Page 1

Lehaim     LE  MOIS  DE  NISSAN  

velivraha

N.255

5 Nissan 5774 / 5 Avril 2013

*  Durant  tout  le  mois  de  Nissan  on  ne  dit  pas   Tahanoune.   *  Durant  le  mois  de  Nissan  on  devra  réciter  la   Bircat  Haiilanot.  CeBe  bénédicDon  devra  être   récitée  le  plus  tôt  possible,  si  possible  avant   Pessah  sinon  jusqu’au  dernier  jour  du  mois  de   Nissan.     *  Durant  les  12  jours  du  mois  de  Nissan,  on   récite  le  Nasi,  le  passage  relaDf  aux  sacrifices   offerts  par  les  chefs  de  tribus  pour  inaugurer   le  Michkan.     *Même  si  on  n’a  pas  encore  jeBe  tout  le   Hamets,  on  peut  déjà  remplir  la  procuraDon   de  vente  du  Hamets  que  l’on  remeBra  a  un   Rav  compétent.     *La  veille  du  14  Nissan  on  fait  la  recherche  du   Hamets.   *Dimanche  13  Nissan  c’est  le  jeune  des   premiers  nés;  pour  en  être  dispense  on  devra   écouter  une  étude  portant  sur  la  conclusion   d’un  traite  talmudique.     *  Le  14  Nissan  au  maDn,  on  brule  le  Hamets.     *CeBe  année,  Pessah  commence  Lundi  soir,   14  Avril.         C’est en Nissan que   nous avons été délivrés

     

C’est en Nissan que nous seront délivrés !

Pas maintenant !!!

Un  Hassid  fut  reçut  par  le  Rabbi  en  entreDen  prive;     Le  Rabbi  demanda  des  nouvelles  du  Hassid  aussi  bien   matériellement  que  spirituellement  puis  ce  dernier  donna   une  certaine  mission  a  exécuter  au  Hassid.  Le  Hassid  baissa   les  yeux  et  s’excusa  de  ne  pas  pouvoir  accepter  :  «  Qui  suis-­‐je   pour  réaliser  une  telle  chose  ???  »  Le  Rabbi  lui  répondit  :  «  Ce   que  vous  dites  est  juste,  mais  pas  au  bon  moment  !  Etre   humble  est  certes  une  bonne  chose  mais  cela  ne  doit  pas   nous  empêcher  d’agir  pour  améliorer  le  monde,  c’est  plutôt   quand  le  Yetser-­‐Hara  se  présente  pour  nous  pousser  a  la   faute,  c’est  la  que  nous  devons  meBre  en  avant  cet   argument  ;  Qui  suis-­‐je  pour  aller  a  l’encontre  des   commandements  de  D…  ???  »  

Nous nous  souhaitons  PESSAH  CACHER  VESAMEAH     car  s’il  est  important  que  tout  soit  Cacher,     il  ne  faut  pas  oublier  la  joie  de  la  fête.  


Résumé de la Paracha Metsora *La Paracha  traite  du  rituel  de  purificaDon    de  la  personne  touchée  de  lèpre,  infecDon   de  la  peau  qui  affectait  celui  qui  s'était  rendu  coupable  de  médisance,  le  Lachon  Hara.     *Lorsque  le  lépreux  guérit,  il  doit  suivre  une  certaine  procédure,  coordonnée  par  un  Cohen.     *Le  rituel  meBait  en  jeu  2  oiseaux,  de  l'eau  vive  et  un  récipient  en  argile,  du  bois  de  cèdre,  un  fil     écarlate    et  un  brin  d'hysope.     *Les  oiseaux  symbolisent  par  leur  piaillement  la  tentaDon  du  verbe.     *Le  cèdre,  arbre  noble,  fait  référence  à  l'orgueil  qui  peut  amener  à  parler  sur  autrui.     *L'hysope,  simple  végétal,  enseigne  l'humilité  nécessaire  pour  ne  pas  refaire  la  même  erreur.     *En  fin  de  Paracha,  il  est  établi  les  lois  relaDves  à  d'autres  sources  d'impureté  rituelle  :  par  une     perte  de  maDère    séminale  pour  un  homme,  ou  par  le  cycle  menstruel  pour  une  femme.     *Pour  s'en  extraire,  la  personne  doit,  au  bout  d'une  certaine  période,  s'immerger  dans     un  Mikvé  ou  une  source  d'eau  naturelle

