Issuu on Google+

Fondé en 1960

L

E

Hors-série

C

O

U

R

R

I

E

R

D

U

PARLEMENT Le Grand Evreux, dynamisme et attractivité

Le projet Cœur d’Agglomération La Smart City Des événements à l’échelle communautaire


ENTRETIEN

Décembre 2016 | Grand Evreux

Avec pour mot d’ordre le développement de l’économie et de l’emploi, Grand Evreux agglomération s’apprête à fusionner avec la Communauté de communes de la Porte normande, qui fera passer le territoire à plus de 100 000 habitants. Une nouvelle dynamique en perspective.

© Stéphane Vuillemin

“Bâtir les Porte de Normandie” Guy Lefrand Président du Grand Evreux Agglomération

pourquoi, sans vouloir concurrencer d’autres organismes, j’ai voulu développer un Pôle Emploi au sein de l’agglomération, avec la création d’un office de l’entreprise et de l’emploi (OEE) pour aider les entrepreneurs et les salariés dans leurs démarches, le tout avec un guichet unique.

Comment l’agglomération du Grand Evreux se positionne-t-elle au sein de la Nouvelle Normandie ? Quels sont ses principaux atouts ? Le fait d’avoir une “marque” mondialement connue comme la Normandie est une chance énorme, dans laquelle Evreux a parfaitement vocation à s’intégrer, à la fois comme “porte” régionale et en tant que “pont” avec l’Ile-de-France. En ce sens, mon rôle de vice-président chargé des relations avec les collectivités et de l’attractivité au sein du conseil régional me semble fondamental, notamment pour créer une meilleure synergie entre notre agglomération et la région. Comment contribuez-vous au développement de l’emploi et à l’attractivité de votre territoire ? L’économie et l’emploi ont été notre objectif principal pendant la campagne municipale et le sont encore aujourd’hui. C’est

“Le fait d’avoir une “marque” mondialement connue comme la Normandie est une chance énorme.”

tiques agricoles sur l’ensemble du territoire. Sans oublier que nous avons refusé l’augmentation des impôts durant ce mandat à périmètre constant. La gouvernance d’une agglomération vise, entre autres, à respecter l’identité et la capacité de chaque commune à participer à l’élaboration de projets communs  : quelles relations entretenez-vous en ce sens avec les autres maires du Grand Evreux (notamment des ruraux)  ? Lorsque je suis arrivé, les relations étaient très tendues entre Evreux et les communes rurales, à tel point que 34 d’entre elles avaient créé une association des maires ruraux contre la ville centre. Aujourd’hui, j’ai la chance d’avoir un bureau communautaire soudé avec une équipe qui fonctionne bien.

Par ailleurs, la création du site internet www.grandevreuxemploi.fr, en partenariat avec Jobijoba, permet désormais d’avoir accès instantanément à toutes les offres disponibles sur notre territoire. Non sans surprise, nous en avons découvert plus d’une centaine ! Un dispositif similaire avait déjà été mis en place dans quelques grandes villes, mais jamais à l’échelle d’une petite agglomération comme la nôtre.

“L’économie et l’emploi ont été notre objectif principal pendant la campagne municipale et le sont encore aujourd’hui.”

Quant à la compétitivité, nous sommes bien entendu engagés dans les filières d’avenir : notamment la cosmétologie, la plasturgie, la réalisation d’une smartbase et la création d’une pépinière dédiée aux nouvelles technologies. L’agglomération a d’ailleurs lancé plusieurs applications en partenariat avec des start-up. Côté agriculture, le développement des circuits courts se double de la mise en place de drives et de bou-

Comme d’autres EPCI, nous avons mis en place une conférence des maires permettant à chacun de s’exprimer à égalité, notamment pour préparer les conseils communautaires sur les grands sujets. Rien ne se décide d’autorité mais toujours dans un esprit de consensus : c’est d’ailleurs cette écoute qui nous a rapproché de La Porte Normande pour envisager une fusion. lll Les dossiers Territoires | LE COURRIER DU PARLEMENT | 1


ENTRETIEN © Stéphane Vuillemin

Décembre 2016 | Grand Evreux

Trois objectifs essentiels guident le mandat du président du Grand Evreux, Guy Lefrand : le décollage économique, l'amélioration de la qualité et du cadre de vie, sans oublier la fusion avec la Communauté de communes de la Porte normande en 2017.

“La fusion avec la Communauté de communes de la Porte normande fera passer notre agglomération de 37 à 62 communes, soit de 80 000 à plus de 100 000 habitants.” lll

Quels sont les projets phares qui marqueront votre actualité ces prochaines années ?

culturel fait tout autant partie de nos priorités.

La fusion avec la communauté de communes de La Porte Normande fera passer notre agglomération de 37 à 62 communes, soit de 80 000 à plus de 100 000 habitants : autant dire que nous préparons activement sa concrétisation le 1er janvier 2017 ! Autre mot d’ordre, la création de 1 000 emplois pendant le mandat : le nouveau centre commercial permettra d’en concrétiser déjà 300 à lui seul. Le développement touristique et

Quelles sont les principales orientations de votre contrat d'agglomération 20142020 ?

2 | LE COURRIER DU PARLEMENT | Les dossiers Territoires

Ce contrat de plus de 100 millions d’euros a pour objectif de bâtir les Portes de Normandie avec des projets importants sur le coeur d’agglomération. Le réaménagement du quartier de la gare, le développement d’un secteur tertiaire, le déploiement de la smart

base et d’un volume touristique majeur, sont autant de sujets qui nous occupent actuellement. Plus personnellement, quelle est votre ambition pour ce territoire en ce mandat ? Mes premiers objectifs restent le décollage économique et la création d’emplois, tout comme l’amélioration de la qualité et du cadre de vie pour les habitants de l’agglomération. Sans oublier le développement de notre territoire, qui renforcera le pôle d’Evreux au sein de forces centrifuges comme Rouen, Nantes ou Dreux n Propos recueillis par Pauline Pouzankov


L

E

C

O

U

R

R

I

E

R

D

U

PARLEMENT Hors-série - Décembre 2016

© X-Javier

SOMMAIRE : Grand Evreux

“Bâtir la Porte de Normandie”

1

“Une région qui ne demande qu’à prendre son envol”

5

“Le renouveau, on l’a déjà expérimenté dans l’Eure”

10

La porte normande s’ouvre à d’autres territoires

11

Un club de chefs d’entreprises

12

L’Eure et le Grand Evreux : une dynamique industrielle qui profite au commerce

14

“Une base partenaire de son environnement de proximité”

16

“Nous accompagnons les agriculteurs qui veulent se convertir au bio”

18

Entretien avec Guy Lefrand, président du Grand Evreux Agglomération Entretien avec Hervé Morin, président de la Région Normandie Entretien avec Bruno le Maire, député de la première circonscription de l’Eure Entretien avec Sylvain Boreggio, président de la Communauté de communes La Porte Normande

UN TErriToirE aTTraCTif

Entretien avec Eric Rouet, président de la Chambre de commerce et d’industrie (CCI) Portes de Normandie Entretien avec le Colonel Vincent Breton, commandant de la base aérienne 105 d’Evreux Entretien avec Jean-Pierre Delaporte, président de la Chambre d’agriculture de l’Eure

LEs GraNds ChaNTiErs

Cœur d’agglo : le Grand Evreux part à la reconquête de son centre ville

24

Le Grand Evreux s’anime

26

Une agglomération intelligente

28

4 | LE COURRIER DU PARLEMENT | Les dossiers Territoires


© Giogo

Renouvellement urbain : la nouvelle vie des cités

29

Le Grand Evreux baisse le prix de son eau 

LEs TraNsPorTs, ET LEs ProjETs d’iNfrasTrUCTUrEs

30

Une agglo’ qui bouge “durable”

ENsEiGNEmENT sUPériEUr, saNTé, rEChErChE ET NoUvELLEs TEChNoLoGiEs

32

Le Grand Evreux, un pôle universitaire et étudiant

ToUrismE ET CommErCE

40

“Le centre-ville d’Evreux doit récupérer son identité”

46

“Le Grand Evreux a une véritable stratégie d’attractivité”

47

Entretien avec Eduardo R. Lafforgue, Cabinet Territoires et Tourismes International Entretien avec Rémi Priez, vice-président du Grand Evreux Agglomération (GEA) en charge du tourisme

LE COURRIER DU PARLEMENT - Edité par Monde Edition S.A.S. - Siège : 3, rue Mornay, 75004 Paris - Téléphone : 01 44 54 05 50 - Fax : 01 44 54 05 55 E-mail : redaction@lecourrierduparlement.fr - www.lecourrierduparlement.fr n Directeur de la publication - Rémy Lazimi n Secrétaire de rédaction Sharon Lazimi n Journalistes - Sarah Bouchaïb, Lucas Chedeville, Julien Da Sois, Julien Dreyfuss, Justine Hagard, Pauline Pouzankov, Olivier Sourd n Infographiste - Isabel Viana n Directrice de la communication - Danielle Decaris n Relations presse - Laurent Vigée n n N° 03/16 n Numéro ISSN 0045-8899 n Imprimé en France n Dépôt légal à parution n Photo de couverture - © BA 105 - Toute reproduction, même partielle, des articles publiés dans ce numéro, nécessite explicitement le consentement écrit de l’éditeur.

Les dossiers Territoires | LE COURRIER DU PARLEMENT | 5


ENTRETIEN Première intercommunalité de l'Eure, le Grand Evreux se veut un moteur du développement régional en Normandie.

© Région Normandie

“Une région qui ne demande qu’à prendre son envol” Hervé Morin Président de la Région Normandie

PME et des plus grandes entreprises qui contribuent à la renommée de la région, en France et dans le monde.  Le Grand Evreux participe au rayonnement de la Normandie et la création prochaine d’Evreux Portes de Normandie permettra à ce territoire de jouer un rôle absolument moteur dans le développement de notre Région.

