Page 1

LN19_Avril2017 12/04/2017 12:26 Page1

#19 | VOTRE MAGAZINE MENSUEL GRATUIT | AVRIL 2017

INFOS PHOTOS R E P O RTA G E S

en Beaujolais

de

80 ans l’AOC

SPÉCIAL ANNIVERSAIRE

beaujolais

80beaujolaises curiosités à (re)

découvrir

LA REVUE DE MODE CALADOISE | LES SERRES CALADOISES | BD EN BEAUJOLAIS | AGAMY | CUISINES BERNOLLIN


LN19_Avril2017 12/04/2017 12:26 Page2

Grâce au Département, le très haut débit chez vous !

SOYONS CONNECTÉS

© Département du Rhône - Direction de la communication - Crédits photos : Shutterstock - Avril 2017

SUIVEZ-NOUS -NOUS SUR

@rhone_fr

www.rhone.fr

departementrhone


LN19_Avril2017 12/04/2017 12:26 Page3

NOCES DE CHÊNE Difficile de réduire la longue histoire du Beaujolais à quatre-vingts petites années. Pourtant, c’est bien en 1937 que notre production bachique reçoit sa première patente. Elle tient en trois lettres, A.O.C pour Appellation d’Origine Contrôlée. La reconnaissance d’un savoir-faire qui porte sur les fonts baptismaux une nouvelle approche de l’économie viticole. Cette AOC Beaujolais va souffler cette année ses quatre-vingts bougies. La tradition appelle cela les noces chênes. Ces mêmes chênes qui jadis parsemaient le village de Chénas, finalement arrachés pour laisser place à de la vigne. Ces mêmes chênes qui, transformés en fûts, apportent des notes subtiles au vin qui hiberne. Nous n’évoquons pas là les saveurs grossières des vins trop boisés, mais bien le juste équilibre. Ces mêmes chênes qui plantent leurs racines au plus profond de nos terroirs et de nos traditions. Quatrevingts ans plus tard, nous avons mis en bouteille quatre-vingts anecdotes méconnues qui illustrent si bien notre territoire ! Existait-il un plus beau symbole que le chêne pour marquer cet anniversaire si spécial en Beaujolais ? Belle lecture à tous. L’ÉQUIPE

DU

NOUVEAU

Directeur dede la publication : Benjamin Solly (benjamin@le-nouveau.com) Directeur la publication : Benjamin Solly Rédacteur en Chef : Benjamin Solly – benjamin@le-nouveau.com Benjamin Solly Journalistes : Benjamin Solly, Isabelle Martin Grève-Viallon, Marie-France Balandras et Damien Corban Isabelle Martin Grève-Viallon, Mathieu Goudot, Benjamin Solly Photographe : Michel Goiffon sauf mention, Saby Maviel Commercialisation : Delphine Roybet (06 06 59 81 76), Aurélia Calzatti (07 70 67 01 57) Michel Goiffon Réalisation : Marc Chilliet – marc.chilliet@orange.fr – Lyon, Beauregard Delphine Roybet (06 06 59 81 76), Aurélia Calzatti (07 70 67:01 57),:Fabrice Rondepierre (07 82 87 20 25) Couverture Photo © Studio Michel Goiffon Chaussette de dégustation Blind Tasting Sleeve® Saby Maviel (Agence Manacrea - Villié Morgon) Direct & Création Impression Lamazière (69) Marc ChillietLa – 06 86 79 83 17 – Lyon, Ne pas jeter sur la voie publique. reproduction des textes,Beauregard dessins et photographies publiés dans ce numéro sont la propriété exclusive du magazine le Nouveau, une marque de la SAS le Nouveau au capital de 3 000 euros. RCS Mâcon 809 411 788. © Michel Goiffon Elle se réserve tout droit de reproduction dans le monde entier. En cours d’immatriculation ISSN.

Rédacteur en Chef : Journalistes : Photographe : Commercialisation :

Photographe ayant collaboré à ce numéro : Création graphique : Réalisation : Photo couverture :

Impression Lamazière

le Nouveau | avril 2017 | 3


LN19_Avril2017 12/04/2017 12:26 Page4

T TOUJOURS OUJOURS MIEUX TOUJOURS TOUJOURS PLUS PLUS LOIN LOIN

TOYOTA FRANCE - 20, bd de la République, 92420 Vaucresson - SAS au capital de 2 123 127 € - RCS Nanterre B 712 034 040.

RESSENTEZ CETTE ÉNERGIE

L A T O Y O TA M A D E I N F R A N C E À partir de

169 € /mois

(1)

ENTRETIEN INCLUS**

SOUS CONDITION DE REPRISE(2)

LOA* 37 mois, 1er loyer de 2 200 € suivi de 36 loyers de 169 €. Montant total dû en cas d’acquisition : 18 644 €.

UN CRÉDIT VOUS ENGAGE ET DOIT ÊTRE REMBOURSÉ. VÉRIFIEZ VOS CAPACITÉS DE REMBOURSEMENT AVANT DE VOUS ENGAGER. Consommations mixtes (L/100 km) et émissions de CO2 (g/km) : de 3,3 à 3,6 et de 75 à 82 (A). Données sous réserve d’homologation CE. La Toyota fabriquée en France. * LOA : Location avec option d’achat. (1) Exemple pour une Yaris Hybride France 100h neuve au prix exceptionnel de 16 200 €, remise de 2 500 € et aide à la reprise(2) de 750 € déduites. LOA* 37 mois, 1er loyer de 2 200 € suivi de 36 loyers de 169 €/mois hors assurances facultatives. Option d’achat : 10 360 € dans la limite de 37 mois & 30000 km. Montant total dû en cas d’acquisition : 18 644 €. Assurance de personnes facultative à partir de 17,82 €/mois en sus de votre loyer, soit 659,34 € sur la durée totale du prêt. Modèle p présenté : Yaris Hybride Collection 100h Bleu Nebula neuve au prix exceptionnel de 18 600 €, remise de 2 500 € et aide à /mois hors assurances facultatives. Option d’achat : 11 600 € dans la limite la reprise(2) de 750 € déduites. LOA* 37 mois, 1er loyer de 2 200 € suivi de 36 loyers de de 37 mois & 30 000 km. Montant total dû en cas d’acquisition : 21 684 €. Assurance de personnes facultative à partir de 20,46 €/mois en sus de votre loyer, soit 757,02 €          sur la durée totale du prêt. ** Entretien inclus dans la limite de 37 mois & 30 000 km (au 1erGHVWHUPHVDWWHLQW 2ɫUHU«VHUY«HDX[SDUWLFXOLHUV valable jusqu’au 31/05/2017 chez les distributeurs Toyota participants (2) pour toute reprise de véhicule de + de 8 ans portant sur le tarif en YLJXHXUDXMRXUGHODVRXVFULSWLRQGXFRQWUDW(QɬQGHFRQWUDWUHVWLWXWLRQGXY«KLFXOHGDQVYRWUHFRQFHVVLRQDYHFSDLHPHQWGHVIUDLVGHUHPLVHHQ                          état standard et des éventuels kilomètres excédentaires. Sous réserve d’acceptation par TOYOTA France FINANCEMENT, 36 bd de la République 92423 Vaucresson, RCS 412 653 180 - n° ORIAS 07 005 419 consultable sur www.orias.fr.

219 €

MÂCON 766 Rue des combes/ VARENNES-LÈS-MÂCON................................................. T 03 85 34 96 00 BOURG-EN-BRESSE Z. I. de Noirefontaine R. N. 75/ MONTAGNAT................. T 04 74 23 93 30

LR CAR

VILLEFRANCHE-SUR-SAÔNE 354 Avenue Theodore Braun...................... T 04 84 45 12 73


LN19_Avril2017 18/04/2017 09:29 Page5

S O M M A I R E avril 2017

12

17EN 2017,

9

L'AOC BEAUJOLAIS FÊTE SES 80 ANS

10 34 14

80 curiosités beaujolaises à (re)découvrir......................18-27

INFOS

28

Les temps forts de l’actu en images............................... 6-7 La Maison du terroir beaujolais...................................... 8-9 Économie....................................................................... 10 Culture ....................................................................... 12-15

32 STYLE

26

Les cuisines Bernollin..................................................... 26

PHOTOS

30 34

Anniversaire : Les Serres Caladoises.................................28 La revue de mode caladoise ............................................30 La cuvée Bernard Pivot 2016...........................................32 Les apéros trèsBeaujolais ................................................34 le Nouveau | avril 2017 | 5


LN19_Avril2017 12/04/2017 12:27 Page6

Chez Bien Boire en Beaujo lais (B.B.B ), on aime faire durer le plaisir ! La 6 e édition du salon professionnel des vins Bien Boire en Beaujo lais s’est déroul ée sur trois jours, du 2 au 4 avril, réunissant près de 190 producteurs de gamay battan t pavillo ns Beaujoloise, Biojolaise, Beaujol’Art, Beaujol’All’Wines et Les Gamays Chics. Cinq associ ations qui partagent une certaine idée du vin, © LN bien vinifié, non boisé, provenant avec les vignerons sur trois sites : er échang pu ont ateurs dégust les année, Cette le. de vignes aux rendements limités, le plus naturel possib du Beaujolais tient Chaize (Odenas) et le Château de Pizay. Le creuset créatif le Château des Ravatys (Saint Lager), le Château de la ive de l’agence l’initiat à , Gamay & Rock Sex cette collection déjantée, baptisée définitivement dans ces trois initiales, BBB. En témoigne e édition. Manacrea (Villié-Morgon) et présentée lors de cette 6 © LN

iNitials B.B.B

©

pâques

coNscrits C’est un chèque de 7 547 euros qui a été remis par Christophe Billaud, président de l’Interclasses en 7, à la Ville de Villefranche pour ses œuvres sociales, dans le respect de la Charte des Conscrits qui prévoit que, dans chaque banquet, les dons récoltés lors de la remise des chanons* ont pour but de soutenir des actions de solidarités. Muriel Blanc, l’adjointe en charge du CCAS a assuré que cette aide bénéficiera aux personnes âgées de Villefranche en difficultés, et le Maire Bernard Perrut a souligné « l’importance de la générosité des classes en 7, une première dans l’histoire des Conscrits qui mérite un grand coup de chapeau ! »

Dimanche de Pâques, le 16 avril, le marché couvert organise une grande chasse aux œufs. Les enfants devront découvrir sur les étals des divers commerçants, le dessin de Pâques. Il s’agira donc de bien regarder parmi les oranges, les bananes, ou autre denrée ! Avec ce dessin, les enfants pourront ensuite monter à l’étage chercher leur récompense. Ludique et amusant !

