Issuu on Google+

Leila Sadel

1, rue contrescarpe 33000 Bordeaux France . 00 33 6 99 60 75 99 . leilasadel@hotmail.com . www.leilasadel.fr


Leila Sadel

1, rue contrescarpe leilasadel@hotmail.com 33000 Bordeaux France www.leilasadel.fr T. 00 33 6 99 60 75 99 Née en 1985 à Casablanca (Maroc), vit et travaille à Bordeaux

Expositions / Résidences 2011-2012

• tracé(s), résidence Écritures de lumière, Artothèque - Les arts au mur, Pessac (France)

2010

• Tout ce que l’on fait est sur fond de silence, résidence/exposition, Le Cube - independent art room, Rabat (Maroc) • Jardins partagés, résidence/exposition avec le collectif Vous Êtes Ici, Paris (France) • Désir, exposition collective, Galerie des Beaux-Arts, Bordeaux (France)

2009

• Vue Intérieure, résidence/exposition avec le collectif Vous Êtes Ici, Paris (France) • Festival Big Up 2, exposition collective, Anglet (France)

2007

• One Night Stand, exposition collective, CAPC, Bordeaux (France)


Formation 2010

Formation Artiste professionnel : Développement de son activité (administration, communication, diffusion), bbb, centre régional d’initiatives pour l’art contemporain, Toulouse

2009 DNSEP École des Beaux-Arts de Bordeaux 2008 ERASMUS 6 mois en BA Fine Arts à Middlesex University,

Londres (Royaume-Uni)

2007 DNAP École des Beaux-Arts de Bordeaux (Mention) 2004 Baccalauréat Sciences économiques et sociales Bourse 2010

Soutien à la mobilité internationale des artistes et créateurs Aquitains, Conseil Régional d’Aquitaine


Paysage 1 collage, 2011

21 x 21 cm papier, impression, crayon


Un travail sur mon rapport à la langue arabe et sa persistance. Deux groupes de mots découpés quotidiennement dans des journaux marocains, disposés sur une table, témoignent de ma compréhension de la langue aujourd’hui et ce qu’il me reste de son apprentissage pendant l’enfance.

Ouvrage

installation, 2010 papier journal découpé nombre de mots et dimensions variables


Fantôme

Je rentre dans le salon. Il est assis juste en face de moi, sur une chaise pliante dont l’assise est tissée en nylon, pas très propre et usé. La télévision posée au sol à deux mètres de lui, peut-être trois. Je marche sur les lattes de parquet grossières et disjointes qui grincent à chacun de mes pas et qui rythment ma progression dans la pièce. Il ne me regarde pas. Je finis par m’appuyer sur la grande table recouverte d’un tissu vert pâle et à le regarder fixement sans faire de bruit. Son buste est droit, sa tête commence à pencher vers la droite. L’image en noir et blanc à la télévision saute de plus en plus vite et laisse finalement place à une neige hypnotique et un grondement provoquant la vibration des lattes de parquet.


Brisures

textes/dessins, 2010 •6 textes, 29,7 x 21 cm, impression •3 dessins, 21 x 29,7 cm, crayon sur papier


Cette bande sonore diffusée en boucle est une énumération d’énoncés de listes extraites de Notes de chevet de Sei Shonagon. Comme une continuité de mes recherches sur le fragment en littérature, Choses s’est imposée dans un contexte de résidence au lieu d’art Le Cube – Independent art room (Rabat, Maroc) comme une réponse à ma visibilité et lisibilité du Maroc aujourd’hui.

Choses

bande sonore, 2010 stéréo, 8’19’’ en boucle


De passage

photogaphies, 2010 4 photographies couleur, 30 x 20 cm


Série de photographies réalisée durant une résidence au lieu d’art Le Cube – Independent art room à Rabat, Maroc en juillet / août 2010. La série de photographies Détours rend compte d’une vision parcellaire et confronte des captations de mon quotidien à Rabat à des photographies de petits objets divers appartenant à ma famille lors de mon enfance passée au Maroc.

Détours

photogaphies, 2010 78 photographies couleur, 13 x 19 cm


Latence a été réalisée à l’occasion de l’exposition Jardins partagés avec le collectif Vous Êtes Ici, du 16 au 19 juillet 2010, dans trois jardins partagés du 19e arrondissement, à Paris. Il s’agissait d’une résidence de 10 jours permettant aux 7 artistes et designers intervenants de penser une exposition en fonction de la singularité des lieux.

Des vêtements éparpillés, disposés ici et là, de manière confuse, routinière, méthodique, méticuleuse, que l’on découvre en traversant les jardins, comme les restes fantomatiques d’une présence, d’une situation à laquelle nous n’aurons pas accès autrement que par l’imaginaire. L’installation Latence invite les promeneurs à prendre part à son existence et à alimenter les fictions qu’elle suscite. Latence

installation, 2010 •vêtements •chaussures •accessoires divers


Combien de temps s’est-il écoulé ? installation, 2010

•coiffeuse, 120 x 41 x 78 cm •photographies


Cette série de six dessins réalisée à partir d’images numériques trouvées sur internet, interroge notre perception face à une image réduite à de simples contours. Ces dessins dont les traits sont minimaux, cherchent à troubler notre discernement en le remettant en question.

