Issuu on Google+

LN16_janvier2017 11/01/2017 10:40 Page1

#16 | VOTRE MAGAZINE MENSUEL GRATUIT | JANVIER 2017

INFOS PHOTOS R E P O RTA G E S

en Beaujolais – IEN – – – Y Y S E S S E DE TES LIEN IEN ES – RIEDU MPS RIE- E E E A LE LE NEW IC ÉM RN É M MP L GIL AIRE NDIN BIK JU EUR U VE – R ACRE INTE A – EL – ÉATR – R MPS UNET – JU DAM OUG – MA OLAS INTE – MA ILIPP E A W – AIT M PR REIC USS – B BAN INT H – PÉR IRE NIC – PR IRE – PH DY & S D BAN AN S L ET RO IE-BL – NE ET U Y R TR COLA COR – M LE – N – E RO EUR COR – PR – LE POY CAIC DE OMA UX – ADE OMA RNE R EL O A S – R EW S I R R P A T O R N T L E N U A I M SS N RTH X – N MIEN ACR Y BA AST ANDI TRAI MIEN ADE REIC ENT PE E TEMP LES ERTH VIA LES DU V GES L – N EN I U T L P I U E IL A IN IL N – R O R E N – A OU CH -BL UR DA VIA N – LOR HILI RIN – G SS A M E B VA – G LAS RO HO – D UD O TH NT IDIER ARIE ARTH CH – AIN ASTA E – F – P E – P LIEN TRIC – SYL IEN NICO E PÉ ROU – D LE – F L E R T BER I C H I G A A H R L D R & ÉA A AI YLV CH – B IK –M AD JU NE E CA JU UX – PS D DINE CAIC Y BA TIN H I L TRIC ES ARIE UDY HY – AIRE ERT ESC – S DIER EW B VER VIAL DE R – B ACRE DE O TEM LAN ES ON REN Y E S H R B I E S A U U U N A M N N P T E M L I H P – LO É M BÉ I L I P – BO S RO N HI ILIP CRE Y – D L – AS D LVA ETT AITE – MA ETTE BER PRIN RIE-B IPPE ANT –F –R R E H E N Y A DE R IN H – H N E IL E E L A – P DETT IALA ALA GILL JULI – P MAN BOU USS ICO A – S S LU UR T ACRT S LU TRIC ADE – M – PH DY & BIKE BAN IDIE D N V E R – E – – N – RO LE RTH D – RU EW LE BÉA IAL IRE NE T– OR Y – GA AIN GES LIEN YET ERN RT ALAI INE UX – ACR A – A AU ICA – R – AIN V OMA VER ES – – N EN C OUH ILBER T V OU JU – V C C N I D O L O G – A T I A E I N L R P B E U V R R H R CR M E A TH SY ÉR DE M UG – RLE EU DU P ES BL BER RT – AN – ILBE ARIE N – R RAIT SYL LLES AS D ÉRO USS – DA LAIN LIEN D – A ES D TIN AS A U N E E – I B I L H O L P T D ETT C E M G R TA R O TT Y A – A JU O H RE GA ST N AU N LO NIC IE RI HON – MA TRIC D – A CHA ULIE TE – HAS THUR CRE EN – NIC S DE INE CAIC RLE ET – RIG UNE ICE T RC D L – A AU I LU – F P – T A E R A J Y I R S R L R E É N E N T N S M B X – E R A E O X A D E B A I A E A IR E U G Y JU P MA – LE BÉA ADE – BIK THOU – M DY & OMA R – IE RI – DID OYET GAR DIDI ERT T – M DE THO RINT IE-BL IPPE HON TIN – CA L – A E Y N L E P – R S T – I U R I P R R I R B U R Y T BE DETT – R LES AITE – MA OUH NTIN RÉM UHY N HIL – AC ETTE E BE DE – – MA – PH & AN LORE DET – RE ITEUR AIN V AIRE – S R R C – O L V F Y R N A B N E I E I M A E E E E D T I L IN GA OUG – G UR TT OR RBAN AIN B JUL GAU S LU ATR VIAL AIR ERN RUD IKE – Y GA ASTA R TR – SY S RO RNE É M – I E DE ALA FL – E H M N – V L R – B LVAIN S RO DU GES EW B – RÉ R CH RTHU CREA GILLE DU V GES PÉ ULIE ART GAR LE – IKE – N CO – A YET RIE R A – L J T – MY U – N AN IDIE – A NA U L– IE RLE PO MA EIC EUR SY LLE LAS S – R WB O O A E M A N R L I B R É E A D ER A B NE IN – R RAIT EA – – G ICO E PÉ SEL OR Y – D ERT – MA ULIE ICO PÉ SS N E– NT B – R NY –D YB HIL BAN THO SEL – AICH HON LORE DETT STAN R T ACR LIEN X – N PS D ROUS IEN C OUH HILB CRT DE J X – N S DE ROU AMIE U E N A P ROMAIRE N GILLES T B – R R A U M F S U D U C N M S CO Y & A ROU E ES & AN KE – Y GA R CH ARTH – MA DE J THO INTE DINE – DA LAIN ULIE UD – TTE THO NTEM NDIN H – RLE I A AIC BA E R I A R PR LAN CH A –J N D INE IPP DY T ES M DIE T – L B I E N R G E – U R É I T B I B U P C B I R ND W –R C R – E-B CA T U E T L CE IL ES ONY REN Y ET ICE DE I RL – D BER – A E – RIE I YE RIE ES – R BIKENE S PH NEW A BL NE – GES SEL – RBAN UHY HIL AUD LUN ATR IALA MAR PE E Y BA N PO – MA A – L ÉATR ALAD – MA LIPPE ANTH FLO RÉM I S N N É I I – V – U ACRT E O R B S T E E IG V IC B H O & BO I E ER E– LIP VE ÉRO ROU N C AIN JUL IE R A – L R – LVAIN AIRE PHI NTH REN DETT – RE UR - VAIN MAIR E – P UDY BIK BAN DIDI – E I P R O – E M A L R Y– O E – Y C L R N M N U R L W A T E I N T A O E R O & S I Y I F A E A E A R T E R D ND – M R N C T S –ROUSSEL YE E– AIT A – ES – D MARIE-BLANDINE ER UDY IKE – MY G HAS R TRA A – ILLES U VE GES L – N IEN BOUH ILBE RT –R A D OU H AC E AM IN BL AICH BARL IN PO ETTE TAN R TR ACRE GILL DU V – R B – RÉ R C HU CRE – G S S N S S – A D S A U E W D – N C E A IE U L L N E A H ÉR N NT AR ES D LI RT AS ES HONY REFLORENTIN CH ART – MA LIEN ICOL OUG L – N RBA – DID T – A MAN ULIE NICO DE P E RO ICH – E – A – JU GAU ETT E T FLO MY G IER POYET I R SE N IC T J U – L ET O N – – A Y I N R N R É J U S R R C E T C H É E D P L T A P X – C D E E – – R – DI BER D – A S DE OUX S DE OUS MIEN BOU HILB ACR ES D HOU TEM LAN E ES NY BA POY ARI LES ÉATR DE R DA ILHILBERT BIK BAN HYJULIEN TE TH MP U IN IEN UD – ETT ERT RIN IE-B IPP HO NTIN E – M A – - B IALA – E H T A A N E U R – L P C N T E L I R R L I I N R B IG T CO IN BO ULIE IE R LUN E BE RINT AND AICH E – A – JU RIGA S LU ICE DE – – MA – PH & AN LORE DET – RE ITEU AIN V AIRE S RIC – P -BL SC E R L J R AN T RIE A YLV OM A AR LETRAITEUR E– AT ALA IRE NE UDY – F GA –L T YE AR E E T TR AL ET – – MARTHUR A – BÉA LADE ARI PPE NY B N PO – MA EICA - BÉ IN VI OMA VER – R BIKE ÉMY HAS UR A – S ES R VERN – E Y C T I I S M C E R – VIA U R A R O E R E R TH RE TI PO DET W IL – ILL DU GES – R BÉATRICE U PH NTH EN ETT N – TEU YLV ES IER AR AC – G S D UG NE N – – U S R INBERTHOUX RE GA STAN AITE YLVA MAI NE – & A FLOR ARD STA TRAI A – S GILL OLA PÉRO EL – RBA – DID RT – MAN IEN OLA ÉRO SEL R A L P C S S Y O C R E O G – I – I E N A Y – S T R E H U S U D R E N Y N U D OU EN C UH HILB RT E J C E U CR CH HUR EA –NICOLAS – N S DE RO AMIE ES D DUU VVERNE R – R BIK RÉM IER RTH NA ULIE UX – MPS E AC S D P BO N – T UX R D MI LL AR NAC – GI OLAS UGES NEW AN – – DID T – A – MA DE J THO INTE DINE – DA LAIN ULIE UD – TTE THO NTEM NDIN H – RLE C BA N A E R I J A I A R – R A N T N R LA ICH B HY BE C ROESCAICH S L I E N I R G A E – M E – P R L I R T E I B B P U N PHILIPPE C B E– – C R T L T É SSE CO OU E B L CE ES ONY REN Y X– EP ET C E JU HIL – A YE RIE ES IE- SCA RL E – RIE I B D N DE THOU PS D ROU MIE LAIN LIEN AUD LUN ATRI IALA MAR PE E Y BA IN PO – MA A – L ÉATR ALAD – MA LIPPE NTH FLO RÉM A A S E R M IG LE VI IC JU HI ON NT & BÉ N V E – LIP IN – DCORBAN E – N – AIN -B RE TE –A BE INTE NDDAMIEN H RLE ET – RIE R A – R - LVAI MAIR – PHI ANTH ORE DET – RE UR VAIN MAI E – P UDY BIK RBA – AL – A C R I A BA POY MA E EIC ITEU – SY S RO RNE Y & – FL GAR STAN AITE SYL S RO ERN S – R NEW CO RLE – P IE-BL SCRÉMY – V BIK H – D A A E Y – E R –R IN E A E A LE TR NY GARDETTE E EN MA IPPE THO ENT ETTE TAN R TR ACRE GILL DU V – RU BIK RÉM R CH HUR REA – GIL S DU OUG SEL AMI NY B NEW CAIC N IL – US – D H O LA ÉR OR ARD HAS THU AN N – LAS GES NEW AN – IDIE ART NAC IEN ES DE PH Y & A – FLMARIE M LIE A UL U R C B –D T– G RIGAUD – ICO DE P E RO ICH ANT SSEL IPPE MPS – O – O M A R N L Y C R D R T I J A U – E ÉM O – N E – E Y I L U R U É J E S I R N N & C I K C E T S I H P R P – E D S ID R B –R N U BE RT AC ND ES DY E RO – PH RINT ULIE R UX W – D ILBE D – TES D OUX PS DE ROU AMIE N BO HIL – AC TES THO INTEM -BLA PPE P EJ RU I N E HU NE BAN HYMANACREA T ER U N H I I E H D D E T R E E T A M I L A I I N U E U – S – LAND VERN DE – ES D ART N – P N I E R L G UN R PH R L N B I A E T O U E D A – H A E U O R I A TT – G S L ICE G -B B RIN AN AIC E – J I C IN B U L M A E U L L – E U T I – R E – S O R P E R IE J SYLVAIN L T E C RB AD E IC A ER EVIALADE BL S D VIA NE LE AL ET – – MA A – L ATR DE – RIE- E ES BAR OYE MARI A – BÉAT VIAL AIRE VERN PÉR MAR OLA AIN S LU HILB N CO PS D P E É C P A M Y E A V – I C S Y M E E C N I D B – N L P I T I L U I N N O E M E I L E I E R PO DET VIA E – PHIL THO ENT TTE N – R EUR YLVA ES R AS D MPS AIRE X – N – SY A – JULIE DAM RINT A – L E – R PRINTEMPS U R E T IN DERPÉROUGES C N GA STAN AITE YLVA MAI NE – & A FLOR ARD STA TRAI A – S GILL ICOL INTE ROM THOU REA REI ET – ICH – E – P REIC BIK A O ER A S &RANTHONY TR DY E – – N – PR LLES BER NAC TAN – POY SCA LAD AN – NEW RICE Y G CH UR CRE N – V U BARLE S CH HUR EA –RUDY LE S DU S – R BIK RÉM DIER ARTH ANA JULIE OUX ADE L – AT MA AS GI ICE TIN E E VIA ST N T R L I M DE TH IAL EN – ATR RT – R CH REN ILIPP AIN CHA USSE - BÉ AMIE AR NAC – G OLA UGE NEW AN – – DI T – R – V V O I E É R A – R – C O UR N NALAIN T ES B HY BE E D C R H SYL O L L BOUHY I B I B E A M E R N I R L R P F I U I D – UL X – E PÉ SSE N CO BOU HIL – AC ETT RICE LVA DE J UR UD – – DI KE – E – A – – DID DINE AITE CH – ACRT E J N U D D RO N R D A Y R SY S AI BI UN AT IE IN EN DE THOU PS DIDIER – RE ITE HY CHASTAN AM ALA ULI GAU S L - BÉ EA – TTE TRA E RIG BOU NEW U VE NAC OUH -BLA UR T ESC UD MPS IN E R M E E TH PE B A I D I A A R – E R BE INTE NDIN H – D LE – T – J IE RI – LE UR N N L R R N I T M S L I R LIP A A AC S LU THU MA A AIC AR E AR ICA ITE RIG RIN R – A ES I AL SSE OLA T – ALA – M – A R AN OY – P – P IE-BL SCREICA LE – L S Y B IN P E – M – RE TRA – M – LE T – A TTE LE – ROU NIC ACR LE – AIRE ERT – PH ARIE – R E R N A A MA IPPE THO ENT ETT TAN HUR CRT ICA BER RDE BAR INE UX – UD – BAR OM HILB NE – M DE Y B EIC ILLE S JULIEN N G INE A IL A Y LA ON – R IL Y ND HO ER E RE OR LUNETTES RT – A RD ADE SR N PH Y & A – FLLES – D GA R CH T – A AUD AN – IEN H MY G THON -BLA ERT IE RIG THON ILLE ULIE DU V DETT VIA NTH AN Y D AN E – T E E ÉM N J É B A N L I G T N E R R L N I R U G S I E K S R I U R S I – A I – E A E B A A A R & A D J A K R L I A A B –R B – V I C G N & T M H & I L E – D M Y IL E C R IE N O JU ARI W B ET – IE Y W YL Y CH NE BAN HY – IEN H MAR IER OYET RBA RUD IRE – BÉAT TTE RUD JUL POY NIC RÉMY – S RUD IER DE M NE POY U UL – DID E TIN – – E A O P D R – – N – I – D O D C M O A S X S S ES D TIN N IN R S O E C IN B – J T T E C U E N R LIE E E L – U – E – E A SIEB EOURGN OELSLRI NITE|U C YL UG S TOEUGR BETETA UOJROEL ATHI SO |BAANR I ASCTRO TOEUGD ÉHYV E LEOTTP P EAM IR E NSTSE | RENT JU Y IRSEINN EM E T A H D E L A L N L U R U M U R Y A R O IL TRA RÉM PÉR LUN – F BER CO MA PÉR BO LUN RO RO FLO – PO GA BO FL – D | PJÉÉ R ÉGM Y DELORE | LES GALETTES DE PHILIPPE BRETIGNIÈRE