© DR

© Ville de Villefranche

RETOUR EN IMAGES SUR

LES TEMPS FORTS DE L’ACTU

* Le chanon était le numéro que le conscrit tirait au sort et qui déterminait s’il partait faire son service militaire ou

© LVM 2017

s’il restait dans ses foyers.

les veNdanges musicales © LN

Le premier coup de serpette des Vendanges Musicales 2017 a été donné. Et il est prometteur ! Pour sa nouvelle édition, attendue les 16 et 17 septembre prochains à Charnay (69), le festival qui monte le son en Beaujolais a déjà dévoilé une tête d’affiche majeure : la chanteuse et pianiste Véronique Sanson. Une montée en gamme qui doit être suivie très prochainement de nouvelles annonces sur la programmation de cette 4e édition. Et c’est une autre pointure de la scène française qui est attendue cet automne en Beaujolais. L’idée fondatrice des Vendanges Musicales est de réunir tous publics autour d’une programmation variée et éclectique pour un moment de partage musical en toute simplicité et convivialité, et de faire connaître ce terroir et territoire du Beaujolais des Pierres Dorées. Fort de plus de 100 bénévoles et déjà plus de 40 entreprises partenaires, du soutien de collectivités locales telles que la Mairie de Charnay, le Département du Rhône et la Région Auvergne Rhône Alpes, le festival s’impose désormais comme un événement incontournable de la scène musicale régionale. La billetterie ouvrira le 15 avril dès 10 heures sur www.lesvendangesmusicales.fr.

6 | avril 2017 | le Nouveau


LN19_Avril2017 12/04/2017 12:27 Page7

fête des crus

© LN

doNation

© DR

Un nouveau format pour un événement patrimonial ! Après le cru Régnié en 2016, le tastevin est désormais entre les lèvres du cru Juliénas qui hébergera la 37e édition de la Fête des Crus, les 29 et 30 avril prochains. Pendant deux jours, le public, curieux et amateur de vins, est invité à une grande fête conviviale pour découvrir (ou redécouvrir) et déguster les fines cuvées des dix crus du Beaujolais, des Beaujolais et BeaujolaisVillages. Précédemment, les vignerons des neuf crus investissaient le cœur du village organisateur et s’affairaient autour de stands dédiés et décorés pour l’occasion selon le thème défini. Cette année, les visiteurs seront accueillis dans les différentes caves et cours de charme de Juliénas, chaque viticulteur du cru ouvrira et accueillera seul ou avec un partenaire viticole les portes de son domaine. Trois circuits en petit train sillonneront les routes et chemins juliénatons pour relier les caveaux et aller à la rencontre des vignerons. Les visiteurs pourront aussi acheter des bouteilles de vin sur place.

rue Nat' Sur les 954 commerces que compte Villefranche, 569 d’entre eux se situent dans la nef caladoise*. La Ville de Villefranche, la CCI Beaujolais et les commerçants planchent actuellement pour renforcer l’attractivité du centre-ville. « Nous avons fait faire une étude par un cabinet de consultants spécialistes des villes moyennes. Nous avons réalisé un premier © LN diagnostic, puis dépouillé les questionnaires envoyés aux commerçants et professions libérales. Le retour s’est révélé excellent et nous avons organisé une première réunion, salle du conseil en mairie. Les commerçants ont non seulement joué le jeu, mais ont apprécié notre initiative, et plus de 200 d’entre eux étaient présents », explique Martine Glandier, l’adjointe au commerce, à l’artisanat, à l’emploi et à la formation. Une feuille de route sera établie sur trois ans avec la priorité mise sur le service aux consommateurs et les horaires d’ouverture. « Un premier budget de 200 000 euros a été voté pour 2017. Une somme identique sera allouée pour les deux années suivantes, poursuit Martine Glandier. La visibilité des enseignes de la rue nationale est à travailler. De même, la liste des lieux de stationnement, car il s’avère que les parkings extérieurs sont vides le week-end, parkings auxquels il faudra rajouter le plan lumière adéquat ». Des groupes de travail seront prochainement mis en place.

Cérémonie intimiste lundi 10 avril à la mair ie de Ville fran che, avec Jacky au Auga gneu r qui reme ttait son table Le ! s nard Grog Les : 2009 réali sé en en t Perru ard Bern aire té-m dépu y reme rcian t chal eure usem ent Jack sont nos conscrits tre des conscrits, qui a su montrer que pour ce don, saluait le caladois « pein à la fois ami et uis, Dub Jean » . nale Natio rue belle une fête, et en profite pour valoriser cette oliquement symb était attaché à sa ville et souhaitait conscrit de la 8, rappelait combien Jacky Beaujolais le che, ra être admiré par tous. « Villefran laisser une trace avec ce tableau qui pour ait-il, tout gliss », eau pinc , m’ont collé plus tard au et les conscrits qui me collaient à la peau . onie cérém bien voulu officialiser cette en remerciant Bernard Perrut d’avoir

goldeN boy

© LN

A 86 ans, François Descaillot est bien connu des Caladois pour son parcours de trésorier dans de multiples associations, ses mandats de conseiller municipal sous Jean-Jacques Pignard, comptable de son état dont 30 ans dans l’entreprise Miguet. Pour la petite histoire, le récipiendaire de la médaille d’or Jeunesse & Sports emmenait l’actuel maire de Fleurie et président du CSV Frédéric Miguet à l’école. Décoré avec sept autres personnes lors de l’assemblée générale de l’Office des Sports de Villefranche (OSV), François Descaillot détient, outre la médaille d’or Jeunesse et Sports, l’ordre national du mérite et la médaille d’or du travail. Une belle énergie qui mérite d’être soulignée ! L’OSV, qui a déménagé pour ses locaux dans la Maison Le Lien, impasse Revin, face au Promenoir, reprendra ses permanences quotidiennes de 18 h. à 19 h. et le samedi matin de 10 h 30 à midi à partir du 1er mai.

festival eN beaujolais

© Festival en beaujolais

Pignard et Carole Présentée le 6 avril dernier par Yves Le Belo oga serie Gene tier au bar de la bras en Beaujolais e val Festi du on (Villefranche), la 36 éditi sera parrainé Il . 2017 août 2 au se déroulera du 27 juin journaliste re célèb le , ort Monf n Nelso cette année par e mob ile Scèn tre. théâ de féru rel, spor tif et cultu oires dans 22 parcourant pendant 5 semaines les territ val en Beaujolais villes et villages du Beaujolais, Le Festi ts & Cultures. » inen aura cette année pour thème « Cont ge, forme une l’ada selon Une invitation au voyage qui, nouvelle cette dans place jeunesse qui aura toute sa l’église dans ert conc beau très ce édition. En témoigne c qui -Mar Saint de teurs Chan s Petit de Fleurie avec les urel Cult re Cent le par é Port val. festi lanc era le cette ans 40 a ses Associatif Beaujolais (CCAB), qui fêter Entreprises, qui des Club le par enu sout et e, anné en Beaujolais val soufflera ses trente bougies, Le Festi le. bliab version 2017 promet d’être inou rie sur Retrouvez toute la programmation et billette

www.ccab.fr

le Nouveau | avril 2017 | 7


LN19_Avril2017 12/04/2017 12:27 Page8

N | INFOS ■

LA MAISON DU TERROIR BEAUJOLAIS

beaujolais

Sur place et à emporter

C’ Demain, le bio ?

est un symbole autant qu’une vitrine du Beaujolais. Depuis près de 20 ans, la Maison du terroir beaujolais a suivi l’ambitieuse trajectoire touristique portée par les acteurs du territoire. « À l’origine, La Maison du terroir beaujolais était une maison de pays gérée par les artisans et les producteurs, explique C’est une volonté portée par la Maison du terroir beaujolais. « Nous souhaitons renforcer la visibilité des productions bio du territoire », confirme Stéphanie Larochette. Déjà bien présent dans les vitrines de la boutique, le « bio » devrait se tailler la part du lion dans les prochains mois, avec notamment un projet d’espace réservé à ce type de productions au sein de la boutique. « C’est une gamme que nous souhaitons rapidement développer. » Dans un premier temps, c’est une grande manifestation autour du bio qui devrait être proposée par l’établissement. À suivre !

Stéphanie Larochette. En 1998, elle a changé de calibre, avec l’implication des collectivités qui souhaitaient en faire un lieu de promotion du terroir. » Située à Beaujeu face à l’église SaintNicolas et gérée par la Communautés de Communes Saône-Beaujolais, la boutique est une vitrine haut de gamme des riches et diverses productions locales. « Nous proposons les douze appellations du Beaujolais mais également une sélection des meilleurs produits locaux. » Une trentaine d’étiquettes bachiques et quelques merveilles de la production voisine, des produits de L’Huilerie Beaujolaise aux délices de la Miellerie du Fût d’Avenas, font de la Maison du terroir beaujolais un authentique espace de saveurs et de découvertes. Un parcours gourmand et gouleyant, avec notamment la mise en place d’un Salon des Vins du Beaujolais à déguster les 26 et 27 mai prochains. Mais pas seulement ! « Notre librairie du terroir et les produits de l’artisanat local, des bijoux aux vêtements, que nous proposons viennent compléter notre offre, qui s’affine chaque année. » En 2017, la Maison du terroir beaujolais proposera ses nouveautés : cardons de Saint-Georges, gamme de moutardes et de nouvelles créations côté bijouterie artisanale.

©

La porte d’entrée du Beaujolais touristique

8 | avril 2017 | le Nouveau

Avec son espace de visite (lire encadré) et son offre de vélos en location, la Maison du terroir

Myriam, Justine et Stéphanie forment l'équipe de la Maison du terroir beaujolais.

beaujolais s’impose également comme un acteur culturel et touristique du territoire. « Nous sommes une porte d’entrée pour partir à la découverte du Beaujolais », confirme Stéphanie. Cet ADN multiple, la Maison du terroir beaujolais le porte jusque dans la pierre. En effet, la bâtisse à colombages qui l’héberge cohabite avec une architecture dans le plus pur style Renaissance. L’Office de Tourisme Beaujolais Monts et Vignobles doit d’ailleurs prendre ses quartiers dans l’espace voisin, contribuant à renforcer l’unité du site. « La Maison du terroir beaujolais est également un partenaire trèsBeaujolais et fait partie du réseau de professionnels Atouts Beaujolais. » Cette approche complète suscite la curiosité d’autres territoires viticoles, dont les représentants viennent s’inspirer pour promouvoir leur production. Une professionnalisation du réseau touristique qui porte ses fruits ! Au pays des Sires de Beaujeu, la valorisation du Beaujolais n’est pas un vain mot.. ●

la Maison du terroir beaujolais Place de l’Hôtel de Ville | 69430 Beaujeu – 04 74 69 20 56

www.lamaisonduterroirbeaujolais.com contact@lamaisonduterroirbeaujolais.com Ouverture : Du 1er mars au 31 décembre : 7j/7, 10 heures12 h 30/14 heures-18 heures. Jusqu’à 19 heures en juillet et août. Dimanches et jours fériés : 10 heures-12 h 30/15 heures-18 heures. Jusqu’à 19 heures en juillet et août.

© Michel Goiffon pour la page

Authentique vitrine du savoir-faire local, la Maison du terroir beaujolais s’est imposée au fil des ans comme un outil de promotion du territoire. Si la boutique et l’espace de visite se consomment sur place, la Maison du terroir beaujolais est aussi le point de départ de nombreux circuits touristiques.


