Page 1

Chaire pour futurs actuaires p2

L’image des mots p8-p9

Volume 49, numéro 28 8 mai 2014

Unir ses forces pour le patient

Six mois après ses débuts, Alliance santé Québec, qui regroupe les forces vives de la recherche en santé de la région de Québec, jette les bases des travaux à venir. p3


2

actualités UL

en bref

Rendez-vous international sur la gestion intégrée de l’eau Le 3e Rendez-vous international sur la gestion intégrée de l’eau, qui a commencé hier, le 7 mai, et se poursuit jusqu’au vendredi 9 mai, se tient cette année au pavillon AlexandreVachon. Cet événement d’envergure met en valeur le système des Grands Lacs et du SaintLaurent et fait de la région métropolitaine de Québec le cœur des discussions. Plus de 70 conférenciers originaires d’une quinzaine de pays participent à ce rendez-vous. Ils analysent la gestion des eaux transfrontalières de trois systèmes hydrologiques majeurs – Rio Grande-Bravo, Rhin-Meuse, Grands Lacs et Saint-Laurent – dans un contexte de changement climatique au cours de 16 sessions thématiques. Des professeurs de l’Université, Frédéric Lasserre (Département de géographie), François Anctil et Amaury Tilmant (Département de génie civil et des eaux), ainsi que les doctorantes Fabiola Nava et Diane Arjoon y font des présentations. Lors de cet événement, le recteur Denis Brière a annoncé un don de 4 M$ provenant des donateurs feu Marthe et Robert Ménard pour les recherches sur l’eau à la Faculté des sciences et de génie. www.rv-eau.ca

L’UL conserve son titre à l’Écomarathon Shell L’équipe de l’Alérion Supermileage a savouré une nouvelle victoire lors de la compétition d’économie d’essence Écomarathon Shell qui s’est tenue à Houston les 26 et 27 avril. L’équipe, composée d’une trentaine d’étudiants en génie mécanique, l’a emporté grâce à une performance de 1200 km/l, suivie de près par l’Université de Toronto, avec 1150 km/l. L’équipe de l’UL possède une feuille de route impressionnante : gagnante de la compétition de 2009 à 2011, elle a repris son titre l’an dernier en pulvérisant un record : 1506 km/l. En tout, quelque 120 universités participent à cette compétition qui consiste à mettre au point un véhicule monoplace à très faible consommation d’essence.

Pour tout savoir sur la collation des grades Un nouveau site Web sur la collation des grades vient d’être mis en ligne. Ce site fournit toute l’information relative à cet événement parfois un peu intimidant et facilite la vie des étudiants qui cherchent à savoir comment s’y inscrire, s’y préparer ou encore de quelle façon se déroule la cérémonie. On y apprend également qui sont les récipiendaires des doctorats honoris causa et des Médailles académiques du Gouverneur général. Ce site, qui constitue une vitrine Web permanente pour cette étape marquante dans le cheminement d’un étudiant, a été réalisé par le service Web institutionnel pour le Bureau du secrétaire général. www.collation.ulaval.ca

le fil | le 8 mai 2014

Futurs actuaires à la fine pointe du domaine financier L’École d’actuariat s’associe à la Caisse de dépôt et placement du Québec pour créer une nouvelle chaire de leadership en enseignement par Brigitte Trudel « Les produits d’investissement se sont multipliés au cours de dernières années, lance d’emblée le directeur de l’École d’actuariat Denis Latulippe. C’est une bonne nouvelle, mais encore fautil savoir les maîtriser. » C’est dans cette optique qu’a été inaugurée, le 30 avril dernier, la Chaire de leadership en enseignement (CLE) en gestion actuarielle des risques d’actifs - Caisse de dépôt et placement du Québec. Le projet découle d’une collaboration sollicitée par l’École d’actuariat auprès de l’institution financière. « Nos étudiants bénéficient déjà d’une formation réputée, explique Denis Latulippe. Pour maintenir ce niveau d’excellence, il nous apparaissait essentiel d’arrimer encore davantage notre enseignement aux besoins du milieu. » Or, la réponse positive de la Caisse de dépôt est justement venue corroborer la justesse de cette vision, affirme le directeur. La nouvelle chaire voit effectivement le jour grâce à un appui financier de 200 000 $ de l’institution québécoise sur 5 ans et à la contribution de 125 000 $ de généreux donateurs et de sommes investies par l’Université Laval. Outre le recrutement d’un professeur qui agira à titre de titulaire de la chaire, la nouvelle CLE permettra à l’École d’actuariat de renforcer son offre de cours en matière de gestion actuarielle des risques d’actifs pour les actuaires et de faire du baccalauréat en actuariat un tremplin pour des études avancées dans le domaine financier. Elle permettra aussi de mettre au point des

outils pédagogiques, tels que des logiciels et des applications qui contribueront à la qualité de l’enseignement et favoriseront l’innovation pédagogique. La chaire rendra par ailleurs possible la mise sur pied d’activités permettant d’accroître la collaboration interdisciplinaire entre les domaines actuariel et financier, et ce, dans le but d’offrir des cours répondant aux besoins des étudiants. Des activités de formation continue pour les professionnels de l’industrie, un créneau qui offre des perspectives prometteuses, pourront aussi être offertes. En plus d’une diversification toujours plus grande des produits financiers et de placement, d’autres changements sont venus complexifier les marchés, entraînant avec eux de nouvelles réalités pour les institutions, leurs clients et les actuaires. « Non seulement l’économie s’est mondialisée, mais les sommes en cause dans les transactions

Le recteur Denis Brière, Denis Latulippe, directeur de l’École d’actuariat, Bernard Morency, premier vice-président, déposants, stratégie et chef des opérations à la Caisse de dépôt et placement du Québec, André Darveau, doyen de la Faculté des sciences et de génie, Michel Gendron, doyen de la Faculté des sciences de l’administration, et Bernard Garnier, vice-recteur aux études et aux activités internationales. photo Louise Leblanc

On peut le lire en ligne au www.lefil.ulaval.ca et s’abonner gratuitement à un avis de parution électronique. Écrivez-nous ! Le Fil accueille vos idées avec plaisir.

Le journal de la communauté universitaire Fondé en 1965, Le Fil est un hebdomadaire publié 30 fois par an par la Direction des communications de l’Université Laval et distribué gratuitement sur le campus.

sont de plus en plus importantes, note Denis Latulippe. C’est le cas, par exemple, des fonds de retraite. Avec le vieillissement de la population, ces montants vont continuer d’augmenter. » Avec un actif constitué principalement de fonds provenant de régimes de retraite et d’assurance publics et privés qui s’élevait à 200,1 G$ au 31 décembre 2013, la Caisse de dépôt et placement est particulièrement concernée par cette question. Selon le premier vice-président, déposants stratégie et chef des opérations, Bernard Morency, il est devenu incontournable de faire évoluer la formation universitaire pour continuer de répondre aux besoins des investisseurs institutionnels et à ceux des fonds d’assurance et de retraite. « La Caisse de dépôt et placement croit fortement au bien-fondé de cette nouvelle initiative qui permettra d’assurer une relève encore plus compétente et outillée afin de répondre adéquatement aux attentes des employeurs », estime-t-il. Même son de cloche de la part du recteur Denis Brière qui se dit très satisfait de ce partenariat. « Par l’ensemble de ses activités, la chaire aura une influence directe et concrète sur la formation des

Les lettres destinées au courrier des lecteurs – 400 mots maximum – doivent nous parvenir au plus tard le vendredi midi précédant la parution, à l’adresse le-fil@dc.ulaval.ca. Le contenu de ce journal peut être reproduit à condition de mentionner la source et l’auteur. Rédaction Éditeur : Jacques Villemure, directeur des communications

Rédactrice en chef : Claudine Magny Journalistes : Jean Hamann, Renée Larochelle, Yvon Larose Collaborateurs : Stéphane Jobin, Pascale Guéricolas, Mathieu Tanguay, Pierre-Luc Tremblay, Brigitte Trudel, Julie Turgeon Collaborateur au Web : Thierry Mellon Rédactrice-réviseure : Anne-Marie Lapointe Agente de secrétariat : Carole Almenar Production Infographie : Léa Robitaille, Service de reprographie de l’Université Laval Impression : Les Presses du Fleuve, Montmagny (Québec)

futurs actuaires, assure-t-il. Elle contribuera au pouvoir d’attraction et de rétention de l’École auprès des bons étudiants par le rehaussement de la qualité de la formation et un élargissement des champs d’application ». Enfin, si la chaire se veut d’abord un moyen de former des candidats de choix pour de futurs employeurs, Denis Latulippe rappelle que sa formation est d’autant plus bienvenue dans un Québec où le taux d’endettement inquiète. « Plus nos 300 étudiants du premier cycle et nos 30 étudiants diplômés peaufineront leurs connaissances, plus ils seront en mesure d’assurer la solidité de nos institutions financières », avance le directeur. Quant à la population, croit-il, elle sortira aussi gagnante de cette initiative en se voyant offrir des produits financiers et d’assurances qui tiennent la route. Et sans oublier ce fait non négligeable : le secteur des assurances est l’un des principaux générateurs d’emplois dans la région de Québec. « Ce projet a donc tout pour favoriser la santé économique de la région et de la province », conclut-il.

«

Pour maintenir ce niveau d’excellence, il nous apparaissait essentiel d’arrimer encore davantage notre enseignement aux besoins du milieu

Ventes publicitaires Élisabeth Farinacci 418 656-2131 poste 4618 Dépôt légal Bibliothèque nationale du Québec, ISSN 022-1-1965 Pour nous joindre 2325, rue de l’Université, local 3108 Québec (Québec) G1V 0A6 Téléphone : 418 656-2131 poste 4687


actualités UL

le fil | le 8 mai 2014

3

Passionnés de la santé débordant d’idées Professeurs-chercheurs de divers domaines, gestionnaires du milieu de la santé et praticiens de centres hospitaliers de la région de Québec étaient réunis, le 25 avril dernier, pour la suite d’Alliance santé Québec par Pascale Guéricolas L’enthousiasme était palpable au Grand Salon du pavillon Maurice-Pollack, le 25 avril, lors du deuxième forum de discussion organisé par l’Alliance santé Québec. Un enthousiasme visiblement partagé par le nouveau ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de la Science, Yves Bolduc, qui a profité de cette rencontre pour effectuer l’une de ses premières sorties publiques. Unir ses forces. Tel est le premier objectif de l’Alliance santé Québec. Mis sur pied en octobre dernier, ce regroupement unique comprend des dirigeants d’établissements, dont l’Agence de la santé et des services sociaux de la Capitale-Nationale, et des chercheurs provenant de l’Institut de santé publique du Québec, du CHU de Québec et de l’Université Laval, incluant une dizaine de facultés – dont celles de Médecine, des Sciences sociales, des Sciences de l’administration et de l’Agriculture et de l’alimentation –, des gestionnaires du milieu de la santé et des praticiens de centres hospitaliers de Québec. Ce qu’ils ont tous en commun? Le souhait d’innover en santé et de mieux prendre en compte les besoins de la population.

Au cours de l’automne dernier, ce nouveau regroupement s’était donné comme objectif de convenir d’axes de recherche. Un des buts de cette mise en commun d’idées : déterminer des pistes de recherche à privilégier en santé dans la région de Québec dans un futur rapproché. Cette façon de tisser des partenariats correspond bien à la philosophie des chercheurs de la région, selon Sophie d’Amours. « À Québec, il y a déjà une bonne collaboration entre le milieu de la recherche fondamentale, celui des applications commerciales et celui de la mise en œuvre auprès du public, note la vice-rectrice à la recherche et à la création. Sans

compter que l’interdisciplinarité fait littéralement partie de l’ADN de notre université. Il faut donc en faire profiter la population. » Alain Beaudet, coprésident d’honneur de l’Alliance santé Québec, a su capter l’attention de plusieurs en racontant une anecdote qui résume bien l’importance des patients dans le choix des projets de recherche. Le président des Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC) a expliqué à quel point un institut du domaine de la santé avait chamboulé récemment la liste de ses travaux à venir – définis jusque-là par les chercheurs – en décidant de consulter le public. « L’unique demande des patients, celle de soulager leur douleur, ne figurait pas dans la liste, explique Alain Beaudet. L’institut a donc revu ses priorités. » En regroupant les forces vives d’une dizaine de facultés, de centres de recherche et d’agence de santé, le regroupement a le potentiel, selon lui, d’aborder la santé de la façon la plus globale possible tout en tenant compte du patient.

