Issuu on Google+

1er septembre au 31 octobre 2011 www.clap.ca 418 653-2470

MONSIEUR L A Z H A R

Un film de Philippe Falardeau

27 nouveautés dont : Décharge

Pour l’amour de Dieu

Coteau rouge

Un film de Benoit Pilon

Un film de Micheline Lanctôt

Un film d’André Forcier


roduits, ails sur nos p notre ét d es d ir n Pour obte 6 ou sur à la page 2 rendez-vous au www.CLAP.ca site Internet

Achetez une carte Abonne-Clap avant le 20 septembre et courez la chance de gagner l’une des 20 paires de billets pour la première édition du Festival de cinéma de la Ville de Québec.

DE PLUS, achetez une carte Abonne-Clap ou V.I.P. avant le 2 octobre et courez également la chance de gagner l’un des 6 chèques-cadeaux d’une valeur de 50 $ valides dans les Restos Plaisirs de la région de Québec.

LES CARTES ACHETÉES AVANT LE 20 SEPTEMBRE PERMETTENT ÉGALEMENT DE PARTICIPER AU TIRAGE DES 6 CHÈQUES-CADEAUX. LE TIRAGE DES 20 PAIRES DE BILLETS POUR LE FESTIVAL DE CINÉMA DE LA VILLE DE QUÉBEC AURA LIEU LE 21 SEPTEMBRE. LE TIRAGE DES 6 CHÈQUES-CADEAUX RESTOS PLAISIRS AURA LIEU LE 3 OCTOBRE.


MOT de la rédaction Une rentrée toute québécoise R arement a-t-on vu une offre de productions québé-

coises aussi alléchante! D’abord le très attendu CAFÉ DE FLORE de Jean-Marc Vallée est assurément une autre œuvre marquante dans la filmographie de ce réalisateur au talent immense. Serge Pallascio a d’ailleurs obtenu une généreuse et rare entrevue lors du montage final. André Forcier, avec COTEAU ROUGE, nous propose un film complètement déjanté qui réunit une impressionnante équipe de comédiens. Du pur plaisir!

COTEAU ROUGE

NEIGE ET CENDRES de Charles-Olivier Michaud, cinéaste de Québec, sort enfin en salle. Ce film a reçu le Prix du jury au Slamdance Film Festival en Californie, en plus d’avoir été acclamé partout lors de sa présentation.

POUR L’AMOUR DE DIEU

| www.clap.ca |

film de fiction. Brillamment interprété par David Boutin, Isabel Richer et Sophie Desmarais, ce long métrage expose avec force le défi considérable que représente la réhabilitation des délinquants.

Avec MONSIEUR LAZHAR, Philippe Falardeau nous offre une touchante et profonde adaptation de la pièce d’Evelyne de la Chenelière, Bashir Lazhar. Présenté en première mondiale au Festival du film de Locarno, MONSIEUR LAZHAR a remporté deux prix, dont celui attribué par le prestigieux magazine Variety.

LE BONHEUR DES AUTRES, premier film du scénariste Jean-Philippe Pearson (Québec-Montréal et Horloge biologique), aborde le thème du bonheur avec une touche douce-amère qui caractérise ses réalisations. Michel Barrette surprend par la justesse de son jeu.

Puis, POUR L’AMOUR DE DIEU de Micheline Lanctôt explore la difficile privation de rapports amoureux au sein du clergé. Un film d’une grande justesse et d’une profondeur intense!

Enfin, MARÉCAGES, ou la résilience d’une femme éprouvée mais déterminée à s’en sortir, de Guy Édoin, est servi par des comédiens de grand talent. Ce film sera sûrement l’une des révélations de l’automne.

Après le succès remarquable de Ce qu’il reste de nous, Benoit Pilon nous présente DÉCHARGE, son deuxième

Bonne rentrée et bon cinéma! (M.A.)

Magazine Le Clap n° 168 · du 1er septembre au 31 octobre 2011 · 25e anniversaire –

3


n° 168

Sommaire En couverture · Café de Flore · p. 5

Jean-Marc Vallée nous revient en force avec une œuvre au goût du jour, contemporaine, tout comme l’était le très couronné C.R.A.Z.Y. Grandement inspiré par la musique rock nord-américaine marquante, son nouveau film raconte une histoire en deux temps : deux personnages parallèles, deux époques, deux villes. Jacqueline habite dans le Paris de 1960. Antoine vit à Montréal à notre époque. Entre ces deux univers, il y a l’amour. Un amour humain : troublant, maladroit, imparfait… inachevé. Teinté de fantastique et d’apparitions déroutantes, baigné d’une lumière parfois presque surnaturelle, CAFÉ DE FLORE raconte les destins croisés de Jacqueline et d’Antoine. Un film qui fait dans la proximité, dans la spontanéité. (C.G.)

Dans ce numéro

16 24 26

Info-ciné Notre nouvelle salle 7 L’Abonne-Clap

Chroniques

29

Liste des sorties en septembre et octobre

06

Entrevue Jean-Marc Vallée

18

Le cinéma vu par… Kim Thúy

30 31

Index

12

Ciné-psy Pour l’amour de Dieu

28

Livres

14

Bazzart Le portail des arts médiatiques de Québec

Films pour enfants

La valeur sûre · Monsieur Lazhar · p. 9

Une publication des éditions le Clap Éditeur Directeur de la production Adjoint à la production Infographiste Programmation Réviseure Chroniqueurs

Horaire des films Courriel Site Internet

Le film pose de très sérieuses questions sur notre manière de communiquer avec les jeunes : doit-on tout leur dire ou leur en cacher? Devonsnous parler ou faire comme si de rien n’était? Ce que nous leur apprenons est-il finalement utile? Aurions-nous si peur de leur poser les vraies questions? Dans le rôle de Bashir Lazhar, l’humoriste et l’homme de théâtre Mohamed Fellag fait preuve d’une belle générosité, mais ce film appartient aussi à ses jeunes interprètes. (P.L.)

Michel Aubé Robin Plamondon Simon Leclerc Martine Lapointe Michel Aubé Marie Chabot Véronique Bonnelly, Noémie Brassard François Gauthier, Marcel Gaumond Claire Goutier, Paul Jacques Nicolas Lacroix, Mathieu Lemoine Patrick Lonergan, Pier-Hugues Madore Serge Pallascio, Marie-Stéphanie Proulx 418 653-2470, poste 1 leclap@clap.ca www.clap.ca

Publicité · Marie Dubé : 418 956-3729 Sans frais : 1 800 361-2470, poste 128 · Courriel : marie.dube@clap.ca Tirage - 60 000 exemplaires · Plus de 500 points de distribution Dépôt légal : Bibliothèque nationale du Québec, 3e trimestre 1987 ISSN : 1209-7012 Le Magazine Le Clap est publié 6 fois par année par les Éditions Le Clap.

Distribution · Affiche tout — Contrôle de la distribution · Marie Dubé

LE CINÉMA LE CLAP · 2360, chemin Sainte-Foy Québec (Québec) G1V 4H2 (la pyramide) en face de l’Université Laval

NICOLE GAGNON PSYCHOLOGUE CONSEILLÈRE D’ORIENTATION MÉDIATRICE FAMILIALE

Boulimie Anorexie Abus Sexuels Orientation Scolaire et Professionnelle Thérapie EMDR Sur rendez-vous

2130, parc Gomin, Sillery 4

(418) 829-0000

– Magazine Le Clap n° 168 · du 1er septembre au 31 octobre 2011 · 25e anniversaire

| www.clap.ca |


Horaire au www.clap.ca ou 418 653-2470, poste 1

CAFÉ DE FLORE

Un film de Jean-Marc Vallée · Du même réalisateur : C.R.A.Z.Y. Film d’ouverture du Festival de cinéma de la Ville de Québec

Bande-annonce

Québec · France Générique : Québec · France. 2010. 89 min (V.O.F.). Drame de JeanMarc Vallée. Scén. : Jean-Marc Vallée. Int. : Vanessa Paradis, Kevin Parent, Hélène Florent, Évelyne Brochu.

Synopsis : Jacqueline vit dans le Paris de 1960. Elle est la mère d’un enfant unique prénommé Laurent. Antoine vit à Montréal à notre époque. Il est DJ dans la quarantaine et père de famille. Il n’y croit plus, d’ailleurs, à cette vie et mise davantage sur son boulot sur scène. Entre ces deux vies, il y a l’amour. Un amour humain : troublant, maladroit, imparfait… inachevé. Il n’est pas facile de dire adieu à ceux qu’on aime; pour y parvenir, il faut parfois toute une vie – ou deux. Entre le Paris des années 1960 et le Montréal d’aujourd’hui se déploie une vaste histoire d’amour aux accents épiques, à la fois sombre et lumineuse, troublante et malgré tout pleine d’espoir. Et ce n’est pas une question d’âge. Teinté de fantastique et d’apparitions déroutantes, baigné d’une lumière parfois presque surnaturelle, CAFÉ DE FLORE raconte les destins croisés de Jacqueline et d’Antoine.

Notes : Jean-Marc Vallée est sur une lancée. Il nous propose cette fois une « réflexion sur l’amour en deux temps ». Après son dernier film, The Young Victoria, récompensé entre autres pour ses costumes, il nous revient en | www.clap.ca |

force avec une œuvre au goût du jour, contemporaine, tout comme l’était le très couronné C.R.A.Z.Y. C’est d’ailleurs ce film qui lui donne des ailes, traînant dans son sillage toute une équipe prête à relever des défis. Le chanteur Kevin Parent, l’un des interprètes principaux, y joue notamment son premier rôle au cinéma. Il crève l’écran en interprétant un Antoine charismatique, au sex appeal peu commun sur nos écrans québécois. Vanessa Paradis, celle que l’on dit être l’Angelina Jolie de la France en termes de notoriété, est elle aussi un élément fort de cette production. Elle a eu littéralement le coup de foudre pour le personnage de Jacqueline. Quant à la musique, Jean-Marc Vallée s’en imprègne beaucoup pour donner une émotion, une ambiance à ses scènes. C’est en quelque sorte sa signature. Il nous présente à nouveau un film baignant dans la musique nord-américaine marquante : Walking on the Water (CCR), Corona Radiata (Nine Inch Nails), Big Freeze (Pawa Up First), Time (Pink Floyd), Pictures of You (The Cure) et bien d’autres. Dans l’ensemble, son scénario repousse nos limites en abordant le concept de l’âme sœur. Un film qui fait dans la proximité, dans la spontanéité. (C.G.) « Le réalisateur Jean-Marc Vallée nous revient en force avec une œuvre au goût du jour, contemporaine, tout comme l’était le très couronné C.R.A.Z.Y. » (Le Clap)

Magazine Le Clap n° 168 · du 1er septembre au 31 octobre 2011 · 25e anniversaire –

5


ENTREVUE AVEC JEAN-MARC VALLÉE PAR

SERGE PALLASCIO

« Un film d’amour épique » L’expression artistique est à la base de la résilience. Si Jean-Marc Vallée s’est embarqué dans la folle aventure du CAFÉ DE FLORE, c’est sans doute parce qu’il est capable d’avouer sans gêne et avec humour qu’il est un DJ raté. Il était 20 h 30 ce soir-là quand nous avons discuté avec Jean-Marc Vallée. Le cinéaste était encore en salle de montage. Fatigué, mais heureux. CAFÉ DE FLORE raconté par son auteur. La première idée de scénario Elle vient d’un thème musical composé par Matthew Herbert et qu’on retrouve dans une compilation qui évoque le Café de Flore, ce café mythique qui a formé tant de couples mythiques. Matthew, qui est aussi un DJ connu sous le nom de Doctor Rockit, en a fait une version électronique que j’ai écoutée en boucle quand je l’ai découverte en 2004. La mélodie me fascinait. Je me suis dit qu’il fallait faire un film avec cela. Les premières images qui me sont venues sont celles de Montréal. Paris s’est ajouté en cours d’écriture. Tout cela inspirait un film d’amour épique auquel j’ai ajouté quelques éléments de surnaturel.

