'en suis bien content pour vous et vous le dis en une bonne poignée de main. Votre Huysmans." Premier ouvrage de Huysmans, Le Drageoir à épices fut tiré à 300 exemplaires à compte d'auteur. Seuls quatre exemplaires furent vendus, les autres furent remis en vente un plus tard, sous une autre couverture : Jorris-Karl remplacé par J.K., une mention fictive de 2ème édition et le titre Drageoir aux épices. Rare ouvrage en premier état, complet des couvertures et enrichi d'une amusante lettre autographe.


8

Joris-Karl HUŸSMANS

4500 €

La Cathédrale Paris, Stock, 1898. 118 x 190 mm, 498 pp. Maroquin noir janséniste, dos à nerfs, encadrement intérieur orné de croix et filets dorés, tête dorée, couverture et dos conservés. Etui bordé à l'identique. Reliure signée René Kieffer.

EDITION ORIGINALE. UN DES 21 EXEMPLAIRES numérotés sur Japon ( après 10 ex. sur Chine). Seuls les grands papiers comportent un portrait de l'auteur à l'eau forte d'après Delatre et un frontispice en couleurs d'après Pierre Roche sur parchemin églomisé. Notre exemplaire est enrichi, en tête, d'une eau-forte de Charles Jouas représentant Huysmans devant la cathédrale de Chartres. Bel exemplaire d'un des romans les plus remarquables de la période "catholique" de l'écrivain.


9

Tristan TZARA - Henri MATISSE

1000 €

Midis gagnés Paris, Denoël, 1939. Broché, 184 x 252 mm, 130 pp. non coupé, couverture légèrement fanée.

EDITION ORIGINALE ornée de six dessins de Henri Matisse. Un des 150 exemplaires hors-commerce. Envoi autographe signé : " A Joé Bousquet avec la déjà vieille symphatie de Tristan Tzara".

En 1931, Tristan Tzara apprend par Paul Eluard, que Joé Bousquet est cloué au lit paralysé suite à une blessure de guerre. Aussitôt Tzara lui fait parvenir un exemplaire de L'Homme approximatif. Bousquet lui répond : "Depuis très longtemps je lis tout ce que vous écrivez. Je vous vois avec égal bonheur suivre une route où contre toute évidence vous êtes seul. Je récite vos poèmes. Ce n'est pas parce que cette oeuvre donne des couleurs au monde moderne qu'on peut la caractériser. Et puisque j'aurai trop vécu d'elle pour devoir me permettre de la juger, je me contenterai de l'aimer profondément”. En retour, Tzara répond : "Je me sens fort satisfait, cher Monsieur, d'exister à vos yeux quand mes plus vieux cahiers de notes fourmillent de citations étonnantes que j'avais empruntées à vos écrits d'il y a dix ans ; donnés, je crois aux Feuilles libres. Et parce que mon admiration pour vous a ses racines dans la jeunesse que je sens à travers votre signature et votre hommage." Belle provenance.


10

Paul VERLAINE

8000 €

Les Mémoires d’un veuf Paris, Vanier, 1886. 126 x 189 mm, 224 pp. 120 x 190 mm, 224 pp. Maroquin janséniste bleu marine, dos à nerfs, doublures en maroquin brun foncé encadré d'un filet doré, gardes en soie noire, doublées de papier marbré, doubles filets dorés sur les coupes, tranches dorées sur témoins, couverture et dos conservés. Reliure signée Joly Fils. Les manuscrits montés sur onglets sont restaurés. EDITION ORIGINALE. UN DES 22 PREMIERS EXEMPLAIRES sur Hollande signés par Vanier. Notre exemplaire est enrichi de DEUX MANUSCRITS AUTOGRAPAHES signés de Verlaine :

