__MAIN_TEXT__
feature-image

Page 18

Histoire

Joseph Noulens (1864-1944) Le « tombeur » de Cassagnac

Élu sous l’étiquette « républicain radical » aux dépens du bonapartiste Cassagnac, député du Gers de 1902 à 1919, sénateur de 1919 à 1924, quatre fois ministre, ambassadeur en Russie, Joseph Noulens reste au service de ses compatriotes gersois et fait prospérer son domaine viticole en Bas-Armagnac.

Joseph Noulens vers 1920

N

é à Bordeaux en 1864, il est le fils d’un Condomois écrivain, journaliste, poète, généalogiste, fondateur de « la Revue d’Aquitaine » à Condom puis à Bordeaux et surtout libre penseur et républicain convaincu, déporté en Algérie à cause de sa vigoureuse opposition au coup d’État de Napoléon III. Après de brillantes études de droit, Noulens fait carrière au Conseil d’État de 1889 à 1902 en faisant de brèves incursions en politique comme chef de cabinet de divers ministres dont Armand Fallières, le voisin de Mézin. En 1896, il retrouve les racines gersoises paternelles en épousant Marie Vidal, l’héritière du domaine de Laubade à Sorbets, près de Nogaro. Il s’y découvre une vocation de viticulteur et de notable local. Élu maire de Sorbets en 1900, il brigue ensuite la députation de la circonscription de Mirande en 1902.

Élu à la surprise générale

La plupart des départements ont basculé du côté de la République, mais le Gers compte encore des bastions bonapartistes fortement ancrés autour de la famille Granier de Cassagnac. Le père, Bernard-Adolphe, est dépu18

té pendant 28 ans. À sa mort en 1880, son fils Paul lui succède. Journaliste, violent pourfendeur de la République, qu’il surnomme «  la Gueuse  », Paul de Cassagnac paraît indéboulonnable. Pratiquant le clientélisme comme son père, il s’appuie sur un réseau dense et efficace de fidèles, surtout en Bas-Armagnac et Rivière-Basse. À la surprise générale, Noulens est élu et met fin à un demi-siècle de « cassagnaquisme  ». Désormais, la majorité des députés gersois est républicaine, la totalité le sera en 1910. Le « tombeur de Cassagnac  », régulièrement réélu jusqu’en 1919, en tire une énorme popularité à la Chambre et commence une carrière ministérielle en 1910.

Le château de Laubade à Sorbets

Quatre fois ministre, ambassadeur en Russie…

Quatre fois ministre pour une durée totale de 16 mois : à la Guerre, aux Finances, à l’Agriculture et au Ravitaillement. Malgré les passages éclair dans ces postes, il fait voter des lois de première importance. Ministre des Finances de juin à août 1914, il fait adopter la loi créant un impôt général progressif sur le revenu, concrétisant ainsi le projet de son prédécesseur, Joseph Caillaux. Il fait aussi voter les mesures d’urgence imposées par l’entrée en guerre, dont la fin de la convertibilité du franc. De mai 1917 jusqu’en 1919, il est ambassadeur en Russie où il assiste à la Révolution d’Octobre qu’il racontera dans ses Souvenirs.

… sans jamais oublier le Gers !

Pendant la Guerre, il y préside plusieurs organisations de solidarité envers les Poilus : l’Œuvre du Vin au Soldat combattant, l’Œuvre du Tricot… Il intervient avec succès à la Chambre pour défendre les intérêts et spécificités du département : viticulture et petits producteurs. Il obtient que les Grandes Manœuvres militaires de 1913 se déroulent dans le Gers en présence du Président Poincaré. Il est l’un des trois ministres de la Troisième République ayant fait une visite officielle dans le Gers : il vient à Mirande en 1914 alors qu’il est ministre de la Guerre. En 1917, après l’instauration des cartes de rationnement du pain, des plaintes arrivent à la sous-préfecture de Condom : « À Nogaro, on a 400 g de pain noir ; à Sorbets, on n’a pas de carte, on a tout le pain qu’on veut et du pain de blé pur ». Et encore : « Il faudrait signaler à M. Noulens que son régisseur fait de l’accaparement ». Que fait M. le Maire ? Et le propriétaire ? Il est en Russie…

Fondateur du domaine de Laubade

Joseph Noulens est le véritable « fondateur » du domaine dont il fait une ferme modèle en termes d’agronomie, d’élaboration des eaux-de-vie, de recherche scientifique et de rayonnement en France. En 1902, il fait construire le château actuel sur le modèle des villas d’Arcachon et les bâtiments d’exploitation. Les parements en brique des divers édifices ont été fabriqués à la tuilerie Lartigue de Nogaro. Après 1925, Noulens n’exerce plus de mandats politiques. En 1931, il épouse en secondes noces Jeanne Paquin la célèbre couturière parisienne. Il meurt en 1944 à Sorbets où il est inhumé dans le caveau familial. L’Atelier Histoire du Clan

Profile for Hugues de Lestapis

Le Canard Gascon 86  

Le Canard Gascon 86 - mars-avril 2020 - Des artisans et des commerçants près de chez vous.

Le Canard Gascon 86  

Le Canard Gascon 86 - mars-avril 2020 - Des artisans et des commerçants près de chez vous.

Advertisement

Recommendations could not be loaded

Recommendations could not be loaded

Recommendations could not be loaded

Recommendations could not be loaded