Page 1

Printemps 2011

Numéro 38

lecomprime@yahoo.fr http://www.lecomprime.com

Les résultats des Comprimés d’Or !

Interview de M. LANDRY

Un master au pays des pharmaciens

Le journal de la Faculté de Pharmacie de Strasbourg... BOURRE !

Mme WILLER-WEHRLÉ vous présente

1 €

la pharmacie expérimentale


Bonjour à toutes et à tous !

Vous tenez entre vos mains le numéro de Printemps du Comprimé ! Toute l'équipe du Comprimé s'est surpassée pour vous préparer ce numéro, qui se veut léger et ensoleillé à l'image de ce temps printanier !

Au programme, une série d'articles que vous affectionnez particulièrement : les interviews. En effet, dans ce numéro, nous vous proposons deux interviews ! Mme Willer-Wehrlé vous présentera la nouvelle pharmacie expérimentale de la faculté et son mode de fonctionnement et M. Landry vous parlera de sa carrière de pharmacologue à l'aube de sa retraite.

Ce numéro comporte également une rubrique que vous attendez tous avec impatience : les résultats des Comprimés d'Or ! Vous avez été nombreux à participer à ce grand sondage, et nous vous en remercions ! Allez vite voir les résultats, ils sont parfois surprenants ! Enfin, vous trouverez un article humoristique à propos des rattrapages de septembre, ainsi que les rubriques habituelles : les nouvelles du monde de la pharmacie, des blagues, des recettes et d'autres articles qui devraient vous plaire ! La fin de l'année universitaire approche à grand pas, et avec elle la composition d'une nouvelle équipe du Comprimé. Si vous êtes motivés pour rejoindre une association l'an prochain, le Comprimé vous accueille à bras ouverts!

N'hésitez pas à rejoindre le monde associatif, qui vous procurera vos meilleurs souvenirs étudiants ainsi qu'une expérience toujours enrichissante ! Sur ce, je vous souhaite une bonne lecture ! Ensemble, défendons la pharmacie

d’aujourd’hui en préparant celle de demain. Vive la Pharmacie !

Glady Ludovic

3

SOMMAIRE SOMMAIRE SOMMAIRE 3 - EDITO ET SOMMAIRE

4 - NOUVEAUX MEDICAMENTS 6 - AVIS AUX VOYAGEURS

8 - UN MASTER AU PAYS DES PHARMACIENS 9 - C.D.P

10 - PROMIS, L’AN PROCHAIN JE TRAVAILLE

13 - INTERVIEW DE Mme WILLER-WEHRLE

17 - INTERVIEW DE M. LANDRY 20 - LES COMPRIMES D’OR 27 - RECETTES

28 - RIGOLEZ, C’EST LE COMPRIME 30 - IN MEMORIAM

31 - LES 15 ANS DU CEPHI Voici comment nous joindre pour les nouveaux et ceux qui auraient oublié : - au local G019 (couloir en bas des amphis) - la boîte aux lettres du Comprimé dans le hall de la fac - par mail : lecomprime@yahoo.fr - notre site Internet: www.lecomprime.com

Le prochain numéro du Comprimé sortira au courant du mois d’ Avril, profitez-en pour nous écrire un article !


NOUVEAUTÉS

Nouveautés Nouveautés

NEUPRO dispositif transdermique

Principe actif : rotigotine : agoniste de la dopamine, antiparkinsonien.

Indications : nouveau principe actif dans la maladie de Parkinson ainsi que dans le syndrome des jambes sans repos. NEUPRO dispositif transdermique est indiqué en monothérapie (sans lévodopa) pour le traitement des signes et symptômes du stade précoce de la maladie de Parkinson idiopathique ou en association avec la lévodopa quand, au cours de l'évolution de la maladie jusqu'aux stades avancés, les effets de la lévodopa s'atténuent ou deviennent irréguliers et que des fluctuations de l'effet thérapeutique apparaissent (fluctuations de type fin de dose ou effet "on-off"). Liste I

Posologie : NEUPRO dispositif transdermique est disponible aux dosages suivants : 2 mg/24 h, 4 mg/24 h, 6 mg/24 h et 8 mg/24 h. Le dosage à 2 mg/24 h est également indiqué dans le traitement symptomatique du syndrome des jambes sans repos idiopathique d'intensité modérée à sévère chez l'adulte.

Mode d’administration : le dispositif transdermique doit être appliqué sur une peau propre, sèche, intacte et saine, sur l'abdomen, la cuisse, la hanche, le flanc, l'épaule ou le bras. Il faut éviter de répéter l'application au même endroit au cours des 14 jours qui suivent. NEUPRO ne doit pas être appliqué sur une peau rouge, irritée ou lésée.

Contre-indications : hypersensibilité au principe actif ou à l'un des excipients. Imagerie par résonance magnétique ou cardioversion. Effets indésirables :

• syndrome des jambes sans repos (NEUPRO 2 mg/24 h) : L'analyse de l'ensemble des essais cliniques contrôlés versus placebo, réunissant un total de 748 patients traités par NEUPRO et 214 patients traités par placebo, a montré qu'au moins un effet indésirable avait été rapporté chez 65,2 % des patients sous NEUPRO et 33,2 % des patients sous placebo.

• Très fréquent : céphalées, nausées, réactions au site d'application et d'administration (y compris érythème, prurit, irritation, rash, dermatite, vésicules, douleur, eczéma, inflammation, œdème, dépigmentation, papules, excoriation, urticaire, hypersensibilité), états asthéniques (incluant fatigue, asthénie, malaise).

• Fréquent : hypersensibilité, attaques de sommeil/endormissement soudain, troubles du désir sexuel (y compris hypersexualité, augmentation de la libido), insomnie, trouble du sommeil, rêves anormaux, somnolence, hypertension, vomissements, dyspepsie, prurit.

• Peu fréquent : trouble du contrôle des pulsions (y compris jeu pathologique [notamment jeux de hasard et d'argent], « punding » [comportement répétitif sans but]), trouble obsessionnel compulsif, hypotension orthostatique, irritabilité. • Rare : irritabilité, troubles psychotiques, trouble obsessionnel compulsif, convulsions, rash généralisé, tachycardie supraventriculaire.

• Fréquent : troubles de la perception (incluant hallucinations, hallucination visuelle, hallucination auditive, illusion), insomnie, trouble du sommeil, cauchemar, rêves anormaux, troubles de la conscience (incluant syncope, syncope vasovagale, perte de conscience), dyskinésies, sensations vertigineuses posturales, léthargie, vertiges, palpitations, hypotension orthostatique, hypertension, hoquet, constipation, sécheresse buccale, dyspepsie, érythème, hyperhidrose, prurit, œdème périphérique, état asthénique (y compris fatigue, asthénie, malaise), perte de poids, chutes.

4


NOUVEAUTÉS • Très fréquent : somnolence, sensations vertigineuses, céphalée, nausées, vomissements, réactions au site d'application et d'administration (y compris érythème, prurit, irritation, rash, dermatite, vésicules, douleur, eczéma, inflammation, œdème, dépigmentation, papules, excoriation, urticaire, hypersensibilité).

Dans les deux indications : Description d'effets indésirables sélectionnés : • Accès de sommeil d'apparition soudaine et somnolence : la rotigotine a été associée à une somnolence, y compris une somnolence excessive pendant la journée et à des accès de sommeil d'apparition brutale. Des cas isolés d'« endormissement brutal » sont survenus pendant la conduite et ont provoqué des accidents de la circulation. • Trouble du contrôle des pulsions : chez des patients traités par agonistes dopaminergiques, y compris la rotigotine, des signes de jeu pathologique, d'augmentation de la libido et d'hypersexualité, ont été rapportés. Ces effets étaient généralement réversibles après diminution de la dose ou à l'arrêt du traitement. Titulaire de l’AMM : UCB PHARMA

FERINJECT 50 mg/ml solution aqueuse injectable pour perfusion IV

Principe actif : fer trivalent pour préparation injectable.

Indications : FERINJECT est indiqué dans le traitement de la carence martiale, lorsque les préparations orales de fer ne sont pas efficaces ou ne peuvent être utilisées. Le diagnostic de carence martiale doit reposer sur des examens biologiques appropriés.

Formes et présentation : solution aqueuse injectable/pour perfusion (IV) à 50 mg/ml : flacons de 2 ml et de 10 ml, boîtes unitaires. Liste I

Posologie : calcul de la dose cumulée : La dose cumulée adéquate de FERINJECT doit être calculée au cas par cas, pour chaque patient ; elle ne doit pas être dépassée. Pour les patients en surpoids, il convient de considérer un rapport du poids corporel normal sur le volume sanguin lors de la détermination du besoin en fer. La dose de FERINJECT est exprimée en mg de fer élémentaire. La dose cumulée nécessaire pour restaurer l'hémoglobine (Hb) et reconstituer les réserves de fer est calculée à l'aide de la formule suivante de Ganzoni. • •

Pour les patients <= 66 kg : la dose cumulée calculée doit être arrondie à la centaine de mg directement inférieure. Pour les patients > 66 kg : la dose cumulée calculée doit être arrondie à la centaine de mg directement supérieure.

