Page 1

N.266

Lehaïm

GILAD

EYAL

#BringBackOurBoys

velivraha

‫ב״ה‬

NAFTALI

Korah 23 Sivan 5774 / 21 Juin 2014 Réalisé par Yaacov Berrebi . 054.700.73.67 https://www.facebook.com/groups/LeHaim.VeLivraha/

•Ce Chabbath nous bénirons le mois de Tamouz •Roch Hodesh tombera Chabbath et dimanche prochains (28 et 29 juin) •Ce Chabbath nous lirons le chapitre 3 de Pirké-Avot.

Entrée de Chabbath

Sortie de Chabbath

8:12 pm

9:21pm

A DEMAIN !!! il est ridicule de repousser les choses a demain

Feuillet aussi distribué par les FRENCH NESHEI CHABAD / NEW YORK 347-627-9209

alors que nul ne sait si demain nous appartient


Résumé de la Paracha Korah Korah, cousin de Moché, constitue un groupe de 250 protestataires en majorité des membres de la tribu de Réouven. Leur principal argument: « Tout le peuple est saint, Moché et Aharon n’ont pas à se placer au-dessus du peuple ! » Moché annonce le lendemain que D… fera savoir celui qu’il a choisi. D… décide de punir tout le peuple et Moché intercède en leur faveur; seuls les fautifs seront punis. La terre s’ouvre et engloutit Korah et ses acolytes ! Cette nouvelle tragédie soulève le peuple contre Moché. D… décide à nouveau d’anéantir tout le peuple ! La mort commence à frapper dans le camp. Sur le conseil de Moché, Aharon prend un encensoir, se place entre les morts et les vivants et arrête ainsi l’hécatombe. 14700 personnes périssent. La préséance liturgique d'Aharon est encore confirmée par le fait que seul son bâton fleurit, au milieu de celui de chacun des princes des tribus. L’élection des Levi et des Cohanim en fait ne les place pas au-dessus du peuple mais à son service. Leur statut leur confère certes des privilèges mais surtout des exigences. Pour cela, la Torah rappelle d’une part leurs devoirs mais d’autre part elle détaille toutes les offrandes qui leur sont octroyées. Les Levi n’auront pas droit au partage des terres. Ils auront droit au « Maasser » après avoir donné la « Térouma » au Cohen.

commentaires sur la Paracha de Korah One Ben Pellet faisait partie des 250 hommes qui entouraient Korah. Bien qu’il fut entraîné par Korah, il fut le seul à avoir été sauvé. Nos sages attribuent son sauvetage à son épouse. En effet, elle sut expliquer à son mari que dans tous les cas (que Korah gagne ou non) lui, ne serait toujours que l’élève (d’Aaron ou bien de Korah ). Mais One dit à sa femme qu’il ne pouvait pas faire marche arrière car il avait fait serment de rester solidaire jusqu’à la fin. Sa femme mit donc au point un stratagème, elle lui servit un bon repas avec du bon vin, si bien qu’il ne tarda pas à s’endormir. Quand ses acolytes vinrent le chercher pour leur réunion, sa femme était assise dehors, et se découvrit les cheveux. En voyant cela, les autres retournèrent sur leurs pas. Pourquoi était-il tellement grave qu’elle se soit découvert les cheveux? Il est rapporté dans le Talmud que Kimhit eut le privilège de voir plusieurs de ses enfants Cohen-Gadol par le mérite que « jamais un seul mur de sa maison ne vit sa chevelure ! » Si se couvrir les cheveux donne droit à des enfants Cohen-Gadol, le fait de se découvrir les cheveux empêche donc que ses enfants soient Cohen-Gadol !!! C’est pourquoi, en voyant la femme avec les cheveux découverts, ils renoncèrent à s’associer à un tel homme puisque de toute façon il ne serait jamais choisi ! Korah se révolta contre Moché et Aaron après la nomination de Elitsafane ben Ouziel. Mais la révolte eut lieu bien après la nomination. Pourquoi Korah attendit-il si longtemps avant de se révolter? Tant que les Bne-Israël vivaient dans la largesse et la paix, Korah n’avait aucune chance de réunir des gens contre Moché Rabbenou. Mais quand les crises se suivirent (la plainte car ils n’avaient pas de viande et la punition qui suivit - les explorateurs et les morts qui s’ensuivirent) le peuple perdit confiance et foi en Moché, et Korah en profita pour agrandir le fossé. La dispute de Korah est le symbole de la dispute qui n’est pas dirigée vers Hachem (Léchem Chamayim). Car même au sein de leur communauté ils n’étaient pas unis sincèrement. Et même s’ils s’était donné la main contre Moché et Aaron, ils n’étaient pas unis les uns avec les autres puisque leur volonté à chacun était de devenir soi-même le remplaçant d’Aaron, ils étaient donc des concurrents les uns des autres.