Le Lachon-Hara *Nos sages  nous  enseignent  que  celui  qui  dit     du  Lachon-­‐Hara  tue  trois  personnes;  Celui     qui  parle,  celui  qui  entend  et  celui  dont  on  parle.     *Si  nous  comprenons  aisément  la  gravite  des  deux  premiers,   pourquoi  le  troisième    est  il  responsable  ???     *En  réalité,  il  n’est  pas  écrit  qu’il  est  responsable,  mais  lorsqu’on  dit   du  mal  de  quelqu’un,  on  dévoile  le  mal  qui  est  en  lui  et  on   rapproche  donc  ceBe  personne  de  la  faute  !   C’est  dans  ce  sens  qu’on  le  tue.     *De  la  même  manière,  celui  qui  dit  des  compliments  sur  son  ami   dévoile  le  bien  qui  est  cache  en  lui  (car  chaque  juif  possède  de   nombreuses  qualités)  et  l’aide  a  s’améliorer  !     *Nos  maitres  nous  disent  que  celui  qui  entend  le  Lachon-­‐Hara  est   plus  responsable  que  celui  qui  le  dit;   1-­‐Parce  que  s’il  refuse  de  croire  ce  qu’il  entend,  ce  n’est  plus  du   Lachon-­‐Hara  (lui  et  celui  qui  a  parle  seront  dispenses).   2-­‐Celui  qui  sait  quelque  chose  a  du  mal  a  se  retenir,  il  est  presse  de   raconter,  la  langue  lui  brule,  ca  le  démange;  mais  celui  qui  ne  sait   pas,  n’a  aucune  raison  de  l’écouter  parler!     *Il  est  rapporte  que  celui  qui  dit  du  mal  d’un  autre  juif,  c’est  comme   s’il  se  plaignait  de  la  créaDon  de  D…     *Cela  signifie  que  la  phrase:  «  QUI  EST  COMME  TOI,  ISRAEL  »  est   fausse  !   Or  c’est  justement  ceBe  phrase  qui  est  inscrite  sur  les  Tefillin   d’Hachem  !!!     *Cela  revient  a  dire  que  les  Tefillin  d’Hachem  ne  sont  pas  Cachers  !         *Mais  le  plus  important  peut-­‐être  c’est  qu’en  disant  du  Lachon-­‐Hara   on  repousse  la  délivrance  .   Comme  Moche  qui  a  dit  a  Hachem:  

2 Nissan

Hilloula du Rabbi Rachab *Rabbi Chalom-­‐Dov-­‐Ber  est  le  fils  de  Rabbi  Chmouel     (Rabbi  Maharach).     *Il  est  le  père  du  Rabbi  précédent  (Rabbi  Yossef-­‐Ytshak).     *Il  est  considéré  comme  le  Rambam  de  la  Hassidout  car  tout  comme   Rabbi  Moche,  le  Rachab  était  très  concis,  clair  et  ordonne  dans  ses   enseignements.     • Il  est  ne  a  Loubavitch  le  20  Hechvan  1860.   • *En  1883  il  prend  la  tête  des  Hassidim.     *Il  décède  le  2  Nissan  1920  (a  l’âge  de  60  ans).     *  C’est  Rabbi  Chalom  Dov  Ber  qui  fonda  la  Yechiva  Tomhe-­‐Temimim.     *      *      *      *      *    

