Issuu on Google+

Eté 2012

Numéro 44

contact@lecomprime.com http://www.lecomprime.com

Le journal de la Faculté de Pharmacie de Strasbourg... BOURRE !

Sortie vélo

Les JO

1 €

Interview de Mr GIES

Les 18-12 un groupe dans le vent

Les trombinoprofs

L au ra H a as


Ah, bientôt la période la plus attendue de toutes s'approche…

Les fleurs fleurissent, les vêtements s'allègent, les profs se questionnent sur la sauce à laquelle ils vont nous cuisiner pour l'examen... Bref l'été approche.

Cette fois-ci Le Comprimé revêt une couverture JO, et, étant donné que cet événement ne se produit que tous les 4 ans je vous propose une petite piqûre de rappel à coup d’anecdotes.

Comme à l’accoutumée vous retrouverez votre lot d'interviews avec notamment un prof qui s’est faufilé pendant des années entre les mailles du filet... Enfin ...M. Gies nous dit tout! Mais ça ne s'arrête pas là ... L’équipe du journal est partie à la rencontre d'une star du rock! Le bassiste qui fait passer Éric Clapton pour un joueur de banjo, j'ai nommé Philippe Boucher!!!

L’officine retrouve son concentré d'infos avec les nouveaux médicaments et un petit point sur la nouvelle législation relative aux stupéfiants. Mais la recherche n’est pas sans reste avec un panel de trouvailles originales.

SOMMAIRE SOMMAIRE SOMMAIRE 3 - SOMMAIRE

4 - NOUVEAUX MEDICAMENTS

6 - ACTUALITES PHARMACEUTIQUES 7 - LES 18-12

10 - COMMENT PERENNISER SON OFFICINE ET METTRE EN PLACE UNE STRATEGIE DE DEVELOPPEMENT A MOYEN TERME ? 12 -PETITES HISTOIRES INSOLITES DES JO

13 - LES ESPOIRS FRANCAIS POUR LES JO 14 - TROMBINOPROFS

16 - INTERVIEW DE MR GIES

22 - TROUVAILLES ORIGINALES

24 - DES STRASBOURGEOISACOPENHAGUE 26 - SORTIE VELO 28 - BLAGUES

Enfin nous finirons avec tous les grands classiques blagues, jeux et cocktail ... A déguster bientôt sur la plage.

Enfin je remercie tous nos lecteurs pour leur fidélité. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et c’est grâce à vous que vit notre association... Enfin comme l’ont dit d'autres avant moi : " C’est pour vous que nous nous sommes défoncés tout au long de cette année, mais vous nous l’avez plus que largement rendu. " Je vous souhaite à tous de passer de bonnes vacances ensoleillées, de préférence loin des nuages de septembre…

30 - COCKTAIL

Voici comment nous joindre pour les nouveaux et ceux qui auraient oublié : - au local G019 (couloir en bas des amphis) - la boîte aux lettres du Comprimé dans le hall de la fac - par mail : contact@lecomprime.fr - notre site Internet: www.lecomprime.com

Vive la Pharmacie, Vive le Comprimé,

Yann Biehler

3

Le prochain numéro du Comprimé sortira au courant du mois de septembre, profitez-en pour nous écrire un article !


NOUVEAUTES

Nouveautés Nouveautés Le pantoprazole est transformé en sa forme

IPRAALOX 20 mg : traitement du reflux active, un sulfénamide cyclique, dans les gastro-oesophagien canalicules acides de la cellule pariétale, où il inhibe l'enzyme H + /K + ATPase, c'est-à-dire la phase finale de la sécrétion acide gastrique.

Principe actif : Pantoprazole (inhibiteur de la pompe à protons).

Non remboursable

Laboratoire : Sanofi-aventis France.

Indication : RIMENDIA 0,02 mg/3 mg : contraceptif oral IPRAALOX 20 mg est indiqué Principe actif : Ethinylestradiol (estrogène) et chez l'adulte dans le traitement à court terme des symptômes du reflux drospirénone (progestatif) en association fixe. gastro-oesophagien (par exemple pyrosis, Indication : RIMENDIA 0,02 mg/3 mg est un régurgitation acide). médicament contraceptif oral combiné Posologie et mode d’emploi : La dose monophasique.

recommandée est de 20 mg de pantoprazole par jour (1 comprimé). Le comprimé d'IPRAALOX doit être avalé entier avec un peu d'eau avant un repas. Il ne doit être ni croqué, ni écrasé.La prise des comprimés pendant 2 ou 3 jours consécutifs peut être nécessaire pour l'obtention d'une amélioration des symptômes. Le traitement doit être arrêté une fois les symptômes disparus.

Forme pharmaceutique : RIMENDIA 0,02mg/3mg est une plaquette comprenant 28 comprimés pelliculés. Chaque plaquette de 28 comprimés contient : 24 comprimés pelliculés actifs rose pâle, composés chacun de 0,02 mg d'éthinylestradiol et 3 mg de drospirénone ; 4 comprimés pelliculés placebos (inactifs) blancs.

Précautions d’emploi et note d’information : La durée du traitement ne doit pas excéder 4 semaines sans avis médical. Si les symptômes persistent au terme de 2 semaines de traitement continu, le patient doit consulter un médecin. Populations particulières : Aucune adaptation de la dose n'est nécessaire chez le sujet âgé ou l'insuffisant hépatique ou rénal.

Posologie et mode d’emploi : Les comprimés doivent être pris chaque jour, à peu près à la même heure, éventuellement avec un peu de liquide, en respectant l'ordre indiqué sur la plaquette. La prise des comprimés doit se faire de façon continue, chaque jour pendant 28 jours consécutifs. La plaquette suivante doit être commencée le jour suivant la prise du dernier comprimé de la plaquette précédente. Une hémorragie de privation débute généralement 2 ou 3 jours après avoir commencé à prendre les comprimés placebos (situés sur la dernière rangée) et il est possible qu’elle ne soit pas terminée au moment d'entamer la plaquette suivante.

Utilisation chez l'enfant :L'utilisation d'Ipraalox n'est pas recommandée chez l'enfant et l'adolescent de moins de 18 ans en raison de l'insuffisance des données relatives à son efficacité et sa tolérance.

Mécanisme d'action : Le pantoprazole est un benzimidazole substitué qui inhibe la sécrétion gastrique d'acide chlorhydrique de l'estomac par un blocage spécifique des pompes à protons des cellules pariétales.

Liste I, non remboursable

4

Laboratoire : Bayer Santé.


NOUVEAUTES

CODOTUSSYL TOUX SECHE PENTOXYVERINE 3,2 mg/ml : sirop antitussif

- Chez le sujet âgé ou insuffisant hépatique, cette posologie sera diminuée de moitié, et pourra éventuellement être augmentée en fonction de la tolérance et des besoins ;

Principe actif : Pentoxyvérine (antitussif d'action centrale).

- Chez l'enfant de 30 à 40 kg (entre 10 et 12 ans) : 2 ml par prise, à renouveler au bout de 6 heures si besoin, sans dépasser 4 prises par jour ;

Indication : CODOTUSSYL TOUX - Chez l'enfant de 20 à 30 kg (entre 6 et 10 ans) SECHE PENTOXYVERINE : 1,5 ml par prise, à renouveler au bout de 6 heures 3,2 mg/ml sirop est indiqué dans le traitement si besoin, sans dépasser 4 prises par jour. symptomatique des toux non - Chez l'enfant de 40 à 50 kg (entre 12 et 15 productives gênantes. ans) : 2,5 ml par prise, à renouveler au bout de 6 Indication : heures si besoin, sans dépasser 4 prises par jour ; CODOTUSSYL TOUX Les prises devront être espacées de 6 heures SECHE PENTOXYVERINE au minimum. 3,2 mg/ml sirop est indiqué dans le traitement Précautions d’emploi : Ce médicament est symptomatique des toux non réservé à l'adulte et à l'enfant de plus de 6 ans (soit productives gênantes. plus de 20 kg). La dose quotidienne de pentoxyvérine ne doit Posologie et mode d’emploi : La posologie pas dépasser 120 mg chez l'adulte et 1 mg/kg usuelle est de : chez l'enfant. Le traitement doit être court (quelques jours) et - Chez l'adulte : 5 ml par prise, à renouveler au bout de 6 heures si besoin et sans dépasser limité aux horaires où survient la toux. 4 prises par jour. Non remboursable Laboratoire : Genévrier

Communication et impression Design publicitaire Conception et réalisation de l’ensemble des supports visuels ‡/RJRV‡%URFKXUHV‡3ODTXHWWHVVRFLpWpV ‡'pSOLDQWV‡7UDFWV‡$IILFKHV‡&DOHQGULHUV ‡6WDQGV‡6LJQDOpWLTXH 6LqJHVRFLDOSODFHGHOD&DWKpGUDOH‡675$6%285* 7pO‡HPDLODODLQZDOWHU#QHXIIU

5

David.


ACTUALITES PHARMACEUTIQUES

Actualités pharmaceutiques Actualités pharmaceutiques

Cette nouvelle loi est peut être arrivée à vos oreilles, si ce n’en était pas le cas, il faut savoir que la réglementation des modalités de prescription et de délivrance de certains médicaments assimilés stupéfiants comme le Flunitrazépam, la Buprénorphine, le Clorazépate et le Clonazépam a changé selon l’arrêté du 9 mars 2012 publié au Journal Officiel du 20 mars 2012. Les dispositions de cet arrêté sont applicables uniquement aux prescriptions exécutées dans les pharmacies d’officine. Les conditions de prescription et de délivrance des médicaments concernés sont détaillées dans le tableau ci-dessous :

6


Les 18-12 Les 18-12

théâtre avec une grande scène. Je me souviens que le directeur du collège a installé une chaise tout devant la scène, puis il m’a fait venir et a refermé les rideaux derrière moi ce qui fait que j’étais tout seul devant le public. Lorsque j’étais au lycée, il n’y avait pas encore la fête de la musique mais il y avait souvent des manifestations musicales et nous étions plein de groupes multiples et divers. On donnait des petits concerts.

Qui ne sait pas que Monsieur Boucher est la Bible de la physiologie à la faculté ? Personne sans doute, en revanche, beaucoup moins le connaissent en tant que Bible du rock. Votre journal préféré a rencontré le guitariste du groupe 18-12 pour une interview Rock & Roll ! Bonjour M. Boucher, pouvez-vous nous décrire votre cursus universitaire ainsi que votre activité de recherche à la faculté ?