Rochers

dessins, 2010 6 dessins, 24 x 18 cm crayon à papier sur papier photo mat


Ce triptyque photographique met en scène des personnages en situation d’attente ou de contemplation. Ils questionnent par leur présence le décalage qui se crée avec le paysage en arrière-plan.

Nuances

photographies, 2010 3 photographies couleur, 50 x 75 cm


Histoires sauvages a été réalisé à l’occasion de l’exposition Vue Intérieure avec le collectif Vous Êtes Ici, les 17, 18 et 19 avril 2009, dans quatre appartements de particuliers, à Paris. Il s’agissait d’une résidence de 5 jours permettant aux 8 artistes intervenants de penser une exposition en fonction de la singularité des lieux. Cette résidence aboutissait à une exposition ouverte au public.

Cette installation présente un diaporama de photographies de détails d’affiches prises dans le métro parisien pendant la résidence. Cette proposition permettait d’opérer une décontextualisation des images affiches par le prélèvement de détails ne pouvant faire référence à leur sens originel. Le regardeur se place ainsi comme le liant d’une narration qui s’offre à lui. Histoires sauvages diaporama, 2009

35 photographies couleur en boucle


Réminiscences a été réalisée à l’occasion de l’exposition Vue Intérieure avec le collectif Vous Êtes Ici, les 17, 18 et 19 avril 2009, dans quatre appartements de particuliers, à Paris. Il s’agissait d’une résidence de 5 jours permettant aux 8 artistes intervenants de penser une exposition en fonction de la singularité des lieux. Cette résidence aboutissait à une exposition ouverte au public.

L’installation Réminiscences, répartie dans les quatre appartements dédiés à l’exposition consistait en un remplacement des photographies représentant les locataires des appartements par mes propres photographies de famille.

Réminiscences installation, 2009

•30 photographies couleur, papier photo, formats variables •10 cadres, formats variables

Le regardeur au cours de sa visite, découvrait seulement dans une seconde lecture de ces espaces habituellement occupés, le portrait en creux, fondu dans le décor, d’une famille photographiée à différents moments de sa vie.


En y repensant, livre, 2009

Dans ce recueil regroupant 3 livrets : La chambre, Assise sur la table et Le parc, des récits en rapport à l’enfance se révèlent au fur et à mesure de la lecture.

contient 3 livrets de 8 pages format A5

Ce livre de quatre feuillets non reliées propose des prélèvements de souvenirs « fictionnalisés » n’ayant ni début, ni fin.

La plage livre, 2009 4 feuillets format A5

Chacune des pages de La plage, donne à lire un texte présenté sous forme de colonnes centrées, dont les paragraphes sont partiellement entrecoupés pour rythmer la lecture. S’opère ainsi un questionnement sur l’ordre établi et sur la mise en relation des différents textes.


C’était comme un morceau de bateau de croisière et ses milliers de hublots, déposé sur des piliers en béton alignés les uns à côté des autres.

Il se présentait face à moi telle une évidence.


Cette installation propose un agencement entre des photographies et des textes. Ces images et textes représentent des moments mais également des instants de vie. Ce travail traite des situations par leurs hors-champs, en abordant soit l’avant, soit l’après, créant ainsi des associations d’idées entre ce qui peut être vu et lu. L’installation se présente de manière à ce que les images et les textes puissent dialoguer et renvoient à une narration ouverte et libre. Ainsi, le dispositif propose une multitude de lectures.

Quelque chose comme installation, 2009

•33 photographies couleur, format A3 •25 textes, format A4 dimensions variables (en fonction du lieu)


Entre-temps, j’étais ailleurs. vidéo, 2009

couleur, sonore 2’30’’


Blur est une série de 27 dessins témoignant d’instants de déambulations liés à mon quotidien. Tel un journal intime, les instants se retrouvent ici figés, fragmentés, choisis. Ces dessins réalisés avec des feutres de couleur, représentent des objets ou des moments vécus, associés à des bribes de texte. Ses associations donnent lieux à des situations souvent ironiques ou humoristiques. A travers ces dessins se forme un répertoire de non-sens ou de sens à réinventer.

Blur

dessins, 2008 27 dessins, 29,7 x 21 cm feutres de couleur, papier


Apparaissant sous forme de sous-titres, des fragments d’intimité viennent interroger des images cinématographiques. Fragments cherche à brouiller les pistes en créant une perte de repères chronologiques, par des ellipses dans le récit. S’établit alors un jeu entre voyeurisme et confidences, laissant au spectateur le choix de créer ses propres connexions.

Fragments vidéo, 2008

couleur, sonore 5’50’’


Leila Sadel - Tous droits rĂŠservĂŠs www.leilasadel.fr


leilasadel_book_fr