Le texte dit : « Moché entendit la chose et tomba à terre ! » Qu’entendit Moché qui provoqua cette réaction? Moché entendit que Korah et ses amis le suspectèrent de s’être laissé aller à la débauche (arayot)! Car en déclarant « Nous sommes tous saints » Korah signifiait « Nous, nous sommes saints » sous entendu « mais toi non !! » Or on sait que le contraire de la Kedoucha c’est la débauche !!! Lorsqu’une personne cherche querelle pour de fausses raisons, lorsque cette même personne est aveuglée par le désir d’honneurs, de célébrité et d’argent, elle ne se rend pas compte que ses arguments sont diamétralement opposés à la vérité ! Ainsi, Korah avance que Moché cherche à s’élever au dessus de tous les autres alors que la Thora même déclare que Moché était le plus humble de tous les hommes sur la surface de la terre !!!

La personne qui cherche à semer la Mahlokete n’a pas besoin de raison, peu importe ce que fait ou ne fait pas le Tsadik, il y aura toujours quelque chose à redire. Nous voyons que Korah accusa Moché, ils argumentèrent que Moché était trop détaché du peuple puisqu’il passait tout son temps à étudier! Cela aurait pu être acceptable, mais dans le même temps, Korah se plaint que Aaron est trop proche du peuple et qu’il n’étudie pas suffisamment la Thora!!! Nous voyons donc que ce n’est pas la vérité qui intéresse Korah et ses amis mais uniquement de causer du tort à Moche et Aaron. De même, on raconte que Moché avait un âne, et lorsqu’il devait se déplacer avec sa famille, il était embarrassé: S’il montait sur l’âne avec sa famille, on lui reprochait de faire souffrir l’animal ! S’il montait seul on lui reprochait d’être égoïste! S’il faisait monter sa famille et marchait à pieds, on disait de lui qu’il se fait guider par sa femme ! Et s’il décidait de faire marcher tout le monde, on rigolait de lui qui avait un âne mais qui malgré tout ne s’en servait pas ! C’est là, la méthode des querelleurs de tous les temps. La punition de Korah et ses amis fut d’être avalés par la terre. Par là s’accomplit la promesse de k nos sages: « Tout celui qui désire s’élever au-dessus des autres, Hachem le rabaissera! Et comme Moché se considérait comme la poussière de la terre, Hachem n’eut pas d’autre choix que de les descendre en-dessous du niveau de la terre !


