Issuu on Google+

1er mars au 30 avril 2012 www.clap.ca

ENTREVUES EXCLUSIVES ARTHUR L’AVENTURIER / JEAN-CLAUDE COULBOIS

418 653-2470

UNE SÉPARATION

INTOUCHABLES · LA SOURCE DES FEMMES · SOUS TERRE


MOT de la rédaction Festival de cinéma pour enfants de Québec Première édition Parents et grands-parents, égayez la relâche et faites goûter les plaisirs du cinéma à vos enfants et vos petits-enfants. Surprises et prix de présence sont au programme! Le 5 mars, venez rencontrer Arthur L’aventurier qui nous présentera son nouveau film, L’OEIL DE CRISTAL. Et ne manquez surtout pas LES CONTES DE LA NUIT de Michel Ocelot (Kirikou et la sorcière). Un régal en 3D! En tout, dix-sept films sont à l’affiche du 3 au 11 mars (www.FCEQ.ca).

Les marginaux Alors que notre pays glisse allègrement vers une accentuation des inégalités sociales, voici une programmation riche en réflexions sur la marginalisation et la stigmatisation qui s’ensuit. Dans POLISSE, Prix du jury à Cannes, Maïwenn dépeint la réalité des policiers de la Brigade de protection des mineurs qui vient en aide aux victimes d’abus. Ne croyez pas qu’il s’agit d’une œuvre sombre, au contraire. D’un réalisme rarement égalé, ce film émeut et surprend par ses touches d’humour et sa tendresse. Une grande prouesse. UNE SÉPARATION, en nomination pour l’Oscar du meilleur film étranger, illustre la lutte des classes sociales en Iran et la disparité des croyances qu’elle sous-tend. La liberté des uns face à la soumission des autres. Ce film fait l’unanimité de la critique partout dans le monde et les nombreux prix qu’il a reçus en témoignent. Dans un autre registre, INTOUCHABLES, l’un des plus grands succès du cinéma français avec ses 18 millions

| www.clap.ca |

d’entrées, met en présence un aristocrate paraplégique et un jeune Noir de la banlieue parisienne. On rit beaucoup et on verse quelques larmes grâce au jeu remarquable de François Cluzet, entre autres, qui rappelle la performance de Daniel Day-Lewis dans My Left Foot.

Les documentaires Passionnés de documentaires, tenez-vous bien! Nous avons huit réalisations à vous proposer dans la programmation actuelle, et celle qui, selon nous, devrait susciter le plus grand intérêt est INTIMIDATION (The Bully Project), qui aborde le harcèlement subi par près de 13 millions d’élèves dans les écoles américaines. Un sujet qui nous interpelle tous et qui met en lumière les conséquences tragiques d’un ostracisme aussi cruel qu’arbitraire. Voilà de quoi vous faire patienter jusqu’aux beaux jours de l’été. Bon printemps au cinéma! (M.A.)

Magazine Le Clap n° 171 · du 1er mars au 30 avril 2012 –

3


n° 171

Sommaire En couverture · Polisse · p. 5

Après Pardonnez-moi et Le Bal des actrices, deux films autobiographiques, Maïwenn Le Besco change de registre avec POLISSE, un drame évoquant le quotidien de policiers de la Brigade de protection des mineurs (BPM), à Paris. Bouleversant, abouti et sensible, ce film parvient à extraire sanglots et éclats de rire avec un réalisme saisissant. Acclamé par la critique, POLISSE a remporté le Prix du jury à Cannes ainsi que le prix Jacques Deray 2012, décerné à un film qui s’inspire du genre policier. POLISSE cumule aussi treize nominations pour la remise des César 2012 (dont les résultats seront connus au moment où vous lirez ces lignes), dont celles de meilleur film, meilleure réalisatrice et meilleure actrice (Karin Viard et Marina Foïs). (V.B.)

Dans ce numéro

13

Festival de cinéma pour enfants de Québec 2012

16 23 24

Info-ciné Documentaires Sous le signe de l’Italie

Chroniques

27 29

Films pour enfants

30 31

Index

Liste des sorties en mars et avril

L’Abonne-Clap

La valeur sûre · Une séparation · p. 11

10 12

Ciné-psy Une séparation Entrevue Arthur L’aventurier

20

Le cinéma vu par… Dany Laferrière

22

Entrevue Jean-Claude Coulbois

28

Livres

Une publication des Éditions Le Clap Éditeur Directeur de la production Infographiste Programmation Réviseure Chroniqueurs

Horaire des films Courriel Site Internet

Michel Aubé, Robin Plamondon Simon Leclerc Martine Lapointe Michel Aubé Marie Chabot Véronique Bonnelly, Noémie Brassard André Caron, Martine Côté, Marcel Gaumond Claire Goutier, Paul Jacques, Nicolas Lacroix Doris Langevin, Patrick Lonergan Pier-Hugues Madore, Serge Pallascio 418 653-2470, poste 1 leclap@clap.ca www.clap.ca

Publicité · Marie Dubé : 418 956-3729

UNE SÉPARATION nous permet d’assister à une profonde réflexion sur l’écart existant entre la classe moyenne iranienne éduquée, ayant accès à la modernité, et celle plus pauvre qui, par défaut, se tourne vers la tradition et la religion. Malgré un tournage difficile en raison de la censure du régime iranien auprès des artistes, le film a tout de même réussi à attirer plus de 3 millions de spectateurs dans son pays d’origine. Il a récolté de nombreux éloges à travers le monde, prouvant que le sujet du film transcende la géographie et touche une corde sensible universelle. (P.L.)

Sans frais : 1 800 361-2470, poste 128 · Courriel : marie.dube@clap.ca Tirage - 65 000 exemplaires · Plus de 500 points de distribution Dépôt légal : Bibliothèque nationale du Québec, 3e trimestre 1987 ISSN : 1209-7012 Le Magazine Le Clap est publié 6 fois par année par les Éditions Le Clap.

Distribution · Affiche tout — Contrôle de la distribution · Marie Dubé

LE CINÉMA LE CLAP · 2360, chemin Sainte-Foy Québec (Québec) G1V 4H2 (la pyramide) en face de l’Université Laval

NICOLE GAGNON PSYCHOLOGUE CONSEILLÈRE D’ORIENTATION MÉDIATRICE FAMILIALE

Boulimie Anorexie Abus Sexuels Orientation Scolaire et Professionnelle Thérapie EMDR Sur rendez-vous

2130, parc Gomin, Sillery 4

(418) 829-0000

– Magazine Le Clap n° 171 · du 1er mars au 30 avril 2012

| www.clap.ca |


Horaire au www.clap.ca ou 418 653-2470, poste 1

POLISSE

Un film de Maïwenn Le Besco · De la même réalisatrice : Le Bal des actrices FESTIVAL DE CANNES 2011 – PRIX DU JURY · PRIX JACQUES DERAY 2012

Bande-annonce

France Générique : France. 2011. 127 min (V.O.F.). Drame réalisé par Maïwenn Le Besco. Scén. : Emmanuelle Bercot et Maïwenn Le Besco. Mus. orig. : Stephen Warbeck. Int. : Karin Viard, Joey Starr, Marina Foïs, Nicolas Duvauchelle, Karole Rocher, Emmanuelle Barcot, Frédéric Pierrot, Arnaud Henriet, Naidra Ayadi, Jérémie Elkaïm, Maïwenn Le Besco.

Synopsis : L’enfance, la plus belle période de la vie? Sous le regard de Mélissa, mandatée par le ministère de l’Intérieur pour réaliser un livre de photos sur la Brigade de protection des mineurs (BPM), à Paris, Fred, Nadine, Iris et Mathieu cherchent une arme contre leur rude quotidien. Travaillant sans relâche, du matin au soir, ces policiers ont mis leur vie personnelle entre parenthèses au profit des problèmes qu’ils rencontrent dans leur vie professionnelle. Pédophilie, maltraitance, exploitation, dérive sexuelle, vol, pauvreté… la nature de ce métier inhibe les sentiments, empiète sur la vie privée et trouble la confiance. Entre les divertissements, la famille et le travail, ces policiers tentent de sauver des vies… et de sauver leur peau. Comment retrouver un certain équilibre lorsque l’on côtoie le pire?

camper le personnage de la photographe, a mené l’enquête dans une vraie BPM. Chaque cas est inspiré de véritables situations. Pour donner plus de crédibilité, les acteurs ont même suivi un stage intensif avec des policiers. La distribution artistique, aussi éclectique qu’irréprochable, renforce également cette authenticité. Alors que Joey Starr (Fred) nous dévoile sa fragilité et sa pudeur dans son rôle de père rempli d’émotions, Karin Viard (Nadine) et Marina Foïs (Iris) mettent en valeur leur remarquable talent. Quant aux jeunes acteurs, leur performance est d’un naturel désarmant. Les états d’âme des policiers donnent le rythme à cette mise en images d’un métier indispensable, mais trop peu connu. Maïwenn Le Besco, qui, depuis plusieurs années, a su guérir de ses propres blessures, nous parle de la vie, de ses embûches, de sa beauté. Mariant drame, romance et humour, son film nous bouscule, nous émeut et repousse les limites du cinématographiquement supportable. Mis en scène sur le ton de la vérité, POLISSE a remporté le Prix du jury au 64e Festival de Cannes. (V.B.) « Du début à la fin, POLISSE vous prend, vous captive, vous touche, vous bouleverse. On n’en sort pas indemne. » (C. Hache, Elle)

Notes : Inspirée par le documentaire de Vincent Liger sur la Brigade de protection des mineurs, POLISSE parvient à extraire sanglots et éclats de rire avec un réalisme percutant. Une œuvre quasi documentaire, puisque Maïwenn Le Besco, qui signe la scénarisation et la réalisation en plus de

| www.clap.ca |

Magazine Le Clap n° 171 · du 1er mars au 30 avril 2012 –

5


Horaire au www.clap.ca ou 418 653-2470, poste 1

LES HOMMES LIBRES Un film de Ismaël Ferroukhi « Ismaël Ferroukhi signe une fresque historique d’une grande beauté classique, qui restitue parfaitement l’atmosphère dense et tendue du Paris sous l’Occupation. » (O. Delcroix, Le Figaro)

Horaire au www.clap.ca ou 418 653-2470, poste 1

POURQUOI TU PLEURES? Un film de Katia Lewkowicz « […] la cinéaste a pour elle une troupe de comédiens formidables qui tirent chaque scène vers le haut. Valérie Donzelli, Emmanuelle Devos, Nicole Garcia, et, surtout, Benjamin Biolay. Dans le rôle principal, le chanteur dandy trimballe une nonchalance très attachante. Rien que pour lui, POURQUOI TU PLEURES? vaut le détour. » (J. Welter, L’Express)

France Générique : France. 2011. 99 min (V.O.F.). Drame historique de Ismaël

France Générique : France. 2011. 99 min (V.O.F.). Comédie réalisée par Katia

Ferroukhi. Int. : Tahar Rahim, Mahmud Shalaby, Michael Lonsdale.

Lewkowicz. Scén. : Katia Lewkowicz et Marcia Romano. Mus. orig. : Benjamin Biolay et Marc Chouarain. Int. : Benjamin Biolay, Emmanuelle Devos, Nicole Garcia, Valérie Donzelli, Sarah Adler, Eric Lartigau.

Synopsis : En 1942, Younes, un jeune émigré algérien, vit du marché noir. Après son arrestation, il décide de collaborer avec la police pour se sortir du pétrin en espionnant à la mosquée de Paris. La police soupçonne les responsables de délivrer de faux papiers à des Juifs et à des résistants. Face à la barbarie qui l’entoure, Younes, l’ouvrier immigré et sans éducation politique, se métamorphose progressivement en militant de la liberté.

Synopsis : Quatre jours avant son mariage, le doute et l’angoisse s’installent... Quatre jours sans nouvelle de sa future femme, quatre jours pour gérer tous les préparatifs avec sa belle-famille déconcertante, sa sœur fougueuse et sa mère accablante, quatre jours pour s’éprendre d’une inconnue. Pendant que la panique jaillit, il y a une impression de désastre imminent dans l’atmosphère. Passera-t-il à côté de sa vie?

Notes : LES HOMMES LIBRES, deuxième long métrage du réalisateur français d’origine marocaine, met en lumière des faits historiques peu connus : le comportement des Maghrébins présents sur le territoire français pendant la Seconde Guerre mondiale. (C.G.)

6

– Magazine Le Clap n° 171 · du 1er mars au 30 avril 2012

Notes : Caméra à l’épaule, le premier long métrage de Katia Lewkowicz met en scène l’union du psychodrame et de la comédie. Bercée par une jolie trame sonore conçue par Benjamin Biolay, cette romance douceamère aborde des choses sérieuses avec légèreté. Une histoire vieille comme le monde, complètement réinventée! (V.B.)

| www.clap.ca |


Horaire au www.clap.ca ou 418 653-2470, poste 1

INTOUCHABLES

Un film de Éric Toledano et Olivier Nakache · Des mêmes réalisateurs : Nos jours heureux GLOBES DE CRISTAL 2012 – GLOBE DE CRISTAL DU MEILLEUR FILM - OLIVIER NAKACHE - ÉRIC TOLEDANO – GLOBE DE CRISTAL DU MEILLEUR ACTEUR - OMAR SY

champ comme aide à domicile. Driss va s’employer à dérider tout ce beau monde et à redonner à cet invalide le goût de vivre.

Notes : Les réalisateurs de Tellement proches et de Nos jours heureux délais-

France Générique : France. 2011. 112 min (V.O.F.). Comédie réalisée par Éric Toledano et Olivier Nakache. Scén. : Éric Toledano et Olivier Nakache. Mus. : Ludovico Einaudi. Int. : François Cluzet, Omar Sy, Anne Le Ny, Audrey Fleurot, Clotilde Mollet, Alba Gaïa Bellugi, Cyril Mendy.