Mode d’administration : FERINJECT ne doit être administré que par voie intraveineuse : non dilué par injection en bolus ou pendant une séance d'hémodialyse, directement dans la ligne veineuse du dialyseur ou par perfusion intraveineuse. En cas de perfusion intraveineuse, FERINJECT doit être dilué exclusivement dans une solution stérile de chlorure de sodium à 0,9 %. Contre-indications : • Hypersensibilité connue à FERINJECT ou à l'un des excipients. • Anémie non liée à une carence martiale, par exemple, autre anémie microcytaire. • Signe de surcharge martiale ou troubles de l'utilisation du fer. • Pendant le 1 er trimestre de la grossesse.

Effets indésirables : • Peu fréquent : hypersensibilité, y compris réactions anaphylactoïdes, paresthésie, hypotension, bouffées vasomotrices, dysgueusie, vomissements, dyspepsie, flatulence, prurit, urticaire, myalgie, douleurs dorsales, arthralgie, pyrexie, fatigue, douleur thoracique, frissons, malaise, œdème périphérique, élévation de l'aspartate aminotransférase, élévation de la gamma-glutamyltransférase, élévation de la lactate déshydrogénase sanguine.

• Fréquent : céphalées, vertiges, nausées, douleurs abdominales, constipation, diarrhée, éruptions cutanées, réactions au point d'injection, abaissement transitoire de la phosphatémie, élévation de l'alanine aminotransférase. •

Rare : dyspnée.

Titulaire de l’AMM : VIFOR France

5


Avisaux auxvoyageurs voyageurs Avis

AVIS AUX VOYAGEURS

VISA, le bulletin d’information médicale et sanitaire destiné au corps médical, rassemble tous les mois des informations relatives à l’actualité de la santé dans le Monde. Voici les infos croustillantes des derniers mois !

Oh punaise !

Depuis l’automne 2010, les punaises de lit ont fait leur réapparition en Amérique du Nord et s’installent désormais en Europe de l’Ouest. La punaise de lit avait pourtant été éradiquée dans ces régions entre 1950 et 1970. Ce retour est lié à la fois à l’interdiction du DDT et à la croissance massive des échanges et voyages internationaux. Un enjeu touristique de 30 milliards de dollars par an pour la seule ville de New York, qui n’a pas été épargnée : les touristes annulent leurs vacances, les autorités avouent que la situation n’est plus sous contrôle.

Le parasite Cimex lectularius, famille des Cimicidae, a un corps ovale aplati de quelques centimètres de longueur, couvert de poils. Ce corps plat lui permet de s’infiltrer à peu près partout dans l’environnement humain. Ce parasite se nourrit de sang humain, à défaut celui de certains de ses commensaux (rongeurs, certaines volailles). Le repas sanguin se fait la nuit, pendant le sommeil de la victime, environ tous les trois jours, une punaise pouvant piquer jusqu’à 100 fois la même nuit. La punaise pique avec son rostre à deux orifices, l’un servant à injecter des substances anesthésiantes et anticoagulantes, l’autre à aspirer.

Le jour, la punaise se cache dans les endroits sombres, secs et chauds : fissures des murs et du sol, mobilier, etc. Elle est difficile à voir du fait de son activité nocturne.

Pouvoir pathogène et clinique Les punaises de lit ne sont pas, à ce jour, considérées comme transmettrices d’agents infectieux. Les piqûres sont indolores, parfois des démangeaisons perturbent le sommeil. La réaction inflammatoire est souvent forte au début des piqûres : boursouflures rouge vif douloureuses et prurigineuses menaçant de surinfections en cas de grattage. Chez les sujets piqués de manière répétée, la réaction inflammatoire diminue progressivement.

Traitement des piqûres Il correspond au traitement de toute lésion cutanée allergique : antihistaminiques, désinfection antalgiques si besoin, traitement d’éventuelles surinfections avec des antibiotiques actifs sur les streptocoques et staphylocoques, éventuel rappel de vaccination antitétanique.

Mesures de protection pour les voyageurs Pour le voyageur se rendant en zone infestée, il est recommandé d’utiliser un répulsif cutané (DEET: Insect Ecran®) et de poser sur le matelas une alèse imprégnée de permethrine. Pour éviter la contamination de son domicile au retour, n’emporter que le strict minimum de bagages, inspecter minutieusement chaque objet emporté et vaporiser le contenu de la valise avec de la permethrine (Insect Ecran® Vêtements) et la fermer jusqu’au retour à son domicile. VISA n°135, décembre 2010

6


AVIS AUX VOYAGEURS Des renards en ville !

Genève, Stuttgart, Nancy, Copenhague i les renards s’invitent désormais en centre ville. Se nourrir dans nos poubelles ou manger quelques rats, ce n’est pas bien grave. Sauf que ces renards urbains sont porteurs du ver de l’échinococcose alvéolaire qui, transmise aux rongeurs, peut atteindre nos chiens et chats domestiques. VISA n°135, décembre 2010

Faut-il se faire infester par Plasmodium vivax ?

Infos rapides

La contamination infectieuse des écrans tactiles des téléphones mobiles est 18 fois plus importante que celle de la poignée d’une porte de toilettes publiques ! VISA n°134, novembre 2010

L’arme absolue contre le décalage horaire : c’est ainsi que les chercheurs de l’Université du Texas présentent la prise simultanée d’une poignée de noix et d’une autre de cerises. Les taux sanguins de mélatonine naturelle connaissent alors un pic amplement suffisant pour se remettre dans le fuseau, en partie grâce à une exceptionnelle biodisponibilité. VISA n°135, décembre 2010

Pourquoi l’infestation par P. falciparum est-elle moins grave en Asie-Pacifique qu’en Afrique ?

Il est désormais interdit de fumer dans les parcs et jardins publics de New York. Les récalcitrants se verront infliger une amende de 250 $ (NY Times). VISA n°135, décembre 2010

Chaque année, 800 000 ordinateurs portables sont égarés dans les aéroports à travers le monde.

Un routard anglais a inspiré une réponse crédible aux auteurs. Hospitalisé quelques jours après son retour de Papouasie Nouvelle-Guinée pour un accès à P. falciparum, les médecins sont étonnés de sa bonne forme : pourtant il a une fièvre à 40,8°C, une Hb à 7,7g/dl, des trophozoïtes et schizontes (0,2%). Mais il a aussi une infestation à P.vivax, avec tous les stades présents au frottis. Un simple traitement par quinine orale suivie d’une prise unique de sufadoxine-pyriméthamine le guérira très rapidement. Il semble que l’immunité antipaludique soit assez spécifique d’espèce et même de génotype. N’aurait-on pas l’ébauche d’une réponse à la question du début ? Les Africains subsahariens n’auraient-ils pas tout simplement la malchance de ne pas avoir P. vivax sur leur continent, ce qui leur éviterait de déplorer 800 000 décès dus à P.falciparum ?

Irons-nous jusqu’à proposer à nos patients voyageurs de commencer leurs voyages par l’Asie rurale, en dormant à la belle étoile autour d’un feu et sans moustiquaires ni répulsifs, avant de sillonner l’Afrique ? (ndlr de VISA) VISA n°133, octobre 2010

7

Odile


Unmaster masterauaupays pays Un despharmacien pharmaciens des

UN MASTER AU PAYS DES PHARMACIENS

Qui sont les Masters ? Comment se sentent-ils ? D’où viennent-ils, sont-ils des Hommes ou viennent-ils d’une contrée lointaine ? Maiiis ce que l’on sait et que l’on sent tout de suite, c’est qu’ils sont NON pharmaciensE Mais comment a commencé ce périple ?

Tout commence un jour de septembre où de gentil(le)s étudiant(e)s arrivent incognito à la faculté de pharmacie, pour les fameux Master Sciences du médicament. Tout de suite on se sent observé, on sent dans les regards « mais qui sont-ils donc ces nouveaux : des étudiants, des extra-terrestres ? » Eh bien oui, ce sont pour la plupart, des étudiants en Sciences du vivant, en Chimie, en Chimie Biologie ou même en Droit. Ahhh oui ce sont des études aussiiQue ferions-nous sans biologistes ou chimistes ?