La première rencontre avec Kevin Parent Lors du casting, on voulait rencontrer non seulement des comédiens, mais aussi des DJ et des rock stars. J’ai rencontré Kevin dans un resto. Il était envahi de doutes et n’avait même pas lu le scénario, mais je voyais une étincelle dans ses yeux. Il a fait l’audition et nous a tous surpris. Il est naturel et très près du personnage qui est un DJ au début de la quarantaine. Kevin démontre que l’interprétation au cinéma n’appartient pas seulement aux acteurs.

La première rencontre avec Vanessa Paradis On s’est rencontrés dans le hall d’un hôtel à Paris. Elle avait lu le scénario et m’en parlait avec de grands yeux. Elle était même prête à auditionner. Au départ, je cherchais quelqu’un qui pouvait être humble à l’écran alors que Vanessa est tellement belle et sensuelle. Mais le hasard a voulu qu’elle vienne me rencontrer avec ses enfants. Sa fille était malade et Vanessa avait l’air de rien. C’est dur pour Vanessa d’avoir l’air de rien, mais c’est ce que je cherchais. J’ai vu qu’elle pouvait être crédible dans le personnage de cette mère dévouée de façon maladive à la vie de son fils trisomique. Je lui ai donné le rôle sans faire de bouts d’essai.

Le premier jour de tournage Le tournage a commencé par la chanson Le Vent nous portera interprétée par Sophie Hunger. On a fait en studio tous les plans qui se déroulaient à l’intérieur de l’avion. Cette journée a été le baptême du cinéma pour Kevin. Ça a été une belle journée. Si bien que tous les jours, on a commencé par la chanson du jour.

Antoine et Carole, Montréal 1986

Rose, Montréal 2010 Évelyne Brochu joue un rôle dans lequel elle est assez « pétard ». Quel personnage! Quel sex-appeal! Quelle crinière! La robe blanche qu’elle porte a été spécialement conçue pour elle. Rose est sur le point de vivre un moment très spécial dans sa vie. Mais je ne veux pas en dire plus.

Jacqueline et Laurent, Paris 1969 J’ai craqué pour Vanessa et Marin Gerrier. Malgré sa trisomie, cet enfant vit sous une bonne étoile. Sa famille est formidable. Il est attachant, charmant et bourré de talent. Mais en même temps, tu ne peux pas demander à un garçon comme Marin de jouer un personnage; tu dois adapter ton personnage à celui-ci. J’ai dû réécrire beaucoup de scènes. Marin ne joue pas devant la caméra. Tu dis « action » et il est ce qu’il est. Il réagit au moment présent. Et quel beau duo avec Vanessa. Ils ont réussi à nous faire croire en leur amour maternel et filial. Cela a été magique de les filmer.

Le dernier jour de tournage La charge émotive est complètement folle. On sait qu’on fait le dernier plan. On cherche à étirer le moment et on fait une autre prise. On veut finir et en même temps on ne veut pas finir. On a tourné le dernier plan avec Vanessa et Marin dans une église qui est supposée être NotreDame mais qui ne l’est pas, car on n’a plus le droit d’y tourner. On a terminé cette journée dans les bulles, le champagne et le bonheur.

Cette photo est très importante dans le film parce qu’elle représente le premier amour de ces jeunes qui vont se rencontrer à 14 ans et qui vont passer 22 ans ensemble avant que la vie ne les sépare. Et puis je suis heureux d’avoir tourné ce deuxième film avec mon garçon d’autant plus que j’ai dû insister parce qu’il n’aime pas jouer. Et pourtant il a tellement de talent. Il est naturel et a une belle photogénie. La vie est ingrate parfois. Il y a tellement de jeunes qui rêvent de faire du cinéma.

6

– Magazine Le Clap n° 168 · du 1er septembre au 31 octobre 2011 · 25e anniversaire

| www.clap.ca |


Horaire au www.clap.ca ou 418 653-2470, poste 1

JE N’AI RIEN OUBLIÉ

Un film de Bruno Chiche · Du même réalisateur : Barnie et ses petites contrariétés « […] cette satire au vitriol de la bourgeoisie et de ses sales magouilles est aussi une étude romanesque de la maladie d’Alzheimer. » (J.-L. Drouin, Le Monde.fr)

Horaire au www.clap.ca ou 418 653-2470, poste 1

MA PART DU GÂTEAU

Un film de Cédric Klapisch · Du même réalisateur : L’Auberge espagnole Prix de la critique – Mention spéciale – Festival Colcoa 2011 « … un récit maîtrisé qui, entre comédie romantique et peinture sociale engagée, revisite Pretty Woman à sa manière pour délivrer un propos résolument actuel. » (E. Leroy, Filmsactu)

France · Allemagne Générique : France · Allemagne. 2010. 93 min (V.O.F.). Drame écrit et

France Générique : France. 2011. 109 min (V.O.F.). Comédie dramatique écrite

réalisé par Bruno Chiche. Int. : Gérard Depardieu, Alexandra Maria Lara, Françoise Fabian, Niels Arestrup, Nathalie Baye, Yannick Renier.

et réalisée par Cédric Klapisch. Int. : Karin Viard, Gilles Lellouche, JeanPierre Martins, Flavie Bataille.

Synopsis : Plus l’on devient vieux, plus le passé se rapproche… Depuis

Synopsis : France, mère divorcée dans la quarantaine, peine à nour-

quelque temps, la mémoire de Conrad fait défaut. Si, parfois, le quotidien lui paraît éphémère, des fragments du passé s’impriment dans sa conscience. Hébergé par la riche famille Senn, Conrad se remémore des secrets, au grand désarroi d’Elvira, la matriarche du foyer.

rir ses trois filles depuis que l’usine de son patelin a été fermée. Elle se décide un jour à quitter la petite ville de Dunkerque pour tenter sa chance à Paris, où elle recevra une formation de femme de ménage destinée aux immigrantes. Armée de ses nouvelles aptitudes, France est embauchée par un richissime trader et se retrouve confrontée à un monde d’opulence qu’elle ne connaissait pas. Choc des cultures, vous dites?

Notes : À la lecture de Small World de Martin Suter, Bruno Chiche a catalysé un film poétique. Un peu à la façon de Claude Chabrol, JE N’AI RIEN OUBLIÉ ne cherche pas à dramatiser le mal, mais plutôt à rassurer le malade. Gérard Depardieu (Conrad) nous plonge dans un univers enfantin et naïf, où la perversité bourgeoise semble oubliée. (V.B.)

| www.clap.ca |

Notes : Klapisch souhaitait aborder à sa façon la crise financière mondiale de 2008. En voyant que ceux qui avaient causé la crise (notamment les banques) s’en sortaient plutôt bien, il a décidé d’écrire MA PART DU GÂTEAU, inspiré par le cinéma de Capra entre autres. (N.L.)

Magazine Le Clap n° 168 · du 1er septembre au 31 octobre 2011 · 25e anniversaire –

7


Horaire au www.clap.ca ou 418 653-2470, poste 1

NEIGE ET CENDRES

Un film de Charles-Olivier Michaud · Du même réalisateur : Sur le rythme Prix du jury au Slamdance Film Festival « Une incursion touchante dans le monde éprouvant des correspondants de guerre. » (Le Clap)

Horaire au www.clap.ca ou 418 653-2470, poste 1

DE VRAIS MENSONGES

Un film de Pierre Salvadori · Du même réalisateur : Hors de prix « Trio charismatique sur un scénario réglé comme une mécanique de précision. » (C. Vié, 20 Minutes)

Canada Générique : Canada. 2011. 110 min (V.F. de Snow and Ashes). Drame

France Générique : France. 2010. 105 min (V.O.F.). Comédie réalisée par Pierre

réalisé par Charles-Olivier Michaud. Scén. : Charles-Olivier Michaud. Mus. orig. : Louis Côté. Int. : Rhys Coiro, David-Alexandre Coiteux, Lina Roessler.

Salvadori. Mus. orig. : Philippe Eidel. Int. : Audrey Tautou, Nathalie Baye, Sami Bouajila.

Synopsis : Jean, nouvel employé d’entretien au salon de coiffure d’ÉmiSynopsis : À son retour au Canada, Blaise, correspondant de guerre en Europe de l’Est, découvre que son ami et collègue photographe avec qui il était parti n’est pas revenu. Il tente alors, tant bien que mal, de se souvenir des événements entourant la disparition de son collaborateur de longue date et de sa propre évasion en dehors de la zone de conflits.

Notes : Un drame de guerre qui propose une réflexion sur les choix et les sacrifices que les journalistes doivent faire dans l’exercice de leur métier. Dans son second long métrage, Charles-Olivier Michaud réussit à parler en toute honnêteté d’un sujet parfois difficile à aborder ouvertement. (M.-S.P.)

8

– Magazine Le Clap n° 168 · du 1er septembre au 31 octobre 2011 · 25e anniversaire

lie, est amoureux fou d’elle. Trop timide pour lui avouer ses sentiments, il lui écrit une magnifique lettre d’amour anonyme. Émilie la lit sans grand intérêt et la jette avant d’y voir un moyen d’égayer sa mère, Maddy, qui est déprimée depuis le départ de son mari. Émilie retranscrit la lettre et l’adresse à sa mère. Maddy, bouleversée, veut découvrir l’identité de ce mystérieux correspondant. Mais Émilie n’est pas au bout de ses peines pour se sortir de ce mensonge.

Notes : Le duo mère-fille interprété par Audrey Tautou et Nathalie Baye est absolument parfait dans cette petite comédie rafraîchissante de Salvadori, déjà connu pour son génie comique dans ses vaudevilles. (P.-H.M.)

| www.clap.ca |


Horaire au www.clap.ca ou 418 653-2470, poste 1

MONSIEUR LAZHAR

Un film de Philippe Falardeau · Du même réalisateur : Congorama

Québec Générique : Québec. 2011. 94 min (V.O.F.). Drame écrit et réalisé par Philippe Falardeau. Int. : Mohamed Fellag, Émilien Néron, Brigitte Poupart, Danielle Proulx, Francine Ruel.

Synopsis : Bashir Lazhar, un Algérien d’une cinquantaine d’années apprend la triste nouvelle du suicide d’une enseignante de sixième année d’une école primaire de Montréal. Touché par cet évènement, il va offrir ses services à la directrice de l’école, lui faisant part de sa grande disponibilité et de son expérience en tant que professeur en Algérie. Il fera alors la rencontre d’une classe de jeunes enfants curieux, assoiffés de réponses. Mis en contact avec la mort pour la première fois, ils sont exposés à des interrogations profondes. Les méthodes pédagogiques peu orthodoxes de Bashir Lazhar seront mises à l’épreuve par les membres du personnel de l’établissement. Tandis que se confronteront diverses écoles de pensée, le passé du nouvel enseignant refera surface peu à peu. Notes : Philippe Falardeau est un de nos cinéastes québécois les plus inspirés. Ses films, toujours salués par la critique, se démarquent tant chez nous que sur la scène internationale. Initialement, Falardeau ne se dirigeait pas vers une carrière de cinéaste. Avant cette percée fulgurante, il travaillait sur une maîtrise en relations internationales à l’Université Laval. Des études qu’il n’a jamais terminées puisqu’un an plus tard, il participait à la populaire émission La Course destination monde diffusée sur les ondes de Radio-Canada. Il remporta l’édition de 1992-1993. Ce passé a forgé son caractère et a définitivement nourri son esprit créatif puisque ses films sont souvent empreints d’une préoccupation internationale. Le Québec de Philippe Falardeau en est un branché sur le reste du monde plus que sur lui-même. Ce sont ses questionnements sociaux et politiques qui guident ses scénarios. Et il en est de même pour son quatrième long métrage de fiction. MONSIEUR LAZHAR est une adaptation d’une pièce de théâtre d’Evelyne de la Chenelière. Le texte de cette dernière a permis au réalisateur d’explorer plusieurs sujets dont l’immigration, l’expérience du réfugié, mais aussi l’enseignement au Québec. Car le film pose de très sérieuses questions sur notre manière de communiquer avec les jeunes : doit-on tout leur dire ou leur en cacher? Devons-nous parler ou faire comme si de rien n’était? Ce que nous leur apprenons est-il finalement utile? Aurions-nous si peur de leur poser les vraies questions? Dans le rôle de Bashir Lazhar, l’humoriste et l’homme de théâtre Mohamed Fellag fait preuve d’une belle générosité, mais ce film appartient aussi à ses jeunes interprètes. (P.L.) « Le Québec de Philippe Falardeau en est un branché sur le reste du monde plus que sur lui-même. Ce sont ses questionnements sociaux et politiques qui guident ses scénarios. Et il en est de même pour son quatrième long métrage de fiction. » (Le Clap)

| www.clap.ca |

Magazine Le Clap n° 168 · du 1er septembre au 31 octobre 2011 · 25e anniversaire –

9


Horaire au www.clap.ca ou 418 653-2470, poste 1

LA CONQUÊTE

Un film de Xavier Durringer · Du même réalisateur : Chok Dee « Jamais le cinéma français ne sera allé aussi loin dans la représentation de la vie privée des politiques. » (F.-G. Lorrain, Le Point.fr)

Horaire au www.clap.ca ou 418 653-2470, poste 1

L’ASSAUT

Un film de Julien Leclercq Prix des lycéens – Festival du film de Sarlat 2010 « … L’ASSAUT s’apparente plus à un film de guerre intimiste qu’à un film d’action pure. » (P. Tourancheau, Libération)

France Générique : France. 2011. 105 min (V.O.F.). Drame réalisé par Xavier

France Générique : France. 2010. 90 min (V.O.F.). Film d’action réalisé par

Durringer. Scén. : Patrick Rotman. Int. : Denis Podalydès, Florence Pernel, Bernard Le Coq.

