Page 1

Marguerite Humeau FOXP2 Palais de Tokyo 23.06 – 11.09 2016


3


FOXP2 (2016) Depuis des siècles les hommes ont cherché à comprendre la nature de la conscience. Peut-on l’expliquer mécaniquement ? Existe-t-il des consciences non-humaines ? Comment pourrait-on les reconnaître ? Quel est le rapport entre conscience et langage ? Quels événements conduisent les êtres à la conscience ? Avec FOXP2, Marguerite Humeau se propose ce défi impossible : recréer artificiellement l’émergence de la vie consciente. Conçue comme un showroom biologique, l’exposition suggère la possibilité que la conscience soit dorénavant reproductible à l’échelle industrielle. Plusieurs prototypes d’êtres avec des degrés différents de conscience y sont exposés. Pour ce projet, l’artiste s’est notamment entretenue avec des chercheurs (zoologues, paléontologues, biologistes, psychologues) auxquels elle a demandé d’imaginer quelle aurait pu être l’évolution biologique des éléphants si ceux-ci, plutôt que les humains, étaient devenus des êtres conscients doués de langage. L’agonie d’une matriarche éléphante se trouve au cœur du dispositif. Son lent passage vers la mort est le déclencheur de l’évolution des autres éléphants du groupe, programmés pour manifester un éventail de sentiments et d’états de conscience (tristesse, mélancolie, ivresse, nostalgie, joie, amour ou émerveillement). L’artiste a aussi imaginé, en collaboration avec des linguistes, de reproduire le moment où une mutation du gène FOXP2 entraîna une modification structurelle du larynx humain qui permit à nos ancêtres, il y a 100 000 à 200 000 ans, de développer un langage articulé. De multiples langues ont été analysées afin de retrouver leurs éléments constitutifs les plus anciens et de recomposer une multitude d’hypothétiques protolangages, créés en collaboration avec Pierre Lanchantin du Machine Intelligence Laboratory de l’université de Cambridge. Ces langues originelles sont chantées par le chœur des 108 milliards d’Homo sapiens ayant vécu depuis l’aube de l’humanité, guidant les éléphants dans leur accès à la conscience. Au sol s’étend un tapis monumental teint avec des pigments créés à partir des composants chimiques de l’être humain et, par endroits, d’un pigment pourpre extrait du datura, plante toxique dont le fruit serait le fruit défendu de la Genèse. Réduite à l’état liquide, l’humanité devient un « corps sans âme » sur lequel s’élève l’évolution des êtres conscients.

6

For centuries, mankind has been trying to understand the nature of consciousness. Can it be explained mechanistically? Are there any nonhuman forms of consciousness? If so, how could they be recognised? What is the relationship between consciousness and language? And what events trigger consciousness in living beings? With FOXP2, Marguerite Humeau set herself an impossible challenge: to artificially re-create the emergence of sentient life. Conceived as a biological showroom, the exhibition suggests the possibility that consciousness might now be reproducible on an industrial scale. It displays several prototypes of living beings with different degrees of sentience. For this project, Humeau contacted a number of zoologists, palaeontologists, biologists and psychologists, asking them to imagine what might have been the biological evolution of elephants if, instead of humans, they had become sentient beings able to use language. The death throes of a matriarch elephant lie at the heart of the show. Her slow passage towards death triggers the evolution of the others in the group, which have been programmed to display a wide variety of feelings and sentient states: sadness, melancholy, drunkenness, nostalgia, joy, love or amazement. In collaboration with linguists, the artist has also attempted to reproduce the moment when a mutation of the FOXP2 gene led to a structural modification in the human larynx, thus allowing our ancestors, some 100,000 or 200,000 years ago, to develop articulate language. Many languages have been analysed so as to pinpoint their oldest building blocks and to recompose a multitude of hypothetical protolanguages, devised in collaboration with Pierre Lanchantin of the Machine Intelligence Laboratory at the University of Cambridge. These primitive languages are sung by a choir of the 108 billion Homo sapiens who have lived since the dawn of humanity, thus guiding the elephants on their ascension towards consciousness. On the floor lies a monumental carpet, dyed with pigments created from chemical components of the human body, along with patches of a purple pigment concocted using Datura, a toxic plant whose berry is suspected of being the forbidden fruit in Genesis. Reduced to a liquid state, humanity becomes a “soulless body”, on which other sentient beings evolve.