On a souvent le droit à de petits pics pas bien méchants par ci par là, sans même nous connaître, Ah Master 1 et Master 2iou un joli écriteau dans un amphii « Les Masters sont nos amis, du SMIC au RMI (i) ». Non non attendez, ce n’est pas fini, on va pas que se plaindre non plus ! Malgré pas mal d’à priori, des regards "bizarres", des réticences ressenties, on essaie de parler à un MASTER, et là on découvre : il parle français, comme moiiil a une tête, des yeux, comme moiiil est intelligent (ou pas), comme moi (ou pas) i Ahhh mais ils sont sympas aussi les MASTERSieuuhm mais comment s’appelle-t-il ? Ah ouiii on sait que c’est des Masters mais on ne connaît que rarement leur nomisauf quelques uns bien sûr.. ;)

En tant que Master, on se dit "Bon on va essayer de s’intégrer, et là, comment reconnaître un pharma ? Toujours en groupe, s’ils sont en couple, c’est entre eux « pour ne pas se mélanger bien sûr : un pharmacien + une pharmacienne, d’après Watson et Crick, ça donne un ADN pharmacien !» Malgré tout ceci, grâce à certaines personnalités de la fac de pharma (M. Lantz, les membres du Cephi, du Comprimé aussi bien sûr, ou même des connaissances du lycée ou des connaissances faites de manière impromptue, on s’y sent quand même bien dans cette faci Deuxième et dernière année dans cette super fac qu’est la fac de pharmacie, qui nous a fait vivre, joie, bonne humeur, peine, détresse, stress, pleurs, et enfin nous fait bientôt entrer dans la vie active ! Toi aussi comme avec Charlie joue avec le master essaie de le retrouver sur cette photo

Donc pour les futurs Masters et les Pharmaciens, essayez d’être sympas, un bonjour ou une discussion n’a jamais tué personnei Je ne demande quand même pas de faire un accueil comme le Lipdub Pharma Strasbourre (quoi que ça m’aurait bien plu ! ;) ).

8

LE master de la photo Servier


C.D.P C.D.P

C.D.P

Chers lecteurs, étudiants, professeurs, pharmaciens ou peut-être d’autres personnes encore, vous tous lisez cette page. Vous tous avez un regard critique. Pourquoi ai-je accepté d’écrire cette chronique ? Corvée E Le 25 janvier, sortant du TD de communication, je rencontre une partie de l’équipe du Comprimé s’aventurant à la K’fet. Je ne sais pas, une envie de m’exprimer, une confiance en moi exacerbée, un pseudo-talent espéré et infondé, j’accepte de faire MA chronique. J’avais une multitude d’idées, je ne pensais qu’à ça. Je voulais parler de livres, de cinéma, de musique, même un peu de moi i Le temps passe. Je devais rendre ma chronique il y a 5 jours i

Profitez, moment rare , je suis à mon bureau

Fatigue due aux cours d’aujourd’hui , à la soirée d’hier soir …

Et si je faisais des dessins ? Ca remplit bien !

Et je ne résiste pas à la tentation …

Triste tableau que je dresse devant vous ! Je vous promets que si la parole m’est à nouveau accordée sur cette page, j’essayerai de créer un petit oasis au milieu de ce monde pharmaceutique. Pour commencer, petite pub pour la radio que j’écoute en permanence quand je suis chez moi, Accent 4 (96.6 à Strasbourg). Ecoutez de la musique classique et devenez abonnés ! (je le suis) Et maintenant un grand merci à Yann, à qui je n’ai laissé que quelques heures pour faire la mise en page avant le bouclage. Merci. (point final, quelle joie !)

9


Promis,, l’an Promis l’an prochain prochain je travaille travaille je

PROMIS, L’AN PROCHAIN JE TRAVAILLE

Z002704

« Je suis le Ténébreux, - le Veuf, - L’inconsolé, le Prince d’Aquitaine à la Tour Abolie : Ma seule Etoile est morte, - et mon luth constellé Porte le soleil noir de la Mélancolie i »

Je m’étais promis, que cette année je travaillerais, que j’irais en cours et que mon taux d’alcoolémie pourrait parfois rester plusieurs jours à zéro. Non, ce ne sont pas des résolutions de premier de l’an (celles que l’on ne tient jamais), ce sont des résolutions « post- septembrage » ! Plus jamais, mais alors plus jamais de mois d’août aussi pourri à travailler au lieu d’être tranquillement à l’ombre d’un palétuvier à siroter quelques breuvages bénis des Dieux. Voilà ce que je m’étais promis. Malheureusement, les éléments se sont ligués contre mes bonnes résolutions et moi.

Après l’effort, le réconfort qui aurait été dans le meilleur des cas quelques jours de vacances. Seulement les cours ont tout de suite repris. Pas le temps de se remettre des quelques phrases assassines comme « Vous devriez retourner en primaire, apprendre l’alphabet ! » ou « Vous avez manqué d’air à la naissance ! », que les cours recommencent, ainsi que les soirées pour décompresser. Impossible de ne pas aller aux soirées sous peine de paraître fou (sauf toi étudiant en internat. Si on t’y voit, on se dit que tu es fou i ) et de devoir répondre à moult questions : « Tu es malade ?!? », « Tu vas voir quelqu’un ? Ton psy ou ton mec que tu nous caches ? ». Il faut alors répondre que non, on veut juste travailler, ce à quoi il y a toujours une bonne âme pour déclamer ce célèbre et funeste adage : « Septembre un jour, septembre toujours ».

10


PROMIS, L’AN PROCHAIN JE TRAVAILLE

Il y a surtout eu les cours à 8h du mat’ tous les jours. Y’ a pas à dire, ça sape quand même énormément l’enthousiasme ; surtout en prenant le tram surchargé où relents d’after- shave et transpiration se mêlent. L’arrivée dans l’amphi mérite également une petite ligne, c’est le point de non retour, l’amphi sur une mappemonde se situe au niveau du pôle nord (ou pôle sud les explorateurs ne sont pas encore d’accord sur ce point), c’est à ce moment que les futurs pharmaciens grossistes se révèlent en commandant un lot de couverture de survie pour les répartir par la suite.

Après une telle matinée vient l’heure du repas, direction le R.U. avant de faire demi-tour pour aller à la K’fet en voyant que le R.U. s’est transformé en une distribution de riz en guerre civile. Arrivé à la K’fet, une seule et unique question est posée : « Tu fais une belote ? » (question aussi piège que : « Comment est votre blanquette ? »). Une fois cette étape franchie, un nouveau monde, de nouvelles perspectives s’ouvrent à toi. Les mots travail, partiel ou note y sont proscrits, mis au ban de la société.

Quelques heures plus tard, en sortant, on se dit quel agréable moment, une petite pause de temps en temps ça fait du bien ! Et rebelote le lendemain et ainsi de suitei Et tout d’un coup on est le 15 décembre, soit un mois avant les partiels et là c’est le drame. Après une reprise en main, je me dis « C’est bon, c’est cool, encore un mois, largement le temps d’apprendre trois fois le programme. Je finirai les cours le 18, j’en profiterai jusque là et je travaillerai après (jusqu’au 23 inclus puis du 27 au 31, 20h et continuerai du 2 au 10 janvier) ». Seulement voilà, le mercredi, soirée de Noël, le lendemain soirée encore avec des amis avant de se séparer pour 20 jours et donc le vendredi réveil difficile par le facteur qui demande s’il peut laisser un colis pour le voisin. Puis voyant ma tête, il se demande s’il a bien fait de sonner à cette porte, mais repart en me souhaitant une bonne journée. Quelques heures plus tard, retour chez les parents pour les fêtes et pour du cocooning. Une journée pour faire des bredala (pour faire plaisir aux Bas-Rhinois : bredele), une journée pour décorer la maison et faire les cadeaux. Puis débarquement de la famille avec les bébés. Des bébés qui détestent par avance les cours, vu l’état dans lequel ils ont laissé mon classeur après 5 petites minutes sans surveillance (un litre de bave, un biberon renversé et feuilles transformées en confettis : un véritable charnier).

11


PROMIS, L’AN PROCHAIN JE TRAVAILLE Et tout d’un coup on est le 27, là désespérée je vais sur Facebook chercher du réconfort, mais c’est le calme plat, pas un post, pas un like, pas un poke. Tout le monde travaille ?!? La peur m’assaille. J’ouvre donc ce qui me reste de classeur et commence. Et paf par magie c’est le 31 décembre, jour qu’il faut fêter car selon les mayas cela pourra être le dernier nouvel an. Le lendemain matin (17h), on se dit que même si les mayas se sont trompés, ce sera le dernier nouvel an comme çai

Le 3, retour sur Facebook où c’est l’effervescence, on se croirait au marché, enfin un marché inversé : « Qui aurait les cours de GG ? », « Est-ce que quelqu’un pourrait m’envoyer TOUS les cours ? », « Attention le 31 à 22h, le prof a posté des cours sur Moodle ». C’est la délivrance, l’impression de ne plus être seule au monde !

Puis lundi, 1er jour des partiels et début des hostilités. Avec quelques moments de solitude devant des questions qui ont du être mijotées aux petits oignons. Mais grâce à des regards au travers de la salle d’examen, on se sent d’un coup moins seul, la solitude et le désespoir se lisant sur le visage d’autres compatriotes. Pendant ce bref regard, tout est dit : « C’est vache comme question, qu’est-ce qu’on fout là ? », « C’est étrange, pendant 5 ans, il n’y a eu que 2 sujets différents pour janvier et septembre et là il y a création d’un nouveau sujet, sommes-nous maudits ? Je suis contre les théories du créationnisme et de l’évolution : j’aime quand rien ne change. » Et pourtant l’échange n’aura duré que 2 secondes. Et ainsi de suite jusqu’à la délivrance où de bonnes vacances nous attendent : un long et bon week-end de 2 jours, point trop n’en faut. Après ces jours de réflexion : promis au second semestre, je TRA-VAIL-LE !! La preuve aujourd‘hui, premier TD à 8h30 je n’y suis pas alléei

12


Interview de Mme Willer-Wehrle INTERVIEW MME WILLER-WEHRLÉ

Bonjour Mme Willer-Wehrlé, et merci d'accueillir l'équipe du Comprimé dans la toute nouvelle pharmacie expérimentale de la faculté. Pour ceux qui ne vous connaissent pas encore, pourriez-vous vous présenter et nous présenter votre parcours universitaire ?

