Page 1


2 sommaire

ser le i l a t i v e R nd a i r B r u secte page 20

ion s s a p a L atures i n i m s de page 30

issage t n e r p p L’a rrain e t u d e gagn page 8

vivre à Mulhouse 4

Express Elections régionales les 14 et 21 mars

6 Environnement Le bio a la cote au marché du canal couvert 7

Commerce Bistrots de quartier, bistrots de proximité

mulhouse.fr Directeur de la publication : Jean-Marie Bockel. Rédactrice en chef : Anne-Catherine Dujardin. Coordination de la rédaction : Chantal Jégou-Grain, tél. 03 89 32 58 58. Rédaction : Sandra Cathelin, Simon Haberkorn, Norbert L’Hostis, MH Schmitt, Dominique Thomas, Marc-Antoine Vallori. Photos : Thomas Itty, Catherine Kohler, Norbert L’Hostis, Christophe Schmitt. Régie publicitaire : Marion Bloser, Ville de Mulhouse, tél. 03 69 77 66 02. Réalisation : Scoop Communication, 585, rue de la Juine - 45160 Olivet. Impression : L’Alsace. Tiré à 59 000 exemplaires, sur papier recyclé. Distribution : Ville de Mulhouse. Dépôt légal : 1er  trimestre 2010. N° ISSN : 015 10.754. Publication mensuelle.

vous faites Mulhouse

10 Perspectives La bonne santé du Centre hospitalier et des cliniques mulhousiennes

28 Associations  rands garçons et petites voitures G

32 Près de chez vous Fonderie : rendre visibles les talents du quartier Drouot-Barbanègre : un nouveau stade Cité-Briand : les jeunes font leur télé Vauban-Neppert-SellierWaldner : les Jardins Neppert se construisent Europe-Bassin-Nordfeld : la grande famille de l’AGF

Vie de la Ville

14 Ariane convie de jeunes Européens à Mulhouse

8 économie-emploi L’apprentissage gagne du terrain

L’Écho mulhousien - Mairie de Mulhouse, BP 10020, 68948 Mulhouse cedex 9.

agir pour Mulhouse

15

 révenir les traumatismes P auditifs chez les jeunes

16

 réquentation en hausse pour F les musées du Sud Alsace

18

Diversité : dépasser les préjugés

20 La revitalisation du secteur Briand en marche 22 Accompagner les sportifs de haut niveau 24 Conseil municipal La fiscalité contenue 24 Temps forts 26 Expressions politiques

Imprimé sur papier recyclé

L’écho Mulhousien N° 321 mars 2010

30 Seniors C  es accrocs aux clubs de forme


3

se Mulhou t » h « By nige 36 pag

sortir à Mulhouse 36 Loisirs A la découverte de Mulhouse « by night » 37 Festival : la culture en mouvement

38 Emily Loizeau à la Semaine de la chanson 40

Agenda

44 Histoire Maison Mieg : des murs chargés d’histoire 46 Culture régionale Les trésors de DMC aux Archives municipales 47

Détente Recette Mots croisés

Vous ne recevez pas régulièrement l’Écho mulhousien ? Téléphonez au 03 89 32 68 28 (Valérie Holtzer)

Des priorités, un environnement, un budget

C

omme chaque année vos élus votent, ce mois-ci, le budget pour l’année 2010. Un budget n’est pas une fin mais le moyen pour mettre en œuvre une politique. A partir des priorités du mandat, établies en 2008, nous déclinons nos objectifs et réajustons chaque année notre feuille de route, en tenant compte de l’évolution des besoins et des ressources à notre disposition. Poursuivre la Renaissance de la ville en l’adaptant aux enjeux de demain tout en maintenant voire renforçant le niveau de qualité des services offerts aux Mulhousiens au quotidien est notre objectif. Ainsi notre politique de renouvellement urbain se poursuivra-t-elle en 2010. Ville centre d’une agglomération rassemblée, Mulhouse doit aussi veiller à son rayonnement par le renforcement de son centre-ville. C’est l’opération Mulhouse Grand Centre qui s’engage. Nous aurons l’occasion de vous associer à ce projet. Dans un environnement difficile (une crise financière lourde et pénalisante pour tous, des moyens financiers contraints), faire des choix s’avère toujours délicat. La majorité municipale les assume. Faire plus avec moins n’est pas possible, et dire le contraire est une posture facile quand on n’est pas en responsabilité. En 2010, comme en 2009, nous faisons donc le choix de poursuivre notre politique d’investissements en engageant de nombreux travaux. Nous veillons à gérer de façon rigoureuse nos dépenses de fonctionnement, pour l’essentiel incompressibles. Nous préparons la sortie de crise. Les Mulhousiens attendent des services de qualité. Nous nous efforçons de répondre au mieux à ces besoins, en ne négligeant aucun aspect des politiques municipales (éducation, solidarités, sport, culture, personnes âgées, handicap, sécurité…). Nous menons ces politiques en ayant à cœur de ne pas alourdir la charge qui pèse directement sur les foyers. Nous gardons le cap. Nous partageons avec vous cette volonté de faire de Mulhouse une ville toujours plus agréable à vivre. C’est notre engagement, c’est notre ambition et notre devoir.

Jean-Marie Bockel Maire de Mulhouse

jean-marie.bockel@ville-mulhouse.fr L’écho Mulhousien N° 321 mars 2010


4

vivre à Mulhouse express

ANI M A T I O N

Premier salon de l’immobilier n Le premier salon de l’immobilier se déroulera les samedi 13 et dimanche 14 mars au Parc expo. Une trentaine d’exposants privés et institutionnels sont annoncés pour donner aux particuliers l’occasion de concevoir leur projet dans sa totalité. Aux offres des promoteurs et constructeurs s’ajoutent les propositions des organismes bancaires ainsi que des ateliers et des conférences sur la basse consommation et la défiscalisation par exemple.

Salon de l’immobilier du Haut-Rhin. Samedi 13 et dimanche 14 mars de 10h à 18h au Parc expo. Entrée libre.

Un salon de l’immobilier pour donner aux particuliers l’occasion de concevoir leur projet dans sa totalité.

éLECTIONS

On vote pour les Ré Dimanches 14 et 21 mars, les 55 000 électeurs mulhousiens sont invités à élire leurs représentants à la Région.

L

es élections régionales se dérouleront les dimanches 14 et 21 mars prochains. Les Mulhousiens, comme l’ensemble des électeurs haut-rhinois, désigneront leurs vingt représentants au conseil régional, qui compte 47 membres (27 élus pour le Bas-Rhin et 20 pour le Haut-Rhin). 11 listes sont en lice pour le premier tour. Seules celles qui obtiendront plus de 10 % des suffrages le dimanche 14 mars pourront se maintenir au second tour, et éventuellement fusionner avec les listes ayant obtenu au moins 5 % des suffrages. A Mulhouse, les 64 bureaux de vote seront ouverts de 8h à 18h les dimanches 14 et 21 mars. Tous seront équipés de machines à voter. Les personnes malvoyantes peuvent d’ores et déjà se signaler par téléphone au service des Elections, afin que le service prépare les casques audio à l’avance dans les bureaux de vote dans lesquels elles sont inscrites. Il en est de même pour les électeurs mulhousiens ayant du mal à se déplacer (personnes handicapées ou âgées), la Ville assurant un service de transport vers les bureaux de vote.

TRA N S P O R T S

EuroAirport : 10 nouvelles destinations n Malgré une année 2009 difficile, marquée par une baisse du trafic passagers de 9,6 % (3,85 millions de passagers contre 4,26 millions en 2008) dans un contexte de crise économique, l’EuroAirport affiche ses ambitions pour 2010. A partir de l’été prochain, 10 nouvelles destinations seront proposées : Ajaccio, Nantes, Split (Croatie), Thessalonique (Grèce) avec EasyJet ; Lac Balaton (Hongrie) et Venise (Italie) avec Danube Wings ; Tel Aviv (Israël) avec Israir ; Catania (Italie) et Ibiza (Espagne) avec Air Berlin ainsi que la ville d’Oran (Algérie) avec Aigle Azur. Le nombre de vols à l’intérieur de l’Hexagone et vers la Turquie sera par ailleurs renforcé. L’EuroAirport table sur une reprise du trafic passagers de 5 % et une croissance « modérée » des activités fret (- 16 % en 2009). 2010 sera marquée par la rénovation des halls 2 et 3 de l’ancienne aérogare et les travaux préparatoires à la rénovation de la piste principale prévue en 2011. L’EuroAirport poursuit également ses réflexions sur la construction d’un nouveau complexe hôtelier et sur son raccordement ferroviaire.

L’écho Mulhousien N° 321 mars 2010

L’EuroAirport table sur une reprise du trafic passagers de 5 % en 2010.


5 MUSIQUE

La pop de Weekend on Mars n Le dernier album du groupe de la région mulhousienne Weekend on Mars, Rumors on the town, propose 12 titres pop rock, exclusivement en anglais, portés par la voix féminine de Deby May qui croise celle de Jay Blake. Cet auteur-compositeur signe également la production de cet album arrangé par Mario Tardio. Avec Rumors on the town, le groupe invite à « un voyage inattendu dans une dimension d’élégance, d’harmonie et de force… » Renseignements : www.weekendonmars.com

gionales

Ev énement

Pour l’égalité des choix et des droits

Les bureaux de vote seront ouverts les 14 et 21 mars de 8h à 18h.

Enfin, l’électeur mulhousien indisponible les 14 et/ou 21 mars peut voter par procuration. Il doit pour cela se rendre au commissariat central ou au tribunal d’instance de son lieu de résidence ou de travail avec une pièce d’identité. Il devra préciser dans un formulaire particulier les informations nécessaires sur son mandataire (électeur choisi pour voter à sa place). Celui-ci doit être inscrit à Mulhouse mais pas obligatoirement dans le même bureau de vote. Service des Elections, tél. : 03 89 32 58 58 (postes 5186, 7849 ou 7850).

30 000

C’est le nombre de spectateurs venus assister à la 57e édition du Carnaval de Mulhouse, du 19 au 21 février. Durant ces trois jours de fête, cavalcade et Guggenmusik ont ravi petits et grands, déguisés ou non.

n Comme chaque année le 8 mars, le Centre d’information sur les droits des femmes et des familles (CIDFF) se mobilise lors de la Journée internationale des femmes. « Le message est de ne pas se laisser verrouiller par des représentations de schémas imposés par la société », explique Claudine Keller, directrice du CIDFF. Ainsi le centre s’implique-t-il cette année dans une sensibilisation aux métiers de la métallurgie pour les femmes en organisant une visite du Centre de formation des apprentis pour des jeunes filles des quartiers Drouot et Coteaux, une intervention auprès des étudiants de la Fonderie sur le thème du féminisme avec l’association TerrEsstre (1), ainsi qu’un forum

d’échanges le 11 mars pour réfléchir à l’art de concilier vie de femme et travail au Centre socioculturel Papin. CIDFF : 03 89 60 45 43. TerrEsstre : 06 10 99 02 17. Centre socioculturel Papin : 03 89 42 10 20.

Un forum d’échanges sera consacré à l’art de concilier vie de femme et travail.

En bref … Multimédia. Fête de l’Internet Le samedi 27 mars, l’Espace multimédia sera gratuit pour tous, de 10h à 17h, à l’occasion de la fête de l’Internet. Au programme : découverte de toutes les alternatives du Web 2.0 et des espaces communautaires sur Internet, les espaces d’échanges de musique, la communication via Skype, les relations sociales sur la toile (facebook, twitter…), la découverte du Passeport Internet Multimédia, les moyens de retouches et d’échanges de photos, les jeux en réseau. Sémaphore, 7-9 rue du Moulin, Tél. : 03 89 33 55 00

CCI. Jean-Pierre Lavielle élu président Les chefs d’entreprises qui dirigent la Chambre de commerce et d’industrie Sud-Alsace Mulhouse ont élu Jean-Pierre Lavielle à la présidence de la CCI. Docteur-ingénieur en chimie, il a notamment dirigé la société Clariant à Huningue, de 1988 à 2000. Daniel Colombina lui succède au poste de vice-président de la CCI.

L’écho Mulhousien N° 321 mars 2010


6

vivre à Mulhouse environnement

TEND A N C E

Au marché du canal couvert, le bio a la cote Dans la halle du marché du canal couvert, un pôle est occupé par des commerçants qui proposent uniquement des produits biologiques. Un gage de qualité pour les consommateurs et une valeur ajoutée pour le plus gros marché de l’Est de la France.

“ L

es produits bio ? J’en achète dès que c’est possible. Je suis sûr qu’ils sont sans pesticides et donc bien meilleurs pour la santé. Et puis le goût n’a rien à voir ! » Pour Monique, une Mulhousienne retraitée croisée dans les allées du marché, le bio s’impose comme le meilleur choix. Un seul reproche : le coût. Certains produits sont en effet au moins 20 % plus chers… « Il y a toujours un surcoût sur les produits bios, c’est inévitable, dit Christine Quesnot, qui tient La fromagerie Saint-Nicolas dont le stand s’est dédoublé pour proposer plus de produits bios. Du coup, nous faisons un effort en réduisant nos marges au strict minimum. » Malgré le prix, la demande de produits bios ne cesse de progresser. « Ces derniers temps, on constate une augmentation de la demande pour les produits bios qui va de pair avec un rajeunissement de la fréquentation sur l’ensemble du marché », explique Marc Wurtz, le président de l’Association des commerçants du marché. « La demande de produits biologiques en Alsace existe depuis longtemps, souligne Christine Quesnot. La région a été pionnière dans ce domaine, sans doute à cause de la proximité avec l’Allemagne et la Suisse, où le bio est implanté de longue date. » Fraîcheur et conseils Désormais, les produits bios ont investi les étals des supermarchés et de nombreux magasins consacrés exclusivement au bio ont ouvert leurs portes un peu partout. Les commerçants du marché jouent eux la carte du conseil et de la fraîcheur pour faire venir les amateurs de produits sains. « Tous nos fruits et légumes sont frais, contrairement à ceux

La demande de produits bios est en hausse constante depuis plusieurs années.

que l’on peut trouver dans les supermarchés », elle augmente de près de 15 % chaque anargue Emilie Schmidt, de la ferme Pulver- née. » De nouveaux commerçants bios vont muhle, qui propose fruits, légumes et produits prochainement s’installer dans les allées du d’épicerie bios sur le marché depuis 1971. marché et élargir ainsi la gamme de produits Pour beaucoup de clients fidèles, le bio est bios proposés. Un vrai plus pour le marché un choix de vie, comme pour François Roland, du canal couvert, qui est l’un des plus imprésent depuis 37 ans au marché du canal portants marchés de France. couvert. Il propose à ses clients de la viande bio. « J’ai commencé comme éleveur bio par conviction Le retour du marché bio personnelle, souligne-t-il. Je ne me n Le marché bio de la place de la Concorde vois pas vendre autre chose que du va faire son retour chaque mercredi, de 8h à bio. Je travaille directement avec 13h, courant mars. Les stands de producteurs des éleveurs des Vosges ce qui me proposent de nombreux produits issus de permet de pratiquer des prix cor- l’agriculture biologique mais également de rects, car le circuit de distribution l’agriculture raisonnée : fruits   est court. La demande est crois- et légumes, pain, miel… sante depuis que j’ai commencé : L’écho Mulhousien N° 321 mars 2010


vivre à Mulhouse Commerce commerce

7

En bref … Restauration rapide à la demande Qu’il s’agisse du bar à vitamines où l’on concocte à la demande des smoothies de légumes et fruits frais, des pizzas, pâtes ou soupes variées, L’Escapade gourmande prépare tout à la minute pour préserver la fraîcheur des ingrédients. Consommation sur place ou à emporter. Escapade gourmande, 57, avenue d’Altkirch. Tél. : 03 89 06 29 77.

Décoration d’intérieur

« Chez nous, le cadre croise l’ouvrier, le médecin côtoie le cheminot, le trentenaire parle au retraité », explique-t-on dans ce bar du boulevard Wallach.

bar S - cafés

Bistrots de quartier, bistrots de proximité Les bars de quartier riment généralement avec proximité et mixité. Reportage à l’heure du petit crème…

I

L’enseigne Potiron décline plusieurs gammes de décoration d’intérieur contemporaine à petits prix. On y trouve des coussins en laine de chèvre, des lampes métal, des accessoires de salle de bain ou des consoles de salon, façon croco. Potiron, 22, rue de la Moselle. Tél. : 03 89 43 31 09.

Des fleurs pour le printemps n Pour fêter le printemps, les 60 commerçants de

l’association du Cœur de Mulhouse offriront 2 500 pots de pâquerettes à leurs clients vendredi 19 et samedi 20 mars. Un petit marché aux fleurs débordant de jacinthes, jonquilles et primevères élevées dans la région s’installera durant ces deux jours de 9h à 18h, place de la Réunion Vendredi 19 et samedi 20 mars.

ci un quadra en costard-cravate plongé dans son journal, là deux ouvriers qui commentent les matches de football de Ligue 1 du week-end assis au comptoir, plus loin un habitué pas vraiment pressé qui salue chaque nouveau client à son arrivée… Bienvenue dans les bistrots de quartier qui, des premières heures de la matinée à l’apéro du soir, riment avec convivialité. Dans un bar du quartier Nordfeld, Jean, 55 ans, confirme : « Ces bistrots ont une âme. Je vis seul et, plutôt que de rester chez moi, je viens ici pour rencontrer du monde. On est tous des habitués ou presque. C’est un peu comme une grande famille, à la différence près que, si on se fréquente au bar, on ne se voit quasiment jamais à l’extérieur. » Sourire aux lèvres, la serveuse poursuit entre deux bises avec un autre habitué : « C’est comme ça ici, tout le monde connaît tout le monde : on est un élément central de la vie du quartier. » Point commun de nombreux bars de quartier : leur mixité. « Chez nous, le cadre croise l’ouvrier, le médecin côtoie le cheminot, le trentenaire parle au retraité, explique-t-on dans cette affaire familiale du boulevard Wallach. Avec le temps, des liens se tissent avec nous, les tenanciers, mais aussi entre L’écho Mulhousien N° 321 mars 2010

les habitués. » Convivialité et mixité, des mots que ce patron de café installé face à la gare du Nord utilise volontiers pour parler de son activité, tout en insistant sur une autre réalité : l’obligation de se retrousser les manches pour « chercher » le client. « Les temps changent et les gens ne viennent plus comme avant au bistrot du coin. Je suis ouvert depuis deux ans et il a d’abord fallu me faire connaître puis fidéliser la clientèle. Il existe dans le quartier une vraie solidarité entre les commerçants et les entreprises : on s’envoie des clients mutuellement, on fait notre pub ensemble… J’essaie aussi de sortir des sentiers battus en proposant des animations, des formules petits-déjeuners, de grandes amplitudes par les horaires d’ouverture… Il n’y a pas de secret : pour s’en sortir, il faut bosser mais je ne me plains pas, j’aime ce que je fais. » Huguette a, pendant de longues années, officié dans un bar de la rue Jules Ehrmann, à deux pas de la gare centrale, avant de prendre sa retraite, il y a une quinzaine d’années : « Bien sûr qu’on a beaucoup travaillé mais, aujourd’hui encore, je reste en contact avec beaucoup d’anciens clients, devenus proches pour certains. » Une remarque qui en dit long sur l’esprit des bars de quartier…


vivre à Mulhouse économie-emploi

8

FORM A T I O N

L’apprentissage gagne du te En trois décennies, le Centre de formation d’apprentis de l’artisanat de Mulhouse a vu ses effectifs multipliés par huit. Aujourd’hui, cet établissement forme chaque année quelque 800 jeunes aux métiers de l’automobile, de la coiffure et du toilettage canin.

Q

u’il semble loin le temps où le Centre de formation d’apprentis de l’artisanat (CFAA) et sa petite centaine d’élèves étaient installés rue d’Alsace. Impulsé en 1981 par les corporations de l’automobile et de la coiffure,

“ L’image du

mauvais élève qui choisit l’apprentissage par défaut est révolue. ”

le CFAA change de statut en 1998 en intégrant ses locaux de 6 000 m2 de la rue Joseph Cugnot, au cœur de la Mer Rouge. L’établissement compte aujourd’hui huit

fois plus d’élèves qu’à l’origine, avec 800 apprentis inscrits cette année. Sur le plan des formations dispensées, la palette des possibilités s’est considérablement étoffée. Le pôle automobile (60 % des effectifs) forme les jeunes aux métiers de la mécanique auto, moto, poids lourd, carrosserie, peinture et vente automobile. La coiffure (30 % des effectifs) et le toilettage canin (10 % des effectifs) viennent compléter ce large éventail de possibilités. Les cursus dispensés ont aussi gagné en épaisseur. « Nos diplômes vont du CAP au BTS, en passant par le Bac Pro et le Brevet de maîtrise », résume Maurice Rueff, responsable de l’établissement. Avec un taux de placement de 70 % des apprentis en entreprise, toutes filières confondues, au sortir de leur formation, le Centre de formation d’apprentis de l’artisanat a aussi gagné en notoriété.