Avant de  fonder  la  Yechiva  Tom'hei  Temimim,  Le  Rabbi  Rachab,   fit  part  à  sa  mère,  la  Rabbanit  Rivka,  de  son  intenDon.     La  Rabbanit  lui  répondit  :  "  Les  repas  des  élèves  de  ceBe  Yechiva   ne  nous  poseront  pas  de  problème,  tous  ces  jeunes  se  serviront   dans  la  marmite  avec  laquelle  nous  cuisinons  la  nourriture  pour   notre  propre  famille.  Nous  ne  ferons  que  nous  servir  d'une   marmite  plus  grande.  En  revanche,  où  trouveras-­‐tu  les  âmes  de   ces  élèves  ?  "     Elle  se  demandait,  en  effet,  qui  accepterait  d'intégrer  une   Yechiva  aussi  stricte,  avec  une  discipline  intransigeante,  alors   qu'un  esprit  de  permissivité  s'installait  d'ores  et  déjà  dans  le   monde,  que  les  jeunes  gens  rechercheraient  de  plus  en  plus  la   culture  moderne.     On  sait,  en  effet,  que  le  Rabbi  Rachab  était  parDculièrement   exigeant,  envers  les  élèves  de  la  Yechiva.  Le  Rabbi  Rachab   répondit  à  sa  mère  :  "  Lorsque  les  âmes  apprennent  qu'il  y  a  un   endroit  dans  lequel  on  peut  étudier  la  Hassidout,  parole  du  D'   de  vie,  elles  sont  aqrées  d'elles-­‐mêmes  !  «       *      *      *      *      *  


Une seconde chance !!!

Moche était  un  homme  bon  et  

généreux. Il  aimait  les  moments  passes  a  étudier  la   Thora  et  surtout  si  c’était  en  compagnie   de  ses  enfants.   Mais  Moche  avait  un  gros  défaut,  il  était   très  préten>eux.   Ce  défaut  gâchait  tout  ce  qui  avait  de  bon   en  lui.   Il  lui  arrivait  souvent  de  s’emporter  des   que  son  honneur  était  touche.   Un  jour,  un  homme  se  rendit  au  Beth-­‐Din   afin  de  régler  un  différend  avec  une   personne  de  la  communauté.   Il  s’appelait  Yossef  et  craignait  que  le  Rav   ne  repousse  sa  demande;  et  pour  cause,  la   personne  qu’il  souhaitait  convoquer   n’était  nul  autre  que  Moche  un  des  plus   riches  de  la  ville  et  grand  donateurs  des   ins>tu>ons,  notre  Moche.  

Mais lorsque  Yossef  prononça  le  nom  de   son  «  adversaire  »,  le  Rav  ne  sourcilla   même  pas,  il  demanda  immédiatement  a   son  Chamach  d’aller  trouver  Moche  et  de   le  convoquer  pour  une  première   confronta>on.     Lorsque  le  Chamach  se  présenta  chez   Moche,  celui-­‐ci  le  reçut  avec  le  sourire   pensant  qu’il  venait  demander  une  aide   financière.,  mais  il  fut  bien  vite  mis  au   courant  de  la  véritable  raison  de  son   passage.   Il  s’emporta  comme  on  pouvait  s’y   aSendre:   «  Comment  ?  Moi  me  présenter  devant  ce   minable  de  Yossef  ??  Mais  pour  qui  me   prend-­‐il  ??  »   Le  Chamach  était  gêné  mais  il  devait   rapporter  ces  paroles  au  Rav.   Le  Rav  demanda  au  Chamach  de   retourner  voir  Moche  et  de  le  meSre  en   garde  conter  un  comportement  qui   pourrait  lui  couter  cher!   Le  Chamach  n’eut  pas  d  autre  choix  que   de  s’exécuter.  

Mais décidément,  Moche  n’était  pas  

dispose a  se  laisse  in>mider  par  Yossef.   Quand  le  Chamach  retourna  faire  son   rapport  au  Rav,  celui-­‐ci  se  leva  et  dit  au   Chamach  désabusé:   «  J’ordonne  a  Moche  de  se  présenter   immédiatement  au  tribunal  rabbinique;  et   s’il  refuse………………….il  le  regreSera!  »             Mazal  Tov  