Ils vont

faire

en

CONSCRITS L’INTERCLA SSE GÉNÉRALE SOUFFLE S ES 70 BOUGIES

Beaujolais


LN16_janvier2017 11/01/2017 10:08 Page2

Raison VILLEFRANCHE sociale du point de vente 500, av de l’Europe - 04 74 65 69 8 Adresse du point de vente C d t l t ill

NOUVEAU DISTRIBUTEUR


LN16_janvier2017 11/01/2017 10:08 Page3

Bottier Jacques Antoine ÇA REPART EN 2017 ? Selon l’économiste François Lenglet, les années en 7 sont des années de reprise. En témoigne l’histoire récente. 1987 déjoue les pronostics des Cassandre et marque un redémarrage inattendu du moteur européen. Rebelote en 1997. Chirac dissout pourtant l’Assemblée et offre à la France sa troisième cohabitation. Mais Jospin cueille les fruits des débuts de l’union monétaire, de la forte demande allemande et de l’émergence de la bulle Internet. En 2007, la croissance brûle ses derniers feux avant la crise financière mondiale. Dix ans plus tard, que nous réserve 2017 ? Pas simple, vu l’année pourrie qui s’est écoulée… Nous avons donc demandé autour de nous, aux forces vives du Beaujolais, ce qu’elles avaient dans le cartable pour bien redémarrer. Des bonnes résolutions certes, mais surtout de vrais projets pour

CRÉATIONS ORIGINALES PEAUSSERIES FINES

faire bouger le territoire. Entrepreneuriat, production

SUR-MESURE

industrielle, tourisme, vie culturelle… Les signes de la reprise ? Peut-être. Ou plus simplement des hommes et des femmes qui osent. À côté, la fête des conscrits

HAUTE-MESURE CORDONNERIE

ouvrira l’année avec le défilé des classes en 7 à Villefranche. La tradition et l’énergie qui bouillonnent dans le même creuset beaujolais. Et si cette alchimie était l’or de notre territoire ? Des repères et du mouvement. Belle année 2017 à tous ! L’ÉQUIPE

DU

NOUVEAU

Directeur dede la publication : Benjamin Solly (benjamin@le-nouveau.com) Directeur la publication : Benjamin Solly Rédacteur en Chef : Benjamin Solly – benjamin@le-nouveau.com Benjamin Solly Journalistes : Benjamin Solly, Isabelle Martin Grève-Viallon, Marie-France Balandras Photographe : Michel Goiffon mention, Saby Maviel Isabellesauf Martin Grève-Viallon, Mathieu Goudot, Benjamin Solly Commercialisation : Delphine Roybet (06 06 59 81 76), Aurélia Calzatti (07 70 67 01 57) Réalisation : Marc Chilliet – marc.chilliet@orange.fr – Lyon, Beauregard Michel Goiffon

Rédacteur en Chef : Journalistes : Photographe : Commercialisation Couverture : © Michel Goiffon: Delphine Roybet (06 06 59 81 76), Aurélia Calzatti

CHAUSSURES HOMMES | FEMMES ENFANTS | CÉRÉMONIE 88, CHEMIN DE LA FOND PÉROU LE BOIS D’OINGT 06 11 39 11 42

WWW.JACQUES-ANTOINE.ODEXPO.COM

(07 70 67 01 57), Fabrice Rondepierre (07 82 87 20 25) Impression Lamazière (69) Saby Maviel Ne pas jeter sur la voie publique. La reproduction des textes, dessins et photographies publiés dans ce numéro sont la propriété exclusive du magazine le Nouveau, Direct & Création une marque de la SAS le Nouveau au capital de 3 000 euros. RCS Mâcon 809 411 788. MarcdeChilliet – 06 86dans 79 83le17 – Lyon, Beauregard Elle se réserve tout droit reproduction monde entier. En cours d’immatriculation ISSN.

Photographe ayant collaboré à ce numéro : Création graphique : Réalisation : Photo couverture : © Michel Goiffon Impression Lamazière

le Nouveau | janvier 2017 | 3


LN16_janvier2017 11/01/2017 10:08 Page4

Meilleurs vœux pour l’année 2017 !

© Département du Rhône – Conception et réalisation : direction de la communication, d’après un dessin original de Valérie GRILLON de Brignais.

SUIVEZ-NOUS SUR

@rhone_fr

www.rhone.fr

departementrhone


LN16_janvier2017 11/01/2017 10:08 Page5

S O M M A I R E janvier 2017

INFOS Les temps forts de l’actu en images............................... 6-7 #16 | VOTRE MAGAZINE MENSUEL GRATUIT | JANVIER 2017

Économie..................................................................... 8-9

INFOS PHOTOS R E P O RTA G E S

en Beaujolais

Conscrits .................................................................. 10 à 12

7

– – – – – Y Y E E N S E S W E E LE RN ÉM MPS – LE – NE TRIC RÉM PS D TTES LIENAMIE ES ARIE S DU MPS ARIE PE LIEN VE – R CREA TE GIL AIRE NDIN BIK JU EUR LA INTE – M ILIP UG – M L – NE – JU – D M – AIT M CO RO DU AN ANA PRIN EICA SE – BÉA AN & H INTE S LU T PÉ AIRE – NI E – PR AIRE E – PH DY US R B RO IE-BLA– NEW T – TR LAS ORB – M – R RO M UX PR – LE POYE CAIC DE YE M OR RU W MARSSEL N PO UR – NICOIEN C CRT BARLE AN INE AITEU N C DE – ICA TIN ES PS S RO HO ALAD S RO VERN – NE TH U A NY AST ND TR AMIE LA – RE REN IPPE TEM ILLE BERT N VI ILLE S DU UGES L – IEN RO RENTI – AR UX DAMD – IN – G CH -BLA UR AI – G LA O D O IL N RO USSE DAM – VIA HO – U O PÉ E NTH IER ARIE ARTH H – AIN ASTA E – FL – PH E – PRLIEN RICE– SYLV EN NICO – FL ERT BERT AICH IGA RL LI – DE INE ROICH R & A DID – M AIC LV CH BIK RNE – B AD JU BÉAT A C JU BA TIN A PS HIL RICE ES ARIE UDY HY – AIRE ERT ESC – SY ER VE VIAL DE UR – ACRE DE HOUXTEM LAND ESC ONY REN Y EW DI B R AT IPPE U U M N N ES M PE ES RT O – D AN IN -B TH HIL ILIP CREA Y – DI – BÉ IL – BO S RO LVAI NETT AITE – M NETT BE – PR ARIE ILIPPE AN – FL – RÉM EL LAS A DE IN EN – PHDETTE ALA ALA GILLE JULI – PH MAN BOUHOUSS ICO A – SY S LU UR TRACRT S LU RICE ADE – M – PH DY & BIKE BAN DIER DI N – VI E R AT – – – R – N ER – RE – LE TH D RN T – AI – LE – BÉ VIAL MAIRE RNE ��� RU NEW CO UHY – ERT GA AIN GES LIEN YET VE ACR – AL NDIN OUX ANAC ICA T – AR GAU ICA N N – ES VE LV OU JU PO R DE EL AMIE N BO HILB ACRT TH – M – RE ER IE RI – RE TEUR LVAI S RO DU SY UG – RLE DU PÉ D TIN S -BLA ER N HILB AR N TRAI – SY GILLE LAS PÉRO OUSS – D ALAI LIEN D – ES DE TTES REN OLA IGAU NY BA ARIE ICE B ACRT TA M TA – NICO DE O E R ICH E – – JU GAU NETT IC R UR REA AS NE O – M TR D – CHAS LIEN E – EN TH DIN CA BARL YET IE RI S LU RICE LU – FL – N RIE TH – JU DETT ER CH– AR ANACJULI UX – TEMPSLAN ES X A BÉA GAU ER E AT AN IRE E PE ONY IN PO – MARA – LE – BÉ AD -B BIK THOU – M DY & OMA R – IE RI – DIDI YET GAR DIDI ERT IN – M DE THO AL – E Y NT PR RIE ILIP TH – PO R IC RT Y BER DETTE – RU LES AITEU– MAR UH NTIN RÉM UHY HILB– AC TTES E BER E – – MA – PH & AN ORE DETT – RE TEUR AIN VI AIRE – – FL R NE AD BO RE N IL ES AN N BO LIEN AUD LU TRIC AL AIRE RNE RUDYKE – Y GAR TA TRAI SYLV ROM RNE GA UG – G UR TR TTE AIN O RO EN RTH ARDE – AL – FL CORB ALAI T – JU RIG LES – BÉA AIN VI ROM U VE ES – BI RÉM CHAS UR A – LES VE ES – – PÉ W LI TH IL – S LV R JU S D UG – NE AN – DIER – AR ACRE – G – A Y G RLE BIKE MIEN RLE POYEMARIE ICA S DU UG L – EU – SY GILLE OLA RO W DE ERT RÉM BA RB Y – DI ERT – MAN LIEN COLA PÉRO SE N A PÉ SEL – RE AIT NE – DA BA NTIN E – IC B – – NY US IE HIL AN THO SEL – ICH ONY ORE DETT TAN R TR ACRELIEN X – N PS DE ROUS IEN CO UH HILB RT DE JU – NI DE RO M U E PS AC GILLES ROMAIRE BO TH FL – RB M AS UX DA U CA M INE DA AIN LIEN D – TTES HO TEM NDIN H – RLE CO & ANROUS ES & AN KE – Y GAR CH ARTH – MANDE JU THO INTE ND H – RT IN IC JU GAU NE PE DY AL DY M ER – S BE – PR IE-BLA CA NY BAENTIN W BI – RÉ DIDI ERT ACRT TE E BERE – PR -BLA CAIC E – T – RU DINE ILIP RI LU – – – RUBIKENE PH NEW B AN NETTRIC AD ARIE ES BARL POYE ARIE LES RICE ADE MAR PE ES THO OR ÉMY BL E – ES SEL – RBAN UHY HIL AUD S LU M A– AT AL IP AN – FL – R AL – M IPPE NY – – IN IL ÉA VI UG G RN IC O & IKE BO LIEN RI - BÉ N VI RE PH CO NT TTE LE – B AIN IL N ACRT RE VE RO ROUS DIER IE IEN AIN JU A– R PÉ LV MAI – PH ANTH ORE DE N – RETEUR LVAI ROMAI E – RUDY B ORBA – DI T – & – FL GAR TA Y RN EW DE DINE DAM – AL T – – MAR REIC ITEU – SY S RO RNE AI – SY S VE ES – – N N C UH LBER DY YE E Y A A – MARIE-BLANDINE – AS LE TR AN ROUSSEL BL ICH BARL N PO TTE AN R TR ACRE GILLE DU VE – RU BIKE RÉM CH UR REA – GIL S DU UG SSEL AMIE N BO HI ACRT – DE AST U W TI TH AC EN CA LA PÉRO OU – D ALAI LIEN D – ES DIER TH MAN EN – LAS UGES– NE AN AR H ES ONY REN – LI AR RB – DI T – AR– MAN JULI – NICO DE INE R AICH E – T – JU GAU NETTCE O FLORENTIN CO RO Y G R CPOYET L TH RI LU RI C BARL YE ER RT AN – FL RÉM DIDIE T – ACRT DE JU – NI PÉ USSE N CO UHY DE UX MPS ND IE S E – – ILBER D – ES HOUX PS DE RO MIE BO HILB – AC TTES HO INTE -BLA PE ESONY IN PO MAR – LE BÉAT ADE BIK AN HYJULIEN – RT D NE H HILBERT TT RT M INE – DA AIN LIEN AL – U GAU RB ICA UR BE – PR ARIE ILIPANTH RENT TTE PH RE N VI RE CO IN BO LIEN IE RI S LUNE BE INTELAND ICH E – AL – JU RIGAUS LU CE M E O CE – PR -B RI JU ARTHUR T CA RL AD E – NE – DY & – FL ARDE N – AITE LVAI MAI E – LE IE AR RI TRAITEUR LA – LE AT – YE M ES IR TA AL G TR A T E– – SY S ROVERN – A – BÉAT ADE ARIEIPPE NY BA PO – MAR ICA - BÉ N VI OMA VER – RU BIKE MY AS YE LE IN E – VIAL – M IL CH THUR A AI R O ES W – RÉ RE UR PO DETT – REIC DU ER AR ACRE – GIL S DU UGES UR NBERTHOUX BÉATRICE RE – PH ANTH ORENT DETTTAN – AITE SYLVILLES LAS ROUG – NE AN L– LA RO L E – GAR TAN AITE LVAI MAI DIDI T – MAN LIEN & PÉ USSE N CO ER – – G NICO DE PÉ USSE CORB Y – AS TR – SY RO VERN DY – FL Y GARCHAS UR TR REA N UH HILB RT DE JU – NI DE RO CH UR MIE A LES DU DU VERNE AC LIEN X – PS TH – RU BIKE RÉM ER E PS AC ES – UX TH DA RE NICOLAS M INE RO MIE N BO EN U D– AR AC – GIL LAS UGES NEW AN – – DIDI T – AR – MANDE JU THO INTE DA HO TEM NDIN H – RLE ND H – – ALAI – JULI GAU NETT RT IN LA IC BA TIN AN CO ROESCAICH Y S ER RT ER PR L– RB PHILIPPE – M LIEN – NI SE CO BOUH HILB – AC ETTE E B E – IE-BLA CAIC RLE YET IE RI S LU CE BEE – PR IE-B ESCAONY REN Y PÉ JU N DE HOUXPS DE ROUS MIE AIN LIEN AUD LUN TRIC ALAD MAR PE ES BA IN PO – MAR A – LE ATRI ALAD – MAR IPPE ANTH FLO RÉM S BÉA – VI G RT M IP AL JU CORBAN E IC ONY INE – DA - BÉ N VI AIRE PHIL & IKE – N – LAIN BE INTE NDDAMIEN E – T – IE RI A – LER - LVAIN AIRE PHIL TH ORENTDETT – RE UR – H DY A BA B AI M E – R IC – – RL YE M AN – PR IE-BLA CA BA PO – MAR REIC ITEU – SY S RO RNE DY & – FL GAR TAN AITE – SYLV S ROVERN – RU NEW N CO RLE BIKE A A Y ES RÉMY – – H IN ES AS LE A TR NY GARDETTE EL AMIE Y B NEW CAIC NT TTE AN R TR ACRE GILLE DU VE – RU BIKE RÉM CH UR REA GIL S DU UG MARIPPE THO N – SS – D W RO IL ORE ARDE HAST THU AN DE NE AN DIDIER– ARTH ANACLIEN COLA PÉ ROU H – NTHO EL – PE ES PH & AN– FLMARIE RIGAUD AR – M LIEN –COLASROUGES M JU RB – E NI L– DE A YG RC SS T DY IP MPS – AIC ER RT – DE UX – MPS NDIN ESC Y & ROU PHIL INTE LIEN RU BIKE RÉM DIDIE T – ACRT DE JU – NI PÉ USSE N CO UHY – DE RO W E E– UX UD – ILBER D – ES JU MIE BO HILB – AC TTES HO INTE -BLA IPPE UR NE AN HYMANACREA – PR – R DIN RT H GAU D NE TH TT RTHO MPS INE – DA AIN LIEN U RB BE – PR ARIE PHIL GES LAN VERN DE ES DE– AR N – CO IN BO LIEN IE RI S LUNE BE INTELAND ICH E – AL – JU RIGAUS LU CE M A E E – ROU IE-B S DU VIALA NETT ERT RB PR RI CE JU SYLVAIN VIALADE T CA AD E – LE IE ALA T – – MARA – LE ATRI E – IE-B ES BARLPOYE MAR A – BÉAT VIAL AIR VERN E PÉ MAR LA AIN S LU HILB N CO PS DE M U – CO S YE TTE M N D BÉ ALAD MAR IPPE ONY IN E – REIC IE IC LV O LE PO DE IL TH – – NI – SY A – LIEN DAM INTE – LE PÉROUGES NT TT N – TEUR LVAI S R S D MPS AIRE – REPRINTEMPS UR N VIDERE PH A JU E – & AN FLOREARDE TA TRAI A – SY GILLE ICOLA INTE ROM HOUXREA REIC T – ICH – E – PR REIC BIKE GAR TAN AITE LVAI MAI AS YE CA – S RT AC N – AS TR – SY RO VERN DY – PR –N RE Y G CH AD N – – NEW ICE UR BARLE S& ANTHONYRU CH UR A RUDY AC LIEN OUX DE – GILLECE BE MAN ASTA IN PO ES VIAL TA L TH TR N – LE DU BIKE RÉM ER TH RE AR AC – GIL LAS UGES NEW AN – – DIDI T – AR – MANDE JU TH ALA EN – ATRI RT – CH RENTILIPPE AIN CHASUSSE - BÉAAMIE AN CO RO ALAIN BOUHY L– RB UHY LBER RT TES E BERAIN VI JULI - BÉ – AC DIER – FLO – PH SYLV DIER E RO EUR – D RT – – M LIEN – NI SE CO DI AC – PÉ IC DI H IN E C DE IT D E JU Y – BIKE RN REA Y – DE ROUS MIEN N BO EN HI D – LUNETÉATR SYLV S D TEUR AU ND TRA CAIC – A DE HOUXPS DIDIER AI – IG LI GAU S CHASTAN E ES UD MPS IN RT M AL - B REA ETTE TRAI IE R BOUH– NEW DU VEANAC BOUHIE-BLA UR A BE INTE NDIN H – DA E – T – JUIE RI – LE R N N LA TH R A EU NAC LU THUR MA ALAI SEL LAS – M AIN – MAR – AR ILIPPE RIG INTE – A S IC RL YE O AL – PR – PR IE-BLA CA RT BA PO – MAR REIC AIT MA LES – AR IE – REICA US – T LE IC PH – LES E – N – ES NY TR TE AC RLE AIRE BER – – AR IN RO – A AR NT TTE AN M MARIPPE THO UR CRT CA ERT DET BARL INE UX – D – IL NE – M DE NY B REIC GILLEE ST JULIEN DE ADE IL LA O ORE RTH – A – REI HILB GAR ONY LAND THO GAU NY BA S RO EN H VER TE – LUNETTES A IN A AR H PH & AN– FLLES – D Y TH ND -B EN ER IE RI THO GILLE JULI DU RDET IN VI ANTH AN Y G R C T – AU AN DY ST LIEN -BLA E – – T – LAS GA RU BIKE RÉM DIDIE BER RIG HAST – JULI – RÉM& AN ARIE ICE B MAR & AN IK HA LVA Y & IE IL – IE N DY W C T – M TR E – Y LIEN YE NICO SY RUD R C E JUMAR EW B YET DY BA NE AN HY – EN H MAR IER YE ÉA D – U – PO COR – RU MAIRE - B DETT – RU DE JUTIN POX – – RÉM – RB IDIE LI – ID – N N POLIEN S EA G CO IN| BO ESM E–NDT TE RB E G ES ES UT E N N TI AR ES EL O CTU–IJU SDIET N TE E SHYB–EDRE R NNTOIN L L I N | C L U T E R A U J O L A I S | A I S T O V ’ I M P U L S I O N | IE JU CERL OOP AD É A Y ET | CAAIRLEA D RREN EU SSRO UP EH UG UG EN TT M B SS Y O TH LA IT A N R U M U YE AR OU M R N A RO NE FL RO ILLE A OR O PO G – D| JPÉ FL G Y DTR B ÉRÉM E L O RÉ R E | PÉL E S LUG A L–E T T EBSERD ECOP H MI LAI P PPÉE B RBOÉ T I GLUN I ÈRROE | RO FL –

