Page 1

Portfolio Léa Morgand Diplômée d’Etat en Architecture


04-05

Curriculum Vitae

06-13

Travaux professionnels

14-19

Projet de fin d’étude

20-21

Mémoire de recherche

22-31

Travaux étudiants

32-33

Travaux personnels


Curriculum Vitae Léa MORGAND diplômée d’état en architecture Née le 26 Février 1991 84, rue de Stalingrad 93100 Montreuil morgand.lea@gmail.com 06 67 99 94 86 Permis B

Formation

2018

Formation HMONP - ENSAL - Session juillet 2018

2016

Formation professionnelle chez LINEIS Logiciels Revit et Archicad, initiation au BIM, durée 12 jours

2014-2015 Lauréate du prix de la Société Académique d’Architecture de Lyon, pour le projet de fin d’étude «Il faut cultiver son jardin» Participation au concours «Himalayan mountain hut» Projet d’un refuge à 4500m dans le massif de l’Himalaya au Népal

2013-2014 Diplôme d’état d’architecture à l’ENSAL, obtenu avec les distinctions du jury dans le domaine d’étude AFT (Architecture, Formes et Transformations), spécialisé dans le patrimoine PFE «Il faut cultiver son jardin», sur la reconversion du parc archéologique gallo-romain de Lyon, distinctions du jury Workshop international «Up and Down the hill of Croix-Rousse», Collaboration avec les écoles d’architectures de Turin et d’Istanbul sur le thème des traboules à la Croix-Rousse

2012-2013 Année de mobilité ERASMUS, à l’université HTWG à Konstanz, Allemagne

2009-2012 Diplôme de licence d’architecture à l’ENSAL, distinctions du

4

jury


Expériences

2015 Cohen-Pouillard architectes, Montreuil 2016-2018 - Mission de concours - ESQ Réhabilitation d’un groupe scolaire, Le Pré Saint Gervais, 93 Groupe scolaire avec crèche départementale, Romainville, 93 Groupe scolaire des 2 Lions, Tours, 37 Réhabilitation groupe scolaire Montgolfier, Bordeaux, 33 - Suivi de chantier - Missions VISA-OPR Groupe scolaire des Pâquerettes, Nanterre, 92 01 04

06

03-05

06-08

04-05

11 03 07-08

Compétences

2016 Projet de réhabilitation d’une ferme d’alpage 2018 Hameau les Achards, massif du Beaumont, Isère Mission privée DIAG-APD-PC-DCE-EXE 2016 TPGM, Vanves Mission de maquette et dessin, réalisation d’images de synthèse Architecture commerciale 2016 Valode et Pistre architectes Chantier du centre hospitalier de Gonesse, 95 Phase OPR (architecturaux) - Levées de réserves 2015 WSP Lyon (Technip TPS) Chantier du CHU de Chambéry, 73 Phases VISA-OPR techniques 2015 Eiffage Construction Rhône et Eiffage TP Chantier du parking Saint Antoine, Lyon 69 Réalisation plans de phasage travaux 2014 Architecture & héritage, architecte du patrimoine Renzo Wieder 2015 Restauration théâtre antique d’Orange, phases DIAG-APD-DCE 2013 Agence 03. Architekten, Munich Stage de découverte du monde professionnel allemand Allemand, niveau B2 Anglais niveau C1, CLES niveau B1 Autocad Archicad Revit Vectorworks Google Sketch up CInéma 4D 3DS Max Photoshop Indesign Illustrator Suite Office Techniques du dessin

5


Photos du bâtiment livré

6


Réalisation d’un groupe scolaire et crèche départementale Mission de concours ESQ, suivi de chantier VISA Romainville, France Année 2015-2017, Cohen-Pouillard architectes Collaboratrice : Claire Nouguès

ACCES LIVRAISON

ACCES PERSONNEL

ACCES LIVRAISON

ACCES SALLE DE QUARTIER ET COUR DE RECREATION

ACCES ECOLE ELEMENTAIRE

ACCES ECOLE MATERNELLE

ACCES ECOLE MATERNELLE

ACCES CRECHE

RAMBLA

Plan du rez-de-chaussée

Axonométrie du projet Léa Morgand - Architecte ADE 2014 - Portfolio

7


Photos de la première tranche

8


Réalisation d’un groupe scolaire Mission de suivi de chantier - VISA-OPR Nanterre, France Années 2012-2018, Cohen-Pouillard architectes Collaboratrice : Claire Nouguès

Détail de l’avancée

Axonométrie du projet Léa Morgand - Architecte ADE 2014 - Portfolio

9


Vue sur le parvis d’entrée de l’école

Coupe en perspective

Vue de la cour maternelle

10


Projet d’un groupe scolaire Mission de concours ESQ Tours, France Années 2017, Cohen-Pouillard architectes Collaboratrice : Claire Nouguès

Plan rez-de-chaussée - école maternelle et espaces mutualisés

Axonométrie du projet Léa Morgand - Architecte ADE 2014 - Portfolio

11


Etats intermĂŠdiaires du chantier

12


Réhabilitation d’une ferme d’alpage Phase DIAG, APS, APD, PC, DCE, EXE Les Achards, Les Côtes-de-Corps, Isère 38 Années 2015 - 2018