Synopsis : Gravement blessé dans un accident de parapente, le riche aristocrate Philippe est depuis paralysé, confiné à un fauteuil roulant, ne pouvant bouger que la tête. Sa femme est décédée, sa fille adoptée l’ignore et son entourage le surprotège. Arrive alors le joyeux Driss, un jeune Noir de la banlieue récemment sorti de prison, que Philippe engage sur-le-

| www.clap.ca |

sent le film choral pour revenir à l’esprit de leur premier long métrage Je préfère qu’on reste amis…, une comédie qui tablait déjà sur les caractères opposés de deux hommes à l’amitié improbable. Dans INTOUCHABLES, ils cultivent les contrastes entre les deux personnages avec une énergie comique inépuisable, rendant palpable l’affection qui se développe entre le richissime handicapé et le démuni boute-en-train. Éric Toledano et Olivier Nakache se sont inspirés d’un fait vécu qu’ils ont découvert en 2004 dans le documentaire À la vie, à la mort. Le vrai Philippe Pozzo di Borgo a collaboré au projet et il a accueilli les acteurs François Cluzet et Omar Sy pendant trois jours, chez lui au Maroc, pour qu’ils apprivoisent sa condition particulière. Leurs efforts ont été récompensés, car les deux comédiens ont reçu chacun une nomination pour le meilleur acteur aux César 2012, un fait plutôt inusité, alors que le film lui-même a été sélectionné dans six autres catégories (photo, son, montage, scénario, réalisateur et meilleur film). François Cluzet, tellement intense dans le rôle de Philippe, restreint son jeu aux mouvements de tête et aux expressions faciales, rejoignant ainsi les performances de Mathieu Amalric dans Le Scaphandre et le papillon et de Daniel Day-Lewis dans My Left Foot. Quant à Omar Sy, déjà remarqué dans les deux derniers films du duo Toledano-Nakache et dans Micmacs à tire-larigot, il affiche pleinement, pour la première fois, son potentiel comique à l’écran. Cette comédie attendrissante a connu un énorme succès en France avec près de19 millions d’entrées! (A.C.) « La réussite du film tient dans cette alchimie évidente entre les deux hommes, qui ne pouvaient pas mieux servir l’histoire et les personnages. » (C. Narbonne, Première)

Magazine Le Clap n° 171 · du 1er mars au 30 avril 2012 –

7


Horaire au www.clap.ca ou 418 653-2470, poste 1

TOUTES NOS ENVIES

Un film de Philippe Lioret Du même réalisateur : Je vais bien, ne t’en fais pas « Avec élégance et sobriété, Philippe Lioret évite les pièges de la sensiblerie et signe une fiction émouvante, aussi juste dans la chronique intime que dans la description sociale. » (O. de Bruyn, Le Point)

Horaire au www.clap.ca ou 418 653-2470, poste 1

L’EMPIRE BOSSÉ

Un film de Claude Desrosiers Du même réalisateur : Dans une galaxie près de chez vous - Le film « Cette satire nous fait voyager au Québec, dans quatre décennies différentes... » (Le Clap)

France Générique : France. 2011. 120 min (V.O.F.). Drame réalisé par Philippe

Québec Générique : Québec. 2012. (V.O.F.). Comédie réalisée par Claude

Lioret. Scén. : Philippe Lioret et Emmanuel Courcol, d’après l’œuvre d’Emmanuel Carrère. Int. : Marie Gillain, Vincent Lindon, Amandine Dewasmes.

Desrosiers. Scén. : Luc Déry, André Ducharme et Yves Lapierre. Int. : Guy A. Lepage, Claude Legault, Valérie Blais.

Synopsis : Claire et Stéphane sont deux juges sensibles aux causes huma-

Synopsis : Au début des années 60, Bernard Bossé, un gars ordinaire, fait

nistes. L’une a encore le feu sacré, l’autre a perdu quelques illusions après une longue carrière à la cour. Claire entraîne Stéphane dans une bataille contre les sociétés de crédit, mais l’amour et la maladie compliqueront la cause.

la rencontre de la fille unique d’un riche homme d’affaires. Sachant profiter des bonnes occasions, Bossé demandera cette jeune femme en mariage et deviendra à son tour un homme d’affaires prospère. Mais lorsqu’on est la personne la plus riche de la province, on n’est pas la plus aimée.

Notes : Deux ans après Welcome, Philippe Lioret renoue avec l’acteur Vincent Lindon dans cette très libre adaptation de l’œuvre d’Emmanuel Carrère, D’autres vies que la mienne. Autour du combat des protagonistes contre le surendettement, Lioret a tissé une toute nouvelle trame émotionnelle, d’ailleurs cautionnée par l’auteur du roman. Une fois de plus, Lioret donne la parole aux héros anonymes, qui doivent faire face aux obstacles de la réalité contemporaine. En résulte une réflexion sur les combats sociaux qui se mêlent aux combats solitaires, notamment la maladie. (M.C.)

8

– Magazine Le Clap n° 171 · du 1er mars au 30 avril 2012

Notes : Pour son second film, Claude Desrosiers s’associe aux scénaristes de Camping sauvage pour nous donner une comédie inspirée des scandales économiques des dernières années. Cette satire nous fait voyager au Québec, dans quatre décennies différentes, un défi de taille pour une comédie. Le film met en vedette Guy A. Lepage, l’homme que l’on aime détester, et Claude Legault, le chouchou du cinéma québécois. (P.-H.M.)

| www.clap.ca |


Horaire au www.clap.ca ou 418 653-2470, poste 1

UN HEUREUX ÉVÉNEMENT Un film de Rémi Bezançon Du même réalisateur : Le Premier Jour du reste de ta vie « Rémi Bezançon ose montrer la maternité avec ses moments de grâce et ses gros tracas briseurs de méninges et de ménages. [...] Et quelle justesse de Louise Bourgoin! » (C. Vié, 20 minutes)

France · Belgique Générique : France · Belgique. 2011. 110 min (V.O.F.). Comédie dramatique réalisée par Rémi Bezançon. Scén. : Rémi Bezançon et Vanessa Portal d’après le roman d’Éliette Abécassis. Int. : Louise Bourgoin, Pio Marmai, Josiane Balasko, Thierry Frémont, Gabrielle Lazure.

Synopsis : La maternité, bien plus qu’un fantasme, qu’un beau rêve éveillé. La maternité qui bouleverse la femme, mais aussi le couple. La maternité qui transforme et qui repousse les limites de l’amour, du sacrifice, de la tendresse et de l’abandon. La maternité sans tabous, voilà ce que raconte l’histoire de Barbara et de Nicolas.

Notes : Rémi Bezançon et Vanessa Portal ont mis au jour la réalité des couples qui se retrouvent parents pour la première fois, misant sur la comédie pour exprimer leur désarroi et leur maladresse. Les émotions vives, le côté charnel des acteurs, l’amour absolu, la communion entre la mère et la fille sont également exploités de manière intense. La présence d’une sage-femme sur le plateau et le rôle d’un véritable obstétricien lors de la scène de l’accouchement ajoutent au réalisme des scènes. (D.L.)

ROMÉO ONZE Un film de Ivan Grbovic

FESTIVAL DU NOUVEAU CINÉMA – PRIX FOCUS – MEILLEUR LONG MÉTRAGE CANADIEN — FESTIVAL INTERNATIONAL DU FILM FRANCOPHONE DE NAMUR – PRIX DÉCOUVERTE « ROMÉO ONZE est un conte urbain bouleversant sur un jeune homme timide qui cherche l’amour au mauvais endroit. » (A. Duchesne, La Presse)

Québec Générique : Québec. 2012. 100 min (V.O.F.). Drame écrit par Sara Mishara et Ivan Grbovic. Int. : Ali Ammar, Joseph Bou Nassar, Sanda Bourenane.

Synopsis : Rami est un jeune Montréalais d’origine libanaise affecté par un handicap physique. Son exutoire : clavarder avec une femme sous le pseudonyme de Roméo onze. Lorsqu’ils se donnent rendez-vous pour leur premier tête-à-tête, Rami est confronté à ses mensonges et à son malaise face aux femmes et au reste du monde.

Notes : Le premier long métrage d’Ivan Grbovic met en vedette Ali Ammar, un acteur non professionnel profondément talentueux. Ce film sur la famille et sur la recherche d’identité est différent puisqu’il s’ancre dans la communauté libanaise de Montréal. Sara Mishara signe des images percutantes et d’une grande éloquence. Une valeur sûre qui a déjà fait ses preuves dans les festivals et qui n’a pas fini de plaire avec sa finesse et sa grande beauté. (N.B.) | www.clap.ca |

Magazine Le Clap n° 171 · du 1er mars au 30 avril 2012 –

9


CINÉ-PSY

PAR

MARCEL GAUMOND

DIVORCES SOCIAUX ET CULTURELS Commentaire sur le film UNE SÉPARATION de Asghar Farhadi « Le cinéma est un instrument de vérité, contrairement à ce que disent certains qui y voient l’instrument du mensonge. » Propos du cinéaste français Benoît Jacquot (Les Adieux à la reine) lors de la 62e Berlinale à laquelle participait également Asghar Farhadi comme membre du jury. Interrogé par John Freeman de la BBC, lors de la dernière entrevue qu’il accorda, à l’âge de 84 ans (en 1959), C. G. Jung dit de sa mère et de son père qui était pasteur qu’ils avaient les mêmes convictions que les gens avaient il y a 1 800 ans1. S’il existait un détecteur nous permettant de sonder les esprits des gens croisés sur notre chemin, au quotidien, nous serions sûrement fort surpris : nous découvririons de même la distance parfois effarante entre ce que nous avons convenu d’associer – au risque d’être réductifs et non nuancés – au passéisme et à la modernité. Un tel détecteur nous permettrait de mieux comprendre pourquoi, si souvent, au contact des gens de notre entourage, nous pouvons nous sentir étrangers. Ce même détecteur, dirigé cette fois vers ceux qui habitent les « contrées lointaines », nous permettrait aussi d’acquérir une toute autre image de ce qui se passe à l’étranger, susceptible de refléter ce qui nous est fort familier. Le film UNE SÉPARATION de Asghar Farhadi nous offre une brillante et troublante illustration de cette réalité. La démarche de séparation qu’entame le couple iranien Simin et Nader auprès d’un juge de l’État, au tout début du film, a vite fait de nous transformer de spectateurs en arbitres des divers conflits auxquels ceux-ci se heurtent. Le conflit tout d’abord entre les valeurs qui poussent Simin à quitter son pays d’origine et celles qui incitent Nader à vouloir y demeurer : l’une aspire à un horizon de libertés, tandis que l’autre se sent l’obligation d’assumer ses responsabilités filiales à l’égard de son père atteint de la maladie d’Alzeihmer. À ce conflit, au potentiel lourd de conséquences, viennent s’ajouter d’autres conflits à ce point complexes qu’ils prennent l’allure de dilemmes que l’on pourrait croire insolubles : Advenant la séparation, comment accepter que ce soit l’autre qui ait la garde de Termeh, la fille unique du couple? Et celle-ci qui aura bientôt onze ans, avec lequel de ses parents choisira-t-elle de vivre, si l’on lui en donne le choix? Devant la nécessité qui nous incomberait de devoir trancher et de nous prononcer (qui a tort, qui a raison?), on se sent de plus en plus mal à l’aise et perplexe. Comme se sent Termeh, sans doute, attachée à ses deux parents et témoin impuissante du drame dans lequel elle se trouve plongée malgré elle. À la suite de cette première rencontre avec le juge, au fur et à mesure que l’action évolue, on devine que le conflit qui oppose Simin et Nader tient lieu pour Farhadi d’allégorie véhiculant les conflits sociaux et culturels auxquels les gens de son pays sont confrontés : Le conflit entre ceux dont la mentalité est ancrée de façon rigide et souvent absolutiste dans des traditions (superstitions, règles islamistes) relevant du Moyen-Âge et ceux qui, de par leur éducation et leur ouverture sur le monde (bourgeoisie, désirs d’émancipation) sont inscrits dans la modernité. De façon bien évidente, Simin et Nadir font partie de cette deuxième faction de la société iranienne actuelle, alors que la soumise et craintive Razieh qui est embauchée par Nader pour prendre soin de son père en son absence et son mari Hodjat, chômeur dépressif et violent, font définitivement partie de la première. Puis le conflit auquel, en définitive, Iraniens comme Québécois, nous sommes tous, sans exception, confrontés : non pas le conflit entre les instruits et les ignorants, les riches et les pauvres, les croyants traditionnalistes et les libres penseurs, mais plutôt ce conflit qui existe dans l’âme de chacun entre cette part qui est profondément honnête et celle qui, consciente ou pas, admise ou pas, ne l’est pas. 1 « La dernière entrevue avec Jung » est accessible sur le site www.ubest1.com.