Ils vont

8

faire

en

CONSCRITS L’INTERCLA SSE GÉNÉALE SOUFLE SES 70 BOUGIES

Beaujolais

14

2017 EN BEAUJOLAIS

10

New Bike.....................................................................14-15 Reica...........................................................................16-17 Les Lunettes de Julien .................................................18-19 Arthur Traiteur .............................................................20-21 Florentin Poyet.............................................................22-23 Marie-Blandine Roussel ..............................................24-25 Béatrice Berthoux .......................................................26-27 Marie Rigaud ...................................................................28 Damien Corban................................................................28 Philippe Escaich ...............................................................29 Nicolas Duverne...............................................................29

30

31 33

GASTRONOMIE

PHOTOS

Cuisines Bernollin ...........................................................30

Très Beaujolais, Philippe Martin ...................................32-33 Aristote Développement...................................................34

Philippe Bretignière..........................................................31

le Nouveau | janvier 2017 | 5


LN16_janvier2017 11/01/2017 10:08 Page6

© TMC

© Agglo

Numérique L’école Webforce 3 a été inaugurée sur le Campus du Martelet (Limas) le 2 décembre dernier. Autour du président de l’Agglo Daniel Faurite, du nouveau président de la CCI Jean-Baptiste Maisonneuve et du sortant Noël Comte, les acteurs économiques du Beaujolais ont salué l’implantation de ce nouvel acteur de la formation numérique sur le territoire. Présidé par Alain Assouline, le Groupe Webforce 3 déploie un réseau d’écoles, formant aux métiers de développeurs et d’intégrateurs web numérique. La formation est organisée sur une durée de 3 mois ½ à raison de 490 heures et aucun prérequis n’est exigé pour suivre ce cursus. Une première session de 19 élèves a été ouverte sur le Campus du Martelet le 21 novembre dernier.

distinctioN

© Ville de Villefranche

Le 9 déce mbre , le dépu té-m aire de Villefranche Bernard Perrut a reçu des mains d’Alain Trampoglieri, secrétaire général du concours des Mariannes d’Or, la Marianne d’Or de l’engagement citoyen pour tous les âges de la vie et l’intergénérationnel. Déjà, en 2013, la Ville s’était vue remettre la Marianne d’Or pour son actio n en fave ur du développement durable.

champioN du moNde

tellerie Jérémy Delore, chef de partie à l’Hos Ils étaient douze finalistes. Et c’est bien nat s’est adjugé la 8e édition du champion La Ferme du Poulet (Villefranche), qui ier. Son Tain l’Hermitage, le 5 décembre dern du monde de pâté-croûte organisé à s et gène aux né mari veau de ris de Bresse, pâté-croûte composé de volaille de é Regis uis le jury présidé par le triple étoil foie gras de canard noisettes a conq du Pâtére, créée à l’initiative de la Confrérie Marcon. Cette grand-messe charcutiè e édition. Un grand coup de chapeau 8 fêtait sa Croûte présidée par Arnaud Bernollin, ipe épouse Catherine, ainsi qu’à toute l’équ son et nd Dega er Olivi re, Delo à Jérémy carte champion du monde est proposé à la de la Ferme du Poulet. La pâté-croûte de l’établissement

boNs plaNs

© Ma TV en Beaujolais

RETOUR EN IMAGES SUR

LES TEMPS FORTS DE L’ACTU

Monweekendavillefranche.com, nouveau site dédié au tourisme de proximité, a été présenté le 7 décembre dernier. Cette nouvelle interface très simple d’utilisation propose au travers de nombreuses rubriques (événements, resto, ciné, vie nocturne…) un tour d’horizon exhaustif des différents événements de la vie locale caladoise et beaujolaise. Malin, l’onglet « Communiquez votre bon plan » propose de mettre en lumière vos bons tuyaux ! Ce nouveau fournisseur de loisir a été lancé par l’Office de Tourisme Villefranche Beaujolais Saône et couvre l’ensemble des communes de l’Agglo.

coNscrits Le 10 décembre dernier, un square André DemeureBesson (1) était inauguré, rue Bointon, en mémoire d’ André Deumeure-Besson , figure locale de la vie caladoise, décédé en 2015. Membre d’honneur de l’Interclasse générale, dont il fut à l’origine en 1947 et dont il assura le secrétariat général pendant 50 ans, il fonda également en 1972 « Le carrefour de l’amitié » dont il occupa la présidence pendant plus de 30 ans. La plaque a été dévoilée par ses arrière-petits-enfants (2). Une journée décidément faste puisque le même jour, Maxime Vivier, vice-président de la classe 2017, et son bureau étaient reçus à l’Hôtel de Ville de Villefranche pour la présentation du sonnet des 20 ans.

6 | janvier 2017 | le Nouveau


© Lions Club

© TF1

LN16_janvier2017 11/01/2017 10:08 Page7

solidarité

Noël

© Terrasse des Marais

© Patrick Berjot

© Le Nouveau

© TF1

On pourrait appeler ça « l’effet papillote » ! Le pâtissier Philippe Bretignière et son épouse Séverine ont eu les honneurs du 13 heures de TF1 pour présenter leur spécialité de Noël : les papillotes artisanales. Une gourmandise locale puisque la papillote serait née à Lyon à la fin du XVIIIe siècle, quand un jeune commis d’un confiseur eut l’idée, pour charmer sa belle qui travaillait à l’étage au-dessus, d’envoyer ses petits mots d’amour enveloppés autour d’une confiserie. Pour les fêtes de fin d’année, le pâtissier a produits 14 000 unités de la délicieuse confiserie dans son laboratoire d’Anse.

Le Lions Club Villefranche et Beaujolais n’a pas chômé. À l’initiative d’une vente de bûche géante à Villefranche pendant le week-end du Téléthon, ses membres sont allés remettre un chèque de 6 269,08 euros à la déléguée du Rhône de l’AFM-Téléthon, le 16 décembre dernier. Place ensuite à l’organisation du Festival des Jeux, prévu du 13 au 15 janvier en Calade. L’occasion d’une conférence de presse détendue au New 1900 pour présenter les nouveautés de l’édition 2017. Bravo !

éNorme

de chauffe pour s (VCVB) n’a pas eu besoin de tour Le Vélo Club Villefranche Beaujolai Falenta, chaud Alois ier, s la reprise du 5 janvier dern envoyer un résultat stratosphérique. Aprè -cross, le cyclo de ce Fran e lors du championnat de bouillant, a signé une incroyable 4 place r de son sorti au iait, conf e). « Ma plus belle course », 8 décembre dernier à Lanarvily (Bretagn pionnat cham hain proc tat lui ouvre grand les portes du exploit, le coureur du VCVB. Ce résul ! ect Resp urg. ra le 29 janvier au Luxembo du monde de la discipline, qui se cour

gourmaNdises Si vous aimez le bon vin, la charcuterie italienne, la cuisine française maison, les tapas, les cocktails, rendez-vous à la Terrasse des Marais ! Après avoir mis les derniers coups de pinceau, Hugues & Francky et leur équipe vous accueillent, à partir du 17 janvier, dans une toute nouvelle ambiance. La Terrasse dévoilera également une programmation exclusive toute l’année pour des soirées thématiques endiablées ! La Terrasse vous accueille du lundi au samedi midi et du mercredi au samedi soir.

le Nouveau | janvier 2017 | 7


LN16_janvier2017 11/01/2017 10:09 Page8

N | INFOS ■

éco

RÉMY GARDETTE © Le Nouveau

« En 2017, ACRT recrute et se développe »

T

élécom, alarme, contrôle d’accès, vidéo-protection, réseaux… Le groupe ACRT s’engage auprès des professionnels depuis 19 ans. En 2017, cet acteur incontournable du service et de l’évolution technologique continue son développement. Trois questions à Rémy Gardette, son directeur.

© Le Nouveau

Quels projets majeurs portés par ACRT verront le jour en 2017 ? Rémy Gardette : En 2017, outre un projet de nouveaux bâtiments sur Villefranche, ACRT va renforcer son maillage sur son territoire. Après l’implantation à Villefranche en 1998 et les ouvertures d’agences à Bourg-en-Bresse en 2008, à Mâcon en 2010 et Lyon en 2012, nous allons nous implanter dans le département de la Loire. Nous souhaitons également renforcer notre développement commercial sur le département de Saône-et-Loire.

8 | janvier 2017 | le Nouveau

ACRT est reconnu dans ses cœurs de métiers, souhaitez-vous mettre en place de nouveaux produits en 2017 ? R. G. : Il s’agira plutôt d’élargir notre domaine de compétence, réservé aux professionnels sur certains segments, à tous les usagers. Je pense en particulier à la partie Opérateur (lire

encadré). Depuis 2006, nous proposons à certains clients une offre groupée comprenant la téléphonie fixe, ADSL, SDSL, fibre ainsi que des services et la facturation en direct. Nous avons beaucoup investi, en matériel et en hommes, pour être en mesure de proposer cette offre à tous dès 2017. 2017 sera donc une année charnière pour ACRT ? R. G. : Bien sûr. Notre plus gros projet, du fait du développement de l’offre et des services, sera la recherche de nouveaux locaux pour notre siège social de Villefranche. Nous souhaitons rester en Calade. Nous avons également prévu de recruter cette année des spécialistes en Sécurité Électronique et Télécom. La société, qui compte aujourd’hui 34 salariés répartis sur quatre agences, va continuer de se développer. ●


LN16_janvier2017 11/01/2017 10:09 Page9

N | INFOS ■

éco

TÉMOIGNAGE ACRT met à disposition de ses clients un savoir-faire et des compétences multidomaines. La PME caladoise, qui compte 34 collaborateurs, est notamment intervenue sur le centre de consultation « La Passerelle », attenant à la polyclinique du beaujolais.

