Léa Namer_Rapport pfe ENSAPLV 2012

Page 1

LA RECONQUÊTE D’UN TERRITOIRE Les cours d’eau de Kücüksu Istanbul, Turquie

1


Ecole Nationale Supérieure de Paris la Villette Rapport de présentation - Session PFE 2012 M10.11 PFE13 - PFE dirigé par James Njoo Elève : Léa Namer - Numéro étudiant : 08089

2


Sommaire INTRODUCTION Les Eaux douces d’Asie : les rivières du Goksü et du Küçüksu

DIAGNOSTIC D’UN TERRITOIRE EN TENSION Entre ville et nature : le constat d’un équilibre fragile Croissance incontrôlée et privatisation de l’espace Un territoire hétérogène : échelles et enjeux multiples La disparition de l’espace public : la colonisation des berges du Goksü, du Küçüksu et du Bosphore FROM KÜÇÜCKSU WITH LOVE. HISTOIRE ET MÉMOIRE D’UN LIEU DE VILLÉGIATURE Les Eaux douces d’Asie dans la mémoire collective stanbouliote Une histoire au fil de l’eau, les rivières se souviennent Goksü et Küçüksu, l’identité pérenne d’un territoire

VERS UN PAYSAGE PARTAGÉ : STRATÉGIES DE RECONQUÊTE Habiter la topographie ou comment revitaliser le territoire Reconnecter le territoire : les cours d’eau comme axe de transport Un paysage “ouvert” ou comment articuler le global et le local Quatre paysages-fragments emblématiques Activer le territoire. Stratégies programmatiques

BIBLIOGRAPHIE

3


MER NOIRE

KÜÇÜKSU

MER DE MARMARA

XL - SITUATION / MOBILITÉ E 80

74 724 2691 HAB 97 hab./km2

Futur 3e pont XL - SITUATION / MOBILITÉ

SARIYER

BEYKOZ

74 724 2691 HAB

Pont Fatih Sultan Mehmet 1988 SISLI

Küçüksu : quartier d’Istanbul de la rive asiatique situé entre les arrondissements de Uskudar et Beykoz. Turquie : 72 752 325 habitants Istanbul : 13 000 000 habitants

97 hab./km2

BESIKTA

Pont du Bosphore 1973

BEYOGLU

ÜSKÜDAR FATIH

L - SITUATION / MOBILITÉ Corne d’Or

KADIKOY

Centre historiqe et touristique

12 782 960 HAB 2 392,5 hab./km2 Paris: 21 196 hab/km2

L - SITUATION / MOBILITÉ 12 782 960 HAB 2 392,5 hab./km2

EN 2011, 17,8% DE LA POPULATION TURQUE VIT Paris: À 21 196 hab/km2 ISTANBUL, CONTRE 6% EN 1960

PUR» GNES OUR

EN 2011, 17,8% DE LA POPULATION TURQUE VIT À ISTANBUL, CONTRE 6% EN 1960

Goksü

EN 2020, ISTANBUL COMPTERA 20 MILLIONS D’HABITANTS, 2020, ISTANBUL COMPTERA 20 MILLIONS D’HABITANTS, SA CROISSANCE DÉMOGRAPHIQUE EN EST SUPÈRIEURE À SA CROISSANCE DÉMOGRAPHIQUE EST SUPÈRIEURE À BOMB AY, SAO PAULO OU ENCORE MEXICO BOMB AY, SAO PAULO OU ENCORE MEXICO

Küçüksu

MER NOIRE Partie Européenne

FORÊTISTANBUL LA ROUTE INTERNATIONALE E 80 TRAVERSE

Partie Asiatique

MER NOIRE KÜÇÜKSU

MER NOIRE

LA ROUTE INTERNATIONALE E 80 TRAVERSE ISTANBUL

MER DE MARMARA

M - SITUATION / MOBILITÉ

KÜÇÜKSU KUCUKSU

E 80

KÜÇÜKSU SE TROUVE SUR LA RIVE ASIATIQUE D’ISTANBUL ENTRE LES QUARTIERS DE BEYKOS ET ÜSKÜDAR.