J’ai fait mes études de Pharmacie à Lyon. Pendant ces études, je faisais partie d’un groupe qu’on avait appelé les « Ostro-Gones », les Gones étant le terme que l’on donnait aux jeunes enfants lyonnais. C’était un genre de jeu de mot idiot avec les Ostrogoths et les « autres Gones ». C’était un groupe de rock. A l’époque j’écrivais la musique et le chanteur les paroles. On a d’ailleurs repris certains de ces titres avec les « 18-12 ». Je suis toujours très ami avec les anciens membres des Ostro-Gones, et on se voit très régulièrement. Le batteur est vétérinaire à Saint-Etienne dans la Loire, l’autre guitariste et chanteur est pharmacien à Paris et le bassiste est pharmacien toxicologiste également à Paris, c’est le seul qui ne soit plus dans un groupe aujourd’hui. Dès qu’on se retrouve, on joue ensemble.

Je suis Pharmacien Biologiste, Professeur des Universités, ancien externe, ancien interne, ancien assistant des hôpitaux. Je suis titulaire d’une Thèse de Sciences et d’un D.E.A. de Neurosciences. J’ai également été titulaire du concours de praticien hospitalier. Mon activité de recherche porte sur la physiopathologie de l’athérosclérose donc tous les mécanismes qui conduisent au développement de l’athérosclérose et aux complications des lésions athéroscléreuses ainsi que tout ce qui participe au remodelage vasculaire au cours de l’athérosclérose.

Lorsque je vivais aux Etats Unis, j’étais dans un groupe de jazz. On reprenait les standards « Take Five », « Blue Bossa », et tous les autres classiques du jazz.

Votre principale passion en dehors de vos activités universitaires est la musique, et le rock en particulier. Est-ce pour vous un type de défouloir, car votre métier doit s’avérer prenant ?

Oui oui bien sûr ! C’est secondaire à mon activité professionnelle, mais j’ai toujours fait de la musique. J’ai commencé vers l’âge de dix ans avec le piano classique, j’en ai joué pendant environ quinze ans. J’ai fait aussi beaucoup de guitare jazz mais jamais de guitare classique. Cependant, depuis très longtemps je joue de la guitare électrique. Je me rappelle de mon premier concert, j’avais douze ans. C’était à l’occasion d’une fête de fin d’année au collège. J’étais tout seul avec la guitare et je devais interpréter plusieurs morceaux. La famille, les professeurs, les élèves, tout le monde était présent. Cela se passait dans un

LES 18 -12

En 2003, j’ai été nommé Maître de Conférences à l’Université de Strasbourg. A l’IGBMC, on avait monté un groupe de musique avec Alain Litt, un technicien passionné de musique de l’équipe de Dino Moras. Cependant c’était rapidement devenu compliqué, les doctorants et les post doctorants qui venaient jouer avec nous ne restaient que quelques mois, et il fallait sans arrêt rechercher de nouveaux musiciens. Le groupe n’a donc pas vraiment tenu. J’ai alors rejoint un autre groupe qui répétait dans le nord de l’Alsace près de Wissembourg.

7

Cette fois, le problème était les trajets puisque c’est à plus d’une heure de Strasbourg, j’ai laissé tomber car c’était infernal. Les répétitions commençaient à huit heures du soir et lorsque je revenais il était très souvent deux heures du matin.


LES 18 -12 En plus, le groupe ne faisait que des reprises et ne voulait pas entendre parler de compositions, ce qui somme toute était plutôt lassant au bout d’un moment. Avec le bassiste qui a été muté sur Strasbourg, on a alors décidé de former le groupe « 18-12 ».

Le rock anglais est beaucoup plus léger à écouter d’une manière générale. Ca reste quand même du rock, mais les américains utilisent beaucoup une distorsion du son très grasse et très serrée. Souvent ils « depitchent », c’est-à-dire que l’accordage est descendu d’un ou de deux tons.

Vous avez donc joué plusieurs types de musique.

Actuellement dans votre groupe, c’est toujours vous qui composez la musique ?

Le son résultant est plus dans les basses, ce qui rajoute de la pesanteur et du poids à la musique. Le matériel aussi est bien particulier. Le rock américain utilise des amplis type « Mesa Boogie » et des guitares type « PRS » et éventuellement des guitares « Gibson », alors que les groupes anglais utilisent plus volontiers des guitares avec des micros dit « single coils » type « Fender » et moins de distorsion. Le son anglais c’est typiquement le son « Police », juste un peu « sale» sans cette grosse distorsion et le gros son agressif qu’on retrouve avec la musique américaine. Le son américain typique c’est par exemple les groupes comme « Nirvana ». Le rock anglais des années 70 comme celui des « Who » est aujourd’hui encore très copié (cf Les Experts ou Linkin Park). C’est la même chose avec « Led Zeppelin », les jeunes générations redécouvrent ce son des années 70, un rock brut mais pas brutal.

Nous avons remarqué que vous affectionnez particulièrement les morceaux comme ACDC ou de rock anglais.

C’est surement avec l’arrivée de groupes comme « ACDC » que j’ai pris goût au rock. Je suis également un grand fan de « Deep Purple », de ces groupes des années 75-80 et tous ces groupes un peu « hard rock » sont une source d’inspiration pour moi. Même le rock irlandais de « Rory Gallagher » m’inspire. Le blues type « Rolling Stones » nous influence aussi, plus que le blues américain. Encore aujourd’hui les groupes américains jouent une musique très agressive, idem pour les groupes allemands comme « Rammstein ».

Oui, en effet puisque j’ai pratiqué le piano classique, la guitare jazz et le rock. A l’époque, il n’y avait pas encore « You Tube » et toutes les partitions que l’on peut trouver aujourd’hui. Quand on entendait quelque chose qui nous plaisait, il fallait le reproduire à l’oreille, ce qui aide à développer le sens musical.

Donc, en fait, vous êtes un autodidacte en matière de musique ?

Je n’ai jamais pris de cours de musique mais par contre j’ai fait pendant quinze ans du solfège. Donc la théorie, je l’ai apprise par l’intermédiaire du solfège et du piano classique.

Quand vous avez commencé à jouer du rock, quelles ont été vos principales sources d’inspirations ?

Oui, en principe je compose la mélodie, et le chanteur ou le batteur écrivent les paroles. Actuellement sur les cinq titres de l’album, il y en a deux que l’on jouait avec les Ostro Gones. On a aussi sept titres originaux supplémentaires qui tournent bien, ce qui fait un total de douze compositions. J’ai, par ailleurs, dans mon ordinateur encore au moins cinq ou six compositions qui sont prêtes à être jouées. Tout le reste de la set liste, ce sont des reprises. On a un répertoire d’environ trois heures de musique.

Oui c’est vrai que j’aime bien les groupes anglais, leur sonorité est beaucoup moins agressive et pesante que celle des groupes américains. La musique des groupes américains est beaucoup plus violente que la musique des groupes de rock anglais.

Peut-on dire que vous jouez un rock de gentlemen ?

8

Non, le rock de gentlemen c’est plutôt je crois « Elvis Presley » ou les « Shadows ».A l’époque il n’y avait pas encore la distorsion.


LES 18 -12 Elle est apparue avec les « Rolling Stones ». Leurs amplis étaient de vrais montagnes, vous savez c’est le son des gros amplis Marshall. Les survivants de cette époque ont d’ailleurs de gros problèmes d’audition aujourd’hui, tellement ils jouaient fort. A ce niveau sonore aujourd’hui, on pourrait faire sauter toutes les vitres de la fac. J’ai d’ailleurs essayé, il y a un peu plus d’un mois, un ampli de ce type là dans une boutique vintage à Paris. Le gérant m’a proposé de monter le son et tout a commencé à trembler dans la boutique tellement le son était fort. C’était hallucinant ! Le son de ces années 70 n’est plus envisageable tel qu’il était conçu : on jouait complètement avec la puissance des lampes de l’amplificateur et ça devenait très dangereux pour l’acoustique, pour la personne qui jouait.

Lorsque nous aurons douze nouveaux titres nous réaliserons un CD complet.

Quels sont vos rapports avec le public lors de vos concerts ? Jouer en live doit être très différent de votre travail en studio.

C’est complètement différent ! Le travail en studio s’apparente bien plus aujourd’hui à du « copier-coller » : on vous fait jouer trois fois le même morceau en retenant dans chaque interprétation les meilleurs moments que l’on rassemble afin de donner le résultat final. La prestation devant un public est tout autre : en live, personne ne pourra corriger vos erreurs ! Par exemple, une batterie pas tout à fait régulière peut être corrigée en studio afin d’homogénéiser le rythme et corriger les erreurs, devant un public cela est inenvisageable, si vous jouez de travers vous jouez de travers ! Ce que vous pouvez entendre sur un enregistrement peut être radicalement différent d’une prestation live. Le travail demandé devant un public est bien plus exigeant que le travail d’enregistrement.

Tentez-vous tout de même de reproduire ce son des années 70 ?

Oui, lorsque l’on fait des reprises on essaye effectivement de retrouver le plus possible les sonorités de ces années, de copier l’original. Dans nos propres compositions, au contraire on essaye d’avoir une certaine originalité et là encore c’est difficile car il y a toujours cette « rigidité » de l’électronique : quand vous achetez une guitare, vous avez beau changer les volumes, la tonalité, c’est tout de même de l’électronique. C’est avec cette rigidité électronique qu’il faut travailler la qualité du son. Avoir une originalité et une sonorité qui plaisent à ce niveau là, c’est tout un travail. Si vous ne travaillez pas la qualité d’un son, il sera tout aussi pénible à écouter qu’à jouer : si vous faites attention maintenant aux sonorités des groupes actuels, vous remarquerez que le son est extrêmement travaillé. Ce qui compte c’est d’avoir quelque chose d’agréable à écouter et également d’original par rapport à tout ce qui existe. Vous ne voulez pas reproduire le son d’ACDC car si vous le reproduisez on vous taxera de « pâle copie » d’ACDC. L’originalité est donc un point essentiel sur lequel il faut beaucoup travailler

Donc au final il faut venir vous voir en live ?

Oui il faut venir bien sûr ! Nous avons beaucoup de concerts prévus et cela me ferait plaisir de voir un public de la fac. Des étudiants et des enseignants sont déjà venus aux concertsb Pas assez nombreux et peut être par simple hasard (rires).