Mais comme  on  pouvait  s’y  aSendre,  Moche  ne  

changea pas  d’idée  malgré  la  menace  du  Rav!   Le  Chamach  était  a  peine  sor>  de  sa  maison  qu’on     frappa  a  la  porte;  Moche  ouvrit  la  porte  avec  colère     pour  se  trouver  nez-­‐a-­‐nez  avec  des  soldats  du  roi  !!!     «  Es-­‐tu  Moche  ??  Nous  sommes  ici  sur  ordre  du  roi,     suis  nous  immédiatement,  nous  t’emmenons  en   prison.  »   oche  commençait  a  comprendre;  le  roi   «  Mais…mais….pour  quelle  raison  ?  »   n’acceptait  pas  qu’il  se  comporte  avec   Mais  les  soldats  se  contentèrent  de  le  >rer  avec   largesse  et  orgueil  faisant  ainsi  de  l’ombre  au   force  dans  la  calèche.   roi  !   Arrive  au  palais,  on  le  présenta  au  roi  qui  le  scruta   Mais  Moche  comprit  bien  vite  que  tout  cela   des  pieds  a  la  tête  puis  il  ricana  sournoisement  et   ne  pouvait  être  sans  rapport  avec  son  refus   lui  dit:   de  se  présenter  chez  le  Rav!   «  Alors  comme  ca  c’est  toi  !!   Il  était  évidemment  pour  lui  que  son  orgueil   Tu  pensais  que  je  te  laisserai  faire  sans  rien  dire  !  »   était  la  cause  de  tous  ses  tracas.   Mais  Moche  ne  comprenait  toujours  pas  ce  qu’on   Il  commença  instantanément  une  remise  en   lui  reprochait.   ques>on  en  profondeur;  il  réalisa  bien  vite   Il  n’eut  pas  longtemps  a  aSendre.   que  malgré  ses  connaissances  en  Thora,  son   «  J’ai  beaucoup  entendu  parler  de  toi  ces  derniers   comportement  n’était  pas  en  accord  avec  ce   temps,  je  pensais  que  tu  t’arrêterais  tout  seul  mais   que  la  Thora  demande.   je  vois  que  non,  je  suis  donc  oblige  de  te  jeter  en   Il  prit  sur  lui  de  changer,  regreSant  le   prison  et  de  te  confisquer  tous  tes  biens;  maisons,   manque  de  respect  envers  le  Rav  qui  n’était   bateaux,  richesses,  argent,  voitures….  Tout  ce  qui   pas  mérite.   étais  a  toi  est  maintenant  a  moi  !!!     Moche  fut  jeté  dans  une  cellule  ou  il  eut   Ca  t’apprendras  a  te  comporter  comme  si  c’était  toi   encore  du  temps  pour  parfaire  sa  remise  en   le  roi  !  »   ques>on.     Il  ne  ferma  pas  l’œil  de  la  nuit,  se  demandant  

M

Qui ca ???

Un grand   Rav   a*endait   avec   impa1ence   l’arrivée   de   sa   fille   et   de   son   gendre   qui   devaient   venir   passer   les   fêtes   de   Pessah   avec   eux   après   une   longue   période   de   sépara1on.   Ce   jour   la,   les   routes   étaient   encombrées   et  le  Tsadik    décida  de  ne  pas  perdre  de   temps,   il   s’enferma   donc   en   demandant   qu’on   le   prévienne   des   que   son   gendre   arriverait.   C’est  que  qu’on  fit.   Le  Rav  retourna  a  son  étude  et  les  heures   passèrent  sans  nouvelle.   Tard  dans  la  soirée,  la  famille  se  trouva  a   nouveau   réunit   et   on   envoya   quelqu’un   chercher  le  Rav.   La   personne   était   tellement   contente   d’annoncer   l’arrivée   des   invites   qu’il   rentra  en  courant  et  en  criant:  «  Ca  y  est,   ca  y  est,  il  est  arrive  !!!  »   En  entendant  ces  mots,  le  Rav  ne  pouvait   s’imaginer   qu’il   s’agissait   d’autre   chose   que   de   Machiah,   et   il   s’évanouit   aussitôt  !  