Quelle place une agglomération comme le Grand Evreux tient-elle au sein de la région normande ?  A 55 minutes en train de la capitale, cette agglomération est la porte d’entrée de la Normandie depuis l’Ile-de-France, entre Paris et notre région. Elle joue ainsi un rôle fondamental.  Le Grand Evreux Agglomération (GEA) est la première intercommunalité de l’Eure, par sa population ainsi que par l’ampleur de son activité économique, culturelle et sportive. En plein développement, l’agglomération pèse davantage au sein de la grande Normandie réunifiée. Et le 1er janvier 2017, le GEA deviendra Evreux Portes de Normandie (EPN) suite à la fusion avec la Communauté de Communes de la Porte Normande. Cette nouvelle agglomération deviendra ainsi le poumon économique du sud de la Normandie. Son bassin économique compte de nombreuses 6 | LE COURRIER DU PARLEMENT | Les dossiers Territoires

Les transports représentent un des défis majeurs pour la Région dans les prochaines années, comment le Grand Evreux compte se positionner sur ces grands chantiers  ? La réunification de la Normandie est l’occasion d’en faire un territoire fort économiquement, qui pèse dans un monde en constante évolution. Pour cela, nous devons doter tous les territoires normands d’infrastructures et de services de transport performants, et garantir que tous soient acteurs du développement économique. Le Grand Evreux va connaître dans les prochains mois et les prochaines années de très grandes améliorations au niveau des transports grâce à l’implication de la Région. Je pense notamment à l’arrivée de nouveaux trains Intercités à l’horizon 2020 sur la ligne Paris-Caen-Cherbourg. Cela permettra aux voyageurs de se déplacer dans des conditions dignes du XXIème siècle. Je pense également que le territoire d’Evreux, porte d’entrée de la Normandie et de la

région parisienne, doit bénéficier de manière forte du projet LNPN. C’est pour cette raison que j’ai souhaité que la Région finance des études visant à aménager les barreaux Rouen-Evreux et Rouen-Bernay, à la jonction “du Y” de la Ligne Nouvelle Paris Normandie : ce Y permettra notamment de créer une liaison ferroviaire entre Rouen et Evreux et de raccourcir les temps de trajets entre la capitale et l’ouest de la Normandie. Le projet EOLE (projet d’allongement du RER E vers l’ouest), porté par le STIF, libérera de la capacité pour les trains normands, au niveau du nœud de Mantes, mais aussi et surtout en gare Saint-Lazare, qui restera la gare des Normands à Paris. Un travail spécifique sur cette gare est en cours avec la SNCF pour aboutir à un horizon raisonnable à une amélioration de l’accueil des trains normands.

“La réunification de la Normandie est l’occasion de faire un territoire fort.” Plus généralement, comment se porte l'économie normande ? Quelles sont vos priorités pour votre territoire  ? L’économie normande est forte de nombreux atouts qui nous distinguent en France mais également partout dans le monde. Que ce soit grâce à sa façade maritime de plus de 600 km, à sa richesse culturelle et patrimoniale, à son agriculture, à son réseau universitaire et de recherche, à son tissu industriel ou bien encore à son potentiel touristique, la Normandie est une


Décembre 2016 | Grand Evreux

Région qui ne demande qu’à prendre son envol. Pour cela, il faut une Région qui mette des outils performants au service du développement économique. La récente création de l’Agence de Développement pour la Normandie, guichet unique pour toutes les entreprises qui ont besoin d’un accompagnement de la Région est un outil essentiel. Le fonds d’investissement adossé à l’agence, doté de 100 millions d’euros d’ici à trois ans a pour objectif de couvrir tous les fronts du financement des entreprises de l'amorçage au retournement et s’adressera à toutes les entreprises normandes, même les plus modestes. Au-delà de l’aide à nos entreprises, notre volonté est de faire de la Normandie la terre de l’apprentissage avec un objectif simple : doubler le nombre d’apprentis dans les six prochaines années, c’est tout l’objet du Grenelle de l’apprentissage qui réunit tous les acteurs du secteur depuis janvier et qui rendra ses conclusions en septembre. Dans le même temps, alors que notre Région

compte environ 300  000 personnes au chômage, nous avons décidé d’appliquer le plan 500  000 de l’Etat qui permet de proposer cette année en Normandie 45  000 places de formation pour les personnes sans-emploi. A travers ces quelques exemples, chacun se rend compte que notre détermination est totale pour faire de la Normandie un territoire attractif, où les Normands se placent au cœur de son développement. Comment soutenez-vous les collectivités locales normandes ? Quelles actions prioritaires ont lieu actuellement au sein du Grand Evreux ? La Région agit au quotidien pour les collectivités. Au titre du contrat d’agglomération sur la période 2014-2020, la Région apporte par exemple un soutien à hauteur de 10,5 millions d’euros. Cette somme permet de réaliser des projets structurants qui vont permettre de renforcer l’attractivité du territoire et d’améliorer le cadre de vie des habitants. 

Parmi ces projets, on peut citer l’aménagement du quartier de la gare, l’aménagement de la zone d’activité économique Long Buisson ou encore le lancement d’une étude de faisabilité pour la création d’un musée autour de la présence de l’OTAN.

“La porte d'entrée de la Normandie depuis l’Ile-de-France.” Plus largement, face à un sous-investissement chronique en Normandie depuis plus de 15 ans, le Conseil régional a décidé de rectifier le tir et d’investir là où c’est nécessaire dans un souci d’équité territoriale. C’est pour cette raison que nous avons lancé de nombreux nouveaux investissements, notamment routiers pour ne laisser aucun territoire normand sur le bord du chemin n Propos recueillis par Pauline Pouzankov

Plongez au coeur de

Cap Normandie Promoteur du programme ‘Cap Normandie’, le groupe Foncière des Parcs - opérateur national spécialisé en immobilier commercial - s’attache à proposer à ses clients des solutions d’accompagnement immobilier sur mesure; que ce soit l’achat ou la location aménagée/brute, évolutive... La Foncière a joué la carte de l’esthétisme

Cap Normandie participe au traitement qualitatif de l’entrée de ville ‘Cap Normandie’ requalifie l’entrée d’agglomération et s’inscrit dans la mise en valeur de ses atouts. En complément de l’offre existante, le programme se compose d’offres d’activités, de services et de commerces spécialisés, le tout sur 2 000m².

Infos pratiques Cap Normandie Route de Paris - RN13 La Rougemare 27 930 Le Vieil-Evreux

Contact : M.Gautier Tel : 02 51 40 13 91 - 06 07 22 25 06 Mail : o.gautier@f-d-p.fr contact@f-d-p.fr Les dossiers Territoires | LE COURRIER DU PARLEMENT | 7


ENTRETIEN

Décembre 2016 | Grand Evreux

Le député de la première circonscription de l’Eure Bruno le Maire pense que le département doit développer son identité pour résister à la pression de Paris et de l’agglomération rouennaise. En ce sens, Evreux a aussi sa propre carte à jouer.

“Le renouveau, on l’a déjà expérimenté dans l’Eure” Gisors, Les Andelys...) et en 2015 le Département de l’Eure a rebasculé à droite avec à sa tête Sébastien Lecornu, le plus jeune Président de France ! Le renouveau, on l’a déjà expérimenté dans l’Eure. Et ça a marché.

L’Eure est un magnifique territoire trop méconnu, qui regorge de sites historiques remarquables, d’un tissu économique dynamique, mais qui souffre de la pression des grandes métropoles pour exister. Le défi est d’éviter de devenir une grande banlieue de Paris ou une annexe de l’agglomération rouennaise, en développant notre propre identité face à ces deux mastodontes. Dans ce schéma, les agglomérations d’Evreux ou de Vernon ont un rôle important à jouer pour porter cette ambition départementale. Evreux en tant que chef-lieu de département, et Vernon en tant que pôle d’attractivité majeur de l’Axe Seine jusqu’à Louviers.

Vous avez été ministre de l’Agriculture, de l’Alimentation, de la Pêche, de la Ruralité et de l’Aménagement du territoire de 2009 à 2012 : comment les agriculteurs eurois vivent-ils la crise agricole actuelle ?

Détenu par la gauche depuis 2001, l’Eure a basculé à droite en 2015 : pensez-vous qu’il s’agit d’une volonté d’alternance ? Quelle définition donneriez-vous de l’ADN politique eurois ? L’Eure a toujours été un département sociologiquement plutôt à droite, mais l’usure du pouvoir et l’impopularité gouvernementale ont permis à la gauche de gagner des victoires emblématiques au début des années 2000. Quand je suis devenu secrétaire départemental de l’UMP dans l’Eure en 2007, j’ai tout-de-suite poussé la montée de jeunes talents pour reconquérir les territoires perdus. L’histoire m’a donné raison puisqu’en 2014 la droite a regagné quasiment toutes les villes importantes (Evreux, Louviers, Vernon, 10 | LE COURRIER DU PARLEMENT | Les dossiers Territoires

La France agricole, c’est la France des territoires. Celle de milliers, de millions de passionnés qui font de la nature leur métier. Cultiver pour nourrir c’est aussi garantir notre autonomie agroalimentaire et valoriser nos productions à l’export. Néanmoins depuis 18 mois, une crise d’une violence rare et de nature à la fois conjoncturelle et structurelle touche de plein fouet la filière agricole française. Éleveurs comme producteurs, tous sont concernés, avec des facteurs parfois

aggravants comme les épisodes climatiques ou sanitaires qu’ils ont du affrontés récemment. Volumes et prix sont les premières causes de ces turbulences des marchés agricoles, sans oublier l’embargo russe qui n’arrange rien. Aujourd’hui, le Gouvernement a mis en place plusieurs mesures visant à colmater les brèches, néanmoins cela reste de la rustine : aucune mesure d’envergure en matière de régulation ou d’assurance n’a été prise. Et pour cause : il y a nécessité de porter parole diplomatique forte à Bruxelles. La France doit incarner la voix d’une nation agricole forte, là où elle est malheureusement devenue mutique. Nous avons des ressources incroyables, un potentiel fantastique, mais si nous ne relevons pas avec courage et humilité les défis qui nous attendent, alors l’ambition que nous devons défendre pour l’agriculture française ne pourra être recouvrée. Nous avons l’impérieux devoir de renouer avec une agriculture forte n Propos recueillis Pauline Pouzankov

© Eddy Duluc

En tant que député de l’Eure, quel regard portez-vous sur ce territoire ? Quelle place une agglomération comme le Grand Evreux occupe-t-elle au sein du département ?