P

ME au fort développement sur les technologies de pointes, se positionnant comme l’interlocuteur unique de ses clients, ACRT a déployé l’ensemble de ses métiers pour satisfaire son client, le nouveau centre de consultation « La Passerelle ». Installé à proximité de la polyclinique du Beaujolais (Arnas) depuis 2016, ce centre de consultation regroupe une cinquantaine de praticiens offrant aux patients un parcours de soins multidisciplinaire dans le confort d’un bâtiment moderne de trois étages sur 4 100 m2. ACRT a pris en charge l’ensemble des besoins du centre de consultation en déployant un réseau informatique ultrarapide basé sur la fibre optique, un réseau Wifi médical à très haut débit et un réseau « patients » disponible sur l’ensemble du bâtiment. Les bâtiments ont été sécurisés avec les solutions techniques de pointe déployées par ACRT afin d’apporter un

important niveau de protection pour les biens et les personnes, mais aussi pour garantir le contrôle strict des accès par l’utilisation de badges inviolables. Pour l’accueil des patients et la diffusion d’informations, ACRT a mis en place un système d’affichage dynamique sur de nombreux écrans implantés dans les circulations et les confortables salles d’attentes. Ces écrans diffusent des informations régulièrement mises à jour permettant aux patients d’être informés sur les soins pratiqués et obtenir des informations pratiques. Enfin, la PME caladoise a installé une solution téléphonique mutualisée de 90 postes filaires et DECT, intégrée à la téléphonie de la polyclinique du Beaujolais et permettant aux praticiens d’être joignables sur l’ensemble du site. Grâce au pôle opérateur d’ACRT créé en 2006, et spécialisé dans la téléphonie « SIP » par Internet, la fourniture des accès internet de haut et très haut débit, l’ensemble des liens internet et numéros de téléphone ont été créés et sont aujourd’hui intégralement gérés et sécurisés par les équipes d’ACRT. « La sélection d’une entreprise multi-compétente et la facilité d’un interlocuteur unique ont été décisives dans le choix d’ACRT comme partenaire, souligne le docteur Emmanuel Peigné. Concentrés sur notre métier et mettant nos patients au centre de nos préoccupations, nous avons délégué à ACRT et ses équipes l’ensemble des travaux nécessaires aux

© ACRT

ACRT, l’excellence dans la multicompétence

communications internes et externes ainsi que la sécurisation de cet exceptionnel outil de travail qu’est notre centre de consultation qui se veut moderne et performant. Nous avons été très satisfaits de l’écoute et de l’accompagnement d’ACRT. » ●

© Le Nouveau

© Le Nouveau

L’offre Opérateur d’ACRT ? « Un confort supplémentaire à destination de tous nos clients dès 2017 » « ACRT propose également une offre Opérateur complète de téléphonie fixe, mobile, Adsl, Fibre… Des services mutualisés et une facturation unique, c’est un confort supplémentaire apporté à nos clients », explique Denis Peney, en charge de la partie Opérateur pour l’ensemble du groupe. Présent dans ce domaine depuis 2006, ACRT avait jusque-là réservé cette offre à quelques clients. « Après de gros investissements entre 2015 et 2016, en matériel et en hommes, 2017 sera pour nous l’année de l’ouverture à tous. Nous sommes à votre disposition pour une présentation et une étude personnalisée. Que vous soyez déjà client ACRT ou pas… Vous allez apprécier de gérer vos lignes avec un Opérateur local », s’engage-t-il.

Infos pratiques ACRT 159, rue Georges Mangin 69400 Villefranche sur Saône 04 74 03 98 98 BOURG EN BRESSE | MACON | LYON | LOIRE Demandez votre devis en ligne sur www.acrt.org

le Nouveau | janvier 2017 | 9


LN16_janvier2017 11/01/2017 10:09 Page10

CONSCRITS

N | INFOS ■ conscrits

L'Interclasse générale fêtera ses 70 printemps en 2017

Depuis 1947, l’Interclasse générale assure la liaison entre les Amicales de Classe et coordonne toute l’année les différentes manifestations de conscrits. Présidée aujourd’hui par Claude Sonnery, cette colonne vertébrale de la tradition caladoise est riche d’une histoire dont nous vous livrons une partie des coulisses. Par Marie-France Balandras. © Michel Goiffon

● Toutes les associations de la ville, même celles ayant un petit nombre d’adhérents, font une fête des conscrits chaque année, remettant cadeaux et bouquets à leurs conscrits de l’année !

● Il n’y avait qu’un seul bal pour tous, 700 personnes au moins qui pouvaient ainsi en se déplacer en centre-ville à pied dans cette salle des fêtes, et il fallait avant le bal, dévisser tous les sièges… pour pouvoir danser, mais les revisser le lendemain !!!

● François Descaillot, de la classe 51 est un des plus anciens membres de l’Interclasse, avec Hubert Boulaud. Il y est entré en 1958, soit à 27 ans, et en fut trésorier pendant 25 ans ! Il participe désormais chaque année à la vague, mais en voiture, sa condition physique ne lui permettant pas de faire mieux !

10 | janvier 2017 | le Nouveau

© MFB

● Patrice Ferry, commerçant, n’est pas membre de l’interclasse mais il a une particularité : travailleur acharné de réputation, il fait toutefois relâche un dimanche tous les dix ans… le jour de ses conscrits !

© MFB

● En 2017, ce sont les conscrits de la 8 qui tiendront les buvettes et aideront leurs collègues !

● En 1951, on allait chez les conscrites en carriole tirée par des chevaux, déclame François Descaillot : « Claude Desmules le photographe, fut le seul conscrit véhiculé et se servait de la 4 CV de la mère, dont je me souviens de l’immatriculation 27 U 69 ! » On taira le nombre de conscrits planqués à l’intérieur du véhicule, même s’il y a prescription !

● Autrefois, il y avait une « vague du soir, le dimanche à 18 heures » ! Le quotidien Le Progrès profitait de l’heure du repas pour apporter un numéro spécial conscrits (supplément du dimanche imprimé en quelques heures), dans la salle des fêtes (devenu le théâtre) où se tenait le banquet !

© MFB

● Hubert Boulaud (à gauche sur la photo) président de la classe 1944, est président honoraire de l’Interclasse et participe chaque année au défilé !

● La Cigale a fêté ses conscrits pour la dernière fois en janvier 2011 ! Grand moment de liesse mais de grande tristesse aussi… une page d’histoire de la calade s’est alors tournée ! Le siège de l’Interclasse générale est depuis fixé au Café de la Gare, chez Dom’. ● Le plus ancien sonnet des 20 ans, remonterait à l’année 1900 d’après les recherches de la classe 1993 !


LN16_janvier2017 11/01/2017 10:09 Page11

N | INFOS ■

L’

année précédant leurs 20 ans, l’Amicale

classe sera constituée le premier dimanche de février. Elle élira par la suite un bureau avec un

Q

uelques chiffres autour de la fête des

conscrits : 1,5 centimètres, soit la largeur

président, vice-présidents, secrétaires,

réglementaire du ruban des conscrits, qui doit

trésoriers… Le président, son bureau et les

être noué à 1,5 centimètres du haut du gibus ;

« amicalistes » ont la charge d’animer l’Amicale classe entre deux décennies, de maintenir le contact et de resserrer les liens entre les conscrits. L’Amicale classe s’éteint, avec la disparition du dernier conscrit de ladite

conscrits

180 centimètres, soit la longueur réglementaire du ruban de conscrits ; 1 020 mètres, soit la longueur de la rue Nationale, parcourue aller et retour par la vague des conscrits le dernier dimanche de janvier.

amicale. Le drapeau sera remis à l’Interclasse Générale qui en assurera la garde et honorera la mémoire des anciens de la classe disparue.

C’

est un épisode méconnu que révélait le

Progrès dans son supplément du 31 janiver 1971. L’auteur de l’article attribue la paternité

L

e Chanon était le numéro que le conscrit

tirait au sort et qui déterminait s’il partait faire

de cette anecdote à Jean Guillermet, figure historique du Beaujolais. « La première vague

son service militaire ou s’il restait dans ses

ne se constitua qu’en 1894. Ce jour-là, les

foyers. Cruel moment où un petit papier avec

conscrits décidèrent de se transformer en

un numéro décidait de plusieurs années de votre vie !

Historique de l’Interclasse générale

ambassadeurs de la Calade. Prenant le train, ils se rendirent à Lyon pour défiler, en gibus, rue de la République », peut-on ainsi lire.

1910 : Première amicale de classe. 1913 : 26 janvier fête des conscrits de la classe

1892 (21 ans). 1913 : 19 octobre fête des conscrits de la classe 1893 : 20 ans. 1914 : 25 janvier fête des conscrits de la classe 1894 : Les premiers vingt ans font leur fête en

janvier. 1921 : Port du bouquet aux conscrites de 20 ans. 1946 : Toutes les conscrites ont droit aux bouquets. 1947 : CREATION DE L'INTERCLASSE GENERALE Fin des années 40 : les couleurs des rubans aux

gibus deviennent officielles. 1953 : Chaque classe a une fanfare. 1958 : Création de la petite affichette : comité

interclasse en 8. 1962 : Pour la première fois, le comité interclasse

qui organise la fête, décide d'offrir le drapeau à la classe des 20 ans. Début des années 80 : les premières voitures vertes. 1983 : A l'initiative du comité interclasse en 3, les handicapés conscrits reçoivent le bouquet. 1992 : Banquet du mercredi regroupant l'ensemble des conscrits. 1994 : Première charte des conscrits. 2009 : Les 80 ans ont une nouvelle couleur de ruban : prune !

© Michel Goiffon

le Nouveau | janvier 2017 | 11


LN16_janvier2017 11/01/2017 10:09 Page12

N | INFOS ■ conscrits

BERNARD GOMARD

© MFB

De mémoire de conscrit Bernard Gomard jongle habilement avec les chiffres au sein de l'interclasse générale. Président de la classe 73, vice-président de l'interclasse en 3, ce pilier de la tradition nous livre quelques moments de vie de conscrit. Verbatims.

Je suis arrivé à l'interclasse générale il y a 23 ans. J'ai évolué comme trésor des conscrits, ce qui ne fut pas un doux qualificatif, en acceptant le poste de trésorier adjoint il y a 10 ans, puis celui encore moins convoité de trésorier général depuis 4 ans ; il faut déployer des trésors de patience pour jongler avec les chiffres, dans cette prestigieuse structure !

Pour nos 50 ans, reprend Bernard Gomard, la sublime et professionnelle fanfare de Brest, la « Bagad Lann-Bihoué », est venu défiler le dimanche en costume traditionnel ! Hélas les malheureux n'avaient pas bien saisi ce qu'était un jour d'hiver, la traversée de la rue nat', puisqu'ils arrivèrent en costume traditionnel : chemise blanche à manches courtes et pantalon marin ¾ ! Les malheureux ont ainsi grelotté, tant à l'aller qu'au retour !

Pour nos 30 ans, le siège était au café de Chervinges et le lundi du retinton nous avions en grand secret, prévu le repas au Château de Chervinges. Toutefois afin de ne pas vendre la mèche, nous avions fait venir un bus, qui nous conduisit.... 100 mètres plus loin ! Or un conscrit ayant le mal des transports, avait pris soin d'avaler un comprimé avant de sortir du café, et le voilà qui s'endormit aussitôt calé dans son siège ! Nous arrivâmes à le réveiller, alors qu'il avait cru avait fait un long parcours ! Inutile de souligner à quel point il se fit chambrer !

Vaux en Beaujolais : Défilé des

13 janvier 2017

conscrits, vague dans les rues du village à 11 h 30

Jullié : Retraite aux Flambeaux Odenas : 20 h 30 : Retraite aux

Flambeaux Theizé : Retraite aux flambeaux à 20 heures avec Echo du Beauvallon de Theizé

14 janvier 2017

27 janvier 2017 Villefranche : Retraite aux flambeaux

à 20 heures

LE PROGRAMME DES CONSCRITS janvier 2017

Jullié : Fête des conscrits. Vague

dans les rues du village Theizé : Défilé des conscrits, vague dans les rues du village à 11 heures Vaux-en-Beaujolais : 19 h 30 : Retraite aux Flambeaux

St-Etienne la Varenne : 11 h 30 :

vague dans les rues du village le matin

20 janvier 2017 Cogny : 19 heures : Retraite aux

15 janvier 2017 Blacé : Défilé des conscrits, vague

dans les rues du village le matin à 11 heures Corcelles-en-Beaujolais : Vague dans les rues du village le matin à 11 heures

12 | janvier 2017 | le Nouveau

Flambeaux, précédée par la Batucada, 20 heures : Remise symbolique des clefs du village devant la Mairie de Cogny, 21 heures : Enterrement de la Classe en 6, 22 heures : Bal à la Salle des Fêtes.

Odenas : Défilé humoristique à 20 heures

28 janvier 2017 Fleurie : Défile humoristique à 18 h 30

29 janvier 2017 Fleurie : Vague et fête des conscrits

de la 7

21 janvier 2017

St-Didier-sur-Chalaronne : Défilé des

Salles-Arbuissonnas-en-Beaujolais :

classes en 7

Enterrement de la Classe en 6 à 19 h 30

Villefranche : Vague et fête des

22 janvier 2017 Cogny : Défilé des conscrits, vague

dans les rues du village le matin Odenas : Défilé des conscrits, vague

dans les rues du village le matin

conscrits de la 7. 9 heures : Cérémonie au monument aux morts du cimetière de Villefranche 11 h 00 : Défilé rue Nationale des fanfares 17 h 00 : Salves sur la place des Arts


LN16_janvier2017 11/01/2017 10:09 Page13


LN16_janvier2017 11/01/2017 10:09 Page14

N | EN COUVERTURE ■

mobilités Infos pratiques NEW BIKE VENTE | CAFÉ | RENT| EVENT 84, rue de l’Abbaye – 69400 Arnas

NEW BIKE

Le vélo autrement

Vente, café, rent ou event, le concept New Bike, axé autour du vélo, se décline en quatre axes forts. En 2017, la team New Bike va sortir les cuisses pour faire de cette nouvelle marque du Beaujolais un partenaire solide des projets de développement du territoire. © Michel Goiffon

L

e 8 décembre dernier, c’est un grupetto bien connu des caladois qui a coupé la ligne d’arrivée. Le contre-la-montre par équipe a duré huit mois, avant l’ouverture de la boutique New Bike. « Nous avons parlé pour la première fois du projet au printemps dernier », explique Didier Chastan, qui en est à l’origine. Le patron du restaurant « Le Saint-Romain » n’est pourtant pas né avec un bidon Isostar dans la bouche. Le vélo, il l’a découvert sur le tard. « Ce sont les Barle qui nous ont initiés en ajoutant la dimension du travail bien fait, de l’esprit sportif, professionnel et amical. » Piloté par la famille Barle, le creuset cycliste du Vélo Club

© Michel Goiffon

© Michel Goiffon

14 | janvier 2017 | le Nouveau

Quelques mois plus tôt, lorsque Rudy Barle projette d’ouvrir sa propre boutique, il envisage une offre consacrée aux cycles haut de gamme. Les marques ? Bianchi, KTM, Fuji… « Nous souhaitons offrir aux passionnés le top de la technologie mais aussi des accessoires au calibre », confie-t-il. Le projet de showroom prend forme, avec l’atelier attenant pour la préparation des vélos confié à Sébastien Delin. Au VCVB, les fusées à deux roues de la marque italienne équipent déjà les coureurs Élite et les partenariats sont ouverts aux autres clubs cyclistes de la région, avec un appui logistique et technique. La première pierre de New Bike

Villefranche Beaujolais (VCVB) fédère tous les passionnés de la petite reine. Le directeur sportif du club, Anthony Barle , a d’ailleurs plongé, avec Didier Chastan et Alain Bouhy , dans l’aventure New Bike. Une belle aventure de copains, de personnes qui s’estiment, avec l’idée folle de faire du vélo l’un des moteurs du Beaujolais. Flashback.


LN16_janvier2017 11/01/2017 10:09 Page15

Unis par la passion du vélo et du Beaujolais : Benjamin Bouhy (Groupe Burby’s), Anthony Barle (VCVB), Sébatien Delin (New Bike) et Rudy Barle (New Bike).

est posée, celle du savoir-faire d’hommes passionnés. Mais à mesure que le canevas se tisse, d’autres acteurs montent en selle. « New Bike est au départ un projet de boutique-atelier haut de gamme avec un café, un lieu d’échange autour du vélo. Mais le vélo fait partie de la culture beaujolaise et nous avons, tous ensemble, décidé d’affiner New Bike pour en faire un produit complet », indique Alain Bouhy.