Les formations aux métiers de l’automobile représentent 60 % des effectifs du CFAA, installé depuis 1998 sur 6 000 m2 à la Mer Rouge.

En bref … SALON. Dec’autex 2010 Les septièmes journées techniques internationales Dec’autex auront lieu les 16 et 17 mars au Parc des expositions de Mulhouse. Organisée conjointement par le pôle Véhicule du futur et le pôle Textile Alsace, cette manifestation aura pour thème l’intérieur automobile à travers les différents aspects de la vie à bord : adéquation entre la conception de l’intérieur du véhicule et son usage, interface entre le véhicule et ses occupants dans un souci de sécurité de confort et de convivialité, nouvelles approches matériaux pour la réalisation et la décoration de pièces textiles et plastiques pour l’habitacle, dans un contexte de développement durable. Renseignements : www.decautex.com – bg@vehiculedufutur.com CAMPUS. Porte ouvertes à l’Ecole de chimie et à l’université

Le 13 mars, l’Ecole nationale supérieure de chimie de Mulhouse (Enscmu) ouvre ses portes dans le cadre des portes ouvertes de l’Université de Haute-Alsace de 10h à 16h. La manifestation est destinée à la fois au grand public qui souhaite découvrir le lieu, rencontrer des chercheurs, et aux jeunes intéressés par la chimie et la formation d’in-

génieur. Au programme : visite des laboratoires, rencontre avec des chercheurs et les étudiants des différentes associations qui interviennent sur le campus mulhousien et qui proposeront des animations. Samedi 13 mars de 10h à 16h pour l’école de chimie, de 9h à 16h pour l’Uha.

FORMATION. Les métiers du nucléaire

Une trentaine d’entreprises qui participent à la construction, à la maintenance et à la déconstruction des centrales nucléaires exploitées par EDF seront présentes au Parc expo, les 26 et 27 mars, pour un forum consacré aux métiers du nucléaire. En effet, ces entreprises recrutent des femmes et des hommes de tous âges, titulaires d’un diplôme du CAP au Bac + 2, ou prêts à se former (reconversion professionnelle) pour faire face à leurs carnets de commandes. Les métiers à pourvoir : automaticien, mécanicien robinetier, calorifugeur, mécanicien sur machine tournante, chaudronnier tuyauteur, peintre en revêtement industriel, échafaudeur, techniciens en charge des examens non destructifs, électricien, technicien en radioprotection, soudeur, logisticien nucléaire… Vendredi 26 mars de 10h à 18h, samedi 27 de 10h à 17h, au Parc expo. Entrée libre.

L’écho Mulhousien N° 321 mars 2010


9

ENTREPRISE

errain

« L’alternance des périodes en centre de formation et en entreprise permet à nos jeunes d’être immédiatement employables car formés à l’organisation et à la culture de l’entreprise dans laquelle ils ont fait leur apprentissage », souligne Maurice Rueff. Proximité avec le milieu professionnel Ceci expliquant cela : le niveau global des apprentis monte. « L’image du mauvais élève qui choisit l’apprentissage

L’impression numérique en grand format par défaut est révolue. Le profil des apprentis a considérablement changé, tout comme les compétences qui leur sont demandées. Les métiers de l’automobile requièrent un haut niveau de technicité, la coiffure un relationnel, une certaine présentation, le toilettage canin, des compétences commerciales… » Pour préparer les jeunes à entrer de plain-pied dans le monde professionnel, le CFAA s’appuie sur une équipe de 70 enseignants, tous d’anciens professionnels ou des professionnels en activité. « Cette proximité avec le milieu professionnel est un des points forts de notre établissement, explique Maurice Rueff. Les évolutions des métiers et leurs besoins en compétences nouvelles nous amènent à être réactifs… » Preuve de la bonne santé de l’établissement, de nombreux apprentis du CFAA de Mulhouse sont distingués chaque année lors de concours (Meilleurs apprentis de France, Olympiades des métiers…). « Ces distinctions contribuent à la notoriété de notre établissement et sont un atout sur le CV de nos élèves », confie Maurice Rueff pour qui l’essentiel est ailleurs : « Quand les jeunes ont un but, ça change tout : on fait bien ce qu’on aime faire. » Un principe qui a valeur de leitmotiv au Centre de formation d’apprentis de l’artisanat.

n Fondée en 1986 par Daniel Messinger, l’entreprise mulhousienne RGA est spécialisée dans l’impression sérigraphique et numérique ainsi que le marquage publicitaire. Avec un chiffre d’affaires annuel de 7 millions d’euros, la société est aujourd’hui le seul opérateur français de son secteur à proposer à ses clients un projet global, de la conception du produit à sa pose en passant par sa réalisation. « Nous avons été l’une des premières sociétés en France, dès 1990, à utiliser l’impression numérique, souligne Daniel Messinger, PDG de RGA. La plus grosse partie de notre activité repose sur des opérations de communication globale pour de grands groupes comme Fly, Décathlon, Go Sport, Adidas, Heineken, Bubendorf… Nous sommes les seuls en Alsace à imprimer sur une machine 5 couleurs en ligne dans des grands formats de 2 650 sur 1650 cm. » Riche d’une équipe de 60 salariés répartis sur deux sites mulhousiens - dont le siège social rue Jacques Mugnier - et une antenne strasbourgeoise, l’entreprise RGA réalise aussi 50 000 décors et habillages de véhicules par an, de la décoration et de la signalétique de magasins, dont celle des 400 enseignes Système U en France, ainsi que du mobilier urbain. « Nous travaillons aujourd’hui à 90 % à l’échelle nationale et à 10% à l’échelle locale. Mon objectif est de poursuivre le développement hexagonal et de reprendre des parts de marché local que nous avions développé il y a 20 ans », conclut Daniel Messinger.

Centre de formation d’apprentis de l’artisanat, 21, rue Joseph Cugnot. Renseignements : 03 89 33 18 90 www.cfaa-mulhouse.fr

Une autre voie pour les collégiens Parmi les 800 élèves du Centre de formation d’apprentis de l’artisanat, ils sont 19 inscrits cette année dans le Dispositif d’initiation aux métiers de l’alternance (DIMA). Ouvert depuis quatre ans, ce dispositif s’adresse aux collégiens de 15 ans qui ne se retrouvent pas dans le système scolaire classique. Durant une année, ces élèves peuvent ainsi découvrir les métiers de l’automobile, de la coiffure ou du toilettage en alternant périodes de cours et stage en entreprise. A l’issue de cette année exploratoire, certains intégreront le cursus classique du CFAA.

L’écho Mulhousien N° 321 mars 2010

Spécialisée dans l’impression sérigraphique et numérique ainsi que le marquage publicitaire, l’entreprise RGA compte 60 salariés.


agir pour Mulhouse perspectives

10

La bonne santé du et des cliniques mu Dans le domaine de la santé, Mulhouse rayonne sur tout le sud du département. Le Centre hospitalier et les cliniques du Diaconat et Saint-Sauveur accueillent chaque année plusieurs centaines de milliers de patients. Entre médecine du quotidien et pathologies rares, tour d’horizon de l’offre de santé mulhousienne.

A

vec une capacité d’accueil de 1 611 lits et places, le Centre hospitalier de Mulhouse est l’un des plus importants centres hospitaliers non-universitaires de France. « Nous sommes également l’établissement public de santé de référence pour tout le sud du département, explique Danielle Portal, la directrice du Centre hospitalier. En clair, nous sommes l’hôpital de recours pour tous les autres établissements de santé du territoire*, ce qui nous confère des responsabilités particulières. » Le Centre hospitalier de Mulhouse regroupe principalement les deux hôpitaux de Mulhouse : l’hôpital Emile Muller, d’une capacité de 852 lits, et l’hôpital du Hasenrain, d’une

capacité de 379 lits. D’autres structures font partie du Centre hospitalier, comme la Maison médicale pour personnes âgées, ainsi que plusieurs autres antennes disséminées sur l’ensemble de la ville : hôpitaux de jour de psychiatrie, centre de soins en addictologie, pôle de consultation des Coteaux… Le Centre hospitalier propose ainsi une offre de santé qui couvre l’ensemble du champ de la médecine et de la chirurgie mais également de la psychiatrie et de la gérontologie. 18 pôles médicaux regroupent les différents services selon les pathologies prises en charge : pôle de pathologies digestives, pôle cœur, poumons, vaisseaux, pôles de biologie ou de psychiatrie… Plus de

Avec une capacité d’accueil de 1 611 lits et places, le Centre hospitalier de Mulhouse est l’un des plus importants centres hospitaliers non-universitaires de France. L’écho Mulhousien N° 321 mars 2010

48 500 admissions et 217 000 consultations ont lieu chaque année. « Le Centre hospitalier est le siège de toute une série de services référents, reconnus à l’échelle nationale », souligne Danielle Portal. Ainsi, dans le domaine des maladies rares, les services d’hépato-gastro-entérologie, d’hématologie, de rhumatologie et de médecine interne ont été désignés comme « centre de compétence » (maladies systémiques, surcharges en fer…). Des équipements innovants Le Centre hospitalier est également particulièrement à la pointe dans le domaine du cancer. « Nous menons un gros travail pour lutter contre le cancer mais aussi pour la prise en charge des malades », indique Danielle Portal. Le pôle d’imagerie médicale est ainsi équipé de deux scanners, de deux appareils d’imagerie par résonance magnétique (IRM), ainsi que d’une gamma caméra. En 2010, un nouveau scanner de type Tepscan sera inauguré, un


11

Centre hospitalier lhousiennes

Le Centre hospitalier propose une offre de santé qui couvre l’ensemble du champ de la médecine et de la chirurgie mais également de la psychiatrie et de la gérontologie. Il est également à la pointe dans le domaine du cancer.

appareil très sophistiqué qui permet notamment une meilleure détection des tumeurs. Il s’agira du second équipement de ce type dans la région. Il a été acquis en partenariat avec la clinique du Diaconat et les Hôpitaux civils de Colmar. Le Centre hospitalier dispose également de la seule unité de radiothérapie

dans le sud du département, équipée de trois accélérateurs de particules. C’est l’un des deux seuls établissements du territoire à pouvoir pratiquer des chimiothérapies. Le Centre hospitalier participe aussi à la coordination des actions en accueillant notamment les réunions de concertation pluridisciplinaires avec des médecins concernés par le cancer dans tout le territoire de santé. Un bon exemple du rôle joué par le Centre hospitalier dans la coordination de l’offre de santé sur le département. « Nous participons à la mise en réseau des acteurs de santé du territoire. Nous travaillons notamment avec les hôpitaux de Thann, Cernay et Altkirch pour que ces hôpitaux puissent continuer à proposer une offre de santé locale. Il s’agit d’un échange basé sur le relais de compétences pour développer l’autonomie de ces établissements dans certains domaines. » Le pôle pharmacie du Centre hospitalier prépare chaque année 25 000 médicaments Le Centre hospitalier est également le plus gros pour les patients atteints du cancer. centre du Sud Alsace en matière de cardioloL’écho Mulhousien N° 321 mars 2010

gie. « Nous sommes l’un des rares centres hospitaliers non-universitaires à avoir un service de chirurgie cardiaque, note Danielle Portal. Nous mettons actuellement en place une nouvelle technique très innovante en partenariat avec le CHU de Besançon. Il s’agit de la pose de valves aortiques artificielles transcutanées pour soigner le rétrécissement valvulaire aortique. » Une innovation qui permet d’éviter une opération à cœur ouvert. Une nouvelle maternité Parmi les nombreuses pathologies traitées dans les hôpitaux mulhousiens, les patients soignés pour des accidents vasculaires cérébraux et les maladies neuro-vasculaires bénéficient de l’expérience des médecins du Centre hospitalier, centre de référence du territoire. Par ailleurs, la première unité d’éveil de postréanimation et de rééducation neurologique du département a été mise en place en septembre


12

agir pour Mulhouse perspectives

Le département de médecine physique et réadaptation propose aux traumatisés crâniens de pratiquer des activités créatrices dans le cadre d’un atelier.

dernier. Elle s’adresse particulièrement aux traumatisés crâniens. Pour ces patients, le département de médecine physique et réadaptation leur propose de venir pratiquer des activités créatrices dans le cadre de l’atelier de détente et de loisirs créatifs. Un lieu chaleureux et coloré où chacun est libre de venir comme il le souhaite, qui accueille plus de 200 personnes chaque année. Une initiative quasi unique dans le cadre d’un hôpital. Autre équipement mis en place cette année : des accès internet avec caméra ont été installés dans les chambres stériles de l’unité de soins intensifs en hématologie. Pour ces malades qui ne peuvent quitter leur chambre, ni recevoir de visites,

c’est un moyen de garder le contact avec leur famille et leurs proches. Autre innovation, cette fois en pédopsychiatrie, la première unité « mère-enfant » du département a ouvert ses portes en octobre. Elle a pour objectif d’accompagner les mères présentant des troubles psychiques avant ou après une naissance. Avec 2 700 naissances chaque année, la maternité du Centre hospitalier est l’une des dix plus importantes de France. Elle dispose d’un service de néonatalogie et de l’unique équipement de réanimation néonatale du département. Pour améliorer la prise en charge des mamans et de leurs enfants, un regroupement dans un nouveau bâtiment est en préparation. « Ce bâtiment, qui rassemblera l’ensemble des services de la maternité et de la pédiatrie, va voir le jour à l’horizon 2014, sur le site de l’hôpital Emille Muller, dit Danielle Portal. Ce pôle permettra aux mamans et aux enfants de bénéficier d’un meilleur confort et évitera les allers-retours entre les sites. » Un projet d’envergure d’un coût de 62 millions d’euros, qui s’inscrit dans le cadre du plan gouvernemental « Hôpital 2012 ». Des centaines de personnes formées par an Parmi les missions du Centre hospitalier, la formation figure en bonne place, bien que l’établissement mulhousien ne soit pas un

établissement universitaire. 155 élèves infirmiers et 80 élèves aides-soignants sont formés chaque année dans le cadre de l’Institut de formation en soins infirmiers et de l’Institut de formation d’aide-soignante. L’établissement accueille également une antenne de l’école de manipulateurs radio de Strasbourg, soit une quinzaine d’élèves par promotion, ainsi que 125 médecins en formation. C’est également un lieu de stage pour de nombreuse écoles et formations paramédicales. * Le centre hospitalier couvre les besoins de la population du territoire de santé n° 4, qui va du sud de Guebwiller-Ensisheim jusqu’à Saint-Louis.

Les chiffres clés du Centre hospitalier • 1 611 lits et places • 4 257 employés (1er employeur de Mulhouse) • 488 médecins • 127 métiers • 61 000 passages annuels aux urgences • 2 700 naissances par an • 1 361 267 repas préparés chaque année • 1 631 tonnes de linge lavé (Chiffres 2008)

question à…

Jean-Marie Bockel,

maire de Mulhouse et président du conseil d’administration du Centre hospitalier.

Quelles sont les actions menées par la Ville pour développer l’offre de santé à Mulhouse ? La Ville est très attachée à la nécessité de proposer une offre de santé la plus complète possible aux Mulhousiens, mais également à tous les habitants du département. Le fait que le Centre hospitalier soit un établissement de recours nous exhorte à donner le meilleur de nous-mêmes. Nous suivons avec attention les projets du Centre hospitalier et des cliniques et mettons tout en œuvre pour que Mulhouse garde son statut de « ville santé », un statut qui rayonne bien au-delà des limites de la ville. Les établissements de santé et la Ville sont d’ailleurs partenaires pour l’organisation de nombreux événements sur le thème de la santé, qui se déroulent chaque année dans différents lieux. Nous avons mis en

place, depuis une quinzaine d’année, le réseau de santé mulhousien qui associe les professionnels de la santé, du social et les habitants pour lutter contre les inégalités dans le domaine de la santé et informer les habitants des quartiers des dispositifs d’accès au soin ainsi que des problèmes de santé. Ce réseau participatif monte également des actions tout au long de l’année, notamment dans le cadre des collectifs d’associations comme le collectif de prévention des maladies cardio-vasculaires. Mulhouse fait également partie du réseau des villes santé de l’Organisation mondiale de la santé. Cela se traduit notamment par la prise en compte de la dimension de la santé dans toutes les choix effectués, par exemple dans le secteur de l’urbanisme.

L’écho Mulhousien N° 321 mars 2010


13

La clinique du diaconat est le centre de référence SOS Mains du Haut-Rhin.

L’offre de soins dispensés au Saint-Sauveur est large, de la chirurgie à la médecine, en passant par la maternité.

L’offre des cliniques mulhousiennes

M

ulhouse compte deux cliniques, établissements privés à but non lucratif : la clinique Saint-Sauveur et la clinique du Diaconat. Elles sont toutes deux adossées à un groupe ou à une fondation. La clinique Saint-Sauveur fait partie du groupe du même nom, qui gère 11 établissements en Alsace. Elle a été fondée en 1856 par Mère Alphonse-Marie, de la Congrégation des sœurs du Très Saint-Sauveur. « Au Saint-Sauveur, nous avons toujours mis l’accent sur la qualité, souligne Jean-Luc Duval, le directeur de la clinique. Nous avons ainsi été site pilote pour expérimenter la démarche de certification qualité, dès 1998. Actuellement, nous sommes le 8e établissement de France à passer la nouvelle certification. » La clinique emploie 360 personnes à Mulhouse et une centaine de chirurgiens et médecins qui interviennent sur le site. L’offre de soins dispensés au Saint-Sauveur est large : chirurgie (viscérale, vasculaire, urologique, ophtalmologique, ORL, orthopédique), médecine (cardiologie, pneumologie, endocrinologie), et gynécologie obstétrique. Parmi les spécialités, on trouve la chirurgie de l’obésité et la chirurgie maxillofaciale et stomatologique (qui concerne le visage, la bouche et les dents).

Dans le secteur de la cardiologie, une unité baptisée « douleur cage thoracique » a été créée en 2009. « Son objectif est la prise en charge immédiate des patients qui ressentent des douleurs au niveau de la cage thoracique, sans passer par les urgences », explique JeanLuc Duval. Un secrétariat et une infirmière permettent cet accueil spécifique (numéro de téléphone dédié). Les patients qui sont hospitalisés au SaintSauveur sont tous accueillis et installés par l’une des six sœurs de la congrégation, toujours présentes. « Elles veillent à la qualité du service et sont très appréciées par les patients. » La clinique Saint-Sauveur prévoit, pour 2010, d’ouvrir un nouveau plateau technique en gastro-entérologie. La clinique du Diaconat fait partie de la Fondation du Diaconat, qui gère 8 établissements et célèbre cette année son 150e anniversaire. « Notre slogan, « Considérer avant tout le mieux-être de la personne », correspond à des valeurs qui sont chères à l’ensemble de nos collaborateurs », dit Diégo Calabrò, le directeur général de la clinique et de la Fondation du Diaconat. La clinique emploie 650 personnes et 110 chirurgiens et médecins intervenants. L’offre L’écho Mulhousien N° 321 mars 2010

de soins proposée au Diaconat va de la chirurgie (digestive, ORL, orthopédique, vasculaire, ophtalmologique…) à la médecine (pneumologie, gastro-entérologie), en passant par la maternité (1 000 naissances en 2009), avec notamment un service d’assistance médicale à la procréation. La clinique est aussi le centre de référence SOS Mains du Haut-Rhin. La cardiologie est également bien représentée au Diaconat, avec une unité de soins intensifs (781 angioplasties en 2009). La clinique dispose aussi d’un pôle consacré au diagnostic et au traitement de toutes les pathologies de la thyroïde et d’un pôle de sénologie, pour le dépistage et le traitement des pathologies mammaires, en particulier les cancers. Le 5 mars prochain, l’inauguration du service endoscopie rénové va marquer la première utilisation d’un matériel novateur pour la stérilisation des instruments, une installation unique en Alsace. D’autres projets sont en route. « Un projet d’agrandissement est en cours avec la construction d’une maternité neuve et l’accueil du centre de dialyse privé Diaverum, précise Diégo Calabrò. Ce projet de plus de 30 millions d’euros permettra d’augmenter nos capacités d’accueil et de restructurer les activités. »


14

agir pour Mulhouse Vie de la ville

SCIE N C E S

Ariane convie de jeunes Européens à Mulhouse Membre de la communauté des villes Ariane, Mulhouse accueille, du 6 au 14 mars, 30 jeunes européens, dont 12 Mulhousiens, dans le cadre d’un séminaire sur le thème L’espace et l’Europe.