Coupe ferme n°4 - Projet d’aménagement

Plan de projet de l’aménagement de la grange Léa Morgand - Architecte ADE 2014 - Portfolio

13


Vues de chantier

14


Chantier hôpital de Gonesse Agence Valode et Pistre Suivi de chantier, OPR Gonesse, France Année 2016

Plan de masse état projeté Léa Morgand - Architecte ADE 2014 - Portfolio

15


1

Mur de scène

6

Vomitorium inférieur

2

Arc Quadrifrons

7

Vomitorium supérieur

3

Hémicycle

8

Orchestra

4

Parascaenium ouest

9

Porticus Post Scaenam

5

Parascaenium est

10

Scaenae Frons

9 5 7

1 2 4

10

8

6 3

Plan du théâtre antique d’Orange

Photos de l’arc Quadrifrons et du mur de scène

16

7


Restauration du théâtre antique d’Orange Diagnostic patrimonial, APD, DCE Orange, France Année 2014-2015, Architecture&héritage Collaboratrice : Sarah Coudry

Desquamation

Érosion

Alvéolisation

Croûte

Altération chromatique

Microgoujonnage

Traitement à l’eau de chaux

Vérification des marbres

Relevé des dégradations - Mur de scène

maçonneries de renfort

Refichage des blocs

Proposition de projet - Mur de scène Léa Morgand - Architecte ADE 2014 - Portfolio

17


Recherche formelle en maquettes

18


Concours «Himalayan mountain hut» Réalisation d’un refuge près du Paldor Peak Paldor Glacier, 5300m, Népal Année 2015 Collaboratrice : Sarah Coudry

Vue extérieure du refuge 1

5

2 4 3

1

Dortoirs 8 places pour les randonneurs

2

Dortoir 4 places pour les guides et les sherpas

3

Double-hauteur dans la salle commune

4

Bibliothèque suspendue et filet de lecture

5

Issue de secours et escalier extérieur

1

Entrée

2

Vestibule, stockage de bagages

3

Bloc de circulation pour le 1er et le sous-sol

4

Salle commune avec double-hauteur

5

Cuisine et coin gardien

6

Cellier

7

Terrasse orientée sud

6 3 1

2

5 4 7

Axonométrie des intérieurs Léa Morgand - Architecte ADE 2014 - Portfolio

19


“Il faut cultiver notre jardin”

Le grand théâtre gallo-romain de Fourvière

20


Reconversion du parc archéologique de Fourvière Projet de fin d’étude «Il faut cultiver notre jardin» Année 2013-2014, ENSAL, Master 2 Collaboratrices : Sarah COUDRY Sophie RUYER

Au départ simple projet de refonte d’un parc archéologique peu mis en valeur et d’un musée

en scission avec les enjeux du monde contemporain, notre projet a évolué peu à peu pour finir par outrepasser les limites de projet initiales. Durant notre conception, nous avons intégré volontairement d’autres échelles de projet. Des interventions architecturales et urbaines localisées n’étaient pas suffisantes à nos yeux pour désenclaver et donner plus attractivité à ce site. L’urbain et le paysage sont devenus avec le temps deux composantes essentielles de notre projet, qui sont venues influencer et déterminer toute notre conception architecturale. L’enjeu de ce projet de refonte du parc archéologique n’est pas de figer cet espace sous une cloche protectrice, mais plutôt de l’ouvrir à la ville tout en mettant en valeur ses qualités historiques, architecturales et archéologiques. Le parc archéologique de Fourvière en est un exemple remarquable car il marie des architectures hétéroclites, avec des ruines antiques, des jardins classiques et un musée brutaliste moderne. La confusion, qui semble y régner aux premiers abords s’efface pour laisser place à des vues pittoresques, digne des tableaux paysagers du XIXème siècle. Notre projet s’est concentré sur l’ensemble des éléments urbains, architecturaux et paysagers constitutifs du parc. Les limites du site ont été entièrement requalifiées et redessinées, car elles étaient confuses et peu lisibles. Les différentes entrées ont été signifiées, et de nouveaux éléments de programmes se trouvent aux limites de ce site. A l’est, le parc vient s’étendre jusqu’au site de l’Antiquaille. L’ancienne chaufferie de l’Antiquaille est réinvestie en bar-café, participant au rayonnement du parc des hauteurs. Une vieille maison, propriété du conseil général vient abriter la maison des nuits de Fourvière, évènement estival majeur sur le site. Un nouveau parvis est redessiné, et vient s’accrocher au nouveau stockage du musée, placé sous le jardin Magnéval et ouvert sur la rue de l’Antiquaille. Le musée est remis en valeur au sein de son site. il est couronné par une nouvelle extension en verre, légère et évanescente qui vient apporter un nouveau dialogue et une nouvelle entrée avec la rue Radisson qui la borde. Elle vient en réponse à la fois à l’absence de relation avec les ruines archéologiques, en apportant une vision totale et panoramique du site, et également aux nouvelles exigences programmatiques, avec un large espace pour les expositions temporaires et un café panoramique. La grande terrasse panoramique et est remise en valeur par l’aménagement d’un jardin gallo-romain. La bibliothèque du monde gallo-romain, présente aujourd’hui dans le musée mais inconnue du grand public, est déplacée dans un nouvel espace qui s’articule au parvis d’entrée du musée. Elle couronne ce haut de site pour former un belvédère d’entrée sur les ruines. Son architecture de pierre dialogue à la fois avec le musée de béton brut et les ruines alentours pour former un système cohérent. Léa Morgand - Architecte ADE 2014 - Portfolio

