Issuu on Google+

Numéro 22 _______________________________________________PRINTEMPS 2007

lecomprime@yahoo.fr http://www.lecomprime.com Le journal de la faculté de Pharmacie de Strasbourg... BOURRE !

Farmaverde Pharmacie végétale communautaire

L’Histoire de votre journal

0,50 €

Quelle Pharmacie au XXIème siècle ?

LMD et Bloc Santé


SOMMAIRE

EDIT O

Chères lectrices, chers lecteurs, Voilà le printemps qui s'installe tout doucement dans notre région, et avec lui les beaux jours reviennent. Ah, le printemps ! La saison où les arbres se remettent à fleurir, les oiseaux à chanter et les minijupes font à nouveau leur apparition pour le plus grand plaisir de ces messieurs ! Mais le printemps, c'est aussi l'envie de flâner à nouveau en ville, de se mettre au sport (le tournoi de foot approche…) et aussi et par dessus tout, l'envie de ne… RIEN FAIRE !!! Comme je vous comprends ! Et pourtant, le travail ne manque pas en cette période ! Présentations à l'oral, élaborations de posters, rapports en tout genre à remettre pour avant-hier, j'en passe et des meilleurs… Nous sommes servis ! Malgré cela, vous avez eu le temps de nous écrire et nous vous en remercions. Quel plaisir de voir que dans chaque promo, vous nous avez transmis un article. Les étudiants ont des idées, des projets, imaginent des tas de choses et les associations de notre chère Faculté sont plus dynamiques que jamais. Je ne pourrais cependant pas terminer cet édito sans vous parler des voiles sombres qui sont venues quelque peu assombrir le ciel bleu de la pharmacie française. Le monopole et le quorum sont en effet directement remis en question par la Commission Européenne (cf. article page 13). Se pose alors clairement le problème de l'avenir de l'officine française. Il est important que l'ensemble des acteurs du monde pharmaceutique se sente concerné. Il en va du devenir de notre profession, de celui de notre diplôme et de tous les savoirs empiriques qui vont avec. Les pharmaciens, acteurs essentiels de notre système de santé, doivent s'organiser dès aujourd'hui afin que la Santé continue d'être notre priorité à tous ! Maintenant, il ne vous reste plus qu'à vous trouver un petit coin tranquille, à vous étendre dans l'herbe et à ajuster vos lunettes de soleil. Ça y est ! Vous êtes fin prêts pour lire Le Comprimé ! Bonne lecture !!! Jean-François Seitlinger

ERRATUM : Nous souhaitons nous excuser pour l’erreur qui s’est malencontreusement glissée dans le numéro 21 du journal. En effet, à la page 31, l’hexadoku comportait une erreur. Dans la 7ème colonne de la 13ème ligne, un 8 avait pris la place d’un 2. Toutes nos excuses pour ce désagrément !

-3-

3 - EDITO ET... SOMMAIRE ! 4 - NOUVEAUX MÉDICAMENTS 5 - LA PAGE DU COMPRIME 6 - LA PAGE DE L’AMICALE 8 - LA PAGE DU CEPHI 10 - LMD ET BLOC SANTE 12 - ENTRETIEN 13 - HENRI MOISSAN 13 - LA SANTE EST-ELLE MORTE ? 14 - CHRONIQUE CAUSTIQUE 15 - RECIT 16 - 22, V’LA LE COMPRIME ! 18 - BONNE CHANCE 19 - DANS LES COULISSES DU COMPRIME 20 - FARMAVERDE 22 - PHARMACOPEE EUROPEENE 24 - JEUX VIDEOS 25 - SOS : BIZUTAGE ! 28 - HUMOUR HUMOUR 29 - POLITIQUE 30 - JEUX 31 - PHOTOS

ATTENTION Vous avez jusqu’au 1er mai pour nous envoyer vos articles. Ce délai étant assez court, Ne tardez plus ! Ecrivez-nous!


MEDICAMENTS________________________________________________________________

Nouveautés ACOMPLIA® : nouvelle molécule Le rimonabant est commercialisé sous le nom d'Acomplia®. Il s'agit du premier antagoniste des récepteurs cannabinoïdes de type 1. Le médicament se présente sous la forme de comprimés dosés à 20 mg. Sa prise entraîne une perte de poids (5-6 kg), du périmètre abdominal et une amélioration du métabolisme glucidolipidique. Acomplia® est indiqué pour le "traitement des patients obèses (IMC supérieur ou égal à 30 kg/m2), ou en surpoids (IMC supérieur à 27 kg/m2) avec des facteurs de risque associés (diabète de type 2 ou dyslipidémie), en association au régime et à l'activité physique". Acomplia® est doté du statut de médicament d'exception. Son remboursement est restreint à une catégorie de patients : les sujets obèses (IMC supérieur ou égal à 30 kg/m2) et diabétiques de type 2, insuffisamment contrôlés par une monothérapie par metformine ou sulfamide et dont le taux d'HbA1c est compris entre 6,5 et 10 %. Acomplia® s'administre à raison de un comprimé le matin avant le petit déjeuner. Sanofi-Aventis®, boîte de 28 comprimés pelliculés, AMM : 376 700.9, liste I, remb. SS à 35 % (sous certaines conditions), prix public : 71,63 €. BACTROBAN® : sortie de la réserve hospitalière Bactroban® est une pommade nasale composée de mupirocine dosée à 2 %. Cette molécule connue (elle est déjà présente dans la pommade Mupiderm) est un antibiotique actif sur Staphylococcus aureus. Bactroban 2 %® est indiqué pour éradiquer le portage nasal de S. aureus dans les staphylococcies cutanées récidivantes chez le porteur chronique de staphylocoques. Bactroban prévient aussi les auto-infections à S. aureus chez les hémodialysés. La pommade s'applique dans les narines deux à trois fois par jour à raison d'une dose équivalente à une tête d'allumette, pendant 5 jours. GlaxoSmithKline, tube de 3 g, AMM : 363 416.5, liste I, remb. SS à 65 %, prix public : 6,11 €. MACUGEN® devient un médicament d'exception Macugen® est dorénavant doté du statut de médicament d'exception. Il est pris en charge par la Sécurité sociale à 100 % quand il est prescrit dans le traitement de la forme néovasculaire exsudative rétrofovéolaire de DMLA. La prescription doit être rédigée sur une ordonnance de médicament d'exception à 4 volets pour que le traitement soit remboursé. Le prix public du Macugen® est fixé à 734,30 €. CROMORHINOL® : nouveau médicament familial Cromorhinol® est un spray nasal composé d'une solution de cromoglycate de sodium dosée à 2 %. Il s'agit de la première présentation conseil de la molécule antiallergique administrée par voie nasale. Cromorhinol® est indiqué dans le traitement des rhinites allergiques. Ce médicament peut être conseillé chez l'adulte et chez l'enfant. Bausch & Lomb Laboratoire Chauvin, flacon pulvérisateur de 15 ml, AMM : 339 983.0, PAHT : 3,50 €. Le Chie-noix

-4-


_________________________________________________________________LE COMPRIME

L’actualité de l’association L'équipe du journal Le Comprimé est fière de voir que le nombre d'auteurs ne cesse de croître et que vous continuez à être de plus en plus nombreux à nous lire. Ce n'est donc pas un hasard si cette année, nous avons été en mesure d'éditer à chaque fois un numéro de 32 pages. On l'a déjà dit à plusieurs reprises, mais cela fait toujours plaisir de rappeler qu'aujourd'hui vous êtes 96 à être membres de notre association. Cela n'était encore jamais arrivé auparavant. Nous espérons que plus qu'un constat ponctuel, cela reflète bel et bien l'intérêt que les étudiants en pharmacie portent à leur journal. A l'heure où l'information va plus loin que le traditionnel support papier, nous sommes heureux de pouvoir vous annoncer que Le Comprimé est également très présent sur la toile et que le site (lecomprime.com) a déjà pu bénéficier de nombreuses visites. Il continuera à se développer et à s'enrichir avec l'aide de chacun d'entre vous. Si ces propos possèdent des relents de bilan, c'est que le mandat du bureau actuel touche bientôt à sa fin. Pour continuer l'aventure et continuer sa quête vers la perfection éditoriale, la prochaine équipe du Comprimé aura besoin des qualités et des talents de chacun d'entre vous. C'est pourquoi vous êtes tous cordialement invités à assister à la prochaine assemblée générale de l'association qui aura à son ordre du jour le changement de bureau. Celle-ci se tiendra le jeudi 17 mai 2007 à partir de 18h30 dans l'amphi Métais. Tous les membres de l'association auront le droit de voter pour le candidat de leur choix et ceux qui ne pourront pas assister au changement de bureau seront en mesure de voter par procuration. La vie associative procure bon nombre de satisfactions pour celles et ceux qui souhaitent s'y investir. Chacun et chacune d'entre vous peut choisir de s'impliquer davantage à l'élaboration de ce journal. Si vous êtes motivés et que vous souhaitez apporter votre contribution quelle qu'elle soit, vous serez les bienvenus ! Je vous donne rendez-vous le 9 mai 2007 à 18h30 Amphi Métais

Solutions des jeux de la page 30 :

Le Président

Voilà ci-contre la solution du Hanjie. Il s’agit en fait d’un voilier ! La solution du premier rébus est “pharmacien”. (phare - mat - scie - un). La solution du second rébus est “aspirine”. (as - pie - riz - noeud).

-5-


LA PAGE DE L’AMICALE_________________________________________________________

L’Hôpital des nounours Cette année encore, des étudiants en pharmacie ont participé à l'hôpital des nounours qui a eu lieu à la faculté de médecine les 22 et 23 mars 2007.

Après avoir installé le jeudi matin la pharmacie et avoir fait une visite rapide de l'hôpital des nounours, voila déjà les premières classes qui arrivent. Avec l'apparition de la neige et l'interdiction des transports scolaires de circuler, on a eu un peu peur de ne voir personne. Heureusement les classes viennent essentiellement de Strasbourg et sont arrivées en tram. Pour chaque demi-journée, trois classes sont accueillies à l'hôpital des nounours. Pendant que la première moitié va en atelier, l'autre partie des enfants (et des nounours bien sûr) s'installe en salle d'attente. Après un passage chez la secrétaire, l'enfant inquiet et son

Michelin & Pdg vous donnent rendez-vous dans une nouvelle K'fet : Non fumeur… Avec de la Météor… Et de la pression ! Venez déguster la Pression du Jour (alternance Faro, Kriek, Météor de Printemps) ! Profitez du retour des beaux jours ! Venez faire un tour dans votre K'fet préférée…

-6-


_________________________________________________________LA PAGE DE L’AMICALE nounours se rendent chez le nounoursologue pour la consultation. Cette année, il y a eu beaucoup de mal de ventre, de boutons et bien sur de jambes, oreilles ou pattes cassées ; et donc un passage obligé à la radiologie et au bloc opératoire. Et enfin, c'est le passage à la pharmacie qui s'est spécialisée dans le traitement des bobos en tout genre. Chaque enfant repart avec une boîte de "bobofinito®" pour soigner son nounours à la maison en respectant la prescription du nounoursologue.