Julien Leclercq. Scén. : Simon Moutaïrou et Julien Leclercq. Int. : Vincent Elbaz, Gregori Derangère, Mélanie Bernier, Aymen Saïdi.

Synopsis : Le 6 mai 2007, lors du second tour de scrutin, Nicolas

Synopsis : 24 décembre 1994, aéroport d’Alger : quatre terroristes du

Sarkozy se remémore les cinq années qui ont précédé son ascension à la présidence de la République. À partir du moment où il est désigné par Jacques Chirac comme ministre de l’Intérieur, en 2002, il se fera un nom pour lui succéder. En ce jour fatidique, l’homme politique fait le point sur sa prise du pouvoir et sur sa relation tumultueuse avec sa femme Cécilia qui vient tout juste de le quitter.

GIA (Groupe islamique armé) prennent le contrôle du vol 8969 d’Air France peu avant le départ. Ils exigent le décollage de l’avion vers Paris. Le GIGN (Groupe d’intervention de la gendarmerie nationale), les terroristes et les politiciens vont s’affronter pendant cet incident qui sera suivi par 21 millions de Français jusqu’à son dénouement inoubliable, le 26 décembre.

Notes : Rares sont les films dans lesquels les Français ont osé montrer autant la vie privée d’un de leurs hommes politiques encore en fonction. L’interprétation du président Nicolas Sarkozy par Denis Podalydès est criante de vérité et de sincérité. Durringer nous offre ici une occasion en or de pénétrer dans les coulisses du pouvoir. (M.-S.P.)

Notes : Aucun cascadeur n’a été utilisé pour la séquence de l’assaut. Il s’agit de gendarmes du GIGN jouant leur propre rôle et des deux acteurs principaux, Vincent Elbaz et Gregori Derangère. (N.L.)

10

– Magazine Le Clap n° 168 · du 1er septembre au 31 octobre 2011 · 25e anniversaire

| www.clap.ca |


Horaire au www.clap.ca ou 418 653-2470, poste 1

L’HOMME QUI VOULAIT VIVRE SA VIE Un film de Éric Lartigau · Du même réalisateur : Prête-moi ta main « L’HOMME QUI VOULAIT VIVRE SA VIE ne peut finalement laisser indifférent. Et l’ensemble des thèmes évoqués, universels dans leur majorité, amènent à de graves questions qui nous préoccupent bien au-delà de la séance. » (G. Botineau, Excessif)

Horaire au www.clap.ca ou 418 653-2470, poste 1

COTEAU ROUGE

Un film de André Forcier · Du même réalisateur : Le Vent du Wyoming Film d’ouverture du Festival des films du monde de Montréal 2011 « Son imaginaire et sa grande liberté de création font véritablement de Forcier le “Fellini” du Québec. » (Serge Losique, président du FFM)

France Générique : France. 2010. 115 min (V.O.F.). Drame réalisé par Éric

Québec Générique : Québec. 2011. 83 min (V.O.F.). Comédie dramatique réa-

Lartigau. Scén. : Éric Lartigau et Laurent de Bartillat. D’après le roman de Douglas Kennedy. Int. : Romain Duris, Marina Foïs, Niels Arestrup, Catherine Deneuve, Branka Katic, Éric Ruf.

lisée par André Forcier. Int. : Roy Dupuis, Céline Bonnier, Paolo Noël, Mario Saint-Amant, Gaston Lepage, Luc Senay, Louis Champagne, Bianca Gervais, Pascale Montpetit.

Synopsis : Arrivons-nous un jour à vraiment nous connaître? Tel est le

Synopsis : C’est au cœur de Longueuil que se déroule cette saga tota-

paradoxe de Paul Exben, un avocat promis à un avenir prospère. Malgré une femme et des enfants merveilleux, une situation impromptue fait basculer le destin de Paul, lui donnant ainsi l’audace de vivre sa vie… sous une nouvelle identité.

lement déjantée. Un riche magouilleur projette d’acheter toutes les maisons du quartier pour les remplacer par des condos. Cependant, l’entrepreneur voit ses manigances freinées par sa belle-famille, les Blanchard, dont les membres sont tous plus tordus les uns que les autres.

Notes : Questionnant l’essence même de notre existence, L’HOMME QUI VOULAIT VIVRE SA VIE dépeint avec élégance la tristesse d’un homme qui a tout pour être heureux. La divergence de la pensée, les contradictions, les peurs et les espoirs exaltés de Paul – interprété avec justesse par Romain Duris – permettent au spectateur de faire corps avec lui. (V.B.)

Notes : La brochette d’interprètes choisis pour le douzième film de For-

| www.clap.ca |

cier est aussi renversante que les personnages qui leur sont confiés. De vidangeur de cadavres à ex-boxeur, en passant par une grand-mère porteuse de son petit-fils, tout est excentrique dans la lignée des Blanchard. Cette épopée familiale, fantaisiste et profondément québécoise, n’a pas fini de vous surprendre! (N.B.)

Magazine Le Clap n° 168 · du 1er septembre au 31 octobre 2011 · 25e anniversaire –

11


CINÉ-PSY

PAR

MARCEL GAUMOND

L’AMOUR EMPÊCHÉ Commentaire sur le film POUR L’AMOUR DE DIEU de Micheline Lanctôt « … y a-t-il des idéaux, éthiques autant que théoriques ou spirituels, qui, dans un monde où tout semble immanent à la logique matérialiste de la nature et du marché commun comme ultimes figures de la compétition, puissent prétendre à nouveau s’élever dans le cœur des êtres humains sans pour autant rentrer dans le giron de la vieille métaphysique…? » Luc Ferry, La Révolution de l’amour, Plon, 2010, p. 267

« … Dieu s’il existe, est la vie même : seule une unité vivante est en mesure d’épouser l’unité de la vie. Or la théologie, sous la forme que lui a donnée l’Église, a privé la parole religieuse de sa densité d’expérience “ mystique ” et de sa magie “ poétique ”, et s’est placée de ce fait dans une position radicalement fausse… » Eugen Drewermann, Dieu en toute liberté, Albin Michel, 1997, p. 259

Dans son dernier essai ayant pour titre La Révolution de l’amour, le philosophe Luc Ferry – que j’ai déjà cité dans mon commentaire sur Vénus noire – avance l’idée que jusqu’à un âge relativement récent, en Occident, il ne fallait pas trop compter sur le sentiment d’amour passion pour assurer l’avenir de la relation de ceux et celles qui avaient le bonheur de l’éprouver… dans la réciprocité. Bonheur qui avait l’heur de facilement se transformer en malheur pour peu que les mœurs de cette époque ancienne s’en mêlent.

d’une mère aigrie, furibonde et aussi d’un père violent qui ne semble entretenir avec elle aucun rapport sensible. Aucune présence. Ajoutons à cela, dans ce même environnement, un type alcoolique qui ne serait qu’à un poil de se révéler abuseur : son oncle?

Serons-nous surpris d’apprendre qu’elle projette dans sœur Cécile qui n’est que tendresse et attention vis-à-vis d’elle une mère substitutive idéale? Et tomberons-nous en bas de notre chaise, lorsqu’elle se « liquéLe Québec des années 50, époque où prend naissance ce sentiment d’amour pas- fiera » à la vue du père Malachy et qu’elle nourrira dès lors un sentiment sion entre sœur Cécile et le père Malachy, précède tout juste la période dite de la de jalousie proprement œdipienne à l’égard de Cécile? Non, bien sûr! Révolution tranquille où l’Église catholique a commencé à perdre son influence sur la vie amoureuse des individus à l’intérieur comme à l’extérieur du clergé. À ce titre, Alors nous dirons que, bien à son insu, avec les meilleures intentions elle illustre bien la mentalité que Ferry décrit dans son essai comme étant celle de du monde (eh oui, celles qui peuplent l’enfer!), l’Église a contribué l’Ancien Régime en Europe. Une mentalité caractérisée par l’emprise autoritaire à créer une dichotomie dans le cœur de l’être humain entre la chair des institutions religieuses, sociales et familiales sur la vie intime des « fidèles » dou- et l’esprit. Cela ne lui enlève pas tous ses mérites. Pour des millions blés du statut de citoyens et d’enfants. Une mentalité où il allait de soi que la raison d’êtres humains, elle fut et demeure salvatrice. Mais elle doit aussi, l’emporte sur la passion, et que la loi ou les « commandements » soient respectés à cette Mère l’Église qui refuse aux femmes le statut de prêtresses, avoir la lettre, sans autre forme de procès ou de réflexion. l’humilité de reconnaître que dans de nombreux cas, elle fut destructrice. Mais quoi d’étonnant à ça! Ne sommes-nous pas tous porteurs et Dès le premier contact entre Cécile et Malachy, un coup de foudre éclaire leur acteurs, tous autant que nous sommes, de l’une et l’autre de ces faculregard et incendie leur cœur. Pas un simple feu d’artifice. Pas, non plus, un éphé- tés que nous n’avons pas inventées? Et qui peut dire que définitivement mère et insignifiant feu de paille. Un amour plutôt qui durera toute la vie, mais qui l’une plutôt que l’autre ne prendra pas le dessus, face à la souffrance sera, dès son éclosion, empêché. Empêché tout d’abord par les deux amoureux eux- ou face à l’adversité? mêmes, car aux prises avec les vœux de chasteté et d’obéissance qu’ils ont prononcés, ceux-ci ne peuvent concevoir comment cet amour « trop humain » qui s’est Une image reste imprégnée en moi, après avoir vu et médité POUR saisi d’eux de façon inattendue pourrait se concilier avec leur « amour de Dieu ». L’AMOUR DE DIEU : celle de la main de Cécile tendue vers celle de Empêché ensuite par les autorités religieuses pour qui la concrétisation d’un tel Malachy, à travers la grille du confessionnal : image de la pulsion vitale amour ne pourrait se sceller que dans le péché. (Éros) invitant à transgresser tous les interdits qui empêchent la réalisation du Soi. Je me souviens encore avec une précision extrême de ce questionnement qui m’habitait, lorsque, au milieu des années 60, alors jeune professeur au collégial en scienINVITATION ces religieuses, je m’efforçais de trouver des liens entre l’amour humain suscité par une forte attirance pour quelqu’un et l’amour chrétien auquel invitait le message Vous êtes cordialement invités à une rencontre du Ciné-psy sur le film POUR L’AMOUR DE des Évangiles. Comme si un fossé infranchissable se dressait entre les deux types DIEU de Micheline Lanctôt avec Cécile Maillet et Gilles Pelletier. d’amour. L’un, l’amour charnel, représenté par le noir serpent tentateur et l’autre, Le mardi 25 octobre 2011, de 18 h à 19 h (buffet) et de 19 h à 21 h 30 (conférence et l’amour spirituel, symbolisé par la blanche colombe. Dans quels termes parler de échange), au Studio P, situé au 280, rue Saint-Joseph E (http://www.librairiepantoute. ces mondes de nature apparemment si différente aux adolescents à qui je devais com/lestudiop). livrer un enseignement? Réservations : de préférence par courriel (cinepsy1@gmail.com) ou par téléphone 418 683-0711. Léonie, bientôt pubère, vit dans l’entourage d’une mère acariâtre qui ne semble connaître de l’amour que le debitum conjugale (devoir conjugal) : une pratique traCoût d’entrée : 18 $ (incluant l’admission et le buffet). ditionnellement cautionnée par l’Église et qui – cela relève pourtant de l’évidence La rencontre sera encadrée par Marcel Gaumond, psychanalyste. – emprunte plus à l’assouvissement brutal de la pulsion instinctuelle et au primitif besoin de domination qu’à la sublime charité chrétienne. Dans l’entourage, donc, WWW.CINE-PSY.COM