Dessin préparatoire pour l’exposition FOXP2 / Preparatory drawing for the exhibition FOXP2

FOXP2 (Matriarch) (2016) Image numérique / Digital image Crédit image / Image credit : Le Studio Humain (Benjamin Penaguin) pour / for Marguerite Humeau


18


Blue Angel Datura Seeds Graines de datura / Seeds of Datura p. 16 Dessin pour / Drawing for Body without Soul (Liquid Human) (2016) Crédit / Credit : Conçu par /  Designed by Camille Thiéry pour /  for Marguerite Humeau p. 17 – 18 Body without Soul (Liquid Human) Recette pour concocter un humain liquide. Pigments produits à partir de l’ensemble des composants chimiques du corps humain. / Recipe to concoct a liquid human. Pigments made with all chemical components of a human body. Feuille de calcul Excel imprimée sur deux feuilles de papier format A4 avec annotations. / Excel worksheet printed on two A4 pages with annotations.


21


Skeletal Development in the African Elephant and Ossification Timing in Placental Mammals Source : Lionel Hautier, Fiona J. Stansfield, W. R. Twink Allen, Robert J. Asher, « Skeletal development in the African elephant and ossification timing in placental mammals », Proceedings of the Royal Society B, volume 279, numéro / issue 1736, reproduit avec l’autorisation de la Royal Society / by permission of the Royal Society


29


Vues de l’exposition personnelle de Marguerite Humeau, FOXP2, Palais de Tokyo (Paris), 23.06 – 11.09 2016 Views of Marguerite Humeau’s solo show, FOXP2, Palais de Tokyo (Paris), 23.06 – 11.09 2016 Photos : André Morin

Jean, An elephant watching the scene with a sense of wonder (2016) Polystyrène, peinture blanche, nylon, support en métal recouvert d’enduit thermoplastique / Polystyrene, white paint, nylon, powder-coated metal stand

Bastien, A foetus is getting born (2016) Polystyrène, peinture blanche, pièces acryliques, latex, silicone, nylon, système de sonorisation, bande son / Polystyrene, white paint, acrylic parts, latex, silicone, nylon, sound system, soundtrack

Echo, A matriarch engineered to die (2016) Polystyrène, peinture blanche, pièces en acrylique, latex, silicone, nylon, cœur artificiel en verre, pompes à eau, eau, chlorure de potassium, support en métal recouvert d’enduit thermoplastique, système de sonorisation, bande son /  Polystyrene, white paint, acrylic parts, latex, silicone, nylon, glass artificial heart, water pumps, water, potassium chloride, powder-coated metal stand, sound system, soundtrack

Enid, A female engineered to cry out of sadness (2016) Polystyrène, peinture blanche, pièces en acrylique, latex, silicone, nylon, système de larmes artificielles et réservoir en verre, hormones de tristesse en poudre, 3 gouttes de larmes d’éléphant provenant de Thaïlande, eau, pompes à eau, support en métal recouvert d’enduit thermoplastique, système de sonorisation, bande son /  Polystyrene, white paint, acrylic parts, latex, silicone, nylon, artificial tear drop system and glass reservoir, depressant hormones powder, 3 drops of elephant tears sourced in Thailand, water, water pumps, powder-coated metal stand, sound system, soundtrack

Edwina, Amelia, Antonia, Three females of which larynges have gone down, allowing them to sing in an almost articulated language (2016) Polystyrène, peinture blanche, pièces en acrylique, latex, silicone, nylon, support en métal recouvert d’enduit thermoplastique, système de sonorisation, bande son /  Polystyrene, white paint, acrylic parts, latex, silicone, nylon, powder-coated metal stand, sound system, soundtrack

Pierre, An elephant engineered to be happy (2016) Polystyrène, peinture blanche, pièces en acrylique, latex, silicone, nylon, endorphine en poudre, support en métal recouvert d’enduit thermoplastique, système de sonorisation, bande son /  Polystyrene, white paint, acrylic parts, latex, silicone, nylon, endorphin powder, powder-coated metal stand, sound system, soundtrack

