Page 1

>

ARGU FLASH

< 27 Janvier 2012

PROJET DE FRANÇOIS HOLLANDE : L’IMPOSTURE CONTINUE François Hollande a présenté, jeudi 26 janvier, ses 60 propositions pour 2012. 1/ La marque de fabrique du projet de François Hollande, c’est l’absence de courage et de vision. Parmi ses 60 propositions on ne trouve aucune réforme de structure, aucune stratégie de long terme. Il n’y a rien de crédible sur la réduction de la dette, rien sur la compétitivité et l’emploi, rien sur le « made in France », rien sur l’augmentation du pouvoir d’achat. François Hollande se présente à l’élection et veut présider la France comme il a dirigé le PS, sans prendre de risque et sans rien proposer, mais en louvoyant, en éludant et en reportant les décisions courageuses. En politique le manque de courage et l’obsession électoraliste portent un nom : la démagogie. 2/ La deuxième faille du projet de François Hollande, c’est qu’il ne s’inscrit absolument pas dans une stratégie de réduction des déficits et de la dette. La France doit dégager un minimum de 100 milliards € d’économies, selon la Cour des Comptes, pour revenir à l’équilibre budgétaire en fin de mandat, comme s’y engage François Hollande. Or il propose au moins 30 milliards de dépenses nouvelles et prévoit 50 milliards d’impôts supplémentaires. L’addition est simple : 100+30-50 = 80. Il manque au bas mot 80 milliards d’euros pour boucler le projet de François Hollande. Il compte sur la croissance pour trouver cette somme. Cela révèle une absence totale de sérieux : nous traversons une crise mondiale qui ne nous permet pas de parier sur une hypothétique croissance et rien dans le projet socialiste ne permettra de doper notre économie. Au contraire ! En clair, si la croissance n’est pas au rendez-vous, François Hollande laissera filer les déficits et ne tiendra pas son objectif de retour à l’équilibre en 2017. Objectif qu’il a pourtant déjà reporté d’un an… C’est irresponsable, car cela revient à hypothéquer l’indépendance financière de la France et l’avenir de nos enfants ! 3/ La troisième faiblesse du projet de François Hollande, c’est l’absence totale de connexion avec le monde réel. Le PS est toujours obnubilé par son passé, celui des années Blum, Mitterrand et Jospin. Résultat, il s’en tient aux vieilles ficelles de 1981 ou 1997 : retour à la retraite à 60 ans, retour strict aux 35 heures, retour aux emplois jeunes, augmentation des impôts et laxisme sur la dette… Le problème est qu’on ne peut pas régler les problèmes de 2012 avec les recettes de 1997. www.u-m-p.org 1