M - SITUATION / MOBILITÉ 4

BEYKOS = PLUS GRANDE FÔRET 11 HAB / KM2 mais POP RURALE / 2

KÜÇÜKSU SE TROUVE SUR LA RIVE ASIATIQUE D’ISTANBUL

MER DE MARMARA MER MARMARA

10 Km

E 80


INTRODUCTION

Les “Eaux douces d’Asie” est le surnom donné dans le passé à l’actuel quartier de Küçüksu situé sur la rive asiatique de la ville d’Istanbul entre les arrondissements de Uskudar et de Beykoz. Cette appellation fait écho à la présence de deux rivières traversant ce territoire : le Goksü et le Küçüksu (respectivement Eau sacrée et Petite eau en Turc). Ce quartier était un lieu de villégiature que les Sultans, l’arictocratie et la bourgeoisie stanbouliote du XIXe siècle, rejoignait en fin de semaine en bateau pour se détendre. Concerts, restaurants sur l’eau, pique nique et cannotage étaient autant d’activités pratiquées sur les berges de ces cours d’eau.

Reconquérir le Goksü et le Küçüksu : La ville d’Istanbul profite d’une position exceptionelle, à cheval entre deux continents et traversée par le Bosphore. L’eau fait partie de l’identité de la ville. Les rivages du Bosphore sont des espaces publics privilégiés bien que menacés ces cinquante dernières années par une croissance et une urbanisation massives. Ce phénomène est ausi remarquable à l’échelle des rivières stanbouliotes qui subissent les même pressions : privatisation des berges, recouvrement, pollution et engorgement. Aujourd’hui le Goksü et du Küçüksu sont en péril. Une reconquête s’impose pour protéger et rendre un statut d’espace public à ces cours d’eau qui ont fait la grandeur de leur quartier dans le passé. Comment l’identité passée d’un lieu peut devenir le générateur d’une intervention urbaine ? Ici le Goksü et le Küçüksu deviennent le support de notre proposition.

5


Vue aérienne de Küçüksu, 2012.

6


DIAGNOSTIC D’UN TERRITOIRE EN TENSION

7


Entre ville et nature : le constat d’un équilibre fragile Le territoire de Küçüksu est marqué par une forte topographie venant dessiner les vallées des deux rivières que sont le Goksü et le Küçüksu. La forêt de Beykoz, qui recouvrait la presque intégralité du territoire jusqu’au début du phénomène d’urbanisation, en 1950, est présente de façon morcelée et récurente mais mise en péril par un phénomène de mitage et d’étalement urbain. Etendant son emprise bien au delà du quartier, cette forêt abrite les sources des deux rivières. Küçüksu possède également une façade ouvrant sur le Bosphore, une possibilité de dialogue avec le reste d’Istanbul et un horizon sur la rive européenne. Composé d’un tissu généralement peu dense et épars, Küçüksu fait face au développement de deux formes d’urbanisation sauvages : les Gated Communities, principalement construites sur les hauteurs et les Gecekondus, autoconstructions illégales signifiant en turc “posé en une nuit”.

1

2

3

8

1. Vue du Bosphore depuis le site 2.Vallée du Goksü 3. Vallée du Küçüksu


Rive Européenne

Quartier d’affaire (Levent)

Rive Asiatique

Supertanker

Bosphore

Pont Fatih Sultan Mehmet

Maison bourgeoise type “Yali” des rives du Bosphore

1.

Gated Community

Forêt de Beykoz

Usines desafectées

Faculté Marmara publique de sport

Bosphore

2.

Bosphore

Pont Fatih Sultan Mehmet Gated Community

Usine de traitement des eaux usées

Habitat type “Gecekondu”

Gated Community

3.

9


Croissance incontrôlée et privatisation de l’espace Küçüksu s’est métamorphosé ces dernières années. Autrefois village autonome, il fut intégré dès les années 1930 à l’agglomération stanbouliote et subit depuis une croissance incontrôlée au même titre qu’Istanbul. En effet, la capitale turque connait depuis les années 1950 des migrations internes importantes, principalement de populations venues d’Anatolie à la recherche de travail. Sa population a été multipliée par 10 en cinq décennies passant d’un million à plus de treize millions actuellement. L’élément déclencheur dans la croissance de Küçüksu fut la construction en 1988 du pont Fatih Sultan Mehmet, deuxième pont construit reliant les rives Européenne et Asiatique et supportant l’autoroute Européenne E80. De nos jours la privatisation de l’espace se généralise.

