__MAIN_TEXT__
feature-image

Page 1

LE MAL-LOGEMENT S’AGGRAVE EN FRANCE

IL Y A 75 ANS, LA BARBARIE NAZIE ÉTAIT VAINCUE

PALESTINE : MORT LENTE POUR LA VIE DE L’ARAC LE RÉVEIL PALESTINE

Février - N° 861 - 5 €

LA FRANCE

dans son ENSEMBLE

E S U F RE le projet de réforme des retraites du Président

Ensemble, défendons les valeurs de la République


LE RÉVEIL ACTUALITÉS

19 mars 2020 58 ans après la fin de la guerre d’Algérie : toujours le devoir d’histoire, le travail de mémoire pour la vérité Ce 19 mars 2020, il y aura 58 ans, à midi, que les représentants du gouvernement français et ceux du gouvernement provisoire de la République algérienne signaient l’accord de cessez-lefeu de la guerre d’Algérie. C’était le 19 mars 1962. Cette date, reconnue désormais depuis 2012 comme « Journée nationale du souvenir et du recueillement à la mémoire des victimes civiles et militaires de la guerre d’Algérie et des combats en Tunisie et au Maroc » rappelle désormais, chaque année, publiquement, la volonté historique du peuple français ratifiant, le 8 avril 1962, par référendum à 91 % des voix, les Accords d’Evian et le cessez-le-feu. L’Algérie accédait enfin à l’indépendance après une guerre longue de huit ans. Elle devenait enfin la République algérienne libre et souveraine. Elle conquérait ce droit inaliénable, ce droit de pouvoir disposer pour un peuple, de lui-même. Aujourd’hui, le 19 mars est le bien imprescriptible de l’ensemble des Françaises et Français, jeunes et anciens, quelle que soit leur origine. Mais à la mémoire dans sa diversité, doit s’ajouter la volonté de combattre plus que jamais, ceux qui par leurs tentatives d’effacement de l’Histoire entretiennent les séquelles qui empoisonnent encore notre présent (racisme, haine, violence, xénophobie, réhabilitation des criminels de l’exOAS, etc.) L’amitié entre les peuples de France et d’Algérie « pour vivre, pour se développer », doit s’appuyer sur un socle et ce socle c’est la vérité. Cette vérité, nous la devons à tous ceux qui par leur histoire douloureuse, blessés, veulent ouvrir une nouvelle page… La vérité n’abîme pas, elle répare, la vérité ne divise pas, elle rassemble. Le devoir d’histoire, même quand c’est tragique, même quand il est douloureux pour nos deux pays, doit être accompli. C’est œuvrer pour l’avenir ». L’ARAC estime que 58 ans après, chaque peuple doit assumer son passé. Un traité d’amitié et de paix, doit venir régulariser les rapports de coopération entre nos deux pays. L’ARAC pense que cet acte majeur servirait de socle à une nouvelle politique de solidarité et de développement entre la France et l’Algérie ainsi que les peuples du Maghreb. Politiques de respect des souverainetés, d’essor économique et culturel, seule capable de combattre la misère et son terreau, racines des terrorismes et des violences qui ensanglantent le monde. La mémoire de toutes les victimes (d’avant 19 mars et après) s’inspire fortement de notre engagement à l’ARAC, contre la guerre, pour la Paix, pour l’amitié et la solidarité entre tous les peuples, seule voie capable de construire l’avenir auquel aspirent toutes les femmes et tous les hommes conscients de leur fraternité. Villejuif, le 18 février 2020

2-

LE RÉVEIL - N° 861 - FÉVRIER 2020


ÉDITO LE RÉVEIL ENSEMBLE, CONTINUONS A DEFENDRE LA DEMOCRATIE

SOMMAIRE Actualités 19 mars 2020 ............................................................................................................... 2 Le budget 2020 appauvrit les pauvres, selon l’ofce ..................................................... 4 Les personnels hospitaliers restent mobilisés : 11 mois après les premières grèves ..... 5 Les repreneurs d’ArjoWiggins auraient vide les caisses en quelques mois.................5-6 « C’est une immense tromperie ! » : Comment le gouvernement prive les agriculteurs retraités du minimum à 1 000 Euros ............................................................................. 6 A.P.L. : Coup dur pour 600 000 Foyers.......................................................................... 7 Halte a la censure ......................................................................................................... 7

International La guerre à nos portes ................................................................................................. 9 Palestine : Mort lente pour la Palestine ................................................................ 9 à 11 Libye : Jeux de guerre dans une Libye au bord du chaos ....................................11-12 Des officiers des forces spéciales allemandes soupçonnés d’être liés à l’extrême droite ......................................................................................................................... 12

Vos droits Vos droits ........................................................................................................... 22 à 24

Vie de l’ARAC Tombola Noel .............................................................................................................. 8 Samedi 8 février 2020 : Hommage aux neuf victimes de la répression sauvage du 8 février 1962 lors de la manifestation contre l’OAS et pour la paix en Algérie ......... 21 L’ARAC de Loire Atlantique (44) proteste contre la demande de la section de l’UNC de Rezé de retirer la plaque commémorative du 19 mars 1962 ................................ 21 Vie de l’ARAC ..................................................................................................... 25 à 30

Hommage Panthéon : Hommage à René CASSIN, le 14 février 2020............................................ 32

P. 13 . D O S S I E R

Il y a 75 ans, la barbarie nazie était vaincue

www.le-reveil-des-combattants.fr LE RÉVEIL DES COMBATTANTS Fondé en 1931 par Henri Barbusse et Paul Vaillant-Couturier. Mensuel de l'Association républicaine des combattants pour l'amitié, la solidarité, la mémoire, l'antifascisme et la paix. Commission paritaire n° 0723-A06545 ISSN N° 0751-6215 • Édité par les Éditions du Réveil des Combattants • SARL au capital de 45 734,41 € - Siret : 572 052 991 000 39 2, place du Méridien - 94807 Villejuif cedex Tél. 01 42 11 11 11 reveil-des-combattants@wanadoo.fr

• Tirage : 60 000 exemplaires • Directeur-gérant : Raphaël Vahé • Directeur : Patrick Staat • Rédactrice en chef adjointe : Brigitte Canévêt • Comité de Rédaction : Hervé Corzani, JeanPierre Delahaye, Laurence Gorain • Régie Publiciatire : HSP - Tél. 01 55 69 31 00 contact@hsp-publicité.fr • Administratrice : Annick Chevalier • Conception graphique - Impression : RIVET PRESSE EDITION - 24, rue Claude-Henri-Gorceix, 87022 Limoges cedex 9

C

e qui marque l’actualité française aujourd’hui, c’est la surdité du gouvernement face l’expression de la majorité des Françaises et des Français dans leur refus du projet de réforme de la retraite qui va plonger des milliers de retraités dans la misère et la précarité. Le contexte social est tendu depuis le mouvement des « gilets jaunes ». Depuis 67 semaines, ils manifestent tous les samedis. Le pouvoir et ses « chiens de garde » ont beau dire, les Gilets Jaunes sont toujours déterminés à faire entendre leur voix. Le gouvernement ne convainc ni sur son projet de réforme de la retraite, ni à faire cesser la contestation qui s’intensifie partout. Il s’attaque aux militants syndicaux, aux manifestants. Aucune tentative d’intimidation ne fera stopper cette mobilisation historique par sa durée, son enracinement et son caractère multiforme. E. Macron reste sourd aux cris de détresse des agriculteurs qui attendaient un geste du Chef de l’Etat. Un agriculteur à la retraite touche en moyenne 730 € par mois, c’est en dessous du seuil de pauvreté. Mais pas question pour lui de céder et de revaloriser les retraites.* Un homme qui a été élu en 2017 avec 18 % des inscrits au 1er tour puis par le rejet du Front National au 2e, peut-il tout se permettre ? A-t-il la légitimité à imposer à tout un peuple une réforme impopulaire avec des millions d’opposants dans la rue ? Cette situation devrait conduire à plus d’écoute, de prise en compte des opinions et revendications exprimées plutôt que de poursuivre une politique ne servant que les tenants de la finance faisant de lui « le président des riches ». Il faut écouter les cris et les douleurs des salariés, des retraités, des jeunes pour que cessent ces choix qui ont commencé par la suppression de l’ISF pour se poursuivre avec la casse des retraites. Le mécontentement, la répression et la remise en cause des valeurs républicaines font toujours le lit de l’extrême droite. L’histoire depuis un siècle nous a prouvé que l’avènement du fascisme s’est appuyé à chaque fois sur une crise économique, le refus de répondre aux légitimes revendications. Nous sommes dans un processus dangereux pour la démocratie et la pérennité des valeurs républicaines. Face à de tels dangers, seul le rassemblement de tous les républicains, de toutes celles et tous ceux épris de « Liberté, Egalité, Fraternité », de laïcité, de démocratie, peut faire face au risque de montée du fascisme en France et en Europe. Patrick STAAT *voir l’article dans ce numéro

LE RÉVEIL - N° 861 - FÉVRIER 2020

-3


LE RÉVEIL ACTUALITÉS

Le budget 2020 appauvrit les pauvres, selon l’OFCE Selon une étude de l’OFCE publiée le 5 février, le budget 2020 dessiné par l’exécutif présenterait une nouveauté, comparé aux budgets précédents : il fait perdre du pouvoir d’achat aux plus pauvres mais favorise les classes moyennes et supérieures. « Les ménages appartenant au 20 % les plus modestes », c'est-à-dire « ceux dont le niveau de vie est inférieur à 1 315 euros par mois par unité de consommation », ce qui revient à 2 370 euros pour un couple avec un enfant, seraient perdants avec la mise en place des mesures du budget 2020, note l'étude. En cause, principalement la baisse des allocations logement et la

réforme de l'assurance-chômage. « Ils subissent également les effets négatifs de la fiscalité indirecte, sur le tabac et la taxe carbone », estime Mathieu Plane, chercheur à l'OFCE et auteur de l'étude. Pire, ce sont les plus vulnérables qui perdent le plus : ceux qui gagnent moins de 820 euros par mois par unité de consommation perdent en moyenne 45 euros par an, quand ceux qui disposent entre 1 120 et 1 220 euros par unité de consommation perdent en moyenne 10 euros. Les autres perdants du budget 2020 sont les ménages les plus aisés, et surtout les ménages de retraités, affectés

par le quasi-gel des pensions de retraite de plus de 2 000 euros par mois, et encore assujettis à l'IFI (impôt sur la fortune immobilière). Source : Challenges – extraits – 05/02/20 – E. Attias

Les luttes fécondes… Arnault, qui gagne 11,60 euros par seconde aura engrangé la somme vertigineuse de 2 505 600 000,00 euros, oui, plus de 2 milliards et demi !

Grève des avocats à Lyon.

Nous vivons une époque formidable. Le mouvement social, qui ne meurt pas mais change de forme au fil des semaines, nous offre des moments incroyables. D’abord il s’est inscrit dans la durée et s’enracine dans les profondeurs de l’histoire sociale et politique de ce pays. La durée : imaginons un cheminot ayant fait grève depuis 50 jours, il est technicien de maintenance, salaire mensuel moyen de 1 981 euros. Au cinquantième jour il aura perdu 3 301 euros. Sur la même période, notre champion du monde, Bernard 4-

LE RÉVEIL - N° 861 - FÉVRIER 2020

Mais, ce qui frappe aussi dans cette lutte, c’est l’incroyable imagination qui s’est emparée du mouvement. Il y a bien sûr les nécessaires manifestations, les AG, les retraites aux flambeaux, les discussions partout et à chaque instant sur cette réforme des retraites, enfantée par la loi du marché. Ça infuse, ça réfléchit et ça comprend les dangers de ce texte. M. Macron, vous avez perdu la bataille de l’opinion malgré tout l’arsenal que vous mettez en œuvre. Et ce mouvement, il surprend, il amuse et il se rend sympathique. Nous avons tous été emballés par cette interprétation du “Lac des cygnes” sur le parvis de l’Opéra Garnier, un samedi de décembre. Les slogans plein d’originalité croisés sur des pancartes, ce CAC 40 qui devient « Conspirateurs Amis des Capitalistes, 40 voleurs ». Ces avocats qui jettent leur robe aux pieds de la Garde des Sceaux en plein discours… A un autre endroit, ils arborent un magnifique jabot rouge par-dessus leur

robe remplaçant le blanc réglementaire. Du jamais vu ! Et puis, le tube du mois, incontestablement, la chorégraphie de ces femmes en bleu de travail, foulard rouge dans les cheveux, gants jaunes au cœur des manifestations, et en musique s’il vous plaît, parodiant un tube des années quatre-vingt, “A cause des garçons” devenu, dans le contexte, “ cause de Macron”. Elles nous rappellent ce tableau de Norman Rockwell peint en 1943, une femme dans cette tenue, “Rosie the riveter”, Rosie la riveteuse, à l’image de ces femmes américaines remplaçant dans les usines les hommes partis à la guerre. Quelle belle image ! Vraiment, la lutte est féconde, elle stimule l’imagination pour créer de nouvelles formes d’action, jamais au bout de nos découvertes. Alors, le texte de loi est désormais au Parlement. Place à la créativité en parallèle au combat parlementaire, les député.e.s en short et baskets, quant aux occupants du Palais du Luxembourg, sénatrices et sénateurs en tutus et ballerines ! Par Eric Bocquet, sénateur communiste


ACTUALITÉS LE RÉVEIL

Les personnels hospitaliers restent mobilisés 11 mois après les premières grèves Onze mois après les premières grèves dans des services d’urgences parisiens, les personnels soignants inquiets de la dégradation de l’hôpital public continuent de se faire entendre à travers le pays pour demander « la réouverture de lits » et « le recrutement de personnels en nombre suffisant et avec des salaires décents ». Sur le terrain, les médecins font désormais vivre le mouvement qui avait été lancé par les paramédicaux. Depuis le 27 janvier, les hôpitaux du pays vivent ainsi au rythme des démissions – très symboliques – de chefs de service de leurs fonctions administratives, les soins et l’enseignement étant toujours assurés. Près de 1 200 d’entre eux avaient brandi cette menace le 14 janvier si le gouvernement refusait d’ouvrir des négociations budgétaires. La ministre de la santé, Agnès Buzyn, qui a repoussé à la mi-mars sa prochaine rencontre avec des représentants des médecins démissionnaires, estime qu’il faut désormais laisser le

temps au plan d’urgence annoncé le 20 novembre 2019 par le gouvernement d’entrer pleinement en vigueur. Celui-ci comprend notamment des primes pour certaines catégories de soignants, des budgets pour l’amélioration de la qualité de vie au travail et une reprise par l’Etat d’un tiers de la dette des établissements de soins publics, soit 10 milliards d’euros en trois ans. Dans les hôpitaux, les premiers fonds issus du plan gouvernemental ont reçu un accueil mitigé. « Grâce à notre mobilisation, notre hôpital a reçu 500 000 euros pour du matériel et améliorer les conditions de travail, témoigne R. Chouquer, médecin réanimateur et responsable d’unité, démissionnaire à Annecy. On va peutêtre acheter un lève-malade quelque part, de nouveaux brancards ailleurs, mais c’est loin de changer la vie des soignants. Avec ce plan, on va voir de tout petits effets, alors qu’il nous faut de gros changements. On est loin du compte. »

Urgences grève hopital Mulhouse.