Les jeunes Mulhousiens sont scolarisés dans les lycées Lavoisier, Louis Armand et Albert Schweitzer.

A

près un premier séminaire interculturel d’une semaine, qui s’est tenu en novembre dernier à Lampoldshausen en Allemagne, les 30 jeunes français, italiens et allemands qui participent au projet de la communauté des villes Ariane se retrouvent à Mulhouse en mars. Au programme, découverte des programmes spatiaux et de la culture scientifique, apprentissage des langues étrangères, jeux, création de fusées… Une visite de l’entreprise Clemessy, qui travaille notamment sur des éléments intégrés aux lanceurs spatiaux européens, est aussi prévue. Les jeunes seront également reçus par Lara Million, vice-présidente de Mulhouse Alsace agglomération, en charge du dossier. La communauté des villes Ariane a pour objectif de contribuer au développement économique, culturel et pédago-

gique des villes et de leurs citoyens qui concourent aux activités de transport spatial européen. Douze jeunes de l’agglomération, scolarisés dans les lycées Lavoisier, Louis Armand et Albert Schweitzer, ont été sélectionnés pour participer aux séminaires sur la base de leur motivation et de leurs résultats scolaires. Ils seront rejoints à Mulhouse par 18 jeunes italiens et allemands, avec lesquels ils ont déjà partagé le premier séminaire. La Communauté d’agglomération poursuit ainsi son objectif de développer la découverte des sciences sur son territoire : cette action fait suite au projet Espace dans ma ville, qui se tient durant l’été en partenariat avec le Centre national d’études spatiales (CNES). Le troisième et dernier séminaire aura lieu en mai prochain à Colleferro en Italie.

L’écho Mulhousien N° 321 mars 2010


15

Immobilier

Mulhouse à la conquête des investisseurs n Du 16 au 19 mars, Mulhouse et la communauté d’agglomération seront présentes au Marché international des professionnels de l’immobilier (Mipim) à Cannes, avec notamment une présentation vidéo de la ville en 3D pour les futurs investisseurs. Mulhouse sera présente sur le stand de la Métropole Rhin-Rhône, aux côtés de Belfort, Besançon, Dijon et Montbéliard, pour présenter ses projets d’aménagement et d’urbanisme, nouer des contacts avec des investisseurs français et étrangers. En mutualisant leurs moyens, les agglomérations du Réseau métropolitain Rhin-Rhône agissent ensemble pour leur développement. Plusieurs projets commerciaux ou d’habitat se sont déjà concrétisés grâce aux contacts pris lors de ce salon professionnel (Porte Jeune, Nouveau Bassin, caserne Lefebvre…).

Formation

Portes ouvertes au Quai

La Maison des adolescents est installée au 8, rue des Pins.

JEU N E S

Soutien et écoute à la Maison des adolescents n La Maison départementale des adolescents a ouvert ses portes en octobre dans le quartier Franklin-Fridolin au 8, rue des Pins. Destinée aux 12-25 ans, la Maison des adolescents est un lieu de ressources, d’écoute et de soutien pour les adolescents et leur famille. En effet, une équipe pluridisciplinaire composée de conseillers, d’éducateurs, d’infirmières, de psychologues, de médecins et d’assistantes sociales est là pour répondre à toutes les interrogations des adolescents, dans tous les domaines : santé, psychologie, orientations scolaires et sociales, questions diverses…

Depuis son ouverture, la Maison des adolescents a déjà suivi 109 adolescents et 75 parents. Elle a aussi assuré 450 consultations avec des médecins, des assistantes sociales, des éducateurs spécialisés… L’objectif des initiateurs de cette structure, Conseil général, municipalité et plusieurs structures dont le Centre hospitalier de Mulhouse, était de réunir en un seul lieu toutes les compétences et les acteurs concernés par l’adolescence. 8, rue des Pins. Tél. : 03 89 32 01 15. Ouvert du lundi au vendredi de 13h30 à 18h, le mercredi de 9h à 12h et de 13h30 à 19h.

n Le Quai, école supérieure d’art de Mulhouse, ouvre ses portes aux lycéens et aux étudiants le mercredi 10 mars de 9h à 20h. Cette journée s’adresse aux jeunes qui L’école supérieure d’art de Mulhouse prépare aux diplômes nationaux. s’intéressent aux métiers de la création (graphiste, décorateur, artiste, médiateur culturel, scénographe…) et à ceux qui recherchent une pédagogie originale mêlant l’apprentissage de nombreuses pratiques (photographie, vidéo, webdesign, sculpture…) avec le développement d’un projet artistique personnel, dans un contexte européen. L’école prépare aux diplômes nationaux (bac +3 et bac +5). Cette journée permettra au public de rencontrer des étudiants, des enseignants et des techniciens, mais aussi de retirer le dossier d’inscription au concours d’entrée des 6 et 7 mai (dépôt des dossiers au plus tard le 26 mars). Mercredi 10 mars de 9h à 20h. Le Quai, école supérieure d’art de Mulhouse, 3, quai des Pêcheurs. Tél. : 03 69 77 77 20.

L’écho Mulhousien N° 321 mars 2010


16

agir pour Mulhouse Vie de la ville

CULT U R E

Fréquentation en hausse pour les mus Les musées du pôle Mulhouse Sud-Alsace ont totalisé près de 670 000 visiteurs en 2009 et affichent une fréquentation en hausse de 4,9 %.

A

vec 667 466 visiteurs en 2009, les neuf musées du pôle Mulhouse Sud-Alsace enregistrent une progression de 4,9 % par rapport à l’année précédente. « Malgré un contexte économique difficile, les musées ont réussi globalement à tirer leur épingle du jeu », commente Michel Samuel-Weis, adjoint au maire délégué à la Culture. Parmi les très bons élèves, la Cité de l’automobile et ses 212 559 entrées (payantes et gratuites confondues), soit une augmentation de la fréquentation de 20,6 %. De bons résultats qui s’expliquent aussi par la tenue de manifestations porteuses dans les salons du musée : Nuit des mystères, Jouer pour un jouet, première édition du salon Dégustha…

Les expositions temporaires ont permis au Musée de l’impression sur étoffes d’augmenter de 95 % les visites payantes

A nimation

Participez à la fête de la musique

C’est la participation de tous les musiciens, amateurs et professionnels, qui fait de la fête de la musique un événement simple, convivial et chaleureux.

n La fête de la musique permet chaque année à chacun de célébrer la pratique musicale sans hiérarchie de genre. Elle est aussi l’occasion pour les musiciens professionnels et amateurs de se produire en public, de faire partager leur passion. C’est pourquoi la Ville de Mulhouse lance un appel pour inviter tous les musiciens, quel que soit leur âge et leur niveau, à se produire dans les rues du centre-ville le lundi 21 juin. Cette large participation contribue à faire de cette soirée une fête simple, conviviale et chaleureuse. Les personnes et groupes intéressés doivent s’inscrire avant le 1er avril auprès du service Animation culturelle. La fiche d’inscription est téléchargeable sur le site Internet de la Ville : www.mulhouse.fr Service Animation culturelle, Cour des Chaînes, 15, rue des Franciscains. Tél. : 03 69 77 77 50.

L’écho Mulhousien N° 321 mars 2010


17

sées du Sud-Alsace Autre bonne performance, celle du Musée de l’impression sur étoffes (Mise), qui a enregistré 34 791 visiteurs, dont 19 301 entrées payantes. Soit un bond de 95,1 % des visites payantes. Les expositions temporaires, à l’image de « Rêve de cachemire, cachemires de rêve » avec Christian Lacroix, expliquent notamment ces bons résultats. Les musées EDF-Electropolis (41 752 visiteurs, + 9,85 %), Historique (35 793 entrées, + 2,25 %), des Beaux-arts (17 949 visiteurs, + 15,87 %), du Papier peint (10 792 visiteurs, + 4,9 %) et le parc Wesserling (81 674 visiteurs, + 20 %) sont aussi en progression. Seuls la Cité du train (83 932 entrées, - 6,6 %) et l’Ecomusée (148 224 entrées, - 14,5 %) connaissent une baisse de fréquentation en 2009. L’attractivité des musées du Sud-Alsace devrait se renforcer dans les prochaines années, avec notamment d’importants travaux prévus à la Cité de l’automobile (construction d’une piste automobile extérieure), une muséographie repensée à la Cité du train, la création d’une salle consacrée au XXe siècle au Mise…

« La roue de l’énergie », de l’artiste alsacien Tomi Ungerer, sera installée sur le plan d’eau, au centre du pavillon Alsace à Shanghai, après avoir été présentée aux Mulhousiens, place de la Réunion du 22 au 26 mars.

Ev énement

Mulhouse s’expose à Shanghai n Mulhouse Alsace agglomération participe à l’exposition universelle de Shanghai, du 1er mai au 31 octobre. 500 000 visiteurs venus du monde entier sont attendus chaque jour. Mulhouse Alsace agglomération sera présente dans le pavillon de la région Alsace, dans le secteur consacré à l’écologie urbaine et au développement durable, pour promouvoir ses atouts (transports publics, recherche, université, pôle d’excellence, urbanisme « haute qualité environnementale » comme

Prévention

Sensibiliser les jeunes à la sécurité routière n Depuis 2003, des agents de la Police municipale se rendent dans les collèges à la demande des enseignants afin de former les élèves de 5e et de 3e à la préparation de l’Attestation scolaire de sécurité routière (ASSR). « La sécurité routière est un axe fondamental de notre action, souligne Ludovic Roux, chef de service de la Police municipale. Les jeunes de 15 à 25 ans sont surreprésentés dans le nombre d’accidents mortels ; d’où l’importance d’investir très tôt dans l’éducation. Les agents interviennent sur le plan théorique pour sensibiliser aux règles du Code de la route. De façon pratique, ils présentent notamment des motos autorisées et non autorisées pour mettre en évidence les dangers de ces dernières. » Renseignements : 03 69 77 77 77. Tous les ans, des agents de la Police municipale sensibilisent les collégiens aux risques d’accidents de la route.

L’écho Mulhousien N° 321 mars 2010

la Fonderie ou le nouveau Wagner…), la qualité de vie alsacienne (terrasses, jardins, zoo, centre historique…). Un programme de conférences, de rencontres et d’échanges entre chercheurs, universitaires, chefs d’entreprise, responsables du tourisme… permettra de promouvoir la région et de renforcer sa notoriété à travers le monde. Seules les régions Rhône-Alpes et Alsace seront présentes, en plus du pavillon France. Renseignements : 03 69 77 77 77.


18

agir pour Mulhouse Vie de la ville

ANIM A T I O N

Diversité : dépasser les préjugés Initiées par la Ville l’an passé et portées par des associations, les Rencontres de la diversité invitent à nouveau au dépassement des préjugés et à la prise de conscience des richesses apportées par la diversité : origine, couleur de peau, sexe, handicap, maladie, âge… Plus de 20 animations se dérouleront du 17 au 21 mars.

L

es Rencontres de la diversité sont reconduites, du 17 au 21 mars, à Mulhouse. « Après une première édition en mars 2009 à l’initiative de la Ville, cette deuxième édition est davantage portée par les associations qui œuvrent tout au long de l’année dans la lutte contre les discriminations et pour l’égalité des chances », souligne Fatima Jenn, adjointe au maire déléguée à la Lutte contre les discriminations. Symboliquement organisée autour du 21 mars, en écho à la Journée internationale contre le racisme et les discriminations promulguée par l’Organisation des Nations Unies (ONU), la manifestation se déclinera à Mulhouse autour d’une vingtaine d’animations portées par 30 partenaires. Ces rencontres permettent aussi aux associations locales et structures de quartier de mettre en avant leurs actions. Parmi les différentes initiatives, celles du quartier Drouot-Barbanègre. Le Centre d’information sur les droits des femmes et des familles du Haut-Rhin et les associations de quartier proposeront des rencontres à la fois festives, intergénérationnelles et interculturelles, articulées autour de la cuisine, de la peinture et des contes. Après avoir travaillé durant deux ans à l’élaboration d’un livre de cuisine (Tout le Drouot passe à table), les habitants du quartier présenteront leur ouvrage et feront déguster quelques-unes

Origine, couleur de peau, sexe, handicap, maladie, âge… Les Rencontres de la diversité invitent, du 17 au 21 mars, à dépasser nos préjugés à travers de nombreuses animations aux quatre coins de la ville.

un « Petit déjeuner du bout du monde ». Quant aux résidants de la maison de retraite Violette Schoen, ils croiseront leurs talents avec ceux de jeunes enfants lors d’un atelier pâtisserie. Les peintures et le livre de contes en plusieurs langues du projet « Des images pour une image » seront également exposés. D’autres manifestations sont également prévues aux quatre coins de la ville. L’association Aides organisera une animation de photos de leurs recettes, accompagnées de cocktails montages au centre commercial Porte jeune sans alcool élaborés par les enfants du péris- pour faire réfléchir au regard porté sur les sécolaire. La bibliothèque de quartier invitera à ropositifs. Domaine Nature – qui œuvre pour

“ Pour l’égalité des chances. ”

L’écho Mulhousien N° 321 mars 2010

l’accès au tourisme pour tous – proposera des balades en calèche place de la Réunion, ainsi qu’un concert des News Gospels Boys. Autre Regard prévoit un festival de films gays et lesbiens au cinéma Palace… Pour clore l’événement, le Noumatrouff accueillera une grande fête des talents à l’initiative de l’association New Nabab : la danse orientale y croisera la poésie, le jazz manouche, le rock et la chanson française. Programme sur www.mulhouse.fr (rubrique Découvrir Mulhouse / Evénement) et disponible en mairie. Tél. : 03 69 77 76 09.


19

Env ironnement

Des alternatives à l’utilisation des pesticides

Train, bus, tram…, tous les réseaux de transports sont regroupés sur Vialsace.eu

DéPL A C E M E N T S

Traverser l’Alsace en un clic

C

omment se rendre de l’Agence culturelle d’Alsace à Sélestat (lieu du lancement officiel du portail Vialsace) à la mairie de Mulhouse en transports en commun ? Rien de plus simple ! Le site Internet Vialsace propose plusieurs itinéraires : le plus rapide, avec le moins de marche à pied ou avec le moins de changements. La première solution, d’une durée totale de 1h12, combine quatre modes de transports. Quelques minutes de marche sont nécessaires pour se rendre à l’arrêt de bus le plus proche où le TIS (Transport intercommunal de Sélestat) conduit l’usager jusqu’à la gare de Sélestat. De là, le TER Alsace met précisément 34 minutes pour arriver jusqu’à la gare de Mulhouse où il faudra ensuite emprunter le tramway. Si l’on souhaite éviter la marche à pied, le site propose de combiner voiture et transports en commun (gare, parking-relais) car, au-delà des lieux publics, le site admet également les recherches par adresse. Fruit d’un partenariat entre dix collectivités*, ce portail facilite et encourage l’usage des transports en commun, plus respectueux de l’environnement. Dans cette optique, le site propose un « éco com-

parateur de CO2 » qui permet de choisir le trajet le moins émetteur de gaz à effet de serre. Cette volonté de proposer aux utilisateurs un choix éco-responsable se prolongera bientôt par la mise à disposition sur le site des itinéraires de pistes cyclables et de la localisation des parkings à vélos. Le portail intégrera prochainement les réseaux de transports en commun de ses voisins frontaliers (Allemagne et Suisse) : une première sur la toile !

n Le service des Eaux de la Ville de Mulhouse participe à la Semaine des alternatives aux pesticides, qui se déroulera dans toute l’Alsace du vendredi 19 au dimanche 28 mars. Objectif : informer des dangers liés à l’utilisation des pesticides sur la santé et l’environnement et proposer des alternatives pour réduire leur emploi. A Mulhouse, une conférence intitulée « Des solutions pour un potager sans pesticides » sera animée par Josiane Goepfert, journaliste et nutritionniste, dans le cadre du lancement de la charte « Vos jardineries vous conseillent pour jardiner au naturel ! », le vendredi 26 mars, à 18h à la Fonderie (entrée libre). Le cinéma Bel Air proposera quant à lui deux soirées à thème avec la projection d’un film suivie d’un débat : Homo Toxicus, documentaire de la journaliste québécoise Carole Poliquin sur ces 100 000 substances qui rendent malade, le mardi 23 mars 20h, et Herbe, documentaire de Matthieu Levain et Olivier Porte, qui traite de deux visions du métier d’éleveur laitier qui se confrontent au cœur de la Bretagne paysanne, le dimanche 28 mars à 17h (5 € chaque soirée). Programme sur www.mission-eau-alsace.org

www.vialsace.eu * Région Alsace, Communauté urbaine de Strasbourg, Mulhouse Alsace Agglomération, Conseils généraux du Bas-Rhin et du Haut-Rhin, Communauté d’agglomération de Colmar, Syndicat des transports de Haguenau et Schweighouse-sur-Moder, Ville d’Obernai, Communauté de communes de Sélestat et des Trois-Frontières.

Vialsace en chiffres • 367 lignes de transports en commun • 6 521 arrêts • 3 274 correspondances • 556 087 horaires • 94 686 voiries

L’écho Mulhousien N° 321 mars 2010

Une dizaine d’animations grand public sont proposées pour informer des dangers liés à l’utilisation des pesticides.


20

agir pour Mulhouse Vie de la ville

COM M E R C E

La revitalisation du secteur Brian La Ville a mandaté Alain Lévy, du cabinet AL Conseils spécialisé en immobilier commercial et en franchises, pour réaliser une étude visant à revitaliser le commerce dans le secteur de l’avenue Aristide Briand. Entretien.

“ Q

uel devenir commercial pour le secteur Briand ? » Cette question sert de fil rouge à l’étude menée actuellement par AL Conseils. Ce cabinet, spécialisé en immobilier commercial et en franchises, a été mandaté par la Ville pour mener une étude de 18 mois afin de revitaliser le commerce de l’avenue Aristide Briand et alentours. « Cette étude à finalité opérationnelle s’inscrit dans une démarche active et volontariste de la Ville, soucieuse de renforcer l’attractivité commerciale de ce secteur de Mulhouse », commente Jean Rottner, premier adjoint au maire. Cette étude fait suite aux Ateliers urbains initiés par la Ville en 2007 et 2008, au cours desquels les habitants et les forces vives du secteur étaient invités à se prononcer sur un certain nombre de thèmes, dont celui de l’attractivité commerciale. Quatre mois après le lancement de l’étude, Alain Lévy, du cabinet AL Conseils, une dynamique chez les commerçants, à les aider à livre ses premières impressions. évoluer, à se rénover, à les inciter à offrir des devantures avenantes, à définir des stratégies, … Qu’elles Quelles sont vont premières conclusions sur la soient indépendantes ou franchisées, les enseignes situation du commerce du secteur Briand ? de Briand ont clairement une carte à jouer. Il est important de souligner que, malgré ses difficultés, l’avenue Aristide-Briand possède un vrai potentiel, à L’avenue Aristide Briand comporte aussi un cercommencer par son positionnement en entrée de ville, tain nombre de locaux commerciaux vacants… qui génère un fort trafic, mais aussi par son marché, Là aussi, je prends actuellement des contacts avec les véritable locomotive du secteur. L’idée est donc de propriétaires de ces locaux vides afin de trouver des s’appuyer sur ces atouts pour renforcer l’attractivité solutions. Car il faut en être conscient : un local comcommerciale de l’ensemble du secteur Briand tout en mercial vacant en rez-de-chaussée a généralement des répercussions négatives sur l’ensemble de l’immeuble. lui donnant une identité, une cohérence… L’ambition est donc de se réapproprier ces espaces en Comment associez-vous les commerçants du attirant de nouvelles enseignes, en donnant envie aux secteur à cette démarche ? commerçants de s’installer dans le secteur. Dans le diagnostic en cours de réalisation, je vais à leur rencontre pour leur expliquer le sens de la Concrètement, comment allez-vous procéder ? démarche. On observe aujourd’hui dans de nom- Dans les prochaines semaines, nous allons rendre très breuses villes françaises un retour au premier plan visible notre démarche et notre ambition à travers du commerce de proximité. Cela dit, pour être viable une campagne d’affichage sur les vitrines des locaux et se développer, le commerce de proximité doit ré- vides, en organisant des journées d’information, en oupondre à de nouvelles exigences en termes d’activité vrant également un bureau permanent dans le secteur commerciale, de positionnement sur le marché, d’ac- pour recevoir et informer toute personne potentiellecueil du client… Mon travail consiste donc à insuffler ment intéressée par la démarche. Choisir son local, L’écho Mulhousien N° 321 mars 2010


21

nd en marche

éducation

Préinscriptions en classe passerelle n Préparer en douceur l’entrée à l’école maternelle des enfants de 2 ans révolus n’ayant jamais fréquenté de structure d’accueil collective, telle est l’ambition des classes passerelles. Nées de la volonté commune de la Ville et l’Education nationale, six classes passerelles existent à Mulhouse au sein des écoles Saint-Exupéry, Jean Wagner, Victor Hugo, Henri Réber, Plein Ciel et Albert Camus. Les préinscriptions pour la rentrée 2010 se déroulent du lundi 8 mars au vendredi 7 mai. Les familles sont invitées à prendre directement contact avec les directeurs des écoles concernées. Dates et horaires d’inscription dans chaque école sur le site internet mulhouse.fr

éducation

Sanitaires : la rénovation se poursuit Alain Lévy, du cabinet AL Conseils, en charge de l’étude visant à revitaliser le commerce du secteur Briand : « Nous sommes là pour accompagner les commerçants désireux de s’installer dans le secteur, et ce dans toutes les étapes jusqu’à l’ouverture effective du magasin. »

n La Ville poursuit son ambitieux programme de rénovation des sanitaires des établissements scolaires. Après les sanitaires de la maternelle La Fontaine en cours de livraison, d’autres réfections sont prévues en 2010. C’est le cas de l’école élémentaire Stintzi (216 00 €), ainsi que des maternelles Sébastien

Bourtz (275 000  €), Les Erables (75 000 €) et Pranard (40 000 €). Par ailleurs, d’autres travaux plus ciblés sont prévus dans les écoles maternelles Hugo (nouvelles portes dans les sanitaires), Haut-Poirier (nouveaux urinoirs) et Dieppe (replacement des bacs à douche).

définir son activité, étudier le marché, démarcher les banques…, nous sommes là pour accompagner les commerçants désireux de s’installer dans le secteur, et ce dans toutes les étapes de la création, jusqu’à l’ouverture effective du magasin. Un vrai pari… Il faut le faire savoir : le potentiel est là ! A partir des premiers éléments du diagnostic, nous travaillons en lien avec la Ville sur plusieurs hypothèses afin de donner au secteur Briand un concept commercial fort sur lequel le secteur va pouvoir se développer. La revitalisation du secteur ne se limite cependant pas à la seule question du commerce. La rénovation d’équipements comme la MCP Cité, l’ouverture de services publics, l’Opération programmée d’amélioration de l’habitat (Opah), les opérations immobilières privées… sont autant d’éléments structurants qui participent à ce même objectif.

