Page 1

« Je n’ai aucune imagination.  Je sais décrire ce que je vois, mais pas inventer. » Tel   est   ce   dont   on   se   souvient   de   la personnalité   franche   de   Marion   van Renterghem,   ex­Grand   reporter   du Monde,  après   l’avoir   écoutée.   Pendant une   heure   et   demie   vendredi   18 novembre,   elle   est   venue   rencontrer   la classe de Master 1 de l’Institut français de presse. Oui, rencontrer. Car cela ne fut pas simplement un cours sur la façon de réaliser un reportage au long cours, mais  l’ouverture  d’un  cœur  impudique et authentique. À   52   ans,   Marion   a   les   cheveux   blonds coupés au carré et des yeux bleus qui se ferment dans ses larges sourires. Hissée sur ses   hauts   talons   et   vêtue   d’une   veste   en velours ouverte sur un chemisier en satin rouge,   elle   rappelle   drôlement   la professeure de littérature préférée du lycée. D’ailleurs, si elle est venue nous parler de son   métier   de   journaliste   reporter,   on devine en elle l’écrivain. De la littérature au journalisme Khâgneuse,   elle   échoue   au   concours   de l’Ecole   normale   supérieure   et   devient professeure   de   français.   Après   un   an   sur l’estrade,   elle   s’alarme.  « Si   je   fais   une deuxième année, je serai professeure toute ma   vie. »  Une   amie   lui   glisse   un   jour   à l’oreille : « Va au Monde des livres ». Qu’à cela ne tienne, à 23 ans, elle y entre pour un mois de stage… qui se prolongera. Là­ bas, elle y rencontre une jeune hongroise qui cherche un logement à Paris pour un

an. « Echangeons,   je   te   laisse   mon appartement ici et tu me prêtes le tien à Budapest ! »  C’est   ainsi   que   Marion   part en Hongrie, sillonnant les routes d’Europe centrale   au   rythme   de   week­end   pendant lesquels elle écrit des piges. « J’ai l’impression de n’avoir rien décidé de ma vie. » Elle intègre le métier de journaliste fuyant le   professorat,   mais   certainement   pas   la littérature. Sa vie elle­même est un roman. Elle   se   fraie   un   chemin   au   hasard   des situations   et   des   propositions,   prônant   de « ne   jamais   refuser   le   hasard »,  jusqu’à « lui ouvrir grand les portes. »  Et cela l’a dûment récompensée. En 2003, alors   qu’elle   est   déjà   Grand   reporter   au Monde, Eric Fotorino, son patron d’alors, propose   une   mission   d’«  embeded » (intégré, NDLR) dans l’armée américaine en Irak. Trouvant cela « très chic », elle se propose. Sa petite fille d’un an la retient finalement.   À   défaut   de   l’Irak,   les   Etats­ Unis   l’accueilleront.   Sa   destination ?   S’y rendant   pour   décrire   la   façon   dont   est perçue la guerre par les Américains, c’est avec   une   carte   étalée   sur   la   table   et   les yeux   fermés   qu’elle   pointe   à   l’aveugle Topeka,   la   capitale   du   Kansas.   Pendant trois semaines, elle réalise la chronique  « Topeka,   Kansas,   Etats­Unis ».   En   fin   de compte, ce qu’elle appelle une  « lâcheté » lui   vaudra   cette   année­là   le   prix   Albert Londres. « Osez » répète­t­elle, « osez ». Merkel ou le personnage Angela ? Début   2016,   lorsqu’elle   propose   à   son rédacteur en chef un reportage sur Angela Merkel,   il   hésite.   Elle,   elle   y   croit,   et persiste. « C’est une vieille obsession cette femme. Un sujet qui me tenait  à cœur ».


Alors elle   se   lance   et   part   à   Berlin,   une ville qu’elle apprécie comme « le cœur de la   civilisation   européenne ».  La chancelière ?  « J’avais le sentiment de la deviner ».  La   trajectoire   de   cette   femme que   personne   ne   connaissait,   et   en   qui personne ne croyait la fascine. La reporter connaît ses répliques  par cœur, comme si elle les avait elle­même inventées. « On va y arriver », garantissait en septembre 2015 la femme  la plus  puissante  du monde au sujet de l’accueil des migrants. Marion la répète, un sourire ému aux lèvres. « Le   sujet   de   l’enquête   reste   un   objet », défend   la   spécialiste   des   portraits. Quelques   minutes   plus   tard,   elle   cite Flaubert,  « Madame   Bovary,   c’est   moi ». Était­elle dans la circonscription de Merkel auprès   de   ceux   qui   l’ont   vue   grandir comme   Flaubert   lorsqu’il   décrivait l’agonie d’Emma Bovary avec le goût de l’arsenic   à   la   bouche ?   L’auteure   du reportage   semble   avoir   fait   de   son   objet d’étude   un   vrai   personnage   romanesque. D’ailleurs,   elle   l’avoue   elle­même,  « je pensais   à   ça   jour   et   nuit,   ça   devient   la vie ».  Rencontrer   cette   grande   dame aujourd’hui ?  « J’aimerais   en   avoir l’honneur »,   glisse­t­elle,   « pour   lui demander son sentiment personnel sur ce qui se passe en Europe ». La connaître de l’intérieur, tel un écrivain en quête de son propre personnage.  Un   reportage   bâti   comme   un   récit   de roman Avant   même   de   se   plonger   dans l’« univers  Merkel », la journaliste a déjà bâti   son   plan.   Elle   tient   à   produire   six épisodes,   s’appuyant   sur   la   chronologie. Les éléments spatio­temporels du récit sont posés, ne reste qu’à remplir  « les cases »,

en injectant des scènes fortes pour donner de la couleur à ses papiers. Imprégnée de la culture germanique comme Zola l’était des milieux qu’il dépeignait, elle en parle avec une authenticité mêlée d’une admiration à peine voilée. Cette   investigation   dans   la   vie   d’Angela Merkel   est   pour   Marion   son  « bouquet final »,  où elle a  « mis toute l’expérience de son demi­siècle de vie. »  L’expérience d’un   métier   qu’elle   exerce   en   étant convaincue   qu’il   est   « fabriqué   pour (elle) », avec ses aventures de terrain et ses moments   d’écriture   qu’elle   affectionne particulièrement.   Mais   aujourd’hui,   le format journalistique ne lui suffit plus, ses papiers   deviendront   chapitres,   sans   gêne son   objet   deviendra   personnage.   Bientôt, un livre signé Marion van Renterghem va paraître.

Rencontre avec Marion van Renterghem  
Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you