Le nouveau ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de la Science, Yves Bolduc, était présent à l’événement. photos Jacques Beardsell

Aussi coprésident d’honneur et scientifique en chef du Québec, Rémi Quirion tient lui aussi à ce concept de santé durable. À quoi bon, par exemple, élaborer un nouveau médicament si les patients ne prennent pas leur prescription régulièrement? Autre question à laquelle pourrait répondre l’Alliance santé Québec dans un futur proche : comment s’assurer que les futurs dossiers médicaux informatisés ne soient pas un simple duplicata des dossiers papier actuels? « On pourrait aussi imaginer, par exemple, que des équipes de recherche utilisent des données sur les surplus de poids d’un certain segment de la population d’un bout à l’autre du Québec, une opération impossible à grande échelle actuellement. En menant de telles recherches, on pourrait améliorer des pratiques de santé très

rapidement », prédit-il. De son côté, le président du regroupement, Michel Clair, se réjouit de tout ce bouillonnement d’idées émanant des membres qui ont déjà dégagé des dizaines de pistes d’action. Il s’agit là, selon lui, d’une occasion unique de rassembler et de mobiliser les compétences de chacun autour du patient alors même que le contexte économique réduit les budgets. « Il faut arrêter de considérer la santé uniquement comme une dépense, mais plutôt prendre conscience de la création de richesse que ce secteur représente, souligne-t-il. Les établissements de santé ont un rôle incroyable à jouer, ne serait-ce que par le caractère novateur de leur personnel hospitalier. Imaginez si l’on pouvait réduire le temps qui s’écoule actuellement entre une découverte médicale

ENTREPRENEURIAT LAVAL REMERCIE SES PARTENAIRES DE LA 16E ÉDITION DU CONCOURS QUÉBÉCOIS EN ENTREPRENEURIAT Majeurs

Or

Bronze

CLUB DES

Associés

Argent Média

et son application auprès des malades, ce serait un grand progrès. » Les interventions d’experts par visioconférence, dont notamment celle d’Ulf Smith, professeur de médecine au Laboratoire Lundberg de recherche sur le diabète en Suède, vont dans le même sens. Cet expert a expliqué que plusieurs partenaires ont regroupé récemment leurs forces au sein du Conseil européen pour la recherche en santé. Cette alliance devrait permettre de rapprocher le milieu de la recherche et celui des politiques publiques, alors que la valeur financière des fonds diminue au fil des ans. Pour ce spécialiste du diabète, il n’y a d’ailleurs aucun doute : la collaboration entre chercheurs de différentes spécialités conduit également à de nouvelles découvertes.


4

archéologie

en bref Dernier élan de générosité Il est toujours temps de contribuer à la campagne Communauté universitaire afin d’atteindre l’objectif de 1,9 M$ fixé par La Fondation de l’Université. Vous pouvez contribuer en ligne à l’un ou l’autre des quelque 600 fonds sur www.ful.ulaval.ca ou par téléphone au 656-3292. Vous pouvez aussi vous procurer le livre Recettes à succès des doyens et doyennes de l’Université Laval 2014, offert à la Coop Zone au coût de 10 $. Les profits seront directement versés au Fonds d’aide financière aux étudiants. Rappelons que les dons recueillis permettent de combler des besoins récurrents des étudiants, tels l’offre de bourses, l’organisation d’activités d’enseignement et de recherche, l’achat d’équipement spécialisé, de livres et de périodiques. La campagne se terminera le 21 mai.

le fil | le 8 mai 2014

Lorsque les pierres parlent Les spécialistes du Laboratoire de recherche sur la pierre taillée construisent le premier référentiel de tracéologie québécoise par Yvon Larose Mieux comprendre la fonction des outils de pierre utilisés il y a des milliers d’années par des hommes et des femmes de la préhistoire québécoise : c’est là le but que s’est fixé Jacques Chabot, le responsable du Laboratoire de recherche sur la pierre taillée. En 2012, il lançait un projet de recherche visant à constituer le premier référentiel expérimental tracéologique représentatif du nord-est de l’Amérique du Nord. Le vaste territoire étudié est compris entre l’État de New York et la Gaspésie au Québec.

entre autres, produisaient des microtraces sur les outils de pierre. La période préhistorique nord-américaine étudiée par les chercheurs québécois s’étend approximativement de l’an 9 000 avant Jésus-Christ aux premiers contacts avec les Européens au 16e siècle. Le projet de Jacques Chabot est soutenu financièrement par le Programme d’appui au développement pédagogique de l’Université. La phase un visait à constituer une banque d’éclats de pierre. Celle-ci co m pr e nd act ue llem en t 90 artéfacts représentant

Des prix et bourses en médecine dentaire La Soirée des prix d’excellence de la Faculté de médecine dentaire a été l’occasion de remettre près de 27 000 $ en prix et bourses à des étudiants, dont une vingtaine de finissants, qui se sont démarqués au cours de la dernière année. La soirée, qui a réuni près de 125 personnes au pavillon Alphonse-Desjardins, a souligné notamment le leadership, le professionnalisme, les résultats scolaires et l’engagement en recherche de membres de la Faculté ainsi que la qualité des soins et des services offerts dans les cliniques étudiantes. Le doyen, André Fournier, et la vice-doyenne aux études de premier cycle, Cathia Bergeron, ont remis une cinquantaine de prix grâce à la collaboration de nombreux partenaires, associations diverses, regroupements professionnels et membres du corps enseignant de la Faculté.

Tour du silence 2014 Une randonnée en vélo soulignant l’importance du partage de la route et la vulnérabilité des cyclistes partira du campus le mercredi 21 mai à 18 h 30. Le point de ralliement sera le stationnement situé du côté nord de la rue de l’Université, juste en face du pavillon Alphonse-Desjardins. Comme dans 24 autres villes du Québec et plus de 300 villes du monde, les participants au Tour du silence rouleront à la mémoire des cyclistes qui ont perdu la vie dans la dernière année et pour rappeler que les cyclistes ont droit de circuler en sécurité sur le réseau routier. Le peloton empruntera René-Lévesque jusqu’à l’Assemblée nationale avant de regagner le campus par GrandeAllée. Jean-Marie De Koninck, professeur au Département de mathématiques et de statistique et président de la Table québécoise de la sécurité routière, et Louis Garneau, homme d’affaires, ex-cycliste olympique et diplômé en arts plastiques de l’Université (1983), agissent comme porte-parole de l’activité. Le port du casque protecteur est obligatoire. Pour information : www.fqsc.net/tour-du-silence.

Grossie 500 fois, cette vue au microscope montre les microtraces qui résultent d’une activité de creusage de rainures pendant 60 minutes sur un fragment d’os animal à l’aide d’un éclat de pierre du type chert de Saint-Nicolas. photo Marie-Michelle Dionne

« Nous examinons au microscope métallographique des outils que nous avons taillés dans la pierre, explique celui qui est aussi enseignant et directeur associé des programmes d’archéologie à l’Université. Avec ces outils, nous reproduisons l’usage qu’en faisaient les gens de la préhistoire. L’étude des traces d’usure nous aide à comprendre le rôle des outils de pierre dans la vie de ceux qui les ont fabriqués et utilisés. » La tracéologie est une discipline liée à l’archéologie préhistorique. Jacques Chabot en est l’un des rares experts dans le monde et dirige l’un des deux laboratoires nordaméricains spécialisés dans le domaine. Dans un passé très lointain, les outils taillés dans la pierre servaient à travailler des matières telles que les os et les peaux d’animaux, les bois de cervidés, le bois et les végétaux. Des activités de rainurage, de découpe, de grattage ou de perforation,

10 types de roche. En 2012 et 2013, le laboratoire a fait prélever de nombreux blocs de pierre dans des carrières disséminées sur tout le territoire étudié. Ces roches font partie de la grande famille des cherts appalachiens. Depuis, on a enrichi la banque de 48 autres

artéfacts. Ce sont des morceaux de quartzite du nord du Québec et d’obsidienne provenant de volcans d’Arménie, gracieuseté de travaux menés par Jacques Chabot dans ce pays. « Nous sommes allés dans des carrières de pierre où nous savons que les hommes préhistoriques s’approvisionnaient, affirme-t-il. Nous y avons trouvé les matières premières utilisées jadis et qui sont présentes dans les collections archéologiques. » Munsungun, Touladi ou Saint-Nicolas, le référentiel comprend six catégories de cherts. « Nous avons découvert que le Saint-Nicolas a un grain très fin et que le Touladi a un grain plus grossier, explique Jacques Chabot. Cette différence fait que les microtraces ne se développent pas de la même façon. Quant au Munsungun rouge, il contient du fer, ce qui nécessite plus de temps d’utilisation pour avoir un poli. » L’équipe de recherche comprend une demi-douzaine d’étudiants, la plupart à la maîtrise en archéologie. Certains ont donné un coup de main dans la taille des éclats de pierre. Le choix des bons éclats s’est fait en pensant à ceux qu’un homme ou une femme préhistorique aurait pu choisir. « Les éclats, souligne l’assistante et chargée de cours Marie-Michelle Dionne, doivent bien tenir dans la main et présenter un bord résistant, coupant et assez régulier pour qu’il ait l’effet voulu sur la matière traitée. Ils doivent aussi être observables au microscope. Si le bord est trop accidenté, on aura de la difficulté à discerner les microtraces. » Chacun des éclats choisis ne sert qu’à une seule activité, comme gratter une peau de castor ou rainurer un os animal. En tout, les

Cet éclat de pierre du type chert de Saint-Nicolas a été utilisé lors des expérimentations tracéologiques menées à l’Université Laval. Il tient bien dans la main et son bord est coupant et assez régulier. photo Arianne Pépin

expérimentateurs reproduisent neuf activités de survie caractéristiques de l’ère préhistorique. « Nous avons choisi, dit-elle, les mouvements les plus standards qui devaient être nécessaires pour faire de l’artisanat ou fabriquer des pointes de flèche, des hameçons ou des aiguilles. » Le protocole d’expérimentation a pour but de bien documenter la dynamique d’usure. Les chercheurs chronomètrent cinq minutes de travail à la fois, ce qui est représentatif des gestes humains. Des photos à fort grossissement sont prises au microscope électronique après chaque séquence d’expérimentation. Au total, plus de 10 000 microphotos ont été captées à ce jour. Chaque éclat est utilisé par une seule personne pour réduire le degré de variabilité des gestes. En tout, un expérimentateur peut se servir du même outil de pierre pendant 60 à 90 minutes. La constitution de ce référentiel aidera à mieux définir la préhistoire d’ici. « Le référentiel fera faire un grand pas en avant, affirme MarieMichelle Dionne. Il permettra de comparer les outils de pierre de notre corpus à ceux que l’on trouve dans les collections d’artéfacts préhistoriques. L’analyse comparée permettra de mieux déterminer la provenance des microtraces sur ces artéfacts, donc la fonction de l’outil. » Selon Jacques Chabot, ce projet, avec ses nouvelles collections sur la préhistoire d’ici, aura des retombées concrètes sur son enseignement, notamment le cours d’archéologie Analyse lithique qu’il donne à la session d’automne. « Mes cours spécialisés sont parmi les seuls au monde où, dès le baccalauréat, les étudiants sont initiés à la tracéologie. »

Les spécialistes du Laboratoire de recherche sur la pierre taillée construisent le premier référentiel de tracéologie québécoise


recherche

le fil | le 8 mai 2014

5

Plombé par le passé La poussière et la peinture constituent, tout comme la tuyauterie ancienne, des sources non négligeables d’exposition domestique au plomb par Jean Hamann Les parents soucieux de la santé de leurs jeunes enfants auraient tout intérêt à bien faire le ménage de leur résidence. Selon une étude dirigée par des chercheurs de la Faculté de médecine, la poussière des maisons et la peinture effritée constituent, tout comme la tuyauterie ancienne, des sources non négligeables d’exposition domestique au plomb. Patrick Levallois, professeur à la Faculté de médecine et chercheur à l’Institut national de santé publique de Québec (INSPQ), et ses collaborateurs ont évalué l’influence du plomb contenu dans l’eau du robinet, la peinture et la poussière sur la concentration sanguine de ce métal (plombémie) chez des enfants de 1 à 5 ans. Les 306 familles qui ont participé à l’étude habitaient des logements construits à une époque où la peinture et les conduites d’eau contenaient du plomb.