Alors que le gouvernement semble avoir fermé la porte à tout nouveau geste budgétaire, les organisateurs du mouvement affichent, eux, leur détermination. « Il ne faut pas que le gouvernement ait la moindre illusion : ça ne pourra pas s’arrêter », a fait valoir R. Péquignot, du Syndicat national des praticiens hospitaliers anesthésistes réanimateurs (SNPHAR-E) lors d’une conférence de presse. Source : LE MONDE – extraits – F. Béguin

Les repreneurs d’ArjoWiggins auraient vidé les caisses en quelques mois Un “pillage” ? C’est le terme employé par l’avocat de 104 anciens salariés de la papeterie ArjoWiggins Security de Jouy-sur-Morin, en Seine-et-Marne, pour qualifier l’action des repreneurs de l’entreprise. Depuis janvier 2019 et la prononciation de la liquidation judiciaire, 220 employés de la société spécialisée en papier sécurisé pour les billets de la banque de France et permis de conduire sont au chômage. Ces derniers attaquent aujourd’hui, devant les prud’hommes, leurs anciens patrons pour “licenciement sans cause réelle et sérieuse”, rapporte “Le Parisien”. Déficitaire, ArjoWiggins, filiale de Sequana, a été vendue en février 2018 à deux fonds germano-suisses, Blue

Motion Technologies et Parter Capital. Pour faciliter cette reprise, la Banque publique d’investissement (BPI) avait prêté 10 millions d’euros à Sequana en mars 2018 « pour sa division sécurité, afin de pérenniser le plan de sauvegarde ». L’État avait quant à lui effacé une ardoise de quatre millions d’euros d’impôts. Le 11 avril 2018, la reprise d’ArjoWiggins Security est validée par le tribunal de commerce de Nanterre pour un euro symbolique. Problème : il semblerait que personne n’ait vérifié les antécédents judiciaires des repreneurs. « C’est l’entreprise Sequana qui a fait le choix, sous le contrôle du tribunal de commerce qui est décisionnaire en der-

nier ressort. Les services du ministère de l’Economie ne choisissent pas tel ou tel repreneur », se dédouane Bercy, relayé par le quotidien francilien. Une fois les repreneurs en place, aucun LE RÉVEIL - N° 861 - FÉVRIER 2020

-5


LE RÉVEIL ACTUALITÉS plan social à l’horizon, de quoi rassurer salariés et élus locaux. Le calme avant la tempête. Les promesses d’investissements ne sont pas tenues et les contrats ne sont pas complètement honorés, car les nouveaux patrons d’ArjoWiggins refusent d’avancer les cautions nécessaires pour se faire payer à la livraison de la marchandise. Pourtant, à la reprise, les comptes de l’entreprise affichaient 14 millions d’euros de disponibles. Mais selon l’avocat des ex-salariés, Me Henry, 1,7 million d’euros seraient sortis des caisses de l’entreprise, au profit des repreneurs. « Certains dirigeants se signent euxmêmes leurs propres commissions », rapporte le conseil dans les colonnes du Parisien.

Quelques mois seulement après la validation du rachat, en août 2018, l’usine est en cessation de paiement. Le tribunal de commerce avait pourtant affirmé que 80% du chiffre d’affaires d’ArjoWiggins Security pour 2018 était assuré, grâce aux commandes déjà enregistrées. Face à cette situation critique, les élus locaux contactent alors le ministre de l’Économie. Furieux, Bruno Le Maire écrit alors aux repreneurs. « Votre refus de contribuer au moindre financement à ce stade est irresponsable et compromet directement environ 250 emplois », s’insurge le ministre dans une lettre datée du 12 octobre 2018. Malgré le financement à 80 % des fameuses cautions par la BPI pour dé-

bloquer le paiement des contrats, les repreneurs choisissent de prendre la tangente. Début janvier 2019, les salariés apprennent avec stupeur la fermeture de l’usine. La liquidation judiciaire est prononcée le 16 janvier 2019. « Les élus locaux, les salariés, tout le monde pensait qu’on était sur la bonne voie. Et on s’est aperçu que les repreneurs étaient des escrocs. On s’est fait piéger et on s’est fait piquer notre pognon », s’indigne Didier Olanier, délégué CGT, auprès du Parisien. Depuis, les offres de reprises ont toutes été refusées. Une enquête préliminaire a été ouverte par le parquet de Nanterre pour déterminer les responsabilités dans cette affaire. Source : CAPITAL – 11/02/20

« C’est une immense tromperie ! » : Comment le gouvernement prive les agriculteurs retraités du minimum à 1 000 Euros Emmanuel Macron a évoqué le nouveau minimum de pension à 1 000 euros prévu par la réforme des retraites. Et s’est arrêté sur le cas des exploitants agricoles : « Il y a la question du stock. Et il ne faut pas se leurrer, on ne pourra pas aller à 1 000 euros pour tous » a-t-il expliqué.

La réforme des retraites prévoit un minimum de 1 000 euros par mois pour les agriculteurs. Mais il ne s’appliquera qu’à ceux qui partiront à partir de 2022, excluant les retraités actuels. L’exécutif les avait déjà privés d’une revalorisation en 2017, quand il avait bloqué une proposition de loi portant leur retraite à 85 % du Smic minimum. 6-

LE RÉVEIL - N° 861 - FÉVRIER 2020

Un examen du projet de loi permet d’éclairer les propos présidentiels : seuls les agriculteurs ayant liquidé leur pension « à compter du 1er janvier 2022 » la verront portée à 1 000 euros, puis 85 % du Smic en 2025. Exit donc les 1,3 millions de retraités actuels, le “stock” évoqué par le chef de l’Etat. Ce n’est pas la première déception que l’exécutif leur inflige : en 2018, il avait bloqué une proposition de loi portant

leur pension minimum à 85 % du Smic, soutenue par tous les autres partis. Au-delà des agriculteurs déjà en retraite, le tour de passe-passe du gouvernement a aussi empêché de nombreux nouveaux retraités de profiter de la hausse du minimum. Les 85 % du Smic auraient en effet dû s’appliquer dès janvier 2018 avec la proposition de loi, alors que les 1 000 euros prévus par l’exécutif n’entreront en vigueur qu’en 2022. Tant pis pour les agriculteurs partis à la retraite entre-temps. Et pour ceux qui achèveront leur carrière après 2022, les montants annoncés ne représentent qu’une faible garantie. Ni les 1 000 euros, ni les 85 % du Smic promis ne sont en effet indiqués dans le projet de loi : le texte précise que le nouveau minimum sera “[fixé] par décret”, c’est-à-dire par l’exécutif. De quoi permettre à un futur gouvernement de changer son niveau sans avoir à passer devant le Parlement. Source : MARIANNE – 13/02/20 – S. Grob


ACTUALITÉS LE RÉVEIL

Le mal-logement s’aggrave en France En France, quatre millions d'habitants n'ont pas de logement ou vivent dans de très mauvaises conditions. C'est le chiffre que donne la Fondation Abbé Pierre dans son dernier rapport annuel. Loin de s'améliorer la situation s'aggrave, dit l'association. La Fondation Abbé Pierre dans son bilan du mal logement, distingue deux catégories de personnes : celles qui sont mal logées et celles qui sont dans une situation fragilisée de logement. Les mal logées, ce sont par exemple les personnes privées de logement personnel : les SDF, les gens qui vivent dans des bidonvilles, dans des centres d'hébergement, dans des foyers de travailleurs, à l'hôtel… Et puis les mal logés, ce sont aussi les personnes qui vivent dans des conditions difficiles, qui n’ont pas de chauffage ou pas de WC individuel par exemple. Ou qui vivent en situation de surpeuplement accentué, c’est-à-

dire dans un logement trop petit, où il manque au moins deux pièces par rapport au nombre de personnes qui habitent le logement. Ceux-là sont 4 millions. Autour de ce noyau de mal logés, il y a un cercle plus large, avec ceux qui sont touchés d'une façon ou d'une autre par la crise du logement : propriétaire ou locataires, en situation de surpeuplement modéré (1 seule pièce manquante), qui souffrent de précarité énergétique – par exemple ceux qui font le choix de remplir leur frigo plutôt que chauffer leur logement, ou encore tous ceux en situation de retard de paiement ou d'impayés de loyers ou de charges. Ça concerne 12 millions de personnes en France. Et la situation ne fait qu'empirer. Par exemple, les Français sont 44 % de plus qu’en 2006 à se priver de chauffage faute de pouvoir régler toutes les factures.

Les expulsions locatives avec intervention de la police, par exemple, qui battent des records : près de 16 000 en 2018, contre 6 300 en 2001, soit une augmentation de 48 %. Chiffres à multiplier par 2 ou 3, dit la Fondation, si on prend en compte ceux qui ont quitté leur domicile avant expulsion, sous la pression de la procédure. Autre facteur inquiétant, l’augmentation des coupures d’énergie par les fournisseurs d’électricité et de gaz : 572 000 interventions pour impayés en 2018 contre 549 000 en 2017. Source : 25e rapport de la Fondation de l’Abbé Pierre

A.P.L. : Coup dur pour 600 000 Foyers Coup dur pour 600 000 foyers français, puisqu’ils perdront les APL, et ce à cause d’une réforme qui change tous les calculs de l’aide au logement. Ce changement était initialement prévu pour le 1er janvier 2020, mais repoussé au 1er avril pour des « raisons techniques ». Pour économiser 1,2 milliard d’euros, le gouvernement a décidé de modifier le mode de calcul des aides personnalisées au logement, communément

appelé APL. Initialement prévu le 1er janvier, l’application officielle est prévue pour le 1er avril 2020. Le gouvernement estime que 600 000 foyers pourraient perdre cette allocation. La cause : le mode de calcul ne sera plus du tout le même. En effet, au lieu de calculer les revenus perçus en 2018, les aides seront calculées sur la base des ressources à partir des 12 derniers mois glissants. Cette réforme sera aussi appliquée sur

l’allocation de logement familial, aussi appelée ALF, et sur l’allocation de logement social – ALS –. Le décret parut au « Journal officiel » décrit ce nouveau système comme étant des calculs d’« APL en temps réel ». Par conséquent, à partir du 5 mai – ce qui correspondra aux APL d’avril, 1,2 million de foyers verront leurs APL diminuer. Un nouveau coup dur après une baisse d’APL

réforme des retraites alors que l’ensemble des outils de communication devait être utilisés pour appeler à la manifestation nationale interprofessionnelle du 20 février. Cette suspension illustre les dangers des mécanismes de censure automatisés que le projet de loi Lutte contre la haine sur internet souhaite généraliser.

Ce n’est que grâce à la mobilisation des instances représentatives de la profession et des organisations syndicales que le compte a pu être rétabli. Le SAF tient à remercier chaleureusement toutes celles et tous ceux qui ont une nouvelle fois démontré l’unité de notre profession.

Halte à la censure Le compte Twitter du Syndicat des Avocats de France (@syndicatavocats) a été suspendu le 17 février 2020, sans la moindre explication. Cette suspension porte une atteinte d’une particulière gravité à la liberté d’expression et à la liberté syndicale. Le syndicat des avocats de France dénonce cette censure, en plein milieu du mouvement social contre la

18/02/2020

LE RÉVEIL - N° 861 - FÉVRIER 2020

-7


LE RÉVEIL ACTUALITÉS

Tombola de NoEl du REveil Nous avons un gagnant ou plutôt une gagnante avec le

N°13113. Une bretonne, de Brest, militante de notre association. Bravo à notre amie Jacqueline HERE.