Tony, A female engineered with despair (2016) Polystyrène, peinture blanche, pièces en acrylique, latex, silicone, nylon, hormones de tristesse en poudre, support en métal recouvert d’enduit thermoplastique, système de sonorisation, bande son /  Polystyrene, white paint, acrylic parts, latex, silicone, nylon, depressant hormones powder, powdercoated metal stand, sound system, soundtrack

Félicie, A female engineered to be self-destructive – it gets drunk with ethanol that comes from a masala fruit (2016) Polystyrène, peinture blanche, pièces en acrylique, latex, silicone, fruit de masala artificiel en verre, éthanol, pompes à eau, eau, nylon, support en métal recouvert d’enduit thermoplastique, système de sonorisation, bande son /  Polystyrene, white paint, acrylic parts, latex, silicone, glass artificial masala fruit, ethanol, water pumps, water, nylon, powder-coated metal stand, sound system, soundtrack


Emmett, A male in artificial oestrus showing highly visible signs of aggressivity (2016) Polystyrène, peinture blanche, pièces en acrylique, latex, silicone, récipient en verre, musth noir artificiel, pompes à eau, eau, nylon, support en métal recouvert d’enduit thermoplastique, système de sonorisation, bande son /  Polystyrene, white paint, acrylic parts, latex, silicone, glass container, artificial black musth, water pumps, water, nylon, powder-coated metal stand, sound system, soundtrack

Body without Soul, Liquid Human (2016) Moquette teintée avec : 2,2 g de datura, corps humain liquide (65% oxygène, 18% carbone, 10% hydrogène, 3% nitrogène, 1,5% calcium, 1% phosphore, 0,4% potassium, 0,3% soufre, 0,23% iode, 0,2% sodium, 0,2% chlore, 0,08% fer, 0,033% magnésium, 0,02% molybdène, 0,009% silicium, 0,0027% zinc, traces de fluoride, cobalt, strontium, cuivre, lithium, manganèse, sélénium, aluminium, plomb, vanadium, arsenic, brome) / Carpet dyed with: 2.2 g datura, liquid human body (65% oxygen, 18% carbon, 10% hydrogen, 3% nitrogen, 1.5% calcium, 1% phosphore, 0.4% potassium, 0.3% sulfur, 0.23% iode, 0.2% sodium, 0.2% chlorine, 0.08% iron, 0.033% magnesium, 0.02% molybdenum, 0.009% silicon, 0.0027% zinc, traces of fluoride, cobalt, strontium, copper, lithium, manganese, selenium, aluminium, lead, vanadium, arsenic, bromine)

Toutes les œuvres / All works : Courtesy de l’artiste / of the artist, C L E A R I N G (New York, Bruxelles / Brussels) et / and DUVE Berlin (Berlin) Vronski and Deborah (Lovers), Two elephants engineered to romantically fall in love with each other (2016) Polystyrène, peinture blanche, pièces en acrylique, latex, silicone, nylon, 3 containers à hormones en verre, testostérone, œstrogènes, adrénaline, dopamine, ocytocine, vasopressine, pompes à eau, eau, support en métal recouvert d’enduit thermoplastique, système de sonorisation, bande son /  Polystyrene, white paint, acrylic parts, latex, silicone, nylon, 3 hormones glass containers, testosterone, oestrogen, adrenaline, dopamine, oxytocin, vasopressin, water pumps, water, powder-coated metal stand, sound system, soundtrack