Les analyses des chercheurs, publiées dans un récent numéro du Journal of Exposure Science and Environmental Epidemiology, indiquent que les concentrations de plomb mesurées dans les maisons sont peu élevées comparées à ce qui était observé il y a quelques décennies. « Les règlements limitant l’usage du plomb dans l’essence et dans la peinture ont réduit considérablement la présence de ce contaminant dans l’environnement », observe Patrick Levallois. Toutefois, même si l’exposition au plomb est faible, elle se répercute directement sur la plombémie des enfants, poursuit-il. Ainsi, le risque qu’un enfant ait un taux de plomb relativement élevé – au-delà du 75e percentile – augmente par un facteur 4 lorsque la concentration en plomb dans l’eau du robinet se situe dans le tiers supérieur. Pour la poussière – qui contient du plomb provenant de l’intérieur

et de l’extérieur de la maison –, ce risque augmente par un facteur 3 lorsque l’exposition est dans le tiers supérieur. Pour la peinture, le risque est deux fois plus grand. « Malgré les efforts déployés pour réduire les sources de plomb, ce contaminant est toujours présent dans l’environnement, souligne le chercheur. Les plombémies que nous avons mesurées chez les enfants sont basses, mais il faut tout de même être prudent étant donné qu’il n’existe pas de seuil sous lequel ce contaminant est sans danger. Les enfants, vu leur croissance rapide et leur propension à tout porter à la bouche, sont particulièrement à risque. » Le plomb ingéré se diffuse dans l’organisme pour atteindre le cerveau, le foie, les reins et les os. Il affecte particulièrement le développement du cerveau et du système nerveux. Selon l’Organisation mondiale de la santé, l’exposition au plomb entraîne annuellement 600 000 nouveaux cas de déficience intellectuelle chez l’enfant dans le monde. Que faire pour réduire le risque d’exposition au plomb chez les enfants? « Pour les bébés nourris au biberon tout comme pour les femmes enceintes, les autorités

de santé publique recommandent l’installation d’un filtre sur le robinet ou la consommation d’eau embouteillée, répond le chercheur. Il faut également appliquer des mesures d’hygiène comme le nettoyage régulier des planchers et le lavage des mains avant les collations et les repas. Des mesures de prévention particulières s’imposent si des travaux de rénovation sont effectués dans le logement. » L’étude est signée par Patrick Levallois, Julie St-Laurent, Denis Gauvin, Marlène Courteau et C é l i n e C a m p a g n a , d e l ’ Un i versité Laval et de l’INSPQ, et par cinq chercheurs de l’École Polytechnique et de Santé Canada.

Malgré les efforts déployés pour réduire les sources de plomb, notamment dans l’essence et dans la peinture, ce contaminant est toujours présent dans l’environnement

Mères sous pression Le stress au boulot et les responsabilités familiales peut se répercuter sur la pression artérielle des travailleuses par Jean Hamann Occuper un emploi exigeant mais peu valorisé tout en ayant des responsabilités familiales élevées se répercute de façon tangible sur la pression artérielle des mères au travail. C’est ce que démontre une étude présentée lors de la Journée de la recherche des étudiants en santé des populations et pratiques optimales en santé qui se déroulait sur le campus le 5 mai. Mahée Gilbert-Ouimet, Chantal Brisson, Alain Milot et Michel Vézina, de la Faculté de médecine et du Centre de recherche du CHUQ, ont suivi pendant cinq ans 1062 femmes de la région de Québec qui occupaient un emploi de col blanc. Les chercheurs ont mesuré l’effet combiné des stresseurs psychosociaux au travail et des responsabilités familiales sur la pression artérielle de ces travailleuses. La pression artérielle des participantes a été mesurée au tout début de l’étude puis

L’analyse des données r é vè l e q u e l a p r e s s i o n artérielle des femmes qui occupent un emploi caractérisé par un déséquilibre efforts-reconnaissance et qui, en plus, ont des responsabilités familiales élevées est 3 mm plus élevée que celles qui n’ont aucun de ces stresseurs. « Ça peut sembler peu, reconnaît l’étudiante-chercheuse Mahée Gilbert-Ouimet, mais une diminution de 2 mm de la pression artérielle se traduit

par une réduction de 7 % des maladies coronariennes et de 10 % des accidents vasculaires cérébraux. » Endosser des rôles multiples, comme ceux de mère et d’employée, peut entraîner un stress physiologique et psychologique potentiellement néfaste à la santé cardiovasculaire, poursuit-elle. Comment s’en prémunir ?  « Pour les femmes, la chose la plus simple est de modifier l’environnement familial

en négociant une meilleure répartition des tâches avec leur conjoint. » Au travail, certaines solutions comme un allégement des tâches ou une meilleure rémunération sont plus complexes à négocier, admet l’étudiantechercheuse. « Par contre, les encouragements, les marques de respect et la reconnaissance du travail bien fait sont faciles à mettre en application et ne coûtent rien. »

trois ans et cinq ans plus tard. Chaque fois, les femmes devaient porter un appareil qui enregistrait automatiquement la pression toutes les 15 minutes pendant une journée de travail. Un questionnaire portant sur le nombre et l’âge de leurs enfants ainsi que sur le partage des tâches ménagères et parentales a servi à estimer l’ampleur de leurs responsabilités familiales. Quant au stress au travail, il a été mesuré en estimant les efforts exigés par leur poste – nombre d’heures travaillées, interruptions fréquentes des tâches, contraintes de temps – et la reconnaissance qu’elles en tiraient en terme de rémunération, marques de respect et d’estime, sécurité d’emploi et perspectives de promotion. Lorsque les efforts sont élevés et que la reconnaissance est faible, les chercheurs disent qu’il y a déséquilibre Au Canada, les travailleuses consacrent en moyenne 30 heures par semaine aux responsabilités familiales, soit presque deux fois plus que les hommes. efforts-reconnaissance.

«

Endosser des rôles multiples, comme ceux de mère et d’employée, peut entraîner un stress physiologique et psychologique potentiellement néfaste à la santé cardiovasculaire


6

technologies

ils ont dit...

le fil | le 8 mai 2014

Cap sur le numérique

Sur les familles recomposées

Claudine Parent, professeure à l’École de service social Le Devoir, 30 avril

On considère souvent que la situation de l’enfant qui vit au sein d’une famille recomposée, avec des allers-retours fréquents chez l’un ou l’autre des parents, peut être une source de problèmes pour lui. « Il y a bien des préjugés qui persistent à l’égard de ces familles. En fait, la réalité est que certaines recherches démontrent que 80 % des enfants y trouvent des ressources supplémentaires, et plus de gens pour prendre soin d’eux. »

Sur la responsabilité sociale des médecins

Pierre Jacob Durand, professeur à la Faculté de médecine L’Actualité médicale, 9 avril

Le médecin est investi d’une responsabilité sociale qui devrait l’inciter à faire montre d’une pensée critique par rapport à sa pratique et aux meilleures façons d’améliorer la santé de la population, incluant les mesures sociales, estime Pierre Jacob Durand. « Il est difficile de cultiver une pensée vraiment critique, en dehors des sentiers battus [..] Il est plus facile de se conformer à des consensus écrits par les experts […] Plus facile aussi de se constituer une clientèle qui me ressemble parce que plus aisée, plus instruite, autonome et pas trop malade... Mais qu’en est-il de notre responsabilité sociale envers les plus vulnérables ? »

Sur l’échec du projet de réforme du Sénat canadien

Patrick Taillon, professeur à la Faculté de droit Le Soleil, 26 avril

La Commission des études fait 12 recommandations pour renforcer la place des outils numériques dans la formation à l’Université par Yvon Larose « Notre constat est positif. Parmi nos enseignants, les réfractaires au numérique sont très peu nombreux. Tout le monde recourt à des outils numériques, d’une manière ou d’une autre. Notre objectif consiste à faire connaître davantage le potentiel du numérique, à faire état des outils existants. » Ce bref bilan sur la place du numérique dans la formation à l’Université est celui de Claude Savard, le président de la Commission des études. Le mardi 6 mai, lors de la séance ordinaire du Conseil universitaire, ce dernier a déposé un avis éclairant d’une quarantaine de pages sur la question. La presque totalité des membres du Conseil a voté en faveur du document. « Tous les auteurs s’entendent pour dire que le numérique offre un potentiel énorme pour la formation universitaire, explique-t-il. Pour la commission, il est incontestable que le numérique représente une tendance forte qui doit être appuyée. » L’avis de la commission contient 12 recommandations. Elles visent la mise en place, à l’Université, de moyens novateurs et réalistes pour développer davantage l’usage des technologies numériques par les enseignants et les étudiants. Il est notamment recommandé que les comités de programme revoient leurs objectifs, cours et méthodes d’enseignement et d’évaluation à la lumière du potentiel que représente une utilisation appropriée de ces technologies. Les comités devraient aussi porter une attention particulière à la maîtrise des habiletés techniques numériques minimales que doivent avoir les nouveaux étudiants. Ces habiletés concernent notamment la recherche efficace de

l’information, la sauvegarde et l’archivage des données, et la réalisation des documents qui seront présentés. « Les nouveaux étudiants sont suffisamment nombreux à avoir des lacunes à ce niveau pour que l’on s’en préoccupe, indique Claude Savard. Ceux qui éprouvent des difficultés doivent être accompagnés. » Une autre recommandation vise l’aménagement d’espaces physiques adaptés à l’utilisation du numérique. « Il s’agit d’une tendance assez lourde aux États-Unis comme en Europe », dit-il. La salle d’apprentissage actif de la Bibliothèque, qui a démarré ses activités en janvier dernier, en constitue un bel exemple. Selon la commission, les enseignants devraient être encouragés à intégrer dans leurs cours, et de façon graduelle, les outils numériques spécialisés qui semblent les plus appropriés pour leur discipline. Cette sensibilisation peut se faire, entre autres, en suivant le cours Le plaisir de faire apprendre. « À l’Université, souligne Claude Savard, les outils qui offrent un grand potentiel pédagogique, mais qui sont plus complexes comme les wikis, les portfolios numériques ou les tutoriels, sont beaucoup moins utilisés que les outils conventionnels comme le courriel, le traitement de texte ou les logiciels de présentation tels PowerPoint. L’intégration du numérique dans la formation est donc partielle. » Au Québec, l’Université Laval a été parmi les premières à prendre le virage du numérique pour sa mission d’enseignement. L’offre de cours à distance et la plateforme numérique pour l’enseignement appelée Environnement numérique d’apprentissage (ENA) constituent

aujourd’hui des forces institutionnelles. C’est pourquoi la commission recommande de maintenir un appui prioritaire au développement de l’ENA. « Dans le dossier du numérique, l’Université se situe dans le peloton de tête au Québec, même au Canada, pour deux raisons, explique Claude Savard. Elle offre un grand nombre de cours à distance depuis des années, ce qui nous a permis d’expérimenter et de peaufiner les contenus des cours. Par ailleurs, l’Université se distingue avec son propre environnement numérique d’apprentissage qu’elle peut faire évoluer selon ses besoins. » La souplesse de l’ENA permet de faire du développement sur mesure. Jusqu’à l’automne 2013, 344 améliorations avaient été apportées à cette plateforme qui connaît une croissance continue depuis trois ans. Deux enseignants sur trois utilisaient l’ENA dans leur enseignement et quatre étudiants sur cinq suivaient au moins un cours sur cette plateforme.

Il est notamment recommandé que les comités de programme revoient leurs objectifs, cours et méthodes d’enseignement et d’évaluation à la lumière du potentiel que représente l’utilisation de ces technologies

Le vendredi 25 avril, les huit juges de la Cour suprême ont rejeté à l’unanimité le projet de loi du gouvernement fédéral visant la réforme du Sénat. Selon le jugement, l’approche unilatérale du gouvernement Harper dans ce dossier est inconstitutionnelle. Les magistrats considèrent que trois des quatre points du projet de loi requièrent l’appui des provinces. Pour le constitutionnaliste Patrick Taillon, le jugement est une véritable gifle à l’endroit du gouvernement fédéral. « C’est l’échec d’une attitude où le gouvernement dit qu’il peut réformer le Sénat tout seul. Il n’y a même pas eu un début de discussion ! » La salle d’apprentissage actif de la Bibliothèque, qui a démarré ses activité en janvier dernier, constitue un bel exemple d’espace physique adapté à l’utilisation du numérique. photo Marc Robitaille


3Q

technologies

le fil | le 8 mai 2014

7

Jean-Marie De Koninck sur la sécurité routière des cyclistes

Jean-Marie De Koninck

Plusieurs vigiles ont été organisées en mémoire de Mathilde Blais, une cycliste heurtée par un camion-grue il y a quelques jours à Montréal. Déjà, le ministre des Transports a promis de revoir le Code de la sécurité routière concernant l’interdiction d’utiliser les trottoirs pour les cyclistes. D’autres aménagements devraient suivre selon Jean-Marie De Koninck qui préside la Table québécoise de la sécurité routière. Le professeur de mathématiques coorganise également le Tour du silence à Québec, une activité qui vise notamment à promouvoir la sécurité cycliste et routière. Q Selon vous, quelle répercussion aura cet accident sur les déplacements en vélo au Québec? R Je crois que le décès de Mathilde Blais va avoir un effet très important. Il s’agit d’une cycliste avec un comportement irréprochable : elle roulait à droite sur la chaussée, elle était dans son droit et s’est fait carrément tuée. J’espère qu’on ne va pas l’oublier. Son histoire devrait éveiller beaucoup de consciences, car son décès a attiré beaucoup de sympathie dans l’opinion publique, mais aussi beaucoup d’incompréhension. Pourquoi un tel événement est-il arrivé? Il s’agit clairement d’un cas de cohabitation sur la chaussée, car ni l’ébriété ni la vitesse excessive ne sont en cause. Les gens sont en état de choc : ils ne veulent pas que cela se reproduise. Il est temps que les responsables des automobilistes, des cyclistes et des piétons se réunissent à Montréal avec les politiciens pour établir une stratégie et un plan d’action qui favorisent le partage de la route. Tous doivent prendre conscience que nous devons utiliser la route de façon intelligente.

un loisir aujourd’hui : il constitue aussi un mode de transport adopté par plusieurs pour aller au travail. Pour diminuer le plus possible les sources de conflits entre automobilistes et cyclistes, il faut des aménagements routiers. Par exemple, on pourrait envisager que certaines voies piétonnières soient à double usage, à la fois pour les piétons et pour les gens qui roulent à vélo. L’été dernier à Budapest, j’ai loué un vélo pour me rendre à un colloque de mathématiques et, à plusieurs reprises, je roulais sur le trottoir dans des voies partagées par un marquage au sol. Lors d’un autre voyage à Melbourne en Australie, en août dernier, j’ai vu des voies pour vélos de 2,5 mètres et demi de large, alors qu’ici elles se limitent à 1 m. Avec un tel espace, il est impossible de se faire frapper par une portière. À Paris, les cyclistes peuvent rouler au côté des taxis dans les voies réservées aux autobus, qui sont très larges. Plusieurs études ont prouvé que plus il y a de vélos sur la route, plus les automobilistes adaptent leur conduite, ce qui diminue le nombre de collisions entre cyclistes et voitures. Actuellement, beaucoup de conducteurs ne savent pas comment réagir quand un vélo se trouve devant eux; ils se dépêchent de le dépasser au risque de faire des manœuvres dangereuses.