Je suis pharmacienne, diplômée de la Faculté de Pharmacie de Strasbourg. J’ai aussi un Diplôme Universitaire d’orthopédie, une attestation de dermopharmacie ainsi qu’une attestation de pharmacien Responsable Assurance Qualité (PRAQ). Au niveau professionnel, j’exerce depuis 25 ans en tant que pharmacienne adjointe et depuis 2007, je suis également professeur attaché en service temporaire (PAST) en pratique officinale à la faculté de Pharmacie. À ce titre, je suis responsable de la pharmacie expérimentale. Dans d’autres facultés, les étudiants participent à la gestion de la pharmacie expérimentale. Ce poste est accessible sur concours pour tous les pharmaciens adjoints, pour une durée de 3 ans et est renouvelable 3 fois. C'était d'ailleurs impressionnant de devoir passer à 44 ans devant un jury composé de nombreux professeurs de la faculté ! Mon poste vient d’ailleurs d'être renouvelé pour 3 ans ! Par ailleurs, je suis vice-présidente de l’association des pharmacies expérimentales APPEX qui regroupe les professeurs responsables de la filière Officine et les professeurs attachés en pratique officinale des différentes facultés de France. Cela nous permet de voir comment est enseignée cette matière dans les autres facultés, il y a aussi des partenariats avec des facultés à l'étranger permettant ainsi sans cesse d’améliorer cet enseignement. Pouvez-vous nous présenter la pharmacie expérimentale dans laquelle nous nous trouvons ?

La première pharmacie expérimentale a été créée en 2004 par Mme Clavert (qui occupait le premier poste de pharmacien attaché à la pratique officinale) avec le soutien de M. Pesson (responsable de la filière officine). J’ai pris sa succession en 2007. C’est un concept qui se développe de plus en plus dans les différentes facultés de France. Les pharmacies ainsi créées sont très diversifiées. Par exemple, à Marseille, c’est une grande pharmacie à la vue de tous, séparée du hall d’accueil par une baie vitrée, dans d’autres facultés ce sont des petites salles avec simplement quelques boîtes de médicament vides. Ici, à Strasbourg, nous sommes bien équipés, avec une toute nouvelle salle depuis la rentrée, je tiens d’ailleurs à remercier le personnel technique de la faculté qui s’est démené pour que tout soit installé dans les temps, et mon mari pour certains aspects techniques et informatiques comme la réinstallation du DP (dossier pharmaceutique). La pharmacie comporte de nombreux présentoirs, des échantillons que les laboratoires nous offrent, du matériel orthopédique, des ordinateurs avec les logiciels les plus utilisési Les différents domaines de la pharmacie d'officine sont présents : le conseil avec des médicaments sans ordonnance, en libre accès ou non, des armoires à tiroir avec des boîtes vides de médicaments listés , des produits vétérinaires, de la phytothérapie, de l'aromathérapie, de l’orthopédie et aussi de la parapharmacie et de la dermocosmétique.

13


INTERVIEW MME WILLER-WEHRLÉ Nous avons également des partenariats avec diverses facultés françaises et étrangères (Cracovie, Monastir, Montréal ...) qui nous permettent d’échanger nos points de vue. Il est d'ailleurs intéressant de voir sur le terrain les particularités officinales de différents pays et ensuite d’en retenir les meilleurs points pour améliorer la prise en charge du patient à l'officine en France. Cette pharmacie est-elle utilisée uniquement par les étudiants en officine ?

Effectivement, elle sert principalement aux élèves de la filière officine dès la 4ème année jusqu’à leur examen de 6ème année. Cette salle sert également aux ED d’allemand appliqués à l’officine en 5ème année en plus des ED de pharmacie pratique(hypertension, asthme, insuffisance veineusei). Elle sert autant pour les cours, que pour les examens oraux que les élèves passent au courant de leur cursus, mis en situation au comptoir. Une journée du diabète avec l’utilisation de tous les lecteurs de glycémie sur le marché officinal y est organisée chaque année. Elle sera également ouverte au public lors de la journée portes ouvertes des Universités du 12 mars 2011. Quels en sont les perspectives de développement ?

Ce ne sont pour l’instant que des projets qui doivent être encore approuvés par la faculté, mais j’aimerais à terme changer le mobilier actuel (tables et chaises) pour le remplacer par des chaises pliables avec un pupitre rabattable, ce qui permettrait de moduler l’espace dans la salle et ainsi d’augmenter sa capacité d’accueil (il y a actuellement une vingtaine de places alors que la plupart des groupes sont plus nombreux). J’aimerais également installer une caméra (comme celle de l'amphi Laustriat), afin de filmer les étudiants au comptoir pour qu’ils puissent analyser leur comportement face à des situations qui peuvent se présenter lors de leur pratique officinale. Je rassure tout de suite les futurs étudiants : ces vidéos resteraient bien sûr au sein du groupe de TD. Je crois qu'il est très enrichissant et formateur de se voir au comptoir, on voit nos défauts et on peut donc s'améliorer. La caméra serait aussi utile lors du concours de commentaire d’ordonnance auquel les étudiants de la faculté participent chaque année. Justement pourriez-vous nous parler de ce concours ?

C’est un concours qui est organisé chaque année au niveau national. Il a lieu au même moment dans chaque faculté de pharmacie de France. Les étudiants commentent la même ordonnance, en étant filmés. S’ils sont sélectionnés au niveau de leur faculté leur film est soumis un jury central, à Paris, qui décerne le prix national. Je fais actuellement appel à un vrai professionnel de la caméra M. Serge Dumont pour filmer les étudiants, j’en profite pour le remercier sincèrement pour son aide !

14


INTERVIEW MME WILLER-WEHRLÉ Avez-vous des retours de la part des pharmaciens concernant cette fameuse pharmacie ?

De nombreux pharmaciens connaissent cette pharmacie expérimentale car son développement est soutenu par l’association des Maîtres de Stage et de nombreux étudiants en parlent lors de leurs stages. J'espère d'ailleurs que cet article permettra de la faire découvrir aux quelques pharmaciens qui ne la connaissent pas encore ! D’ailleurs, lors de réunions à la faculté et lors de soutenances de thèses, certains pharmaciens demandent à visiter cette salle et sont étonnés de la qualité de l’outil pédagogique !

Pouvez-vous nous parler du prix “communication officine”, où la faculté de Strasbourg brille régulièrement ?

C’est un concours national qui est organisé par l’UTIP, l’APPEX et l’Ordre des pharmaciens. Il concerne les étudiants en 5ème année officine et son but est de créer une affiche sur un thème de santé publique (arrêt du tabac, obésité, asthmei ) qui pourrait théoriquement être affichée dans une officine afin de sensibiliser le grand public. Certains professionnels du monde de la publicité sont d'ailleurs étonnés de l’excellente qualité des affiches conçues, et ce malgré l’absence de cours de publicité ! Cela faisait deux ans de suite que notre faculté obtient le 2ème prix (cf numéro 30 et 34 du Comprimé). Malheureusement, en 2010 nous avons été moins performants. Le sujet de cette année est « la prise en charge du patient asthmatique à l’officine », bonne chance aux étudiants de la faculté de pharmacie de Strasbourg ! Pourriez-vous nous parler de l'UE destinée aux étudiants souhaitant rejoindre la filière officine au cours de leur cursus ?

Avec M. Pesson, responsable de la filière officine, nous avons mis en place une U.E spécifique pour les étudiants souhaitant changer de filière en cours de parcours. Cela concerne les étudiants qui étaient en filière internat et qui ont échoué à leur concours, ainsi qu'aux étudiants de la filière industrie. Il sont alors inscrits en 6ème année officine lors du premier semestre et ils doivent valider les UE spécifiques de 5ème année officine au second semestre, ils décalent leur stage officinal de 6ème année qu'ils font alors de juin à novembre ! Je crois que le choix de créer cette UE est une bonne chose car j’ai moi même suivi le cursus internat avant de me tourner finalement vers l’officine. J'ai été diplômée mais j’ai eu l’impression de ne pas être assez formée à ce métier en sortant de la faculté. Cette UE permet à ces étudiants réorientés d’avoir des enseignements de la filière officine.

Certains lecteurs se demandent si les discussions lors du dîner avec M. Wehrlé sont plutôt axées galénique ou officine ?

Il est vrai qu’au départ nous parlions beaucoup de pharmacie à table, surtout depuis que je travaille à la faculté. Mais depuis quelques temps nous évitons d’en parler car nos enfants en ont assez, ils nous le rappellent régulièrement (rires). Il nous reste les trajets en voiture pour aborder ces sujets qui nous passionnent tous les deux.