10

– Magazine Le Clap n° 171 · du 1er mars au 30 avril 2012

L’histoire d’UNE SÉPARATION est, si je puis dire, cousue de fil noir, dans la mesure où, comme nous finirons par l’apprendre, aucun des protagonistes ne peut prétendre ne pas avoir usé des stratagèmes du mensonge et de la manipulation pour se protéger ou pour obtenir gain de cause. Comme cela se fait dans toutes les histoires de séparation. Entre individus. Entre hommes et femmes. Entre parents et enfants. Entre riches et pauvres. Entre peuples. Et qu’il se lève et se présente sans sourciller celui qui peut montrer patte blanche! J’ai failli donner comme titre à ma chronique, au départ : « Divorce à l’iranienne », en pensant, comme cela nous vient tout naturellement à l’esprit, au fameux Divorce à l’italienne (Divorzio all’italiana), film italien sorti sur les écrans en 1961 et dans lequel Marcello Mastroianni brillait de tous ses feux. Vous vous souvenez de l’histoire… Un noble Sicilien veut se remarier, mais comme le divorce est illégal en Italie, il fait tout pour que sa femme tombe amoureuse d’un autre homme, pour pouvoir les surprendre ensemble, la tuer et n’avoir qu’une peine légère pour crime d’honneur. Au moment où l’on tire ici à boulets rouges sur les membres d’une famille d’origine afghane coupables de quatre assassinats pour un motif semblable, il serait bon de se rappeler, en riant jaune, que les dispositions concernant les crimes d’honneur ne furent abrogées en Italie qu’il y a une trentaine d’années à peine. L’Italie, c’est tout près de chez nous, tout comme l’Iran et l’Afghanistan!

INVITATION Vous êtes cordialement invités à une rencontre du Ciné-psy sur le film UNE SÉPARATION de Asghar Farhadi avec Gilles Carignan, journaliste au quotidien Le Soleil. Le mardi 17 avril 2012 de 18 h à 19 h (buffet) et de 19 h à 21 h 30 (conférence et échange), au Studio P, situé au 280, rue Saint-Joseph E (http://www.librairiepantoute.com/lestudiop). Réservations : de préférence par courriel (cinepsy1@gmail.com) ou par téléphone 418 683-0711. Coût d’entrée : 20 $ (incluant l’admission et le buffet) La rencontre sera encadrée par Marcel Gaumond, psychanalyste. WWW.CINE-PSY.COM | www.clap.ca |


Horaire au www.clap.ca ou 418 653-2470, poste 1

UNE SÉPARATION

Un film de Asghar Farhadi · Du même réalisateur : About Elly

Bande-annonce

Iran Générique : Iran. 2011. 123 min (V.O. persane avec sous-titres français de Jodaeiye Nader az Simin). Drame écrit et réalisé par Asghar Farhadi. Scén. : Asghar Farhadi. Int. : Leila Hatami, Peyman Moadi, Sareh Bayat, Shahab Hosseini, Sarina Farhadi.

• GOLDEN GLOBES 2012 – MEILLEUR FILM EN LANGUE ÉTRANGÈRE • FESTIVAL INTERNATIONAL DU FILM DE BERLIN — OURS D’OR DU MEILLEUR FILM / OURS D’ARGENT DE LA MEILLEURE ACTRICE – AUX INTERPRÈTES FÉMININES / OURS D’ARGENT DU MEILLEUR ACTEUR – AUX INTERPRÈTES MASCULINS / • THE BRITISH INDEPENDENT FILM AWARDS – PRIX DU MEILLEUR FILM ÉTRANGER INDÉPENDANT / NEW YORK FILM CRITICS CIRCLE AWARDS – PRIX DU MEILLEUR FILM ÉTRANGER

Notes : Représentant l’Iran dans la course aux Oscar de cette année, le film d’Asghar Farhadi est un incontournable pour les amateurs du septième art et les affamés de culture. Le cinéaste nous propose une œuvre riche et complexe par le truchement d’une immersion intime dans les mœurs de deux familles iraniennes : une libérale, l’autre conservatrice. Aussi maîtrisé qu’il soit, UNE SÉPARATION n’est pourtant pas un film dont on se souvient pour la richesse de sa forme. Avec une mise en scène volontairement fluide et sans artifice, le cinéaste nous fait plonger tout droit dans son récit. Ce dernier, impeccablement bien construit, étonne par ses multiples revirements, toujours crédibles. Peu à peu, ce qui semblait être un drame familial et intimiste se transforme subitement en véritable suspense où les zones grises dominent. D’ailleurs, la véritable force du film réside dans son habileté à dévoiler des informations aux spectateurs. En effet, chacune des révélations comporte son lot de conséquences graves. C’est au public de jouer au détective et de tirer ses propres conclusions. Film qui critique, mais qui ne dénonce pas, UNE SÉPARATION nous permet d’assister à une profonde réflexion sur l’écart existant entre la classe moyenne iranienne éduquée, ayant accès à la modernité, et celle plus pauvre qui, par défaut, se tourne vers la tradition et la religion. Malgré un tournage difficile en raison de la censure du régime iranien auprès des artistes, le film a tout de même réussi à attirer plus de 3 millions de spectateurs dans son pays d’origine. Il a récolté de nombreux éloges à travers le monde, prouvant que le sujet du film transcende la géographie et touche une corde sensible universelle. (P.L.)

Synopsis : Simin, une femme déterminée à quitter l’Iran, se voit forcée de demander le divorce à son mari Nader puisqu’il refuse de partir de son pays sans son père malade. Sa requête refusée, elle retournera habiter chez ses parents sans sa fille Termeh qui, à sa grande surprise, décide de rester avec son père. Son épouse partie, Nader engage une femme pour l’aider à prendre soin de son père avec lequel s’instaurera un malaise aux conséquences tragiques.

| www.clap.ca |

« Une œuvre impressionnante de maîtrise, d’intelligence et universelle, qui nous éclaire et nous tient en haleine à chaque instant. » (D. Atalli, Le Journal du dimanche)

Magazine Le Clap n° 171 · du 1er mars au 30 avril 2012 –

11


c’est l’aventure! À PROPOS DE L’OEIL DE CRISTAL PAR

SERGE PALLASCIO

François Tremblay, alias Arthur L’aventurier, est le dernier d’une famille de sept enfants. Il est arrivé « sur le tard » comme il dit. Vingt ans le séparent de ses sœurs aînées. Douze ans du sixième enfant. Il conserve le souvenir d’une enfance privilégiée dans un monde d’adultes. Chez les Tremblay, on fait de la musique en autodidacte. François écoute. En huit tableaux, François Tremblay raconte comment il est devenu Arthur L’aventurier.

L’Oeil de cristal : « Un personnage du futur, le professeur Wow, revient sur terre grâce à une machine à voyager dans le temps. Il veut comprendre ce qui est arrivé, car la nature n’existe presque plus dans son univers. Sa mission est de ramener l’eau de la vie. Arthur l’aidera dans sa quête. C’est un film dont le budget est vingt fois plus important que ma première production. » Secrets de tournage : « L’Oeil de cristal existe vraiment. C’est le lac Cratère dans le Nouveau-Québec. Un météorite est tombé il y a 1,4 million d’années pour former cette grande cuvette qui s’est remplie d’eau de pluie. C’est une des eaux douces les plus pures de la planète. Les Inuits ont appelé ce lac l’Oeil de cristal parce qu’il ressemble vraiment à un œil. » La machine à voyager dans le temps est une voiture électrique conçue par une firme californienne, l’Aptera Motors. Elle ne sera cependant jamais mise en marché puisque l’entreprise a depuis abandonné ce projet. L’infographie en a fait une voiture volante. » Totem scout : « Saumon batailleur est le surnom qui me ressemblerait le plus. Le saumon ne ménage pas ses efforts pour retourner à sa source. » Trois films préférés : « Les Enfants du marais de Jean Becker, Les Petits Mouchoirs de Guillaume Canet, Les Aventuriers de l’arche perdue de Steven Spielberg. »

Loisirs d’enfance : « Je lisais beaucoup – Tintin, Astérix –, mais surtout j’écrivais. Mes parents m’avaient même acheté une petite machine à écrire portative que je traînais partout parce qu’il y avait rarement des enfants de mon âge. Je m’isolais et j’écrivais des histoires. C’était ma passion. L’écriture est ma vibration première. » Naissance d’un aventurier : « Adolescent, je capotais sur tout ce qui était nature et plein air. Je lisais beaucoup sur les plantes, les arbres, la biodiversité. Bref, une véritable passion qui m’a surtout été communiquée par mon père lorsque nous allions dans le bois. Cela va m’amener à étudier et travailler en foresterie. Mais la musique m’a rattrapé. J’en avais déjà fait à l’époque. J’avais même composé des chansons en anglais avec le dictionnaire sur les genoux. Je me suis donc inscrit à un cours de lancement d’entreprise. Un jour, j’ai eu l’« illumination » de créer un personnage qui s’adresserait aux enfants en chansons pour leur parler de nature et d’environnement. Je suis moi-même un grand enfant. Du coup, je faisais la synthèse de mon talent artistique : composer, écrire et enseigner. Je venais de trouver qui je voulais être. Arthur L’aventurier venait de naître. Cela fait quinze ans et je donne maintenant 130 spectacles par année. »

François Tremblay insiste pour rappeler que le succès d’Arthur L’aventurier est largement tributaire d’une équipe auprès de laquelle il trouve la force de préserver l’intégrité de son projet. Et si le cinéma n’existait pas? Peu importe, répond-t-il, « la nature est le plus beau des films ». Que le courant soit favorable à Saumon batailleur!

Arthur et le cinéma : « Je me suis vite rendu compte que les enfants sont très stimulés par l’image. J’ai eu l’idée d’amener la forêt dans le téléviseur, comme lorsque j’écoutais Daniel Boone quand j’étais jeune. Une image vaut mille mots, dit-on. C’était un levier pédagogique intéressant. Ma première vidéocassette a été Arthur le coureur des bois qu’on a tournée en trois jours avec un très petit budget. À la troisième production, mon personnage est devenu Arthur L’aventurier. Il était moins folklorique, plus contemporain. Il collait davantage aux jeunes. J’ai commencé à collaborer avec Alan Catto, un cinéaste d’expérience qui avait déjà travaillé pour TV5. Notre production charnière a été D’un océan à l’autre, une traversée du Canada avec nos familles. Ce film nous a donné nos lettres de noblesse. Depuis La Course au trésor, nos productions vidéo sont vendues à des dizaines de milliers d’exemplaires. » Fierté : « Arthur est demeuré intègre. Il veut démocratiser la nature pour les générations futures. On a construit des villes, mais on s’est coupé de notre source. La nature sera toujours la plus belle des choses. Arthur, ma mission de vie. D’une œuvre à l’autre, je la peaufine. Je suis un artiste pour enfants qui est devenu un artiste pour la famille. C’est ma grande fierté. »

Du 3 au 11 mars · www.FCEQ.ca

Le 5 mars, venez rencon trer ARTHUR L’AVE NTURIER en famille!

Billets en vente dè

s maintenant!


DU 3 AU 11 MARS

LE FESTIVAL DE CINÉMA POUR ENFANTS DE QUÉBEC PREMIÈRE ÉDITION Le Cinéma Le Clap a fait ses devoirs : voici la première édition du Festival de cinéma pour enfants de Québec. Il y a des films pour tous les goûts, mais surtout, pour tous les âges! Le cinéma, ce n’est pas seulement une histoire de grands! Nous sommes d’avis qu’il doit faire rêver nos enfants, les inspirer, leur en faire voir de toutes les couleurs. Alors, du 3 au 11 mars, venez donc célébrer le 7e art en famille! Cette année, la semaine de relâche scolaire, c’est au Cinéma Le Clap que ça se passe.

www.FCEQ.ca

Notre programmation! Le 5 mars, venez rencontrer

ARTHUR L’AVENTURIER en famille!

Le 7 mars, venez rencontrer

ATCHOUM LE CLOWN en famille!

Carte FCEQ pour enfant 25 $ Carte FCEQ pour adulte 35 $

5 FILMS

ARTHUR L’AVENTURIER · L’ŒIL DE CRISTAL

Québec. 2012. 55 min. Un film de Louis Grégoire, Jason Arbour et Dominique Jean. Arthur L’aventurier et le professeur Wow partent à la recherche d’un échantillon d’eau pure qui redonnera vie à la nature. Ce film musical réunit onze nouvelles chansons permettant aux enfants de découvrir quelques parcs nationaux du Québec, des animaux sauvages et le lac Cratère, appelé L’Oeil de cristal.

ATCHOUM EN CAVALE

Québec. 2010. 43 min. Un film de Charlie Mars. Atchoum s’ennuie. C’est palpitant la vie de tournée, mais ses amis du cirque lui manquent. Atchoum semble victime d’une attaque de nostalgie aigüe et la seule solution est de retrouver les siens. N’essayez pas de résister à sa fougue, c’est inutile. Embrassez l’inusité, le loufoque, le burlesque... Laissez-vous contaminer par sa folie contagieuse!

2ans

À PARTIR DE

2ans

LA BOUTIQUE DES PANDAS

À PARTIR DE

CARLITOS ET LES HÉROS DU STADE

À PARTIR DE

Chine. 1979. 39 min. Un film de Shen Zuwei et Zhou Keqin. Grand-père panda et son petit-fils tiennent une boutique bien achalandée. Ils ne ménagent pas leurs efforts pour satisfaire les désirs de leur clientèle qui va de la girafe à l’écureuil, en passant par l’hippopotame. Un programme de toute beauté en provenance des prestigieux studios d’animation de Shanghaï. Idéal pour une première séance de cinéma!

Espagne. 2008. 103 min. Un film de Jesus Del Cerro. Pour Carlitos et ses amis, l’orphelinat est un terrain de jeu idéal où ils peuvent se retrouver tous les jours. Quand l’équipe nationale de soccer arrive en ville, ils feront des pieds et des mains pour s’échapper de l’orphelinat afin d’assister aux séances d’entraînement de leurs idoles.