Q Quelles mesures du Code de la sécurité routière faut-il revoir en premier ? R Le montant des amendes destinées aux automobilistes qui ouvrent leur portière lorsqu’arrive un cycliste est vraiment à réévaluer. Trente dollars pour ce type d’infraction, ce n’est vraiment pas dissuasif. À la table de concertation où siègent 45 personnes [aussi bien des représentants du camionnage, des automobilistes, des cyclistes que des gens du ministère du Transport ou de la police], on a adopté une proposition pour permettre une circulation à double sens pour les cyclistes dans certaines rues à sens unique. Cela devrait entrer en vigueur prochainement. J’aimerais aussi suggérer à la Table une disposition adoptée par l’Idaho, dans l’Ouest américain, il y a une trentaine d’années. Il s’agit du rolling-stop. Cette règle permet aux cyclistes de considérer les arrêts comme des cédez le passage, et donc de simplement ralentir à une intersection avant de s’engager. Contrairement à l’automobiliste, dont plusieurs obstacles obstruent la vue, le cycliste a une vision périphérique presque parfaite. Dans l’Idaho, les Q Que faut-il changer en priorité ? Le gens en vélo ont aussi le droit de consiCode de la sécurité routière ? Les amé- dérer les feux de circulation comme des nagements urbains? arrêts, et donc de repartir dès que la cirR Il faut avoir une approche intégrée culation le permet. Dans cet État, la prapour favoriser la cohabitation entre les tique du vélo est donc facilitée et le bilan différents modes de transport. Le Code routier pour les cyclistes est très bon. de la sécurité routière est devenu un peu désuet, car le vélo n’est plus seulement Propos recueillis par Pascale Guéricolas

Suivez le guide virtuel ! Une nouvelle application mobile permet de découvrir la cité universitaire de manière originale et davantage en profondeur par Yvon Larose Chaque automne, des étudiants étrangers inscrits au premier cycle suivent le cours Insertion universitaire en milieu francophone nordaméricain. Dans ce cours, une activité consiste à arpenter le campus avec une tablette tactile iPad supportant l’application mobile Laval Virtuel. « En équipe de trois ou quatre personnes, ils suivent le trajet indiqué sur la tablette, explique la responsable du cours, la chargée de cours à la Direction générale du premier cycle Catinca-Adriana Stan. En tout, ils s’arrêtent devant 12 pavillons. Le trajet dure de 60 à 90 minutes. » Le 1 er mai à Montréal, Catinca-Adriana Stan a présenté l’application Laval Virtuel lors du 2e Colloque international sur les technologies de l’information et de la communication en éducation. L’application élaborée à l’Université Laval a pour but d’aider les étudiants étrangers qui ne connaissent ni la structure du campus ni l’organisation d’une cité universitaire. « Notre outil géomatique permet à ces étudiants de mieux s’orienter par la suite sur le campus, indique-t-elle. Nous y avons inclus des contenus leur permettant de connaître, entre autres, les services offerts. L’application donne beaucoup plus d’information que l’œil peut en détecter lors d’une visite guidée classique. » Devant chacun des pavillons, Laval Virtuel informe l’utilisateur sur l’historique et l’architecture du bâtiment, sur les facultés,

les services et les unités de recherche qui s’y trouvent. Durant le parcours, l’étudiant peut se référer, sur sa tablette, à une carte en trois dimensions du campus. Celle-ci est connectée à la fonction GPS pour la localisation spatiale de l’utilisateur. « La carte en 3D du campus ne permet pas de tourner sur soi-même sur 360 degrés, souligne Catinca-Adriana Stan. Les étudiants doivent se déplacer au pavillon X ou Y s’ils veulent lire l’information les concernant. Nous voulons qu’ils découvrent l’espace du campus en marchant et qu’ils se l’approprient. » Catinca-Adriana Stan et la professeure Margot Kaszap, du Département d’études sur l’enseignement et l’apprentissage, ont construit le contenu de Laval Virtuel. Sur le terrain, devant le pavillon Louis-Jacques-Casault, on peut lire sur la tablette tactile que ce professeur de physique a été le premier recteur de l’Université au milieu du 19e siècle. Le pavillon abrite notamment le Département des sciences géomatiques. « Un texte accompagne la mention de ce département, indique la chargée de cours. Il est mentionné que l’Université est la seule au Québec à offrir une formation aux trois cycles dans cette discipline. » Margot Kaszap et CatincaAdriana Stan ont repris à leur compte une technologie mise sur pied dans ce département en 2012 par l’étudiant Benoit Duinat, en collaboration avec la professeure Sylvie Daniel. Cette application mobile permettait de visualiser en temps

réel les infrastructures souterraines présentes sur le campus. Elle s’appuyait sur des données lidar terrestres qui ont servi à composer des bâtiments tridimensionnels en haute définition. Ces données avaient été relevées en 2010 par un laser à haute précision utilisé pour des balayages à 360 degrés sur le campus. L’Université accueille ch a qu e a n n é e qu e l qu e 2 000 étudiants étrangers. Une fois le parcours Laval Virtuel terminé, les participants retournent en classe où se fait une rétroaction sur les informations transmises. En plus des tablettes iPad, l’application est téléchargeable sur les téléphones intelligents iPhone. Les deux conceptrices de Laval Virtuel envisagent d’améliorer le contenu de ce produit dans l’avenir. « Ce serait une bonne chose que tous les nouveaux étudiants puissent faire une visite guidée avec cette application durant leur semaine d’initiation », soutient Catinca-Adriana Stan.

Devant chacun des pavillons, Laval Virtuel informe l’utilisateur sur l’historique et l’architecture du bâtiment


8

le fil | le 8 mai 2014

Mostar

Un vieil homme et un trait d’union par Frédéric Bertrand, étudiant au baccalauréat en études littéraires Mostar. BosnieHerzégovine. 9 novembre 1993. Dans le matin enfumé, le son des fusils-mitrailleurs déchire l’air. Le tonnerre retentit. Almir Bali est brusquement tiré de son sommeil. Son vieux corps de huit décennies semble monté sur ressorts. Le grondement réel du ciel se dissocie de celui du rêve dont il émerge. Un mince laps de temps s’écoule avant que tout redevienne net, mais déjà, il n’a aucun doute. Il sait ce qui vient de se produire ; son visage s’en ride encore un peu plus. Un instant, il regarde les vestiges épars de son désespoir : les assiettes, les bols sales, empilés, pêle-mêle; une couverture rongée; un amoncellement de bouteilles... Un rouge aux trois quarts vide retient son œil un court instant; sa poitrine se serre, sa vue se trouble. Une violente douleur lui déchire le cœur, le traverse verticalement, comme la foudre. Il reste là un moment, raidi, hésitant. À quoi bon? pense-t-il. Et, pourtant, il en a la certitude : il doit déplacer sa frêle carcasse vers les grondements de l’orage. Vers le déchaînement des feux. Un nouveau coup de tonnerre le remet en mouvement. Sans attendre, il saisit son manteau et sort de l’appartement. Une lumière grise éclaire la cage d’escalier. Deux paliers plus bas, un mur passe au tamis la lumière du jour. Les balles rongent toute la ville. Dehors, le ciel est bleu. Un mirage qui camoufle la terreur. On n’entend que le saccage arythmique des AK-47. Une odeur de sang taraude les narines. Dissimulées derrière des rideaux, quelques silhouettes suivent la progression d’Almir dans la cité déserte. Tonnerre. Prenant à gauche sur la Brace Fejica, Almir descend la rue en direction de la rivière. Ses pieds s’égarent sur les débris qui jonchent la voie. Des deux côtés, les façades ne sont plus que des constellations de cratères. Tonnerre. Le temps se fait court, comme le souffle d’Almir. Sa vue se voile dans un sursaut de rage. Toutes ces années à maintenir le passé solide, toutes ces années de labeur, soufflées par l’hystérie collective. La vieille ville passe dans une tempête de poussière. Des deux côtés de la vallée, les voix des canons se répondent.

Comme inconscient du danger, Almir avance dans un nouveau grondement. Des combattants, abrités derrière un muret le regardent passer, hébétés. L’un des Bosniaques s’approche timidement pour le retenir, mais déjà il est hors d’atteinte ; de toute atteinte, semble-t-il, même de celle des balles. Le décor se fait plus ravagé. Almir semble seul en scène. Tonnerre. Il fixe un regard impérieux sur le ravin qui sépare les deux peuples maintenant ennemis. Il les arrêtera, ils s’en rendront bien compte. Il a pour lui l’entêtement des vieillards. Aux abords de la Neretva, il prend vers le sud, guidé par le nuage de poussière en suspension au-dessus du lit de la rivière. Nouvelle détonation, nouvelle colonne de poussière; le pont tressaille sous l’impact. Son pont! Almir court, désarticulé, les traits ravagés. Il a passé sa vie à restaurer le Stari Most. Tous les jeux de la lumière sur ses pierres, il les connaît. Au creux de ses mains, il porte le sceau du pont. Devrait-il maintenant se taire ? Le regarder être mis en pièce ? Tonnerre. Un nouvel obus percute le dos-d’âne du pont. Almir se précipite, espérant arrêter le massacre des artilleurs. Apparaissant sur le Stari Most, il marche vers le centre du pont dans un enchevêtrement de débris. À peine quelques sec o n d es plus tard, il est plaqué au sol par le souffle d’un nouvel obus. Péniblement, il se redresse en tâtant ses poches et finit par en extraire un mouchoir blanc, mince bouclier contre la destruction. Par ses assauts contre le Stari Most, trait d’union entre Orient et Occident, un peuple se nie, se déchire, s’annihile. Seul, avec son dérisoire carré blanc, Almir supplie. La poussière colle sur ses larmes; chair du pont contre sa peau. Au milieu du claquement des kalachnikovs, un vrombissement fend l’air, arrache au pont quelques pierres. Almir en a le dos plaqué contre le parapet. Il n’entend plus rien. Il a perdu son mouchoir de paix. Une douleur aigüe lui enserre la poitrine. Hurlant, il se relève en faisant de grands gestes inutiles. Surchauffé, l’air siffle et Almir tombe à la renverse. Son cœur le lâche. Crise cardiaque au milieu du pont... Pourtant, lorsqu’il écarte sa main crispée, le sang jaillit du point d’entrée de la

balle. Sa tête, l’univers entier tourne. Quand tout ce qu’on a aimé s’effrite, quand le passé s’effondre sous les assauts d’un moment de démence, il ne reste plus qu’à sombrer soi-même dans le néant. Le tonnerre gronde encore quelque part... Almir Bali sent qu’il s’enfonce, emporté dans un lieu flou, incertain, d’une apesanteur cinétique. Fermant les yeux, il ne ressent plus rien, sinon le froid glacial de l’abîme liquide. De si loin, les caméras des télévisions ne capteront pas le petit vieux qui tombe avec le pont. Le monde circulaire