15


INTERVIEW MME WILLER-WEHRLÉ Justement est-ce que cela vous a aidé d’avoir un mari à la faculté lorsque vous avez commencé à enseigner?

Oui, effectivement cela m'a beaucoup aidé. Comme vous le savez, je suis pharmacienne d’officine de carrière et je n’ai pas eu de formation spécifique pour l’enseignement. C’était donc très enrichissant d’avoir quelqu’un à ses côtés qui a de l’expérience dans ce domaine. Cela m’a également permis de suivre l’évolution de l’enseignement de la pharmacie depuis la fin de mes études car lorsqu’on travaille, on ne peut pas être au courant de toutes les réformes du programme. De plus, c’est intéressant d’avoir le point de vue d’un expert en galénique car cela permet de mieux cerner l'importance de ce domaine et donc d'en faire part à mes étudiants et cela leur servira dans leur exercice officinal quotidien. Mon mari fait par exemple des cours en 3ème année sur les dispositifs d'inhalation utilisés dans le traitement de l’asthme pour le côté pharmacotechnie et moi pour le côté prise en charge du patient asthmatique en 5 ème année officine. Enfin terminons par la question traditionnelle concernant le banquet, y êtes-vous déjà allée ? Y allez-vous avec M. Wehrlé ? J’y allais en tant qu’étudiante, j’y suis allée avec mon mari lorsqu’il a été nommé professeur à Strasbourg, mais je l’ai trouvé quelque peu trop sollicité par certaines étudiantesi..

Pour finir souhaiteriez-vous faire passer un message aux étudiants en première année ? Quels arguments pourriez-vous avancer pour qu'ils choisissent la voie de la pharmacie et plus spécifiquement la filière officine ?

Les études de pharmacie sont faites d’enseignements à la fois universitaires et professionnalisant, ce qui les rend très attractives. Pour le pharmacien d’officine il s’agit de vulgariser son savoir universitaire de haut niveau afin de se mettre au service des patients, et ce avec empathie et psychologie. La profession est en ce moment à un véritable tournant avec la loi HPST, les fonctions du pharmacien d’officine vont certainement beaucoup changer et la pharmacie expérimentale est un excellent outil pour se préparer à ces changements !! Un grand merci à Mme Willer-Wehrle de s'être prêtée au jeu des questions-réponses !

Hélène et Ludovic

16


INTERVIEW M. LANDRY

Interview M.Landry M.Landry Interview M. Landry, bonjour et merci de recevoir l'équipe du Comprimé dans votre bureau.

Pour ceux qui ne vous connaissent pas encore, pourriez-vous nous présenter votre parcours?

Je suis né à Verdun et suis allé à Nancy à la faculté des sciences en 1ère année, puis je suis passé en pharmacie en 2ème année, car à l’époque c’était encore possible. En 3e année, je suis rentré dans un laboratoire de biochimie de la faculté. En 5ème année, j’ai suivi l’option biologie et j’ai fait en parallèle un DEA de biochimie à la faculté des sciences. J’ai préparé une thèse d’enzymologie en Belgique à Louvain sur les mitochondries de levures, grâce à une bourse de l’Euratom. Puis, je suis allé aux États-Unis à Baltimore pour un stage postdoctoral d’un an, sur le transport cellulaire du calcium, chez Albert Lehninger, un grand auteur d’ouvrages de biochimie. Je suis revenu à Nancy sur un poste de maître assistant (maître de conférences) en biochimie avant d’avoir mon poste actuel à Strasbourg en pharmacologie moléculaire en 1976, j’avais 29 ans. J’ai développé à la faculté un labo de recherche dans le domaine de l’allergie pulmonaire qui a abouti à la création d’une unité INSERM. Ces dernières années, je me suis consacré plutôt à l’enseignement et à l’écriture. Selon vous, comment doit être enseignée la pharmacologie?

La progression logique doit être de présenter les aspects moléculaires avant d’aborder l’enseignement systématique de la thérapeutique. Les aspects moléculaires sont le b-a-ba de la pharmacologie. Chacun sait que, dans l’apprentissage de la lecture, les méthodes globales ont été catastrophiques. Il faut donc apprendre l’essentiel des mécanismes d’action pour bien comprendre ensuite le traitement des pathologies. Un point positif dans la réforme de première année est que les cibles des médicaments sont présentées ; ceci était une notion presque totalement étrangère aux médecins dans beaucoup d’universités. Mais vu le temps imparti, il ne peut s’agir que d’une présentation très superficielle. Il faut donc conserver en seconde et en troisième année les cours de pharmacologie fondamentale, qui sont la base essentielle du médicament. Les directives données au niveau national ont souvent 50 ans de retard, avec une progression pédagogique pas du tout marquée. Ceci dit, quand il y a une réforme comme celle en cours, il faut se dépêcher de ne pas la suivre à la lettre. Nous avons l’autonomie des universités. Pourquoi ne pourrions-nous pas nous adapter aux possibilités locales plutôt que de jouer aux moutons de Panurge ? Vous avez écrit plusieurs ouvrages pendant votre carrière, pouvez-vous nous en parler?

J’ai écrit pour l’instant 7 livres, le dernier paru « Initiation à la connaissance du médicament UE6 » est destiné aux étudiants de PAES. Un livre sur l’histoire du médicament, de l’Antiquité à 2010, est chez l’éditeur et sortira entre juin et septembre prochain. Je rédige actuellement le huitième, « Toute l’UE6 en QCM » destiné aux étudiants de première année. Quand avez-vous commencé à écrire ?

Mon premier livre est paru en 1990, j’enseignais alors la pharmacologie depuis 14 ans. La grosse évolution a eu lieu dans les années 80, lorsque les principales structures des cibles des médicaments ont été découvertes.

17


INTERVIEW M. LANDRY Au niveau national, notre association d’enseignants de pharmacologie des facultés de pharmacie a jugé qu’il fallait intégrer ces nouvelles notions dès le début des études pharmaceutiques. À l’époque, il n’existait pas d’ouvrages même en anglais traitant de la pharmacologie moléculaire, j’ai donc, avec un ensemble d’auteurs, dont Jean-Pierre Gies, écrit un livre traitant de ces notions. Quel est votre bestseller?

Il s’agit de « Pharmacologie, des cibles vers l’indication thérapeutique » édité en 2003 avec une seconde édition en 2009. L’ensemble des deux s’est déjà vendu à plus de 5000 exemplaires. C’est surtout une satisfaction personnelle que d’être utile non seulement à 100 ou 150 étudiants de Strasbourg chaque année, mais aussi à des milliers d’autres en France et dans les pays francophones. Est-ce que c’est lucratif?

Pharmacologie moléculaire. Mécanisme d’action des médicaments et des médiateurs ; Y. Landry et J.-P. Gies, Medsi McGraw-Hill, 1990. Pharmacologie moléculaire. Mécanisme d’action des médicaments et des médiateurs ; 2nde édition, Y. Landry et J.-P. Gies, Arnette, 1993. Pharmacologie. Des cibles vers l’indication thérapeutique ; Y. Landry et J.-P. Gies, Dunod, 2003. Dictionnaire pharmaceutique. Pharmacologie et chimie des médicaments ; Y. Landry et E. Rival, Lavoisier, 2007. Pharmacologie. Des cibles vers l’indication thérapeutique ; 2nde édition, Y. Landry et J.-P. Gies, Dunod, 2009). Initiation à la connaissance des médicaments, UE6 ; Y. Landry, EdiScience, 2010. Toute l’UE 6 en QCM ; Y. Landry ; EdiScience, 2011, à paraître L’histoire des médicaments, de l’Antiquité à 2010 (titre provisoire) ; Y. Landry. Dunod, 2011, à paraître.

Ces ouvrages ne sont pas des romans qu’on vend dans les supermarchés ou les halls de gare. Mes droits d’auteur représentent en moyenne l’équivalent d’une semaine de salaire par an, ce qui est peu par rapport au temps investi (environ 1 an à raison de 4-5 heures par jour pour chaque ouvrage). Ca fait quand même beaucoup d’heures, on pensait que vous aviez de la bouteille et que vous faisiez tout ça de tête?

Les connaissances évoluent sans cesse, une notion peut être déjà dépassée entre le moment où on l’écrit et où elle est publiée. On ne peut donc pas se contenter de vagues souvenirs. Pour être crédible, il faut donc tout vérifier dans la littérature scientifique ou autre, comme on devrait le faire avant chaque cours.

Par rapport aux co-auteurs, il y en a 2 de la faculté, notamment Madame Rival et Jean-Pierre Gies, comment a démarré cette « relation », vous les avez choisis? Yveline Rival est chimiste, et je ne le suis pas. C’était donc une collaboration essentielle pour la rédaction de notre « Dictionnaire pharmaceutique ». Pour Jean-Pierre Gies, nous travaillons ensemble depuis le début de sa thèse, il y a presque 30 ans, et pour les ouvrages depuis le premier en 1990.

Vous avez reçu plusieurs prix pour les Comprimés d’Or (cf. page 20), notamment celui de la personne qui publie le plus, un mot?