LA CLÉ DES CHAMPS

France. 2012. 81 min. Un film de Claude Nuridsany et Marie Pérennou. En vacances chez des cousins dans un village de la campagne française, un jeune garçon, rêveur et solitaire, cherche à dissiper son ennui. Il découvre alors une mare abandonnée qui devient bientôt son éden secret. Loin du monde des adultes, en observant la nature et les animaux, il apprivoise la vie.

| www.clap.ca |

À PARTIR DE

2ans 8ans

À PARTIR DE

5ans

Magazine Le Clap n° 171 du 11 1er mars avril 2012 – 13 Du 3 ·au marsau· 30 www.FCEQ.ca


Notre programmation! LE CLUB DES CROCODILES

Allemagne. 2009. 98 min. Un film de Christian Ditter. Hannes rêve de faire partie du Club des crocodiles. Pour y arriver, il devra risquer sa vie. Heureusement, il sera sauvé par Kai qui aimerait bien être admis dans le club lui aussi. Lorsque Kai sera témoin d’un vol, il parviendra à se faire accepter des crocodiles qui souhaitent mettre la main sur ces malfrats.

3D NUMÉRIQUE

À PARTIR DE

L’ÉLÈVE DUCOBU

À PARTIR DE

France. 2010. 100 min. Un film de Philippe de Chauveron. Ducobu s’est encore fait renvoyer d’une école. Pour éviter de finir en pension, il doit réussir à Saint-Potache. Il va devoir se surpasser pour mettre au point des tricheries ingénieuses et spectaculaires. M. Latouche, son redoutable professeur, sera un adversaire coriace.

FANTASTIQUE MAÎTRE RENARD

États-Unis. 2009. 87 min. Un film de Wes Anderson. Il n’est pas facile de demander à un rusé renard de changer ses habitudes! Maître Renard est un voleur de poulaillers. À la demande de sa femme, il cesse ses cambriolages, mais l’instinct refait surface. Le voilà qui planifie le vol du siècle avec Kylie, l’opossum, et Kristofferson, son neveu « chouchou ».

NUMÉRIQUE

er

À PARTIR DE

7ans

LA NUIT DES ENFANTS ROIS

À PARTIR DE

5ans

Jimbo Farrar possède une intelligence surhumaine et il contrôle les autres par la force de son esprit. Il n’a qu’un but : trouver d’autres prodiges comme lui. Il découvre alors cinq adolescents qu’il réunit à Central Park où ils sont sauvagement agressés. En état de choc, ils déchaînent leurs pouvoirs. Jimbo est le seul qui peut les arrêter... à moins qu’il ne décide de se joindre à eux.

13 ans

LE PETIT MATHÉMATICIEN

À PARTIR DE

Pays-Bas · Allemagne · Grande-Bretagne. 2005. 92 min. Un film de Willem van de Sande Bakhuyzen. Lepel, neuf ans, vit avec sa vilaine grand-mère Koppenol. Sa vie change le jour où il décide de se réfugier dans un grand magasin et rencontre Pleun, une jeune fille qui vit derrière un présentoir à cravates. Ensemble, ils recherchent les parents de Lepel.

Le Clap· n° 171 · du 1 mars au 30 avril 2012 3 au 11 mars www.FCEQ.ca 14Du– Magazine

8ans

À PARTIR DE

Grande-Bretagne · Inde · Belgique · Canada · Luxembourg · France. 2012. 87 min. Un film de Antoine Charreyron.

3D

5ans

FUCHSIA, LA PETITE SORCIÈRE

Pays-Bas. 2010. 84 min. Un film de Johan Nijenhuis. Une grande aventure peut parfois sortir d’un minuscule œuf... C’est ce que découvre Kwark le sorcier lorsqu’il en trouve un dans la forêt des Sorcières. De cet œuf naîtra une petite fille très spéciale qu’il appellera Fuchsia.

PRÉSENTÉ EN

8ans

LES CONTES DE LA NUIT

France. 2012. 84 min. Un film de Michel Ocelot. Tous les soirs, une fille, un garçon et un vieux technicien se retrouvent dans un cinéma abandonné plein de merveilles. Les trois amis inventent, se documentent, dessinent, se déguisent. Et ils jouent toutes les histoires dont ils ont envie pendant une nuit magique où tout est possible.

PRÉSENTÉ EN

À PARTIR DE

5ans

| www.clap.ca |


PREMIÈRE ÉDITION · DU 3 AU 11 MARS À PARTIR DE

5ans

À PARTIR DE

PROGRAMME DE COURTS MÉTRAGES D’ANIMATION DE L’ONF

Québec. De 1977 à 2011. 82 min. Ce programme rassemble neuf courts métrages d’animation : Les Yeux noirs (15 min), Sur la route (9 min), Dimanche (10 min), La Version de l’ours (4 min), Cot Cot (6 min), Cauchemar à l’école (9 min), Engin 371 (9 min), Asthma Tech (7 min) et Une courtepointe pour grand-maman (13 min). Souvenirs, voyages et amitiés!

PROGRAMME DE COURTS MÉTRAGES D’ANIMATION DE L’ONF

10 ans

Québec. De 2005 à 2011. 81 min. Ce programme rassemble sept courts métrages d’animation : Rose et Violet (26 min), Citrouille et vieilles dentelles (8 min), Imparfaite (12 min), Le Loup à poil (10 min), L’Invasion des crustacés de l’espace (7 min), Reviens au printemps (12 min) et Au pays des têtes (6 min). Univers étranges et attachants, attendrissants et loufoques.

À PARTIR DE

LES TROIS BRIGANDS

À PARTIR DE

UN MONSTRE À PARIS

À PARTIR DE

UNE VIE DE CHAT

5ans 5ans 5ans

Allemagne. 2007. 79 min. Un film de Hayo Freitag. Tiffany, une petite orpheline, fait la rencontre de trois vilains brigands. Ceux-ci volent les voyageurs des diligences qui croisent leur route, mais quand cette petite fille entre dans leur vie, les voilà qui s’attendrissent et deviennent de vrais pères de famille attentionnés. S’ensuit une grande aventure!

France. 2012. 85 min. Un film de Bibo Bergeron. Dans le Paris inondé de 1910, un monstre sème la panique. Traqué sans relâche par le redoutable préfet Maynott, il demeure introuvable... Et si la meilleure cachette était sous les feux de L’Oiseau rare, un cabaret où chante Lucille, la star de Montmartre au caractère bien trempé?

France. 2010. 70 min. Un film de Jean-Loup Felicioli et Alain Gagnol. Dino est un chat occupé. Le jour, il vit avec Zoé, la fille unique de Jeanne. La nuit, il escalade les toits de Paris en compagnie de Nico, un cambrioleur d’une grande habileté. Un soir, une poursuite s’engage jusqu’au petit matin. Tous les personnages vont se croiser, s’entraider ou se combattre, jusque sur les toits de Notre-Dame..

Merci à nos partenaires pour leur participation à cet événement.

| www.clap.ca |

Magazine Le Clap n° 171 du 11 1er mars avril 2012 – 15 Du 3 ·au marsau· 30 www.FCEQ.ca


Info-ciné Légendes V.F. Version française V.O.A. Version originale anglaise V.O.S.-T.F. Version originale avec sous-titres français V.O.S.-T.A. Version originale avec sous-titres anglais

Classement des films En attente de classement. Peut être vu par des personnes de tous âges. Ne peut être vu que par des personnes âgées de 13 ans et plus ou accompagnées d’une personne majeure. Ne peut être vu que par des personnes âgées de 16 ans et plus. Ne peut être vu que par des personnes âgées de 18 ans et plus. Le Magazine Le Clap dans votre boîte aux lettres! Pour la modique somme de 25 $ (taxes incluses) par année, vous pouvez recevoir le Magazine Le Clap à votre domicile. Contactez Marie Dubé au 418 653-2470, poste 128, pour plus de détails.

ESPACE PUBLICITAIRE NE PEUT ÊTRE JUMELÉE À AUCUNE AUTRE PROMOTION.

16

– Magazine Le Clap n° 171 · du 1er mars au 30 avril 2012

Les lecteurs du Magaz Réservez votre espace

| www.clap.ca |


Réduction étudiants

Tableau des tarifs Carte Abonne-Clap / 9 films Des frais de 3 $ par film s’appliquent pour les représentations en 3D.

Adulte ·························· 69,95 $ 65 ans et plus ················· 60,95 $ Étudiant·························· 49,95 $

Ajoutez l’option VIP pour 12,95 $

Cinéma pour groupe

(détails au www.clap.ca) RÉGULIER

Sur présentation de la carte de leur établissement d’enseignement, toutes les représentations dès 21 h sont au tarif de 6,25 $ pour les étudiants.

3D

Adulte ··························································· 10,75 $ lundi au jeudi (sauf les jours fériés) ·························· 8,75 $ vendredi avant 17 h (sauf les jours fériés) ················ 8,75 $

13,75 $ 11,75 $ 11,75 $

Âge d’or (65 ans et plus) ································ 8 $

11 $

Étudiant dès 21h (sur présentation de la carte d’étudiant) ·· 6,25 $ en tout temps ···················································· 7,50 $

9,25 $ 10,50 $

14 ans et moins ··············································· 7 $

10 $

0-18 mois ············································································ gratuit

Pour nous joindre 2360, chemin Sainte-Foy, Québec, QC, G1V 4H2 (la pyramide) Téléphone ..................................................... 418 653-2470 Horaire des films ............................... 418 653-2470, poste 1 Courriel ......................................................... leclap@clap.ca Site Internet ...................................................... www.clap.ca

Réservez au plus tôt une salle du Cinéma Le Clap et profitez de nos tarifs avantageux. Nous serons heureux de vous présenter le film de votre choix. Réservations : 418 653-2470, poste 127

Cinéma parents-bébés PARENTS, PRENEZ L’AIR ! Profitez de notre cinéma parents-bébés pour vous évader avec vos petits sans avoir à vous inquiéter. Lors de ces représentations adaptées, nous vous offrons un environnement tolérant. Bienvenue aux futurs cinéphiles ! (Gratuit pour les 0-18 mois)

Les réductions Les cartes Abonne-Clap, VIP et ClaPrivilège vous permettent d’obtenir des réductions de 10 à 25 % dans plusieurs établissements de Québec. Consultez la liste complète au www.clap.ca.

Les journées des abonnés Tous les lundis et jeudis, sauf les jours fériés, vous verrez votre invité admis pour seulement 3$ à la projection pour laquelle vous vous procurerez un billet.

zine Le Clap ont un niveau de scolarité supérieur et un revenu annuel élevé. Source : sondage SOM. Faites connaître votre entreprise et vos services… publicitaire dès maintenant ! Marie Dubé, 418 956-3729 · sans frais 1 800 361-2470, poste 128 · courriel : marie.dube@clap.ca

| www.clap.ca |

Magazine Le Clap n° 171 · du 1er mars au 30 avril 2012 –

17


Horaire au www.clap.ca ou 418 653-2470, poste 1

LA SOURCE DES FEMMES

Un film de Radu Mihaileanu · Du même réalisateur : Le Concert « D’une tonalité à la fois grave et joyeuse, le long métrage offre à une pléiade d’actrices d’origine maghrébine une partition chorale tonique et attachante. » (H. Lizé, Le Parisien)

Horaire au www.clap.ca ou 418 653-2470, poste 1

LES RÉVOLTÉS DE L’ÎLE DU DIABLE Un film de Marius Holst

FESTIVAL INTERNATIONAL DU FILM DE HAUSEGUND – AMANDA DU MEILLEUR FILM NORVÉGIEN « Un film puissant, plus glaçant que le désert neigeux dans lequel se déroule l’action. » (S. Walon, Le Monde)

France · Belgique · Italie Générique : France · Belgique · Italie. 2011. 136 min (V.O.F.). Comé-

Norvège · Suède · Pologne · France Générique : Norvège · Suède · Pologne · France. 2011. 120 min

die dramatique réalisée par Radu Mihaileanu. Scén. : Alain-Michel Blanc et Radu Milhaileanu. Int. : Leila Bekhti, Hafsia Herzi, Biyouna, Sabrina Ouazani, Saleh Bakri.

(V.O. norvégienne avec sous-titres français de Kongen av Bastøy). Drame réalisé par Marius Holst. Scén. : Dennis Magnusson et Eric Schmid. Int. : Stellan Skarsgård, Benjamin Helstad, Trond Nilssen, Kristoffer Joner.

Synopsis : Quelque part entre l’Afrique du Nord et le Moyen-Orient,

Synopsis : Âgé de dix-sept ans seulement, Erling, un jeune marin nou-

dans un village isolé, une jeune mariée déterminée propose aux autres femmes de faire une grève du sexe tant et aussi longtemps que les hommes n’accepteront pas d’apporter l’eau eux-mêmes au village.

vellement détenu dans le camp de redressement de l’île de Bastøy en Norvège, cause tout un émoi lorsqu’il incite les autres prisonniers à se rebeller contre l’autorité qui use de mesures disciplinaires strictes et brutales.

Notes : LA SOURCE DES FEMMES s’inscrit parfaitement dans la filmo-

Notes : Basé sur une véritable révolte qui a eu lieu en 1915, le nouveau long métrage de Marius Holst a remporté le prix Amanda du meilleur film au Festival international du film de Hausegund. Le grand acteur suédois Stellan Skarsgård partage la distribution avec des comédiens non professionnels dont certains ont eux-mêmes fait de la prison. (P.L.)

graphie du réalisateur Radu Mihaileanu. Ce dernier s’est doucement, mais sûrement, positionné sur la scène internationale par son courage et sa signature engagée. Un style enlevant et empreint d’humanité qui se transpose souvent en poésie à l’écran. Pas de misérabilisme ici, le cinéaste nous impose son optimisme et ose même la comédie malgré la lourdeur du sujet. (P.L.)