Ave c p r é c a u t i o n s , i l s e redresse, prenant bien garde à ce que sa tête ne dépasse pas l’arrête du mur effondré. Il a un peu froid après cette nuit passée à la belle étoile dans une chambre sans toit. Il s’étire un instant puis, se ramassant sur lui-même, il tire sa couverture informe et essaie vainement de s’en couvrir. La chaleur lui manque. Une cigarette aidera peutêtre. Il en grille une dans l’espoir de se réchauffer. Rien n’y fait en ce matin de novembre. Les montagnes semblent trop proches, trop oppressantes pour l’esprit; il grelotte. Il jette un regard circulaire sur la pièce vide. Par terre, tout près de lui, gît une peluche dont la tête est à moitié détachée. Il sépare celle-ci de son tronc. Un sourire amer s’accroche à ses lèvres. Aleksa Matvejevic ne se considère plus comme un enfant; à dixneuf, il n’est pas un homme non plus. Il est ailleurs ou autre chose... un patriote... un chasseur... un prédateur. Il est au-delà de toutes ces considérations : c’est un surhomme. Sortant de sa poche une flasque de vodka frelatée, Aleksa espère un réveil percutant, mais aussi un début d’oubli, de détachement. Pourtant, seule la gorge lui brûle. Une deuxième, puis une troisième cigarette sont réduites en cendres. Aleksa rampe jusqu’à une trouée et jette un bref coup d’œil à la ville en contrebas. Dans la cité, rien ne bouge. Seul le son régulier et apaisant de la Neretva lui parvient. Ces instants à vide l’ennuient. Chaque fois, ils lui imposent une question qu’il tente d’écarter. Aleksa songe avec horreur à ce qu’il fera après la guerre... Après la guerre... Après... Comme toujours, il n’y a rien. Pas d’avenir, pas

de possibles. La guerre ne doit pas cesser. C’est la seule solution face à l’angoisse qui le tenaille. Au point du jour, un obus explose et Aleksa ne peut s’empêcher de sursauter. Il regarde par l’ouverture sur sa gauche et ne voit qu’un nuage de poussière en suspension devant le Stari Most. Une seconde explosion lui fait comprendre que le vieux pont sera finalement détruit. Les symboles ne doivent pas subsister, la guerre est totale. Ne reste qu’une perdition absolue, où tout doit être anéanti, jusqu’à son être même. Le dos appuyé sur la muraille, Aleksa est saisi de vertige. Il se reconnaît dans ce nihilisme exacerbé, dans cette chute. Le son des combats reprend. D’un geste rapide, il tend le bras, ramasse son fusil. Il se traîne vers une fente qui fait face au pont et, à la dérobée, scrute la cité. D’ici ce sera parfait. Avec le canon de son fusil pointé sur la ville, Aleksa occupe une jolie position. Toutefois, il n’est pas là pour le paysage. Il préfère le confinement. Pour Aleksa, le monde redevient, comme chaque jo ur, cir cul a i re. L’œil gauche dans le viseur, l’index droit sur la gâchette, il reprend la position dans laquelle il se sent toutpuissant. Il a pouvoir de vie et de mort. Il est Dieu. Le pont continue de recevoir les obus croates sans broncher, les uns après les autres; seul le nuage de poussière indique la blessure. Aleksa contemple la destruction dans son cercle de vision, à l’abri, en vase clos. Le monde se limite en fait à ce cercle. Rien ne peut lui arriver qu’il n’ait vu venir. Après un moment, lassé de voir que le pont tient bon, il se met à parcourir de la pointe de son arme les rues de la ville. Il entend des tirs, mais ne trouve personne à

frapper de son jugement. Il retire un moment son œil du télescope pour étouffer un bâillement, puis reporte son regard sur la cité. Descendant lentement la rive opposée, la mire tourne sur le pont pour y découvrir un homme faisant de grands gestes, un mouchoir blanc à la main. Aleksa, un sourire en coin, regarde le vieil homme s’agiter; il le détaille, prenant son temps, savourant l’instant divin. Étrangement, son visage ne lui semble pas inconnu... Le pont est secoué par un nouvel impact. Alors que le nuage se dissipe, l’homme, tombé à la renverse, cherche partout son mouchoir. Il le voit nettement se relever et hurler. Sa voix ne l’atteint pas, seule l’image se fixe. À cet instant, Aleksa presse la détente. Puis tout se passe très vite. Il reconnaît le vieillard. En retirant brusquement son œil du viseur, les traits de l’homme qui s’effondre surgissent d’un lointain passé: une vieille connaissance qui l’amenait, enfant, jouer dans les bâtiments qu’il restaurait, lui expliquant une foule de choses sur l’histoire de la ville... Quand on met toute sa peine et sa rage au cœur des balles, quand l’avenir n’est plus que la pointe d’un fusil, il ne reste plus qu’à plonger tête première dans l’abîme... Un ultime obus atteint le pont en son centre. Dans le gras fracas et le tourbillon de poussière qui s’ensuit, le pont disparaît en emportant avec lui le vieil homme dans les flots de la Neretva. La pointe de regret qu’Aleksa ressent un moment s’efface quand il ferme les yeux. Une fébrilité rageuse s’empare de lui. Il ne saurait dire si c’est au sujet du petit vieux ou du pont. Le monde redevient circulaire; c’est la guerre, il est soldat, il doit se chercher une nouvelle victime.

1er prix, Adam Langevin, ba

Concours L’image des mots Ce concours consiste à illustrer de manière originale et créative le texte gagnant du concours littéraire du Cercle d’écriture de l’Université Laval (CEULa) qui s’est terminé en janvier. Trois gagnants ont été sélectionnés en mars par le jury. Ces derniers ont remporté des prix de 400 $, 200 $ et 100 $ et voient leur illustration publiée dans le journal Le Fil ainsi que dans la revue littéraire du CEULa, L’écrit primal. La remise des prix a eu lieu le 3 avril au Petit Impérial. Ce concours est organisé pour la 19e année consécutive par le Bureau de la vie étudiante, Le Fil et le CEULa.

2e prix, Anthony Charnonne


l’image des mots

accalauréat en pratique des arts visuels et médiatiques

eau Grenier, maîtrise en études littéraires

3e prix, Dominique Blain, baccalauréat en design graphique

9


10

science

le fil | le 8 mai 2014

en bref

Championne de vulgarisation scientifique Catherine Tremblay, étudiante au doctorat en génie mécanique sous la direction du professeur Jean Ruel, a remporté, le 17 avril, la finale universitaire du concours Ma thèse en 180 secondes. Celle-ci a brillamment vulgarisé le sujet de son projet de recherche, soit les techniques de construction de valves cardiaques par génie tissulaire. Neuf étudiants se disputaient la première place de ce concours pour accéder à la finale provinciale. Chaque faculté pouvait être représentée pour l’occasion. Organisé par l’Association francophone pour le savoir (Acfas), ce concours permet à des étudiants de présenter, en trois minutes, un exposé clair, concis et convaincant sur leur projet de recherche devant un auditoire profane. Catherine Tremblay représentera l’Université Laval à la finale nationale qui se déroulera lors du 82e congrès de l’Acfas le mercredi 14 mai, à 17 h 30, à l’Université Concordia.

Trois professeurs de médecine honorés Trois professeurs de la Faculté de médecine ont obtenu le Certificat de mérite de l’Association canadienne pour l’éducation médicale (ACÉM). Il s’agit d’Éric Philippe et de Jean-Pierre Beauchemin, du Département de chirurgie, ainsi que Bernard Têtu, du Département de biologie moléculaire, biochimie médicale et pathologie. Ce prix récompense l’engagement des membres du corps professoral des facultés de médecine canadiennes envers l’éducation médicale. La remise du certificat a eu lieu lors de l’assemblée générale annuelle de l’ACÉM à Ottawa, le 27 avril, lors de la Conférence canadienne sur l’éducation médicale 2014. 

Blogues de science sur le podium Deux billets parus sur le site Web des blogues de Contact figurent dans le recueil Les meilleurs blogues de science en français 2014. Il s’agit de « Perdre du poids et de la dignité  », de Simone Lemieux, professeure au Département des sciences des aliments et de nutrition, et « Population humaine: jusqu’où aller? », d’André Desrochers, professeur au Département des sciences du bois et de la forêt. L’ouvrage présente une sélection de 50 billets provenant surtout de France et du Québec. Cette deuxième édition de l’anthologie, coordonnée par Science-Presse et publiée aux éditions MultiMondes, présente quelques nouveautés et propose aussi un premier répertoire de 155 auteurs francophones qui donnent dans le blogue scientifique. Pour lire les blogues de Contact : www. contact.ulaval.ca/blogues.

Traitements sur mesure Une partie de l’équipe qui a réalisé les travaux : Chantal Guillemette, Éric Lévesque et Étienne Audet-Walsh. photo Marc Robitaille

La découverte de nouveaux marqueurs de risque du cancer de la prostate rapproche les patients d’un traitement adapté à leur génome par Jean Hamann D e s ch e r ch e u r s d e s f a c u l t é s d e Pharmacie et de Médecine ont découvert de nouveaux marqueurs génétiques qui permettent de prédire si le cancer de la prostate d’un patient risque de récidiver ou non après traitement. Cette découverte, publiée dans la revue Clinical Cancer Research, constitue un pas de plus vers des traitements personnalisés du cancer de la prostate, adaptés au bagage génétique de chaque patient. Le cancer de la prostate est une maladie génétique qui se présente sous plusieurs formes, rappelle l’un des responsables de l’étude, le professeur Éric Lévesque, de la Faculté de médecine. « Certaines tumeurs sont indolentes et peuvent le demeurer pendant des décennies alors que d’autres se développent rapidement et nécessitent des traitements médicaux appropriés. Pour éviter des traitements inutiles aux patients qui n’en ont pas besoin et pour traiter en priorité ceux qui doivent l’être, il faut pouvoir départager les cas. Les critères cliniques et histologiques utilisés présentement pour établir à quel type de cancer on a affaire donnent des résultats imparfaits. » La solution pourrait bien se trouver dans les gènes des patients, ont découvert le professeur Lévesque et ses collaborateurs après avoir suivi pendant plus de 7 ans 739 patients opérés pour une tumeur de la prostate. En effet, les

chercheurs ont découvert 5 marqueurs liés à la récidive du cancer. Ces marqueurs sont des gènes qui interviennent dans la cascade d’une hormone sexuelle appelée œstradiol. « On pense que les interactions entre les œstrogènes et les androgènes créent un environnement qui influence l’évolution du cancer de la prostate », avance Éric Lévesque. Des travaux antérieurs de cette équipe avaient permis d’associer d’autres marqueurs au risque de récidive du cancer de la prostate. « Chacun d’eux a une valeur prédictive faible, précise le chercheur, mais grâce à une combinaison de 8 d’entre eux, on parvient à définir quatre sous-groupes distincts auxquels correspondent différents risques de récidive. » Les chercheurs entendent maintenant tester la valeur prédictive de leurs marqueurs sur un groupe de 2000 patients. « Nous voulons d’abord savoir si notre approche tient la route chez des hommes qui ont été opérés pour le cancer de la prostate. Si les résultats sont concluants, nous allons la tester à d’autres stades de la maladie. Idéalement, nous souhaitons pouvoir prédire l’évolution d’une tumeur dès sa découverte afin de prendre les bonnes décisions thérapeutiques. » L’équipe qui a réalisé cette étude est composée d’Éric Lévesque, d’Isabelle Laverdière, d’Étienne Audet-Walsh, de

Patrick Caron, de Mélanie Rouleau, d’Yves Fradet, de Louis Lacombe et de Chantal Guillemette. La professeure Guillemette est coresponsable de l’étude et titulaire de la Chaire de recherche du Canada en pharmacogénomique.

«

Idéalement, nous souhaitons pouvoir prédire l’évolution d’une tumeur dès sa découverte afin de prendre les bonnes décisions thérapeutiques


arts

le fil | le 8 mai 2014

11

en bref

Laval en spectacle revient en force ! Dans la proposition de David Kirouac et Gabrielle Rousseau, la cour intérieure et les toits-terrasses deviennent des espaces intérieurs utilisables à longueur d’année. L’emploi du verre givré favorise la lumière naturelle constante, en particulier dans les entrées principales.