 Dans un monde de compétition, où la France est, après la Finlande, le pays où l’on travaille le moins en Europe, on ne peut pas revenir aux 35 heures strictes.  Dans un monde de concurrence, où une heure de travail coûte 3,59 € de plus en France qu’en Allemagne et 6,48 € de plus en France que dans la moyenne de la zone euro, on ne peut pas se permettre d’augmenter encore le coût du travail en haussant les cotisations salariales et patronales (+0,1% par an) pour financer le retour à la retraite à 60 ans.  Dans un monde où l’explosion incontrôlée des dettes publiques entraîne une crise sans précédent, on ne peut pas présenter un projet avec 80 milliards d’euros de creusement de notre dette. Nos dépenses publiques sont déjà supérieures de 10 points à celles de l’Allemagne (56,2% du PIB contre 46,6 pour l’Allemagne en 2010). Ne prévoir aucune mesure de réduction des dépenses, c’est mener la France droit dans le mur.  Dans un monde ouvert où la fiscalité est un élément d’attractivité, on ne peut pas augmenter de 50 milliards les impôts alors que la pression fiscale est déjà 3 points plus forte en France qu’en Allemagne (43,5 pour la France et 41,1 pour l’Allemagne en 2009). 4/ La quatrième faiblesse du projet du PS, c’est le matraquage programmé des classes moyennes. On connaît le double langage habituel de la gauche : dans ses discours elle s’attaque aux Français les plus aisés, mais dans les faits, elle s’en prend aux classes moyennes qui paient toujours la note !  Ainsi, François Hollande nous explique qu’il va supprimer 29 milliards de niches fiscales… Mais il va falloir nous dire quelles seront les niches qu’on va supprimer : les dons aux associations ? la demi-part accordée aux personnes élevant seules un enfant ? les déductions pour les emplois à domicile ?  Il nous explique qu’il va fusionner l’impôt sur le revenu et la CSG… Cela semble inoffensif mais les Français doivent savoir ce que cela signifie concrètement. Pour fusionner l’IR et la CSG, il faut supprimer le quotient familial et le quotient conjugal.  Il nous explique que seuls les riches sont visés, mais il supprime l’exonération des heures supplémentaires. Il y a plus de 9 millions d’ouvriers, d’employés, de salariés qui ont profité de ce dispositif… Ce ne sont pas des « riches » ! 5/ La dernière faiblesse du projet de François Hollande, c’est l’incapacité à apporter des réponses crédibles aux préoccupations des Français. Sur tous les sujets cruciaux aux yeux des Français, les réponses de François Hollande sont des gadgets de communication qui n’auront aucun effet positif sur la vie de nos concitoyens :  Sur l’emploi. François Hollande veut créer 150 000 emplois jeunes, publics et précaires. 150 000 emplois publics, sans avenir, cela n’est pas à la hauteur du chômage des jeunes et du défi de l’emploi en général. Et la plus grande escroquerie concerne d’ailleurs bien la jeunesse : François Hollande nous a expliqué que c’était sa priorité numéro un ! Or dans son projet, il n’y a que des « mesurettes » pour la jeunesse (les emplois jeunes précaires). Pire, François Hollande s’attaque à la jeunesse, puisque c’est à elle que reviendrait la charge de payer la note de la hausse des déficits budgétaires et de l’augmentation du coût du financement des retraites. www.u-m-p.org 2


 Sur l’éducation. François Hollande veut recréer 60.000 postes sur 5 ans dans l’Education nationale, c’est 12.000 postes de plus par an, ça fait 0,2 poste en plus par établissement! C’est coûteux -7,5 milliards €- et inefficace.  Sur la sécurité. François Hollande promet le recrutement de 500 personnes dans la Police et la Gendarmerie… Cela veut dire qu’il y aurait environ 5 postes de policiers et/ou gendarmes en plus par département… Qui peut croire que cela va faire reculer la délinquance ? Et à quoi vont servir ces postes supplémentaires si, en parallèle, on supprime les sanctions (peines-plancher et rétention de sûreté) ?  Sur le logement. François Hollande veut doubler le plafond du livret A pour financer le logement social. En France, près de la moitié des détenteurs d’un livret A y ont déposé moins de 150 €, soit dix fois moins que le plafond autorisé. Doubler le plafond du livret A ne sert donc à rien, si ce n’est de permettre aux plus aisés de doubler la possibilité de défiscaliser une partie de leurs avoirs. En outre cette mesure n’entraînerait aucune construction d’HLM car les dépôts actuels sur le Livret A couvrent déjà 150 % des demandes de prêts pour construire des logements sociaux.  Sur l’énergie. François Hollande veut passer de 75% à 50% d’électricité produite par le nucléaire. Cala se traduirait par le plus grand plan social de l’Histoire de France (400 000 emplois menacés), et par une augmentation de 40 à 50% de la facture d’électricité.

En clair, les socialistes non seulement n’ont rien appris – ils rêvent toujours d’une économie administrée déconnectée du monde et font comme si la crise n’existait pas- mais en plus, ils n’ont rien oublié –ils continuent de recycler aujourd’hui les idées du siècle passé. C’est le signe d’un projet idéologique fidèle au petit catéchisme rose d’une gauche française qui est la dernière en Europe à ne s’être pas convertie à la social-démocratie. A l’inverse, ce sont le courage, l’esprit de responsabilité et le sens du réel qui caractérisent notre famille politique et le Président de la République.

www.u-m-p.org 3

Projet de François Hollande : l'imposture continue  

Argumentaire UMP - Projet de François Hollande : l'imposture continue

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you