21


Maison des nuits de Fourvière

Plan de masse

22

Entrée sur le belvédère de la forêt

Les terrasses pédagogiques


Le stockage du musée et le jardin Magnéval

Le café de la chaufferie de l’Antiquaille

Maquette de site - Echelle 1/500

Vue du grand théâtre Léa Morgand - Architecte ADE 2014 - Portfolio

23


Belvédère de la bibliothèque

Analogie aux ruines

Béton de site

Pierre banchée

24

Coupe de matérialité de la bibliothèque

Dialogue pittoresque entre la bibliothèque et le musée gallo-romain


Etat actuel

Musée après transformation

Les collections temporaires du musée gallo-romain

Rue Radisson Léa Morgand - Architecte ADE 2014 - Portfolio

25


Illustrations choisies de refuges passĂŠs et contemporains

26


Le développement du refuge contemporain en montagne Mémoire de recherche de master Année 2013-2014, ENSAL, Master 2 Tuteur du mémoire : Hervé LEQUAY

Ce sujet m’a apporté un nouveau regard sur l’architecture rurale, peu traitée dans les écoles

d’architecture. L’urbanité des villes est un phénomène contemporain majeur, et elle s’étend de plus en plus dans les périphéries et les zones naturelles. Le massif alpin n’y échappe pas, et devient le terrain du tourisme de masse, qui apporte profit mais également un grand nombre de dérives. Mais faut-il pour autant condamner le tourisme de montagne dans une époque où l’on prône des pratiques raisonnées et durables ? A la violence des stations en site vierge et des hôtels florissant en altitude, peut s’opposer un tourisme plus raisonné, qui remet à l’honneur des sports nature et «doux», qui apportent une autre vision de la montagne, et permet une meilleure sensibilisation à des pratiques raisonnées. Les refuges de haute-montagne participent et accompagnent l’accroissement du tourisme en montagne. Autrefois de formes précaires et rustiques, il s’affilient aujourd’hui à plusieurs familles architecturales. Plusieurs formes et systèmes se dégagent aujourd’hui, questionnant le rapport entre le paysage montagnard et l’intervention de l’homme dans ces milieux isolés et solitaires. La considération des refuges chez les architectes et les ingénieurs est venue assez tardivement. Les constructions en montagne étaient réservées jusqu’au XIXème siècles aux autochtones, qui venaient seulement durant l’été. Construire à de aussi hautes altitudes était rare, et seulement en cas de nécessité. Mais les débuts du tourisme changent totalement le rapport à la construction d’abris en altitude, qui se répand peu à peu sur tout le massif alpin. Les architectes commencent seulement à y intéresser à la fin du XIXème, créant de nouveaux codes et esthétiques architecturales. Différents courants naissent, dialoguant souvent avec l’architecture vernaculaire des alpages, tandis que d’autres cassent volontairement les codes pour créer une architecture symbole, qui devient signal hightech et urbain dans le paysage. Aujourd’hui, le refuge cristallise de nombreuses critiques, avec la dénonciation d’un tourisme de masse qui vient à l’assaut des plus grands sommets, le refuge du Goûter en est l’exemple roi. Mais ils également sont de véritables laboratoires sur site, qui ouvrent de nouvelles perspectives sur la construction en montagne. La conception des refuges de haute montagne a donc évolué. La façon de considérer ces constructions isolées dans des milieux extrêmes a changé. Quels imaginaires véhiculent ces refuges contemporains, et quelles sont les filiations et les différences par rapport aux conceptions anciennes ? Existe t’il plusieurs manières d’intervenir en haute montagne ? Comment les architectes arrivent-ils à concilier le patrimoine architectural montagnard et l’architecture contemporaine ? Faut-il tenir toujours compte d’un particularisme local pour intervenir dans des milieux d’altitude isolés ? Comment les architectes d’aujourd’hui et d’hier justifient-ils leurs créations, et comment cela transparaît-il dans leurs discours ? Léa Morgand - Architecte ADE 2014 - Portfolio

27


Portugal - 2012

28


Travaux personnels Carnets de voyage

Allemagne - 2011 - 2014 LĂŠa Morgand - Architecte ADE 2014 - Portfolio

29


30

Morgand LĂŠa - morgand.lea@gmail.com - ENSAL promo 2014

Portfolio et CV - Léa Morgand  
Portfolio et CV - Léa Morgand  
Advertisement