Le député Bruno Le maire estime que “l’Eure est un magnifique territoire trop méconnu”, qui “souffre de la pression des grandes métropoles pour exister”.


ENTRETIEN

Décembre 2016 | Grand Evreux

Le rassemblement de la Communauté de communes avec l’agglomération d’Evreux, donnera un nouvel élan économique et touristique au territoire.

© Ville d’Evreux

La porte normande s’ouvre à d’autres territoires Sylvain Boreggio Président de la Communauté de communes La porte normande

et budgétaire  : nous pourrons mutualiser nos coûts de fonctionnement et bénéficier de 400 000 euros de dotations supplémentaires. Le rassemblement permettra ainsi de réduire les impôts et de mieux gérer certaines compétences, notamment les plus lourdes à porter comme l’Enfance-Jeunesse. Comment le budget sera réparti une fois la fusion réalisée  ? Le projet de fusion de la communauté de communes La Porte Normande (CCPN) avec le Grand Evreux Agglomération (GEA) aboutira au 1er janvier 2017. Vous l’avez défendu et porté, pourquoi  ? Lorsque j’ai pris la Présidence de la CCPN, je me suis vite aperçu des limites budgétaires, notamment suite aux baisses des dotations de l’Etat. Pour trouver des moyens d’économie, sans impacter trop fortement le contribuable, il était nécessaire de passer par la mutualisation ou par un regroupement. De plus, cette fusion a un véritable sens territorial puisqu’il existe des échanges importants entre nos deux bassins de vie. Ce sont près de 3 000 personnes de mon territoire qui se rendent tous les jours sur Evreux pour y travailler. Qu’est-ce que cette fusion apportera concrètement aux communes de La Porte Normande  ? Elle nous fournira un soutien technique

En fonction des projets. Le territoire sera plus grand, il y aura donc plus de choses à faire et développer. Quelques-uns sont déjà en études pour 2017 et 2018, au regard des nouvelles compétences que pourra prendre l’agglomération. Nous travaillons, par exemple, sur la prise en charge des équipements sportifs de proximité. Le maire d’Evreux et futur Président de l’agglomération, Guy Lefrand, a ainsi annoncé qu’il souhaitait la création sur sa commune d’un centre nautique ainsi que la construction d’une nouvelle piscine au sud du futur territoire rassemblé. Evreux et son agglomération représentent plus d’habitants que l’ensemble des 25 communes de la CCPN. N’avez-vous pas peur de “vous faire avaler” ? Non et cela pourrait même être l’inverse. Certes, la ville d’Evreux ayant un plus grand nombre d’habitants, restera le point central et incontournable de ce territoire. Cependant, au sein du conseil communau-

taire qui sera créé après la fusion, les communes rurales seront très largement majoritaires, puisqu’elles seront représentées par deux tiers des siégeants. Il nous faudra trouver le bon équilibre entre ce que nous pourrons faire à la fois sur Evreux et dans les communes rurales. Je pense qu’il faut s’ouvrir à l’avenir qui passe par la création de grandes collectivités. Pour faire de l’économie d’échelle et développer les territoires, nous n’avons plus d’autres choix que de se regrouper. Je suis conscient que cela peut apporter des aspects négatifs comme une perte de proximité, et je le regrette. Pour y remédier, j’ai proposé à mon conseil communautaire actuel qui disparaîtra le 1er janvier 2017, de continuer à se réunir de manière informelle une fois par trimestre, au moins jusqu’à la fin de ce mandat. Je pourrai ainsi les tenir informés des décisions prises au niveau de l’agglomération afin qu’ils les diffusent sur leur territoire. Quelle place la nouvelle agglomération accordera-t-elle au tourisme et à la promotion territoriale  ? La CCPN avait déjà une collaboration avec l’Office du Tourisme d’Evreux, notamment pour promouvoir le “Musée des instruments à vent” de La Couture-Boussey. La fusion accentuera cette coopération et nous permettra de développer davantage le savoir-faire de notre terroir. Touristiquement, nos communes sont plutôt connues, mais nous attendons de ce rassemblement encore plus de reconnaissance. Le rapprochement de notre musée avec celui d’Evreux, n’apportera que du positif à la promotion territoriale n Propos recueillis par Sarah Bouchaïb

Les dossiers Territoires | LE COURRIER DU PARLEMENT | 11


ZOOM SUR...

Décembre 2016 | Grand Evreux

Fondé par Eure Expansion, l’agence de développement économique du département de l’Eure, le Club des Ambassad’Eure a pour objectif de fédérer les entrepreneurs désireux d’apporter leur contribution à la promotion du territoire en France comme à l’international.

La cérémonie de remise des trophées des ambassad’Eure le 28 janvier 2016 à l’opéra de rouen.

C

réé en juin 2014, le Club des Ambassad’Eure peut être considéré comme le petit frère des Rencontres de l’Eure du Business. Celles-ci ont vu le jour en 2006 et figurent aujourd’hui parmi les incontournables rendez-vous économiques du département. Huit fois par an, elles rassemblent en effet 250 à 300 entrepreneurs et décideurs dans une ville de l’Eure, avec à chaque fois un invité de prestige. L’économiste Daniel Cohen, l’athlète Stéphane Diagana ou encore l’acteur Bruno Madinier ont déjà honoré cet événement de leur présence. L’objectif du Club des Ambassad’Eure est le même que celui des Rencontres de l’Eure du Business  : favoriser le rapprochement entre les chefs d’entreprises du département, mais dans un cadre plus restreint. A l’heure actuelle, le Club est en effet composé de seulement 140 entrepreneurs, qui représentent environ 15 000 emplois. Deux à trois fois par an, des soirées sont organisées par Eure Expansion avec l’appui financier de GRDF, la Société Générale et KPMG, dans lesquelles les membres du Club peuvent échanger. 80 à 100 personnes sont à chaque fois présentes lors de ces événements. Ainsi, deux conditions doivent être remplies pour être membre : être dirigeant d’une entreprise de plus de 10 salariés implantée dans l’Eure et venir à une soirée par an au minimum. La promotion du département est l’autre objectif du Club des Ambassad’Eure. Dans cette optique, le Club met à la disposition de

12 | LE COURRIER DU PARLEMENT | Les dossiers Territoires

ses membres, en plus des soirées, de nombreux outils (annuaire, instruments de communication, etc.) pour diffuser une image attractive du territoire et favoriser l’implantation de nouvelles entreprises. Ainsi, promouvoir l’Eure en valorisant les atouts du département auprès de ses contacts professionnels (clients, fournisseurs, partenaires, etc.) fait partie des engagements que doivent prendre les entreprises du Club. La proximité avec Paris et avec les ports du Havre et de Rouen et l’offre importante de locaux et de bureaux sont selon Eure Expansion les principales forces du territoire.

“La formation d’un réseau d’affaires constitue le principal avantage que tirent les membres du Club.” La formation d’un réseau d’affaires constitue le principal avantage que tirent les membres du Club. Eure Expansion est également là pour aider les entrepreneurs dans toutes leurs démarches, en partenariat avec tous les acteurs économiques du département. Par ailleurs, l’association organise chaque année une cérémonie de remise de trophées des Ambassad’Eure. Cinq prix, qui mettent en avant des entreprises remarquables dans différents domaines, y sont décernés — par KPMG, la Société Générale, GRDF, Eure Expansion et le quotidien régional Paris-Normandie. Déjà, les premières rencontres ont permis à quelques entrepreneurs de faire connaissance et d’initier des échanges commerciaux. Eure Expansion n’en doute pas : “le Club aura des effets encore plus significatifs à long terme ”, assure-t-on au sein de l’association n Julien Da Sois

© Eure Expansion

© Frédéric Grimaud

Un club de chefs d’entreprises


CHAPITRE 1

© Stéphane Vuillemin / GEA

UN TErriToirE aTTraCTif Les dossiers Territoires | LE COURRIER DU PARLEMENT | 13


ENTRETIEN

Décembre 2016 | Grand Evreux

Avec ses secteurs phares que sont la pharmacie, l’aéronautique et la logistique, l’industrie pèse d’un poids économique très important au sein de l’Eure et du Grand Evreux.

© droits réservés

L’Eure et le Grand Evreux : une dynamique industrielle qui profite au commerce Eric Rouet Président de la Chambre de commerce et d’industrie (CCI) Portes de Normandie

des études sur les actions à réaliser : requalification de friches, aménagement de “dents creuses”, c’est-à-dire d’espaces non construits entourés de parcelles bâties, etc. En quoi consiste l’action de la CCI auprès des entrepreneurs du Grand Evreux  ?