Nous vous remercions de nous avoir consacré de votre temps et nous espérons le meilleur pour votre groupe 18-12 qui vient de sortir son premier album. Retrouvez les 18-12 en live :

- Le 5 mai au Haggy’s Bar à Colmar (21h30) - Le 19 mai au Plaza Café à Colmar (21H) - Le 9 juin à la salle des fêtes d’Osthouse (21h) - Le 21 juin à Harley Davidson Café à Fegersheim(21h)

Quels sont vos projets concernant le groupe 18-12 ? Pensez-vous sortir prochainement un album plus conséquent ?

Oui je pense que nous allons essayer, il faut avoir des objectifs et ce serait une bonne motivation.

Pour plus d’infos visitez le site internet du groupe : www.18-12.fr

9

Flo, Benoît, Guillaume et Mlle Evanescence.


COMMENT PERENNISER SON OFFICINE ?

10


COMMENT PERENNISER SON OFFICINE ?

Comment pérenniser son officine Comment pérenniser son officine et mettre en place une strategie de et mettre en place une stratégie de développement à moyen terme développement à moyen terme ? ? Evolutions par rapport à la loi HPST

Dr Marie HENRY, Enseignante à l’EM Strasbourg et Co-responsable de l’Executive MBA MMPO Avec l’intégration de la loi HPST au sein de l’activité officinale, la pharmacie devient un acteur incontournable dans la coordination des soins. Le métier de pharmacien est en pleine mutation, il repose notamment sur l’innovation économique au travers des actes pharmaceutiques et de la rémunération proposée. Cependant il faut d’ores et déjà anticiper ce défi de demain en préparant et en développant le marketing et le management de cette loi au sein de l’officine. Quelles sont les opportunités, les menaces à l’application de la loi HPST ? Quelles sont les forces et les faiblesses identifiées intrinsèques à l’officine ? Quelles stratégies mettre en œuvre à court et moyen termes ? b Autant de questions que se posent chaque année une douzaine de pharmaciens titulaires /assistants confirmés au sein de l’Executive MBA Management et Marketing de la Pharmacie d’Officine (MMPO). Ci-dessous, une synthèse de critères à analyser afin d’optimiser l’application de la loi HPST au sein votre officine (actuelle ou future). Le processus de la performance

Avant toute mise en œuvre, il est primordial d’évaluer la performance actuelle de l’officine [par ex. : analyse de son CA, sa marge, son environnement concurrentiel et médical, la répartition de sa patientèle, la typologie de ses prescripteurs b] Sur quels leviers peut-on agir pour améliorer sa performance future ? b Ils sont nombreux et émanent notamment des nouvelles missions du pharmacien HPST. Ils s’appuyent à la fois sur le positionnement de l’officine, les nouveaux outils (téléconsultation, ordonnances dématérialisées, vente en ligne b) et la nouvelle repartition des missions entre pharmaciens et corps medical.

Il s’agit d’anticiper et savoir mettre en oeuvre d’un point de vue stratégique (définir ses choix , les prioriser) et pratique (plans d’action : communication, budget, process qualité, renforcement du management b) une nouvelle segmentation de la patientèle et plus globalement le nouveau modèle économique des pharmacies.

La pharmacie des services : une expertise officinale centrée sur le patient

Intensifier les activités de conseils, dépistage, prévention, portage à domicile, développer de nouveaux segments (senior, podologie, optique, etc.) b sont autant de réponses au positionnement futur des officines pour assurer leur pérennité.

L’EM Strasbourg propose des formations adaptées

La 3ème promotion de l’EMBA MMPO est actuellement en cours de recrutement. Cette formation diplômante de haut niveau s’adresse aux pharmaciens titulaires et assistants et se déroule à temps partiel sur une année universitaire (10 modules), à raison de 3 jours de formation (lundi à mercredi) par mois. Voir les témoignages des étudiants/diplômés de l’Executive MBA MMPO (Onglet “témoignage” : http://www.em-strasbourg.eu/formations/emba-manage ment-de-la-pharmacie). Nouveau* : Un diplôme d’université (bac+5) à destination des jeunes diplômés en pharmacie désireux de devenir de bons managers en officine se déroulera sur un trimestre à temps partiel dès octobre 2012 (*sous réserve de l’accord des instances universitaires).

11

Renseignements: executive.education@em-strasbourg.eu Tél : +33 (0)3 68 85 88 41 + d’infos sur : www.em-strasbourg.eu


Petiteshistoires histoiresinsolites insolites Petites desJO JO des

PETITES HISTOIRES INSOLITES DES JO

Les JO, c’est bientôt ! Le doute subsiste pendant 2 ans et en 1966, En fait ils débuteront le 27 juillet... mais pour l’URSS les retire de la délégation officielle, quand vous faire patienter, le Comprimé vous a glané les premiers tests de féminité ont été imposés. quelques petites anecdotes : En 1980, à Moscou, les lanceurs de javelot À l’arrivée du 800 soviétiques avaient mis au point une stratégie très mètres féminin des ingénieuse. Lorsqu’ils entraient en action, Jeux Olympiques l’ouverture de certaines portes géantes du Stade d’Amsterdam en Olympique, provoquait un courant d’air qui 1928, six des huit améliorait fortement leurs performances. concurrentes se sont évanouies de En 1998, le fatigue (la chaleur de ce jour-là et les sprinter américain entraînements sommaires de l’époque n’ont pas Dennis se fait vraiment aidé non plus). C’était la première fois prendre avec un taux que l’épreuve faisait son apparition aux JO et ce anormalement élevé triste spectacle a poussé le Comité International de testostérone dans Olympique(CIO) à interdire toute course allant le sang. Il confie en au-delà de 100 mètres aux athlètes féminines toute décontraction jusqu’aux JO de Rome en 1960. avoir bu cinq bouteilles de bière et fait au moins quatre fois l’amour à sa femme la veille du Stanisława Walasiewicz alias Stella Walsh, contrôle. Elle fêtait soit disant son anniversaire et remporte le 100 mètres olympique féminin à Los méritait de ce fait de telles faveurs. La fédération Angeles en 1932, en étant la américaine a cru à la belle histoire et l’a blanchi. Il première femme à courir la a cependant été suspendu pour dopage par la distance en moins de 12 Fédération internationale d'athlétisme du 1er avril secondes et termine deuxième 1998 au 31 mars 2000, après qu'un taux à Berlin quatre ans plus tard. anormalement élevé de testostérone ait été Tuée lors d’un braquage à détecté. Cleveland en 1980, l’autopsie aboutira à la conclusion qu’elle La lanceuse de poids Irina Korjanenko, étaitb hermaphrodite ! Ses contrôlée positive à un anabolisant, a refusé de médailles ne lui ont pas été rendre sa médaille d'or du concours olympique des retirées, malgré les plaintes officielles déposées Jeux d'Athènes en 2004, comme le Comité par ses dauphines. International Olympique le lui avait demandé. Afin de la conserver, elle l’avait envoyée en Aux Jeux Olympiques de 1956 à Melbourne, le Russie, dans les bagages de son frère, ce qui a lanceur de disque tchécoslovaque Karol Meta est embarrassé considérablement les responsables pris en flagrant délit de tricherie. Il avait tenté de de l'équipe olympique russe. Korjanenko a même lancer un disque plus léger que celui de ses déclaré : « Je suis sûre à 100%, 200%, que je suis adversaires. innocente. Je suis la championne olympique ». Elle a été suspendue pour dopage en 2005 et sa Lors des Olympiades de Tokyo, en 1964, deux médaille a été retirée. sœurs représentant l’URSS défraient la chronique. Tamara Press, médaille d’or au poids et au disque et Tina Press, championne olympique du Caroline. pentathlon sont en réalité deux frères !

12


Lesespoirs espoirsfrançais françaispour pourlesles Les JO JO LES ESPOIRS FRANCAIS POUR LES JO

Les Jeux olympiques de 2012 se dérouleront à Londres du 27 juillet au 12 août 2012. Comme tous les 4 ans, ils seront l’occasion d’applaudir et d’encourager à l’unisson nos athlètes tricolores. Pour ce numéro placé sous le signe de ces Jeux, je vous propose un petit descriptif des chances françaises de médailles et des athlètes à suivre.

« Plus fort, plus haut, plus vite. »

L’escrime est la discipline qui a rapporté le plus de médailles à la France avec 115 médailles olympiques, et il n’y a pas de raison que cela change durant cette édition. Il faudra suivre avec attention l’équipe masculine d’épée comprenant Jérôme Jeannet, Jean-Michel Lucenay, Ulrich Robeiri, Gauthier Grumier. Du côté du sabre par équipe, les sabreurs essaieront de conserver leur titre olympique acquis à Pékin.

En athlétisme, il faudra compter sur Renaud Lavillenie à la perche qui a en mars 2012 remporté le titre de champion du monde en salle. Sur la terre, le 100 mètres sera l’occasion d’un affrontement entre Christophe Lemaitre et Usain Bolt, qui même si l’issue reste prévisible, promet d’être un des grands moments de ces JO. La natation promet encore d’être une des disciplines phares en ce qui concerne les chances de médailles françaises. Parmi les nageurs, on citera Camille Lacourt et Jérémy Stravius qui ont tous deux finis ex aequo et remporté la médaille d’or sur 100 mètres dos lors du mondial de 2011.

Le relais 400 mètres nage libre composé d’Amaury Leveaux, Fabien Gillot, Yannick Agnel et

de Clément Lefert risque certainement d’être haletant et a de fortes chances d’aboutir à une médaille française.

En canoë monoplace (C1), Tony Estanguet reste une valeur sure avec à son actif 2 titres olympiques et 3 titres de champions du monde. Le judo sera certainement l’occasion pour Teddy Rinner d’enfin ajouter à son palmarès déjà énorme (5 médailles d’or de champion du monde), le seul honneur qui lui manquait encore, celui d’une médaille d’or olympique.

En BMX, discipline olympique apparue pour la première fois lors des JO précédents, les deux françaises Anne-Caroline Chausson et Laëtitia Le Corguillé, respectivement première et deuxième, auront sans doute envie de faire au moins aussi bien.

« Voir loin, parler franc, agir ferme »

En sports collectifs, les Français ne seront pas en reste avec notamment l’équipe de handball française qui aura certainement à cœur de défendre son titre olympique après la débâcle subie lors du dernier championnat européen. Les « Experts », champions du monde en titre, seront sans doute les hommes à abattre lors de ces JO.