Les étudiants en pharmacie ont également tenu un atelier. C'est sous la forme de jeu que les élèves de maternelle (grande section) ont découvert quelques formes pharmaceutiques. "Les médicaments, ce ne sont pas des bonbons et qu'ils soient très bons ou très mauvais, il faut les prendre en suivant les recommandations du médecin" : c'était le message principal. Adapter notre langage scientifique à des tout petits n'a pas toujours été évident. Mais les enfants en savaient déjà pas mal sur le sujet. Ils étaient intéressés et participaient beaucoup.

Le but de l'hôpital des nounours est de familiariser l'enfant au milieu médical et ainsi lui permettre de moins appréhender un séjour à l'hôpital. Les enfants ont beaucoup apprécié leurs visites dans cet hôpital un peu particulier, et les étudiants ont été aussi enthousiastes que les petits. Alice

-7-


LA PAGE DU CEPHI_____________________________________________________________

Lyon, quand tu nous tiens … Nous sommes le 14 novembre 2006, il est 13h : bousculade dans le couloir du CEPhI, que dis-je ! …la QUEUE devant la porte ! Les bruits de couloir étaient donc justifiés... le CEPhI a décidé d'organiser cette année un voyagevisite …loin ! Chez Boiron-Lyon, maison mère de l'empire de l'homéopathie ! Après 24h d'effervescence, toutes les places sont prises ! Du jamais vu ! Tout commence par un frileux et pluvieux mois de février, le 7 plus exactement. Un véritable ramdam devant la porte du CEPhI et derrière aussi. Mais que se passe-t-il ??? Toute l'équipe du CEPhI est au taquet. Le départ est proche et une quarantaine d'étudiants attendent pour recevoir leur "BOIRON Welcome Pack".

tout au fond du bus, ils se reconnaîtront). Quelques pauses pour se dégourdir les jambes et nous voilà devant “Dr Doolittle 3” (un vote contesté surtout après 5 minutes de film). Il est presque minuit, Lyon nous accueille. ZUT Régis ! Il a raté la sortie pour aller à l'hôtel. Et hop, demi-tour ! Ouf, enfin arrivé au lieu fantastique dit le "Lyon Paradise" ou plutôt l'Etap' Hôtel (bizarre je sens moins d'enthousiasme). Chacun reçoit son numéro de chambre…Claqués, nous rejoignons nos chambres car le réveil doit sonné trooooooooop tôt le lendemain matin.

Après que l'équipe du CEPhI ait donné ces fantastiques sachets bourrés de bonnes choses, direction le bus à l'arrêt campus, mais pas pour le bus de la CTS… Ouf !!! Un bus super high-tech avec TV, lecteur DVD, radio (ça c'est rien d'exceptionnel, mais si déjà nous décrivons tout l'équipement), l'air conditionné et un super chauffeur : Régis !!! Tout le monde est bien installé ? 3ème année ?..... Il sort de TP, il arrive ! 4ème année ? Présents ! 5ème année ? Présents ! Mme Lobstein ? Présente ! Nos deux acolytes de Boiron-Dolisos, Stéphanie et Simon ? Présents ! Mais où sont passés les 6ème année… ? 1, 2, 3,…,52 et moi tout le monde est là : A NOUS LYON !!!!!!!!!!!!!!! On y va, tout le monde était prévenu pour la durée du voyage, ce n'est pas comme IllkirchPlace de l'Homme de Fer en tram. Durant ce voyage de plus de 5 heures, la bonne humeur était au rendez-vous, bonne partie de franche rigolade et quelques étudiants bien joyeux (sur-

Nous voici lancés pour une visite guidée ! Mais qui couche avec qui ? Les négociations sont ouvertes : 3 par chambre ça va être sympa…surtout que le voyage ne compte que 8 mecs pour 45 filles … Après une bonne nuit de sommeil, pour certains quelques heures (mais vraiment quelques heures…), le réveil fût des plus joyeux. P'tit déj' sympa et à volonté. "Vite, vite" crie Stéphanie le "timing" doit être respecté. Quelle femme… Nous voici en route pour le site de Messimy. Arrivés sur place nous sommes accueillis par le directeur du site, un véritable

-8-


_____________________________________________________________LA PAGE DU CEPHI passionné. Tiens donc, un deuxième p'tit déj'. S'en suit un "After" pour ceux qui le souhaitent, Petit speach, puis nous voici lancés pour une et pour les autres "taxi et retour à l'hôtel" (parfois visite guidée, par des gens compétents (grand à pieds pour les plus courageux). merci à eux !). Le lendemain le réveil s’avère encore Granules, globules,… La tête déjà pleine plus difficile (faut gérer les lendemains de soide tubes homéopathiques : Direction Ste Foy rée…), mais tout le monde est motivé pour visipour une conférence sur la recherche homéo- ter la belle ville de Lyon. Départ pour la Place pathique. Régis, toujours prêt, nous y emmène. Bellecour : 9h30. A nouveau, nous nous somArrivés là bas nous voici à nouveau accueillis mes répartis le territoire de Lyon le temps d'une comme des rois par un buffet (ils doivent petite journée. Après quelques flâneries et visiconnaître la bonne bouffe du RU eux). Après la tes notamment de Fourvière sous le soleil hé oui conférence, place à l’apéro (hé oui on est phar- "on dirait le Sud, le temps dure longtemps" ou ma ou on ne l'est pas... n’est ce pas ?), puis pas... : Zut!!! Il est bientôt 16h, le bus nous direction : le réfecattend pour nous toire. Haut en cour a m e n e r leur le site de Ste vers…Strasbourg Foy allie couleurs BOURRE. Alors primaires (rouge, 1, 2, 3, […], tous jaune et bleu pour là (ou presque, rappel) avec des coupuisque certains leurs…. "primaires". sont restés en Bref, on se sent un week-end prolonpeu dans un monde gé). Le retour fût onirique où les coud'un calme, mais leurs font oublier la d'un calme…. tristesse du monde (Tout le monde (ou lala, philosophie était dans les quand tu t'empares bras de Morphée, de nous !!!). Après sauf le chauffeur ce repas, nous heureusement avons la chance de pour nous). rencontrer Mr BOIRON en personne 22h30, on reconnaît le rond-point du Pôle (Strasbourg oblige !!!). Après une après midi de API, bienvenue chez nous. C'était bien Lyon, à visite des locaux avec les matières premières, quand la prochaine aventure ? les laboratoires de contrôle, et moult lunchs, Un grand merci à Mme Lobstein, qui a eu le counous retournons à notre cher hôtel pour nous rage de nous supporter durant ce périple de préparer à notre soirée et nous reposer un peu. deux jours. Et nous remercions également les Repos de courte durée, puisque le soir un resto laboratoires BOIRON pour leur accueil chaleusympa nous attends "la Pataterie" et sa déco reux ainsi que Stéphanie et Simon. très "rurale" : casseroles, plein de ferraille, bref Nous nous excusons pour la un petit chalet de montagne pas loin du centre sssssssssssélection faite "voyage réservé aux ville. Repas copieux et animé, Lyon by Night 4ème années et plus” mais nous espérons que nous appelle. ce voyage sera perpétué par les prochains Strasbourg illumine les rues de Lyon bureaux. Alors pour les déçus, rendez-vous avec sa bonne humeur, pour la prochaine des groupes parsemés à aventure et pour ceux travers la ville dans des Le mardi 24 avril 2007 19h salle A001 pour qui veulent s'investir lieux différents. C'est une première réunion de préparation du 5ème un peu, beaucoup, Forum des Métiers du médicaments ainsi que certains ont passionnément, les envahi un bar de salsa prochaines réunions Le jeudi 10 mai 2007 19h salle A001, très sympa (qui a eu la auront lieu : pour une Assemblée Générale Extraordinaire frousse de ce nombre suivie du CHANGEMENT DE BUREAU. grandissant d'étudiants).

Fred

-9-


ETUDES DE PHARMACIE________________________________________________________

LMD et Bloc Santé, la croisée des chemins Nous sommes en 2007 après JésusChrist. Toute la Gaule est occupée par le LMD… Toute ? Non ! Un bloc santé peuplé d'irréductibles étudiants résiste encore et toujours à l'envahisseur. Seulement voilà, bientôt ils devront se résigner et l'adopter. Pour l'instant quand on parle de LMD à la Fac ce ne sont que des masters dans certains domaines en rapport avec la pharmacie mais cela va certainement changer… Le Ministère a pour projet de faire entrer les études du bloc santé dans le système LMD d'ici la rentrée 2009. L'ANEPF (Association Nationale des Etudiants en Pharmacie de France) qui vous représente à l'échelon national, fait partie d'une commission détachée visant à proposer un programme des études adapté à un découpage en une " Licence Pharmaceutique " et un " Master Pharmaceutique ". La grande question qu'on doit se poser : est-ce bien pour nous ou pas ? Mais quelle n'a pas été la surprise quand cette commission a dévoilé l'ampleur réelle du projet ? Pourquoi ne pas profiter de cette refonte des programmes pour instaurer une année mutualisée médecine, dentaire, sage-femme et PHARMA ? Ce projet, qui traîne depuis des années, est régulièrement remis au-dessus de la pile mais n'a encore jamais vu la lumière du jour. Mais attention, un jour ça finira par passer si on ne reste pas vigilant. C'est à ce propos qu'a eu lieu un atelier, à l'AG de l'ANEPF à Lyon à laquelle les membres de l'Amicale vous représentent, pour proposer au ministère un programme détaillé des différentes matières et des volumes horaires de chaque année du cursus. Évidemment, je ne peux que vous donner des informations sans détail puisque nous ne disposons d'aucun document écrit, tout cela se trame au ministère et je ne vous écris maintenant que pour vous mettre au courant que nos études valent qu'on les défende.