qu’allaient devenir  sa  femme  et  ses  fils.   Mais  il  fut  interrompu  au  milieu  de  ses   pensées,  c’était  un  soldat  qui  venait  le   chercher  car  le  roi  désirait  lui  parler.   «  Tu  as  de  la  chance  !  C’est  aujourd’hui  mon   anniversaire,  et  si    tu  promets  de  ne  plus   recommencer,  je  consens  a  te  laisser  une   seconde  chance.  »   Moche  n’en  revenait  pas,  l’enseignement   selon  lequel  tout  ce  qui  nous  arrive  est  le   reflet  de  nos  Mitsvot  lui  revint  en  mémoire.   Il  se  dépêcha  de  quiSer  les  lieux  mais  ne   rentra  pas  directement  chez  lui,  il  fallait   d’abord  régler  une  affaire  urgente.   Il  se  rendit  chez  le  Rav  afin  de  lui  demander   pardon  pour  sa  stupidité.   Son  pardon  était  sincère  et  le  Rav  le  savait;  il   accepta  donc,  tendit  la  main  a  l’homme  brise   pour  l’aider  a  se  relever  et  le  bénit  a   condi>on  qu’il  se  souvienne  toujours  de  ceSe   leçon!   Ce  n’est  pas  tous  les  jours  qu’Hachem  nous   donne  une  seconde  chance.   Bien  entendu  le  jugement  se  passa   normalement  et  Moche  accepta  de   dédommager  Yossef  sans  hésiter.           Ce  feuillet  est  dédicacé  pour  

L’élévaDon de  l’âme  de    


* La  Matsa  que  nous  mangeons  a  Pessah  représente  l’humilité,   contrairement  au  Hamets  qui  représente  l’orgueil.   La  seule  différence  entre  le  pain  habituel  et  la  Matsa,  c’est  que  la  pate  qui   sert  a  faire  le  pain  a  fermente,  c’est-­‐à-­‐dire  qu’elle  a  gonfle,  s’est  remplie   d’air,  alors  que  la  pate  pour  faire  la  Matsa  n’a  pas  eu  le  temps  de   fermenter,  elle  est  donc  plate.  (c’est  pour  ceBe  raison  que  nous  faisons   plein  de  trous  dans  la  Matsa,  pour  éviter  l’éventuelle  fermentaDon  !)     *C’est  la  même  chose  qui  se  passe  avec  les  personnes,  certaines  (qui   correspondent  au  pain)  sont  pleines  d’air,  elle  donnent  l’impression  d’être   bien  plus  que  ce  qu’elles  ne  sont  en  réalité,  alors  que  d’autres  personnes   (qui  correspondent  a  la  Matsa)  paraissent  telles  qu’elles  sont.     *Même  dans  le  mot,  nous  retrouvons  la  même  idée;   Le  mot  Matsa  et  le  mot  Hamets  sont  formes  des  mêmes  leBres  (Mem     Tsadik    )  mais  dans  le  mot  Matsa  nous  trouvons  un  HE  alors  que  dans  le  mot   Hamets  il  y  a  un  HETE.   Ces  deux  leBres  (HE  et  HETE)  se  ressemblent  beaucoup,  mais  le  HETE  est   ferme  de  tous  cotes  sauf  en  bas,  alors  que  le  HE  a  une  peDte  ouverture  vers   le  haut.     *Cela  signifie  que  celui  qui  est  orgueilleux  (HAMETS)  n’a  pas  la  possibilité  de   faire  Techouva  puis  tout  est  ferme  vers  le  haut,  il  n’a  aucun  moyen  de   s’élever  vers  Hachem  contrairement  a  celui  qui  est  humble  (MATSA)  qui   possède  une  peDte  ouverture  vers  le  haut  lui  permeBant  de  s’élever  vers   Hachem  et  de  revenir  vers  lui.     *Bien  entendu,  aucune  situaDon  n’est  définiDvement  perdue,  il  est  toujours   possible  de  faire  Techouva  mais  pour  cela,  il  est  impéraDf  d’éveiller  dans   nos  cœurs  le  senDment  d’humilité.   *  Dans  la  Thora,  la  fête  porte  le  nom  de  Ha  Hamitsvot    (la  fête  des  Matsot)   pour  souligner  le  mérite  des  Bne-­‐Israël  qui  sorDrent  d’Egypte  quand   Hachem  leur  en  donna  l’ordre  sans  s’inquiéter  de  ce  qu’ils  mangeront  dans   le  désert.       Par  contre,  les  Bne-­‐Israël  appellent  ceBe  fête  la  fête  de  Pessah,  meBant  en   avant  la  bonté  dont  Hachem  nous  a  graDfie  de  sauter  par-­‐dessus  les   maisons  juives  lors  de  la  plaie  de  la  mort  des  premiers-­‐nés.     *  Pessah  peut  aussi  se  lire:  PE  (la  bouche)      SAH  (qui  parle)   Une  des  Mitsvot    consiste  a  réciter  longuement  l’histoire  de  la  sorDe   d’Egypte  !     Même  si  des  Hahamim  sont  assis  ensemble  pour    le  Seder  et  qu’ils   connaissent  parfaitement  l’histoire,  ils  devront  s’entretenir  sur  ce  sujet.  