Quelles sont les missions communes à l’agglomération du Grand Evreux et à la CCI ? Avec l’agglomération d’Evreux, notre Chambre œuvre à la transformation de la base aérienne 105 Evreux-Fauville en “Smart Base”, avec entre autres la mise en place d’une pépinière d’entreprises, la “Smart’Up”. Nous travaillons également sur une boutique test. La CCI a acheté des locaux vacants en centre-ville, pour les mettre à disposition de jeunes entrepreneurs qui souhaitent s’installer, le tout en les exonérant de droits d’entrée et en les faisant bénéficier d’un loyer progressif. 55 porteurs de projet ont déposé leur candidature. Quatre ont été sélectionnés mais un seul a été retenu. Le projet d’une deuxième boutique test est en cours. Avec le GEA, nous cherchons également à redynamiser d’anciennes zones industrielles. La CCI effectue actuellement 14 | LE COURRIER DU PARLEMENT | Les dossiers Territoires

La première mission de la CCI est l’accompagnement des créateurs d’entreprises. Nous aidons les porteurs de projets à construire leur business model, jusqu’au financement et l’installation. Ensuite, ils s’enregistrent et notre Chambre les accompagne une fois leur entreprise créée, dans le cadre de leur développement  ; il s’agit là de notre deuxième mission. A ce moment-là, des conseillers experts vont à la rencontre des dirigeants et les aident sur les parties financement, innovation, international, stratégie, développement commercial, etc. Nous avons également une partie formation, composée de trois axes forts pour 2016-2017  : n la mise en place de l’Ecole Supérieure du Numérique de Normandie, avec l’ouverture à la rentrée à Evreux d’un bac +3 webmarketing, et la réalisation de la formation développeur-codeur web  ; n un plan d’action réalisé en partenariat avec le GEA sur la création d’entreprises. Nous sommes en train d’établir un programme d’événements et de conférences pour sensibiliser nos 600 étudiants à la création d’entreprise. Cela va se traduire notamment par

l’organisation d’un “start-up week-end” en février 2017  ; n des actions sur le développement de l’apprentissage. A titre d’exemple, nous avons organisé le 11 mai un rallye de l’alternance. 20 membres de la CCI sont allés faire du porte-à-porte auprès des entreprises. En un après-midi, nous avons présenté les CFA (centres de formation d’apprentis) et les cursus réalisés en apprentissage sur le Département à 250 entreprises. Notre dernière mission concerne l’aménagement du territoire et des infrastructures. La CCI a un rôle de porte-parole des entreprises. L’un des sujets actuellement en débat est la ligne nouvelle Paris-Normandie (LNPN). Quels sont les atouts du Grand Evreux pour les entreprises  ? Le premier atout est son positionnement géographique par rapport à Paris, car notre territoire est situé à 80 kilomètres de La Défense. De plus, nous avons du foncier à un prix raisonnable et un bassin d’emplois très industriel, puisque l’Eure est le septième département industriel français. Les secteurs les plus dynamiques sont surtout la pharmacie et l’aéronautique, mais aussi la logistique. Enfin, notre tissu industriel est extrêmement rassemblé, puisque l’Eure compte 11 groupements d’employeurs. Ceux-ci s’entraident et essaient de trouver des solutions pour promouvoir les entrepreneurs qui s’installent et même les plus grands groupes n Propos recueillis par Julien Da Sois


ENTRETIEN Héritière d’une longue histoire, la base aérienne 105 d’Evreux s’impose aujourd’hui comme un acteur majeur du développement économique eurois. Elle expérimente depuis 2015 le concept de smart base pour renforcer son ancrage territorial.

© BA 105

“Une base partenaire de son environnement de proximité” Colonel Vincent Breton Commandant de la base aérienne 105 d’Evreux

le nom de BA105. Son nom de baptême “Commandant Viot” lui est attribué en 1986. Aujourd’hui, la BA105 est un véritable système de combat, présent sur les trois grandes missions dévolues aux armées par le livre blanc de la défense et de sécurité nationale (LBDSN) de 2013  : la Protection (de la France et des Français), la Dissuasion nucléaire, l’Intervention (opérations extérieures). C’est également l’une des deux seules bases aériennes qui héberge deux escadres : Pourriez-vous présenter la base d’Evreux, ses missions et en dresser un bref historique ? Quels sont les escadres qu’elle accueille aujourd’hui ? La BA105 est l’héritière d’une longue histoire qui débute en 1912, par la création d’une société d’aviation civile et de la Halte Bellenger, du nom d’un Ebroïcien, pionnier de l’aviation militaire, le capitaine Georges Bellenger. Un aéroclub s’y installe dans l’entre deux guerre, puis une école de pilotage en 1937. Le site est ensuite occupé et profondément modifié par les Allemands (19401944) avant de devenir un centre de démobilisation des troupes françaises (1945-1947). Il est ensuite mis en sommeil puis cédé à l’US Air Force en 1952. Les Américains donnent alors au site sa physionomie actuelle. Ils en font une base spécialisée dans le transport aérien et qui compte jusqu’à 9000 personnes. Après leur départ en 1967, la base est redonnée à l’armée de l’air française sous 16 | LE COURRIER DU PARLEMENT | Les dossiers Territoires

n la 64ème Escadre de Transport qui comprend environ 800 personnes chargées de la mise en œuvre et de la maintenance d’une trentaine d’avions (C160 Transall cargo, C160 Gabriel et Casa CN235). n l’escadre aérienne de commandement et de conduite projetable (EAC2P) constituée de 650 contrôleurs aériens et techniciens spécialistes des systèmes d’information et de communication (SIC) tactiques, présents partout où l’armée de l’air est déployée en opérations. En quoi Evreux et l’Eure, plus généralement, présentent-ils des terrains favorables à l’implantation d’activités militaires ? Comme je l’ai indiqué précédemment, c’est avant tout un héritage historique qui a présidé à l’installation d’une base aérienne à Evreux.

Aujourd’hui, le site dispose cependant de nombreux atouts : son positionnement géographique (à proximité de Paris et de la vallée de la Seine), sa superficie (720ha) et sa piste d’atterrissage de 3000 m qui en fait l’une des deux seules bases plateformes de l’armée de l’air capables d’accueillir tous les avions gros porteurs civils et militaires.

“La BA105 est aujourd’hui un véritable système de combat.” Enfin, il y a également un critère essentiel qui rend la région très propice à l’implantation d’activités militaires  : c’est le fort soutien apporté par les Eurois et les Ebroïciens à la BA105 ainsi qu’à son personnel. Nous ressentons très positivement le fait qu’ils soient appréciés et très bien intégrés dans leur environnement local. D’ailleurs, plusieurs autres bases aériennes ont dû fermer en France, ces dernières années, parce qu’elles n’avaient pas un tel soutien de la population locale. En quoi la présence de votre base aérienne est-elle un moteur économique comme d’attractivité pour le territoire ? Avec quelles entreprises locales travaillez-vous ? La BA105 est l’une des plus grandes bases de l’armée de l’air et l’un des principaux employeurs du département. Avec l’arrivée de 300 militaires supplémentaires cette année, elle abrite aujourd’hui 2700 aviateurs et ci-


© BA 105

Décembre 2016 | Grand Evreux

terme, quinze startups : dix au sein de la CCI et cinq sur la BA105. Nous sommes aujourd’hui parfaitement en ligne avec nos objectifs de développement, puisque neuf startups ont déjà intégré la pépinière (six à la CCI et trois sur la BA105).

“LA BA105 héberge depuis fin 2015 une pépinière de startups numériques.” La Ba105 est l’une des plus grandes bases de l’armée de l’air et l’un des principaux employeurs du département.

vils de la défense. Si on inclut les familles, ce sont environ 6000 personnes qui vivent directement de la présence de la base dans le département. Indirectement, la base profite donc à de très nombreux commerçants et artisans.

capacités opérationnelles et la qualité du soutien sur la base  ; n un pilier partenariat, pour renforcer le lien armée-nation et le poids économique de la base  ; n un pilier personnel, destiné à améliorer les conditions de vie et de travail des personnels de la base et leurs familles.

La BA105 est également un gros pourvoyeur d’emplois, qui à l’image de l’armée de l’air recrute, dans 50 métiers différents (de la fin de 3ème jusqu’à BAC+5), entre 2000 et 3000 jeunes gens chaque année.

Au titre des premier et deuxième piliers, la BA105 héberge, depuis fin 2015, une pépinière de startups numériques, développée en partenariat avec le Conseil départemental de l’Eure, le Grand Evreux Agglomération, la Chambre de commerce et d’industrie Portes de Normandie et plusieurs entreprises (ITS, Crédit Agricole, Enedis, Anthares, NWX …). Le but est d’héberger, à

Au-delà de l’aspect purement économique, les personnels de la base et leurs familles ont également apporté une nouvelle vie dans les communes riveraines, permettant notamment de maintenir ouvertes ou de rouvrir de nombreuses classes d’écoles.

Le concept de Smart Base renforce donc encore considérablement l’importance de la base et en fait un acteur majeur du développement économique et du “mieux vivre” dans l’Eure n Propos recueillis par Pauline Pouzankov

© BA 105

Le site est en pleine expansion et a doublé son effectif dans les huit dernières années. De ce fait, de nombreux travaux d’infrastructure ont été nécessaires qui ont directement bénéficié à des entreprises locales.

Mais la Smart Base ce n’est pas que du numérique. La Smart Base c’est également une base plus ouverte et davantage partenaire de son environnement de proximité. A ce titre, la BA105 ouvre ses portes à de nombreux stagiaires de classe de 3ème ou de lycées professionnels, ouvre sa piscine à 9 communes riveraines de la base, met à disposition ses installations et ses moniteurs de sport à plusieurs équipes professionnelles (ALM, EVB …). Chaque année, elle accueille également 35 Cadets de la défense et organise un festival de bandes dessinées aéronautiques (Bulles d’Air – 27 nov. 2016) ainsi qu’un raid sportif multidisciplinaire (Solid’Air – printemps 2017).