Comment on fait du LMD en Pharma ? En gros, ça ne va pas changer fondamentalement dans les cours, certaines matières vont être changées d'année mais c'est déjà le cas. Il faut savoir que le ministère ne fixe pas un programme détaillé officiel. Ainsi chaque fac organise le cursus à sa guise en respectant les matières et les notions à enseigner avec une idée du volume horaire. Ce qui change vraiment, c'est que des non-pharmaciens pourraient alors suivre un " Master Pharmaceutique " sans avoir passé de concours. Évidemment ils n'auraient pas de diplôme de pharmacien. C'est tout à fait différent des masters actuels puisque aujourd'hui, ils ne suivent que certaines matières ayant un rapport avec leur master et des cours généralistes pour avoir un premier contact avec ce qu'est la Pharmacie et ce qu'elle englobe. Ce dont je vous parle, c'est suivre l'enseignement complet de 4e et 5e années. C'est offrir 1/3 de nos connaissances dont ils pourront se vanter sur leur CV. La différence à l'embauche avec un pharmacien continue de se restreindre. La seule raison d'embaucher un pharmacien sera bientôt uniquement la législation… qui se modifie quand on fait pression… (Note très personnelle de l'auteur : regardez la loi DAVDSI) Les reproches que nous faisons aux masters actuels de vouloir nous voler nos emplois étaient peut-être un peu exagérés quand on voit le nombre d'offres d'emplois et les compétences que l'on possède en plus par rapport à ces masters, mais demain, on franchira une deuxième étape… à quand la 3e ? Sachez que le pharmacien responsable n'existe qu'en France, en Belgique et au Luxembourg. Il est déjà remis en question régulièrement et le sera de plus en plus à l'avenir. L'intérêt officiel du LMD, c'est de pouvoir changer de Fac, de pays, moduler son cursus comme on le souhaite. Mais dans les études de

- 10 -


________________________________________________________ETUDES DE PHARMACIE Pharmacie, c'est totalement utopique ! Pour être docteur en Pharmacie, il faut avoir suivi un enseignement officiel. Donc inutile de vouloir faire un semestre dans une Fac de chimie si on voulait suivre un enseignement plus poussé par exemple. Ca n'a aucun sens du moins pendant nos 6 ans d'études. Il est déjà très difficile de changer de fac en France, car comme je l'ai dit, chaque fac a son organisation des études. En plus, chacune dispose de moyens différents et nous avons à Strasbourg la chance d'avoir le meilleur enseignement. Ceci est certainement dû au fait que nos doyens respectent les arrêtés ministériels quand ça les arrange et quand c'est à notre avantage. Ensuite allez imaginer suivre un semestre à l'étranger ! C'est impossible aujourd'hui, ça ne changera pas demain. Les stages sont nos seules chances de s'expatrier. Un autre point risible, la réforme master individualise chaque semestre. C'est la grande nouveauté. Sur ce que nous avons vu à l'AG, le programme était découpé par année et non par semestre. Alors si déjà on veut faire du LMD, qu'on le fasse bien. Autre petit problème, nos études durent 6 ans. Aïe ! Donc ça nous donne une licence puis un master puis une année offerte pour 5 achetées. Et oui, la 6e année serait une année de spécialisation. Qu'est ce que ça veut dire, je ne sais pas, on n'a pas eu le temps d'en discuter. Vous imaginez bien que c'était dur de se mettre d'accord d'autant plus que personne ne voulait de ce LMD. Je ne veux pas dire du mal du LMD, je suis, moi-même, en master et très heureux de pouvoir le faire, mais la reforme LMD n'apporte, à mon sens, rien aux études de Pharmacie. Pourquoi chercher à faire entrer nos études si particulières dans un moule qui n'est pas fait pour elles ? C'est quoi une première année mutualisée ? C'est un tronc commun aux 4 filières comprenant un total d'environ 360 heures de cours et 4 modules (un par filière) d'une cinquantaine d'heures. En théorie chaque étudiant doit avoir la possibilité de suivre les 4 modules et ainsi concourir aux 4 filières en ne passant qu'un seul concours. Ensuite, il suit le cursus normal de la filière qu'il a obtenu.

Nous devions aussi proposer un programme pour cette première année. Base de départ : un programme envisagé par la Commission auquel nous devons faire des propositions. C'est le drame ! 20h de chimie organique prévues, de longues heures de sciences humaines tout droit sorties des cours de médecine, presque plus de CGP, adieu la botanique et la zoologie. Forcément comment voulez-vous trouver un programme commun à 4 filières si différentes avec si peu d'heures ? Faites le compte, 360+50=410 heures de cours, c'est une misère. En plus, de nombreuses matières n'auront pas été traitées, il faudra les déplacer en 2e ou 3e année. Comme si la 3e année n'était pas déjà assez chargée ! Autant le dire tout de suite, personne ne souhaite cette année commune, ni les médecins, ni les dentaires, ni les sages-femmes. Seul le ministère la veut sous prétexte qu'il est inadmissible qu'après 4 ans certains étudiants ayant raté médecine et pharma n'aient toujours pas validé une année. Quand on leur dit qu'infrastructurellement parlant c'est impossible de regrouper tous ces étudiants, on nous dit que c'est aux Facultés de s'organiser. Bref, du grand n'importe quoi mais sachez qu'ils sont de plus en plus insistants et qu'un jour ça va passer. Conclusion Devant cette commission très pressante de faire passer ses réformes, l'ANEPF s'est dite favorable à la mise en place du LMD à condition que la Pharma garde son indépendance et puisse ainsi organiser son programme de manière autonome. Il leur était impossible face à des Doyens de Pharmacie effacés ne voyant aucune objection à ces réformes de bloquer totalement l'avancée de la Commission. Nous allons donc devoir nous préparer au LMD à moins que tout cela ne passe aux oubliettes au changement de Gouvernement. J'espère que vous aurez tous saisi l'ampleur de ces discussions et à quel point il est important pour tous les étudiants de se mobiliser et prendre part aux débats. L'Amicale est ouverte à toute question et le forum est aussi là pour que nous débattions de sujets importants.

Mac

- 11 -


ENTRETIEN___________________________________________________________________

3 questions à Maximilien Cartier, Président de l’AFGES Le Comprimé : Maximilien, Bonjour, peux tu rapidement te présenter ? Quel est ton parcours associatif ? Comment es tu parvenu à la tête de l'AFGES ? Maximilien Cartier : J'ai commencé l'associatif en 2004 au sein de l'AED (Association des Etudiants en Droit) où j'ai été VP (Vice-président) K-fet. Par la suite, j'ai été président de l'association. J'ai occupé des fonctions nationales au sein de l'UNEDESEP (Union Nationale des Etudiants en Droit, Gestion, Sciences Economiques et Politiques) où j'ai été VP en charge de la filière Droit. A la même époque j'ai été élu au Conseil d'Administration de l'URS (Université Robert Schuman) et au Conseil d'UFR de la Faculté de Droit puis Chargé de Mission à l'AFGES des élus URS. En novembre 2006, à l'issu d'une campagne engagée, j'ai été élu Président de l'AFGES. Pour nombre d'étudiants, l'AFGES ne signifie pas grand-chose car ils la connaissent mal. Peux tu rapidement nous la présenter et nous expliquer ce qu'elle représente pour toi et pourquoi c'est important de s'intéresser à cette structure ? L'AFGES est une fédération d'associations 100% étudiante ! Ses buts sont multiples et variés : elle a une fonction de représentation étudiante au sein des conseils. Grâce à la diversité de ses associations, elle peut faire remonter tous les problèmes des étudiants au sein de ceux ci, qu'ils soient généraux ou spécifiques à chaque filière. L'AFGES, c'est également des opérations de prévention dans les domaines de la Santé, de la Sécurité Routière, l'organisation de festivités ou d'opérations d'échange entre les étudiants de Strasbourg. Elle organise depuis huit ans l'opération Grands Frères de Campus qui a pour but d'accompagner des collégiens de ZEP par un tuteur étudiant. L'opération a pris une tout autre ampleur cette année avec un lancement au Parlement Européen et un déroulement qui s'échelonne sur quatre mois. Enfin, l'AFGES est la dernière association étudiante de France à gérer un Restaurant Universitaire ainsi qu'une discothèque, le fameux KVO.

On entend parfois des critiques à l'égard de l'AFGES. On l'accuse d'être trop éloignée des préoccupations étudiantes, de ne pas être assez visible au sein des campus délocalisés et certaines associations se demandent même l'intérêt d'adhérer à l'AFGES ? Quelles réponses peux tu leur apporter et quelles valeurs souhaite véhiculer l'AFGES ? L'AFGES n'est pas une entité à part entière, elle existe grâce et par l'intermédiaire de ses associations étudiantes. Quand on adhère à une des associations membre de l'AFGES, on est membre de l'AFGES. Ce sont les associations qui font l'AFGES ! L'AFGES n'a pas pour vocation de se mettre en avant par rapport à une de ses associations de filière, il s'agit d'un outil pour développer des opérations d'envergure comme pour les élections à l'ULP, les opérations de prévention comme celle qui a eu lieu en Pharma le 11 avril dernier ou encore la mise à disposition d'une aide juridique pour les associations qui se voient injustement attaquées sur des questions d'organisation de prérentrée. On adhère à l'AFGES pour différentes raisons : parce que les associations véhiculent les mêmes idées et les mêmes valeurs et qu'elles savent qu'ensemble, nous sommes capables de réaliser de grandes choses et de grands projets comme la rédaction du Livre Blanc sur l'UES. En adhérant à l'AFGES, elles participent pleinement à son orientation et à son système de gouvernance et font ainsi entendre leurs voix. L'AFGES a bientôt 85 ans, c'est la plus grande fédération étudiante de France et au fil du temps, chacun des étudiants qui y ont participé ont su faire en sorte qu'elle devienne aujourd'hui incontournable !