LN19_Avril2017 12/04/2017 12:27 Page9

©

N | INFOS ■ © MIchel Goiffon

LA BOUTIQUE

beaujolais

Produits régionaux, vins du Beaujolais, artisanat local, librairie du terroir, vêtements et accessoires… La boutique de la Maison du terroir beaujolais est une authentique malle aux merveilles contenant la crème de la production locale. De nombreuses idées cadeaux et paniers garnis à composer selon ses envies ! Retrouvez toutes les appellations du Beaujolais réunies en un seul lieu et admirez la richesse architecturale de la maison à colombages et sa cour intérieure Renaissance datant des XIVe et XVIe siècles. Enfin, découvrez l’espace consacré à l’Histoire du Beaujolais et de sa capitale historique, Beaujeu. © LMTB

LOCATION DE VÉLOS

Parcourez la Voie Verte du Beaujolais et les boucles cyclo touristiques de mars à décembre avec les Vélos Tous Chemins (VTC) adultes, ou franchissez les plus hauts sommets de la région grâce aux Vélos à Assistance Électrique (VAE), disponibles du 15 juin au 15 septembre. Circuits, sièges enfants, casques et antivols fournis. Réservation conseillée. VTC demi-journée : 12 € - journée : 17 € - week-end : 26 € VAE forfait à 25 €

L’ESPACE DE VISITE

© MIchel Goiffon

Découvrez la visite animée, ludique et gourmande de la Maison du terroir beaujolais et mettez vos cinq sens en éveil ! Plongez dans l’ambiance festive et conviviale du territoire que vous survolerez à travers les films proposés : à vos pieds et sous vos yeux les paysages prennent vie. Grâce à vos sens, savourez les trésors gourmands de notre terroir au rythme des quatre saisons. Les sols du Beaujolais possèdent une richesse et une complexité géologique surprenante, découvrez pour chaque vin, sa combinaison de sols ! Une approche du terroir par ses « climats » distinguée d’un macaron « Géo-Initiatives Sélection 2017 » dans le cadre du projet de labellisation Geopark (Unesco) porté par le Syndicat Mixte du Beaujolais. Enfin, fondez de plaisir devant les secrets de cuisine que vous révèlent chefs et producteurs en salle de projection. Rendez-vous en boutique pour une dégustation en fin de visite ! Durée : environ une heure.

Tout au long de l’année, la Maison du terroir beaujolais propose des expositions temporaires dans le cadre de son espace de visite payant mais également en accès libre. Côté espace de visite, le photographe Fernand Serpol et ses superbes clichés du Beaujolais tiennent le haut de l’affiche jusqu’à la fin du mois d’avril, avant d’accueillir à ses côtés les cimaises d’un nouveau projet d’exposition qui doit voir le jour début mai. En accès libre, les œuvres proposées par l’association L’Aristorium seront visibles jusqu’au 30 avril prochain. Chaque mois, le Nouveau consacrera un encadré à la programmation artistique et événementielle de la Maison du terroir beaujolais. © DR

© MIchel Goiffon

LES EXPOS

Tarif promo de printemps : 5 €/adulte, 2,50 €/enfant (6-12 ans).

le Nouveau | avril 2017 | 9


LN19_Avril2017 12/04/2017 12:27 Page10

N | INFOS ■

éco

« Notre potentiel touristique est immense »

© Département du Rhône

MARTINE PUBLIÉ

Vice-présidente au Tourisme, Martine Publié détaille pour le Nouveau les grandes orientations portées par le Département du Rhône. Le budget 2017 a été voté le 17 mars dernier et l’enveloppe consacrée au secteur s’épaissit. Prometteur.

L

e Nouveau : Le budget 2017 du Département est engagé, êtes-vous satisfaite de l’enveloppe réservée au tourisme ? Martine Publié : Elle augmente, avec plus de 12,3 millions d’euros pour l’année 2017 (contre 12 millions en 2016 – NDLR). Cela nous permet de continuer à être ambitieux sur cette question du tourisme qui est une compétence partagée entre les acteurs du territoire. Mais aujourd’hui, nous portons collectivement ces projets avec la Région et les communautés de communes. Car derrière l’enjeu touristique, c’est également la question de l’emploi local qui se pose. Le tourisme est un secteur économique puissant dans le Rhône ? M. P. : Aujourd’hui, le secteur pourvoit 5 000 emplois sur le Rhône. De l’emploi non délocalisable. Il y a eu une prise de conscience des acteurs de territoire autour du

tourisme, qui représente un gisement économique. Depuis deux ans, nos équipes abordent le tourisme à travers l’angle de l’économie. Le potentiel est immense. La collectivité est là pour structurer l’ensemble d’un territoire pour aider à sa mise en valeur, notamment pour porter son image. Le tourisme touche tout à la fois à l’image et à l’économie du territoire. Comment accompagner les acteurs du tourisme ? M. P. : Je veux arriver à dégager du chiffre d’affaires pour nos prestataires. Nous allons mettre en place des convergences entre les comités d’entreprise et les acteurs du tourisme et renforcer ce côté « réseau. » Le tourisme change. Avant, on allait à l’autre bout du monde. Aujourd’hui, on recherche un tourisme de proximité, mais de convivialité,

d’authenticité. C’est exactement ce qui caractérise notre territoire. Nous devons également inciter les acteurs du tourisme à se regrouper. Ils ont tous le même langage, la même préoccupation et des offres complémentaires. Quels projets verront le jour en 2017 ? M. P. : Notre vivier, c’est l’œnotourisme et la gastronomie. Nous avons d’ailleurs un beau projet autour de l’œnotourisme que nous dévoilerons dans quelques mois. Plus largement, nous intervenons sur la culture, à travers les écoles de musique, un thème que nous développerons à travers un événement musical dans les coteaux viticoles. Nous restons également le partenaire institutionnel des grands rendez-vous événementiels du Rhône, comme le Marathon International du Beaujolais ou Les Vendanges Musicales. ●

Carton plein pour la 1re édition du Digital Forum Beaujolais 3.0 ! Plus de 800 visiteurs ont parcouru les allées du forum dédié au numérique, organisé en partenariat par l’Agglo Villefranche Beaujolais Saône, la CCI Beaujolais et Pôle emploi. « Cette réussite nous conforte l’intérêt de continuer à développer la filière numérique Daniel Faurite, sur notre territoire », explique le Président de l’Agglo Daniel Faurite. Ce forum a réuni, à la salle président des Échevins à Villefranche, les principaux acteurs locaux du digital : centres de formations, de l'Agglo entreprises, étudiants, porteurs de projets, employeurs, personnes en recherche d’emploi… La réalité d’une filière en plein boum dans la capitale du Beaujolais, avec notamment des « Job Dating » proposés entre les recruteurs comme Gfi Informatique et des candidats très motivés. Les tables rondes ont apporté un éclairage pertinent sur les apports du numérique pour le monde de l’entreprise. « Nous réfléchissons déjà à la deuxième édition avec les partenaires », glisse l’élu Alexandre Portier, initiateur du projet. Un événement complet et couronné de succès, à retrouver dès 2018 en Calade. © Ma TV en beaujolais

© Sytral

800 VISITEURS POUR LE DIGITAL FORUM BEAUJOLAIS 3.0

10 | avril 2017 | le Nouveau

Pascal Girin (Ville de Limas), Alexandre Portier (Agglo) et Luc Guillorit (CCI Beaujolais).


LN19_Avril2017 12/04/2017 12:27 Page11

#mécénat, ceptif #événementiel #ré

NOS DÉCOUVREZ

8

PACKS PROS*

les 60% de l'impôt sur *don déductible à 0,5% du CA dans la la limite de

sociétés

DEVENEZ

PARTENAIRE Pour plus de renseignements, contactez ID Productions 07 81 60 28 64 – contact@idproductions.com – partenaires@lesvendangesmusicales.fr


LN19_Avril2017 12/04/2017 12:27 Page12

N | INFOS ■

culture

MÉDIATHÈQUE DE VILLEFRANCHE « Replacer l'usager au cœur du projet culturel » © LN

est un authentique trésor dont les Caladois sont les pleins récipiendaires. « La Médiathèque de la ville de Villefranche, c’est un site de 2 700 m 2 , un bibliobus, 140 000 documents disponibles en prêt dont 55 000 relatifs au patrimoine, et près de 100 000 visiteurs par an », rappelle la directrice Céline Ducroux-Tesrif. Après sa prise de fonction en octobre dernier, cette diplômée de Sciences-Po Lyon devenue Conservateur des bibliothèques retrouve le territoire pour mener une mission bien spécifique. « Nous allons renouveler le projet d’établissement de la Médiathèque en renforçant sa complémentarité avec les autres acteurs de la culture. » Une refonte également portée à l’échelle

de l’Agglo, dans le cadre du projet de labellisation « Pays d’Art et d’Histoire » (lire interview ci-dessous). « Nous avons déjà mis en place des feuilles de route pour la Médiathèque », explique-t-elle. Objectif ? « Replacer l’usager au centre du projet. » Le retour centralisé des documents sera testé à partir de mai, puis pérennisé si les usagers sont satisfaits, et de nouveaux tarifs devraient voir le jour à partir juin. À l’heure de la pause méridienne, ce sont des siestes littéraires qui seront proposées le 19 juillet (centre-ville), le 26 juillet (Musée municipal Paul Dini) et début septembre (Médiathèque). « Nous allons tester des formats nouveaux à travers des parcours culturels sur les différents sites de l’agglomération. » La mise

© LN

Vers une labellisation Pays d’Art et d’Histoire dès 2018 ? Déjà dans la mire de l'Unesco à travers la démarche Géropark, le Beaujolais vise également le label Pays d'Art et d'Histoire (Ministère de la Culture). Le dossier est à la main de Chrystèle Orcel, qui a pris ses fonctions début mars à la Maison du Patrimoine. « Cette candidature est inscrite dans le projet culturel de territoire voté à la Ville et à l'Agglo, mais également soutenue par la Communauté de commune des Pierres Dorées. » Le réseau regroupe 186 villes et territoires attachés à la valorisation et à l'animation du patrimoine et de l'architecture à travers des visites guidées, des expositions et des services éducatifs. « La Maison du patrimoine débute le diagnostic des ressources patrimoniales, qui sont très riches sur les 51 communes concernées. Nous allons ensuite mettre en place un comité de pilotage et des commissions thématiques regroupant les différents acteurs territoriaux, culturels et associatifs pour bâtir le projet. » Le territoire espère une labellisation courant 2018, lors d'une deux sessions annuelles du jury (mars ou octobre) délivrant le précieux sésame. À suivre !

12 | avril 2017 | le Nouveau

en place de services innovants autour du numérique et la valorisation du fonds de la Médiathèque composeront également le futur projet d’établissement, qui doit voir le jour début 2018. ● © LN

C’

En 2017, la Médiathèque de Villefranche va bâtir son nouveau projet d’établissement qui sera résolument tourné vers ses usagers et le développement de son offre numérique. Détails.

Pour dessiner les contours du futur projet d’établissement, les 22 agents de la Ville ont déjà mis l’ouvrage sur le métier. Ou plutôt sur le post-it sur le tableau ! Parmi les pistes proposées : l’accès à la presse en ligne pour les usagers, la mise à disposition de tablettes numériques, la création d’ateliers pour se familiariser avec l’univers digital, le réaménagement de l’espace Médiathèque avec des espaces « lounge », la valorisation du patio extérieur comme espace événementiel, le réaménagement des horaires d’ouverture ou le développement de la visibilité de la Médiathèque sur les médias sociaux. « Le cœur de métier ne change pas, nous sommes toujours là pour accompagner nos usagers vers les contenus », glisse la nouvelle directrice. Ces mêmes usagers ont voix au chapitre du futur projet d’établissement, des questionnaires étant mis à leur disposition à la Médiathèque et distribués auprès de chaque famille caladoise.