En juillet 2015, la Base Aérienne d’Evreux a mis en pratique le concept de “smart base” : dans quelle mesure cela a-t-il favorisé l’essor d’entreprises à vocation numérique ou technologiques au sein du territoire ? Effectivement, sous l’impulsion du chef d’état-major de l’armée de l’air, le général Denis Mercier, la BA105 expérimente, depuis juillet 2015, le concept de Smart Base qui signifie la Base Intelligente en anglais. Elle s’entend ainsi comme un laboratoire de la transformation des armées, structuré autour de trois piliers  : n un pilier numérique, destiné à améliorer, grâce aux nouvelles technologies, les

Le positionnement géographique, la superficie ainsi qu’une piste d’atterrissage de 3000m sont autant d’atouts de la Ba105.

Les dossiers Territoires | LE COURRIER DU PARLEMENT | 17


ENTRETIEN

Décembre 2016 | Grand Evreux

L’agriculture jouit d’un poids économique encore important dans le Grand Evreux. Mais le bio n’y est que très peu développé, ce à quoi la Chambre d’agriculture de l’Eure essaie de remédier.

© CA27

“Nous accompagnons les agriculteurs qui veulent se convertir au bio” Jean-Pierre Delaporte Président de la Chambre d’agriculture de l’Eure

sommes notamment en train de développer les circuits courts, c’est-à-dire la vente directe du producteur au consommateur.

“130 exploitations agricoles subsistent dans le Grand Evreux agglomération (GEA).” L’agriculture joue-t-elle un rôle économique important dans le département de l’Eure et plus précisément au sein du Grand Evreux ? Il reste 3 000 agriculteurs dans l’Eure. L’agriculture y joue donc un rôle important puisque notre territoire n’est pas très industrialisé. Nous avons un peu d’élevage (laitier, viande, etc.) dans l’Ouest du département, près du Calvados en particulier. Les grandes cultures sont plus nombreuses, comme celles de lin par exemple, une filière très importante dans l’Eure. Autour d’Evreux, l’agriculture est primordiale. Il y a très peu d’élevages et beaucoup de grandes cultures (de lin notamment). 130 exploitations agricoles subsistent dans le Grand Evreux agglomération (GEA), ce qui n’est pas négligeable. Nous 18 | LE COURRIER DU PARLEMENT | Les dossiers Territoires

Quels sont vos grands projets actuellement  ? Notre grande action en ce moment concerne la restauration publique. La Chambre d’agriculture aimerait que toutes les cantines du GEA mangent en grande majorité des produits locaux. Par ailleurs, nous essayons d’installer un ou plusieurs magasins dans le département, en partenariat avec les autres chambres consulaires et avec le territoire. Mais c’est très difficile en période de crise de motiver les producteurs pour qu’ils se regroupent et investissent. Le département de l’Eure et le Grand Evreux sont-ils touchés par la crise agri-

cole qui traverse le pays actuellement ? Oui, comme tout le monde, puisque la crise agricole n’épargne personne. D’abord l’élevage, mais aussi les grandes cultures. C’est très intéressant de travailler avec une agglomération comme le GEA car elle nous aide, à travers notamment les circuits courts et la restauration publique. La thématique de l’écologie et de l’environnement est très présente dans le débat public en ce moment, comment en tenez-vous compte  ? Nous travaillons actuellement sur l’agriculture de précision. L’objectif est d’employer moins de produits phytosanitaires et de les utiliser à la bonne époque, avec les bonnes mesures et aux bons endroits. La recherche de cultures et de techniques innovantes, qui permettraient d’éviter les concentrations d’azote et de  molécules phytosanitaires, fait également partie de nos actions. L’agriculture biologique se développet-elle au sein du Grand Evreux ? L’agriculture biologique fait partie de nos missions prioritaires. Elle est très peu développée dans le département de l’Eure, mais nous accompagnons les agriculteurs qui veulent se convertir au bio. Et de plus en plus de producteurs s’y mettent n Propos recueillis par Julien Da Sois


CHAPITRE 2

© Stephane Vuillemin, marie d’Evreux

LEs GraNds ChaNTiErs Les dossiers Territoires | LE COURRIER DU PARLEMENT | 23


ZOOM SUR...

Décembre 2016 | Grand Evreux

Tirer le meilleur parti de ses quartiers centraux : c’est l’ambition que s’est fixée Grand Evreux Agglomération. Ainsi redynamisé, ce secteur au patrimoine préservé doit redevenir un facteur d’attractivité touristique, commerciale et résidentielle pour toute une ville.

Cœur d’agglo : le Grand Evreux part à la reconquête de son centre ville

L

e centre ville d’Evreux se pare de ses plus beaux atours  ! La fière cité normande relève ses manches. Elle décide de donner une nouvelle vie à ses quartiers historiques ainsi qu’à son commerce de proximité. L’âme d’une ville diront certains. Car un commerce de centre ville attractif, c’est pour le client non seulement une offre marchande de proximité mais aussi la possibilité de bénéficier lors de ses achats de la mixité d’activités qu’offre un centre historique ancien : à Evreux, la médiathèque, le théâtre, qui sera réouvert en 2017, ou encore le musée font face à l’Hôtel de Ville.

L’objectif  ? Trouver pour chacun un repreneur. Et avec le fonds FISAC et la Ville d’Evreux, seule compétente de commerce de proximité, tout un panel d’aides aux commerçants va être mis en place.

Evreux, donc, a choisi de se réinventer. Car il était tombé depuis un certain temps déjà sur la capitale de l’Eure comme un voile terne, à l’image du triste parking de son historique place Sepmanville.

Innovation encore  : la “Boutique-test”. Ce concept novateur initié par le GEA et porté par la CCI est destiné à héberger un commerçant qui lance son activité. Il y bénéficie d’un loyer modéré et est exempté de droits d’entrée. La boutique test lui permet de tester son offre auprès des clients. Depuis avril 2016, son locataire est un commerce d’articles de cuisine design. Il a été retenu sur des critères d’innovation et grâce à la qualité de son dossier.

Oublié le goudron  ! La ville repave ses espaces commerçants, rue du Dr Oursel, rues Joséphine et du général Leclerc, places de l’Hôtel de Ville et du Grand Carrefour. Cette dernière a été rendue dès novembre 2015 à la mixité des activités, la place de la voiture relativisée et le stationnement réduit à 20 minutes. Place Sepmanville sera ressuscité l’Iton, les murailles anciennes et leur célèbre porte. Et la place de la cathédrale sera valorisée.

Innovation toujours, l’usage d’internet pour promouvoir le commerce de centre-ville. Les courses plus vite  ! Le site web www.lescoursesplusvite.fr développé précisément par une entreprise d’Evreux, Fid-Int, offre une aide au shopping. Il renseigne en temps réel sur les promotions. Les moyens du marketing de la grande distribution, en quelque sorte, sont ainsi mis à la disposition du commerce de détail  !

Enserré entre les deux bras de l’Iton, ce petit affluent de l’Eure, Evreux doit retrouver son visage d’il y a un siècle. Son ambition est de redevenir ce qu’elle aurait toujours dû demeurer : un joyau d’architecture, de patrimoine et d’histoire où il fait bon vivre. Elle veut exercer un pouvoir attractif et séducteur sur les visiteurs. Et la ville est désormais candidate à la labellisation Ville d’Art et d’Histoire.

Enfin, le GEA a créé son application mobile “Smart Evreux”  ! Chacun a désormais dans sa poche l’ensemble des services de l’agglo et de la ville, son agenda et son actualité  dont celle liée au commerce.

Pour ce faire, Le Grand Evreux Agglomération (GEA) a tenu à confier entre de mêmes mains les fonctions touristique et commerçante. C’est une approche innovante de la question. Ce concept d’Office du tourisme et de commerce, elles ne sont qu’une poignée d’autres villes en France à le partager. En collaboration avec la CCI et un animateur commerce, elle a organisé une gestion prévisionnelle de son bâti commercial. Un à un, chaque local vacant a été recensé. La taille et les caractéristiques de chacun ont été relevés. 24 | LE COURRIER DU PARLEMENT | Les dossiers Territoires

Le WiFi gratuit et accessible dans tout le centre ville  permet d’accéder en toutes circonstances à ces services. Une intercommunalité, enfin, a vocation par définition à appréhender l’ensemble d’une agglomération et pas seulement sa ville centre. Et le GEA, en la matière, ne l’oublie pas. Les opérations “centres bourgs” sont la déclinaison du Cœur d’agglo à plusieurs bourgades périphériques n Olivier Sourd


ZOOM SUR...

Décembre 2016 | Grand Evreux

Créé en 2000, le Grand Evreux ne cesse de se développer et cherche à s’imposer comme une des forces vives de la région Normandie. Ce développement passe entre autre par l’organisation d’évènements culturels. Idéalement située à une heure de Paris et non loin du littoral normand, l’Agglomération s’active pour rendre attractif son territoire.

© Mairie d'Évreux - S. Vuillemin

Le Grand Evreux s’anime

Les fêtes Normandes d’Evreux.

posants ont répondu présent pour démontrer le savoir faire du territoire. Sans oublier la Foire Saint-Nicolas, festivité mise en place depuis le XIIème siècle dans la ville, qui attire des milliers de personnes. Outre ces événements phares, des animations à plus petite échelle sont organisées chaque année : concerts d’orgues à la Cathédrale, expositions au musée et à la Maison des arts, courses hippiques à l’hippodrome, clubs de lecture dans les bibliothèques de l’agglomération ou matchs de basket (l’équipe d’Evreux est en deuxième division du championnat national) et de volley (accession récente en ligue A féminine), etc. De quoi satisfaire les 82 000 habitants du territoire.

Elargir le rayonnement

A

vec ses quelques 400 associations et des centaines d’événements par an, “il y a de quoi faire à Evreux et dans l’Agglomération ! ” assure Anne-Françoise Noé, chargée de la communication du service Événementiel de la Ville d’Evreux.