LA BALLADE DE L’IMPOSSIBLE

Un film de Tran Anh Hung · Du même réalisateur : L’Odeur de la papaye verte

LOTUS D’OR DU MEILLEUR FILM, LOTUS DU JURY ET LOTUS AIR FRANCE/PRIX DE LA CRITIQUE INTERNATIONALE - FESTIVAL DU FILM ASIATIQUE DE DEAUVILLE 2011 — LION D’OR ET PRIX SPÉCIAL DU JURY - MOSTRA DE VENISE 2010 « […] Empreint d’une poésie sombre posée sur des paysages lumineux, ce drame intimiste calligraphie avec délicatesse les corps et les âmes. » (A. Spira, Paris Match)

Japon Générique : Japon. 2010. 133 min (V.O. japonaise avec sous-titres français de Noruwei no mori). Drame réalisé par Tran Anh Hung. Scén. : Tran Anh Hung d’après le roman de Haruki Murakami. Mus. orig. : Jonny Greenwood (Radiohead). Int. : Rinko Kikuchi, Kenichi Matsuyama, Kiko Mizuhara, Kengo Kôra.

Synopsis : Japon, 1969. Pour Watanabe, le suicide de son camarade Kizuki est une grande perte. Et pour Naoko, la petite amie du disparu, le deuil est encore plus lourd. Watanabe et Naoko se retrouvent par hasard à Tokyo et commencent à se visiter les dimanches. Ultimement, ils font l’amour le soir des vingt ans de Naoko. Celle-ci disparaît ensuite sans laisser de trace. Lorsqu’il reçoit enfin une lettre de Naoko, il vient à peine de rencontrer Midori, belle, drôle et vive, qui ne demande qu’à lui offrir son amour.

Notes : LA BALLADE DE L’IMPOSSIBLE est une histoire d’amour et de deuil dont la sexualité est le centre de gravité. (C.G.)

18

– Magazine Le Clap n° 171 · du 1er mars au 30 avril 2012

| www.clap.ca |


Horaire au www.clap.ca ou 418 653-2470, poste 1

HUNGER GAMES - LE FILM Un film de Gary Ross · Du même réalisateur : Bienvenue à Pleasantville

États-Unis Générique : États-Unis. 2012. (V.F. de The Hunger Games). Drame de science-fiction réalisé par Gary Ross. Scén. : Gary Ross et Suzanne Collins d’après son roman. Int. : Jennifer Lawrence, Josh Hutcherson, Liam Hemsworth, Elizabeth Banks, Donald Sutherland, Woody Harrelson.

Synopsis : Dans les ruines de ce que fut l’Amérique du Nord, la nation de Panem organise chaque année les cruels Hunger Games. Ces jeux télévisés désignent 24 adolescents entre douze et dix-huit ans qui doivent s’affronter jusqu’à ce qu’il ne reste qu’un survivant.

LE CORBEAU

Un film de James McTeigue · Du même réalisateur : V pour Vendetta « L’intrigue comporte des éléments d’une demi-douzaine des titres les plus connus d’Edgar Allan Poe. » (Le Clap)

États-Unis · Hongrie · Espagne Générique : États-Unis · Hongrie · Espagne. 2012. 111 min (V.F. de The Raven). Drame d’horreur réalisé par James McTeigue. Scén. : Ben Livingston et Hannah Shakespeare. Mus. : Lucas Vidal. Int. : John Cusack, Luke Evans, Alice Eve, Brendan Gleeson, Brendan Coyle.

Notes : HUNGER GAMES - LE FILM s’inspire de l’œuvre de Suzanne Collins qui s’est vendue à douze millions d’exemplaires. Cette trilogie de sciencefiction s’inscrit dans la tradition des romans jeunesse à succès comme Harry Potter ou Twilight. Une trentaine de jeunes actrices, parmi les plus populaires à Hollywood, ont été approchées pour jouer le rôle de Katniss. Gary Ross (Bienvenue à Pleasantville) a eu un bel appui sur le plateau : Steven Soderbergh a été le réalisateur de la seconde équipe de tournage. (N.L.) « HUNGER GAMES - LE FILM s’inspire de l’œuvre de Suzanne Collins qui s’est vendue à douze millions d’exemplaires. » (Le Clap)

DE BON MATIN

Un film de Jean-Marc Moutout · Du même réalisateur : La Fabrique des sentiments « Darroussin se dote d’une puissance et d’une subtilité de jeu qui font merveille. » (P. Mérigeau, Le Nouvel Observateur)

France · Belgique Générique : France · Belgique. 2011. 91 min (V.O.F.). Drame réalisé par Jean-Marc Moutout. Scén. : Jean-Marc Moutout, Olivier Gorce et Sophie Fillières. Int. : Jean-Pierre Darroussin, Valérie Dréville, Xavier Beauvois. Synopsis : Un matin comme les autres, Paul se rend au travail à la Ban-

Synopsis : Au XIXe siècle, l’écrivain Edgar Allan Poe aide un jeune détective de Baltimore à dénicher un tueur en série qui s’inspire des écrits du célèbre auteur pour commettre d’horribles meurtres. L’enquête se transforme en course contre la montre lorsqu’une amie proche de Poe est visée par l’assassin.

Notes : Mélange entre Sorti de l’enfer et C’était demain (dans lequel le romancier H.G. Wells affrontait Jack l’Éventreur), LE CORBEAU profite de la mise en scène très stylisée de James McTeigue (V pour Vendetta) et de l’intensité de John Cusack, dont le front dégagé ressemble à s’y méprendre à celui d’Edgar Allan Poe! Le scénario reprend à son compte le point de départ de Double assassinat dans la rue Morgue de Poe, considéré comme le premier roman policier, puis insère ingénieusement dans l’intrigue des éléments d’une demi-douzaine des titres les plus connus de l’auteur (Ligeia, Le Cœur révélateur, Le Puits et le pendule, etc.). (A.C.) | www.clap.ca |

que internationale de commerce et de financement. Il s’introduit dans une salle de réunion, puis ouvre le feu sur deux de ses patrons. Enfermé dans son bureau, Paul revoit des moments de sa vie et les événements qui l’ont conduit à commettre cet acte horrible.

Notes : En 2004, à la radio, Jean-Marc Moutout entend parler d’un fait divers relatant la perte de raison d’un travailleur suisse qui a tué deux collègues plus jeunes que lui. Hanté par cette histoire, le cinéaste entreprend l’écriture du scénario de son nouveau film, DE BON MATIN. Une exploration chirurgicale de l’âme d’un homme « abattu » par le milieu qui lui avait tout donné. (P.L.)

Magazine Le Clap n° 171 · du 1er mars au 30 avril 2012 –

19


LE CINÉMA VU PAR... DANY LAFERRIÈRE Ni avec lui. Ni sans lui. C’est ainsi qu’on pourrait décrire la relation que le romancier Dany Laferrière entretient avec le cinéma. Il conserve une mémoire précise des moments que celui-ci lui fait vivre mais avoue du même souffle qu’il « entre dans un cinéma comme on entre dans un bar ». Le métier d’acteur ne lui dit rien, mais il rappelle qu’il a joué un petit rôle dans Le Violon rouge de François Girard et qu’on peut voir un exemplaire de son livre L’Énigme du retour dans Monsieur Lazhar de Philippe Falardeau. Propos d’un écrivain qui ne veut pas devenir un « notable ». Le Clap : Quel est votre premier souvenir cinématographique? Dany Laferrière : Je devais avoir cinq ou six ans. Je vivais à Petit-Goâve avec ma grandmère et pour aller au cinéma, il fallait se rendre à Port-au-Prince où je retrouvais ma mère. Le film s’appelait Le Prince esclave, mais je n’en ai gardé aucun souvenir. Par contre, je me souviens que mes tantes étaient excitées et très bien habillées. C’était un moment à la fois étrange et magnifique. Le Clap : Et qu’en est-il de l’adolescence? D.L. : Le cinéma était une occasion de sortir avec les amis, surtout le dimanche matin alors qu’il y avait des matinées précédées de groupes de musique. On y présentait des films de cape et d’épée ou des westerns. On chahutait. C’était des moments tout à fait dans l’esprit de Cinéma Paradiso (Giuseppe Tornatore, 1989), une fête où on retrouvait convivialité et émotion collective.

PAR

SERGE PALLASCIO

D.L. : Si le cinéma n’existait pas, j’aurais créé un cinéma intérieur. Le Clap : On retrouvera sûrement votre nom dans les dictionnaires, quelle notice aimeriez-vous y lire? D.L. : « Mais qu’est-ce que tu fais ici? Es-tu devenu un notable? Je te croyais contre tout cela ». J’ai peur de devenir un notable. C’est le grand danger de l’Art qui est sensé être subversif. Un artiste doit disparaître pour pouvoir observer. Il doit tout à la foule qui lui donne sa matière, son humus. Quand l’artiste est vu, on le regarde, on lui demande des conseils, il devient un notable. On dira que ce que je dis est contradictoire avec ce que je suis. En fait, on croit me voir, mais je regarde.

Dany Laferrière entretient cette passion du regard dans les hôtels des différentes villes où il réside. « J’aime les chambres d’hôtel », avoue-t-il. « On vit avec quelqu’un qui n’est pas là. C’est la femme de chambre. Elle connaît toutes nos habitudes : notre façon de manger les oranges, les livres qui traînent, le verre de vin à moitié plein ». L’écrivain y voit « une vague idée du paradis ». Dany Laferrière est un homme-écran.

Le Clap : Quel est le film qui scelle définitivement votre relation avec le cinéma? D.L. : Mort à Venise (Luchino Visconti, 1971). J’ai compris qu’il y avait dans ce film quelque chose qui s’adressait à plus grand en nous que l’émotion immédiate. Par la suite, je suis arrivé à Montréal et j’ai découvert le cinéma de Woody Allen. J’étais très impressionné par son style de narration. Il apparaissait à l’écran et s’adressait directement au spectateur dans la salle. Ses films entremêlaient vie personnelle et vie rêvée jusqu’à nous étourdir. Woody Allen, c’est Alice au pays des merveilles. Le Clap : Quel est celui de ces trois films de Woody Allen que vous préférez, Manhattan, Annie Hall ou La Rose pourpre du Caire? D.L. : Manhattan est un grand film. Tout est là – la ville, l’autodérision, la claustrophobie, l’esthétique – dans un goût de faire plus grand que lui-même. Mais Annie Hall, c’est un cornet de crème glacée. C’est le plaisir, uniquement le plaisir. Le Clap : Que demandez-vous à un film? D.L. : Je ne demande rien à personne et surtout pas à un film. J’évite de me demander des choses à moi-même. Je ne demande pas. J’attends que le film se révèle lui-même. Je ne suis pas du genre à être déçu. Je me demande plutôt qu’est-ce qui s’est passé, qu’est-ce que le film veut nous dire, que veut-il de moi? L’artiste n’a jamais tort. Le Clap : Quels films devrait-on regarder pour comprendre votre géographie intérieure? D.L. : The Deer Hunter de Michael Cimino (1978) avec Robert De Niro pour son travail sur le paysage et sa réflexion sur la guerre. C’est LE grand film américain. Ensuite, je choisirais Annie Hall (1977) pour sa grâce et Les Enfants du paradis de Marcel Carné (1943) pour son amplitude. Enfin, Casablanca (Michael Curtiz, 1942) pour son romantisme. Ces quatre films donnent un bon aperçu de mon esthétique. Le Clap : Vous avez déjà été très proche du cinéma québécois. Quelles seraient, selon vous, sa principale force et sa principale faiblesse? D.L. : La force du cinéma québécois d’aujourd’hui est qu’il se cherche dans toutes les directions sans complexe. Sa faiblesse est que son public est devenu trop complaisant. Le cinéma est devenu une affaire nationale au Québec. On veut tellement que les films soient un succès que je ne sens plus l’esprit critique dont le cinéma a besoin. Heureusement, il y a des films comme Incendies de Denis Villeneuve (2010).

« Je ne demande pas. J’attends » LE MUSÉE IMAGINAIRE DE DANY LAFERRIÈRE Un auteur : Jorge Luis Borges, l’esprit le plus fin de tous les temps. Une œuvre littéraire : Les Liaisons dangereuses de Choderlos de Laclos. Une œuvre musicale : Les poèmes d’Aragon chantés par Léo Ferré. Un artiste visuel : Le peintre haïtien Hector Hyppolite. Une œuvre visuelle : Le Gilles de Watteau. C’est le triomphe de la candeur. Un lieu géographique : Une chambre d’hôtel.

Le Clap : Vous complétez la phrase suivante « Si le cinéma n’existait pas… »

20

– Magazine Le Clap n° 171 · du 1er mars au 30 avril 2012

| www.clap.ca |


Horaire au www.clap.ca ou 418 653-2470, poste 1

SOUS TERRE Un film de Agnieszka Holland

France · Allemagne · Pologne · Canada Générique : France · Allemagne · Pologne · Canada. 2011. 145 min (V.O. multilingue avec sous-titres français de In Darkness). Drame historique de Agnieszka Holland. Scén. : David F. Shamoon, d’après l’œuvre de Robert Marshall. Int. : Weronika Rosati, Alexandre Levit, FrankMichael Köbe.

Synopsis : Leopold Socha, un égoutier polonais, est le genre d’homme qui trempe dans des histoires un peu louches. Lorsqu’on lui propose d’aider les Juifs du ghetto de Lvov alors que sévit la Deuxième Guerre mondiale, c’est d’abord par intérêt financier qu’il se trempe dans l’affaire.

| www.clap.ca |

Moyennant une somme d’argent, il leur trouve une cachette dans les canaux souterrains. Cependant, au fil des rencontres, sa position change; il est déterminé à sauver ces hommes, ces femmes et ces enfants de l’extermination. Pour cela, il est prêt à de grands sacrifices.