LN19_Avril2017 12/04/2017 12:27 Page13

TERRITOIRE www.auvergnerhonealpes.fr


LN19_Avril2017 12/04/2017 12:28 Page14

N | INFOS ■

culture

BD EN BEAUJOLAIS Au commencement était la bulle

Ils ont attiré plus de 2 000 visiteurs pour l’édition 2017 de BD en Beaujolais, les 11 et 12 mars derniers. Qui sont les hommes de l’association BD Boom qui organisent depuis 1993 le salon bisannuel consacré au 9e Art en Calade ? Retour sur la genèse d’un événement pas comme les autres. © LN

L

es pionniers ? Ils se nomment Jean-Louis Cartillier, Pierre Fessaguet, François Riche et Olivier Massina. Un quarteron d’irréductibles

Caladois, biberonnés à Métal Hurlant, qui décide de monter un festival de la BD à Villefranche en 1993. Certains ont quitté l’équipage, forts de voir le bateau voguer à son rythme de croisière, quand d’autres sont montés à bord. « Quand je me suis installé en Calade il y a dix ans, j’ai fait mon premier BD en Beaujolais en tant que visiteur. J’ai toqué ensuite à la porte de Jean-Louis en lui demandant s’il avait besoin de bénévoles », explique Maurice, l’actuel président de l’association BD Boom qui produit l’événement. Six ans plus tard, il en deviendra le président à l’occasion d’une assemblée générale qui fera date. « Je quitte la table cinq minutes pour satisfaire une envie pressante et quand je reviens, j’étais désigné président », se marre-t-il. Derrière cet épisode digne d’une bonne planche, l’ambiance canaille que cette bande de quinquas survitaminés a su insuffler au salon BD en Beaujolais transpire. Du sourire, de la simplicité et de la complicité, l’état d’esprit est payant. De fait, l’édition 2017 du Salon a été un franc succès en termes de fréquentation. « Proposer l’entrée gratuite a sans doute permis de réaliser plus de ventes d’ouvrages sur place et de renforcer le côté

14 | avril 2017 | le Nouveau

grand public de l’événement. » Pas question de faire de BD en Beaujolais une réunion d’exégètes qui processionnent tous les deux ans jusqu’à l’autel caladois ! « La BD est un art populaire », tempête Maurice, converti à la lecture de Tintin et d’Astérix dans sa prime jeunesse. Une approche qui gouverne également au choix des auteurs et dessinateurs qui composent le plateau proposé tous les deux ans. Certaines grosses pointures de la BD, dont Zep ou Henri Jenfèvre, ont déjà réalisé les affiches des précédentes éditions. « La formule pour réaliser un bel événement, c’est celle des trois tiers. Un tiers de grosses pointures, un tiers d’habitués et un tiers de jeunes auteurs locaux. »

« Nous recherchons dès à présent nos partenaires pour 2019 » Les 11 et 12 mars derniers, ce sont plus de 2 000 curieux qui se sont pressés à la salle de l’Atelier pour découvrir une trentaine de professionnels de la BD. Désormais, c’est une autre mécanique qui se met en place. « C’est la partie immergée de l’iceberg, celle de la phase préparatoire de la prochaine édition qui aura lieu en 2019. » La période qui s’ouvre est consacrée à la recherche de futurs invités mais également à la consolidation des partenaires financiers. Parmi les fidèles : le bachique Père La Grolle (Groupe

Boisset), Optique Tondeur, l’Hôtel Ici & Là, la Librairie des 9 mondes, Le Département du Rhône ou la Ville de Villefranche. « Nous levons pour chaque édition un budget à hauteur de 20 000 euros et nous aimerions monter en puissance pour 2019. » Au regard de la qualité de l’événement proposé et de son potentiel sur le territoire, BD en Beaujolais a tous les atouts pour relever ce nouveau défi. ●

BD en Beaujolais, ça continue ! Les portes du salon refermées, BD en Beaujolais continue à Villefranche ! Le réseau des bistrots BD (Le Sofitte, Le New 1900, Chez Elles, la pizzeria des Arcades, Le Saladier) restera actif tout au long de l’année et en 2018, avec l’affichage de planches et la consultation sur place de l’album correspondant. Après le succès de la BD sur la rue Nat', sortie lors de l’édition 2017 du salon, le dessinateur Eric Martin et son acolyte Jean-Louis Cartillier plancheraient sur un nouvel opus consacré aux rues de la Calade. À suivre !


LN19_Avril2017 12/04/2017 12:28 Page15

S'IL VOUS PLAÎT... DESSINE-MOI LE "BEAUJOLAIS" N | INFOS ■

culture

NOUS AVONS APPLIQUÉ LA CÉLÈBRE REQUÊTE DU PETIT PRINCE À ONZE DESSINATEURS PRÉSENTS SUR BD EN BEAUJOLAIS. THÈME ? LE BEAUJOLAIS. CAHIER DES CHARGES ? UN POST-IT POUR UN CROBARD À MAIN LEVÉ, SPONTANÉ. VOICI LES RÉSULTATS !

le Nouveau | avril 2017 | 15


LN19_Avril2017 12/04/2017 12:28 Page16

LE TOURISME

AU CŒUR DU TERRITOIRE

© Département du Rhône - Direction de la communication - Crédits photos : Nicolas Rigaud - Avril 2017

RHODANIEN

SUIVEZ-NOUS SUR

@rhone_fr

www.rhone.fr

departementrhone


LN19_Avril2017 12/04/2017 12:29 Page17

N | EN COUVERTURE ■

80

dossier central

curiosités beaujolaises à (re)découvrir

© Département du Rhône - Direction de la communication - Crédits photos : Nicolas Rigaud - Avril 2017

En Beaujolais, on adore les banquets qui se prolongent et les histoires au coin du feu. Le menu à 80 plats que nous vous proposons de déguster dans les pages qui suivent respectent à lettre ce double préalable. Les anecdotes brossées tout au long de ce dossier central sont parfois méconnues voire carrément oubliées. Leur transmission compose pourtant le sel du territoire. C'est ici notre terroir partagé, celui de l'histoire locale. Alors venez piocher dans nos 80 curiosités beaujolaises ! Autant d'amuse-bouches à consommer sans chichis, avec les doigts, comme on tomberait dans une assiette de grattons. Miam !

Sources bibliographiques : Contribution à la réflexion sur les processus contemporains de délimitation des vignobles français – Florian Humbert - Université de Bourgogne. Le Petit Fûté du Beaujolais - Tourisme et Vignoble - Edition 2001. Le Beaujolais au Moyen Âge – Mathieu Méras. Papa Bréchard, vigneron du Beaujolais – Jean-Pierre Richardot. Légendes et Coutumes du Beaujolais – Marius Audin

De vigne en vigne – Résurgences n°36. Le Beaujolais – Jacques Bruyas Le Beaujolais en dates et en cartes (ouvrage collectif). Le Beaujolais secret et gourmand – Félix Benoit et Henri Clos-Jouve. La Maison du Beaujolais, soixante ans d'histoire – David Bessenay Le Guide du Beaujolais – Bernard Frangin

© Michel Goiffon

le Nouveau | avril 2017 | 17


LN19_Avril2017 12/04/2017 12:29 Page18

N | EN COUVERTURE ■

dossier central 2

1

Sise sur la montagne de Gonti face à Beaujeu, la forteresse des premiers Sires de Beaujeu (démantelée au XVIIe siècle) se nommait Pierre Aigüe. En son sein, la collégiale Notre-Dame de Beaujeu hébergeait de précieuses reliques : des cheveux de la Vierge, des fragments de la chaussure de la Vierge, de son vêtement quand elle était enceinte du Christ ; un fragment du vêtement de Sainte Cécile ; des cheveux de Sainte Marguerite ; un ongle du pouce de Saint Paul ; un morceau du vêtement et un poil de la barbe de Saint Paul !

DR

Le premier texte mentionnant l’existence de la vigne en Beaujolais date de 957. Il s’agit d’un document concernant une donation de Bérard, premier seigneur de Beaujeu, et de sa femme Vandalmonde, à un certain Gisbert. Ce fidèle se voit gratifié d’un courtil et d’une vigne dans la villa de Morgon (actuel village de Morgon). Il s’agit de la première preuve tangible de l’existence du vignoble beaujolais. À Savigny et à Cluny, des cartulaires font état de vignes bien avant l’an 700.

3

© Paul Milamant

DR

6

Cépage d’origine très ancienne, le Gamay tirerait son nom d’un petit hameau de Saint-Aubin, en Côte de Beaune. Cépage exclusif des Beaujolais rouges, le Gamay noir à jus blanc serait issu du croisement du cépage Gouais blanc, qui a disparu, et du cépage Pinot noir.

Le « Gameez » souffre une horrible réputation au XIVe siècle. « Un vin moult nuisible à créature humaine, ceux qui en ont usé ont été infestés de graves maladies. Le dit vin issu dudit plant est plein d’une très grande et horrible amertume », peut-on lire dans l’ordonnance de Philippe Le Hardi. En pleine expansion à Dijon, Beaune et Chalon avec des rendements exceptionnels, cette campagne de dénigrement du Gamay visait plutôt à préserver les vignobles des moines alentour, plantés en Pinot noir.

7 © DR

4 4

7 Dans son Ampélographie parue en 1902, Victor Vermorel s’inscrit en faux. Il estime que le Gamay est arrivé en Beaujolais par le midi (Monts du Lyonnais) plutôt que par le septentrion (Bourgogne). Il s’appuie pour cela sur la colonisation romaine par les soldats de Probus qui plantèrent ledit cépage dans les Monts du Lyonnais, issu d’une souche rapportée de Dalmatie (actuelle Croatie).

18 | avril 2017 | le Nouveau

5

Au XVIIe siècle, le paysan du Haut-Beaujolais Claude Brosse attelle ses bœufs pour rejoindre la cour à Versailles. Après une année de mévente, il veut faire goûter son vin au Roi Soleil qui remarque le vigneron, du fait de sa grande taille, lors d’une messe à la chapelle royale. « Sire, j’ai fait une longue route de mon Beaujolais pour vous faire goûter mon vin. Des fois que vous daignerez, ma fortune sera faite », aurait-il lancé à Louis XIV. Et le roi daigna !

5 Très répandu en Bourgogne, le Gamay devient finalement non grata par la volonté du duc Philippe Le Hardi. Celui que l’on surnommait « le Prince des bons vins » ordonne, le 31 juillet 1395, l’arrachage « du très mauvais et très déloyal plant » de la Côte de Nuit à Mâcon, fixant pour de bon la configuration viticole du territoire, Le Beaujolais deviendra le royaume du Gamay quand la Bourgogne fera sa réputation par le Pinot noir.