- 12 -

Propos recueillis par Jean-François Seitlinger


____________________________________________________________________ACTUALITE

L a santé est-elle morte ? La Commission Européenne demande à la France d'ouvrir le capital des laboratoires d'analyses aux capitaux privés. La mort de notre système de santé ? Depuis le 4 Avril 2006, la France a reçu une mise en demeure de la Commission Européenne à laquelle elle n'a pas répondu et qui a été rendu public en décembre dernier quand elle a reçu un "avis motivé" suite à son absence de réponse, c'est-à-dire la deuxième étape avant la Cour de Justice. Motif de cette mise en demeure ? La législation française concernant les capitaux des laboratoires d'analyses n'est pas en conformité avec la législation européenne qui prône l'ouverture totale des capitaux et le quorum qui limite le nombre de pharmacies par habitants est en contradiction avec le principe de la libre concurrence. Petit rappel, en France, pour exploiter un laboratoire d'analyses en société d'exercice libéral, il faut être biologiste (Médecin ou Pharmacien). Le capital de la société doit être détenu par des biologistes à raison des ¾ du capital minimum. Les capitaux étrangers (non biologistes) peuvent cependant représenter au maximum ¼ du capital. Il va de soi qu'investir dans un laboratoire est difficile et que le biologiste a la possibilité de faire appel à des investissements extérieurs. Mais cette limitation à ¼ est garante de l'indépendance de la profession de santé et, en grande partie, de sa qualité puisque les professionnels de santé gardent le contrôle entier de leur société. Autoriser des groupes financiers (banques, grandes surfaces, etc…) à prendre le contrôle des laboratoires et ainsi dicter les orientations économiques nuirait gravement à la qualité du système de santé. En effet, ces groupes commerciaux ont pour unique objectif le profit maximum. Par exemple, comment leur faire comprendre qu'il est nécessaire d'investir en permanence dans du nouveau matériel très coûteux ou des nouveaux tests plus poussés ? La France s'est enfin décidée à réagir en répondant à l'avis motivé de la CE en février, tout juste dans les délais imposés. Elle aurait ainsi expliqué à la CE que les restrictions françaises sont pleinement justifiées pour préserver

un système de santé de qualité. Il était temps, quand on voit le nombre de lettres et de communiqués de presse écrit par les syndicats et les associations de biologistes, d'internes, de pharmaciens et même de dentistes. Nous parlons ici seulement des laboratoires d'analyses, mais il faut se rendre à l'évidence, cette procédure n'est certainement qu'un début, bientôt ils s'attaqueront aux officines, aux cabinets privés... Le système libéral et indépendant de la santé risque, dans les prochains temps, d'être remis en question par les groupes financiers qui se servent des instances européennes. Il faut savoir que cette mise en demeure est due à une plainte d'un groupe financier français auprès de la Commission Européenne, qui semble décidée à entreprendre une libéralisation des services de santé considérant la santé comme une prestation de service ordinaire. Mais il devrait être possible de maintenir le système actuel car le Parlement Européen reconnaît que la santé n'est pas une marchandise comme une autre et que, par conséquent, elle ne peut pas être sujette à la libre concurrence et donc, que chaque état membre doit pouvoir légiférer à sa guise. A la demande de nombreux français présent à la CE, cette dernière semble avoir renoncé à vouloir s'attaquer au quorum. Cela montre bien que l'Etat Français peut se défendre et que l'Europe ne dicte pas toute l'économie. Il faut entamer le dialogue et faire valoir nos principes. C'es pourquoi il est important de ne jamais relâcher notre vigilance car si la santé venait à perdre son statut à part, il nous serait impossible de nous défendre et justifier notre position. Alors à nous, étudiants en pharmacie et pharmaciens, de nous préparer à nous défendre et nous battre pour que notre système de santé reste un modèle. Je vous invite à lire les communiqués des différentes associations à l'adresse citée ci-dessous. De plus, une pétition a été mise en ligne, je vous invite à la signer. Ca prend 2 minutes et c'est un premier pas pour montrer son engagement.

- 13 -

http://sos-sante.org Mac et Pdg


CHRONIQUE CAUSTIQUE________________________________________________________

Au commencement de la vie à deux A l'heure où certains ont à peine quitté la douceur du cocon familial pour vivre leur vie (en colocation ou tout seul) en donnant néanmoins signe de vie à ses parents histoire de faire ses emplettes et de se faire laver son linge (à noter la subtile nuance dans cette phrase), d'autres ont quant à eux carrément franchi le pas de la vie à deux. Après un déménagement pour le moins harassant dans un petit appartement cosy (pas trop loin de la fac pour pas avoir à se lever à l'aube), vous avez toutes les peines du monde à convaincre votre chère et tendre moitié que d'accrocher un poster de pin-up dans les toilettes, c'est pas trop la classe (à quoi vous avez échappé, dites donc, sinon vous pouvez toujours riposter avec le très pratique calendrier des "Dieux du Stade" : effet garanti !). Par la suite vous vous rendez compte, en voulant ranger les CDs, pour votre plus grand désarroi, que vous n'avez aucun goût musical en commun, mais, courageuse vous décidez de faire bonne figure. Après quelques minutes d'hésitation entre une classification Dewey (vous savez la série de chiffres et de lettres sur tous les bouquins de la biblio et dont on se demande qui a bien pu inventer pareil classement en étant sobre parce que, jamais au grand jamais on ne s'y retrouve là dedans sans une carte aux trésors), vous optez pour l'ordre alphabétique. Peine perdue, après quatre heures de travail acharné, votre amoureux n'y comprenant rien, décide de les classer par ordre de préférences (les siennes entendons nous). Bref vous vous faites à l'idée que vous ne vous y retrouverez jamais (après tout la vie à deux c'est une question de compromis) et vous décidez d'aller vous coucher. Malheureusement une autre surprise vous attend : non seulement votre partenaire a

pris les trois quarts du lit mais en plus un ronflement de camionneur se fait entendre de son côté (il dort comme un bienheureux lui au moins). Ainsi vous trouvez tant bien que mal le sommeil et au matin (et oui déjà l'heure) vous décidez d'avoir une conversation avec lui à propos de ses nuisances sonores. A cela il vous répond que s'il ronfle, c'est simplement pour couvrir vos grincements de dents la nuit (comble de l'ironie : à vous deux vous faites un duo cacophonique du tonnerre, vous qui pensiez n'avoir aucun goût musical en commun que nenni !). Bonne joueuse, vous lui laissez les honneurs de la salle de bains pour qu'il puisse se préparer. Là vous poireautez trois plombes (ça vous rappelle le temps de vos premiers rendez-vous) avant qu'il ne libère les lieux : comme quoi c'est pas toujours les femmes qui sont coquettes. En sortant il laisse derrière lui un mini raz de marée (ah bon vous saviez pas que le réchauffement de la planète parvenait même jusqu'à votre salle de bain ?) et vous vous apercevez qu'il n'y a plus une goutte d'eau chaude. Enfin vous attrapez à la hâte une barre céréalière et engloutissez le café qu'il vous a préparé : quel amour, non ? (NB : Pensez à lui dire de mettre un filtre dans la machine pour éviter le côté croustillant du café). Votre premier jour de vie à deux commence à peine : vous êtes déjà exténuée et vous bénissez les cieux (en l'occurrence ici la fac) de pouvoir terminer votre nuit de sommeil au dernier rang de l'amphi en écoutant la douce et mélodieuse voix du prof de bioch ! Je dédie cette chronique à tous ceux qui ont sauté le pas : je suis de tout cœur avec vous, courage !

- 14 -

Lecaustica


________________________________________________________________________RECIT

Juhné Juhné venait de loin. Juhné arrivait sur Terre pour la première fois. Juhné avait quitté, ou déserté, ou été banni de son monde. Juhné ressemblait à un homme à tel point qu'il sut se faire passer pour l'un d'eux et se lier d'amitié avec des jeunes gens qui, interprétant ses hésitations toutes légitimes de visiteur intersidéral ne saisissant pas les subtilités de notre idyllique société comme celles d'un réfugié d'un quelconque pays d'Europe orientale, l'avaient pris en sympathie. Juhné se trouvait en boîte. Juhné ne savait pas danser, mais imitait du mieux qu'il pouvait et un peu au hasard les personnes qui l'entouraient. Juhné s'installa au comptoir de l'établissement d'amusement organisé. Juhné entama la conversation avec un mâle type caucasien, front plissé, bouche fine et ridée, tonsure prononcée. Juhné apprit. Juhné rit. L'homme qui l'avait emmené là l'interrompit et Juhné le suivit jusqu'à une table autour de laquelle s'ébattaient d'autres jeunes hommes. Juhné reprenait des dialogues, mais ceux-ci s'avéraient stériles et pénibles. Juhné se tut alors, embarrassé, et manifesta le désir de retourner auprès de son nouvel ami près du débit de boissons. Son accompagnateur l'agrippa. Retourne pas avec lui, regarde-le c'est un vieux ringard ! Mais ma foi sa présence est plaisante, sa culture est grande et son esprit pertinent. Matte comme il est sapé ! Si les meufs te calent avec un bouffon pareil ! Et notre souhait le plus sincère est de ne pas contrarier les meufs, n'est-ce pas ? Grave ! Avec un boulet pareil c'est la galère ! Ces meufs n'apprécient guère les bons mots ? Carrément pas ! Elles ont donc le pouvoir omniscient de conditionner votre comportement social et vos rapports humains par la perspective de ne pas leur plaire ? On veut les pécho, hein, et si elles nous voient avec un blaireau comme aç, y'a pas moyen ! Mais n'est-ce pas réducteur et inintelligent de fuir les personnes intéressantes ? Mais j'te parle pas d'accrocher des culs serrés d'intellos, j'te parle des vrais meufs. Tiens regarde la bombe atomique là-bas avec son portable : il faut lui parler, faire le beau… tu vois ? Juhné comprit. Les femmes avaient le pouvoir. Les connes avaient le pouvoir. Juhné voulut repartir.

tjs10107

Notre site internet fait peau neuve.

http://www.lecomprime.com Vous y trouverez tous les anciens numéros au format PDF, des sondages, un livre d'or et plein d'autres surprises ! Après avoir lu votre journal, retrouvez Le Comprimé sur le net et continuez à vous exprimer. Rejoignez-nous dès maintenant !