Notes : Agnieszka Holland, réalisatrice polonaise prolifique, est reconnue pour ses films à teneur politique. SOUS TERRE est l’histoire vraie de Leopold Socha, un Polonais qui passa de voleur à héros. (C.G.) « Un film empli d’humanité, qui nous rappelle que nous sommes tous égaux. » (Le Clap)

Magazine Le Clap n° 171 · du 1er mars au 30 avril 2012 –

21


ENTREVUE AVEC JEAN-CLAUDE COULBOIS

PAR

CLAIRE GOUTIER

S’entretenir avec Jean-Claude Coulbois, réalisateur du documentaire MORT SUBITE D’UN HOMME-THÉÂTRE, c’est « tomber en amour » avec le comédien Robert Gravel. Il nous parle avec affection, voire admiration, du comédien et de l’auteur bien connu du public pour ses rôles au petit écran, son théâtre expérimental et ses textes tragicomiques. Son documentaire trace le portrait d’un homme inspirant, puisant sa force dans son étonnante lucidité.

Le Clap : Pourquoi un film sur le théâtre de Robert Gravel? Jean-Claude Coulbois : Selon moi, Robert Gravel est un des meilleurs dialoguistes de fiction québécoise. Ses textes sont très bien écrits, il puise dans le tragicomique… Il est du même niveau que Réjean Ducharme écrivant Les Bons Débarras, mais avec un autre langage. Le théâtre, en général, ne laisse pas de traces, ce sont donc seulement ceux qui étaient présents aux représentations qui s’en souviennent. Ce qui fait que réussir à faire ce film, c’était comme faire un film sur la mémoire dans un pays Alzheimer.

Le Clap : Qui était Robert Gravel? Quel est son héritage?

J.-C.C. : Robert Gravel s’est démarqué grâce à ses nombreux rôles. Il était humainement généreux et curieux. Vers la fin de sa vie, il s’était mis davantage à l’écriture et son regard lucide et perçant reste toujours actuel. Il a notamment montré comment les gens meurent dans notre société, et surtout de quoi. Ses textes abattent encore les tabous. C’est très audacieux. Et c’est troublant de voir que rien n’a changé. Son héritage? Probablement la modernité. Robert Gravel était un comédien frondeur, baveux. Il a changé des règles, « déconstipé » les gens. Il a rendu le théâtre populaire et interactif. Il nous a laissé un message : nous pouvons tout faire. Il faut oser.

J.-C.C. : J’ai commencé à tourner des images avec Robert Gravel au printemps 1996. Le tournage s’était tellement bien passé que nous avions ajouté des jours de prises de vue, puis prévu une autre session pour l’automne. Le 12 août de la même année, Robert Gravel s’éteignait. J’ai mis le film au rancart, car l’objectif n’était pas de rendre un hommage post-mortem. Ce n’est que quelques années plus tard, en croisant Luc Senay, que j’ai réalisé que j’étais le seul à posséder des images de Robert Gravel dans son théâtre. Mon deuil était terminé, rien sur le théâtre de Robert Gravel n’existait, alors… j’ai ressorti mes séquences et mes notes. Mais comment finir le film sans l’homme de théâtre? Il y a eu une longue période de recherche, tant d’informations que de financement. J’ai trouvé des archives en or, des captations de ses pièces et des photographies. J’ai essayé d’entrer dans la tête de Robert Gravel à l’aide d’entrevues avec de proches collaborateurs. Le Clap : La mort subite de Robert Gravel a-telle influencé votre film?

J.-C.C. : Dans mon travail, en tant que documentariste, je m’intéresse aux métamorphoses. Je l’ai fait avec mon film sur René Daniel, qui passait de comédien à historien politique autodidacte. À l’origine, pour le film sur Robert Gravel, je m’intéressais à la question : pourquoi un comédien reconnu devient-il dramaturge? Pourquoi le comédien laissait-il la place à l’auteur? Le film est donc le résultat d’une première démarche qui s’est transformée sur une longue période. Le Clap : D’où vous vient cet intérêt pour le théâtre?

Sa disparition a été une grande perte pour de nombreux comédiens de renom dont Guylaine Tremblay, Alexis Martin, Luc Senay et Jacques L’Heureux, qui viennent en témoigner dans mon film.

Le Clap : Robert Gravel est décédé en 1996. Le film voit le jour seize ans plus tard. Quelles sont les circonstances qui ont retardé la sortie du film?

J.-C.C. : Le théâtre, c’est le miroir de la société. Robert Gravel faisait du théâtre de création, et son théâtre renvoyait un regard critique et amoureux. Le film parle de Robert Gravel, mais celui-ci fait lui-même partie de l’histoire collective. J’aborde entre autres l’importance qu’il a eue au-delà de son rôle personnel.

Jean-Claude Coulbois est un réalisateur d’origine française. En 1966, alors qu’il est étudiant en France, il voit le film Le Règne du jour de Pierre Perrault. Il est subjugué par l’œuvre. Même s’il comprend le phénomène « caméra à l’épaule », il ne conçoit pas que le film soit improvisé dans sa totalité. Il arrive à Montréal en 1968 et vient y étudier le cinéma. Il touche un peu à tout, mais préfère le montage, là où il peut réellement toucher à l’écriture cinématographique. Marqué par le théâtre et le cinéma direct, il tente de faire du cinéma-théâtre. Pour ce faire, il s’introduit dans les salles de répétition qu’il considère comme un fantastique laboratoire de sciences humaines.

22

– Magazine Le Clap n° 171 · du 1er mars au 30 avril 2012

| www.clap.ca |


s e r i a t n e m U DOC MORT SUBITE D’UN HOMME-THÉÂTRE Un film de Jean-Claude Coulbois · Du même réalisateur : Un sur mille « […] des témoignages émouvants des membres de la famille théâtrale de Robert Gravel [...] » (Le Clap)

Québec Générique : Québec. 2011. 83 min. (V.O.F.). Documentaire écrit et réalisé par Jean-Claude Coulbois. Int. : Robert Gravel, Jacques L’Heureux, Guylaine Tremblay.

DÉRAPAGES

Un film de Paul Arcand · Du même réalisateur : Québec sur ordonnance « L’animateur-cinéaste ratisse large et ouvre la discussion sur l’âge d’obtention du permis de conduire en dressant un portrait de la situation ailleurs dans le monde. » (Le Clap)

Québec Générique : Québec. 2012. 90 min (V.O.F.). Documentaire écrit et réalisé par Paul Arcand. Notes : Dans ce troisième documentaire, Paul Arcand explore le phé-

Notes : Passionné de théâtre, Jean-Claude Coulbois signe ici son cinquième documentaire consacré à l’art scénique québécois et ses créateurs. C’est en 1996 qu’il commence à suivre et filmer Robert Gravel durant son travail. Malheureusement, le réalisateur doit mettre son projet sur la glace quelques mois après le début du tournage quand l’homme de théâtre meurt subitement. Plusieurs années après, le cinéaste choisit d’achever le portrait du fondateur de la Ligue nationale d’improvisation (LNI), un homme qui aimait expérimenter et déranger avec ses œuvres. Grâce au matériel recueilli en 1996, à d’autres documents d’archives et à des témoignages émouvants des membres de la famille théâtrale de Gravel, Coulbois a pu terminer son film. (P.-H.M.)

OVER MY DEAD BODY Un film de Brigitte Poupart « Refusant les tabous et déjouant une fin annoncée, OVER MY DEAD BODY est un fascinant journal intime, qui allie les témoignages de ses proches et les principales réalisations du créateur. »

nomène de la vitesse au volant chez les jeunes. DÉRAPAGES prend pour assise la tragédie du 10 octobre 2010, à Drummondville, où quatre jeunes sont morts dans un accident impliquant la vitesse et l’alcool. Avec sa facilité à faire parler les gens, Paul Arcand reçoit les confidences des jeunes. Certains ont perdu des amis, d’autres ont eux-mêmes été des chauffards. Que faire quand ni les publicités agressives de la SAAQ ni les lois plus sévères ne semblent influencer les conducteurs de 16 à 24 ans? Les jeunes d’aujourd’hui sont-ils si différents de ceux des générations passées, se demande aussi Paul Arcand... L’animateur-cinéaste ratisse large et ouvre la discussion sur l’âge d’obtention du permis de conduire en dressant un portrait de la situation ailleurs dans le monde. (M.C.)

INTIMIDATION Un film de Lee Hirsch

« Le plus choquant est de constater que ces comportements violents sont souvent considérés comme normaux. » (R. Scheib, Variety)

Québec Générique : Québec. 2011. 80 min (V.O.F.). Documentaire écrit et réa-

États-Unis Générique : États-Unis. 2011. 99 min (V.F. de The Bully Project). Docu-

lisé par Brigitte Poupart. Avec Dave St-Pierre. Mus. orig. : Misteur Valaire.

mentaire réalisé par Lee Hirsch.

Synopsis : « Danseur et chorégraphe, Dave St-Pierre est encensé tant par la

Notes : L’intimidation chez les adolescents est un sujet chaud en ce

critique que par le public. Ses pièces innovantes et subversives font le tour de l’Europe. Toutefois, la vulnérabilité de son corps le rattrape. Dave St-Pierre, 34 ans, est atteint de fibrose kystique. L’espérance de vie moyenne est de 37 ans et les médecins ne lui donnent que deux ans à vivre s’il ne reçoit pas de greffe de poumons. Sous le signe de l’urgence, son amie et complice, la metteure en scène et comédienne Brigitte Poupart nous plonge dans le quotidien de celui qui, à tout moment, espère l’appel du médecin. Liés par l’art et l’amitié, tous deux s’offrent un espace au centre duquel la création émerge comme un geste vital. Refusant les tabous et déjouant une fin annoncée, OVER MY DEAD BODY est un fascinant journal intime, qui allie les témoignages de ses proches et les principales réalisations du créateur. »

moment au Québec et ce film très pertinent l’aborde de front. Le cinéaste new-yorkais Lee Hirsch a suivi les familles de cinq ados âgés entre onze et seize ans, aux États-Unis, pendant une année scolaire. Parmi ces adolescents (trois garçons et deux filles), constamment harcelés à l’école, deux se sont suicidés. Le film trace un portrait alarmant et impitoyable du type de violence physique et psychologique que subissent ces enfants, mais il montre aussi comment la sensibilisation, la solidarité et l’entraide peuvent unir une communauté pour lutter contre ce fléau qui touche treize millions d’Américains. Un film nécessaire, dur et touchant qui ne peut laisser indifférent. (A.C.)

| www.clap.ca |

Magazine Le Clap n° 171 · du 1er mars au 30 avril 2012 –

23


DOCU LES ÉQUILIBRISTES Un film de Violette Daneau

Générique : Québec. 2012. 92 min (V.O.F.). Documentaire réalisé par Violette Daneau. Mus. orig. : Robert Marcel Lepage.

Notes : « Road movie intérieur, le long métrage documentaire LES ÉQUILIBRISTES s’incarne à travers la quête de la réalisatrice qui, à l’âge de 7 ans, fait le deal de son enfance. “ Mon Dieu s.v.p., laissez-moi vivre jusqu’à vingt 20 ans ”. Aujourd’hui à 59 ans… Elle questionne la mort à travers des rencontres avec des gens qui sont en relation avec elle, soit par des rituels, soit par leurs activités professionnelles, leurs traditions ou leur état de santé. »

NTE PRÉVSELES FILMS

OU N Voyez T TIVAL ITALIE DU FESur seulement po

5$

4

fin re prend Cette off ril 2012. le 2 av

Le Québec, le Cinéma à de lie Ita d’ at ul e, ns À l’initiative du co s’associer, pour une cinquième anné un r Clap est heureux de lien de Montréal afin de présente . 11 ita l’Institut culturel el du festival Annecy Cinéma Italien 20 nn panorama exceptio

QUAIS-BLUES Un film de Richard Lavoie Du même réalisateur : Charles Daudelin Générique : Québec. 2011. 100 min (V.O.F.). Documentaire réalisé par Richard Lavoie.

X

RDIA

SERICO SETTE OPERE DI MI

MALEDIMIELE

ET IN TERRA PA

CORPO CELESTE

Notes : « QUAIS-BLUES témoigne de l’indignation et de la lutte de nombreux riverains et pêcheurs pour sauver leurs quais. C’est le combat d’une minorité, peut-être, mais il nous concerne tous : nous assistons, dans l’ignorance si ce n’est dans l’indifférence, à la disparition d’un large secteur de notre patrimoine maritime. »

ricordia Sette opere di mise

n. Serio. 2011. 103 mi un vieux monsieur et Massimiliano De rencontrer Antonio, va e, ’il est rvi su sa ur Réalisé par Gianluca po le, on s’apercevra qu te à tout nte clandestine prê nt cruelle et misérab sce vie de ole ad ue e oq un ipr ta, réc na e Lumi la survi Quand la lutte pour proche de la mort. umanité... d’h in br un e îtr na ir vo encore possible de

Maledimiele

TRENTE TABLEAUX Un film de Paule Baillargeon De la même réalisatrice : Claude Jutra, portrait sur film Générique : Québec. 2011. 82 min (V.O.F.). Documentaire réalisé par Paule Baillargeon.

Notes : « Ces trente tableaux, qui parfois s’animent sous nos yeux, dressent le portrait d’une vie rebelle et douce à la fois. Autobiographie que ce film? Plutôt un conte authentique, imprévisible et unique comme le sont toutes les vies. »

LES ÉTATS-UNIS D’AFRIQUE Un film de Yanick Létourneau Du même réalisateur : Je porte le voile Générique : Québec. 2011. 100 min (V.O.F.). Documentaire réalisé par Richard Lavoie.