8

Quelques années avant l’expédition de Claude Brosse, le vin de Chénas garnissait déjà les caves du roi Louis XIII. On raconte que c’est le seul vin qu’il acceptait à sa table.


LN19_Avril2017 12/04/2017 12:29 Page19

9

11

À la main des religieux et des seigneurs pendant plusieurs siècles, le vignoble connaît son essor aux XVII e et XVIIIe siècles sous l’impulsion des soyeux lyonnais qui plantent de la vigne en Beaujolais, dont l’exploitation est confiée à des métayers.

13

12

Le Mont Brouilly est-il légendaire ? Il s’agirait en fait des pelletées amassées par Gargantua qui, creusant le lit de la Saône, aurait élevé le sein du Beaujolais. Rabelaisien !

14

© CLR Bourgogne

L’emprise du vignoble en Beaujolais n’est pas exclusive. En effet, jusqu’au début du XX e siècle, les familles paysannes pratiquaient la polyculture. On blanchissait le chanvre, on faisait un peu de céréales et un peu de vin. Le luxe ultime était de posséder des bêtes, vaches ou cochons, qu’on abattait l’hiver pour faire face aux périodes de disette ou aux années de mévente.

Trace plus plausible de la présence sarrasine en Beaujolais, la rivière Azergues tirerait son nom de l’arabe “az“ (vert) et “ergues“ (cours d’eau).

Sur la Saône, à hauteur de Belleville, l’ancienne île de Grelonges (gravi longâ) a accueilli un prieuré de moniales clunisiennes. En 1301, après une forte inondation, l’abbé de Cluny fait définitivement installer les 27 religieuses et 3 novices au Prieuré de Salles. Depuis cette date, l’île a disparu.

© DR

10

Très répandu en Beaujolais, le nom de Marduel proviendrait de Mardoc, un chef de guerre sarrasin égaré dans les bois d’Alix après la défaite de Poitiers (732).

16 13 C’est au prieuré de Salles-Arbuissonas en Beaujolais qu’en 1787, Monsieur le Chevalier Pierre de Lamartine, venant rendre visite à sa sœur, fut frappé par la beauté et l’esprit de Mademoiselle Alix des Roys. Un authentique coup de foudre en Beaujolais ! Trois ans plus tard naîtra à Mâcon le poète et homme politique français, Alphonse de Lamartine (1790-1869).

On prétend que Michel de Nostredame, dit Nostradamus (1503-1566), aurait vécu un temps à la paroisse de Saint-Didiersur-Beaujeu. Célèbre pour ses Prophéties, le médecin et astrologue se rendait, paraît-il, au sommet du mont Tourvéon pour y observer les astres.

17

15

Ce n'est pas le seul mystère que recèle le mont Tourvéon. Le site aurait hébergé les premiers seigneurs locaux, bien avant les Beaujeu. Des brutes épaisses en sanguinaires dont le chef Ganelon, après avoir trahi Roland, le neveu de Charlemagne, lors de la bataille de Roncevaux, fut pourchassé jusqu'en son sommet. Depuis les cimes noires du Tourvéon, la légende raconte qu'il fut projeté en contrebas dans un tonneau hérissé de lames.

© Cestenfance

© DR

15

16

17 le Nouveau | avril 2017 | 19


LN19_Avril2017 12/04/2017 12:29 Page20

N | EN COUVERTURE ■

Avant de subir son funeste sort, Ganelon aurait précipité dans le puits de son château son casque d’or et son bouclier du même métal, qui seraient encore sous la protection d’un immense dragon. Gare aux curieux !

19

En 1307, Guichard, seigneur de Beaujeu, se voit investit d’une mission particulière par le Grand Maître des Templiers Jacques de Molay : mettre en terre le cercueil contenant les restes de son prédécesseur, Guillaume de Beaujeu, dans le château d’Arginy (Charentay). En lieu et place de la dépouille, la sépulture contiendrait des objets extrêmement précieux rapportés des Croisades comme la couronne du roi de Jérusalem, le chandelier à sept branches de Salomon et les quatre évangiles d’or qui ornaient le Saint-Sépulcre. Malgré les nombreuses fouilles au cours des siècles, aucun trésor des Templiers n’a été découvert au château d’Arginy.

© DR

20

23

Amoureuse du pays, la romancière Colette avait ses habitudes à Limas chez Jean Guillermet. Le chantre du Beaujolais a notamment accompagné l’auteure sur les côteaux de Limas pour les vendanges en 1947. Une expérience qu’elle couchera dans les pages de l’Almanach du Beaujolais (1946). Comble de la passion, Colette a vécu à Paris au 9, rue du… Beaujolais !

Après la fermeture du réseau, les neuf locomotives du CFB furent cédées au Chemin de Fer de Djibouti à Addis-Abéda en 1935. Elles ne parvinrent jamais à destination : le cargo qui les transportait ayant été coulé lors du conflit opposant l’Éthiopie à l’Italie. La belle mécanique beaujolaise dort par plusieurs centaines de mètres de fond !

20 22

Avant l’arrivée du chemin de fer, le convoyage des vins en Beaujolais se faisait par la Saône pour livrer le sud, et par chars à bœuf puis voie fluviale pour distribuer le nord. Les convois devaient franchir les Monts du Beaujolais avant de rejoindre PouillySous-Charlieu et le canal de Briare. Dès 1840, la ligne ferroviaire ParisLyon-Marseille (PLM) facilitera le transport du vin favorisant le développement de son économie.

25

22 26

Dans la bouche de nos ancêtres le mot « Beaujolais » se prononçait beaujoloué.

Le sud du Beaujolais, connu aujourd’hui sous le nom de pays des Pierres Dorées, était autrefois baptisé « bas Beaujolais » ou « Beaujolais bâtard ».

© DR

© Riches heures

21

À la fin du XIXe siècle, la compagnie du Chemin de Fer Beaujolais (CFB) exploitait le fameux tacot du Beaujolais. Également surnommé le « Tortillard », ce petit train reliait Villefranche à Monsols, via Beaujeu, en trois heures. Sur le tracé de la ligne, de nombreux ouvrages d’architecture (gares, viaducs) témoignent de l’importance qu’il eut. Son exploitation est arrêtée en 1934.

© Chemins de fer régionaux et urbains

18

dossier central

21 24

19 Jusqu’en 1890, Le Perréon et Vaux en Beaujolais ne formaient qu’un seul et même village. En effet, après 25 ans de conflits avec la Municipalité de Vaux, le hameau du Perréon obtint finalement son « indépendance. » Clochemerlesque !

20 | avril 2017 | le Nouveau

27

L’une des dernières manufactures de cigares français, Casa de Francia, est située au cœur du Beaujolais, à La Chapelle de Guinchay.


LN19_Avril2017 12/04/2017 12:29 Page21

29 Si le village de Romanèche-Thorins est célèbre pour son cru Moulin-à-Vent, il doit également sa renommée à l’intense activité minière qu’il connût au XIXe siècle. La romanèchite, espèce bien définie de dioxyde de manganèse, doit son nom à la cité beaujolaise.

En 1904, on comptabilise 462 canons antigrêle dans le Beaujolais. Il s’agit alors du plus gros contingent des territoires viticoles français.

© DR

28

32

Au début du XXe siècle en Beaujolais, on a vu fleurir d’immenses derricks de 25 à 30 mètres de hauteur. Baptisées « niagaras », ces structures étaient pourvues de trois pointes de cuivre fixées vers le ciel, censées absorber l’électricité atmosphérique à l’origine de la formation de la grêle.

30 La plus ancienne vente de charité au monde s’est déroulée aux Hospices de Beaujeu, le 26 septembre 1797. Une vente aux enchères, à la bougie, du vin produit par les Hospices. Après 210 éditions, la manifestation s’est arrêtée en 2007 mais peut s’enorgueillir d’avoir lancé ce type d’événements, bien avant les Hospices de Beaune dont la première vente remonte à 1859.

28 À Saint-Amour-Bellevue, les chanoines de Mâcon fréquentaient avec assiduité le chapitre de Saint-Vincent. Une maison vigneronne dont le frontispice était barré de la mention « Hôtel des Vierges » et de la phrase « Attrape qui peut. » Sur place, il ne fait guère de doute que les pieux hommes profitaient autant du vin que des femmes ! C’est en tout cas l’une des origines évoquée pour expliquer le nom du village, qui pourrait également provenir d’un soldat romain répondant au prénom d’Amator.

35

Oïdium, mildiou, pyrale, phylloxera… À la fin du XIXe siècle, la vigne beaujolaise n’a pas été épargnée par les aléas de la nature mais elle a pu compter sur ses Géotrouvetou ! Le premier d’entre eux, Benoît Raclet, avait noté que le pied de vigne situé sous la fenêtre de sa cuisine, qui recevait tous les jours les eaux chaudes de la vaisselle, n’était pas attaqué par la pyrale. Il traita la vigne à la bouilloire, initiant le remède contre le ver coquin. Le second, Victor Pulliat, découvre à Chiroubles — avec d’autres — que le plant américain (le viala) utilisé comme portegreffe résiste au phylloxéra, qui avait déjà largement décimé les vignobles du Beaujolais et ceux d’ailleurs. Deux bienfaiteurs de la vigne !

Le village de Saint-Amour-Bellevue doit l’extension de son nom à la Révolution française. Baptisé originellement Saint-Amour, le village est renommé provisoirement Bellevue pendant les heurts révolutionnaires. C’est en 1903 que la commune prend définitivement le nom de Saint-Amour-Bellevue.

37 © Evignerons

36

Avant la naissance du Crédit Agricole, c’est le boulanger du village qui faisait la banque en Beaujolais. Parfois incapable de payer son pain les années de mauvaise récolte, le boulanger s’efforçait de reporter une partie du crédit qu’il consentait aux vignerons sur le meunier.

34

© Margueritte County

33

31

Le Jean de Chiroubles, juste avant les vendanges, va faire réparer son treuil chez le charpentier de Villié. Comme tout Beaujolais qui se respecte, il trinqua blanc, puis rouge, jusqu’au soir ! Pour rentrer à pied, la route fut longue, même par le raccourci sur la pente de Tempéré ! Un pas devant, deux pas derrière… Alors tout à coup, le Jean s’arrête et se met à crier « rodze ou bian, accordez-veu, sans cè neuz allons coutchier fran di your » (rouge ou blanc accordez-vous, sans ça nous allons coucher dehors).

© Larousse

30

35

34 L’origine du nom Chénas pourrait venir d’un lieu planté de chênes (Cassanus en gaulois). Selon d’autres sources, Chénas pourrait provenir du nom d’un noble romain appelé Canus. Un fait bien réel, le territoire de la commune était planté de chênes depuis la Préhistoire. Charlemagne en aurait ordonné le défrichement et on parle aussi de Phillippe V Le Long qui, en 1316, en aurait ordonné l’arrachage pour y planter des vignes. le Nouveau | avril 2017 | 21


LN19_Avril2017 12/04/2017 12:29 Page22

N | EN COUVERTURE ■

dossier central 40 Le Moulin-à-Vent est le cru du Beaujolais qui se rapproche le plus de la Bourgogne en termes de goût. Bien assagi en cave, il développe alors des notes proches des productions plus au nord. On dit alors qu’il « pinote ».