1. Jusqu’à 1393 : Construction de la forteresse d’Anadolu hisari. 2. De 1393 à 1800 : Kucuksu devient le lieu de villégiature des Sultans (konak). Développement du premier quartier résidentiel. Construction du palais de Kucuksu (1856) 3. De 1800 à 1900 : construction des yali le long du Bosphore. Lieu de villégiature de l’aristocratie ottomane. 4. De 1900 à 1988 : Lieu de villégiature de la bourgeoisie stanbouliote. Développement industriel le long des cours d’eau. Début du phénomène d’exode rurale. 5. De 1988 à 2012 : Construction du pont Fatih Sultan Mehmet. Développement des Gated Communities. Recouvrement du Kucuksu. Constat d’un territoire en tension. 6. 2050 ? Un territoire saturé ?

10


1.

2.

3.

4.

5.

6.

11


Un territoire hétérogène : échelles et enjeux multiples On ne peut pas à proprement parler du territoire de Küçüksu comme d’un site, ses caractéristiques étant si diverses d’un bout à un autre. Bien qu’éloigné du centre historique et touristique de la ville d’Istanbul son ouverture sur le Bosphore lui confére un rayonnement international et de dialogue avec la rive opposée et le reste d’Istanbul. De plus, son rattachement à l’autoroute E80 lui offre une connection efficace à la ville et à ses aéroports.. Küçüksu est composé de paysages différentes allant de l’urbainvoire périurbain- jusqu’au rural. Quelques terrains agricoles existent encore au creux des vallées en bordure des rivières.

XL

L XS

Terrains remarquables à Küçüksu : 1. Carrière 2. Terrains agricoles 3. Ancien terrain agricole 4. Friche (ancienne aire de tockage de la construction Pont Fatih Sultan Mehmet) 5. Plage naturelle de sable devenue privée depuis les années 1990.

12


Bosphore, 42 km de long 700 à 1000 m de large. 1 supertanker / 10min 1 millions de passagers le traversent par jour

Forêt de Beykoz, la plus grande d’Istanbul

La plus grande Gated Community d’Istanbul

Barage Elmali, un des trois réservoir en eau d’Istanbul

Route Européenne E80 reliant le Portugal à l’Iran

1 3

4

5

1.

2.

3.

4.

5.

13


La disparition de l’espace public : la colonisation des berges du Goksü, du Küçüksu et du Bosphore Dans un phénomène de croissance rapide et incontrolée les rivières sont oubliées. La privatisation des berges est notable : le statut public des abords des cours d’eau a disparu. Les fractures sont multiples : Diagnotic des fractures le long du Goksü : > Un port de pêche et de loisir linéaire. > Des restaurants et cafés sur l’eau. > Une route barrant l’accès à l’eau. > Des villas bourgeoises, “yali” avec accès direct à l’eau. > Des constructions illégales de logements privatisant les berges > Des berges privatisées et utilisées comme ateliers sauvages de réparation de bateaux par les habitants du quartier. > De nombreuses friches industrielles

5.

4. 3. 2. 1.

14


Rivière Goksu atelier sauvage de réparation de bateau parc de quartier friche bateaux garés maison individuelle avec accès privé à l’eau

1.

friche usine désafectée friche atelier sauvage de réparation de bateau café sur l’eau logement collectif

2.

logement collectif passerelle autoconstruite logement collectif chantier jardin privé café sur l’eau

3.

terrain de sport de la faculté grillage route double sens grillage friche villa bourgeoise avec accès à l’eau privé 4. villa bourgeoise avec accès à l’eau privé friche stockage matériel de pêche forteresse Anadolu Hisari route double sens café sur l’eau

5.

15


Diagnostic des fractures le long du Bosphore : > Maison bourgeoise type “Yali” privatisant l’accès à l’eau. > Restaurants privatisant l’accès à l’eau.