L’un des derniers en date, le salon des plantes intitulé “La Ronde des Jardins”. Une soixantaine d’exposants, producteurs, pépiniéristes ou horticulteurs, se sont réunis tout le week-end du 14 au 15 mai 2016 au domaine de Trangis. Couplé aux Floralies départementales de l’Eure, il a attiré près de 10 000 visiteurs. Anne-Françoise Noé complète : “En avril s’est tenu le premier salon du livre Actu et Histoire au Palais des Congrès de la ville d’Evreux. Une soixantaine d’écrivains, de journalistes et d’historiens étaient présents. Et pour une première, 3 000 visiteurs c’est un bon score”. Entre salons du livre, des plantes et bien d’autres évènements, le programme se veut éclectique. Pour débuter l’été, l’hippodrome de la ville accueille le dernier week-end du mois de juin, et ce depuis 1983, le festival “le Rock dans tous ses Etats”. Cette année, Louise Attaque fait notamment partie de la programmation. La deuxième édition des Fêtes Normandes a quant à elle voulu promouvoir la Normandie sous toutes ses formes : traditions, tourisme, terroir, histoire, agriculture, artisanat et modernité. Plusieurs centaines d’ex26 | LE COURRIER DU PARLEMENT | Les dossiers Territoires

Lors des plus grands évènements, un questionnaire est proposé au public. But de la manœuvre : établir la provenance de chacun et fournir ainsi des statistiques précises. Selon Anne-Françoise Noé, la fréquentation se partage de cette manière  : 30 à 40 % des visiteurs viennent d’Evreux même, de 20 à 30 % de l’Agglomération. Plus largement, 30 % du département, et 10 % des départements limitrophes. Mais l’agglomération ne compte pas s’arrêter sur ces chiffres  : “Le festival Le Rock dans tous ses Etats ou encore le rassemblement d’Harley Davidson en septembre sont des rencontres qui font venir des gens de la France entière. C’est important pour notre territoire d’élargir au maximum la provenance de notre public afin d’avoir un rayonnement le plus large possible”, poursuit AnneFrançoise Noé. Les Fêtes Normandes sont un bon exemple de cette volonté d’élargissement. Celles-ci rassemblent des exposants des cinq départements qui composent la Région Normandie et ont ainsi vocation à attirer des touristes venus de ces mêmes territoires, mais aussi de la Région parisienne. D’autant que l’Agglomération est bien desservie. En train depuis Paris, la ville d’Evreux n’est qu’à une heure, permettant d’y faire une petite escapade dans la journée n Lucas Chedeville


ZOOM SUR...

Décembre 2016 | Grand Evreux

Depuis 2015, le Grand Evreux Agglomération (GEA) développe la “smart city”, un territoire numérique et intelligent utilisant les smartphones et les objets connectés.

© Direction de la Communication - Ville d’Évreux

Une agglomération intelligente

L’application smartphone “smartEvreux” a été lancée fin 2015.

L

a smart city (“ville intelligente” en anglais) est un concept qui est apparu il y a une dizaine d’années avec l’émergence des smartphones et autres objets connectés. Les technologies numériques y prennent une place importante afin d’améliorer les transports, l’énergie, les rapports entre les citoyens voire la démocratie locale. Pour les gestionnaires des villes, qui sont confrontés à une démographie et des contraintes budgétaires et environnementales croissantes, la smart city est une opportunité  ; les villes capables de mettre en œuvre des infrastructures (eau, électricité, gaz, transports, services d’urgence, services publics, etc.)

28 | LE COURRIER DU PARLEMENT | Les dossiers Territoires

communicantes et durables améliorent le confort des citoyens et sont plus efficaces, tout en se développant dans le respect de l’environnement. En effet, grâce aux informations sur les activités de leurs usagers qu’ils collectent par le biais de capteurs, les gestionnaires des villes peuvent faire des analyses poussées (“datamining”) et offrir des services plus adaptés. Les commerçants peuvent également proposer des offres plus ciblées. Concernant le Grand Evreux, les objectifs de la smart city sont divers  :

le même temps, une application smartphone citoyenne appelée “SmartEvreux” a été créée afin d’agréger et de distribuer des contenus et services de proximité utiles à tous les acteurs de l’agglomération. D’autres projets sont toujours en cours. C’est par exemple le cas de l’expérimentation consistant à mettre en place des balises à proximité des magasins permettant de diffuser des messages promotionnels sur les smartphones.

n faire des administrés des acteurs de la ville, c’est-à-dire permettre au citoyen d’être informé en temps réel de la vie de sa cité. Il peut organiser ses déplacements et ses activités grâce aux informations transmises à son smartphone par les différents capteurs installés dans la ville (trafic, qualité de l’air, places de parking, localisation des bus, température, pluviométrie...). De même, il peut être un acteur de la vie de la cité en signalant des anomalies ou des dysfonctionnements, en répondant à des enquêtes sur telle ou telle proposition de la municipalité et en participant à des débats en ligne  ;

Autres mesures à l’étude actuellement dans le cadre de la smart city, la télérelève des déchets et de l’eau. Concernant les ordures, le projet consiste à installer un système autonome de télérelève de façon à optimiser les tournées, limiter leur nombre et donc le nombre de kilomètres parcourus et ainsi réduire l’usure des conteneurs. Quant à l’eau, il est prévu que l’ensemble des compteurs équipés d’un module radio, permettant d’effectuer un relevé à distance à partir de la voie publique sans nécessité de pénétrer dans la propriété.

n améliorer la gestion en interne des infrastructures et services, c’est-à-dire développer notamment l’efficience et la justesse des relevés d’eau et de la collecte des déchets, ainsi que la connexion des bâtiments  ;

En lien avec l’Office de tourisme et de commerce du Grand Evreux, le dernier projet prévoit l’installation d’un totem digital présentant une galerie commerciale ainsi que diverses informations touristiques et institutionnelles aux passants.

n créer une véritable infrastructure multisupport pour coordonner l’ensemble des projets, qui s’appellera “SmartEvreux”. A l’heure actuelle, plusieurs projets en lien avec la smart city sont engagés ou déjà achevés au sein du Grand Evreux Agglomération (GEA). Fin 2015, un réseau wifi gratuit a été mis en place dans le centre-ville d’Evreux. Dans

Toutes ces initiatives vont nécessairement engendrer d’autres projets, tels que l’interconnexion des bâtiments administratifs ou encore le développement de la domotique. Avec une seule idée en tête  : faire du territoire ébroïcien un lieu d’expérimentation numérique unique en France n Julien Da Sois


Décembre 2016 | Grand Evreux

ZOOM SUR...

La Madeleine et, aujourd’hui, Nétreville : le Grand Evreux Agglomération réhabilite ses quartiers excentrés où résident 50% de ses habitants car au même titre que le centre ville, ils contribuent à ce que sera la ville de demain !

renouvellement urbain : la nouvelle vie des cités

© GEA

n le développement d’équipement publics et de services de proximité.

Le Grand Evreux s’est lancé dans une opération ambitieuse de renouvellement urbain.

L

a Madeleine  ! Le quartier est emblématique de cette ville de 50  000 habitants. Il est sorti de terre au début des années 60. Forte de sa situation à une heure de Paris, Evreux voyait alors l’arrivée d’une petite industrie attirée là par une main d’œuvre bon marché. Avec elle, c’était toute une population ouvrière qui faisait son apparition. Plus de 40 ans après, le quartier, comme beaucoup d’autres de sa génération, était devenu synonyme de “cité” à problèmes. Il devait connaître une deuxième vie. La loi du 1er août 2004, dite loi Borloo crée l’Agence National pour la Rénovation Urbaine. La convention ANRU est signée à EVREUX en juin 2005, son programme d’action s’élève à 242 millions d’euros et doit se conclure fin 2017. Cinq objectifs  ont été fixés dans la convention :

n le désenclavement  : nouvelles facilités d’accès aux équipements collectifs et culturels ; n la requalification et la dédensification du bâti, sa diversification et la mixité sociale  ; n la création d’activités économiques  ; n la redynamisation du quartier, sociale et économique. L’agglomération lutte ici pour la diversité commerciale et contre la spécialisation des commerces  ;

Sur ce dernier point, outre la rénovation d’écoles élémentaires et de la Maison de Quartier, plusieurs implantations ont “tiré” le quartier vers le haut  : la Maison départementale des solidarités, du Conseil départemental de l’Eure (elle accueille une centaine d’agents), l’antenne de Pôle Emploi. A tout seigneur tout honneur, enfin, c’est ici désormais que siège le nouvel Hôtel d’Agglomération du Grand Evreux. Tout un symbole  et un acte fort de la Communauté d’agglomération en matière d’aménagement du territoire  ! L’opération urbaine a été un levier important pour l’emploi des habitants des quartiers. Dix ans après, un premier bilan du renouveau de La Madeleine peut être dressé. L’opération semble avoir atteint bon nombre de ses objectifs. Elle a abouti à un projet urbain de qualité et réussi la mutation du quartier. Le bâti parfois très vétuste a cédé la place à des espaces publics rénovés et à un habitat renouant avec le confort. Un nouveau maillage viaire structure le quartier. Les culs de sac ont été supprimés, de nouvelles entrées de quartier ont été créées pour le désenclaver. Polarisée par de nouveaux équipements structurants, La Madeleine connaît une deuxième vie. Elle retrouve le bon chemin ! En matière de mixité et de diversité urbaines des fonctions du quartier, le travail se poursuit. Le changement d’image ne s’est pas encore opéré. Le quartier demeure spécialisé dans le logement social (il est difficile d’attirer de nouvelles populations via des programmes d’habitat privé). L’opération de Nétreville se conçoit aujourd’hui comme la petite sœur de La Madeleine. De plus petite dimension, il présente cependant des problèmes urbains accrus, et a été retenu au titre du NPNRU (Nouveau Programme National de Renouvellement Urbain). Pour 100 millions d’euros d’investissement, il va renaître de ses cendres : réhabilitation résidentielle, emploi encouragé et placé au cœur des actions, mise en valeur des commerces, et très forte interventions sur les écoles (notamment construction d’un nouveau groupe scolaire favorisant la mixité sociale) sont au cœur du projet. Il s’agit, là aussi, de rénover et diversifier l’habitat, d’améliorer la qualité environnementale, d’ouvrir le quartier sur la ville par une meilleure mobilité et un maillage viaire et piétonnier repensé n Olivier Sourd Les dossiers Territoires | LE COURRIER DU PARLEMENT | 29


ZOOM SUR...