© DR

38 Le nom de Brouilly, donné à la colline dominant le paysage à 485 m d'altitude, provient d'un lieutenant de l'armée romaine, Brulius, qui s'était installé dans ces lieux.

39 Le Morgon est un vin qui développe des caractéristiques si particulières qu’on dit, quand il est bien réalisé, qu’il « morgonne ».

43

41 Par une décision du tribunal civil de Dijon, le Beaujolais est rattaché administrativement à la Bourgogne viticole depuis le 29 avril 1930.

De fait, les crus sont nés avant l’AOC Beaujolais. L’appellation régionale a vu le jour par décret du 12 septembre 1937.

44

44 Suite au classement de l’AOC Beaujolais, une commission d’experts, présidée par M. Guicherd, a été désignée dès 1937 pour déterminer quelles parcelles beaujolaises étaient éligibles à l’appellation Bourgogne. « Si les usages constants justifiaient pleinement l’appellation Beaujolais, d’ailleurs parfaitement noble, parmi les vignobles de l’arrondissement de Villefranche, il n’en était pas de même pour l’appellation Bourgogne et comme conséquence elle n’a fait aucune proposition pour cette extension de l’appellation Bourgogne », expliquait alors le sieur Guicherd. Est-ce pour préserver l’identité du Beaujolais que ladite commission ne rendit jamais son rapport et jugea sa tâche « impossible » ? Peut-être…

Né en 1935, l’Institut National de l’Origine et de la Qualité (INAO) a délivré ses premières AOC communales pour le Beaujolais, le 11 septembre 1936. Les premiers labellisés du territoire ont été Chénas, Chiroubles, Fleurie, Morgon, Moulin-à-Vent.

40

45 Le Juliénas a été classé en cru le 11 mars 1938. Le Brouilly et la Côte de Brouilly ont obtenu leur AOC communales par décret du 19 octobre 1938. Après la guerre, le SaintAmour rejoint la bande le 8 février 1946. Regnié aura dû attendre le 20 décembre 1988 pour clore la parade bachique.

48 47

© MV Drones

L’AOC Beaujolais-Villages a été créée par décret le 21 avril 1950. Elle enchâsse le Beaujolais des crus par sa disposition géographique. 40 communes peuvent revendiquer l’appellation.

© Evignerons

42

En Beaujolais, c'est le terroir sur lequel s'épanouit la vigne qui donne sa spécificité et son goût si caractéristique aux différentes appellations. Avec soixante-treize types de sols différents pour une surface viticole de 16 000 ha, le Beaujolais dispose d’une large palette d’expressions pour les cépages Gamay (rouge et rosé) et Chardonnay (vins blancs et crémants).

46 Un moyen mnémotechnique pour se souvenir des 10 crus du Beaujolais ? Apprenez par cœur la phrase suivante : « Si Je Cache Mon Fromage, Comment Mener Royalement Bonne Chère ? » L’initiale de chaque mot correspond à l’initiale de chaque cru, du nord au sud du Beaujolais (Saint-Amour, Juliénas, Chiroubles, Morgon, Fleurie, Chénas, Moulin-à-Vent, Régnié, Brouilly, Côte-de-Brouilly).

49 Baptisés « climats » en Bourgogne, les multiples terroirs beaujolais ont été classifiés par l’INAO dans les années soixante-dix, selon la composition géologique des différentes parcelles les composant. Ces travaux ont malheureusement été égarés dans les années quatre-vingt et l’INAO est de nouveau à pied d’œuvre dans les ceps du Beaujolais pour reprendre l’ouvrage.

50

38 22 | avril 2017 | le Nouveau

Selon la tradition orale, un vigneron du Beaujolais ayant maille à partir avec un délégué de l’INAO lui avait réservé une scénographie plutôt funeste en guise de comité d’accueil. A l’entrée de sa vigne, il avait mis un cercueil et gardait toujours le fusil à portée de main. Le délégué de l’INAO n’a jamais osé pointer le bout de son nez pour le plus grand bonheur du paysan qui, tous les après-midis, faisait la sieste dans le cercueil réservé à son hôte .


LN19_Avril2017 12/04/2017 12:29 Page23

52

53

Les caves coopératives sont nées entre 1927 et 1936 sur le territoire du Beaujolais. La première d’entre elles était celle de Fleurie, qui a vu le jour en 1927.

Marguerite Chabert a pris les rênes de la Cave de Fleurie en 1946. Elle en assuma la responsabilité pendant près de 40 ans et fut la première femme présidente de cave coopérative en France.

© Maison du Patrimoine - Fonds Jean Guillermet

« Pas de Beaujolais pour Hitler ! » Ce sont les termes du polycopié imprimé et distribué clandestinement en Beaujolais par l’organe de défense paysanne en 1941. « Nous manquons de tout parce que les envahisseurs réquisitionnent 70 % de la production française. » Les vignerons sont ainsi invités à « s’opposer à la réquisition des vins pour des livraisons aux hitlériens. » En 1940, 80 % de la production beaujolaise avaient transité par Paris avant de rejoindre l’Allemagne.

© Lyon Saveurs Michel Godeet

51

53 56 Plus connue sous le nom d’InterBeaujolais, l’Union des Vins du Beaujolais (UVB), devenue Union Interprofessionnelle des Vins en Beaujolais en 1991 (UIVB), a été fondée en 1946. Installée aujourd’hui au 210 boulevard Victor Vermorel à Villefranche, elle était installée à l’origine rue de la gare.

54

Imaginée par quelques vignerons visionnaires, la Maison du Beaujolais a vu le jour à Saint-Jean d’Ardières en 1952. Parmi les hommes à l’origine de ce projet, on retrouve les viticulteurs Claude Geoffray (Château Thivin), Jean Laborde (Pommiers), Jean Petit (Charentay), Marcel Rollet (Fleurie), Louis « Papa » Bréchard (Chamelet) ou encore Louis Texier (Blacé). Vitrine de la production viticole locale, La Maison du Beaujolais venait répondre à la question de la commercialisation des vins en direct, du producteur au consommateur. Une initiative pionnière en France pour une problématique toujours d’actualité. Depuis 2012, c’est un restaurant qui occupe les murs de la Maison du Beaujolais.

55 Le 31 mars 1948 à Villefranche, la première assemblée des Compagnons du Beaujolais réunissait Les Compagnons du Cuvier, basés à St Georges de Reneins et les Chevaliers du Beaujolais, dont le fief était Denicé. Le premier chapitre des Compagnons du Beaujolais se déroula au Château de l’Éclair à Liergues le 29 janvier 1949, jour de la Saint Vincent, patron des vignerons.

© Maison du Patrimoine - Fonds Jean Guillermet

57

55

© Maison du Patrimoine - Fonds Jean Guillermet

Alors que tous les efforts entrepris entre les deux guerres pour la promotion des vins autour des appellations d’origine contrôlée avaient été anéantis, une poignée d’irréductibles composée de Jean Guillermet, Léon Foillard, Justin Godard et Robert Pinet porta sur les fonts baptismaux la confrérie des Compagnons du Beaujolais en 1947. Le 28 juin 1948, un bureau était constitué, Joseph Descroix, Doyen de la Faculté de Poitiers et viticulteur à Lantignié, fut nommé Président Fondateur.

58

54

Le célèbre journaliste lyonnais Pierre Mérindol eut un mot peu amène pour la viticulture du pays des Pierres Dorées, produisant selon lui du « vin de courge. » Après cette affirmation péremptoire, les viticulteurs locaux, vent debout, avaient pris l’habitude de commander aux zincs des bistrots voisins un « mérindol », un vin fait avec de la cervelle de journaliste : beaucoup d’alcool et peu d’esprit !

60 Habitué du mâconnais et du clunisois, le président de la République François Mitterrand aimait aussi venir se ressourcer dans le Beaujolais, notamment au château de La Carelle à Ouroux, propriété de son ami Jean Riboud.

54 59 Gnafron, le célèbre compagnon de Guignol, créé par Laurent Mourguet, ne jure que par le Beaujolais ! Il est, entre autres, un grand amateur de Juliénas. Le buste de ce fier buveur aux joues rouges trône à Beaujeu.

le Nouveau | avril 2017 | 23


LN19_Avril2017 12/04/2017 12:29 Page24

N | EN COUVERTURE ■

dossier central

61

62 Le clos Saint Juliénas est le plus petit vignoble de Paris intra-muros. Situé square Félix Desruelles, accolé à l’église Saint-Germain-des-Près, il présente dix pieds de gamay. Depuis 1992, le précieux raisin est vendangé chaque année à l’occasion de la tenue d’automne de la confrérie Saint-Juliénas des Près.

63 La Benoite, nom d’un célèbre restaurant de Salles-Arbuissonat en Beaujolais, était autrefois une enseigne gastronomique de la rue Nationale à Villefranche. C’est sur le livre d’or du restaurant que le pamphlétaire Léon Daudet grava à jamais sa célèbre phrase : « il coule à Lyon un troisième fleuve, le Beaujolais, qui n’est jamais limoneux, ni à sec. » La formule fera florès !

© Le Coq au vin

“Le Canard Enchainé“ contribua à la notoriété du cru Julinéas à Paris. En effet, la rédaction du célèbre palmipède aimait prendre ses quartiers en Beaujolais. Le 17 octobre 1935, c’est à l’Auberge du Coq au Vin du chef Gabriel Ferraton que les plumitifs du journal fêtèrent le 1 000e numéro. La tradition se perpétua jusqu’aux années soixante sous l’impulsion du dessinateur de presse Henri Monier, originaire du Bois d’Oingt, et de Victor Peyret, propriétaire viticole et hôtelier à Juliénas.

66 L’année 1975 marque la vraie naissance événementielle du Beaujolais Nouveau avec des festivités dantesques à Paris. Les parrains du nouveau millésime sont alors Georges Brassens et Mireille Mathieu.

61

65

Le quotidien Le Progrès est le seul au monde à bénéficier d’une dérogation pour débloquer le Beaujolais Nouveau plus précocement. En effet, le journal est autorisé à mettre en perce ses tonneaux de primeur la veille au soir, à l’occasion d’une grande soirée qui a lieu dans les salons de la Préfecture du Rhône.

69

64 © Lyon People

Tube commercial de la deuxième moitié du XXe siècle, le Beaujolais Nouveau est débloqué réglementairement chaque troisième jeudi de novembre depuis 1985.

67 Originaire de Quincié-en-Beaujolais, Bernard Pivot doit-il sa carrière journalistique au Beaujolais ? Lors de son entretien d’embauche au Figaro Littéraire en 1958, le jeune impétrant rêve plutôt de faire carrière dans le journalisme sportif. Le rédacteur en chef Maurice Noël, devant les lacunes du candidat, élargit alors l’entretien qui dérive sur le Beaujolais que produisent les parents du jeune Bernard. Un caquillon de vin à destination du big boss et voilà Bernard Pivot embauché comme stagiaire au Figaro Littéraire, où il restera treize années !

66 70

24 | avril 2017 | le Nouveau

65 © Compagnons du Beaujolais

68

On attribue parfois la paternité de l’expression « Le Beaujolais Nouveau est arrivé » à l’auteur René Fallet, qui publia le célèbre roman éponyme en 1975. Le slogan est en fait l’œuvre de Louis Orizet, ingénieur agronome de formation et écrivain, également inspecteur général de l’INAO et maire de Denicé.

