Issuu on Google+


2 sommaire

ence v u o j e Cure d les écoles pour page 10

à la r e t n e i r S’o res è i r r a c des page 8 Journée

les c e v a r L’hive Trotters Vosges page 28

vivre à Mulhouse 4

Express Trois cartes de vœux éditées par la ville

6 Environnement Pour un déneigement plus respectueux de l’environnement

7 Commerce Un dimanche au centre-ville 8 économie-emploi Bien choisir son orientation post-bac

mulhouse.fr Directeur de la publication : Jean-Marie Bockel. Rédactrice en chef : AnneCatherine Dujardin. Coordination de la rédaction : Chantal Jégou-Grain, tél. 03 89 32 58 58. Rédaction : Sandra Cathelin, Simon Haberkorn, Norbert L’Hostis, Marie Hélène Schmitt, Dominique Thomas, Marc-Antoine Vallori. Photos : Sébastien Bozon Thomas Itty, Catherine Kohler, Norbert L’Hostis, Christophe Schmitt. Couverture : Illustration conçue par les enfants des ateliers pédagogiques d’arts plastiques de Mulhouse. Régie publicitaire : Marion Bloser, Ville de Mulhouse, tél. 03 69 77 66 02. Conception graphique : MCM, tél. 02 99 20 11 20 Réalisation : Scoop Communication, 585, rue de la Juine 45160 Olivet. Impression : L’Alsace. Tiré à 59 000 exemplaires, sur papier recyclé. Distribution : Ville de Mulhouse. Dépôt légal : 1er trimestre 2010. N°  ISSN : 015 10.754. Publication mensuelle. L’Écho mulhousien - Mairie de Mulhouse, BP 10020, 68948 Mulhouse cedex 9.

agir pour Mulhouse

vous faites Mulhouse

10 Perspectives Cure de jouvence pour les écoles mulhousiennes

28 Associations Une saison de sports d’hiver avec les Vosges Trotters Mulhouse

30 Seniors U  ne alternative à l’hospitalisation

Vie de la Ville

14 Ça s‘est passé en 2009 ! 16

 ’extension du tramway L satisfait les habitants

18

 ientôt la campagne B annuelle de recensement

20 L  a démocratie locale évolue 22 La Filature fait entrer l’art dans les collèges 23 Conseil municipal Une convention entre la Ville et EDF pour le climat 24 Temps forts 26 Expressions politiques

Imprimé sur papier recyclé

L’écho Mulhousien N° 319 janvier 2010

32 Près de chez vous Haut-Poirier : l’esprit Bel Air Wolf-Wagner : une soirée festive Cité-Briand : la MCP Cité va ouvrir ses portes Coteaux : actif humaniste Bourtzwiller : 35 ans de karaté Drouot-Barbanègre : bienvenue à Bab’Ill


3

Ligue e t è n a l P pions m a h c des page 36

sortir à Mulhouse 36 Loisirs Planète Ligue des champions pour l’ASPTT 37 L’amour selon Mozart 38 Exposition : design et développement durable

39 Jane, entre Gainsbourg et Birkin 40

Agenda

44 Histoire La flèche du temple Saint-Etienne dressée vers le ciel 46 Culture régionale Quand les Mulhousiens étaient traités de « vaches » 47 Détente Recette Mots croisés

Vous ne recevez pas régulièrement l’Écho mulhousien ? Téléphonez au 03 89 32 68 28 (Valérie Holtzer)

Autour de Jean-Marie Bockel, qui présidera la future agglomération, Jo Spiegel et Olivier Becht, ses présidents délégués.

Mulhouse Alsace Agglomération, un territoire rassemblé

L

a nouvelle communauté qui rassemble l’agglomération est maintenant une réalité, après l’arrêté, pris par le préfet du Haut-Rhin, de fusion des trois intercommunalités existantes et l’adhésion à cet ensemble de quatre nouvelles communes. Forte de ses 32 communes et de ses 252 000 habitants, disposant de capacités foncières importantes, Mulhouse Alsace Agglomération se place au 20e rang des agglomérations françaises. Dotée de compétences larges et bénéficiant de moyens supplémentaires qu’apporte ce rassemblement, l’agglomération va pouvoir répondre aux enjeux du rayonnement, de la compétitivité économique et de la cohésion sociale. Cette nouvelle étape, décisive pour l’aggloméra“ Forte de ses tion mulhousienne, constitue également un atout majeur pour Mulhouse, qui souffrait d’une orga32 communes et de intercommunale inaboutie et ne pouvait ses 252 000 habitants, nisation donc assumer pleinement son rôle de ville-centre. Mulhouse Alsace Appelé, dans le cadre d’un accord passé avec les élus de chacune de ses composantes, à présider la Agglomération se nouvelle communauté, je m’investirai résolument place au 20e rang dans cette tâche, secondé au niveau municipal par Jean Rottner, premier adjoint. des agglomérations La tâche qui nous attend est lourde mais exaltante. françaises. ” En agissant désormais sur un territoire cohérent, nous bénéficions d’une nouvelle crédibilité et de la dimension nécessaire pour affirmer nos potentiels au sein du Rhin supérieur et de l’axe Rhin-Rhône. Le lancement du compte à rebours de l’ouverture de la ligne à grande vitesse Rhin-Rhône, programmée dans deux ans, nous rappelle que seules les agglomérations mobilisées bénéficient à plein de ce moyen de transport performant. Le président de la SNCF l’a souligné. Mulhouse va bénéficier d’une desserte exceptionnelle. Nous sommes désormais armés pour en tirer le meilleur parti.

Jean-Marie Bockel Maire de Mulhouse

jean-marie.bockel@ville-mulhouse.fr L’écho Mulhousien N° 319 janvier 2010


4

vivre à Mulhouse express

CéR é M O N I E

Une fête pour tous les Mulhousiens n La cérémonie des vœux du maire se déroulera jeudi 21 janvier à 18h au Palais des sports. Tous les Mulhousiens sont conviés à ce temps fort de l’année au cours duquel se produira l’Orchestre symphonique de Mulhouse. Début janvier, les habitants recevront un courrier dans leur boîte aux lettres sur présentation duquel ils pourront retirer leur invitation, à partir du mercredi 6 janvier, à l’accueil A de la mairie,   2, rue Pierre et Marie Curie. Jeudi 21 janvier à 18h au Palais des sports.

VŒUX

Bonne année de Pour transmettre vos vœux et souhaiter une bonne année à vos proches, trois cartes de vœux éditées par la Ville sont encartées dans ce numéro. Elles ont été réalisées par de jeunes Mulhousiens.

T

rois cartes colorées réalisées par des élèves de trois écoles primaires mulhousiennes sont encartées dans ce numéro de L’Echo mulhousien. N’hésitez pas à les envoyer à vos connaissances en France et à travers le monde afin de faire connaître Mulhouse et ses lieux emblématiques : vous participerez ainsi au rayonnement de la ville. Dans le cadre des ateliers pédagogiques d’arts plastiques de la Ville, 45 élèves de cours élémentaire inscrits au périscolaire des écoles Charles Freinet, Paul Stinzi et Victor Hugo ont travaillé pour réaliser les dessins qui ornent les cartes. Ils ont pris des photos des bâtiments emblématiques de Mulhouse avant de peindre directement sur les clichés. Ce sont ces mêmes dessins que l’on a pu retrouver sur la rame inaugurale de l’extension du tramway à Bourtzwiller. La Ville s’est ensuite chargée de réaliser les cartes à partir des dessins.

TOU R I S M E

Nouveau directeur, nouvelles ambitions n Après avoir travaillé durant cinq ans au domaine national de Chambord (Loir-et-Cher), Guillaume Colombo, 27 ans, est le nouveau directeur de l’Office de tourisme et des congrès de Mulhouse. L’Alsace n’est pas une inconnue pour cet enfant du Limousin, ancien élève du lycée international des Pontonniers à Strasbourg, titulaire d’un BTS hôtellerie et tourisme à Illkirch, puis diplômé ingénieur des métiers des arts et de la culture à l’IUP d’Arras. A l’aise tant en anglais que dans la langue de Goethe, Guillaume Colombo entend mettre ses compétences et son enthousiasme pour « vendre les atouts de Mulhouse et véhiculer une image positive de la ville auprès des tours opérateurs, des agences de voyages, des congressistes mais aussi des habitants de la région. » Pour s’y employer, il entend « sortir des sentiers battus » en s’appuyant sur les atouts de la Cité du Bollwerk. « Les musées, le patrimoine industriel, des temps forts comme le Festival automobile ou le marché de Noël, le centre-ville agréable… sont autant d’éléments pour proposer à Mulhouse une autre facette de l’Alsace. A nous d’inventer de nouveaux produits et de nouvelles actions. »

Guillaume Colombo est le nouveau directeur de l’Office de tourisme et des congrès de Mulhouse.

L’écho Mulhousien N° 319 janvier 2010


5

SANT é

Mulhouse !

Vaccination contre la grippe A H1/N1 n Désormais, pour se faire administrer le vaccin contre la grippe A

H1/N1, il est obligatoire de prendre rendez-vous auprès du centre de vaccination qui se situe dans les locaux du Palais des sports. Le bon de vaccination, envoyé par la caisse d’assurance maladie, est à présenter le jour de la vaccination. Téléphone pour prendre rendez-vous : 03 89 29 20 28. Horaires du centre sur www.mulhouse.fr

TRAMWAY

La météo de tous les “ Mulhouse ”

Les cartes de vœux, comme celles envoyées par la mairie, ont été réalisées par les jeunes participants aux ateliers pédagogiques d’arts plastiques de la Ville.

15

grammes, c’est la quantité de sel utilisée au m2 pour déneiger les chaussées, contre 35 g il y a dix ans et 100 g il ya 20 ans ! (Lire en page 6)

n Trois curieux abris multicolores ont été installés ces dernières semaines sur le parvis de la gare. Il s’agit d’une nouvelle œuvre de Tobias Rehberger, baptisée « Muullhhoouussee », réalisée dans le cadre de la commande publique artistique du tramway. Ces abris annoncent la météo de trois autres villes européennes dont le nom signifie, comme Mulhouse, « maison du moulin » : Casa Molino en Italie, Millhouse en Angleterre et Mülhausen en Allemagne. Pour ce faire, chaque abri est

équipé d’un circuit d’eau et de 250 petits trous dans son plafond pour simuler la pluie en cas de mauvais temps. A noter que les systèmes d’arrosage ne seront mis au service qu’au printemps, pour éviter le gel.

La nouvelle œuvre de Rehberger présente la météo dans trois villes européennes dont le nom a le même sens que Mulhouse.

En bref … Formation. Devenir éducateur de jeunes enfants

La date limite d’inscription au concours d’entrée au Centre de formation d’éducateurs de jeunes enfants (CFEJE) de Mulhouse est le mardi 26 janvier 2010. L’épreuve écrite se déroulera le samedi 6 février 2010 de 9h à 12h. La réussite à cette épreuve permet de se présenter aux oraux de sélection des écoles régionales en travail social. Les   dossiers peuvent être retirés au secrétariat du CFEJE, 22, avenue Kennedy à Mulhouse ou imprimés sur le site : www.cfeje-mulhouse.fr. Renseignements : Isabelle Geist 03.89.60.67.80 ou i.geist@cfeje-mulhouse.fr

Formation. L’Orientoscope lance son site web Situé dans les locaux de la Société industrielle de Mulhouse, l’Orientoscope, co-piloté par la Chambre de commerce et d’industrie Sud Alsace Mulhouse et l’AGEFA PME, ouvrira ses portes en février 2010. Il proposera aux jeunes de découvrir un métier, de tester leurs aptitudes, de trouver une formation et de rechercher un emploi.   Le site Internet www.orientoscope.fr est d’ores et déjà en ligne. En savoir plus : www.orientoscope.fr

Transports. Nouveaux tarifs Soléa

Initiatives. Promouvoir les activités aéronautiques

Les tarifs Solea changent au 1er janvier 2010 et enregistrent une augmentation moyenne d’environ 1 %, sauf pour le Pass’entreprise, les abonnements annuels Liberté, Age d’or et Campus, ainsi que pour le ticket à l’unité dont les prix restent inchangés par rapport à 2009. Allô Soléa : 03 89 66 77 77.

L’Association pour la promotion des activités aéronautiques a   été créée à l’EuroAirport pour promouvoir et coordonner les   projets relatifs à la création de nouvelles activités dans les domaines de l’aéronautique et de l’aérien sur la zone tri-nationale Basel-Mulhouse-Freiburg et le Sud-Alsace.

L’écho Mulhousien N° 319 janvier 2010


6

vivre à Mulhouse environnement

SERV I C E

Pour un déneigement plus respectueux de l’environnement Le service de la Propreté urbaine de la Communauté d’agglomération a considérablement limité l’impact des opérations de salage sur l’environnement tout en maintenant une qualité   de service qui permet de circuler en toute sécurité.

C

haque année, entre le 15 novembre et le 15 mars, le service Propreté urbaine est prêt à traiter les 600 km de chaussées mulhousiennes en cas de chute de neige ou de verglas, avec deux objectifs : garantir la sécurité des usagers qui se déplacent tout en limitant les quantités de sels épandues au sol. « Nous diminuons progressivement les grammages de sel épandus au m2, annonce Stéphanie Libois, ingénieur responsable de la Propreté urbaine et du déneigement. Aujourd’hui nous utilisons environ 15 grammes/m2, contre 35 grammes il y a dix ans et 100 grammes il y a vingt ans. » Cette baisse a été rendue possible par l’évolution du matériel, l’adaptation des pratiques et une meilleure maîtrise des phénomènes. La Communauté d’agglomération dispose d’équipements de plus en plus fiables et précis, comme des saleuses automatiques asservies à la vitesse (le salage cesse quand le véhicule est à l’arrêt). Les véhicules sont équipés de boîtiers de commande qui permettent aux chauffeurs de sélectionner le grammage et d’adapter la largeur de l’épandage à celle de la chaussée. « L’adduction de saumure ou bouillie de sel (mélange eau et sel) accélère l’action du sel et évite de trop saler, précise Stéphanie Libois. Enfin, les lames (caoutchouc et acier) ont été adaptées pour un raclage efficace,

L’évolution du matériel utilisé et la formation du personnel ont permis de diminuer considérablement la quantité de sel utilisé pour le déneigement.

ce qui nous permet de mettre moins de sel au pré-salage et évite ainsi l’épandage inutile de sel si la météo change et que le après le passage de la lame. » risque de chaussées glissantes disparaît. Une Changer les habitudes surveillance accrue sur le terrain, avant et pendant les opérations, permet d’intervenir et les pratiques Les pratiques évoluent. « Le grammage est rapidement et uniquement sur les lieux où soigneusement adapté à l’événement mé- c’est nécessaire, ponts et rues en pente par téorologique et à son intensité. Les délais exemple. La formation régulière du personnel d’intervention diffèrent également : les axes et le suivi météo en temps réel (températures, prioritaires sont traités plus rapidement que intensité des précipitations…) contribuent les voies secondaires où le trafic est plus aussi à faire baisser la quantité de sel utilisé faible. » Par ailleurs, la Ville a peu recours pour le déneigement. L’écho Mulhousien N° 319 janvier 2010


vivre à Mulhouse Commerce commerce En bref …

7

BARS-RESTAURANTS

Un dimanche au centre-ville

La nouvelle vie du Moll

Le Garden Ice Café ouvre ses portes en lieu et place de l’ancienne brasserie du Moll. A la fois brasserie, restaurant, bar lounge, glacier et salon de thé, cette franchise déjà installée dans plusieurs villes françaises propose une offre adaptée à chaque moment de la journée. Outre son service continu de brasserie de midi à minuit, le Garden Ice Café propose une large amplitude horaire, de 7h30 à 1h du matin,   7 jours sur 7. Les 300 m2 de surface permettent des animations régulières en soirée et offrent la possibilité de réserver des espaces privatifs pour des repas d’entreprise, des réunions de famille… Outre la terrasse d’été, le Garden Ice Café offre également une terrasse chauffée en hiver. Garden Ice Café, 6, place de la République. Tous les jours de 7h30 à 1h du matin. Tél. : 03 89 66 00 00.

Carrefour City, puissance 3

Enseigne alimentaire citadine et épicerie de proximité, Carrefour City se développe à Mulhouse. Le réseau franchisé du groupe Carrefour s’installe dans trois lieux du centre-ville et de ses alentours immédiats. Au centre historique, l’ancienne enseigne Marché Plus – autre filiale du groupe Carrefour – située rue de la Sinne est devenue Carrefour City en octobre dernier (photo). Fin 2009, Carrefour City s’est également installé rue du Nordfeld, dans les anciens locaux de la Maison du vin. Enfin, une troisième franchise devrait ouvrir ses portes sur 400 m2 au deuxième semestre 2010, à l’angle des rues Schlumberger et Dollfus, au rez-de-chaussée des Terrasses du Vox.

Le dimanche est pour de nombreux commerçants l’un des meilleurs jours de la semaine en termes de chiffre d’affaires.

Les restaurants, bars et salons de thé ouverts le dimanche ne sont pas encore légion au centre-ville, mais l’offre s’étoffe...

O

ù déjeuner, boire un verre, déguster une pâtisserie le dimanche ? Une question qui semble, tout doucement, trouver une plus grande réponse au centre-ville de Mulhouse. Symboles de ce renouveau, trois nouvelles adresses ont ouvert, coup sur coup, leurs portes ces dernières semaines et renforcent ainsi l’offre dominicale. C’est le cas du Garden Ice Café, anciennement Le Moll, mais aussi du restaurant-café Lina et Rita au rez-dechaussée du centre Porte Jeune, ouvert le dimanche de 10h à 20h : « Nous avons été confrontés à des problèmes techniques, mais ouvrir le dimanche a toujours fait partie de notre stratégie. Il existe une vraie demande, notamment de la clientèle familiale, tant pour déjeuner que boire un café ou manger une glace. » Au restaurant La Cant’in, rue de la Justice, là aussi, on accueille les clients le dimanche avec une formule petit-déjeuner et brunch entre 9h30 et 15h : « On cible essentiellement la clientèle citadine locale, les 20-40 ans notamment qui aiment sortir, et à un degré moindre les familles. Pour nous qui sommes encore un jeune établissement, ouvrir ce jour-là est aussi une manière de se faire connaître. » Autant d’ouvertures accueillies positive-

L’écho Mulhousien N° 319 janvier 2010

ment par les commerçants déjà solidement ancrés sur ce créneau dominical. « Ces ouvertures participent clairement à l’attractivité de Mulhouse, commente-t-on à l’auberge du Vieux Mulhouse. Une vraie demande existe. Chez nous, le dimanche est un des meilleurs jours de la semaine en termes de chiffres d’affaires. Nous faisons 120 couverts et sommes obligés parfois de refuser du monde. Nous avons, il est vrai, la chance d’être situés place de la Réunion, ce qui nous donne une visibilité immédiate chez les touristes de passage. » A quelques pas de là, le café Guillaume Tell ne désemplit pas. « Mulhouse a besoin d’endroits ouverts les jours fériés, non seulement pour les touristes mais aussi pour la clientèle locale. On accueille tous les dimanches des familles entières en balade à Mulhouse. On sait que plus il y a d’endroits ouverts, plus il y a de monde. » Un constat partagé par la pâtisserie-salon de thé Claude Helfter, passage Central : « le dimanche est un très bon jour pour nous. Hormis nos habitués, nous avons une vraie clientèle du dimanche, plus familiale. Même si on est un peu excentré, on voit pas mal de touristes. Les commerces ouverts le dimanche participent à l’image et au dynamisme du centre-ville mulhousien. »


vivre à Mulhouse économie-emploi

8

SALO N

Bien choisir son orientati La 41e Journée des carrières et des formations, destinée aux futurs bacheliers et étudiants, se tiendra le samedi 23 janvier au Parc expo. Pour faciliter la visite, les établissements de formation et les professionnels présents seront, pour la première fois, regroupés par secteur d’activité.