- 15 -


HISTOIRE DE VOTRE JOURNAL__________________________________________________

22, v’là L e Comprimé !!! 22, déjà ! 22 numéros que vous parcourez ou avez parcouru de vos yeux avides. Celà fait bientôt 6 ans que le comprimé existe, c’est à dire le temps d’un cursus complet. 22 numéros que des personnes se battent dans l’ombre pour que paraisse votre journal préféré. Pour leur rendre un petit hommage, voici en cadeau, juste pour vous, un petit historique des précédents bureaux, pour ne pas oublier ceux qui ne sont plus à la fac. 1er bureau : 2001-2002, année de naissance du Comprimé. Président : Vice-président : Trésorier : Secrétaire :

Stéphane DODIN Dimitri PIMBERT (photo) Benjamin SIEBOLD Claire LOUVET

2ème bureau : 2002-2003 Président : Vice-président : Secrétaire : Trésorier : Responsable répartition :

Matthieu MIEHE Delphine MELON Catherine METZGER François PECHEUR (Paco) Cédric PESENTI (absent)

Le mot du Prez : “J'ai fait partie avec Dim, Ben, Paco et Steph (premier président) des fondateurs du journal. Apres un Numéro 0 et une première année très concluante (prix Varenne a la clef), mon mandat devait se placer sous le signe de la pérennisation. Il a fallu tout d'abord remplacer les anciens sur le départ (Dim, Steph) en attirant de nouveaux talents... et confirmer nos beaux débuts de manière à s'encrer dans le paysage de la fac dans la durée. Concrètement, on faisait des réunions d'information à la pelle, on recherchait des sponsors et on cherchait l'équilibre budgétaire. D'un point de vu de la publication, le nombre de parution est passé à quatre annuelles, et on a repensé la couverture (illustrée). Beaucoup de progrès ont été réalisés au niveau de la mise en page et de l'illustration. On a également essayé de lancer des conférences ... Ah les années fac ...”

3ème bureau : 2003-2004 Président : Vice-président : Secrétaire : Trésorier : Vice-trésorier :

Florent BUTTAZZONI (Mikado) Philippe BERINGER Pierre HOUER Luc HERRMANN Philippe ROBIAL

Le mot du Prez : “La 3ème année de vie du comprimé a été la première année où plus aucun membre fondateur n’était présent au bureau. Mais même si certains d’entre eux se sont exilés en Australie, ils sont toujours restés disponibles pour nous épauler. Cette année, comme les précédentes, était certainement marquée par la situation

- 16 -


__________________________________________________HISTOIRE DE VOTRE JOURNAL financière précaire de l’association. Mais malgré les quelques difficultés, nous avons édité 4 numéros, en essayant toujours d’alterner sujets sérieux et plus légers et en faisant participer le plus d’étudiants ou de professeurs possible. Peutêtre que quelques-uns d’entre vous utilisent encore le superbe tapis de souris que nous vous avions offert avec le numéro de juin 2004 ! En tant que président, j’ai beaucoup appris pendant cette année, tant au niveau technique, relationnel que commercial. Je tiens encore à remercier tous ceux qui ont participé de près ou de loin à cette belle aventure qu’est le Comprimé. Longue vie à l’organe journalistique de la Faculté de Pharmacie de Strasbourg !”

4ème bureau : 2004-2005 Président : Vice-président : Secrétaire : Trésorier : Vice-trésorier : Responsable répartition :

Thomas ROESCH (PDG) Emilie PRABEL (Satine) Nadège MESLI Mélanie VERGNE (Sheba) Christophe SENN (Cri-Cri) David WARTHER (Dave)

Le mot du Prez : “Le Comprimé est encore une jeune association, mais il reste dynamique et toujours aussi performant. Des mauvaises lanDans l’ordre en diagonale de gauche à gues pourront lui prêter des publications anarchiques, mais qui droite : Thomas, David, Christophe, Mélanie, pourrait nier sa qualité haut de gamme et sa feuille de style "pro" ? Nadège, Emilie. Le Comprimé a été mon premier pas dans la vie associative (chère à mon cœur), et restera pour moi une expérience inoubliable. Mon mandat de Prez (2004-2005) a été consacré à la poursuite de ce qui avait été commencé les années précédentes, tout en apportant une touche novatrice grâce à quelques détails de forme et de style. Je rends hommage ici à toutes les équipes passées et à venir, qui ont su et sauront se donner à fond pour que vive ce journal exceptionnel. Merci à tous et bon courage, les enfants !”

5ème bureau : 2005-2006 Président : Vice-président : Secrétaire : Trésorier : Vice-trésorier : Mascotte :

David WARTHER (Dave) Christophe SENN (Cri-Cri) Magali HELLOT (Chups) Mélanie VERGNE (Sheba) Adélaïde TAUBERT La MASCOTTE

Le mot du Prez : “Une année marquée par la continuité du changement, ou un changement dans la continuité. En effet, nous avons maintenu l’identité du Comprimé, tout en améliorant certains détails. Des pages couleurs enfin en couleur (quitte à payer une page couleur, autant en mettre partout), une harmonie dans les titres, une orthographe dorénavant exempte de tout reproche (j’en entends un qui tousse au fond...) ... mais surtout quelques remaniements invisibles : une nouvelle adresse mail, qui nous permet de recevoir les articles en entier, textes et photos, c’est plus pratique ; un changement d’imprimeur ; une communication sur les réunions publiques, qui nous a permis d’intéresser de nombreux petits jeunes (à l’époque) ; une nouvelle tradition de lancer le nouveau prez dans le lac, et j’en passe. Bref, une année riche en émotions. Maintenant, à vous de jouer les p’tits loups !!! Bonne chance !!!” De gauche à droite : Mélanie, Magali, David, La MASCOTTE, Christophe, Adélaïde.

Mais surtout sans ses rédacteurs et lecteurs, Le Comprimé ne serait pas grand chose. Merci à vous !!! Dave

- 17 -


BONNE CHANCE !______________________________________________________________

A toi 1A, nous disons... Bonne Chance ! Dans quelques jours maintenant, tu seras face à ce moment que depuis tant de mois tu attends, tu prépares : ton concours. Nous qui t'écrivons ces lignes, nous avons eu comme toi aussi à compter ces jours qui restent (le fautil vraiment ?), à toujours nous sentir les plus mauvais, les moins bien préparés et à mesure que le temps avançait, l'on s'est convaincu que jamais on y arriverait ... et pourtant !

Cher camarade de 1A, je ne souhaite pas venir te donner des "conseils" (tu es assez grand pour cela), ni te donner de mesurer l'importance de l'échéance prochaine (je pense que tu en as la pleine mesure), mais je voudrais te dire de croire, de croire en toi et de regarder ce concours qui vient avec courage et conviction ! Tu ne pourras donner le meilleur de toi-même que si tu es convaincu que tu es capable de le faire. Et je sais qu'autour de toi aujourd'hui, peu de choses viennent à t'y aider; mais tu dois demeurer dans la confiance et non baigner dans le doute sans arrêts; tu dois arrêter de faire la liste des chapitres qu'il te reste à revoir (car tu sais ! Personne n'a jamais eu 20 de moyenne à ce concours ! Par voie de conséquence, personne n'a jamais eu à tout trouver). Regarde et apprend à apprécier ton travail, crois en son efficacité et demeure convaincu que cette faculté sera la tienne pendant 5 ans encore !

Lorsque ce concours viendra à toi, sache le vivre avec beaucoup de hauteur. Tu comprends pas ce que je veux dire par là ?... je m'explique : tu auras trois jours d'examens, eh bien sache que jusqu'à la dernière minute de la dernière épreuve, rien n'est acquis et surtout, rien n'est perdu ! Chaque fois que tu te rendras à une épreuve, donne tout pour être content de tes réalisations et fier de toi. Que ton voisin ait rédigé 5, 6, même 1000 copies doubles alors que tu n'en as fait qu'une, eh bien ne t'en préoccupe pas ! Reste centré sur toi, ne pense qu'à ton travail et à donner le meilleur à chaque instant. Pense à ce bonheur qui t'envahira une fois ce concours réussi et ces études, réellement engagées. Crois en toi, crois vraiment en ce que tu peux ! Et tu verras ... tu pourras !

Courage à toi, et fais tout pour revenir dès septembre prochain, mais cette fois là, en tant que 2A ! Tu peux le faire, vraiment tu le peux !

Laituedian Hatte En tiph

- 18 -


____________________________________________DANS LES COULISSES DU COMPRIME

Dans les coulisses du Comprimé ou La malédiction du sudoku Tout commença au numéro 17 quand le Comprimé voulu succomber à la mode du SUDOKU. Et oui, chers lecteurs, vous faisiez déjà votre sudoku quotidiennement dans un journal distribué gratuitement à la sortie du tram, alors pourquoi ne pas retrouver une grille de sudoku dans votre journal préféré. Mais voila, tout ne s'est pas déroulé comme prévu. Vous vous souvenez peut être de cette grille infaisable, pire que diabolique. Vous me direz ce n'est pas difficile de trouver une grille de sudoku pour l'insérer dans le journal mais rien n'est simple pour le Comprimé. Voici l'explication : pendant la mise en page, la grille de solution s'effaça et voila la malédiction qui commence. Et comme il fallait refaire rapidement la grille pour que vous, chers lecteurs, n'attendiez pas la dernière mouture de votre journal. Le rédacteur en chef pris l'initiative de créer une nouvelle grille à partir de la solution en enlevant quelques chiffres par-ci par-là. Ceci créa un sudoku d'un nouveau genre : une grille avec plusieurs possibilités. Et oui, les plus performants ou les plus tenaces qui auront réussi à finir cette grille infernale n'ont sans doute pas retrouvé la solution proposée au début du journal (et oui encore une autre particularité du Comprimé : toujours mettre la solution du jeu avant le jeu).

Ne perdant pas espoir, le Comprimé retenta l'expérience du Sudoku pour votre plus grand plaisir cher lecteur. Et cette fois-ci encore la malédiction frappa, les lignes plus épaisses qui délimitent les zones ont disparu à l'impression. Mais, heureusement il était tout de même possible de finir cette grille de Sudoku (sauf ceux comme moi, qui se sont trompés, et qui ont abandonné avant la fin mais cela est une autre histoire qui ne nous concerne en rien ici). Dans le dernier numéro, une grille de Sudoku (ou hexadoku plus précisément) fit son apparition. Déjà qu'avant il était difficile de finir les grilles maudites, on vous rajoute de la difficulté car il faut jongler entre les chiffres de 0 à 9 et les lettres de A à F. Personnellement j'ai déjà mis 10 min à trouver toutes les lettres et les chiffres dont j'avais besoin pour remplir la grille. Et en plus de cette difficulté, la malchance a encore frappé. En effet un 8 s'est glissé à la place d'un 2, ou un 3 à la place d'un A, un truc du genre. Dommage, pour vous, chers lecteurs, encore un sudoku du Comprimé très difficile à finir. J'attends avec impatience le prochain numéro du Comprimé pour savoir si finalement notre journal aura réussi à surmonter sa malédiction.