Agrandir par l’intérieur Des étudiants en architecture réinventent l’image du Musée de la civilisation par Yvon Larose Après plus d’un quart de siècle d’existence, le Musée de la civilisation de Québec, en raison de son succès, est confronté à un problème d’espace. Pour demeurer à la fine pointe, il se doit d’agrandir ses zones d’accueil et d’exposition. Plus précisément, il doit repenser la qualité et la polyvalence des premières et améliorer l’accessibilité des secondes. Une seule solution s’impose : agrandir par l’intérieur. Pour l’architecte et professeur à l’École d’architecture Jacques Plante, le défi est de taille. « Les possibilités d’expansion, dit-il, se résument, pour l’essentiel, à couvrir la cour intérieure et à utiliser les toits-terrasses. » Cette problématique fait actuellement l’objet d’une exposition de travaux étudiants au musée. Du 6 au 11 mai, les visiteurs peuvent voir les maquettes, les dessins et les vidéos réalisés par les 11 étudiants à la maîtrise en architecture inscrits cet hiver à l’atelier Conservation et restauration dirigé par le professeur Plante. « Il s’agissait là d’un défi particulièrement intéressant pour les étudiants, affirme-t-il. L’idée du projet m’a été suggérée par le directeur général du musée. Le défi avait ceci de délicat qu’il fallait tenir compte du patrimoine architectural ancien, soit le bâtiment de pierre appelé maison Estèbe qui

délimite la cour intérieure, et du patrimoine architectural contemporain, soit le musée lui-même. » L’atelier a permis la réalisation de six projets que Jacques Plante n’hésite pas à qualifier de fantastiques. « Le directeur du musée souhaitait que les étudiants soient audacieux et ils l’ont été », souligne-t-il. Le professeur a demandé à ses étudiants de mettre en scène des parcours intérieurs et extérieurs convaincants, d’imaginer un nouvel espace public polyvalent, et de faire une intégration soignée des systèmes structuraux et mécaniques du bâtiment. Dans leur projet, Marjolaine Morin et Mélissa Rhéaume regroupent les espaces d’accueil au centre du bâtiment. Des lamelles de verre givré créent des rideaux translucides structurants. Dans les hauteurs de la cour, un volume en bois sert d’espace d’exposition. « Ce projet très abouti se développe tout en finesse, soutient Jacques Plante. Avec beaucoup de doigté, la structure de bois aérienne vient s’insérer dans l’espace de la cour. » Lysanne Garneau et Élisa Gouin imaginent un nouvel espace couvert dans la cour intérieure qui valorise et intègre la maison Estèbe. La façade vitrée du musée, qui empêchait le regard du visiteur de se porter jusqu’à la

façade de pierre du bâtiment ancien, a disparu. Les espaces ouverts au public sont agrandis et favorisent un séjour plus long. La proposition de David Kirouac et Gabrielle Rousseau consiste à remplacer le toit du musée, de l’avant à l’arrière, pour une réappropriation des espaces sousutilisés. La cour intérieure et les toits-terrasses deviennent des espaces intérieurs utilisables à longueur d’année. L’emploi du verre givré favorise la lumière naturelle constante, en particulier dans les entrées principales. Jean-Jacqui GaudetRocheleau et Laurence Pagé Saint-Cyr réaménagent l’intérieur du musée à l’endroit où se trouvent les lieux de vente. Dans leur concept, un restaurant est installé dans la maison Estèbe. Ils déplacent dans la cour intérieure l’espace réservé aux enfants. L’entrée principale et les toits-terrasses se transforment en de nouveaux espaces intérieurs coiffés d’un toit de forme triangulaire. L’intervention d’Hélène Caron et de Maxime Lamer s’oriente autour de l’idée de strates s’intégrant à l’architecture. Ces strates créent de nouveaux espaces que dynamisent des entrées de lumière naturelle. C’est le cas dans la cour intérieure où de nouveaux plans horizontaux de bois, de verre et d’acier favorisent des jeux d’ombre et de lumière. La proposition de Maxime Vinette-Leduc suit les lignes de force du musée. L’étudiant propose un élément créateur, une forme triangulée, qui parcourt le bâtiment. On

la trouve au niveau du toit et des escaliers extérieurs. Le projet vise à augmenter les espaces d’exposition et à clarifier l’allée centrale de l’édifice. Les étudiants ont produit des vidéos sur leurs projets. Elles seront en ligne jusqu’au 11 mai. On peut les visionner à l’adresse suivante : www.arc.ulaval.ca/ agenda/exposition-projetsetudiants-latelier-conservation-restauration-au-museecivilisation.html.

«

Pour demeurer à la fine pointe, le Musée se doit d’agrandir ses zones d’accueil et d’exposition. Une seule solution s’impose : agrandir par l’intérieur.

De la musique, de la danse, du chant et du théâtre : voilà le programme varié qu’a préparé l’équipe de Laval en spectacle pour sa 10e édition. Cette année encore, les organisateurs mettront tout en œuvre afin que cette soirée mettant en vedette le personnel de l’Université soit un moment inoubliable. L’activité sera animée par Jean-Paul Laforest, professeur à la Faculté des sciences de l’agriculture et de l’alimentation. photo Marc Robitaille Spectacle : vendredi 30 mai, à 19 h 30, au Théâtre de la cité universitaire (pavillon Palasis-Prince). Exposition : du 19 au 30 mai, avec vernissage le 22 mai à 17 h, à la salle d’exposition du pavillon AlphonseDesjardins. Coût des billets : 10 $ en prévente, 14 $ au guichet le soir du spectacle et 5 $ pour les enfants. Réservation en ligne : www.lavalenspectacle.ulaval.ca

Carré rouge À l’occasion de la 7e Manif d’art de Québec, la Galerie des arts visuels présente « At the End of the Visible Spectrum » de l’artiste canadienne Gisele Amantea. Plusieurs formes de résistance sont évoquées dans la production de cette artiste dont les premiers travaux traitaient de la marginalisation individuelle et collective. Gisèle Amantea poursuit cette réflexion en prenant comme point de départ le carré rouge, symbole de protestation récente au Québec. Jusqu’au 1er juin, à la Galerie des arts visuels (édifice la Fabrique, 255, boul. Charest Est).

Enseignants et artistes « Complémentaire » : c’est sur ce thème qu’a lieu l’exposition des finissants au baccalauréat en enseignement des arts plastiques. La complémentarité explique bien leur parcours universitaire avec une formation réunissant les arts plastiques, les arts dramatiques, la pédagogie et les arts visuels. À la fois enseignants et artistes, les finissants proposent non seulement un aperçu de leur création artistique, mais aussi des outils didactiques et pédagogiques réalisés au cours de leurs quatre années d’études à l’École des arts visuels. Jusqu’au 15 mai, à l’École des arts visuels (édifice la Fabrique, 255, boul. Charest Est). Vernissage le 9 mai à 17 h.


12

actualités UL

le fil | le 8 mai 2014

Avis officiel Conseil d’administration Séance ordinaire du 21 mai 2014 Ordre du jour 1. Ouverture de la séance 2. Ordre du jour 3. Procès-verbal de la séance ordinaire du 16 avril 2014 4. Communications du président et du recteur 5. Questions des membres 6. Sur consentement des membres 7. Comité exécutif : rapport des activités au Conseil d’administration pour la période du 1er au 31 mars 2014 -Recommandation du Comité exécutif 8. Calendrier des séances du Conseil d’administration pour l’année 2015 : modification 9. Calendrier des séances du Conseil d’administration pour l’année 2016 : modification 10. Syndicat des professeurs et professeures de l’Université Laval (SPUL) : adoption de l’augmentation salariale du 1er juin 2014 au 31 mai 2015 11. Syndicat des employés et employées de l’Université Laval (SEUL) : renouvellement de la convention collective 2011-2016 Huis clos (pts 11 à 22) Ordre du jour courant 23. Budget de fonctionnement 2014-2015 : indexation des frais institutionnels obligatoires (FIO) 24. Règlement sur les frais d’admission et d’inscription : indexation des frais d’analyse du dossier d’admission Clôture de la séance

Une chasse aux insectes au Jardin botanique Roger-Van den Hende, lors du 24 heures de science 2011. photo Jacques Allard

24 heures pour découvrir la science Le 9 e festival 24 heures de science est à nos portes sur le thème « Entre l’art et la science, mon cœur balance ». Organisé par l’organisme Science pour tous, cet événement grand public présente partout au Québec, les vendredi 9 et samedi 10 mai, plus de 250 activités scientifiques, dont des conférences, excursions, visites de laboratoire, ateliers, expositions, etc. Des organismes et des membres de l’Université participent activement à ce 24 heures en offrant des activités pour stimuler le goût du grand public pour les sciences. Le 10 mai, de 13 h à 14 h 30, au local 2320-2330 du pavillon Gene-H.-Kruger, les professeurs Jean Bousquet et Line Lapointe, du Centre d’étude de la forêt, donneront

une conférence sur l’utilité des terrains boisés en ville, leur protection et les trésors qu’ils recèlent. Une visite des boisés du campus suivra la conférence et permettra de découvrir leur biodiversité. Les familles pourront participer à une chasse aux insectes au Jardin Roger-Van den Hende, toujours le 10 mai, à 13 h. Après les captures, elles pourront observer leurs bestioles sous microscopes binoculaires et en faire un montage. L’Institut universitaire en santé mentale de Québec (2601, chemin de la Canardière) présente quant à lui l’activité « Histoire, art et neurosciences, 1, 2, 3 cerveau! » les 9 et 10 mai, de 9 h à 16 h 30. Dans un premier temps, les neuroscientifiques

expliqueront comment le corps fonctionne à l’électricité, puis il sera possible d’observer des neurones vivants grâce à de puissants microscopes et lasers. La visite d’une exposition au Musée Lucienne-Maheux permettra de remonter le temps pour découvrir l’évolution de la psychiatrie. Enfin, on pourra contempler les œuvres des artistes du programme Vincent et moi en visitant la galerie d’art de l’Institut. Au Musée de la civilisation, le 10 mai à 14 h, JeanRené Roy, professeur au Département de physique, prononcera la conférence « Okéanos, une brève histoire de l’eau », dans le cadre de l’exposition « Les maîtres de l’Olympe ». Avec en toile de fond les déités de la

mythologie grecque Okéanos et Théthys qui personnalisent l’eau primordiale, le conférencier abordera l’origine de l’eau, sa présence dans l’Univers et le système solaire, et sa rareté relative sur Terre. Finalement, il y aura un bar des sciences sur les données ouvertes intitulé « Big Data, la ville et moi » le vendredi 9 mai, de 18 h à 19 h 30, à la brasserie La Korrigane (380, rue Dorchester). Y participera notamment Stéphane Roche, professeur en sciences géomatiques e t m e m b r e d e l ’ I n st i t u t Technologies de l’information et Sociétés. Pour consulter le programme du festival : www. science24heures.com.

Généreuses bourses d’excellence à la FSAA Le vendredi 4 avril, la Faculté des sciences de l’agriculture et de l’alimentation (FSAA) a souligné, pour la 41 e année consécutive, l’implication et les résultats exceptionnels de plusieurs de ses étudiants lors d’une cérémonie organisée en leur honneur. À cette occasion, plus de 80 étudiants ont reçu 146 500 $ en bourses des mains de généreux donateurs du domaine de l’agroalimentaire. Ce montant est le plus élevé jamais octroyé lors d’une cérémonie de bourse d’excellence et d’implication à la FSAA. L’activité s’est déroulée sous la direction du vice-doyen aux études, Pierre-Mathieu Charest, à la salle le Cercle du pavillon AlphonseDesjardins en présence des professeurs, amis et parents des récipiendaires. La Faculté forme les futurs agronomes, agroéconomistes, spécialistes en sciences de la consommation, professionnels en sciences et technologie des aliments, ingénieurs alimentaires, diététistes-nutritionnistes et ingénieurs en photo Jacques Beardsell agroenvironnement.


société

le fil | le 8 mai 2014

Entendre des voix Pour mieux vivre avec leurs hallucinations auditives, des schizophrènes choisissent (ou tentent) de les ignorer par Renée Larochelle Qu’ont en commun Socrate, J é s u s , J e a n n e d ’A r c , Beethoven, Freud et Charles Dickens? Réponse : tous ont entendu ou ont affirmé avoir entendu des voix qui les ont guidés, nourris ou inspirés, selon le cas. Pourtant, nul besoin d’être un personnage célèbre pour connaître le phénomène des hallucinations auditives. Qui n’a pas croisé un jour ou l’autre une personne semblant converser avec un interlocuteur invisible? Dans son mémoire de maîtrise en service social, Sophie Grégoire a voulu savoir comment des personnes aux prises avec ce type d’hallucination arrivaient à composer avec la

réalité. De quelles façons réussissaient-elles à s’adapter à ces voix dérangeantes qui faisaient irruption dans leur corps et dans leur tête, une ou plusieurs fois par jour ? Aux fins de sa recherche dirigée par Myreille St-Onge, professeure à l’École de service social, Sophie Grégoire a mené des entrevues auprès de 8 participants (7 hommes et 1 femme) âgés de 25 à 49 ans. Tous étaient atteints de schizophrénie et prenaient des médicaments pour traiter cette maladie mentale. « Ceux qui présentaient une meilleure adaptation aux voix entretenaient davantage de relations avec les autres, avaient une occupation à

temps plein, s’adonnaient à des loisirs et s’investissaient dans des projets stimulants, souligne cette travailleuse sociale. Mais surtout, ils parvenaient à prendre des décisions en fonction de leurs propres valeurs, sans trop se laisser influencer par le contenu de leurs voix. » On trouve un exemple de cette résilience dans le film Un homme d’exception de Ron Howard (A Beautiful Mind ), s o r t i e n 2001 e t adapté de la biographie de John Forbes Nash, mathématicien américain célèbre et prix Nobel d’économie 1994. Dans le film, des personnages ont été inventés pour illustrer les délires schizophrènes du protagoniste. Mais dans la vraie vie, le professeur Nash entendait des voix lui faisant part de missions secrètes à remplir. Quand il choisissait de les ignorer, les voix se faisaient moins insistantes. Les participants à l’étude ont dit utiliser une stratégie

similaire. « Ils entendent bel et bien des voix, mais ils savent en même temps qu’elles ne sont pas réelles, explique Sophie Grégoire. En prenant du recul par rapport à ces voix, celles-ci vont avoir moins d’emprise et devenir moins intrusives. Mais cela reste un défi qui n’est pas toujours facile à relever. » Des habitudes de vie saines de même qu’un suivi médical et psychosocial comptaient également parmi les moyens privilégiés par les répondants. Entendre des voix peut causer une très grande détresse. Si le contenu et le type de voix varient d’une personne à l’autre, l’ensemble de ce qu’elle entend est négatif la plupart du temps. Les hallucinations auditives inciteraient même les individus touchés à éviter certaines situations, comme de se trouver dans un lieu public. « Par exemple, une personne m’a raconté qu’elle parlait avec un ami au centre commercial quand elle a soudainement entendu une voix s’immiscer dans la conversation, souligne Sophie Grégoire. Elle voulait que la voix se taise et elle avait peur que les gens la prennent pour une folle. »

13

Charles Dickens, Beethoven, Sigmund Freud ou encore Jeanne d’Arc figurent parmi ces grands noms qui ont déjà affirmé avoir entendu des voix qui les ont guidés, nourris ou inspirés.