Notes : « LES ÉTATS-UNIS D’AFRIQUE suit la quête d’un pionnier du hip-hop africain, Didier Awadi, dans la réalisation d’un album en hommage aux leaders de la conscience noire qui se sont battus pour l’idéal d’une Afrique unie et indépendante. »

24

– Magazine Le Clap n° 171 · du 1er mars au 30 avril 2012

bord un s’installe en elle: d’a zzi. 2010. 106 min. à petit, un mal-être l’anorexie… Un accompatit Pe . Réalisé par Marco Po ale rm no e de cent vitable dans l’abysse ne une vie d’adoles Sara, seize ans mè la nourriture, une chute lente mais iné voyeurisme. ni de e, us régime, puis le ref ie, sans complaisanc ension de la malad gnement dans la dim

Et in terra pax

min. rColuccini. 2011. 94 al et violence, ses jou Botrugno et Daniele exception, entre de e un … s es pa ud st e bit n’ ha Réalisé par Matteo s rco ste codes ». Ma rser ses tri ile d’échapper aux « urtant venir bouleve Dans cette cité, diffic mble immuable. Un événement va po se nées s’égrènent. Tout

Corpo celeste

ntée, min. ssés en Suisse. Tourme hrwacher. 2011. 98 alie après dix ans pa l’It de d su Réalisé par Alice Ro re. au u gè ea ntir étran de nouv e, pourtant, à se se te pour s’acclimater Marta, treize ans, lut entive aux sons, aux odeurs, elle continu att elle observe la ville,

Scialla!

re, n. uno, un ami de sa mè co Bruni. 2011. 95 mi quelque temps à Br e. ur po é Réalisé par Frances nfi co t es lic repère face sensible et comp in de vie mais sans Luca, adolescent ple ié dans des cours à domicile. Un face à ug ancien professeur réf

Sulla strada di casa

n. minelle, jusqu’au Corapi. 2011. 83 mi une organisation cri ur po le mu Réalisé par Emiliano la re fai e de prise, Alberto accept Pour sauver son entre tension. us so jour où… Un polar | www.clap.ca |


Elio Petri

IVE

CT RÉTROSPE

105 min. L’Assassino · 1961. 62. 100 min. I giorni contati · 19 1967. 99 min. A ciascuno il suo · 120 min. Todo modo · 1976.

SCIALLA!

SULLA

STRADA DI CASA

TATANKA

TUTTI AL MARE

Tatanka

n leitmotiv da n. fieuses. Il trouvera so gliardi. 2011. 100 mi ma s Ga e ine pp mb se co Giu x r au pa r Réalisé rçon tente d’échappe camorra, un jeune ga Dans les fiefs de la contre-courant. la boxe. Un destin à

ns

Tutti al mare

id’un repas d’une ba le temps d’un café, rami. 2011. 95 min Ce re, o toi tte his Ma n r . so pa lée rte sé ca Réali maine tendre et dé Maurizio, chacun po ue. Une comédie hu rd de la mer. Chez Une journée au bo nde se mélange, s’exprime sans reten mo gnade. Tout ce petit

tres franç lienne avec sous-ti ita e al in ig or n io rs tés en ve stival sont présen Tous les films du fe

| www.clap.ca |

ais.

EN COLLABORATIO

N AVEC

Magazine Le Clap n° 171 · du 1er mars au 30 avril 2012 –

25


Horaire au www.clap.ca ou 418 653-2470, poste 1

TITANIC 3D

Un film de James Cameron · Du même réalisateur : Avatar « Le spectateur est au cœur de la foule du port de Southampton, ou en haut du paquebot coulant à pic. Vertigineux. » (C. Ramoné, L’Express)

Horaire au www.clap.ca ou 418 653-2470, poste 1

ANGÈLE ET TONY Un film de Alix Delaporte

PRIX MICHEL D’ORNANO 2010 – MEILLEUR PREMIER FILM FRANÇAIS « Cette histoire de reconstructions affectives est racontée avec tact, sans effets ni sentimentalisme. » (J.-L. Douin, Le Monde)

États-Unis Générique : États-Unis. 2012. 194 min (V.F.). Drame écrit et réalisé par

France Générique : France. 2011. 87 min (V.O.F.). Drame réalisé par Alix Dela-

James Cameron. Int. : Leonardo DiCaprio, Kate Winslet, Billy Zane.

porte. Scén. : Alix Delaporte. Mus. orig. : Mathieu Maestracci. Int. : Clotilde Hesme, Grégory Gadebois, Lola Dueñas.

Synopsis : C’est en 1912, à bord du Titanic, le plus majestueux paquebot du monde, que Rose et Jack se rencontrent. Leur appartenance à des classes sociales différentes ne les empêche pas de tomber éperdument amoureux. Mais le drame survient lorsque le navire entre en collision avec un iceberg et cause un tragique naufrage.

Synopsis : Angèle, ex-détenue, belle et sauvage. Tony, marin pêcheur, solitaire. Leurs chemins se croisent dans un port de Normandie. Le désir de Tony, farouchement refoulé, prend forme. Il ne peut y croire. L’amour se pointe dans la vie de cet homme seul qui n’avait encore jamais éprouvé ce sentiment.

Notes : Le jour est enfin venu de revivre l’épique aventure du Titanic sur grand écran et en 3D! Tout dans cette histoire d’amour, une des plus célèbres du cinéma, est intensifié par la qualité inégalée de l’image. Si les effets spéciaux du film original étaient déjà impressionnants, ici, chaque plan est fabuleusement optimisé. Un grand classique revisité qui promet de faire revivre ce drame avec encore plus d’intensité! (N.B.)

DES VENTS CONTRAIRES

Un film de Jalil Lespert · Du même réalisateur : 24 mesures « Jalil Lespert filme au plus près des visages, traquant les stigmates des coups portés par la vie. » (P. Jambet, Première)

Notes : Pour ce premier long métrage, Alix Delaporte s’est inspirée des marins pêcheurs rencontrés dans sa tendre enfance. Elle nous fait vibrer au rythme d’une histoire d’amour improbable, celle d’Angèle et Tony, et nous entraîne dans un véritable tourbillon de sentiments. L’alchimie entre les acteurs – mais aussi au sein de l’équipe de production – est un élément essentiel pour l’ancienne journaliste qui a suivi un chemin peu commun pour en arriver au métier de cinéaste. (D.L.)

LA DAME

Un film de Luc Besson · Du même réalisateur : Nikita « Un film qui place la dimension romantique au cœur d’un combat pour la liberté. Ce caractère absolu et parfois implacable pourra déranger. Il n’en a pas moins quelque chose de profondément émouvant. » (P. Vavasseur, Le Parisien) « Michelle Yeoh a trouvé le rôle de sa vie dans LA DAME. » (C. Vié, 20 minutes)

France

France · Royaume-Uni

Générique : France. 2011. 91 min (V.O.F.). Drame psychologique réa-

Générique : France · Royaume-Uni. 2011. 135 min (V.F. de The Lady).

lisé par Jalil Lespert. Scén. : Jalil Lespert, Marion Laine et Olivier Adam d’après son roman. Mus. : David François Moreau. Int. : Benoît Magimel, Isabelle Carré, Antoine Duléry, Marie-Ange Casta, Audrey Tautou.

Drame biographique réalisé par Luc Besson. Scén. : Rebecca Frayn. Int. : Michelle Yeoh, David Thewlis, William Hope.

Synopsis : LA DAME, c’est la vie d’Aung San Suu Kyi, élue à la tête Synopsis : Un an après la mystérieuse disparition de sa femme médecin, un écrivain déménage avec ses deux enfants à Saint-Malo, sa ville natale, où il espère prendre un nouveau départ.

de la Birmanie, en 1990. Rapidement, la junte militaire annule le scrutin, reprend le pouvoir et l’assigne à résidence pendant quinze ans. Aujourd’hui libérée, la lauréate du prix Nobel de la paix, en 1991, continue son combat pour la démocratie.

Notes : Jalil Lespert, réalisateur et comédien (Ressources humaines, Le Petit Lieutenant), renoue avec Benoît Magimel, qu’il avait dirigé dans son premier film, 24 mesures, pour façonner le personnage d’un homme brisé et rongé par le doute qui parvient à s’en sortir grâce au solide attachement qu’il voue à ses enfants. La présence marquée d’Isabelle Carré et celle, plus évanescente, d’Audrey Tautou viennent renforcer ce drame intimiste qui s’articule autour d’une disparition inquiétante. (A.C.)

26

– Magazine Le Clap n° 171 · du 1er mars au 30 avril 2012

Notes : C’est l’actrice Michelle Yeoh qui a convaincu Luc Besson de s’intéresser à l’histoire de la militante birmane. Le cinéaste, connu pour son amour des personnages féminins forts, s’est rapidement emballé pour cette héroïne. Le récit évoque, certes, les grands moments de la vie politique d’Aung San Suu Kyi, mais se penche surtout sur sa relation avec Michael Aris, leur amour ayant résisté à la distance et l’isolement. « Un film politique de l’intime », affirme Besson. (M.C.) | www.clap.ca |


| www.clap.ca |

Magazine Le Clap n° 171 · du 1er mars au 30 avril 2012 –

27


LIVRES

PAR

PAUL JACQUES

LES ANGES DE NEW YORK, par R. J. Ellory, Sonatine Eh bien, quel auteur, cet Ellory! C’est son quatrième ouvrage traduit en français et on en redemande, car il s’agit à nouveau d’un très grand polar. Une histoire centrée sur un inspecteur du NYPD qui s’acharne sur une affaire apparemment banale et qui, surtout, est aux prises avec des démons intérieurs qui rendent très dysfonctionnelles ses relations avec les autres. Une histoire complexe et solide.

AMOUR ET AUTRES VIOLENCES, par Marie-Sissi Labrèche, Boréal L’auteure a fait ses preuves dans le roman, mais il faut désormais lui reconnaître, avec ce recueil qui coiffe vingt ans d’écriture, un vrai talent pour la nouvelle. Labrèche s’inspire de ses proches et en particulier de sa famille. Mais l’essentiel est ailleurs, dans une écriture tendue et habile à rendre des caractères tordus et des situations, disons, inconvenantes. Sans pudeur ni complaisance.

L’HOMME DE LA SASKATCHEWAN, par Jacques Poulin, Leméac

APOCALYPSE NOW JOURNAL, par Eleanor Coppola, Sonatine

Ce livre par moments drôle, mais surtout dérangeant donne un portrait inoubliable de ce que peut être un grand réalisateur aux prises avec son génie. Printemps 1976. Les Coppola, parents et enfants, s’installent aux Philippines pour un tournage qui va finalement durer trois ans. Un tournage dont plusieurs ne sortiront pas indemnes. Une expérience terrible racontée avec vivacité mais sans fard.

HÉRITAGE, par Nicholas Shakespeare, Grasset Si ce livre, paru l’automne dernier, est déjà sorti de nos librairies, c’est que nous n’avons vraiment plus les libraires qu’on avait! C’est l’histoire d’un type nommé Larkham qui va aux funérailles d’un ancien professeur, se trompe de chapelle et… devient millionnaire! Comment? Je vous le laisse découvrir. Mais le plus important se passe après, car il y a un prix à payer pour devenir millionnaire!

Avez-vous lu Volkswagen Blues? (Quoi?! Non? Alors, faites-le vite, vous ne le regretterez pas!) Donc, ceux qui se sont offert ce plaisir se souviendront sans doute de la Grande Sauterelle qui faisait route avec Jack Waterman. Poulin a eu la bonne idée de la ramener de San Francisco à Québec, alors que Jack planche sur un projet miteux qu’il va refiler à son frère… Un délice qui se dévore trop vite.

L’HERMINE ÉTAIT POURPRE, par Pierre Borromée, Fayard

LE JUSTE MILIEU, par Annabel Lyon, Alto

COMMENT METTRE LA DROITE K.-O. EN 15 ARGUMENTS, par Jean-François Lisée, Stanké L’ÉTAT CONTRE LES JEUNES, par Éric Duhaime, VLB éditeur

Les éditions Alto continuent d’avoir un flair terrible pour dénicher d’excellents auteurs québécois et étrangers. Lyon a fait diverses études en Ontario, notamment en philosophie, ce qui donne à ce livre (aucunement académique) une densité exceptionnelle. On assiste à la confrontation, en 342 av. J.-C., entre le philosophe du « juste milieu », Aristote, et le jeune Alexandre le Grand. Puissant.

28

Cinéma à la page

– Magazine Le Clap n° 171 · du 1er mars au 30 avril 2012

Depuis des années, je suis abonné au prix du Quai des Orfèvres et je suis rarement déçu. Celui de l’an dernier était vraiment bon et celui de cette année aussi, qui nous en apprend de belles sur les rouages grinçants de la machine judiciaire et sur les rapports tendus et tordus entre les membres du barreau et ceux de la police. Bizarrement, ça donne le goût de rester bon citoyen…

Histoire, comme on dit, de me « faire une tête », j’ai lu l’un après l’autre l’essai d’Éric Duhaime, L’État contre les jeunes, et celui de Jean-François Lisée. Sur le plan rhétorique, Duhaime l’emporte, mais sur le plan argumentatif, Lisée envoie solidement Duhaime et compagnie dans les câbles, car lui (appuyé par l’économiste Pierre Fortin) appuie ses dires sur des sources nombreuses, diverses, publiques et crédibles.

| www.clap.ca |


À L’AFFICHE mars - avril

au Clap

Obtenez l’horaire en tout temps au www.clap.ca ou au 418 653-2470, poste 1.