L’ARAC sur les réseaux sociaux la page Facebook : ARAC National le site internet : http://www.arac-nationale.fr/ qui regroupe tous nos réseaux sociaux (blog du Réveil, site internet du Réveil, page Facebook, …)

Pour que votre univers reste lumineux s ENTRETIEN D’IMMEUBLES s REMISE EN ÉTAT s TOUS DÉBARRAS s NETTOYAGE PARKING s NETTOYAGE VITRES

Entreprise de Propreté et de Services

56, rue Louis Blanc s 75010 PARIS s Tél. : 01 46 07 53 17 s Fax : 01 42 05 97 88 s Email : scotnet@scotnet.fr

8-

LE RÉVEIL - N° 861 - FÉVRIER 2020


INTERNATIONAL LE RÉVEIL

La guerre à nos portes Multiplication des foyers de tension, affrontements régionaux, relance de la course aux armements, irresponsabilité des gouvernants, la planète en danger vital. Les conflits armés n’ont jamais été aussi nombreux. Du Yémen à la Syrie, du Congo à l’Irak en passant par Gaza et dans bien d’autres endroits dans le monde, des populations subissent bombardements et assassinats de masse. Quelles que soient leur nature et leur intensité, les guerres entraînent partout violences et chaos. Les Etats marchands d’armes comme la France, font de l’argent avec le sang des déshérités de la planète. C’est à celui qui fournit le tank dernier cri, le missile le plus performant, la bombe à billes ou pas, les produits toxiques en tous genres. Le criminel cynisme de l’argent roi à n’importe quel prix humain donne à voir sur l’état réel du monde. Et il y a encore plus grave dans l’escalade du sordide. A l’initiative de Donald Trump, la plupart des accords de désarmement et de contrôle des armes nucléaires ont été jetés au panier. Ces traités obtenus après des années de négociations sont

devenus chiffons de papier ouvrant la voie à une nouvelle course aux armements. Trump met en place des structures militaires pour une éventuelle guerre spatiale, Poutine annonce de nouveaux missiles hypersoniques tandis que la Chine renforce son dispositif militaire avec de nouveaux satellites et un nouveau porte-avions. Dans un mouvement dantesque, les « progrès » de l’intelligence artificielle et de l’automation entraînent l’apparition de nouvelles générations d’armements. Nucléaires ou pas. L’assassinat à Bagdad du général iranien Soleinami - un crime d’Etat commis sur ordre du dangereux malade mental irresponsable Trump - a été effectué par un drone commandé depuis une salle de commandement située au Pentagone aux Etats-Unis. Des « spécialistes » militaires vont jusqu’à annoncer une généralisation de l’utilisation des « robots tueurs ».

Ces armes seront en mesure de sélectionner et d’attaquer des cibles sans intervention humaine. Elles seront totalement autonomes ne respecteront pas ce qui reste des normes du droit international humanitaire, notamment les règles de distinction, de proportionnalité alors qu’elles menacent le droit fondamental à la vie et le principe de dignité humaine. L’Association Human Rights Watch appelle à une interdiction préventive sur le développement, la production et l’utilisation d’armes totalement autonomes. Faudrait-il attendre silencieusement (servilement) que l’apocalypse s’abatte sur les populations ? Faudrait-il laisser les fous de guerre transformer le monde en un possible brasier incontrôlable ? Faut-il laisser faire ? José Fort

Palestine

Mort lente pour la Palestine Annexion des colonies par Israël, « Jérusalem indivisible », Etat palestinien sous conditions… Trump et Nétanyahou asphyxie les palestiniens Donald Trump a présenté, mardi 28 janvier, sa vision « d’une paix israélo-palestinienne », au côté du premier ministre israélien, Benyamin Netanyahou. Le plan s’aligne en tout point sur les exigences israéliennes et valide l’annexion des territoires palestiniens, en dépit des résolutions de l’ONU. Jérusalem serait la capitale « indivisible » et « libérée » d’Israël, les Palestiniens devraient se contenter,

à l’Est, des faubourgs hors de la ville. Un Etat palestinien serait créé, amputé de 30 % de son territoire de 1967, et au prix de très importantes concessions. Benyamin Netanyahou était tout sourire. Devant le Premier ministre israélien, jubilatoire, et en l'absence des Palestiniens, Trump a présenté, depuis la Maison-Blanche à Washington son « plan de paix ». Plus exactement, il en a « dévoilé les grandes lignes, mais

c'est Benyamin Netanyahou qui en a révélé les détails », selon le correspondant au Moyen-Orient de Radio LE RÉVEIL - N° 861 - FÉVRIER 2020

-9


LE RÉVEIL INTERNATIONAL

France, cité par franceinfos. C’est tout dire ! Toutes les dispositions sont détaillées dans un document de la Maison Blanche de 181 pages qui constituent, selon Le Monde, un « alignement sans précédent sur les exigences israéliennes ». Le plan reconnaît à Tel-Aviv le droit d'annexer les colonies qu'il a créées en Cisjordanie occupée. Il octroie ainsi à Israël la souveraineté sur la vallée du Jourdain que réclamait Benyamin Netanyahou. Qualifiant cette zone de "vitale" pour Israël, le chef de la droite israélienne a aussitôt annoncé que l'Etat allait « appliquer sa souveraineté ». Dans la foulée, l'ambassadeur des Etats-Unis, David Friedman, s'est fait encore plus explicite, affirmant qu'Israël pouvait annexer ses colonies « sans attendre ». Sur Twitter, Donald Trump a publié une carte de « l'Etat d'Israël » avec ce message : « Je serai toujours aux côtés de l'Etat d'Israël et du peuple juif. Je soutiens avec force leur sécurité et leur droit à vivre sur leur patrie historique. Voici le temps de la paix ! » A quoi ressembleraient les zones revenant aux Palestiniens dans une Cisjordanie amputée de la vallée du Jourdain ? Elles seraient « globalement centrées sur les grandes agglomérations arabes de Jénine, Naplouse, Ramallah, Jéricho, Bethléem et Hébron », énumère Le Figaro, « avec de profonds couloirs taillés pour relier les grands blocs de colonies israéliennes. Quinze colonies restant enclavées seraient reliées à Israël par des routes sous contrôle de Tsahal ». 10 - LE RÉVEIL - N° 861 - FÉVRIER 2020

Seraient aussi attribuées aux Palestiniens, toujours selon le quotidien, « deux zones dans le désert du Neguev pour développer une zone industrielle de haute technologie ». La superficie du futur Etat palestinien serait donc nettement en-deçà de ce que demandent les Palestiniens, qui voudraient récupérer l'ensemble des Territoires occupés depuis 1967 par Israël. Au passage, le plan Trump balaie les résolutions du Conseil de sécurité de l'ONU sur le sujet, dont la résolution 242. Celle-ci prévoit depuis un demi-siècle le retrait des forces armées israéliennes des territoires occupés depuis la guerre de 1967.

Jérusalem, « capitale indivisible d'Israël » Premier président des Etats-Unis à reconnaître Jérusalem comme capitale de l'Etat israélien, Donald Trump a affirmé que la ville resterait « la capitale indivisible d'Israël ». Certes, il a aussi assuré qu'un futur Etat palestinien pourrait avoir sa capitale, Al-Qods, dans « Eastern Jerusalem ». Mais le terme est ambigu. Il peut être compris comme Jérusalem-Est, c'est-à-dire la partie occupée et annexée par Israël en 1967 que les Palestiniens revendiquent comme capitale de leur Etat. L'administration Trump, semble-t-il, songe plutôt à des faubourgs situés dans l'Est de la Ville sainte ! En clair, il s'agirait de localités comme Abou Dis, techniquement situées à Jérusalem, mais du côté oriental de

la barrière de sécurité séparant Israël des Territoires palestiniens. Cette hypothèse avait déjà été envisagée par, Obama, rappelle le correspondant du Monde au Proche-Orient. Sur la question des lieux saints, le locataire de la Maison-Blanche a appelé au maintien du statu quo sur l'esplanade des Mosquées. Mais les auteurs du plan ébauchent surtout, selon Libération, une contradiction hautement explosive : « S'ils mentionnent leur attachement au statu quo actuel, ils appellent à la liberté de prière sur l'esplanade des Mosquées (le mont du Temple pour les juifs), revendication phare des nationalistes religieux israéliens, farouchement combattue par les Palestiniens et les Jordaniens, gardiens du site », explique le journal. Sur le papier, les Palestiniens ont droit à un Etat, mais sous de multiples conditions. Ils doivent reconnaître Israël comme « Etat juif », « rejeter le terrorisme sous toutes ses formes » et renforcer leurs institutions. S'ils acceptent de négocier et accèdent finalement à un tel Etat, celui-ci sera « démilitarisé » : Israël resterait responsable de la sécurité et du contrôle de l'espace aérien à l'Ouest de la vallée du Jourdain, tandis que le Hamas, qui contrôle la bande de Gaza, serait « désarmé ». « Sans contrôle des frontières et des axes de communication, l'Etat qu'on promet [aux Palestiniens] n'aura d'Etat que le nom », écrit le Monde tandis que le correspondant de Radio


INTERNATIONAL LE RÉVEIL

France au Proche-Orient observe qu'aux yeux du chef du gouvernement israélien, ce plan n'est qu'« un chemin vers un Etat israélien ». Donald Trump enterre le « droit au retour » des réfugiés palestiniens. Ceux-ci ne pourront pas rentrer sur le

sol israélien, même s'ils appartiennent à des familles ayant fui ces terres, notamment lors de la guerre de 1967. « Les réfugiés palestiniens auront le choix entre vivre dans le futur Etat palestinien, s'intégrer dans les pays où ils résident actuellement, ou s'installer dans un pays tiers », affirme la Maison Blanche. Les Etats-Unis promettent néanmoins de « travailler avec la communauté internationale » pour aider « généreusement » ce processus de réinstallation. Mais dans les faits, Washington a cessé de contribuer à l'agence de l'ONU pour

ces réfugiés, sous l'impulsion de l'actuel locataire de la Maison Blanche. Tout dans ce plan est réfléchi, conçu pour étrangler les palestiniens, faire disparaître à petit feu la Palestine à la satisfaction des extrêmes israéliennes des faucons de Washington et des évangélistes américains socle de l’électorat Trump. C’est un plan criminel qui se met en place dans le silence accablant des chancelleries particulièrement sur le vieux Continent, de l’Union européenne et de la France. JP Delahaye

Libye Point de vue de Mehdi Taje Senior expert en géopolitique et en prospective, Directeur de Global Prospect Intelligence, Président de l’IVASP (Institut de Veille et d’Analyse Stratégique et Prospective) et membre du collège des conseillers internationaux du CF2R. EXTRAITS

Jeux de guerre dans une Libye au bord du chaos : En dépit des engagements souscrits lors de la conférence de Berlin tenue le 19 janvier 2020 – à savoir notamment l’instauration d’un cessez-le-feu durable, le respect de l’embargo sur les armes et l’arrêt de toute livraison d’armements aux belligérants, la non-ingérence, etc. -, la situation en Libye semble se détériorer au risque d’échapper à tout contrôle et de déstabiliser l’espace maghrébo-sahélien. En effet, nous assistons, au contraire, à une accélération des ingérences et des livraisons d’armements en violation des engagements pris lors de la conférence de Berlin. La guerre en Libye, pour le moment de basse intensité, risque de basculer dans un conflit généralisé de haute intensité hypothéquant l’existence même de l’Etat libyen. En effet, le conflit s’est internationalisé, échappant aux belligérants cantonnés au rôle de « proxys »

d’acteurs régionaux et internationaux livrant bataille pour des objectifs stratégiques et économiques particuliers, pour le contrôle et le partage des richesses pétrolières et gazières du pays évaluées à 48 milliards de barils[1] et se garantir une part de marché quant à la future reconstruction du pays estimée à plus de 270 milliards de dollars par la Banque mondiale.