Huit écoles vont bénéficier de travaux de rénovation de leurs sanitaires en 2010.

L’écho Mulhousien N° 321 mars 2010


22

agir pour Mulhouse Vie de la ville

SPOR T S

Accompagner les sportifs de haut niveau Un réseau complet est à la disposition des sportifs de haut niveau qui s’entraînent dans les structures sportives mulhousiennes. Scolarité, santé, vie quotidienne…, tout est prévu pour des conditions de travail optimales.

L

e Centre d’éducation populaire et de sport (Creps) d’Alsace a ouvert, en septembre 2007, une antenne à Mulhouse. Cette antenne marque une reconnaissance du statut de la ville dans le domaine du sport de haut niveau. Elle permet d’accompagner, tout au long de l’année, les sportifs en devenir ou qui s’illustrent dans les compétitions nationales et internationales. Une quarantaine de sportifs de haut niveau sont inscrits à l‘antenne mulhousienne du Creps. Tous ont été repérés par le ministère de la Santé et des Sports, sur la base de leurs performances mais aussi de leur appartenance à un pôle sportif de haut niveau, comme les pôles France et espoirs ou les centres de formation. Quatre pôles sportifs de haut niveau existent à Mulhouse : le pôle France de natation, le pôle espoirs de volley féminin, le centre de formation de l’ASPTT volley et le centre régional de canoë-kayak. Des aménagements scolaires « Le Creps anime un réseau d’accompagnement scolaire, médical et sportif pour les sportifs de haut niveau à Mulhouse, explique Nicolas Gerber, chargé de mission à l’antenne mulhousienne du Creps. Notre objectif est d’accompagner les sportifs dans leur double pro-

jet : scolaire et sportif. » Le Creps travaille en partenariat avec les établissements scolaires mulhousiens, et notamment le lycée Schweitzer, qui accueille plusieurs sportifs de haut niveau dans son internat. « Le lycée Schweitzer bénéficie du label d’accueil de sportifs de haut niveau depuis juillet 2007 », souligne Michel Vuillaume, le L’internat du lycée Schweitzer permet d’accueillir dans proviseur du lycée. les meilleures conditions les jeunes sportifs. Au niveau des cours comme de l’accueil à l’internat, les sportifs bé- conseils de classe. La scolarité est un élément néficient d’aménagements particuliers. Ainsi, essentiel du partenariat entre le lycée, la Ville ils sont regroupés dans des classes à horaires et le milieu sportif. » aménagés, ce qui leur permet de suivre les Depuis septembre 2009, l’internat est ouvert mêmes programmes que les autres élèves tout sept jours sur sept pour les sportifs. Sept nageurs en assumant des charges d’entraînement de du MON et quatre volleyeuses de l’ASPTT y ont 12 à 20h par semaine. Ils peuvent également pris leurs quartiers. Ils bénéficient d’aménagebénéficier d’une assistance pédagogique avec ments spéciaux pour les repas, le linge et les des cours de soutien dans toutes les matières. horaires. « L’internat du lycée Schweitzer permet « Les sportifs doivent mener de front réussite d’accueillir des sportifs dans des conditions optiscolaire et sportive, rappelle Michel Vuillaume. males et élargit le rayonnement et l’attractivité Les coachs sportifs des élèves assistent aux du sport à Mulhouse », conclut Nicolas Gerber.

question à…

Eric Schweitzer,

adjoint au maire délégué aux Sports

Quelles sont les actions menées par la Ville pour accompagner les sportifs de haut niveau ? La Ville a initié l’installation de l’antenne du Creps à Mulhouse et tient beaucoup à conserver cet outil indispensable pour les sportifs de haut niveau, à l’heure où la tendance est plutôt à la suppression de ces centres en région. A cette fin, nous avons mis en place une convention avec le Creps, que nous finançons à hauteur de 30 000 € par an. De nombreux partenariats

ont également été mis en place avec les lycées, dont le lycée Schweitzer, où la Ville finance notamment des cours de soutien pour les sportifs. Des cadres sportifs interviennent également dans le cadre des sections sportives et nous mettons aussi à disposition un moyen de transport ponctuels pour les déplacements des élèves de ces sections. Ces partenariats et la coordination du milieu sportif profitent à tous les athlètes.

L’écho Mulhousien N° 321 mars 2010


agir pour Mulhouse conseil

23

En bref … Culture Convention d’objectifs pour le Noumatrouff Une convention entre la Ville de Mulhouse, l’Etat, la Région, le Département et la fédération Hiéro qui gère la salle du Noumatrouff est signée pour quatre ans. Objectif : pérenniser les activités de la structure dans le secteur des musiques actuelles en lui donnant notamment une visibilité financière jusqu’en 2013.

Urbanisme Approbation d’une modification du PLU Le conseil municipal approuve les modifications apportées au Plan local d’urbanisme (PLU) et qui ont fait l’objet d’une enquête d’utilité publique en octobre et novembre 2009. Ces modifications permettent de poursuivre le programme de renouvellement urbain de la ZAC des Jardins Neppert, prévue au sein de la caserne Lefebvre.

Education Reconstruction de l’école Charpentiers L’aménagement d’un parc public aux alentours de l’école maternelle Charpentiers-Jean de Loisy, dans le cadre de la ZAC Neppert, nécessite de déplacer une partie de l’école et de créer de nouveaux accès. L’école actuelle étant trop petite et ses locaux étant vétustes, il est décidé de construire une nouvelle école de six classes au lieu de 5 actuellement. Coût du projet : 3,2 millions d’euros, hors mobilier.

Solidarité Soutien aux Haïtiens La Ville de Mulhouse témoigne de sa solidarité avec la population haïtienne en versant à l’Institut régional de coopération et de développement (IRCOD), qui intervient à Haïti dans la commune de Jacmel, une subvention exceptionnelle de 10 000 euros.

Centre-ville Concession d’aménagement « Mulhouse grand centre » Le conseil municipal décide de confier à la Société d’équipement de la région mulhousienne (SERM) une mission d’aménagement du centre de Mulhouse pour une durée de sept ans. Le programme « Mulhouse grand centre » englobe le centre historique et les quartiers contigus, à l’exception du Rebberg, et concerne tout à la fois des actions sur l’habitat, le commerce, les espaces publics et le stationnement. Prochaine séance lundi 1er mars à 17h30 à l’Hôtel de ville, place de la Réunion.

40 millions d’euros seront consacrés au renouvellement urbain d’ici à 1014.

Budget

La fiscalité contenue Malgré un contexte économique difficile, la municipalité stabilise la pression fiscale en 2010.

L

e débat d’orientation budgétaire a permis au conseil municipal de faire un point sur le contexte économique et financier, de réaffirmer les priorités de l’action municipale pour l’année 2010. « La crise se traduit par une accélération de la dégradation des finances de l’Etat. Aussi la dotation globale de fonctionnement va-telle stagner pour 2010 », commente Philippe Maitreau, adjoint au maire délégué aux Finances. Pour ne pas alourdir les charges qui pèsent sur les ménages, la Ville de Mulhouse a décidé de ne pas augmenter la pression fiscale locale, les taux intercommunaux étant intégrés dans les taux communaux. Parmi les orientations majeures du budget 2010, priorité est donnée aux services rendus à population, à l’accompagnement et à l’aide des MulL’écho Mulhousien N° 321 mars 2010

housiens, plus particulièrement les plus fragiles. La Ville maintiendra aussi ses investissements, avec une enveloppe de 150 millions d’euros prévue pour la période 2010-2014. Les efforts en faveur du renouvellement urbains seront poursuivis : 40 millions d’euros y seront consacrés jusqu’en 2014. Malgré le contexte économique difficile, la Ville peut poursuivre ses investissements car « ses finances sont saines », affirme Philippe Maitreau, qui rappelle « la baisse continue de l’endettement municipal au cours des trois dernières années ». Il souligne également les efforts de gestion : « Grâce à une gestion active de la dette, nos frais financiers sont passés de 6,1 millions d’euros à 5,4 millions d’euros entre 2001 et 2008. » Le budget de la Ville sera voté lors du prochain conseil, le lundi 1er mars.


24

agir pour Mulhouse temps forts

Vœux Jean-Marie Bockel, président de Mulhouse Alsace

CULTURE Le ministre de la Culture et de la

Communication, Frédéric Mitterrand, a effectué sa première visite à Mulhouse où il a pu notamment découvrir la Cité de l’automobile, la Kunsthalle et les œuvres d’art réalisées dans le cadre de la commande publique du tramway. Le ministre a particulièrement apprécié la manière dont l’architecture contemporaine se mêle au tissu urbain ancien. « Mulhouse est une belle ville » a-t-il déclaré avec enthousiasme.

Agglomération, a présenté ses vœux le samedi 30 janvier à Kinépolis. Devant plus de 300 personnes, il a rappelé les grands projets de la nouvelle communauté d’agglomération : création d’une image de marque pour l’attractivité du territoire, renouvellement du tissu économique, développement durable, université, transports en commun, services à la population…

Inauguration

Après 18 mois de travaux, la piscine de Bourtzwiller est de nouveau ouverte au public. Lors de l’inauguration, les élus ont pu apprécier les changements : création d’une zone de détente avec un solarium couvert et un espace snack, les vestiaires refaits à neufs, agrandis et modernisés, ou encore le hall entièrement réaménagé dans les tons blanc, orange et bois….

Urbanisme Une

centaine de personnes ont participé à la réunion publique d’information sur le projet des jardins Neppert, animée par Roland Chaprier, président du conseil de quartier, en présence de Nicolas Michelin, architecte urbaniste. « Ce projet est très important pour votre quartier, mais il l’est aussi à l’échelle de la Ville », a rappelé Jean Rottner, premier adjoint au maire.

L’écho Mulhousien N° 321 mars 2010

Cérémonie

Les membres de l’Union des officiers de réserve de la région mulhousienne se sont retrouvés autour de leur président, le lieutenant-colonel Serge Bader, et de nombreuses personnalités dont Jean-Marie Bockel, pour définir les objectifs et les actions qui seront menées en 2010. Lors de cette rencontre, plusieurs réservistes ont été promus ou décorés.


25

Solidarité

Parmi les œuvres d’art installées le long de la ligne 1 du tramway, Tobias Rehberger a inventé une histoire de pomme de terre d’or, symbolisée par un champ de patates planté au pied de la tour du Bollwerk. Les 100 kg de pommes de terre récoltés ont été offerts aux Restos du cœur, en présence de l’adjoint à la culture Michel Samuel-Weis (au centre). L’opération devrait être reconduite l’an prochain.

HANDICAP

Deux Mulhousiens atteints de handicap visuel se sont vu confier des chiens-guides. L’acquisition de ces chiens, dressés par l’Ecole alsacienne de chiens-guides d’aveugles de Cernay, a été soutenue par la Ville, dont les représentants ainsi que ceux des associations se sont retrouvés à la salle des Colonnes pour accueillir les deux bénéficiaires des animaux.

URBANISME

Pierre Sallenave, directeur général de l’Agence nationale de rénovation urbaine, a effectué une visite des chantiers et des bâtiments mulhousiens concernés par le Programme rénovation urbaine. Il était accompagné de nombreuses personnalités, dont Jean-Marie Bockel et Pierre-André Peyvel, préfet du Haut-Rhin.

Solidarité

CARNAVAL

Confettis, serpentins, Wackes et bonne humeur… Le 57e carnaval de Mulhouse a fait battre le cœur de la ville au rythme de sa cavalcade, de la Nuit des fols et des nombreuses animations proposées. Un public très nombreux s’est rassemblé autour des 3 000 carnavaliers français mais venus également de toute l’Europe.

L’opération « Des ordinateurs pour tous » vise à récupérer des ordinateurs inutilisés pour les envoyer au Tchad, où ils pourront être utiles aux écoles. 42 ordinateurs complets ainsi que sept imprimantes et un scanner ont ainsi été collectés à Mulhouse. Ils seront acheminés au Tchad par le 3e régiment de hussards d’Immendingen.

L’écho Mulhousien N° 321 mars 2010


26 26

expressions politiques

P our Mulh ouse ensemble

Refuser la démagogie, agir pour Mulhouse Chaque année, le Conseil municipal organise, en séance publique, un débat d’orientation budgétaire. C’est un moment un peu spécial, particulier, qui permet de prendre, le temps d’un instant, du recul et de développer des réflexions sur les politiques municipales à mener dans l’année à venir afin de mobiliser les financements nécessaires. Cette opportunité tout à fait démocratique est l’occasion de confronter, voire d’opposer, des points de vue différents devant les Mulhousiens. Ils peuvent, à cette occasion, apprécier les logiques et la solidité des propositions des uns et des autres. Ces débats valent mieux que les attaques nominatives à l’encontre d’élus, qu’on entend trop souvent au Conseil municipal de la part des oppositions. Telle n’est pas notre conception de la politique, surtout lorsque l’on connaît le degré d’investissement et le travail de chacun pour faire avancer notre Ville. Ce début d’année 2010, est marqué, à Mulhouse, par deux points forts.

Tout d’abord, la crise économique. Elle est européenne et mondiale. Ses conséquences sont réelles au plan national et régional. En particulier, le chômage déstabilise profondément bon nombre de nos concitoyens qui ont tout simplement bien du mal à vivre. Ensuite, au plan local, nous vivons les premiers pas de Mulhouse Alsace Agglomération. L’installation de la nouvelle Communauté d’agglomération de la région mulhousienne est l’événement institutionnel qui va profondément changer notre agglomération. Elle était attendue depuis longtemps ; les obstacles à sa réalisation n’ont pas manqué. Chacun reconnaît le rôle important que Jean-Marie Bockel a joué pour sa réalisation. Bien naturellement, cela implique une répartition nouvelle dans l’organisation du travail autour du Premier Adjoint, qui s’est donné, d’un point de vue professionnel, toute la latitude nécessaire pour assumer sa mission.

Dans ce contexte, quels devront être, à Mulhouse, nos choix, nos objectifs pour l’année à venir ? Pour le Groupe majoritaire du Conseil municipal, réuni autour de son maire, la dynamique doit être celle de l’action, celle de la transformation de la cité, de la mobilisation de toutes ses ressources pour y arriver. En faisant ce choix, nous refusons la posture de la dénonciation des oppositions qui ne cherchent qu’à justifier leur immobilisme. « C’est la faute à l’Etat, à la conjoncture, aux entreprises, aux autres collectivités qui ne nous aident pas à la hauteur de nos besoins, c’est la faute à l’effet ciseau… », entendons-nous trop souvent !Pour notre part, nous refusons, dans ce contexte de difficultés, la sinistrose comme le dénigrement de notre ville.

Denis Rambaud et Roland Chaprier, Christiane Eckert, Audrey Heim, Bernard Klein, Lara Million, Michèle Striffler pour le Groupe Majoritaire

Un n ouvea u s ouffle pour Mulho u se ( G r o upe S o cialiste et R é publicain)

A

Mulhouse, plus 110% d’augmentation et une présentation opaque des indemnités versées aux élus!

Le Code Général des Collectivités Territoriales dit que « toute délibération du conseil municipal concernant les indemnités de fonction d’un ou de plusieurs de ses membres est accompagnée d’un tableau annexe récapitulant l’ensemble des indemnités allouées aux membres du conseil municipal » Certes, à Mulhouse, la loi est respectée mais le principe de transparence qui voudrait que les montants soient affichés afin que tout citoyen puisse s’informer sur cette question n’est pas de mise. Ce tableau récapitulatif permettrait notamment de contrôler si l’enveloppe globale légalement allouable à l’ensemble des élus de la commune n’est pas dépassée. Baisse du pouvoir d’achat pour les uns, augmentation pour les autres ! N’ayant pas obtenu ces informations, nous avons calculé que l’enveloppe des indemnités versées annuellement aux élus dépasse les 740 000 euros avec, à la clé,

une augmentation de 5 % depuis mai 2009. Or la presse rappelait il y a quelques jours que 7 revenus sur 10 d’un quartier mulhousien se situaient sous le seuil des bas revenus. Nous pensons donc qu’il est véritablement indécent d’augmenter les indemnités alors que tant de gens ont du mal à vivre dans notre ville. Par ailleurs, les indemnités du premier adjoint ayant considérablement augmenté passant de 66 % à 141 % de l’indice terminal de la fonction publique (soit 110 % d’augmentation ), devons-nous désormais considérer que les Mulhousiens ont deux maires ou que nous assistons à une véritable passation de pouvoir ? D’autre part, les indemnités du Maire restent équivalentes alors qu’il délègue désormais une partie de son travail, c’est ce qui s’appelle «  travailler moins pour gagner plus ! » La Gauche Moderne propose… Enfin, nous notons que Madame Striffler qui quitte des

fonctions d’adjointe, garde une indemnité de 20 % avec une délégation aux affaires européennes alors qu’elle vient de suggérer publiquement de déménager le Parlement Européen à Bruxelles (journal l’Alsace du 30 janvier dernier). Nous laissons les Alsaciens apprécier les déclarations de la représentante de la Gauche Moderne... mais ne sommes pas sûrs que cette délégation à Mulhouse soit vraiment justifiée… Notre groupe ne pouvait évidemment pas voter pour une augmentation de 110 % pour le premier adjoint quand les salariés n’obtiennent même pas 1 % de plus sur leurs fiches de paie… Pierre Freyburger - Cléo Schweitzer - Gilbert Buttazzoni  Darek Szuster - Malika Ben M’barek - Thierry Sother Claudine Da Silva - Bernard Bay - Anka Vlajnic-Poncelet Dominique Caprili - Nicole D’Angelo  Pour nous contacter : www.nspm.fr E-mail : pierrefreyburger@free.fr

L e rassemblement des Mu lhou siens

Osons redécouvrir nos racines chrétiennes…et donner un sens à notre vie… Après la période festive du carnaval, c’est le temps du carême. Ce temps profond pour tous les chrétiens devrait nous permettre de redécouvrir et redonner un autre sens à notre vie. Nous vivons au quotidien dans notre culture dominée par le matérialisme et par une consommation à outrance. Alors, pourquoi le temps du carême ne pourrait-il pas nous aider à ne plus être réduit qu’à de purs « consommateurs », à

acquérir à nouveau une réflexion spirituelle, l’héritage de notre culture ? Le carême nous invite donc à changer le regard que l’on porte sur soi, agir avec une certaine conscience et vivre de nouveau notre héritage, base de notre civilisation chrétienne. C’est un moment privilégié pour redécouvrir nos racines chrétiennes, mais également alsaciennes et françaises. Solidarité et partage envers nos concitoyens doivent être les

L’écho Mulhousien N° 311 N° 321 Avril 2009 mars 2010

2 maîtres mots pour redresser notre ville, c’est ce que nous appelons la préférence alsacienne, mulhousienne, française. Toute l’actualité mulhousienne commentée sur notre blog : www.patrickbinder.com Patrick et Martine Binder – Bernard Frey Nicole Dantzer


28 vous faites Mulhouse

associations LOIS I R S

Grands garçons et petites voit Le Club Mulhouse 1/43e organise, le samedi 20 mars au Parc expo, la 62e édition de la plus ancienne et plus importante bourse de voitures miniatures de l’Est de la France. Rencontre avec ces passionnés.