Double Sauvetage !!! Quand Yaacov Hoffman, élève d’une Yechiva « lithuanienne » se fiança à Cheina Braha Zonnenfeld, issue d’une famille Loubavitch, il fut très étonné quand le directeur de sa Yechiva Rav Grinbaum lui demanda toutes sortes de détails sur sa belle-famille et promit de lui raconter une histoire les concernant, lors du repas des Cheva Bérahot, après le mariage… Il y a un peu plus de huit ans, Rav Grinbaum décida d’avoir une Yechiva en étage, tandis qu’il habitait avec sa famille au rez-dechaussée. En 1996, il emménagea dans un bâtiment plus grand car il ne voulait pas refuser d’étudiants qui voulaient s’inscrire dans sa Yéchiva qui rencontrait un succès grandissant. Mais son épouse avait du mal à supporter cette situation : « Nous n’avons plus de vie de famille, nous sommes constamment en contact avec la Yéchiva et je n’en peux plus ! » Rav Grinbaum tenta de lui expliquer l’importance de l’éducation, combien sa tâche était vitale et permettait de sauver des vies, physiquement et spirituellement, mais elle ne voulait plus continuer à vivre ainsi. Ils décidèrent de prendre une journée de repos et de se promener dans le Parc Hayarden pour prendre leur décision dans le calme. Ils s’assirent au bord du fleuve, non loin d’une famille nombreuse qui avait, comme eux, voulu profiter de quelques moments de loisir. Tandis qu’ils discutaient à tête reposée, Rav Grinbaum remarqua soudain des mouvements inhabituels dans le fleuve : Un enfant – de fait presqu’un bébé – se débattait dans l’eau. Sans hésiter, il plongea tout habillé et parvint à rattraper la fillette de deux ans qu’il ramena sur la berge, vraiment de justesse. Il lui fit rejeter toute l’eau qu’elle avait avalée et c’est alors que la famille auprès de lui comprit ce qui s’était passé : Un des enfants qui avait été confié à la garde d’une grande sœur avait échappé à sa surveillance et, sans l’intervention de Rav Grinbaum, le pire serait arrivé ! Affolés, les parents récupèrent leur fillette et réalisèrent que Rav Grinbaum lui avait sauvé la vie. Comment le remercier ? Quant à lui, il était maintenant obligé d’attendre que ses vêtements sèchent sur un arbre. Ne sachant comment le remercier, Mme Zonnenfeld eut une idée et lui dit : « Vous avez sauvé la vie de ma fille et je voudrais vous offrir ce que j’ai de plus précieux ! » Elle sortit de son portefeuille une coupure d’un dollar, le dernier dollar qu’elle avait reçu du Rabbi le 12 Chevat 1991. Rav Grinbaum n’était pas un Hassid de Loubavitch et ne comprenait pas ce que cela signifiait. Elle lui expliqua : « C’est ma façon à moi de vous remercier ! » Il réfléchit et remarqua: « Vous savez très bien que vous ne recevrez plus un autre dollar du Rabbi ! Vous devriez le garder ! »

Ce feuillet est dédié Pour la libération rapide et en bonne santé de

NAFTALI BEN RAHEL DEVORA GUILAD MICHAEL BEN BATGALIM EYAL BEN IRIS TECHOURA

Mais elle insista : « Malgré cela, je veux vous le donner ! » Emu, Rav Grinbaum comprit alors que ce qui venait de se passer prouvait la justesse de la mission qu’il avait entreprise : En se rendant au parc, il avait regretté de ne pas avoir un Rabbi auquel il pourrait demander un avis, un conseil, une directive quant au dilemme qui se posait à lui : Continuer à diriger la Yechiva ou prendre un travail moins envahissant ? Il avait imploré D.ieu de lui donner un signe pour prendre une décision que ni lui ni sa femme ne regretteraient… « Bref, après cet incident mouvementé, je demandai à mon épouse: « As-tu encore un doute quant à l’importance de notre mission ? Là, j’ai sauvé un enfant de la mort physique ! » Elle répondit : « Non, bien sûr! Après un tel signe du ciel, il est évident que tu dois continuer à t’occuper de sauver des enfants spirituellement ! » Une fois qu’il eut terminé son histoire, Rav Grinbaum sortit de son porte-monnaie le dollar qu’entre-temps il avait fait plastifier. Il le montra à tous les convives et annonça : « C’est l’objet le plus précieux que je possède – et qu’en fait nous possédons ! Grâce au sauvetage de cette petite fille et au dollar que m’a donné sa mère, notre Yechiva a pu continuer et s’est développée… « Et le jeune marié Yaacov Hoffman dont nous fêtons le mariage aujourd’hui a étudié dans notre Yechiva. Et il a épousé une fille de cette famille Zonnenfeld ! Je sais qu’il s’agit de cette même famille puisque, sur le dollar, elle avait écrit son nom : « Hanna Zonnenfeld – 12 Chevat 1991 ! » « C’est pourquoi j’avais demandé à Yaacov Hoffman de nombreux détails sur sa future belle-famille et maintenant toutes les pièces du puzzle sont réunies : Il a de fait étudié dans notre Yechiva grâce au mérite de sa bellemère qui m’avait donné le dollar qui nous a encouragé à poursuivre notre œuvre éducative ! Mazal Tov ! »