L

a Journée des carrières et des formations est le rendez-vous incontournable des futurs bacheliers et étudiants avec leur orientation. Organisée par la Ville, Sémaphore, l’Université de Haute-Alsace et

« Nous proposons cette année une Journée des carrières «nouvelle formule» pour mieux accueillir et orienter tous les lycéens, étudiants et visiteurs, avec des métiers et des professionnels au centre du dispositif », souligne Hakim Mahzoul, adjoint au maire délégué à l’Enseignement supérieur et à la recherche. La manifestation mulhousienne se distingue par la présence de nombreux professionnels venus témoigner de leur métier, en exprimer les particularités, les richesses comme les contraintes. Ces intervenants et les établissements de formation seront, pour la première fois, regroupés dans des espaces dédiés correspondants à sept grands pôles d’activités. « De la police scientifique le Centre d’information et d’orientation, au géologue, en passant par l’éditeur cette 41e édition se déroulera le samedi de logiciels, l’objectif est d’éveiller des 23 janvier au Parc expo. vocations, d’amener le visiteur à affiner

Permettre aux visiteurs de se projeter dans une filière d’étude ”

En bref … Tramway de l’initiative C’est une première ! Du lundi 1er au vendredi 5 février, le « tram de l’initiative » va circuler sur le réseau mulhousien à l’initiative de la Maison de l’emploi et de la formation du Pays de la région mulhousienne. L’occasion de tout savoir sur la création d’entreprise. Le Service d’amorçage des projets (SAP) et tous les acteurs de la création d’entreprise tiendront une permanence dans les rames du tramway pour informer le public, de 9h à 12h et de 14h à 17h. Renseignements : 03 89 33 95 84 - www.mef-mulhouse.fr

Métiers. La Marine nationale recrute En 2010, la Marine nationale va recruter des jeunes de 17 à 29 ans dont le niveau scolaire se situe entre la troisième et Bac + 5.   3 500 offres d’emploi sont à pourvoir dans 35 métiers différents dans les domaines de la mécanique, l’électrotechnique,

l’informatique, l’administration, la santé, l’hôtellerie et la restauration, l’aéronautique... Renseignements : centre d’information et de recrutement des forces armées à Strasbourg, tél. : 03 90 23 26 70 - www.etremarin.fr cirfa.strasbourg@marine.defense.gouv.fr

Concours. Devenir infirmier L’Institut de formation en soins infirmiers de Mulhouse (IFSI) organise son concours d’entrée le mardi 30 mars 2010. Les candidats doivent s’inscrire avant le vendredi 26 février. Le concours est ouvert aux bacheliers (ou équivalents). La formation dure trois années et débouche sur un diplôme d’Etat reconnu à l’échelon européen. Renseignements : IFSI, 2, rue du Dr Léon Mangeney, BP1370, 68070 Mulhouse cedex. Tél : 03 89 64 62 55 (de 9h à 12h et de 14h à 16h).

L’écho Mulhousien N° 319 janvier 2010


9

on post-bac

ENTREPRISE

Absys Cyborg ou la force de la proximité n La société Absys Cyborg met en place des solutions de gestion informatique adaptées aux différents besoins des entreprises. Trois agences, dont celle de Mulhouse située rue Daniel Schoen, forment l’entité régionale Est, dirigée par Valérie Muller . « La stratégie de l’entreprise se décline en trois axes : l’expertise avec nos consultants ayant les plus hautes certifications chez nos deux partenaires Microsoft et Sage, la proximité grâce à nos agences nous permettant d’être toujours proches de nos clients et de leurs filiales et, enfin, les solutions «métiers» dédiées notamment à la gestion d’affaires », explique Valérie Muller. L’entreprise propose un panel de solutions pour répondre à toutes les demandes en termes de paie, de ventes, d’achats, de comptabilité, de stock ou de production. Après avoir défini le besoin du client, Absys Cyborg paramètre et adapte la solution retenue pour chaque entreprise, forme les utilisateurs et les assiste dans le démarrage de leur nouveau système d’information. « Ce sont les hommes qui font la valeur de notre entreprise. Avec mon équipe, notre objectif est que Absys Cyborg devienne le leader régional même si aujourd’hui, nous sommes un des leaders nationaux », conclut Valérie Muller. La clientèle d’Absys Cyborg est composée d’entreprises de 3 à 1 000 salariés, représentant tous les secteurs d’activités.

Des professionnels de différents secteurs d’activités sont invités pour témoigner des réalités de leur métier.

ses choix et de lui permettre de se projeter dans une filière d’étude », poursuit Isabelle Kuntz, responsable de l’Espace info jeunes à Sémaphore. Regroupés par pôle, les secteurs d’activité sont nombreux : sciences et technologies, santé, social et paramédical, droit, commerce, économie et gestion, information et communication, enseignement et recherche, sports, tourisme, loisirs, arts et spectacles, hôtellerie et restauration, sécurité… Autour des professionnels, 130 établissements de formation représentés par des enseignants

et des étudiants sont annoncés. Des classes préparatoires aux universités, en passant par les grandes écoles et les IUT, l’enseignement privé et public ainsi que les formations en alternance, tous les types d’enseignements postbac d’Alsace et de tout l’Hexagone sont représentés. Des conférences thématiques en relation avec certains secteurs d’activités ponctueront cette journée. Samedi 23 janvier de 9h à 17h au Parc expo. Entrée libre. Internet : www.journeedescarrieres.uha.fr L’écho Mulhousien N° 319 janvier 2010

Le groupe national Absys Cyborg compte trois agences régionales dans l’Est, dont celle de Mulhouse.


10

agir pour Mulhouse perspectives

Cure de jouvence pour le Rénovation des toitures, nouveaux sanitaires, remplacement des fenêtres, mise aux normes de sécurité incendie…, la Ville a fait de l’amélioration   du cadre de vie des écoles l’une de ses priorités.   Grand angle sur les écoles élémentaires Dornach   et Kœchlin, symboles de ce renouveau.

L’

amélioration du cadre de vie des écoles est une priorité pour la Ville, qui mène une politique ambitieuse de travaux et de réhabilitation. Ainsi, l’école élémentaire Dornach voit les travaux toucher à leur fin. Fenêtres changées, nouveaux sanitaires, mise en sécurité, salles de classe refaites…, l’école affiche un nouveau visage, reflet d’une rénovation réussie. « Plus qu’une cure de jouvence, notre école a fait l’objet d’une rénovation en profondeur, explique le directeur, Jean-Luc

Le bénéfice au quotidien est énorme ” Tuffelli. On ne voit rien de spécial de prime abord et, pourtant, de nombreuses choses ont changé. » Comme d’autres bâtiments de la fin du XIXe siècle, l’école ne répondait plus aux normes incendie actuelles. Pour sécuriser le site, d’importants travaux ont été réalisés. L’escalier de secours extérieur a été élargi et sécurisé. « L’ancien escalier présentait un garde-corps insuffisant et, en automne, les marches étaient couvertes de feuilles, ce qui les rendaient glissantes. Aujourd’hui, je me sens rassuré. Lors des exercices incendie, il nous faut moins d’une minute trente pour évacuer les 200 enfants de l’école. »

D’autres travaux de sécurité ont été menés en complément. A l’intérieur, l’escalier a été cloisonné et des portes coupe-feu installées sur chaque pallier. « Dès que l’alarme incendie se met en marche, les portes se ferment automatiquement, isolant le foyer », précise le directeur. La balustrade de l’escalier a quant à elle été rehaussée pour prévenir les chutes par-dessus la rampe. A l’extérieur, la grille qui ceint la cour a été surélevée pour éviter les intrusions de personnes extérieures. De même, des plots ont été installés pour empêcher l’accès des voitures juste devant l’école et assurer une zone piétonne sécurisée pour les écoliers. « Ce ne sont pas des détails : pour nous, le bénéfice au quotidien est énorme », assure Jean-Luc Tuffelli. Outre la sécurité, d’autres changements participent également au confort des élèves. Les anciennes fenêtres du bâtiment ont été remplacées par du double, voire du triple vitrage. « La différence est incroyable, s’enthousiasme Jean-Luc Tuffelli. Avant, à chaque fois que les cloches de l’église voisine de notre école retentissaient, nous arrêtions de faire classe durant quelques minutes, car il était impossible de s’entendre. » Aujourd’hui, les salles de classe ont retrouvé un « silence » plus adapté à la concentration et à l’apprentissage des écoliers. « Enfin, la question des sanitaires est centrale dans un établissement scolaire. Avoir des toilettes propres, répondant aux normes d’hygiène participe à la bonne marche de L’écho Mulhousien N° 319 janvier 2010

Fenêtres changées, nouveaux sanitaires, mise en séc

l’école », ajoute le directeur. Là encore, le changement est notable. Des toilettes ont été installées à l’intérieur du bâtiment pour les enfants pris d’une envie pressante durant les cours. Dans la cour, le bloc sanitaire a été entièrement rénové : murs gris, portes jaunes, lavabos blancs, savons et essuietout... « Avant, les enfants disposaient d’un seul point de distribution de papier, pour toutes les toilettes, se souvient Muriel Ouzagla, parent d’élève. Les petits se trouvaient bien embêtés quand ils s’apercevaient, un


11

es écoles mulhousiennes tandis que sa collègue renchérit : « C’est beaucoup plus agréable, on sent moins de stress. J’ai de la place pour faire des ateliers d’arts plastiques au sein de la classe et j’ai même installé un coin bibliothèque au fond. » A l’étage supérieur, la salle de sport permet aux enfants de s’adonner à la lutte, au judo ou à la gymnastique sans quitter l’école. Les écoliers continuent à se rendre au gymnase Erbland pour les sports collectifs. Enfin, le périscolaire accueille depuis la rentrée une vingtaine d’écoliers de la maternelle toute proche. L’extension a également permis de récupérer des espaces dans les anciens bâtiments et de créer une salle de réunion et une salle des maîtres. « Ce sont deux espaces nécessaires à une bonne organisation de l’école, affirme Dominique Gregori, le directeur. La première salle accueille les réunions des maîtres, les conseils d’école, l’infirmerie scolaire, l’archivage… Autant d’activités qui manquaient

urité, salles de classe refaites…, l’école élémentaire Dornach affiche un nouveau visage.

peu tard, qu’ils avaient oublié de prendre du papier. Maintenant, tout est neuf, propre, coloré, avec des lavabos adaptés à la taille des enfants. » « Tous ces éléments participent au bien-être de nos élèves et de l’équipe enseignante. La Ville a pris pleinement conscience de ces enjeux », conclut le directeur. Au total, 421 000 € ont été investis par la Ville pour rénover l’école élémentaire de Dornach. Autre quartier, autre chantier. L’école élémentaire Koechlin est en pleine mutation.

La première phase des travaux a abouti à l’agrandissement d’un des deux bâtiments centenaires. Ouverte en septembre 2009, cette extension accueille un espace périscolaire, deux salles de classe et une salle de sport. Elle répond ainsi au principal handicap architectural de cette école : ses petites salles de 45 à 50 m2 en moyenne pour 25 élèves. Les deux nouvelles classes, spacieuses et lumineuses, font le bonheur de ses occupants. « C’est fantastique, les enfants sont ravis », s’exclame une enseignante, L’écho Mulhousien N° 319 janvier 2010

« Le bloc sanitaire a été entièrement rénové. Maintenant, tout est neuf, propre, coloré, avec des lavabos adaptés à la taille des enfants », constate avec satisfaction Muriel Ouzagla, parent d’élève à l’école de Dornach.


12

agir pour Mulhouse perspectives

L’école Dornach à fait l’objet d’une rénovation en profondeur. Parmi les travaux de sécurité effectués, la balustrade de l’escalier a été rehaussée pour prévenir les chutes par-dessus la rampe.

d’un lieu au sein de l’école. Le deuxième état d’une déperdition de chaleur par les espace permet aux enseignants de bénéfi- vitrages et le sous-sol. cier d’une salle plus vaste, où ils peuvent Par ailleurs, toutes les fenêtres bois en simple échanger, travailler, souffler… Cela participe à la cohésion et au moral de l’équipe pédagogique. » Les bâtiments anciens ont aussi connu plusieurs changements : cloisonnement des cages d’escaliers, installation d’escaliers d’évacuation extérieur, isolation du sous-sol. Ces travaux visent à la fois à répondre aux exigences de sécurité incendie et à optimiser les consommations – un diagnostic a fait

Tous ces changements participent au plaisir de travailler ”

D’ici trois ans, l’ensemble des classes des écoles élémentaires disposeront de deux postes informatiques connectés à Internet.

vitrage ont été remplacées par du double vitrage. « C’est une grande réussite, en termes de confort thermique, d’esthétique et d’économie d’énergie », ajoute Dominique Gregori. Les travaux se poursuivront en 2010 par la rénovation de toutes les salles de l’école : peinture, faux plafond, électricité, luminaires avec ampoules basse consommation… La cour, dont le revêtement a été refait l’été dernier, sera réorganisée. Finies les inondations et les racines qui dépassent, élèves et maîtres réfléchissent maintenant à l’aménagement de plusieurs espaces de jeux (marelle, course, foot), signalés par des marquages au sol. De quoi permettre aux 350 écoliers de trouver leur bonheur selon leur humeur. Le jardin aménagé au fond de la cour devrait également prendre des couleurs dans les mois à venir et initier les enfants à l’environnement. « Tous ces changements participent au plaisir de travailler. On est plus motivé L’écho Mulhousien N° 319 janvier 2010

quand on se sent bien dans un lieu », conclut Dominique Gregori. Après 2010, l’école terminera son lifting par un ravalement de la façade et une isolation de la toiture, clôturant ainsi quatre ans de travaux. Coût : 2,56 millions d’euros supportés par la Ville et subventionnés à hauteur de 52 % par l’Agence nationale de renouvellement urbain (Anru), l’Etat, le Fonds européen de développement régional (Feder) et le Département.


13

A l’école élémentaire Koechlin, l’extension ouverte en septembre 2009 accueille un espace périscolaire, deux salles de classe et une salle de sport.

Quatre nouvelles écoles en chantier n Quatre autres écoles (1 élémentaire et 3 maternelles) vont faire l’objet de grandes transformations dans les deux ans à venir. D’ici fin 2010, l’école élémentaire Kléber pourra accueillir les personnes à mobilité réduite, grâce à l’installation d’un ascenseur. Cette école présentera également quatre salles de classe rénovées, des fenêtres neuves en double vitrage (une première série a déjà été installée) et sera mise aux normes de sécurité incendie. L’école sera également dotée d’un accueil périscolaire, dont l’ouverture est prévue pour la rentrée de septembre. Fin 2010, ce sera au tour de l’école maternelle Wagner de faire peau neuve. Un nouveau bâtiment sera construit et fera la liaison entre la maternelle et l’élémentaire. Accessible aux

personnes à mobilité réduite, ce bâtiment accueillera trois nouvelles salles de classe, de nouveaux sanitaires (séparés de l’entrée du bâtiment) et une salle de jeux plus spacieuse. Des travaux de sécurité et de rénovation complèteront ce chantier.

Les maternelles Lefebvre et Reber, quant à elles, s’élèveront d’un étage en 2011. La maternelle Lefebvre accueillera une salle de classe supplémentaire et une salle de jeux plus vaste. L’entrée de l’école sera également séparée des sanitaires. A Reber, toute l’école sera réaménagée. La construction permettra la création d’une salle de classe supplémentaire (actuellement, les enfants occupent une structure temporaire), d’une salle spécifique dédiée à la classe passerelle (hébergée pour l’instant à la bibliothèque), libérant ainsi l’espace bibliothèque. Les pièces existantes seront également réaménagées pour une meilleure distribution des salles de classe.

Travaux dans les écoles : objectifs n L’amélioration du cadre de vie des écoles fait partie des priorités de la politique éducative locale mulhousienne. Offrir les meilleures conditions d’accueil et de confort participe à la bonne scolarité et au bien-vivre des enfants comme des enseignants. • Cette volonté se traduit concrètement par la mise aux normes des écoles en termes de sécurité incendie, de travaux d’étanchéité et de rénovation des toitures, de rénovation des sanitaires et d’un programme important de remplacement des fenêtres, synonyme d’économies d’énergie. La Ville a fait le choix d’engager ces travaux dans toutes les écoles

où cela s’avère nécessaire. L’idée est de remettre à niveau l’ensemble du patrimoine scolaire mulhousien, qui compte 41 écoles maternelles et 20 écoles primaires. • A côté de ces axes prioritaires, la Ville poursuit ses efforts pour acquérir et remplacer des jeux dans les cours de récréation des écoles maternelles et rénover les cours des écoles élémentaires. • Enfin, elle va remplacer le mobilier scolaire et équiper les écoles élémentaires d’outils informatiques. D’ici trois ans, l’ensemble des classes des écoles élémentaires disposeront de deux postes informatiques connectés à Internet.

L’écho Mulhousien N° 319 janvier 2010


14

agir pour Mulhouse rétrospective

Ça s’est passé en 2009 ! Prolongement du tramway, cheminement vers une agglomération élargie, réflexion autour de l’école, ouverture d’un centre d’art contemporain... Retour en images sur quelques événements marquants de l’année 2009.

Kunsthalle Un centre d’art contemporain baptisé la

« Kunsthalle » ouvre le 13 mars à la Fonderie. Ce lieu propose chaque année trois expositions temporaires de créateurs internationaux, en accès libre. C’est aussi un lieu d’échanges pour les étudiants de l’école supérieure d’art Le Quai et les ateliers pédagogiques d’arts plastiques.

Education Au printemps, 7 800 personnes (enfants, Agglomération

Tout au long de l’année 2009, de nombreux élus de la région mulhousienne, dont ceux de la Communauté d’agglomération, se sont rencontrés et ont discuté de la constitution d’une grande agglomération réunie. Au terme de ces échanges, 32 communes ont décidé de s’unir au sein de la Communauté d’agglomération de la région Mulhouse-Alsace, qui verra officiellement le jour le 1er janvier 2010. L’actuelle Communauté d’agglomération Mulhouse Sud Alsace a voté cette adhésion le 17 septembre 2009, à main levée.

Centre-ville  

Le centre-ville piéton s’est transformé en 2009. Nouveaux trottoirs, dalles de granit, jets d’eau, arbres, candélabres, bancs en pierre…, la rue du Sauvage affiche aujourd’hui un nouveau visage. Parallèlement, une partie de la place de la Réunion et des rues adjacentes a été dallée pour améliorer le cheminement des piétons et l’accessibilité aux personnes à mobilité réduite. L’écho Mulhousien N° 319 janvier 2010

enseignants, parents, agents…) ont participé aux Assises de l’éducation. Les échanges ont porté sur de nombreux sujets en lien avec l’école, et plus particulièrement sur le rythme scolaire et la politique éducative en matière de réussite scolaire.


15

Automobile Parrainé par le

Projet de ville.

médiatique champion du monde de vitesse Vincent Perrot, le Festival automobile 2009 a une nouvelle fois proposé un riche programme d’animations : concours, concerts, démonstration de dragster, Kilomètre de Mulhouse, Grande parade, expositions… Plus de 60 000 personnes sont venues profiter de ce festival qui fait chaque été de Mulhouse la capitale européenne des voitures d’exception.