12

– Magazine Le Clap n° 168 · du 1er septembre au 31 octobre 2011 · 25e anniversaire

| www.clap.ca |


Horaire au www.clap.ca ou 418 653-2470, poste 1

Horaire au www.clap.ca ou 418 653-2470, poste 1

ELLE S’APPELAIT SARAH

Un film de Gilles Paquet-Brenner · Du même réalisateur : Les Jolies Choses « Fidèle au livre, mais sachant s’en affranchir, le film sert dignement l’émotion et construit humblement les passerelles entre passé et présent. » (C. Carrière, L’Express)

POUR L’AMOUR DE DIEU Un film de Micheline Lanctôt « Des images qui poussent la réflexion de la perte de l’innocence au bénéfice de l’amour et du compromis. » (Le Clap)

France Générique : France. 2010. 111 min (V.O.F.). Drame réalisé par Gilles

Québec Générique : Québec . 2010. 93 min (V.O.F.). Drame de Micheline Lanc-

Paquet-Brenner. Scén. : Gilles Paquet-Brenner et Serge Joncour d’après le roman de Tatiana de Rosnay. Int. : Kristin Scott Thomas, Mélusine Mayance, Niels Arestrup.

tôt. Mus. : Catherine Major. Int. : Madeleine Péloquin, Victor Andres Trelles Turgeon, Ariane Legault, Geneviève Bujold.

Synopsis : Alors âgée de onze ans, Léonie se lie d’amitié avec sœur Synopsis : Julia emménage dans l’ancien appartement de ses beauxparents. Lors de la rédaction d’un article sur la rafle de 1942, elle découvre que le logement en question aurait abrité une rescapée.

Notes : On ne peut rester de marbre devant les horreurs que les Français se sont eux-mêmes infligées lors de la déportation de 1942. Mais contrairement à La Rafle (R. Bosch, 2010), le film de Paquet-Brenner effleure sobrement ces durs souvenirs. De fait, il s’intéresse plus à l’âme humaine et aux émotions cachées qui peuvent ruisseler sur ceux qui ont été touchés, de près ou de loin. La qualité de l’interprétation, tout comme la rigueur de la recherche historique font de ELLE S’APPELAIT SARAH un bijou qui panse (un peu) l’immense plaie laissée encore béante. (F.G.)

Cécile auprès de qui elle multiplie les visites. Cette proximité avec la religieuse déplaît beaucoup à sa mère. C’est toutefois l’arrivée du père Malachy qui crée une distance entre les deux amies : témoin d’une forte complicité entre les religieux, Léonie se sent menacée par ce premier grand amour. Cinquante ans plus tard, Léonie est replongée dans son passé de manière inattendue.

Notes : Ce film « pure laine » de Micheline Lanctôt explore l’époque de la « grande noirceur ». La réalisatrice s’inspire de sa propre histoire d’amour. C’est aussi le récit dramatique de trois personnages qui sont forcés au compromis malgré leurs idéaux. (C.G.)

Exercices thérapeutiques en eau chaude pour douleurs chroniques Sessions de groupe et individuelles WATSU – massage détente aquatique Y’eau CHI® – yoga et taï chi aquatique

Johanne Audy-LeBlond Propriétaire et directrice

2 PISCINES 2975, chemin Saint-Louis, Québec et 1290, rue des Pionniers, L’Ancienne-Lorette Tél. : 418 872.4772 Courriel : info@aquaerobiejal.com

www.aquaerobiejal.com | www.clap.ca |

Magazine Le Clap n° 168 · du 1er septembre au 31 octobre 2011 · 25e anniversaire –

13


LE CINÉMA LE CLAP EN COLLABORATION AVEC

Gratuit dans la région de Québec, Bazzart vous offre des textes sur les arts et la culture de la capitale, sur des artistes reconnus ou à découvrir. Vous trouverez ici, dans le Magazine Le Clap, une page qui lui est dédiée. Bazzart : une fenêtre sur la culture, www.bazzart.qc.ca.

Le portail des arts médiatiques de Québec : un point d’entrée vers un monde en constante évolution / par Mathieu LEMOINE

Dans le domaine des arts médiatiques, il est particulièrement important de bien rester informé et d’être à l’affût de l’évolution du milieu. Pour aider les artistes du domaine, les membres de la table des arts médiatiques du Conseil de la culture des régions de Québec et de ChaudièreAppalaches ont créé un portail Web qui s’ouvre sur une allée pavée de liens cliquables prête à mener les artistes et leurs projets à destination.

La table des arts médiatiques

« C’est un milieu qui évolue beaucoup parce qu’il fait appel aux nouvelles technologies et qu’il s’ouvre en permanence à de nouvelles disciplines », explique Amandine Gautier, ex-directrice générale d’Avatar et présidente sortante de la table des arts médiatiques du Conseil de la culture. L’idée d’un portail rendant plus facilement accessibles toutes les ressources liées aux arts médiatiques est donc particulièrement pertinente. Peu importe à quelle vitesse évolueront les disciplines, le portail conduira les artistes sur les meilleurs chemins menant aux objectifs qu’ils se sont fixés.

Afin de permettre aux organismes et aux intervenants des différentes disciplines d’identifier les enjeux propres à leur milieu et d’unir leurs efforts, le Conseil de la culture a mis en place neuf comités disciplinaires. Il y a, par exemple, la table des arts visuels, la table de la danse, la table des lettres et, depuis 25 ans déjà, la table des arts médiatiques.

Tournage du vidéoclip Randall Spear - Rise Above

Le Conseil de la culture des régions de Québec et de Chaudière-Appalaches a pour mission de favoriser le développement des arts et de la culture sur son territoire. Le conseil regroupe plus de 200 organismes ainsi que de nombreux artistes et travailleurs culturels œuvrant dans tous les domaines artistiques.

À cette dernière table siègent des représentants d’organismes de production et de diffusion ainsi que des artistes et artisans œuvrant dans le milieu du cinéma, de la vidéo, des nouveaux médias et de l’art sonore. L’objectif, explique Amandine Gautier, « est de permettre aux différents membres de se rencontrer régulièrement pour discuter des problématiques communes, pour se tenir au courant de l’actualité dans leur domaine et pour monter des projets communs. »

Le portail Le projet qui animait la table des arts médiatiques depuis les deux dernières années était celui d’un portail Internet donnant accès aux différentes ressources offertes aux artistes, aux réalisateurs et aux producteurs. Ce portail voit enfin le jour. En se rendant au www.artsmediatiques.ca, un artiste ou un artisan peut désormais être rapidement informé de ce qui lui est offert en matière de formation, de location d’équipement, de financement de projet, etc. Voilà un coffre à outils complet qui saura évoluer au rythme des arts médiatiques.

ca

ues. q i t a i d me

rts www.a Photo : Elias Djemil

Sébastien Chamberland, Vincent Fournier, Jonathan Guyon et Sabrina Cloutier

14

– Magazine Le Clap n° 168 · du 1er septembre au 31 octobre 2011 · 25e anniversaire

Article tiré du magazine Bazzart. Pour consulter le magazine Bazzart, rendez-vous au www.bazzart.qc.ca

| www.clap.ca |


Horaire au www.clap.ca ou 418 653-2470, poste 1

Horaire au www.clap.ca ou 418 653-2470, poste 1

DÉCHARGE

OMAR M’A TUER

« Un des films qui marquera 2011! » (M.-A. Lussier, La Presse)

« Sami Bouajila livre une composition, presque mutique. Métamorphosé, il trouve ici un de ses rôles les plus forts. » (S. Benamon, L’Express)

Un film de Benoit Pilon · Du même réalisateur : Ce qu’il faut pour vivre

Un film de Roschdy Zem

Québec Générique : Québec. 2011. 94 min (V.O.F.). Drame réalisé par Benoit

France Générique : France. 2011. 85 min (V.O.F.). Drame policier écrit et réa-

Pilon. Scén. : Benoit Pilon et Pierre Szalowski. Int. : David Boutin, Isabel Richer, Sophie Desmarais.

lisé par Roschdy Zem. Int. : Sami Bouajila, Denis Podalydès, Salomé Stévenin.

Synopsis : Pierre Dalpé mène une vie rangée : il gère quelques camions

Synopsis : Le 24 juin 1991, Omar Raddad, jardinier, est accusé du meur-

d’ordures, est père de trois beaux enfants et époux de Madeleine. Difficile sans l’avoir connu avant de savoir que cet homme de 35 ans a déjà été un délinquant aujourd’hui repenti. Après avoir rencontré Ève, une jeune prostituée sous l’emprise de la drogue, Pierre décidera de s’impliquer dans son quartier qui se remplit de gangs.

tre de son employeuse. Sa culpabilité n’est pourtant pas si évidente. L’écrivain Pierre-Emmanuel Vaugrenard est convaincu dur comme fer de l’innocence de l’immigré marocain sans défense. Il mène une contreenquête et les vies des deux hommes s’entrechoquent.

Notes : Fondé sur l’affaire Omar Raddad, le film suggère et questionne. Notes : Après s’être illustré à plusieurs reprises dans le documentaire, notamment avec Roger Toupin, épicier variété, Benoit Pilon tourne son second film de fiction. Le premier, Ce qu’il faut pour vivre, lui a valu le Jutra du meilleur film ainsi que le Génie du meilleur réalisateur en 2009. (N.L.)

| www.clap.ca |

Nul besoin de défendre ou d’imposer une vision, puisque Roschdy Zem sait impliquer le spectateur de façon à ce que l’indignation et le trouble surgissent de l’intérieur. Le réalisme et la maîtrise parfaite de la prise de vue et du jeu d’acteurs sont dérangeants de simplicité. Comme quoi la vérité n’a pas besoin d’artifice pour choquer. (N.B.)

Magazine Le Clap n° 168 · du 1er septembre au 31 octobre 2011 · 25e anniversaire –

15


Info-ciné Légendes V.F. Version française V.O.A. Version originale anglaise V.O.S.-T.F. Version originale avec sous-titres français V.O.S.-T.A. Version originale avec sous-titres anglais

Classement des films En attente de classement. Peut être vu par des personnes de tous âges. Ne peut être vu que par des personnes âgées de 13 ans et plus ou accompagnées d’une personne majeure. Ne peut être vu que par des personnes âgées de 16 ans et plus. Ne peut être vu que par des personnes âgées de 18 ans et plus. Le Magazine Le Clap dans votre boîte aux lettres! Pour la modique somme de 25 $ (taxes incluses) par année, vous pouvez recevoir le Magazine Le Clap à votre domicile. Contactez Marie Dubé au 418 653-2470, poste 128, pour plus de détails.

ESPACE PUBLICITAIRE

Les lecteurs du Maga Réservez votre espac

www.facebook.com/cinemaleclap www.twitter.com/cinema_leclap

16

– Magazine Le Clap n° 168 · du 1er septembre au 31 octobre 2011 · 25e anniversaire

| www.clap.ca |


Réduction étudiants

Tableau des tarifs Carte Abonne-Clap / 9 films

Adulte ·························· 68,95 $ 65 ans et plus ················· 59,95 $ Étudiant·························· 47,95 $

Ajoutez l’option V. I. P. pour 9,95 $ Carte ClaPrivilège

(détails au www.clap.ca)

Adulte ·························· 14,95 $ 65 ans et plus ··················· 9,95 $ Étudiant···························· 9,95 $

Adulte ················································································ 10,50 $ lundi au jeudi ······································································· 8,50 $ vendredi avant 17 h ······························································ 8,50 $ Âge d’or (65 ans et plus) ················································ 7,75 $ Étudiant dès 21 h (sur présentation de la carte d’étudiant) ····················· 6 $ en tout temps ········································································ 7,25 $ 14 ans et moins ································································ 6,75 $ 0-18 mois ············································································ gratuit

Pour nous joindre 2360, chemin Sainte-Foy, Québec, QC, G1V 4H2 (la pyramide) Téléphone ..................................................... 418 653-2470 Horaire des films ............................... 418 653-2470, poste 1 Courriel ......................................................... leclap@clap.ca Site Internet ...................................................... www.clap.ca

Sur présentation de la carte de leur établissement d’enseignement, toutes les représentations dès 21 h sont au tarif de 6 $ pour les étudiants.