Ce feuillet est dédié Pour la guérison rapide et complète de

HAFSEYA GUILA BAT MAZAL TOV


Pirke-Avot Chapitre 3 Michna 7 « Celui qui s’interrompt durant son étude et déclare: « Que cet arbre est beau ! » se met en danger !» Lorsque le moment arrivera de rendre des comptes pour nos actions sur cette terre, lorsqu’on nous demandera pourquoi nous n’avons pas étudié toute la journée, il sera alors possible de répondre que nous sommes des êtres humains et que nous devons gagner notre vie pour nourrir notre famille. Cet argument sera accepté par le tribunal céleste car Hachem sait combien il est difficile de gagner sa vie. Mais si la raison de l’interruption de cette étude est simplement de contempler un bel arbre, il est plus que probable qu’Hachem n’accepte pas cette excuse !!! Lorsqu’on est en train de faire une Mitsva, il ne faut rien faire d’autre car tout travail étranger (même pour une Mitsva ou une chose Kadoch) sera considérée comme « Avoda Zara » qui se traduit comme « travail étranger ». Il en va de même de celui qui étudie en plein milieu de la Tefila ou pendant la lecture de la Thora ! Même si contempler les merveilles de la création est une Mitsva en soi, cela ne peut être comparé à l’étude de la Thora!

Tefila « Hamehine Mitsadé Guavere» « Celui qui prépare les pas de l’homme »

Cette bénédiction comme toutes les autres est un remerciement à Hachem qui nous donne la force de marcher pour nous déplacer dans différents endroits selon notre volonté et nos désirs. Ne nous trompons pas, même s’il nous paraît parfois (ou souvent) que ce sont nos décisions qui déterminent nos choix, il n’en est rien; C’est en réalité Hachem qui décide et qui fait en sorte que nous nous retrouvions dans tel ou tel endroit. L’endroit où nous nous trouvons attend que nous remplissions notre mission.

C’est un petit peu comme si le roi offrait à un de ses ministres une belle couronne ornée de diamants, le tout accompagné d’un joli bouquet de fleurs, et que le ministre vante la beauté du bouquet de fleurs, cela serait très mal pris par le roi!!!

Jamais l’homme ne se trouve dans un endroit sans qu’il n’y ait de but précis (soit donner soit recevoir !)

Un jour, après le décès du Rabbi de Kouvrine, un homme rendit visite au Rabbi de Kotsk. Ce dernier demanda à l’homme: « En quoi ton maître était-il particulier ??? » L’homme répondit: « Quand il faisait une chose, rien d’autre ne comptait pour lui à ce moment ! »

Il arrive parfois qu’Hachem nous fasse une grande faveur et qu’Il nous dévoile la raison de notre passage dans tel ou tel endroit, mais la plupart du temps, cette raison reste cachée.

L’homme est comparé à un arbre des champs, et cette Michna peut donc être lue de la manière suivante: « Celui qui s’interrompt pendant son étude et dit: « Que je suis intelligent …. » Au lieu que son étude ne le mène à la soumission pour Hachem, à l’humilite … au contraire, pour lui elle sera source d’orgueil. C’est en cela qu’il agit mal !

Il se peut qu’une âme descende sur terre durant 70 ou 80 ans juste pour faire une faveur a un juif, matériellement ou spirituellement !

Le Talmud nous enseigne qu’Hachem nous dirige là où nous souhaitons nous rendre; cela signifie que si une personne souhaite réellement faire Techouva, aller à des cours de Thora, Hachem l’aidera à y parvenir; mais s’il souhaite Has Vechalom se rendre dans des endroits peu fréquentables, c’est encore une fois Hachem qui nous y aidera ! Etre mécontent de la situation dans laquelle on se trouve revient à oublier que c’est Hachem qui nous y a mis !!

A l’autre bout de la ville !!! Rien d’autre !!! Parmi les très nombreuses personnes à avoir été reçues par le Rabbi, un sentiment commun se dégage de tous les entretiens: C’est le sentiment que lorsqu’on se trouve devant le Rabbi pour lui exposer nos soucis, qu’il n’y a plus rien d’autre qui ne compte pour le Rabbi si ce n’est la personne qui se trouve devant lui !

Le Talmud raconte qu’un grand Rav demanda un jour à une vieille dame de sa communauté: « Quelle Mitsva particulière accomplis-tu, qui t’a donné pour récompense de vivre tellement longtemps ??? » La femme répondit au sage que c’était par le mérite des pas en direction de la synagogue! En effet, bien qu’elle avait une synagogue proche de son domicile, elle traversait chaque semaine la ville pour se rendre dans une synagogue très éloignée.

Lehaim Korah 5774  

Education, torah, HASHEM, Rabbi, 770, Hassidout, Lehaim Velivraha 5774 !! #BringBackOurBoys