Notre horaire

http://m.clap.ca

SORTIES DE FILMS POUR LE MOIS DE MARS Toujours à l’affiche le 2 mars

Nouveautés à l’affiche à partir du 23 mars

LA NUIT DES ENFANTS ROIS

DE BON MATIN · Un film de Jean-Marc Moutout LES ÉQUILIBRISTES · Un film de Violette Daneau HUNGER GAMES - LE FILM · Un film de Gary Ross QUAIS-BLUES · Un film de Richard Lavoie TRENTE TABLEAUX · Un film de Paule Baillargeon UN HEUREUX ÉVÉNEMENT · Un film de Rémi Bezançon

Un film de Antoine Charreyron

SOUS TERRE · Un film de Agnieszka Holland UN MONSTRE À PARIS · Un film de Bibo Bergeron Nouveautés à l’affiche à partir du 2 mars

LES CONTES DE LA NUIT · Un film de Michel Ocelot OVER MY DEAD BODY · Un film de Brigitte Poupart POLISSE · Un film de Maïwenn Le Besco UNE SÉPARATION · Un film de Asghar Farhadi UNE VIE DE CHAT Un film de Jean-Loup Felicioli et Alain Gagnol Nouveautés à l’affiche à partir du 9 mars

Nouveautés à l’affiche à partir du 30 mars

LA BALLADE DE L’IMPOSSIBLE · Un film de Tran Anh Hung LA DAME · Un film de Luc Besson DES VENTS CONTRAIRES · Un film de Jalil Lespert LES HOMMES LIBRES · Un film de Ismaël Ferroukhi

LES ÉTATS-UNIS D’AFRIQUE Un film de Yanick Létourneau

SORTIES DE FILMS POUR LE MOIS D’AVRIL

LES RÉVOLTÉS DE L’ÎLE DU DIABLE Un film de Marius Holst

Nouveautés à l’affiche à partir du 6 avril

ROMÉO ONZE · Un film de Ivan Grbovic

LA SOURCE DES FEMMES Un film de Radu Mihaileanu

Nouveautés à l’affiche à partir du 16 mars

L’EMPIRE BOSSÉ · Un film de Claude Desrosiers INTIMIDATION · Un film de Lee Hirsch MORT SUBITE D’UN HOMME-THÉÂTRE Un film de Jean-Claude Coulbois

TOUTES NOS ENVIES · Un film de Philippe Lioret

TITANIC 3D · Un film de James Cameron Nouveautés à l’affiche à partir du 13 avril

ANGÈLE ET TONY · Un film de Alix Delaporte INTOUCHABLES · Un film de Éric Toledano et Olivier Nakache POURQUOI TU PLEURES? · Un film de Katia Lewkowicz Nouveautés à l’affiche à partir du 27 avril

Festival de cinéma pour enfants de Québec.......du 3 au 11 mars ........p. 13 Sous le signe de l’Italie ...................................................du 4 au 10 mai ..........p. 24

LE CORBEAU · Un film de James McTeigue DÉRAPAGES · Un film de Paul Arcand

Les dates de sorties sont sujettes à changement sans préavis. Veuillez vérifier l’horaire au www.clap.ca ou au 418 653-2470, poste 1. | |www.clap.ca www.clap.ca| |

Magazine Le Clap n° 171 · du 1er mars au 30 avril 2012 –

29


Index Des films Films à l’affiche n° 171 Angèle et Tony Un film de Alix Delaporte ..........................................................à partir du 13 avril .............p. 26

Ballade de l’impossible, La Un film de Tran Anh Hung.........................................................à partir du 30 mars............p. 18

Contes de la nuit, Les Un film de Michel Ocelot ..........................................................à partir du 2 mars..............p. 27

Corbeau, Le Un film de James McTeigue .....................................................à partir du 27 avril .............p. 19

Dame, La Un film de Luc Besson .............................................................à partir du 30 mars............p. 26

De bon matin Un film de Jean-Marc Moutout.................................................à partir du 23 mars............p. 19

Dérapages Un film de Paul Arcand .............................................................à partir du 27 avril .............p. 23

Des vents contraires Un film de Jalil Lespert ............................................................à partir du 30 mars............p. 26

Empire Bossé, L’ Un film de Claude Desrosiers ...................................................à partir du 16 mars............... p. 8

Équilibristes, Les Un film de Violette Daneau .......................................................à partir du 23 mars............p. 24

États-Unis d’Afrique, Les Un film de Yanick Létourneau ...................................................à partir du 9 mars..............p. 24

Hommes libres, Les Un film de Ismaël Ferroukhi .....................................................à partir du 30 mars............... p. 6

Hunger Games - Le film Un film de Gary Ross ...............................................................à partir du 23 mars............p. 19

Intimidation Un film de Lee Hirsch...............................................................à partir du 16 mars............p. 23

Intouchables Un film de Éric Toledano et Olivier Nakache..............................à partir du 13 avril ................ p. 7

Mort subite d’un homme-théâtre Un film de Jean-Claude Coulbois .............................................à partir du 16 mars............p. 23

Nuit des enfants rois, La Un film de Antoine Charreyron..................................................à partir du 24 février..........p. 27

Over My Dead Body Un film de Brigitte Poupart .......................................................à partir du 2 mars..............p. 23

Polisse Un film de Maïwenn Le Besco ..................................................à partir du 2 mars................. p. 5

Pourquoi tu pleures? Un film de Katia Lewkowicz .....................................................à partir du 13 avril ................ p. 6

Quais-Blues Un film de Richard Lavoie ........................................................à partir du 23 mars............p. 24

Révoltés de l’île du Diable, Les Un film de Marius Holst ............................................................à partir du 9 mars..............p. 18

Roméo onze Un film de Ivan Grbovic ............................................................à partir du 9 mars................. p. 9

Source des femmes, La Un film de Radu Mihaileanu .....................................................à partir du 6 avril ...............p. 18

Sous terre Un film de Agnieszka Holland ...................................................à partir du 24 février..........p. 21

Titanic 3D Un film de James Cameron ......................................................à partir du 6 avril ...............p. 26

Toutes nos envies Un film de Philippe Lioret .........................................................à partir du 16 mars............... p. 8

Trente tableaux Un film de Paule Baillargeon ....................................................à partir du 23 mars............p. 24

Un heureux événement Un film de Rémi Bezançon .......................................................à partir du 23 mars............... p. 9

Un monstre à Paris Un film de Bibo Bergeron .........................................................à partir du 24 février..........p. 27

Une séparation Un film de Asghar Farhadi ........................................................à partir du 2 mars..............p. 11

Une vie de chat Un film de Jean-Loup Felicioli et Alain Gagnol ..........................à partir du 2 mars..............p. 27

Festival de cinéma pour enfants de Québec.......du 3 au 11 mars ........p. 13 Sous le signe de l’Italie ...................................................du 4 au 10 mai ..........p. 24

30

– Magazine Le Clap n° 171 · du 1er mars au 30 avril 2012

| www.clap.ca |


Adulte 65 ans et plus Étudiant

69,95 $ 60,95 $ 49,95 $

Cette carte comprend également les privilèges suivants pour une période d’un an : Lundis et jeudis des abonnés : tarif réduit pour votre invité Réductions chez les marchands Consultez le www.clap.ca pour connaître les marchands participants.

Réduction de 10 % au comptoir de rafraîchissements Les mercredis à tarif réduit

Aucune date d’expiration pour le visionnement des films. Certaines conditions s’appliquent. Des frais de 3 $ par film s’appliquent pour les représentations en 3D.

Plutôt que d’utiliser une entrée sur votre carte, profitez du tarif réduit du mercredi pour vous procurer un billet.

Essayez aussi la carte VIP À partir d’aussi peu que 12,95 $, profitez de tarifs avantageux et de privilèges uniques pour cinéphiles avertis! Consultez le www.clap.ca pour plus de détails.

10 %

VEUILLEZ PRÉSENTER VOTRE CARTE AVANT TOUT ACCÈS AUX PRIVILÈGES.

AU COMPTOIR DE RAFRAÎCHISSEMENTS

VOUS AVEZ L’ABONNE-CLAP VIP? OBTENEZ

20 % DE RÉDUCTION AU COMPTOIR DE RAFRAÎCHISSEMENTS.

15 %

20 % 25 %

Applicable sur le prix courant seulement. Ne peut être utilisée avec une autre promotion.

CRACKPOT CAFÉ

LES JARDINIERS DE L’EAU

LESERVEUR.CA

CLINIQUE BIO-SYNERGIE

PREMIER ACTE

Sur le temps studio.

Sur la première consultation à domicile.

Aux nouveaux clients en hébergement Web seulement. Domaine non inclus.

À la première visite en kinésithérapie.

Sur le prix courant.

1005, route de l’Église, Sainte-Foy

lesjardiniersdeleau.com

LA BARBERIE

VIDÉODROME SAINTE-FOY

Sur le carrousel de dégustation.

Sur la location d’un film.

310, rue Saint-Roch, Québec

1325, route de l’Église, Sainte-Foy

14, rue Saint-Amand, bur. 116, Québec

1024, av. des Maires-Gauthier (coin René-Lévesque près de Holland)

FUTON ETC.

Sur soins et produits. À votre première visite.

1265, rue des Artisans, Québec

Sur le menu à la carte du dimanche au jeudi. Boissons et déjeuners exclus.

Sur le prix courant.

LE CLUB MUSICAL DE QUÉBEC

ARIANA

ORCHESTRE SYMPHONIQUE DE QUÉBEC

Sur le prix courant à la billetterie du Grand Théâtre de Québec.

102, boul. René-Lévesque Ouest, Québec

ANIMALERIE BOUTIQUE TROPICALE

EXTRÊME PITA

CHEZ VICTOR

2778, ch. Sainte-Foy, Sainte-Foy 2360, ch. Sainte-Foy (la pyramide), Sainte-Foy 825, boul. Lebourgneuf, Québec 145, rue Saint-Jean, Québec Achat minimum de 10 $. Sur le menu à la carte.

SOULIERS TOUT CONFORT

1485, ch. Sainte-Foy (coin Eymard)

AU BONNET D’ÂNE

298, rue Saint-Jean, Québec Achat minimum de 10 $.

Sur le plat du soir.

2600, boul. Laurier, Sainte-Foy 710, rue Bouvier, Québec 2360, ch. Sainte-Foy, Sainte-Foy 354, boul. Charest Est, Québec

LE RAMEAU D’OLIVIER 1282, av. Maguire, Sillery

Sur une table d’hôte en soirée.

PHO TONKINOISE

2383, ch. Sainte-Foy (face au Cinéma Le Clap) À l’achat d’un plat principal.

870, de Sallaberry, Québec

261, rue Saint-Vallier Est, Québec

KETTO DESIGN

951, av. Cartier (coin Crémazie), Québec

1626, rue Notre-Dame, L’Ancienne-Lorette

L’ENCADREUR DES ARTISTES

SOINS ESTHÉTIQUES CAMÉLÉON

1028, av. Cartier, Québec

10 %

TOUS LES PRIVILÈGES SERONT ANNULÉS APRÈS LA DATE D’EXPIRATION DE VOTRE CARTE.

TUSCANOS RESTAURANT CAFÉ 1445, av. Jules-Verne, Sainte-Foy (à côté du Cinéplex Odéon Sainte-Foy)

401, Grande Allée Ouest, Québec

LES HORLOGES GRAND-PÈRE DU QUÉBEC

THÉÂTRE PÉRISCOPE

939, av. de Salaberry, Québec

140, route du Pont, bur. 4, Saint-Nicolas Sur articles sélectionnés.

4 $ de réduction sur le prix adulte courant (maximum de 4 billets).

LE PALAIS MONTCALM

FUTON ETCETERA

Sur le prix courant à la billetterie. Spectacles présentés par la Société du Palais Montcalm seulement.

Sur le prix courant.

995, place D’Youville

441, rue Saint-Jean, Québec

À l’achat de billets au guichet pour les concerts de l’OSQ. Cette réduction est offerte seulement à la billetterie au bureau de l’OSQ.

THÉÂTRE DE LA BORDÉE

315, rue Saint-Joseph Est, Québec 3 $ de réduction sur le prix courant.

À LA BONNE OCCASION

24B, boul. René-Lévesque Est, Québec

LA POPESSA

2360, ch. Sainte-Foy (la pyramide), Sainte-Foy 825, boul. Lebourgneuf, Québec Achat minimum de 10 $.

FAKS CAFÉ

1304, av. Maguire, Sillery Achat minimum de 5 $.

LA PIAZZETTA

63, rue Saint-Paul, Québec 6375, rue Saint-Joseph, Québec 3100, rue De La Forest, Sainte-Foy 6975, av. Isaac-Bédard, Charlesbourg 1191, av. Cartier, Québec 707, rue Saint-Jean, Québec 5410, boul. de la Rive-Sud, Lévis

LA MAISON DES 100 THÉS 1515, ch. Sainte-Foy, Québec 10 % sur tout en magasin.

BISTRO LA BRIGADE 859, rue Myrand, Québec Achat minimum de 10 $.

Vous pouvez consulter les publicités des marchands dont le numéro de page est indiqué. SEULEMENT LA PERSONNE DÉTENTRICE DE L’ABONNE-CLAP PEUT BÉNÉFICIER DE CES RÉDUCTIONS. Sur présentation de votre carte, obtenez de 10 à 25 % de réduction chez les marchands participants. Toutes ces réductions sont applicables aux prix courants seulement, pour la durée de ce magazine. Non applicable sur les chèques-cadeaux et les abonnements. Ne peut être utilisée avec une autre promotion. Non monnayable. Tous les privilèges sont annulés après la date d’échéance de l’Abonne-Clap.



Magazine Le Clap n°171