L’équipe de Basket française composée de nombreuses stars internationales (Tony Parker, Nicolas Batum, Boris Diaw, Joakim Noah) devrait réserver de belles choses. Et puis ce n’est pas si souvent que l’on peut voir du basket-ball à la télévision française, raison de plus de les supporter.

« L’important, c’est de participer. »

Enfin, l’essentiel reste de profiter de cet événement pour partager et célébrer le sport. Alors, rendez-vous tous en famille dans votre canapé ou entre amis dans un bar pour vivre ce moment. Maxime H.

13


TROMBINOPROFS

Trombinoprofs Trombinoprofs

Nom : TERRAND Prénom : Jérôme Signe astrologique : Bélier Aime : ma compagne

N’aime pas : Les pollens qui me le rendent bien

Mon cursus universitaire sciences-Thèse d’université

:

Faculté

des

Mes supers potes à la fac : vous ne les connaissez pas

Je me définis comme un enseignant :  Je ne me définis pas, JE SUIS !  de la lignée de César : « J’ai lu, je n’ai pas compris, j’ai sévi»  Cool. Très coolbTrop coolb  Qui essaie tant bien que mal de faire son job  Pour plus d’informations voir dictionnaire  Chercheur (où est la salle ? où sont les étudiants ? où sont les polys ?)

un médicament : mis sur le marché chez Leclerc vendu en conseil retrait d’AMM, trop d’effets indésirables développé par Servier  en cours de développement

une boisson :  de la bière parce que ça rafraichi tout en mettant de l’ambiance du schnaps, parce que je me sens l’âme d’un alsacien du café, pour avoir la patate ! de l’eau parce que c’est indispensable à la vie un soda (gazeux), parce que j’adore buller

un animal : un serpent, parce que je suis fan du Comprimé  une souris, parce que je passe passais ma vie dans mon labo un chat, parce que je passe souvent des nuits blanches un mogwaï parce qu’au fond de moi, je suis resté un étudiant une qualité : curieux aventureux ambitieux  philosophe

L’étudiant pour moi est :  Là pour écouter ce que je dis, faire ce que je dis, croire ce que je dis, apprendre ce que je dis  Un bon cobaye héhéhéb Comme Gizmo le mogwaï : petit animal sympathique en général sauf de 14h à 16h pendant le TP/TD où il se transforme en Gremlinsb (Ne surtout pas lui donner une bière après-midi ! Ne Jamais le laisser seul avec une pissette d’eau !) Mon pire cauchemar, il y en a partout, ils envahissent même mon labo !

un défaut : impulsif bavard  désordonné impatient

Si j’étais :

un instrument de TP, je serais : Une spatule, pour pouvoir toucher à tout  Un agitateur magnétique parce que j’aime partir dans tous les sens Une balance parce que je suis souvent à la masse Une blouse parce qu’on peut tout fourrer Des lunettes pour éviter toutes projections

Quand j’étais étudiant, j’étais plutôt : polard  fêtard angoissé passionné

NDLR : A noter que M. Terrand est toujours souriant, de bonne humeur et prêt à répondre aux questions ! Mais si par mégarde, petit étudiant, tu aurais un rapport à rendre en retard, sache que tu peux toujours tenter de négocier en te munissant de tes meilleures blagues et d’une invitation à boire un verre à la k’fet.

14


TROMBINOPROFS

NOM : PIERRAT Prénom : Philippe Signe astrologique : Scorpion

 Un agitateur magnétique parce que j’aime partir dans tous les sens Une balance parce que je suis souvent à la masse Une blouse parce qu’on peut tout fourrer Des lunettes pour éviter toutes projections un médicament : mis sur le marché chez Leclerc vendu en conseil retrait d’AMM, trop d’effets indésirables développé par Servier  en cours de développement

Aime : Appréciant beaucoup de vivre en ville, j’aime cependant aller me ressourcer à la campagne où je trouve le calme et un endroit privilégié pour pratiquer le sport en plein air.

N’aime pas : M’adaptant assez facilement à de nombreuses situations, je n’ai pas de réponses précises à donner.

Mon cursus universitaire : Un cursus tout ce qu’il y a de plus classique. Un DEUG Science de la vie (Bac +2) à la fac des Sciences de Nancy. Je me suis ensuite orienté dans la filière chimie en suivant une Licence puis une Maîtrise de chimie organique. Après mon DEA, j’ai bénéficié d’une bourse du Ministère pour faire ma thèse dans un labo de la fac des Sciences toujours à Nancy. Mes supers potes à la fac : Que de souvenirs ! Merci à eux pour leur amitié.

Je me définis comme un enseignant :  Je ne me définis pas, JE SUIS !  de la lignée de César : « J’ai lu, je n’ai pas compris, j’ai sévi»  Cool. Très coolbTrop coolb  Qui essaie tant bien que mal de faire son job  Pour plus d’informations voir dictionnaire  Chercheur (où est la salle ? où sont les étudiants ? où sont les polys ?)

une boisson :  de la bière parce que ça rafraichi tout en mettant de l’ambiance du schnaps, parce que je me sens l’âme d’un alsacien du café, pour avoir la patate ! de l’eau parce que c’est indispensable à la vie un soda (gazeux), parce que j’adore buller

un animal : un serpent, parce que je suis fan du Comprimé une souris, parce que je passe passais ma vie dans mon labo un chat, parce que je passe souvent des nuits blanches  un mogwaï parce qu’au fond de moi, je suis resté un étudiant une qualité : curieux aventureux ambitieux  philosophe

un défaut : impulsif bavard désordonné  impatient

L’étudiant pour moi est :  Là pour écouter ce que je dis, faire ce que je dis, croire ce que je dis, apprendre ce que je dis  Un bon cobaye héhéhéb  Comme Gizmo le mogwaï : petit animal sympathique en général sauf de 14h à 16h pendant le TP/TD où il se transforme en Gremlinsb (Ne surtout pas lui donner une bière après-midi ! Ne Jamais le laisser seul avec une pissette d’eau !) Mon pire cauchemar, il y en a partout, ils envahissent même mon labo ! Si j’étais :

un instrument de TP, je serais : Une spatule, pour pouvoir toucher à tout

Quand j’étais étudiant, j’étais plutôt : polard  fêtard angoissé  passionné

NDLR : Elémentaire mon cher Watson ! Le voici mis à découvert b Aucune raison de craindre son courroux après une synthèse d’aspirine foireuse. Bien au contraire, sympathique et convivial, il pourrait même vous faire aimer la CO !

15

Anne et Ahn.


INTERVIEW DE MR GIES

Interview Monsieur Gies Interview Monsieur Gies

Bonjour Monsieur Gies, merci de nous recevoir dans votre bureau. Quel a été votre parcours ?

Comme vous ne le savez peut être pas, je suis Lorrain (et parle le lorrain). Je viens de Brouderdorff. Mon parcours professionnel est très atypique. J’ai passé mon baccalauréat à Metz en 1977 (Lycée Georges-de-La-tour) puis je suis venu à Strasbourg. J’ai obtenu un BTS de biochimie en 1979 au lycée Jean Rostand puis je suis rentré à la faculté des sciences de l’Université Louis Pasteur (UDS aujourd’hui) pour y effectuer une licence et une maîtrise es-sciences. Au cours de la maîtrise nous avions la possibilité de choisir des Unités d’enseignements (équivalent des UE actuelles) de pharmacologie et de toxicologie à la Faculté de pharmacie. Ces enseignements correspondaient aux cours de pharmacologie de 3ème et 4ème année de Pharmacie et aux cours de toxicologie de 4ème et 5ème année de pharmacie. C’est à ce moment que j’ai été séduit par la pharmacologie, qui était enseignée par Yves LANDRY et Jean-Claude STOCLET, et ai décidé de poursuivre une carrière dans ce domaine. Après ma maîtrise j’ai obtenu le grade de ‘scientifique du contingent’ ce qui m’a permis d’effectuer une partie de mon service militaire (6 mois) dans le laboratoire de Pharmacochimie du Professeur Camille-Georges WERMUTH qui avait un contrat avec l’armée. Mes premiers travaux de recherche ont ainsi été effectués dans ce laboratoire dans une équipe formidable et je garde d’ailleurs un très bon souvenir de Véronique, Angèle, Gilbert et André. Je suis resté dans cette équipe une année supplémentaire pour y effectuer un DEA de Pharmacochimie.

Ensuite, j’ai rejoint le laboratoire de Pharmacologie du Professeur Y. LANDRY et orienté mes travaux vers la pharmacologie moléculaire. Je me suis consacré notamment à l’étude des récepteurs muscariniques de l’acétylcholine dans la réactivité bronchique. J’ai obtenu mon doctorat d’Université Louis Pasteur en 1987. Après un passage dans l’industrie (Merrell-Dow), un stage au Collège de France (URA 1159) et à l’institut Pasteur Paris (Pr. Gros), j’ai obtenu un poste de MCU en 1989. Deux années plus tard j’ai présenté l’habilitation à diriger les recherches et en 2002 j’ai obtenu un poste de professeur de Pharmacologie Moléculaire. Cela fait déjà 10 ans ! Quel a été votre parcours après votre nomination au poste de maître de conférences?

J’ai participé à la création d’un CJF INSERM puis à la création d’une unité INSERM dirigée par Nelly FROSSARD. En 1999, j’ai intégré le laboratoire de Pathologie des Communications entre Cellules Nerveuses et Musculaires (LPCCNM) dirigé par Philippe POINDRON et Jean-Marie WARTER où l’on a développé une thématique de recherche portant sur l’amyotrophie spinale progressive (Il s’agit de maladies neuromusculaires graves et invalidantes de l'enfant qui sont dues à une dégénérescence des neurones de la moelle épinière qui commandent la motricité). J’ai assuré la direction du laboratoire de 2002 à 2005. En 10 ans, y a-t-il eu beaucoup changements dans l’enseignement pharmacologie au sein de la faculté ?

de de

Les plus grands changements ont eu lieu lorsque que j’étais thésard avec le boum des techniques de biologie moléculaire : toute l’époque des clonages. A cette époque il y a eu la découverte de nombreuses cibles potentielles de médicaments (pluralité de récepteurs pour un médiateur, canaux ioniques, b). Après diverses réunions de l’association des enseignants de pharmacologie des facultés de pharmacie de France, la décision d’intégrer ces notions fondamentales dans les enseignements de pharmacologie a été prise.