Libye, nouvelle Syrie ? Depuis le 19 janvier 2020, les deux belligérants, à savoir le camp Sarraj représenté par le GUN[2] – principalement soutenu par la Turquie, le Qatar et dans une moindre mesure l’Italie et la Grande-Bretagne – et le maréchal Haftar – avec ses principaux soutiens, l’Egypte, les Emirats arabes unis (EAU), l’Arabie saoudite, la France, la Russie et dans une moindre mesure, avec une stratégie opaque, les

Etats-Unis – ont bénéficié d’un apport massif en armements sophistiqués, en mercenaires et en troupes nourrissant le risque d’escalade du conflit. En effet, selon un rapport des Nations Unies datant de fin janvier 2020, les EAU auraient livré au maréchal Haftar, via près de 40 avions cargos, plus de 3 000 tonnes d’armes dont des véhicules blindés, des systèmes de défense antiaériens, des drones, etc. Des mercenaires soudanais auraient renforcé les rangs de l’ANL[3]. Parallèlement, l’appui turc au gouvernement Sarraj s’est intensifié : le 29 janvier 2020, trois navires turcs escortés par une frégate ont été observés au large et dans le port de Tripoli par des avions Rafale français ayant décollé du porte-avions Charles De gaulle. Un navire a débarqué des blinLE RÉVEIL - N° 861 - FÉVRIER 2020 - 11


LE RÉVEIL INTERNATIONAL en exergue la poursuite par la Turquie du transfert de mercenaires syriens vers le camp de Tripoli dont le nombre est évalué à environ 2 500, avec un objectif final de 6 000 combattants. Le porte-parole de l’ANL, Ahmed Mesmari, évaluait, le 30 janvier 2020, leur nombre à 3 000. Erdogan ,la Turquie présente militairement en Libye

dés lourds et les deux autres des soldats de l’armée turque. Le 27 janvier 2020, une quarantaine de militaires turcs arrivaient à Misrata par voie aérienne, probablement, en appui technique et afin de permettre l’emploi d’armement sophistiqué. En effet, le 28 janvier 2020, un drone émirati de fabrication chinoise œuvrant pour le maréchal Haftar était abattu à Misrata. Le 29 janvier 2020, le président français Macron, lors d’une entrevue avec le Premier ministre grec, dénonçait le non-respect de la parole donnée par le Président turc Erdogan tout en mettant

Outre son propre soutien, la France s’abstient de dénoncer l’apport massif en armement au profit du maréchal Haftar en violation des engagements pris à Berlin. Enfin, le 30 janvier 2020, l’émissaire onusien pour la Libye, Ghassan Salamé, s’exprimant devant le Conseil de Sécurité de l’ONU, souligne : « il y a des acteurs sans scrupule, à l’intérieur et à l’extérieur de la Libye, qui hochent la tête avec un clin d’œil cynique aux efforts pour la paix et affirment pieusement leur soutien à l’ONU. En même temps, ils continuent, par-derrière, à alimenter une solution militaire en accentuant le spectre effrayant d’un conflit de grande ampleur

et d’une nouvelle misère pour le peuple libyen ». Dans ce contexte, le chaos libyen, véritable trou noir à la frontière orientale de la Tunisie, est amplifié par les ingérences multiples et par le jeu complexe et opaque des puissances régionales et internationales. Aujourd’hui, à l’image d’un mix entre la Syrie et l’Irak, la Libye – scindée en trois entités ellesmêmes fracturées et divisées – mène une lutte acharnée pour maintenir son unité. Le pays, fracturé en de nouvelles territorialités féodales, traverse une situation de guerre régionale et internationale par procuration, une guerre tribale, clanique, religieuse et mafieuse nourrissant l’instabilité régionale et l’exposant à un risque de somalisation. En effet, du fait des ingérences étrangères, la Libye est projetée au cœur d’un grand jeu à l’échelle régionale et mondiale dépassant les considérations intérieures et limitant la marge de manœuvre des belligérants libyens …

Des officiers des forces spéciales allemandes soupçonnés d’être liés à l’extrême droite Des mesures vont être prises en Allemagne suite au scandale au sein des forces spéciales KSK de la Bundeswehr. Des membres de cette unité d’élite de

l’armée allemande sont soupçonnés d’être en relation avec des réseaux d’extrême droite. La ministre de la Défense Annegret Kramp-Karrenbauer annonce que des

enquêtes ont été ouvertes contre des officiers du commando et que des sanctions seront prises. (Deutsche Welle, le 02-12-2019)

Séoul décide d’envoyer des militaires sud-coréens dans le détroit d’Ormuz Le gouvernement sud-coréen indique qu’il a décidé d’envoyer des troupes dans le détroit d’Ormuz pour protéger ses citoyens et ses bateaux dans la région. Le ministère de la Défense a annoncé mardi que l’initiative inclurait l’élargissement temporaire de la zone d’activité de l’unité d’environ 300 soldats qui se trouve actuellement dans le golfe d’Aden, au large de la Somalie. Comme cela ne nécessite pas l’approbation du Parlement, ces troupes pour12 - LE RÉVEIL - N° 861 - FÉVRIER 2020

ront commencer leur nouvelle mission immédiatement. Le ministère de la Défense a clairement expliqué que cette unité agirait indépendamment et ne rejoindrait pas la coalition menée par les Etats-Unis, mais serait prête à coopérer si nécessaire. Deux officiers seront envoyés auprès de la coalition pour servir de liaison. Etant donné les tensions entre les Etats-Unis et l’Iran, Séoul s’est montrée prudente. Une source proche du ministère de la Dé-

fense indique que les deux pays ont été informés de la décision de déployer des troupes. Elle précise que les Etats-Unis ont salué l’initiative, alors que l’Iran s’est montré compréhensif. D’après les observateurs, la décision sud-coréenne pourrait influencer les discussions entre la Corée du Sud et les Etats-Unis sur le coût du maintien des forces américaines dans le pays et la coopération entre Séoul et P’yongyang. (Radio Japon international, le 21-01-2020)


LE CAHIER MÉMOIRE N° 861 Février 2020

Il y a 75 ans, la barbarie nazie était vaincue Le conflit de 1914 a été déclenché parce que les grandes puissances mondiales voulaient depuis longtemps la guerre pour s’approprier colonies et autres richesses, se répartir les territoires et écraser une fois pour toutes les idées révolutionnaires qui gagnaient de plus en plus toute l'Europe. En 1929, une grave crise économique mondiale éclate, elle est le catalyseur du retour à l’instabilité en Europe et plus particulièrement en Allemagne avec ses millions de chômeurs et les succès électoraux nazis qui en découlent. « Le seul remède… que le capitalisme ait jamais découvert contre le chômage, c’est la guerre ». Sir William Beveridge (économiste, homme politique). Ainsi, moins d’une génération après la « der des der » éclate la seconde guerre mondiale qui fut le conflit militaire le plus meurtrier de l’histoire : plus de 60 millions de personnes ont été tuées. Dans son discours à la Chambre des Communes en août 1944, Winston Churchill soulignait que : « C’est l’armée russe qui a fait le principal travail pour arracher les entrailles de

l’armée allemande. Dans l’air et dans les océans, nous pouvions conserver notre place, mais il n’y avait pas de force dans le monde […] capable d’écraser et de battre l’armée allemande jusqu'à ce qu'elle soit soumise à la puissance des troupes russes et soviétiques. » L'URSS n'a pas directement participé au Débarquement du 6 juin. Mais c'est elle qui a payé le plus lourd tribut avec près de 13 millions de soldats soviétiques morts pour combattre l'Allemagne nazie (contre environ 400 000 soldats américains). Un sacrifice sans lequel le Débarquement n'aurait probablement pas été possible. Pendant cette guerre, la résistance a joué un grand rôle dans la lutte contre l'occupation allemande et le régime de Vichy. De 1940 à 1944, de nombreux résistants ont combattu pour la liberté. La résistance a consisté en des actions de renseignement, de sabotage d'opérations militaires contre les troupes d'occupation et les forces du régime de Vichy. Mais elle englobe aussi des aspects comme la distribution de la presse clandestine, la diffusion de tracts, la production de faux papiers, l'organisation de grèves et de manifes-

Édité par le Réveil des combattants - 2 place du Méridien - 94807 Villejuif - Tél. 01 42 11 11 11

tations, la mise sur pied de multiples filières pour sauver les prisonniers de guerre évadés, les réfractaires au STO et les Juifs persécutés. La Résistance a pu se manifester en ville comme à la campagne. L'armée des ombres a rassemblé des hommes et des femmes de tous horizons. Elle n'aurait pu se développer sans de multiples complicités populaires, en particulier à l'époque des maquis. De même, c'est grâce à la solidarité de la population que les personnes persécutées, notamment les Juifs, par Vichy et les nazis, ont pu leur échapper. Le premier acte de Résistance, c’est la manifestation étudiante du 11 novembre 1940 sur les Champs-Élysées et devant l’Arc de Triomphe à la date anniversaire de la fin de la Grande Guerre. Il y a ensuite, au printemps 1941, la création par le Parti communiste clandestin du Front National, mouvement de résistance intérieur dont les FTP (Francs-Tireurs Partisans) deviendront la branche armée. Au même moment est déclenchée la grève des mineurs du Nord/Pas de Calais pour protester contre la dégradation de leurs conditions de vie (suite page 20)


LE RÉVEIL DOSSIER

1940, les appels à la résistance s'expriment, les actions s'organisent, les arrestations se multiplient, les condamnations à mort tombent 11 novembre 1940, manifestation

17 juin 1940

18 juin 1940

Châteaubriant 15 decembre 41

10 juillet 1940

Ces Résistants qui sont l'honneur de la France, de la République, de la Souveraineté de la Nation in

quis du Limous

Maquisards bretons

3 Ƃgures du ma

Armes des maquisards du Vercors Partisans

Moi à Marseille

Maquisa

rds de Va

Imprimerie clandestine

Maquis de Saint-Marcel 1943 Maquis de Menars, Loir et Cher, 20 août 1944

14 - LE RÉVEIL - N° 861 - FÉVRIER 2020

Maquis de Chauffailles

Résistance Sud-Ouest

chères, Drôme


Les femmes en résistance Marguerite Flavien • Marie-Thérèse Fleury • Françoise Gérard • Francine et Germaine Fromond • Elvira Gabrielli • Emilienne Galicier • Anna Garcin-Mayade • Luce Gerber • Andrée Gossin • Yvette Feuillet • Irène Fillatre • Nelly Feld • Jacqueline et Marie Faïta • Denise Weil « Verney » • Danièle Casanova • Marie-Claude Vaillant-Couturier • Lucie Aubrac • Olga Bancic • Madeleine Riffaud • Gilberte Brossolette • Lise London • Geneviève De Gaulle Anthonioz • Cécile Rol-Tanguy • Marie-Josée Chombart de Lauwe • Martha Desrumeaux • Germaine Tillion et des milliers d’autres ont marqué la résistance, leur rôle est irremplaçable. Marie-Claude Vaillant-Couturier au procès de Nuremberg

Juliette De France

Charlotte Delbo

Madeleine Riffaud Martha Desrumeaux

Geneviève De Gaulle

Olga Bancic, la seule femme arrêtée du groupe Manouchian

France Bloch

Lucie et Raymond Aubrac

Rose Blanc

Danielle Casanova

Simone Segouin

« Sans les femmes, la moitié de notre travail aurait été impossible ». Colonel Rol-Tanguy Drapeau rouge sur Stalingrad

tes russes sur

Femmes pilo

Fantassins soviétiques dans les forêts autour de Leningrad

le front

G K Joukof

Stalingrad, T 34 russe-rodina qui veut dire Patrie

Leningra d, soviétique infanterie sur un Ta nk

Janvier 1944, les troupes soviétiques brisent à Leningrad les fortiƂcations allemandes

Stalingrad la ville en ruine comme champ de bataille

Soldats da ns la ville en ruine à Stalingr ad

Le tournant de 1939-1945, le courage de l’armée rouge à Stalingrad et à Leningrad. L’armée rouge a perdu 11 millions de soldats dans cette guerre sans merci.

LE RÉVEIL - N° 861 - FÉVRIER 2020 - 15


Ils donnèrent leur vie pour notre liberté, la défense des valeurs de la République Monument hommage aux matyrs de Châteaubriant

Manouchian fusillé le 21 février 1944

Estienne d'Orves fusillé le 29 août 1941 au Mont Valérien

Monument du Mont Valerien en hommage des 1 007 fusillés résistants, otages entre 19411944

Une partie du groupe des 27 qui furent fusillés à Châteaubriant 22 octobre 1941 dont Guy Moquet Clairière des fusillés du Mont Valérien

Les menbres du groupe Manouchian arrêtés en novembre 1943 fusillés le 21 fevrier 1944

Exécution FFI

L'ampleur du débarquement

Vue géné rale débarque d'une plage de ment au e 3 jour

Les chars quittant les péniches de débarquements roulent vers la côte

Ils venaient des Etats-Unis, d’Angleterre, du Canada, certains étaient des soldats français. Ensemble, ils ont ouvert le 2ème front contre le régime nazi.

16 - LE RÉVEIL - N° 861 - FÉVRIER 2020

Omaha Beach


25 août e DB 1944, 2 devant le Sénat

C. de Gaulle et C. Leclerc et H. Rol-Tanguy

Hommage aux morts, métro gare de lyon, août 1944 soldats et ofƂciers allemands se constituant prisonniers le 25 août 1944

restation 1944, ar ds au 25 août rs alleman nat d'ofƂcie Sé

26 août 1944, C. de Gaulle et C. Leclerc passent en revue des éléments de la 2e DB

22 août 1944, av Verdier et av de la République Montrouge

21 août 1944,

Limoges était

Paris rue st Jacques, 22-25 août 1944

Avenue de Paris à Vincennes, 2225 août 1944 Barricade rue Faubourg Montmartre

Le colonel Rol-Tanguy passe en revue des volontaires, le 30 août 1944

DéƂlé dans les rues d'Ivry-sur-Seine

libérée

Toulouse place du Capitole 19 août 1944

25 août 1944 libération d'Issoire Maquisards et résistants après la libération d'Issoire

Bayeux, 14 juin 1944, le général De Gaulle

31 août 1944 arrivée des américains à Verdun

1944, 28 août libère Nice se

De Lattre rentre dans Dijon libérée

Le Mans libéré

22 août 1944 volontaires FFI à Béziers (34)

- Place des Jac

obins

Le vieux port à Marseille

Libération de Besse par les FFI DeƂlé des FFI place Francois 1er à Cognac

Libération de La Rochelle, 9 mai 1944

LE RÉVEIL - N° 861 - FÉVRIER 2020 - 17


“Ceux des colonies”

26 août 1944, militaires tunisiens à la libération de Paris

Octobre 1944, libération des villages de Provence : des soldats du 4e Régiment des chasseurs d'Afrique (RCA) sont accueillis en libérateurs

Goumiers marocains

Le colonel Remy à la tête du 1er Régiment des spahis marocains

Tirailleurs d'Afrique Noire

Volontaires bataillon paciƂque (Outre-Mer)

3e régiment de tirailleurs algériens

Eux que l'on appellait - ceux des colonies - ont joué un rôle important dans la lutte contre le nazisme pour la libération de la France

15 août ramatuelle littoral du Var

soldats francais à Monte Cassino

Ce qui reste de l'abbaye à la Ƃn de la bataille de Monte Cassino

15 août ramatu elle littoral du Var Débarquement à Naples

10 juillet 1943 en Sicile Parachutistes americains accompagnés d'un guide FFI N7 col d'Eze général Giraud à Ajaccio Libération Corse

Débarquement Algérie 1942 à Bbouzedjar

Débarquement en Corse des Goumiers marocains

18 - LE RÉVEIL - N° 861 - FÉVRIER 2020

Groupe de maquisards région de Sartène lors de la libération de la Corse

15-08-1944 débarquement de Provence

Débarquement en Afrique du Nord 8 novembre 1942


Sur le chemin douloureux de Berlin et de la reddition allemande du 8 mai 1945 Dresde, 1945

Ruines à Berlin, mai 1945 8 mai 1945, Berlin tombe

Bataille des Ardennes

Bataille de Bastogne

Libération d'Auschwitz par les troupes soviétiques

Russes, Berlin, 1945

Enfants à la libération des camps

Bataille de Koursk

8 mai 1945, Paris, robes aux couleurs des vainqueurs

Libération camp de Bergen Belsen Porte de

urg

Brandebo

Dachau à sa libération par les américains

Oradour-sur-Glane, 500 femmes et enfants brûlés dans l'église, le village rasé

le drapeau ique levant Soldat soviét Reichstag, au-dessus du de l'URSSS 45 19 en Berlin

Le chemin vers Berlin passe par les Ardennes, les camps, les ruines, Oradour, Koursk.