Diagnotic des fractures le long du Küçüksu : > Rivière canalisée et partiellement recouverte depuis 1990 > Un débit variable, souvent à sec en hiver > Des constructions illégales de logements privatisant les berges > De nombreux terrains en friche sur les abords des berges

6.

7. 8. 9. 10.

16


Bosphore route friche café sur l’eau 6. Rivière Kücüksu canalisée pépinière route à double sens petit terrain agricole 7. commerces logements collectif route à double sens 8. Rivière Kücüksu à sec friche logements collectifs avec jardin privé sur le canal 9. logements collectifs avec jardin privé sur le canal

10.

17


Fontaine du Sultan à Küçüksu, dessin d’Eugène Flandin, 1838.

18


FROM KÜÇÜKSU WITH LOVE HISTOIRE ET MÉMOIRE D’UN LIEU DE VILLÉGIATURE

19


Les Eaux douces d’Asie dans la mémoire collective stanbouliote Jusqu’au XVIe siècle, les vallées boisées de Küçüksu restent inexplorées et ses rivières tranquilles constituent des réserves en eau pour la ville. Le quartier devient à partir du XVIIe siècle le lieu de villégiature privilégié des Sultans (construction du palais de Küçüksu) passant de l’ “Autre coté”, sur la rive Asiatique pour venir chasser dans la forêt de Beykoz. La réputation de beauté et de tranquillité du lieu se diffuse et Küçüksu devient le lieu prisé de l’aristocratie ottomane au XIXe ainsi que celui des touristes européens, et, plus tard, celui de la bourgeoisie stanbouliote toute entière attirés par des activités telles que les la plage, les baignades, les promenades en barque, les cafés sur l’eau, les pique-niques.. Le lieu est surnommé dès le XIXe siècle les “Eaux douces d’Asie”, en référence à son caractère de détente et de loisir. Il s’agit d’un lieu privilégié, hors de la ville, un lieu de repos, de flânerie et de sociabilité. De nombreuses gravures et peintures rendent compte de l’atmosphère qui régnait à l’époque. Ce caractère de loisir perdure jusque dans les années 1960 avec le début d’un phénomène de privatisation des berges : construction d’industrie, de logements. Aujourd’hui ce “génie du lieu” est menacé, sur le point d’être oublié : Küçüksu n’est plus le lieu privilégié de villégiature, la terre de plaisir qu’il avait été.

Je me souviens d’un soir aux Eaux-Douces d’Asie, Soir si traînant, si mou, Que déjà, comme un chaud serpent, la Poésie S’enroulait à mon cou. Une barque passa, pleine de friandises : O parfums balancés ! Des marchands nous tendaient des pâtes de cerises Et des cédrats glacés. Anna de Noailles, Les Eblouissements, 1907 20

1. Konak de Kucuksu, Charles Pertusier, 1785. 2. Fontaine de Küçüksu, Leonardo Mango, 1852. 3. Musiciens dans la vallées des Eaux Douces d’Asie. H Bartlett, 1838. 4. Les Eaux douces d’Asie, Fausto Zonaro,1900. 5. Fontaine de Küçüksu, W.H. Bartlett, 1838. 6. Kucuksu, 1780 à 1882. W. Pusser. 7. Rivière du Goksü, Fausto Zonaro, 1894. 8. Les Quatre frères, Khalid Shaz, 1901.


1.

2.

3.

4.

5.

6.

7.

8.