« Nous faisons le pari que les Mulhousiens s’intéressent au devenir de leur ville, qu’ils se sentent concernés par ce qui peut faire évoluer Mulhouse et améliorer la qualité de vie de ses habitants » : c’est sur cette base que le maire et son équipe ont convié les habitants à venir s’exprimer sur le Mulhouse de demain lors de cinq réunions publiques en octobre. Cadre de vie, emploi, commerce, culture, transports…, de nombreux thèmes ont été abordés.

Noël Cette année, la magie

Tramway Le samedi

de Noël s’est parée de lumières blanches et chaudes pour illuminer le marché de Noël, la place de la Réunion et les rues du centre-ville. Leds et ampoules économes ont été généralisées cette année, ce qui permet de préserver l’environnement et de diminuer de 80 % la consommation électrique.

4 juillet, trois nouvelles stations prolongent la ligne 1 du tramway, au-delà de la place du Rattachement à Bourtzwiller : Tuilerie, Saint-Nazaire, Châtaigner. Cette extension de 1,8 km s’accompagne d’aménagements qui contribuent à embellir le quartier : itinéraires cyclables, réfection des trottoirs, plantation d’arbres et de massifs…

Cadre de vie Plusieurs

Patrimoine

programmes de logements ont été lancés en 2009. A Bourtzwiller, la première pierre du programme de 24 logements de l’architecte mulhousien Antoine Leonetti symbolise la naissance du nouveau quartier des Berges de la Doller. A Vauban-Neppert-Sellier-Waldner, le début des travaux du parc Lefebvre, fin octobre, est la première étape du projet portant sur la rénovation de la caserne Lefebvre et la création des Jardins Neppert. Enfin, le quartier Wagner s’est transformé en profondeur au cours de la dernière décennie. Les 138 logements réalisés dans de petits collectifs et des maisons individuelles ont trouvé locataires et la dernière tranche de 30 logements a débuté cet automne.

Mulhouse s’est vue décerner le label « Ville d’art et d’histoire » par le ministère de la Culture, le 27 mars. Ce label est une reconnaissance de la richesse du patrimoine mulhousien qui compte, entre autres, 17 bâtiments inscrits ou classés à l’inventaire des Monuments historiques. Mulhouse rejoint ainsi le club des 137 villes et pays d’art et d’histoire.

L’écho Mulhousien N° 319 janvier 2010


16

agir pour Mulhouse Vie de la ville

La fréquentation de la ligne 1 est en hausse de 10 % depuis l’extension du tramway.

TRAN S P O R T S

L’extension du tramway satisfait les habitants Six mois après l’extension du tramway à Bourtzwiller, la fréquentation est en hausse et les habitants expriment leur satisfaction.

L

e 4 juillet dernier, le réseau de tramway mulhousien s’étendait vers le Nord avec l’ouverture de trois nouvelles stations sur la ligne 1. Situées à Bourtzwiller, le quartier le plus peuplé de la ville avec près de 13 500 habitants, les trois nouvelles stations – Tuilerie, Saint-Nazaire et Châtaignier – permettent au tram d’atteindre la limite communale avec Kingersheim. La fréquentation de la ligne 1 est en hausse de 10% depuis cette extension, les nouvelles stations représentant environ 2 500 voyages par jour. Pour les habitants, cette extension de 1,8 km est un atout pour le quartier, comme le souligne José, 61 ans, habitant du secteur Tuilerie. « Pour moi, c’est devenu plus pratique et plus rapide pour rejoindre le centreville. Je trouve aussi que le tram donne un autre aspect au quartier : c’est esthétique et surtout vivant. » Un avis que partage Maria, une habitante de Bourtzwiller de

63 ans. « Les aménagements réalisés autour du tram rendent le quartier plus beau. » Pour Donis, 16 ans, qui vit dans le secteur Saint-Nazaire, l’arrivée du tram a également eu l’avantage d’intensifier l’éclairage public le soir. « La rue est plus jolie et je peux me rendre rapidement au centre-ville. » La nouvelle station Châtaignier est également devenue le point de liaison entre la ligne de bus 19 et le réseau de tramway. Elle est donc fréquentée par de nombreux habitants de Kingersheim, Wittenheim et Ruelisheim, à l’instar d’Emilie, 15 ans, qui prend le tramway tous les jours pour rejoindre le lycée Lambert. « J’habite Wittenheim et je prends le bus puis le tram pour me rendre en cours. Je trouve que le tram est pratique et qu’il donne de la couleur à la ville, même si les différents habillages ne sont pas toujours à mon goût ! »

L’écho Mulhousien N° 319 janvier 2010


17 COOP éR A T I O N

La Ville de Mulhouse transmet son savoir-faire

F

orte de son expérience suite à la rénovation du marché du canal couvert, la Ville a été sollicitée par l’Agence française de développement (AFD) et l’Institut régional de coopération développement Alsace (IRCOD) pour apporter, entre 2004 et 2008, son expertise à la commune urbaine de Majunga, à Madagascar, pour la réhabilitation de ses marchés. « C’était la première fois que l’AFD faisait appel à une collectivité territoriale pour la mise en œuvre d’un projet qu’elle finance, projet d’un montant de 8 millions d’euros concernant plus de 2 000 commerçants, explique Christiane Eckert, adjointe au maire déléguée aux Relations internationales et à la Coopération transfrontalière. Cette expérience nous a permis d’atteindre un niveau professionnel d’ex-

pertise en termes de coopération décentralisée, impliquant plusieurs services de la collectivité. Le service des Finances a facilité la mise en place d’un budget annexe, une nouveauté à Madagascar. » Jugeant exemplaire le travail effectué, l’AFD a ensuite réalisé une étude - dite de capitalisation - pour en tirer les enseignements. Elle sera présentée le 21 janvier au siège de l’AFD à Paris en présence de Jean-Marie Bockel, de l’équipe mulhousienne et de collectivités territoriales impliquées dans des projets de développement. L’AFD et la Ville de Mulhouse signeront un accord de partenariat afin de favoriser la complémentarité et la synergie de leurs actions dans les pays du Sud et de promouvoir la réalisation de leurs objectifs communs.

La Ville de Mulhouse a été sollicitée par l’Agence française de développement et l’Institut régional de coopération développement Alsace pour apporter son expertise à la commune urbaine de Majunga, à Madagascar. L’écho Mulhousien N° 319 janvier 2010

éducation

Inscriptions des enfants dans les écoles

Les inscriptions en maternelle concernent les enfants nés en 2007 ; celles en élémentaire, les enfants de grande section de maternelle.

n Les inscriptions en école élémentaire pour la rentrée 2010-2011 débuteront le lundi 11 janvier et s’achèveront le vendredi 29 janvier. Elles concernent les enfants actuellement en grande section de maternelle et les nouveaux arrivants en âge d’être scolarisés en élémentaire. Les familles ont reçu, courant décembre, un courrier leur indiquant la marche à suivre. Pour les familles qui viennent d’emménager à Mulhouse, pour celles dont l’enfant ne fréquente pas d’école maternelle à Mulhouse et qui n’ont donc pas reçu ce courrier, les pièces à présenter pour l’inscription sont : le livret de famille, un justificatif de domicile de moins de trois mois (facture de gaz, taxe d’habitation, quittance de loyer…). • Les inscriptions en école maternelle des enfants nés en 2007 se dérouleront du lundi 25 janvier au vendredi 19 mars. A noter que les demandes de périscolaire maternelle s’effectuent au moment de l’inscription scolaire de l’enfant (les familles devant se munir des trois dernières fiches de paie ou d’une attestation de l’employeur, de leur avis d’imposition 2008). Pour l’inscription en maternelle, les pièces à présenter sont : le livret de famille, un justificatif de domicile de moins de trois mois (facture de gaz, taxe d’habitation, quittance de loyer…). • Les familles peuvent prendre rendez-vous les lundis, mardis, jeudis et vendredis matin (8h30-11h30) auprès du service Éducation et Périscolaire. Elles peuvent également s’y présenter librement les lundis, mardis et vendredis après-midi (13h30-17h), et mercredis toute la journée (8h30-11h30, 13h30-17h). Renseignements : service Education, 11, avenue Kennedy, tél. : 03 89 32 58 72 - www.mulhouse.fr (rubrique « Éducation ») - info-inscription@mulhouse.fr


18

agir pour Mulhouse Vie de la ville

DéM O G R A PH I E

Campagne annuelle de recensement Près de 8 000 Mulhousiens vont être recensés entre le 21 janvier et le 27 février, dans le cadre de la campagne nationale de recensement menée par l’Insee.

D

epuis 1984, le recensement est devenu annuel pour toutes les grandes villes. A Mulhouse, il concerne chaque année 8 % de la population, soit 8 000 personnes et 4 437 logements répartis dans toute la ville. C’est pourquoi une personne peut être recensée cette année et pas son voisin. « Le recensement permet de disposer d’informations récentes et fiables, précise Sylvie Grisey, adjointe au maire en charge du dossier. Cela nous aide à mieux adapter les infrastructures et les équipements aux besoins des habitants, comme par exemple les crèches, le nombre des écoles, les transports publics, les logements… Les informations recueillies entrent aussi en ligne de compte pour définir les critères d’attribution des subventions de l’Etat aux communes. » Les foyers concernés par la campagne 2010 vont recevoir début janvier un courrier les informant du passage d’un agent recenseur entre le 21 janvier et le 27 février. Lors de sa visite, il remettra une feuille de logement et un bulletin à remplir pour chacune des

Entre le 21 janvier et le 27 février, 8 000 Mulhousiens vont être recensés.

personnes vivant au foyer. Il conviendra ensuite d’un nouveau rendez-vous pour revenir chercher les documents remplis. « Il peut aussi aider les personnes à les remplir si elles rencontrent des difficultés à le faire », précise Marie -Josée Pierrevelcin, responsable du service en charge du recensement à la mairie. En effet, les 20 agents recenseurs sont tous des employés de la Ville de Mulhouse, spécialement formés pour cette mission et munis d’une carte officielle tricolore.

Les informations recueillies sont strictement confidentielles et uniquement transmises à l’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee) pour leur seul usage statistique. L’Insee fournit ainsi chaque année des statistiques sur les principales caractéristiques de la population mulhousienne : nombre d’habitants, âge, situation matrimoniale, profession exercée, transports utilisés, déplacements quotidiens… Renseignements : 03 89 32 68 14.

Environnement

Offrez une seconde vie aux déchets de Noël n Sapins et emballages cadeaux peuvent avoir une seconde vie après Noël, s’il sont triés et déposés en déchetterie. Ainsi, par exemple, les sapins seront broyés et serviront à fabriquer un compost adapté aux plantes acides. Les plastiques d’emballage et les polystyrènes, déposés dans les bennes à encombrants, seront incinérés et leur combustion produira de l’électricité. Quant aux papiers et cartons, ils seront recyclés pour redevenir papier ou carton. Trois déchetteries sont à votre disposition : aux Coteaux, rue Paul Cézanne ; au Hasenrain, avenue d’Altkirch ; à Bourtzwiller, rue de Bordeaux. Ayez le réflexe déchetterie pour vos sapins et vos emballages de Noël.

L’écho Mulhousien N° 319 janvier 2010


19 En bref …

Le déneigement des trottoirs est assuré par la Ville devant les bâtiments publics, par les propriétaires devant leurs immeubles.

Déneigement

Conseils pratiques aux usagers n La Ville assure le déneigement des rues, organisées en réseau prioritaire (accès hôpitaux, réseau de bus, grands axes), et en réseau secondaire (pavillonnaire). Elle assure aussi le déneigement des zones piétonnes, des pistes cyclables et de certains parkings, des trottoirs devant les bâtiments publics. Par contre, le déneigement des trottoirs devant un immeuble privé est à la charge du propriétaire, qui est responsable en cas de chute d’un piéton. Il est recommandé de ne pas suivre les saleuses (qui sont prioritaires) de trop près : le sel est épandu sur la chaussée à environ 3 mètres derrière la saleuse. Il faut utiliser en priorité les axes principaux, qui sont les premiers traités. Car les 600 km de chaussées de Mulhouse

ne peuvent évidemment être traités en même temps et avant 7h30 ! Il faut éviter d’emprunter les rues en pente si le véhicule n’est pas équipé et que la rue n’est pas encore traitée. A vélo, il est conseillé d’emprunter de préférence les chaussées des axes principaux, qui sont traités en priorité et en continu si la météo est défavorable. Enfin, il est vivement recommandé d’adapter sa conduite et sa vitesse de circulation, de rester vigilant lorsque les températures sont en dessous de 0°C pendant plusieurs jours (risque de verglas plus élevé), de respecter les distances de sécurité (rappel : il faut environ 30 m pour s’arrêter à 50 km/h). Numéros utiles : Allô proximité, 03 89 33 78 78 Allô déneigement, 03 89 32 58 81.

S olidarité

Un label de l’Unesco pour le lycée Stoessel n Le lycée professionnel Charles Stoessel vient obtenir le label d’« école associée à l’Unesco » pour son action d’aide au développement dans un pays émergent en partenariat avec le lycée de Thiès, au Sénégal. Ce label récompense un projet d’établissement centré sur l’Afrique pour lequel les élèves du lycée ont rénové des pompes à eau et fabriqué des cuiseurs solaires. Ils se sont aussi rendus sur place pour former les habitants à leur utilisation et pour développer un partenariat avec les élèves du lycée de Thiès pour la fabrication des appareils. Ce projet a été soutenu et cofinancé par la Ville de Mulhouse, dans le cadre de l’appel à projets internationaux. Pose d’un cuiseur solaire dans un village proche du lycée de Thiès au Sénégal.

L’écho Mulhousien N° 319 janvier 2010

Récompense. Un « Territoria » d’or pour Mulhouse. Mulhouse a été primée par un prix Territoria d’or, dans la catégorie innovation management, décerné par l’Observatoire national de l’innovation publique. Il a été attribué à la Ville pour la première rencontre internationale des territoires de coresponsabilité du 25 septembre 2009. Les perspectives ouvertes par cette rencontre sont très riches et stimulantes : constitution du réseau international, lien avec d’autres approches… Les Trophées Territoria 2009 ont été remis le 25 novembre à la Présidence du Sénat. IMMOBILIER. Jardins Neppert : 17 maisons à ossature bois. Filiale du groupe Bouygues Immobilier, le promoteur Maisons Elîka va construire, d’ici à octobre 2010, 17 maisons à ossature bois de 4 et 5 pièces (83 et 100 m2) avec jardins et stationnements privatifs dans le secteur de la rue des Mésanges. Ce programme bénéficie de mesures incitatives : Pass-foncier, TVA à 5,5 %… Situé à deux pas du centre-ville, il s’inscrit dans le cadre de la rénovation du quartier Vauban-Neppert-Sellier-Waldner (les «Jardins Neppert») définie par l’architecte Nicolas Michelin, en lien avec la Ville et la Société d’équipement de la région mulhousienne (Serm). Renseignements auprès de la Serm : 03 89 43 87 67 Loisirs. Ateliers artistiques pour adultes

La Ville de Mulhouse propose des ateliers artistiques et de sensibilisation à l’art pour les adultes. Ces ateliers sont animés par des artistes, des enseignants du Quai et des conférenciers. La session se déroulera du lundi 25 janvier au vendredi 4 juin (sauf vacances scolaires), de 18h30 à 20h30 au Quai. Disciplines proposées : dessin, histoire de l’art, photographie, peinture pour les initiés, histoire de l’art moderne et contemporain, infographie, gravure et lithographie, peinture initiation, dessin. Inscriptions du lundi 18 au jeudi 28 janvier (sauf vendredi 22 janvier), de 15h à 19h. Renseignements au Quai, école supérieure d’art de Mulhouse, tél. : 03 69 77 77 20 marie.werner@mulhouse.fr - www.lequai.fr

Musée. Un nouveau directeur pour la Cité de l’automobile. Pierre-Yves Schneider succède à Emmanuel Bacquet à la tête de la Cité de l’automobile. Comme son prédécesseur, Yves Schneider a débuté dans la restauration avant de rejoindre le groupe de luxe Richmond (Lancel, Cartier…). Il a ensuite dirigé l’hôtel Les vallées  à la Bresse. Cette expérience de l’hôtellerie et   de la restauration lui sera particulièrement utile car parmi ses missions, il devra piloter l’ouverture d’un nouveau restaurant d’ici à 2012.


20

agir pour Mulhouse Vie de la ville

Lors de l’assemblée générale des conseils de quartier, les conseillers et les adjoints de secteur ont travaillé ensemble sur les enjeux des cinq secteurs

DEM O C R A T I E L O C A L E

La démocratie locale La Ville se mobilise pour faire progresser la démocratie locale et la concertation avec les Mulhousiens. Temps fort de l’année, l’assemblée générale des conseils de quartier a rassemblé les conseillers pour un travail commun sur les enjeux des secteurs.

C

réés en mars 2008, cinq secteurs recouvrent les 16 quartiers de Mulhouse dans des périmètres cohérents qui permettent d’optimiser les politiques publiques. « La création des secteurs répond à une volonté d’organiser plus efficacement et de manière concertée la Ville et l’agglomération, souligne Jean Rottner, premier adjoint au maire. C’est aussi un moyen de rompre les frontières qui peuvent s’établir entre les quartiers et de délivrer un message d’ensemble concernant la politique de la Ville. » Les secteurs ont été définis en prenant en compte les périmètres des centres socioculturels et le respect des synergies naturelles entre les quartiers. Ils ont également un poids démographique cohérent les uns par rapport aux autres. « Les secteurs ne sont pas une couche administrative supplémentaire, souligne Lara Million, adjointe au maire déléguée à la Démocratie locale. L’échelle du quartier est pertinente pour les questions de proximité mais, pour déterminer les grands enjeux et les futures actions à mener, il faut penser inter-

quartiers. » Le renforcement des synergies entre les quartiers, l’amélioration et la mutualisation des équipements et des services aux habitants ou encore une meilleure lisibilité des

“ Les secteurs

sont un nouveau cadre pour développer les grands projets structurants ” politiques publiques font partie des objectifs visés par la création des secteurs. Durant les ateliers organisés dans le cadre de l’assemblée générale des conseils de quartier, en novembre dernier, les conseillers ont travaillé sur les enjeux des cinq secteurs de Mulhouse. Chaque atelier s’est attaché à définir les atouts et les faiblesses des différents secteurs avant d’en présenter les enjeux. L’écho Mulhousien N° 319 janvier 2010

« C’est la première étape de la concertation qui vise à déterminer les enjeux prioritaires avant de pouvoir définir des actions, explique Lara Million. La concertation est indispensable si on veut vraiment répondre aux attentes des habitants et améliorer leur cadre de vie. » La seconde phase sera l’élaboration des projets de secteur par les adjoints. Des réunions de concertation auront lieu au premier semestre 2010 afin d’affiner les propositions avant leur mise en œuvre. « Des réunions publiques auront lieu chaque année dans les secteurs afin de suivre l’avancement des projets de secteur et d’informer les habitants. » Secteurs et quartiers Si les secteurs sont un nouveau cadre pour développer les grands projets structurants, l’échelle du quartier reste indispensable pour toutes les questions de proximité. Les conseils de quartier, qui regroupent près de 700 conseillers, sont le lieu d’exercice de la citoyenneté au quotidien. Pour mieux les faire connaître des habitants et renforcer la concertation sur tous les projets, 11 mesures


21

de Mulhouse.

e évolue Les adjoints de secteur • Secteur 1. Adjoint de secteur : Hakim Mahzoul Regroupe les quartiers Coteaux, Dornach et Haut-Poirier. • Secteur 2. Adjoint de secteur : Christiane Eckert Regroupe les quartiers Centre historique, Fonderie, Franklin-Fridolin et Rebberg. • Secteur 3. Adjoint de secteur : Axelle Lego Regroupe les quartiers DrouotBarbanègre, Europe-Bassin-Nordfeld, Vauban-Neppert-Sellier-Waldner et Wolf-Wagner. • Secteur 4. Adjoint de secteur : Jean-Pierre Walter Regroupe les quartiers Brustlein, CitéBriand, Daguerre et Doller. • Secteur 5. Adjoint de secteur : Paul Quin Correspond au quartier Bourtzwiller.

ont été formulées pour améliorer leur fonctionnement. Certaines sont déjà mises en place, comme le nouveau règlement des conseils de quartier, qui accroît le rôle des vice-présidents et assouplit le fonctionnement des conseils. La charte des journaux de quartier a également été adoptée suite à la mise en place du collectif des journaux de quartier, animé par l’adjointe au maire Axelle Lego. Autre mesure prise pour renforcer le dialogue entre les élus et les citoyens, la possibilité pour chaque Mulhousien de rencontrer en entretien individuel les présidents des conseils de quartier, via un simple appel au numéro d’Allô Proximité (03 89 33 78 78). « L’information sur les actions menées par les conseils est essentielle et peut développer l’intérêt des citoyens pour rejoindre les conseils de quartier, conclut L’écho Mulhousien N° 319 janvier 2010

Jean-Marie Bockel. Les projets de secteur sont également une source de motivation supplémentaire pour participer à ces instances et contribuer ainsi à l’élaboration du Mulhouse de demain. »


22

agir pour Mulhouse Vie de la ville

CULT U R E

La Filature fait entrer l’art dans les collèges Depuis dix ans, La Filature propose des parcours culturels aux collèges pour initier les jeunes à l’art et leur fait découvrir une pratique artistique.