Décembre 2016 | Grand Evreux

Une première baisse de 5 % en 2015, une seconde de 10 % en 2016, les élus du Grand Evreux considèrent la baisse du prix de l’eau comme une mesure importante pour les administrés de l’agglomération.

Le Grand Evreux baisse le prix de son eau 

“C

’est une volonté du président et des élus” explique Guy Dossang, Vice-président du Grand-Evreux en charge de l’Eau et de l’assainissement. Le Conseil communautaire a d’abord baissé de 5 % puis de 10 %, le coût de l’abonnement annuel — cette baisse a été accompagnée par la mise en place progressive de la mensualisation des factures d’eau. Depuis 2014, le travail mené vise à baisser le prix de l’eau après plusieurs années d’augmentation due à des investissements considérables dans le secteur.

Soulager les personnes seules ou âgées La baisse du coût de l’abonnement bénéficie à tous les administrés du territoire. “Plus particulièrement aux personnes seules et âgées qui ont forcément une consommation moins forte qu’une famille avec des enfants en bas âge ” précise le vice-président. D’après les chiffres du Grand Evreux, une baisse de 300 000 euros du budget d’eau des ménages a été enregistrée depuis 2015.

“Une mesure écologique ” Mesure gagnante pour les habitants donc, mais également pour l’écologie.

“Etonnement, nous avons constaté que les gens gaspillent moins et font plus attention à leur consommation. Il y a donc une vertu écologique ” explique Guy Dossang. Alors que les enjeux de l’eau sont plus que jamais au cœur des débats environnementaux, au niveau national comme international, le Grand Evreux espère faire prendre conscience à ses administrés l’importance de cette problématique. Pour exemple, de nombreuses visites d’usines d’eaux potables et d’eaux usées sont régulièrement organisées. Objectif, rendre compréhensible un processus de traitement de l’eau qui peut paraître abstrait pour les non-initiés. “Il s’agit d’expliquer que l’eau qui coule dans nos robinets ne vient pas de nulle part, qu’il y a un travail en amont et en aval.” conclut l’élu, qui se veut optimiste quand à l’évolution de la question de l’eau n Lucas Chedeville

© Patric Lefebvre

Le Conseil a étudié plusieurs solutions proposées par les services concernés afin de mettre en place cet accord. Mesure populaire, tant auprès des élus que des 80 000 habitants du territoire, “il n’y a pas eu de blocage au niveau des votes ” assure Guy Dossang. De l’autre côté, le Conseil a assuré

ne pas augmenter les impôts locaux, comme certains le craignaient.

Le centre de traitement des eaux usées de Gravigny.

30 | LE COURRIER DU PARLEMENT | Les dossiers Territoires


CHAPITRE 3

LEs TraNsPorTs, ET LEs ProjETs d’iNfrasTrUCTUrEs

© Stéphane Vuillemin / GEA

Les dossiers Territoires | LE COURRIER DU PARLEMENT | 31


ZOOM SUR...

Décembre 2016 | Grand Evreux

La problématique de la mobilité étant un élément central de la vie quotidienne, le Grand Evreux Agglomération mène une politique volontariste en la matière pour faciliter les déplacements des habitants.

Une agglo’ qui bouge “durable”

G

érant près de 400 000 voyageurs annuels, le GEA s’est doté d’un réseau de bus desservant les 84 000 habitants du territoire sur l’ensemble des 37 communes. Dix lignes régulières relient ainsi Evreux à sept autres villes, avec un service accessible aux personnes à mobilité réduite, des taxi-bus à la demande couvrant 31 communes ainsi que d’autres moyens de transport occasionnels. Des études d’amélioration des dessertes sont par ailleurs en cours,

32 | LE COURRIER DU PARLEMENT | Les dossiers Territoires

avec la mise en place d’une ligne expérimentale (numéro 7) entre Aviron et Evreux ainsi qu’une autre à Normanville. Pour mettre en oeuvre sa politique de transport public, le GEA s’appuie sur Trans Urbain, le délégataire actuel du réseau, dont il finance et contrôle l’activité sur la base d’un contrat de service public. Depuis le 11 août 2016, les clients de Trans Urbain ont accès à une e-boutique permettant l’achat des titres de transport en ligne, via une inter-

face plus fonctionnelle et conviviale. Toute la gamme tarifaire y est désormais accessible, mis à part les titres à l’unité ou à la journée ainsi que les tarifs spéciaux. Une application viendra prochainement compléter ces outils d’information.

Cap sur les mobilités douces Autre service novateur et global :


ZOOM SUR...

© Roloff

Décembre 2016 | Grand Evreux

Atoumod’ vise à développer l’usage des services de transport pour encourager les habitants à l’utilisation des modes de déplacement publics.

“Pas moins de 400 000 voyageurs annuels.”

Le GEa s'est doté d'un réseau de bus desservant les 84 000 habitants du territoire sur l'ensemble des 37 communes.

Le principe ? Un seul titre de transport chargé sur la carte Atoumod’ permet de voyager en illimité entre Rouen, Elbeuf, Valde-Reuil, Louviers ou Evreux que ce soit en métro, car, bus ou train. Pour sensibiliser davantage la population à l’intérêt des mobilités douces, le GEA a édité un Guide de la

34 | LE COURRIER DU PARLEMENT | Les dossiers Territoires

mobilité apportant toutes les informations nécessaire sur les réseaux de transport en commun, les aides financières, tarifs réduits ainsi que sur les service à la mobilité présents sur le territoire. Au coeur de l’agglo’, un nouveau panneau surnommé “tourne-

à-droite vélo” donne désormais la possibilité aux cyclistes de tourner à droite sans marquer l’arrêt alors que le feu est rouge, à condition de respecter le règlement du code de la route. Nul doute que le dispositif va se multiplier aux nombreux carrefours du GEA n


36 | LE COURRIER DU PARLEMENT | Les dossiers Territoires


CHAPITRE 4

ENsEiGNEmENT sUPériEUr, saNTé, rEChErChE ET NoUvELLEs TEChNoLoGiEs © Stéphane Vuillemin / GEA

Les dossiers Territoires | LE COURRIER DU PARLEMENT | 39


ZOOM SUR...

Décembre 2016 | Grand Evreux

Avec près de 3 000 étudiants sur son territoire, le Grand Evreux se positionne comme une agglomération étudiante proposant des formations de qualité.

Le Grand Evreux, un pôle universitaire et étudiant

L’agglomération du Grand Evreux propose à la fois des formations initiales et en alternance, mais aussi des formations destinées aux salariés et aux demandeurs d’emploi.

L

es quinze établissements d’enseignement supérieur présents à Evreux et à Saint Sébastien de Morsent, répartis sur treize sites, englobent les secteurs tertiaires (droit, économie, gestion, commerce, marketing), paramédical, sanitaire et social (ergothérapie, soins infirmiers, carrières sociales), industriel et scientifique (chimie, biologie, santé). Ils proposent à la fois des formations initiales et en alternance, mais aussi des formations destinées aux salariés et aux demandeurs d’emploi, comme le Centre de Formation Continue ou la Chambre de Métiers et de l’Artisanat de l’Eure. Le Grand Evreux est un territoire actif au niveau de la recherche et de l’innovation, grâce à des pôles de recherche et des plateformes technologiques innovantes dans les filières industrielles, le packaging, la pharmacie… Enfin, les étudiants peuvent se loger facilement à travers la mise en place de logements gérés par le CROUS. Un restaurant universitaire ouvert à tous est également disponible sur le site de l’antenne universitaire de Tilly n Justine Hagard

40 | LE COURRIER DU PARLEMENT | Les dossiers Territoires

Une vie étudiante dynamique et facilitée Grâce à l’activité importante des associations étudiantes de l’agglomération – au nombre de huit –, les étudiants bénéficient d’un cadre de vie agréable et propice à une vie sociale, culturelle, sportive et associative développée. Les associations peuvent bénéficier d’un fonds de soutien pour mettre en place des projets qui participent à la vie étudiante locale. Pour les aider dans leur quotidien, le Grand Evreux a même mis à leur disposition un guide pratique recensant des informations essentielles  : aides à l’enseignement, logement, nourriture, transports, divertissement, adresse utiles… Autant de bons plans qui leur rendent la vie plus facile. En plus, un plan interactif de la vie étudiante d’Evreux est disponible sur le site internet de l’agglomération. Sa consultation, adaptée aux écrans des smartphones, permet de localiser facilement les endroits stratégiques et indispensables au quotidien.