21


Une histoire au fil de l’eau, les rivières se souviennent De nombreuses traces du passé persistent sur le site le long du Goksü et du Küçüksu. Ces deux rivières ont un rôle de mémoire et sont des révélateurs des modes de développement et des conservatoires linéaires des étapes de la croissance urbaine, qui donne à voir des ages et faciès différents de celle-ci. 1/ Dört Kardesler ou les Quatre Frères : ancienne zone de canotage et de cafés sur l’eau de la bourgeoisie stanbouliote du début du XXe. 2/ Patrimoine industriel : usines de cordes pour la marine et de briques datant des années 1950 et aujourd’hui désaffectées. Projet de Gated Communities haut standing avec marina. 3/ Anadolu Hisari Mezarlığı ou Cimetière d’Anadolu Hisari : l’un des premier cimetières musulmans de la métropole. 4/ Anadolu Hisari ou le Château de l’Anatolie. Construit comme fort de surveillance en 1393 par le sultan Ottoman Bayezid I. 5/ Kandil Bahçesi ou le “jardin illuminé” : grande prairie aux chênes centenaires (chêne), lieu de pique-nique réputé à l’époque ottomane, la haute société, traversant en caïque le bosphore pour une promenade champêtre. Il s’agissait d’un des plus grand jardin de la ville d’istanbul détruit lors de la construction du pont Fatih Sultan Mehmet en 1988 afin d’être converti en aire de stockage et aujourd’hui terrain vague et parking. 6/ Küçüksu Kasri ou Palais de Küçüksu : Palais d’été des Sultans construit en 1857 en dur à l’emplacement d’un palais en bois (konak). Autrefois entouré de zones maraichères et d’un jardin botanique. Reconverti en musée et ouvert au public depuis 1996. 7/ Küçüksu Çeşmesi ou Fontaine de Küçüksu style baroque, construite en 1803 par le Sultan. Lieu de rencontre et de sociabilité. 8/ Plage de Küçüksu : plage naturelle réputée. En 1930 aménagements de restaurant et cabines. Fermée à partir de 1970 à cause de la pollution constatée du Bosphore. Utilisée comme cale de halage pour bateau et rouverte depuis 2008 mais contre accès payant. 22


1.

3

2

1

2

2.

4 5 6 3.

7 8

4.

5.

6.

7.

8.

23


Goksü et Küçüksu, l’identité pérenne d’un territoire Les rivières sont à considérer comme des éléments à la fois paysagers, topographique, hydrographique et historique. Les cours d’eau que sont le Bosphore, le Goskü et le Küçüksu sont des supports d’identité privilégiés. Aujourd’hui encore bien que mis à mal ils continuent à forger l’identité du lieu. Ils ont de plus un pouvoir fédérateur fort dans ce territoire morcellé. Pour ces raisons ces cours d’eau seront notre support d’intervention.

1. Aux Eaux douces d’Asie, Johan Michael Wittmer, 1837. 2.. Goksu, Khalid Shaz, 1901.

24


1.

2.

25


Axonométrie générale du territoire de Kücüksu Espaces non bâtis : nature et surfaces

26


VERS UN PAYSAGE PARTAGÉ : STRATÉGIES DE RECONQUÊTE

Lac du Barage Barage Elmali Forêt de Beykoz Essence présentes : Pins- Chataigners- Hêtres Carrière sauvage (17.5ha) Parc Observatoire Terrains agricoles, champs (9ha) Ancien terrain agricole en friche (5h) Usines désafectées + friche (1.8) Parc de quartier Baruthane Friche (0.5ha) Usines désafectées + friche (1.8ha) Usines désafectées + friche (2ha) Faculté et terrain de sport (8.5ha) Cimetière Byzantin Friche chantier Pont F.Mehmet (10ha) Parc de la forteresse d’Anadolu Hisari Chênes centenaires Jardin du Chateau de Küçüksu Pépinière Plage de Küçüksu (2.3ha) Pépinière Friche (1ha) Usine traitement de l’eau

27


Habiter la topographie ou comment revitaliser le territoire Face à une privatisation accrue de l’espace et une mise en péril des cours d’eau, ce projet propose la revitalisation du territoire par la création d’un parc linéaire le long des cours d’eau. Küçüksu qui autrefois tirait sa grandeur de la vitalité de ses cours d’eau voit aujourd’hui ses rivières devenir des obstacles générant des espaces résiduels non construits, isolés et morcellés. Ils s’ignorent mutuellement. Parmis eux des friches des ou espaces naturels au potentiel riche. La reconquête des rivières permet de les reconnecter et redonner une lisibilité et une unité paysagère et une cohérence topographique au territoire : un fil conducteur aujoud’hui disparu. Terrain d’intervention : environ 70ha Donnée comparative Parc de la villette : 55ha

courbe de niveau = 10 mètres

1. Des cours d’eau morcellés 2. Des espaces morcellés 3. Reconquérir les cours d’eau 4. .. pour unifier le territoire 5. Habiter la topographie

28


1.