C

omme 400 autres collégiens mulhousiens, Deryanur, Célia, Djoreme et leurs camarades du collège Jean Macé se retrouvent tous les lundis après-midi pour suivre l’aventure autour du cinéma, proposée par la Filature. En compagnie de deux artistes, Silvi Simon et Laurence Barbier, et encadrés par leurs professeurs de français et d’arts plastiques, ces douze élèves de 6e et 5e vont assister à des spectacles, échanger leurs impressions, créer des animations… Ce lundi, l’heure est à l’histoire du cinéma. Les jeunes approchent de vrais phénakistiscope, praxinoscope et zootrope… – ces noms barbares désignent d’anciens appareils qui permettaient d’animer les images – pour mieux comprendre les mécanismes de l’animation. Puis, chacun attrape son crayon. « Pas besoin d’être un grand dessinateur, indique Laurence Barbier. Chaque enfant peut créer son univers, concret ou abstrait, avec quelques traits sur le papier et reproduire cette expérience chez lui. » A la fin de l’heure, les « flip books » – ces petits carnets composés d’images qui s’animent quand on les feuillette rapidement – livrent leur secret : un bisou sort d’une boîte, un poisson se fait manger… Dans les semaines à venir, les enfants réaliseront des « films à trucs », utilisant des trucages pour faire disparaître ou transformer des choses. Pour Sophie Buisson, professeur de français qui suit cette animation depuis plusieurs années, le but est de « faire sortir les élèves du quartier, de leur faire découvrir de nou-

Tous les lundis, au collège Jean Macé, dix jeunes se retrouvent pour suivre l’aventure du cinéma, proposée par La Filature.

velles choses en dehors du cadre des cours et de leur donner la satisfaction de réaliser quelque chose ». Une satisfaction largement ressentie si on en croit les quatre jeunes filles qui ont suivi le programme l’an dernier et se sont réinscrites cette année. « Il y a deux ans, les élèves ont été si enthousiastes qu’ils

ont créé un film d’animation », ajoute Silvi Simon. Fabrication des décors, dialogues, dessins, voix…, ce travail collectif a permis à chacun de se réaliser. Le résultat, en ligne sur le site du collège, permet à ses créateurs, aujourd’hui en 4e, de partager leur fierté avec leurs camarades.

La Filature, bien plus que des spectacles n La Filature est connue pour sa programmation de spectacles, ses expositions, ses rencontres... Ce que l’on sait moins, c’est qu’elle mène également de nombreuses actions en-dehors de ses murs. Ces animations s’adressent à des publics ciblés : écoliers, étudiants, personnes handicapées, personnes incarcérées… et touche 1 800 personnes chaque année. Parmi les itinéraires proposés, on trouve des ateliers autour du cinéma, des contes, de la vidéo, des photos, du théâtre, du cirque… Toutes ces actions visent à faire découvrir une pratique artistique et à faciliter l’accès à la culture à des publics peu familiers à l’art. En règle générale, les bénéficiaires se disent ravis d’avoir pu vivre une relation privilégiée avec les artistes.

L’écho Mulhousien N° 319 janvier 2010


agir pour Mulhouse conseil En bref … Finances Soutien aux associations de jeunesse et aux centres sociaux… Le conseil accorde des acomptes de subvention pour un montant total de 1,4 million d’euros à 11 associations de jeunesse et centres sociaux pour leur permettre d’assurer leur mission socio-éducative. Il accorde par ailleurs une subvention exceptionnelle au centre socioculturel Pax de 28 000 euros, compte-tenu de ses difficultés budgétaires.

23

Développement durable

Une convention entre la Ville et EDF pour le climat Dix actions en faveur du développement durable figurent au programme de la convention   de partenariat signée entre la Ville de Mulhouse,   la Communauté d’agglomération et EDF.

… aux associations culturelles… 762 000 euros d’acomptes sur les subventions de fonctionnement 2010 seront versées à sept associations culturelles : Filature, Noumatrouff, théâtre Poche-Ruelle, Jazz à Mulhouse, Jazz et, Cinéma Bel Air, Scarface ensemble. Par ailleurs, une subvention de 17 500 euros est accordée aux Tréteaux de Haute-Alsace pour leurs interventions pédagogiques, une autre de 64 000 euros au carnaval. … et aux clubs sportifs Les acomptes de subventions aux clubs et associations sportives pour permettre leur fonctionnement sont votés par le conseil : 40 000 euros pour l’Office mulhousien des sports, 595 000 euros pour les sept associations sous convention d’objectifs et 306 950 euros pour les 31 clubs et associations sous contrat de développement.

Voirie Nouveaux noms de rues Le conseil approuve les propositions de la commission des noms de rues pour les nouvelles rues créées qui rendront hommage à des personnalités régionales : allée Roger Imbéry, syndicaliste et ancien adjoint au maire pour l’espace piéton longeant la rue François Spoerry dans le quartier Fonderie ; rue Marcel Maire, soldat mort lors de la Libération de Mulhouse en 1944, et rue Paul Meyer, fondateur de l’Université populaire dans le secteur de la caserne Lefebvre ; parvis Adrien Zeller à la gare (futur espace public entre l’ancien centre de tri postal et le pont de Riedisheim). Prochaine séance lundi 27 janvier à 17h30 à l’Hôtel de ville, place de la Réunion.

Un des axes forts de cette convention est le développement de bâtiments basse consommation (projet de rénovation de la caserne Lefebvre).

n Le conseil municipal a approuvé la convention de partenariat entre la Ville de Mulhouse et EDF en faveur du développement durable. Cette convention permet d’initier des actions communes d’éco-efficacité énergétique jusqu’à la fin 2011. Ces actions portent par exemple sur l’amélioration des performances énergétiques des bâtiments municipaux et des logements sociaux (en utilisant notamment les énergies renouvelables, pompes à chaleur, biomasse, solaire thermique et photovoltaïque) ; le soutien aux projets de bâtiments basse consommation (BBC), notamment dans le cadre du projet d’éco-quartier DMC ; la sensibilisation des habitants – et tout particulièrement des enfants des écoles – à la maîtrise de l’énergie ; le développement du pôle de compétences « Bâtiment basse consomL’écho Mulhousien N° 319 janvier 2010

mation » lancé à l’échelle du territoire de la région mulhousienne… Au total une dizaine d’actions, inscrites dans cette convention, bénéficieront d’un soutien financier et technique d’EDF. Ainsi, EDF financera 25 % à 30 % du surcoût induit par la rénovation basse consommation de 130 logements sociaux de Batigère, Domial, Mulhouse Habitat et de la Somco, soit une subvention de 3 000 euros par logement. EDF participera également à la création d’une épicerie solidaire. Cette convention illustre une nouvelle fois l’engagement de la Ville de Mulhouse, et plus largement de la Communauté d’agglomération, en faveur du développement durable, et ce, depuis une vingtaine d’années. Mulhouse fut ainsi la première ville française à signer en 1992 une charte d’écologie urbaine.


24

agir pour Mulhouse temps forts

ANIMATION Tout au long du mois de décembre,

les quartiers se sont mis à l’heure de Noël et de SaintNicolas. Des marchés et des animations ont rythmé les week-ends, de Bourtzwiller (photo) aux Coteaux, en passant par Franklin-Fridolin et Dornach. L’occasion pour les visiteurs et les habitants de faire le plein d’idées cadeaux mais aussi de se retrouver dans une ambiance festive et conviviale.

VISITE

Les Mulhousiens ont pu découvrir la première rame de tram-train, un an avant sa mise en service. Exposée devant la gare durant quatre jours, la nouvelle rame a suscité l’intérêt et la curiosité d’un public venu nombreux pour découvrir le design et l’aménagement de cette rame hybride qui s’inspire autant du tramway que des rames de TER. La mise en service de la ligne entre Mulhouse et Thann est prévue pour le 12 décembre prochain.

ECONOMIE

Installée au Parc des Collines, la société Twig a été inaugurée en présence de JeanMarie Bockel. Fort de 300 entreprises et de 2 200 salariés, le Parc des Collines va s’étendre avec la création d’une troisième vallée de 72 hectares, en cours d’aménagement. L’installation des premières entreprises est prévue au deuxième trimestre 2010.

SOLIDARITE

« Un jouet = une entrée ». C’est le principe de Jouer pour un jouet, dont la huitième édition a rencontré un franc succès, avec près de 5 000 visiteurs à la Cité de l’automobile. Organisée par le Conservatoire de musique, danse et arts dramatiques, la manifestation a été animée par près de 900 musiciens, chanteurs, danseurs et comédiens et a permis de récolter plusieurs milliers de jouets. Ils ont été distribués pour Noël à des enfants défavorisés.

SOLIDARITE Les

pompiers du Groupe de recherche et d’intervention en milieu périlleux (Grimp) ont ouvert la 23e édition mulhousienne du Téléthon. Déguisé en saint Nicolas, l’un d’entre eux est descendu en rappel du temple Saint-Etienne, attirant de nombreux curieux sur la place de la Réunion. Les pompiers ont ensuite exécuté leur traditionnel « fil rouge », une course de relais de 24h dans les rues du centre-ville.

L’écho Mulhousien N° 319 janvier 2010


25 CASQUETTES Partie intégrante

de l’îlot Casquettes, le passage PaulHeinrich – reliant l’avenue du Colmar à la rue du Saule – a été inauguré en présence d’élus, d’autorités civiles et militaires, d’anciens combattants, de portedrapeaux et de la famille Heinrich. Né le 29 mars 1904, le lieutenant colonel Paul Heinrich, héros de la France libre et ancien international du Football club de Mulhouse, s’est éteint le 16 septembre 1995.

CEREMONIE

La Ville a célébré les anniversaires de mariage en présence de Jean Rottner, premier adjoint au maire. Or, diamant, palissandre et platine, ils sont au total 52 couples à avoir fait le déplacement au Parc des expositions pour assister à un spectacle et se rassembler autour d’un goûter offert par la municipalité.

TRANSPORTS

Le club TGV Rhin Rhône Mulhouse Alsace est sur les rails. Il a été officiellement lancé par Jean-Marie Bockel, Jo Spiegel et le président de la SNCF, Guillaume Pepy, dans le cadre chaleureux du marché de Noël. Les Clubs 320 (comme le chiffre de la vitesse commerciale des TGV) rassemblent des acteurs économiques, sociaux, culturels et sportifs afin de développer l’attractivité du territoire en vue de l’arrivée du TGV.

ANIMATION

Marchés, chalets, gourmandises sucrées-salées, décorations, animations… Cinq semaines durant, Mulhouse a vécu au rythme des festivités de Noël, de la place de la Réunion à la place de la Concorde, en passant par la place de la Victoire et la rue du Sauvage. Temps fort touristique et de convivialité pour de nombreux Mulhousiens, décembre a également été une période d’activité soutenue pour les commerçants du centre-ville.

SERVICE Jean-Marie

Bockel a rendu visite aux agents du service Propreté urbaine et parc automobile (Pupa) installés dans le Centre technique communautaire situé à Richwiller et inauguré quelques jours plus tôt. Le site regroupe les transports, la collecte des ordures ménagères, le nettoyage des rues, le déneigement, le parc automobile et la direction.

L’écho Mulhousien N° 319 janvier 2010


26 26

expressions politiques

P our M ulh ouse en semble

Bonne année Mulhouse, bonne année l’Agglomération ! Après cette période intense de festivités de fin d’année qui a été souvent l’occasion de nombreux rassemblements familiaux, peut-on, en ce début 2010, par analogie, mettre en exergue, au-delà d’une similitude trop rapide, le lancement de l’agglomération mulhousienne pleinement installée en ce début janvier ? Elle sera, en effet, le grand rassemblement de tous les membres de la famille, les habitants du même territoire. Cela n’a pas été facile ! Mais à l’instar de tous les grands rassemblements familiaux que l’on veut mener à bien, il faut du temps, échanger et prendre des nouvelles de chacun, faire en sorte et s’assurer que chacun trouve sa place. Il est indispensable de créer du lien entre les personnes. Ce n’est pas parce que nous sommes tous membres d’une seule famille, celle de ce grand territoire, que chacun ayant ses propres préoccupations, nous puissions, pour autant, nous voir aussi souvent que souhaité ! Comme au lendemain de toutes les fêtes de fin d’année, le plein de bonnes résolutions à mettre en œuvre a été fait. Au delà de nos différences mais riche de toutes celles-ci,

chacun s’est engagé à travailler de concert autour d’un projet et à le mettre concrètement en œuvre pour le bien commun. La création de cette nouvelle agglomération ne règlera pas tout, comme d’un coup de baguette magique unique. Tenter de relever ensemble, les défis du développement économique, de l’aménagement de l’espace, de la politique de la ville, de l’environnement, des mobilités, de l’habitat, de l’emploi, de la petite enfance, des équipements sportifs, du tourisme, de la proximité et les territoires... C’est déjà très ambitieux ! Ces défis concernent la vie quotidienne ou sont plus structurants. Ils sont nombreux a être exercés en partenariat avec les communes qui doivent garder ce rôle indispensable de la relation de proximité. Le volontarisme de l’action Si le volontarisme de l’action ne suffira pas à résoudre tous les problèmes économiques locaux, régionaux, nationaux ou internationaux auxquels nous devons faire face, avec l’agglomération, nous aurons à notre disposition toute la panoplie des outils pour qu’ensemble, chacun soit plus fort.

À l’aube de cette nouvelle année, les élu(e)s de l’équipe majoritaire réuni(e)s autour de Jean-Marie Bockel souhaitent leurs meilleurs voeux à chacun d’entre vous, à vos proches, à vos familles, que cela soit dans le domaine de la santé, du travail ou des loisirs. Avec tous les acteurs engagés dans la vie sportive, économique, sociale et culturelle, avec tous les habitants de tous les quartiers de notre ville, du nord au sud, de l’est, à l’ouest en passant par le centre, avec tous les Mulhousiens, d’age scolaire, étudiants, en activité professionnelle ou retraités, avec les hommes et les femmes de cette cité, nous souhaitons, une bonne année à Mulhouse, une bonne année à l’Agglomération !

Denis Rambaud et Roland Chaprier, Christiane Eckert,Bernard Klein, Lara Million, Michèle Striffler pour le Groupe Majoritaire.

U n nouveau souffle pour M ulho use ( G r o upe S o cialiste et R é publicain )

En 2010, faisons le pari d’une société plus juste L’année 2010 sera une année charnière pour Mulhouse et pour les Mulhousiens. D’abord avec la naissance de la nouvelle intercommunalité au 1er janvier. Cependant cette construction intercommunale est une alchimie où les équilibres sont fragiles et toujours susceptibles d’être compromis. Aujourd’hui certains clignotants sociaux et économiques sont passés au rouge et doivent trouver des réponses claires dans le projet communautaire. Dès le 4 janvier 2010, nous siègerons au sein de la communauté d’agglomération en ayant en permanence à l’esprit l’intérêt communautaire dans un juste équilibre entre les territoires et ses habitants. Le gouvernement UMP de Nicolas Sarkozy, dont le maire de Muhouse est membre, souhaite ré-

former les finances des collectivités locales. La suppression de la taxe professionnelle affaiblira le pouvoir et la capacité de la ville de Mulhouse. En 2010, nous nous opposerons donc à cet étranglement financier de notre ville par l’Etat et nous serons donc vigilants pour le maintien de services publics locaux de qualité. Nous n’accepterons pas que les familles mulhousiennes payent l’addition par une hausse mécanique des impôts. En 2010 œuvrons ensemble pour une société apaisée parce que juste, et donnant sa chance à chacun. Nous voulons une société qui prend soin de chacun, où chacun prend soin des autres, et où, ensemble, nous prenons soin de l’avenir.

Les élus du groupe Un nouveau souffle pour Mulhouse vous souhaitent à vous et aux vôtres, une année pleine de bonheurs, de joies et de satisfactions. Fidèles à nos idées, fidèles à Mulhouse.

Pierre Freyburger - Cléo Schweitzer -  Gilbert Buttazzoni - Darek Szuster -  Malika Ben M’barek - Thierry Sother -  Claudine Da Silva - Bernard Bay -  Anka Vlajnic-Poncelet - Dominique Caprili – Nicole D’Angelo Pour nous contacter : www.nspm.fr E-mail : pierrefreyburger@free.fr

L e r assembleme nt des M ulho usiens

Demain, Mulhouse, ses touristes et son minaret. La future grande mosquée de Mulhouse fait l’objet d’une large publicité et son architecture moderne n’omet pas le minaret, signe de pouvoir et de conquête, symbole politico-religieux. Après avoir accordé 235.000 € de subvention, JM Bockel veut nous imposer ce minaret. Il s’agit avant tout d’ouvrir le débat, c’est pourquoi nous demandons un référendum sur ce projet. Les Mulhousiens doivent pouvoir s’expri-

mer. Il serait inconcevable que nous ne soyons pas consultés sur ce sujet qui engage l’avenir de notre ville. Donner la voix au peuple et pas uniquement à ses représentants sur des points si sensibles sera une réelle avancée démocratique. Ce que les musulmans réclament en Europe est tout simplement impensable dans les pays musulmans. La mosquée est avant tout un lieu politique, social autant que

L’écho L’échoMulhousien MulhousienN° 319 N° 311janvier 2010 Avril 2009

spirituel et l’un ne va pas sans l’autre. Le minaret revendiqué est l’expression visible d’une réalité politique comme peut l’être le port de la burqa. Face à l’angélisme il y a l’intolérance et la persécution des pays musulmans à l’égard des chrétiens qui les habitent. Suivons l’exemple des Suisses…Signez la pétition sur le blog www.patrickbinder.com.


Journee

Carrietrioenss des

et des

forma

GĂŠrard Chaillou - Illustration : Djohr Guedra - www.patricia-lucas.com

GĂŠrard Chaillou - Illustration : Christophe Brobecker

www.journeedescarrieres.uha.fr

Samedi 23 janvier 2010 Entree libre

9h

17h

Parc Expo de Mulhouse


28 vous faites Mulhouse

associations SPOR T S

Une saison de sports d’hiver avec les Vosges Compétition ou loisirs, les Vosges Trotteurs Mulhouse entament une nouvelle saison d’hiver.