Manques de formes I et Manques de Formes II. Ils font suite à Formes, le douzième texte du recueil, ils sont pliés et montés sur onglet à sa suite. Ces manuscrits ont été présentés pour la première fois sur le marché en 1949, catalogue Verlaine de G. Heilbrun, n°45. Ils sont cités dans l’article "Les dessous des Mémoires d'un Veuf" de J.H. Bornecque (in Revue des sciences Humaines, Avril - Juin 1952). Classés, dans l'édition Messein, au tome II des Oeuvres posthumes, et précédée d'une indication: Mémoires d'un veuf (Feuillets retrouvés), ils appraissent dans Les oeuvres en prose complètes de la Pleiade, page 1193, dans la rubrique des Suppléments aux Mémoires d'un veuf : "Cette rêverie infantile devait, à l'évidence, faire suite à Formes[…] Le manuscrit se compose de deux feuillets distincts, correspondant chacun à une division de ce texte en deux parties distinctes et reliées dans l'un des 22 exemplaires sur Hollande numérotés et signés par Vanier." Rares manuscrits de ce recueil en main privé, puisque la quasi totalité des manuscrits et des suppléments composant Les Mémoires d'un veuf sont aujourd'hui dans les Fonds Doucet. On ne connait d'ailleurs pas de manuscrit à Formes, qui se trouve à la page 63 de la présente édition, mais une coupure du journal Le Réveil, corrigée par Verlaine, dont le titre a été ajouté à la main par le poète. Cette prose parut dans une première version dans Le Réveil du 9 décembre 1882 sous le titre : Paris-Vivant. Chez l'Avoué.


Retranscription des deux manuscrits autographes signés de Verlaine

Mémoire d'un veuf (2ème série). I Manques de formes La Victime, ruinée, couvre l'avoué roux d'un tas de coups de révolver, n'ayant pas d'autre arme sous sa main. Envoi des clercs. On interroge le client. - Ça et ça ? - Ça et ça. - Alors pourquoi n'avoir pas tué votre femme, cause de tout, au lieu de Me Untel qui ne fut que son agent ? Parce qu'on ne feusille pas de la merde. Paul Verlaine (25 janv. 1886)

Manques de formes (suite et fin) II Par un des ces hasards qui arrivent rarement, la Victime s'est évadée du Dépôt des Condamnés et a tué sa femme je ne sais pas avec quoi. Comme on rappelle son dernier propos touchant son avant dernier crime, propos qui infirmait d'avance toute apologie du crime récent : - Je me trompais alors, dit-il en tendant ses poings aux menottes. J'ai réflechi depuis. Il faut que tout le monde meure. Xbre 1886. Paul Verlaine


Verlaine ne fut pas veuf mais le divorcé "incompris" d'un mariage de trois ans avec Mathilde de Mauté. Il écrit dans Romance sans Paroles :

Vous n'avez rien compris à ma simplicité Rien, ô ma pauvre enfant !" C'est avec rancoeur qu'il commence les premiers chapitres sous forme de chronique dans Le Reveil. " Les premiers essais de Verlaine en ce genre étaient surtout des allusions autobiographiques, des allégories conjugales, des commentaires des ses démêlés avec la famille de sa femme" (Lepeletier, Paul Verlaine). "Peu à peu Verlaine en vint à concevoir l'idée d'en faire, à l'aide d'anciennes chroniques judicieusement équilibrées, une sorte de journal impressionniste de ses enthousiasmes, de ses imaginations, des ses souvenirs littéraires, esthétiques ou psychiques, dans lequel le récit se mêlerait à l'invective, au poème en prose baudelairien ou au rêve surréaliste." (J.H. Bornecque). Verlaine "l'incompris" de Mathilde confessa pourtant "C'est moi qui ai fait ma femme c… et encore d'une drôle de façon !" (J. Rais, Les dernières lettres inédites de Verlaine). C'est bien de Rimbaud qu'il s'agit et M. Mauté, le père de Malthilde, somme Verlaine de choisir entre la séparation ou l'éloignement de Rimbaud. Le sevrage rend Verlaine malade de colère, et Mathilde lui devient odieuse comme une geoôière. Parfait exemplaire, dans une sobre reliure janséniste doublée de Joly fils.


!

Le catalogue XII complet sortira dĂŠbut septembre

Preview catalogue 12  

Bibliophilie, éditions originales, manuscrit, Huysmans, Verlaine, Gautier, Goncourt

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you