31


Echoes (2015) Dans Echoes, Marguerite Humeau tente de créer un dialogue entre deux civilisations, en interrogeant leur obsession commune pour la vie éternelle : l’Égypte ancienne, où la mort n’était pas considérée comme une fin, mais comme le passage d’un état à un autre, et notre ère contemporaine avec son obsession pour la biologie synthétique, la médecine régénérative, la cryogénie et l’ingénierie biologique. La biologie synthétique vise à concevoir et construire de nouveaux systèmes et fonctions biologiques, en faisant appel à l’impression 3D de tissus vivants, à la création de nouvelles espèces, à la modification d’espèces existantes pour optimiser leurs capacités, ou encore à la production d’organismes standardisés utilisés en médecine et en agriculture. On a, par ailleurs, récemment découvert que nombre d’espèces animales telles que l’hippopotame, l’alligator ou le serpent (espèces sacrées dans l’Égypte ancienne) produisent des liquides biologiques « superpuissants » dont les propriétés (antibiotiques, antiseptiques ou antivirales, par exemple) pourraient être utiles dans le traitement de maladies humaines. Pendant plusieurs mois, Marguerite Humeau a cherché à obtenir certains de ces liquides (lait d’hippopotame, sang d’alligator) de plusieurs sources à travers le monde et à concevoir les animaux artificiels qui pourraient produire ces fluides à l’échelle industrielle. L’exposition Echoes présente trois prototypes d’animaux, inspirés de divinités et d’animaux sacrés de l’Égypte ancienne, conçus pour produire ces « super fluides corporels » : Wadjet, un cobra royal produit son propre antidote ; Taweret, un hippopotame à deux têtes et aux glandes mammaires d’alligator et d’humain, secrète un lait qui est un véritable élixir de vie ; l’alligator Sobek (Muhammad Ali) produit un sang céleste résistant à toute infection. Cleopatra fait entendre, dans l’espace d’exposition, la voix synthétique et désincarnée de la reine d’Égypte chantant une chanson d’amour dans les neuf langues, désormais disparues, qu’elle maîtrisait. Les murs de la salle d’exposition sont couverts d’une encre mélangée à un poison mortel, du venin de mamba noir, nous rappelant que la nature produit aussi des fluides qui peuvent être fatals pour l’espèce humaine.

32

In Echoes (2015), Marguerite Humeau attempts to open up a dialogue between two civilisations by examining their shared obsession with eternal life. Ancient Egypt, where death was not seen as being an end, but as the passage from one state to another; and our contemporary era, with its obsession with synthetic biology, regenerative medicine, cryonics and biological engineering. The aim of synthetic biology is to design and construct new biological systems and functions; by 3D printing living tissue, by creating new species and modifying existing ones to optimise their capabilities or else by producing standardised organisms to be used in medicine and farming. It has recently been discovered that many animal species, such as hippopotamuses, alligators and snakes (which were held sacred in Ancient Egypt), produce “super-powerful” biological fluids, whose properties (antibiotic, antiseptic or antiviral) could be used to treat human illnesses. For several months, Humeau set out to obtain some of these fluids (hippopotamus milk, alligator’s blood) from various sources around the world, so as to design artificial animals that could produce them on an industrial scale. The exhibition Echoes presented three animal prototypes, each inspired by divinities or sacred animals from Ancient Egypt, with the purpose of producing these “super-bodily fluids”. Wadjet (King Cobra) is a venomous snake that produces its own antidote. Taweret is a two-headed hippopotamus with alligator and human mammary glands that secrete a milk, which is a true elixir of life, while Sobek (Muhammad Ali) is an alligator that produces a heavenly blood, which resists all forms of infection. In the exhibition space, meanwhile, Cleopatra raised the Queen of Egypt’s synthetic, disembodied voice, singing a love song in the nine, now extinct, languages that she spoke. The walls of the gallery were covered with an ink mixed with a lethal poison, black mamba venom, reminding us how nature also produces fluids that can be fatal as well as life-giving.


The Opera of Prehistoric Creatures (2012) The Opera of Prehistoric Creatures (2012) est un opéra qui met en scène la renaissance de créatures par le clonage, leur errance et leur épopée sonore, tandis qu’elles cherchent à évoluer à l’époque contemporaine. Marguerite Humeau tente de ressusciter les sons émis par des créatures préhistoriques en reconstruisant leur conduit vocal. Un tel projet pose problème d’un point de vue scientifique puisque le conduit vocal est fait de tissus mous et ne se fossilise donc pas. Seuls les os environnant les tissus subsistent au travers des siècles. Les parties intérieures (poumons, trachée, larynx, cordes vocales et cavités buccales et nasales), elles, doivent être reconstruites. Pendant plus d’un an, l’artiste a échangé avec des paléontologues, des zoologues, des vétérinaires, des ingénieurs, des explorateurs, des chirurgiens, des oto-rhino-laryngologues et des radiologues. Elle a dû surmonter les difficultés inhérentes au récit historique, spécialement celui de la préhistoire, et créer une œuvre partant de spéculations pour recréer des données nonexistantes, inaccessibles ou perdues. Design, fiction, science et spéculations contribuent à ce projet ambitieux. Les avis des experts consultés ainsi que les hypothèses formulées ont servi à élaborer les rugissements de ces créatures ressuscitées. Cette épopée, autant réelle que fantasmée, a donné naissance à quatre créatures : un mammouth impérial (Mammuthus imperator, datant de 4,5 millions d’années avant notre ère), un entélodonte ou « cochon tueur » (Entelodontidae, datant de 25 millions d’années avant notre ère), l’australopithèque Lucy (Australopithecus afarensis, datant de 4,4 à 1 millions d’années avant notre ère) et un Ambulocetus ou « baleine qui marche » (datant de 50 millions d’années avant notre ère).