Le CNR et son programme sont nés de la volonté de refuser la défaite, de battre le nazisme, de préparer l’avenir social, économique et industriel de la nation française Le programme du CNR, c’est entre autres|: - création de l’ENA (octobre 1945) - premières ordonnances de la Sécurité Sociale (octobre 1945) - de la nationalisation de la Banque de France et des grandes banques de dépôt (décembre 1945) - de la nationalisation du gaz et de l’électricité (1946) - nationalisation des grandes compagnies d’assurances (avril 1946) - nationalisation de Air France (1946) - nationalisation des usines Renault (avec conwscation des biens de Louis Renault) - institution des comités d’entreprise - création des Charbonnages de France et nationalisation de toutes les Houillères (mai 1946) - loi sur les prestations familiales (août 1946) - loi sur les assurances vieillesse (septembre 1946) - statut de la Fonction Publique (octobre 1946) - le rétablissement de la semaine de 40 heures - la suppression de l’abattement de 10 % sur les salaires des femmes - droit de vote et d’éligibilité des femmes - une augmentation de 130 % des retraites, - 3 semaines de congés payés pour les jeunes travailleurs

Sylvia Monfort avec les combattants FFI

15 mars 1944 le conseil national de la Résistance a Ƃni d’élaborer un programme politique pour reconstruire la France après les années noires

Colonel Fabien en juillet 1939 avec Andrée son épouse

Ministre d’i nd créateur ED ustrie F en 1946 Gouvernement du 13 novembre 1945.

Vote pour les administrateurs aux caisses de sécurité sociale avril 1947

Jean Gabin dans la 2e DB à Paris

Des syndicats indépendants sont reconstitués L’indépendance de la presse « à l’égard de l’Etat, des puissances d’argent et des inyuences étrangères ».

ulle 1944, De Ga 1er novembre y s fusillés Ivr aux carré de

Pour un vra

i changeme

nt

LE RÉVEIL - N° 861 - FÉVRIER 2020 - 19


LE RÉVEIL DOSSIER ÉTATS-UNIS ET RÉVOLTE ARABE

et de travail, revendications auxquelles v viennent rapidement DES COMBATTANTS sse mêler des objecttifs patriotiques ; elle ss’Êtend en 5 jours sur ttout le bassin minier eet est sÊvèrement rÊp primÊe par l’occuPENSER LE MONDE, p pant. Le 21 aoÝt 1941, PENSER LA PAIX, Pierre Georges, le PENSER L’AVENIR Pi fu futur Colonel Fabien, Co Commissaire militaire d de l’Organisation SpÊcciale du Parti ComDES COMBATTANTS m muniste Français exÊccute un militaire de la K Kriegsmarine au mÊtro B Barbès-Rochechouart, d donnant ainsi le signal 70 anniversaire de Châteaubriant d de la lutte armÊe contre 2011 le les troupes d’occupaLES VALEURS DE LA RÉPUBLIQUE ti tion. EN DANGER ! L La rÊsistance au nazisme en France, c’Êtait des femmes et des hommes ordinaires dans une pÊDES COMBATTANTS riode extraordinaire. Des ÊÊtrangers ont combattu aaux côtÊs des rÊsistants ffrançais : antifascistes d de toute l’Europe venus een Espagne dÊfendre la R RÊpublique, antinazis aallemands, rÊpublicains eespagnols‌ qui ont occu cupÊ une place dÊcisive. Ils s’unirent, au-delà des frontières, LA DÉCOLONISATION  À LA FRANÇAISE 

AC : UN BUDGET DE RENONCEMENT

le rÊveil Mars 2011 - N°770 - 5 E

Pour l’amitiÊ, la solidar

itÊ, la mÊmoire, l’antifa

scisme et la paix

Le journal des droits de tous les anciens combattants et victimes de guerre

LE PEUPLE D’ISRAËL VEUT

CHĂ‚TEAUBRIANT : 70 ANS - LA FUSILLADE DES OTAGES

LA JUSTICE SOCIALE

le rĂŠveil

ONACVG ET DROIT À LA SOLIDARITÉ

Juillet -AoÝt 2011 - N°774-77

5 - 5E

Pour l’amitiÊ, la solidar

‰&SOFU1JHOPO&SOFTU1PVSM¹B NJDBMFEF$IiUFBVCSJBOU

itÊ, la mÊmoire, l’antifa

scisme et la paix

e

Le journal des droits de tous les anciens combattants et victimes de guerre

NE PAS RESTER RESTER E L’ARME AU PIED

ASPECTS DE DE LA MONTÉE DU FASCISME EN EUROPE

lle rĂŠveil

Pour l’amitiÊ, la solidar

14 MAI : LE RASSEMB RASSEMBLEMENT LEMENT DE L’ARAC À TERGNIER

itÊ, la mÊmoire, l’antifa

scisme et la paix

Avril 2011 - N°771 - 5 E

Le journal des droits de tous les anciens combattants et victimes de guerre

dans une lutte commune contre leurs adversaires nazis et fascistes. La rÊsistance de ces milliers d’Êtrangers fut longtemps effacÊe d’une mÊmoire et d’une histoire qui se voulaient exclusivement nationales. Dans le combat qu’ont menÊ les rÊsistants, l’objectif d’une France libre n’est pas sÊparable de celui d’une sociÊtÊ plus juste. N’est-ce pas là d’ailleurs le sens du programme ÊlaborÊ par le Conseil National de la RÊsistance ? Le CNR, c’est en effet l’unitÊ des forces vives de la Nation, politiques et syndicales, pour, de façon indissociable, bouter dehors l’occupant nazi et donner un visage à la France de l’après-guerre. RÊtablissement de la dÊmocratie politique, du suffrage universel et de la libertÊ de la presse, retour à la Nation des grands moyens de production et d’Êchange, plan complet de sÊcuritÊ sociale visant à assurer des moyens d’existence à chacun, y compris aux plus dÊmunis. Ce programme d’action de la RÊsistance, adoptÊ à l’unanimitÊ le 15 mars 1944, prÊfigure les grandes rÊformes Êconomiques et sociales qui suivront la LibÊration et qui demeurent d’une grande modernitÊ. A l’ARAC, nous avons tous la conviction partagÊe que nous devons opposer le barrage de nos dÊterminations conjointes pour stopper la rÊactivation des vieux poisons sur le lit des ÊchÊances Êlectorales et construire

de nouvelles solidaritÊs face à la logique inhumaine du marchÊ roi et des multinationales, pour faire naÎtre une sociÊtÊ refondÊe sur les valeurs universelles de justice, de fraternitÊ et de coopÊration. Ces valeurs qui ont fondÊ la force rayonnante de notre RÊpublique, qui ont portÊ l’espoir des Français après la victoire sur les nazis et la LibÊration et dont nous poursuivons le combat jour après jour, aujourd’hui. L’histoire montre que la RÊpublique, la dÊmocratie et les libertÊs n’ont rien à attendre de l’extrême droite. L’ARAC, estime de son devoir d’alerter sur les montÊes de l’extrême droite, des nationalismes et des intÊgrismes en France, en Europe et dans le monde. Nous ne devons pas oublier que le combat contre l’horreur est permanent afin de prÊserver la paix et Êviter les dÊrives, tels que le racisme, l’antisÊmitisme et le fascisme. Plus que jamais, nous devons poursuivre le combat de ces hommes et de ces femmes, engagÊs dans cette lutte pour la libertÊ, la dignitÊ et la paix, car l’espoir d’un avenir de fraternitÊ et de progrès, d’ÊgalitÊ et de justice sociale, n’a rien perdu de son actualitÊ. Plus que jamais, dans la situation d’aujourd’hui, soyons unis pour un monde de LibertÊ, d’EgalitÊ et de FraternitÊ.

Ce cahier mÊmoire est issu de l’exposition que l’ARAC vous propose cette annÊe. 15 panneaux – support bâche plastifiÊe – format 81 x 63 cm Prix de vente : 500 ₏ Location : 150 ₏ la semaine (Frais de port : 10 ₏)

20 - LE RÉVEIL - N° 861 - FÉVRIER 2020


VIE DE L’ARAC LE RÉVEIL Samedi 8 février 2020 : Hommage aux neuf victimes de la répression sauvage du 8 février 1962 lors de la manifestation contre l’OAS et pour la paix en Algérie Interdite, la manifestation du 8 février 1962, rassemble au métro Charonne, plusieurs dizaines de milliers de personnes. L’exigence de la paix en Algérie, du retour du contingent, de mettre fin aux menées fascistes de l’OAS qui grandissent en France. Des comités antifascistes se créent dans les quartiers, dans les entreprises. Fin 1961, une manifestation de 100 000 personnes a lieu à Paris, interdite, elle est réprimée. Les appels en faveur de la paix montent de toute la France, début 1961 se multiplient les attentats de l’OAS contre des personnalités, André Malraux ministre de la Culture, Wladimir Pozner écrivain et antifasciste, Raymond Guyot, sont également visés, des intellectuels, des journalistes, des enseignants, des dirigeants d’association. A tous l’OAS reproche leurs engagements pour la Paix en Algérie. Ce 8 février, 5 cortèges se forment dans Paris, un part de la gare de Lyon, rejoint par celui de la Bastille. A 19 h 45, au carrefour Voltaire-Charonne, alors qu’André Tollet pour la

CGT et Claude Bourret pour la CFTC appellent à la dispersion, les Brigades d’interventions venant de la Nation se mettent en marche et répriment dans le sang ces manifestants pacifiques et non armés. Bilan effroyable : 9 morts et des centaines de blessés, certains très gravement. Assassinés sur ordre du préfet Papon (ancien collaborateur de Vichy) et Roger Frey ministre de l’Intérieur de l’époque. Le 13 février entre 700 000 et 1 million de personne seront présentes aux obsèques. Parmi les 9, tous CGT, 8 membres du PCF et un membre de l’ARAC. Le plus jeune avait 15 ans.

Honorer leur mémoire, c’est honorer le combat de ceux qui condamnent les guerres, le colonialisme. C’est continuer à réclamer la souveraineté de chaque peuple pour qu’il puisse décider, construire son avenir en toute indépendance. Commémorer le 8 février 1962, la mémoire de nos camarades, c’est se rappeler qu’il y a toujours nécessité de réaliser entre la France et l’Algérie un traité de paix et d’amitié qui est toujours en suspens. Ce serait un signe de la France dans cette région du monde ravagée par la guerre. Comme on peut le voir aujourd’hui encore le combat pour la Paix est décisif pour l’avenir des peuples et de la planète. C’est un combat d’actualité même si c’est un combat difficile.

L’ARAC de Loire Atlantique (44) proteste contre la demande de la section de l’UNC de Rezé, soutenue par le président départemental de l’UNC de retirer la plaque commémorative du 19 mars 1962, plaque dévoilée par le maire de Rezé le 14 octobre 2019. Par l’intermédiaire de son président départemental, J.-C. Salomon, un courrier en date du 8 février 2020 de protestation et de demande de respect de la loi promulguée le 6 décembre 2012 « déclaration journée mondiale du souvenir et du recueillement », faisant du 19 mars une journée officielle de recueillement, a été adressée au Préfet du 44 et au maire de Rezé. Un communiqué de presse a été adressé au média de Loire Atlantique. Cette démarche marque la volonté pour l’ARAC de maintenir le 19 mars et son refus de toute tentative d’effacement de l’histoire. En date du 13 février, le maire de Rezé nous remercie du message de soutien de l’ARAC :

Extraits : « Je vous remercie du message de soutien que vous m’avez adressé. Nous avons voulu apposer cette plaque, au monument aux morts, place Roger Salengro, car il était important à nos yeux qu’elle soit associée à toutes les victimes des guerres du XXe siècle. L’Algérie, ce n’était pas une opération de maintien de l’ordre mais bien huit ans d’une guerre qui ne voulait pas dire son nom, de la Toussaint de 1954 aux tragédies d’Oran de juillet 1962. Plus d’un demi-siècle après, la mémoire individuelle, familiale et associative de ces années est encore très forte. Certes, cette mémoire est plurielle et complexe. Mais, elle est une part de notre identité commune. Je souhaite comme vous que ce soit la mémoire, la dignité et l’apaisement qui prédominent. Cette plaque ne sera en aucun cas retirée. Nous avons ainsi affirmé à notre volonté de concorde ».