Cinéma pour groupe Réservez au plus tôt une salle du Cinéma Le Clap et profitez de nos tarifs avantageux. Nous serons heureux de vous présenter le film de votre choix. Réservations : 418 653-2470, poste 127

Cinéma parents-bébés PARENTS, PRENEZ L’AIR ! Profitez de notre cinéma parents-bébés pour vous évader avec vos petits sans avoir à vous inquiéter. Lors de ces représentations adaptées, nous vous offrons un environnement tolérant. Bienvenue aux futurs cinéphiles ! (Gratuit pour les 0-18 mois)

Les réductions Les cartes Abonne-Clap, V.I.P. et ClaPrivilège vous permettent d’obtenir des réductions de 10 à 25 % dans plusieurs établissements de Québec. Consultez la liste complète au www.clap.ca.

Les journées des abonnés Tous les lundis et jeudis, sauf les jours fériés, vous verrez votre invité admis pour seulement 2$ à la projection pour laquelle vous vous procurerez un billet.

Magazine Le Clap ont un niveau de scolarité supérieur et un revenu annuel élevé. Source : sondage SOM. Faites connaître votre entreprise et vos services… espace publicitaire dès maintenant ! Marie Dubé, 418 956-3729 · sans frais 1 800 361-2470, poste 128 · courriel : marie.dube@clap.ca

| www.clap.ca |

Magazine Le Clap n° 168 · du 1er septembre au 31 octobre 2011 · 25e anniversaire –

17


LE CINÉMA VU PAR... KIM THÚY Lorsque nous lui avons proposé de réfléchir à haute voix sur le cinéma, l’écrivaine d’origine vietnamienne Kim Thúy nous a d’emblée fait part de sa passion pour le septième art. Une passion qu’elle ne cesse d’attiser depuis ces années où, cégépienne, elle réservait ses mardis pour voir trois films en rafale. Cette première confidence était le prélude à bien d’autres aveux dont certains pourront surprendre. Transparente Kim Thúy. Mais aussi paradoxale, erratique, boulimique. L’auteur de Ru entretient avec le cinéma une relation amoureuse qui supporte difficilement le partage. L’honneur de vivre ce moment avec elle n’en est que plus grand. Le Clap : Quel est votre premier souvenir cinématographique? Kim Thúy : J’ai dix ou onze ans. Je suis à Granby. C’est la première fois que je vais dans une salle de cinéma. Je suis habillée comme pour un grand événement. La seule image que je conserve du film, c’est une femme qui sort d’une piscine revêtue d’un maillot noir et d’un bonnet à fleurs de caoutchouc. Mais le premier film dont je me souviens réellement de l’histoire, c’est Endless Love (Franco Zeffirelli, 1981). Le Clap : Que voyez-vous par la suite? K.T. : Un peu de tout. Je croyais comprendre les films que je voyais mais, après avoir lu les critiques, je me rendais compte que ma compréhension de la langue n’était pas assez élevée ou que je ne saisissais pas les subtilités et les nuances. La première fois que j’ai vu The Bridges of Madison County (Clint Eastwood, 1995), je n’ai absolument rien compris. Par contre, je ne comprends toujours pas quoi que ce soit aux films d’action et de science-fiction comme Terminator ou Star Wars. Le Clap : Et qu’en est-il du film illuminateur? K. T. : Ce serait The Age of Innocence de Martin Scorsese. Le film débute en voix off. Quelqu’un décrit la société new-yorkaise à la fin du XIXe siècle. Pour la première fois, je découvre le pouvoir de l’image et de la sensualité. Je pense à ce court moment où Daniel Day-Lewis est dans un carrosse en compagnie de Michelle Pfeiffer dont il aperçoit brièvement la peau du poignet entre le gant et la manche de sa robe. J’ai alors compris la définition que Roland Barthes donnait de l’érotisme : « L’endroit le plus érotique d’un corps n’est-il pas là où le vêtement bâille. »

PAR

SERGE PALLASCIO

K.T. : J’ai toujours été satisfaite de n’être que spectatrice. Mais si cela se produisait, j’aimerais tourner avec Denis Villeneuve parce que j’aime la poésie de ses images et ses silences. Sinon j’aimerais travailler avec Wong Kar-Wai. Il y a tellement de poésie dans les mouvements de caméra de In the Mood for Love. Mais j’aime aussi Quentin Tarantino dont je suis une inconditionnelle, de Reservoir Dogs à Kill Bill. Le Clap : Quelle perception avez-vous du cinéma québécois? K.T. : C’est un cinéma en devenir. Nous avons des réalisateurs qui osent maintenant. Nous sommes à la rencontre des deux mondes, les Américains et les Européens. Nous sommes un réel mélange des deux, ce qui donne au cinéma québécois une signature très particulière : l’efficacité du cinéma américain et la poésie européenne. Le Clap : Si le cinéma n’existait pas… K.T. : Je n’aurais pas vu l’impalpable.

Il faudra désormais ajouter le nom de Kim Thúy à la liste de ceux et celles qui osent participer à l’aventure de ce cinéma en devenir puisque la compagnie de production Pixcom vient d’acheter les droits d’adaptation cinématographique de Ru. Ce sera le premier contact de l’écrivaine avec les coulisses du cinéma. Pour l’instant, elle peut tout au plus confier que le fil conducteur du film sera différent de celui du livre. « Je suis mariée au cinéma. Le cinéma est un des piliers de ma vie », conclut-elle dans un éclat de rire.

Le Clap : Que demandez-vous à un film? K.T. : Qu’il m’engloutisse! Que je me sente comme si je tombais dans un trou noir, comme si je glissais dans une boule ou une bulle – je ne sais pas lequel des deux mots est le plus approprié. Pour moi, aller au cinéma est peut-être le moment le plus intime. C’est un moment que je partage rarement. Le Clap : Si l’on ne devait retenir que trois films pour comprendre ce qui vous allume au cinéma, quels seraient-ils?

« Pour moi, aller au cinéma est peut-être le moment le plus intime. » - Kim Thúy

Photo : Benoît Levac

K.T. : C’est peut-être à cause de mon adolescence, mais mon premier choix est When Harry Met Sally. Il y a des dialogues que je connais encore par cœur. C’est un film-culte pour moi. The Bridges of Madison County est mon second choix. La scène où Meryl Streep replace le col de Clint Eastwood alors qu’elle parle au téléphone réussit à traduire un moment impalpable de sensualité, de frissons et de désir. Je vais mourir avec cette image gravée en moi. Mon troisième film est Je l’aimais avec Daniel Auteuil et Marie-Josée Croze. Une conversation entre un beau-père et sa belle-fille entremêlée de flashbacks. La narration est tout à fait brillante. Le Clap : Si vous étiez une actrice, avec quel réalisateur aimeriez-vous tourner un film?

18

– Magazine Le Clap n° 168 · du 1er septembre au 31 octobre 2011 · 25e anniversaire

LE MUSÉE IMAGINAIRE DE KIM THÚY Un auteur : Tous les auteurs que j’aime sont un seul auteur qui crée un univers pour moi. Sinon, Marguerite Duras, Tim O’Brien, Nicole Krauss. Une œuvre littéraire : Toutes les œuvres littéraires me parlent d’une seule et même voix. Un musicien : Je ne connais pas la musique, mais quand j’aime cela devient obsessif. Mara Tremblay et Hindi Zahra ont déjà fait partie de mes obsessions. J’écoute actuellement Charlotte Gainsbourg. Un artiste visuel : Jean Paul Lemieux pour sa solitude, son silence et sa sobriété. Une œuvre visuelle : N’importe laquelle des œuvres de Jean Paul Lemieux. Un lieu géographique : L’église Saint-Eustache à Paris.

| www.clap.ca |


Horaire au www.clap.ca ou 418 653-2470, poste 1

LE BONHEUR DES AUTRES Un film de Jean-Philippe Pearson Le BONHEUR DES AUTRES fait… notre bonheur! (Le Clap)

Horaire au www.clap.ca ou 418 653-2470, poste 1

ANONYME

Un film de Roland Emmerich · Du même réalisateur : Independence Day « La reconstitution impressionne et nous ressentons le plaisir du réalisateur à revisiter Shakespeare. » (Le Clap)

Québec Générique : Québec. 2011. 101 min (V.O.F.). Comédie dramatique

Royaume-Uni · Allemagne Générique : Royaume-Uni · Allemagne. 2011. (V.F. de Anonymous).

écrite et réalisée par Jean-Philippe Pearson. Int. : Michel Barrette, Louise Portal, Marc-André Grondin, Julie LeBreton, Ève Duranceau.

Drame réalisé par Roland Emmerich. Scén. : John Orloff. Int. : Rhys Ifans, Vanessa Redgrave, David Thewlis.

Synopsis : Jean-Pierre, divorcé depuis vingt ans, refait sa vie avec une

Synopsis : Prenant place dans l’Angleterre de la reine Elizabeth I, ANO-

femme plus jeune et attend un bébé. Le temps d’un souper d’anniversaire avec son ex et ses deux enfants, il découvrira que le passé n’est pas oublié et que certaines injustices lui collent à la peau.

NYME s’interroge sur l’identité de l’auteur derrière l’œuvre attribuée au célèbre William Shakespeare.

Notes : Roland Emmerich est mieux connu pour ses films à grands Notes : Après avoir coscénarisé les trouvailles modernes QuébecMontréal et Horloge biologique, le jeune Jean-Philippe Pearson s’installe derrière la caméra pour la toute première fois pour pondre une comédie aigre-douce sur la famille et la résilience humaine. Michel Barrette, qui étonne encore (après le stand-up et la télévision), est demandé pour faire passer la pilule avec délicatesse. Pearson réussit même à convaincre le ténébreux Marc-André Grondin de revenir de ce côté de l’Atlantique, le temps d’un bonheur. (F.G.)

| www.clap.ca |

déploiements d’effets spéciaux. En 1996, dans Independence Day, il fait sauter la Maison-Blanche et l’Empire State Building à coups de rayons extraterrestres, au grand plaisir des cinéphiles. Ahurissant! ANONYME constitue donc un véritable changement de direction pour le cinéaste habitué à tourner en mode destruction massive. Ici, pas de cataclysme à l’horizon, seulement un drame. Reste que son œuvre a le même souci du grand, de l’épique et du spectaculaire. La reconstitution impressionne et nous ressentons le plaisir du réalisateur à revisiter Shakespeare. (P.L.)

Magazine Le Clap n° 168 · du 1er septembre au 31 octobre 2011 · 25e anniversaire –

19


Horaire au www.clap.ca ou 418 653-2470, poste 1

ANOTHER EARTH

Un film de Mike Cahill Festival du film de Sundance – Prix Alfred P. Sloan « C’est une histoire d’une grande sincérité, qui ne sombre pas dans le mélo car superbement écrite, avec nuance et intelligence. » (S. Sarfati, La Presse)

Horaire au www.clap.ca ou 418 653-2470, poste 1

LES MARCHES DU POUVOIR

Un film de George Clooney · Du même réalisateur : Bonsoir et bonne chance « … Le film compte sur la performance de brillants interprètes pour la plupart déjà nommés aux Oscars. » (Le Clap)

États-Unis Générique : États-Unis. 2011. 92 min (V.O.A.). Drame réalisé par Mike

États-Unis Générique : États-Unis. 2011. 90 min (V.F. de The Ides of March).

Cahill. Scén. : Brit Marling et Mike Cahill. Int. : Brit Marling, William Mapother, Matthew-Lee Erlbach.