A

lain, Fred, Rémi et Walter font partie des 28 passionnés du Club Mulhouse 1/43e. Tous attendent avec impatience de découvrir les dizaines de milliers de modèles présentés par les 200 exposants de la 62e bourse de voitures miniatures de l’Est, l’une des plus réputées d’Europe, qui se tiendra le samedi 20 mars au Parc expo. « On cherche toujours le modèle qu’on n’a pas car une collection n’est jamais finie, affirme Fred, collectionneur de Bugatti depuis 15 ans. Je scrute toujours ce qui sort et cherche à avoir tous les modèles avec des carrosseries, des couleurs et des moteurs différents ou dans des versions ayant participé à des courses. J’aime aussi restaurer

de vieilles pièces. » « On va à cette bourse sans but précis, renchérit Walter, amateur d’engins miniatures de travaux publics depuis 31 ans. Le temps n’existe plus, on peut repasser dix fois de suite devant les tables. Mon plaisir est de retrouver les machines que j’ai vu fonctionner sur les chantiers lorsque j’étais enfant. J’ai le goût de la précision et je compare toujours avec les vrais modèles sur lesquels j’accumule de la documentation. » Quant à Alain, président de l’association, sa passion est née lorsqu’il avait 7 ans avec l’acquisition d’une Hotchkiss et ne s’est jamais éteinte depuis. « Certains modèles ont une histoire et on cherche à tout prix à les retrouver si on les perd ! »

SPO R T S

Le hockey, version subaquatique n Comme chaque mercredi soir, ils sont une quinzaine à plonger dans les eaux de la piscine de l’Illberg pour jouer au… hockey. Peu connu du grand public, le hockey subaquatique a débarqué à Mulhouse à l’automne 2007. « Cette discipline n’est pas née hier, explique Stéphane Bardet, responsable de cette section du Touring plongée Mulhouse. Inventée dans le Sud de l’Angleterre en 1954, elle s’est progressivement développée en France à partir de 1968. Le hockey subaquatique compte aujourd’hui 3 000 licenciés pour une centaine de clubs dans l’Hexagone et la France fait partie des meilleures équipes du monde. » Praticable dès l’âge de 8 ans, ce sport ne demande pas de prédispositions particulières. « Palmer, respirer avec un tuba, apnée…, tout s’apprend, promet Stéphane. Au-delà du travail physique, on privilégie une approche ludique et différente de l’apnée. » Et comment joue-t-on en fond de pis-

cine au hockey ? « C’est du six contre six sans gardien de but sur un terrain de 20 à 25 m de long sur 12 à 15 m de large, avec une profondeur oscillant de 1,80 à 3,80 m. Comme pour le hockey, il s’agit d’inscrire collectivement le plus de buts possibles au cours de deux mi-temps de 10 à 15 mn. » A la différence près que la crosse ne mesure que 20 cm et le palet pèse 1,3 kg. Une paire de palmes, un masque, un tuba et un gant renforcé constituent l’équipement du hockeyeur subaquatique. Parmi les objectifs du club : grossir ses rangs. « En particulier des jeunes pour créer une équipe de moins de 17 ans. »

L’écho Mulhousien N° 321 mars 2010

Touring Club Plongée, tél.: 06 27 22 62 24 - Internet: http://hockeysub68. wordpress.com Sport plaisir, le hockey est aussi un sport de compétition : l’équipe féminine mulhousienne participera les 6 et 7 mars prochains aux championnats de France de Division 2.


29 En bref…

tures

HANDICAP

Et pour continuer à alimenter leur passion, ces grands garçons rêvent tout haut de « la » pièce exceptionnelle qui pourrait compléter leur collection. Rémi, fou de Rolls Royces depuis 35 ans, verrait bien sur son étagère le très rare modèle en tôle de marque Jep, Alain le fourgon Citroën Hy arborant une publicité des batteries Barochen et Walter la plus grosse grue de 1 200 tonnes de Liebherr ! Ils ont toutefois encore un peu de chemin à parcourir avant de se comparer à Thierry, un autre membre du club et l’un des plus gros collectionneurs français : il possède une collection de 28 000 modèles… 62e Bourse internationale d’échanges du Club Mulhouse 1/43e. Une exposition de véhicules Ford à l’échelle 1 complète la bourse. Samedi 20 mars de 9h30 à 17h au Parc expo. Entrée : 2,50 €, gratuit pour les moins de 10 ans. Les passionnés du Club Mulhouse 1/43e s’activent pour préparer la 62e Bourse de voitures miniatures.

SOL I D A R I Té

10 ans de militantisme n L’Association d’accueil des demandeurs d’asile (AADA) souffle ses 10 bougies en

compagnie du Théâtre du Potimarron (samedi 20 mars à 20h30 au Pax – voir agenda) et avec une conférence de Stéphane Hessel, figure de la Résistance (jeudi 29 avril à 18h30 à la Société industrielle de Mulhouse), sur le thème des réfugiés dans le monde. Deux rendez-vous gratuits qui mettent en lumière les activités de l’AADA. En 2009, l’association a géré sur Mulhouse 200 dossiers de demandeurs d’asile primoarrivants pour autant de dossiers en cours. « Nous sommes là pour accueillir ces personnes, assurer leur suivi juridico-administratif et faire de l’accompagnement social, résument ses membres. Nous proposons aussi des cours de français. Nos activités s’inscrivent en partenariat avec l’ensemble des acteurs associatifs et institutionnels, à commencer par la plateforme d’accueil des demandeurs d’asile de Mulhouse… » « Généralement, le plus dur à vivre pour les demandeurs d’asile est l’attente durant l’instruction du dossier. Fidèles à nos principes, nous ne faisons pas de l’assistanat mais œuvrons pour que le demandeur d’asile soit acteur de son dossier de régularisation. Nous plaçons le respect des Droits de l’homme et la dignité de la personne au cœur de notre démarche. » A l’équipe des cinq salariés de l’AADA s’ajoute une vingtaine de bénévoles actifs à Mulhouse. « Toute aide est la bienvenue. Nous avons notamment besoin de juristes. » De gauche à droite, Marguerite Christophe et Corinne Vaudry, bénévoles de l’Association d’accueil des demandeurs d’asile, au côté du président, Bernard Xolin.

L’écho Mulhousien N° 321 mars 2010

La Société des amis des aveugles et malvoyants (Saam) 68, organise une permanence chaque mardi de 14h à 17h au 25, rue Georges Sand. Cette permanence permet de s’y rencontrer autour de nombreuses activités, comme une initiation à l’informatique, des jeux de société ou l’organisation d’excursions. Renseignements : 06 67 63 82 80 - 03 69 77 40 35.

SCHWEISSDISSI TAG

Dans le cadre du Schweissdissi Tag, qui aura lieu les 26 et 27 juin prochains au Parc Salvator, les artistes et artisans souhaitant exposer leurs œuvres peuvent se faire connaître auprès de Gérard Wunderlé, tél. : 03 89 42 27 28.

ALZHEIMER

L’association France Alzheimer Haut-Rhin organise des cycles de formation pour les familles touchées par la maladie d’Alzheimer, adhérentes ou non à l’association. Les aidants familiaux bénéficient ainsi de 14 heures de formation dispensée par un psychologue et un bénévole de l’association. Les groupes sont constitués de 12 personnes maximum. Renseignements : 03 89 42 79 36.

FEMMES

Une antenne de l’association Soutien femmes battues assure une permanence à la Maison des associations, 62, rue de Soultz à Bourtzwiller, tous les lundis de 9h à 12h et jeudis de 14h à 19h. Cette permanence est assurée par des travailleurs sociaux spécialisés dans l’accueil, l’écoute et l’accompagnement social des femmes victimes de violences conjugales, intrafamiliales. Renseignements : 06 47 82 39 08.

FAMILLES

L’Association générale des familles organise une bourse aux vêtements de printemps pour adultes, mercredi 3 mars de 9h30 à 18h et jeudi 4 de 9h30 à 12h, au siège de l’association, 42, rue de Bâle. Une autre bourse printemps-été enfants et adultes est organisée le mercredi 17 mars de 12h30 à 18h et le jeudi 18 mars de 9h30 à 12h, au cercle du Lerchenberg, 11, rue du Cercle à Dornach. L’association propose également une rencontre maman bébés, ouverte à tous, le jeudi 18 mars de 14h à 17, sur le thème « allaiter en toute sérénité », au siège de l’association.

Renseignements : 03 89 45 47 62.

JOURNEE DE LA FEMME

Pour célébrer la journée internationale de la femme, le Conseil départemental des associations familiales laïques du Haut-Rhin (CDAFAL) organise un après-midi festif le dimanche 7 mars. Dès 14h30, à la salle de la fraternité, 18, rue d’Alsace, le public pourra profiter d’animations, assister aux interventions sur la situation des femmes dans le monde et applaudir un spectacle de contes, chants et percussions. La journée se terminera en musique autour d’un buffet interculturel.


30 vous faites Mulhouse

seniors SPOR T S

Ces accrocs aux clubs de forme Les salles de remise en forme mulhousiennes ne sont pas seulement l’apanage des jeunes actifs. Public majoritairement matinal, les seniors aussi sont de la partie.

L

e phénomène est loin d’être marginal : les seniors font aussi partie de la grande famille des férus de clubs de remise en forme. Dans cette salle de la rue du Couvent, exclusivement féminine, les 60 ans et plus représentent près de 20 % des abonnées. « C’est un public qui vient essentiellement le matin pour s’entretenir à son rythme et rester en forme, explique Corinne Wagner, la gérante des lieux. Au-delà de l’activité physique, nos seniors viennent aussi pour l’ambiance et le plaisir de se retrouver. » A 8h30, dès l’ouverture des portes, elles sont déjà une petite dizaine à enchaîner les mouvements sur des rythmes de dance music. « Je suis sportive au départ, confie Anne-Marie, 68 ans. Voilà trois ans que je viens ici plusieurs fois par semaine. Le sport permet de rester active et agit aussi sur le mental. Après les séances, je me sens plus légère… » Maria, 64 ans, confirme : « Lorsque j’ai pris ma retraite, je ne sortais plus et j’ai pris un gros coup au moral. Venir ici me per-

“ Je suis mieux dans mon corps et surtout dans ma tête ! ” met de rencontrer du monde : je suis mieux dans mon corps et surtout dans ma tête ! » Autre lieu, autres activités dispensées et même constat dans cette grande salle de remise en forme de la rue Josué Hofer : « Même si l’on est très loin du niveau de pratique de nos voisins allemands, chez qui la pratique

En marge de l’activité physique, les clubs de remise en forme sont aussi pour les seniors des lieux de socialisation.

sportive des seniors est massivement répandue, on compte environ 10 % de membres de 60 ans et plus, avec deux doyens de 88 et 84 ans, explique Sylvestre Clausse, directeur du complexe. Nos seniors sont clairement du matin. C’est un public particulièrement assidu aux activités. Ils travaillent, pour la plupart, la tonicité et le renforcement musculaire. A leur rythme, évidemment. » Gérard, 72 ans, fait partie des habitués. « Je me suis inscrit ici il y a 12 ans et je viens tous les matins, sauf le dimanche, confie-t-il, en pleine séance de musculation. Sportif depuis toujours et amateur de randonnées pédestres ou cyclistes, je viens ici pour me maintenir en L’écho Mulhousien N° 321 mars 2010

forme. Je prends soin de mon corps et la pratique sportive permet aussi d’éviter quelques bobos. La mixité des publics permet aussi d’être en contact avec des jeunes et des moins jeunes. C’est important ! » Roland, 69 ans, féru de musculation, confirme sur le ton de la plaisanterie : « Le sport permet de vivre plus intensément. On devrait créer un ministère de la Musculation ! » « Moi, j’ai toujours fait du sport et je ne peux pas concevoir de m’arrêter, poursuit Pierrot, 62 ans. L’idée d’aller au bout de soi-même, d’être bien dans son corps et d’avoir le mental qui va avec reste intact, que l’on ait 20 ans ou plus de 60 ans… » Parole de sportif !


31 Conférence

Quel habitat pour les seniors, aujourd’hui et demain ? n La Ville de Mulhouse, à travers La Clé des Aînés, et Apalib’ organisent une conférence le jeudi 4 mars, sur le thème : « Quel habitat pour les seniors, aujourd’hui et demain ? ». « Cette conférence-débat ouverte à tous permettra à Dominique Argoud, sociologue et universitaire parisien, d’aborder la question du logement des seniors sous tous ses aspects, de l’adaptation du domicile aux alternatives possibles quand il n’est plus possible de rester chez soi », précise Madeleine Bonnin, conseillère en gérontologie à La Clé des Aînés. Dominique Argoud animera l’échange avec des acteurs locaux tels que Apalib’, ALEOS, Mulhouse Habitat, les Maisons d’accueil rurale pour personnes âgées… et envisagera des pistes pour l’avenir à partir des expériences innovantes répertoriées dans son rapport remis au ministère fin 2008. Jeudi 4 mars de 15h à 17h, au Centre sportif régional, rue des frères Lumière.

La résidence services ou médicalisée est une alternative quand le domicile devient trop grand ou n’est plus adapté (photo : résidence Hansi à Mulhouse).

POR T R A I T

Mémoire d’humaniste

n Après une vie bien remplie, Etienne Léon Fest coule à 89 ans des jours heureux à la maison de retraite Beau Regard. Profondément humaniste et d’une vitalité remarquable, il participe volontiers aux nombreuses animations proposées par l’établissement. Parmi ses multiples activités, les rencontres avec des étudiantes de l’Ecole de chimie venues recueillir des témoignages de vie de leurs aînés. « A l’instar de Socrate, je dirais que, maintenant, je sais que je ne sais rien », confie celui qui a puisé sa force et ses secrets de longévité dans quelques règles de vie apprises au fil du temps. « J’ai connu l’enfer du camp de Tambow en Russie puis je suis devenu veuf avec cinq enfants à élever. Ce que je peux transmettre est qu’on est peu de choses et qu’on reconnaît la grandeur d’un homme à sa simplicité. Ma seule religion est l’amour du prochain. » Etienne Léon Fest écrit aujourd’hui ses mémoires pour ses enfants, lit la presse tous les matins, marche chaque jour dans le parc quelle que soit la météo, s’autorise un petit cigare et un verre de vin Etienne Léon Fest, 89 ans: « Je veux encore profiter de la vie ! » avec ses amis… « Je veux encore profiter de la vie ! », dit-il.

L’écho Mulhousien N° 321 mars 2010


32 vous faites Mulhouse

près de chez vous FONDERIE

Rendre visibles les talents du quartier n Sculptures, photos, art floral, patchwork, tricot… En créant Mir’Art, le centre socioculturel Porte du Miroir offre l’occasion aux habitants du quartier, amateurs ou professionnels, d’exposer et de mettre en réseau leurs talents. « L’une de nos missions est d’aller vers les habitants et de rendre visibles leurs compétences, notamment leur créativité, tout en favorisant les rencontres », rappelle Déborah Guillon, agent de développement social. A travers cette première expovente, qui se tiendra le week-end des 13 et 14 mars, des habitants du quartier Fonderie, mais aussi Douves et Berges, Rebberg et Centre historique pourront se confronter au regard des autres. A l’instar de Christophe qui souhaite « émouvoir » avec ses sculptures et ses bâches imprimées : « Je veux inviter les gens à être créatifs. C’est une alternative à la crise, une porte de liberté, et Mulhouse est aujourd’hui au cœur de l’effervescence artistique de la région. » Catherine attend avec

Mir’Art offre l’occasion de découvrir les multiples talents créatifs des habitants.

impatience « la réaction des gens et souhaite rencontrer d’autres artistes ». Cette habitante s’exprime aujourd’hui à travers la macro-photo, cherchant à capter

l’instant en détournant la compréhension d’un objet. Ainsi le détail d’une perle de Svarowski donne-t-il à voir une galaxie. Un exemple parmi d’autres…

Mir’Art. Samedi 13 et dimanche 14 mars de 14h à 18h à la Maison de quartier Fonderie, 70, rue du Manège. Tél.: 03 89 66 09 55.

DROUOT-BARBANEGRE

Un nouveau stade Drouot n Les footballeurs du Racing club Mulhouse s’apprêtent à reprendre le chemin du stade Drouot. Débutés en octobre, les travaux de rénovation touchent à leur fin. Fin mars, les nouveaux terrains d’honneur (105 x 68 mètres) et d’échauffement (34 x 20 m) en gazon synthétique devraient être praticables pour les 260 licenciés du club, dont 120 jeunes. Outre le revêtement synthétique des terrains qui permet la pratique du football quelle que soit la météo, le stade est doté d’un nouvel éclairage, d’un nouveau mobilier sportif (buts, bancs de touche…), d’une clôture, d’une main courante… Partie intégrante de cette réno-

vation, le terrain de proximité implanté dans l’enceinte du stade fait aussi peau neuve. Réinstallé à quelques mètres de son emplacement initial, il permettra en accès libre la pratique du handball, du football et du basket sur revêtement synthétique. Le nouveau terrain d’échauffement sera également accessible aux habitants du quartier selon le planning d’utilisation du Racing club Mulhouse. Coût total de ces opérations financées par la Ville : 1,4 million d’euros. Dans la foulée de ces réalisations, les vestiaires du stade Drouot vont faire l’objet d’une extension-rénovation.

L’écho Mulhousien N° 321 mars 2010


33 CITE-BRIA N D

Les jeunes font leur télé n Difficile d’imaginer, en allant surfer sur TV Jeunes LBF, que les 12 adolescents qui alimentent le site ne connaissaient rien – ou presque – à ce média il y a quelques mois encore. Et pourtant… Impulsée par le centre socioculturel Lavoisier-Brustlein, via le relais éducatif de rue Le Fil et la structure de prévention spécialisée ABCD, TV Jeunes LBF (comprenez Lavoisier, Brustlein, Fil) est née d’un stage réalisé durant les vacances scolaires de la Toussaint. « Cadrage, prise de son, montage vidéo, réalisation, techniques journalistiques…, nos jeunes, essentiellement des 14-17 ans, ont appris le b.a.-ba du reportage », explique Stève Soria, animateur du relais éducatif de rue. Depuis, le site n’a cessé de gagner en consistance, à raison de deux nouvelles vidéos mises en ligne chaque mois. Interview du rappeur La Fouine, clips et parodies de chanson, reportages sportifs, portraits d’habitants, coups de projecteur sur la vie du quartier…, TV Jeunes surfe sur de nombreux sujets. « Son contenu est validé par un comité des programmes composés d’adultes, de jeunes et des professionnels du secteur jeunesse », souligne Alain Babey, président du centre socioculturel Lavoisier-Brustlein. Au-delà des apprentissages purement techniques de ces reporters en herbe, cette web télé vise d’autres objectifs : « impliquer les jeunes dans la vie sociale et culturelle de la cité, développer une approche critique des médias, créer du lien avec les habitants et les générations, développer une conscience citoyenne… » Et qu’en pensent les principaux intéressés ? « « On apprend et on découvre », confie Kelly, 16 ans. « C’est passionnant et ça montre l’envers du décor : on n’imagine pas, quand on voit des reportages

à la télé, le travail qu’il y a derrière », poursuit, enthousiaste, Billal, 12 ans. L’équipe de TV jeunes se verrait bien grandir : « Ce sont nos jeunes, déjà formés, qui transmettent aux autres, fait remarquer Stève Soria. C’est aussi toute l’idée de cette aventure qui n’en est qu’à ses débuts. » Internet : www.tvjeunes-lbf.com - Renseignements : 03 89 35 11 38.