Car le président du Marathon International du Beaujolais est également impliqué sur le marché des nouvelles mobilités. Notamment avec sa marque de véhicules électriques, Burby’s, créée aux côtés de Jean-Christophe Burnichon en 2014. « Notre modèle avec Burby’s est axé sur la location longue durée de nos véhicules, avec un haut niveau de services et une assistance technique complète, à destination des particuliers, professionnels et institutionnels », rappelle ce dernier. Ce savoir-faire recoupe un enjeu territorial majeur, celui de la visibilité touristique du Beaujolais. « Nous souhaitons nous impliquer auprès des collectivités locales qui recherchent aujourd’hui ce type de partenaire. » Les nouvelles mobilités répondent aux enjeux soulevés par ce besoin de développement touristique : déplacements

Dans son showroom du 84, rue de l’Abbaye, New Bike montre ses muscles ! Bianchi, KTM, Fuji, Easy Bike, Peugeot… Course, tout terrain ou vélo à assistance électrique (VAE), les cycles et les accessoires proposés à la vente sont des bijoux de technologie. Le conseil, l’accompagnement, la préparation et la réparation des vélos composent le cœur de l’activité du showroom. New Bike propose avant tout un savoirfaire unique en Beaujolais, piloté par Rudy Barle, ancien coureur de DN1, et Sébastien Delin , en charge de l’atelier. Des pros !

© Michel Goiffon

New Bike, la fibre électrique du Beaujolais ! 

propres car électriques pour découvrir le Beaujolais, mise en place de circuits pour créer du lien entre les territoires… Parmi les pistes évoquées, la team New Bike phosphore actuellement sur la création d’une course de cyclotourisme en Beaujolais. Alentour, les réussites sont nombreuses sur ce type d’évènements. Notamment l’Ardéchoise,

Retransmission des courses cyclistes nationales et internationales, lieu de rencontre autour d’un rafraîchis sement, le New Bike Café est un espace hospitalier, attenant au showroom, où les cyclistes pourront prendre du bon temps. De quoi réunir la grande famille du vélo, nombreuse en Beaujolais. Mais pas seulement. « Nous repensons ce corner café pour le moduler », explique Rudy Barle. Du « café comptoir » imaginé à l’origine, le New Bike café devrait gagner des mètres carrés pour devenir un espace calibré pour les réceptions et proposer une ambiance « vintage » autour du vélo.

dont les treize circuits sont accessibles toute l’année grâce à un balisage fixe et à une offre de location pérenne de vélos à assistance électrique destinée aux touristes et aux locaux. Décliné en quatre axes forts (vente, café, rent, event), le concept New Bike va monter en selle et en puissance tout au long de l’année 2017. ●

C’est sans doute le projet le plus ambitieux porté par la team New Bike : mettre à disposition une flotte de VAE en location longue durée à destination des particuliers, professionnels et institutionnels. Pour ce faire, l’équipe New Bike peut s’appuyer sur le savoir-faire du groupe Burby’s (voir article). Objectif ? Accompagner les collectivités locales dans leurs projets d’optimisation de l’offre touristique mais également offrir un service clés en main aux prestataires de loisir (campings, hôtels, golfs ou encore offices de tourisme) et à leurs clients, avec une assistance technique incluse.

Forte d’un savoir-faire multiple, l’équipe New Bike veut développer son pôle Event. La mise en place d’une « cyclotouriste » beaujolaise compte parmi les nombreux projets ( voir article ). Mais les VAE sont également de formidables supports de communication et de marketing territorial. « Lors de la dernière édition du Marathon, ce sont 43 vélos à assistance électrique qui encadraient la course », glisse Alain Bouhy. Avec son partenaire Burby’s, New Bike veut trouver le bon braquet pour boucler une offre événementielle complète impliquant ces nouvelles mobilités.

le Nouveau | janvier 2017 | 15


LN16_janvier2017 11/01/2017 10:09 Page16

N | EN COUVERTURE ■

design

Le métal a du sens

© Jean-Pierre Lemoine

Spécialiste de la tôlerie industrielle, Romaire SAS diversifie ses activités en 2017 avec le lancement d’une marque de mobilier baptisée Reica.

Q

uand la main du technicien croise le regard du designer. La formule pourrait barrer le frontispice de Reica. Elle résume à elle seule l’ambition du nouvel acteur du mobilier contemporain estampillé Beaujolais. « Notre marque a été lancée en décembre dernier », rappelle Gilles Romaire, PDG de Romaire SAS. Fondée par son père Pierre en 1959, la société familiale sise à Arnas, spécialisée à l’origine dans la serrurerie et les portails, est devenue un référent de la tôlerie industrielle sur le marché européen. « Nous comptons aujourd’hui 90 collaborateurs sur plus de 8 500 m2 d’atelier et nous transformons près de 150 tonnes d’acier par mois. » Un outil industriel efficient au service d’une nouvelle ambition : la production de mobilier haut de gamme. « Reica est née du désir

16 | janvier 2017 | le Nouveau

de redonner un caractère chaleureux au mobilier métallique », précise-t-il. Une plongée dans l’inconnu ? Pas vraiment. Car le groupe Romaire SAS a déjà eu une collaboration fructueuse avec un géant de l’ameublement. En 2015, le groupe Habitat lui confie la fabrication d’une nouvelle gamme de chaises et de fauteuils inspirée par Robert MalletStevens, architecte designer français des années trente. « Cette expérience nous a démontré que nous pouvions répondre à un cahier des charges très exigeant, notamment en termes de soudures et de finitions. » Mais plutôt que de jouer la diversification de sa production sous l’angle exclusif de la sous-traitance, Gilles Romaire mûri son projet de développement. Si son savoir-faire industriel lui donne une assise

certaine dans la phase de production, il faut désormais trouver la main qui tracera les lignes fortes des premières collections griffées Reica.

La collection Pierre, un double hommage Le design des premières gammes de mobilier a été confié à Sylvain Vialade, directeur artistique de la nouvelle marque. Après dix années passées dans le groupe Roset, ce designer présente un profil parfait : une connaissance du marché doublée d’une expérience des réseaux de distribution. «Vu de l’extérieur, le métal peut paraître froid et brut. Avec Reica, nous souhaitons faire partager une approche singulière et sensible de ce matériau », ambitionne-t-il. « Nos unités de découpe, formage et assemblage, mise en peinture et


LN16_janvier2017 11/01/2017 10:09 Page17

finitions donnent à Reica la maitrise interne de l’ensemble d’un savoir-faire au service de la créativité », ajoute Gilles Romaire. Le duo commence à travailler en discrétion. Les premières collections seront lancées lors du salon Maison & Objet, réservé aux professionnels et dédié à l’art de vivre, la décoration, au design, qui se tiendra du 20 au 24 janvier 2017 à Paris. Clin d’œil appuyé au fondateur de Romaire SAS, la collection Pierre présente un esprit novateur, créatif et précurseur. « Parallèlement, c’est un hommage au travail de Pierre Soulage, glisse Sylvain Vialade. Ce peintre est reconnu à l’international pour son travail du monochrome où seuls les textures et états de

surfaces créent de la lumière, de la couleur… Pas d’ornementation gratuite mais une expression au service du sensible ! » Cette approche « sensorielle » du métal joue des textures, des matières et des accroches de lumière. La couleur, traitée en monochrome, laisse une richesse de perception et de sensations s’exprimer. « Nos produits questionnent la matière, dialoguent avec la lumière pour vivre au quotidien une expérience riche des fonctions premières de l’habitat. »

Reica dans toutes les grandes villes de France dès 2017

réussir son lancement sur le marché du mobilier. Le réseau commercial est en cours de mise en place. « L’objectif pour cette année 2017 est d’être présent dans les principales grandes villes de France », détaille Gilles Romaire. Ou la mise en place d’un maillage calibré autour de distributeurs multimarques « qui seront de véritables ambassadeurs Reica. » Également dans le viseur, une mise en ligne des gammes Reica sur le site web de la marque, en cours de développement, et la finalisation d’un réseau de boutiques numériques partenaires.2017 sera Reica ! ●

Savoir-faire autour du métal, « patte » du designer, Reica a toutes les cartes en main pour

Bahuts

Bureau

Chaises

Meuble TV

COLLECTION PIERRE

Fauteuil

1032 Avenue de Joux - 69400 Arnas www.reica.fr

Tables gigognes « Bout de canapé »

1032 Avenue de Joux - 69400 Arnas www.reica.fr

le Nouveau | janvier 2017 | 17

© Jean-Pierre Lemoine pour la page

Table basse


LN16_janvier2017 11/01/2017 10:09 Page18

N | EN COUVERTURE ■

optique

Infos pratiques Les Lunettes de Julien 36, allée de la Gare | 69400 Villefranche-sur-Saône | 04 74 68 84 79 Ouvert du lundi au vendredi de 10 heures à 19 heures Le samedi de 9 heures à 12 heures et de 14 heures à 19 heures

www.leslunettesdejulien.com

LES LUNETTES DE JULIEN De nouveaux projets dans le viseur

© Les Lunettes de Julien

© Les Lunettes de Julien

Installée en 2011 à Villefranche, l’enseigne optique Les Lunettes de Julien a plusieurs projets de développement pour 2017. Dans la mire ? L’agrandissement de la boutique autour d’un Repair Café et d’un pôle consacré à l’audioprothèse. Rencontre avec Julien Hilbert-Thomasson.

18 | janvier 2017 | le Nouveau

I

l en parle comme de sa terre d’adoption. « Je suis né à Lyon mais je suis tombé amoureux de Villefranche et du Beaujolais où ma famille s’est installée en 1993 », confie-t-il. La trajectoire professionnelle de Julien Hilbert-Thomasson illustre bien son propos. Si le fondateur des Lunettes de Julien a choisi Villefranche pour implanter son enseigne d’optique en juillet 2011, c’est qu’il ne pouvait pas en être autrement. Happé par la Calade ! « J’étais sur un gros projet à Moulins mais j’ai changé mon fusil d’épaule. L’Allier, c’est très joli, mais je suis caladois », glisse-t-il dans un sourire. Des bancs de l’école de Marcy aux salles de classe du collège-lycée Notre-Dame de Mongré, Julien est un enfant du sérail dont l’engagement pour son territoire est une constante. En témoigne le cœur qu’il met à l’ouvrage pour organiser chaque année le Festival des Jeux comme membre du Lions Club de Villefranche et du Beaujolais, et dont les bénéfices seront reversés à l’association Docteur Clown en 2017. Autant de facettes qui composent une riche personnalité. Autant d’atouts qu’il met aujourd’hui au service de sa clientèle. « S’ils sont satisfaits, je le suis aussi. » Pourtant, cette révélation à la partie commerciale de son


© Les Lunettes de Julien

LN16_janvier2017 11/01/2017 10:21 Page19

activité s’est faite sur le tard. Après deux années en médecine, Julien bifurque vers un BTS opticien lunetier, à l’Université Jean Moulin, qu’il décroche en 2006 et qu’il affine avec une licence pro. Généralement, la formation ouvre à l’enseignement et à l’aspect technique du métier. Mais, au laboratoire, Julien privilégie plutôt la boutique. « J’ai découvert qu’un des aspects de cette activité que j’aime le plus, est

celui de la relation avec le client », explique-t-il. Cette base relationnelle est un fil conducteur qu’il applique également dans le management de son équipe. « Nous sommes dans une relation de confiance totale, nous sommes tous de la même génération et nous passons plus de temps ensemble qu’avec nos familles ! »

Produits aux meilleurs prix, relation de confiance et service Le triptyque de l’équipe ? « Proposer nos produits au meilleur prix, notamment du côté des verres correcteurs Essilor, instaurer une relation de

© Les Lunettes de Julien

UN REPAIR CAFÉ POUR REDONNER VIE À VOS LUNETTES DE COLLECTION En 2017, Les Lunettes de Julien s’agrandissent ! Dans les cartons ? Un authentique « espace de vie » autour d’un Repair Café, qui doit voir le jour au printemps prochain. « Un lieu simple, convivial et inédit dans la région », explique Julien Hilbert-Thomasson. Pour le côté « Repair », Julien imagine déjà un corner vintage en accord avec son offre. « Avec ce nouvel atelier, nous voulons inscrire la lunette comme un produit de soin mais également comme un objet de collection. Nous allons proposer la réparation de vos vieilles montures, celles auxquelles vous êtres très attachées car elles portent une forte charge émotionnelle et ont un look à nul autre pareil. Nous voulons leur redonner vie. » Pour le côté « Café », boissons mise à disposition et coin cosy, de quoi souffler un peu en admirant le tournemain du technicien qui réenchantera vos vieilles bésicles ! Ce recalibrage de la boutique, confié aux spécialistes Sylvain Verger, Xavier Verchère et Nathalie Bernollin, doit également permettre de développer l’espace dédié aux collections enfant. L’installation d’un spécialiste de l’audioprothèse est également à l’étude. Rendez-vous au printemps !

confiance avec nos clients ainsi qu’un haut niveau de service. » Des préalables que Julien juge « impératifs. » « Nous sommes dans un parcours de soins avec nos clients qui s’établit souvent dans la durée, dans le suivi. Il est nécessaire de bien connaître les profils et d’être toujours en mesure de proposer une réponse, un conseil. » Cette exigence est la même qu’il s’agisse d’un achat loisir autour d’une paire de solaire ou d’un ensemble montures et verres correcteurs. De larges gammes axées sur les grandes marques, mais également quelques perles de la lunetterie française, plus confidentielles. « Chaque année, je pars avec une partie de mon équipe sur le salon mondial de l’optique de Paris pour dénicher les produits les plus à la pointe de la technologie et de la mode. » De belle taille, le corner dédié aux collections enfant propose déjà une dizaine de marques et devrait encore gagner des mètres carrés dans le cadre des projets qui verront le jour en 2017.

Un futur pôle optique et audioprothèse en 2017 « Nous avons saisi l’occasion d’agrandir la boutique pour développer et diversifier nos activités », confirme-t-il. Les Lunettes de Julien vont en effet pousser leurs murs en 2017 ! Une cellule mitoyenne élargira le showroom sur près de 200 m2 et les travaux devraient être finalisés au printemps. Dans une scénographie revue, Julien souhaite installer un Repair Café et réserver un espace consacré à l’audioprothèse (voir encadré) pour créer une véritable espace de soin. « En apportant une vraie convivialité, avec la possibilité de rester sur place, de partager une boisson, d’échanger. » Un sens certain de la proximité qui fait sa griffe. ●

le Nouveau | janvier 2017 | 19


LN16_janvier2017 11/01/2017 10:39 Page20

N | EN COUVERTURE ■

évènementiel

ARTHUR TRAITEUR Le goût du Beaujolais

Infos pratiques Arthur Traiteur © Michel Goiffon

258, route de Brouilly | 69220 Saint Lager | 06 58 28 42 26/06 72 03 99 40

www.arthurtraiteur.fr mail : pascale.arthurtraiteur@gmail.com

Particulièrement actif sur son marché lyonnais en 2016, Arthur Traiteur veut « retrouver le Beaujolais en 2017. » Pour ce faire, Pascal Brunet, qui assure la direction de la société, a quelques nouveautés dans les casseroles. Miam !

Philippe Dufour et Arthur Brunet.