S “

ki alpin, ski nordique, balades en raquettes ou randonnées pédestres : les Vosges Trotters Mulhouse, qui comptent 642 adhérents, accueillent tous les amateurs de sports d’hiver pour une nouvelle saison riche en challenges et en rencontres. « En 1904, nous avons organisé la première course de ski des Vosges et, depuis, le club n’a cessé de décrocher des titres de champion, se réjouit JeanJacques Kutyla, le président du club. Aujourd’hui, le ski alpin est notre fer de lance. Nous avons une équipe de 40 compétiteurs, principalement des jeunes, dont plusieurs sportifs de haut niveau. En 2009, sur 56 clubs de ski du Massif des Vosges, nous étions deuxièmes du classement pour les jeunes et quatrièmes toutes catégories confondues. » Si la pratique et les compétitions de ski alpin tiennent une place importante dans l’activité du club, le ski

L’esprit d’équipe et de convivialité prévaut ”

HA N D I C A P

Les tandems de la solidarité n Depuis juin 2009, Jean-Marc Meistermann organise, deux dimanches par mois, des balades originales en tandem sur les pistes cyclables de la région. Leur particularité ? Associer un pilote voyant à un malvoyant ou non-voyant pour pédaler de concert dans la nature. « J’ai eu l’idée de créer cette nouvelle activité au sein de la Société des amis des aveugles et malvoyants du Haut-Rhin, après l’avoir expérimentée dans un club identique à Limoges, explique Jean-Marc Meistermann, qui est malvoyant. Je cherche des itinéraires sur le site des pistes cyclables mulhousiennes qui est accessible aux malvoyants par synthèse vocale et nous programmons le chemin sur un GPS fixé sur le guidon du pilote. Nous sommes déjà une douzaine à nous balader ainsi en tandem. Nous invitons d’ailleurs de nouveaux pilotes à nous rejoindre ! » Jean-Marc Meistermann n’est pas à court d’idées : visite de l’Ecomusée, sortie équestre, pique-nique le long de l’Ill sont déjà au programme ! « L’idée est de

se promener en famille et avec des amis, entre voyants, malvoyants et aveugles de tous âges, souligne Marie-Laure, sa compagne également malvoyante. « Nous souhaitons rencontrer du monde, sortir de chez nous, découvrir la nature, et nous ne pouvons le faire sans la solidarité de nos pilotes voyants », renchérit Jean-Pierre. « Mais il ne s’agit pas de s’apitoyer », ajoute son fils – valide –, qui l’accompagne souvent. Teddy, 28 ans, nouvellement arrivé en Alsace, trouve ainsi une occasion conviviale de découvrir la région. Déjà très investi dans l’association, il va bientôt donner des cours de braille et proposer, en collaboration avec le Phare, des cours d’initiation à l’informatique pour les non-voyants.

L’écho Mulhousien N° 319 janvier 2010

Renseignements auprès de Jean-Marc Meistermann : 06 03 81 71 48 03 69 77 28 18 - jmarcmeist@estvideo.fr saam68.free.fr Voyant et non-voyant pédalent de concert lors de sorties conviviales.


29 ANIMATION

Trotters Mulhouse

Une nouvelle dynamique pour la culture berbère

C

réée il y a 13 ans et initiatrice de nombreuses manifestations citoyennes et culturelles, l’Association Culture Berbère 68 et ses 200 adhérents disposent, depuis octobre dernier, d’un local mis à disposition par la Ville de Mulhouse. « Nous allons maintenant pouvoir développer de nombreuses activités, se réjouit Louisa Djaoui, secrétaire de l’association. Nous avons déjà créé notre troupe de danse berbère, Tannina, qui n’a rien à voir avec la danse orientale et qui se produira d’ailleurs lors de notre fête du Nouvel an berbère, le 23 janvier. Nous mettons en place des activités d’initiation à la langue et à la culture berbères pour les enfants âgés de 5 à 15 ans à travers des ateliers de contes, théâtre, chant et conversation. Nous préparons également les jeunes à

En 2009, les Vosges Trotters Mulhouse ont décroché la 2e place du classement pour les jeunes parmi les 56 clubs de ski des Vosges.

Nouvel an berbère : samedi 23 janvier à 20h au Pax, 54, rue de Soultz. ACB 68 : 147, avenue Aristide Briand. Tél. : 03 89 43 57 71 (après-midi) acbmulhouse@aol.com

Le Nouvel an berbère sera célébré le samedi 23 janvier à 20h au centre socioculturel Pax.

SOLIDARIT é

40 ans d’Espoir auprès des plus fragiles

nordique, les randonnées en raquettes ou à pied séduisent un grand nombre de sportifs. « Nous organisons des randonnées de ski nordique dans les Vosges, la Forêt Noire et le Jura, explique André Doll, l’un des cadres du club. Nous partons pour une sortie de 15 à 18 km et nous déjeunons dans un refuge ou en plein air, selon la météo. Coup d’envoi : le 17 janvier ! » A partir du 14 janvier, des randonnées en raquettes dans les Vosges sont également proposées, en alternance avec des balades pédestres dans la nature autour de Mulhouse. L’autre pilier de l’activité du club est le refuge du Markstein, qui offre 50 places de couchage et 80 dans la salle à manger. On y amène de quoi cuisiner sur place son repas et l’accueil n’est pas limité aux adhérents du club. « On y vient seul ou en groupe. C’est l’esprit d’équipe et de convivialité qui prévaut. Le refuge est géré par des bénévoles qui assurent un accueil pendant les week-ends et les vacances scolaires », conclut le président. Renseignements : 06 19 01 05 75 - 03 89 42 34 39. Chalet du Markstein : 03 89 48 05 89.

l’option « Berbère » au Bac et avons le projet d’ouvrir une bibliothèque. »

n Le 30 janvier prochain, l’association Espoir fêtera ses 40 ans d’existence. L’occasion pour Serge Müller, directeur de cette structure de 68 salariés qui accompagne en permanence 350 familles, de valoriser les actions menées. « Nos activités s’appuient sur quatre pôles : un pôle « demandeurs d’asile » d’une capacité de 93 places, un pôle d’Aide au logement, un pôle de soutien à la parentalité et un centre d’hébergement et d’insertion de 115 places, qui aide les personnes isolées à retrouver leur autonomie. Un tiers des personnes accueillies sont des femmes avec enfants victimes de violence. » Soutenue par la Ville, l’association Espoir participe notamment à l’action d’Insertion globale par le logement et l’emploi (Igloo) qui permet à 15 familles de se former à un métier du bâtiment avant d’intégrer une entreprise qui construit le futur logement. Contact : 03 89 60 72 70 – espoir.mulhouse. siege@wanadoo.fr

L’association a en charge le foyer de la rue de Soultz qui accueille des femmes et leurs enfants.

L’écho Mulhousien N° 319 janvier 2010


30 vous faites Mulhouse

seniors

Le restaurant de la résidence Violette Schoen est ouvert tous les midis, du lundi au samedi.

SERV I C E

Déjeuner en toute convivialité Le restaurant de la résidence Violette Schoen a été repeint l’été dernier.   Chaque jour, 24 personnes déjeunent en moyenne dans ce lieu de vie également   ouvert aux seniors des quartiers Drouot-Barbanègre et Europe-Bassin-Nordfeld.

L

es habitués du restaurant de la résidence seniors Violette Schoen (réseau Apalib’) ne boudent pas leur plaisir. Repeint l’été dernier, le restaurant doté de larges baies vitrées offre un visage plus gai et coloré. Chaque jour, du lundi au samedi, 24 personnes en moyenne y déjeunent en toute convivialité. Parmi eux, une majorité d’habitants de la résidence mais également des retraités du quartier Drouot-Barbanègre et du secteur voisin Europe-Bassin-Nordfeld. « Pour venir, il suffit de réserver au minimum 24 heures à l’avance, indique Catherine Feissel, gérante-animatrice des lieux. Notre résidence est un lieu de vie ouvert sur le quartier. Nos 53 résidants sont pour la plupart d’an-

ciens habitants du secteur. C’est pour eux l’occasion de retrouver des connaissances. » Outre les repas classiques, des menus thématiques sont également proposés au gré des saisons : choucroute, repas chasseur, barbecue en été à l’extérieur… « On n’hésite pas non plus à proposer des apéritifs, des tombolas, des après-midi dansants… », poursuit Catherine Feissel. Dans les prochaines semaines, un coin bibliothèque va être aménagé au sein même du restaurant. « Nous sommes à la recherche d’un bénévole pour animer cette bibliothèque. » Un appel qui vaut aussi pour les autres activités dispensées à la maison de la rue de Noisy-le-Sec. « Même si les animations sont déjà bien fournies au quotidien L’écho Mulhousien N° 319 janvier 2010

avec des ateliers gymnastique, tricot-crochet, jeux de société ou création-décoration, nous sommes ouverts à d’autres propositions », explique la responsable. Parmi les temps forts qui vont rythmer la vie de la résidence Violette Schoen ces prochains mois : la galette des rois, la Fête de la diversité avec un après-midi intergénérationnel avec des enfants du quartier, la Fête des voisins… « Même si tous ne participent pas systématiquement aux animations, nos résidants en sont friands. Ces animations traduisent aussi notre politique d’ouverture vers l’extérieur », conclut Catherine Feissel. Résidence Violette Schoen, 4, rue de Noisy-leSec. Tél. : 03 89 44 21 75.


31 SANT é

Une alternative à l’hospitalisation

L’hospitalisation à domicile Sud Alsace compte une équipe de 44 salariés.

E

viter l’hôpital ou écourter le séjour : tels sont les objectifs de l’Hospitalisation à domicile Sud Alsace (HAD Sud Alsace), créée en septembre 2007. Son fonctionnement repose sur une équipe de 44 salariés permettant aux malades d’être hospitalisés dans leur cadre de vie habituel, parmi leurs proches. Elle est composée de médecins, infirmiers, ergothérapeutes, kinésithérapeutes, aides-soignants, psychologues, assistantes sociales et administratifs, qui peuvent intervenir 7 jours sur 7 et 24h sur 24. « Aujourd’hui, nous suivons 50 patients à tous les âges de la vie sur tout le territoire du Sud du Haut-Rhin, explique Sophie Feuerstein, directrice de l’HAD Sud Alsace. Nous apportons à domicile des prestations hospitalières et sommes polyvalents dans la prise en charge des pathologies des patients. La rééducation neurologique après un accident vasculaire cérébral par exemple et la prise en charge des grands dépendants figurent parmi les spécifici-

tés de nos compétences. » L’HAD Sud Alsace est une association à but non lucratif qui fédère huit partenaires publics et privés, du Centre hospitalier de Mulhouse à l’Union régionale des médecins libéraux d’Alsace. Il a le statut d’établissement hospitalier, avec l’agrément du ministère de la Santé. « Il existait un service HAD à l’hôpital de Mulhouse depuis 1975, poursuit la directrice. Seule une dizaine de patients en fin de vie dans un rayon de 12 km autour de Mulhouse pouvait être suivie. Aujourd’hui, l’ensemble de la Région Alsace est couvert par six structures HAD, dont la nôtre pour le Sud du territoire. Notre souci étant de perturber le moins possible l’équilibre du patient, le médecin traitant reste le pivot de la prise en charge et nous faisons intervenir dans l’équipe soignante l’infirmière libérale ou le kinésithérapeute habituel du patient. » HAD Sud-Alsace, 87, avenue d’Altkirch. Tél. : 03 89 64 75 50. L’écho Mulhousien N° 319 janvier 2010

PORTRAIT

« Ma passion, c’est Mulhouse » n Vêtue d’un manteau dont la couleur rouge reflète son caractère passionné, Simone Leiber résume son parcours : « J’étais à la tête d’un magasin lorsqu’en 2005 j’ai subi une lourde opération de l’épaule. J’ai été déclarée inapte au travail. Du jour au lendemain, j’étais reléguée à la maison. » Amatrice de voyages, elle a alors écrit à l’Office de tourisme pour devenir guide. La préparation de ses circuits a nécessité un an de recherches : « Je ne connaissais pas Mulhouse mais j’ai un esprit curieux et j’aime lire. Aujourd’hui, je vis dans le luxe : je suis débarrassée de la routine et je suis indépendante. Une passion se vit librement et ma passion, c’est Mulhouse ! », déclare-t-elle. Cette perfectionniste « [s’] impose des exercices de diction et [veut] savoir répondre à des questions pointues. » Elle adapte ses visites à son auditoire et apprécie le côté humain : « On commence avec des inconnus et, souvent, on se quitte sur une relation amicale. » A 62 ans, Simone Leiber vit « une double histoire d’amour : avec mes groupes et avec Mulhouse ». A ceux qui sont intéressés par ses visites, elle prévient : « Vous allez voir, Mulhouse ne vous laissera pas indifférents ! » Renseignements : 03 89 35 48 42 www.tourisme-mulhouse.com

Simone Leiber veut « faire aimer Mulhouse ».


32 vous faites Mulhouse

près de chez vous HAUT-POIRIER

L’esprit Bel Air n Avec 1 762 adhérents âgés de 3 mois à 88 ans, l’association du centre socioculturel Bel Air tisse depuis plus de 48 ans de solides liens entre les habitants du quartier. « C’est l’esprit Bel Air, se réjouit Angelo Parasmo, le président. Notre force est de faire se croiser toutes les générations et d’offrir beaucoup de souplesse dans l’utilisation de nos offres pour nous adapter aux besoins des familles. » Créée en 1961 pour rendre service aux mamans, elle prend d’abord la forme d’un jardin d’enfants installé dans deux appartements de la rue Fénelon. Puis elle déménage en 1969 dans les locaux actuels du centre socioculturel. L’association s’y développe au fil du temps et propose aujourd’hui 66 activités différentes, animées par plus de 60 bénévoles. Elle emploie également 70 salariés. « Après un an de travaux, nous avons rénové le secteur multi-accueil, qui reçoit les enfants de 3 mois à 3 ans, et bénéficie désormais de nouveaux dortoirs et sanitaires. Nous avons aussi réorganisé la cuisine et la salle de restau-

ration, qui accueille 60 enfants. L’accueil proposé aux enfants pendant les vacances scolaires est particulièrement développé, explique Paul-André Simon, le directeur. L’esprit Bel Air, c’est aussi favoriser une ambiance familiale où chacun se sent bien, quel que soit son âge. 50% des usagers ont moins Toutes les générations se croisent au centre socioculturel Bel Air. de 25 ans. Tout le monde emprunte une entrée unique dans la Et pour mieux satisfaire les 10 500 habitants du maison, où toutes les générations se croisent. quartier, une annexe baptisée le « Cado » a été Ainsi, Jeanne, 88 ans, vient d’intégrer l’atelier ouverte en 2002 au 7, rue de Belfort. d’informatique « Seniornaute » et plusieurs gé- Centre socioculturel Bel Air, 31, rue Fénelon. nérations viennent bricoler à l’atelier menuiserie. Tél. : 03 89 42 52 15.

WOLF-WAGNER

Une soirée festive pour une intégration réussie n Pour la troisième année consécutive, le conseil de quartier Wolf- poser des questions, découvrir leur quartier et créer des liens autour Wagner convie les nouveaux habitants à une soirée d’accueil festive. d’un verre et de galettes des rois. Cette initiative, née en 2007, vise à faciliter l’intégration des résidants Certains participants des éditions précédentes s’impliquent aujourd’hui des nouvelles constructions. Le fortement dans la vie locale. A mardi 12 janvier, les invités se l’image de Jacqueline Bach, arriretrouveront au collège Wolf, où vée il y a deux ans et demi et qui leur seront présentés les animafait aujourd’hui partie du conseil tions et les moments forts qui de quartier. De son fauteuil, elle rythment la vie du quartier : fête a beaucoup œuvré pour faciliter de quartier, fête des voisins, jourl’accès des personnes à mobilité nal du quartier, conseil de quarréduite aux espaces publics, lieux tier… Président de ce dernier, de fête et commerces. Venus d’hoFrédéric Marquet présentera les rizons divers ces deux dernières principaux projets en cours : mulannées, les nouveaux habitants ti-accueil petite enfance, centre semblent satisfaits de leur lieu social, hôtel de police… Lara Milde vie, notamment de la proxilion, adjointe au maire chargée mité du tramway et du caractère respectueux de l’environnement de la démocratie locale, s’exprimera sur la démocratie particides habitations, qu’elles soient pative. Les habitants pourront Les nouveaux habitants du quartier sont invités à une soirée d’accueil. neuves ou rénovées. L’écho Mulhousien N° 319 janvier 2010


33 CITE-BRIAND

La MCP Cité va rouvrir ses portes n Démarrés en octobre 2008, les travaux sont en cours d’achèvement également utilisées par le centre socioculturel Lavoisier. Le coût des à la Maison de la culture populaire (MCP) de la Cité. L’opération a travaux s’élève à 1,3 million d’euros, pris en charge par la Ville, la permis la rénovation et la mise aux normes des bâtiments qui compo- Communauté d’agglomération, le Conseil général et l’Agence natiosent cette structure emblématique nale pour la rénovation urbaine. du milieu associatif mulhousien. Pour Patrick Schoene, le président Travaux de sécurité incendie, mise de l’association de la MCP, « le aux normes électriques, nouvelle but est que la MCP retrouve son toiture, restructuration des locaux statut de maison du quartier pour avec la création d’une nouvelle tous les habitants, comme c’était le cas dès son ouverture en 1890 ». cage d’escalier et d’un ascenseur pour permettre l’accueil des Siège de nombreuses associations, personnes à mobilité réduite…, la MCP met également ses locaux le chantier était d’envergure. De à disposition des familles et des nombreuses salles ont été rénovées écoles, notamment son auberge et les combles ont été totalement alsacienne et sa salle de spectacles réaménagés pour accueillir des de 500 places, qui fera l’objet bureaux. Le centre périscolaire de d’une rénovation ultérieure. Si le l’école élémentaire Thérèse s’instalpériscolaire doit accueillir ses prelera aussi à la MCP ; il bénéficiera miers occupants lors des vacances de février, les autres activités ne d’un nouveau lieu de restauration Les travaux s’achèvent à la MCP Cité, sous l’œil de reprendront qu’au printemps. et des salles d’activités, qui seront Patrick Schoene, le président de l’association.