Assassiné à Lyon en 1894, le président de la République Sadi Carnot a-t-il croisé Saint Pierre, les lèvres encore violacées du banquet donné en son honneur ? En effet, quelques heures avant de tomber sous la lame de l’anarchiste italien Géronimo Caserio, Sadi Carnot aura été l’hôte d’un grand diner officiel donné entre Saône et Rhône, où l’on servit à table des vins du Beaujolais.

Paul Bocuse aurait-il pu régaler le Beaujolais ? Le chef de Collonges aurait jeté un temps son dévolu sur le château de Chaintré. Y avait-il derrière la mire un projet hôtelier et gastronomique porté par M. Paul ? Rien n’est moins sur ! Pour Georges Duboeuf, cette recherche de site était en fait destinée à son Shizuo Tsuji, un journaliste passionné de cuisine française et ami de Paul Bocuse, qui jeta finalement son dévolu sur le Château de l’Éclair, à Liergues, pour ouvrir son école de cuisine.


LN19_Avril2017 12/04/2017 12:29 Page25

71

73

Chiroubles est souvent cité comme le plus féminin des crus du Beaujolais. Mais saviez-vous que le village était également réputé pour ses navets ? Une légende circule encore, celle d’un cultivateur ayant planté sur un terrain à côté du cimetière. Face aux rapines nocturnes, l’homme se décide à monter la garde de nuit, tranquillement planqué dans une cadole. A minuit, il voit débarquer deux spectres dont l’un se serait exclamé : « depuis que je suis sorti de ma bière, je n’ai pas vu si belle navetière ! »

78

Vaux-en-Beaujolais doit son surnom de Clochemerle au titre roman satirique publié par Gabriel Chevallier en 1934. Où l’histoire dun petit village qui s’entre déchire après que son maire eut fait installé une pissotière à proximité de l’église. Si plusieurs villages de France en revendiquent la paternité, l’authentique Clochemerle est bien beaujolais !

75

Avant de devenir le pape du Beaujolais, le jeune Georges Duboeuf a parcouru le Beaujolais pour proposer ses services aux vignerons comme façonnier-embouteilleur. Dans son estafette, il embouteille alors la production locale avec son matériel mobile, passant de vignoble en vignoble. Il inventa cette activité de toute pièce, qui n’était même pas répertoriée au registre des métiers lors de son inscription !

Pisse Vieille est un terroir situé à Quincié, en Brouilly, mais également une légende notoire du Beaujolais. Il en va ainsi. De retour de confesse, Mariette est bien dépourvue face aux derniers mots échangés avec le curé, qui lui conseille d’arrêter de pêcher. Seulement, la matrone à compris que l’homme d’église lui demandait d’arrêter de « picher », qui signifie « pisser » en patois beaujolais. Une drôle de pénitence dont son mari, Claudius, veut avoir le cœur net. Il file voir l’ecclésiaste qui lui confirme la méprise. En sortant de l’église, Claudius hèle sa femme au loin d’un tonitruant « Pisse, vieille ! Pisse vieille ! Le curé l’a dit ! » La formule, entendue par tout le village, fut ensuite resservie à l’envi à cette pauvre Mariette !

76 La taille courte ou taille gobelet est obligatoire pour les crus du Beaujolais et les Beaujolais-Villages. Cette taille courte laissant 3 à 5 cornes sur chaque cep et un maximum de 10 yeux (bourgeons) permet de réduire les rendements. La taille dite longue ou taille Guyot est, elle, utilisée dans l’appellation Beaujolais.

© DR

74

72

© Coquard

Paul Bocuse a eu des vignes dans le Beaujolais, situées à Létra, à la main des vignerons Tonin Coquard. et Joannès Papillon. Lorsque le temps de la récolte arrivait, il n’était pas rare de voir le pape de la Gastronomie débouler dans les rangs, les bras chargés de délicieux pieds paquets pour régaler les vendangeurs !

71 Les dominantes des sols du Beaujolais viticole ? À Juliénas, Chénas, Fleurie, Chiroubles et en Moulin-à-Vent, le granite est omniprésent. À Morgon, Chénas, Régnié et en Brouilly, on note la présence de granite et d’alluvions anciennes. La Côte de Brouilly dort, elle, sur du schiste bleu. En Beaujolais-Villages, aucune roche ne tire son épingle du jeu. Sur l’appelation Beaujolais, on retrouve tous les types de roche avec une inclinaison plus prononcée pour les terrains argilo-calcaires

77 Comme en Bourgogne, le Beaujolais a vu pousser des truffes sur ses terres viticoles. Pas aussi réputé que la tuber melanosporum, le champignon beaujolais se rapprochait plus de la truffe bourguignonne (tuber uncinatum). Quelques irréductibles, réunis en association, tentent aujourd’hui de la réimplanter du côté de Saint Laurent d’Oingt.

80

79

Depuis 1981, la Fête des Crus du Beaujolais est devenu un événement annuel incontournable. Chaque année, une des dix appellations accueille en son sein les festivités pour un week-end bachique et traditionnel. Cette année, la grande fête se déroulera à Juliénas, les 29 et 30 avril prochains.

72

Douze appellations, dix crus, le Beaujolais verra-t-il un jour émerger une nouvelle identité viticole sur son territoire ? Peut-être bien. À l'initiative des viticulteurs du sud Beaujolais, l'appellation Pierres Dorées est un projet qui suscite l'intérêt de tous. Depuis 2010, le territoire des Pierres Dorées est déjà labellisé « Vignobles et Découvertes », macaron qualitatif délivré aux destinations oenotouristiques.  le Nouveau | avril 2017 | 25


LN19_Avril2017 12/04/2017 12:29 Page26

© Saby Maviel/Mandrak studio

N | STYLE ■ gastronomie

Invitent Le Double 7 L’ostéopathe Nicolas Monnery, Fabrice Masson, le chef Pierrick Delamare et Stéphanie Masson (Café Restaurant Le Double 7), Arnaud Bernollin, Claire Dufer et Jaké (Ars Longa).

P

our ce déjeuner printanier, Arnaud Bernollin a dressé une table bien lyonnaise dans son showroom de la place Puvis de Chavannes. Depuis le très select 6e arrondissement de Lyon, c'est une agape de potes, gourmande et fraternelle, qui s'est jouée dans la capitale des Gaules. Pour réaliser le menu, le cuisiniste haut de gamme a confié les manettes au chef Pierrick Delamare qui officie au Café Restaurant Double 7, ouvert en décembre dernier par Stéphanie et Fabrice Masson. Les réjouissances du palais puis

la franche camaraderie ! L'ostéopathe Nicolas Monnery s'est ainsi essayé au « street tarte », guidé par le maître Jaké . « Cette façon de le renommer dans mon œuvre, c'est un clin d'oeil autant qu'un coup de griffe, explique l'artiste. Le Street Art doit garder sa spontanéité. » L'art qui retrouve sa liberté originelle et s'affiche partout, de l'entreprise aux sites insolites, un crédo partagé par Claire Dufer avec laquelle Jaké a monté le projet Ars Longa en 2015. Sur une toile ou dans les cuivres, artistiquement ou culinairement, le savoir-faire est toujours au service du beau et du bon !

Bientôt des afterworks au Double 7

Jaké et Arnaud Bernollin, prêts à « graffer » le chef Pierrick Delamare.

Leur parcours culinaire a pris une nouvelle dimension fin décembre. Après le 136 Avenue, Fabrice et Stéphanie Masson ont ouvert leur nouvel espace gourmand, baptisé Café Restaurant Double 7. Bar central, cuisine ouverte, ambiance autour du bois, métal et velours, le Double 7 est une authentique cantine chic, qui sait se faire intime grâce à ses différents corners scénographiés. 150 places assises à l'intérieur, 75 places sur la terrasse, une

Noix de Saint-Jacques à la plancha, crémeux de blancs de poireaux et citron vert.

double mezzanine calibrée pour la confidentialité des déjeuners business... « Il était important de respecter ces codes dans un quartier d'affaires comme celui de la PartDieu », rappelle Fabrice Masson. Dans l'assiette, le chef Pierrick Delamare sait régaler le businessman le plus exigeant. En témoigne son exercice sans faute lors du déjeuner Bernollin : foie gras de canard poêlé au chutney de mangues, noix de Saint-Jacques à la plancha et mi-cuit aux amandes. Et si vous souhaitez prolonger l'expérience, le Double 7 va mettre en place très prochainement ses afterworks. ●

Cuisines Bernollin 198, allée Viadorée – Anse – 04 74 67 04 08 5, place Puvis-de-Chavannes – Lyon 6e – 04 78 93 00 61

D e p u i s

Mi-cuit aux amandes, sorbet et coulis aux fruits rouges .

1 8 8 4

C U I S I N E S 26 | avril 2017 | le Nouveau

Foie gras de canard poêlé, chutney tiède de mangues aux épices douces.

Café Restaurant Le Double 7 77, boulevard Vivier-Merle | 69003 Lyon | 04 72 36 31 41


LN19_Avril2017 12/04/2017 12:30 Page27

Musée Jean LYON Musée Jean Couty - 1 place H. Barbusse - Lyon 9 e - FRANCE museejeancouty.fr • Tel. 04 72 42 20 00 • Suivez le musée sur


LN19_Avril2017 12/04/2017 12:30 Page28

N | PHOTOS ■

anniversaire Remy Michoud (Les Serres caladoises) et sa collaboratrice, prêts à donner le top départ du week-end anniversaire !

D

u 24 au 26 mars, Remy Michoud et son équipe ont soufflé la première bougie des Serres Caladoises. Un week-end de portes ouvertes, dont une nocturne le samedi soir, pour un anniversaire végétal à l'ambiance familiale. « Ici, les stars, ce sont nos plantes, nos fleurs et nos légumes que nous produisons tout au long de l'année », rappelle Rémy. La main verte et une tête bien faite ! Le circuit court garantit un approvisionnement constant et des tarifs très compétitifs, le tout servi par l'expertise des spécialistes maison. Les fidèles des Serres ne s'y sont pas trompés en venant nombreux pour fêter ce bel anniversaire et réinventer, à l'orée du printemps, leurs massifs, potagers ou jardins paysagers. Un parcours sensoriel unique autour d’animations florales et d'ateliers spécialisés a été mis en place spécialement pour l'occasion. Vivement la deuxième bougie ! ●

Soufflent leur première bougie Pour l'opération « Terreau » mise en place pendant l'anniversaire, Christophe (DCM) a pu compter sur un « stagiaire » de choc, le communicant Romain Alonso (MR Communication) !

Bernadette Schneider (La Cuisine d'Alice Dior) en pleine sélection des plantes aromatiques qui parfumeront ses futurs menus.

Les serres n’ont pas désempli durant tout le week-end.

Infos pratiques Les Serres Caladoises | 475, rue de Chavanne – 69400 Arnas 04 74 68 47 80 | 07 60 13 74 93 contact@lesserrescaladoises.fr www.leserrescaladoises.fr Retrouvez également toute l'actualité des Serres Caladoises sur

28 | avril 2017 | le Nouveau

© LN MR Communication pour les deux pages.