L

es cuivres frémissent à Saint Lager ! En ce début janvier, c’est même l’effervescence derrière les fourneaux du laboratoire d’Arthur Traiteur. « Nous finalisons le banquet de conscrits des 30 ans » explique Pascal Brunet. Du cœur à l’ouvrage, et pas seulement parce qu’Arthur Brunet réalise cette prestation avec le maître Christian Têtedoie. La « 7 », c’est sa classe et le jeune chef défilera pour la première fois rue Nationale pour ses 30 ans, quand le chef de cuisine Philippe Dufour fêtera, lui, ses 50 ans ! « Nous avons beaucoup travaillé dans la métropole lyonnaise en 2016 mais nous souhaitons nous recentrer sur Villefranche et sa région pour cette année. C’est formidable de retrouver notre Beaujolais avec une première prestation si symbolique pour 2017 », se réjouit Pascal. Un retour aux sources pour Arthur Traiteur, qui a notamment assuré des prestations VIP entre Saône et Rhône l’année dernière : Gala de la Croix-Rouge, événementiels de la

20 | janvier 2017 | le Nouveau

marque de luxe Vuitton, inauguration des laboratoires Aguettant… « Cela nous a permis de repositionner notre offre autour de prestations haut de gamme, calibrées pour notre clientèle d’entreprise. » Cette volonté de renouvellement marque une nouvelle étape dans le développement d’Arthur Traiteur. Créée en 2011, la société s’est rapidement imposée par son haut niveau de service et son approche résolument créative de la cuisine. Bon pour le palais, beau pour les yeux. « Nous allons continuer à aller dans ce sens », promet Pascal. Avec un carnet de commandes déjà bien rempli côté mariages, Arthur Traiteur continue d’accompagner les grands moments de vie des particuliers. Mais la mire est mise cette année sur le segment de l’entreprise et de l’événementiel pro. « Les prestations que nous avons réalisées pour l’inauguration du pôle médical La Passerelle à Arnas et pour AMDI, nouvelle société implantée

sur le pôle Lybertech de Belleville, nous ont renforcés dans cette idée. » Car la force du traiteur, c’est de savoir adapter son riche catalogue aux cahiers des charges de chaque événement. Du sur-mesure, dans l’exigence des produits, dans l’élégance des créations gourmandes et dans la qualité du service.

Montée en gamme et repositionnement sur le marché de l’entreprise Une large palette qui va du cocktail aux buffets, des dîners de gala aux séminaires en passant par les petits-déjeuners. Un authentique savoirfaire sur le segment gastronomique et une inventivité sans bornes pour revisiter les plats plus traditionnels. « Cette double approche est l’ADN de notre offre traiteur. » Dans les cuisines de Saint Lager, l’alchimie gourmande obéit au même rituel. « Nous testons nos nouvelles recettes puis nous les affinons avant de les proposer à nos clients. Il y a un grand niveau d’exigence


© Michel Goiffon

LN16_janvier2017 11/01/2017 10:09 Page21

Christian Têtedoie et Arthur Brunet.

dans cette phase de création à laquelle participe notre parrain Christian Têtedoie. » Le bienveillant patronage du chef étoilé de Lyon est un gage de qualité, comme une patente, qui permet à Arthur Traiteur de proposer des formats de prestations inédits. En témoigne son expertise sur les dîners de gala, où le traiteur est à même de réaliser des menus haut de gamme adaptables à tous les budgets. Cette approche mêlant savoir-faire et territoire, Arthur Traiteur va la renforcer dans les mois qui viennent. Avec notamment le recrutement d’un commercial pour continuer son développement. La nouvelle identité graphique de la société a d’ores et déjà été mise en place autour d’un logo revu et d’un site internet amélioré. « Notre site est notre vitrine numérique, toutes nos prestations sont accessibles en ligne. C’est un outil que nous avons souhaité plus ergonomique, notamment pour notre clientèle d’entreprise, avec la possibilité de faire sa demande de devis en ligne. » Du choix des mets à la sélection des vins, de la présentation au déroulement de la soirée, Arthur Traiteur joue sur toute la gamme. ●

Amuse-bouche

Entrée Foie gras frais, gelée de fruits de la passion et chutney au coing.

© Michel Goiffon

Tartare de Saint Jacques, mangue fraîche et sa vinaigrette acidulée citron vert, coriandre et pignon de pin.

Viande Filet de bœuf Rossini rôti doucement, compotée d’oignon rouge au porto, purée légère à la ciboulette et jus corsé.

Dessert Royal chocolat feuilletine caramel beurre salé façon sneakers, Poire caramel et son macaron.

Poisson Filet de sandre rôti, sauce crémée au beurre blanc, mousseline de Panai au chocolat blanc.

le Nouveau | janvier 2017 | 21


LN16_janvier2017 11/01/2017 10:10 Page22

© Le Nouveau

N | EN COUVERTURE ■

bijouterie

L’alchimie de la joaillerie

FLORENTIN POYET

L

e métal et la pierre. Puis le feu qui dompte la matière. Enfin, la main de l’artisan d’art qui la magnifie. Le savoir-faire est précis, le souffle retenu. Dans son atelier, le joaillier Florentin Poyet donne vie aux créations les plus folles. Les vôtres. « J’aime l’aspect créatif de ce métier car le bijou n’est pas un produit comme les autres. On touche à l’émotion, à l’intime. » Une alliance, une médaille de baptême, un bijou de naissance. Chaque pièce est un marqueur de vie, un alliage des bonheurs passés ou à venir. Et comme chaque histoire est unique, chaque pièce fabriquée l’est également. « Il faut d’abord saisir la portée symbolique du bijou pour le client. » Ce parcours de création, il débute toujours à l’étage de sa boutique de la rue Victor Hugo. Dans le salon privatif où Florentin reçoit ses clients pour une première esquisse à la mine carbone. « Tout commence par le dessin », insiste-t-il. Puis place à la conception et à la fabrication (lire encadrés). Cette approche du métier, le joaillier l’a apprise à l’école de la rue du Louvre. Quatre années

22 | janvier 2017 | le Nouveau

d’une formation parisienne rigoureuse où Florentin se rompt à la pratique de la sculpture, du modelage, de la mise en forme du métal, du tracé, de la gouache ou du dessin à vue. « L’artisanat d’art, c’est l’école de la patience, du travail bien fait, de la maîtrise de toutes les techniques de fabrication », rappelle-t-il. Une exigence qu’il met depuis 2006 au service de service de sa clientèle. Lorsqu’il reprend « L’Or du Marais », enseigne bien connue des caladois(es), le trentenaire a un projet bien précis en tête. Celui de développer l’activité de joaillerie-création, de la pièce unique aux collections maison. Une griffe qu’il impose en douceur et un savoir-faire qui commence à se faire un nom par le bouche-à-oreille. Après avoir réaménagé son showroom en un espace cosy à taille humaine, l’année 2017 sera consacrée à la mise en place de nouvelles collections. Dans son carnet de croquis, les futurs modèles qui garniront les vitrines sont déjà dessinés. Des projets de collections homme et femme mais également une réalisation plus surprenante

© Le Nouveau

De l’esquisse à la réalisation du bijou, Florentin Poyet nous a reçus dans sa boutique-atelier de la rue Victor Hugo pour une démonstration grandeur nature. Un savoir-faire unique en Calade que le joaillier veut encore renforcer en 2017.

autour d’une certaine « dame de fer ». Mais Florentin n’en dira pas plus. Place désormais à l’alchimie de la création ! ●


LN16_janvier2017 11/01/2017 10:10 Page23

LA TECHNOLOGIE AU SERVICE DE L’ARTISANAT D’ART

© Le Nouveau pour la page

La conception assistée par ordinateur (CAO), vous connaissez ? Après l’étape de l’esquisse pour saisir les contours de votre bijou, Florentin Poyet réalise une modélisation de la future pièce par ordinateur. « Cela permet un gain de temps précieux, une précision accrue sur les mesures mais également une meilleure visibilité du produit final pour nos clients. » Cette conception 3D s’appuie sur une double compétence : la maîtrise de l’informatique et des logiciels de conception numérique ainsi que la connaissance et la pratique des techniques de dessin appliquées au bijou. « La technologie se met au service de l’artisanat, elle ne remplace pas la main de l’artisan », préciset-il. Après avoir saisi les mesures et les informations inhérentes au bijou (métal, pierre…) la pièce est modélisée en trois dimensions puis virtuellement finalisée. 1. Le temps de l’esquisse précède celui de la conception (lire p.27). 2. Retour à l’atelier pour la phase de fabrication du bijou. 3. Le métal (or blanc) est chauffé pour être travaillé. 4. La « chaton » est fixé à l’anneau avant d’entamer le travail de sertissage. 5. Place au montage final de la bague. 6. La pierre montée, la bague reçoit un dernier polissage avant de partir vers sa nouvelle propriétaire.

OFFRE SPÉCIALE MARIAGE DU 14 JANVIER AU 14 FÉVRIER INCLUS Remise de 25 % sur les alliances GRAVURES OFFERTES B i j o u t i e r Œ Jo a i l l i e r Œ C r é at e u r

Paiement en 3 fois sans frais (Voir conditions en boutique)

Collection 3ANO (or blanc, or jaune, or rose)

FLORENTIN POYET Joaillier | 146 Rue Victor Hugo | 69400 Villefranche-sur-Saône | 04 74 62 13 13 | www.florentinpoyet.com Du mardi au vendredi de 10 h à 12 h 30 et de 13 h 30 à 18 h 30 | Le samedi de 10 h à 12 h et de 14 h à 18 h 30

le Nouveau | janvier 2017 | 23


LN16_janvier2017 11/01/2017 10:40 Page24

création

© Dominik Fusina

N | EN COUVERTURE ■

MARIE-BLANDINE ROUSSEL Manacrea ou l’art de la communication

Fondatrice de l’agence Manacrea, Marie-Blandine Roussel présente un profil atypique et précieux dans le milieu de la communication. Cette authentique artiste aux multiples sources d’inspiration crée l’identité visuelle de vos marques, produits, projets, supports de communication. Rencontre avec une résistante du pinceau et de la mine carbone.

L

a création ? « Je suis tombée dedans quand j’étais petite », explique-t-elle. Et, comme Obélix, Marie-Blandine Roussel résiste encore et toujours à l’envahisseur. Lequel ? Celui qui, insidieusement, détricote l’ouvrage créatif de

24 | janvier 2017 | le Nouveau

son métier. Sus à la communication mainstream et aux campagnes de marque, paresseuses, réalisées à grand renfort de banque d’images ! Dans son village gaulois, sis à Villié-Morgon, Marie-Blandine invente


LN16_janvier2017 11/01/2017 10:38 Page25

l’identité de notre territoire. « Manacrea est une agence de communication globale spécialisée dans l’agroalimentaire, les vins, spiritueux et les cosmétiques », détaille-t-elle. Création graphique, du logo au packaging, reportage, photo, conseil, le savoir-faire de Manacrea passe d’abord par une inspiration sans faille. « La nature, mais également une musique, une belle architecture, une fragrance, des courbes et des formes harmonieuses peuvent déclencher ce processus créatif », glisse Marie-Blandine. Une approche inscrite dans l’ADN de la fondatrice de l’agence Manacrea. En effet, dans le chaudron des Roussel, la potion magique est coupée à la gouache. Ajoutez-y quelques plumes, des dentelles, de la poudre à émaux et du papier gommé. Mélangez sur quelques notes de jazz et vous aurez une vision précise du creuset familial. « Ma famille est originaire de Roanne. Mon arrière-grand-mère tenait un magasin de mode et mon grand-père était un inventeur un peu dingue, qui a contribué à l’invention du papier gommé. Mon père, représentant en prêt-à-porter de luxe, a vécu une jeunesse jazzy à SaintGermain des Prés, un homme érudit qui nous a ouverts à la curiosité et à la culture » Mais c’est bien Jacqueline, sa maman, professeur de dessin et dessinatrice pour le prêt-à-porter, qui lui a inoculé le virus de la création. Découpage, collage, dessin, papier à la cuve, émaux… « Notre métier, c’est de donner une identité à une idée, à un produit en partant d’une inspiration qui prend vie dans la matière », rappelle-t-elle. Enfant de la balle, Marie-Blandine quitte les bancs de la fac de lettres en cours d’année pour rejoindre l’école Magenta de Lyon. Les feuilles de platanes qu’on lui demande de dessiner, pour s’assurer de son niveau, sont le sésame d’une formation rigoureuse et technique. Mais pas seulement. « Nous faisions certes de la création, mais également de la critique. On posait tous nos travaux au mur et ça balançait

pas mal, se remémore-t-elle. Il ne s’agissait pas de critiquer pour critiquer, mais nous étions poussés à aller encore plus loin dans la création. C’est une forme d’émulation constructive. » Elle parachève son apprentissage avec une spécialisation en infographie et plonge ensuite dans le grand bain. Celui des bouclages dantesques de son premier poste de graphiste à Mâcon. Puis développe une longue expérience en tant que directrice artistique dans de nombreuses structures. Une maîtrise complète de la chaîne graphique acquise par le biais d’une expérience riche et variée.

Manacrea en Beaujolais En 2004, Marie-Blandine fonde l’agence Manacrea. Jean-Pierre Thomas , qui gère à l’époque la Cave des producteurs de Liergues, est immédiatement séduit par le talent de la jeune entrepreneuse. « Un homme adorable, un véritable gentleman-farmer qui lisait la Gazette Drouot. » Son parcours d’intégration est un sansfaute, le bouche-à-oreille fait le reste. « La communication globale se définit comme une approche de l’ensemble des communications, institutionnelle, marketing et interne, le but étant la recherche de la cohérence entre le contenu des messages, la réalité de l’entreprise, les marques et produits et les objectifs poursuivis. » Ou la colonne vertébrale de son activité qui passe également, en bout de chaîne, par l’achat d’espace publicitaire pour ses clients et la mise en place de supports comme les sites internet en collaboration avec un partenaire local. Parmi ses réalisations les plus marquantes, les visuels de la Fête des Crus et de la Cave de Fleurie figurent en bonne place. Esthétique léchée et créativité débordante, l’affiche qu’elle

propose pour l’événement La Beaujoloise, qui s’est tenu au Château des Ravatys en 2012 est un précis de son savoir-faire. Une création originale, en collaboration avec son frère Stéphane, doreur-ornemaniste, autour d’une plaque de verre recouverte de feuilles d’or qui joue de la transparence sur une peinture. « Marie-Blandine est une authentique artiste qui sait mettre son art au service des enjeux du territoire. C’est un profil rare et précieux pour notre Beaujolais », s’enthousiasme le maire fleuriaton Frédéric Miguet, qui lui a donné carte blanche pour la création du logo Fleurie Enjoy. Le viticulteur Dominique Piron , président de l’InterBeaujolais, ne s’est pas trompé en confiant à Marie-Blandine la réalisation d’une gamme d’étiquettes baptisée « Terre & Ceps. » Comme de nombreuses autres maisons de vin à travers la France. Et quand la Compagnie Vinicole de Bourgogne (groupe Picard) fait appel à ses services pour l’identité de marque de son rosé pamplemousse, ce sont près de 5 millions de quilles écoulées derrière. Efficace.