2.

3.

4.

5.

29


Reconnecter le territoire : les cours d’eau comme axe de transport Em

A.

A. A.

ri

Cu

Isti

a

nlic

Ka

Em

buk

lu

n

irga

hisa

A. saba

Pa

Yen

ikoy

ri

nye

hce

nu

Em

z yko

Be

1h30 min ++

ino

. Ko

y

A

and

ili

K

k

B

A. h

isari

ebe

Or

Bey Kuz

Be

Ka

ino

50 min

hisa

ri

nonu

Hay

nu

rem

Em

Ka

SYNTHESE

Ha

A.

Us

yup ray nsa

Pa

Yen

Cu

Isti

Em

Ka

sa

E

Ayva

A. h

onü

Emi

K

eyi

rako

y

ili

and

ge en lk

da kü r

- Emin

ek

isari

gun

cuk

Fen

lerb

sikta

batas

Kasi

s

Bal

mpa

a

nlic

y

tako

Ask

at

lu

n

irga

buk

Ç

Sut

oy

saba

hce

nye

ikoy

luce

au-bus

öy

z yko

Be

darpa

sa

Em

öy

SYNTHESE

30

50 min

hisa

r

n

ino

1h30 min ++

hisa

ri

nu

ino

A.

ge en lk

Ka

y

diko

Ç

ri

hisa

nu

Em

1h30 min ++

hisa

nu

Em

hisa

nu

50 min

ino

50 min

ri

Le territoire de Küçüksu se connecte à la ville à travers ino différentes mobilités : routière, grâce à l’autoroute E80 reliant Istanbul à Ankara (et les deux aéroports internationaux) et plus largement le Portugel à l’Iran, la route Kandilli Goksü longeant le Bosphore. Et maritime, grâce au Vapur (ferries desservant inoles deux rives du bosphores). La projet Marmaray de tunnel sous le Bosphore connectera d’ici 2015 Kücüksu au réseau de metro. Le site est donc bien desservi mais de manière hierarchisée et la topographie ne facilite pas l’accès au fond de vallée et dessert une connection dans la transversalité.


Arrivée du metro 2015

Réseaux routiers

Nouvelle mobilité : bateau Bus Le projet profite de ces connections et propose de compléter le réseau existant. Il propose la mise en place d’une nouvelle mobilité de bateau bus venant irriguer l’intérieur de la vallée du Goksü et desservir les quartiers résidentiels ainsi que les différents sites du parcs et ses activités. Afin de d’améliorer le dialogue entre les deux versants de la vallée, de nouveaux franchissements sont proposés : paserelles piétonnes et ponts routiers. Arrêt de Vapur

31


Un paysage “ouvert” ou comment articuler le global et le local Face à un territoire vaste, la stratégie adoptée consiste à utiliser le fragment comme support de reflexion. Le fragent contient en lui une part du global et est lui même un tout. A travers lui s’articule les échelles du global et du local. Il permet de construire un paysage ouvert, une oeuvre évolutive et réversible, que l’on peut construire par bout par bout et dans n’importe quel ordre. Différents paysages-fragments sont identifiés dans le territoire : ils sont le support de reflexion. 1. Les Quatre frères 2. Le campus de Marmara 3. Le jardin du Bosphore 4. Les rives du Kucuksu

1 4

2

3

32


33


Quatre paysages-fragments emblématiques 1. Les Quatre frères Les quatre Frères est le nom donné à ce bras sinueux du Goksü formant un S inversé. Il a’zgissait d’un lieu prisé au début du XXe pour ses nombreux cafés sur l’eau, ses jardins et ses ballades en barque. Location de barque et pique nique. Aujorud’hui les berges servent de garage et d’ateliers de réparation de bateau. Le parc Baruthane est le dernier souvenir d’une époque révolue.