COTEAUX

Actif humaniste n Laurent Schneider est ce qu’on appelle un homme actif. Mulhousien de naissance, ancien habitant du Bel Air, ce jeune retraité de 55 ans vit aux Coteaux depuis huit ans. Il a coiffé de multiples casquettes au cours d’une existence déjà bien remplie. Après une adolescence passée du côté de la Jeunesse ouvrière chrétienne (JOC), ce père de trois enfants est tour à tour membre-fondateur de l’association SOS Solidarité chômeurs puis du collectif organisateur de la Journée du refus de la misère, diacre, représentant des parents d’élèves FCPE au collège Jean Macé, membre depuis deux ans du conseil des associations du quartier des Coteaux… « Je crois en l’homme et on ne peut qu’aimer ce quartier quand on s’y investit. Il contient des ressources insoupçonnées, explique Laurent Schneider en scrutant le ciel par la fenêtre de son appartement situé au 19e étage de la rue Pierre Loti. Il existe une vraie humanité dans ce quartier qui bouge, qui vit… »

Lorsque, au printemps dernier, la Maison des parents présente son projet «Il faut tout un quartier pour éduquer un enfant» au conseil des associations dans le cadre de la démarche Territoires de coresponsabilité, Laurent Schneider n’hésite pas un instant à devenir relais de l’opération. « J’essaye à mon niveau de mobiliser les associations du quartier et les habitants pour participer à cette démarche. Ce projet me parle dans le sens où il part des besoins des habitants pour construire ensemble des actions concrètes à mettre en place pour, au final, aller vers un mieuxL’écho Mulhousien N° 319 janvier 2010

être des enfants, des jeunes et de l’ensemble des habitants. La question de l’éducation des jeunes est centrale… Plus globalement, j’ai toujours cru davantage aux projets collectifs qu’aux solutions individuelles. »

Laurent Schneider : « Ce quartier contient des ressources insoupçonnées. »


34 vous faites Mulhouse

près de chez vous FONDERIE

De Mulhouse à Katmandou à vélo n 10 000 kilomètres, 13 pays traversés, plus de deux mois de voyage… A 25 ans, le Mulhousien Julien Eckler se prépare pour une grande aventure : relier Mulhouse à Katmandou, au Népal, à vélo. Un projet un peu fou que cet amateur de cyclisme a mûrement réfléchi et qui lui tient à cœur depuis longtemps. « Je pense à faire un tour du monde à vélo depuis que j’ai 18 ans, explique-t-il. J’ai beaucoup lu sur le sujet, j’ai rencontré des gens qui ont déjà effectué un voyage comparable et puis j’ai de l’entraînement ! » Après avoir passé cinq semaines auprès des 150 enfants d’une école de Katmandou dans le cadre d’une mission humanitaire, Julien Eckler s’est décidé à repartir, seul et à vélo cette fois, pour aider ces enfants. « Il y a beaucoup à faire là-bas… Je veux notamment améliorer la récupération d’eau et bâtir des toilettes sèches, car l’eau coûte très chère au Népal. Quitte à partir, autant que ça apporte quelque chose à ceux qui en ont besoin. » Après un départ avorté en juillet dernier suite à une chute douloureuse et à un vélo cassé, le jeune homme s’est décidé à repartir en mai ou en juin prochain. Avec son vélo et sa remorque en fibre de verre, il s’apprête à parcourir plus de 160 km par jour et à traverser l’Europe, la Turquie, l’Iran, le Pakistan et l’Inde. Un programme qui ne lui fait pas peur : « Il faut être attentif et bien préparé. Mon objectif, c’est

de rencontrer des gens, de dormir chez l’habitant le plus possible… » Toujours à la recherche de sponsors, Julien Eckler a créé un blog pour permettre aux personnes intéressées de suivre son aventure : http://10000kmspourlesenfantsdunepal.travelblog.fr.

A 25 ans, Julien Eckler se prépare pour un périple de 10 000 km à vélo entre la France et le Népal.

BOURTZWILLER

35 ans de karaté n A Bourtzwiller, tout le monde ou presque connaît la section karaté de l’ACS Peugeot Citroën. Voilà 35 ans que ce club officie dans le quartier. Dans leur dojo de la rue de la Tuilerie,

ils sont 73 licenciés à se partager les créneaux d’entraînement quasi-quotidiens encadrés par six instructeurs diplômés. « La totalité de nos licenciés sont du quartier, explique Vincent Boisteaux, président du club. Il existe chez nous une grande mixité, tant sur le plan de l’âge que des catégories socioprofessionnelles représentées. Nous avons toujours eu un esprit club où la convivialité prime. Les fêtes sont d’ailleurs régulières dans notre local du sous-sol…» Parmi les forces vives du club, 30 jeunes. « Nous ouvrons nos portes aux enfants dès 5 ans en favorisant un apprentissage Implantée depuis 35 ans à Bourtzwiller, la section karaté de l’ACS Peugeot Citroën compte 73 licenciés. ludique du karaté. Nous L’écho Mulhousien N° 319 janvier 2010

comptons, parmi nos jeunes 8 compétiteurs en catégorie minimes, cadets et juniors… » Outre l’enseignement du karaté traditionnel (karaté shotokan), le club propose également depuis la saison dernière des créneaux de body karaté, accessibles dès 16 ans. « Une activité de maintien en forme très prisée des femmes, confie Vincent Boisteaux. Le body karaté emprunte aux arts martiaux des mouvements exécutés en musique et, visiblement, ça plaît. » Et comme pour les autres cours, c’est la convivialité qui prime. « Nous ne sommes pas dans une logique de compétition pure, même si notre section compte plusieurs titres régionaux et nationaux en sport corporatif. Nous sommes ouverts à tous. Certains de nos licenciés ont débuté le karaté chez nous la quarantaine passée. Le physique comme la technique se travaillent, chacun à son rythme et à son niveau mais dans l’émulation du groupe. » Renseignements : 06 79 13 24 95.


35 DROUOT-BARBANEGRE

Bab’Ill : au plus proche des enfants et des familles n Bab’Ill accueille les enfants de 2 mois à 6 ans, prioritairement issus du quartier Drouot-Barbanègre. Dans ce multi-accueil comme dans d’autres, les enfants font de la vidéo, de la peinture, de l’informatique, cultivent un potager… ou partent à la journée pique-niquer près d’un lac ou en forêt, visiter un musée ou une ferme, faire de la luge… Ce qui distingue cette « maison d’enfants », comme l’appelle son directeur, c’est son approche sociale. Sur les 335 enfants accueillis en 2008, 77 étaient issus de situations familiales difficiles. « Au-delà de l’accueil de l’enfant, nous soutenons des familles qui rencontrent des problèmes », confie Pascal Dehais, le directeur. Décès d’un parent, séparation, problème de dépression, de violence, handicap…, les cas diffèrent, mais la priorité reste la même : accueillir les enfants vivant une situation familiale critique et leur permettre de s’épanouir. Cette approche sous-entend quelques particularités. Ici, les parents sont libres d’entrer à toute heure, de rester avec leur enfant, de s’entretenir d’un problème avec un membre de l’équipe. « Il n’y a pas de jugement de valeur, ajoute Pascal Dehais. En permettant au parent de prendre de la distance avec son enfant, on

améliore parfois ses relations avec lui. » L’équipe éducative bénéficie d’une formation continue en psychologie, sociologie… en rapport avec les publics accueillis. Outre le multi-accueil Bab’Ill,

l’association Accueil enfant Drouot propose aussi des animations le mercredi et durant les vacances scolaires, pour les 6-11 ans, avec la même approche sociale.

Dans ce multi-accueil comme dans d’autres, les enfants font de la vidéo, de la peinture, de l’informatique, cultivent un potager…

En bref… DROUOT. Galette des anciens

9h à 19h ; remboursement le 18 de 18h à 19h30.

Le comité d’animation Drouot-Barbanègre invite les aînés du quartier, nés en 1943 ou avant, à venir partager la galette des rois le dimanche 10 janvier de 14h30 à 17h30 dans la salle de restaurant du Gesthoff à l’Espace Provence, 22, rue de Provence. Une animation musicale agrémentera l’aprèsmidi. Participation de 2 euros demandée à l’entrée. Inscription auprès d’Emmanuelle Parodi : 03 69 77 77 49.

Renseignements : 03 89 33 12 66.

COTEAUX. Bric-à-brac aux Coteaux Après les fêtes, on range et on fait le tri dans ses affaires ! C’est ce que se sont dit les membres de l’Association familiale et sociale les Coteaux (Afsco), qui organisent une bourse   bric-à-brac le samedi 16 janvier de 9h à 16h, à l’espace Matisse,   27, rue Henri-Matisse. Réception des objets le 15 janvier de  

BRUSTLEIN. Du neuf au gymnase Après les parois intérieures du gymnase refaites il y a deux ans, la Ville a investi 60 000 euros pour changer le revêtement de sol en octobre dernier. Il est adapté tant à la pratique de la compétition pour le handball, le basket et le volley qu’à un usage scolaire. Le marquage des terrains de handball, de basket ball (nouvelle norme) et de volley pour la compétition, et le marquage des terrains de badminton et de volley pour les scolaires ont été refaits. Enfin, la couleur bleu turquoise du sol a été choisie en concertation avec les usagers, clubs et scolaires. En 2010, ce sont les vestiaires qui seront remis à neuf.

L’écho Mulhousien N° 319 janvier 2010


36

sortir à Mulhouse Loisirs

SPOR T s

Planète Ligue des cham Début décembre, les volleyeuses de l’ASPTT Mulhouse ont débuté leur troisième campagne consécutive en Ligue des champions. Les supporters mulhousiens étaient au   rendez-vous… Ambiance !

J

eudi 3 décembre, 20h30. Les joueuses de l’ASPTT Mulhouse investissent le parquet du Palais des sports pour leur premier match à domicile en Ligue des champions 2010-2011. De l’autre côté du filet, les Turques du Günes Sigorta Istanbul, l’une des meilleures équipes européennes. Les Mulhousiennes – cinq d’entre elles évoluent en équipe nationale – ne partent ni favorites, ni vaincues. En entamant fort le premier set, elles croient en leurs chances de victoire. Ce sont finalement les Turques qui emportent de peu le premier set. Les supporters mulhousiens ne s’avouent pas perdants pour autant, à l’image d’Olivier : « J’espère que cela se terminera bien… Le premier set était presque dans la poche. Je suis les matches depuis des années car le papa de l’entraîneuse était mon voisin. » Au premier rang de la tribune G, Joseph se lève pour applaudir le point marqué par les locales. « Je suis les rencontres importantes depuis deux, trois ans.

3 000 spectateurs ont suivi la première rencontre à domicile des joueuses de l’ASPTT Mulhouse contre les Turques d’Istanbul.

C’est un sport où les féminines peuvent mieux s’exprimer et on a une bonne équipe », appréciet-il. Le deuxième set, débuté en trombe pour l’ASPTT (5-1), se solde à nouveau en faveur des Stambouliotes. Pour Pascale et Raphaël, qui ont pris place au bas de la tribune F, « elles ne sont pas assez concentrées. Mon fils est le copain de Déborah (ndlr : Orts-

chitt, Libéro), on vient la voir depuis cinq ans. » Du côté des supporters turcs, les encouragements redoublent d’intensité. Parmi eux, Orhan, appareil photo en bandoulière, qui avoue : « Je suis plutôt foot mais comme la Turquie joue, je viens la supporter...  » En face, les Black Devil’s vêtus de t-shirts jaunes fluo et parés de tambours suppor-

“ Depuis quelques

années, Mulhouse est le plus gros public de France. ”

L’écho Mulhousien N° 319 janvier 2010


37

mpions tent les Mulhousiennes jusqu’au bout. Mais elles s’inclinent face aux Turques en trois sets (26-24, 25-22, 25-20). Quelques erreurs au mauvais moment Armelle Faesch, passeuse et capitaine de l’équipe, résume le sentiment des Mulhousiennes : « Bien sûr, on est déçu ! C’est une défaite même si on avait une grande équipe en face de nous. » Pour l’entraîneuse, Magali Magail, « on a tenu tête lors du premier set mais, à la fin, on a manqué sur les détails. C’est ce qui fait la différence face à ce type d’équipe. » Un sentiment partagé par Fabrice Vial, sélectionneur de l’équipe de France de volley. « Je suis venu faire un bilan avec les filles, pour l’équipe nationale mais aussi pour Mulhouse. On sent que quelque chose se construit. Mulhouse peut devenir un gros club. C’est une équipe encore jeune ; elle est en train d’acquérir l’expérience qui lui manque. » Le sélectionneur apprécie la fidélité du public mulhousien pour ce sport qui manque généralement de supporters : « Remplir le Palais des sports, c’est un pari réussi. Depuis quelques années Mulhouse est le plus gros public de France. » Un public qui, malgré cette défaite, continuera de soutenir son équipe aux prochains matches de Ligue des Champions, face au Scavolini Pesaro (Italie) et au MKS Dabrowa Gornicza (Pologne), en janvier prochain.

O P é RA

L’amour selon Mozart n L’Opéra national du Rhin donne Cosi fan tutte de Mozart, magistral canevas d’aventures d’où surgit le caractère impertinent et insaisissable du désir amoureux, capable de bouleverser les plans les plus sagement conçus. « Cosi fan tutte est une peinture de conflits, ceux de deux couples pleins d’illusions que le cynisme de leur ami Don Alfonso oblige à ouvrir les yeux. » C’est ainsi que Marc Clémeur, nouveau directeur général de l’Opéra national du Rhin, présente cet opéra qui signe l’ultime collaboration de Mozart et de son génial librettiste Da Ponte. «  La constance des femmes est comme le phénix d’Arabie : qu’elle existe, chacun le dit ; où la trouver, personne ne le sait ! ». Dès l’acte I, scène 1, le vieux et cynique Don Alfonso crée l’ambiance ! L’histoire est des plus simples. Dans une situation jouée à huis clos, Don Alfonso discute avec ses deux jeunes amis, Guglielmo et Ferrando. Ceux-ci prétendent que leurs fiancées sont fidèles et honnêtes alors qu’Alfonso lance le pari de leur prouver le contraire. Mais où se situe donc l’infidélité amoureuse ?

David McVicar, qui signe la mise en scène contemporaine de cet opéra, parle « d’une expérience humaine commune où l’on perd son innocence, ses illusions. D’un processus de maturation qui nous laisse inévitablement plus sages mais infiniment plus tristes ». Ce drame à six personnages – où se croisent deux paires d’amoureux et une paire de cyniques – offre une trame idéale au jeu mozartien qui distille en duos, trios et sextuors toutes les émotions de l’opéra : la séduction, l’amour, l’adieu puis l’oubli. C’est l’Italien Ottavio Dantone, l’un des plus brillants chefs actuels, qui dirige l’Orchestre symphonique de Mulhouse, les chœurs et les solistes de l’Opéra national du Rhin. Il est entouré d’une pléiade de jeunes talents, dont le ténor français Sébastien Droy qui prête son timbre lumineux et son physique de jeune premier à Ferrando. Et c’est Peter Savidge, qui incarne depuis 30 ans les plus grands rôles de baryton du répertoire, qui mène le jeu de cette comédie douce-amère en interprétant le cynique Don Alfonso. Vendredi 8 janvier à 20h et dimanche 10 janvier à 15h à La Filature. Tél. : 03 89 36 28 29.

Les prochains matches à domicile

Renseignements : 03 89 64 44 54 www.volley-mulhouse.com

© Alain Kaiser

• 5 janvier à 20h30 contre Scavolini Pesaro (Italie) • 13 janvier à 19h00 contre MKS Dabrowa Gornicza (Pologne) Tarifs : 12 €, réduit 8 €, gratuit pour les moins de 14 ans et les personnes   en fauteuil.

Cosi fan tutte ou les conflits de deux couples pleins d’illusions que le cynisme de leur ami Don Alfonso oblige à ouvrir les yeux.

L’écho Mulhousien N° 319 janvier 2010


38

sortir à Mulhouse Loisirs

THéâTRE

Claude Gensac et Jean-Pierre Castaldi mènent l’enquête n Les amateurs de théâtre de boulevard ont rendezvous, vendredi 8 janvier au théâtre de la Sinne, avec Claude Gensac et Jean-Pierre Castaldi pour un grand moment de spectacle avec la représentation de La Perruche et le poulet. Cette comédie policière de 1969 est l’un des plus grands succès du théâtre de boulevard et de « Au théâtre ce soir », l’émission de télévision diffusée sur la première chaîne à partir de 1966. La pièce se déroule dans l’étude de Me Rocher, un notaire parisien dont le cadavre est retrouvé par sa standardiste, Alice, une perruche invétérée. Après avoir contacté la police, elle s’évanouit. A son réveil, le corps a disparu et l’inspecteur Henri Grandin, surnommé par ses collègues « tête de fer » à cause de son sale caractère, se charge de l’enquête. Alice reconnaît alors dans ce poulet un ami d’enfance… Ecrite par Robert Thomas d’après l’œuvre de Jack Popplewell, cette pièce en trois actes est l’occasion de retrouver sur les planches Claude Gensac, qui a souvent partagé l’affiche avec Louis de Funès, dans la série du gendarme de Saint-Tropez notamment. Jean-Pierre Castaldi est lui aussi bien connu des amateurs de théâtre, de télévision et de cinéma pour ses nombreux rôles et sa personnalité exubérante. Vendredi 8 janvier à 20h30 au théâtre de la Sinne. Réservations : 03 89 33 78 01.

EXPOSITION

Design et dévelop C

La perruche et le poulet est l’une des plus célèbres pièces du théâtre de boulevard français.

omment se dessinera notre futur cadre de vie ? Jusqu’au 28 février, le musée EDF Electropolis accueille l’exposition Paris Design en mutation. On s’y embarque pour un étonnant voyage vers le futur au cours duquel onze designers, parmi les plus représentatifs de la nouvelle génération, présentent des objets intégrant les impacts des changements écologiques et énergétiques sur nos modes de vie. « Une révolution environnementale va se produire à l’échelle planétaire et croisera la révolution numérique en cours, explique Michel Bouisson, commissaire de l’exposition. Un certain nombre de designers qui s’imposent

L’écho Mulhousien N° 319 janvier 2010

sur la scène parisienne et internationale ont compris qu’ils étaient dans l’obligation de repenser leur discipline et confrontent leurs réalisations réunies pour la première fois dans un même espace à travers cette exposition. » C’est avec beaucoup de curiosité que l’on découvre des objets aujourd’hui insolites qui feront, peut-être, notre quotidien de demain en sachant concilier écologie, économie, esthétique et bien-être. On fabriquera, peut-être, en modèle unique des vases par programmation informatique combinant analyse sonore et modélisation en 3D, la forme de chaque objet étant préalablement engendrée par le son de notre voix. On installera des ob-


39

MUSIQUE

Jane navigue entre Gainsbourg et Birkin

pement durable jets matérialisant la consommation électrique superflue telle la multiprise coupe-veille qui éteint automatiquement les appareils restés inutilement allumés. Dans la perspective d’un monde sans pétrole, on pourra s’asseoir sur des chaises en contreplaqué de bouleau ou métal froissé. Conçues dans un souci d’économie par la réduction du temps de production et de quantité de matière utilisée, elles pourront habiller une pièce à l’atmosphère naturellement rafraîchie par un dispositif air-eau, qui se sera substitué à la coûteuse climatisation. Véritable poumon domestique, un générateur d’oxygène purifiera l’atmosphère tandis qu’un

Mercredi 13 janvier à 20h30 à La Filature. Tarif unique : 30 €.

capteur analysera en permanence le niveau sonore de la pièce. S’il estime le volume acceptable dépassé, il se déplacera alors au plus près de la source pour en réduire la nuisance en produisant un « bruit blanc ». Enfin, pour vivre une nouvelle forme de tourisme contemporain, nous embarquerons dans un hôtel aérien dirigeable en forme de baleine, histoire de parcourir le monde silencieusement sans laisser de trace. Déjà présentée à Montréal, l’exposition partira ensuite à l’exposition universelle de Shangaï. Paris Design en mutation. Jusqu’au dimanche 28 février au musée EDF Electropolis. Tél. : 03 89 32 48 50. L’écho Mulhousien N° 319 janvier 2010

© Kate Barry

Fabriquer des vases en combinant analyse sonore et modélisation 3D… Le futur s’invite au musée EDF Electropolis.

n La muse de Serge Gainsbourg revient à Mulhouse pour un concert événement, dans le cadre de sa tournée « Entre Gainsbourg et Birkin ». Faisant suite à la sortie de son dernier album Enfants d’hiver, où elle a pour la première fois écrit ses textes, Jane Birkin proposera un spectacle composé de ses nouvelles chansons et des plus grands succès écrits par Serge Gainsbourg. Au programme, les classiques que sont L’anamour, Ex-fan des sixties, Je suis venu te dire, Fuir le bonheur…, et les chansons intimistes et personnelles d’Enfants d’hiver, comme Prends cette main ou Période bleue. Sur ce nouvel album, l’artiste se livre en évoquant son enfance, la Bretagne et les moments perdus… On y retrouve également Aung San Suu Kyi, un titre dédié à la prisonnière politique birmane dans lequel Jane Birkin exprime son engagement et sa volonté de lutter contre l’injustice et l’oppression. Avec son accent british, la chanteuse, qui est aussi comédienne, fait partie du patrimoine culturel français depuis les années 60, quand elle est apparue aux côtés de Serge Gainsbourg dans le Paris d’après-68. Icône indémodable des deux côtés de la Manche, elle a collaboré avec Alain Souchon, Brian Molko, Etienne Daho, Rufus Wainwright ou encore Françoise Hardy. Sur scène, sa voix délicate est magnifiée par les arrangements subtils de ses quatre musiciens.