Un sentier viticole à Fleurie dès 2017 Créatrice en 2006 de la Blind Tasting Sleeve®, une chaussette chic pour les dégustations à l’aveugle qui a conquis le marché mondial, Marie-Blandine a l’imagination foisonnante. Sa main fait le reste. En témoigne ce projet de sentier viticole qui doit voir le jour au départ de Fleurie en juin 2017, où son savoir-faire a été sollicité pour le mobilier urbain et totems qui mailleront chaque étape du parcours bachique. Des créations plus monumentales et un nouveau défi qui encore une fois pourra voir le jour grâce à la collaboration avec des artisans locaux. « Chaque création est un ouvrage collectif dont la réalisation finale implique le savoir-faire de nombreux professionnels, rappelle Marie-Blandine. Créer peut être fatiguant, lessivant mais c’est une aventure humaine exceptionnelle. » ●

le Nouveau | janvier 2017 | 25


LN16_janvier2017 11/01/2017 10:10 Page26

N | 2017 EN COUVERTURE ■

territoire

BÉATRICE BERTHOUX

La culture demeure au premier rang © Michel Goiffon

En copilotant un large « projet culturel de territoire », Béatrice Berthoux, adjointe au Maire de Villefranche, chargée de la Culture, et Saralou Metsch, directrice des Affaires Culturelles pour la Ville et l’Agglo, veulent se donner les moyens de leurs ambitions. Objectif ? Fédérer les énergies et les budgets pour faire de la culture un outil majeur du développement territorial. Détails. ouvent considérée comme budgétivore, passée au rabot de la dépense publique, la culture n’a pas franchement les faveurs de notre temps. Pourtant, en Calade, elle demeure une priorité pour le Maire, Bernard Perrut. En témoigne l’ambitieux « projet culturel de territoire », présenté par Béatrice Berthoux au Conseil municipal de Villefranche en novembre dernier. « La culture est au cœur des enjeux de notre territoire beaujolais. Nous avons plus que jamais besoin d’elle comme outil d’éducation, de lien social, de développement économique et d’aménagement du territoire. » Du vœu pieux à la réalisation d’une feuille de route précise, le chantier ouvert par l’adjointe à la Culture vise à définir les grandes orientations pour la période 2016-2020. « Le projet a été travaillé avec l’ensemble des agents des équipements et associations culturels. Il met en œuvre les orientations politiques portées par la Municipalité de Villefranche et les élus de l’Agglomération. » Il s’articule autour de quatre axes majeurs : la valorisation du patrimoine, les partenariats avec les entreprises, l’innovation numérique et l’éducation culturelle. « Le projet culturel de territoire a pour objectif d’offrir à tous les publics, et en particulier aux jeunes, des événements et animations de qualité, innovants,

26 | janvier 2017 | le Nouveau

© Ville de Villefranche

S

en lien et en complément de ce qui est proposé par les différents équipements comme les musées, la Médiathèque, la Maison du Patrimoine, les Archives, le Théâtre, les 400 Coups, le Conservatoire, mais aussi des initiatives du monde associatif », rappelle Saralou Metsch. La directrice des Affaires Culturelles de Villefranche travaille d’ores et déjà pour la Ville et l’Agglo, mais aussi en lien avec la Communauté de communes des Pierres dorées.

« C’est un projet qui nous relie les uns et les autres, un fil conducteur », précisait déjà le député-maire Bernard Perrut, très motivé par le sujet, devant son conseil municipal. Ces nouvelles orientations seront menées à budget constant, avec le souci permanent d’aller chercher des recettes auprès des partenaires, État, Département, Région… et en redéployant les ressources humaines, essentielles à la réussite de ce projet. ●


LN16_janvier2017 11/01/2017 10:10 Page27

© Ville de Villefranche

Saralou Metsch (Directrice des Affaire Culturelles – Ville de Villefranche)

VALORISER LE PATRIMOINE « Notre patrimoine est d’une grande richesse ! Nous avons dans le Beaujolais des trésors inestimables. Églises romanes, lavoirs, châteaux, prieurés, Pierres dorées, voie du Tacot, cours Renaissance, et un bâti exceptionnel des xIxe et XXe siècle à Villefranche. Ce patrimoine a été identifié, protégé par différents documents d’urbanisme. Nous voulons aujourd’hui pouvoir le transmettre aux générations futures et mieux le faire connaître ! » Pour Béatrice Berthoux, cette approche de valorisation du patrimoine et d’attractivité du territoire s’inscrit dans une démarche de valorisation collective. « Nous travaillons à l’obtention du label Pays d’art et d’histoire avec l’Agglomération et la Communauté de communes des Pierres Dorées, en lien avec le Géopark. C’est une volonté forte des élus », rapporte-t-elle. Projet pilote de cette nouvelle ambition, la réhabilitation de la Maison Vermorel fait l’objet d’une large concertation menée par la Direction de la culture. Il s’agit désormais d’ouvrir ce fleuron du patrimoine au public et d’en faire un outil de promotion de Villefranche et du Beaujolais.

DÉVELOPPER LE NUMÉRIQUE

IMPLIQUER LES ENTREPRISES « Travailler avec les entreprises de Villefranche et du Beaujolais pour un partage des cultures est aujourd’hui nécessaire et les attentes sont grandes. Les entreprises sont sensibles à l’offre culturelle de leur cité, et être à l’écoute de leurs attentes et besoins constitue un enjeu majeur pour une politique culturelle. » Cela se traduira par la création d’un club de mécènes, avec la Chambre de commerce de Villefranche et du Beaujolais, et la Fondation du Patrimoine. La présence de nombreux chefs d’entreprise lors de la visite de la Maison Vermorel, organisée par la Ville en octobre, en lien avec la CCI et la Fondation du patrimoine, représentait un signe fort de leur intérêt pour le sujet. « La future Maison Vermorel sera un lieu d’innovation technologique, scientifique et numérique, à l’image de son propriétaire, Victor-Vermorel, inventeur de génie. Ses exceptionnels espaces permettront également aux entreprises, à tous les Caladois et aux visiteurs de se rencontrer autour d’événements culturels », assure l’adjointe.

PROJET CULTUREL DE TERRITOIRE 2016-2020

« La ressource numérique, utilisée par tous, et notamment par les jeunes, doit être développée dans nos équipements culturels pour les rendre attractifs », s’engage Béatrice Berthoux. La question de l’éducation au numérique est également centrale et, là aussi, les attentes et les enjeux sont immenses ! La Maison Vermorel pourrait jouer un rôle dans ce domaine, en lien avec le Campus du Martelet et ses formations numériques de pointe comme WebForce 3. « Le numérique, c’est aussi la création numérique. En plein développement, la création artistique autour du numérique fera l’objet de la résidence d’AADN, qui œuvre pour le développement des arts et des cultures numériques à Lyon et dans la Région », annonce l’élue. Ces artistes seront présents entre mars et juillet 2017, pendant quatre semaines, avec deux temps forts : le premier, à Béligny après une semaine d’ateliers scolaires et, le deuxième, place des Arts après une semaine de résidence en centre-ville, associant la Médiathèque, le Conservatoire… La restitution finale s’inscrira dans le programme des Fêtes de l’été à Villefranche, qui innoveront en 2017 !

ÉVEILLER À LA CULTURE

Le Musée municipal Paul Dini, le Théâtre, les 400 Coups, le Conservatoire avec ses antennes à Villefranche, Limas et Jassans, sans oublier ses interventions dans les écoles de l’Agglo, la Médiathèque, les Archives, la Maison du Patrimoine et les associations culturelles accueillent déjà de très nombreux jeunes, de tous âges. Plus de 25 000 scolaires accèdent chaque année à nos équipements et événements culturels à Villefranche et dans l’agglomération. « Nous voulons encourager la pratique artistique et l’accès des plus jeunes à nos équipements culturels. En construisant avec nos écoles, collèges et lycées, avec le service Jeunesse et les centres de loisirs, des parcours culturels pour tous les jeunes de notre agglomération, nous voulons contribuer à l’éveil des citoyens de demain. » Avec le Musée ClaudeBernard à Saint-Julien et le Musée du Prieuré à Salles-Arbuissonnas, l’Agglo offre encore de nouvelles opportunités aux familles autour de la Science et du Patrimoine. Résolument tourné vers les jeunes, le projet culturel intégrera toutes les esthétiques, musiques actuelles, street art ou numérique.

le Nouveau | janvier 2017 | 27


LN16_janvier2017 11/01/2017 10:10 Page28

N | EN COUVERTURE ■

culture

21e édition du Printemps de Pérouges Du 20 mars au 4 juillet 2017 Plus d’infos et réservations sur www.festival-perouges.org

MARIE RIGAUD

ou sur la page facebook du Printemps de Pérouges.

Le Printemps de Pérouges s’encanaille ! © Mich

La 21 édition du festival musical organisé par Marie Rigaud, qui se déroulera du 20 mars au 4 juillet, réserve encore d’énormes surprises côté programmation. 2017 rocks* !

L

a directrice du Printemps de Pérouges avait déjà tapé fort l’année dernière. En effet, pour le 20e anniversaire du festival, Marie Rigaud avait offert aux fans un final inédit avec Johnny himself. « J’en aurai deux de plus cette année », confirme-t-elle. L’idole des jeunes partagera la scène installée au Polo Club de la plaine de l’Ain (Saint-Vulbas) avec ses comparses Eddy Mitchell et Jacques Dutronc le

4 juillet prochain. Têtes d’affiche de cette 21e édition, « Les Vieilles Canailles » sont la cerise sur le gâteau d’une programmation léchée. Le 1er juillet, Patrick Bruel les précédera au micro pour un concert exclusif, hors tournée. Parmi les artistes annoncés tout au long du festival, Amir, Olivia Ruiz, Mickaël Grégorio, Liane Foly… Amoureuse de musique classique, chanteuse lyrique, Marie Rigaud a fait du Printemps de

© Printemps de Pérouge

e

Pérouges un incontournable de la scène musicale régionale en fidélisant un solide maillage de partenaires privés. Son concept ? Proposer la crème des artistes en live sur des sites insolites (fermes agricoles, grands espaces industriels…), entre Lyon, Pérouges et la plaine * 2017 va bouger ! de L’Ain. ●

© Le Nouveau

DAMIEN CORBAN

L’acrobate de la plume Écrivain, éditeur et chauffeur poids lourd, Damien Corban présente le profil lumineux de celui qui va au bout de ses rêves. « J’aime cette liberté », confie-t-il.

N

atif de Salles-en-Beaujolais, ce trentenaire a publié son troisième roman, À l’ombre du cloître de Salles, l’année dernière. « Mon père, qui était viticulteur, écrivait également, préciset-il. Il a connu un franc succès avec un polar intitulé Meurtre en Beaujolais » Si Damien Corban a gardé la même matière première, celle du territoire, son credo est résolument romanesque et historique. Cette question du sens trame d’ailleurs son dernier ouvrage qui met en scène un Beaujolais médiéval, au temps des croisades et de Saint Louis. Une approche

28 | janvier 2017 | le Nouveau

résolument tournée vers « la transmission du patrimoine local », de la grande histoire aux anecdotes et légendes qui font le sel de nos terroirs. Chauffeur poids lourd depuis dix ans, Damien est devenu éditeur en 2016, en créant sa société baptisée Les Éditions Héraclite. « Cette double casquette me confère une grande liberté. » Du bitume à la page blanche, Damien trace sa route, mû par sa passion. En 2017, Les Éditions Héraclite proposeront de nouveaux auteurs, élargissant ainsi leur palette éditoriale. Du côté

de Damien, les thèmes ne manquent pas pour le prochain livre. « Saviez-vous qu’Alix de Lamartine, la mère du célèbre poète, fut admise à quinze ans chez les chanoinesses de Salles ? Ce pourrait être un bon sujet, non », sourit-il. La suite au prochain chapitre ? ●

Les livres des Éditions Héraclite sont en vente sur le web (Amazon, Fnac, chapitre.com……) et disponibles à la commande commande chez tous les libraires. Pour toute commande en direct : www.editions-heraclite.fr ou sur la page Facebook « Editions Héraclite. »


LN16_janvier2017 11/01/2017 10:10 Page29

PHILIPPE ESCAICH Guy Lassausaie et Philippe Escaich. © Michel Goiffon

Un burger ? Avec plaisir !

L’ancien directeur d’exploitation de la brasserie du Musée des Confluences à Lyon part à l’assaut du marché du burger. Avec son « Burger avec plaisir », Philippe Escaich veut réconcilier restauration sur le pouce, offre événementielle et haute qualité gastronomique.

R

évélé par l’émission Masterchef en 2013,

Philippe Escaich a opéré un virage

professionnel à 180° pour se consacrer pleinement à la cuisine. Issu du secteur mutualiste, le quadragénaire se met au diapason et passe son CAP en candidat libre. Sa rencontre avec Jean-Paul Pignol et Guy Lassausaie sera déterminante pour intégrer le sérail lyonnais. « Le premier m’a permis de comprendre les mécanismes d’une entreprise en pleine progression. Le second m’a éveillé aux beaux produits et au travail bien fait. » Après un parcours d’apprentissage au laboratoire Pignol

de Brignais, Philippe est propulsé directeur d’exploitation de la brasserie du Musées des Confluences. Une expérience signifiante avant de relever le défi de l’entrepreneuriat avec son ami Éric Gerona, rencontré dans les studios de l’émission culinaire de TF1. « L’aventure du ‘Burger avec plaisir’est née d’une prestation de traiteur que nous avons réalisé pour une entreprise. Nous devions réaliser une animation culinaire devant 150 personnes et être capable de nourrir ces convives en un temps record. » Des fournisseurs sélectionnés, des buns à tomber par terre et une viande assaisonnée

Le Burger avec plaisir bienvenue@leburgeravecplaisir.com

www.leburgeravecplaisir.com Contact : Philippe Escaich | 06 04 47 10 05

maison à se relever la nuit, « Le Burger avec plaisir » va débarquer à Lyon en avril 2017. Et en triporteurs s’il vous plaît ! « Nous allons proposer à nos clients une application avec laquelle ils pourront repérer le Triporteur le plus près d’eux et commander leur déjeuner en un instant. Fini les files d’attentes, il suffira alors de venir récupérer à l’heure choisie son Burger ! » Calibré pour les particuliers, la clientèle de bureau et les événements d’entreprise, « Le Burger avec plaisir » recherche également des sites d’accueil pour ses triporteurs à Villefranche. ●

NICOLAS DUVERNE L’appel des planches

B

iberonné à La Rose Noire, la troupe de théâtre caladoise de Marie-Rose et Emmanuel Marduel, Nicolas Duverne reconnaît plusieurs influences. « Pierre Palmade, Muriel Robin, Les Inconnus, les Nuls, Les Robins des Bois, H, South Park, Alexandre Astier, Florence Foresti… Mais également mon frère et ma sœur, qui ont fait beaucoup de théâtre. » Moulé à la louche mongréenne, diplômé de l’Idrac Lyon,

le jeune homme prend finalement la tangente. Il remporte l’édition lyonnaise du concours Kandidator, une scène ouverte réservée aux jeunes pousses de l’humour. Le sésame lui ouvre les portes des scènes parisiennes où il rode son spectacle. Une première livrée qui fait mouche autour d’une galerie de personnages savoureux, des princesses Disney au prof de rap en passant par Dieu. Servies par une

DR

Originaire de Cogny, Nicolas Duverne flambe depuis l’automne sur les planches parisiennes avec son one-man-show. Attendu pour soixante dates à Lyon en 2017, ce zébulon de l’humour ouvrage des textes ciselés servis par un jeu de scène au diapason. écriture savoureuse, les saynètes sont autant d’aiguillons sur les valeurs de notre temps. « Je travaille au prochain spectacle autour du thème de la nouvelle révolution française », confie-t-il. Prometteur ! Un artiste à découvrir sur les planches lyonnaises, au Boui Boui, pour une soixantaine de dates prévues en 2017. À suivre. ●

le Nouveau | janvier 2017 | 29


LN16_janvier2017 11/01/2017 10:10 Page30

N | STYLE ■ gastronomie

Invitent Le 33 Cité Q

uand l’art de la table rencontre le glamour, les mets deviennent forcément plus savoureux. Surtout quand le chef des cuisines du 33 Cité, David Guillermin, en prend les commandes. Et pour cette agape de janvier, le cuisiniste Arnaud Bernollin a féminisé le couvert qu’il dresse chaque mois dans son

showroom d’Anse. Invitées de ce déjeuner gourmand, Cathy Berthod (33 TNP), Florence Michel (Épicerie-comptoir La Mère Brazier), Nathalie Noël-Cote (Au Colombier) et Patricia Vareilles-Demange (TCO) ne sont pas seulement des expertes gastronomiques. Elles sont également des femmes chef d’entreprise accomplies qui connaissent la table comme un lieu de plaisir et de décision. Épicuriennes confirmées, ces drôles de dames ont toutefois relâché la pression pour partager ensemble un authentique moment d’amitié et quelques bulles de Mumm avec son directeur régional Alain Potiron (Pernod Mumm).