Mel

- 19 -


FARMAVERDE_________________________________________________________________

Farmaverde : Pharmacie végétale communautaire

Dans la petite localité de Usme, en Colombie, loin des trusts pharmaceutiques et du "médicament business", est née Farmaverde, une coopérative visant à réintroduire la médecine traditionnelle locale par le peuple et pour le peuple. Ce projet de pharmacie communautaire a été initié en 2002, par un volontaire français, Yann-Olivier Hay, diplômé de biochimie et spécialisé en ethnobotanique et ethnopharmacologie appliquée, également volontaire de l'ONG française "Médecins aux Pieds Nus". Il propose un accès aux soins de santé primaires par l'utilisation de médicaments naturels de qualité, adaptés financièrement et culturellement aux communautés bénéficiaires. Il contribue ainsi à l'amélioration de la qualité de vie des populations déplacées de la périphérie de Bogota en situation socio-économique précaire. En effet, les habitants, ayant fui la guérilla, se retrouvent dans des bidonvilles où ils sont exposés à de nombreuses maladies ; évidemment, les médicaments industriels, trop coûteux, leur sont inaccessibles. Or, ce sont ces mêmes populations qui détiennent les savoirs faire ancestraux concernant l'usage des plantes médicinales locales ; malheureusement, cette richesse se perd à cause des guerres, des famines et de l'activité industrielle qui forcent les populations indigènes à quitter leur écosystème originel. L'idée est donc celle d'un projet global : non seulement cultiver des plantes médicinales en se réappropriant la médecine traditionnelle locale, mais aussi les transformer et les conditionner pour obtenir à moindre coût des médicaments efficaces avec l'accompagnement de médecins locaux.

- 20 -


_________________________________________________________________FARMAVERDE Cette action s'appuie sur trois axes principaux : - un système de santé adapté, avec l'établissement d'une "pharmacie végétale" dont la population pourra disposer comme alternatives aux thérapeutiques conventionnelles, - le respect de l'identité culturelle, en travaillant dans le respect de la médecine traditionnelle communautaire et de l'équilibre environnemental (espaces de synthèse d'engrais organiques, systèmes d'irrigation et de fumigation naturelles, pépinière et séchoir solaire), - une appropriation socio-économique du projet par la communauté, avec une réappropriation de la médecine traditionnelle et l'implication volontaire d'enfants et adolescents dans le but de perpétuer les savoirs faire.

Ce projet ambitieux, nécessite des terres, des équipements, du matériel, mais aussi toute une organisation humaine,et la coopérative recherche de l'aide à plusieurs niveaux, notamment de l'aide financière. A la fin de l'année 2006, ce sont plus de 1000 personnes des communes de Usme, Suba, Ciudad Bolivar, Rafael, Uribe, Bosa, Tinjuelito et San Cristobal qui ont été sensibilisées à l'usage médicinal des plantes. La production de médicaments devrait débuter en ce premier semestre 2007. Parallèlement sera créé un réseau de commercialisation efficace, le but étant de parvenir à une autogestion de la coopérative. Les associés recherchent actuellement des informations au sujet de possibilités d'exportations d'huiles essentielles en Europe et de nouvelles formules pharmaceutiques qui puissent être réalisées à moindre coût. Farmaverde est un bel exemple de travail communautaire, qui va à l'encontre des concepts individualistes actuels, et qui, à ce titre, mérite d'être connu et reconnu ; la coopérative a d'ailleurs reçu plusieurs distinctions, dont le Prix Civique de l'innovation, Pour un Bogota Meilleur, en 2004. Yann-olivier Hay a l'espoir de voir des projets similaires se mettre en place : "Une fois réalisé, ce projet pourra servir de modèles pour d'autres réalisations, en Colombie ou dans toute autre région du Monde où des populations ont à la fois besoin de se soigner et, dans leur mémoire et leurs traditions, le savoir pour le faire". Plus d'informations : liens via google en tapant : "farmaverde colombie" ou "farmaverde colombia" http://perso.orange.fr/co-evolution/yann_olivier01.htm http://www.mapn.org/ Contacts : farmaverde@hotmail.com ou farmaverde@gmail.com

Emilie GRÜN

- 21 -


PHARMACOPEE________________________________________________________________

Un nouvel écrin pour le savoir pharmaceutique européen Vous l'avez tous déjà feuilletée, vous l'avez lue, vous en avez entendu parler. Qui ne connaît pas la Pharmacopée Européenne, cet énorme pavé bleu orné de lettres d'or ? Pour les jeunes ignorants et les incultes, sachez simplement que la Pharmacopée Européenne (bientôt la 6e édition) regroupe un ensemble de textes, appelés monographies, qui décrivent les caractéristiques, les méthodes d'identification, de dosage et d'analyse, ainsi que les substances apparentées de plus de 2000 principes actifs et préparations. On y trouve également des méthodes générales d'analyse et des renseignements concernant les matériaux de conditionnement, les formes pharmaceutiques, des préparations homéopathiques….

Un espace de travail flambant neuf La Direction Européenne de la Qualité des Médicaments s'est vue dotée par le Conseil de l'Europe d'un tout nouveau siège dont l'inauguration a eu lieu le 20 mars de cette année. Les travaux se terminent doucement à l'entrée de la Robertsau. Le bâtiment, déjà fonctionnel dans sa partie administrative depuis décembre 2006, a accueilli au mois de mars 2007 le laboratoire et le service des échantillons, restés jusqu'alors à la Meinau, le long de l'avenue de Colmar. D'une surface de 19.500m² pour un coût total estimé à la bagatelle de 35 millions d'euros HT, le nouveau bâtiment se compose d'un hall couvert d'une immense verrière, soutenue par des poutres courbées de plus de 20m de haut, et abritant au rez-de-chaussée le service des échantillons et de l'expédition et à l'étage les laboratoires. Entre et au dessus se trouvent deux étages entièrement réservés à la climatisation, aux conduites d'air et aux faisceaux de câbles électriques. Le plus impressionnant reste encore la " rue " intérieure, assez large pour laisser passer deux voitures de front !!!

- 22 -


________________________________________________________________PHARMACOPEE De l'autre côté de l'entrée, se trouve la partie ouverte au " public " (ce qui veut dire, en plus du personnel, les seules personnes ayant une autorisation en bonne et due forme). En déambulant au rez-de-chaussée, vous passez devant les grandes portes des salles de réunions où se tiennent les séances de la Commission de Pharmacopée et les réunions internes. Au dessus, 3 étages de bureaux abritent les services de standardisation biologique et du réseau OMCL, des publications et du multimédia, de la certification et de la Pharmacopée Européenne, les unités dites de support (finances, assurance qualité et relations publiques) et les archives.

La DEQM change de nom … …et devient la Direction Européenne de la Qualité des Médicaments et des Soins de Santé (Healthcare en anglais). Un changement minime semblerait-il, mais avec ce nouveau nom s'ajoutent à partir de 2007 deux domaines de compétences : la transfusion sanguine et la transplantation d'organes. Pas la peine de poireauter devant la porte pour obtenir un nouveau foie, la DEQM a pour mission de protéger les donneurs et receveurs, la non commercialisation des substances d'origine humaine, le don volontaire et non rémunéré, et la dignité de l'être humain (Wouah, comme je parle bien !). La DEQM a été confortée dans ses différentes missions d'harmonisation au niveau européen et même mondial avec la signature d'un protocole d'entente, avec la Direction Générale des Produits de Santé et des Aliments (DGPSA) du Canada, concernant les Certificats de Conformité (CEP). La bible bleue restera donc la référence des industriels de la pharmacie pendant un bon moment encore.

L'inauguration du site a eu lieu le 20 mars en présence des représentants de tous les états signataires de la Convention de Pharmacopée Européenne. Après des discours très philosophiques sur le devenir de la médecine et de la pharmacie (que vous pouvez lire sur les pages du Conseil de l'Europe www.coe.int) a été dévoilée la plaque commémorative qui ornera dorénavant le bâtiment. Le tout fut suivi d'une conférence de presse et bien sûr …… d'un fameux cocktail !

Découverte de la plaque commémorative ; de gauche à droite : JF Mattei : Président de la Croix Rouge, ex Ministre de la Santé F. Keller : Maire de Strasbourg V. Draškovi? : Vice-Président du Comité des Ministres T. Davis : Secrétaire Général du Conseil de l'Europe W. Schmied : Vice-Président de l'Assemblée Parlementaire

- 23 -

Cricri


JEUX VIDEOS__________________________________________________________________

L a W ii, Vous ne saurez pas lui dire non ! L'équipe du Comprimé fait partie des chanceux qui ont réussi à se procurer une console Wii. En effet, bon nombre d'enseignes présentent aujourd'hui encore des délais de livraison de plusieurs semaines ! Alors pourquoi un tel succès ? Révolution ou simple amélioration ? Le Comprimé a fait le test pour vous… Première impression : ENORME ! Alors tout d'abord pour les incultes, qu'est ce que la Wii? Il s'agit d'une console de jeu de nouvelle génération qui possède une manette de jeu révolutionnaire, la wiimote, puisqu'elle intègre les mouvements que fait le joueur en temps réel. Je m'explique : vous jouez à un jeu de tennis ; au lieu d'appuyer simplement sur le bouton A ou B comme avec les anciennes consoles, c'est vous qui allez mimer directement le geste du tennisman dans votre salon afin de renvoyer la balle. De la même manière vous pouvez travailler votre swing ou vous exercer avec une batte de baseball. Sceptique me direz-vous ? Vous avez raison, j'étais comme vous…Mais il faut bien avouer que l'alchimie se crée dès les premières minutes de jeu et on a rapidement intégré les mécanismes de jeu.

à plusieurs, à un contre un ou à deux contre deux. Quel plaisir de pouvoir affronter ses amis ou sa petite amie au bowling ou à la boxe ! En plus, la capture des mouvements permet à n'importe quel gabarit d'effectuer des actions intéressantes. A présent, attendez-vous à ce que votre petite sœur vous mette KO sur le ring ou à ce que votre grand-père vous envoie des aces dévastateurs sur les courts. La révolution est en marche ! Vous l'aurez compris, avez la Wii, ®

Nintendo vient d’inventer une nouvelle manière de jouer aux jeux vidéo. Ce qui n'était encore qu'un fantasme de gamin il y a 10 ans est aujourd'hui réalité. Une nouvelle étape vient d'être franchie pour le plus grand bonheur des petits et des grands. Il semble même qu'avec son graphisme plus enfantin et plus rigolo, la Wii parvienne enfin à réconcilier les filles avec les jeux vidéo. De longues soirées A plusieurs, le plaisir n'en est que meilleur ! de jeu en perspective donc… N'oubliez pas de prévoir des rafraîchissements et un grand (très Mais là où la console prend véritablement très grand…) salon pour pouvoir jouer des heule large par rapport à ce qui a pu être fait par le res durant ! passé, c'est quand on fait l'expérience de jouer Jefferson

QUESTION Mais pourquoi est-ce que les hommes vivent moins longtemps que les femmes ? Tournez la page svp.