Icône franco-britannique de la musique et du cinéma, Jane Birkin sera sur la scène de La Filature, mercredi 13 janvier.


40

sortir à Mulhouse agenda

MUSIQUE CLASSIQUE Concert du Nouvel an L’Orchestre symphonique de Mulhouse interprète de célèbres duos d’amoureux à l’opéra, avec des extraits d’œuvres de Mozart, Massenet, Donizetti, Gershwin et Porter.

au foyer Sainte-Geneviève. • Atout Vents avec l’orchestre à vents Les Zéoliens et un quatuor de cors. Vendredi 29 janvier à 20h30 au théâtre de la Sinne.

Barber, Mozart

Vendredi 1er janvier à 17h à La Filature.

Adagio pour cordes de Samuel Barber, Messe en ut mineur de Wolfgang Amadeus Mozart par l’Orchestre symphonique de Mulhouse et les chœurs de l’Opéra national du Rhin.

Musique de chambre

Mercredi 27 janvier à 20h en l’église Saint-Etienne.

Quatuor à cordes n°4 de Joseph Haydn, Quatuor à cordes Sonate à Kreutzer de Leos Janacek, Quintette avec piano de Robert Schumann par l’Orchestre symphonique de Mulhouse. Dimanche 10 janvier à 11h au théâtre de la Sinne.

Ravel, von Weber, Schubert

Ma mère l’Oye, cinq pièces enfantines de Maurice Ravel, Concerto n°1 pour clarinette de Carl Maria von Weber, Symphonie n°5 de Franz Schubert par l’Orchestre symphonique de Mulhouse. Concert précédé à 19h30 d’une conversation animée par Paul-Philippe Meyer, professeur agrégé en musique à l’UHA : « De la période classique vers le romantisme avec von Weber et Schubert ». Vendredi 15 et samedi 16 janvier à 20h30 à La Filature.

Concerts du Conservatoire

• Trio baroque. Samedi 16 janvier à 20h30 au foyer Sainte-Geneviève. • Ensemble baroque Antichi Strumenti. Dimanche 17 janvier à 16h au foyer Sainte-Geneviève. • Quatuor avec flûtes. Samedi 23 janvier à 20h30

Concert de gala   de la Musique SaintBarthelemy

magie de l’homme, du silex au téléphone portable. Une première en partenariat avec les Dominicains de Haute-Alsace. Mardi 26 janvier à 20h30, mercredi 27 janvier à 19h30 à La Filature.

Maliétès

Chant, accordéon, contrebasse, oud, tarhu et percussions pour un concert de musiques de Grèce et de Turquie au profit de l’Association d’accueil des demandeurs d’asile, à l’occasion de son 10e anniversaire. Mardi 26 janvier à 20h30 au Noumatrouff.

THEATRE

Grand orchestre d’harmonie avec de la littérature mise en musique. En première partie, le Mulhouse La Perruche   Jazz Big Band proposera ses et le Poulet titres funk des années 70. Une comédie policière de Samedi 30 janvier à 20h15 au Robert Thomas avec Claude théâtre de la Sinne. Entrée libre. Gensac et Jean-Pierre Castaldi. Vendredi 8 janvier à 20h30 au théâtre de la Sinne.

MUSIQUES ACTUELLES

Montaigne

Par l’entremise de nombreux accessoires et en musique, Thierry Roisin met en scène un spectacle inspiré des Essais du libre penseur qui saisissait, dans chaque chose observée, de quoi nourrir avec humour sa réflexion.

Jane Birkin

Elle interprète les titres de son nouvel album, Enfants d’hiver, mêlés aux grands succès de Serge Gainsbourg. Mercredi 13 janvier à 20h30 à La Filature.

Jeudi 14 janvier à 19h30, vendredi 15 janvier à 20h30, samedi 16 janvier à 19h30 à La Filature.

Doreen Shaffer

Chanteuse du groupe mythique Skatalites, la reine du ska jamaïcain interprète de nouvelles compositions et des adaptations des sixties.

Deuxième chance, double peine

Dimanche 24 janvier à 20h au Noumatrouff.

Territoire de l’âme

Sous forme de rituel multimédia, Jonathan Pontier invite à célébrer l’envie insatiable de

Entre réalisme et imaginaire, Benjamin Charlery décrit le cheminement d’un homme que les aléas de l’existence mèneront jusqu’au meurtre, ouvrant à chacun la piste d’une prise de conscience de ses choix de vie. Vendredi 29 janvier à 20h30 et samedi 30 janvier à 19h30 à La Filature.

HUMOUR Jérémie Ferrari

Un peu, beaucoup, à la folie… n Avec 300 000 unions célébrées chaque année en France, le mariage est plus que jamais présent dans les projets d’avenir. Référence en la matière, la 18e édition du salon du mariage « Oui » propose aux futurs mariés de rencontrer une centaine d’exposants pour préparer le jour  J. On y retrouve notamment les boutiques de robes de mariée du Haut-Rhin et de Franche-Comté, qui animeront le week-end avec sept défilés des plus grandes marques, au milieu des traditionnels photographes, traiteurs, loueurs de véhicules d’exception, bijoutiers, esthéticiennes, coiffeurs, spécialistes de l’animation, de la décoration et des fêtes. Oui 2010. Samedi 30 janvier de 13h à 20h, dimanche 31 janvier de 13h à 19h au Parc Expo.

Manuel Pratt

Deux spectacles à l’affiche : Le silence des pantoufles est aussi terrible que le bruit des bottes, dernier solo de l’humoriste où il égratigne avec irrévérence la religion, la politique, l’amour et l’actualité ; « Love me tender » ou le récit fictif d’un tueur qui expose ses choix dans la sélection de ses victimes, des femmes aux casse-pieds. Jeudis 14 et 21, vendredis 15 et 22, samedis 16 et 23 janvier à 20h30 à L’Entrepôt.

Florent Peyre

Il construit un univers peuplé de personnages déjantés. Jeudi 28, vendredi 29, samedi 30 janvier à 20h30 à L’Entrepôt.

DANSE Stéphanie Nataf

Cette pionnière du hip-hop en France présente deux pièces : la création de L’Hallali des abeilles où elle s’interroge sur la femme et ses mystères, puisant dans les vertus cardinales que sont la force, la tempérance, Jeudi 7, vendredi 8, samedi 9 janvier la prudence et la justice pour affronter le monde ; suivie à 20h30 à L’Entrepôt. Alleluyia bordel ! : un spectacle original, impertinent et plein de dérision dans lequel Jérémie Ferrari s’amuse à pointer les travers des trois grandes religions monothéistes.

Montaigne

L’écho Mulhousien N° 319 janvier 2010

de Zou, une exploration des possibilités de la ligne, colorée d’influences africaines, indiennes et contemporaines. Jeudi 7 janvier à 19h30 et vendredi 8 janvier à 20h30 à La Filature.

Giselle

Tout en arabesques, Giselle est considéré comme l’apothéose du ballet romantique. La chorégraphe Maina Gielgud, de l’Australian Ballet, en offre une version dans le respect de la tradition et de l’esprit. Papillons apportera un parallèle contemporain aux fantômes romantiques. Avec les danseurs du Ballet national du Rhin. Mardi 26, vendredi 29 à 20h, dimanche 31 janvier à 15h à La Filature.


41 JEUNE PUBLIC SPORT Les soirées   de la patinoire

• Les rois du monde partagent la galette. Samedi 2 janvier. • Total fluo de la tête aux pieds. Samedi 9 janvier. • Black and white, lunette blanche pour nuit noire. Samedi 16 janvier. • Ange et démon, sage ou enflammé. Samedi 23 janvier. • Nouvel an chinois pour fêter l’année du tigre. Samedi 30 janvier.

• FC Mulhouse féminin Strasbourg Libellules. Match de championnat de France de Nat 3 (sous réserve).

Tennis de table

Mulhouse – Miramas. Match de Pro B Dames.

Dimanche 31 janvier à 15h30 au Palais des sports.

Mardi 5 janvier à 20h au gymnase Brustlein.

Catch

Badminton

Badminton Red Star Mulhouse Guichen BDC. Championnat de France de Nat.1A. Samedi 9 janvier à 15h30 au Palais des sports.

Basket-ball

Patinoire olympique. Tél.: 03 69 77 67 68.

Rendez-vous contés

Dimanche 17 janvier à 15h30 au Palais des sports.

• FC Mulhouse masculin SI.Graffenstaden. Match pré-national masculin. Samedi 30 janvier à 20h au Palais des sports.

Vendredi 29 janvier à 20h au Palais des sports.

Handball

• FC Mulhouse féminin AS Wihr. Match de championnat de France de Nat 3.

• Mercredi 13 janvier à 15h à la bibliothèque Grand’rue. Réservations au 03 69 77 67 17. • Mercredi 20 janvier à 15h à la bibliothèque Dornach. Réservations au 03 89 42 19 68. • Mercredi 27 janvier à 15h à la bibliothèque Salvator. Réservations au 03 69 77 66 60.

« Le choc des gladiateurs », gala spectaculaire signant le retour de la discipline à Mulhouse.

Match de gala de handball organisé par l’AS Coteaux Mulhouse (sous réserve). Dimanche 31 janvier à 17h au Palais des sports.

Volley-ball

• ASPTT - Pesaro féminin. Match de Coupe d’Europe. Mardi 5 janvier à 20h30 au Palais des sports.

• ASPTT - Calais féminin. Match

Dimanche 24 janvier à 16h, mercredi 27 janvier à 15h au théâtre de la Sinne.

• ASPTT - Nancy. Match de championnat de France. Samedi 23 janvier à 20h au Palais des sports.

CINEMA La vida loca

Documentaire de Christian Poveda. VOST. Construits sur le modèle des gangs de Los Angeles, les Maras sèment la terreur dans toute l’Amérique centrale. Jusqu’au samedi 9 janvier au Bel-Air. Tél. : 03 89 60 48 99. www.cinebelair.org

Cinéma turc

Documentaire d’Eric Bergkraut avec Anna Politkovskaïa, Catherine Deneuve, Gary Kasparov. VOST. A travers un portrait intime d’Anna Politkovskaïa, le réalisateur dépeint un tableau de la Russie sous la coupe de Vladimir Poutine.

Bim

Du théâtre musical, à découvrir dès 3 ans, avec cette histoire d’un bavard et d’un silencieux qui apprennent à apprivoiser leurs différences et à s’unir dans leur peur commune de la nuit et de ses mystères. Tréteaux de Haute Alsace.

Mercredi 13 janvier à 19h au palais des sports.

Lettre à Anna

Mercredi 13 janvier de 14h30 à 16h au Centre de ressources, 5, rue de Provence. Inscriptions : 03 69 77 77 55.

Une lune entre deux maisons

• ASPTT - Gornicza. Match de Coupe d’Europe.

Bel Air.

Goûter philosophique pour les enfants de 8 à 12 ans animé par Martine Boncourt, docteur en sciences de l’éducation.

Mercredi 13 janvier à 15h et dimanche 17 janvier à 16h au théâtre de la Sinne.

Samedi 9 janvier à 20h au Palais des sports.

7 Maris pour Hurmuz (du mercredi 30 décembre au mardi 5 janvier), La Vie Joyeuse (du mercredi 6 au mardi 12 janvier), Le Souffle (du vendredi 15 au mardi 19 janvier).

Les Petits Socrate

Un récit musical, proposé par les Tréteaux de Haute-Alsace, au cours duquel deux garçons partent à la recherche de leur père perdu en mer. Dès 6 ans.

de championnat de France.

Taekwondo : 300 compétiteurs à Mulhouse n C’est un événement ! Pour la première fois, dimanche 24 janvier, la Coupe d’Alsace de taekwondo se déroulera dans le Haut-Rhin. Organisée par le club APJES Taekwondo Mulhouse, fondé en 2006, et en partenariat avec la Ville, elle réunira sur trois aires de combat pas moins de 300 compétiteurs, jeunes et adultes, venus de 20 clubs français, suisses, luxembourgeois et allemands. Du beau spectacle en perspective pour mieux connaître cet art martial coréen ancestral, basé sur la recherche de la beauté, de l’harmonie et de l’épanouissement, qui est devenu sport olympique aux Jeux olympiques de Sydney en 2000. Dimanche 24 janvier de 8h à 20h au Palais des sports.

Du samedi 2 au samedi 16 janvier au Bel-Air. Débat le 7 janvier à 20h avec la Ligue des droits de l’homme et Amnesty International.

L’Inde

De l’Himalaya au Golfe du Bengale : ciné-conférence de Connaissances du monde. Jeudi 7 janvier à 14h30 et 20h30 au Palace.

M le maudit

Policier de Fritz Lang avec Peter Lorre. VOST. Dans les années 20, un sadique assassine des petites filles. Mais est-il responsable des atrocités qu’il commet ? Vendredi 8 et dimanche10 janvier au Bel Air. Débat le 8 janvier à 20h avec Daniel Lemler, psychiatre et psychanalyste, et Joël Fritschy, psychanalyste.

L’écho Mulhousien N° 319 janvier 2010

Le chevalier à la rose Retransmission de l’œuvre de Richard Strauss depuis le Metropolitan Opera de New York. Samedi 9 janvier à 19h au Kinépolis.

Autre Histoire juive

Un documentaire réalisé par Vincent Froely et consacré à l’histoire de la communauté juive dans le bassin rhénan. Présenté dans le cadre du partenariat entre la médiathèque et l’association Bible et Culture. Dimanche 10 janvier à 16h à La Filature.

La domination masculine

Documentaire de Patric Jean. Quand les combats que certains croient d’arrière-garde s’avèrent plus que jamais à mener. Du dimanche 10 au mardi 19 janvier au Bel-Air. Débat le 10 janvier à 17h avec le Planning Familial, le Mouvement du Nid, les Chiennes de Garde.

36 vues   du Pic Saint-Loup

Comédie dramatique de Jacques Rivette avec Jane Birkin. Pour essayer de sauver sa saison de cirque après le décès du directeur, la troupe décide de faire appel à sa fille Kate. Jeudi 14 et samedi 16 janvier au Bel Air. Rencontre le 14 janvier à 20h avec Jane Birkin.

Festival Télérama

Irène d’Alain Cavalier, Adieu Gary de Nassim Amaouche, Inglourious basterds de Quentin Tarentino, L’étrange histoire de Benjamin Button de David Fincher, Les herbes folles d’Alain Resnay, Mary and Max d’Adam Elliot, Whatever works de Woody Allen. Du mercredi 20 au mardi 26 janvier au Bel Air.

ANIMATIONS Café philo

Une rencontre animée par Dominique Hohler sur le thème de l’altérité et de l’identité en présence de l’écrivain turc Ali Teoman, accueilli en résidence dans le cadre de la saison de la Turquie. Mercredi 6 janvier à 18h30 à la bibliothèque Grand’rue.


42

sortir à Mulhouse agenda Tranches de Quai # 11

Une soirée « transgenre et radical-chic » pour le bonheur des yeux, des oreilles, du nez, des mains et de la bouche : tels sont les contours de l’animation proposée par le Quai pour découvrir les expérimentations menées par les étudiants avec des artistes en résidence ainsi qu’une programmation spéciale de musique, vidéo, danse, performance. Jeudi 28 janvier à partir de 19h30 au Quai, école supérieure d’art de Mulhouse (accès parking Leclerc). Entrée libre. Tél. : 03 69 77 77 20 – www.lequai.fr

Décrypter l’art

Une visite guidée thématique autour de l’œuvre « Vanité » de Madeleine de Boullongne.

Mercredi 27 janvier à 20h à la bibliothèque Grand’rue.

Société

• « Les nouveaux modèles familiaux : entre rupture et continuité » par Didier Breton, démographe. Centre Porte Haute. Mardi 5 janvier à 20h30 à la Maison Teilhard de Chardin.

• « La rencontre amoureuse et ses nouvelles modalités » par Patrick Schmoll, psychosociologue. Centre Porte Haute. Mardi 12 janvier à 20h30 à la Maison Teilhard de Chardin.

• « Accords et désaccords : le couple aujourd’hui » par Jean-Yves Causer, sociologue. Centre Porte Haute. Mardi 19 janvier à 20h30 à la Maison Teilhard de Chardin.

Minéral Expo « L’art du Feng Shui » par Sylvia Danner. Samedi 16 janvier à 14h. « La tectonique des plaques » par Claude Glotz. Samedi 16 janvier à 15h. « L’origine du charbon » : par Stéphanie Colicchio. Dimanche 17 janvier à 14h. « Théorie et pratique de la baguette de sourcier » : par Claude Glotz. Dimanche 17 janvier à 15h. Salle du Lerchenberg. • « L’AOC du Gruyère, une histoire complexe » par Philippe Barbet, directeur de l’Interprofession du Gruyère. Etudes Helvétiques. Mercredi 27 janvier à 17h au campus de la Fonderie.

Dimanche 31 janvier à 15h au musée des Beaux-arts. Entrée libre dans la limite des places disponibles.

CONFERENCES Art Lecture théâtrale

Dans le cadre de l’année Eduardo de Filippo, lecture de textes du dramaturge italien suivie d’une rencontre autour d’un buffet. Lundi 11 janvier à 20h au théâtre Poche-Ruelle.

Dimanche 17 Janvier de 9h à 17h dans les salles de l’Association culture et loisirs Saint-Fridolin. 9, rue des Pins. Renseignements et réservations : 03 89 57 28 24. Entrée gratuite.

Café Histoire

Animé par Marie-Claire Vitoux et Yves Frey sur le thème « Immigration, nationalité Organisé par l’Association familiale et sociale des et identité ». Le nouveau Coteaux (Afsco). rendez-vous du calendrier Vendredi 15 janvier de 9h à 19h : mulhousien où l’on aborde dépôt des objets, samedi 16 janvier avec simplicité une question de 9h à 16h : vente au public. 10, rue Pierre Loti. Renseignements : historique d’actualité.

Bric-à-brac

03 89 33 12 66.

Mardi 19 janvier à 18h30 au Grand Comptoir (ancien buffet de la gare).

Marché aux puces des brocanteurs Nouvel an berbère Dimanche 17 janvier de 7h à 13h sur la dalle du marché du canal couvert.

Salon des Collectionneurs

Cette grande animation de quartier attire chaque année plus de 1 000 visiteurs autour d’une quarantaine d’exposants de cartes postales, poupées, nounours, timbres, trains et voitures miniatures, parfums…

Une soirée de fête organisée par l’Association Culture Berbère 68, animée par la troupe de danseuses Tannina, les musiciens traditionnels Idballen et complétée d’un buffet traditionnel. Samedi 23 janvier à 20h au centre socioculturel Pax, 54, rue de Soultz. Renseignements : 03 89 43 57 71 ou acbmulhouse@aol.com

• « Le futurisme, une vision avant-gardiste du monde ou la continuation d’une tradition de l’art européen ? » par Gilles Wols de l’UHA. Dante Alighieri. Jeudi 7 janvier à 20h à la bibliothèque Grand’rue.