Interviews, clips, reportages sportifs, portraits d’habitants, coups de projecteur sur la vie du quartier…, tels sont les rubriques alimentées par l’équipe de TV Jeunes LBF.

CENTRE H I S T O R I Q U E

Artiste dans l’âme n De Beyrouth à Londres, en passant par Paris, Abidjan, Dubaï, Doha son âme d’artiste ne s’exprime pas que dans la musique. « J’ai quitté le et…l’Hôtel du Parc à Mulhouse, le pianiste et compositeur Alfred Hajjar Liban à cause de la guerre et Mulhouse m’a ouvert les bras, il y a dix ans. a joué dans des dizaines de piano bars, grands hôtels et restaurants. J’aime cette ville et j’aime la photographier pour montrer comment elle D’origine libanaise, il promène ses bouge et s’anime. » Ainsi, Alfred Hajjar doigts sur le clavier depuis l’âge de 7 a réalisé une impressionnante photoans. « J’ai cinquante années de compothèque dans laquelle sa ville adoptive sition dans mes tiroirs », sourit cet ars’affiche tour à tour ludique, élégante, cocasse, humble et toujours poétique. tiste passionné qui a même composé S’attardant sur ceux et celles qui l’habiune chanson pour Henri Salvador, né tent ou la divertissent, comme autant comme lui un 18 juillet. « Je n’ai pas d’acteurs d’une nouvelle composition eu de chance, il est décédé quelques en perpétuel mouvement… jours après avoir reçu la maquette… » Des musiques de film aux mélodies Contact : 06 76 59 26 12 d’ambiance, en passant par les stan03 89 45 66 25. dards de jazz ou de musique brésilienne, son répertoire est très large et Alfred Hajjar : « J’ai cinquante années a animé des milliers de soirée. Mais de composition dans mes tiroirs. » L’écho Mulhousien N° 321 mars 2010


34 vous faites Mulhouse

près de chez vous VAUBAN-NEPPERT-SELLIER-WALDNER

Les Jardins Neppert se construisent

Parmi les chantiers en cours, la construction au sein de l’îlot Lefebvre, côté rue Vauban, de 52 logements par la Foncière Logement.

n Ce qui n’était encore qu’un projet ambitieux sur le papier défini par l’architecte Nicolas Michelin, en lien avec la Ville et la Société d’équipement de la région mulhousienne (SERM), prend progressivement forme. A l’horizon 2012, le premier des cinq Jardins Neppert « habités » qui relieront la rue Lefebvre à l’avenue de Colmar, devrait quasiment être achevé, au niveau de l’îlot Lefebvre. Après le démarrage à l’automne dernier des travaux d’aménagements du futur parc public d’un hectare (aménagements paysagers, vaste banc public en arc de cercle, cheminements piétons reliant la rue Lefebvre au boulevard des Alliés et la rue Vauban à la rue d’Illzach, terrain de jeux…), d’autres chantiers s’ouvrent. Ces prochaines semaines,

démarreront la construction des 52 logements locatifs par la Foncière Logement et la réhabilitation du bâtiment en « U » de l’ancienne caserne Lefebvre en une centaine de logements locatifs par le groupe Batigère. Toujours sur le périmètre du premier jardin, deux bâtiments réalisés par Mulhouse Habitat pour le compte de l’association Les Papillons blancs vont progressivement sortir du sol au deuxième semestre 2010. D’autres constructions vont également débuter sur les autres sites des Jardins Neppert. C’est le cas ce trimestre avec la construction, le long de la rue des Mésanges, de 17 maisons de ville (Maisons Elîka) qui devraient pour la plupart être achevées cet été. Le lancement du programme de 80 logements L’écho Mulhousien N° 321 mars 2010

du triangle Buhler-Neppert par les architectes Lacaton & Vassal pour le compte de la Société mulhousienne des cités ouvrières (Somco) est prévu pour fin 2010. Du côté de l’îlot Casquettes, la SERM va réhabiliter l’immeuble situé 34, avenue de Colmar en 8 logements en accession à la propriété et un local commercial en rez-dechaussée (démarrage des travaux en juin). Actés lors du conseil municipal du 1er février dernier, les travaux de la maternelle Jean de Loisy lui offriront un nouveau visage en 2013. Parallèlement à ces chantiers et pour répondre au problème de stationnement des résidants du secteur, un parking provisoire aménagé par la SERM a ouvert ses portes à l’angle des rues Buhler et de la Branche.


35 EUROPE-B A S S I N - N O R D F E L D

La grande famille de l’AGF

En bref… Cité-Briand. Marché aux puces du foyer Notre-Dame. L’association Les Amis du foyer Notre-Dame organise son 9e marché aux puces, dimanche 7 mars de 7h à 17h, dans la salle des fêtes du foyer Notre-Dame, 63, rue Thénard. Le bénéfice de cette journée servira à l’acquisition d’un véhicule adapté pour favoriser les sorties des résidants et à promouvoir les activités existantes. Doller-Brustlein. Bourse aux vêtements enfants-bébés. Le centre socioculturel LavoisierBrustlein organise une bourse aux vêtements printemps-été pour bébés et enfants jusqu’à 16 ans et accessoires pour bébé et vêtements de grossesse. Cette bourse aura lieu à la salle polyvalente de l’espace Gluck « Le Croisillon », 57-59, allée Gluck (face à la grande cheminée) les mardi 9 mars de 9h à 18h et mercredi 10 mars de 9h à 17h (dépôt le lundi 8 mars de 9h à 18h). Renseignements : 03 89 42 21 31. Doller-Brustlein. Soirée contes pour les femmes. Vendredi 5 mars à 20h, le centre socioculturel Lavoisier-Brustlein propose une soirée « Contez sur les femmes », au 59, allée Gluck. Trois conteuses, Cahina Bari, Anne-Claire Bourdon et Esther Tassetti, présenteront leur spectacle intitulé « Rendre hommage à la moitié du ciel », en prélude à la journée de la femme du 8 mars. Entrée libre sur réservation au 03 89 42 21 31.

Le vestiaire social est l’une des activités phares de l’Association générale des familles.

n Depuis 1937, date de sa création, l’Association générale des familles (AGF) apporte écoute et soutien aux familles pour résoudre leurs préoccupations quotidiennes. « Nous sommes un lieu ressource, une plaque tournante à laquelle les personnes s’adressent lorsqu’ils rencontrent des conflits familiaux, des problèmes de chômage ou de surendettement », explique Brigitte Lahausse, l’une des salariées de la structure. Le vestiaire social, le seul à être gratuit à Mulhouse et alimenté par les dons, est une des actions phares. Les bénéficiaires adressés par les services sociaux viennent le mercredi matin chercher de quoi se vêtir. « Des demandeurs d’asile aux étudiants, en passant par des familles entières démunies après un sinistre, nous avons habillé en 2009 plus de 2 500 personnes en difficulté. Nous organisons aussi deux braderies de vêtements

à petits prix et au poids en janvier et juillet », poursuit Annie, bénévole à l’AGF. Georges Scius, président d’honneur de la Caisse d’allocations familiales, apporte son expérience pour soutenir dans leur démarche les personnes en situation de surendettement. « Il m’arrive même de les accompagner devant le juge », poursuit l’intéressé, qui a traité 48 dossiers l’an passé. L’AGF fonctionne grâce à l’engagement de 150 bénévoles et exerce des mandats dans de nombreuses instances, comme la Chambre de consommation d’Alsace. Une appartenance « très utile », selon André Ribstein, le président, pour coordonner et optimiser ses actions. Mais la convivialité s’invite aussi au programme avec des Rencontres mamansbébés, des séances de yoga, de scrabble ou des balades. Association générale des familles, 42, rue de Bâle. Tél. : 03 89 45 47 62. L’écho Mulhousien N° 321 mars 2010

Bourtzwiller. Les résidences la Sitelle et l’Iris sortent de terre. La Sitelle (architectes Ott et Collin), ensemble de cinq bâtiments résidentiels situé à l’angle des rue de Quimper et du Progrès, en face du futur parc public, est en cours de construction, tout comme les six bâtiments et maisons de ville du programme l’Iris (architecte Dauber). Le premier chantier devrait durer 17 mois, le second deux ans. Vauban-Neppert-Sellier-Waldner

16 nouveaux logements rue de la Brume Le petit immeuble collectif de trois étages avec combles construit par Néolia au 15, rue de la Brume est entièrement occupé. En effet, les 16 logements du T2 au T4 ont rapidement trouvé preneur et les locataires ont pris possession de leur logement ces derniers mois.

Wagner. Le dernier programme de logements

est lancé. Trente logements intermédiaires (petits immeubles collectifs où chaque logement a son entrée privative) sont en construction dans le quartier Wagner. Situé rue de la Mertzau, à côté du siège de Mulhouse Habitat et en face du futur hôtel de police, ce programme de l’architecte Marc Dauber est le dernier projet à sortir de terre dans le quartier. Les 30 logements devraient être livrés début 2011. Au total, 168 logements locatifs auront été construits entre 2005 et 2011.


36

sortir à Mulhouse Loisirs

Evénement

A la découverte de Mulhouse « by night » Avec une fréquentation en hausse chaque année, la Mulhouse Rando GDF-Suez s’impose comme une manifestation incontournable. Cette randonnée urbaine, familiale et festive revient, ce samedi 20 mars, premier jour du printemps.

P

our célébrer le retour des beaux jours, la Ville, le Club vosgien Mulhouse et Crêtes et GDF-Suez convient à une marche nocturne dans les rues de la ville. Si le parcours ne sera révélé qu’au dernier moment, le thème de cette cinquième édition est d’ores et déjà connu : il s’agit du Vieux Mulhouse. Un indice qui permet d’imaginer à quoi pourra ressembler le parcours de la manifestation cette année. La distance et la durée de cette marche nocturne, en revanche, ne changent pas : un peu moins d’une dizaine de kilomètres pour environ deux heures de marche. Une formule qui séduit chaque année un nombre croissant de marcheurs venus de toute l’agglomération, et même au-delà puisqu’une cinquantaine de marcheurs allemands ont participé l’an passé et découvert Mulhouse de nuit. « Cette manifestation monte en puissance chaque année, souligne Jean-Pierre Walter, adjoint au maire délégué au Tourisme. C’est un moyen de profiter de la nature en milieu urbain et de découvrir Mulhouse différemment mais également de bouger à l’arrivée du printemps. Les gens sont souvent surpris d’avoir marché 10 km sans s’en être rendu compte. » Plus de 1 500 marcheurs étaient au rendez-

Plus de 1500 personnes ont participé à la Mulhouse Rando GDF Suez l’an passé.

vous en 2009, un record pour cette manifestation encore jeune, initiée en 2006 à la suite de la sortie du guide Mulhouse et environs du Club vosgien. « Du tourisme de proximité » De 500 participants lors de sa première édition, la randonnée en a ensuite attiré 800 en 2007 puis 1 200 en 2008. La hausse du nombre de participants entraîne un défi logistique que relève chaque année l’équipe d’organisation. « Faire se déplacer plus de 1 500 personnes de nuit dans les rues de la ville nécessite une bonne organisation, observe Céline Castaldini, chef du service Evénement de la Ville. Nous travaillons avec le Club vosgien, qui assure notamment le balisage, et également avec la Police municipale, qui assure l’encadrement et la sécurité. » Après un ravitaillement en cours de route, une collation sera offerte à tous les partiL’écho Mulhousien N° 321 mars 2010

cipants à l’issue de la randonnée, vers 23h, place de la Réunion. « Le cadre et l’ambiance de la randonnée en font une manifestation familiale et très sympathique, poursuit JeanPierre Walter. C’est vraiment du tourisme de proximité. » Au départ, chaque randonneur se verra remettre un dépliant, présentant le circuit ainsi que quelques précisions historiques sur les bâtiments et les sites qui le jalonnent. Un cadeau « lumineux » sera également offert à tous les participants par GDF-Suez, un objet qui mettra l’accent sur le développement durable, l’entreprise étant partenaire du Plan climat de la Communauté d’agglomération. Samedi 20 mars. Rendez-vous devant la piscine Pierre et Marie Curie. Accueil à partir de 20h, départ à 21h. Animation gratuite. Renseignements : service Evénements, tél. : 03 69 77 67 77.


37

FESTI V AL

La culture en mouvement Dadi Wirz présentera lui même ses œuvres, samedi 13 mars à 15h.

EXPOSITION

Estampes d’un artiste explorateur n En 2009, le graveur bâlois Dadi Wirz enrichissait le fonds du Cabinet des estampes en lui faisant un don exceptionnel de 114 œuvres. Afin que le grand public puisse découvrir le travail de celui qui étudia au côté de Juan Miro et Max Ernst, la bibliothèque Grand’rue expose une quarantaine de ses œuvres à partir du samedi 6 mars. L’œuvre de Dadi Wirz est singulière. Symbiose de multiples cultures, elle focalise avec humour la rencontre d’un art conceptuel sophistiqué et du caractère sacré des arts premiers. Fils d’un célèbre

ethnologue, l’artiste a voyagé dans le monde entier et notamment en Nouvelle Guinée, y puisant les bases d’un vocabulaire artistique qu’il construit à partir des formes géographiques. Dans l’Atelier 17 de Stanley William Hayter, le graveur le plus important du XXe siècle, il apprend la technique des eauxfortes dont celle, très rare, de la gravure en couleurs. Du samedi 6 mars au vendredi 30 avril à la bibliothèque Grand’rue. Visites guidées samedis 13 mars (par l’artiste), 27 mars et 10 avril à 15h. Tél. : 03 69 77 67 17.

n A la faveur de la troisième édition du festival Trans(e), l’expression artistique allemande, française et suisse est plus que jamais en mouvement pour venir se poser à La Filature, du vendredi 5 au samedi 13 mars. « Je me suis toujours senti très bien à la frontière de plusieurs cultures », explique Joël Gunzburger, directeur de La Filature et à l’origine du festival. Incarnant le brassage et la circulation des idées, le choix même d’une programmation évoquant le mouvement vient renforcer cette dynamique. Ainsi y découvre-t-on, entre autres, du théâtre déambulatoire en bus avec Goya, le diable marchant à nos côtés avec la création chorégraphique de Heddy Maalem, des Microfictions en déplacement pour un parcours savoureux et théâtral, et une nuit électro qui promet une Trans(e)portation du public… Festival Trans(e) : du vendredi 5 au samedi 13 mars à La Filature. Tél. : 03 89 36 28 28. Programmation dans l’agenda.

ART CONTEMPORAIN

Le retour en grâce de la sculpture n Jusqu’au dimanche 28 mars à la Kunsthalle, « Les sculptures meurent aussi » représente le troisième et dernier volet d’un triptyque conçu par le commissaire d’exposition invité Lorenzo Benedetti. « Mon projet artistique est conçu comme une seule exposition, présentée en plusieurs épisodes, qui m’ont permis de décrire des positions récentes dans l’art contemporain. » La thématique d’ensemble s’est attachée à comprendre les rapports qui s’opèrent entre une œuvre et son contexte, et ce dernier volet s’attarde sur la place majeure retrouvée aujourd’hui par la sculpture dans l’art contemporain. « L’époque que nous vivons est celle d’un retour à la sculpture, à la forme et à la matière », poursuit Lorenzo Benedetti, qui a convié pour l’occasion sept plasticiens internationaux à revendiquer cette position. Jusqu’au dimanche 28 mars à la Kunsthalle, centre d’art contemporain. La Fonderie, 16, rue de la Fonderie. Tél. : 03 69 77 66 47. Le travail de la forme s’enrichit aussi de la déformation des matériaux par le temps qui passe.

« Mais le diable marche à nos côtés » du chorégraphe Heddy Maalem.

L’écho Mulhousien N° 321 mars 2010


38

sortir à Mulhouse Loisirs

FESTIVAL

Le CCA fait son cinéma

Emily Loizeau sera, samedi 27 mars à 20h30, à La Filature dans le cadre de la Semaine de la chanson.

MUSIQUE

Fictions, reportages, films d’animations… Le festival est ouvert à tous les genres, excepté les souvenirs familiaux et les films institutionnels.

n Fictions, reportages, documentaires, films d’animation… Le festival de courts-métrages Mulhouse tous courts ne connaît pas de frontières des genres. Mise sur pied par le Centre de création audiovisuelle (CCA), cette 25e édition trouvera son épilogue le samedi 27 mars lors des projections publiques des films présélectionnés, suivies de la remise des prix. Traditionnellement réservé aux réalisateurs alsaciens, ce cru 2010 s’ouvre pour la première fois à l’ensemble des réalisateurs de l’Hexagone, amateurs ou professionnels. Pour Louis Brengarth, président du CCA depuis 35 ans, pas de doute : le niveau général des films en compétition monte. « Tant sur le plan technique que de la mise en scène, de l’écriture ou de la bande-son, les réalisations ont gagné en qualité. » La révolution numérique est passée par là : « La vidéo et le montage par ordinateur sont aujourd’hui accessibles à tous. » Outre le festival de courts-métrages, les 20 membres réguliers du CCA se retrouvent chaque lundi soir et travaillent sur trois grands projets : une fiction, un documentaire-fiction sur l’œuvre du peintre Christian Geiger et un film publicitaire. Mulhouse tous courts, samedi 27 mars de 9h30 à 12h et de 14h30 à 18h30 au CCA, 2bis, rue du Port. Entrée libre. Date limite de dépôt des films : dimanche 7 mars. Renseignements : 03 89 52 23 03 http://ccamulhouse.over-blog.com

Emily Loizeau : « J’ai un parcours un peu hors balise »

P

ropulsée sur le devant de la scène en 2006 avec « L’autre bout du monde », Emily Loizeau défendra, le samedi 27 mars à La Filature, son nouvel album dans le cadre de la Semaine de la chanson. Quelle est l’influence de votre formation en piano classique sur vos compositions actuelles ? Elle a forcément une empreinte sur ma manière de jouer, d’écrire, de penser la musique, de l’arranger. J’ai un parcours un peu hors balise : après avoir étudié le piano classique durant des années, je m’en suis éloignée en faisant des études de philosophie puis du théâtre. Il a fallu tout ce cheminement pour avoir envie d’écrire des chansons et de les chanter. Je suis venue sur le tard à la chanson, pour vivre la musique autrement. Comment se situe votre nouvel album Pays Sauvage par rapport au précédent ? Il s’inscrit dans une certaine continuité mais traduit aussi une volonté d’aller vers quelque chose de plus animal, de plus instinctif dans la manière d’aborder l’écriture et dans la manière de chanter. Certains titres sont aussi en anglais. Cet

L’écho Mulhousien N° 321 mars 2010

album reflète ma double culture, avec un père français et une mère britannique. Herman Düne et Moriarty – pour ne citer qu’eux – ont collaboré à votre album. La musique est-elle une affaire collective ? Oui et non. D’abord, il y a l’écriture des chansons que je ne conçois pas autrement que seule dans mon coin. Partager ce moment est impossible car il relève de l’intime. Le premier jet de mes chansons appelle ensuite un travail collectif, une ouverture aux autres… Sur scène, ça se traduit comment ? Je suis entourée de 4 musiciens, ma garde rapprochée. Je ne suis désormais plus systématiquement derrière mon piano, je suis plus mobile, je joue des percussions… Par la scénographie, on essaie de transcrire sur scène l’ambiance de l’album, le rêve, l’histoire tant sur le plan visuel que sur le plan sonore. Je pars de l’idée qu’un concert ne peut se limiter à « recracher » un album. On vient voir un artiste en spectacle pour qu’il nous emporte ailleurs… Semaine de la Chanson, du samedi 20 au dimanche 28 mars. Programme détaillé dans l’agenda. Renseignements : 03 89 36 28 28.


39 DANSE

Roméos et Juliettes, version hip hop THEA T R E

Un mariage à l’italienne n Avec la création de Filumena Marturano, le Poche Ruelle poursuit sa saison italienne autour du dramaturge Eduardo de Filippo, maître de la comédie napolitaine. « Le propos de cette pièce, qui fut adaptée au cinéma dans Mariage à l’italienne avec Marcello Mastroianni et Sophia Loren, est universel, souligne le metteur en scène Jean-Marie Meshaka. On est tous parfois amenés à gérer les non-dits pour maintenir une harmonie. » Filumena, craignant de voir son amant lui échapper, feint d’être mourante et le supplie de l’épouser après 25 années de vie

commune. A peine cède-t-il à sa requête qu’elle lui apprend, soudain rayonnante, qu’elle a trois grands enfants dont un de lui… De turbulences en manipulations, leurs relations se transforment alors en saga familiale. « Le mensonge est souvent nécessaire, poursuit le metteur en scène. Ainsi Filumena, ancienne prostituée, at-elle supporté pendant longtemps les lâches incartades de son compagnon pour profiter de son argent et élever en secret ses enfants… » Du vendredi 12 mars au samedi 8 mai au théâtre Poche-Ruelle. Tél. : 03 89 42 71 15.