- 24 -


___________________________________________________L’AMICALE PREND LA PAROLE

S OS : Bizutage ! Maintenant que cette histoire a abouti, tentons de récapituler toute l'affaire, le plus objectivement possible et d'en tirer des conclusions… Entre le 21 et le 28 septembre s'est tenue comme chaque année la période d'intégration organisée par l'Amicale. Jusque-là rien d'extraordinaire, allez-vous me dire, c'est comme tous les ans. Oui mais cette année, l'Amicale a défrayé la chronique : les DNA, L'Alsace, 20Minutes, France3 et l'Express ont fait parler de nous… Au départ de ce mouvement : un communiqué de presse de l'UNEF, publié sans aucune vérification, nous accusant de pratiques illégales que nous blâmons (les pratiques évidemment), et soutenu par S.O.S. Bizutage. La période d'intégration est une tradition à la Faculté. Nous sommes fiers d'être dans une Fac riche en traditions, une Fac qui possède une Amicale étudiante vieille de 113 ans. La période d'intégration était le moment de transmettre ces traditions aux jeunes entrants, leur faire découvrir la Fac dans laquelle ils s'apprêtent à vivre 6 ou 7 ans (voire plus…). Mais cette intégration était aussi le moment pour les étudiants venant d'horizons différents de se rencontrer, de faire connaissance alors qu'ils entraient dans une nouvelle ère de leur vie. La Fac marque une rupture claire et nette avec le lycée, c'est une évidence. On passe d'élèves suivis et encadrés à étudiants lâchés dans une jungle. Le passage à la Fac, c'est aussi devenir une personne autonome qui prend ses responsabilités, qui sait prendre des décisions. Et pourquoi ne pas dédramatiser ce passage en faisant la fête ! Je suis d'accord que les jeux organisés ne sont peut-être pas du goût de tous les étudiants, qu'ils peuvent paraîtrent stupides, déplacés, choquants pour certains mais jouer à la marelle ou au facteur à 17, 18 ans, c'est peut être un peu niais, non ? Organiser des jeux est essentiel car ils dédramatisent l'arrivée à la Fac. De plus, ils font oublier qu'on entame une année de sélection et permettent de faire connaissance. Souvenons-nous de notre arrivée dans l'amphi de première année ; beaucoup d'entre nous ne connaissaient pas la moindre tête… Personne n'a jamais été forcé à faire quoi que ce soit, personne n'a jamais été humilié, personne ne s'est jamais plaint parce que tous les participants ont choisi de le faire et étaient libres de partir quand bon leur semblaient (à cause du dernier tram ou d'un rendez-vous chez le dentiste), comme chaque année. Ces jeux bon enfants se font dans la bonne humeur, dans un esprit de fraternité. Tout le monde n'y participe pas, tout le monde ne cautionne pas, mais tous ceux qui ont été intégrés sont heureux que ces moments aient eu lieu car ils ont marqué une étape dans leur vie, dont ils ne garderaient pas autant de souvenirs si on leur avait juste fait visiter la Fac et montré le RU en leur disant "bienvenue, maintenant tu es un grand, fais attention aux corporatistes et n'approche pas les K'fet car ce sont des lieux de débauche". Nous ne sommes pas des monstres et avons du respect pour autrui. Nous n'avons jamais organisé toutes ces activités dans le but d'humilier qui que ce soit, bien au contraire. Ensuite, l'esprit paillard n'est peut-être pas du goût de tous, mais il est l'esprit étudiant, de ceux qui le choisissent. Ne nous laissons pas piéger par cette société où tout est beau, tout est propre. Cette société basée sur l'apparence, où l'on se fiche de ce que vous faites chez vous tant que ça ne se voit pas ! Il est normal que des lois existent pour protéger les étudiants, il est normal que les parents soient inquiets pour leurs enfants chéris mais ce n'est pas une raison pour les contraindre à paraître ce qu'ils ne sont pas. En quoi chanter de temps en temps quelques paroles suggestives peut-il être préjudiciable ? Au début de l'année, l'Amicale leur donne l'occasion de faire ce qu'ils veulent, elle leur montre qu'on peut s'amuser sans se prendre au sérieux, que tout s'offre à vous quand vous avez un sac poubelle sur le dos, un peu comme à Carnaval, tradition qui autorise une fois l'an de faire tout ce que l'on n'ose pas faire le reste de l'année. Quand on est ainsi vêtu, on fait ce qu'on veut, on sait que personne ne peut nous prendre au sérieux. On se lâche, on rigole avec ses camarades, on chante, on se montre sous un autre visage (le vrai ?) et surtout on fait connaissance. Qui, dans ce lectorat, n'a jamais entraperçu une lueur d'envie dans le regard des passants alors qu'il entonnait une paillarde ? Après les études, il sera trop tard. Combien de fois ai-je pu entendre "profite ! Ce sont les plus belles années de ta vie". Cette période est un moyen de faire comprendre qu'il existe des moments où il faut savoir décompresser et saisir l'instant présent. Cette année, comme toutes les années, les primo-entrants ont apprécié, nous ont remerciés. Nous avons même tissés des liens assez forts avec certains d'entre eux. Ils font partie de la grande famille Pharma, voie corporatiste par excellence, la mission est accomplie ! Seulement voilà, l'UNEF, à la recherche d'un scoop médiatique à l'approche des élections des Conseils centraux de l'ULP, tombent sur nos photos dont quelques unes sont, il est vrai, très choquantes quand on ne connaît pas le contexte et qu'on n'a pas assisté à la scène. Et il ne leur en fallait pas tant ! Transmises directement à S.O.S. Bizutage, ceux-ci s'empressent de nous appeler pour faire retirer ces photos, ce qui fut fait dans l'heure. Mais cela n'a

- 25 -


L’AMICALE PREND LA PAROLE___________________________________________________ pas suffit à calmer l'ardeur anticorporatiste de nos détracteurs. Insatisfaits, ils envoient lesdites photos directement aux organes de presse, les journalistes les publient sans réfléchir, sans rien vérifier a priori, et surtout sans venir sur le terrain et demander aux principaux intéressés, les étudiants de 1ere année. Voyant ce qui lui est reproché, l'Amicale rédige un communiqué de presse, qui est transmis à l'AFGES pour obtenir son soutien, en lui demandant de ne rien publier tant que l'Administration de l'ULP n'aura pas donné son feu vert. Le Doyen nous conseille de rester discret et de ne pas rentrer dans le jeu des journalistes. Un rapide coup de fil nous apprend que le communiqué était déjà parti dans les boîtes mail des principaux médias. Les rédacteurs en chef se frottent les mains en reprenant l'histoire du communiqué retiré, jugent que nous avons quelque chose à nous reprocher… C'est l'hécatombe pour l'Amicale. Son image est assombrie, ternie par l'incompétence et le manque de professionnalisme de certains journalistes. L'administration nous demande de garder profil bas et de ne pas répondre. De trop rares pigistes, peut-être soucieux de bien faire leur travail, ou simplement parce qu'ils ont trouvé un filon pour remplir leur feuille de chou, viennent à la Fac glaner des informations… Mais nous ne pouvons pas les recevoir : l'ordre de discrétion est toujours d'actualité. Certains comprennent en discutant avec les étudiants concernés que ce n'est que du vent, à quelque mois des élections universitaires alors que d'autres poursuivent dans leur stupidité bornée. Ainsi on peut entendre sur France3 Alsace, en ouverture du journal de 19h : "Le Bizutage existe encore, la preuve…" suivi de photos choquantes, de l'interview d'une étudiante ravie de son intégration et d'une autre qui ne l'a pas suivi parce qu'elle ne le souhaitait simplement pas. Oui, mais cette dernière a été mise de dos comme si elle avait peur alors qu'on la voit de face dans le plan précédent. Une honte messieurs les journalistes, moi qui pensais que vous aviez, vous aussi, un code de déontologie… Les faits doivent construire un reportage… Pas l'inverse ! L'UNEF, qui a aussi envoyé les photos au Recteur de l'Académie et au Procureur de la République cherche à mener l'Amicale devant les tribunaux. Mais bien qu'ils cherchent, aucune plainte de primo-entrant n'est enregistrée ; normal ! Il faut savoir que ce syndicat étudiant, majoritaire partout en France mais qui se couvre de ridicule en Alsace depuis des années, souhaite la mort des Amicales et la fermeture des K'fet étudiantes pour les confier au CROUS. L'Amicale Pharma est une cible privilégiée pour eux… Un gros poisson qui vote fortement contre eux aux élections et donc une cible de choix à couler. D'abord assez réfractaire à une action contre nous, notamment grâce au soutien de nos Enseignants, le Président de l'ULP finit par se décider à une action disciplinaire afin de mettre au clair cette histoire qui ternit aussi l'image de l'Université. C'est ainsi que 23 personnes ayant organisé l'intégration se retrouvent lors d'une première section d'instruction de la Commission Disciplinaire le 13 décembre 2006, face à deux membres de la section et un représentant étudiant. Pourquoi 23 ? Quand nous organisons l'intégration, nous signons à la Faculté une charte nous engageant à respecter la législation et prenons l'entière responsabilité de nos actes. Toutes les personnes ayant signé cette charte se sont ainsi retrouvées devant la section ! Belle ironie. Cette section d'instruction a été l'occasion de discuter de l'organisation de la période d'intégration et étudier les points à revoir. Un certain nombre de reproches nous ont été fait et je vais vous les détailler. Toutes ces réflexions sont importantes afin de continuer à organiser l'intégration car on ne peut pas faire la sourde oreille. Premièrement, on nous reproche d'utiliser le terme intégration. Il parait que c'est trop violent. Qu'on ne puisse plus dire bizutage, c'est normal mais je pense qu'il ne faut pas tomber dans les extrêmes. Je citerai uniquement la définition d'intégration de l'IUFM d'Aix-Marseille : Intégration : Du latin integrare : rendre entier, action de faire entrer une partie dans le tout. En sociologie, selon Parsons, l'intégration constitue une des fonctions du système social, assurant la coordination des diverses fractions de celui-ci, pour assurer le bon fonctionnement de l'ensemble. En psychologie sociale, l'intégration s'exprime par l'ensemble des interactions entre les membres, provoquant un sentiment d'identification au groupe et à ses valeurs. Quel est le problème avec le terme alors ? On lui préfère accueil. Mais un accueil, c'est froid, impersonnel, souvent on accueille les gens par obligation ! Notre but est bien de faire entrer ces nouveaux étudiants de plein pied dans notre Faculté ! Le débat du politiquement correct est lancé, jusqu'où faudra-t'il aller ?