C’est gentil (rire). C’est vrai que j’ai pas mal publié, j’ai environ 110 publications à mon actif dans de grandes revues scientifiques comme Molecular Pharmacology, Journal of Immunology. Mais ce sont mes anciens thésards qui ont généré ces publications. Cinq sont chercheurs à l’INSERM. D’autres sont professeurs à Strasbourg, Luxembourg, Londres, Baltimore et Boston, ou ont des postes de haute responsabilité dans l’industrie pharmaceutique. Vous avez été également élu le professeur le plus impressionnant aux rattrapages avec 71% des voix ?

Ça m’a toujours étonné. C’est vrai que de temps en temps, j’ai une ironie un peu mordante (NDLR cf. l’encadré) qui n’est pas toujours appréciée, oui, mais c’est uniquement quand je ne suis pas satisfait des réponses des candidats. De toute façon, je note très large, entre 0 et 19, contrairement à d’autres, où c’est plus entre 8 et 12. Mais cependant pourquoi ai-je si mauvaise réputation dans cet exercice ??? (rire)

18


INTERVIEW M.LANDRY Êtes-vous déjà allé au banquet ?

Oui, presque tous les ans au début de ma carrière, mais la dernière fois c’était il y a 4-5 ans. Avez-vous un conseil à donner aux étudiants ?

Quand on veut vraiment quelque chose, on arrive toujours à l’avoir i Il ne faut pas écouter les pessimistes, les pleurnichards. Mais nos examens font beaucoup trop appel à la mémoire pure. Les meilleurs élèves ne sont pas toujours les meilleurs professionnels. Un étudiant moyen peut se trouver à un niveau professionnel plus élevé que celui qui a eu les meilleures notes. On ne peut pas juger les gens à 20 ans sur leur future carrière. Avez-vous déjà un successeur ?

Jean-Pierre Gies va poursuivre pendant encore de longues années la ligne pédagogique que nous avons construite ensemble. Je sais qu’il y a des bruits qui courent au sujet d’un candidat local sur le poste que je libère. Néanmoins, c’est le jury nommé par le Président de l’UDS qui décidera et je ne peux qu’espérer que ce choix soit favorable à la bonne évolution de la recherche et de l’enseignement de notre faculté.

Et là maintenant, comment allez-vous profiter de votre retraite, vous avez des activités hors de la faculté?

Nous avons avec ma femme la chance d’avoir enfants et petits enfants sur place. J’aime le soleil, la lecture, le bricolage et regarder pousser les plantes du jardin. Je suis dans une chorale depuis 25 ans et je fais du sport en salle 2 fois par semaine. Bah oui, il faut bien s’entretenir !!! Donc, pas de problème pour s’occuper agréablement !

B&B

Landry’s fact :

Aux rattrapages

* Félicitations, vous avez la moyenne. Voulez-vous la question bonus ? * A moins qu’on vende des médicaments chez Leclerc, vous n’avez pas plus de connaissances qu’une caissière. * Sinon, vous lisez quoi comme presse féminine ? (question à une étudiante en rapport avec la publicité grand public de certains « médicaments ») * Où est située l’ancienne cité de Samarkand ? (réponse : en Ouzbékistan). (Avicenne est né près de Samarkand). * Bon, maintenant vous allez vous lever et chercher la femme de ménage, elle saura certainement mieux répondre que vous. Au revoir. En travaux dirigés

* Vous devriez retourner en primaire apprendre l’alphabet. * Vous avez manqué d’air à la naissance ? * C’est quoi la différence entre un médicament et un poireau ? * Mr Landry : citez-moi 10 industries pharmaceutiques. - M. X, étudiant : Pfizer, Lilly, Novartis, Roche, Boironi - M. Landry : Boiron !!! Et la pie qui chante fabrique des médicaments alors. (Les préparations homéopathiques sont légalement des médicaments, mais elles n’ont pas cette qualité pour un pharmacologue.)

19


Les Comprimés d’Or

LES COMPRIMÉS D’OR

Après trois petites années sans les Comprimés d’Or, ceux-ci sont de retour ! La cérémonie des Comprimés Awards présentée par Nikos Alia-gaz, en direct du Zénith de Strasbourg a vu la remise de nombreuses distinctions à de grandes personnalités de notre très chère faculté de pharmacie. Les membres du Comprimé vous remercient pour votre enthousiasme et vos réponses qui ont permis d’établir les différents classements dans les catégories suivantes :

Le plus beau port de blouse :

Pour ouvrir cette édition, le premier Comprimé d’Or pour la catégorie « le plus beau port de blouse » est attribué sans surprise à Mme Bieth avec 50,000 % des voix (n’oubliez pas les chiffres significatifs !). En deuxième position avec 9 % des voix, M. Schneider, surement dues à l'effet blouse blanche ! Enfin, M. Didier complète le podium avec 8 % des voix. D’ailleurs, celui-ci nous a affirmé : « Je ne porte jamais de blouse », ce à quoi son collègue et ami Mr Arntz rétorque « Oui, je confirme ». Cette 3e place semble donc étrange....

Le plus passionné par sa matière :

Les suffrages ont élu M. Pesson comme vainqueur de cette catégorie avec 17 % des votes. A la connaissance de sa victoire dans cette catégorie, Mr Pesson s’en est félicité et dédie sa victoire à l’ensemble de ses phlébotomes. En deuxième position, arrivent à égalité, et avec 14 % des voix, Mme Haan Archipoff grâce à sa connaissance sur les poils pilifères & Cie, et M. Mély pour son intérêt de la viscosité des fluides (étudierait-il la bière ?) Pour conclure ce podium, c’est un gros tas de molécules qui remporte 11 % des suffrages, j’ai nommé M. Hibert.

Le plus blagueur :

Le vainqueur de cette catégorie, avec 20 % des voix, est M. Marchioni. Celui-ci s’en félicite et n’a pas l’intention d’arrêter de blaguer ! D’ailleurs, vous pouvez retrouver l’ensemble de ses blagues sur www.blagues-de-chromatographie.fr . Ensuite arrivent à égalité, avec 14 % des votes, M. Boucher pour sa blague sur l'orthographe et M. Hibert pour l’ensemble des délires organiques dans lesquels il part durant ses heures de cours. M. Van Overloop a l’honneur de compléter ce podium avec 11 % des voix. Serait-ce dû à ses belles blagues sur le système reproducteur ? Probablement !

20


LES COMPRIMÉS D’OR

Le plus bel accent anglais :

Les voix ont plébiscité M. Goeldner avec 47 % des suffrages. Ce dernier doit fortement sa victoire à quelques phrases cultes dont celle énoncée il y a 2 ans en P1 : « Would you like to switch ? », suite à quoi il a fait cours en anglais. M. Gies obtient la seconde place avec 14 % des voix. Et là, le bel accent est de mise ! On se sentirait d’ailleurs presque triste quand il ne nous gratifie pas d'une belle expression en langue de Shakespeare dans son cours (canal CFTR : cystic fibrosis transmembrane conductance regulator, oh yeah !) Enfin, la troisième position est une réelle surprise puisque c’est une personne qui n’apparaît pas dans la liste des enseignants proposés. J’ai nommé (roulements de tambour )i Mme Rama Piotto, enseignante en anglais au pôle API (I'm watching you !)avec tout de même 9 % des voix ! Merci aux plaisantins ! Par contre, je n’irai pas lui annoncer, non merci.

Le plus voyageur :

Le Comprimé d’Or de cette catégorie est attribué à M. Marchioni avec 33 % de plébiscite. Comme le démontre son profil Facebook, lorsqu'il n'est pas à la fac, où est-il ? Probablement une petite escapade en moto aux States entre deux heures de cours ou à un séminaire de chimie analytique aux quatre coins du monde ! M. Hibert remporte la seconde place avec 15 % des votes grâce à ses nombreuses conférences au Japon, pays dont il a pris le bronzage. Il ne manque plus qu’un peu de bride aux yeux et il émigre ! M. Pesson totalise 12 % des points et s’adjuge ainsi la troisième place de cette catégorie. Seule particularité par rapport aux deux précédents, M. Pesson voyage pour réaliser sa fameuse chasse aux moustiques.

Le plus adepte des nouvelles technologies :

La première place de cette catégorie est attribuée à M. Wehrlé avec 18 % des voix. Bien sûr que la galénique, sa lyophilisation et autres technologies innovantes ont pesé dans la balance pour l’élire. Mais la rédaction pense que c’est sa télécommande magique qui a opéré son charme. D’ailleurs, à part projeter les diapositives, on est sûr que cette télécommande a d’autres fonctions secrètes dont le principal intéressé ne nous en révélera rien !

N’empêche que ça marche (presque) !

La seconde place est attribuée à Mme Maechling avec 15 % des votes. Et ici, c’est l’effet ENT et Moodle qui a laissé opérer son charme.

Enfin, en troisième position de ce podium viennent M. Arntz, M. Mély et M. Marchioni avec 9 % des voix pour toutes leurs machines dont on apprend le principe en cours, mais que au final, ils sont les seuls à comprendre.