44

The Opera of Prehistoric Creatures (2012) stages the rebirth of creatures by cloning their wanderings and their epic soundscapes, while they try to evolve in our contemporary era. Marguerite Humeau has attempted to bring back to life the sounds made by prehistoric creatures through reconstructing their vocal tracts. Such a project raises scientific problems, namely that such tracts are made of soft tissues, which do not become fossilised, so only the bones surrounding these tissues have come down through the centuries. As for the inner parts (lungs, trachea, larynx and vocal cords, as well as buccal and nasal cavities), they have had to be reconstructed. For over a year, Humeau conferred with palaeontologists, zoologists, vets, engineers, explorers, surgeons, ear-nose-and-throat specialists and radiologists. She had to overcome the difficulties of telling a tale which is historic, indeed prehistoric, and of devising a work based on speculations in order to re-create inexistent, inaccessible or lost data. Design, fiction, science and speculations have contributed to this ambitious project. The opinions of the experts she consulted, as well as the hypotheses they posited were used to produce the roars of these reborn creatures. This epic, which is as real as it is imaginary, has given birth to four creatures: a Mammoth Imperator (Mammuthus imperator, coming from 4.5 million years ago); an Entelodont, or “terminator pig” (Entelodontidae, from 25 million years ago), the Australopithecus Lucy (Australopithecus afarensis, from 4.4 to one million years ago); and an Ambulocetus or “walking whale” (from 50 million years ago).


p. 45 The Living Descendants I (Elephas Maximus) (2011) Reconstruction en 3D d’un éléphant d’Asie à partir de CT-scans, fournis par le Leibniz Institute for Zoo and Wildlife Research, Berlin / Asian Elephant 3D reconstruction from original CT scans, provided by the Leibniz Institute of Zoo and Wildlife Research, Berlin Image haute définition / HD image Crédit / Credit : Marguerite Humeau et / and IZW


p. 46 – 47 The Opera of Prehistoric Creatures (2012) Vue de l’exposition / View of the exhibition « The Prehistory of the Image », 12.02 – 23.02.2014, STUK (Louvain / Leuven)

De gauche à droite / from left to right : Entelodont, “Hell Pig,” -25M years (2012) ; Ambulocetus, “Walking Whale,” -50M years (2012) ;  Mammoth Imperator, -4,5M years (2012) Photo : Dirk van den Heuvel