THE A T R E

Signé Guitry n Le 1 mars au théâtre de la Sinne, Corinne Le Poulain et Olivier Lejeune sont à l’affiche d’une célèbre pièce de Sacha Guitry : Le Nouveau testament. Rien de biblique en vérité dans ce petit joyau de comédie où Guitry tisse un entrelacs de révélations sur fond d’infidélité conjugale. Un médecin, qui n’ignore rien de l’adultère de sa femme, la surprend dans les bras de son amant. Il décide alors de passer pour mort, laissant à son entourage un testament où il délivre quelques secrets qui impliquent chacun. Et c’est alors que Guitry, que l’on considère parfois comme un dramaturge bourgeois, fait voler en éclat certaines vérités consensuelles. Quelques citations plantent le décor : « Une femme qui s’en va avec son amant n’abandonne pas son mari, elle le débarrasse d’une femme infidèle. Ce qui fait rester les femmes, c’est la peur qu’on soit tout de suite consolé de leur départ. »

Acrobatique et énergique, le hip hop se frotte à la narration et au romantisme dans une version originale de Roméo et Juliette.

er

Lundi 1er mars à 20h 30 au théâtre de la Sinne. Tél. : 03 89 33 78 01. Corinne Le Poulain partage l’affiche du Nouveau testament avec Olivier Lejeune.

n C’est un regard nouveau, original et décalé, que pose Sébastien Lefrançois sur la célèbre pièce de Shakespeare. Pour la première fois, les principales scènes de Roméo et Juliette vont être interprétées par des danseurs de hip hop, accompagnés d’un circassien et d’un comédien. Une cohabitation inattendue qui replace le récit intemporel – un amour interdit dans un univers de rivalité – dans l’actualité des cités. Tout contribue à donner un caractère foncièrement moderne à la pièce : l’énergie acrobatique du hip hop ; les costumes mêlant codes vestimentaires actuels et d’époque, la bande son mixant musique symphonique et création électronique. Même le titre, en se déclinant au pluriel, nous suggère que nous sommes tous des Roméos et Juliettes… Mardi 30 mars à 20h30 à La Filature. Tél : 03 89 36 28 28.

L’écho Mulhousien N° 321 mars 2010


40

sortir à Mulhouse agenda

OPERA

Les Journées Chopin

A travers sept concerts, deux Ariadne auf Naxos conférences et une exposition, le Conservatoire de Mulhouse Richard Strauss inscrit cet organise un événement opéra dans l’effervescence autour de Frédéric Chopin. intellectuelle du siècle des Lumières. Une nouvelle Parmi les temps forts au foyer production de l’Opéra national Sainte-Geneviève : récital du Rhin avec l’Orchestre de piano de Gilles Landini symphonique de Mulhouse. dimanche 14 mars à 17h ; Vendredi 5 mars à 20h et dimanche Les romantiques polonais 7 mars à 15h au théâtre de la Sinne. jeudi 18 mars à 20h ; Frédéric Tél. : 03 89 33 78 00. Chopin et Georges Sand, Geen Krimp, Gustav ! conférence de Philippe Meyer et concert-lecture chorégraphié, samedi 20 mars à 20h. Du mardi 9 au dimanche 21 mars. Renseignements : www.mulhouse.fr 03 89 44 20 48.

Chants et poésies polonais

Platée

Les Chœurs et le Ballet de l’Opéra national du Rhin donnent cette comédie lyrique de Jean-Philippe Rameau à l’humour dérangeant. Dimanche 28 mars à 15h et mardi 30 mars à 20h au théâtre de la Sinne.

MUSIQUE CLASSIQUE Gratte-moi la pulse

Musiques du monde interprétées par huit musiciens intervenant en milieu scolaire. Vendredi 5 mars à 20h30 au foyer Sainte-Geneviève.

100 guitares et mandolines

Le Conservatoire de Mulhouse réunit dans une Heure musicale les élèves et les professeurs de 15 écoles du Haut-Rhin. Samedi 6 mars à 17h au temple Saint-Etienne.

Samedi 20 mars à 17h au temple Saint-Etienne.

Chopin, Schumann

Une Heure musicale avec les jeunes solistes du Conservatoire de Strasbourg et le jeune chœur du Conservatoire de Mulhouse. Samedi 27 mars à 17h au temple Saint-Etienne.

Trios baroques

Sonates de musique française et allemande. Samedi 27 mars à 20h30 au foyer Sainte-Geneviève.

MUSIQUE

Dialogue franco-turc

Le chœur d’hommes Yaroslavsky spev interprète des chants orthodoxes de Carême et de Pâques.

Samedi 13 mars à 17h au temple Saint-Etienne.

Mercredi 10 et jeudi 11 mars à 19h30 à La Filature.

Une Heure musicale avec les jeunes solistes du Conservatoire de Colmar.

Pâques en Russie

Une Heure musicale en compagnie de la chorale polonaise Krajobrazy.

Interprétés par Jaap Blonk dans une mise en scène de Ludivine Petit, les Lieder de Gustav Mahler se confrontent à la création contemporaine. Festival Trans(e).

Chopin, Schumann

n Dans le cadre de la Saison de la Turquie en France, Mulhouse accueille trois événements pour saluer quelques facettes des richesses de ce pays. Müsenna, fêtes et divertissements à Istanbul au XVIIe siècle (1) est un spectacle conçu par la soprano franco-turque Chimène Seymen. L’ensemble de musique baroque La Turchescha y répond à Cevher-i Musiki, orchestre de musique ottomane, entre théâtre d’ombre, danse et acrobaties pour refléter la rencontre de l’Orient et de l’Occident. Frère Alberto Fabio Ambrosio, spécialiste du soufisme, vient éclairer les mystères des derviches tourneurs (2), tandis que Tashin Yucel, écrivain turc et traducteur de nombreux écrivains français, est l’invité du Café littéraire de Jacques Lindecker..

Mardi 30 mars à 20h30 au temple Saint-Etienne. Tél. : 03 89 66 93 13.

Fauré, Schumann, Schönberg

Pelleas et Mélisande, musique de scène de Gabriel Fauré, Concerto pour piano de Robert Schumann, Pelléas et Mélisande, poème symphonique d’Arnold Schönberg par l’Orchestre symphonique de Mulhouse dirigé par Daniel Klajner. Vendredi 19 et samedi 20 mars à 20h30 à La Filature. Conversations d’avant-concert de 19h30 à 20h15 : Pelleas et Mélisande, de la musique de scène au poème symphonique par Hélène Mouty.

MUSIQUE ACTUELLE General Elektriks

Une puissante formation groove électro. Mercredi 3 mars à 20h au Noumatrouff.

(1) Mercredi 24 mars 2010 à 20h 30 au Théâtre de la Sinne. (2) Mercredi 3 mars à 20h à la bibliothèque Grand’rue. (3) Mardi 9 mars à 18h30 à la bibliothèque Grand’rue.

Milk

Electro rock. Jeudi 4 mars à 21h au bar Les Copains d’Abord.

Madball

Un leader de la scène hardcore mondiale. Vendredi 5 mars à 20h30  au Noumatrouff.

Alex Gopher

Soirée clubbing électro. Samedi 6 mars de 22h à 4h au Noumatrouff.

Izïa

Influencée par Led Zeppelin et Kurt Cobain, la fille de Jacques Higelin propose un rock puissant anglophone. Vendredi 12 mars à 20h30  au Noumatrouff.

The Sunday Drivers

Soirée pop rock avec les auteurs espagnols du hit On My Mind. Samedi 13 mars 20h30 au Noumatrouff.

L’écho Mulhousien N° 321 mars 2010

Nuit Electro

Au programme : Ellen Allien, personnage phare de la scène électro internationale, et Danger, influencé par la house des années 80. Festival Trans(e). Samedi 13 mars à 23h à La Filature.


41 Des joues fraîches comme des coquelicots

The Album Leaf Mélodies limpides et voix feutrées constituent l’univers de ce groupe américain post rock. Mercredi 17 mars à 20h au Noumatrouff.

La nuit du gospel

Batlik se mêle l’univers mélancolique d’Alexis HK.

rythmée par la musique de Fritz Hauser. Festival Trans(e).

Samedi 20 mars à 21h au Noumatrouff.

Mardi 9 mars à 20h30 à La Filature.

• YuLeS : le duo gagnant de

Ultra mexicaine.

jeudi 25 mars à 19h30 à La Filature.

Jeudi 25 mars à 21h au bar Les Copains d’Abord.

• Soirée concours dé-

Scène ouverte Rock

couvertes : les candidats interprètent une chanson de Jacques Dutronc et deux de leur répertoire.

Mercredi 17 mars à 20h30  au temple Saint-Etienne.

La Tofaîe

Chansons swing. Vendredi 19 mars à 21h au bar Les Copains d’Abord.

Semaine de la chanson • Batlik / Alexis HK : au style percutant de

Soirées à la patinoire • Samedi 6 mars.

Mardi 23 mars à 20h30  à La Filature.

• Soirée Herzfeld

Avec Craig Adams, figure emblématique des églises noires de La Nouvelle-Orléans.

JEUNE PUBLIC

la Soirée concours découvertes 2009 revient sur scène avec ses airs folk et rock.

Vendredi 26 mars à 20h30  à La Filature.

• Emily Loizeau samedi 27 mars à 20h30  à La Filature.

• Coming Soon et invités : l’alchimie d’un folk à la Dylan et d’un rock proche du Velvet Underground.

Dimanche 28 mars à 18h30  à l’Espace Tival de Kingersheim.

Daniel Khan & The Painted Bird Cabaret punk.

Dead Duck, Nils, Red Sheep. Samedi 27 mars à 20h30 au Noumatrouff.

THEATRE Microfictions

Entre gastronomie et littérature, la compagnie Dérézo invite à un parcours surprenant. Festival Trans(e). Jeudi 11, vendredi 12 et samedi 13 mars à 19h30 à La Filature.

Goya

Embarqué dans un bus qui traverse la ville, le spectateur découvre l’univers de

Rodrigo Garcia. Festival Trans(e). Mardi 9, mercredi 10, jeudi 11 mars à 19h et 21h, vendredi 12 mars à 20h30 et samedi 13 mars à 17h30 à La Filature.

Effet miroir

Spectacle musical et poétique du groupe Géranium dans le cadre du Printemps de poètes et du printemps pour notre Langue. Jeudi 25 mars 19h30 à la bibliothèque Grand’rue. Entrée libre.

DANSE Dream Season

n La deuxième pièce de saison du théâtre Saint-Fridolin rappellera de bons souvenirs aux

Techno-house.

• Samedi 27 mars.

CULTURE REGIONALE

D’r Nathan un d’andra

Do bin I un do blib !

Soirée bonbons.

• Samedi 20 mars.

Soirée black out. L’Association d’accueil des Patinoire olympique. demandeurs d’asile et la Pastorale des Migrants invitent Tél. : 03 69 77 67 68. le Théâtre du Potimarron à Rendez-vous contés donner cette pièce qui porte 4-6 ans un regard sur la politique • Mercredi 10 mars à 15h d’immigration en France. à la bibliothèque Grand’rue. Samedi 20 mars à 20h30 au Pax, 54, rue de Soultz. Entrée libre. Inscriptions : 03 69 77 67 17. Tél. : 03 89 45 19 02. • Mercredi 17 mars à 14h30 à la bibliothèque Salvator. Inscriptions : 03 69 77 66 60. • Mercredi 24 mars à 14h30 à la bibliothèque de Bourtzwiller. Inscriptions : 03 69 77 66 77. D’R Hahne Tropft in • Mercredi 31 mars à 14h30 à da 4 Johreszitta la bibliothèque des Coteaux. La nouvelle revue de la Inscriptions : 03 89 42 43 29. troupe du Lerchenberg. Samedi 6 mars à 20h30 et dimanche 7 mars à 15h au théâtre du Lerchenberg. Réservations : 03 89 33 09 08.

THE A T R E D I A L E C T A L

• Samedi 13 mars.

Une succession de scènes cinématographiques cultes rejouées par cinq danseurs. Festival Trans(e).

téléspectateurs assidus de l’émission Au théâtre ce soir. Car il s’agit bien de l’adaptation alsacienne de la célèbre comédie J’y suis, j’y reste ! que la troupe inscrit en 2010 à son répertoire. Mise en scène par Claudine Kienle, cette comédie replonge dans les péripéties d’une femme apprenant que l’aventurière lui ayant dérobé son identité vient d’épouser un baron…

Vendredi 5 mars à 20h30 et samedi 6 mars à 19h30 à La Filature.

Dimanche 7 mars à 15h, samedi 13 mars à 20h15, dimanches 14 et 21 mars à 15h à l’ACL Saint-Fridolin, 9, rue des Pins. Réservations : 06 43 26 11 95.

Heddy Maalem s’interroge sur le devenir du monde à travers une chorégraphie épurée

Mais le diable marche à nos côtés

L’écho Mulhousien N° 321 mars 2010

La maison

Un spectacle de danse de la Cie Pernette nommé aux Molière Jeune public 2009. Deux personnages sont confrontés aux facéties d’un étrange mobilier. Dès 5 ans. Tréteaux jeunesse. Dimanche 14 mars à 16h et mercredi 17 mars à 15h au théâtre de la Sinne.

Les Petits Socrate Goûter philosophique animé par Martine Boncourt, docteur en sciences de l’éducation. De 8 à 12 ans. Mercredi 17 mars de 14h30 à 16h au Cercle du Drouot, 5, rue de Provence. Inscriptions : 03 69 77 77 55.

Des joues fraîches comme des coquelicots Sous forme de théâtre chanté tour à tour lyrique et rock, sept femmes revisitent l’histoire de la petite fille au manteau rouge. Mercredi 17 mars à 15h et 19h30  à La Filature.


42

sortir à Mulhouse agenda

SPORT Basket ball • FC Mulhouse - Alliance

Basket Creusotin. Championnat de France NF3.

Dimanche 7 mars à 15h30  au Palais des Sports.

• FC Mulhouse - ACSL

Furdenheim. Championnat de France NF3.

Dimanche 14 mars à 15h30  au Palais des sports.

Duathlon de l’UHA

• FC Mulhouse - Raon l’Etape. CFA Mercredi 31 mars à 18h au Stade de l’Ill.

Handball MHSA - Paris. Match de Championnat de France D2. Vendredi 19 mars à 20h30 au Palais des sports.

Hockey sur glace Mulhouse - Amnéville.

Football • FC Mulhouse Compiègne. CFA

Samedi 6 mars à 18h au Stade de l’Ill.

• FC Mulhouse Dunkerque. CFA

Samedi 20 mars à 18h au Stade de l’Ill.

CINEMA /ARTS NUMERIQUES Festival 35 mm

La découverte de la jeune création française et européenne à travers courts et longs métrages, assortie de rencontres avec les réalisateurs. Jusqu’au mardi 9 mars au Bel Air. Renseignements : 03 89 60 48 99 06 31 31 19 90 -www.cinebelair.org

Samedi 13 mars à 17h30 à la Patinoire olympique.

Pixels

Mardi 9 mars à 20h au Palais des sports.

Du vendredi 5 au samedi 13 mars à La Filature.

Un millier d’étudiants s’affrontent dans des épreuves de course Tennis de table à pied et VTT en catégories Mulhouse Tennis de table individuelles, mixtes, déguisées. féminin - Mirande féminin. Jeudi 25 mars à partir de 12h30 au Rencontre Pro B Dames. Stade de l’Ill. Tél. : 03 89 33 66 92.

Vente de Pyssanki

Volley ball ASPTT Mulhouse féminin - Saint-Raphaël féminin. Match de championnat de France de Nationale A. Samedi 6 mars à 20h au Palais des sports.

Une installation sonore et lumineuse de Cécile Babiole créée à partir de séquences cinématographiques en ultra basse résolution. Festival Trans(e).

L’architecture du chaos

De Peter Cohen (Suède), projection suivie d’un débat, dans le cadre des Mercredis de l’architecture. Mercredi 17 mars à 20h au Bel Air.

Les Incas

Repas, diaporama sur les actions menées au Nepal durant 15 ans, danses indiennes et Jeudi 18 mars à 14h30 et 20h30 au vente d’artisanat composent le Palace. menu du 15e anniversaire de l’association Keta-Keti Népal, Hamlet Nathalie Dessay est à l’affiche dont les recettes iront aux enfants déshérités népalais. de cet opéra d’Ambroise Samedi 20 mars à partir de 14h Thomas, retransmis à la salle des ateliers Sinclairs, depuis le Metropolitan 2, avenue Joffre. Renseignements : Opera de New York. Samedi 27 mars à 18h au Kinépolis.

animation Salon du Chat

Samedi 6 et dimanche 7 mars de 10h à 18h au Parc expo.

Journée de la femme Sur le thème de la situation des femmes dans le monde, dialogues, buffet interculturel et musiques organisés par le Conseil départemental des associations familiales laïques du Haut-Rhin avec le groupe Six-Huit au Cameroun et le spectacle afrogospel de Jia. Dimanche 7 mars à partir de 14h30 à la FAC, 18, rue d’Alsace.

Bandes dessinées Présentation d’une sélection de BD autour des lauréats du Festival d’Angoulême. Mardi 16 mars à 18h30 à la bibliothèque Grand’rue.

Le retour des Puces n Samedi 20 mars, les Puces mulhousiennes sont de retour au pied du temple SaintEtienne. Le troisième samedi du mois, de mars à octobre, une dizaine de brocanteurs professionnels de la région font le bonheur des chineurs à la recherche de vieux bibelots et de livres. Samedi 20 mars de 7h à 18h, place de la Réunion.

03 89 42 84 98.

Vente de Pyssanki

Une centaine d’éleveurs exposent près de 300 chats de 30 races, du Main-Coon le plus gros au Singapura le plus petit.

ANI M A T I O N

Soutien au Népal

A la recherche du fabuleux trésor : ciné-conférence de Connaissances du Monde.

Les petits déjeuners du bout du monde Une rencontre interculturelle et culinaire sur le thème de la Turquie. Jeudi 18 mars de 9h30 à 11h30 à la bibliothèque du Drouot. Tél : 03 69 77 77 27.

L’écho Mulhousien N° 321 mars 2010

Vente d’œufs en bois peint d’Ukraine pour financer l’accueil d’enfants ukrainiens et russes durant l’été 2010. Samedis 20, 27 mars et 3 avril, place des Victoires et dans les supermarchés.

Week-end art contemporain • Samedi 20 et dimanche 21 mars à 15h : visites guidées gratuites de l’exposition « Les sculptures meurent aussi ». De 14h à 17h : ateliers pour enfants proposés par les Ateliers pédagogiques d’arts plastiques. Inscriptions : 03 69 77 77 38. • Dimanche 21 mars à 11h : visite guidée apéritive de l’exposition. Entrée libre. A 9h : départ en bus vers divers lieux d’art contemporain, du Fonds régional d’art contemporain de Sélestat au Musée d’art moderne et contemporain de Strasbourg. Inscriptions : julie. morgen@culture-alsace.org Samedi 20 et dimanche 21 mars à la Kunsthalle - centre d’art contemporain Mulhouse.

Marché aux puces des brocanteurs Dimanche 21 mars de 7h à 13h sur la dalle du marché du canal couvert.


43 Le Rezo !   fait son cinéma

Sabine et Daniel Clochey

L’association invite à la découverte de vidéos et photos réalisées en 2009 lors des échanges réciproques de savoirs.

Gravures et dessins. Jusqu’au dimanche 28 mars au musée des Beaux-Arts. Rencontre avec les artistes samedis 6 et 20 mars à 15h.

Jeudi 25 mars de 14h30 à 17h et de 18h30 à 21h au centre socioculturel Porte du Miroir.

Tél. : 03 89 33 78 11. Entrée libre.

Décrypter l’art

Visite guidée autour des marines d’Eugène Boudin, par Mickaël Roy. Dimanche 28 mars à 15h30 au Musée des Beaux-arts. Entrée libre.

Café histoire

Une rencontre avec Georges Bensoussan, spécialiste d’histoire juive européenne, pour dialoguer autour du thème de la Shoah et de l’Etat d’Israël. SHGM. Mardi 30 mars à 18h30 au Grand Comptoir de la gare.