Leçon de pauvreté Le confort n’est pas la mesure de toute chose, soutient l’écrivain Dany Laferrière par Renée Larochelle Avec 75 % de ses habitants qui vivent en dessous du seuil de la pauvreté, Haïti est le pays le plus pauvre du continent américain. Pourtant, ce n’est pas dans son pays natal que Dany Laferrière a rencontré la vraie pauvreté, mais dans une petite ville des ÉtatsUnis. Un individu, à qui il demandait un renseignement, a continué son chemin sans lui répondre et sans lui accorder le moindre regard. Un automate, mort à luimême et aux êtres humains qui l’entourent : voilà ce qu’a perçu Dany Laferrière de cet homme rencontré dans la rue. Oubliez l’hypothèse du racisme puisque l’individu en question avait la peau aussi noire que son interlocuteur, a précisé l’auteur de Comment faire l’amour avec un nègre sans se fatiguer. « Cette perte de contact avec l’autre, vous ne la rencontrerez jamais à Haïti », a soutenu Dany Laferrière, conférencier à l’occasion du dîner organisé récemment par Centraide au Grand Salon du pavillon Maurice-Pollack sur le thème de la pauvreté. La salle était bondée et le public a accueilli chaleureusement ce tout nouveau membre de l’Académie française et récipiendaire de nombreuses

distinctions, dont le Prix Médicis 2009 pour son roman L’énigme du retour. On parle souvent de ce fameux sourire qu’arborent tous les pauvres de la terre. Ils n’ont rien mais ils semblent pourtant heureux, s’étonnent ainsi les riches de ce monde. Les pauvres sourient

également à Haïti, mais il y a plus, estime l’écrivain. « Le confort n’est pas la mesure de toute chose, dit Dany Laferrière. Dans les rues de Port-au-Prince, cela rit, chante et bouge. Des personnes qui ne savent ni lire ni écrire ont le pinceau à la main et peignent des arbres qui croulent sous les fruits, toute une végétation luxuriante absente de la ville. D’où vient cette explosion de couleurs dans ce décor en ruines? Cela me hante. » « En Haïti, poursuit Dany Laferrière, on dit qu’un homme

est toujours vivant tant qu’il n’est pas mort. Je me souviens de la réaction d’une petite fille le lendemain du tremblement de terre du 12 janvier 2010 qui se demandait s’il y avait classe ce jour-là… J’y étais, je l’ai entendue. Elle réagissait comme toutes les petites filles du monde qui espèrent avoir congé lorsque des événements de ce genre se produisent. Il existe une telle énergie de vivre dans ce pays! Mais de cela, aucun média dans le monde n’en a parlé après le séisme. »

Cette énergie de vivre reposerait notamment sur l’histoire mouvementée de la société haïtienne. Après l’abandon forcé de l’île par l’armée de Napoléon Bonaparte, Haïti est devenue en 1804 la première république indépendante ayant une population majoritairement francophone et noire. Les graines de cette indépendance ont été semées en 1791, alors que les esclaves et l’élite riche des affranchis unissent leurs forces pour atteindre l’égalité avec les Blancs. De coups d’État en dictatures, de cyclones en tremblements de terre, la Perle des Antilles surnage tant bien que mal dans cet océan d’épreuves. Dany Laferrière ne souhaite en aucun cas faire l’éloge de la pauvreté et de la misère. Car la misère peut faire bien des ravages chez l’être humain, dont celui, terrible et tragique, de rendre méchant, a conclu l’homme avant de quitter la scène sous un tonnerre d’applaudissements.

«

Dany Laferrière ne souhaite en aucun cas faire l’éloge de la pauvreté et de la misère. Car la misère peut faire bien des ravages chez l’être humain, dont celui, terrible et tragique, de rendre méchant. photo Marc Robitaille

La vraie pauvreté n’est pas seulement économique ; elle s’accompagne aussi de misère intellectuelle


14

livres

le fil | le 8 mai 2014

parutions Rédiger sa thèse sans peine

Son roman est traversé par les problèmes criants vécus par ces communautés, mais s’attarde aussi à ses côtés plus lumineux : sagesse des anciens, traditions vivantes, connaissance du territoire et volonté de s’en sortir

Vous rédiger de peine et de misère votre maîtrise ou votre thèse et toutes les raisons sont bonnes pour repousser cette corvée? Alors le livre Assieds-toi et écris ta thèse, publié récemment aux Presses de l’Université Laval, est pour vous. Avec humour, la professeure à l’École de psychologie Geneviève Belleville propose une approche préventive et curative pour retrouver l’envie d’écrire. Son secret pour rédiger vite et mieux : de l’organisation et une bonne dose de discipline! Elle démystifie toutes les étapes de la rédaction, dont la planification et la révision, avec exemples à l’appui. Plus encore, elle donne des conseils judicieux pour combattre le démon de la perfection. Un ouvrage qui fera œuvre utile!

La science expliquée à son voisin Journaliste scientifique depuis 20 ans et chargée de cours au Département d’information et de communication, Valérie Borde alimente depuis cinq ans le blogue de vulgarisation scientifique du magazine L’actualité. Son ouvrage Le Petit Borde, qui vient de paraître dans la collection Guide pour tous du magazine, rassemble une cinquantaine de ses billets parus sur le Web depuis 2009. Thèmes populaires, explications claires : l’auteure passe au tamis l’actualité scientifique dans le but de la rendre accessible au grand public. Facebook rend-il dépressif ? La malbouffe fait-elle maigrir ? Y a-t-il plus de catastrophes climatiques qu’avant? Pourquoi irais-je me faire vacciner? En s’appuyant sur les faits, elle entend discerner le vrai du faux et outiller monsieur et madame Tout-le-monde afin d’en faire des citoyens plus avisés.

Les personnages virtuels s’invitent sur scène Ils se multiplient sur scène ou à l’écran. Tantôt robotisés, tantôt sous forme d’images projetées, des personnages virtuels prennent part au spectacle en compagnie d’acteurs, de danseurs, de chanteurs en chair et en os. L’ouvrage Personnage virtuel et corps performatif – Effets de présence, sous la direction de Renée Bourassa, professeure à l’École de design de l’UL, et de Louise Poissant, professeure à la Faculté des arts de l’UQAM, publié aux Presses de l’Université du Québec, s’intéresse à cette nouvelle pratique artistique. Quel est le rôle de ces similihumains dans les arts de la scène contemporains? Quels procédés sont utilisés pour les animer? Peuvent-ils simuler le corps humain dans toutes ses nuances expressives? Les auteurs réunis ici interrogent et creusent, sur les plans esthétique, technique et sociologique, la présence de ces êtres artificiels.

Gérard Duhaime est professeur au Département de sociologie et spécialiste de l’Arctique circumpolaire.

Le Nord en ébullition

Le sociologue Gérard Duhaime est l’auteur d’un premier roman dans lequel il présente le Nunavik comme une société en mouvement par Anne-Marie Lapointe Il y a longtemps que Gérard Duhaime portait ce roman en lui. Le titulaire de la Chaire de recherche sur la condition autochtone comparée séjournait seul à la station du Centre d’études nordiques à Kuujjuarapik lorsque s’est produit le déclic, il y a dix ans. « En écoutant le gérant de la station, un géologue, me raconter ses missions d’exploration dans le Nord, j’ai eu un choc et un tourbillon », raconte-t-il. Toutes les images que j’avais collectionnées lors de mes rencontres sur le terrain avec les Inuits ayant vécu la sédentarisation se sont mises en ordre. Je savais la structure de l’histoire et j’étais prêt à écrire », se rappelle le sociologue qui travaille depuis 35 ans auprès des peuples nordiques, et plus particulièrement auprès de ceux du Nunavik qu’il connaît intimement. Or l’aventure de l’écriture romanesque n’a pas été de tout repos pour le sociologue rompu à la rédaction scientifique. « Il m’a fallu réapprendre, avoue cet amoureux de théâtre qui a écrit et joué des pièces et qui, dans une première vie, a été journaliste au Progrès du Saguenay. « Écrire un roman demande une rigueur tout aussi grande que lorsqu’on rédige des travaux scientifiques, affirmet-il. J’ai pris le temps qu’il fallait pour le faire… dix ans. » Son roman, Sorray, le retour au monde, brosse le portrait d’une communauté nordique. Lucassi, un homme bon qui tient le magasin général d’un

village inuit, prend sous son aile Willie, un enfant fragile, orphelin de mère et dont le père est en prison. L’arrivée d’une botaniste, Sorray, venue herboriser dans la région, vient changer la vie des deux hommes, tout particulièrement de Willie, qui reprend goût à la vie en s’attachant aux pas de cette scientifique cherchant à comprendre les changements survenus dans la flore nordique. Pivot du récit, Sorray

parvient à se faire accepter de la population, à tisser des liens étroits avec certains de ses habitants et à faire bénéficier la communauté de son savoir. « J’avais un fil conducteur, le fait que la science finit par servir à quelque chose », souligne Gérard Duhaime, qui a visiblement transposé l’idéal qui l’anime à Sorray. « Je me fais un devoir de vulgariser pour les gens là-bas, pour permettre d’améliorer la condition de vie des plus pauvres. Je crois à la transformation par l’éducation, par la valorisation de l’école. Comment faire tant que tu ne sais pas que la connaissance existe? », lance ce chercheur qui s’intéresse notamment à l’incidence de l’économie sur la transformation du mode de vie ainsi qu’au surendettement des ménages. Pour expliquer la déroute et la quête de sens de ces communautés, il rappelle la transformation récente de cette société qui a connu l’implantation des écoles et des services sociaux il y a 50 ans seulement. L’arrivée soudaine de ces institutions, qui se sont surimposées aux leurs, a exigé des Inuits de grands efforts d’adaptation culturelle. Son roman est traversé par les problèmes criants vécus par les communautés nordiques, tels la violence conjugale, l’alcoolisme et le suicide, mais s’attarde aussi à leurs côtés plus lumineux : sagesse des anciens, traditions vivantes, connaissance du territoire et volonté de s’en sortir. « Ça fait 35 ans que je vais là et je ne suis pas pessimiste. Le discours de culpabilité des Blancs y est très marginal. Nous sommes à un point d’ébullition : le mouvement coopératif est très vivant et l’économie sociale change tout », dit-il en donnant l’exemple d’un projet de cuisine collective qui vient de voir le jour. Loin des clichés, son livre reflète les espoirs et les changements de mentalité en cours dans cette région isolée d’une poignante beauté. « En l’écrivant, j’ai obéi à une pulsion, déclare-t-il. J’avais l’espoir que les gens avec qui je travaille le lisent. Je voulais leur montrer le chemin qu’ils ont parcouru depuis qu’ils ont pris la résolution de s’aider eux-mêmes. » Gérard Duhaime cherche d’ailleurs à faire traduire son livre en anglais afin de le rendre plus accessible aux Inuits. Et il annonce un deuxième tome qui, promet-il, n’arrivera pas dans dix ans !


sports

le fil | le 8 mai 2014

15

en bref

Formation pour la relève et les entraîneurs

Pour sentir les effets bénéfiques d’un entraînement, il faut graduellement augmenter la durée de la marche pour atteindre 30 minutes ou plus quotidiennement. photo Marc Robitaille