16


INTERVIEW DE MR GIES Cette étape était initiatrice de motivations pour l’écriture d’ouvrages de pharmacologie moléculaire qui faisaient défaut à l’époque. Ces ouvrages et tout particulièrement ceux édités par Yves LANDRY et moi-même sont devenus une référence pour l’enseignement de pharmacologie dans toutes les facultés de pharmacie francophones. Vous voyez que ma collaboration avec Yves LANDRY remonte à plus de 30 ans !

J’ai aussi été énormément impliqué dans l’évolution de l’enseignement des travaux pratiques à la faculté. Grâce à une politique de développement des outils numériques soutenue par l’université nous avons pu développer, à l’époque, avec Bernard MULLER (doyen actuel de la faculté de Bordeaux) qui était maître de conférences en pharmacologie et Bruno VAN OVERLOOP maître de conférences en physiologie, un enseignement assisté par ordinateur (EAO) comme alternative à l’utilisation de l’animal de laboratoire. Ces EAO sont maintenant des outils pédagogiques classiquement utilisés pour des stimulations d’expériences in vivo (pression artérielle, stimulation par champ électriqueb). Vous disposez donc actuellement en TP de pharmacologie de toutes les approches qui vous permettent un cheminement depuis la pharmacologie moléculaire (récepteurs, couplagesb) jusqu’à la pharmacologie intégrée. A l’époque on utilisait du vieux matériel récupéré dans les labos notamment les cuves à organes isolés et « capteurs » alors que maintenant vous avez du matériel « dernier cri ». Ces TP ont d’ailleurs été exportés à Paris et pris comme modèle là-bas, nous avons donc été, à Strasbourg, les précurseurs.

Nous avons aussi mis en place avec Françoise WAELDELE (MCU en pharmacologie) et Yves LANDRY le premier enseignement tutoré de la faculté qui, compte-tenu de son succès auprès des étudiants, a été étendu à d’autres disciplines. La pharmacologie est une discipline qui évolue assez rapidement car la recherche est très active. Cela nécessite de toujours rester à jour et permet une évolution de l’enseignementb

Avez-vous toujours M. BERETZ comme collègue pharmacologue ?

Avant ses prises de fonction de président de l’UDS, il enseignait effectivement comme professeur de pharmacologie et particulièrement la pharmacologie thérapeutique. Peut être qu’il sera appelé à revenir un jour et s’il revient, il sera content de vous retrouver tous, puisqu’il est pharmacien avant tout. Mais il est bien évident que compte tenu de ses fonctions actuelles et des grands chantiers qu’il a entrepris (Fusion des universités, autonomie, investissements d’avenir,..) il ne peut envisager d’enseigner à l’heure actuelle. Et actuellement, sur quoi recherches en laboratoire ?

portent

vos

Actuellement nous nous penchons sur l’influence de l’inflammation et de ses médiateurs dans le développement des cancers. Nous nous intéressons particulièrement au rôle des mastocytes dans le développement et la croissance tumorale. On regarde s’ils sont bénéfiques ou non pour le développement tumoral. Ce sont les premières cellules présentes sur le site tumoral. Les publications actuelles sont contradictoires : certains travaux montrent que les mastocytes sont néfastes pour la tumeur, alors que d’autres démontrent que les mastocytes sont bénéfiques pour la tumeur. Nous avons montré que les mastocytes induisent une prolifération tumorale lorsqu’ils sont au contact des cellules cancéreuses.

Ceci suggère l’implication de molécules d’adhérence. Nous nous intéressons tout particulièrement au récepteur CD47 que l’on appelle aussi IAP pour Integrin Associated Protein (vous pouvez à nouveau vous moquer de mon accent !). Plusieurs hypothèses expliquent qu’il pourrait mimer un RCPG qui aurait une implication au niveau des cellules inflammatoires dans le cadre de tumeurs. Nous espérons pouvoir démontrer que les médiateurs inflammatoires et mitogènes sécrétés par les mastocytes jouent un rôle clé dans le développement tumoral. Ainsi, à terme, l’identification de nouvelles cibles ayant un éventuel intérêt thérapeutique pourrait donner naissance à une stratégie alternative peut-être plus efficace pour le traitement de glioblastomes (cancers du SNC très agressifs).

17


INTERVIEW DE MR GIES A la faculté ici nous avons un master de pharmacologie, votre spécialité. Intervenez-vous dans ce master ?

Je suis très peu impliqué dans l’enseignement de ce master, c’est le Pr. Valérie SCHINI-KERTH qui en a la responsabilité. Bernard SPIESS qui est à l’origine de la maquette du Master m’avait confié la responsabilité d’une UE : « Les grandes pathologies : de la cible au médicament ». J’assure toujours l’enseignement de cette UE transversale qui est suivie par les étudiants des différentes spécialités du Master Sciences du Médicament. Cette UE est originale et innovante dans la mesure où un minimum de cours magistraux y sont dispensés. L’enseignement de cette UE repose essentiellement sur un enseignement tutoré et sur un enseignement d’ouverture (conférences) assuré par des personnalités scientifiques spécialisées dans une pathologie donnée. Les différents acteurs de cet enseignement sont des enseignant-chercheurs et des chercheurs des Facultés de Pharmacie et de Médecine, ainsi que des personnalités scientifiques (Directeur Recherche et Développement de Transgène ; Directeur Scientifique de Faust Phamaceutical ; Directeur Scientifique AFM ; Professeurs de Médecine spécialisés en infectiologie, Rhumatologie, maladies vasculaires ; b). Parallèlement j’assure des enseignements à la Faculté de Chimie dans le cadre de Masters « Chimie-Biologie ». J’interviens dans le cadre d’un master en apprentissage et en alternance du centre de Formation d’Apprentis Universitaire ainsi que dans le Master qui était dirigé par Maurice GOELDNER et actuellement par Line BOUREL. Je suis également impliqué dans un Master R&D dans le cadre de la formation continue. Alors à la fac vous êtes professeur, vous menez des recherches mais vous avez le temps de faire d’autres choses aussi. Nous avons vu que vous étiez référent handicap. En quoi cela consiste-il ? Dans notre sphère professionnelle la dimension humaine n’existe pour ainsi dire quasiment plus.

Nous sommes dans une spirale infernale de course à l’excellence et on oublie au bord de la route des collègues qui ont des difficultés à trouver leur place au sein de ce système. C’est cet état de fait qui m’a incité à accepter cette mission. Pour notre faculté les référents-handicaps sont Marie-Françoise GREYS et moi-même.

L’UDS mène une politique volontariste en mettant en place des mesures d’aide pour les étudiants souffrants de handicap, que cela soit un handicap visible ou invisible. Un des buts est l’aménagement des examens, des locaux, des campus. Cela concerne les étudiants mais aussi le personnel. En tant qu’enseignants, nous nous occupons surtout des étudiants. Nous sommes un lien entre l’université et l’étudiant. Mais il faut savoir que c’est une démarche volontaire de l’étudiant, il faut que l’étudiant se déclare par lui-même en situation de handicap.

Cela peut être pour des problèmes auditifs, visuels, de phobie... L’étudiant peut donc saisir la cellule handicap de l’université qui va le mettre en relation avec le SUMPS (Service Universitaire de Médecine Préventive et de Promotion de la Santé de Strasbourg) puis avec le doyen et les référent-handicaps qui prennent les dispositions nécessaires. L’étudiant peut aussi passer par moi s’il le désire et je le mets par la suite en contact avec la cellule handicap. Une rampe pour les personnes à mobilité réduite a par exemple été mise en place à l’arrière de la faculté mais il y a encore quelques problèmes au niveau des issues de secours qui sont à régler. Que pensez-vous de la réforme de la PACES ?

J’étais très étonné (ainsi que quelques collègues) du peu de mobilisation des étudiants strasbourgeois au moment de cette réforme. Un seul syndicat étudiant en France avait bougé, mais ici à la faculté rien. Cette réforme est à mon sens une aberration ! Le but affiché de la réforme est de réduire le taux d’échec très important de cette première année et de favoriser les réorientations des étudiants. Le point positif (le seul point positif !) de cette réforme et de préserver les étudiants en leur assurant des passerelles vers les autres composantes de l’université.

18


INTERVIEW DE MR GIES Cela est un but louable. Cependant, je pense que cette réforme ne règle rien du tout. Peut-être aurait-il fallu la réfléchir autrement et accompagner un peu mieux les lycéens en terminale pour les encadrer et les orienter correctement.

A mon sens, le gros problème est ce concours. Il faudrait réfléchir pour réussir à le supprimer, quitte à faire une ou deux années communes, puis faire une orientation dans les diverses filières. Psychologiquement, ce concours est très difficile pour les étudiants, beaucoup se sentent dévalorisés et ce ne sont pas forcément les plus brillants et les plus capables qui réussissent. D’autant plus que les passerelles qui devaient être mises en place pour changer de filière en fin de premier semestre n’ont pas été, à mon sens, suffisamment développées. Suite à cette première année, vous, professeurs, enchaînez sur les réformes des années supérieures. Comment cela se passe-t-il ?

Suite à cette réforme PACES, nous avons dû réformer la 2ème année puis les années supérieures. Vous avez certainement entendu que cette première nouvelle 2ème année a été assez difficile. Le responsable d’année que je suis n’a pas chômé car les étudiants de deuxième année avaient beaucoup de doléances. Ceci dit, je crois que nous avons relativement bien travaillé pour rééquilibrer les semestres et refaire quelques ajustements.

En ce qui concerne la pharmacologie, je pense que c’était une très bonne mauvaise idée que de vouloir faire et la pharmacologie moléculaire et la pharmacologie intégrée en 2ème année. Une transmission claire des connaissances est d’enseigner en premier les aspects moléculaires avant d’aborder les notions intégrées. C’est pourquoi nous avons fait repasser la pharmacologie intégrée en 3ème année et remplacé celle-ci par de la pharmacocinétique. Avec cette répartition nous nous rapprochons de maquettes d’autres facultés de pharmacie. Cette maquette n’est certainement pas encore parfaite mais n’est pas si mauvaise me semble-t-il !