21


LES COMPRIMÉS D’OR

Le plus impressionnant aux rattrapages :

M. Landry remporte quasi intégralement à lui la première, deuxième et troisième place du classement ! En effet, il est élu enseignant le plus impressionnant aux rattrapages avec 71 % des voix ! Et là, plébiscite est un petit mot. Ce dernier ne laissant que quelques miettes à ses poursuivants. En seconde position, non ce n’est pas encore M. Landry, c’est Mme Schini-Kerth qui récolte tout de même 7 % des votes. Enfin, M. Lessinger a l’honneur de finir le podium avec 6 % des voix.

Le plus en retard :

Le plus matinal :

Un large plébiscite a permis d’attribuer le Comprimé d’Or à M. Anton avec 40 % des votes. Celui-ci s’est vu attribuer son prix à la grande cérémonie de Comprimé Awards mais n’est venu le récupérer que 2 heures plus tard quand la cérémonie fut terminée. Ce dernier s’est excusé de son retard et a promis d’arriver plus tard la prochaine fois. La seconde place offre aussi un large plébiscite de 20 % à Mme Ubeaud Séquier, qui s’est tout de même vu remettre le prix une heure plus tôt que M. Anton. Celle-ci a déclaré : « La compétition est rude dans cette catégorie, mais un jour je l’aurai ! ». Croisons les doigts pour elle. La dernière place est attribuée à M.Spiess en raison des aléas du climat avec le vélo. Il totalise 6 % des votes.

M. Boymond décroche le Comprimé d’Or de cette catégorie avec un large quota de suffrages. En effet, il arrive premier avec 50 % des voix. Celui-ci déclare se lever à 4h30 tous les matins, c’est pour cela qu’il n’est jamais en retard, vous êtes prévenus ! M. Vandamme s’attribue la seconde place de cette catégorie, à croire que la galénique donne l’envie de se lever plus tôt que les autres. Il décroche cette place avec 12 % des votes. M. Pesson et M. Stambach arrivent tous les deux en troisième position avec 9 % des voix. M. Pesson dédie à nouveau cette troisième place à ses amis, cette fois-ci les métazoaires triploblastiques.

22


LES COMPRIMÉS D’OR

Le plus fashion-victime :

Pour cette catégorie, M. Wehrlé remporte son deuxième Comprimé d’Or avec 23 % de plébiscite. Celui-ci doit probablement sa victoire à son costard toujours porté avec élégance et charisme ! La médaille d’argent va à Mme Rival avec 20 % des votes. Cette dernière se félicite d’avoir mis cette fameuse robe lors du concours de première année en juin 2009, ou encore ce superbe pantalon en cuir. La médaille de bronze revient à M. Arntz avec 11 % des suffrages. L’effet rouflaquette aurait-il opéré ?

Celui ou celle avec lequel ( laquelle ) vous aimeriez passer une soirée :

Et le Comprimé d’Or est attribué ài M. Didier avec 24 % de total plébiscite ! On le savait, les filles en raffolent et sont au final assez tristes de ne pas l’avoir plus en travaux pratiques. En seconde position, M. Van Overloop, avec 9 % des votes. Il doit probablement ce pourcentage à ses blagues et sa douce voix qui berce tant quand il développe l'anatomie de notre organe. (sic) Enfin, de nombreuses personnalités apparaissent en troisième position de ce podium avec 6 % des voix. On notera la présence de 2 femmes (enfin !) avec Mme Alarcon ou encore Mme Ubeaud. Mais ces très chers messieurs sont aussi là : M. André, M. Goelner et M. Spiess concluent la troisième marche.

Celui ou celle avec lequel (laquelle) vous aimeriez travailler plus tard :

Le Comprimé d’Or est amicalement remis à M. Gies avec 19 % des votes. On s’est bien dit que le cours de biologie cellulaire était un des seuls cours intéressant en première année, c’est aussi le personnage emblématique, son sourire, sa droiture et peut-être sa barbe qui ont attiré les suffrages à lui.

Le Comprimé d’Argent va vers M. Hibert avec 9 % des votes attribués, toujours et encore pour ses délires moléculaires. Ou alors serait-ce la fameuse molécule de l’amour qui l'attire tant ? Possiblei D'après l'article L 112-34, le législateur est en droit de remettre le Comprimé de Bronze à M. Pabst. Avec 7 % de votes on remarque que la juridiction pharmaceutique attire finalement du monde !

23


LES COMPRIMÉS D’OR

Le plus disponible pour les étudiants :

Mme Kilhoffer rafle la mise et le Comprimé d’Or avec 38 % des voix. Profitons-en pour la remercier de cette disponibilité tout au long de l’année, autant à l'amphi, en TD, et autour de la machine à café ! M. Marchioni arrive deuxième avec 15 % des voix et figure sans surprise dans ce classement. Toujours disponible pour vous expliquer les légendes du monde de la chromatographie si vous lui payez une bière à la K’fet ! Mme Maechling et M . Bourguignat obtiennent la troisième distinction de cette catégorie avec 6 % des votes. Nous les en félicitons !

Le roi de la publication

: Le trophée du roi de la publication est attribué, avec 30 % des voix à M. Mély pour ses publications sur le virus du SIDA et ses fluorophores ! En deuxième position arrive M. Hibert avec 18 % des votes. En même temps, il y a tellement de choses à dire sur les molécules de l’amour et de la fidélité entre les rats qu’on le comprend. M. Landry obtient la troisième marche du podium avec 9 % des suffrages et dédie cette place aux récepteurs membranaires & Cie qu’il affectionne tant.

Le plus radin aux examens :

Le Comprimé d’Or est attribué à M. Landry avec 26 % des votes. Celui-ci a d’ailleurs écrit le commentaire suivant à plusieurs de ses étudiants sur leurs copies d’examen : « Vous me devez un stylo rouge ! ». La deuxième place consacre M. Mély avec 17 % des voix et il s’en réjouit : « Le jour où il y aura d’excellentes notes en biophysique, je n’aurai plus de boulot ! ». La troisième place est attribuée à M. Lessinger avec 11 % des suffrages. Celui-ci affirme que son stylo à lui n’écrit pas les «1 », ce qui complique la notation.

24


LES COMPRIMÉS D’OR

Celui qui a le plus beau bureau :

Le Comprimé d’Or de la catégorie « le plus beau bureau » est attribué à M. Pabst avec 39 % des suffrages. Personne n’a jamais vraiment vu son bureau (à part dans le film de présentation de la fac), mais il doit être forcement bien le bureau du Doyen ! M. Hibert se félicite de la deuxième place qui lui est attribuée pour son bureau/galerie d'art décoré entièrement par des œuvres de sa femme. Il récolte 15 % des votes. Enfin, M. Marchioni, déjà récompensé pour ses voyages, se voit remettre un trophée de bronze dans cette catégorie avec 12 % de plébiscite.

Le plus fêtard :

M. Marchioni décroche encore un prix (mais quel homme !) avec le Comprimé d’Or de l’enseignant le plus fêtard. Il doit probablement cette distinction à ses nombreuses présences aux banquets et sa capacité à créer des mouvements de foule lors de ses discours enflammés durant ces mêmes banquets. Il obtient 46 % des votes. M. Lessinger reçoit le Comprimé d’ argent pour les mêmes raisons que M. Marchioni avec 20% de suffrages. Néanmoins, une petite différence qui aurait pu faire le petit plus : sa traditionelle chanson paillarde ( ah la sal****), nos serviettes en tournent encore ! M. Kuballa obtient la troisième place avec 6% des voix. Et certaines fois, on aimerait lui dire, merci de nous avoir montré la voie !

Le plus chaleureux :

Le Comprimé d’Or est attribué à M. Pabst avec 11 % des voix. Sa disponibilité et sa gentillesse y sont pour beaucoup ! Le Comprimé d’Argent revient à M. Hibert avec 9 % des votes grâce à ses petites anecdotes chimiques qui font toujours sourire. Enfin, le Comprimé de Bronze est donné à Mme Zéniou avec 8 % des voix. Cette troisième place lui est attribuée pour son éternel sourire.

25


LES COMPRIMÉS D’OR

Le plus sportif: En première position, et avec 24 % de plébiscite, le Comprimé d’Or est attribué à M. Didier. On a déjà tous remarqué son allure sportive sur son vélo et on ne peut que l’encourager à continuer le vélo, au moins il ne pollue pas ! En seconde position et avec 23 % de plébiscite, le Comprimé d’Argent est attribué à M. Schneider. On peut noter d’ailleurs, et ceci est avéré, qu’il a été longtemps dans les hautes instances du sport universitaire et est actuellement le président de l'office des sports de la ville de Strasbourg. Nous l’en félicitons ! Enfin, M. Dumont conclut ce dernier podium avec 9 % des suffrages, grâce à sa grande passion pour la plongée sous marine. Bravo à lui !