Une bouffée d’air pur sur le campus ! Profitez des cinq sentiers de marche pour bouger et vous détendre à l’heure du dîner par Julie Turgeon Avec le printemps qui tarde à nous offrir de belles journées chaudes et ensoleillées, les activités extérieures n’ont pas la cote, mais la marche reste toujours l’option la plus agréable pour mettre le nez dehors. Il s’agit donc de l’occasion idéale de découvrir le campus à pied, en empruntant l’un des cinq trajets de marche balisés il y a quelques années par le Comité sur la santé psychologique du personnel et le Service des activités sportives. D’une longueur de 2,2 km, le premier parcours proposé est celui de la Randonnée. Ce trajet, qui peut varier de 25 à 35 minutes selon votre rythme, fait le tour du campus. Il longe l’avenue du Séminaire, la rue de la Terrasse (qui passe devant le PEPS) et l’avenue de la Médecine. Pour faire le grand carré de 2,2 km, il faut emprunter le chemin boisé situé en avant du pavillon Agathe-Lacerte. De là, on emprunte l’avenue du Séminaire. Il s’agit du meilleur choix pour ceux et celles qui veulent prendre une grande bolée d’air. Un autre trajet intéressant est celui de la Feuille. Couvrant 1,6 km, les mar-

cheurs qui emprunteront ce parcours aimeront sa configuration puisqu’il est le seul qui mène à l’extérieur du campus. Le départ se situe au coin de l’avenue du Séminaire et de la rue de la Terrasse et longe le terrain du Golf Campus pour se rendre jusqu’à l’avenue Liénard. Une fois arrivés à l’extrémité du sentier, les marcheurs doivent faire un petit bout de chemin sur l’avenue et revenir par le boisé situé derrière le pavillon Louis-Jacques-Casault. En sortant du bois, les marcheurs tournent à droite pour revenir au point de départ en passant à côté des terrains de tennis extérieurs. Le sentier la Promenade (1,5 km) propose un parcours assez facile puisqu’il longe l’avenue de la Médecine à partir du pavillon AgatheLacerte et se poursouit jusqu’à la rue de la Terrasse à l’est pour aboutir entre les pavillons Alexandre-Vachon et Charles-De Koninck, pour se rendre jusqu’au bois. Finalement, si vous disposez de peu de temps, les sentiers de 1,2 km la Santé et la Mélodie sont de bonnes solutions de rechange. Le départ se situe au coin de

Deux activités plus qu’intéressantes pour les entraîneurs et les athlètes de rugby auront lieu sous peu au stade TELUS-UL. Le samedi 17 mai, le Camp de l’Académie du rugby Rouge et Or U16 et U18 se déroulera sous la supervision de l’entraîneur-chef Bill McNeil (sur la photo) et de quelques étudiantes athlètes actuelles et anciennes du club. Le lendemain, une formation pour entraîneurs aura lieu en compagnie de McNeil, François Ratier (entraîneur de l’équipe nationale féminine senior) et Christophe Rouet (entraîneur-chef du Club de rugby de Québec). Trois thèmes seront abordés, soit la structuration et la planification des séances d’entraînement, la prise de décision et la pensée tactique, ainsi que l’apprentissage de la continuité du jeu en attaque et en défense. photo Yan Doublet Information : bill.mcneil@sas.ulaval.ca ou 418 656-2131, poste 13329

la rue des Arts et de l’avenue du Séminaire. Pour sa part, le sentier la Santé fait le tour du boisé qui longe l’avenue de la Médecine en passant par le bois qui relie le pavillon Alphonse-Desjardins au pavillon Agathe-Lacerte. Sachez que tous les trajets sont accessibles à l’année, sauf le sentier la Santé, qui n’est pas entretenu l’hiver. Pour visualiser les trajets de marche, consultez le site Internet du PEPS au www. peps.ulaval.ca dans la section Activités sportives et sélectionnez l’onglet Activités libres. Sinon, rendez-vous directement sur le site du Comité santé psychologique du personnel au www.santepsy.ulaval.ca dans la section Activités et les conférences. Quelques conseils pour rendre votre marche plus agréable

Pour avoir du plaisir à marcher, il est recommandé de bien choisir votre type de chaussures (confortables et flexibles) et de vous hydrater adéquatement. Il est également recommandé de marcher d’un pas normal et d’accélérer graduellement jusqu’à sentir un léger essoufflement (idéalement vous devriez être capable de parler, mais pas de chanter). Pour sentir les effets bénéfiques d’un entraînement, il faut graduellement augmenter la durée de la marche pour atteindre 30

minutes ou plus quotidiennement. Pour ceux et celles qui ont de la difficulté à se motiver, n’hésitez pas à en parler à des collègues et à marcher en groupe. Si vous êtes seul, apportez votre baladeur ou placez à votre ceinture un podomètre pour savoir combien de pas vous avez faits pendant votre marche. Finalement, variez les parcours! Commencez par les trajets les plus courts et fixezvous des objectifs réalistes. Finalement, pour obtenir des effets bénéfiques sur votre santé, n’oubliez pas d’associer une saine alimentation à vos 30 minutes d’activité physique quotidienne.

«

Le parcours la Randonnée fait un grand carré de 2,2 km sur le campus; il s’agit du meilleur choix pour prendre une grande bolée d’air

Une recrue de haut calibre en volleyball masculin L’équipe masculine de volleyball du Rouge et Or vient de frapper un grand coup avec le recrutement de Vicente Ignacio Parraguirre Villalobos, un attaquant membre de l’équipe nationale chilienne. L’étudiant-athlète a été accepté en administration à l’Université Laval, acceptation conditionnelle à l’apprentissage du français. S’il se débrouille en anglais et en allemand, Parraguirre Villalobos ne maîtrise pas encore la langue de Molière. Même s’il n’a que 19 ans, ce sportif chilien a déjà une feuille de route impressionnante, lui qui a remporté la médaille d’argent aux derniers Jeux sudaméricains disputés à Santiago au Chili il y a moins de deux mois. Son équipe, le Club St.Thomas Morus, s’est classée en cinquième place au championnat sud-américain des clubs en février dernier.

S’entraîner à peu de frais La saison estivale rime souvent avec activités extérieures, mais dame Nature nous joue parfois des tours. C’est pour cette raison que l’inscription à la salle d’entraînement représente une possibilité intéressante pour bouger à peu de frais cet été, beau temps, mauvais temps. D’ailleurs, les étudiants inscrits à six crédits de cours à l’Université cet été bénéficient d’un tarif exceptionnellement bas, soit 61 $ pour 4 mois. Les membres du PEPS profitent également de ce tarif préférentiel. D’autres périodes d’abonnement sont également offertes. Informez-vous ou inscrivez-vous dès maintenant en vous présentant au PEPS ou en composant le 418 656-PEPS.


16

au fil de la semaine

le fil | le 8 mai 2014

La faim comme instrument politique de domination C’est là le titre accrocheur de la conférence grand public qui ouvrira la première École internationale d’été sur la sécurité alimentaire, qui se tiendra du 12 au 17 mai, et qui est entre autres organisée par les Hautes Études internationales. Cette communication d’ouverture sera prononcée par Olivier Assouly, professeur de philosophie rattaché à l’Institut français de la mode, et portera sur son dernier livre (L’organisation criminelle de la faim, Actes Sud, 2013) qui traite de la faim comme arme stratégique utilisée pour prendre des peuples en otage, comme ce fut le cas pour les nazis. Même si les temps ont changé, comment ne pas s’interroger sur l’industrie alimentaire qui favorise la mise en tutelle économique du vivant et des denrées planétaires ? Précisions que cette école d’été sur la sécurité alimentaire fait appel à l’expertise de cinq professeurs de l’Université : Bernard Roy (regard critique sur les concepts), Daniel Mercier-Gouin (OMC et libéralisation des échanges), Guy Debailleul (agroindustrie), Sophie Dupéré (stratégies pour s’alimenter des gens en situation de pauvreté) et Geneviève Parent (droit de l’alimentation).

12/05

Lundi 12 mai, à 16 h, au local 3111 du pavillon Paul-Comtois. www.hei.ulaval.ca/ecole-dete-securite-alimentaire

11/05

14/05

14/05

17/05

Concert gospel aux couleurs africaines

Pour un campus propre et vert

Aménagement du territoire et démocratie participative

Sur les paradis Une aventure fiscaux caribéens à vélo de la Colombie à L’Association canadienne l’Argentine

Le Chœur Divine Grâce de l’Université donnera son tout premier concert gospel le dimanche 11 mai sur le campus. Les 10 choristes, originaires de la Côte d’Ivoire, du Bénin, du Burkina Faso et du Congo-Kinshasa, livreront des chants méditatifs, des chants animés et des chants gospel. Il s’agit, selon les mots du chœur même, d’un puissant moment de louange et d’adoration pour célébrer l’énergie vibrante du printemps ou sa foi, selon le cas. Dimanche 11 mai, à 18 h 30, à l’amphithéâtre Hydro-Québec du pavillon Alphonse-Desjardins. Billets en prévente à 10 $ et à 13 $ à l’entrée. Information : 581 991-6565 ou 418 261-7453.

C’est mercredi prochain qu’aura lieu le nettoyage des boisés qui est organisé pour une quatrième fois d’affilée sur le campus par le Service des immeubles. Tous les membres de la communauté sont appelés à participer à cette corvée qui embellira la cité. L’an dernier, plus de 70 braves ont répondu à l’appel, amassant près de 600 kg de déchets. Pensez-y, en plus de courir la chance de remporter des prix de participation, vous pourriez tomber sur des artéfacts inusités ! Cette année, le secteur du Agathe-Lacerte, du Paul-Comtois et la portion sud du grand axe du campus seront passés au peigne fin. C’est un rendez-vous. Mercredi 14 mai, de 11 h 30 à 13 h 30, au stationnement 120 entre les pavillons Agathe-Lacerte et PaulComtois. On apporte sa gourde d’eau, des bottes et des habits de travail. Inscription : eco-info@si.ulaval. ca

Quand on pense à la Suisse, on pense notamment à son système démocratique direct ou semi-direct. Grâce à lui, les citoyens et les milieux associatifs peuvent contester tous les projets d’aménagement sur le territoire. La population est donc régulièrement invitée à donner son avis concernant un parc éolien, un plan de quartier ou une immeubletour. Lors de la conférence « Réflexions sur une démarche participative au pays de la démocratie directe », Florent Joerin, professeur à la Haute-École d’ingénierie et de gestion du Canton de Vaud (Suisse), donnera l’exemple d’une démarche participative à Yverdonles-Bains. Cette activité est organisée par le Centre de recherche en aménagement et développement (CRAD). Mercredi 14 mai, à midi, au local 15241 du pavillon Félix-Antoine-Savard.

des études latino-américaines et des Caraïbes (ACELAC) tiendra un congrès sur le campus du 16 au 18 mai sur le thème « Environnements, sociétés et imaginaires : les Amériques en mouvance ». Durant cet événement d’envergure (www.congrescalacs2014.fsaa.ulaval.ca), trois conférences publiques auront lieu. Une d’entre elles portera sur « Le rôle historique du Canada dans la création des paradis fiscaux des Caraïbes » prononcée par Alain Deneault, professeur au Département de science politique à l’Université de Montréal et auteur du livre Paradis fiscaux : la filière canadienne (Écosociété, 2014). À l’aide de documents officiels, ce dernier reconstituera l’histoire de ces Canadiens qui, dès 1950, ont contribué à créer les paradis fiscaux des Caraïbes, mettant en place un rapport de force qui existe encore aujourd’hui.

20/05

21/05

Le vieillissement n’est pas une maladie

Fernand Turcotte, ce professeur émérite en médecine Pour souligner le mois du préventive aujourd’hui à la vélo, la Coop Roue-Libre retraite, viendra donner de organise une autre soirée nouveau sa conférence sur cycliste au café Le Fou le vieillissement qui avait ÆLIÉS. À cette occasion, fait salle comble en janvier Simon-Pierre Tremblay à l’Université. Celui qui présentera le voyage à vélo n’a pas la langue dans sa qu’il a effectué dernièrement poche montrera comment de Bogotá à Buenos Aires. notre société est parvenue Il racontera des anecdotes, à transformer en maladies rira avec le public de ses requérant des traitements mésaventures et glissera une foule de manifestations quelques conseils praticonormales du vieillissement. pratiques pour donner le En s’appuyant sur le dergoût de partir à l’aventure. nier livre de Nortin Hadler Plusieurs cyclotouristes (Repenser le vieillissement, seront sur place lors d’un PUL, 2013), il démontrera la 5 à 7 précédant la présentafaillite de la médecine qui, tion, tout disposés à donner en surmédicalisant les gens, leurs conseils de pro. Ne fait en sorte de rendre le ratez pas cette dernière soimédecin incapable de choirée cycliste avant septembre! sir ce qui convient le mieux pour répondre aux besoins Mardi 20 mai, à 19 h, au de ses patients. Cette café Le Fou ÆLIÉS situé au activité est organisée par pavillon Alphonsel’Association des retraités de Desjardins. L’activité est l’Université (ARUL). précédée d’un 5 à 7.

Samedi 17 mai, de 11 h à 12 h, à l’atrium du pavillon Charles-De Koninck.

Consultez le calendrier complet des activités sur le campus à ulaval.ca

Mercredi 21 mai, de 12 h à 14 h, à l’amphithéâtre Hydro-Québec du pavillon Alphonse-Desjardins. Réservation 418 656-5508 ou encore arul@arul.ulaval.ca.

Le Fil 8 mai 2014  

Le journal de la communauté universitaire