Pour ce qui est de la réforme de 3ème année, j’étais beaucoup plus impliqué puisque j’ai fait partie de l’unité de pilotage de la maquette. Je crois que là, on ne pourra pas nous reprocher de ne pas avoir consulté, nous avons largement consulté nos collègues enseignants pour essayer de dégager une unanimité. Dans cette maquette il y a une bonne adéquation avec les directives ministérielles. Et pensez-vous que cette réforme aura un impact sur le métier de pharmacien ? Les générations qui suivent seront-elles des générations de moins bons pharmaciens ?

Pourquoi moins bons ? Dans la mesure où l’Université a choisi d’appliquer les textes ministériels et de mettre en pratique la réforme (PACES était le premier volet) la faculté n’a fait qu’appliquer les décrets. On peut regretter la diminution de l’enseignement de chimie. Cependant, il n’y a aucune raison pour que les futurs pharmaciens soient moins compétents. Toujours concernant la première année, vous n’intervenez plus ? Est-ce volontaire ?

Oui, c’est tout à fait un choix délibéré qui s’est fait en accord avec le Doyen de la faculté (JY PABST) et les médecins intervenant en 1ère année dans cet enseignement. Lorsque j’ai été promu professeur en 2002 j’ai dû reprendre l’enseignement de biologie cellulaire qui était très bien assuré par S. DUMONT et par ailleurs très bien perçu par les étudiants. J’ai assuré cet enseignement (30h CM) pendant 8 années. Ces cours m’ont laissé de très bons souvenirs. Je crois d’ailleurs que tout enseignant devrait passer par le feu de la première année pour mettre à l’épreuve ses manières pédagogiques d’enseigner. C’est un bon test pour savoir si votre pédagogie est bonne ou pas. Si elle n’est pas bonne, vous ne tenez pas dans l’amphithéâtre et vous sortez. Cela vous apprend aussi l’humilité et le respect des étudiants. Faire un cours correct et structuré est la clé de tout.

19


INTERVIEW DE MR GIES Pour ma part, comme j’ai une charge d’enseignement très importante dans les années supérieures, j’ai préféré profiter de cette occasion là pour recentrer mon enseignement sur la pharmacologie moléculaire plutôt que d’avoir deux matières fondamentales à enseigner, ce qui est assez difficile. Cependant, cela m’a laissé de très bons souvenirs notamment quand je rentrais à la période de Noël et que sur le pupitre se trouvaient des chocolats.

Et les réflexes aussi vous ont laissé de bons souvenirs ?

Oh oui cela en fait partie, c’est quelque chose qu’on a perdu et je trouve cela dommage. Aujourd’hui l’âme de la première année n’est plus la même puisque des cours sont dispensés en l’absence d’enseignant. Dans l’amphi, il y avait quand même, mine de rien, un échange qui se faisait entre l’enseignant et les étudiants. Certes il y avait une tension quand on entrait dans l’amphi qu’il fallait arriver à gérer. On n’y allait pas comme ça, tranquille, mais il y avait tout de même une relation qui se faisait avec les étudiants et je crois que ce facteur là est un peu perdu. L’université cherche à mettre en place de plus en plus de contrôles continus pour les années à venir. Qu’en pensez-vous ? Cela va changer la façon de travailler des étudiants et aussi bouleverser la vie étudiante. Vous ne pourrez plus attendre 15 jours avant les examens pour essayer de récupérer les cours manquants et les travailler. En P2, en général, après le concours on se repose. Cela perd un peu de son charme du coup non ? Et c’est du travail en plus pour les enseignants aussi ?

Complètement cela va perdre de son charme, je suis d’accord avec vous. Cette année, il y a encore très peu de contrôle continu. J’ai joué le jeu car il est amené à se généraliser de toute manière. On est en revanche très peu à l’avoir mis en place.

C’est indéniablement une surcharge de travail conséquente pour les enseignants, puisque vous avez trois fois les copies de la promotion à corriger (Moyenne de 3 notes). Les syndicats commencent à bouger, des pétitions circulent, mais visiblement au niveau de l’UDS les choses auraient déjà été votées.

Nous avons des petites questions annexes, une notamment à propos de Mr LANDRY. Une petite compilation de ses phrases cultes et chocs avait été publiée dans un ancien numéro du Comprimé. Peut être l’aviez vous lue. Qu’en pensez-vous ? Oui j’en ai lu une partie et ai entendu parler de certaines phrases telles que « la femme de ménage ferait mieux que vous », « le laboratoire Boiron / pie qui chante ». Est-ce que c’est mon humour à moi aussi ? Ai-je la même attitude ? Non, mais certains étudiants qui l’ont eu en septembre ont été marqués.

Il me semblait qu’Yves LANDRY était relativement cool en septembre ? Non ? Vous voulez savoir quoi, si la relève est assurée ? Venez donc me voir en septembre pour avoir la réponse à votre question ! Mais il vaudrait mieux ne pas venir en septembre. Est-ce la barbe qui fait le pharmacologue, ou est-ce l’inverse ? Une question philosophique ? Ben je pense qu’il y a de très grands pharmacologues qui n’ont pas de barbe. Quoiqueb..après réflexion je me demandeb..

On dit souvent que les barbus ont quelque chose à cacher. Personnellement, je pense être suffisamment franc et direct. Si la barbe est là, c’est plutôt pour une question d’esthétique, pour cacher ma grosse tête ronde et pour donner un truc un peu plus ovale. Cette barbe je la porte depuis l’âge de vingt ans et la seule fois où j’étais imberbe était à la suite d’un pari stupide entre moniteurs de colonies de vacances (Eh oui j’ai aussi le BAFA !!). De vous à moi, mon épouse n’aime que les barbusb

20


INTERVIEW DE MR GIES Et la question traditionnelle, est-ce que vous allez au banquet ? J’allais beaucoup au banquet avant (j’allais dire au début de ma carrière mais ça me vieillit trop), durant ma thèse, puis lorsque j’étais maître de conférences avec mes collègues. Ce qui m’a exaspéré, c’est après le spectacle, quand vous enjambiez des tas de vomis et des cadavres pour aller aux toilettes et la sono qui vous casse les oreilles. Mais de temps à autre, j’y allais encore. Ces derniers temps je n’y vais plus, mon fils a pris la relève.

que vous pourrez faire. Il y a les soins ambulatoires aussi où la présence du pharmacien est maintenant actée comme dans les SISA (Société Interprofessionnelle de Soins Ambulatoires). Prenez conscience que vous avez une formation qui vous permet d’avoir un job d’enfer !

Le petit mot de Mr GIES pour réussir ses examen.

L’université de Salamanque, en espagnol « Univesidad de Salamanca », est la plus vielle universitéd’Espagne. Elle est également la 5ème plus grande université d’Europe après Bologne, Oxford, Cambridge et Paris.

Elle a été créée par le roi Alphonso IX de Léon en 1218. Au XVIème siècle elle comptait 12000 étudiants. Elle possède à ma connaissance, la plus Donc dans 2 ans, vous y retournerez quand il belle bibliothèque que je n’ai jamais vue avec plus de 150000 documents et ne sera plus là ? livres. Ce n’est pas lui qui m’empêche d’y aller mais Les étudiants de 1ère disons que c’est une bonne excuse. Mais à ce que année cherchent sur la l’on m’a dit, le banquet a beaucoup évolué, l’esprit a façade de l’université la changé donc oui, il faudrait que j’y retourne. grenouille et le fait de lui caresser la tête est Vous avez quelque chose à dire aux étudiants, synonyme de réussir ses un message à faire passer ? examens. Je vais leur dire qu’ils ont la chance d’avoir une formation diplômante et professionnalisante. Nous sommes dans une société qui évolue très vite, la conjoncture n’est pas très rose. Cependant je crois Hélène et Pauline. que cela peut vous être profitable. D’une part il y a dans notre environnement professionnel, l’opprobre sans nuance qui est jeté sur le médicament et qui ne restera pas sans conséquences. Aussi en tant que pharmacien vous avez un rôle à jouer pour rassurer les patients. D’autre part, il y a la loi HPST (Hôpital, Patient, Santé, Territoire), vous avez une formation qui vous permet d’être l’intermédiaire entre le prescripteur et le patient, que vous connaîtrez très bien. Là vous retrouvez tous les rôles de la loi HPST : rôle de conseil, de suivi thérapeutique, de prise en charge des pathologies chroniques, le suivi du carnet vaccinal, peut-être même l’acte vaccinal

21


TROUVAILLES ORIGINALES

Trouvailles originales Trouvailles originales

Pour vous changer les idées avant la terrible période qui nous attend, voici un petit aperçu des découvertes, la plupart du temps inutiles, mais ne manquant pas d’originalité au cours de ces dernières années. Et oui, comme quoi, les scientifiques ne se prennent pas toujours au sérieux. Un prix spécial a même été crée à cette occasion pour récompenser les plus originales : le Ig Nobel (rien à voir avec les immunoglobulines) qui distingue plusieurs disciplines telles que la chimie, la biologie, les lettres, la paix L Voici entre autre une petite sélection.

Cette dernière serait causée par des neurones spécialisés; situés dans le cerveau, appelés ‘’neurones miroirs’’. Une personne subissant la réplication du bâillement est en somme plus empathique et compréhensive qu’une personne qui reste impassible devant une autre personne en train de bâiller

Une équipe mexicaine a réussi à produire un film de diamant à partir d’une boisson alcoolisée: la téquila. On pourrait se dire que cela résulte d’une soirée un peu trop arrosée mais ce n’est pas le cas. En effet, en faisant des expériences avec différentes solutions aqueuses, ils se sont rendus compte que Un physicien reconnu par ses pairs, Robert celle ayant une composition similaire à celle de la Matthews a pris pour sujet d’étude la fameuse téquila aboutissait suite à un chauffage à la tartine beurée qui tombe pratiquement toujours sur formation d’un film de diamant protecteur pour différents dispositifs et objets. L’alcool peut parfois la mauvaise face avoir des propriétés intéressantes. et a tenté de percer le secret de Deux scientifiques français se sont penchés sur ce mystère. Il en les spaghettis non pour étudier le temps de résulte que ce cuisson idéal mais pour résoudre le problème n’est pas parce suivant : « quand que ce côté est on courbe un plus lourd mais que selon lui « les tartines qui tombent de la table spaghetti avant le cuire, du petit-déjeuner, s'écrasent à terre sur leur face de beurrée, uniquement parce que l'Univers est ainsi au-delà de sa conçu. ». Pas sûr que cette explication convienne résistance interne, il ne se à tout le monde. casse pas en Une question nous vient parfois à l’esprit : deux bouts nets et égaux. Pourquoi ? ». Après différentes pourquoi le bâillement est-il contagieux ? Un chercheur manipulations en prenant pour cobayes les pâtes, américain affirme ils en ont conclu que c’est un problème de que lorsque l’on fragmentation et d’élasticité des matériaux. Cette baille après que découverte aura tout de même des répercussions notre voisin en ait dans des domaines comme l’industrie de la fait de même, c’est défense voire la recherche sur les fractures que l’on est plus osseuses. capable d’empathie.