Drame réalisé par George Clooney. Mus. orig. : Alexandre Desplat. Int. : George Clooney, Ryan Gosling, Paul Giamatti, Marisa Tomei.

Synopsis : Rhoda rêve de devenir astrophysicienne. Acceptée au MIT,

Synopsis : Dans la course à la présidentielle, Stephen, jeune relation-

elle fait la fête avec ses camarades. En rentrant à la maison en voiture, elle aperçoit un étrange phénomène : une deuxième Terre apparaît dans le ciel. Cherchant à y voir plus clair, elle entre en collision avec un autre véhicule, laissant ainsi un homme dans le deuil de sa petite famille.

niste naïf travaillant pour le gouverneur Morris est approché par le clan adverse, mais dans quel but? Tient-il à le savoir? Est-il dans le bon camp? Du moins, Stephen découvrira que plus on monte les marches du pouvoir, plus les coups sont bas et malhonnêtes.

Notes : Le film ANOTHER EARTH est le fruit d’une précieuse collaboration entre le réalisateur Mike Cahill et l’actrice Brit Marling, avec laquelle il a écrit le scénario. Porté par une prémisse extraordinaire, le récit est pourtant campé dans une réalité bien ordinaire. Un film à la fois triste et porteur d’espoir qui, malgré un budget microscopique, réussit à nous amener bien loin. (P.L.)

Notes : Pour sa quatrième réalisation, George Clooney a choisi d’adapter une pièce à succès écrite par Beau Willimon inspirée de la course à la présidentielle de 2004. Clooney a coécrit le scénario avec Grant Heslov, son acolyte de longue date (Les Hommes qui regardent les chèvres et Bonsoir et bonne chance). De plus, le film compte sur la performance de brillants interprètes pour la plupart déjà nommés aux Oscars. (P.-H.M.)

20

– Magazine Le Clap n° 168 · du 1er septembre au 31 octobre 2011 · 25e anniversaire

| www.clap.ca |


Horaire au www.clap.ca ou 418 653-2470, poste 1

LA LIGNE DROITE

Un film de Régis Wargnier · Du même réalisateur : Est-Ouest « […] les courses de LA LIGNE DROITE sont spectaculaires avec, en point d’orgue, un final somptueux tourné dans les conditions du direct au stade de Saint-Denis. » (F.-G. Lorrain, Le Point.fr)

France Générique : France. 2010. 98 min (V.O.F.). Drame de Régis Wargnier. Mus. : Patrick Doyle. Int. : Rachida Brakni, Cyril Descours, Clémentine Célarié.

Synopsis : Leila sort tout juste de prison lorsqu’elle rencontre Yannick, un jeune homme de 25 ans qui vient de perdre la vue à la suite d’un accident de voiture. Tous deux sont liés par une passion commune, l’athlétisme. Mais tous deux ont de lourdes blessures à panser : elle doit faire face à son beau-frère qui a désormais la garde de son fils; il doit accepter son nouveau statut de non-voyant et de personne non autonome. Servant de béquille l’un à l’autre, Leila et Yannick, chacun à leur manière, apprennent à se faire confiance, à se découvrir, à retrouver le souffle de vie contre le mauvais sort.

Notes : Ce film raconte l’histoire de parcours brisés qui se reconstruisent. La résistance et le combat sont les véritables thèmes du film : comment remonter la pente après un événement tragique? (C.G.)

MARÉCAGES Un film de Guy Édoin

« Le talent de Guy Édoin a déjà été récompensé par les prix qu’a remportés sa trilogie de courts métrages Les Affluents. Et ce n’est qu’un début pour ce réalisateur très prometteur! » (Le Clap)

Québec Générique : Québec. 2011. 111 min (V.O.F.). Drame écrit et réalisé par Guy Édoin. Int. : Pascale Bussières, Luc Picard, François Papineau, Angèle Coutu, Gabriel Maillé. Synopsis : La ferme laitière de la famille Santerre est le théâtre d’un grand drame : la mort accidentelle du père. Frôlant la faillite pendant un été de sécheresse, la mère doit garder le cap malgré la crise d’adolescence de son fils et la présence insistante d’un inconnu.

Notes : Déchirés, désespérés et confrontés les uns aux autres, les membres de la famille Santerre doivent apprendre à se laisser aider et surtout à se pardonner. Le premier long métrage de Guy Édoin puise principalement dans la richesse du non-dit. MARÉCAGES est rempli de lumière et de couleurs même s’il dépeint une sombre réalité. Oscillant constamment entre la naissance et la mort, le film vient questionner notre rapport à la vie. (N.B.)

| www.clap.ca |

Magazine Le Clap n° 168 · du 1er septembre au 31 octobre 2011 · 25e anniversaire –

21


Horaire au www.clap.ca ou 418 653-2470, poste 1

RESTLESS

Un film de Gus Van Sant · Du même réalisateur : Milk « Gus Van Sant fait un Virgin Suicides pour les garçons, si possible dandys et romantiques. » (R. Le Verne, excessif.com)

Horaire au www.clap.ca ou 418 653-2470, poste 1

DREAM HOUSE

Un film de Jim Sheridan · Du même réalisateur : Brothers « Après plusieurs succès dont Au nom du père et Frères, Jim Sheridan nous enjôle à nouveau et nous dirige dans une maison chimérique. » (Le Clap)

États-Unis Générique : États-Unis. 2011. 91 min (V.O.A.S.-T.F.). Drame réalisé

États-Unis Générique : États-Unis. 2011. 94 min (V.O.A.). Suspense réalisé par Jim

par Gus Van Sant. Scén. : Jason Lew. Mus. orig. : Danny Elfman. Int. : Mia Wasikowska, Henry Hopper, Ryo Kase.

Sheridan. Scén. : David Loucka. Int. : Daniel Craig, Naomi Watts, Rachel Weisz, Marton Csokas, Elias Koteas, Claire Geare, Taylor Geare, Rachel G. Fox, Mark Wilson, Jonathan Potts, Lynne Griffin, Jane Alexander.

Synopsis : Annabel, une adolescente en phase terminale, s’amourache d’Enoch, un jeune marginal qui préfère la compagnie des morts à celle des vivants. Les deux amoureux vont s’entraider dans leur malheur, sans oublier leur ami Hiroshi, fantôme d’un kamikaze décédé durant la Seconde Guerre mondiale.

Notes : Gus Van Sant, cinéaste reconnu, a une fascination pour le mal de vivre et les crises identitaires de ses personnages, qu’il s’agisse d’un film biographique (Milk) ou d’une pure fiction (Good Will Hunting). Dans RESTLESS, il met encore en scène des acteurs empreints de mélancolie, mais avec un brin d’humour et de fantastique cette fois. Le film met en vedette Mia Wasikowska, une jeune actrice révélée l’an dernier par Tim Burton dans Alice au pays des merveilles et Henry Hopper, fils de l’acteur Dennis Hopper. (P.-H.M.)

22

– Magazine Le Clap n° 168 · du 1er septembre au 31 octobre 2011 · 25e anniversaire

Synopsis : Les vieilles maisons revêtent des âmes, mais parfois, ce sont les âmes qui s’approprient les maisons… Après avoir emménagé dans une demeure de rêve en Nouvelle-Angleterre, Will Atenton, sa femme Libby et leurs deux enfants apprennent que plusieurs meurtres ont été perpétrés sous leur toit. Déconcerté, Will enquête pour découvrir qui sont les victimes… et le meurtrier derrière cette tragédie.

Notes : L’étonnant Jim Sheridan met en scène Daniel Craig (Will Atenton) dans ce film d’épouvante. La jolie lumière et la direction artistique chiadée inspirent une histoire riche en suspense, où le psychisme détruit la logique. (V.B.)

| www.clap.ca |


Horaire au www.clap.ca ou 418 653-2470, poste 1

APOLLO 18

Un film de Gonzalo Lopez-Gallego · Du même réalisateur : Les Proies « Un nouveau chapitre du docu-fiction vient d’être signé par un Russe et un Espagnol. » (Le Clap)

Horaire au www.clap.ca ou 418 653-2470, poste 1

FRENCH IMMERSION Un film de Kevin Tierney « Sous le signe de l’humour, […] FRENCH IMMERSION rapprochera les deux cultures non sans les égratigner au passage. » (Le Clap) « Un peu à la manière de La Grande Séduction, deux mondes se rencontreront pour faire naître le rire! » (Le Clap)

États-Unis Générique : États-Unis. 2011. (V.F. de Apollo 18). Drame d’horreur réa-

Québec Générique : Québec. 2011. 120 min (V.O.F.). Comédie de Kevin Tier-

lisé par Gonzalo Lopez-Gallego. Scén. : Brian Miller et Cory Goodman.

ney. Scén. : Kevin Tierney et Jefferson Lewis. Int. : Pascale Bussières, Jacob Tierney, Karine Vanasse, Colm Feore, Robert Charlebois.

Synopsis : Il y a une raison pour laquelle la NASA n’envoie plus d’astronautes sur la Lune. La mission secrète d’Apollo 18 n’est pas revenue indemne…

Notes : Depuis l’explosion médiatique du film The Blair Witch Project, il y a maintenant de ça douze ans, le docu-fiction fait les beaux jours du genre horrifique (Open Water, Paranormal Activity…). Étant généralement peu coûteux, ces films frappent l’imaginaire parce qu’ils sont ancrés dans une réalité qui nous semble dangereusement familière. APOLLO 18 a le mérite, cette fois, d’user d’images d’archives et de notre mémoire collective pour capter et piéger l’attention du spectateur. Confié en premier lieu au spécialiste d’effets spéciaux Trevor Cawood (Matrix 2 et 3), le projet a finalement tombé dans les mains du producteur Timur Bekmambetov qui l’a confié à l’Espagnol Gonzalo Lopez-Gallego. (F.G.)

| www.clap.ca |

Synopsis : Un groupe de Canadiens anglais et d’Américains participent à un stage d’immersion française de deux semaines, dans un village éloigné du Québec. L’endroit est parfait pour une intégration totale, la population étant composée à 97 % de fervents nationalistes pure laine. Mais personne ne sait vraiment qui compose le 3 % restant?

Notes : Bienvenue à Saint-Isidore-du-Cœur-de-Jésus! Le producteur Kevin Tierney se glisse pour la première fois derrière la caméra pour faire un film sur les relations ambiguës entre Canadiens et Québécois. Sous le signe de l’humour, comme dans Bon Cop, Bad Cop et Good Neighbours de son fils Jacob, il rapprochera les deux cultures non sans les égratigner au passage. Et quoi de plus subtil que de le faire un 1er juillet? (F.G.)

Magazine Le Clap n° 168 · du 1er septembre au 31 octobre 2011 · 25e anniversaire –

23


OUVERTURE BIENTÔT Cet automne, nous vous offrons une nouvelle salle tout confort avec plus d’espace pour les jambes, des tables pour déposer vos verres et une atmosphère feutrée. Et qu’est-ce qui distingue encore davantage la salle 7? C’est qu’il est permis d’y consommer un verre de vin ou de bière pendant la projection.

Pour votre plus grand plaisir, nous y programmerons des œuvres inédites ou des films faisant l’objet de demandes spéciales de votre part. En effet, vous avez maintenant pris la bonne habitude de nous communiquer vos suggestions sur Facebook ou Twitter. Avec l’ouverture de la salle 7, nous pourrons désormais répondre plus facilement à vos demandes. Et pourquoi ne pas réserver cette salle pour souligner certains événements d’une façon originale? Surveillez donc l’ouverture de cette salle unique qui maximisera votre expérience cinéphilique au Cinéma Le Clap.

24

– Magazine Le Clap n° 168 · du 1er septembre au 31 octobre 2011 · 25e anniversaire

| www.clap.ca |


Horaire au www.clap.ca ou 418 653-2470, poste 1

LA RUN

Un film de Demian et Leonardo Fuica · Du même réalisateur : La Dernière Incarnation « LA RUN nous amène dans un univers sombre et cru qui rappelle celui de Michel Jetté dans Hochelaga et Histoire de pen. » (Le Clap)

Horaire au www.clap.ca ou 418 653-2470, poste 1

LES TROIS MOUSQUETAIRES Un film de Paul W.S. Anderson · Du même réalisateur : Soldier « Ce classique revisité risque d’en faire rajeunir plus d’un! » (Le Clap)

Québec Générique : Québec. 2011. 103 min (V.O.F.). Drame réalisé par Demian

France · États-Unis · Royaume-Uni · Allemagne Générique : France · États-Unis · Royaume-Uni · Allemagne. 2011. (V.F.