LE RÉVEIL - N° 861 - FÉVRIER 2020 - 21


LE RÉVEIL VOS DROITS

Un modèle d’armée “fragilisé” : les militaires eux aussi opposés à la réforme des retraites

Avis du Conseil sur le projet de texte inscrit à l’ordre du jour Le Conseil supérieur de la fonction militaire s’est réuni du 13 au 15 janvier 2020, saisi par la ministre des armées pour rendre un avis sur le projet de loi instituant un système universel de retraite. AVIS (extraits) Le Conseil s’est attaché à centrer ses observations et son avis sur les articles de ce projet de loi ayant un impact sur la condition militaire. Par ailleurs, le Conseil formule son avis sans disposer de simulations ni préjuger des ordonnances et décrets à venir. L’absence d’un outil de simulation, pourtant demandé à plusieurs reprises, nuit à toute analyse exhaustive. Si les objectifs poursuivis par ce projet ont vocation à s’appliquer à l’ensemble de la population active, certaines dispositions fragilisent notre modèle d’armée et la condi22 - LE RÉVEIL - N° 861 - FÉVRIER 2020

tion militaire. Ainsi, la pension doit rester un pilier de l’efficacité des forces armées et formations rattachées. La pension contribue au dispositif de gestion des ressources humaines, manifeste une reconnaissance de la Nation pour l’engagement du militaire pouvant aller jusqu’à son sacrifice suprême et représente une rémunération différée en compensation de sujétions exorbitantes du droit commun. Aussi, la pension militaire n’est pas assimilable à une retraite, ce que dénie l’article 37 du projet de loi. De plus, certains mécanismes inscrits dans le projet de loi, en incitant à travailler plus longtemps, peuvent interférer avec le modèle d’armée jeune et de logique de flux. Ces interférences contrarieraient nécessairement l’objectif d’efficacité de

notre outil de défense. Selon le projet de loi, les modalités de calcul de la pension militaire suivraient le régime de droit commun qui est, rappelons-le encore, d’encourager les salariés à poursuivre leur activité professionnelle alors que le besoin des armées est d’inciter des militaires de tous grades à quitter le service actif pour débuter une carrière civile. Ainsi, le calcul des décotes avec les formules du Système universel de retraite (SUR) peut se traduire par des abattements de l’ordre de 20 % pour certaines catégories. Il y a donc bien une discordance entre l’objectif poursuivi par le projet de loi et l’impératif de jeunesse imposé par la loi à nos armées. Certains militaires n’étant pas ou peu primés, la mise en place d’une règle de calcul assise sur l’ensemble


VOS DROITS LE RÉVEIL de la carrière au lieu des 6 derniers mois engendrera inexorablement une baisse des pensions. De plus, le principe même de l’escalier social est mis à mal dans le nouveau système des retraites. En effet, ce n’est plus la durée totale des services à laquelle s’applique l’indice détenu les six derniers mois mais la somme des variations d’indices sur l’ensemble de la carrière.

En conclusion, le Conseil désapprouve les dispositions restrictives voire le recul significatif dans plusieurs domaines et la persistance d’incertitudes concernant le devenir des pensions militaires. Le Conseil insiste enfin sur la nécessité pour les armées de disposer de leviers « ressources humaines » permettant de maintenir un outil militaire efficace. Après l’étude du projet de loi sur

La carte de l’Office National des Anciens Combattants (ONAC) permet de bénéficier de réductions sur la billetterie ou de la gratuité sur les réseaux franciliens. - Gratuité pour les bénéficiaires de la carte ONAC simple barre rouge, ou double barre rouge ou bleue - 50 % de réduction sur les carnets de tickets t+ et sir les tickets Origine-Destination pour les bénéficiaires de la carte ONAC simple barre rouge ou bleue, - Gratuité pour l’accompagnateur d’un bénéficiaire d’une carte ONAC double barre rouge ou bleue COUPON ONAC. Il offre la gratuité dans les transports en Ile de France. Valable sur les réseaux RATP et SNCF Ile de France. Conditions à remplir : - être possesseur d’une carte du combattant - résider en Ile de France Composition du dossier : - un justificatif de domicile - la copie de la carte du combattant - un courrier demandant à bénéficier d’un coupon ONAC pour une période d’1 an) - une enveloppe timbrée à votre adresse Adresser votre dossier aux gares ci-dessous suivant le département de résidence : Gare d’Austerlitz (91) : SNCF Gare d’Austerlitz – service Coupon ONAC – 85 quai d’Austerlitz – 75013 PARIS Gare de l’Est (75, 77 et 94) : SNCF Gare Paris Est – Service coupon ONAC – Place du 11 novembre 1918 – 75010 PARIS Gare Montparnasse (78) : SNCF Montparnasse – Equipe Transilien – Agence Intégrale – 17 bd Vaugirard – 75741 PARIS CEDEX 15 Gare St Lazare (92) : SNCF Gare St-Lazare – Service coupon ONAC – 13 rue d’Amsterdam – 75008 PARIS Gare du Nord (93 et 95) : SNCF Gare Paris Nord – Service coupon ONAC – 112 rue Maubeuge (75010 PARIS)

lequel le Conseil supérieur de la fonction militaire a été saisi pour avis, il ne peut, en ce qui concerne la condition militaire, émettre un avis favorable. Transmis par le contrôleur général des armées Olivier SCHMIT Secrétaire général du Conseil supérieur de la fonction militaire

Mise en place du Conseil d’Administration de l’ONAC du 4 février 2020 ●

Premier vice-président Dominique Lépine (UF et UFAC) 22 voix contre 9 à l’Amiral Lacaille (maginot vice-président sortant).

Deuxième vice-président Serge Drouot (Fnaca) 21 voix contre 10 au général Longuet (Président national de l’Unc).

Membres de la commission permanente: les deux vice-présidents et les généraux Dodanne (union des blessés de la face) et Longuet, l’amiral Lacaille et Madame Gabrielle Rochman Fondation de la mémoire de la Shoah.

Membres du collège du Bleuet de France : Attar-Bayrou (Fname), Hocine Bouares (rapatriés anciens combattants en Allemagne-Alsace), Alain Clerc (Maginot), André Fillère (Arac), Anne-Marie GabrielHeitzler (Unc), général André Soubirou (Anopex), général Jean Susini (souvenir français), Claude Terrasson (Fncpg-catm).

Membre de la commission du label “Bleuet de France” : Raymond Casal (plus grands invalides de guerre).

Membres de la commission nationale du diplôme d’honneur de porte-drapeau : 3 titulaires Attar-Bayrou, Casal, Susini. 3 suppléants : Bouares, Darmanin (président Fnaca) et Terrasson. LE RÉVEIL - N° 861 - FÉVRIER 2020 - 23


LE RÉVEIL VOS DROITS

Commission Reconnaissance et défense des droits/action générale et sociale Extraits du Compte-rendu de la réunion plénière du mardi 28 janvier 2020 à 14 h Sous la présidence de MM. LEPINE et COGNARD Le président Lépine ouvre la séance en présentant ses vœux pour la nouvelle année 2020 et donne des informations générales : ONACVG nationale : la composition définitive n’est pas encore parue. Attente du décret. Le nombre de participants est très restreint et surtout en ce qui concerne le deuxième collège qui ne compte guère plus que 15 membres. L’UFAC et ses principales associations ne seraient pas à plaindre : UFAC : LEPINE – FNACA : DARMANIN et DROUOT – ARAC : FILLERE. M. LEPINE se présente au poste de premier vice-président et Serge DROUOT au poste de deuxième vice-président. La commission permanente sera dirigée par ces derniers. Le monde militaire tend à devenir un monde corporatiste. Ce « corporatisme » va présenter des candidats également aux premiers postes : ce nouveau monde militaire oublie que les anciens combattants sont aussi d’anciens militaires, bien vivants, pour défendre leurs droits à réparation (si le monde ancien combattant a besoin de renseignements sur la guerre d’Algérie, Serge DROUOT (FNACA) a fait à ce sujet un bon travail de mémoire. Examen du PLF 2020, mission « Anciens Combattants, Mémoire et liens avec la Nation » Le budget des anciens combattants est en diminution de 142 millions d’euros dure à l’érosion biologique. A. COGNARD nous remet le tableau comparatif sur l’évolution des prix à la consommation (hors tabac) par rapport au point PMI (mise à jour janvier 2020 par le service juridique/social de la FNACA) Attribution de la demi-part fiscale pour les veuves d’anciens combattants ayant atteint l’âge de 74 ans, à partir du 1er janvier 2021. Lettre de Mme DARRIEUSSECQ remise à chacun des présents. A retenir : les veuves dont les conjoints auraient bénéficié de la retraite du combattant pourront désormais bénéficier d’une demi-part fiscale dès lors qu’elles auraient atteint l’âge de 74 ans. C’est un point positif que nous défendions dans nos priorités. Mme THABEAULT-ALCANDRE nous fait remarquer qu’en haut lieu on parle de « veuve » et que le mot « conjoint survivant » serait plus adapté, comme nous le faisons dans les associations. Position commune des associations nationales au sujet du rattrapage du point PMI Depuis le 1er janvier 2019, l’indice du point est de 14,57 €. Avec l’UFAC, nous entendons qu’une solution puisse être trouvée très rapidement pour le rattrapage et arrêter un mode de calcul définitif. C’est un des points prioritaires. Nous constatons une perte de pouvoir d’achat de 7,47 %. Le différentiel se creuse à nouveau en 2020. Il faut à nouveau contacter nos députés et sénateurs afin de les sensibiliser sur le sujet, réunir au siège de l’UFAC les principales associations nationales, mêmes celles non adhérentes (ex : UNC, MAGINOT…) afin de définir d’une même formule et exiger que la commission tripartite prévue se réunisse très rapidement. Notre président LEPINE se charge des convocations avant l’été et nous signale également qu’un audit financier auprès de l’ONACVG s’effectue en ce moment.

Questions diverses Bénéfice de la campagne double : les ACVG/PTT ont fait une consultation pour dénombrer la quantité de fonctionnaires assimilés susceptibles d’en profiter : il y aurait 20 % des prétendants au taux de 80 %. L’UFAC entend soutenir cette revendication et propose de convoquer au siège les diverses associations intéressées. Accord unanime. Le président et le vice-président remercient tous les membres de cette importante commission pour leur présence et leur participation.

24 - LE RÉVEIL - N° 861 - FÉVRIER 2020


VIE DE L’ARAC LE RÉVEIL

Loiret (45)

Mardi 21 janvier s’est tenu l’assemblée générale de Fleury-les-Aubrais-Saran sous la présidence de Jacques Verrier, responsable national. La vingtaine de participants ont débattu de l’activité de la section pendant les mois écoulés, comment faire connaître

les valeurs républicaines au-delà de notre association ainsi que sur la situation dramatique de la réforme des retraites. Une rencontre des responsables de la section à la mairie de Saran a eu lieu avec pour but de déboucher sur une initiative sur cette commune. La volonté de continuer un réel travail de renforcement entrepris ces dernières années en sollicitant chacun à proposer une adhésion autour de lui. Après un repas fraternel de 16 amis, l’après-midi s’est poursuivie par la remise des cartes 2020 aux présents, galettes citoyenne dans l’ambiance de la chorale du collectif CGT pour terminer la journée.

Var (83) 75 ans après En présence de Madame DARRIEUSSESQ, Secrétaire d’Etat au ministère des Armées, une cérémonie a eu lieu à BANDOL, ayant pour motif d’inaugurer une place devant l’hôtel de ville pour rappeler les LIBERATEURS AFRICAINS. Cette manifestation du souvenir permet d’honorer ces soldats débarqués à BANDOL en août 1944, malheureusement, morts dans ces combats. Savons-nous vraiment qui ils étaient ? Les services de la Mairie ont pu retrouver leur parcours et leur histoire. Sept Combattants Africains morts pour la libération de BANDOL, qui après avoir mené la campagne d’Italie, ont participé à l’opération dragoon du débarquement en Provence. Ils sont morts loin de leur terre natale, Algériens pour cinq d’entre eux. Il n’est jamais trop tard pour leur rendre hommage !

Auparavant, Madame DARRIEUSSECQ a bien voulu recevoir les associations d’Anciens Combattants en Mairie pour échanger ; un représentant a rappelé qu’il serait souhaitable d’avoir un peu plus de considération vers les bénévoles qui s’emploient à transmettre la mémoire auprès des jeunes et d’avoir des moyens financiers plus conséquents pour ce faire ! Une motion a été remise pour une amélioration de la retraite des veuves d’anciens combattants dont les revenus sont extrêmement bas. Gérard VALLEE et Louis REYMONDON représentaient l’ARAC à cette rencontre mémorielle.

Saint-Germaindes- Fossés (03) Assemblée générale de la section – 11 janvier 2020

La section ARAC de Saint Germain des Fossés a tenu son assemblée générale en présence de Christian Bertrand secrétaire Départemental. En 2019, la section a renforcé ses effectifs par de nouvelles adhésions et l’intégration des adhérents de la section de Saint-Yorre suite à une décision du Congrès départemental. Christian Bertrand a fait part des communiqués de l’ARAC relatifs au projet de réforme des retraites et à l’aggravation de la situation internationale. Après un débat très animé, les camarades ont rappelé la nécessité d’œuvrer pour un monde de paix face aux menaces guerrières des grandes puissances. Le secrétaire départemental a aussi rappelé les difficultés de la trésorerie Nationale. La section a voté une aide de 50 euros.