34


Etat des berges du Parc Baruthane

Occupation des berges par les pêcheurs et les réparateurs de bateaux

Forêt de Beykoz

Mairie Ecole maternelle Entrepot - Atelier

Réparation de bateau Parc Baruthane

Friche Usine

Café sur l’eau Mosquée Ecole primaire Rue commercante

35


2. Le campus de Marmara : Le campus de Marmara bien qu’obsolète est un générateur de vie urbaine. Il est entouré par le centre urbain de Kucuksu, des rues commercantes, une mosquée, la mairie, des écoles et connecté à l’autoroute Européenne A 80. Il s’agit d’une porte d’entrée principale et d’un centre urbain pour le quartier. Deux grandes usines désafectée suppriment aujroud’hui l’accès au berges du Goksu mais consituent un patrimoine industriel à mettre en valeur.

36


Bretelle autoroute A80 Grandes surfaces Station service Patrimoine industriel, anciennes usines de corde et de brique

Cimetière byzantin Mosquée Ecole primaire Rue commercante/ marché de rue

Ecole Hotels - Restaurants Rue commercante Faculté de sport publique Mamara

37


3. Le jardin du Bosphore Grande prairie aux chênes centenaires, lieu de pique-nique réputé à l’époque ottomane, la haute société traversant en caïque le bosphore pour une promenade champêtre. Il s’agissait d’un des plus grand jardin de la ville d’istanbul détruit lors de la construction du pont Fatih Sultan Mehmet en 1988 afin d’être converti en aire de stockage et aujourd’hui terrain vague et parking. Sur ce site ouvrant sur le Bosphore se trouvent l’ensemble des sites touristiques : la Forteresse d’Anadolu Hisari, la fontaine et le palais et la plage de Küçüksu. Aujourd’hui l’horizon sur le Bosphore s’est fermé, des restaurants et cafés viennent privatiser les berges.

38


Les rives du Bosphore privatisées

Forteresse d’Anadolu Hisari

l’ancien jardin illuminé en friche

Fontaine de Küçüksu

Palais de Küçüksu

une plage devenue privée

Plage

39


4. Le canal de Küçüksu Le Küçüksu a été canalisé dans les années 1970. Le développement urbain a de fait été plus important dans cette vallée que dans celle du Goksu : observation d’un tissu plus dense et d’axes commerçants importants. De nombreux espaces résiduels bordent le canal Le niveau de l’eau est variable, à sec une grande partie de l’année. Cette vallée concentre sur ces hauteurs de très nombreuses Gated communities construitent ces ingt denrière années.

40


berges à aménager

rue commerçante

friche

Rue commercante Ecole primaire Mosquée Scierie Pépinière

41


Activer le territoire. Stratégies programmatiques S’inspirer du génie du lieu oublié ainsi que des pratiques aujourd’hui existantes pour construire un programme. Le site est doté d’une mémoire forte mais a besoin de nouvelles fonctions et d’un nouveau regard pour se régénérer. Les programmes découleront d’une observation de la mémoire du territoire et des diagnotics établis sur place. De la même facon que les différents temps s’entremêlent dans la statégie programmatique, une attention particulière sera portée aux temporalités d’intervention.

Citizen Kane, Orson Welles : l’entremêlement du passé, présent et futur

42


43


44


Bibliographie

Livres : - Çelik Gülersoy, Küçüksu, İstanbul, 1985. - Christian Norberg-Schutz, Genius Loci, Paysage, Ambiance, Architecture, Ardague Edition, 1997. - Orhan Pamuk, Istanbul, Souvenir d’une ville, Gallimard, 2007.

Articles : - Les espaces publics d’Istanbul entre choix d’ateurs et pratiques citadines, Antoine Fleury. - Le pique nique ou la ville en partage, Antoine Fleury. - Les rivages d’Istanbul : des espaces publics à part, au coeur de la mégapole, Antoine Fleury. - Göksu et Kücüksu, les “Eaux douces d’Asie” au défi de la spéculation immobilière, Excursion urbaine du 14 avril 2010, Observatoire ubain d’Istanbul de JF Pérouse. - La ville à l’ère de la globalisation, Concept d’enclave ludique de Gravari Barbas, 2001.

Sites internet : - http://sehirrehberi.ibb.gov.tr/ (vues aériennes et cartogrphies encienne) - http://oui.hypotheses.org/ (étude sociologique d’Istanbul) - http://harita.yandex.com.tr/ (google street view Istanbul) - http://ahisar.com/ ( iconographie ancienne des Eaux Douces d’Asie) 45