Fuica. Scén. : Demian Fuica, Leonardo Fuica, Martin Poirier. Int. : Jason Roy-Léveillée, Pierre-Luc Brillant, Nicolas Canuel.

de The Three Musketeers). Drame d’action réalisé par Paul W.S. Anderson. Scén. : Alex Litvak et Andrew Davies d’après Les Trois Mousquetaires d’Alexandre Dumas. Mus. : Paul Haslinger. Int. : Logan Lerman, Milla Jovovich, Matthew MacFadyen, Luke Evans, Christoph Waltz, Orlando Bloom.

Synopsis : Guillaume découvre que son père a une dette de jeu de 50 000 $. Pour l’aider à rembourser cette dette le plus vite possible, il décide de vendre de la drogue, sans se douter qu’il tomberait dans un gouffre aussi profond.

Notes : Demian Fuica a fait ses débuts dans le métier en 2005 avec une comédie noire, La Dernière Incarnation. LA RUN, son deuxième film, se penche sur un sujet beaucoup plus lourd, soit le cercle vicieux qu’engendre la criminalité. Coécrit avec son frère comédien Leonardo, connu pour ses rôles de bum dans plusieurs téléséries, le film nous amène dans un univers sombre et cru qui rappelle celui de Michel Jetté (Hochelaga et Histoire de pen). (P.-H.M.)

Synopsis : Le jeune d’Artagnan doit se joindre aux trois célèbres mousquetaires pour contrer les plans machiavéliques d’une jolie agente double et de son employeur qui veulent s’emparer du trône de France et engager toute l’Europe dans une guerre injustifié.

Notes : En véritable touche-à-tout, Paul W.S. Anderson a voulu, lui aussi, faire revivre le classique de Dumas père. Après les jeux vidéo (Mortal Kombat, Resident Evil) et les hommages (Alien vs Predator, Death Race), il met la Renaissance au goût du jour pour un public friand d’action et d’humour. Réputé pour ses séquences de haute voltige, le cinéaste a fait appel à son héroïne chérie, la belle Milla, qui s’y connaît en la matière. Un pour tous, tous pour… nous! (F.G.)

Restaurant français

Apportez votre vin!

Nos spécialités • Médaillons de veau au brie et au thym • Saumon de l’Atlantique au beurre blanc • Ris de veau forestière • Magret de canard aux petits fruits • Gigot d’agneau sauce aux tomates séchées

Réservations : 418 527-4141 1384, chemin Sainte-Foy, Québec (entre Saint-Sacrement et Marguerite-Bourgeoys)

www.lag irolle.ca

| www.clap.ca |

Magazine Le Clap n° 168 · du 1er septembre au 31 octobre 2011 · 25e anniversaire –

25


Cette carte comprend également les privilèges suivants pour une période d’un an : • Lundis et jeudis des abonnés : 2 $ pour votre invité • Réductions chez les marchands Consultez le www.clap.ca pour connaître les marchands participants.

• Réduction de 10 % au comptoir de rafraîchissements • Les mercredis à tarif réduit Plutôt que d’utiliser une entrée sur votre carte, profitez du tarif réduit du mercredi pour vous procurer un billet.

Adulte 65 ans et plus Étudiant

68,95 $ 59,95 $ 47,95 $

Aucune date d’expiration pour le visionnement des films Certaines conditions s’appliquent.

De plus, courez la chance de gagner l’une des 20 paires de billets pour le Festival de cinéma de la Ville de Québec ou l’un des 6 chèques-cadeaux d’une valeur de 50 $ valide dans les Restos Plaisirs de la région de Québec.

Détails page 2

Essayez aussi la carte V.I.P. À partir d’aussi peu que 9,95 $, profitez de tarifs avantageux et de privilèges uniques pour cinéphiles avertis! Consultez le www.clap.ca pour plus de détails.

26

– Magazine Le Clap n° 168 · du 1er septembre au 31 octobre 2011 · 25e anniversaire

| www.clap.ca |


VEUILLEZ PRÉSENTER VOTRE CARTE AVANT TOUT ACCÈS AUX PRIVILÈGES. TOUS LES PRIVILÈGES SONT ANNULÉS APRÈS LA DATE D’ÉCHÉANCE DE VOTRE CARTE.

10 %

AU COMPTOIR DE RAFRAÎCHISSEMENTS

VOUS AVEZ L’ABONNE-CLAP V.I.P.? OBTENEZ

20 %

DE RÉDUCTION AU COMPTOIR DE RAFRAÎCHISSEMENTS.

CRACKPOT CAFÉ

LESERVEUR.CA

CLINIQUE BIO-SYNERGIE

Sur le temps studio.

Aux nouveaux clients en hébergement Web seulement. Domaine non inclus.

À la première visite en kinésithérapie.

1005, route de l’Église, Sainte-Foy

LES JARDINIERS DE L’EAU

14, rue Saint-Amand, bur. 116, Québec

1626, rue Notre-Dame, L’Ancienne-Lorette

lesjardiniersdeleau.com

15 %

Sur la première consultation à domicile.

SOINS ESTHÉTIQUES CAMÉLÉON

KETTO DESIGN

1024, av. des Maires-Gauthier (coin René-Lévesque près de Holland)

FUTON ETC.

Sur soins et produits. À votre première visite.

1265, rue des Artisans, Québec

Sur le menu à la carte du dimanche au jeudi. Boissons et déjeuners exclus.

Sur le prix courant.

LE CLUB MUSICAL DE QUÉBEC

THÉÂTRE PÉRISCOPE

ORCHESTRE SYMPHONIQUE DE QUÉBEC

Sur le prix courant à la billetterie du Grand Théâtre de Québec.

939, av. de Salaberry, Québec

ANIMALERIE BOUTIQUE TROPICALE

AU BONNET D’ÂNE

1028, av. Cartier, Québec

CHEZ VICTOR

2778, ch. Sainte-Foy, Sainte-Foy 2360, ch. Sainte-Foy (la pyramide), Sainte-Foy 825, boul. Lebourgneuf, Québec 145, rue Saint-Jean, Québec

10 %

951, av. Cartier (coin Crémazie), Québec

Achat minimum de 10 $. Sur le menu à la carte.

BISTRO LA COHUE

3440, ch. des Quatre-Bourgeois, Sainte-Foy Achat minimum de 10 $.

SOULIERS TOUT CONFORT

1485, ch. Sainte-Foy (coin Eymard)

4 $ de réduction sur le prix adulte courant (maximum de 4 billets).

298, rue Saint-Jean, Québec 859, av. Myrand, Sainte-Foy Achat minimum de 10 $.

EXTRÊME PITA

2600, boul. Laurier, Sainte-Foy 710, rue Bouvier, Québec 2360, ch. Sainte-Foy, Sainte-Foy 354, boul. Charest Est, Québec

20 %

25 %

Applicable sur le prix courant seulement. Ne peut être utilisée avec une autre promotion.

TUSCANOS RESTAURANT CAFÉ 1445, av. Jules-Verne, Sainte-Foy (à côté du Cinéplex Odéon Sainte-Foy)

1282, av. Maguire, Sillery

Sur une table d’hôte en soirée.

310, rue Saint-Roch, Québec Sur le carrousel de dégustation.

L’ENCADREUR DES ARTISTES 261, rue Saint-Vallier Est, Québec

VIDÉODROME SAINTE-FOY 1325, route de l’Église, Sainte-Foy Sur la location d’un film.

LES HORLOGES GRAND-PÈRE DU QUÉBEC

140, route du Pont, bur. 4, Saint-Nicolas Sur articles sélectionnés.

LE PALAIS MONTCALM

FUTON ETCETERA

441, rue Saint-Jean, Québec Sur le prix courant.

ARIANA

102, boul. René-Lévesque Ouest, Québec

995, place D’Youville

Sur le plat du soir.

401, Grande Allée Ouest, Québec

Sur le prix courant à la billetterie. Spectacles présentés par la Société du Palais Montcalm seulement.

PHO TONKINOISE

À LA BONNE OCCASION

LA PIAZZETTA

À l’achat de billets au guichet pour les concerts de l’OSQ. Cette réduction est offerte seulement à la billetterie au bureau de l’OSQ.

2383, ch. Sainte-Foy (face au Cinéma Le Clap) À l’achat d’un plat principal.

THÉÂTRE DE LA BORDÉE

315, rue Saint-Joseph Est, Québec 3 $ de réduction sur le prix courant.

MASSOTHÉRAPIE

Clinique de physiothérapie Montcalm Halles du Petit Quartier, 2e étage

Sur un massage de 60 min avec Chantal les mercredis et jeudis.

LE RAMEAU D’OLIVIER

LA BARBERIE

24B, boul. René-Lévesque Est, Québec

LA POPESSA

2360, ch. Sainte-Foy (la pyramide), Sainte-Foy 825, boul. Lebourgneuf, Québec Achat minimum de 10 $.

MUSÉE DE LA CIVILISATION 85, rue Dalhousie

Sur un abonnement aux AMIS DU MUSÉE DE LA CIVILISATION.

63, rue Saint-Paul, Québec 6375, rue Saint-Joseph, Québec 3100, rue De La Forest, Sainte-Foy 6975, av. Isaac-Bédard, Charlesbourg 1191, av. Cartier, Québec 707, rue Saint-Jean, Québec 5410, boul. de la Rive-Sud, Lévis

LA MAISON DES 100 THÉS 1515, ch. Sainte-Foy, Québec 10 % sur tout en magasin.

FAKS CAFÉ

1304, av. Maguire, Sillery Achat minimum de 5 $.

Vous pouvez consulter les publicités des marchands dont le numéro de page est indiqué. SEULEMENT LA PERSONNE DÉTENTRICE DE L’ABONNE-CLAP PEUT BÉNÉFICIER DE CES RÉDUCTIONS. Sur présentation de votre carte, obtenez de 10 à 25 % de réduction chez les marchands participants. Toutes ces réductions sont applicables aux prix courants seulement, pour la durée de ce magazine. Non applicable sur les chèques-cadeaux et les abonnements. Ne peut être utilisée avec une autre promotion. Non monnayable. Tous les privilèges sont annulés après la date d’échéance de l’Abonne-Clap.

| www.clap.ca |

Magazine Le Clap n° 168 · du 1er septembre au 31 octobre 2011 · 25e anniversaire –

27


LIVRES

PAR

PAUL JACQUES

LA PLANÈTE DES SINGES ET AUTRES ROMANS, par Pierre Boulle, Omnibus

EN MÉMOIRE DE LA FORÊT, par Charles T. Powers, Sonatine

L’écrivain français Pierre Boulle, qui a été un temps ingénieur, a donné deux romans dont les adaptations cinématographiques ont été des événements : Le Pont de la rivière Kwaï et La Planète des singes. Satiriste et humaniste à sa manière, Boulle s’est surtout adonné à la science-fiction, faisant réfléchir ses contemporains sur la science, la technique, les rapports homme-animal, etc. Au programme de ce gros bouquin : sept romans, huit nouvelles et une postface de Jacques Goimard. Amusez-vous bien!

Plein de romans ont tenté de faire ressentir le climat d’asphyxie et de paranoïa qui prévalait sous le régime communiste. En voici un que vous n’oublierez pas. Il démarre quelques années après l’effondrement du régime, en Pologne, dans une bourgade nommée Jadowia. Un corps est trouvé dans la forêt environnante. Un ami de la famille du défunt se met en tête de comprendre ce qui s’est passé. À partir des sordides secrets d’un village, c’est l’histoire trouble d’un système et de tout un pays qui sera révélée. Puissant.