22


TROUVAILLES ORIGINALES Il vous est surement arrivé de vous demander pourquoi quand vous vous douchiez le rideau de douche se gonfle vers l’intérieur. Un chercheur a décidé d’élucider ce phénomène et y a consacré 5 ans pour en déterminer la cause. En fait, cela est dû à la dépression créée par le flux d’eau provenant du pommeau de douche qui va alors attirer le rideau vers l’intérieur et donc vous donner l’irrémédiable envie d’en découdre avec votre rideau pour vous séparer ainsi de lui. Un universitaire britannique a voulu démontrer pourquoi les biscuits se désintègrent après avoir été trop longtemps trempés dans du thé. Cela serait sans doute dû au fait que le thé chaud rentre dans le biscuit par des ’’pores’’ ce qui ferait fondre le sucre contenu dans le biscuit et donc cela déstabiliserait la structure du biscuit. Ensuite grâce à une équation de physique il a déterminé la façon idéale de tremper les gâteaux dans un liquide chaud. Espérons qu’à la suite de ces expérimentations il ne soit pas devenu trop gâteux.

qui vaporise des effluves de wasabi. Toute la difficulté a été de déterminer la dose nécessaire pour alerter les gens, et, capable de les réveiller si ils dorment soit la plus haute dose tolérable. Cela serait bête si un appareil qui est censé sauver assomme voire asphyxie les gensb Ceci dit il pourrait y avoir un intérêt pour les personnes sourdes.

Des chercheurs ont mis en évidence que le mâle d’une espèce de scarabée tente de s’accoupler avec une cannette de bière bien précise de marque australienne. En effet, la canette aurait des couleurs similaires à la femelle et donc le scarabée mâle pourrait s’y méprendre. Pas très doué le scarabée.

Une interrogation intéresse bon nombre d’entre nous : pourquoi la bière mousse-t-elle quand on la verse dans un verre et pas les autres boissons ? Par rapport aux autres boissons, la bière contient beaucoup de protéines. Quand les bulles montent, elles collectent et accumulent au passage des protéines qui arrivent ainsi jusqu’à la surface. Ce sont celles-ci qui forment un cumul de bulles de toutes tailles (c’est-à-dire la mousse). De là à dire que la bière est une source de protéines, n’exagérons rien. Un brevet a été déposé par des Japonais pour une alarme incendie. Elle alerte les gens grâce à un spray contenu à l’intérieur du boitier de l’alarme

23

Céline.


DesStrasbourgeois Strasbourgeoisà à Des Copenhague Copenhague

DES STRASBOURGEOIS A COPENHAGUE

Des strasbourgeois à Copenhague

En danois, København (le ø se prononce [eu]) signifie le port des commerçants, rappelant sa position à l'entrée de la mer Baltique. C'est la ville du vélo, et tout, y compris le métro, est aménagé de manière à faciliter leur déplacement. Autre moyen de transport des copenhaguois à côté du métro et du train : le « bus-bateau » , occasion d'avoir un autre point de vue sur la ville. Quant aux Copenhaguois, ils sont très avenants envers les touristes mais se couchent et mangent très tôt : l'animation nocturne est relativement difficile à trouver. La monnaie officielle du Danemark est la couronne danoise, danske krone en danois. Pour avoir une idée : 1DKK ~ 0,13 euros.

On a testé pour vous : l'Omena Hôtel : 16 euros la nuit le Burger King : classique le McDo : pas des plus danois mais bien Le Strecker : bar typique Out of Juice : bar moderne, ambiance très sympa

L'objet de ce voyage dans la capitale danoise ? Le 24e Eurommeeting organisé par DIA (Drug Information Association). Chaque année une rencontre s'opère dans un pays européen (l'année dernière : la Suisse avec Genève), réunissant les grands noms des industries pharmaceutiques et parmi eux : des représentants de Johnson & Johnson, de Merck, de Sanofi-Adventis, de l'Afssaps ou encore de l'EMA et même des représentants du Japon et de la Corée.

Les étudiants en pharmacie peuvent aussi y participer et c'est l'occasion pour eux de rencontrer d'autres étudiants européens dans un autre contexte qu'erasmus.

Certains s'échangent leur carte de visite, quand ils en ont une, d'autres font leur « networking » : mot clé du meeting. Networker c'est prendre un maximum de contacts de professionnels comme de futurs professionnels, pour élargir son réseau et ainsi faciliter son entrée dans la vie active. Autant dire qu'il faut savoir se vendre ! Mais ceci apparaît comme un premier pas dans la vie professionnelle et représente une bonne expérience pour se confronter au monde qui nous attend !

L'année prochaine, le 25e euromeeting aura lieu à Amsterdam, et petit tuyau pour ceux qui voudrait y assister, les étudiants qui présentent un poster sont nourris et logés aux frais de DIA. Ils sont par équipe de trois ou quatre et seulement un représente le groupe devant le jury. Celui-ci est constitué d'intervenants présents au meeting, vous présentez votre poster et le jury vous pose éventuellement des questions.

Les trois meilleurs posters sont récompensés par les sommes de 1000, 500 et 300 euros pour les derniers. Cette année une lyonnaise a gagné le dernier prix. En ce qui concerne les professionnels, cette s rencontre est pour eux l'occasion de se mettre à jour sur les dernières nouvelles, non pas d'Alsace, mais de la pharmacie et de la santé. En effet, 13 thèmes différents sont traités, parmi lesquels : Regulatory affairs, Drug development and statistics, Quality, Translational Medicine,...le tout en anglais. Chaque thème regroupe environ 15 sujets de conférence.

24


DES STRASBOURGEOIS A COPENHAGUE Et le choix est dur ! Chaque conférence dure environ 1h et est suivie d'un temps de questions.

En ce qui concerne les professionnels, cette rencontre est pour eux l'occasion de se mettre à jour sur les dernières nouvelles, non pas d'Alsace, mais de la pharmacie et de la santé. En effet, 13 thèmes différents sont traités, parmi lesquels : Regulatory affairs, Drug development and statistics, Quality, Translational Medicine,...le tout en anglais. Chaque thème regroupe environ 15 sujets de conférence. Et le choix est dur ! Chaque conférence dure environ 1h et est suivie d'un temps de questions.

Et lorsque rien n'est prévu au programme, certains étudiants n'hésitent pas à improviser une soirée dans le hall de l'hôtel, où s'échangent chips, boissons, et rires (le tout en anglais!). Les trois jours se terminent par une « feedback session » où les étudiants sont répartis en 6 groupes. Ils échangent leurs remarques sur l'euromeeting et disent ce qu'ils ont aimé ou non et ce qui serait à améliorer.

C'est une expérience vraiment enrichissante pour les étudiants et c'est une bonne occasion d'élargir leur L'Euromeeting s'étend sur trois jours. Nous sommes arrivés la veille du lancement, le réseau. On se retrouve sein de dimanche 25 mars. Nous devuons chercher nos au badges et nos welcome packs au Bella Center, lieu l'environnement où se déroulait le meeting. A 17H30, une réunion industriel d'accueil pour les étudiants était organisée jusqu'à pharmaceutique, rien 18H30. Le lendemain matin, la journée de mieux pour nous commençait à 9h avec deux sessions destinées confronter à ce qui nous attend. aux étudiants. A quoi ressemble une journée type ?

8H : « Welcome coffe » 9H-10H30 : « Session 1 » : Conférence sur un des 15 sujets d'un thème choisi 10H30 : « Coffee Break » c'est l'occasion de rencontrer des étudiants ou de discuter avec des intervenants aprèsla conférence 11H-12H30 : « Session 2 » : Conférence 12H30-14H : Lunch et « Networking » 14H-15H30 : Session 3 15H30 : Coffe Break 16H-18H30 : Session 4

Le mardi soir, une soirée était organisée par DIA réunissant les étudiants dans un bar du centreville.

L'anglais est au centre de l'événement. On se rend alors vraiment compte de l'importance de cette langue dans la communication au sein de l'Europe ! Donc étudiants, étudiantes, mettez-vous à l'anglais sous-titré anglais et au Shakespeare en version originale !

25

Plus d'informations sur www.diahome.org

Catherine.


SORTIE VELO

Sortie vélo Sortie vélo

Envie de faire un peu de sport ou tout simplement de prendre l’air avant les exams ?

Le Comprimé vous propose une sortie vélo pour le plaisir de mieux connaitre StrasbourgL BOURRE et ses environs. Nous nous sommes, en effet, intéressés à ces étranges panneaux « piste des forts » que l’on peut rencontrer dans les différentes villes bordant les alentours de Strasbourg. Rassurez-vous tout de suite, comme son nom pourrait le faire entendre, il n’y a pas besoin d’être un cycliste confirmé tel que Mr Spiess pour partir à l’aventure de cette piste. Mais alors pourquoi le nom de « Piste des forts » ? Un peu d’histoireL

Depuis son origine, le statut de place forte de Strasbourg est inscrit dans ses murs et ses fortifications. Destinées à remplacer les fortifications de Specklin et de Vauban jugées obsolètes, deux lignes défensives sont construites après 1870 : Une enceinte urbaine longue de 11 km. Une ceinture de forts avancés constituée de 19 forts (16 en France, 3 en Allemagne). Ces ouvrages ont été construits à l’époque de l’annexion de l’Alsace-Lorraine par l’empire wilhelminien et portent les noms de personnalités politiques et militaires allemandes.

Après 1918, ils sont rebaptisés du nom de généraux et maréchaux français. Avec le temps, la végétation a recouvert la plupart de ces édifices et seuls quatre ouvrages sont aujourd’hui ouverts au public : les forts Rapp (Moltke à l’époque allemande), Frère (Baden), Kléber (Bismarck) et l’ouvrage Ducrot (Podbielski). Mais où va cette piste ?