LN19_Avril2017 12/04/2017 12:30 Page29

Esthétique et poésie avec Isabelle (Les Fleurs d'Isamour) qui a animé tout au long du week-end ses ateliers de composition florale.

La gamme Forever ou la caresse de l’Aloé Véra.

La main verte des jardiniers en herbe sait se faire habile à l'heure de réaliser des scoubidous sur le stand de Charlène.

Du jardinage au coloriage, l'outil change mais la précision demeure.

Sur tous les fronts, Rémy Michoud a mené tambour battant ce premier anniversaire des Serres Caladoises.

Spécialiste du gazon et de l’en-herbage, la société Team Green représentée par l'agronome Pierre Alexandre

le Nouveau | avril 2017 | 29


LN19_Avril2017 12/04/2017 12:30 Page30

N | PHOTOS ■ événement

P

LA REVUE DE MODE CALADOISE Une 4 édition glamour !

our cette 4e édition de la Revue de Mode Caladoise, Sophie Berthier (Manahé Beauté) et ses équipes proposaient leur défilé annuel, le 6 avril dernier. Sur la scène de l’Atelier (Villefranche), la parade des collections printemps/été porte la griffe des plus belles enseignes caladoises et beaujolaises : Djers Coutnry, Rolin, Preférence, Feu Vert, Eymin Ligne S, Kanna Boutique, Lune de Miel… Deux heures de show en mode Fashion Week devant 800 spectateurs, des intermèdes artistiques avec la chanteuse Nadège, les acrobates du Cirque Imagine et un final sur mesure avec un voyage de 7 jours en Crête mis en jeu par Thomas Cook Villefranche ! La Revue de Mode Caladoise retrouvera les podiums le 5 avril 2018 pour sa 5e édition, qui se déroulera à Parc Expo. ●

e

Boutique Preference

Feu Vert Boutique

30 | avril 2017 | le Nouveau

Boutique Preference

Feu Vert Boutique

Djers Country

Eymin Ligne S

Lune de Miel

Lune de Miel

Rolin

Rolin

Cirque Imagine

La chanteuse Nadège Corneilla.

Djers Country

Kanna Boutique


LN19_Avril2017 12/04/2017 12:30 Page31

N | PHOTOS ■

Sandrine (Thomas Cook Villefranche), Mickaël Gay (Segaud), Joël Buffin (ECD) et Sophie (Manahé Beauté).

Didier Rolin (Boutique Rolin) et Sophie (Manahé Beauté).

Virgile Cardonna (Com Advance), Nicolas Fabrice Large (Studio 134) et Sophie (Manahé Decour et Sophie, Ludovic Galland et Beauté). Ludovic Malinski (Com Advance).

événement

Marc Perret (Créanature), Rémy Gardette (ACRT), Christine Pardon (Envol Bureau), Henri Desmoulins (Cours & Créations de Pâtisserie) et Sophie.

Sylvie Descombe (Vins Descombe), Nathalie Pérez L’équipe de Kanna Boutique avec (Préférence), Marie-Françoise Eymin (Eymin Pierre, Maxime, Jimmy, Axel, Guillaume et Lucian, les Élodie Dussaut, Sébastien Ligne S), Sophie (Manahé Beauté) et Marine mannequins hommes de La Revue de Mode Caladoise. Cognard et Annie Guémard. Descombe (CCI du Beaujolais).

Alexandra, Marianne, Fanny, Gaëlle et Isabelle, les mannequins femmes de la Revue de Mode Caladoise.

Laurent Ferry et Séverine Bouvier (DAT Nissan – Groupe Thivolle).

Valérie Lessot et Valérie Pisc (Boutique Feu Vert).

L’équipe de Pro Anim avec LoÎc Larme, Christophe Moyne et Fabrice Muhlach.

L’équipe de Neowi Immobilier avec Véronique Gauthier, Axelle Fornito, Sandrine Fornito.

Le chef Bertrand Fillardet (Bebert Traiteur) et Mickaël Gay (Segaud) n’ont pas boudé leur plaisir !

Mégane, Marie-Laure, Émilie, Charlène et Maud, les mannequins grandes tailles de La revue de Mode Caladoise.

© Michel Goiffon pour les deux pages.

Chloé Crolla, Céline Peyrard, Sophie et Éric Crolla (Djers Country).

Marc Moyne (Bijouterie Moyne), Anthony Pastore et Benjamin Causse (Cuisines Bernollin).

Sandrine Druguet (Lune de Miel) et Sandrine Soulié (Chérie FM Villefranche).

Marine Pipitone (Miss Catherine Morateur, Jérôme Tondeur Beaujolais 2017) et Chantal (Optique Tondeur), Sophie Auvitu (Cap Ledent (Comité Miss Sports) et Sabine Massina (Le Bloc Notes). Beaujolais).

le Nouveau | avril 2017 | 31


LN19_Avril2017 18/04/2017 09:29 Page32

N | PHOTOS ■

millésime

CUVÉE BERNARD PIVOT 2016 Agamy déguste chez Têtedoie

P

remier producteur de Gamay en France, la cave coopérative Agamy (Quincié en Beaujolais) met en bouteille chaque année un célèbre enfant du pays. Depuis 2009, la cuvée Bernard Pivot fait l’objet d’un rituel immuable, qui passe par la sélection des parcelles qui composeront le millésime de l’année. Étape hautement technique et amicale qui s’est déroulée cette année entre les murs du restaurant étoilé L’Antiquaille, chez le chef Christian Têtedoie, amoureux du Beaujolais. Les membres du jury ? Bernard Pivot, Paul Geoffray, Philippe Lacondemine, Philippe Merly, Jacques Bletery, Daniel Michaud, Daniel Bulliat, Jean Tête, Olivier Canal, Philippe Pélisson, Mathieu Pascault, Jean-Luc Chagny, Christian Têtedoie et Cécile, sa sommelière. « Nous avons sélectionné un vin d'une jolie robe, au nez très fin et aux arômes de petits fruits rouges. La bouche est très équilibrée, structurée, toute ayant une grande finesse avec une belle persistance aromatique de petits de fruits rouges en fin de bouche », détaille l’œnologue maison, Jean-Luc Chagny (Agamy). La cuvée Pivot 2016 va s’assagir encore quelques mois, à l’élevage, avant de venir chatouiller vos palais ! ● Plus d’information sur www.agamy.com.

Les échantillons proposés à la dégustation pour la cuvée Bernard Pivot 2016.

32 | avril 2017 | le Nouveau

Le restaurant lyonnais L'Antiquaille.

© Michel Goiffon pour les deux pages.


LN19_Avril2017 18/04/2017 09:29 Page33

N | PHOTOS ■

C'est parti pour la dégustation !

Olivier Canal (La Meunière) et Daniel Michaud.

Jean-Luc Chagny couche sur papier ses observations.

Philippe Pélisson (Grand Café des Négociants).

Bernard Pivot.

Mathieu Pascault et le viticulteur Daniel Bulliat (Beaujeu).

Le chef et MOF Christian Têtedoie.

Chaque échantillon est noté...

L'oenologue Jean-Luc Chagny (Agamy).

… sur le visuel, le nez et la bouche.

La dégustation terminée, c'est une belle agape qui attendait le jury !

millésime

L'oenologue Philippe Merly.

Philippe Lacondemine.

Jacques Bletery préside !

Le jury de la cuvée Bernard Pivot 2016 sur la terrasse de L'Antiquaille.

Agamy Philippe Lacondemine, Christian Têtedoie et Daniel Michaud.

Philippe Pélisson, Philippe Lacondemine et Christian Têtedoie.

Christian Têtedoie et Bernard Pivot.

Rue du Ribouillon 69 430 Quincié-en-Beaujolais 04 37 55 50 53

www.agamy.fr Retrouvez toute l’actualité d’Agamy sur

Après la dégustation, le débriefing au soleil. Le Beaujolais est bien le troisième fleuve de Lyon !

le Nouveau | avril 2017 | 33


LN19_Avril2017 12/04/2017 12:31 Page34

N | PHOTOS ■

réseau

TRÈSBEAUJOLAIS Le retour des « Apéros »

Les présidents Jean-Baptiste Maisonneuve (CCI Beaujolais) et Jean-Pierre Martin (Cluster Beaujolais) entourent Marine Pipitone (Miss Beaujolais 2017).

R

éunis sous la bannière trèsBeaujolais, les acteurs économiques du territoire ont ouvert la saison 2017 des apéros à l’Espaces Pierres Folles. Les apéros trèsBeaujolais ? Un afterwork convivial de networking, trimestriel et ouvert à tous. À l’invitation du Cluster Beaujolais, les convives ont pu découvrir l’espace consacré aux géopatrimoines du Beaujolais à travers le musée, le jardin botanique et le sentier géologique de l’Espace Pierres Folles. Un clin d’œil au projet de labellisation Géopark engagé sur le territoire, en présence de Marine Pipitone, la nouvelle Miss Beaujolais 2017. ●

Jean-Marc Quero (consultant en vin) et Dominik Fusina (Studio Dominik Fusina).

Jean-Étienne Semenon (Jumping en Beaujolais) et Jean-François Clément (C3 Communication).

L'architecte Jean-Luc Frenoy et le chef Jean Brouilly.

Alexandra Dumesnil du Buisson (Atouts Beaujolais), Pierre Prunet (Espace Pierres Folles) et Blandine Reynaud (CCAB).

Jean-Michel Coquillat et Philippe Ruet (Crazy Pong et Baby Fou).

Jean-François Cognard (JFC Vins) et JeanPhilippe Dubet (Céramiques du Beaujolais).

Jean-Pierre Martin (Cluster Beaujolais), Chantal Ledent (Comité Miss Beaujolais) et Christophe Blanc (Cluster Beaujolais).

Denis Binaud (Espace Pierres Folles) et Thibault Billiet (Procelec).

Cyril Marin (Sidrec), Chantal Ledent (Comité Miss Beaujolais), Marine Pipitone (Miss Beaujolais 2017), Laurent Moreau (Beaujolais Propreté) et Florent Sallet (Anim Conseil).

Pascal Rey et Michel Perrin (Les Chateaux de Célia en Beaujolais). © Michel Goiffon pour la page.

34 | avril 2017 | le Nouveau


LN19_Avril2017 12/04/2017 12:31 Page35

PLUS QU’UN SUV, UNE ALFA ROMEO.

ALFA ROMEO STELVIO Alfa Romeo Stelvio – Consommations mixtes (l/100km) : 4,7 à 7,0. Émissions CO2 (g/km) : 124 à 161. FCA France 6 rue Nicolas Copernic, 78190 Trappes. SA au capital de 96.000.000 €. RCS Versailles 305 493 173. La mécanique des émotions. www.alfaromeo.fr

Raison VILLEFRANCHE sociale du point de vente 500, av de l’Europe - 04 74 65 69 8 Adresse du point de vente

NOUVEAU DISTRIBUTEUR


LN19_Avril2017 12/04/2017 12:31 Page36

LE NOUVEAU #19 - AVRIL 2017  
LE NOUVEAU #19 - AVRIL 2017  
Advertisement