Montfavet (84) Galette Républicaine ARAC salle du Rex à Montfavet le samedi 1er février 2020.

Une photo des retraités en lutte à Port-de-Bouc 13110 LE RÉVEIL - N° 861 - FÉVRIER 2020 - 25


LE RÉVEIL VIE DE L’ARAC

Lambesc (13) Le monument aux morts de Sainte-Anne a été profané. Les tablettes en bronze sur lesquelles étaient gravés les noms des 272 résistants qui ont donné leur vie pour libérer notre pays du nazisme ont été dérobées. Il n'y a pas de mot pour décrire un tel outrage fait à nos morts, aux valeurs de la Résistance, de notre République. Notre indignation se mêlant à notre colère, l'ARAC, Comité de Lambesc et Canton, condamne avec la plus vive énergie cet acte immonde et espère que les coupables de cette ignominie seront rapidement retrouvés et déférés à la justice. L'ARAC Lambesc et Canton adresse son entière solidarité aux familles de tués, aux membres du Syndicat Intercommunal de Sainte-Anne, à son Président Jacky Gérard. ARAC LAMBESC ET CANTON, Comité Georges Vecco

Varennes-Vauzelle (58) Vedène (84)

La section locale de l’ARAC de Varennes Vauzelle a tenu son Assemblée Générale. Son président Bernard Loger a présenté le rapport moral, financier et d’activités. Depuis sa dernière Assemblée Générale, l’association a été présente aux diverses commémorations, à participer à quatorze manifestations locales ou départementales. 23 colis de noël ont été distribués aux plus anciens. Bernard Loger a rappelé que, depuis sa création, en 1917, l’ARAC avait pour objectif de faire la guerre à la guerre. Il a lancé un appel en direction de la jeunesse afin de contribuer à transmettre le souvenir dans un cadre intergénérationnel. L’assemblée s’est poursuivie dans la convivialité du verre de la Paix.

Samedi 11 janvier 2020 à la maison des associations en présence de M. Guin maire et de Jacques Goutorbe, président départemental, s’est tenue l’assemblée générale de l’ARAC. Une minute de silence est observée en la mémoire du président d'honneur Dominique EXPOSTO qui nous a quitté à 95 ans, dernier résistant vedénais, grand mutilé de la guerre 39/45, médaillé et titulaire de la légion d'honneur. René Berbezier souhaite la bienvenue aux 4 nouveaux adhérents. L'association a œuvré avec d'autres associations auprès des instances de l'état afin que ces combattants de 1962 et 1964 soient reconnus. Bilan d'activité, présence dans plusieurs cérémonies. Le 19 mars à Cavaillon au mémorial ensuite au cimetière de notre localité, le 8 mai 1945. Cette année nous étions présents avec nos drapeaux pour l'appel du général de Gaulle du 18 juin 1940, ainsi au mois d'août 2019

à la cérémonie pour la libération de Vedène. Le 11 novembre également pour honorer nos disparus pendant la grande guerre de 1914/1918. Dépôts de gerbes à chaque fois. Le bureau a été renouvelé: Président Berbezier René trésorier à pourvoir nous faisons appel à candidature Secrétaire Brulas Albert porte-drapeaux Mas Francis et Bouchon Raymond. La séance est levée à 11 h 30.

Triste nouvelle pour le Village de l'Amitié C’est avec une grande tristesse que nous avons appris le décès d’Alain Richard, membre du Comité National du Village de l’Amitié. Il avait eu, en tant que sous-directeur de l’ONAC à connaître l’activité de l’ARAC défendu entre autre par G. Doussin. Cette rencontre avait amené Alain à rejoindre le comité pour le Village de l’Amitié auquel depuis 2003 il participait au développement. Homme de Paix, de réconciliation, rigoureux et fidèle il a été de toutes les initiatives condamnant l’utilisation des défoliants utilisés pendant la guerre américaine et pour obtenir réparation aux victimes de ce poison. Ce chemin qu’il a parcouru est aussi le nôtre que nous poursuivrons.

26 - LE RÉVEIL - N° 861 - FÉVRIER 2020


VIE DE L’ARAC LE RÉVEIL

Loire (42)

Brest (29)

L’ARAC de St Chamond organise, salle Lamartine, pendant une semaine, à partir du 6 novembre, une exposition sur le centenaire de l’ARAC et son combat pour la paix. A la question, la paix est-elle menacée ? Carmen Montet, présidente de l’ARAC de St Chamond répond « oui au vu de l’histoire du pays, nous savons que les grands conflits éclatent alors que les pays sont en crise socio-économique et que des conflits armés couvent à l’étranger. Ce fut le cas entre autres en 1914 et en 1939. Tout au long de ses cent ans d’existence, l’ARAC n’a cessé de dénoncer les dérives politiques, en France et dans le monde, qui ont mené à des conflits armés entre les grandes puissances et qui, toutes, se sont soldées par des milliers de morts, de mutilés, de traumatisés. En parallèle, à l’instar d’autres associations, elle a défendu les intérêts des anciens combattants auprès des autorités compétentes. » Tout récemment, précise Louis Montagne, secrétaire de la section saint-chamonaise, nous avons demandé la réhabilitation des 600 fusillés pour l’exemple (condamnés par leur propre hiérarchie). Enfin, plus généralement, elle prend part aux débats politiques sur tous les sujets de société qui mettent en jeu le droit fondamental de la liberté de penser. L’ARAC participe aux commémorations républicaines.

25 janvier, la section de l’ARAC de Brest BMO a tenu son assemblée générale, à Bellevue en présence de M. Eric Guellec adjoint aux associations, Mme Jacqueline Héré adjointe Bellevue et Mme Claude Bellec conseillère municipale. Une minute de silence a eu lieu en mémoire du Président d’Honneur, Charles Bizien. M. l’adjoint au maire est intervenu en soulignant le rôle important de faire perdurer le devoir de mémoire. Le président a, au nom du bureau, insisté sur le souhait de renforcer notre capacité à débattre, convaincre, rassembler et agir pour gagner les voies de l’égalité sociale, du progrès social. Après rappel sur l’activité de la section

Benoit Mougenot - Carmen Montet, présidente Louis Montagne, secrétaire - Jacques Bonneval. L'ARAC s'engage pour la paix et la liberte depuis 100 ans

et la participation aux commémorations, la trésorière a présenté un bilan financier en équilibre tout en soulignant la nécessité d’un renforcement parmi les OPEX mais aussi parmi les amis (es) du combat pour l’Amitié, la Solidarité, la Mémoire l’Antifascisme et la Paix. Des initiatives sont envisagées en ce sens pour permettre un renouvellement ainsi qu’un rajeunissement de l’association et du bureau de notre section, appel est lancé aux volontaires, hommes et femmes pour porter et continuer à mettre en œuvre cet héritage, être dignes de ceux qui ont créé l’ARAC il y a 103 ans. Rappel : Une permanence se tient tous les mercredis après-midi (14 h 00) 41, rue Général Borgnis Desbordes.

Garchizy (58) La section de l'Arac de Garchizy a tenu son assemblée générale sous la présidence de Roger Charaudie, en présence de Guy Dath et Roger Clément, de l'Arac de Fourchambault. Après une pensée pour Fernande Bouquin, pour Daniel Marquet, décédés en 2019. Roger Charaudie, président, rappelle le devoir de mémoire indispensable. Il a précisé que « l'action de la section contribue à faire vivre les valeurs de l'Arac dans la commune. Lutte pour l'amitié et la solidarité entre les peuples, lutte contre la montée du fascisme, actions permanentes pour la paix, défense des valeurs républicaines et de la souveraineté nationale, ce sont les fondements et les principes de base de notre association élaborés en 1917 par ses fondateurs, Henri Barbusse et Paul Vaillant Couturier. Ces valeurs

sont toujours d'actualité. Le devoir de mémoire est indispensable pour que les jeunes générations ne revivent pas ce que les anciens combattants ont vécu. » La section a participé à toutes les cérémonies commémoratives avec le drapeau, sur lequel figure la devise « Tout faire pour unir, rien faire pour diviser. »

LE RÉVEIL - N° 861 - FÉVRIER 2020 - 27


LE RÉVEIL VIE DE L’ARAC

Un hommage à Georges Doussin a eu lieu le 16 novembre 2019 à l’initiative de l’ARAC du Vaucluse. Chers ami(e)s, Au nom de l’ARAC et de notre camarade Irène Doussin, secrétaire départementale du Vaucluse. Je vous remercie de votre participation à l’hommage rendu à notre ami et camarade Georges Doussin, président d’honneur de l’ARAC nationale, président d’honneur de l’ARAC départementale 84, officier de la légion d’honneur et bien d’autres citations honorifiques qui nous quittait à l’âge de 85 ans. La plupart d’entre nous ont en mémoire le 5 novembre 2016, sa dernière allocution ici même, en hommage à la réhabilitation des fusillés pour l’exemple. Oui, Georges serait heureux de nous voir ici, la libre pensée, le mouvement de la paix, la ligue des droits de l’homme et son ARAC, rassemblés, unis, agissant sans rien abandonner des valeurs républicaines qu’il nous a modestement enseignées avec notamment le courage de la vérité. Georges Doussin est avec nous par son héritage exemplaire. Pour rappel, voici un extrait de son allocution du 5 novembre 2016. Il confirmait que « réhabiliter officiellement les fusillés pour l’exemple c’est aussi reconnaître que les morts à la guerre, toutes les victimes n’étaient pas seulement mortes ou blessées pour la patrie mais tout simplement des victimes de guerre. Cette monstruosité toujours décidée pour s’assurer de la puissance économique et politique » ! Dans ces quelques lignes, Georges a tout dit sur les raisons de son dévouement, de son engagement au combat de l’ARAC, la guerre à la guerre » en dénonçant nommément les coupables, les assassins. Profondément laïque, Georges ne cessera de combattre pour la solidarité, l’égalité, la fraternité, pour l’amitié, pour la mémoire, pour la culture, pour 28 - LE RÉVEIL - N° 861 - FÉVRIER 2020

le social et sans relâche contre le fascisme, le populisme. Combattant pour la paix. Il serait en tête du combat unitaire pour la souveraineté des peuples pour un monde sans armes dont (je le rappelle) nous laçons une carte pétition à adresser au Président Macron afin qu’il honore ses promesses et cesse sa politique démagogique. Chers ami(e)s, nos actions futures nous ferons revenir sur l’héritage et la personnalité inoubliable de ce grand monsieur, notre camarade pour lequel je vous demande un instant de mémoire d’hommage. Jacques Goutorbe Président de l’ARAC 84

Soissons (02) L’ARAC du Soissonnais a fait son assemblée générale le 18 janvier 2020 en présence de M. le Maire de Soissons, le délégué aux associations patriotiques de Belleu, M. le Conseiller régional et de la responsable des affaires patriotiques à la mairie de Soissons.

Le Président J. Noël Grébert, membre du Bureau national, a remercié les personnalités et tous les membres d’associations ainsi que les adhérents d’avoir répondu à l’invitation pour participer à l’Assemblée Générale 2020. Une minute de silence a été respectée pour tous les camarades décédés, les OPEX et les civils morts lors d’attentats. L’accent a été mis sur les prises d’initiatives et d’activité du comité. Celles à venir avec le 75e anniversaire de la fin de la guerre 39/45 et plus particulièrement avec l’expo de l’ARAC sur cet événement. Sur la tenue des états généraux de la paix le 13 juin à Paris. Sur les initiatives entre autre, autour de la Stèle Henri Cottin à Belleu, Henri Barbusse à Crouy, inauguration de la rénovation de la Stèle Louis Jaurès à Chaudun, inauguration du monument pour les fusillés pour l'exemple à Chauny et toutes les commémorations du soissonnais et du Chemin des Dames ainsi que sur le repas champêtre au mois d'août. L’Assemblée a été clôturée par un pot de l’amitié offert par la municipalité.


n o s à t e c a r a ’ l à s donnon mensuel les moyens de continuer les combats qui sont les leurs depuis un siÈcle LISTE SOUSCRIPTION – FEVRIER 2020 (02) M. CLOSSON DANIEL : 30 – (03) M. DESPRELES : 20, M. TABOUROT MICHEL : 20, M. NAMY PIERRE : 50 – (06) M. BARUCCHI JEAN PAUL : 30 – (08) M. JEUNESSE DANIEL : 10 – (13) MME COMPAGNE ROSE : 70 – (19) M. FAURE ANDRE : 10 – (21) MME GERBET JEANNINE : 50 – (26) M. TABORCIA SERGE : 40 – (28) M. HARDY JEAN RENE : 30 – (29) M. RYCKEBOER EDOUARD : 50 – (31) M. CUCY MICHEL : 20 – (33) M. GRASSETIE JEAN : 20 – (34) M. GUIDA JEAN LOUIS : 10 – (40) M. LARROUQUERE J : 50 – (47) M. LOUGNON CHRISTIAN : 50 – (59) M. TONELLI GIOVANNI : 30 – (63) M. JOUVION LOUIS : 50 – (65) M. LAMON LAURENT : 100 – (69) MME CERNY JACQUELINE : 20 – (72) M. VINCELOT : 20 – (73) M. CLEMENT ROGER : 50 – (75) M. ERMOGENI : 200 – (77) M. MANAUT ROGER : 50 – (78) M. BALZER RENE : 50 – (91) M. TROALEN MONIQUE : 50 – (91) M. POULAIN MAURICE : 100, MME DUPUIS LUCIENNE : 20 – (92) M. MOISENIER ANDRE : 60 – (93) MMR CHOVANEL : 20, M. SCARTON GILLES : 20, M. MARTIN CLAUDE : 50, M. HELLIO FRANCIS : 120, M. BERENGER GEORGES : 20, M. TURPIN : 30 – (94) M. OU MME DERBOIS : 100, M. BERNARD SIGG : 20 – (95) M. BIERON ROGER : 100.