CONFERENCE Art • « Station Mir » : David

Dronet présente cette structure qui accompagne les artistes lors de résidences.

Lundi 1er mars à 17h au Quai, école supérieure d’art de Mulhouse. Entrée libre.

• « Giacomo Puccini : un

compositeur européen ? » : extraits musicaux et conférence de Gilles Wolfs de l’UHA. Association Dante Alighieri.

Jeudi 4 mars à 20h à la Cour des Chaînes, 15 rue des Franciscains. Entrée libre.

Histoire

• « Les métiers de l’impression alsacienne aux XVIIIe et XIXe siècles » : par Bernard Jacqué, président de la Société d’histoire et de géographie de Mulhouse. Jeudi 4 mars à 18h30, salle de la Décapole de l’Hôtel de Ville, place de la Réunion.

Santé

• Réunion-débat sur l’appareillage auditif Dans le cadre de la journée de l’audition, M. Jehan Guthleben, de Audition Guthleben animera un débat consacré aux idées reçues sur l’appareillage auditif. Jeudi 11 mars à 10h, à la Maison du temps libre, 16 rue Engel Dollfus. Entrée libre.

Les sculptures meurent aussi

EXPOSITION

L’affiche fait son show n Tout au long du mois de mars, les Tréteaux de Haute-Alsace retracent au théâtre de la Sinne 30 années d’affiches de spectacle. Tandis qu’un concours d’affiche (1) invite les esprits créatifs à se mettre en scène, une soirée conviviale (2) enrichie de lectures de textes de Pierre Desproges et d’un ciné-concert célèbrera dix ans de complicité avec le graphiste et illustrateur mulhousien Dominique Schoenig. Exceptionnellement en mars, le théâtre ouvrira ses portes du mardi au vendredi de 12h à 14h, histoire de visiter l’expo et de déguster un café en feuilletant des textes de pièce. Du 1er au 31 mars au théâtre de la Sinne. (1) Renseignements : 03 89 66 06 72 www.treteaux-alsace.com. (2) Samedi 20 mars à partir de 20h30. Entrée libre sur réservation.

• Une société postmortelle,

• Réunion d’information sur les allergies des enfants A l’occasion de la 4e journée française de l’allergie, conférence animée par un médecin allergologue.

du déni de la mort à la quête d’une vie sans fin, avec Céline Lafontaine, sociologue.

Mardi 23 mars à 18h30, à la Société industrielle de Mulhouse, salles Engelmann (1 et 2), 10, rue de la Bourse. Entrée libre.

Religion

• « Pratique juive de la sainteté : le culte, le rite, la prière » : par le professeur Armand Abecassis. Amitié judéo-chrétienne de Mulhouse. Jeudi 18 mars à 20h15 dans l’amphithéâtre de la Cour des Chaînes, 13 rue des Franciscains.

du film La chambre du fils de Nanni Moretti. Mardi 16 mars à 20h au Bel Air.

• Réussir sa mort ? Mardi 23 mars à 20h30 à la Maison diocésaine Teilhard de Chardin.

• « Conduire un projet, un jeu

Jusqu’au 5 mars à la Cour des Chaînes.

Paris Design en mutation Onze designers présentent leurs travaux intégrant les impacts des changements écologiques et énergétiques dans nos modes de vies.

Jeudi 25 mars de 14h à 17h à l’Institut supérieur social de Mulhouse, 4 rue Schlumberger. Tél. : 03 89 33 20 00.

Mercredi 24 mars à 20h à la bibliothèque Grand’rue.

Société • « Les pierres, source d’éveil

EXPOSITION

des valeurs de l’individu » : par Jacqueline Schaub, kinésiologue, énergéticienne.

Ultralight

Vendredi 5 mars à 20h à l’Espace Création, 41, allée Gluck. Renseignements : 03 89 55 05 37.

de trois rencontres proposées par le Centre Porte Haute.

• Soirée ciné-débat autour

Peintures de Frédérique Soehnlen-Manougli..

Jusqu’au dimanche 28 mars paradoxal, mais quel cassetête ! » : par Jean-Pierre Boutinet, au Musée EDF Electropolis. Tél. : 03 89 32 48 50. chercheur en sciences sociales.

• « Qu’est-ce qu’un catholique aujourd’hui ? » : par Michel Deneken. Association Bible et Culture.

• « Affronter la mort » : cycle

Mardi 9 mars à 20h30 à la Maison Teilhard de Chardin, 17, rue de la Cigale.

Dénudée d’abstraction

Design graphique avec Harmen Liemburg et les étudiants du Quai Jusqu’au 11 mars à l’école supérieure d’art de Mulhouse, 3 quai des pêcheurs, 03 69 77 77 20, www.lequai.fr

L’écho Mulhousien N° 321 mars 2010

Lorenzo Benedetti invite sept plasticiens à questionner la place de la sculpture dans l’art contemporain. Jusqu’au dimanche 28 mars à la Kunsthalle Mulhouse - centre d’art contemporain. La Fonderie. Entrée libre. Visites guidées à 15h les samedis et dimanches. Kunstapero : jeudi 4 mars à 18h (5 € sur inscription au 03 69 77 66 47). Kunstdéjeuner : vendredi 12 mars à 12h15. Entrée libre sur inscription au 03 69 77 66 47.

Rêve de cachemire Châles imprimés cachemire et réalisations de Christian Lacroix autour de ce thème. Jusqu’au samedi 16 octobre au Musée de l’impression sur étoffes. Tél. : 03 89 46 83 00.

La vie du bon côté Un hommage à Francis Rigoni, artiste en situation de handicap. Du mardi 2 au jeudi 11 mars dans les locaux de l’accueil de jour de l’Association des paralysés de France, 10, rue de Chemnitz.

Mon reg’Art Pictural Peintures de Jacky Grandperrin. Du mercredi 10 mars au vendredi 26 mars à la Cour des Chaînes.

Pour paraître dans l’agenda Chaque mois, L’écho mulhousien s’efforce de proposer un agenda des plus complets des manifestations. Pour y figurer, dans la mesure de l’espace disponible, il suffit de nous envoyer vos informations au plus tard le 10 du mois précédant la parution. En raison d’impératifs techniques, la publication des informations parvenues à la rédaction après cette date n’est pas assurée. Vos informations peuvent nous être envoyées par courrier (L’Écho mulhousien, mairie de Mulhouse, BP 10020, 68948 Mulhouse cedex 9), par fax (03 89 32 69 02) ou par courrier électronique (echo.mulhousien@mulhouse.fr).


44

sortir à Mulhouse histoire

Des murs charg Située place de la Réunion, la maison Mieg est un témoin particulièrement bien conservé du riche passé de Mulhouse. Elle constitue un véritable livre d’histoire, tant ses murs en gardent la trace.

Mathieu Mieg, « le chroniqueur » n Quand on évoque la maison Mieg, on pense tout naturellement à l’un de ses propriétaires, Mathieu Mieg dit « le chroniqueur ». Si le bâtiment a appartenu pendant 161 années à sa famille, c’est bien lui qui a marqué les esprits, tout d’abord pour sa réussite professionnelle en qualité de marchand de draps. Il fut aussi un grand voyageur, consignant par écrit ses observations, notamment lors de voyages en Italie ou à Paris, trouvant ainsi de nouveaux débouchés pour les produits mulhousiens. Membre de la corporation des agriculteurs et du petit conseil de la République, il s’oppose avec pugnacité à la Réunion à la France. Il admet cependant plus tard dans ses chroniques les effets bénéfiques, notamment en termes économiques, de cette union avec la France. Ce sont justement ses chroniques écrites en 1816, qui reprennent quatorze siècles d’histoire de l’ancienne République de Mulhouse, argumentées par de nombreux documents d’archives, qui lui vaudront le titre de « chroniqueur », déjà donné à plusieurs anciens magistrats de la ville.

D

ès 1480, une maison « Zur Sonne » (au soleil) est mentionnée en bordure du cimetière qui occupait alors une grande partie de l’actuelle place de la Réunion. Sa tourelle en encorbellement ainsi que la corniche en denticules confirment une construction de l’époque Renaissance. Ses grandes fenêtres à triple baies rappellent d’ailleurs celles de l’Hôtel de ville, construit en 1552. Elle fait ensuite l’objet de plusieurs transformations au fil du temps, selon la destination souhaitée par ses propriétaires. On sait, par exemple, que le célèbre Martin Brustlein, héros de la prise de Pavie, rachète la demeure en 1492 pour y ouvrir une hôtellerie. Son successeur, Hans Fries, connu pour avoir été un des instigateurs de la rébellion qui mettra la ville à feu et à sang, la transforme en demeure particulière à l’époque de la construction de l’Hôtel de ville. C’est en 1679 que Mathieu Mieg peut profiter des droits de son épouse sur l’héritage de la famille Birr, propriétaire des lieux. Il est le premier Mieg à posséder le bâtiment, qui reste dans la famille jusqu’en 1840, date de la mort de Mathieu Mieg dit « le chroniqueur ». Les quatre générations de

Un des tableaux évoque l’affaire Calas, du nom d’un négociant accusé d’avoir assassiné son fils. L’écho Mulhousien N° 321 mars 2010

La maison Mieg, place de la Réunion est une des plus anciennes de Mulhouse.

Mieg qui s’y sont succédées y exploitent un commerce de draperie. Matthieu Mieg « le chroniqueur » repeint lui-même la façade en y ajoutant des fresques, dont deux subsistent encore, relatives au héros suisse Arnold de Winkelried. Il entend ainsi marquer son attachement à la République de Mulhouse, alliée aux cantons suisses. L’histoire sur les panneaux de bois Amoureux des arts, Mathieu Mieg décore largement la pièce principale de sa maison, située au premier niveau, et qui sert aussi bien de chambre à coucher que de salon ou encore de salle à manger. Il commence par peindre sur les panneaux de bois qui ornent les murs des paysages d’Italie qu’il a admirés


45

gés d’histoire

Les portraits de famille peints sur les boiseries par Mathieu Mieg pour transmettre l’histoire de la famille à ses descendants.

Les boiseries de l’ancien salon sont exposées au Musée historique.

traits de famille destinés à transmettre l’histoire familiale à ses descendants. C’est ainsi que les panneaux, aujourd’hui exposés au Musée historique, présentent Jean-Georges Reber et Mathieu Mieg, ses grands-pères, et JeanJacques Blech, son beau-père, avec une notice généalogique de la famille. Les amateurs d’histoire reconnaitront aussi Josué Hofer, greffier-syndic de la ville et ami du chroniqueur, mais surtout un étonnant tableau représentant l’affaire Calas, du nom d’un négociant calviniste accusé d’avoir assassiné son fils qui voulait se convertir au catholicisme. lors d’un voyage. Par la suite, il peint d’autres panneaux en sapin représentant des personnages importants de son époque, comme son ami musicien Jean-Gaspard Weiss et ses trois petits garçons, mais aussi et surtout des por-

Sources : Annuaire historique 1998, Bulletin du musée historique de 1879, 1930, 1936 et 1938, Archives municipales de Mulhouse, Musée historique de Mulhouse, Histoire de Mulhouse des origines à nos jours. L’écho Mulhousien N° 321 mars 2010

Un empoisonnement dans la maison n Curieuse histoire que celle arrivée à la jeune épouse de Jacob Günther, heureux propriétaire de la maison à tourelle. Son époux bien plus âgé étant décédé en 1626, Marguerite Risler hérite de cette belle maison et d’une belle fortune. Elle est une veuve convoitée et épouse l’année suivante Engelbert Reber, qui meurt huit ans plus tard. Son troisième époux, Louis Witz, lieutenant de la milice locale, lance des travaux d’embellissement de la maison mais s’éprend également d’une vive passion pour l’épouse du pasteur. Il entreprend donc de se débarrasser de son épouse, à deux reprises, par un empoisonnement au mercure. Ses tentatives sont découvertes par Marguerite. Louis Witz quitte précipitamment la maison avec sa complice et décède en exil. La pauvre Marguerite, qui a obtenu le divorce, ne se remet pas de cette épreuve et meurt à 48 ans.


46

sortir à Mulhouse culture régionale

Les trésors de DMC aux Archives municipales Les Archives municipales de Mulhouse viennent de prendre en dépôt les archives de l’entreprise DMC. Un impressionnant fonds documentaire sera prochainement consultable par le grand public.

I

l a fallu une armée de déménageurs pour transporter la totalité des archives de l’entreprise DMC dans les sous-sols du service des Archives municipales, situées à la Fonderie. Des milliers de cartons renferment les documents et les travaux de plusieurs générations d’ouvriers mais aussi de techniciens, contremaîtres de Mulhouse et d’ailleurs, qui ont fait le bonheur des couturières et des brodeuses du monde entier. « Ce fonds contient tout le fonctionnement de l’entreprise de 1800 à la fin des années 90, que ce soit la comptabilité, les archives du personnel avec des fiches très précises sur chaque ouvrier, les

fonds des filiales comme DMC Belfort, les relations entretenues avec les fournisseurs, avec les courtiers du monde entier, les comptes rendus des conseils d’administration et les collections de fils avec des milliers de références répertoriées », souligne Eliane Michelon, directrice des Archives municipales. Stockés pour l’heure, ces fonds vont faire l’objet d’un important travail de classement avant d’être consultables par le grand public. En premier lieu, un inventaire sommaire va être établi. Y figurera notamment la collection de Thérèse de Dillmont, qui représente une impressionnante collection de broderies de toute l’Europe, ainsi que la bibliothèque de DMC avec des centaines d’ouvrages spécialisés en chimie et textile mais également relatifs aux préoccupations du patronat, comme les accidents sur les machines et appareils à vapeur. D’autres ouvrages, provenant de différents pays, montrent l’ouverture sur le monde de cette grande entreprise à la fin du XIXe siècle. Quelques éléments mobiliers complètent ce fonds, comme le fauteuil richement décoré du patron de DMC, des portraits, des cloches et surtout un rouleau d’impression gravé pour le 60e anniversaire du Eliane Michelon et David Bourgeois, archivistes, mariage de Jean Dollfus avec Marie-Catherine ont en charge le classement des archives de DMC. Bourcart et son carré correspondant.

LI V RE

Des crimes dans le Haut-Rhin  n Les éditions De Borée se sont spécialisées dans les affaires criminelles qui ont marqué la mémoire des Français. Sous la plume de Suzanne Braun, docteur en histoire, sont consignées une trentaine d’affaires criminelles qui ont eu lieu dans le Haut-Rhin du début du XIXe siècle jusqu’au milieu du siècle dernier. Certaines de ces affaires racontées ont défrayé la chronique des années 30 à la fin des années 70 à Mulhouse. Les grandes affaires criminelles du Haut-Rhin, de Suzanne Braun aux éditions De Borée, 322 pages, 24 €.

L es r u es biling u es

Rue de Lyon / Menschtergass

Menschtergass / Rue de Lyon

A l’origine, la rue de Lyon était une voie privée qui appartenait à la famille HartmannBaumgartner. C’est en 1850 que le nom de la capitale des Gaules est attribué à cette rue qui entre dans le domaine public deux ans plus tard. Elle conservera son nom sous l’Annexion. En revanche, pendant l’Occupation, les autorités nazies la baptiseront « Münster Strasse ».

Uhrsprénlig ésch d’ « Rue de Lyon » à privat Gassà gséh wu en dr Famélià HartmannBaumgartner géhrt hat. An à 1850 ésch en dàrà Gassà dr Namà vu dr Hauptstadt vu dà Gallià züàteilt worà, wu zwei Johr spéhter Gmeingüàt worà ésch. Séh béhaltet éhrà Namà wàrend em Aschluss an Ditschland, héngégà wérd sà umdàift, wàrend dr bsetzung vu dà Nazi, als « Münster Strasse » Menschtergassà.

L’écho Mulhousien N° 321 mars 2010


sortir à Mulhouse détente

47

recette

Rôtis de magrets de canard farcis aux cèpes et foie gras Recette de Jean-Pierre Lopes, chef cuisinier de L’Entrecôte, 42, avenue Robert Schuman. Tél. : 03 89 45 42 70.

Diplôme d’honneur de la CCI en 2009, catégorie « Restauration traditionnelle ».

Entailler en croisillons le côté gras du canard et cuire à feu vif et à sec pendant 6 à 7 mn. Dégraisser la poêle avant de cuire du côté chair 2 à 3 mn selon le goût. Réserver. Jeter le gras et déglacer avec le cognac, puis verser le fond de veau. Baisser le feu, réduire au 2/3 et assaisonner. Ajouter 50 g de beurre froid et fouetter la sauce. Réserver. Faire fondre 50 g de beurre, ajouter les échalotes puis les cèpes et cuire jusqu’à coloration. Ajouter le persil, l’ail et assaisonner. Fendre d’1/3 deux magrets côté chair et les farcir de la préparation aux cèpes en y ajoutant des bâtonnets de foie gras. Déposer les deux autres magrets au dessus en sandwich et ficeler les deux rôtis. Finir la cuisson au four à 180° pendant 5 à 6 mn. Découper les rôtis, entourer de sauce et garnir de purée de pommes de terre, carottes et épinards.

Ingrédients pour 4 personnes > 4 magrets de canard > 200 g de cèpes émincés > 200 g de foie gras mi-cuit > 6 échalotes hachées > 2 c. à soupe de persil haché

> 2 c. à soupe d’ail haché > 100 g de beurre > 10 cl de Cognac > 20 cl de fond de veau > Poivre > Sel

Bon appétit !

m o ts cr o is é s

par

Philippe Imbert

« A MULHOUSE, JE TRIE MES DECHETS ! »

HORIZONTALEMENT : 1- Bon débarras ! -2- Met dans les bons conteneurs - Lettre grecque -3- Ingénieur français - Parlais beaucoup

a

-5- Fait rêver ou dormir - Peut avoir une corde à la gorge -6- Tombe dans le vide -7- Doublé romain - Ex-cité - Bas de gamme - Demi-tour

1

à droite -8- On peut leur offrir plus d’un verre -9- Pharaon - Solitaire

2

anglais -10- On doit être très emballé pour les recycler ! -11- Non

3

dit chez les nobles – Sortes de filets

4

b

c

d

e

f

M

E

S

D

E

5

T

est parfait pour déposer vos déchets à recycler -B- Garnit une glace

6

R

- Glace anglaise -C- Tyranniques - Marque un retrait -D- Monte -

7

I

Mina de bas en haut ! -E- 2 fois à l’Est - Un avoir – Peut être rempli

8

E

d’air pour le prendre -G- Peur – Le buste de Nelson -H- Feu vif –

9

en foyer - Coupe sur les côtés -K- Publiée - Le compagnon des vieux arbres -L- Affaires de moeurs - Son courant est nocif - Traverse de beaux quartiers -

i

j

k

C

H

E

T

S

O

U

S

E

l

J

VERTICALEMENT : A- Forcément sélectif - Celui de la déchetterie

Vieux loup -I- Manque - Allais comme sur des roulettes ! -J- Placé

g h

10

A

11 12

M U

L

H

Solution du n° 320 HORIZONTALEMENT : 1- PATINOIRE – BU -2- OLYMPIQUE -3- TOUE – AUSSI -4- INA – BOULI-BAR (bar de la patinoire) -5- GLACE – NI -6- STE – KA – CA -7- AO – ANIMATION -8- GLISSE (les joies de la) – ON -9- LB – NOTÂT -10- AIR – PATINAGE -11- CAÏEU – ENA – IL -12- ECOLE DE GLACE - VERTICALEMENT : A - PATINS A GLACE -B- ON – TOLBIAC -C- TOUAGE – RIO -D- ÎLE – ASE – EL -E- NY – BAINS – PUE -F- OM – OC – IENA -G- IP – UE – OTEE -H- RIAL – KARTING -I- EQUIPÂT – ANAL -J- USB.– IOTA -K- BESANCON – GIC -L- IRIAN – GELE -

L’écho Mulhousien N° 321 mars 2010


MULHOUSE RANDO GDF SUEZ

Samedi 20 mars 2010

autourducorail.net 02.10

Découvrez le Vieux Mulhouse au cours d’une promenade nocturne

Accueil à partir de 20 h aux Bains Municipaux, rue Pierre et Marie Curie - Départ à 21 h Itinéraire d’une dizaine de km, accessible et ouvert à tous Renseignements : Ville de Mulhouse - Service Evénements Tél. : 03 69 77 67 77 - Mail : service.evenements@mulhouse-alsace.fr

Echo Mulhousien - Mars 2010  

Le mensuel de la ville de Mulhouse s'intéresse à tous les aspects de la vie de Mulhouse, qu'il s'agisse des grands projets, des aménagements...

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you