Et voilà, les Comprimés d’Or 2011 sont déjà terminés, mais croyez nous sur parole, on continuera les Comprimés d’Or les années suivantes. Je tiens tout de même à signaler que l’ensemble des citations ont été créées de toutes pièces, vous devez probablement vous en doutez ! L’ensemble des membres du Comprimé vous remercie pour votre coopération et espère que ce classement plaira aux divers enseignants cités !

Et pour ceux qui en redemandent, voici quelques réponses cultes : Les insolites : M. Lantz apparaît deux fois dans les citations : il a été cité comme la « personne avec laquelle vous aimeriez travailler plus tard » ( et on vous comprend !) mais aussi dans la catégorie « roi de la publication » grâce à ses publications très actives sur le site de la faculté et Moodle tout au long de la journée.

Mme Bieth apparaît dans 8 catégories différentes dont : « Le plus blagueur », « Le plus bel accent anglais », « Le plus fêtard » et même « Le plus sportif ». Merci à vous, j’ai bien rigolé !

Une personne a rajouté deux catégories : « La plus belle voix » pour Mme Wund et « Le plus bel accent » pour Mme Rival. Ce coup-ci, c’est fini !

Dadou.

26


Pour un apéritif dînatoire

Recettes Recettes

RECETTES

Tarte au roquefort Pour 4 personnes

Matériel :

-

1 pâte brisée 150 g de roquefort 250 g de fromage blanc 3 œufs 10 cL de crème fraîche huile d’olive sel, poivre

Mode opératoire :

Préchauffer le four à 180°C et faire cuire le fond de tarte à blanc pendant 15 min. Ecraser le roquefort avec le fromage blanc, ajouter les œufs, la crème et une cuillère à soupe d’huile d’olive, un pincée de sel et un peu de poivre. Laisser refroidir le fond de tarte, verser le mélange et faire cuire 15 min.

Crèmes à la Mandarine Pour 6 personnes

Matériel :

3 œufs 3 jaunes d’œufs 90 g de sucre 50 cL de jus de mandarine 1 c. à soupe de liqueur de mandarine 2 mandarines

Mode opératoire :

Préchauffer le four à 180°C Battre les œufs, les jaunes et le sucre jusqu’à obtenir un mélange clair et mousseux. Ajouter le jus et la liqueur. Verser le mélange dans des ramequins et faire cuire au four au bain-marie (les ramequins dans un plat à gratin rempli d’eau) pendant 40min à 140°C Réserver au frais et décorer de quartiers de mandarine avant de servir.

27

Gus-gus


Rigolez, c’est le Rigolez v’est le Comprimé Comprimé

RIGOLEZ, C’EST LE COMPRIMÉ

Vous avez l'air fatiguée, remarque une dame, en croisant l'une de ses voisines. - En effet. Mon mari est souffrant et je dois le surveiller jour et nuit. - Mais vous n'aviez pas pris une infirmière ? - Si. C'est une fille superbe. C'est bien pour cela que je dois le
 surveiller.

Le médecin chef du service cardiologie de l'hôpital entre en courant dans la morgue et crie: 
- Maurice ! Ressortez le n°3 de son tiroir ! C'est pas son pouls qui s'était arrêté, c'est ma montrei Une bande de garçons discute et on peut découvrir qu'au fil des années la règle M.M.S revient toujours
 10 ans => Maman Me Surveille 15 ans => Ma Main Seulement 25 ans => Matin Midi Soir 40 ans => Mardi Mercredi Samedi 60 ans => Mars Mai Septembre 
85 ans => Mes Meilleurs Souvenirs

Un vieux couple se rend chez son médecin pour le check-up annuel. 
Le médecin les accueille et fait d'abord passer le mari. 
Apres l'examen, il annonce : 
 - Mais vous êtes en pleine forme, cher monsieur ! 
 - Pas étonnant, répond l'autre, je fume pas, je bois pas, et le bon Dieu veille sur moi... 
 - Voyez-vous ça, sourit gentiment le docteur. 
 - Oui ! Tenez, hier par exemple, je me suis levé en pleine nuit pour aller aux WC et Il a allumé la lumière pour moi ! 
 Le médecin renvoie le vieux dans la salle d'attente et fait passer sa femme dans son cabinet. 
 - Oh, moi, vous savez, je fume pas, je bois pas... 
 - Et le bon Dieu veille sur vous, c'est ça ? 
 - Hein ? Pourquoi vous dites ça ? demande la vieille, étonnée. 
 - Bien, explique le médecin, c'est votre mari qui m'a dit ça. Il m'a même raconté qu'il était allé aux toilettes pendant la nuit et que le bon Dieu lui avait fait de la lumière... 
 - Ah, le vieux con ! s'exclame la vieille, il a recommencé à pisser dans le frigo ! C'est une blonde qui a accouché de 2 beaux bébés, des jumeaux, cependant, elle pleure à n'en plus finir ! L'infirmière lui dit alors :

- Mais voyons madame ! Pourquoi pleurez-vous ? Vous êtes maintenant mère de 2 beaux bébés en bonne santé !

- Je sais, répond la blonde, mais je ne sais pas qui est le père du deuxième !

28


RIGOLEZ C’EST LE COMPRIMÉ

Qu'est-ce qui a 40 boules et rend les vieilles dames folles d'excitation? Qu'est-ce qui a 123 dents et 2 yeux ?

Et qu'est-ce qui a 123 yeux et 2 dents ?

Le Bingo!

Qu'est-ce qu'une luciole qui a pris du Viagra ?

Un néon

Enigmes :

Un crocodile

Un autobus de personnes âgées

Dans une petite ville de province, un monsieur qui ne paie pas de mine, se présente à une pharmacie et demande du VIAGRA. La pharmacienne lui en délivre une boîte. Le client sort sans payer, en disant : - Le temps d'aller faire une course à la boucherie en face, de faire de la monnaie et je viens vous régler. D'accord ? - Bon pourquoi pas... La pharmacienne regarde par la vitrine, histoire de surveiller son gars. Celui-ci entre à la boucherie. Mettez moi deux entrecôtes s'il vous plaît.. Je vais à la boulangerie faire de la monnaie et je repasse vous payer. D'accord ? Il emporte sa viande, s'en va à la boulangerie. - Bonjour, je voudrais deux baguettes. Je fais un saut à l'épicerie et je reviens vous payer. D'accord ? Même manège à l'épicerie, il sort, se précipite dans sa voiture et s'en va.

Entre alors à la pharmacie un autre client qui demande : - Je voudrais du VIAGRA mais, à votre avis, est-ce que ça marche vraiment ? - Écoutez, dit ironiquement la pharmacienne, c'est garanti : Je viens d'en donner à un client et en moins de cinq minutes, il a baisé la bouchère, la boulangère, l'épicière et moi-même !

29


IN MEMORIAM

In memoriam memoriam In

Le 3 janvier dernier, Valérie Goldschmidt, âgée de 33 ans, nous a quitté en donnant naissance à sa fille Julie-Valérie. L’équipe du Comprimé souhaite rendre hommage à l’enseignante que nous avons côtoyée pour la plupart d'entre nous, que ce soit lors des travaux pratiques de 2e année, lors des cours magistraux ou des travaux dirigés de biochimie en 3e année. Valérie Goldschmidt était Maître de Conférences en Biochimie depuis 2008 et rattachée au Laboratoire de Biophotonique et Pharmacologie (UMR 7213 CNRS) du Pr. Mely à la Faculté de Pharmacie de Strasbourg, où ses travaux de recherche portaient sur le virus VIH-1. Valérie Goldschmidt était à l’aube d’une carrière très prometteuse, en ayant déjà de nombreuses publications dans des journaux scientifiques de renom.

Nous nous souviendrons particulièrement de son sourire, de sa disponibilité pour les étudiants et de son enthousiasme. Nous avons été bouleversés lorsque nous avons appris sa disparition, alors que nous étions en pleine période de révisions pour les partiels de janvier. Nous présentons notre sympathie et notre affection à sa famille, son compagnon et sa fille Julie-Valérie.

L'équipe du Comprimé

30


Petit mot du Céphi :

Le Céphi a fêté ses 15 ans en Décembre ! Merci à l ’Amicale qui nous a accueilli à la K’ fet pour fêter l ’événement.


Ce n’est pas encore d’actualité, mais cela pourrait bien le devenir si notre profession ne se défend pas !

Nous remercions nos partenaires répartiteurs qui nous aident à distribuer Le Comprimé dans toutes les officines d’Alsace

Directeur de Publication : Ludovic GLADY Mise en Page : Yann BIEHLER Trésorier : Joan STUCK Secrétaire : Marie HEMERY Vice-trésorier : Vincent ROMEO Responsables communication-site web-interview : Charles HENG, Laurent GARNIER, Thierry KLEIN, Hélène FREYHEIT, Etienne BERNER Responsable ventes : Céline MEYER Responsable relecture : Odile STAEBLER Responsable illustration : Laura HAAS Reproduction : Réseauprint à STRASBOURG (67) Date de publication : semaine du 28 février 2011 Numéro d’ISSN : 1633-6178 Numéro édité à 800 exemplaires

Numero38  
Numero38  

Numéro 38 du journal de la faculté de pharmacie de Strasbourg : le comprime

Advertisement