JE VERSE POUR LA SOUSCRIPTION …………euros par chèque JE FAIS LE CHOIX D’UN PRÉLÈVEMENT

J’autorise l’établissement teneur de mon compte à prélever sur ce dernier, tous les paiements ordonnés par le créancier ci-dessous. En cas de litige sur un prélèvement, je pourrai en faire suspendre l’exécution sur simple demande à l’établissement teneur de mon compte. Je réglerai le différend directement avec le créancier.

Titulaire du compte Nom :

■ ■ (remplir le formulaire ci-dessous)

Prénom :

N° National d’émetteur : 460306

Adresse :

Un seul règlement ……………… ■ Établissement teneur du compte à débiter :

mensuellement ………€ Nombre de mois …… ■

Nom :

Nom et adresse du créancier : Coordonnées bancaires :

Code Banque Code guichet

Date :

—/—/—

Numéro de Compte

Clé RIB

Signature

IMPORTANT : n’oubliez pas de joindre à cette autorisation un relevé d’Identité bancaire (RIB) ou postal (RIP) - que vous découperez dans votre carnet de chèques - ainsi que votre bulletin d’abonnement. Voir au verso comment remplir ce document.

A.R.AC. 2 Place du Méridien 94800 VILLEJUIF Les informations contenues dans la présente demande ne seront utilisées que pour les seules nécessités de la gestion et pourront donner lieu à exercice du droit individuel d’accès auprès du créancier à l’adresse indiquée au verso, dans les conditions prévues par la délibération n° 80 du 1/04/80 de la Commission Information et liberté.

Vous pouvez, soit par prélèvement automatique, soit par chèque, nous faire parvenir votre contribution par courrier ou en utilisant l’enveloppe T que vous avez déjà reçue. N’oubliez pas de joindre à cette autorisation un relevé d’Identité bancaire (RIB) ou postal (RIP). LE RÉVEIL - N° 861 - FÉVRIER 2020 - 29


LE RÉVEIL VIE DE L’ARAC

ARAC

Cent ans de combats pour la Paix, la dignité humaine, l’antifascisme, les valeurs de la République

Vie de l’association Les raisons et motivations de notre association sont d'une brulante actualité face à la destruction des valeurs républicaines, du détricotage du programme du Conseil National de la Résistance, la remise en cause des conquis depuis la

révolution de 1789, la commune… Quels que soient les obstacles qui se dressent, l’ARAC défend sans faiblesse les objectifs de ses créateurs : • Lutte pour la paix, contre le fascisme, pour la solidarité des peuples • Travail de mémoire en partant des causes de guerre, lier passé, présent et avenir • Présent dans les luttes sociales, pour les libertés individuelles et collectives, • Défense du droit à réparation des anciens combattants.

ARAC : UNE FORCE VIVANTE Depuis le début de l’année, les nouvelles venant des différentes régions de l’hexagone expriment une volonté d’être toujours mieux l’ARAC, trouver du sang neuf avec des hommes et des femmes qui veulent prendre leur place, agir dans notre association. Des résultats marquants en attestent : A Saint-Blimont (Somme) l’assemblée générale suivi du repas et après midi récréative : 200 personnes. Dans la région Provence côté d'azur des adhésions ont été réalisées dans plusieurs départements : Les Mees (Alpes de Haute Provence) 12 adhésions dans le cadre d’initiatives, Alpes Maritimes 6 adhésions dans plusieurs sections, Bouche du Rhône dans différentes actions 35 adhésions. À mi-février c'est plus d'une centaine d'adhésions enregistrées dans de nombreux départements. Le rythme de la remise des cartes 2020 démarre sous de bon auspices là où il y a des initiatives, de l’activité, il y a un résultat probant : 91 % de cartes placées dans les Hautes Pyrénées ,89 % dans les Alpes Maritimes, 70 % en Moselle, 69 % dans la Sarthe, 54 % en Dordogne, 54 % en Ardèche, 48 % dans le Vaucluse. Ce dynamisme peut se produire dans tous nos comités départements, nos sections. Mettre en place des initiatives constitue le moteur pour aller de l'avant. Avec notre exposition « Il y a 75 ans il ont vaincu la barbarie nazie » il y a la possibilité de nous faire connaître au-delà de notre influence et lieu habituel. Soyons hardi, tenace, ouvert vers toutes les générations. Jacques VERRIER Secrétaire National Liberté, Egalité, Fraternité

En 1789 naissait

la Révolution Française

Faites-nous connaitre toute information susceptible de nourrir l’expérience et l’information dans votre département. Des cartes 2019 n’ont toujours pas été réglées à la Trésorerie Nationale, il est urgent d’envoyer les paiements.

ADHESION A L'ARAC POUR UNE FRANCE REPUBLICAINE, DEMOCRATIQUE, LAÏQUE ET SOUVERAINE

St Quentin (02) Assemblée générale arac de Saint-Quentin le 15/2/2020, Alexis Grandin maire adjoint représentant madame le maire Alain GIbout représentant le monde associatif. Dans son rapport, le président a énuméré les motifs de la colère qui secoue le monde des anciens combattants.

30 - LE RÉVEIL - N° 861 - FÉVRIER 2020

« Déjà la cour des comptes avait trouvé bien trop haute la pension des anciens combattants, mais voici que l’Union Européenne s’associe au discours. Je rappelle que cette indemnité avoisine les 750 euros par an, et n’est pas revalorisée depuis des années. » Mais pour le président, il y a pire. « Il existe des menaces sur la loi du 31 mars 1919 qui affirmait la reconnaissance de la nation et la réparation imprescriptible. Nous serons vigilants sur son maintien. » Autre source de mécontentement, le budget national 2020

des anciens combattants qui subit une nouvelle baisse de 5,9 %. « Le motif invoqué est, le nombre décroissant des ressortissants de l’ONAC, sauf que nous délivrons chaque année plus de dix mille nouvelles cartes aux anciens combattants OPEX. Il est admis, que nous serons encore plus de deux millions en 2023. » Malgré ces menaces, une bonne nouvelle, le soutien du député local à la réalisation d’un nouveau drapeau. « Il saluera le centenaire de l’Association républicaine des anciens combattants. »


MAGAZINE LE RÉVEIL

Inauguration de l’exposition « le chemin de la victoire : juifs soviétiques pendant la Seconde Guerre Mondiale » L’inauguration de cette exposition visible du 30 janvier au 10 avril 2020, s’est tenue le 29 Janvier 2020 au Centre de Russie pour la science et la culture à Paris. L’ARAC a été invitée à cette initiative représentée par Liliane Rehby, secrétaire nationale. A l’occasion du 75e anniversaire de la fin de la Seconde guerre mondiale, et au moment de la libération du camp d’extermination d’Auschwitz par les russes, Le centre de Russie à Paris présente l’histoire méconnue de la participation juive, dont des femmes, dans les forces armées soviétiques et sa contribution à la défaite de l’Allemagne nazie, racontées par des témoignages personnels et émouvants, de journaux intimes, de lettres, de photos des soldats. 500 000 soldats juifs se sont battus, 40 % ont été tués, et 158 décorés comme héros russes. Soulignons en plus leur présence dans les 70 détachements de partisans parmi lesquels des combattants juifs en Biélorussie. Avec les russes soviétiques et leurs 27 millions de morts militaires et civils tous ont joué un rôle décisif dans la victoire finale des alliés contre la barbarie nazie.

L’exposition a été possible grâce à la mise à disposition des archives par la famille Blatavnik et le soutien financier de leur fondation. Une nombreuse assistance, dont des représentants des archives Blavatnic, d’organisations juives, de descendants des familles, d’Anciens Combattants français, des historiens et politiques russes… Dans son intervention Monsieur l’Ambassadeur a souligné combien aujourd’hui on nous maintient dans l’ignorance d’une bonne partie de l’histoire souvent occultée quand il s’agit de ce pays. Il le déplore. Avec les combattants juifs, les russes soviétiques ont joué un rôle décisif dans la victoire finale des alliés contre la barbarie nazie. Il y a 75 ans après ces événements un devoir d’Histoire et un Travail de Mémoire pour la vérité.

Guérigny (58) Cérémonie après cérémonie, depuis maintenant huit ans, Pascal Gautelier remplit immanquablement sa fonction de porte-drapeau, avec beaucoup de fierté. « Je fais cela pour prendre le relais des anciens » déclare Pascal âgé de 43 ans. Caporal-chef, Pascal Gautelier intègre une Opération extérieure en juin 2009 pour six mois, en Afghanistan. Il ne regrette pas cette période et en garde le souvenir « d’une forte cohésion entre les hommes ». Après avoir fait valoir ses droits à la retraite, fin 2010, il travaille aujourd’hui dans l’entreprise Renault Trucks Défense, basée à Garchizy. Il est également président de l’Arac de Guérigny.

Pascal Gautelier tient à entretenir la mémoire de tous les anciens combattants, comme ici lors de la cérémonie du 11 novembre.

Fourchambault (58)

Decize (58)

L’ARAC de Fourchambault s’est réunie en assemblée générale, jeudi 16 janvier à la salle polyvalente Marcel-Paul. Le président, Guy Dath, a évoqué les activités de l’Arac, à savoir sa présence à toutes les cérémonies de commémoration des différentes guerres. L’Arac reverse une partie de ses quêtes pour la caisse des écoles primaires de Fourchambault, participant elles-mêmes à la vente du bleuet du 11 novembre. Une distribution de cartes et de colis de fin d’année permet à tous d’appréhender les fêtes avec sérénité et bonheur. La volonté de transmettre aux jeunes générations est également forte et peut s’envisager grâce à une situation financière particulièrement saine. Le renouvellement de toutes ces actions est prévu en 2020.

L’ARAC de Decize\Saint-Léger-des-Vignes a tenu son assemblée générale à l’espace Denfert-Rochereau. Le président, Georges Da Mota, a demandé un moment de recueillement à la mémoire d’Odette Da Mota, son épouse, et de Daniel Matin, trésorier et porte-drapeau, décédés récemment. Durant l’année écoulée, l’association a aussi distribué des petits colis et rendu visite aux adhérents hospitalisés. Malgré des difficultés, la section honore et participe aux cérémonies commémoratives. La réunion s’est terminée autour de la galette des Rois. LE RÉVEIL - N° 861 - FÉVRIER 2020 - 31


Panthéon : Hommage à René CASSIN, le 14 février 2020 Beau rassemblement républicain à l’initiative de l’Union Fédérale, au Panthéon, autour de la dépouille de René CASSIN afin d’honorer la mémoire de ce français illustre dont l’œuvre reste d’une actualité vivante. Le président de l’Union Fédérale Dominique LEPINE, en présence de l’ARAC, a retracé le parcours singulier de René CASSIN.

(Extraits) « Une nouvelle fois, l’année qui débute est lourde d’interrogations de toutes sortes. La situation internationale s’est considérablement dégradée. En matière géostratégique le niveau des bruits de bottes est déjà dépassé et nous assistons à des actes de guerre concrets même si ce nom dramatique n’est évoqué que du bout des lèvres… « La nature profondément morale de René CASSIN devrait nous inspirer tous car toute son œuvre est faite d’espoir. Il a toujours cru en l’homme et en la France… « René CASSIN nous enseigne qu’il existe une morale politique, que celle-ci est vraie en tout temps en tous lieux. Elle concerne l’homme comme individu isolé mais aussi comme membre de la société. Elle responsabilise les décideurs de l’Etat, de tous les Etats. Nous devons croire que les décideurs s’en inspirent et sans doute devons-nous le leur répéter. « Se détourner de cette morale afin d’obéir à des groupes de pression qu’ils soient financiers, religieux ou politiques c’est amener le monde là où il est, là où nous en sommes aujourd’hui. L’homme est au centre de cette morale, l’homme n’est le prix à payer pour la modernité ou le développement, l’homme n’est pas l’enjeu d’un pouvoir de quelque nature qu’il soit, l’homme ne peut pas être la victime de l’homme. L’homme se respecte… « La France est une grande Nation, elle a déjà connu des phases de son histoire difficile au point même où l’on pouvait croire qu’elle était perdue. Pourtant, elle s’est toujours redressée, elle le fera, sans aucun doute mais peut-être ne devons-nous pas nous contenter d’attendre l’homme providentiel. Nous devons tous retrousser nos manches »… « J’ai évoqué la morale au début de mon discours… C’est grâce à des hommes comme René CASSIN, des hommes comme le général De GAULLE, qui gardant l’espoir chevillé au corps jusqu’au bout, ont cru au destin de la France même dans les périodes les plus noires de notre histoire et notre pays s’est redressé dans l’adversité… « La France n’est ni une banque, ni une multinationale, ni une entreprise, elle n’est pas un agglomérat de capitaux ou de contribuables, la France ce sont des femmes et des hommes. C’est pour cela qu’elle doit garder confiance car il n’y a de vraies richesses que dans l’être humain… » René CASSIN a participé par l’ONU à la rédaction de « la déclaration Universelle des droits de l’Hommes » (1948). Dominique LEPINE a terminé son hommage en lançant son cri : « soyons des René CASSIN ! » L’ARAC qui participe chaque année à cette commémoration était représentée par son président Raphaël VAHÉ.

Profile for Le réveil des combattants

Le réveil des combattants - Février 2020  

Le réveil des combattants - Février 2020  

Advertisement