Histoire

• « Travailler dans les usines mulhousiennes au XIXe siècle » : la réalité matérielle et humaine du travail usinier étudiée par Marie-Claire Vitoux, maître de conférences à l’UHA. Société d’histoire et de géographie de Mulhouse. Jeudi 28 janvier à 18h30 dans la salle de la Décapole, Hôtel de Ville, place de la Réunion.

Religion

• « Sainteté divine et sainteté humaine » par le professeur Armand Abecassis. Amitié judéo-chrétienne. Jeudi 14 janvier à 20h15 dans l’amphithéâtre de la Cour des Chaînes.

• « Libre dans ma cellule : une religieuse au cœur du monde » par Sœur Marie Thérèse Esneault. Livre et spiritualité. Jeudi 21 janvier à 20h à la bibliothèque Grand’rue.

• « Les Judaïsmes » par Janine Elkouby. Bible et culture.

Un concert drôle et rock n Ecoute ta mère et mange ton short ! Tel est le spectacle, à découvrir dès 6 ans, programmé au Noumatrouff par le festival Momix, qui souffle cette année ses 19 bougies. Une musique festive à l’humour ravageur et décalé servie par la compagnie Ministère de la Jeunesse et de la Magouille. Une bonne occasion d’aller au concert avec ses enfants et de danser avec eux sur de la musique actuelle. Samedi 30 janvier à 15h au Noumatrouff. Renseignements : 03 89 57 30 57.

L’écho Mulhousien N° 319 janvier 2010


43 Pierres précieuses n Améthystes du Brésil, fluorines de Chine, bijoux en pierre naturelle et d’ambre, étonnants fossiles, défenses de mammouth, fascinantes météorites ou cristallisations colorées venues de la nuit des temps ou d’autres planètes…, la 32e  édition de Minéral Expo constitue pour les amateurs de pierres précieuses la première manifestation de l’année sur le plan régional, animée par des exposants du monde entier. Organisée par l’Association des amis des sciences de la terre, elle s’enrichit d’une exposition d’une centaine d’échantillons de charbon ainsi que de conférences.

EXPOSITIONS Regionale 10

Et si la Regionale était un pays ? Qu’est-ce qui nous unit et nous différencie ? Treize artistes contemporains, français, suisses et allemands suggèrent à travers leurs œuvres des pistes de réflexion dans le cadre de la 10e édition de l’exposition Regionale. Jusqu’au dimanche 10 janvier à la Kunsthalle Mulhouse - centre d’art contemporain. Entrée libre. Kunstapero jeudi 7 janvier à 18h : visite guidée suivie d’une discussion autour d’un verre. Inscriptions : 03 69 77 66 47.

Minéral Expo. Samedi 16 et dimanche 17 janvier de 9h à 19h. Salle du Lerchenberg. 11, rue du Cercle. Tél. : 03 89 53 22 17.

9ème Art

Rassemblant des planches et des dessins originaux issus de collections privées, l’exposition présente l’œuvre de quelquesuns des plus grands noms de la bande dessinée française et flamande : Bilal, Franquin, Gotlib, Hergé, Manara, Morris, Pratt, Uderzo… Jusqu’au dimanche 17 janvier au Musée des Beaux-arts. Tél. : 03 89 33 78 11

L’histoire d’Alsace   en bande dessinée Présentation de la toute nouvelle Histoire d’Alsace en bande dessinée à travers des reproductions de planches extraites des deux premiers tomes de cette série. Jusqu’au dimanche 17 janvier au Musée historique.

Voitures de Magdeleine Szymanczak Une vingtaine de peintures représentant des automobiles prestigieuses ou humbles exposées dans le musée s’affichent dans un espace scénographié. Jusqu’au dimanche 28 février à la

Cité de l’Automobile - collection Schlumpf. Tél. : 03 89 33 23 21 www.collection-schlumpf.com

Rêve de cachemire

Présentation de châles imprimés cachemire, joyaux du textile alsacien, ainsi que des plus belles réalisations du couturier Christian Lacroix autour de ce thème.

Momix, exposition de planches de BD de Vincent Vanolie. Fort d’une vingtaine d’albums publiés depuis 1989, son univers graphique décliné dans des nuances de noir, gris et blanc met en valeur le travail de la matière. Du vendredi 15 janvier au vendredi 5 février à la médiathèque de La Filature. Concert de bande dessinée le vendredi 5 février à 18h30.

Trois châteaux,   trois parcs

Dans le cadre de sa candidature à une inscription au patrimoine mondial de l’Unesco, la ville de Kassel propose une exposition itinérante dans laquelle elle met en évidence la richesse de son patrimoine, dont ses trois châteaux et leurs parcs, traces uniques dans l’histoire de l’art des jardins. Du samedi 16 janvier au dimanche 14 février au Musée historique.

Jusqu’au samedi 16 octobre au Musée de l’impression sur étoffes. Tél. : 03 89 46 83 00.

Les frontières   de sable

Céline Duval assemble, accumule, isole, détourne, juxtapose toutes les formes de la photographie, des publicités aux albums de famille, en passant par les cartes postales pour creuser notre imaginaire collectif. Du mardi 12 janvier au dimanche 21 février à La Filature.

Matières grises

Dans le cadre du festival

Pour paraître dans l’agenda Chaque mois, L’écho mulhousien s’efforce de proposer un agenda des plus complets des manifestations. Pour y figurer, dans la mesure de l’espace disponible, il suffit de nous envoyer vos informations au plus tard le 10 du mois précédant la parution. Toutes les informations parvenant à la rédaction après cette date ne sont pas assurées de pouvoir être publiées pour des impératifs techniques. Vos informations peuvent nous être envoyées par courrier (L’Écho mulhousien, mairie de Mulhouse, BP 10020, 68948 Mulhouse cedex 9), par fax (03 89 32 69 02) ou par courrier électronique (echo.mulhousien@mulhouse.fr).

L’écho Mulhousien N° 319 janvier 2010


44

sortir à Mulhouse histoire

On n’ose imaginer les efforts déployés par les sculpteurs dans le passé pour acheminer en hauteur des blocs pesant parfois plusieurs tonnes. Une opération aujourd’hui facilitée par le monte-charge et les treuils.

Dressée vers le Depuis près d’un siècle et demi, la flèche du temple SaintEtienne culmine au dessus de Mulhouse. Elle a vu la ville s’étendre considérablement au fil du temps.

E

n recevant en 1848 une commande de plans et de relevés du temple SaintEtienne, Jean-Baptiste Schacre ne pouvait pas imaginer qu’une vingtaine d’années plus tard, un nouveau temple serait érigé sur la place de la Réunion. C’est d’ailleurs ce même architecte municipal qui est choisi pour en dessiner les lignes dans un style néogothique. Car entre-temps, nombreux sont ceux qui souhaitent remplacer l’ancienne église paroissiale du XIIe siècle, transformée en temple en 1523 par l’introduction de la Réforme. C’est chose faite en 1851, quand le conseil municipal décide la démolition de l’ancien bâtiment au profit d’un lieu de culte témoignant de la réussite économique des grandes familles protestantes. Le 1er novembre 1858, les derniers psaumes résonnent dans l’ancien temple. Les coups de boutoirs des

démolisseurs leur succèdent quelques jours plus tard. Quant à Jean-Baptiste Schacre, il est d’autant plus à la hauteur de la tâche qui lui est confiée qu’il a parfaitement réalisé la construction, quelques années auparavant, de l’église Saint-Etienne selon un modèle qui rappelle les plus grandes cathédrales françaises. L’architecte innove encore en proposant cette fois un bâtiment privilégiant la simplicité. Son temple est ainsi dépourvu de chœur, avec une nef très large entourée de tribunes sur trois côtés. La chaire et l’orgue se dressent sur le mur Est et le clocher, véritable flèche tendue vers les cieux, est adossé au chevet. Culminant à 97 mètres de haut, la flèche du temple Saint-Etienne est le plus haut clocher protestant de France. L’écho Mulhousien N° 319 janvier 2010


45

xxx

Des blocs de tailles diverses sont descellés pour être échangés avec de nouvelles pierres présentant un aspect et des motifs identiques.

ciel

Pendant une courte période, l’ancien clocher et la nouvelle flèche cohabitent car, outre son aspect religieux, le clocher est aussi une tour de guet pour les incendies. Si le temple SaintEtienne est inauguré officiellement le 1er novembre 1866, les travaux s’achèvent réellement en août 1868 avec la démolition du clocher. A près de 100 m de haut On n’ose imaginer les efforts déployés par les sculpteurs qui ont acheminé des blocs pesants parfois plusieurs tonnes à cette hauteur. Les ouvriers devaient se hisser sur des échafaudages enveloppant cette flèche qui culmine à 97 m de haut. Aujourd’hui, si la technologie permet de mieux identifier les rangées de pierres, de simuler les réalisations sur ordinateur, si un montecharge permet l’acheminement des tailleurs, sculpteurs et matériaux, la nature du travail reste sensiblement la même. Un diagnostic fait état d’un volume de 18 m3 à changer. Ces blocs de tailles diverses, dont les lignes et les

mesures ont déjà été identifiées, sont descellés pour être échangés avec de nouvelles pierres présentant un aspect et des motifs identiques. D’autres pierres font simplement l’objet d’un traitement destiné à les nettoyer et à améliorer leur étanchéité. Dès le début de cette année, la flèche restaurée devrait être libérée de ses échafaudages. Le chantier de restauration du temple se poursuivra néanmoins jusqu’en 2019. Sources : Bulletin du Musée historique de Mulhouse 1953 ; « Le temple et la cité », mémoire de maîtrise de Joseph Specklin ; Inventaire du patrimoine n°82 ; Histoire de Mulhouse des origines à nos jours de Raymond Oberlé, éditions DNA.

La flèche des records n Culminant à 97 mètres de haut, la flèche

Architecte municipal, Jean-Baptiste Schacre a été choisi pour dessiner les lignes néogothiques du temple Saint-Etienne. L’écho Mulhousien N° 319 janvier 2010

du temple Saint-Etienne de Mulhouse est le plus haut clocher du département. Il s’agit en outre du plus haut clocher protestant de France. Toutes les pierres qui le composent ont été repérées et numérotées.


46

sortir à Mulhouse culture régionale

Quand les Mulhousiens étaient traités de « vaches » Infatigable collecteur de dictons, de contes et autres histoires du terroir, Gérard Leser vient d’achever une édition complétée des surnoms et sobriquets des villes d’Alsace. Tout le monde en prend pour son grade, y compris les Mulhousiens.

Q

ui dit sobriquet pour les Mulhousiens dit Wackes (voyous). Ne leur en déplaise, les Mulhousiens n’ont pas – et de loin ! – le monopole de ce surnom que l’on retrouve dans de nombreuses communes du Nord au Sud de l’Alsace. « A l’origine, c’était les Bâlois qui désignaient les maraîchers sundgauviens sous ce sobriquet de Wackes. Dans le reste de la région, les Wackes étaient avant tout des habitants des villes. Cette appellation a d’ailleurs été à l’origine de l’affaire de Saverne, au cours de laquelle un officier prussien avait défrayé la chronique en traitant une jeune recrue alsacienne de Wackes. Il a été ensuite obligé de se protéger quand il sortait de la caserne ! », indique l’historien Gérard Leser. Ce spécialiste des dictons et sobriquets ne cache pas que plusieurs sobriquets dont étaient affublés les Mulhousiens ont un peu disparu. Et pour cause : ils n’étaient guère gratifiants ! Le plus ancien retrouvé était « Kühstall » (étable à vaches) ou « Kühmäuler » (gueules de vaches). C’est d’ailleurs de cette manière qu’un certain Johannes Schlükkin, visiblement très énervé par les habitants de Mulhouse, les avait insultés. Cet événement, qui date de 1631, avait marqué les esprits car le même Schlükkin avait arraché la nappe de l’autel de l’église Saint-Etienne et l’avait piétiné en « meuglant » comme une vache. De fait, les ennemis des Mulhousiens meuglaient

à leur approche, ce qui ne manquait pas de les énerver. D’autres sobriquets étaient encore réservés aux Mulhousiens, comme « Dilldappefanger » (chasseurs de dahus), « Mondfanger » (chasseurs de lune), « Spatze » (moineaux), « Sunnespritzer » (arroseurs de soleil) ou le toujours délicat « Dollerkrotte » (crapauds de la Doller). Les habitants des communes voisines de Mulhouse avaient, eux-aussi, leur lot de sobriquets, dont le plus populaire est sans nul doute celui de Brunstatt : « On surnomme cette commune Pipisville-les-Bains ou encore Urinograd en raison de la traduction de Brunsa, qui signifie uriner ! », confie, rigolard, Gérard Leser. Que tous les Alsaciens se rassurent : tous sauront trouver un sobriquet approprié à lancer à leurs voisins en consultant « Surnoms et sobriquets des villes et villages d’Alsace ». Cet ouvrage vient de paraître aux éditions De Borée (24 €).

Spécialiste des dictons et sobriquets du terroir, Gérard Leser signe un ouvrage drolatique et détonnant.

LIVRE

Un siècle et demi d’immigration  n Allemands, Italiens, Polonais, Africains, Asiatiques, Turcs, Roms, gens du voyage, Juifs d’Europe centrale…, ils ont été nombreux à rejoindre l’Alsace depuis 1850, souvent attirés par ses usines et ses mines de potasse. A toutes les époques, la région a été une terre d’immigration en raison de sa position géographique. Yves Frey, Marie-Claire Vitoux, Karin Dietrich-Chénel et Gilles Wollfs analysent ce phénomène d’immigration tout en mettant en lumière ses réussites et ses échecs. « Ces Alsaciens venus d’ailleurs », sous la direction d’Yves Frey, aux éditions Place Stanislas, 190 pages, 25 €.

L es r ues bili n gues

Rue des Halles (Alta Marktallagas)

Alta Marktallagas (Rue des Halles)

En 1865, Jean Dollfus, maire de Mulhouse, inaugure une halle en fer et en verre construite par l’architecte Nicolas Risler. Cet équipement doit compléter l’offre pour les marchands et les clients qui ne profitaient jusqu’alors que d’un marché sur la place de la Réunion. La rue longeant l’édifice est baptisée rue du Marché couvert. Elle ne prend son nom définitif qu’en 1919. Les halles sont démolies en 1967.

An à 1865 wérd vum Jean Dollfus, Bérgàmeischter vu Méhlhüsà, à Hallà üs Isà un Glas igweit, wu vum Architekt Nicolas Risler, géboijà worà ésch. Dià Irréchtung ergànzt s’Agébot vu dà Hàndler un dà Kuntà , wu nur dr Markt ufem Rothüssplatz zu Verfiàgung ka hàn. Dià Gassà em Gébauité entlang wérd « rue du marché couvert » gédàift, un békumt éhrà définitifà Namà an à 1919. An à 1967, wérd dià Hallà abgréssà.

L’écho Mulhousien N° 319 janvier 2010


sortir à Mulhouse détente

47

recette

Dorade à la méditerranéenne Recette de Renaud Chabrier du Poincaré II, 6, porte de Bâle. Tél. : 03 89 46 00 24.

Ingrédients pour 4 personnes Pour la dorade > 2 dorades roses ou grises de 600 g chacune > 6 c. à soupe de tapenade > 2 branches de thym frais > Olives noires > Huile

Pour la ratatouille > 3 poivrons > 3 tomates branche > 2 oignons > 2 courgettes > 1 aubergine > 3 échalotes

m o ts c r o is é s

par

> Huile Pour la sauce > 80 g de beurre demi-sel > Le jus de 2 citrons > 2 c. à café de piment d’Espelette > Eau

Choisir des dorades fermes en vérifiant que les yeux sont vifs et non enfoncés dans les orbites. Les faire vider sans les écailler par le poissonnier. Préparer la ratatouille. Faire d’abord revenir dans l’huile les poivrons épépinés et finement émincés. Ajouter oignons et échalotes émincés préalablement réduits à part, puis les tomates en quartier et enfin les courgettes en rondelles. Assaisonner de sel, poivre, thym et laurier. La ratatouille doit être à moitié cuite. Réserver. Farcir l’intérieur des dorades avec la tapenade et le thym frais. Arroser copieusement d’huile d’olive, saler, poivrer et les faire dorer au four à 180° pendant 12 mn environ. Sortir du four les dorades, enlever les peaux, badigeonner à nouveau d’huile d’olive, saler, poivrer puis les replacer dans le plat sur un lit de ratatouille mi-cuite. Poursuivre la cuisson pendant 5 mn toujours à 180°. Avant de servir chaud, arroser d’un beurre fondu additionné d’eau, de citron et de piment. Décorer d’olives. Bon appétit !

Philippe Imbert

HORIZONTALEMENT : 1- Participe à un soulèvement – Gros « porte feuilles » -2- Ouest-Ouest-Est-Nord – Un long temps crétois -3- Font des crêpes – Existe sur plusieurs saisons -4- Romancier français – Première glace en mer -5- Prises de bec - Mis à terre – Un nouveau qui arrive en pleurant -6- Ville des U.S.A. – Placer -8- Lettre grecque – Scandium -9- Fit de la graine – Pour faire avancer le cheval -10Affluent de la Seine – Sorties d’enceinte -11- Code personnel – Ottoman -12- Il y manque le Sud – Cheval anglais -13- Lettres de la banque – Voyelles

BONNE ANNéE à MULHOUSE ! a

b

c

d

1 B 2

e E

O

3

f

g h

j

A

N

k E

N

N

4

i

E N

N

5

N E

A

L

H O

E

A

E E

6 VERTICALEMENT : A- Du mauvais sang pour les méchants d’Harry Potter – Ex-cité -B- Elle a vachement changé – Mît un jaune – Saint français -C- Pour dire qu’il y a personnes – Passe en tête -D- Une mise (avec un article) Est donc vraiment bornée – Sans affaires -E- Mollusque bivalve – Ce n’est pas pour vous mais pour moi ! -F- Mises à mises – On l’entend souvent quand on trinque ! – Vieux poème chinois -G- Evolue doucement en forêt – Voyelles – Changea de voix -H- Fait l’unanimité chez le latin – Belle fille -I- Quand ça dure – Coiffure de pharaon -J- Précède le pas – Un prince qui a choisi l’exil – Flotte africaine -K- Prendre un volume – Souhaite

7

A M U

U

S

E

8 9 B 10

O

11 12 13 B

N

E N

N O

E N

N

N E

A

E E

Solution du n° 318 HORIZONTALEMENT : 1- SHAMPOUINEUR -2- OUI - IR - NUS -3- DEAMBULEZ -4- ILE - NEE - EM -5- RIO - SU - GLU -6- DANS NOS RUES -7- AISE - OIE - EST -8- MC - PIN - DT -9- POUR LES FÊTES ! -10- SUE - APERO -11- TRADUCTION -12- EVIER - TTTTTT - VERTICALEMENT : A - SOSIE - AMPUTE -B- HU - DICO - R.V. -C- AIDERAS - USAI -D- INE - RUDE -E- PIANOS - PLEUR -F- ORME - NOIE -G- BESOINS - TT -H- INU - USE - FAIT -I- NULS - DEPOT -J- E.S.E. - GUETTENT -K- ZELES - ER -L- RU - MUST - SORT -

L’écho Mulhousien N° 319 janvier 2010



Echo Mulhousien - Janvier 2010