47


Ces œuvres incarnant le processus de transformation des éléphants sont accompagnées par un chœur virtuel composé des 108 milliards d’Homo sapiens ayant vécu depuis l’aube de l’humanité, et qui guide les éléphants vers leur accès à la conscience. Ce chœur a été développé par Marguerite Humeau en collaboration avec Pierre Lanchantin, chercheur au Machine Intelligence Laboratory, de l’université de Cambridge. Ce chœur rappelle les recherches sonores menées par Gil Joseph Wolman, notamment ses Mégapneumes (1950), poèmes sonores substituant le souffle à la lettre dans lesquels on l’entend souffler au point d’épuiser les ressources de son corps. La poésie de Wolman a pour ambition de réaliser une « mort synthétique » via le souffle, quand Marguerite Humeau s’emploie à créer une « présence synthétique ». Le chœur rappelle le visiteur aux fantômes de l’humanité, au mystère de ses origines et à la lutte de l’humain pour devenir humain. On entend ainsi le parcours d’une voix qui aurait 100 000 ans, imitant d’abord la pluie, le vent et les oiseaux, tentant de parler sans y parvenir, s’étouffant, puis mutant grâce à FOXP2. 108 milliards de voix humaines chantent en chœur, parlant dans un proto langage incompréhensible jusqu’à saturation. On entend ici les âmes de tous les êtres humains ayant peuplé la planète depuis la naissance des premières tribus d’Homo sapiens, suivant la fascination de Marguerite Humeau pour invoquer nos spectres : « Je m’intéresse à la manière dont la voix peut effectivement ramener physiquement un être à la vie 18 . » Marguerite Humeau plonge dans les paradoxes et les contradictions du savoir construit par l’homme pour raconter ce qu’il est. Elle se rapproche de la source des grandes énigmes, couches après couches, traversant les sédimentations du discours, sans jamais pourtant prétendre pouvoir y répondre. Ces mystères de l’humanité, et les tentatives millénaires pour comprendre le lien tumultueux de l’homme au monde, ne trouvent ni résolution définitive ni repos. Il s’agit peut-être alors d’accepter le caractère invraisemblable de notre condition, la dimension surnaturelle de notre présence, quand nous faisons face à l’impossibilité d’offrir une réponse ultime à la justification de l’existence de l’humanité. « Le contemporain, ainsi, n’est plus tant celui qui veut être de son temps, au présent, que celui qui espère être plus présent que le présent : non pas être éternellement soumis à variation, mais être éternellement la variation ; il ne veut plus simplement être vivant, mais être la vie et remplacer l’Évolution 19 . » Rebecca Lamarche-Vadel est commissaire d’exposition au Palais de Tokyo. Elle est la commissaire de l’exposition personnelle de Marguerite Humeau au Palais de Tokyo et à Nottingham Contemporary.

18 Extrait d’un entretien entre Marguerite Humeau et Alison Hugill, Berlin Art Link, art. cit. 19 Tristan Garcia, « Q u’est-ce qu’être intense ? », in Emma Lavigne (dir.), Pierre Huygue (Centre Pompidou, Paris, 2013), p. 208.

64


Conversation entre Marguerite Humeau et Carl Safina

Marguerite Humeau — D’où vient votre intérêt pour l’étude des façons de sentir et de penser des animaux ? Cet intérêt pour la conscience animale a-t-il été déclenché par un événement précis ?

CS — Il me semble que oui ; ça va dans le sens de ce qui vient – si nous parvenons en tout cas à conserver ces espèces en vie. Elles sont soumises à des pressions incroyables.

Carl Safina — Je m’intéresse à ce que font les animaux et à pourquoi ils le font depuis que je suis petit. Dans mon livre Beyond Words (2015), je ne voulais pas me limiter à des questions de préservation. Je voulais que ces êtres sur lesquels j’écrivais défendent eux-mêmes leur existence en nous montrant qui ils sont.

MH — Avez-vous assisté à de nouveaux débats et de nouvelles recherches intéressantes après la publication de votre livre ?

MH — Diriez-vous qu’il s’agit là d’une approche complètement nouvelle de la zoologie ? CS — Pas complètement, mais tout de même assez nouvelle. Jane Goodall a probablement été la première à écrire de la non-fiction sur la vie des animaux comme individus. MH — Je me souviens comment, dans Beyond Words, vous expliquez la façon dont Cynthia Moss vous a dit vouloir comprendre les animaux pour ce qu’ils étaient – par opposition à une étude des animaux dans le but de mieux comprendre les humains. Est-ce une idée très contemporaine ?

CS — Les choses changent. Il y a tout un mouvement pour les droits des animaux, un autre pour la personnalité non-humaine, le droit des espèces, un mouvement qui utilise les pronoms « il » ou « elle » au lieu du neutre « it » en anglais, etc. MH — Qu’est-ce qui vous a mené jusqu’à Cynthia Moss précisément ? CS — Personne d’autre n’a étudié le comportement de l’éléphant en continu pendant quarante ans. Cynthia fait peut-être partie des deux ou trois personnes dans le monde qui se sont penchées sur les mêmes individus pendant quatre décennies. Si une personne pouvait me parler de leur vie, c’était bien Cynthia. MH — Avez-vous déjà personnellement vu des éléphants en deuil ? Y a-t-il des rituels que les éléphants répètent

65

Marguerite Humeau  
Marguerite Humeau  

Livre publié à l’occasion des expositions personnelles de Marguerite Humeau au Palais de Tokyo (23.06 – 11.09 2016) et à Nottingham Contemp...

Advertisement