                          *L’interdicDon  de  consommer  du  Hamets  a  Pessah  est  différente   de  tous  les  autres  aliments  interdits  a  la  consommaDon.   D’une  part,  la  Thora  n’interdit  pas  uniquement  leur   consommaDon  mais  aussi  le  fait  de  le  posséder.   Ceci  s’explique  par  le  fait  que  toute  l’année,  le  Hamets  est   interdit,  donc  nous  ne  sommes  pas  habitues  a  nous  éloigner  du   Hamets  et  nous  risquons  donc  d’oublier  et  de  manger  le  gâteau   que  nous  trouvons  durant  Pessah.   Par  contre,  tous  les  autres  aliments  sont  interdits  toute  l’année   et  nous  sommes  donc  habitues  et  nous  ne  risquons  pas   d’oublier.     *  D’autre  part,  d’une  manière  générale,  lorsqu’on  jeBe  un  objet   avec  l’intenDon  de  s’en  défaire,  il  ne  nous  apparDent  plus.   Mais  a  Pessah  c’est  différent,  même  après  l’avoir  jeBe,  la  Thora   conDnue  de  le  considérer  comme  le  notre.   C’est  pourquoi,  une  fois  la  fête  commencée,  on  devra  bruler  tout   le  Hamets  trouve  en  notre  possession.       *  Enfin,  étant  donne  la  gravite  de  la  faute,  même  le  Hamets   ayant  appartenu  a  un  juif  pendant  Pessah  (volontairement  ou   involontairement)  sera  interdit  a  la  consommaDon  pas   uniquement  pour  le  propriétaire  du  Hamets  mais  pour  tous  les   juifs.  

Commentaires sur pessah

*Même une  personne  seule  devra  réciter  la  Haggadah  !     *Il  n’est  pas  suffisant  de  débarrasser  le  Hamets  de  la  maison;  c’est  surtout   dans  notre  cœur  qu’il  convient  d’éliminer  toute  trace  d’orgueil  !!!    

* Certains  ont  l’habitude  de  garder  du  Hamets  dans  des  placards,   mais  ceux-­‐ci    devront  être  fermes  et  disDncts  c’est-­‐à-­‐dire  qu’il   sera  écrit  sur  un  papier  «  Hamets  »  afin  de  nous  rappeler  a   l’ordre  en  cas  d’oubli.     *  Le  texte  d’annulaDon  du  Hamets  que  nous  disons  pendant  la   Bedikat  Hamets,  n’est  pas  suffisante  car  tout  le  monde  ne  sait   pas  forcement  comment  on    fait  (il  faut  savoir  certaines  choses   pour  que  l’annulaDon  soit  valable).   D’autre  part,  on  risque  (si  on  trouve  du  Hamets  pendant  Pessah)   de  revenir  sur  notre  décision  ,  et  dans  ce  cas,  le  Hamets   redevient  le  notre  et  nous  devons  le  bruler.     *Si  nous  trouvons  du  Hamets  pendant  Pessah,  nous  devons  le   bruler  sans  délai.   Si  c’est  Yom-­‐Tov,  nous  le  couvrons  jusqu’à  la  fin  de  Yom-­‐Tov  pour   le  bruler  ensuite  avec  la  bénédicDon  «  Al  Biour  Hamets  »  s’il  y  a   Kazait.   Mais  si  nous  trouvons  le  Hamets  après  Pessah,  il  faut  aussi  le     bruler  mais  SANS  bénédicDon.     *Le  ARI  ZAL  déclare  que  «  tout  celui  qui  se  garde  de  la  moindre   quanDté  de  Hamets  a  pessah,  on  lui  garanDe  qu’il  ne  fautera  pas   de  l’année  enDer  de  façon  involontaire.  »    

Metsora lehaim 5774  

Judaïsme, éducation juive, Torah, LEHAIM VELIVRAHA

Advertisement