Vous l’aurez compris, la Piste des Forts est un itinéraire

cyclable franco-allemand qui fait le tour de ces diffrents forts sur une distance de plus de 85 km! Autant dire que si vous voulez la faire en entier d’un coup, mieux vaut vous équipez et prévoir la journée.

Encore une fois, rassurez-vous. Vous n’êtes pas obligés de faire la piste entière, d’autant que je me sentirais responsable si je vous savais perdus en Allemagne au fin fond des champs et vergers de l’Ortenau. Dans tous les cas, il faut savoir que la piste est entièrement balisée, on ne peut presque pas se perdre, même les plus nuls en orientation peuvent s’aventurer sur cette piste. La Piste des Forts associe patrimoine et nature aux portes de Strasbourg, avec des paysages souvent dépaysants puisqu’on peut passer d’une forêt à un lac, d’un champ à un joli village alsacien bien de chez nous ou encore de l’ombre d’une terrasse à une maison éclusière. Bref un parcours de part et d’autre du Rhin, des coteaux de Hausbergen, à la vallée de la Bruche, des forêts rhénanes d’Illkirch à celles de la Wantzenau, à la découverte des 19 forts, dépaysement garanti ! Mais comment rejoindre la piste ?

Rien de plus simple ! Vous pouvez partir d’un des arrêts de tram ci dessous : Sur la ligne A : arrêts Ducs d’Alsace, Hautepierre Maillon, Illkirch Lixenbuhl Sur la ligne B : Hoenheim gare, Le Ried, Elmerforst, Borie, Alouettes Sur la ligne E Robertsau Boecklin

:

Ou pour ceux qui sont encore plus nuls en orientation que moi, vous pouvez partir de la fac. A partir du moment où vous trouvez un des panneaux balisés, il vous suffit de suivre la piste et de choisir le sens dans lequel vous voulez partir (direction l’Allemagne ou direction Strasbourg).

26


SORTIE VELO Mais puisque je vous aime bien mes chers lecteurs, jje vous conseille de prendre direction Oswald si vous partez d’Illkirch car la partie en Allemagne est un peu moins belle et surtout moins bien balisée.

27

Bonne balade et bonnes révisions !

Geoffrey.


BLAGUES

Blagues Blagues

Une femme d'un certain âge se présente chez un sexologue dans le but de d'animer un peu sa morne vie sexuelle. Le sexologue la conseille : - Vous pourriez essayer le Viagra ! Vous pouvez en mettre subtilement dans son café par exemple, il ne s'en rendra même pas compte, et vous verrez le résultat instantanément ! - Je veux bien essayer.La dame revient une semaine plus tard. - Alors, est-ce que mon conseil a fonctionné ? - Oh docteur, ce fut terrible... - Pourquoi, que s'est-il passé ? - J'ai fait comme vous m'avez dit. J'en ai mis dans son café, et cela a eu un effet instantané. Il a bondi de sa chaise, du revers de son bras il a balayé tout ce qu'il y avait sur la table, il m'a attirée vers lui en arrachant mes vêtements, et il m'a fait l'amour comme jamais il ne l'avait fait ! C'était terrible ! - Pourquoi dites-vous que c'était terrible ? - Parce que, ce fut tellement intense que j'ai eu le plus gros orgasme depuis au moins 20 ans! - Bah et alors, c'est formidable, non ? - C'était terrible, je vous dis, si vous aviez vu le monde qu'il y avait dans le restaurant ! Toto et sa sœur se disputent : - Quel âne! -Tête de cochon! -Espèce de dinde! Leur mère arrive et crie "Oh, la ferme!" Une blonde qui s'ennuie décide un jour de se trouver un hobby: la pêche sur lac glacé. Alors, voilà qu'elle achète tous les bouquins sur le sujet, ensuite elle fait les magasins pour s'équiper de

matériel, habits etc. etc. et hop, s'en va gaiement pour sa première expérience. Une fois installée sur la glace avec un petit tabouret, elle sort tout le matériel, l'équipement nécessaire, puis au moment de commencer à faire un trou dans la glace, une grosse voix retentit : - Il n'y a pas de poisson sous la glace ! Surprise, elle se dit qu'elle rêve. Elle prend son petit tabouret, son matériel, et se déplace de quelques mètres où elle se réinstalle, et recommence à faire un trou dans la glace... 3 minutes plus tard de nouveau la grosse voix : - il n'y a pas de poissons sous la glace !!!! Là, c'est trop! Mais elle est blonde : elle persiste! Elle va encore un peu plus loin, puis encore un trou et de nouveau la voix : - Il n'y pas de poissons sous la glace !!! !!!!!!! Pétrifiée, elle lève la tête et dit : - Dieu, c'est vous? Êtes-vous là ? Et la voix répond : - Nan patate, c'est le Directeur de la patinoire !!! Deux Belges se présentent à l'école du ski du coin:"Nous aimerions avoir le même moniteur que l'année dernière s’il vous plait." "Bien sur, vous connaissez son nom ?" "Non, mais son prénom, c'est Michel" "Le problème, c'est que j'ai sept Michel. Il faudrait un signe particulier." Les deux Belges réfléchissent puis l'un d'entre eux chuchote:"Il a, c’est sur, un signe particulier : il a DEUX anus." "Pardon ? C’est un signe assez intime, comment pouvez vous en être sur?" "Nous ne l'avons pas vu, mais chaque fois qu'il croisait un collègue, l'autre lui demandait:"Tu t'en sors avec tes deux trous-du-cul ?"

28


BLAGUES Un paysan interpelle un chasseur maladroit :

- Il y a trois ans, hurle-t-il, vous m’avez tué une chèvre. C’est vrai, reconnait l’autre. - Il y a deux ans, c’était un cheval. - Je vous prie de m’excuser. - L’année dernière, vous m’avez bousillé une vache avec votre fusil. - Je suis vraiment confusb - J’aimerais beaucoup, conclut le paysan, vous présenter ma belle mère !

-Eh bien voilà docteur. J’ai essayé avec la main droite, sans succès. Avec la main gauche rien non plus. Alors, j’ai demandé à ma femme de m’aider. Elle a essayé avec la main droite, puis la gauche. Toujours rien. Ensuite, elle a essayé avec sa bouche, avec ses dents, sans ses dents. Toujours sans succès. Alors on a demandé à la jeune voisine qui a essayé avec la main droite, la gauche, avec sa bouche, avec ses dents, sans ses dentsb Le médecin l’interrompt : -Vous avez même demandé l’aide de la voisine ? -Eh oui docteur ! Vous voyez, on a tout essayé, et on n’a toujours pas pu ouvrir ce putain de bouchon !

Un tireur d’élite va chez l’armurier acheter une nouvelle lunette. L’armurier lui présente le dernier modèle : « -Vous voyez cette maison à trois kilomètres ? C’est ma maison, regardez dans la lunette, vous aurez l’impression d’y être » Le tireur d’élite regarde dans la lunette et s’exprime : « C’est vrai, je vois tellement bien que j’arrive à voir un homme et une femme nus » Le vendeur devient tout pâle et regarde à son tour : « Si vous mettez une balle dans la tête de ma femme et une dans le sexe de l’homme, je vous offre cette lunette » Le tireur d’élite accepte l’offre et s’exclame en rendant une balle à l’armurier : « En tirant maintenant, une balle suffisait » Alphonse, 85 ans, va voir son médecin pour une analyse de sperme. Son médecin lui donne un petit flacon et lui demande de revenir le lendemain pour l’analyse. Le lendemain, l’homme lui remet le flacon vide et propre. Le médecin lui demande pourquoi.

29

Adam et Eve ont inventé le système métrique : Adam va la mettre et Eve le sentit mettre !

Miles Messervy.


COKTAILS

Coktails Coktails

Cette fois, nous allons vous faire voyager dans deux endroits tout à fait différents mais non sans plaisir avec ces deux cocktails que nous vous avons concoctés rien que pour vous.

Le « kiss cool » :

Voici un cocktail très original qui transformera votre haleine en un blizzard sibérien . De plus il est très facile a réaliser :

Ingrédients: - 2/3 vodka - 1/3 get 31 - 1 trait de curaçao bleu - un peu de sirop menthe fraîche

Versez ces ingrédients dans un verre à shooter et mélangez.

Ingrédients:

- 1,5 cL de sirop de caramel - 3 cL de jus de banane3 cL de calvados - 2 cL de vodka3 cL de jus de pomme Petite définition:

Pour les personnes qui auraient oublié de passer par la case école (ex: carabins), l'Eldorado se révèle être une statue dans le jeu Uncharted Drake's Fortune, qui transforme tous ceux qui l'ouvrent en zombies.

Pour les personnes avec un peu de culture, ce mot exprime plus une cité tirée du conte philosophique de Voltaire, là où l'argent coule à flot, là où tout le monde est heureux et vit en harmonie.

Sa fabrication est très aisée. Il vous suffit Conseil : pour un effet « froid instantané » , de tout mélanger dans garder le contenu du un verre à cocktail dans verre en bouche une l'ordre cité ci-dessus. dizaine de secondes et Rajoutez quelques prenez une grande glaçons pour rendre bouffée d’air : vous l'Eldorado encore plus enivrant et euphorique! gèlerez sur place !

L´Eldorado:

Après un voyage en Sibérie, vous pourrez largement vous réchauffer grâce à l'Eldorado, qui vous fera très certainement monter au 7ième ciel...

30

Flo et Didine.


Un grand merci à nos sponsors pour leur soutien constant !

Toute l’équipe du Comprimé vous souhaite de bonnes vacances et vous donne rendez-vous dès septembre pour de nouvelles avnetures !


Nous remercions nos partenaires répartiteurs qui nous aident à distribuer Le Comprimé dans toutes les officines d’Alsace

Directeur de Publication : Yann BIEHLER Mise en Page : Geoffrey FRITSCH Trésorier : Laurent GARNIER Secrétaire : Anne RUNSER Vice-trésorier : Charles HENG Responsables communication-site web-interview : Anh TRUONG, Catherine DANO, Marie HEMERY, Hélène FREYHEIT, Etienne BERNER Responsables ventes : Céline MEYER Responsable relecture : Odile STAEBLER Responsable illustrations : Laura HAAS Reproduction : Réseauprint à STRASBOURG (67) Date de publication : semaine du 30 avril 2012 Numéro d’ISSN : 1633-6178 Numéro édité à 800 exemplaires


Numero44