LA RIVIÈRE PERDUE, par Michael Koryta, Calmann-Lévy

BAPTISTE, par Michel David, Hurtubise

Je pense avoir lu tous les polars de l’auteur et celui-ci est son meilleur, ce qui n’est pas peu dire. Un polar avec une teinte fantastique très forte. Un vidéaste, Eric Shaw, est engagé par une femme pour faire un cadeau à son mari en réalisant un documentaire sur son beau-père millionnaire. Voici donc Shaw sur les traces du vieil homme dans une ville d’eaux où l’on venait soigner ses bobos. Mais quelle est l’histoire véritable de cette ville? Et surtout quel est le lien entre l’« eau de Pluton » et les hallucinations qui assaillent Shaw? Qui vivra verra…

Ça y est! C’est reparti! Michel David est bel et bien décédé, mais il nous a laissé des œuvres inédites que l’éditeur compte bien nous transmettre! Cet ouvrage est le premier volet d’une série intitulée Au bord de la rivière. Nous sommes en 1870, en pleine période de colonisation, donc à un moment de notre histoire où les caractères se dessinent à la hache et où diverses passions entrent en conflit. Samuel, chef de file d’une famille irlandaise nommée Ellis, et Baptiste, à la tête du clan des Beauchemin, vivent une rivalité de tous les instants. Coloré et explosif!

DOUBLE DISPARITION, par Chrystine Brouillet, la courte échelle

COMPLOT, par Jeff Abbott, Le cherche midi

Double disparition? Oui, mais comme dans toute bonne histoire qui se respecte, elles ont un lien inattendu, touchant ici un sujet tabou. Disparition numéro un : celle de Tamara, sept ans, fille d’une ancienne copine de classe de cette chère Maud Graham qui va bien entendu s’emparer du dossier avec plein d’autres policiers de Québec. L’autre disparition concerne Trevor, un jeune homme de Rimouski en quête de sa mère naturelle vivant possiblement à Québec. C’est la dixième enquête de Maud Graham. Hé! Ho! Quelqu’un peut-il se décider à faire une grande série de téléfilms avec tout ça?!

Nous sommes à Austin, Texas. Selon toute vraisemblance, Luke Dantry n’est qu’un simple fonctionnaire. Son emploi n’est pas vraiment banal, puisqu’il consiste à chasser sur Internet afin de dépister des réseaux terroristes. Mais Dantry n’a rien d’un homme de terrain… jusqu’au jour où, dans un stationnement, on le kidnappe, on le force à être témoin d’un meurtre, pour ensuite l’abandonner dans une cabane en plein bois. Qui est derrière tout ça? Dans quel but? Et comment se sortir vivant d’une authentique chasse à l’homme?

LES AMANTS DE 1837, par Marcel Lefebvre, Libre Expression

Bonne nouvelle : nos chers enquêteurs Kenzie et Gennaro, quoique retraités, sont maintenant de retour, et devinez pourquoi? Parce que Amanda McCready, la disparue au cœur de la tourmente dans Gone, Baby Gone, est à nouveau introuvable. Mauvaise nouvelle : le portrait des États-Unis actuels que tracent les péripéties complexes de ce grand roman est encore plus cauchemardesque et décourageant. Un polar de très haut niveau et un commentaire social aussi pertinent qu’impitoyable.

Un roman historique enlevant qui marie habilement les drames personnels et l’histoire avec un grand H. Même si le clergé, sa famille et bien d’autres le désapprouvent, Jean Noland a décidé de s’engager avec les Patriotes et d’appuyer le fougueux Wolfred Nelson. Mais les rebelles ont aussi une vie amoureuse et voici bientôt notre héros déchiré entre une Amérindienne, Kwanita Oqueby, et Mary Patinson, une Anglaise… Action, sentiments exacerbés et rebondissements garantis!

FIÈVRE MUTANTE, par Douglas Preston et Lincoln Child, l’Archipel Ces derniers mois, les amateurs ont eu le bonheur de trouver deux « Preston et Child » sur les étals de leurs libraires : Cauchemar génétique, une réédition qui vaut vraiment le coup et qui a pour thème la manipulation scientifique des virus, et Fièvre mutante, une histoire rocambolesque et prenante mettant en vedette l’agent Pendergast qui affronte un criminel particulièrement retors et qui surtout lèvera cette fois-ci réellement le voile sur la mort de son épouse survenue douze ans plus tôt. Un bon doublé par un duo qui continue de séduire.

SOLAIRE, par Ian McEwan, Gallimard Maintes fois primé, McEwan est notamment l’auteur d’Expiation, dont on a tiré un grand film. Il peut être sérieux et tragique, mais cette fois-ci, il m’a fait rire un bon coup. Pourtant, son personnage principal, un physicien nobélisé, chauve, bedonnant, blasé et en train de perdre sa cinquième femme, n’a rien de rigolo. Mais quand il se convainc d’avoir trouvé le moyen de sauver tout à la fois carrière, amours et la planète entière, alors là, on rigole fort. Intelligent et caustique.

28

– Magazine Le Clap n° 168 · du 1er septembre au 31 octobre 2011 · 25e anniversaire

MOONLIGHT MILE, par Dennis Lehane, Rivages/Thriller

J’AI VÉCU EN CES TEMPS, par Olivier Todd, Grasset Ce roman dormait sur mes piles depuis des semaines et je regrette de ne pas l’avoir dévoré avant, surtout qu’il est d’un auteur établi et qui ne craint pas les sujets difficiles. Ici, pour ressusciter Paris occupé, il mélange fiction et souvenirs personnels. 1943. Le train Rouen-Paris. Une rencontre improbable entre Rainer Wunder, un officier allemand, et Hanna Ollenstein, une Allemande, juive et résistante. S’ensuivra une histoire d’amour bouleversante dans un contexte incertain où circulent Desnos, Picasso, Sartre…

EN FUITE, par Philip Margolin, Albin Michel Margolin est un homme de loi expérimenté et possède par ailleurs un réel talent narratif : tant que des auteurs de sa trempe seront actifs, le thriller juridique aura de belles heures devant lui. Sa dernière production met en scène son personnage fétiche, Amanda Jaffe, une jeune avocate aussi ambitieuse que tenace, et qui a bien besoin cette fois-ci de toutes ses ressources, car son nouveau client a à ses trousses un assassin énigmatique, les agents d’une dictature africaine et même la justice américaine. Trépidant!

| www.clap.ca |


À L’AFFICHE septembre - octobre

au Clap

Obtenez l’horaire en tout temps au www.clap.ca ou au 418 653-2470, poste 1. SORTIES DE FILMS POUR LE MOIS DE SEPTEMBRE

Notre horaire

http://m.clap.ca

SORTIES DE FILMS POUR LE MOIS D’OCTOBRE

Toujours à l’affiche le 2 septembre

Nouveautés à l’affiche à partir du 7 octobre

RIEN À DÉCLARER · Un film de Dany Boon UN BALCON SUR LA MER · Un film de Nicole Garcia

LE BONHEUR DES AUTRES

Nouveautés à l’affiche à partir du 2 septembre

ANOTHER EARTH · Un film de Mike Cahill APOLLO 18 · Un film de Gonzalo Lopez-Gallego ELLE S’APPELAIT SARAH

Un film de Jean-Philippe Pearson

FRENCH IMMERSION · Un film de Kevin Tierney LA LIGNE DROITE · Un film de Régis Wargnier LES MARCHES DU POUVOIR Un film de George Clooney Nouveautés à l’affiche à partir du 14 octobre

Un film de Gilles Paquet-Brenner

MARÉCAGES · Un film de Guy Édoin JE N’AI RIEN OUBLIÉ · Un film de Bruno Chiche UNE VIE DE CHAT MA PART DU GÂTEAU · Un film de Cédric Klapisch Un film de Jean-Loup Felicioli et Alain Gagnol POUR L’AMOUR DE DIEU · Un film de Micheline Lanctôt Nouveautés à l’affiche à partir du 21 octobre LA RUN · Un film de Demian et Leonardo Fuica L’ASSAUT · Un film de Julien Leclercq LES SCHTROUMPFS · Un film de Raja Gosnell DÉCHARGE · Un film de Benoit Pilon Nouveautés à l’affiche à partir du 9 septembre LES TROIS MOUSQUETAIRES LA CONQUÊTE · Un film de Xavier Durringer COTEAU ROUGE · Un film de André Forcier DE VRAIS MENSONGES · Un film de Pierre Salvadori NEIGE ET CENDRES · Un film de Charles-Olivier Michaud

Un film de Paul W.S. Anderson

Nouveautés à l’affiche à partir du 28 octobre

ANONYME · Un film de Roland Emmerich MONSIEUR LAZHAR · Un film de Philippe Falardeau

Nouveautés à l’affiche à partir du 23 septembre

Nouveauté à l’affiche à partir du 4 novembre

CAFÉ DE FLORE · Un film de Jean-Marc Vallée OMAR M’A TUER · Un film de Roschdy Zem

L’HOMME QUI VOULAIT VIVRE SA VIE Un film de Éric Lartigau

Nouveautés à l’affiche à partir du 30 septembre

DREAM HOUSE · Un film de Jim Sheridan RESTLESS · Un film de Gus Van Sant | www.clap.ca |

Les dates de sorties sont sujettes à changement sans préavis. Veuillez vérifier l’horaire au www.clap.ca ou au 418 653-2470, poste 1.

Magazine Le Clap n° 168 · du 1er septembre au 31 octobre 2011 · 25e anniversaire –

29


Index Des films Films à l’affiche n° 168 Anonyme Un film de Roland Emmerich ......................................à partir du 28 octobre ............ p. 19

Another Earth Un film de Mike Cahill ................................................à partir du 2 septembre ......... p. 20

Apollo 18 Un film de Gonzalo Lopez-Gallego ..............................à partir du 2 septembre ......... p. 23

Assaut, L’ Un film de Julien Leclercq..........................................à partir du 21 octobre ............ p. 10

Bonheur des autres, Le Un film de Jean-Philippe Pearson ..............................à partir du 7 octobre .............. p. 19

Café de Flore Un film de Jean-Marc Vallée ......................................à partir du 23 septembre ...........p. 5

Conquête, La Un film de Xavier Durringer ........................................à partir du 9 septembre ......... p. 10

Coteau rouge Un film de André Forcier ............................................à partir du 9 septembre ......... p. 11

De vrais mensonges Un film de Pierre Salvadori .........................................à partir du 9 septembre .............p. 8

Décharge Un film de Benoit Pilon ...............................................à partir du 21 octobre ............ p. 15

Dream House Un film de Jim Sheridan.............................................à partir du 30 septembre ....... p. 22

Elle s’appelait Sarah Un film de Gilles Paquet-Brenner ...............................à partir du 2 septembre ......... p. 13

French Immersion Un film de Kevin Tierney ............................................à partir du 7 octobre .............. p. 23

Homme qui voulait vivre sa vie, L’ Un film de Éric Lartigau..............................................à partir du 4 novembre .......... p. 11

Je n’ai rien oublié Un film de Bruno Chiche ............................................à partir du 2 septembre .............p. 7

Ligne droite, La Un film de Régis Wargnier ..........................................à partir du 7 octobre .............. p. 21

Ma part du gâteau Un film de Cédric Klapisch .........................................à partir du 2 septembre .............p. 7

Marches du pouvoir, Les Un film de George Clooney .........................................à partir du 7 octobre .............. p. 20

Marécages Un film de Guy Édoin..................................................à partir du 14 octobre ............ p. 21

Monsieur Lazhar Un film de Philippe Falardeau.....................................à partir du 28 octobre ................p. 9

Neige et cendres Un film de Charles-Olivier Michaud ............................à partir du 9 septembre .............p. 8

Omar m’a tuer Un film de Roschdy Zem ............................................à partir du 23 septembre ....... p. 15

Pour l’amour de Dieu Un film de Micheline Lanctôt......................................à partir du 2 septembre ......... p. 13

Restless Un film de Gus Van Sant.............................................à partir du 30 septembre ....... p. 22

Run, La Un film de Demian et Leonardo Fuica.........................à partir du 2 septembre ......... p. 25

Schtroumpfs, Les Un film de Raja Gosnell ..............................................à partir du 2 septembre ......... p. 31

Trois Mousquetaires, Les Un film de Paul W.S. Anderson....................................à partir du 21 octobre ............ p. 25

Une vie de chat Un film de Jean-Loup Felicioli et Alain Gagnol ............à partir du 2 septembre ......... p. 31

30

– Magazine Le Clap n° 168 · du 1er septembre au 31 octobre 2011 · 25e anniversaire

| www.clap.ca |



Magazine Le Clap n°168