- 26 -


___________________________________________________L’AMICALE PREND LA PAROLE On nous a aussi reproché d'utiliser le terme Bizuth dans le "Carnet de Bienvenue". De temps en temps il est barré et corrigé par "petit nouveau" et de temps en temps il ne l'est pas. "Utiliser le terme Bizuth fait automatiquement référence à la pratique du bizutage". Nous avons argumenté que ceci était une façon humoristique de dédramatiser l'intégration. Toute cette période n'est qu'humour, décontraction et second degré, tous les étudiants qui arrivent dans notre Fac le comprennent immédiatement. Le bizutage fait encore peur aux étudiants bien qu'il soit interdit depuis 10 ans et nous sommes là pour leur montrer qu'on peut s'amuser sans instaurer de barrière d'âge. Mais non, nous ne pouvons décemment utiliser ce terme. Sachez donc que vous êtes tous hors-la-loi. Encore plus vous, étudiants de première année qui vous auto-traitez de Bizuths. Honte à vous ! Nous avons pourtant essayé de leur expliquer que dans notre Faculté, ce terme était entré dans le langage commun, sans aucune allusion à des pratiques ancestrales et dégradantes. Non ! Qu'on l'utilise à l'oral est déjà limite mais qu'on l'écrive est interdit. Il faudrait alors remplacer ce terme… Mais par quoi ? On nous propose "puissance 1" et "puissance 2" pour les Bizuths et les Carrés. Ca risque d'être drôle. Le débat est aussi lancé… On nous demande de ne pas placer de paillardes dans le Carnet de Bienvenue. Il faut distinguer ce qui est accueil de l'ULP et accueil étudiant. Ce que nous publions et distribuons à la rentrée est assimilé auprès des étudiants comme venant de l'ULP. Nous ne pouvons donc décemment pas publier ce que nous voulons. Mais ai-je tord en affirmant que cette partie paillarde fait intégralement partie de notre Faculté ? Nous sommes aussi dans notre tort car nous présentons à des mineurs des illustrations suggestives. En gros, nous ne devrions pas illustrer notre carnet d'images obscènes (des dessins, je le rappelle) qui pourraient choquer la sensibilité des plus jeunes. Quoi répondre à cela ? Oui, ça peut choquer… Mais comparé à ce que nous voyons en cours, ce n'est rien et pourtant certains d'entre nous sont toujours mineurs quand ils annotent ce schéma si suggestif de l'appareil sexuel féminin "de face". On n'est plus mineurs mais quand on nous sert des images de balanite et de muguet à 8h du matin, il vaut mieux avoir le cœur bien accroché. Alors des dessins humoristiques à connotation sexuelle ! Laissez-moi rire… Le problème ? C'est simplement que nous le distribuons à la rentrée dans le cadre de l'accueil et donc officiellement sous couvert de l'administration qui ne veut pas prendre cette responsabilité. Deuxième rendez-vous, la section de jugement, le 29 janvier 2007. Après quelques longues heures d'attente, nous nous retrouvons face à la section disciplinaire à son grand complet. Nous avons droit à une jolie présentation de toutes les photos et nous revenons sur certains points vus en section d'instruction. Rien de neuf au catalogue mis à part deux dépositions de "la partie adverse". Des témoins "présents" dans le bar de la Lanterne le jour du Rallye. Ce qui nous a fait rire, c'est que sur les trois témoins, pour des faits se déroulant le 28/09/06, les dépositions étaient datées du 24 au 27/01/07. Puis, lors d'une comparaison, il s'est avéré que les trois textes étaient en tous points similaires, construits selon le même schéma, reprenant les mêmes termes… Louche. On nous reproche donc également le rallye où, souvenez-vous avec nostalgie de ces moments mémorables, nous nous baladions en sacs poubelles pour vendre bonbons et autres capotes à des passants hilares… Mais nous avons aussi avec nous une pétition que vous avez massivement signée. Pour cela nous vous remercions grandement car elle a pesé dans la balance. Prouver que les étudiants nous supportent et apprécient ce que nous faisons pour eux nous a donné une légitimité et un poids. Enfin, 15 jours plus tard, une lettre avec accusé de réception attendait "les 23". Verdict : un avertissement. Même si ce verdict n'a pas beaucoup d'incidence sur nous en tant que personnes toute cette affaire aura montré que notre intégration ne peut plus se faire sous cette forme et qu'il faut s'adapter à la société telle qu'elle est aujourd'hui, qu'on le veuille ou non. Mais il est important que l'intégration reste une intégration et non pas un accueil. Nous avons des traditions et nous avons le devoir de transmettre ce qu'on a appris à notre arrivée. Vous l'avez compris, nous pouvons faire ce que nous voulons quand nous sommes entre nous mais nous ne sommes pas libres tant que nous organisons officiellement l'accueil à la Faculté. Devons-nous arrêter d'organiser la rentrée et juste proposer aux 1ère année motivés de participer à une vraie rentrée afin de se connaître ? Devons nous continuer à accueillir tout le monde mais faire un accueil comme on trouve ailleurs ?

Mac et Pdg

Tout ça parce que les femmes sont trop belles ! - 27 -


HUMOUR HUMOUR_____________________________________________________________

Humour, humour.... Je précise ! Pour ce numéro, nous vous proposons un petit florilège des plus belles blagues alsaciennes. Nous habitons dans une région qui possède son propre folklore, ses propres expressions, sans oublier bien sur son propre accent ! Tout cela pour notre plus grand plaisir ! Mais appréciez plutôt... C'est Mme Weber qui rencontre Mme Schmidt : "Bouchour màdàm Schmidt ! Commend allez-fous ? Ah bouchour màdàm Feber ! ça fa bien merci ! Et comment fa fotre petite chienne ? - Yé ! Elle a eu des petits. - Décha ? - Non, des chiots !"

Raymond c’est l’idiot du Fillage à Breuschwickersheim. Il passe toutes ses Chournées dans la Kabine téléphonique, sans composer un seul numéro, CHuste à écouter dans le Kombiné. Robert, le maire, finit par aller le voir. - Tis-moi, Raymond, pourquoi tu passes tout ton temps dans le cappine téléfonik ? - Yoh, c’est pien (net !). - Ah foilà, t’accord. Mais pourquoi c’est pien ? - Ben, je Tékroche te compiné et je temante "Qui c’est le plus beau ? Qui c’est le plus hintellichent ?" et on me répond "Tüü, tüü, tüü..." Mon Mon Mon Mon

premier a Tes Tents second a Tes Tents troisième a Tes Tents tout est un très Filain Téfaut Réponse : la chat-loup-scie

Pourquoi les Alsaciens ont-ils une commande de phares à 3 positions et une grille devant les phares ? - Quand ils roulent, ils ont le choix entre " codes - phares - tamis " (Les Alsaciens comprendront....s'esch a gueti Wetz, nei ?) Pourquoi les chimistes alsaciens ne prennent jamais certaines autoroutes ?… Réponse : Parce qu’ils évitent les autoroutes à pH !

Hop-là ! C’est tout pour auchourd’hui ! Merci à Rachou pour son aide précieuse...

- 28 -


____________________________________________________________________POLITIQUE

Des ministres en déplacement... Le premier ministre, Dominique de Villepin, le ministre de l'Intérieur, Nicolas Sarkozy et le ministre de l'Education Nationale, Gilles de Robien, survolent la France dans un jet du GLAM. De Villepin se tourne vers le p'tit Nicolas et lui dit en faisant de l'esbroufe : "Tu sais, je pourrais jeter un billet de 500 euros par la fenêtre et rendre quelqu'un très heureux". Nicolas lui réplique : "Eh bien moi, je pourrais jeter 10 billets de 50 euros par la fenêtre et rendre 10 personnes heureuses". Pour ne pas être en reste, Gilles intervient à son tour : "Je pourrais jeter 100 billets de 5 euros par la fenêtre et faire 100 heureux". Le pilote soupire et dit à son co-pilote : "Non mais t'entends cette bande d'arrogants à l'arrière. Ils ne se rendent pas compte que je pourrais jeter trois connards par la fenêtre et rendre des millions de gens heureux".

- 29 -


JEUX_________________________________________________________________________

Jeux Rébus :

Hanjie :

1 2 3 4 5 6 1 10 8 6 1 2 3 3 10 5 4 3 2 1 3 3 3 2 1

Règle du jeu : Le but consiste à retrouver les cases noires dans chaque grille. Les chiffres donnés sur le côté et en haut de la grille vous donnent des indices : ils indiquent la taille des blocs de cases noires de la ligne ou de la colonne sur laquelle ils se trouvent. Par exemple 3,4 à gauche d'une ligne indique qu'il y a, de gauche à droite, un bloc de 3 cases noires puis un bloc de 4 cases noires sur cette ligne. ATTENTION, ces deux blocs ne peuvent pas se toucher, ils sont séparés par au moins une case blanche. En combinant les informations des lignes et des colonnes, vous verrez qu'il n'y a qu'une répartition possible pour les cases noires.

- 30 -


A l’occasion de la soirée Karaoké à la K’fet, les étudiants ont poussé la chansonnette !

Des duos de légende !

La K’fet avait fait le plein de supporters !

La photo de groupe venant immortaliser le voyage à Lyon organisé par le CEPhI. Des étudiants enthousiastes pour un voyage qui restera dans les mémoires !


Nous remercions nos partenaires répartiteurs qui nous aident à distribuer le Comprimé dans toutes les officines d’Alsace.

Directeur de Publication et Mise en Pages: Jean-François SEITLINGER Responsable Membres : Elodie REMETTER Responsable Partenariat : Amandine ROEMER Trésorier : Jean-Gabriel WEISS Secrétaire : Aurélie GARCIA Responsable Illustrations : Jean-Christophe FAY Responsable Répartition : Dévili NASY Reproduction : Réseauprint à STRASBOURG (67) Date de publication : semaine du 23 AVRIL 2007 Numéro d’ISSN : 1633-6178 Numéro édité à 800 exemplaires


Numero22