David Guillermin bien installé au 33 Cité

David Guillermin et Arnaud Bernollin.

Précise, élaborée et goûtue. La cuisine de David Guillermin est à l’image de l’homme, qui s’est construit dans la constance d’un parcours sans faute. S’il a blanchi sous la toque chez Paul

© Mandrak Studio-Saby Maviel

Florence Michel (Épicerie-comptoir La Mère Brazier), Cathy Berthod (33 TNP) , Arnaud Bernollin, Nathalie Noël-Cote (Au Colombier), Patricia Vareilles-Demange (TCO), le chef david Guillermin (33 Cité) et Alain Potiron (Pernod-Mumm).

Chou farçi à la pintade et au foie gras, jus réduit et morilles.

Bocuse à Collonges, avant de continuer dans les brasseries du groupe, il a ensuite rejoint l’Hôtellerie Le Phébus dans le Lubéron pour parfaire son approche du métier. Depuis neuf ans, David Guillermin régale les palais lyonnais au 33 Cité. Son Cœur de saumon Salma, mi-cuit à 50° et fumé maison, servi en entrée aux convives du déjeuner Bernollin est un précis de son savoir-faire. Pour suivre, le chou farci pintade et foie gras… Merveille ! Quelques notes acidulées autour de l’ananas rôti, justement relevé au poivre aqueux et baies roses, pour finir. Un régal ! ● Ananas rôti, poivre aqueux et baies roses, sorbet coco et dentelle de tuile.

Cuisines Bernollin 198, allée Viadorée – Anse – 04 74 67 04 08 5, place Puvis-de-Chavannes – Lyon 6e – 04 78 93 00 61

D e p u i s

1 8 8 4

C U I S I N E S 30 | décembre 2016 | le Nouveau

33 Cité Restaurant Cœur de saumon Salma mi-cuit à 50° et fumé maison, crémeux de betteraves, carottes, violettes et raifort.

33, Quai Charles de Gaulle 69006 Lyon – 04 37 45 45 45


LN16_janvier2017 11/01/2017 10:10 Page31

N | STYLE ■

pâtisserie

PHILIPPE BRETIGNIÈRE La brioche des Rois

© Dominik Fusina

R

La préparation de la brioche des Rois DR

ipolinée par le culte chrétien autour de la rencontre des Rois Mages avec Jésus (Épiphanie), la tradition gourmande du mois de janvier puise pourtant ses origines dans la Rome antique. Lors des Saturnales romaines, maîtres et esclaves partageaient à parts égales un gâteau fourré aux dattes, aux figues et au miel dans lequel était cachée une fève. Celui qui la trouvait était alors surnommé « le roi d’un jour. » Le choix de la brioche fut lancé par les moines de Besançon au cours du XIV e siècle. La frangipane, appareil de base de nos galettes « modernes », ne voit le jour qu’au XVIIe siècle. « Nous déclinons en trois variétés notre brioche des Rois, que nous proposons pendant tout le mois de janvier dans notre pâtisserie d’Anse », explique Philippe Bretignière. La Chocolat (crème pâtissière chocolat et éclats de chocolat), la Praline (crème d’amandes à la praline et éclats de pralines) et la Fruits Confits (crème pâtissière et fruits confits) garnissent déjà les vitrines de la boutique. Mais passons plutôt du côté de laboratoire pour découvrir les secrets de fabrication de cette fameuse brioche des Rois… ●

1. Après une nuit de repos, la pâte à brioche est prête à être travaillée.

Infos pratiques

2. Dans un cercle à pâtisserie, la pâte à brioche est fourrée d’un appareil composé de fruits confits et de crème pâtissière.

3. Le reste de pâte est travaillé à l’emportepièce pour préparer la garniture de la brioche.

4. Les « triangles » de pâte sont fourrés avec le même appareil (crème pâtissière et fruits confits).

5. Place au montage de la brioche des Rois, prête pour la cuisson.

CÔTÉ GALETTES ! Pendant tout le mois de janvier, la pâtisserie Brétignière propose également ses galettes, sur base de feuilletage viennois (farine, beurre, sel, fleur d’oranger, œufs, et sucre), autour de deux recettes. La traditionnelle « Frangipane » (œufs, poudre d’amandes, sucre, rhum, crème pâtissière, farine et beurre) et une galette à crème d’amandes baptisée « Galinette » (recettes de la frangipane sans crème pâtissière + pralines amandes rose concassées). Pour tous les allergiques aux fruits à coques, la maison propose une galette à base de pommes revenues dans du beurre et de la vanille. Miam ! Frangipane et Galinette – De 3 à 12 personnes – 3,30 €/personne Galette aux pommes – de 3 à 12 personnes – 3,10 €/personne DR

© Mandrak Studio Saby Maviel

Au mois de janvier, on fête les Rois ! Galette, couronne, gâteau ou brioche, mais quelle est donc l’origine de cette tradition gourmande qui régale petits et grands chaque année ? Rencontre avec Philippe Bretignière, président des pâtissiers-chocolatiers et glaciers du Rhône.

Pâtisserie Bretignière 15, avenue de Brianne | 69 480 Anse | 04 74 67 05 00 Brioche des Rois – Taille unique – 6 à 8 personnes – 25 € pièce

le Nouveau | janvier 2017 | 31


LN16_janvier2017 11/01/2017 10:10 Page32

N | PHOTOS ■ réseau

TRÈS BEAUJOLAIS Une année 2017 pleine de promesses Jean-Philippe Dubet (Céramiques du Beaujolais), Jean-Baptiste Maisonneuve (CCI Beaujolais) et Patrick Charlet (Celerys Conseil).

P

ilotée par le Cluster Beaujolais, la marque territoriale trèsBeaujolais proposait son dernier « apéro » de l’année au Cuvage des Compagnons du Beaujolais, le 7 décembre à

Les Compagnons du Beaujolais Jérémy Thien et Denis Chilliet , Jean-Luc Guénichon.

Jean-François Petitjean (Cabinet JFP & associés), François Villaret (CBI Diffusion) et Roland Debrun (Corevade).

32 | janvier 2017 | le Nouveau

Lacenas. L’occasion pour les 150 supporters affiliés à la marque de découvrir le bureau renouvelé de la CCI Beaujolais, autour de son nouveau président Jean-Baptiste Maisonneuve. Le

Marc Rongeat (Le Terrasse du Beaujolais), Généviève Girin (Compagnons du Beaujolais) et Michel Montel (Ma TV en Beaujolais).

Le photographe Denis Laveur et Guy Jacquemond.

Cluster Beaujolais sera, lui, piloté par Jean-Pierre Martin . Une ambition maintenue pour le territoire et un objectif de 300 supporters trèsBeaujolais pour l’année 2017 ! ●

Gilles Zehner (Balade Beaujolais Gyropode), Guillaume Cervos (Cervos Pub) et Nicolas Rampon (Aratal).

Patrick Chaumet, Laurent et Virginie Demanche (Domaine des Sources), Pascal Danger (Aristote Conseil), Marion Fessy (Calad’Inn) et Marine Descombe (Vins Descombe). © Michel Goiffon pour les deux pages


LN16_janvier2017 11/01/2017 10:10 Page33

JEAN-PIERRE MARTIN « Attendre rapidement les 300 supporters » Le Nouveau : Quel est votre parcours

d’entrepreneur ? Jean-Pierre Martin : Dans la famille, nous sommes

trèsBeaujolais depuis plusieurs générations. Notre activité a été créée il y a 110 ans par mon grand-père et perpétuée par mes parents. Nous avons ensuite co-fondé avec mes trois frères la société Martin Emballages que nous avons dirigée pendant près de quarante ans. Ce sont aujourd’hui mes deux fils, Arnaud et Xavier, qui ont pris la suite.

Jean-Pierre Martin, cofondateur et ancien dirigeant de Martin Emballages, est le nouveau président du Cluster Beaujolais, qui pilote la marque territoriale trèsBeaujolais. Vice-président de la CCI pendant douze années, conscrit, cet entrepreneur caladois ne manque pas d’ambition pour développer l’attractivité économique de son territoire.

Christophe Blanc (Cluster Beaujolais) et Florent Sallet (Anim Conseils).

Vous avez pris les rênes du Cluster Beaujolais, quels sont vos objectifs ? Il faut renforcer encore le sentiment d’appartenance de nos entreprises à la marque trèsBeaujolais. Aujourd’hui, nous avons 150 supporters de la marque. C’est un contingent qu’il faut continuer de développer. L’objectif,

Les présidents Jean-Pierre Martin (trèsBeaujolais) et Paul Fourrichon (Compagnons du Beaujolais) et le maire de Lacenas Georges Grevoz.

Le pack du CSV Rugby avec Jacques Decote, Alain Husson, Jean-Luc Papillon, Frédéric Miguet, Patrick Richiero, Yann Dubost, Georges Lecuyer, Jean-Luc Guénichon, Fabrice Petit et Pascal Renaud.

Yves Pignard (CCAB) et Alain Bouhy (Marathon International du Beaujolais).

Jean-Pierre Martin (trèsBeaujolais), Frédéric Laveur (Chambre d’Agriculture du Rhône), Alexandra du Mesnil du Buisson (Les Jardins de Longsard) et Suzanne Ceyzériat (Atouts Beaujolais).

Frédéric Giraud (GVS), Bruno Mallet (Maison Aujoux) et Jean Bourjade (InterBeaujolais).

c’est d’arriver rapidement à 300 supporters. Nous continuerons également à travailler dans la synergie avec nos partenaires institutionnels et publics pour l’attractivité économique de notre territoire Beaujolais. Comment renforcer l’attractivité économique du Beaujolais ? Le Beaujolais est un territoire idéalement calibré pour l’entreprise. Nous avons du foncier, des infrastructures de transports, une qualité de vie et une dynamique territoriale puissante aux côtés de la Métropole de Lyon. Nous avons également des passerelles à l’international grâce à nos vitrines territoriales que sont le Marathon International du Beaujolais ou les Compagnons du Beaujolais. Nous allons nous retrousser les manches et travailler tous ensemble à la réussite du Beaujolais ! ●

Thibaud et Josée Legrand (Mobilboard Beaujolais), Geogres Grevoz et Yves Pignard (CCAB).

Franck Pegon (Azur Sénior), Jean-Christophe Burnichon (Burby’s), Marc Rongeat, Patrick Charlet (Celerys Conseil).

Anthony Barle (VCVB) et Florent Sallet (Anim Conseils).

le Nouveau | janvier 2017 | 33


LN16_janvier2017 11/01/2017 10:11 Page34

N | PHOTOS ■ business

Pascal Danger (Aristote Conseil), l’illustrateur Dominique Simon et le chef du Belooga Hervé Raphanel.

A

ARISTOTE DÉVELOPPEMENT La philosophie de l’entreprise selon Pascal Danger

Patricia Le Gal (Cci Beaujolais) et Cécile Michel (Chambre des Métiers et de l’Artisanat).

Michel Montel (Ma TV en Beaujolais) et Fanny Provost (Maison de l’Emploi et de la Formation).

Gérard Paret (HBVS) et Jean Picard.

Jean-François Clément (C3 Communication) et Pascal Danger (Aristote Conseil).

L’éditeur Jacques Branciard (Éditions du Poutan) et l’illustrateur Dominique Simon.

Nathalie Soulier (CCI Beaujolais), Denys Menageois (Parc Expo) et Rachida Slassi (CCI Beaujolais).

près 21 ans de bons et loyaux services consulaires, Pascal Danger a levé le voile sur ses nouveaux projets professionnels lors d’une grande soirée à l’hôtel Ici & Là, le 16 décembre dernier. Aux côtés de ses plus proches amis et de ses anciens collaborateurs, l’ancien secrétaire général de la CCI Beaujolais a présenté sa nouvelle structure, Aristote Développement. « Cette société en création s’appuie sur l’expertise et le savoir être de celles et ceux qui connaissent le territoire du Beaujolais, qui le vivent et l’apprécient depuis de nombreuses années », expliquet-il. Créer des événements d’entreprise, de la recherche du concept à sa coordination globale, développer des réseaux d’entrepreneurs locaux, accompagner les entreprises et collectivités dans des projets hors cadre sont autant de prestations proposées par Aristote Développement. ● Contact : 06 89 03 24 10

Pascale Chabal (A3D atelier numérique), Aurélie Le président Jean Yerdamian (Conseil des Prud’Hommes) et Daniel Paccoud Giraud (Initiatives Beaujolais) et Magalie (Geopark Beaujolais). Steinmetz (A3D atelier numérique).

Valérie Paquet (CRMN) et Pascal danger (Aristote Conseil).

Aline Ruiz et Philippe Besson (Le Tout Lyon)

Pierre-Etienne Chirouze et Caroline Aubourg (N-D de Mongré), Pascal Danger (Aristote Conseil).

Yves Pignard (CCAB), Christophe Blanc (Cluster Beaujolais) et Philippe Lacondemine. © Michel Goiffon pour la page

34 | janvier 2017 | le Nouveau


LN16_janvier2017 11/01/2017 10:21 Page35

NOUVEAU DISTRIBUTEUR - DEGENÈVE - depuis 1900

MÂCON 766 Rue des combes/ VARENNES-LÈS-MÂCON................................................. T 03 85 34 96 00 BOURG-EN-BRESSE Z. I. de Noirefontaine R. N. 75/ MONTAGNAT................. T 04 74 23 93 30

LR CAR

VILLEFRANCHE-SUR-SAÔNE 354 Avenue Theodore Braun...................... T 04 84 45 12 73


LN16_janvier2017 11/01/2017 10:11 Page36


LE NOUVEAU #16 - JANVIER 2017