L

E

C

O

U

R

R

I

E

R

D

U

PARLEMENT

Retrouvez tous nos anciens numéros sur notre site

www.lecourrierduparlement.fr

Au Courrier du Parlement (10 numéros) et je joins à ce bulletin un règlement de 70 € par chèque bancaire ou postal à l’ordre de Monde Édition. Au Courrier du Parlement et ses numéros spéciaux pour un an (10 + 10 numéros) et je joins à ce bulletin un règlement de 160 € par chèque bancaire ou postal à l’ordre de Monde Édition. Mme/ M./ - Prénom/ Nom : ................................................................................................................................................. Organisme/ Société : ............................................................................................................................................................... Adresse : ........................................................................................................................................................................................ Tél. : ……………………………...........………………… E-mail : ……………………………………………........................……………………… À retourner à : Le Courrier du Parlement / Monde Édition S.A.S. - 3, rue Mornay - 75004 Paris CONTACT : redaction@lecourrierduparlement.fr - Tél. : 01 44 54 05 50 - Fax : 01 44 54 05 55

"

JE M’ABONNE


CHAPITRE 5

© Theoliane

ToUrismE ET CommErCE Les dossiers Territoires | LE COURRIER DU PARLEMENT | 45


ENTRETIEN

Décembre 2016 | Grand Evreux

Bien qu’Evreux possède les qualités nécessaires pour devenir une destination touristique à part entière, une étude menée par le cabinet Territoires et Tourismes International a montré que beaucoup de sites mériteraient d’être valorisés sur le territoire. A commencer par le cœur de ville.

“Le centre-ville d’Evreux doit récupérer son identité” Eduardo R. Lafforgue Cabinet Territoires et Tourismes International

Quels sont, d’après vous, les atouts principaux d’Evreux et les zones qui doivent se développer en priorité ? La ville d’Evreux bénéficie de plusieurs qualités, à commencer par sa situation géographique avantageuse à une heure et demie de Paris et aux portes de la Normandie, mais aussi son patrimoine historique et architectural, qui mériterait d’être davantage mis en valeur. Bénéficiant de fortes compétences dans les domaines de la santé, des biosciences et des cosmétiques, ce territoire devrait développer plus de clusters pour gagner en puissance dans ces domaines. Sans oublier le quartier des usines de Navarre, une friche industrielle à désenclaver : elle pourrait notamment accueillir des ateliers d’artistes et un centre de métiers d’art. Qu’en est-il du tourisme d’affaires ? Le tourisme d’affaires est déjà bien pré46 | LE COURRIER DU PARLEMENT | Les dossiers Territoires

sent à Evreux mais il mérite de gagner en qualité. A ce jour, un seul hôtel est en capacité d’accueillir une clientèle haut de gamme et d’assurer les services, les conférences ou les réunions professionnelles qu’elle exige. Nous avons donc suggéré un projet “phare” : la création d’un hôtel-boutique de luxe au centre-ville qui permettra d’attirer les visites de loisirs comme d’affaires en allongeant les durées de séjour. Cette vitrine plus axée “lifestyle” moderniserait la personnalité d’Evreux et proposerait une expérience unique que l’on ne trouverait pas dans les autres hôtels. Car c’est en se démarquant que l’on parvient à capter sa clientèle aujourd’hui.

“Je reste optimiste quant à l’avenir d'Evreux.” Quels projets pourraient accentuer l’identité d’Evreux et particulièrement celle du centre-ville ? Passé 18 heures, le centre-ville d’Evreux est “mort”, et ce malgré les atouts ou la beauté architecturale de son patrimoine historique. C’est vraiment dommage. Il faut donc récupérer l’âme qui lui est propre et mettre davantage en valeur les espaces publics, notamment via le développement de circuits

touristiques. Les bords de l’Ion pourraient en ce sens être réaménagés pour inciter les habitants aux promenades mais aussi à la création d’animations le long des quais. Encore ici un hôtel au centre ville contribuerait aussi à ramener la vie au cœur de la ville. L’agrotourisme est par ailleurs en plein développement : pourriez-vous en dire plus sur cette tendance et en quoi pourrait-elle attirer les consommateurs aujourd’hui à Evreux ? L’agrotourisme est une tendance déjà bien ancrée depuis une quinzaine d’années en Europe, particulièrement en Suisse, en Belgique, en Espagne ou en Italie. Le concept propose de découvrir les savoir-faire agricoles d’un territoire, et par extension ses paysages, ses pratiques sociales ou encore ses spécialités culinaires découlant de l’agriculture. A ce titre, la construction d’un “Discovery Center” (centre de découverte) permettrait de mettre en valeur les communes environnantes d’Evreux, au travers de visites et de séjours à la ferme. Un retour à la terre, somme toute, qui se doublerait d’un développement économique de l’ensemble de l’agglomération en réaffirmant une identité authentique. Je n’en reste pas moins optimiste quant à l’avenir d’Evreux. Je l’ai découverte en réalisant l’étude et elle m’a agréablement surpris par son charme : il n’en faut pas beaucoup pour la réinventer, un ou deux projets phares pourraient déjà changer la donne n Propos recueillis par Pauline Pouzankov


ENTRETIEN

Décembre 2016 | Grand Evreux

Depuis quelque temps, l’agglomération du Grand Evreux concentre ses efforts sur le tourisme, afin de faire de son territoire une destination à part entière en la matière.

© S. Vuillemin, Grand Evreux Agglomération

“Le Grand Evreux a une véritable stratégie d’attractivité” Rémi Priez Vice-président du Grand Evreux Agglomération (GEA) en charge du tourisme

mération. Celui-ci a été transformé récemment en EPIC (établissement public industriel et commercial), et il est maintenant classé en catégorie 1, c’est-à-dire la meilleure catégorie des offices de tourisme. Les actions se sont concentrées sur la mise en valeur des monuments : aménagement du parvis de la cathédrale d’Evreux et des bords de la rivière Iton, développement de voies vertes, rénovation du beffroi d’Evreux, etc. Quels sont les points forts de l’agglomération en matière de tourisme  ? Nous sommes idéalement situés, à 100 km de Paris et à 100 km des plages normandes. Donc le potentiel de touristes est important  ; il est de 10 à 15 millions de personnes entre la Normandie et la région parisienne. Un autre point fort est le fait que nous ayons une véritable stratégie d’attractivité au niveau de la collectivité. Il y a une cohérence entre les actions et une cohésion entre les élus.

Le GEA accueille également de nombreuses manifestations : les Fêtes Normandes, le Salon du livre d’histoire ou encore le Rock dans tous ses états, qui est un festival de musique rock qui rassemble 40 à 50 000 visiteurs chaque année. Un EPCC (établissement public de coopération culturelle) a été mis en place, regroupant les trois lieux emblématiques de l’agglomération en matière culturelle : la Scène Nationale Evreux Louviers, le Cadran et la Salle des Musiques Actuelles.

Quelles actions ont été mises en place ces dernières années pour faire du Grand Evreux une véritable destination touristique  ?

L’Office de tourisme du Grand Evreux est devenu en début d’année l’Office de tourisme et de commerce du Grand Evreux. Pourquoi est-ce important d’associer les commerçants à votre politique touristique  ?

Une stratégie touristique a été définie par les élus du GEA. Elle est déclinée par l’Office de tourisme, bras armé de l’agglo-

Les commerces de quasiment toutes les moyennes et grandes villes de France connaissent des difficultés en raison de la crise.

Le GEA a décidé d’être un acteur pro-actif pour la redynamisation des centres-bourgs et du cœur d’agglomération. Plutôt que de créer une nouvelle structure qui coûte cher en frais de fonctionnement, le territoire a choisi de rattacher le commerce au tourisme, car leurs missions sont assez similaires. A Evreux, nous avons embauché un animateur commerce ; cela répond à une véritable demande des commerçants et fonctionne très bien. Il est aujourd’hui le lien entre ces derniers et la collectivité. Sa mission s’étendra ensuite à l’ensemble des commerces du GEA.

“Le GEA a décidé d’être un acteur pro-actif pour la redynamisation des centres-bourgs et du cœur d’agglomération.” Quelles aides fournissez-vous aux professionnels du tourisme dans le Grand Evreux  ? Pour les hébergements, il existe un système de subventions. Le GEA octroie une somme de 500 euros par lit. Si une ou plusieurs caractéristiques de l’hébergement correspondent à la stratégie touristique de l’agglomération, nous offrons 1 000 euros supplémentaires. Une animatrice numérique du territoire, de l’Office de Tourisme, est en relation avec les hébergeurs. Celle-ci les aide notamment à se former à l’utilisation des outils internet et des réseaux sociaux. Le GEA organise également des Educ’ tours. Le but est de réaliser des visites du Grand Evreux. Les dossiers Territoires | LE COURRIER DU PARLEMENT | 47


ENTRETIEN

© Marion Hossin OTC du GEA

Décembre 2016 | Grand Evreux

Nous voulons que les professionnels du tourisme connaissent bien leur territoire, sachent qui sont leurs partenaires et tissent des liens entre eux.

“Nous sommes idéalement situés, à 100 km de Paris et à 100 km des plages normandes.” Quels sont vos projets pour les mois à venir  ?

La cathédrale Notre-dame d’Evreux a vu son parvis être aménagé.

La création d’un parc d’attractions sur le thème des Vikings et de la Normandie médiévale est notre deuxième gros projet. Un centre de loisirs a un impact significatif sur l’identité et l’attractivité d’un territoire ; il provoque des retombées économiques et

au niveau de l’emploi  très importantes : un poste créé dans un parc génère deux à trois emplois à l’extérieur (hôtels, services, transports, restauration, etc). Nous visons plusieurs centaines de milliers de visiteurs par an n Propos recueillis par Julien Da Sois © Stephane Vuillemin, marie d’Evreux

Nous projetons de créer un ���American village”, c’est-à-dire un espace d’une vingtaine d’hectares dédié à la présence américaine à Evreux. Notre ville est quasiment la seule après la Seconde Guerre mondiale à avoir accueilli des Américains en très grand nombre. Nous pourrions y retrouver notamment un centre de séminaires, un “dinner”, un musée aéronautique ou encore un “discovery center”, c’est-à-dire un endroit où les touristes découvriraient les activités proposées sur l’ensemble de la Normandie.

“La création d’un parc d’attractions sur le thème des vikings et de la Normandie médiévale est notre deuxième gros projet.”

48 | LE COURRIER DU PARLEMENT | Les dossiers Territoires


CDP GRAND EVREUX